FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES. Identifier les acteurs du marché des changes. Comprendre le fonctionnement des outils du marché des changes.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES. Identifier les acteurs du marché des changes. Comprendre le fonctionnement des outils du marché des changes."

Transcription

1 FIN-INTER-03 LE MARCHE DES CHANGES Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 5 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les acteurs du marché des changes. Cmprendre le fnctinnement des utils du marché des changes. Le cntexte de la finance internatinale. Les déterminants du taux de change. Expsé didactique des cnnaissances. Exemples. Exercices d applicatin. TABLE DES MATIERES 1. Les acteurs Les banques Les entreprises Les institutinnels Les Banques Centrales Les particuliers Les utils Spt Fnctinnement Ctatin Spt Exemples Future Frward Swaps Optins Fnctinnement Schématisatin Exercices Précisins sur les curs à terme Utilisatin de ces utils Spéculer Arbitrer Se cuvrir Page n 1 / 11

2 1. Les acteurs Les banques. Les transactins interbancaires représentent la majeure partie des échanges de mnnaie (plus de 50%). Certaines pératins snt faites pur le cmpte de clients, mais la plupart snt faites pur le cmpte prpre de la banque. Traditinnellement les banques avaient à faire à des curtiers. Avec le dévelppement de l infrmatique et des plates frmes en ligne, elles peuvent désrmais gérer leurs transactins à distance. Parmi les banques les plus imprtantes n cmpte la Deutsche Bank, UBS, Barclay Capital, Citigrup, RBS La Deutsche Bank est une banque internatinale, ayant sn siège à Francfrt (Allemagne). Elle a une succursale dans les principales places financières mndiales (Lndres, New Yrk, Tky, Paris, Mscu, Singapur ) et emplie plus de persnnes. Elle ffre des services financiers aux entreprises, aux institutinnels et aux particuliers (vente, trading, risk management, banque privée ). C est l une des tris plus grsses banques d investissement, ctée à la fis à Francfrt et à New Yrk. UBS est une sciété de services financiers ayant sn siège en Suisse. Ses principales activités snt la banque privée, la banque d investissement, et la gestin de frtune. Elle est présente dans plus de 50 pays et a beaucup suffert de la crise des subprimes! Barclays est une banque anglaise, ayant sn siège à Lndres, fndée en Elle emplie plus de emplyés, dans plus de 50 pays 1.2. Les entreprises. Une partie imprtante des transactins vient d entreprises qui cherchent sit à régler des biens u des services (imprtateurs), u qui se snt fait régler des biens u des services, dans d autres mnnaies que leur mnnaie dmestique (exprtateurs). La plupart du temps les mntants échangés snt relativement faibles cmparés aux mntants échangés par les banques u les spéculateurs. Mais sur le lng terme, ils peuvent définir une tendance (en lien direct avec la balance cmmerciale). Airbus exprte des avins dans le mnde entier et dit gérer plusieurs mnnaies, à la fis dans ses revenus et dans ses dépenses. Caterpillar exprte aussi des prduits néreux, dans de nmbreux pays. Elle se retruve dnc suvent sur le marché des changes. Page n 2 / 11

3 1.3. Les institutinnels. Les fnds d investissements, hedge funds, les fnds de pensin, les cmpagnies d assurance juent un rôle de plus en plus prépndérant. Les mntants dnt ils dispsent snt de plus en plus imprtants, et (dans le cas des fnds spéculatifs, les Hedge Funds, cnnus pur leur plitique agressive) ils leurs permettent de prendre des psitins très tranchées. Les cmpagnies d assurance et les fnds de pensins pensent plutôt à se cuvrir cntre le risque de change. Fnds de pensin : fnds d investissement spécifiquement dédié à la retraite par capitalisatin. C est un util d épargne retraite. Cllectivement, les fnds de pensin financent les retraites de millins de persnnes (ntamment aux USA), et juent un rôle imprtant sur les marchés financiers. Hedge Fund : un fnds d investissement qui, par certaines caractéristiques, (le nmbre d investisseurs accrédités ) échappe à la législatin sur les fnds d investissements, ce qui lui permet d avir une plitique plus agressive et plus risquée mais ptentiellement plus rentable. Ex : The Children s Investment Fund Les Banques Centrales. Les banques centrales juent un rôle imprtant : elles tentent de cntrôler l ffre et la demande de mnnaie (afin de lutter cntre l inflatin, de cntrôler les taux d intérêts). Elles pssèdent suvent des réserves de mnnaie étrangère à des fins de cuverture, et pur stabiliser le marché. Parfis, les déclaratins de la Banque Centrale suffisent à influencer le marché dans un sens u dans l autre mais elles divent aussi être prêtes à intervenir effectivement. Par exemple, la plitique de la banque centrale chinise (qui achète du dllar) permet au dllar de garder un niveau acceptable Les particuliers Les particuliers (banques cmmerciales, turistes ) juent un très faible rôle. Les mntants échangés snt peu élevés, et les échanges se fnt à des cnditins beaucup mins avantageuses que pur les grs acteurs (le spread est beaucup plus imprtant). Ils ne dispsent pas d accès privilégiés. Ils subissent les taux de change sans avir aucune influence dessus. Purtant c est la partie immergée de l iceberg, la plus facilement bservable : les bureaux de change dans les aérprts, mn cnseiller bancaire crédit agricle (u autre) qui peut me furnir des dllars pur un vyage aux Etats-Unis (si je le préviens) à l avance. Page n 3 / 11

4 2. Les utils Spt Fnctinnement. Un cntrat spt (au cmptant) est un cntrat d échange simple, à la date du cntrat. La livraisn s effectue au plus tard deux jurs après la transactin. C est un échange direct entre deux mnnaies. C est aussi le cntrat le plus utilisé. Exemple : Une entreprise française a vendu pur de dllars aux Etats-Unis, et suhaite rapatrier ses bénéfices. Elle va dnc échanger ses dllars cntre des eurs. Le taux de change est alrs le taux de change spt, le plus aisément accessible. Les ctatins snt exprimées au certain u à l incertain. Ctatin au certain : le taux de change est le prix d une unité de devise étrangère en devise natinale : en France 1 USD = 0,6423 EUR. Ctatin à l incertain : le taux de change est le prix d une unité de devise étrangère en devise natinale : en France 1 EUR = 1,5567 USD Les deux ctatins traduisent le même taux de change (leur prduit est égal à 1, pur passer de l un à l autre il suffit d effectuer un prduit en crix). Pur une mnnaie il y a deux ctatins : le bid price et le ask price. Le bid price est le curs acheteur : celui auquel la banque achète cette devise. Le ask price est le curs vendeur : celui auquel la banque la vend. La différence entre le bid price et l ask price est le spread, qui crrespnd à la marge de la banque. On a dnc : Bid Price A = 1 / Ask Price B Page n 4 / 11

5 Ctatin Spt. Eurs t 1 USD Spt - Surce : x-rates.cm Exemple d un tableau d affichage avec les Bid and Ask prices : Exemples. Deux mnnaies, A et B, avec un Bid price et un Ask price : Sit un curs pur une mnnaie A : Mnnaie Unité Bid Ask A B 1.51 B B 1 1/1.51 A 1/1.5 A Mnnaie Unité Bid Ask A 1 1,53 1,55 Un client suhaite cnvertir 1000 A en B. Cmbien va-t-il recevir? Pur cnvertir 1000 A, n utilise le Bid Price (prix auquel la banque se prpse d'acheter A). Dnc : A = B Un client suhaite acheter 1000 A. Cmbien va-t-il payer? Pur acheter 1000 A, n utilise le Ask Price (prix auquel la banque se prpse de vendre A). Dnc : A = B Page n 5 / 11

6 2.2. Future. Un future est un cntrat à terme ferme. C est un engagement pur les deux parties d acheter u de vendre un prduit sus jacent à un prix dnné. Les futures snt des prduits «standards», ils snt ctés, de taille définie ( eurs par exemple) et une maturité définie : l échange se prduira à une date déterminée. Les futures snt «gérés» par une chambre de cmpensatin, qui sert d intermédiaire : il y a une première partie du cntrat entre l acheteur et la chambre de cmpensatin, et une deuxième partie entre la chambre de cmpensatin et le vendeur. Clearstream, basée au Luxemburg, est une chambre de cmpensatin. Les prfits et pertes snt réalisés au jur le jur. De par leur taille ces cntrats ne snt pas utilisés par les particuliers. Ils snt réservés aux entreprises, aux banques et aux investisseurs institutinnels. Les futures peuvent être utilisés pur spéculer u pur se cuvrir. Les plus grs marchés de futures snt le Chicag Mercantile Exchange (aux USA), suivi de Eurnext Liffe (en Eurpe) et du Tky Financial Exchange (au Japn). Pur un future Eur Dllars cté en dllars : le prix du futur est dnné en $ par unité d Eur. Un cntrat d Eur sera par exemple de eurs, cté à 0,65 arrivant à maturité le 31 mars 2010 (c est-à-dire que pur ce cntrat 1 USD = 0,65 EUR) Frward. Un Frward est une srte de future mais nn standardisé, et échangé de gré à gré (OTC, Over the Cunter). Il n est dnc pas cté, et difficilement revendable. C est un cntrat entre deux parties qui s accrdent pur échanger un mntant dnné à une date dnnée. Dans le cas d un Currency Frward, les deux acteurs vnt se mettre d accrd pur échanger une quantité x d eurs cntre une quantité y de dllars à une date dnnée (en se mettant dnc d accrd sur un taux de change à terme). La différence entre le curs Spt et le curs Frward est appelé le Premium. Le prfit u la perte snt réalisés à la livraisn (et pas qutidiennement cmme dans le cas d un future). Le but d un Currency Frward est de garantir aujurd hui un flux inverse qui aura lieu à une date future (le même que pur un future). Mais ce cntrat n étant pas standardisé, il permet de cller exactement au mntant que l n cherche à cuvrir. En revanche, il nécessite de truver une cntrepartie (les banques servent d intermédiaire). Cmme il n y a pas de chambre de cmpensatin, le risque de défaut de la cntrepartie est également plus élevé (risque que la cntrepartie ne puisse pas livrer à l échéance). Page n 6 / 11

7 2.4. Swaps. Un swap est un cntrat d échange de flux financier entre deux cntreparties. Le Swap n entraine aucun muvement en capital, seul la différence entre les intérêts est échangée. Il y a dnc un échange de liquidité à intervalles définis. Un Swap peut prter sur les taux d intérêts (échange d un taux fixe cntre un taux variable). Mais il existe aussi des Swap de Currency (échange de taux d intérêts dans deux mnnaies). Par exemple, une entreprise américaine dispsant de bnnes cnditins d accès à un prêt à taux fixe sur le marché américain et désireuse de faire un emprunt en Angleterre purra faire un swap avec une entreprise anglaise, qui veut faire un emprunt aux USA. Les Swaps snt basés sur des différences de cnditins d accès au crédit. En effet, suivant leur taille, leur histrique de crédit, leur santé financière, les entreprises se vient ffrir par les banques des taux différents. Le Swap nécessite l interventin d une banque, qui met en relatin les cntreparties et sert d intermédiaire. Les banques de Swap peuvent réaliser des Swap sur mesure mais il existe aussi un marché de swaps «plain vanilla», de cntrats d échanges basiques, dnt les cnditins snt facilement dispnibles Optins Fnctinnement. Une ptin crrespnd à l achat d un drit et à la vente d un engagement : l acheteur paye une prime en échange du drit d acheter u de vendre, à une date et à un prix dnné, un sus jacent déterminé. Le vendeur s engage à vendre u a acheter l actif sus jacent à la date au prix cnvenu, et reçit une prime. Il existe deux types d ptins : les calls et les put : Un call dnne à l acheteur le drit d acheter l actif sus jacent, et au vendeur l bligatin de le faire. Un put dnne à l acheteur le drit de vendre, et au vendeur l bligatin de le faire. Page n 7 / 11

8 Le système d ptins est basé sur une différence de perceptin de l évlutin du prix d un actif entre l acheteur et le vendeur. L acheteur d un call «achète le drit d acheter à un prix E à la date t». Si à t le curs de l actif (S) est au dessus de E, alrs il est avantageux de l acheter (puisqu il le tuche au curs E et réalise un gain). La valeur intrinsèque d un call est S-E. La valeur intrinsèque d un put est E-S. Les ptins se négcient sur des marchés spécialisés, u de gré à gré. Le but d une ptin peut être de se cuvrir cntre un risque de vir le prix de l actif passer au dessus u au dessus d un certain seuil, pur spéculer a la hausse u à la baisse d un sus jacent, u pur spéculer sur la vlatilité Schématisatin. Achat call Vente call Achat put Vente put Avec K le prix d exercice et P la prime d ptin Exercices. EXERCICE N 1 : Sit un call avec une prime d ptin de 2,5 et un prix d exercice de 120. Travail à faire : Tracer la curbe de gain de la vente de ce call. Page n 8 / 11

9 SOLUTION On trace la curbe de gain d une vente call. Dans ce cas n a: P = 2,5 K = 120 K + p = 122,5 EXERCICE N 2 : Un put est acheté aux cnditins ci-après : prime d ptin de 2,5 et prix d exercice de 130. L actif sus jacent est cté à l exercice à 128. Travail à faire : Vais-je lever mn ptin? Quel gain ai-je réalisé (en prenant en cmpte la prime d ptin)? SOLUTION L achat d un put crrespnd à l achat d un drit de vendre. Dans ce cas, j ai acheté le drit de ventre le sus jacent à 130. A l exercice, le prix du sus jacent est de 128. Il est dnc avantageux de le vendre à 130. Je vais exercer mn ptin et le vendre à 130. Je vais dnc réaliser un gain de 2 mais ce gain ne cmpensera pas le mntant de la prime d ptin (2,5). Au ttal, j ai dnc perdu 0,5 (par rapprt à quelqu un qui se cntente de vendre l actif sus jacent au prix du marché, à 128). Par cntre, si le prix du sus jacent avait été de 127, alrs j aurai réalisé un gain. Cet exemple illustre le fait que les ptins snt des prduits financiers qui nt un prix qu il faut prendre en cmpte Précisins sur les curs à terme. Cmme nus l avns vu précédemment, deux types de taux snt utilisés en finance internatinale. Les taux de change au cmptant et les taux de change à terme. Quelles snt les relatins entre les deux taux? Le taux de change à terme de X par rapprt à Y exprime cmbien de Y n purra acheter avec un X à une date dnnée (dans 3 mis, dans 6 mis ). Une mnnaie peut être en déprt u en reprt. Si le curs cmptant est supérieur au curs à terme, la devise est en déprt. Si le curs cmptant est inférieur au curs à terme, la devise est en reprt. Si les curs snt égaux, la devise est à parité. On peut calculer le reprt (u le déprt) d une mnnaie, en purcentage annuel du taux au cmptant. On utilise alrs la frmule suivante : (Curs à terme curs au cmptant) / Curs au cmptant x (360 x 100) / terme Le curs à terme est déterminé par tris pératins : une pératin de change au cmptant, un emprunt et un placement de cet emprunt. Page n 9 / 11

10 Ces ctatins snt dispnibles en temps réels. Les pératins de prêt et d emprunt de devises étrangères se fnt principalement sur le marché des eurdevises, une eurdevise étant une mnnaie étrangère détenue hrs de sn pays d rigine. Le terme est un dérivé d eurdllars, histriquement les dllars détenus en Eurpe Utilisatin de ces utils Spéculer. Prendre aujurd hui des décisins écnmiques sur la base d un état hypthétique futur (à plus u mins lng terme, suivant l hrizn d investissement), c est un pari sur une évlutin future. Spéculer, c est dnc acheter (u vendre à crédit) une certaine quantité d un bien (de mnnaie par exemple), en pariant sur une évlutin à la hausse (en cas d achat) u à la baisse (en cas de vente) de cette mnnaie. Les cntrats sur les prduits dérivés (ptins par exemple) permettent une spéculatin avec un grs effet de levier : l acheteur d un call ne paye au départ que la prime d ptin et le mntant ttal du cntrat est beaucup plus imprtant. Si l actif sus jacent évlue dans le «bn» sens, l acheteur du call lève l ptin. Si l actif sus jacent évlue dans le «mauvais» sens alrs il ne lève pas l ptin et n aura payé que la prime. Un spéculateur seul ne dispse pas de la surface financière pur influer directement sur le taux de change d une mnnaie. Cependant le mimétisme sur les marchés financiers fait que le cmprtement d un spéculateur recnnu peut influer sur le cmprtement d autres spéculateurs. Il y aura alrs un effet de masse, persnne ne suhaitant être le dernier à parier à la hausse u à la baisse, et n retmbe sur les anticipatins aut réalisatrices. Ces cmprtements peuvent tucher les mnnaies. C est pur cela que par exemple la Malaisie, durant la crise asiatique, a interdit le change de sa mnnaie afin d éviter les attaques des spéculateurs. Anticipatins aut réalisatrices : les acteurs du marché anticipent une baisse d un actif. Ils vnt dnc le vendre avant la baisse mais le fait de vendre en masse va augmenter l ffre et diminuer la demande: les prix béissant à la li de l ffre et de la demande, la baisse sera réelle) Arbitrer. L arbitrage est une technique qui cnsiste à prfiter d anmalies, de déséquilibres tempraires sur le marché, avant que l équilibre ne se rétablisse. Le prfit crrespnd à la différence de prix sur le marché entre les deux prduits (ex : emprunter à 2 % en Allemagne, prêter à 3 % en France serait un arbitrage). Il y a tris cnditins qui permettent d effectuer un arbitrage : l actif s échange à un prix différent sur deux marchés. deux actifs avec un cash flw (cash flw = flux de liquidité = différence entre les recettes et les dépenses, en prenant en cmpte les flux effectifs) identique ne s échangent pas au même prix. un actif avec un prix cnnu dans le futur est sus-évalué (l évaluatin se fait suvent par la méthde des cash flw discuntés) Se cuvrir. Se cuvrir (hedging) cnsiste à investir afin d essayer de réduire u de diminuer un risque particulier, tut en permettant à l entreprise de cntinuer à réaliser des bénéfices. Page n 10 / 11

11 Les décisins d investissement de cuverture ne snt pas liées au marché, mais à l activité de l entreprise. Une entreprise peut se cuvrir cntre une multitude de risques : risque que le prix du pétrle augmente, en achetant des futurs pétrles, risque que les taux de change évluent, risque que le climat sit trp mauvais ( il existe même des dérivés climatiques!). Page n 11 / 11

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés

Module 9 : Résumé Introduction aux instruments dérivés Mdule 9 : Résumé Intrductin aux instruments dérivés Ce mdule intrduit les instruments dérivés, qui snt des titres dnt la valeur dépend directement de la valeur d un actif sus-jacent. Il abrde certains

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE 4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE FRANÇAISE France Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 63,9 PIB (en G$ US curants) 2 846,9 PIB par habitant (en $ US curants) 44 538,1 Taux de

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172)

MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) . MULTIMANAGERS ACTIONS EUROPE-FIDELITY (FCE 20070172) Part du fnds : «Classique» Objectifs et plitique d investissement : Prfil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé, Rendement

Plus en détail

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille

Consultation du personnel de l OCRCVM Document de réflexion sur la faisabilité du calcul des marges en fonction du portefeuille Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnnes-ressurces : Jamie Bulnes Directeur de la plitique de réglementatin des membres 416 943-6928 jbulnes@iirc.ca Answerd Ramcharan

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation.

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation. N Titre LCH.Clearnet SA Instructin V.4-1 COUVERTURES DES TRANSACTIONS DE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES (Méthde de calcul des Cuvertures) CHAPITRE 1 CHAMP D APPLICATION Article 1 Dispsitins générales Dans

Plus en détail

CONTRAT ANNULATION FOIRES, SALONS, CONGRES «UNIMEV» Créé et géré par le courtier AXELLIANCE assuré par la compagnie BEAZLEY

CONTRAT ANNULATION FOIRES, SALONS, CONGRES «UNIMEV» Créé et géré par le courtier AXELLIANCE assuré par la compagnie BEAZLEY CONTRAT ANNULATION FOIRES, SALONS, CONGRES «UNIMEV» Créé et géré par le curtier AXELLIANCE assuré par la cmpagnie BEAZLEY Présentatin de l assureur : BEAZLEY Beazley plc est une sciété d assurances spécialisées

Plus en détail

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises

Résumé chapitre 8 Assurance vie pour entreprises Assurance vie Résumé chapitre 8 Assurance vie pur entreprises Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. Les entreprises

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prspectus d émissin ADDENDUM DE JUILLET 2010 AU PROSPECTUS D AVRIL 2010 ABERDEEN GLOBAL Sciété d investissement à capital variable de drit luxemburgeis à cmpartiments multiples cnfrme

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Solevia patrimoine EN BREF

Solevia patrimoine EN BREF Slevia patrimine Chercher à valriser vtre patrimine, cmpléter vs revenus u encre ptimiser vtre transmissin avec slevia patrimine. EN BREF Slévia patrimine est un cntrat d assurance vie de type multisupprt

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID

CONDITIONS GENERALES RES PREPAID CONDITIONS GENERALES RES PREPAID 1. Intrductin & définitins RES est un réseau d entreprises lcales, de PME, u de cmmerçants et persnnes qui exercent des prfessins libérales. Les particuliers snt encuragés

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente.

LES DEPRECIATIONS DES TITRES. Evaluation des dépréciations relatives aux titres selon leur catégorie. Notion de plus-value et de moins-value latente. LES DEPRECIATIONS DES TITRES Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Evaluatin des dépréciatins relatives aux titres seln leur catégrie. Ntin de plus-value et de mins-value latente. Ajustement des dépréciatins

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

GÉRER SON ARGENT, PLANIFIER SON AVENIR

GÉRER SON ARGENT, PLANIFIER SON AVENIR Gérer sn argent, planifier sn avenir INTRODUCTION Les jeunes snt bmbardés de publicités les encurageant à cnsmmer immédiatement! Les adultes, eux, les encuragent à épargner u même à investir. Tut ça peut

Plus en détail

Certificat. Financement du Négoce International. Orientation "matières premières"

Certificat. Financement du Négoce International. Orientation matières premières Certificat Financement du Négce Internatinal Orientatin "matières premières" Certificat Financement du Négce Internatinal (CFNI) Orientatin Matières premières Enjeu et cntexte : Avec une part de marché

Plus en détail

L'apparition de la finance islamique remonte au lendemain du premier choc pétrolier, où la masse financière de ce qu'on a appelé les

L'apparition de la finance islamique remonte au lendemain du premier choc pétrolier, où la masse financière de ce qu'on a appelé les Excellences, C'est pur mi un réel plaisir de prendre manifestatin sur la finance islamique. part à cette imprtante Permettez-mi également de vus transmettre les salutatins de Mnsieur Adnane Ahmed Yussef,

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Les Français et les voitures d occasion

Les Français et les voitures d occasion Les Français et les vitures d ccasin Les résultats d une enquête exclusive La Centrale / OpininWay Perceptin du marché Mtivatins, craintes et besins de réassurance Recherche d acteurs de cnfiance Dssier

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010

LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 EMBARGO JUSQU AU DÉBUT DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC RÉALISE UN RENDEMENT DE 13,6 % EN 2010 Actif net de 151,7 G$, en hausse de 20,1 G$ Mntréal, le jeudi 24 février

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG

PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG PRÉSENTATION DU CONCEPT E-LOSTBAG 1 1- LES CHIFFRES Aujurd hui, 82 000 bagages snt perdus chaque jur dans le mnde, 13 % ne snt jamais retruvés. La première cause de perte est due aux étiquettes arrachées.

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 ACAT France ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 On examinera successivement le résultat, les prduits, les charges et la trésrerie de l ACAT-France.

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES

ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES ERES EdR ACTIONS RENDEMENT INTERNATIONALES Rapprt Annuel au 31 décembre 2014 1. Rapprt de gestin - Identificatin de l OPC Nature juridique Classificatin Affectatin des résultats Orientatin de placement

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

CONTRATS A LONG TERME. Principes et traitements comptables des opérations à long terme.

CONTRATS A LONG TERME. Principes et traitements comptables des opérations à long terme. CONTRATS A LONG TERME Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Principes et traitements cmptables des pératins à lng terme. Facturatin, Régularisatin des charges et des prduits, Prductin stckée. Analyse des

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

Chap II : La gestion de stock

Chap II : La gestion de stock www.lgistiquetn.me.ma Chap II : La gestin de stck I. Les pératins de la gestin du stck : La gestin du stck d une entreprise dit être réalisée avec sin pur être capable en permanence de cnnaitre l état

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER)

MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER) MANUEL D UTILISATION DU SITE INTERNET (PUBLIER) Chapitre 3 : Page d accueil La page d accueil est la page d entrée sur le site internet Que cntient-elle? Menu principal (haut gauche) Cmme pur tutes les

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1

COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE. Généralités concernant les comptes annuels de l exercice 2009 1 COMPTES ANNUELS DE L EXERCICE 2009 RAPPORT POLITIQUE Généralités cncernant les cmptes annuels de l exercice 2009 1 Dans la cntinuité des exercices précédents, les cmptes annuels 2009 de la Cmmune de Grez-Diceau

Plus en détail

Certificat. Instruments Financiers Complexes (CIF2) Produits dérivés, structurés et alternatifs

Certificat. Instruments Financiers Complexes (CIF2) Produits dérivés, structurés et alternatifs Certificat Instruments Financiers Cmplexes (CIF2) Prduits dérivés, structurés et alternatifs Certificat Instruments Financiers Cmplexes (CIF2) Prduits dérivés, structurés et alternatifs Enjeu et cntexte

Plus en détail

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi Zm sur La base de dnnées écnmiques et sciales instaurée par la li de sécurisatin de l'empli Juillet 2014 I. Une transparence renfrcée via la mise en place d une base de dnnées écnmiques et sciales 1 II.

Plus en détail

ERES LFP PATRIMOINE FLEXIBLE

ERES LFP PATRIMOINE FLEXIBLE Epargne Retraite Et Salariale ERES LFP PATRIMOINE FLEXIBLE Rapprt Annuel au 28 mars 2013 - Identificatin de l OPCVM Nature juridique Classificatin Affectatin des résultats Orientatin de placement Changements

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Je veux faire un débat argumenté. Travailler 4 dimensions - la sensibilité - le jugement - le droit et la règle - l engagement

Je veux faire un débat argumenté. Travailler 4 dimensions - la sensibilité - le jugement - le droit et la règle - l engagement Qui? EMC EMC Avec qui? 3 ème 2de Cmment? Je veux faire un débat argumenté Je veux faire un débat argumenté À partir de qui? un sndage un sndage Sur qui? Purqui? Cntraintes? Les sndages influencent-ils

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Attentes du Bloc Québécois en vue du discours du Trône

Attentes du Bloc Québécois en vue du discours du Trône Attentes du Blc Québécis en vue du discurs du Trône Fiche technique Le rétablissement des transferts en santé et en éducatin Le Blc Québécis prpse de maintenir la hausse de 6 % par année du transfert canadien

Plus en détail

LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION. classer les charges et les produits selon leur nature, déterminer le résultat de l'exercice.

LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION. classer les charges et les produits selon leur nature, déterminer le résultat de l'exercice. LE TABLEAU DE RESULTAT LES COMPTES DE GESTION Objectif(s) : être capable de : Pré-requis : Mdalités : classer les charges et les prduits seln leur nature, déterminer le résultat de l'exercice. cnnaissance

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ)

L Association pour l exportation du livre canadien. Programme d aide à la commercialisation des droits à l étranger (PACDÉ) L Assciatin pur l exprtatin du livre canadien Prgramme d aide à la cmmercialisatin des drits à l étranger (PACDÉ) Lignes directrices 2010-2011 Date limite pur la réceptin des demandes : le jeudi 1 er avril

Plus en détail

SAGNAH ET LE SORCIER DU SAGUENAY

SAGNAH ET LE SORCIER DU SAGUENAY SAGNAH ET LE SORCIER DU SAGUENAY CAHIER DE L ENSEIGNANT ET REPRODUCTIBLES Français langue secnde et étrangère Enseignant au secndaire 2e cycle et aux adultes Niveau avancé Activités ludiques Par Renaud

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 15 février 2008 RESULTATS 2007 MICHELIN ANNONCE UNE AMELIORATION SIGNIFICATIVE DE 1,6 POINT DE SA MARGE OPERATIONNELLE

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Crédit bail (ou leasing)

Crédit bail (ou leasing) Crédit bail (u leasing) Enjeux pur les IMF Le crédit-bail u leasing (n parle également de «lcatin-vente») est une pératin simple, pratiquée depuis lngtemps dans de nmbreux pays. C est une alternative au

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT

CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT CODE DE CONDUITE ET D'ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT POLITIQUE EN MATIÈRE DE CADEAUX ET DE DIVERTISSEMENT Faire u accepter des cadeaux d'entreprise et des prpsitins de divertissement

Plus en détail

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France Cnsultatin veille médias Cmité Natinal Olympique et Sprtif France Date limite et heure limite de réceptin des ffres : Le 1 er septembre 2014 à 12h00 Préambule Le Cmité Natinal Olympique et sprtif Française

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CARTES CADEAUX KYRIELLES RESERVEES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES CARTES CADEAUX KYRIELLES RESERVEES AUX ACHETEURS PERSONNES MORALES 1 / Définitins Dans le cadre des présentes Cnditins Générales, les Parties cnviennent de ce que chacun des termes et expressins figurant ci-dessus aura la significatin dnnée dans sa définitin, dès lrs

Plus en détail

Re forme des cotisations sociales FAQ

Re forme des cotisations sociales FAQ Re frme des ctisatins sciales FAQ Ont cllabré à la rédactin de ces FAQ, Acerta, la DG Indépendants et l INASTI. Table des matières À partir de 2015, sur la base de quels revenus mes ctisatins sernt-elles

Plus en détail

3. Les affiliations individuelles

3. Les affiliations individuelles 3. Les affiliatins individuelles 3.1. GENERALITES Affiliatin bligatire 3.1.1. Cnfrmément à l'article VI des statuts, les sciétés admises à la Fédératin divent bligatirement demander une licence pur tus

Plus en détail

La financiarisation du marché des matières premières, quelles conséquences?

La financiarisation du marché des matières premières, quelles conséquences? Cllque CEPII-CIREM-GROUPAMA, 20 ctbre 2011, Les transfrmatins de la mndialisatin Table rnde : Les frces de changement dans l écnmie mndiale La financiarisatin du marché des matières premières, quelles

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé Pint d infrmatin 22 ctbre 2009 Feuilles de sins papier u électrniques? Les pratiques des médecins et des prfessinnels de santé L an dernier 1, les caisses d Assurance Maladie nt reçu plus de 1,1 milliard

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

Energie et environnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux?

Energie et environnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux? Le 14 décembre 2010 Energie et envirnnement : l Amérique latine est elle entrée dans un cercle vertueux? Jean Pierre HAUET KB Intelligence Puzzle énergétique, mdèle envirnnemental : deux qualificatifs

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA

Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2016 Ouverture de la première fenêtre de cessibilité des BSA - La première fenêtre de cessibilité des BSA s étendra du 11 mars 2016 au 9 mai 2016 (inclus). - La valeur

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Certificat. Private Banking (CPB) Gestion de fortune dans les banques privées

Certificat. Private Banking (CPB) Gestion de fortune dans les banques privées Certificat Private Banking (CPB) Gestin de frtune dans les banques privées Certificat Private Banking (CPB) Enjeu et cntexte Le certificat en private banking (CPB) est une frmatin unique qui ffre a ses

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure

Rapport spécial. relatif au contrôle du secrétariat de la médiateure Rapprt spécial relatif au cntrôle du secrétariat de la médiateure Table des matières I. LES CONSTATATIONS ET RECOMMANDATIONS DE LA COUR DES COMPTES...5 1. PRÉSENTATION DU CONTRÔLE DE LA COUR...5 1.1.

Plus en détail

Conditions d utilisation de serveurs virtuels proposés par la DiSTIC - Université de Genève

Conditions d utilisation de serveurs virtuels proposés par la DiSTIC - Université de Genève Cnditins d utilisatin de serveurs virtuels prpsés par la DiSTIC - Université de Genève 1 Champ d applicatin 1.1 Les présentes cnditins d utilisatin s appliquent à tut cllabrateur (ci-après : l Utilisateur)

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES

BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES Service Public Fédéral FINANCES Secteur TVA Avril 2016 AVANT-PROPOS Le régime de la franchise de

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Directive - Stage en entreprise

Directive - Stage en entreprise mb/01/05/2014 Smmaire 1. Objectif... 1 2. Terminlgie... 1 3. Dmaine d applicatin... 1 4. Objectifs du stage... 1 5. Exigences du stage Bachelr (semestre 6)... 1 6. Péride de stage... 2 7. L'entreprise

Plus en détail

22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE 22 LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE A LES DIFFÉRENTES FORMES DE FINANCEMENT 1 L'ajustement des capacités et des besins de financement a) Capacités et besin de financement des agents en France 1. Le financement

Plus en détail

Module 10 : Résumé Planification financière

Module 10 : Résumé Planification financière Mdule 10 : Résumé Planificatin financière Ce mdule examine les principaux éléments du prcessus de planificatin financière et évalue les bjectifs et les avantages de la planificatin financière. Vus apprenez

Plus en détail