Compte-rendu Séminaires 2014 Programme de résidences d artistes en maternelle. Que disent les enfants-élèves de la résidence d artiste?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu Séminaires 2014 Programme de résidences d artistes en maternelle. Que disent les enfants-élèves de la résidence d artiste?"

Transcription

1 2 Cmpte-rendu Séminaires 2014 Prgramme de résidences d artistes en maternelle Que disent les enfants-élèves de la résidence d artiste? 1 à partir de la pratique artistique Recherche-actin accmpagnant le prjet cartable d Eurpe 2. Vendredis 14 et 21 nvembre 2014 Les Subsistances Lyn Ces séminaire nt été rganisés par Enfance, Art et Langages et la Directin des Services Départementaux de l Educatin Natinale du Rhône pur le dispsitif Résidences d artistes en maternelle. Avec le sutien de l Unin Eurpéenne dans le cadre du prjet cartable d Eurpe 2 prgramme pur l éducatin et la frmatin tut au lng de la vie - Cmenius Regi.

2 2 1. Les séminaires EAL/DSDEN CONTEXTE Les Résidences d artistes en maternelle nt participé entre 2011 et 2013 au prjet eurpéen cartable d Eurpe 1 (prgramme Cmenius Regi pur l Educatin et la Frmatin tut au lng de la vie). Ce prjet liait les Villes de Lyn via EAL et de La Luvière (Belgique) via le Centre Dramatique de Wallnie pur l Enfance et la Jeunesse. Les partenaires se snt intéressés à l évaluatin en éducatin artistique et culturelle à partir de leur expérience de résidences d artistes, d art à l écle. Ils nt abrdé diverses questins : cmment évaluer l éducatin artistique et culturelle? Quelles en snt les particularités? Quels snt les impacts des résidences d artistes sur les élèves et sur les adultes qui les encadrent? Une publicatin papier et un film nt retracé ce cheminement. Ces dcuments reflètent la diversité des pints de vue et des analyses des différents acteurs des résidences d artistes et des chercheurs qui les nt accmpagnés. En savir plus : Cnsulter la revue : Cnsulter le film : https://www.yutube.cm/watch?v=_l42zdvqgqi S est engagé depuis septembre 2013 et jusqu en juillet 2015 un nuvel échange cartable d Eurpe 2, prlngeant les réflexins sur l évaluatin par un dialgue centré sur les langages des arts et des cultures : l expressin sensible et le langage verbal, prenant en cmpte ntamment la parle des enfants. Les cmptes-rendus des séminaires de l année snt en ligne : OBJECTIFS Les séminaires pursuivent la recherche sur les langages. Après avir cherché à définir ensemble les cnturs du champ d bservatin «la dimensin sensible bservée chez les élèves au curs des résidences d artistes», nus nus intéressns cette année à la parle des enfants à partir de pratiques testées dans certaines écles avec les artistes. Ces travaux devraient nus permettre de mieux cmprendre cmment les enfants évaluent eux-mêmes les expériences esthétiques qu ils vivent et cmment les adultes cnstruisent des séquences de délibératin sur les valeurs avec les enfants. PUBLIC Ce séminaire s adresse à l ensemble des acteurs des résidences d artistes en maternelle de l année : artistes, équipes enseignantes, ATSEM, IEN et cnseillers pédaggiques, équipe de recherche ESPÉ-Université Lyn1, structures culturelles partenaires. PILOTAGE Cette jurnée a été rganisée par un grupe de travail cmpsé de Rbert Girerd (IEN circnscriptin Lyn 5 ème ), Jean Paul Filid (anthrplgue et chercheur asscié) et Christine Blze (directrice du Centre ressurces EAL).

3 3 2. Dérulé des deux jurnées de séminaire 14 nvembre : écles Gare d Eau (9 ème ), Les Dahlias (9 ème ), Saint Exupéry (3 ème ), Luis Pasteur (8 ème ). 21 nvembre : écles Les Fugères (9 ème ), Gilbert Dru (7 ème ), les Eglantines (9 ème ), Marie Brdas (8 ème ). Les séminaires de nvembre s inscrivaient dans la 4 ème année de recherche dans le cadre du prjet eurpéen. Ils se snt structurés autur de quelques interventins ciblées d acteurs cncernés par la réflexin sur la parle des enfants (artistes, cnseillers pédaggiques, chercheurs ) et d ateliers participatifs par petits grupes, permettant de prlnger les débats à partir des pratiques de chacun. Enfance, Art et langages et la DSDEN remercient l ensemble des participants pur leur présence. Le 14 nvembre, 39 persnnes nt participé au séminaire, parmi lesquelles 18 enseignants et directeurs d écle, 12 ATSEM, 4 artistes, 1 étudiante en anthrplgie, 1 chercheur, 1 IEN, 1 membre de l ENSBA. Le 21 nvembre, 45 persnnes nt été recensées, parmi lesquelles 20 enseignants et directeurs d écle, 10 ATSEM, 7 artistes, 1 étudiante en anthrplgie, 1 chercheur, 1 IEN, 1 Missin de cpératin culturelle, 1 respnsable de secteur VdL, 1 partenaire culturel le CRR. RAPPEL DU PROGRAMME : 13h30 : Accueil café, thé. 14h-14h30 : Intrductin par Rbert Girerd, IEN Lyn 5 ème et Christine Blze, directrice EAL. 14h30 15h : Présentatin d une expérimentatin de recueil de la parle de l enfant, par Julie Lefebvre, artiste en résidence à l écle maternelle Les Dahlias. 15h-15h20 : «Langue, parle et parable», par Jean Paul Filid, enseignant-chercheur à l ESPE. 15h20 16h30 : Travail en ateliers. Analyse et cnfrntatin. 16h 40 17h : Restitutin des ateliers par les animateurs. 17h : Clôture du séminaire

4 4 3. Synthèse des échanges et expériences INTRODUCTION Mt d accueil de Christine Blze et présentatin des participants. Rbert GIRERD, IEN de Sainte Fy lès Lyn, Francheville et Lyn 5 ème, remercie Claudine Ptk de l avir cnduit à lui succéder au piltage d Enfance, Art et Langages. Il retruve là des centres d intérêt qui lui snt chers et qu il a déjà eu l ccasin de dévelpper : prjets artistiques, prjets culturels et prjets à dimensin internatinale. Pur EAL, Rbert Girerd précise vulir pursuivre tutes les actins engagées et s investir autant que qu il peut. Valriser ce qui est fait dans ce dispsitif à tus les niveaux / écles département, Intégrer EAL dans le paysage des écles, des circnscriptins et des frmateurs Pur cela ; Mise en place d un accmpagnement par les circnscriptins avec les CPC ; une première réunin s et déjà tenue, des axes de travail snt élabrés. Mise en place d un accmpagnement départemental par les CPD ; une réunin est prévue en janvier, ils nt les prjets écrits par chaque résidences et vnt les analyser pur mieux accmpagner les équipes. EAL ne dit pas être un dispsitif à part, il dit truver sa place dans le paysage de l éducatin artistique à l écle. Nus smmes à l écle et des textes ntamment la dernière circulaire sur l éducatin artistique dit guider ns engagements ; Rbert Girerd insiste sur quelques pints qui lui semblent cardinaux dans le dmaine de l éducatin artistique et culturelle : La questin, essentielle, du parcurs de l élève, à laquelle les équipes divent être attentives La rencntre avec l artiste, les œuvres et la pratique, qui représentent les tris piliers de l éducatin artistique La ntin de prjet et du cadre qui l accmpagne La questin des traces que l n laisse à l enfant, de leurs supprts La questin de l acquisitin des cmpétences par rapprt au scle cmmun Dans ce cadre l évaluatin est une mise en valeurs et elle est au service d apprentissages réussis par tus. Les plus-values de l éducatin artistique, cmme elles snt présentées dans cartable d Eurpe semblent fndamentales pur l éducatin de la persnne qu est l enfant. Rbert Girerd suhaite que ntre travail s inscrive dans cette perspective. EAL ne dit pas être un dispsitif à part, mais dit busculer les chses par sn activité intense. Citatin de Xavier Dlan à Cannes en 2014 : «Tut est pssible à qui rêve, se, travaille et n abandnne jamais» Christine BOLZE situe la thématique de travail des séminaires Ces quatre séminaires Ils s inscrivent dans la recherche-actin cnduite dans le prjet cartable d Eurpe depuis Au tut début nus nus smmes intéressés la questin de l évaluatin des prjets artistiques et culturels. Cncernant l évaluatin, deux dimensins nt été retenues : Evaluer c est délibérer sur les valeurs, c'est-à-dire échanger, cnfrnter les avis, partager les intentins et les résultats

5 5 L évaluatin est un prcessus suvent implicite qui permet de décider de la trajectire de ses gestes. Nus avns d emblée écarté les dimensins de ntatin, de jugement, de sanctin de l évaluatin. Deux éléments nt alrs émergé de cette réflexin : le sensible et la parle des enfants. Le sensible abrdé en et qui a permis de faire émerger particulièrement : La questin de la présence de l enfant au sein de l atelier, à travers le langage crprel. Le sens renvie aussi bien à la directin, à la significatin, à la perceptin. Il est pssible d éduquer au sensible La parle des enfants, abrdée sur l année , qui fait dnc l bjet des deux séminaires de nvembre : cmment susciter la parle des enfants, peut-n l entendre et l écuter? Cmment recueillir cette parle? En janvier, deux autres séminaires pursuivrnt cette réflexin. PRESENTATION D UNE EXPERIMENTATION DE LA PAROLE DE L ENFANT, par Julie Lefebvre, artiste en résidence à l écle maternelle Les Dahlias Lrs des deux séminaires (14 et 21 nvembre), Julie Lefebvre, chrégraphe Cie La Fabrique Fastidieuse en résidence pur la trisième année à l Ecle maternelle Les Dahlias (Lyn 9 ème ), a diffusé deux vidés témignant de sa prpre expérience de recueil de la parle des enfants. «Dans le cadre de ma résidence, je travaille autur de l'imprvisatin, de la cmpsitin instantanée. Je prpse aux enfants des cadres d imprvisatin, des partitins liées à des espaces, des matières, des bjets. Chacun devient interprète et auteur de sa danse, une danse singulière. Nus reprduisns et faisns évluer les partitins au fil des séances, des répétitins purrait-n dire, à l'aune de ns expériences successives d'un même dispsitif. Les qualités de muvement s'affinent, les gûts aussi, chacun ayant plus u mins de plaisir à "faire juer" telle u telle imprvisatin, seuls et cllectivement. Ce travail est le même que celui cnduit au sein de la cmpagnie que je c-dirige : la Fabrique Fastidieuse. Nus écrivns des danses, qui fernt "chrégraphie" (au terme de prcessus de créatin assez lngs) à partir d'imprvisatins liées aux enjeux (physiques, thématiques, scéngraphiques...) de la pièce à venir. Je nte dnc dans mn travail et dans celui mené à l'écle, l'imprtance de la parle, cmme un des myens de "dépser l'expérience", pur abrder l'expérience suivante en ayant frmulé des sensatins, des bservatins, des jugements. Afin que le travail se sédimente peu à peu, pur amener chacun à une écriture singulière, épruvée et ressemblante. J'incite dnc les enfants, quand l'humeur cllective est prpice à livrer une impressin persnnelle sur ce qu'ils viennent de faire, de vivre. Dans un cadre plus u mins frmel, plus u mins ritualisé. J'utilise tujurs la même questin cmme déclencheur : "Est-ce que quelqu'un a quelque chse à dire?" j'essaie de ne pas prjeter d'attentes et je filme discrètement ce qui se passe.» Parfis la parle se libère, parfis nn, parfis elle délire et d'autres fis, elle récite..." Les participants nt alrs pu bserver une expérimentatin d échanges avec les enfants, ce que cela prduit, interrge. Ce témignage n a pas vcatin à mdéliser une pratique mais à permettre le débat et les questinnements entre les différents acteurs des résidences afin que chacun sit plus à même d élabrer ses prpres prcessus pur susciter la parle de l enfant sur ses pratiques artistiques en fnctins des cntextes rencntrés.

6 6 LANGUE, PAROLE ET PARABOLE, par Jean-Paul Filid, chercheur Le langage, faculté de tus les êtres humains, se distinguent de la langue, qui est plus spécifique. Elle représente en effet le cde que les sciétés nt inventé pur utiliser le langage. La parle, elle, est encre plus spécifique : c est une manière d utiliser la langue, d ù une multiplicité de parles différentes. La langue est dnc une cnventin, au caractère cllectif et scial ; elle est née pur permettre aux gens de se cmprendre, dans le cadre d une relatin sciale. La parle au cntraire a une dimensin singulière et individuelle. Quelle place a alrs la singularité au sein d un système cnventinnel? Suvent n bserve une tensin entre la cnventin de la langue, et la singularité que chacun veut exprimer. Mais l institutin et la sciété attendent que le singulier tende vers le cnventinnel : suvent, par exemple, quand les enfants parlent tus en même temps, les adultes freinent cette émergence de singularités en leur demandant d arrêter. Purtant, la singularité peut exister tut en respectant le cadre cnventinnel. La crrectin est un élément imprtant, ntamment dans le cadre sclaire : c est presque une bsessin prfessinnelle de l enseignant, qui suvent cupe l enfant afin de reprendre ses erreurs. Le fil de pensée est rmpu, il n est pas certain que l enfant puisse ensuite reprendre le curs de sa pensée. Et si nus revenns au mt parle, il prvient du grec parable, qui désigne un récit allégrique destiné à faire cmprendre un discurs, vire un cntenu d enseignement. Ainsi, cuper la parle reviendrait à interrmpre le récit. Mais, rapprté aux situatins éducatives, si l n cnsidère que la parle de l enfant-élève ne dit pas être interrmpue, jusqu ù et jusqu à quand la laisset-n exister? Et dans le cntexte des résidences artistiques, qu attend-n de la parle d enfants qui s exprimeraient sur les? Attend-n un récit cnsistant? Des émtins? Un vcabulaire artistique? ATELIERS ET RESTITUTION 8 ateliers de recherche-actin nt été menés les 14 et 21 nvembre afin de débattre sur les prblématiques liées au recueil de la parle des enfants dans le cadre des résidences d artistes. Les séances nt été rganisées en deux temps : TEMPS 1 : partant du cnstat qu rganiser un temps de parle pur l enfant n est pas aisé, les ateliers nt mis en lumière les bstacles divers auxquels se heurtent artistes, enseignants, ATSEM dans la cnduite du recueil de la parle, au regard des expériences de chacun. TEMPS 2 : les participants nt ensuite fait l inventaire d un certain nmbre d idée et de pratiques testées u à expériementer, permettant de favriser l expressin de l enfant (dispsitifs, cadre, attitude ) sur sa pratique artistique. Ces éléments snt des pistes de travail cncrètes pur les résidences d artistes.

7 7 Répartitin des ateliers : Date Ecle Animateur 14 nvembre Gare d eau Jean-Paul Filid 14 nvembre Les Dahlias Anaïs Lavt 14 nvembre Saint Exupéry Christine Blze 14 nvembre Luis Pasteur Rbert Girerd 21 nvembre Les Eglantines Anne Freyssenet et Anaïs Lavt 21 nvembre Gilbert Dru Christine Blze 21 nvembre Marie Brdas Rbert Girerd 21 nvembre Les Fugères Jean-Paul Filid Snt ici retranscrits l ensemble des prpsitins et des enjeux qui nt pu être entendus lrs des deux séminaires, suvent à plusieurs reprises. OBSTACLESS DANS L ORGANISATION ET LE RECUEIL DE LA PAROLE DES ENFANTS SUR LEURS PRATIQUES ARTISTIQUES DANS LE CADRE DES RESIDENCES D ARTISTE Obstacle relatifs au cadre de l écle : Il existe peu de temps de parle libre à l écle car il s agit d un cadre sclaire cntraint. Les équipes nt dnc des difficultés à accrder des temps de parle infrmelle, nn cadrée. Cette frmalisatin de la parle de l enfant est crrélée aux lieux : chaque lieu de l écle est asscié à un type d activité et à un type de parle, dnt il est difficile de s affranchir. Par exemple, la classe est suvent cnsidérée cmme le lieu de la parle instituée et cadrée. Les difficultés prviennent aussi du peu de temps dnt dispsent les enseignants : la parle est suvent cupée, refrmulée rapidement, parfis les enseignants snt mins dispnibles... Les enseignants nt l habitude de travailler avec des enfants en grupe, de privilégier le cllectif, et n nt pas le temps d accrder du temps enfant par enfant. Obstacle liés au langage : Enfants et adultes nt des langages différents (et il existe différents types de parle : parle-expressin, parle-cmmunicatin, parle-apprentissage), les enfants n utilisent pas les mêmes mts : cmment s adapter à ça? Suvent, les enfants manquent de vcabulaire pur exprimer les chses, ils n sent pas s exprimer, nt des difficultés de prnnciatin D ailleurs, le langage de l enfant, cntrairement au langage verbal de l enseignant, est davantage un langage crprel, gestuel, factuel. Les adultes attendent suvent du dire alrs que les enfants snt dans le faire. Il est difficile d btenir un pint de vue argumenté de la part des enfants : il est dnc préférable de s appuyer sur le vécu, et la parle descriptive par exemple. Obstacle relatifs aux attentes et à la psture spécifique de l adulte : Les attentes de l adulte, suvent crrecteur u évaluateur, snt des surces de difficulté. Les enseignants snt cnfrntés à des bjectifs, des impératifs de résultat. Recueillir la parle de l enfant est un util pur l enseignant, qui, parfis, aura tendance à interpréter

8 8 les dires des enfants dans un sens précis. La psture de l adulte peut être castratrice (le fait d interrger est suvent vécu cmme anxigène par les enfants). Le réflexe de la punitin est aussi suvent celui de l artiste au but d un mment. Les enfants s y cnfrment : ils se demandent suvent ce que l adulte attend d eux, et réagissent en fnctin des exigences qu ils pensent avir repérés. Suvent, ils utilisent les mêmes mts que les adultes, afin de crrespndre à la cnsigne. Ils peuvent en arriver à se juger entre eux, car ils nt envie de faire bien, vire de gagner. L enseignant est suvent dans une frme d anticipatin, due à la vlnté de rédiger des traces écrites : en écutant l enfant, il anticipera suvent la future retranscriptin, ce qui peut dénaturer la parle. Obstacle différents en fnctin des âges : il est encre plus cmpliqué de faire parler les tut petits, des dispsitifs spécifiques divent être inventés (plutôt individuels ). Certains n nt pas encre eu l habitude de parler, les enseignants passent dnc par la verbalisatin pur libérer leur parle. Obstacle relatifs au cadre familial de chaque enfant : certains n nt pas pris l habitude de dnner leur avis, de parler. Débat autur de la parle directe/différée : la questin de la parle immédiate u différée est mise en débat à de nmbreuses reprises : Certaines estiment que les temps juste après l activité permettent le jaillissement d une parle à chaud. Parfis, certains élèves silencieux d habitude s expriment dans ces mments-là. Mais la parle différée permet d avir davantage de recul, d intégrer vraiment l expérience ; un temps de réflexin, u un temps de silence, snt parfis nécessaires. La parle différée est parfis plus cnsistante. Cmment favriser l expressin dans des temps différés? Débat autur de la parle cadrée/infrmelle : il est imprtant de laisser la parle surgir, sans refrmuler u crriger, d utiliser des questins uvertes, afin de ne pas blquer la parle. Cela dit, l existence de certaines cntraintes permet de guider, d amrcer la parle, de l étayer. Cmment créer alrs cette parle spntanée?

9 9 PISTES DE TRAVAIL Glbalement, suite à la mise en valeur de ces multiples difficultés, le premier cnstat partagé fut celui de la nécessaire expérimentatin : il faut tester des dispsitifs, tenter des myens pur favriser et recueillir la parle, varier les supprts. La diversité des dispsitifs permettra de les rendre cmplémentaires, et de se saisir peu à peu de ce qui fnctinne. Dnner du vcabulaire : furnir de bns utils à l enfant pur le pusser au but de la réflexin. Par exemple, s accrder entre adultes sur la définitin de la parle sensible, dnner aux enfants un référentiel de mts qu ils puissent apprendre et utiliser, et à cnstruire au fur et à mesure avec les enfants. Utiliser des dmaines du vécu de l enfant et du ressenti. Instaurer un climat de cnfiance, respectueux de chacun Mettre en place un rituel : il est imprtant de répéter régulièrement les temps de parle, afin que les enfants s apprprient ces mments et sent de plus en plus Réfléchir au(x) mment(s) adéquat(s) pur libérer la parle de l enfant : Faire parler les enfants en arrivant en classe, au retur de l atelier. Faire éch sur la durée en classe : exemple : faire manipuler les bjets des artistes par les enfants. Recueillir la parle pendant l actin : mais dit être cmplémentaire à d autres types de parle, après l activité, qui sernt plus celles de l rder du ressenti. Réfléchir au(x) lieu(x) adéquat(s) : penser une écle uverte ù le langage se fait partut : salle de classe, cantine, culirs Favriser ça (accrcher phts, dessins ). Innver sur les supprts : plusieurs supprts peuvent être utilisés pur permettre l expressin et le recueil de la parle : Ecrit : exemple du cahier du danseur, qui circule, entre enfants, enseignants, parents ; retranscriptin par les enseignants de deux u tris mts sur une feuille, à mettre dans une bîte, pur btenir une cmpilatin de mts Vidés u phts : mntrer supprts visuels aux enfants pur les faire cmmenter en différé. Dessins : faire faire des dessins aux enfants pur exprimer ce qu ils nt ressenti Enregistrement snre pur recueil de parles : dictaphne. Assciatins d idées : certains médias permettent d encurager la parle, en l accrchant à quelque chse. Il s agit de mettre en place des perches pur guider l enfant, resserrer les chses pur btenir une parle, et accepter la parle diluée. Par exemple, utiliser des paysages, des animaux, en images u juste évqués, pur exprimer des chses : faire crrespndre une image à une émtin, et nn à un mt. Différencier le traitement en fnctin des âges : privilégier pur les tut petits les dialgues un par un, attendre le mins pssible après l activité Se servir de la cmplémentarité entre enseignants/atsem/artistes : l ATSEM a un rôle crucial car cntrairement à l artiste et aux enseignants, n béissent pas aux mêmes enjeux. Les ATSEM snt spectatrices, et écutent les enfants. Idées de dispsitifs pur recueillir la parle, ntamment spntanée : Arriver à saisir une cnversatin entre enfants, u avec les ATSEM. Inventer des manières différentes pur distribuer la parle : idée du tur de parle grâce au passage d un bâtn FIN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT Intrductin Seln Philippe Laurent, Président- chef d entreprise d Auvergne Nuveau Mnde, l bjet premier de l assciatin est d amélirer la perceptin

Plus en détail

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant Gestin de prjet de prductin dans le spectacle vivant Planifier, administrer, budgétiser : dnnez vie à vtre prjet! (réf. 401P) Intervenants Francis Richert Respnsable des musiques actuelles amplifiées au

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

Plan de formation / outil d auto évaluation QALEP

Plan de formation / outil d auto évaluation QALEP Plan de frmatin / util d aut évaluatin QALEP Grands principes Objectif final : frmer les persnnels d encadrement qui exercent sur le champs de la frmatin prfessinnelle, au piltage des structures en leur

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

UN ALBUM PHOTO «RÉALISER UN ALBUM PHOTO DE LA CLASSE»

UN ALBUM PHOTO «RÉALISER UN ALBUM PHOTO DE LA CLASSE» UN ALBUM PHOTO «RÉALISER UN ALBUM PHOTO DE LA CLASSE» INFORMATIONS SUR L ACTIVITE Grupe-cible Pur tus Durée Matériel 90 min Les dcuments apprtés par les élèves Un appareil pht Un grand album pht u panneau

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 28 : L ENTRETIEN D ACHAT-VENTE

TSTT - ACC FICHE 28 : L ENTRETIEN D ACHAT-VENTE TSTT - ACC FICHE 28 : L ENTRETIEN D ACHAT-VENTE L entretien d achat-vente ne s imprvise pas. Il se dérule suivant 5 étapes. Chaque étape est très imprtante car sa réussite cnditinne la cnclusin de la vente,

Plus en détail

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC»

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC» Objectifs du mdule 1 : «Cnceptin de dispsitifs de frmatin et scénaris pédaggiques recurant aux TIC» Ce mdule vise à amener l apprenant à cncevir et à gérer un dispsitif de frmatin recurant à divers scénaris

Plus en détail

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs QuickTime et un décmpresseur snt requis pur visinner cette image. Diagnstic et enjeux de la frmatin initiale des enseignants: le pint de vue des acteurs 1 Plan de la présentatin 1 - Objectifs et méthde

Plus en détail

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL en lien avec la prcédure natinale «rganisatin des stages étudiants à l internatinal» (Cdificatin : PROC FO MO 01 V2) Objectifs du stage Ce stage est réalisé en 2 ème

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014 Plan d actin 2013 2014 Biblithécaire, secteur secndaire Cmmissin sclaire de Saint-Hyacinthe Page 1 sur 11 Biblithécaire : Sphie Mrissette Biblithécaire - Secteur secndaire - Plan d actin 2013-2014 Ce plan

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

OBSERVATION DES CLASSES

OBSERVATION DES CLASSES Prpsitin Graz OBSERVATION DES CLASSES 30-08-2002 NOTES POUR LES OBSERVATEURS OBJECTIFS: Observer la manière dnt l enseignant(e)intègre l apprche dans ses activités qutidiennes. Cela implique aussi une

Plus en détail

Toulouse, le 14 janvier 2015. La Rectrice de l académie de Toulouse, Chancelière des universités,

Toulouse, le 14 janvier 2015. La Rectrice de l académie de Toulouse, Chancelière des universités, Tuluse, le 14 janvier 2015 La Rectrice de l académie de Tuluse, Chancelière des universités, à Rectrat Directin des Persnnels Enseignants Mesdames et Messieurs les Directeurs académiques des services de

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de cmpétitivité mndial Aérnautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de cmpétitivité Aerspace Valley Cahier des charges Définitin du FabSpace Innvatin Centre Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-265 AEROSPACE

Plus en détail

Programme de formation Professionnelle pour l obtention du certificat professionnel de Coach Praticien

Programme de formation Professionnelle pour l obtention du certificat professionnel de Coach Praticien Prgramme de frmatin Prfessinnelle pur l btentin du certificat prfessinnel de Cach Praticien Présentatin de la frmatin Vus décidez de devenir cach. C'est un métier, c'est une discipline : il vus faut en

Plus en détail

Produit 9 - Accord de partenariat (n OPIR/2010/Fr-Cat)

Produit 9 - Accord de partenariat (n OPIR/2010/Fr-Cat) Prduit 9 - Accrd de partenariat (n OPIR/2010/Fr-Cat) Ce prjet a été financé avec le sutien de la Cmmissin eurpéenne. Cette publicatin n engage que sn auteur et la Cmmissin n est pas respnsable de l usage

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL

LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL FICHE OUTILS LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL Rédigé par Maïlis Massn (ASSOCIATION ARCHIMENE) 1. Le CDD 2. Le CDI 3. Le CDI Intermittent 4. Le Cntrat d Apprentissage 5. Le Cntrat de Prfessinnalisatin

Plus en détail

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France

Règlement de la Bourse SNPHPU-MSD 2015 organisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France Règlement de la Burse SNPHPU-MSD 2015 rganisée en 2015 Par le SNPHPU et MSD France 1. Cntexte Le SNPHPU et MSD France (MSD) décernent en 2015 une burse destinée à sutenir des prjets en France dans le dmaine

Plus en détail

SYNTHESE MANAGEMENT L accompagnement du Dirigeant

SYNTHESE MANAGEMENT L accompagnement du Dirigeant SYNTHESE MANAGEMENT L accmpagnement du Dirigeant Auvergne Rhône Alpes Prvence Alpes Côte d Azur Résidence MER & SOLEIL Les Chazalets 713 Avenue de Prvence 43430 LES VASTRES 83600 FREJUS Siret 39950902500033

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Devoirs scolaires et autonomie: le rôle des parents

Devoirs scolaires et autonomie: le rôle des parents Devirs sclaires et autnmie: le rôle des parents Atelier-débat rganisé par les parents d élèves du cllège Paul Langevin Animée par Nathalie Gurslas Bgren Les devirs & les parents Les devirs snt un myen

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Appel A Projets du C2TR Note de présentation

Appel A Projets du C2TR Note de présentation Appel A Prjets du C2TR Nte de présentatin PREAMBULE Le prjet C2TR est né de la vlnté de la Régin Picardie et de l Etat de créer, à partir des besins exprimés par un industriel, AEROLIA, une plate-frme

Plus en détail

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme Dcument 10 Leadership du 21e siècle dans le Scutisme Table des matières LEADERSHIP DU 21 e SIECLE DANS LE SCOUTISME 1 Résumé des activités du triennat 1 Dcument de réflexin (descriptin cmplète en page

Plus en détail

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation «MALLETTE DU DIRIGEANT» Prgramme de la frmatin OBJECTIFS DE LA PRESTATION : Offrir aux chefs d entreprise les myens d effectuer un diagnstic de leur activité par des utils cncrets de mesures crrectives

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER

CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER CERTIFICATION ADMINISTRATEUR ANALYZER La Certificatin Administrateur Analyzer d AT Internet est cmpsée de la manière suivante : Un prgramme de frmatin sur 3,5 jurs Un examen de Certificatin Aussi bien

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

ACCUEIL LOISIRS JEUNES «Un projet pour 2014»

ACCUEIL LOISIRS JEUNES «Un projet pour 2014» ACCUEIL LOISIRS JEUNES «Un prjet pur 2014» Centre d animatin des Eyquems 8 rue de la Tur de Veyrines 33700 Mérignac Tel : 05.56.97.98.52 fax : 05.56.97.97.85 Email : dmainedefantaisie@range.fr 0 Prjet

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default»

La modélisation du risque de crédit dans le cas de portefeuilles «low default» ARTICLE METHODOLOGIQUE La mdélisatin du risque de crédit dans le cas de prtefeuilles «lw default» Ex : financements dédiés aux cllectivités lcales et territriales, aux grands crprates, à une clientèle

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 Suivant les bjectifs du Réseau des femmes parlementaires des Amériques, les prirités d actin de la présidente du Réseau et les

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG

LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG FP FORMATION & COACHING Qui suis-je? Françise Plesse, 51 ans, diplômée en Sciences de l Educatin et Certifiée Master

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS. Ecole Management et Société. Département Culture Information Technique et Société (CITS) INTD

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS. Ecole Management et Société. Département Culture Information Technique et Société (CITS) INTD CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS Ecle Management et Sciété Département Culture Infrmatin Technique et Sciété (CITS) INTD MEMOIRE pur btenir le Titre prfessinnel "Chef de prjet en ingénierie dcumentaire"

Plus en détail

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE»

«Enrichir l Organisation par les Hommes» CYCLE «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» «Enrichir l Organisatin par les Hmmes» CYCLE CYCLE : Le management de prjet «LE MANAGEMENT DE PROJET ; SAVOIRS FAIRE ET SAVOIR ETRE» METHODOLOGIE ET OUTILS PRATIQUES EN GESTION DE PROJET Du 27 juin au

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

de l interprétation de conférences

de l interprétation de conférences L de l interprétatin de cnférences Cmment garantir le succès de la cmmunicatin multilingue d une réunin internatinale Avant de cmmencer Interprétatin vs traductin Qu attend-n d un service d interprétatin?

Plus en détail

DR IDF CSP Service Partenariats 21/08/2012 Si vous avez des questions, merci d écrire à : csppartenaria.75980@pole-emploi.fr

DR IDF CSP Service Partenariats 21/08/2012 Si vous avez des questions, merci d écrire à : csppartenaria.75980@pole-emploi.fr LA PROCEDURE D AGREMENT - FAQ SOMMAIRE DEFINITION... 2 Qu est ce que l agrément?... 2 DELIVRANCE DE L AGREMENT... 2 Qui délivre l agrément?... 2 PUBLIC... 2 Pur quel public?... 2 SIAE ET AGREMENT... 2

Plus en détail

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance

Intitulé du projet : Portail découverte des métiers et bourse de l alternance Directin de la jeunesse, de l éducatin ppulaire et de la vie assciative Missin d animatin du Fnds d expérimentatins pur la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EXPERIMENTATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR «FACULTE

Plus en détail

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO Synthèse Décembre 2014 CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO 6, rue Gurvand

Plus en détail

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus

CHARTE QUALITE. Engagements des organismes de formation de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées. Actions de formation de 35h et plus CHARTE QUALITE Engagements des rganismes de frmatin de la branche B.T.P. de Midi-Pyrénées Actins de frmatin de 35h et plus SOMMAIRE I. OBJECTIFS DE LA CHARTE QUALITE CONSTRUCTYS MIDI-PYRENEES... 1 II.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Projet "les 5 sens en balade"

Projet les 5 sens en balade Prjet "les 5 sens en balade" CAHIER DES CHARGES pur la cnceptin-réalisatin-impressin d'un flyer et d'une affiche 1. Présentatin du prjet 1.1 Cntexte La manifestatin «Les 5 sens en balade» se dérulera à

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA

DOSSIER DE CANDIDATURE. Programme Executive MBA Pht d identité NOM : Prénm : DOSSIER DE CANDIDATURE Prgramme Executive MBA Nta Bene : vus devez remplir signeusement ce dssier (le jury s appuiera dessus lrs de vtre entretien ral) et y jindre les pièces

Plus en détail

TUV Certification Maroc

TUV Certification Maroc Page 1 sur 8 Frmatin : Référence : Durée : Frmatin enregistrée IRCA Auditeur / Respnsable d audit ISO 9001 :2008 Q01 5 jurs Date : Du 16 au 20 Nvembre 2009 Frmateur : M. Khaled BAOUAB (Vir Prfil en page

Plus en détail

PROGRAMME D'ANGLAIS DEBUTANT

PROGRAMME D'ANGLAIS DEBUTANT Anglais, Allemand, Italien, Espagnl, Russe, Néerlandais, Français Traductin, Interprétariat, Infrmatique, Management PROGRAMME D'ANGLAIS DEBUTANT I. OBJECTIFS Acquérir des cnnaissances et par la même une

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

Bilan des Journées Terrain

Bilan des Journées Terrain Bilan des Jurnées Terrain N 8 Eygalières et Saint-Rémy de Prvence : 8 avril 2014 N 9 Eyragues, Gravesn et Maillane : 11 juin 2004 Synthèse des Jurnées Terrain 1) Réunin des présidents d assciatin... page

Plus en détail

Secteur Sanitaire et Social : les usagers

Secteur Sanitaire et Social : les usagers Assciatin li 1901 12, rue Chabanais 75002 PARIS Tél.: 01.42.61.32.46 Fax : 01.42.61.32.45 Email: cntact@axefrmatininsertin.cm www.axefrmatininsertin.cm Secteur Sanitaire et Scial : les usagers Vs cntacts

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Cercle pour la Culture du Leadership dans le Sanguié

Cercle pour la Culture du Leadership dans le Sanguié Burkina Fas Unité-Prgrès-Justice REGION DU CENTRE OUEST PROVINCE DU SANGUIE Cercle pur la Culture du Leadership dans le Sanguié DEUXIEME FORUM DES LEADERS DU SANGUIE Les 04 et 05 aût 2012 à Ténad et Kyn

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

AC T I V I T É PHYSIQUE

AC T I V I T É PHYSIQUE AC T I V I T É PHYSIQUE Mieux cnnaitre et prendre en cmpte les mtivatins des publics à la pratique d activités physiques : repères pur les prfessinnels Oc t b r e 2 0 1 0 IREPS Rhône-Alpes Instance Réginale

Plus en détail

Contrat d agrément du conducteur

Contrat d agrément du conducteur 2012 Unin Natinale pur l Utilisatin de Chiens de Ruge Cntrat d agrément du cnducteur UNUCR Unin Natinale pur l Utilisatin de Chiens de Ruge CA du 6 avril 2012 Adpté par AG du 27 mai 2012 Intrductin Les

Plus en détail

Conseils et astuces pour l organisation de séminaires et d ateliers

Conseils et astuces pour l organisation de séminaires et d ateliers Bîte à utils pur les Superviseurs de pratiques pédaggiques Cnseils et astuces pur l rganisatin de séminaires et d ateliers Des élèves-enseignants travaillent en petits grupes au curs d un séminaire C'est

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo Cmpte rendu Cmmissin Cmmunicatin du 7 juillet 2010 Brasserie Fl Persnnes présentes - Gérard Simnin - Yves Bncur - Hubert Gign - Patrick Beaujard - Frédéric Berruet - Linel Valdan - Christine Herzg - Ingrid

Plus en détail

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION Bilan annuel de l uverture internatinale de l académie Orléans-Turs 2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION L OUVERTURE À L INTERNATIONAL La li d

Plus en détail

nombres "outils" / nombres "objets"

nombres outils / nombres objets 1 1 - À qui servent les nmbres? Le cncept de nmbre se cnstruit à partir de l'usage que l'n en fait. Les nmbres sernt d'abrd vécus cmme "utils", utiles pur résudre des prblèmes, mémriser une quantité, cmparer

Plus en détail

Comment se présente le système?

Comment se présente le système? Mise en place d!une plitique de cntrôle de gestin au sein de d!un Etablissement public. L!exemple de l!etablissement public de la prte Drée Cité natinale de l'histire de l'immigratin. La bnne gestin d

Plus en détail

Les étapes du deuil. L accompagnement des personnes en deuil Conférence de Mme Rosette Poletti 14 janvier 2012 Sion Aula François-Xavier Bagnoud

Les étapes du deuil. L accompagnement des personnes en deuil Conférence de Mme Rosette Poletti 14 janvier 2012 Sion Aula François-Xavier Bagnoud Les étapes du deuil Les étapes du deuil L accmpagnement des persnnes en deuil Cnférence de Mme Rsette Pletti 14 janvier 2012 Sin Aula Françis-Xavier Bagnud On s intéresse beaucup actuellement au deuil,

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Compte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00

Compte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00 Grupe de Réflexin et d Actin sur l Adaptatin au Changement Climatique (GRAACC) Cmpte-rendu de l Atelier de travail Du 10 avril 2012 de 14h00 à 17h00 A l hôtel Campanile 4 rue Mrtier, Lyn 3 ème Dans le

Plus en détail

Prénom et nom de l enfant : Sexe de l enfant : M F L âge de l enfant : Nom de la garderie ou du CPE : Adresse : Téléphone :

Prénom et nom de l enfant : Sexe de l enfant : M F L âge de l enfant : Nom de la garderie ou du CPE : Adresse : Téléphone : Veuillez prendre nte qu il est primrdial que le questinnaire sit transmis de façn cnfidentielle, sit directement de la garderie à l écle. Tut dcument reçu par l entremise des parents sera refusé. Date

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

Sessions préparation à la retraite (14 heures) Par

Sessions préparation à la retraite (14 heures) Par OFFRE DE SERVICES Sessins préparatin à la retraite (14 heures) SÉMINAIRES Par Cégep Marie-Victrin, Centre de services aux entreprises Mnsieur Jean Perrn, cnseiller en frmatin 767, rue Bélanger Mntréal

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail