Dr Amaya Leunda Mme Chuong Dai Do Thi M Bart Brosius Dr Nicolas Willemarck Dr Céline Verheust Mme Bernadette Van Vaerenbergh

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Amaya Leunda Mme Chuong Dai Do Thi M Bart Brosius Dr Nicolas Willemarck Dr Céline Verheust Mme Bernadette Van Vaerenbergh"

Transcription

1 MODALITES DE VALIDATION ET DE CONTROLE DES AUTOCLAVES DANS LE CADRE DE L INACTIVATION DES DECHETS RESULTANTS D UTILISATIONS CONFINEES D ORGANISMES GENETIQUEMENT MODIFIES ET/OU PATHOGENES DO Expertise, Prestatins de service et Relatins clients Service de Bisécurité et Bitechnlgie Rue Juliette Wytsman Bruxelles Belgique

2 Service de Bisécurité et Bitechnlgie Septembre 2011 Bruxelles, Belgique Editeur respnsable : Dr Jhan Peeters, Directeur général Rue J. Wytsman Bruxelles N de référence interne : ISP/41/AL/ N de dépôt: D/2011/2505/39 Dr Amaya Leunda Mme Chung Dai D Thi M Bart Brsius Dr Niclas Willemarck Dr Céline Verheust Mme Bernadette Van Vaerenbergh Service de Bisécurité et Bitechnlgie Chef de service : Dr Philippe Herman Le prjet est financièrement sutenu par La Régin de Bruxelles-Capitale - Bruxelles-Envirnnement - Institut bruxellis pur la Gestin de l'envirnnement (IBGE) La Régin flamande - Guvernement flamand - Département Leefmilieu, Natuur en Energie (LNE) La Régin wallnne - Service Public de Wallnie - Directin Générale Opératinnelle de l'agriculture, des Ressurces Naturelles et de l'envirnnement (DGARNE) D/2011/2505/39 2

3 Remerciements Les auteurs remercient le Dr Philippe Herman et le Dr Ir Katia Pauwels pur leur cntributin imprtante à la réalisatin de ce dcument. Dit dcument bestaat k in het Nederlands Institut Scientifique de Santé Publique Wetenschappelijk Instituut Vlksgezndheid, Bruxelles Ce rapprt ne peut être reprduit, publié u distribué sans l accrd du WIV-ISP. D/2011/2505/39 3

4 Table des matières : 1. Objectifs Intrductin La stérilisatin à la vapeur d eau Principe de stérilisatin par la vapeur d eau Validatin de l autclave Mise en service de l autclave Qualificatin pératinnelle Qualificatin de perfrmance La maintenance Le cntrôle en rutine Les cntrôles permanents Les cntrôles péridiques Inactivatin des déchets cntaminés issus des utilisatins cnfinées d rganismes GM et/u pathgènes Cnclusin Annexes Annexe 1 : Gestin des déchets et/u matières bilgiques issus des activités d utilisatins cnfinées d rganismes GM et/u pathgènes Annexe 2 : Pur en savir plus sur la stérilisatin à la vapeur d eau Annexe 3 : Gestin des Déchets bilgiquement cntaminés et lignes directrices et filières d éliminatin en Régin de Bruxelles-Capitale Références D/2011/2505/39 4

5 1. Objectifs Le sujet abrdé dans ce dcument entre dans le cadre général de la gestin des déchets résultants des activités d utilisatins cnfinées de (micr-)rganismes génétiquement mdifiés (OGM) et/u pathgènes telle qu elle est prévue par la législatin belge. La validatin et le cntrôle de l inactivatin de ces déchets par la vapeur d eau en utilisant un stérilisateur, aussi appelé autclave, sans étape de bryage snt spécifiquement dévelppés ici. Le dcument décrit d abrd l appareil de stérilisatin à la vapeur d eau et sn principe de fnctinnement. Il discute ensuite les questins relatives à la validatin et au cntrôle de l inactivatin des déchets cntaminés bilgiquement. D une part, il furnit des infrmatins aux autrités cmpétentes sur les prcédés qui snt appliqués, dans quelles situatins et cmment ils peuvent être appliqués. D autre part, il dnne aux utilisateurs quelques recmmandatins pur mettre en place une validatin de l autclave et une prcédure de cntrôle de l inactivatin des déchets adaptées à leurs activités. 2. Intrductin Les déchets issus des activités d utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes fnt partie des déchets dangereux tels que définis dans la Directive eurpéenne 78/319/CEE (1). Celle-ci impse aux Etats membres une gestin rigureuse et stricte des déchets dangereux 1. Cette gestin cmprend l identificatin et l enregistrement des déchets, la séparatin des différents types de déchets, l évacuatin, le cnditinnement, le stckage et le transprt de ces déchets. En Belgique, la gestin des déchets est une matière réginalisée. Les arrêtés réginaux relatifs aux utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes prévient que les déchets bilgiques (milieux de culture, etc.), les résidus bilgiques (cadavres et excréments d animaux infectés, litière, plantes cntaminées, substrats cntaminés, etc.), ainsi que le matériel cntaminé (verrerie, cages, etc.), prvenant de labratires, d animaleries, de serres, de chambres de culture, de chambres hspitalières et d installatins de prcédés à grande échelle divent subir une prcédure d inactivatin apprpriée et validée avant leur éliminatin (2, annexe 1). L inactivatin, définie cmme étant la suppressin de l activité bilgique des (micr-)rganismes, est bligatire indépendamment de la classe de risque de l rganisme et indépendamment de la classe de risque de l utilisatin cnfinée (2). Le chix d'une méthde apprpriée d'inactivatin dépend de plusieurs facteurs: le type et la nature du déchet, le danger représenté par les (micr-)rganismes présents dans les déchets, l efficacité des méthdes utilisées. Les méthdes d inactivatin des déchets les plus suvent utilisées snt la stérilisatin par la vapeur d eau, l inactivatin chimique et l incinératin. Dans 1 La Directive 78/319/CEE relative aux déchets dangereux a été remplacée par la Directive 91/689/CEE et a été mdifiée par la Directive 94/31/CE. D/2011/2505/39 5

6 ce dernier cas, les cnteneurs de déchets fermés hermétiquement snt généralement pris en charge par une sciété agréée de traitement des déchets pur être incinérés. Ce dcument est cnsacré à l inactivatin des déchets issus d utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes par la vapeur d eau. Les nrmes existantes sur le prcédé de stérilisatin à la vapeur d eau se réfèrent généralement à la stérilisatin de dispsitifs médicaux. Ces nrmes peuvent faire ffice de références pur la validatin et le cntrôle en rutine du prcédé d inactivatin des déchets bilgiques. Néanmins, il y a lieu de les adapter à cette utilisatin spécifique. 3. La stérilisatin à la vapeur d eau Généralement, les méthdes d inactivatin thermiques snt les plus simples à valider et à cntrôler cmparativement aux autres méthdes d inactivatin, ntamment l inactivatin chimique (3). Elles snt aussi mins ncives pur l envirnnement. La stérilisatin à la vapeur d eau est cnsidérée cmme un myen de stérilisatin fiable. Elle est la prcédure de chix pur l inactivatin des déchets dangereux prvenant d utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes de classe de risque 2 et supérieures (3, 4). La stérilisatin est un prcédé de décntaminatin qui permet la destructin cmplète de tut type de micr-rganismes, y cmpris les spres. Dans la pratique, il n est pas pssible de garantir une stérilisatin abslue. La plupart des installatins pratiquant la stérilisatin utilise le «Sterility Assurance Level» (SAL) dnt la valeur représente la prbabilité de persistance u survie d un micrrganisme après le prcédé de stérilisatin (5). Ce «degré» de stérilisatin à atteindre est généralement fixé à 10-3 u 10-6 ce qui veut dire que la prbabilité de survie est inférieure à 1 micrrganisme sur 1000 u sur 1 millin après stérilisatin. La décntaminatin par stérilisatin peut dès lrs être définie cmme étant un prcédé qui réduit la cntaminatin bilgique à un niveau ne présentant plus de risque (2). L inactivatin, elle, est définie cmme étant la suppressin de l activité bilgique des (micr-)rganismes. L appareil utilisé pur la stérilisatin à la vapeur d eau assure l inactivatin de matières par injectin directe u indirecte de vapeur d eau à une pressin supérieure à la pressin atmsphérique. Il existe plusieurs types d autclaves (6, 7, 8). L autclave cnsiste en une chambre métallique fermée hermétiquement et résistant à de hautes pressins, dans laquelle l eau chauffe et la pressin de la vapeur d eau atteint une valeur supérieure à la pressin atmsphérique. L évacuatin de l air hrs de la chambre est essentielle pur le bn dérulement du prcessus car l'air restant peut faire diminuer la température et également empêcher la vapeur d'eau d atteindre l'entièreté du vlume de la chambre. Il y a deux façns d'évacuer l'air hrs de la chambre de l autclave ; D/2011/2505/39 6

7 - par "déplacement de la gravité" : la vapeur d'eau est amenée sus pressin dans la chambre. Cmme l'air est plus lurd que la vapeur d'eau, l'air est pussé dans la partie basse de la chambre vers la srtie, - par la méthde de "pré-vide" dans laquelle une pmpe à vide évacue l'air avant que la vapeur d'eau n'entre dans la chambre. Ce système nécessite un temps d'expsitin plus curt car l'air est éliminé de manière efficace. Un certain nmbre d'appareils snt généralement intégrés à l'autclave : - un thermmètre mesurant la température de l enceinte (u chambre), il dit être visible et lisible ; - un manmètre mesurant la pressin dans l enceinte ; - un régulateur de température ; - un manvacumètre enregistreur : présent sur certains mdèles d'autclave, il enregistre et restitue sus la frme d'un tracé les différentes phases d'un cycle de stérilisatin. L'autclave dit être placé dans un lcal bien ventilé et maintenu à une température et un taux d humidité cnstants. Le prduit à «autclaver» (déchets, équipements, slutins, etc) dit faire l'bjet d'un tri crrect au préalable de manière à ce qu'aucun cmpsé dangereux (frmaldéhyde, phénls, mercure, radinucléides) ne sit évacué dans l'atmsphère (4). 4. Principe de stérilisatin par la vapeur d eau A pressin atmsphérique nrmale, l eau but à 100 C. A une pressin de 2 atmsphères, l eau but à 121 C et à une pressin supérieure à 3 atmsphères, l eau but à 134 C. L actin cnjuguée de la vapeur d eau sus pressin et de la température (supérieure à 120 C) prvque la dénaturatin des prtéines des micrrganismes et la destructin de ceux-ci. Un cycle de stérilisatin est défini cmme étant le temps éculé entre le début et la fin du prcessus de stérilisatin, depuis l entrée de la charge, c'est-à-dire le prduit (dans le cadre de ce dcument : le déchet) à stériliser et sn emballage, jusqu à sa srtie après stérilisatin. Un cycle de stérilisatin par la vapeur d eau cmprte 3 phases et les caractéristiques de chacune de ces phases snt définies par les paramètres suivants : la pressin, la température, le temps et la cncentratin des gaz (vapeur d eau saturée). Un cycle de stérilisatin par la vapeur d eau cmprte 3 phases : La 1 ère phase est le prétraitement. Il s agit de substituer entièrement l air (purge) cntenu dans la chambre et au cœur de la charge par de la vapeur d eau et de créer ainsi les cnditins d humidité et de température ptimales pur la phase de stérilisatin. Dans le cas d un autclave utilisant la D/2011/2505/39 7

8 méthde de pré-vide, cette pératin est réalisée par une successin de purge et d'injectin de vapeur permettant d'btenir dans la chambre de la vapeur d'eau de mins en mins mélangée à l'air résiduel jusqu'à atteindre 100% de vapeur à la fin du prétraitement. L air srtant est filtré sur un filtre micrbilgique (HEPA, High Efficiency Particulate Air u PTFE, Plytétrafluréthylène). La 2 ème phase est le plateau de stérilisatin qui tend vers la destructin des micr-rganismes dans une atmsphère de vapeur saturée à une température définie. Le temps de stérilisatin est le temps durant lequel la température de stérilisatin est maintenue en tus pints de la charge. A la fin du plateau, l'uverture d'une vanne permet l'évacuatin de la vapeur hrs de la chambre : la curbe de pressin chute rapidement. La température baisse également. La 3 ème phase est le séchage. Au début du cycle de stérilisatin, la vapeur se cndense sur la charge fride et muille le prduit. A la fin du cycle, il est nécessaire de vapriser à nuveau l'eau cndensée dans la charge pur arriver à la siccité, c'est-à-dire à un état de sécheresse permettant de cnserver l'état stérile. Lrsque la pressin dans la chambre est revenue au visinage de zér, le dispsitif de mise sus vide démarre afin d'évacuer la vapeur de la charge. Les calries nécessaires pur sécher la charge snt furnies par la chaleur accumulée dans la charge elle même et dans les paris du stérilisateur. Enfin, l air entre dans la cuve (u chambre) après passage sur un filtre micrbilgique HEPA u PTFE, ce qui évite la cntaminatin de la charge. La filtratin de l air entrant est indispensable dans le cas de la stérilisatin de dispsitifs médicaux, il ne l est pas dans le cas de l inactivatin de déchets bilgiques. En pratique, plusieurs cycles snt cmmunément utilisés seln la nature de prduit à stériliser: 125 C 20 minutes pur la verrerie u le cautchuc, 134 C 10 minutes pur le textile, 134 C 18 minutes pur les ATNC (Agents Transmissibles Nn Cnventinnels), 121 C 15 minutes pur des liquides u des matériaux nn-preux, etc. D/2011/2505/39 8

9 Figure 1 : Exemple d un cycle de stérilisatin à la vapeur d eau utilisé pur du verre (9) Prétraitement Plateau de stérilisatin Séchage La stérilisatin d un même prduit peut se faire à différentes températures (annexe 2). Plus la température est basse, plus lng sera le temps nécessaire au cycle de stérilisatin. 5. Validatin de l autclave La validatin de l autclave dit être distinguée du suivi en rutine du prcessus d inactivatin des déchets et des matières bilgiques résiduelles par autclavage. La validatin de l autclave est un ensemble d pératins nécessaires pur pruver que la méthde utilisée furnit des résultats fiables et exacts, cmme spécifiés par le cnstructeur, afin de garantir le puvir stérilisant de l autclave. Le suivi en rutine de la stérilisatin par autclave cnsiste en une série de tests u cntrôles à effectuer à chaque utilisatin u de façn régulière. La validatin et le suivi en rutine se fnt grâce à des tests utilisant des indicateurs mécaniques, physic-chimiques et bilgiques. Tus les résultats snt enregistrés et cnservés dans un «lgbk» de façn à garantir la traçabilité des prcédures de validatin et de cntrôle. D/2011/2505/39 9

10 Tris étapes dans la validatin de l autclave snt recmmandées avant l utilisatin de l appareil en rutine : la mise en service de l autclave à la réceptin, la qualificatin pératinnelle et la qualificatin de perfrmance. La validatin de la stérilisatin par la vapeur d eau est décrite dans la nrme ISO : 2006 (10), nus en reprenns ci-dessus les lignes principales Mise en service de l autclave La validatin de l autclave lrs de sa mise en service sert à s assurer que l appareil furni est installé et fnctinne à vide seln les spécificatins du cnstructeur et du cahier des charges de l appareil. Cette étape est réalisée par le technicien du furnisseur. Les spécificatins du cahier des charges cncernent l équipement utilisé et les limites de sn utilisatin, la prcédure d utilisatin, les prgrammes préétablis, la calibratin des instruments, l entretien, etc. Tus les instruments de mesure, d indicatin et d enregistrement des paramètres snt calibrés de façn à assurer leur précisin et leur reprductibilité. Les spécificatins incluent également l espace et l envirnnement nécessaires à l hébergement de l autclave. Ces cnditins divent assurer que la stérilisatin est perfrmante, reprductible et unifrme en tus pints de la chambre de stérilisatin Qualificatin pératinnelle Cette pératin se fait après l installatin de l appareil par le technicien du furnisseur et/u par le technicien respnsable au labratire. Elle a pur but de vérifier que l autclave utilisé cnfrmément aux spécificatins furnit la stérilisatin attendue du prduit. La qualificatin pératinnelle s effectue 3 fis de manière cnsécutive (3 cycles) pur s assurer de la reprductibilité des résultats furnis Qualificatin de perfrmance La qualificatin de perfrmance dit démntrer que la charge (c.-à-d. le prduit, sn emballage et sn emplacement) à stériliser en rutine a été effectivement expsée aux cnditins de stérilisatin spécifiées lrs de la qualificatin pératinnelle. Si des cnteneurs snt utilisés en rutine (emballages, sacs) il faut s assurer de leur perméabilité à la vapeur d eau. L efficacité de la stérilisatin au myen de la vapeur d eau dépend du facteur de charge qui influence la température et le temps de cntact. Il est nécessaire de vérifier et valider la stérilisatin par autclave d une charge représentative des charges qui sernt stérilisées en rutine. Le prfil de température dans la chambre peut se faire grâce à des sndes de température distribuées dans tute la chambre et dans la charge. La pénétratin de la chaleur dit être vérifiée par la mesure des températures dans des charges u «paquets» de référence placés dans les endrits les plus frids de la chambre tels que déterminés par le fabricant et par les étapes précédentes de la validatin. La qualificatin de perfrmance dit cmprendre au mins tris cycles cnsécutifs démntrant à chaque fis que la prcédure répnd aux spécificatins de stérilisatin de la charge. Il est précnisé de réaliser une qualificatin de perfrmance également quand : - une déviatin est cnstatée en rutine dans les valeurs définies ; - après un temps de nn-utilisatin ; D/2011/2505/39 10

11 - après un déplacement de l appareil ; - au mins 1 à 2 fis par an et par type de charge ; - il faut stériliser de nuveaux prduits u emballages, une frme de charge différente La maintenance La maintenance de l appareil dit être planifiée, dcumentée et enregistrée. L'autclave dit être entretenu de manière péridique seln les prescriptins du fabricant (fnctinnement des clapets de sécurité, la mesure de la température et les sndes de pressin) afin de puvir garantir sa fiabilité à tut mment. La législatin fédérale belge prévit que l autclave, appareil fnctinnant sus pressin, dit être cntrôlé péridiquement par un Service Externe de Cntrôle Technique, (SECT) pur s assurer que tus les éléments de l appareil dispsent de la résistance indispensable, que les dispsitifs de sécurité et les autres accessires ffrent tutes les garanties de bn fnctinnement (11). D autre part, tut étalnnage u ajustement des appareils de mesure de l autclave devrait être effectué exclusivement par des spécialistes, au mins avant tute requalificatin (10). Il est dés lrs recmmandé de cnclure des cntrats d entretien annuel des autclaves avec une firme spécialisée (12). 6. Le cntrôle en rutine Le cntrôle en rutine se fait à chaque cycle de stérilisatin et a pur but de cntrôler, de façn plus u mins précise, le fnctinnement de l appareil et le cycle de stérilisatin (u traitement) de la charge. Il permet de vérifier que les paramètres définis lrs de la validatin snt rencntrés, dans des limites spécifiées, lrs des prcessus de stérilisatin en rutine. Le cntrôle en rutine devrait vérifier, grâce à des tests spécifiques, tus u certains des paramètres suivants : - l étanchéité de la chambre de stérilisatin ; - la qualité de la vapeur et de la chaleur ; - la pénétratin de la vapeur dans la charge ; - le résultat de la stérilisatin. Le suivi en rutine utilise les mniteurs physiques, des indicateurs physic-chimiques et des indicateurs bilgiques. Les tests snt sit appliqués à chaque cycle de stérilisatin (cntrôles permanents), sit de manière péridique Les cntrôles permanents Les mniteurs physiques et les indicateurs physic-chimiques peuvent être utilisés cmme cntrôles permanents. Ils snt simples à mettre en place et furnissent un résultat immédiatement après le cycle de stérilisatin. Ce type de cntrôle démntre que la valeur (dans certaines limites) du u des paramètres cntrôlés a bien été atteinte pendant le cycle mais ne démntre pas que le cntenu de la charge sit stérile. L utilisatin des indicateurs chimiques pur le cntrôle du cycle de stérilisatin permet, lrsque le cycle échue, de déterminer le u les paramètre(s) du cycle qui n a (n nt) pas atteint la valeur définie. D/2011/2505/39 11

12 Les mniteurs physiques tels que le thermmètre, le manmètre et la minuterie permettent de cntrôler que la température impsée, le vide et le temps requis nt été atteints et que la température et la pressin snt restées cnstantes durant le cycle. L enregistrement des paramètres de stérilisatin peut se faire sus frme graphique à l aide d un diagramme et/u sus frme numérique. Si le cycle échue, cet enregistrement dnne une indicatin sur le paramètre qui a fait défaut. Tus les autclaves ne dispsent pas de ce type d enregistrement. Les indicateurs physic-chimiques changent de culeur quand les valeurs des paramètres nécessaires au cycle de stérilisatin nt bien été atteintes. Il existe plusieurs classes d indicateurs physic-chimiques qui snt définies par la nrme ISO (13, 14) et snt reprises dans le tableau 1 ci-dessus. Les indicateurs de prcédé u de passage utilisés à l extérieur de chaque emballage permettent de différencier le matériel qui a subi un cycle de stérilisatin de celui qui ne l a pas encre subi. Les indicateurs multiparamétriques, les intégrateurs et les indicateurs d émulatin snt cnçus pur être utilisés à l intérieur des emballages. Ces indicateurs changent de culeur en fnctin de la température, du temps d expsitin et de la saturatin de vapeur. Ils nt des cnditins de virage établies et snt chisis en fnctin des paramètres du cycle à appliquer. Tableau 1 : Types d indicateurs physic-chimiques définis par la nrme ISO et leur utilité Type d indicateur Classe Utilité Indicateurs de prcédé u de passage 1 Différencier le matériel autclavé de celui nn-autclavé, placés en surface sur l emballage de chaque prduit Indicateurs pur essais spécifiques Exemple : Bwie & Dick 2 Démntrer la bnne pénétratin de vapeur d eau dans une charge preuse Indicateurs de paramètre individuel u à paramètre unique 3 Cntrôler la valeur d un des paramètres critiques (temps, température, humidité) Indicateurs multiparamétriques 4 Cntrôler au mins deux paramètres critiques du cycle de stérilisatin. A placer à l intérieur de la charge Indicateurs intégrateurs et d émulatin 5 et 6 Cntrôler tus les paramètres critiques sur une gamme spécifiée de cycles de stérilisatin. A placer à l intérieur de la charge D/2011/2505/39 12

13 6.2. Les cntrôles péridiques Les cntrôles snt dit péridiques parce qu ils ne snt pas appliqués à chaque utilisatin de l autclave. La péridicité de leur applicatin va dépendre du degré d exigence requis pur la stérilisatin des prduits prvenant d une installatin spécifique. Généralement, les tests suivants snt appliqués régulièrement : Le test du vide permet d évaluer l étanchéité de l autclave. Le test est effectué grâce à un cycle généralement préprgrammé u de manière manuelle. Le test de Bwie-Dick, (BD de classe 2, ISO 11140) cnsiste en un indicateur clrimétrique papier placé au centre d une pile de serviettes en ctn dans l autclave vide et subissant un cycle de stérilisatin. Ce test démntre l absence d air et permet de vérifier la pénétratin rapide et cmplète de la vapeur dans une charge preuse et l éliminatin de l air (dnc indirectement le fnctinnement du circuit de vide). Le virage de l encre après expsitin dit être hmgène sur tute la surface pur que le test sit «cnfrme». Ce test ne cnstitue pas un test de stérilité. Le test Helix (de classe 6, ISO 11140) cnsiste en un lng et fin tube creux au but duquel se truve un indicateur clrimétrique. Ce test, s il est «cnfrme» après le cycle de stérilisatin, démntre la capacité de l autclave à stériliser des crps creux u des bjets à cavités prfndes et étrites. Les indicateurs bilgiques (ISO , 15, 16) snt le meilleur myen de cntrôle de l efficacité de stérilisatin d une charge. Il cnsiste à vérifier qu une certaine quantité de micrrganismes, les plus résistants à la stérilisatin par la chaleur, qui nt été intrduits à l endrit de l appareil le plus difficile à stériliser (en tenant cmpte des spécificités de l appareil), nt été détruits suite au cycle de stérilisatin. Les deux principales caractéristiques d un indicateur bilgique snt la ppulatin nminale des micr-rganismes et la résistance spécifique de l indicateur bilgique au prcédé de stérilisatin (exprimée par sa valeur de DT, vir annexe 2). Traditinnellement, ce snt des spres bactériennes dérivées des espèces Bacillus atrphaeus et Gebacillus stearthermphilus qui cnstituent l indicateur bilgique. Le test cnventinnel est une petite bande de papier filtre sur lequel snt placées et séchées des spres de G. stearthermphilus (l étaln-r), le tut cntenu dans une envelppe (16, 17). Après le cycle de stérilisatin, la bande de papier est transférée sur un milieu de culture et mise à incuber. La deuxième génératin d indicateurs bilgiques dits autnmes («self-cntained») est cnstituée d un supprt cuvert de spres cntenu dans un tube en plastique à côté d une ampule en verre cntenant le milieu de culture. Après le cycle de stérilisatin, l ampule est brisée pur que les spres ayant éventuellement persistées sient en cntact avec le milieu de culture et puissent s y dévelpper. L incnvénient de l utilisatin de ces indicateurs bilgiques est le délai lng pur btenir les résultats (48h à 7 jurs). Aujurd hui, la trisième génératin d indicateurs bilgiques («Rapid Readut Bilgical Indicatrs») révèle l efficacité du cycle de stérilisatin en une heure. Le principe du test repse sur la détectin d un prduit flurescent issu de l activité d une enzyme de G. stearthermphilus. D/2011/2505/39 13

14 7. Inactivatin des déchets cntaminés issus des utilisatins cnfinées d rganismes GM et/u pathgènes Dans les hôpitaux u les labratires pharmaceutiques ù une stérilisatin rigureuse des dispsitifs médicaux, des médicaments u autres préparatins est requise pur la sécurité des patients et pur lesquels des systèmes de qualité spécifiques snt en place, les exigences de stérilisatin décrites dans les nrmes prpres à leur activité snt strictement suivies. En ce qui cncerne l inactivatin des déchets infectieux issus de ces activités, des activités de labratires de micrbilgie, bimédicaux, de prductin u de recherche manipulant des OGM et/u pathgènes, il n existe pas de nrmes ni de standards recnnus pur la validatin de l inactivatin de ces déchets. Néanmins, des prpsitins nt été émises, basées essentiellement sur les nrmes existantes pur la stérilisatin de dispsitifs médicaux et sur le «bn sens», ce dernier repsant sur une cnnaissance apprfndie de la bisécurité (18, 19). Pur élabrer les recmmandatins décrites dans ce dcument, nus nus smmes inspirés essentiellement des nrmes de stérilisatin existantes ainsi que de ces prpsitins dnt celle de l Assciatin de Bisécurité Asie-Pacifique qui prpse une prcédure de validatin et de suivi en rutine des prcédés de décntaminatin par l autclave des déchets issus de labratires bimédicaux et micrbilgiques (18). Les prpsitins frmulées dans le prjet «Glbal Healthcare Waste Prject» de l UNDP (United Natins Develpment Prgram, Glbal Envirnment Facility) sur la gestin des déchets médicaux repsent sur un système de classificatin des niveaux d inactivatin micrbienne spécifiquement pur le traitement de déchets bimédicaux (STAATT 2, 19). Le niveau de perfrmance exigé pur les technlgies de traitement des déchets (l autclavage) a été fixé à un niveau crrespndant à une réductin d au mins 6 lgarithmes des bactéries végétatives, des champignns, des virus lipphiles et hydrphiles, des parasites et des mycbactéries et à une réductin de 4 lgarithmes u plus des indicateurs bilgiques (spres de G. stearthermphilus et de B. atrphaeus). La nrme AFNOR cncernant les appareils de prétraitements par désinfectin des déchets à risques infectieux établit, elle, un niveau de réductin nécessaire de la charge micrbienne de 5 lgarithmes pur des suches bactériennes et fngiques types et de 4 lgarithmes pur des virus types (20). Dans certaines installatins, les autclaves snt aussi utilisés pur stériliser le matériel réutilisable. Dans ce cas, la fréquence et le nmbre des tests pur le cntrôle de la stérilisatin devraient être élevés car le bn dérulement des activités utilisant ce matériel en dépend. Les recmmandatins décrites dans ce dcument ne snt pas à appliquer à ce type d utilisatin de l autclave, elles ne visent qu une utilisatin de l autclave pur l inactivatin des déchets issus des utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes. De même, elles ne snt pas applicables aux systèmes d inactivatin thermique utilisés suvent par les installatins de prductin à grande échelle pur inactiver leurs déchets liquides (effluents). 2 State and Territrial Assciatin n Alternate Treatment Technlgies D/2011/2505/39 14

15 L autclavage des déchets est une étape de la prcédure d éliminatin qui vise la réductin du risque pur la santé des travailleurs, des patients, de la cmmunauté et pur la prtectin de l envirnnement. Nus prpsns ci-dessus quelques critères qui devraient permettre de mettre en place une validatin de l autclave adaptée à sn usage spécifique. Nus étendns ici la validatin de l autclave aux cntrôles permanents et péridiques des prcédures d inactivatin. Recmmandatins en vue de l élabratin d un plan de validatin et de cntrôle de l inactivatin des déchets par autclavage Typiquement, les déchets prduits par les utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes et à inactiver par l autclave snt cnstitués de: Slides cntaminés : milieux de culture slides, litières prvenant des animaleries, etc. ; Liquides cntaminés : milieux de cultures liquides, cultures cellulaires, fluides crprels, etc. ; Matériel cntaminé : verreries, cages, etc. ; Matériel cntaminé à usage unique : vêtements en plastique, bîtes, tubes, sacs, etc. L annexe 3 reprend à titre d exemple les prcédures d éliminatin des déchets issus des utilisatins cnfinées d OGM et/u pathgènes en Régin de Bruxelles-Capitale (21). Ces prcédures snt, dans les grandes lignes, celles appliquées dans les deux autres Régins de Belgique. Dans la plupart des cas, la stérilisatin par autclavage réalise une diminutin de la charge micrbienne de 6 sur une échelle lgarithmique (SAL fixé à 10-6 ). Pur la stérilisatin des dispsitifs médicaux u de milieux de culture à ensemencer dnt la charge micrbienne de départ n est pas très élevée, une valeur du SAL de 10-6 représente une exigence de décntaminatin par stérilisatin très élevée qui garantit que le prduit stérilisé sera exempt de tut rganisme viable. Dans le cas des déchets cntaminés issus d activités de cultures micrbilgiques par exemple, la charge initiale micrbienne (OGM et/u pathgène) est suvent nettement plus élevée et un SAL de 10-6 ne garantit pas que les déchets sient stériles après un cycle d autclave. Cette prcédure de traitement des déchets cntaminés assure dans ce cas, une réductin significative du nmbre d rganismes viables et une réductin du risque pur la santé publique et pur l envirnnement. Suite à l autclavage, plusieurs filières d éliminatin finale des déchets peuvent être empruntées : - les déchets snt transprtés vers l incinérateur dans des pubelles spéciales scellées pur déchets infectieux. - les déchets snt transprtés vers l incinérateur en tant que déchets nn-dangereux. Les déchets liquides inactivés à l autclave, quant à eux, peuvent être éliminés dans le réseau public des eaux usées (éguts). En pratique en Belgique, la filière des déchets infectieux est utilisée pur les déchets bilgiques inactivés prvenant des activités d installatins de niveaux de cnfinement 3. Ces déchets D/2011/2505/39 15

16 «autclavés» nt en effet une prbabilité nn nulle d être encre cntaminés par des micrrganismes puvant présenter un risque pur la santé publique et/u l envirnnement. Les déchets inactivés prvenant des installatins de niveau 1 et 2 peuvent également utiliser cette filière, mais aussi celle des déchets nn-dangereux. En attendant le transprt vers l incinérateur, les pubelles snt stckées dans un lcal adapté à cette fnctin. Le risque que représentent les déchets inactivés par stérilisatin à la vapeur d eau est très frtement diminué, tant par le prcédé de stérilisatin et que par le cnfinement des pubelles (pubelles scellées et lcal de stckage dnt l accès est réservé au persnnel autrisé). Validatin de l autclave : Une validatin de l autclave lrs de l installatin (mise en service et qualificatin pératinnelle) et une validatin de charge (qualificatin de perfrmance) devraient être effectuées dans tute installatin ù l inactivatin des déchets par la vapeur d eau fait partie de la prcédure d éliminatin des déchets et ce indépendamment du niveau de cnfinement. La validatin de l autclave à l installatin assure que l autclave fnctinne seln les spécificatins du fabricant et que les prgrammes snt fiables et reprductibles. Une validatin de charge (déchets d animalerie, déchets de labratire, matière sèche et humide, etc.) assure la validatin des prgrammes pur l inactivatin des déchets spécifiques à l activité. Les validatins à vide et avec charge devraient être effectuées une à deux fis par an, vire tus les deux ans. Une des façns de prcéder par exemple, cnsiste à répartir dans le vlume de la charge des sndes de température calibrées et certifiées et cntrôler le prfil temps-température (18). Différents types de charges standards (2 à 4 types) peuvent être utilisés dnt un représentant une charge difficile à décntaminer. Lrs de ces validatins, des indicateurs bilgiques sernt aussi emplyés en parallèle. La validatin est réussie si les valeurs attendues et l inactivatin de l indicateur bilgique se reprduisent lrs de tris cycles cnsécutifs. L utilisatin uniquement de l indicateur bilgique (spres de G. stearthermphilus) en tant qu étaln-r cnstitue une autre façn de prcéder pur la validatin du prcédé d inactivatin des déchets hspitaliers : les spres divent être inactivées lrs de tris cycles cnsécutifs (19). Cntrôle en rutine : La prcédure de cntrôle en rutine à mettre en place pur l inactivatin des déchets par l autclave devrait prendre en cmpte la fréquence d utilisatin de l autclave, le niveau de cnfinement de l installatin et la filière d éliminatin finale. Plus la fréquence d utilisatin de l autclave est élevée, plus le cntrôle du cycle de stérilisatin devrait être régulier. Il en est de même pur les niveaux de cnfinement des installatins : la fréquence et le nmbre de tests à appliquer pur le cntrôle du prcessus d inactivatin des déchets devraient être élevées pur les déchets prvenant d activités de classe de risque 3. D/2011/2505/39 16

17 Il y a lieu également de tenir cmpte du type de test effectué car l utilisatin de certains indicateurs plus précis u de cntrôles plus rigureux (par exemple les indicateurs bilgiques) entraîne que l utilisatin d autres tests sit inutile. De manière générale, le suivi minimal en rutine de l autclave dans tus les types d installatins et à chaque cycle de stérilisatin devrait cmprendre si pssible la vérificatin du prfil temps - température du cycle (enregistré sur le diagramme u le ticket si dispnible). Certains autclaves nt pur cela des thermcuples intégrés. L utilisatin des indicateurs clrimétriques de classe 1 (indicateurs de passage, vir tableau 1) est particulièrement utile si la fréquence d utilisatin de l autclave est élevée. Ces enregistrements et tute infrmatin sur le cycle devraient être cnservés dans un lgbk. Dans le cas de déchets prvenant des activités d une installatin de niveau de cnfinement 2 et qui sernt éliminés par incinératin en tant que déchets dangereux, le cntrôle minimal du prcédé (vérificatin du prfil température-temps si pssible et utilisatin d indicateurs de classe 1) devrait suffire. Il en est de même pur les déchets prvenant des activités d une installatin de niveau de cnfinement 1. Il est néanmins cnseillé de cntrôler l efficacité du prcédé par des tests réguliers supplémentaires tels que ceux décrits ci-dessus. L utilisatin de sndes de température réparties dans les charges u des indicateurs multiparamétriques est utile pur cntrôler que les déchets, aux pints cntrôlés, subissent effectivement le traitement de température et/u de temps et/u de vapeur d eau (18). Elle peut cmpléter le cntrôle minimal de l autclavage de façn régulière dans le cas des déchets bilgiques prvenant des activités de classe de risque 2 et 3. Néanmins, il faut tenir cmpte du fait que leur bnne utilisatin peut entraîner une augmentatin du risque du fait que les sndes et les indicateurs de ce type divent être placés à l intérieur des charges à inactiver. Si les déchets inactivés snt éliminés par la filière des déchets nn dangereux et incinérés, l efficacité de l autclavage devrait être vérifiée régulièrement en prcédant à l utilisatin de tests supplémentaires cmme ceux décrits ci-dessus. Le cntrôle péridique par des tests de Bwie-Dick (indicateur de classe 2) est imprtant pur les charges preuses (cnstituées d équipements, matériaux perméables qui absrbent la vapeur d eau et/u l air). Ceci s applique tus les jurs, une fis par jur, dans le cadre de la stérilisatin de dispsitifs médicaux et dans une utilisatin qutidienne de l autclave. Ce cntrôle est facile à mettre en place et dnne une indicatin imprtante sur la pénétratin efficace de la vapeur d eau dans une charge. Pur certains utilisateurs, l exigence de décntaminatin par la stérilisatin dans le cadre de l inactivatin des déchets est trp faible pur mettre en place des tests de Bwie-Dick (18). Néanmins, dans le cas d une installatin de niveau de cnfinement 2 dnt les déchets snt éliminés D/2011/2505/39 17

18 par la filière des déchets nn-dangereux, ce test (u un indicateur bilgique, vir ci-dessus) purrait être appliqué de manière régulière, la fréquence dépendant largement de la fréquence d utilisatin de l autclave. Les indicateurs de classe 5 et 6 (intégrateurs et émulateurs) snt utiles pur le cntrôle du prfil du cycle de stérilisatin spécifique chisi. Si les cntrôles décrits précédemment et des indicateurs bilgiques snt appliqués régulièrement, ce type d indicateurs peut devenir mins utile. Les indicateurs bilgiques, et particulièrement ceux cnstitués de spres de G. stearthermphilus, cnstituent le meilleur myen de cntrôle de l efficacité du cycle d inactivatin des micr-rganismes présents dans les déchets. L utilisatin des indicateurs physic-chimiques en plus des indicateurs bilgiques permettra de mieux cibler la nature de la défaillance du cycle d autclave dans le cas d un échec de l inactivatin de l indicateur bilgique : la température, la durée u la vapeur d eau. Pur les installatins de niveau de cnfinement 3 u si la charge à «autclaver» est très différente de celle de la rutine, les indicateurs bilgiques devraient être utilisés généralement une fis par mis dans le cas d une utilisatin fréquente de l autclave, vire à chaque cycle de stérilisatin. Ces indicateurs devraient également être utilisés régulièrement dans les installatins de niveau de cnfinement 2 dnt les déchets «autclavés» suivrnt la filière des déchets nn-dangereux. Enfin, certains utilisateurs précnisent un cntrôle du prcédé très régulier au début de l utilisatin de l autclave (et après la validatin), par exemple une fis par semaine, en utilisant des indicateurs bilgiques. Si après plusieurs cntrôles, les résultats snt ceux attendus (pas de crissance de spres), les cntrôles peuvent s espacer dans le temps et se faire une fis par mis par exemple. Le tableau 2 ci-dessus reprend des indicatins en vue de mettre en place une validatin et les cntrôles utiles en fnctin de la classe de risque de l activité dnt prviennent les déchets à inactiver, en se limitant à l exemple des labratires. D/2011/2505/39 18

19 Tableau 2 : Prpsitins de mdalité de validatin et cntrôles en rutine de l autclave Niveau de cnfinement de l installatin Type de test L1 L2 L3 Filière déchets Filière déchets Filière déchets Filière déchets nn-dangereux dangereux nn-dangereux dangereux u dangereux Validatin de Oui, une fis par Oui, une fis Oui, une fis par Oui, une fis par l autclave + an u tus les 2 par an u tus an an maintenance 3 ans les 2 ans Cntrôle de rutine Lgbk (traçabilité) Oui, pur chaque utilisatin Oui, pur chaque Oui, pur chaque utilisatin Oui, pur chaque utilisatin utilisatin Vérificatin du ticket / diagramme si Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle dispnible Indicateur classe 1 Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle Oui, à chaque cycle Indicateur classe 2 (Bwie et Dick) Nn mais recmmandé Nn mais recmmandé Oui, De 1 fis par mis à 1 fis tus Oui, de 1 fis par semaine à 1 fis par mis* les 6 mis* Indicateur classe 4 (multiparamétrique) Nn Nn Nn mais recmmandé Oui, de 1 fis par mis à 1 fis tus les 6 mis* Indicateur classe 5 et 6 Nn Nn Nn Nn** Indicateur bilgique Nn mais recmmandé Nn mais recmmandé Oui, de 1 fis par mis à 1 fis tus les 6 mis * en tenant cmpte de la fréquence de cntrôle à l aide des indicateurs bilgiques. ** en tenant cmpte du type de charge. Oui, à chaque cycle u 1 fis par semaine u 1 fis par mis 3 La prcédure est brièvement décrite dans ce dcument au chapitre 5. Les détails se truvent dans la nrme ISO : 2006 (10), D/2011/2505/39 19

20 8. Cnclusin La validatin de l autclave et le cntrôle de l inactivatin des déchets bilgiques ne snt pas des prcédés standardisés et plusieurs critères devraient entrer en ligne de cmpte pur mettre en place une validatin et un cntrôle spécifiques du prcédé d inactivatin. Cette prcédure sera dnc à cncevir au cas-par-cas. Ce dcument se base sur des nrmes qui cncernent la validatin et le cntrôle de la stérilisatin de dispsitifs médicaux par la vapeur d eau. Les tests prpsés snt dnc à adapter à la prcédure d inactivatin des déchets bilgiques issus des activités d utilisatin cnfinée d OGM et/u pathgènes. Pur établir une prcédure adaptée, ce dcument prend en cmpte les critères suivants: - La filière d éliminatin des déchets autclavés : déchets dangereux u nn. Ceci cncerne généralement les installatins de niveau de cnfinement 2; - Le niveau de cnfinement de l installatin cncernée ; - La fréquence d utilisatin de l autclave. Les critères pris en cnsidératin ici ne snt pas exclusifs et d autres critères purraient intervenir et influencer le chix de la prcédure de validatin de l inactivatin de déchets par l autclave. Par exemple, dans une gestin centralisée de déchets issus de diverses activités de différentes classes de risque, la prcédure de validatin et de cntrôle de l inactivatin par l autclave sera généralement la même pur tus ces déchets. Les critères de ratinalisatin et d écnmie sernt dans ce cas priritaires et la prcédure d inactivatin de tus les déchets par l autclave sera celle qui crrespndra aux déchets présentant le plus de risques. D/2011/2505/39 20

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR

Cabinet Consultant Jean-Claude VICTOR Internatinal Cabinet Cnsultant Jean-Claude VICTOR Outils d apprpriatin pur la mise en œuvre d un système de management intégré à l aide des référentiels ( Nrmes ISO9001 :2000 et ISO14001 :2004, du référentiel

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

<> Services d abonnement Cisco pour l authentification réseau

<<Cisco Subscription Services for Network Authentication>> Services d abonnement Cisco pour l authentification réseau Page 1 sur 5 Descriptin de service : Services d abnnement Cisc pur l authentificatin réseau (CON-AS-NETAUTH)

Plus en détail

Archivage de videos IVTVision (Windows)

Archivage de videos IVTVision (Windows) Archivage de vides IVTVisin (Windws) 1 Intrductin Puisque le Serveur IVTVisin enregistre des vidés en utilisant une structure de fichiers du système d explitatin simple, l archivage de vidés devrait être

Plus en détail

Les 13 points clefs de l hygiène

Les 13 points clefs de l hygiène Les 13 pints clefs de l hygiène Attentin Une matière première cntaminée Une cntaminatin par le persnnel u le matériel Le nn-respect de la chaîne du frid Une erreur de prcédé peuvent être à l rigine d une

Plus en détail

Normes dans la construction métallique

Normes dans la construction métallique PRODUITS DE CONSTRUC- TION / CONFORMITÉ PARTIE 5 Nrmes dans la cnstructin métallique Afin de mieux assimiler les nrmes en cnstructin métallique, nus allns d abrd expliquer en détail la nrme eurpéenne EN

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux Table des matières 8. Qualité de l air... 8.1 8.1. Aire gégraphique... 8.1 8.2. Situatin existante et future (sans prjet)... 8.1 8.3. Situatin prjetée : analyse des incidences du prjet... 8.2 8.3.1. Estimatin

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti.

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti. 1. Préambule Les Magasins Généraux nt été cnçus, à l rigine, avec la missin de cntribuer à désengrger le trafic du Prt de Djibuti. Une nuvelle étape, dans la ratinalisatin des prcédures de transprt, supprtée

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Politique de Service à la clientèle

Politique de Service à la clientèle Plitique de Service à la clientèle Ntre engagement : Innver et aller au-delà de vs attentes! Révisée aût 2009 Table des matières 1. Missin de l entreprise 2. Clientèle et services distinctifs 3. Départements

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. NOTE. Paulus jean-luis Cnseiller en Préventin Niveau 2. paulus.jean-luis@htmail.fr 1 La li du 4 aût 1996 sur le Bien-être a mdifié la terminlgie

Plus en détail

La station traite convenablement ses effluents, elle possède une station d épuration correctement dimensionnée et en bon fonctionnement.

La station traite convenablement ses effluents, elle possède une station d épuration correctement dimensionnée et en bon fonctionnement. Assainissement La statin traite cnvenablement ses effluents, elle pssède une statin d épuratin crrectement dimensinnée et en bn fnctinnement. A l heure actuelle, en France, 68% des eaux usées snt récupérées

Plus en détail

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA.

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA. Winterthur, le 1.1.2010 Cnditins générales GEOBOX SA Technpark Winterthur Jägerstrasse 2 8406 Winterthur 1 Objet du cntrat GEOBOX SA furnit des prestatins à ses clients dans le but d assurer, autant pur

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

Administrateur système www.ofppt.info

Administrateur système www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Frmatin Prfessinnelle et de la Prmtin du Travail Administrateur système www.fppt.inf DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Administrateur système.dc

Plus en détail

Protocole d échantillonnage et d essai visant le lin canadien exporté vers l Union européenne

Protocole d échantillonnage et d essai visant le lin canadien exporté vers l Union européenne Prtcle d échantillnnage et d essai visant le lin canadien exprté vers l Unin eurpéenne Mise à jur : Le 28 avril 2014 1. But Le but du présent prtcle est de décrire la prcédure d échantillnnage, d essai

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

I. Mission du Département et Contexte

I. Mission du Département et Contexte TERMES DE REFERENCE Titre : Recrutement d un cnsultant natinal pur le dévelppement de la stratégie natinale de gestin de la pêcherie thnière. Département : Prgramme Marin Prjet : MG0940.01 Tuna Fisheries

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Lot : n 3 PEINTURE. Objet du marché : RENOVATION DES BUREAUX 411, 412 et 413 BLOC III / Niveau 4 INRA SITE DE THEIX République Française Institut Natinal de la Recherche Agrnmique Centre de Recherche de Clermnt-Ferrand Theix Lyn MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des clauses Techniques Particulières Lt : n 3 PEINTURE

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Procédure générale de prélèvement

Procédure générale de prélèvement Jseph Rue des Déprtés, Labratire Prcédure générale de Versin : 06 Prcédure générale de prélèvement 1. Ce qu il faut savir avant une prise de sang Quelques définitins : Anticagulant - prduit chimique utilisé

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

Archivage de videos IVTVision (Linux)

Archivage de videos IVTVision (Linux) Archivage de vides IVTVisin (Linux) 1 Intrductin Puisque le Serveur IVTVisin enregistre des vidés en utilisant une structure de fichiers du système d explitatin simple, l archivage de vidés devrait être

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

ANNEXE 4 REGLEMENT FINANCIER

ANNEXE 4 REGLEMENT FINANCIER ANNEXE 4 REGLEMENT FINANCIER Le règlement financier de la Fédératin Française de Canë-Kayak (FFCK) s inscrit dans l ensemble des dispsitins législatives et réglementaires s appliquant aux assciatins en

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr Prpsitin de services ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr 1 Smmaire DA 47 Distributin Autmatique Histrique Parc et Références Clients Engagements Ntre prestatin de service

Plus en détail

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD sur 7 travail. ECF, représenté par M. André VINCENT LECHAT Et D une part IFEC, représenté par M. Francis PRÊCHEUR Entre DE LA DUREE DU TRAVAIL - AVENANT 24 bis RELATIF AU CALCUL ANNUEL EN JOURS Branche

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES GESTION COURANTE Numér : 40.28 Page 1 de 13 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 2 2. OBJECTIFS... 2 3. CADRE LÉGAL ET NORMATIF... 2 4. CHAMP D APPLICATION... 3 4.1 Infrmatin et Actifs infrmatinnels... 3

Plus en détail

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE - - REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE La régulatin du système de chauffage dit permettre une crrespndance idéale entre le besin d énergie et la quantité de chaleur effectivement prduite.

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Système d Information de l HADOPI. Classification : DOCUMENT CONFIDENTIEL

Système d Information de l HADOPI. Classification : DOCUMENT CONFIDENTIEL Système d Infrmatin de l HADOPI Diffusin HADOPI EXTELIA FAI Classificatin : DOCUMENT CONFIDENTIEL 1 Objet du dcument L bjet de ce dcument est de spécifier aux FAIs les mdalités d échanges attendues avec

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Guide de référence du gardien COMSEC

Guide de référence du gardien COMSEC (when cmpleted) Guide de référence du gardien COMSEC Les gardiens COMSEC snt chargés de la génératin, de la réceptin, de la garde, de la distributin, de la prtectin, de la dispsitin u de la destructin

Plus en détail

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3

À l attention des. 2 Dossier d élaboration de projet... 2. 3 Dispositions de sécurité... 3 3 Date de publicatin Objet Id du dcument Juillet 2013 Prescriptins de travail à l attentin des FST u des sciétés utilisatrices et de mandataires accrédités Prescriptins prtant sur les travaux dans les

Plus en détail

Directive relative au traitement des données de Health Info Net

Directive relative au traitement des données de Health Info Net dnnées de Health Inf Net Le traitement des dnnées persnnelles chez Health Inf Net AG () 1 Dispsitins générales 1.1 But et champ d applicatin Le dmaine de la santé est régi par des dispsitins légales particulièrement

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

Le cœur de l étude consiste à évaluer les risques présentés par les différentes installations de CATERPILLAR. Cette évaluation passe par :

Le cœur de l étude consiste à évaluer les risques présentés par les différentes installations de CATERPILLAR. Cette évaluation passe par : 1 RESUME NON TECHNIQUE La sciété CATERPILLAR France SAS fabrique sur ses deux sites de Grenble et Echirlles des engins de travaux publics. Dans le cadre d un prjet de rérganisatin de ses activités de prductin,

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM

Raccordement au réseau d assainissement collectif de la CAVAM REGLEMENT COMMUNAUTAIRE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF Raccrdement au réseau d assainissement cllectif de la CAVAM Mdalités administratives de raccrdement et instructins techniques Définitin

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales

COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE. Mise à jour du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégration du volet eaux pluviales COMMUNE DE SAINT ANDRE DE LA MARCHE DEPARTEMENT DU MAINE ET LOIRE (49) Mise à jur du Schéma Directeur des Eaux Usées et intégratin du vlet eaux pluviales Dssier de cnsultatin des bureaux d études Cahier

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Extrait du site Internet www.isere.fr / Partenaires / Guides des aides. Conseil général de l Isère Aides aux collectivités Dotation départementale

Extrait du site Internet www.isere.fr / Partenaires / Guides des aides. Conseil général de l Isère Aides aux collectivités Dotation départementale Extrait du site Internet www.isere.fr / Partenaires / Guides des aides Cnseil général de l Isère Aides aux cllectivités Dtatin départementale ASSAINISSEMENT Le Cnseil général de l'isère a décidé de faire

Plus en détail

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements

ITIL V3. Exploitation des services : La gestion des événements ITIL V3 Explitatin des services : La gestin des événements Créatin : janvier 2008 Mise à jur : aût 2009 A prps A prps du dcument Ce dcument de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

de l interprétation de conférences

de l interprétation de conférences L de l interprétatin de cnférences Cmment garantir le succès de la cmmunicatin multilingue d une réunin internatinale Avant de cmmencer Interprétatin vs traductin Qu attend-n d un service d interprétatin?

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire Pascal Brchetn LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL Le cadre législatif et règlementaire 25 ctbre 2012 La pénibilité : un terme plysémique Pénibilité subjective/ pénibilité bjective(quelles interactins?)

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

SUJET ELMER ELEMENTS DE CORRECTION MANAGEMENT DES ENTREPRISES SESSION 2011

SUJET ELMER ELEMENTS DE CORRECTION MANAGEMENT DES ENTREPRISES SESSION 2011 SUJET ELMER ELEMENTS DE CORRECTION MANAGEMENT DES ENTREPRISES SESSION 2011 La cmmissin de chix de sujets a rédigé cette prpsitin de crrigé, à partir des enrichissements successifs apprtés aux différents

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Analyse des Dnnées du Cmmerce Extérieur Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE ANALYSE DES DONNEES DU COMMERCE EXTERIEUR DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE

Plus en détail

Recommandations de sécurité pour l'utilisation des chariots élévateurs

Recommandations de sécurité pour l'utilisation des chariots élévateurs Préparé par le Safety Advisry Grup SAG NL 81/05/F Smmaire 1. Recmmandatins de sécurité pur l'utilisatin des charits élévateurs Page 1-4 2. Accrître le champ de visin du cnducteur de charit élévateur Page

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail