Conseil Municipal Mercredi 25 juin 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseil Municipal Mercredi 25 juin 2014"

Transcription

1 Conseil Municipal Mercredi 25 juin 2014 Contact Presse Victor DUBRULLE

2 Finances : Approbations du compte de gestion administratif Bilan comptable et financier de l exercice de l année précédente, le compte administratif permet d apprécier le niveau des investissements réalisés par la commune programmés dans le cadre de son budget primitif. Il montre également la consommation réelle des crédits de fonctionnement, les taux d encaissement des recettes prévues et les marges de manœuvre d autofinancement ainsi dégagées. La clôture des comptes administratifs permet de confirmer les résultats financiers de l année La ville de Rambouillet fait apparaitre des chiffres traduisant une situation financière saine lorsqu on la compare aux villes de sa strate. Rappelons que le compte administratif relevant de Monsieur Le Maire est en tout point concordant au compte de gestion de la ville dressé par Monsieur Le Trésorier Principal. L ensemble des comptes et résultats ont déjà été présentés lors du vote du budget primitif et conformément à la reprise anticipée effectuée lors du vote du budget Une situation financière saine mais des contraintes extérieures importantes pour les années à venir De part les choix faits par la ville ces dernières années, la situation financière de la ville est saine : Définition : L épargne brute (E.B) est le résultat de la différence des recettes et dépenses courantes. Son résultat constitue la capacité d autofinancement de la ville à financer son investissement. L épargne brute de la ville évolue de en 2009 à en 2013 soit une progression de avec un pic en 2012 lié à des recettes exceptionnelles pour environ (taxe sur les droits de mutation). La maitrise des dépenses courantes sur la période a permis de réduire les coûts de fonctionnement des services à périmètre constant permettant une progression de notre épargne brute à un niveau satisfaisant. En ce qui concerne l évolution , les charges de personnel s élève à 16,9 M sur 2013 en baisse de , soit 0,6 % (et - 1,5 % en euro constant y compris l inflation) par rapport à Les charges à caractère général ont progressé de + 4,8 % et s élèvent à 9,6 millions d euros à la fin de l exercice. 2

3 Une inversion de tendance est anticipée sur les 3 prochaines années sous l effet notamment de la réduction de la Dotation Globale de Fonctionnement de - 1,9 millions d et de la progression du FPIC à 1,2 million en vitesse de croisière à partir de D une manière générale, les principaux indicateurs montrent des ratios de la ville en progression. L enjeu des années à venir sera de maitriser l évolution de nos dépenses proportionnellement à nos recettes au regard notamment de la contraction des dotations et face aux incertitudes économiques et financières. Baisse de l encours de la dette sur le budget principal. L encours de la dette était arrivé conformément au plan d investissement du budget principal à un plafond de 31,5 millions d euros en 2011 pour enregistrer une baisse en 2012 de 1,3 million d euros puis de nouveau en 2013 soit un total cumulé sur deux années de 2,2 millions d euros. La ville devrait continuer à se désendetter sur son budget principal en l absence de recours à de nouveaux emprunts pour financer ses besoins d équipements en Sa capacité future à emprunter dépendra de son épargne brute qui sera amenée à se réduire et de son délai de désendettement Celui- ci s est amélioré de 2009 à 2012 en évoluant de 9,9 années à 5 années pour enregistrer une inversion de tendance probablement durable à partir de 2013 avec 6,1 années Encours de la dette L année 2013 est marquée par un effort d investissement de soit 310 /habitant. La structure de financement de l exercice 2013 est la suivante : 27,2 % épargne nette (contre 50,3 % en 2012), 16,2 % pour les subventions (contre 8,5 % en 2012), 88 % ressources propres d investissement (contre 20 % en 2012), avec un abondement de 35 % des fonds de roulement (contre un prélèvement 22,1 %en 2012) et sans recourir à l emprunt à l instar de l année précédente. 3

4 Les réserves (FDR) se positionnent à la fin de l exercice 2013 à 8,6 millions d euros en progression de 3,9 millions d euros. Ces fonds pourront être affectés au maintien du niveau d investissement dans les années à venir malgré une baisse significative de l épargne nette. Une fiscalité maitrisée : La base d imposition (valeur locative moyenne de la ville) : Les bases des taxes d habitation (TH) et du foncier bâti (FB), les plus représentatives en volume, progressent à un niveau satisfaisant avec une moyenne de 4,47 % en 2013 avec une dynamique supérieure à Le potentiel fiscal traduit la richesse d une ville en prenant en compte les bases sans l effet taux communal. La ville de Rambouillet dispose d un potentiel fiscal de /habitant pour 1203 /habitant pour la moyenne de la strate (Fiche DGF 2013). Le taux d imposition : L évolution des taux d imposition de la taxe d habitation et de la taxe foncière a été maintenue à un niveau inférieur à la moyenne nationale sur la période 2009 à 2013 (Exemple : taux de TH de la ville en 2012 est de 16,44 % contre 17,95 % pour les villes de la même strate.) En conséquence, le produit fiscal des 3 taxes ménages, sous l impulsion naturelle de la dynamique des bases nominales, a progressé de 5,4 % en moyenne par an soit une évolution sur la période de en 2009 à en L effort fiscal, permettant d évaluer la pression fiscale sur les habitants d une commune, est de 1,078 1 à Rambouillet (inférieur de 9 % à la moyenne la strate qui est de 1,190). 1 Fiche DGF

5 La baisse moyenne du taux de TEOM entre 2009 et 2013 participe sur la période à la stabilisation des taux moyens consolidés des ménages. 5

6 Bilan Dans l ensemble et en conclusion, la commune a poursuivi sa stratégie financière. La maîtrise des coûts a constitué un axe important de gestion.! L épargne nette de la ville suit une progression soutenue : en évoluant de en 2009 à en Une inversion de tendance est anticipée sur les 3 prochaines années sous l effet notamment de la réduction de la DGF de 2,2 M et de la progression du FPIC à 1,2 M en vitesse de croisière à partir de 2016.! L efficience des dépenses courantes est restée une priorité pour réduire les coûts de fonctionnement des services. La capacité d autofinancement nette en 2013 de la ville de Rambouillet est de 123 par habitant 2 contre 78 pour la moyenne de la strate.! L encours de la dette était arrivé conformément au plan d investissement du budget principal à un plafond de 31,5 millions d euros en 2011 pour enregistrer une baisse en 2012 de 1,3 million d euros puis de nouveau en 2013 soit un total cumulé sur deux années de 2,2 millions d euros. 2 Population DGF

7 ! Le délai d extinction de la dette (Encours/Epargne brute) du budget principal se dégrade évoluant de 5 ans en 2012 à 6 ans en L année 2013 a constitué un infléchissement structurel de l équilibre financier de la ville.! La dette par habitant 3 du budget principal est de en 2013 à comparer à la moyenne des villes de notre strate (1 066, dernière donnée connue du Ministère de l Economie en 2012).! L évolution des taux d imposition de la taxe d habitation et de la taxe foncière a été maintenue à un niveau inférieur à la moyenne nationale sur la période 2009 à 2013.! L effort fiscal, permettant d évaluer la pression fiscale sur les habitants d une commune, est de 1,078 4 à Rambouillet (inférieur de 9 % à la moyenne la strate qui est de 1,190).! Les réserves (les Fonds de Roulement) se positionnent à la fin de l exercice 2013 à 8,6 millions d euros en progression de 3,9 millions d euros. Budget développement culturel : Le budget annexe développement culturel ne dispose pas d autonomie financière. Son équilibre financier dépend de la subvention versée par le budget principal. L indicateur de l épargne brute sériée à son périmètre n est que peu représentatif sans une consolidation avec le budget principal. Les secteurs d intervention sont : le théâtre du Nickel, le programme d actions culturelles, le pôle de spectacles. L épargne nette évolue de en 2009 à en Une opération pôle de spectacles a été ouverte en 2012 équilibrée en recettes et dépenses à hauteur de Les crédits non consommés se reportent sur les exercices suivants 2013 et 2014, voire 2015 pour un reliquat éventuel, jusqu à leurs complètes réalisations. Conformément au plan de financement initial du pôle de spectacles, le budget développement culturel a recouru à l emprunt à hauteur de 4,5 millions d euros en Aucun emprunt n est prévu à ce stade pour finaliser sa construction. La dette s élève à euros. Budget développement économique : A l instar du budget développement culturel, ce budget ne dispose pas de l autonomie financière. Son équilibre financier dépend de la subvention versée par le budget principal. Le budget développement économique est limité depuis le transfert de la compétence développement économique à la communauté de communes. Les zones d activités de plus de 2 hectares sont gérées 3 Population INSEE. 4 Fiche DGF

8 par la communauté de communes. Les charges concernent essentiellement la gestion du Relays du Château ainsi que le remboursement de la dette. La subvention d équilibre du budget développement économique évolue sous l effet principalement de la progression de l annuité de la dette de à soit Ce montant est financé par l augmentation de la subvention et un prélèvement sur les fonds de roulement du budget. Le capital restant dû de la dette est de 9,1 millions d euros au 31 décembre 2013, il serait de 8,5 millions d euros en fin d exercice 2014 sans recours à l emprunt. Ce budget ne dispose pas de dépenses d équipements d investissement. L épargne nette évolue de en 2009 à en Budget Eau Potable : L épargne nette évolue de en 2009 à en Le niveau et la progression de la capacité d autofinancement permettent de financer le programme pluriannuel de travaux d un montant de (AP/CP et crédit annuel 2013) afin de répondre aux obligations de maintien et de pérennisation de l eau potable. Les dépenses d investissement 2013 sont financées par l épargne nette. Les fonds de roulement sont renforcés à hauteur de pour anticiper le financement des investissements La dette s élève à en fin d exercice. Le délai de désendettement 2012 est inférieur à 2 ans, assez éloigné du seuil conventionnel maximum recommandé. Budget Assainissement : L épargne nette évolue de en 2009 à en Le niveau et la progression de la capacité d autofinancement permettent de financer le programme pluriannuel de travaux afin de répondre aux obligations de maintien et de pérennisation du traitement des eaux usées. Les dépenses d investissement 2013 sont financées en priorité par l épargne nette qui s établit à Le FCTVA est de Les fonds de roulement sont renforcés à hauteur de pour anticiper le financement des investissements La dette s élève à ,14 en fin d exercice. Le délai de désendettement 2013 est inférieur à 2 ans, assez éloigné du seuil conventionnel maximum recommandé. Consolidation Budget Principal + Budget Développement Culturel + Budget Développement Economique 8

9 L épargne brute consolidée représente 17,8% des produits de fonctionnement contre 16,2 % en L épargne nette consolidée évolue de en 2009 à en Comme énoncé ci- avant dans la note de présentation, l excédent de financement du budget principal provient principalement de l enregistrement en 2013 de la plus- value sur la vente de la Sablière pour permettant aussi de ne pas emprunter pour la seconde année consécutive. Cette réserve financière est affectée au maintien du niveau d investissement dans les années à venir malgré une baisse significative de l épargne nette. L excédent du budget culturel est anticipé pour le financement du pôle de spectacles comme présenté lors du vote du budget 2014 (12 millions d euros d investissement financés en structure par 8,8 millions d euros de fonds de roulement et 3,2 M de subventions externes). La dette évolue de en 2009 à en 2013 avec une progression de 3,9 millions d euros en 2013 essentiellement liée au recours à l emprunt de 4,5 millions d euros du budget culturel sur cet exercice. L annuité de la dette évolue de en 2009 à en 2013 sous l effet des recours à l emprunt en 2009, 2010,2011 et Le délai de désendettement est un marqueur de soutenabilité de la dette. Il est de 11,8 années en 2009 pour atteindre 8,2 années en La ville améliore donc sa situation de solvabilité sur la période mais une dégradation sensible est attendue dans les années à venir. 9

10 Investissement La ville sollicite des subventions auprès du Conseil Général pour financer ses projets Dans un contexte financier contraint du fait de la baisse des dotations de l Etat aux collectivités territoriales, la ville de Rambouillet souhaite bénéficier pour les projets qu elle initie des moyens de financement prévus dans le cadre de la politique du Conseil Général des Yvelines. Ainsi, la ville de Rambouillet prévoit d effectuer des demandes de subvention à travers le Contrat départemental. Le contrat départemental constitue un engagement réciproque entre le département et la ville en vue de réaliser un programme pluriannuel d'investissement dans différents domaines. D une durée de trois ans, son montant est plafonné à 1,5 millions d par projet. Il peut atteindre 30% du montant total d un projet (HT) pour trois programmes, dont l un peut être équivalent au maximum à 60% du montant global du contrat, soit Ce type de partenariat correspond à différents projets d investissement de la ville pour les années La construction du centre de loisirs du château d eau : Un lieu de proximité destiné à l accueil des enfants de 6 à 11 ans Le Centre d accueil de Loisirs Sans Hébergement des «Eveuses- le Château d eau» est seul centre de loisirs destiné au 6-11 ans fonctionnant les mercredis et durant toutes les vacances scolaires. Il permet à chaque jeune de retrouver tous les Rambolitains de sa classe d âge. Il accueille aujourd hui 150 enfants autour de 14 adultes de 7h45 à 18h45. Il répond au Projet éducatif de la ville par la mise en place de programme d activités en lien avec toutes les structures de la ville : 10

11 Pour poursuivre son action la ville va engager la restructuration du centre des «Eveuses Château d eau» et crée 25 nouvelle places. Le projet porte sur la démolition de la structure existante, devenue peu fonctionnelle et la reconstruction d un bâtiment en structure ouverte sur un patio d une superficie 950 m carré. Elle comportera : - Un vaste hall qui distribue une circulation autour d un patio central donnant accès aux différents ateliers ; - Un restaurant agrandi à 90 places doté d une cuisine relais, d une buanderie, de vestiaires, d un local pâtisserie et d un local ménage ouverte sur le parc avec une terrasse extérieure ; - Deux salles d activités pour 13 enfants ; - Deux salles d activités pour enfants ; - Deux salles d activités pour 25 enfants ; - Deux salles d activités pour 30 enfants ; - Deux ateliers et deux locaux de rangement ; une série de trois ateliers cloisonnés par des murs mobiles permettant une utilisation modulées ou un seul grand espace polyvalent - Une infirmerie, un bureau ; - Deux blocs sanitaires. - Deux préaux complètent l ensemble Les ateliers permettront l hébergement pour les périodes de vacances d une trentaine d enfants Calendrier : - Dépôt du permis de construire : juin Travaux de démolition du centre : dernier trimestre Construction : de janvier à juin 2015 pour réouverture aux vacances d été

12 L installation du Centre de Loisirs pendant les travaux est à l étude. La restructuration de la médiathèque Florian connecté au Pôle de Spectacle : un centre culturel attractif au cœur de Rambouillet Réalisée dans la perspective du Pôle de Spectacle pour créer un espace culturel mutualisé, cette réhabilitation est destinée à adapter la Médiathèque aux nouvelles pratiques des usagers, à restructurer l accès à l information, à faire converger les différents médias et à favoriser leur accessibilité. Le projet de réhabilitation dont les travaux seront engagés en 2015 a fait l objet de l ouverture d une autorisation de programme/ crédits de paiement à hauteur de TTC qui pourrait être subventionné à hauteur de 40% par le Ministère de la Culture, le Conseil Général et le Conseil Régional et une subvention exceptionnelle de l Etat au titre de la dotation d action parlementaire. Il s articule autour de 5 interventions principales. - La création du passage traversant le bâtiment du Nord au Sud: - Le développement de l'esplanade en un large espace de convivialité en relation direct avec le jardin - La restructuration des espaces internes du rez- de- chaussée: - La réorganisation des collections à l'étage: La création d un local à archives et patrimonial ; Il s agit d aménager le local existant au Chenil de la Vènerie afin de conserver les archives de la ville et une partie des collections patrimoniales dans des conditions conformes à la réglementation applicable aux archives communales. 12

13 13

14 Poursuite des études préalables à l élargissement du Pont de la Mare aux Moutons Le pont rail de la Mare aux Moutons situé sur la ligne de Paris- Brest franchit la rue de Clairefontaine sur la commune de Rambouillet. Pour fluidifier et sécuriser la circulation dans ce secteur, la ville de Rambouillet a le projet d élargir le pont afin de permettre le franchissement routier dans les deux sens simultanément et un passage piéton et cycliste sécurisé. Ce projet s inscrit pleinement dans le projet de Schéma Local de Déplacement mené par la ville destiné à faciliter les déplacements en privilégiant l usage des transports publics, en développant des modes alternatifs à la voiture et en en améliorant le trafic automobile. Il s inscrit également dans les projets d aménagements en cours et à venir à l est de Rambouillet (eco- quartier de la gare, lotissement de la croisée des bois, projet Louvière...) et renforce les liens entre l est et l ouest de Rambouillet. Dans cet objectif, la ville a, par délibération du 6 décembre 2012, initié une pré étude menée par RFF et SNCF qui a permis de définir en première étape les différents travaux à réaliser dans le périmètre ferroviaire, le planning général et notamment l enveloppe financière prévisionnelle de l opération ferroviaire. Le coût de l opération a été chiffré à HT en 2013 comprenant les travaux d ouvrages d art, les autres travaux RFF/SNCF. Compte tenu de l actualisation des montants, il est désormais estimé à HT. La ville conserverait à sa charge les travaux d aménagement de la voirie existante et future, les travaux d assainissement, le détournement des réseaux, les acquisitions foncières et les frais de déviation routière (évalués à HT). 14

15 La ville a décidé de poursuivre ce projet en lançant les études APO (études d avant projet et de projets). Celles- ci se dérouleront sur 12 mois en principe jusqu au troisième trimestre Les travaux en eux- mêmes se réaliseraient sur une période d une année et nécessiteraient une interception du trafic ferroviaire sur 2 week- ends. Ils comprennent à la fois les travaux SNCF/RFF et les travaux de voirie et de réseaux réalisés par la ville. 15

16 Saint Lubin 2014 Tous les deux ans, Rambouillet reconstitue, pour une journée, l'ambiance des grandes foires agricoles qui se tenaient annuellement, permettant aux agriculteurs et aux éleveurs de vendre leurs animaux et leurs récoltes afin de payer leurs fermages. Cette année, la fête de la Saint Lubin aura lieu le samedi 4 octobre. Pour cette 13 ème édition de la Saint Lubin, la ville souhaite mettre à l honneur le roi de Rome. Le fils héritier de Napoléon 1 er et de sa seconde épouse Marie- Louise d Autriche est titré roi de Rome à sa naissance. Il y a deux siècles, en 1814, à la suite de l abdication de son père, le roi de Rome quitte le palais des Tuileries avec sa mère pour Rambouillet. Il y reste quelques jours et quitte la France pour Vienne. Au cours de cette fête, l accent sera mis sur l enfant. L'esprit de la Saint- Lubin est avant tout celui de la fête ; toute la ville est invitée à y participer et à se costumer : commerçants, associations, particuliers Mais bien sûr il s agit avant tout d un comice agricole au cours duquel les chevaux lourds et les bœufs gras sont primés par un jury professionnel. De nombreuses animations sont également proposées par des associations et des professionnels. Un banquet sera servi sur la place de la Libération. Il est conçu par la société Sodexho et le service est assuré par les jeunes du CCJ. Les tickets pour ce repas seront en vente à partir du 12 septembre au service de la vie associative. 16

17 Saison culturelle Poursuite de la politique de résidences d artistes A travers sa politique de résidence d artistes, la Ville soutient la création artistique et favorise la rencontre des artistes avec la population. Ce programme de résidence d artiste a pour objectif une présence artistique forte au sein de la population. Il se traduit par des rencontres et des actions organisées sur tout le territoire de la Ville. Trois nouvelles résidences artistiques seront initiées au cours de cette saison 2014/2015 : deux au théâtre le Nickel avec la compagnie le Vélo Volé, dirigée par François Ha Van et la compagnie du Septentrion représentée par ID Production et dirigée par Christophe Luthringer ; et une au musée Rambolitrain avec l accueil du plasticien Frédéric Le Junter. - La compagnie le Vélo Volé Cette compagnie est fondée sur l idée d un théâtre pour tous, et vise à faire tomber les préjugés sur le théâtre. Sa marque de fabrique est la transposition des pièces du répertoire dans un contexte contemporain. Lors de cette résidence, la compagnie du Vélo Volé présentera sa version de la pièce Roméo et Juliette de Shakespeare en novembre 2014 et nous fera découvrir sa nouvelle création Le jeu de l amour et du hasard de Marivaux qu elle présentera au public du Nickel en février En outre, un travail d action culturelle sera proposé en direction des scolaires et du tout public. Le volume prévisionnel de ces actions s élève à 50 heures d ateliers réparties entre le public lycéen et les publics des différents quartiers de la ville. - La compagnie du Septentrion Christophe Luthringer, après avoir suivi les enseignements de Niels Arestrup, Philippe Leotard, et Maurice Benichou, joue des pièces d auteurs tels que Shakespeare, Guitry et fonde sa compagnie, 17

18 le Septentrion, en Ses créations connaissent un succès national et international. Christophe Luthringer ouvrira la saison du Nickel le 3 octobre prochain avec la comédie musicale L Hôtel des Roches Noires, et proposera en mars 2015 sa nouvelle création La colère de Dom Juan, adaptée de l œuvre de Molière. La Ville de Rambouillet confiera à la compagnie du Septentrion un travail d actions culturelles en direction des scolaires et du tout public. Le volume prévisionnel de ces actions s élève à 47 heures d ateliers réparties entre le public lycéen et les publics des différents quartiers de la ville. - L artiste plasticien Frédéric Le Junter Cette résidence fait partie intégrante du programme d actions culturelles mené pour «Les 30 ans du Rambolitrain». Une thématique a été proposée par l artiste «La vapeur est dans le train» avec la création d une œuvre visuelle et sonore. La restitution de sa création se fera dans le jardin du musée Rambolitrain lors des Journées du Patrimoine 2014 (20 et 21 septembre). Des propositions d actions culturelles seront faites à destination de 4 classes élémentaires de la Ville. 18

19 Fixation des tarifs des services pour 2013/14 Les recettes d exploitation des services publics municipaux et prestations annexes représentent 5% des recettes de fonctionnement du budget primitif en 2014 de 5,3% soit Ce chiffre reflète le taux de participation modéré demandé aux usagers en matière d accès aux services publics municipaux et pour l entretien du patrimoine municipal. Les tarifs appliqués pour chacun d entre eux font l objet d une adaptation. Cette adaptation permet de maintenir l équilibre entre la fiscalité directe qui représente l essentiel et la contribution des usagers. " Une revalorisation de 2% des tarifs municipaux (services techniques ) correspondant à l inflation anticipée En 2014/15, une revalorisation de 1,2% sera appliquée aux tarifs des prestations annexes de services publics fixés par la Ville. Ces prestations recouvrent : la location de matériel (barrières, camion, sono ) et de salles municipales, les droits de concession dans le cimetière municipal et les droits de voirie (pose d échafaudages et de panneaux publicitaires, droits de terrasse ). L évolution de ces tarifs a été calculée sur la base de l inflation prévisionnelle pour l année Ce taux de revalorisation de 2% sera appliqué à la tarification des services publics municipaux : les centres de loisirs, les ateliers de quartier, les activités péri et extrascolaire. Afin de favoriser l accès à ce service public particulièrement important pour les familles, la ville fera également évoluer de 2% les tarifs de la restauration scolaire. La Ville continuera à prendre en charge la très grande partie du coût réel de ces services. La commission famille va initier un diagnostic afin d harmoniser les tarifs suivant les services rendus et la situation économique des familles. " Création d un forfait pour les CLAE sur la base du forfait élémentaire majoré des 2% 19

20 Du fait du taux d encadrement supérieur, 20% supplémentaires seront appliqués à ces tarifs. Un tarif dégressif est prévu pour les familles : 30% pour deux enfants ; 50% à partir de trois enfants Le tarif de chaque enfant supplémentaire au- delà de 3 enfants est bloqué à un abattement de 50% " Nouveaux rythmes scolaires : création d un tarif à la demi- journée intégrant repas et transport Ce tarif de l après- midi représente 70% du tarif de la journée entière hors repas tenant compte de la 60% du cout actuel - la répartition des horaires réalisés soit 6h au lieu de 10h de fonctionnement soit % pour la valorisation du cout du transport supplémentaire - Stabilisation de l application d un tarif extérieur pour les enfants scolarisés à Rambouillet mais domiciliés à l extérieur - 20

21 Communication du Maire Rambouillet.fr disponible sur son mobile Afin de rendre l information municipale et les services plus accessibles à nos concitoyens, une délégation au développement des réseaux sociaux et à la communication numérique a été créée avec pour objectif de rendre l information municipale et les services plus accessibles à nos concitoyens. Rambouillet disponible pour tous et partout : création d un site mobile Partant du principe que, selon une étude Médiamétrie de février 2014, 84% des Français possèdent un téléphone portable et que 50% d entre eux, soit plus de 27 millions de personnes, s en servent pour accéder à internet, il est apparu important de développer une version mobile du site internet de la ville de Rambouillet. En effet, le site rambouillet.fr, dans sa forme «classique», n est pas optimisé pour les terminaux mobiles et s avère compliqué à utiliser depuis ces appareils, téléphones mobiles et tablettes. C est pour répondre aux besoins des utilisateurs de ces terminaux, dont certains n ont pas d autre accès internet, et pour répondre à leur droit à l information, que nous avons lancé le développement en interne, et sans recourt à un prestataire, du site mobile qui est mis en ligne dès à présent. Pour offrir plus de liberté à nos concitoyens, nous avons fait le choix de leur laisser la possibilité, au moment de leur connexion sur le site internet depuis un terminal mobile, de naviguer sur le site mobile ou sur le site classique. Le site mobile a été pensé pour être accessible aux malvoyants. 90% de son contenu l est déjà et l ensemble du site le sera à moyen terme. Proximité et vie quotidienne facilitée : lancement d une réflexion sur la création d un nouveau site internet Avec le service communication, et en concertation avec les autres services de la ville, une réflexion a été engagée visant à développer les moyens nécessaires à une plus large diffusion de l information et à une facilitation de l accès aux services municipaux pour les Rambolitaines et les Rambolitains. L aboutissement à court terme de cette démarche sera la création d un nouveau site internet pour la ville de Rambouillet qui devrait entrer en service au second semestre

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

Considérant la régularité des opérations,

Considérant la régularité des opérations, SEANCE DU 14 FEVRIER 2011 L an DEUX MIL ONZE, le QUATORZE FEVRIER à 20 h, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni en séance publique à la Mairie sous la présidence de M. René REGNAULT, Maire,

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72 Sous la présidence de M. Guy Vaxelaire, le Conseil Communautaire s est réuni en Commission Finances le 10 février afin d examiner le budget primitif 2010. Les 17 février et 1 er avril, le Conseil a approuvé

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

Budget Primitif 2015 Programme Remboursement de la dette M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction des finances - 2DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Dossier de presse Pose de la première pierre Groupe scolaire Léo-Lagrange. Septembre 2012

Dossier de presse Pose de la première pierre Groupe scolaire Léo-Lagrange. Septembre 2012 Dossier de presse Pose de la première pierre Groupe scolaire Léo-Lagrange Septembre 2012 Sommaire Le projet Retour au naturel Les travaux Historique et calendrier des travaux L inauguration p. 3 p. 4 p.

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 19 octobre 2012 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 19 octobre 2012 POLITIQUE A06 CONFORTER L'ATTRACTIVITÉ ÉCONOMIQUE DURABLE DES YVELINES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DES YVELINES Direction Générale des Services Direction de l'economie et de l'emploi DEE-Mission Numérique 2012-CP-4337 Affaire suivie par : M. Truchy Poste: RAPPORT A LA

Plus en détail

Projet de Réhabilitation d une friche industrielle en centre de formation et de recherche. Implantation en Ardèche Verte

Projet de Réhabilitation d une friche industrielle en centre de formation et de recherche. Implantation en Ardèche Verte Projet de Réhabilitation d une friche industrielle en centre de formation et de recherche Implantation en Ardèche Verte Dossier de Demande de Subvention Adresse postale : BP 103 Mauves 07305 Tournon sur

Plus en détail

ordre du jour ci-après :

ordre du jour ci-après : COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 MARS 2013 Séance ordinaire du 28 mars 2013 à 18 heures Sous la Présidence de Monsieur SCHWEIZER Christian, Maire Présents : MM. SCHWEIZER, LEONARD, HENRY, STIBLING,

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Réflexion sur le schéma de mutualisation au sein de la Communauté de Communes de l Huisne Sarthoise

Réflexion sur le schéma de mutualisation au sein de la Communauté de Communes de l Huisne Sarthoise COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 2 Février 2015 à 20h30 Réflexion sur le schéma de mutualisation au sein de la Communauté de Communes de l Huisne Sarthoise Madame Le Maire rappelle

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 Monsieur le Maire remercie Monsieur MOISSON, Percepteur à Montluel et Trésorier de la commune, pour sa présence à cette séance du conseil. Monsieur le

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES

DEMANDE DE SUBVENTION AU CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE AU TITRE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENTS ARTISTIQUES REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE - EGALITE - FRATERNITE VILLE DE BRUNOY CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 mars 2011 20 H 30 Salle des Fêtes C O M P T E R E N D U LE CONSEIL, 11.22/DH DEMANDE DE SUBVENTION AU

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail