Un ministère nouvelle Culture & Médias 2020

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un ministère nouvelle génér@tion Culture & Médias 2020"

Transcription

1

2 Un ministère nuvelle Culture & Médias 2020 «Le ministère chargé des affaires culturelles a pur missin de rendre accessibles les œuvres capitales de l humanité, et d abrd de la France, au plus grand nmbre pssible de Français, d assurer la plus vaste audience à ntre patrimine culturel, et de favriser la créatin des œuvres de l art et de l esprit qui l enrichissent.» d ici Ministère de la Culture et de la Cmmunicatin Secrétariat général Missin Stratégie & prspective

3 2

4 Un ministère nuvelle 3

5 4

6 Une carte, une bussle Sur un champ de cmpétences aussi variées, spécifiques, parfis anciennes, parfis naissantes, à un mment de buleversements sciaux, écnmiques, techniques, il était audacieux, risqué u seulement étrange de lancer, puis de pursuivre et d apprfndir aussi lin un exercice de prspective devenu exercice de stratégie. Ce puvait l être d autant plus que la rérganisatin du ministère s était engagée, que les cntraintes budgétaires n étaient pas encre aussi frtes. Et purtant, nn. Dans un mment ù se crisent tant de mutatins, de cntraintes, d incertitudes aussi, un mment de cup de vent, pur garder le cap, c est là qu il faut une bussle et d abrd une carte. C était une missin du secrétariat général du ministère de furnir cntinûment les myens de dessiner cette carte et avec tut le ministère de fabriquer cette bussle. La carte était la prspective Culture & Médias 2030, sa synthèse de scénaris explratires et la définitin de grands défis internatinaux, écnmiques, sciaux et d actins publiques. Elle a été publiée, présentée, discutée, mise en délibéré durant plus d une demi-année, mment nécessaire pur cmmencer à fabriquer une bussle : Culture & Médias 2020, un ministère nuvelle La bussle est le fruit d un travail cllectif, imprtant par ses résultats, mais d abrd par l engagement des acteurs du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, sn administratin centrale, les Drac, les établissements publics, mais aussi au-delà avec l Institut Français, des représentants de l audivisuel public, du ministère des Affaires étrangères et des avis experts du ministère de l Industrie, de l Enseignement supérieur et de la Recherche, de la Datar j en ublie sans dute. Imprtant par la mbilisatin dans les directins générales, ntamment pur des réunins ù la réflexin était libre, uverte, et ù s exerçait le drit d être icnclaste, critique, déçu, inquiet, mais aussi vlntaire et frce de prpsitins. Le résultat vise, aussi synthétiquement que pssible, à cnserver la ttalité de la réflexin cllective en l rdnnant, en l installant dans les tensins que ns plitiques cnnaissent : l internatinal et la place de la culture et des médias en Eurpe, la transfrmatin des techniques et surtut celles des usages, les adaptatins des utils juridiques et institutinnels. Il rappelle que ns plitiques appartiennent au temps lng et fnt face à des phénmènes parfis irréversibles. Le suci de l irréversibilité est de bnne méthde pur définir l essentiel, le priritaire en le regardant dans le cntexte de transitin que nus cnnaissns à hrizn décennal. Culture & Médias 2020, une stratégie de plitiques culturelles est un util d aide à la décisin, celle des plitiques, à usage du Parlement, du guvernement, du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, au sein des directins générales, de leurs services et bureaux et de chacun des agents qui prtent, là ù il snt, dans leur fnctin et dans leur métier, une missin parfis aux avant-pstes de la plitique culturelle, parfis plus lin mais en lien avec elle. C est aussi la pssibilité de définir ensemble des chantiers stratégiques partagés, qui fassent de ntre ministère un acteur cnfiant de ses missins, capable de dialgue et d actin avec les autres acteurs publics et privés qui fnt la vie culturelle, un acteur qui puisse atteindre sn cap, muni des instruments de navigatin au lng curs. Je tiens à remercier l ensemble des équipes du ministère et de ses pérateurs pur leur réflexin inédite qui est ici présentée, et particulièrement celle du département de études, de la prspective et des statistiques auprès du secrétariat général, pur leur travail de lng terme, fndé sur des études et recherches patientes et des travaux statistiques slides, sans lesquels l ensemble de cet édifice n aurait pas pu se fnder. Guillaume BOUDY Secrétaire général 5

7 6

8 La missin stratégie-prspective, placée auprès du secrétariat général en vue de transfrmer Culture & Médias 2030, prspective de plitiques culturelles en stratégie ministérielle Culture & Médias 2020, un ministère nuvelle a été cnduite par : Irina BOULIN-GHICA Chargée de missin auprès du chef de service de Crdinatin des Plitiques Culturelles et de l Innvatin Philippe CHANTEPIE Chargé de missin auprès du Secrétaire général Jean-Wilfrid PRE Chargé de missin auprès du chef de service de Crdinatin des Plitiques Culturelles et de l Innvatin Elle a bénéficié de l appui de l Inspectin Générale des Affaires Culturelles grâce à : Francis BECK Inspecteur général des affaires culturelles Jérôme BOUET Inspecteur général des affaires culturelles Elle a également pu s appuyer méthdlgiquement sur un grupement de cnseils en stratégie d institutins publiques : Magellis cnsultants, le Gerpa, Futuribles et en particulier sur les cmpétences de Nathalie BASSALERet Françis BOURSE. 7

9 8

10 INTRODUCTION Ministère nuvelle : un impératif stratégique Il y a plus de quinze ans, la réflexin cllective du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin appelait à La refndatin de la plitique culturelle 1, sit à des réfrmes imprtantes pur un renuveau d une plitique culturelle frte de sa légitimité et mieux adaptée aux évlutins. Nmbre des précnisatins d alrs nt été prises en cmpte : intégratin des industries culturelles, créatin d établissements publics d intercmmunalité culturelle, mise au pint de cnventins d bjectifs et de myens, etc. Mais, de véritable refndatin de la plitique culturelle du ministère, il n y eut pint, laissant pace à une successin de mandats ministériels, dnt la brièveté chrnique est peu prpice à une quelcnque refndatin. Depuis le début des années 1990, la plupart des dynamiques repérées et articulées dans Culture & Médias 2030 étaient déjà présentes et n nt cessé de s amplifier à un rythme rapide : la mndialisatin des industries culturelles, le numérique qu n appelait alrs multimédia, la mntée des dimensins eurpéennes et territriales ainsi que, plus prfndes et anciennes, des mutatins démgraphiques et sciales. Le rythme de l évlutin des plitiques et des actins culturelles fut sans cmmune mesure avec l accélératin de ces dynamiques et de leurs effets de transfrmatin de la vie culturelle : révlutin technlgique, mdes d accès, frmatin des gûts, tendances des pratiques, mutatin des légitimités, renuveau des mdèles écnmiques, évlutins sciales et dnc rapprts à la culture. Des risques de décnnexin et d impertinence Le ministère de la Culture et de la Cmmunicatin est le ministère de la langue, des mémires, des mnuments histriques et des trésrs natinaux. Il est le ministère des créateurs, des auteurs et des artistes. Il est celui dnt le champ prte sur une écnmie qui fait, directement u indirectement, une bnne pignée de pints de prductin natinale et qui cmpte près d un demi-millin d emplis salariés. Il est celui qui cncerne le premier empli du temps hrs travail et smmeil des Français : les lisirs. Il est celui qui a affaire aux identités individuelles et cllectives et au sens. Malgré une frte vitalité culturelle et nmbre d actins de plitiques culturelles sur un champ sans cesse élargi et avec une prgressin régulière de ses myens sur lngue péride, le ministère de la Culture et de la Cmmunicatin semble purtant empêtré, ne 1 Jacques Rigaud, Philippe Duste-Blazy, Pur une refndatin de la plitique culturelle, Ministère de la culture, Paris ; La Dcumentatin française (Cllectin des rapprts fficiels), 201 pages,

11 dispsant jamais d assez de myens, butant sur le renuvellement de plitiques affaiblies, repliées et parfis essufflées face à un envirnnement si prfndément mbile. Le jugement semblera général, vague, bien péremptire et cent exemples de succès se pressent déjà pur le cntredire : l efficacité du mdèle du Centre Natinal du Cinéma et de l image animée u du Centre Natinal du Livre, les chiffres de fréquentatin du Luvre, du Musée d Orsay et du Château de Versailles, la ntriété des musiques électrniques d rigine française, les palmarès de ns industries culturelles, les deux Nbel de littérature de la dernière décennie, les nmbreux prix curnnant The Artist Mais, l enjeu est bien ailleurs que dans une reprise vaine du débat suscité par «The Death f French culture» 2. Culture & Médias 2030, prspective de plitiques culturelles3 mntrait cmbien la psitin du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin se truvait à la crisée de dynamiques sciales, écnmiques et technlgiques, d ù se juent la plitique culturelle de l État, mais aussi celle d un grand nmbre d acteurs. Cette prspective avait pur bjet d interrger les missins, les myens et les mdalités d actin des plitiques publiques dans une perspective de lng terme pur définir une stratégie de mye terme. Elle est indispensable pur adapter le ministère et ses plitiques aux mutatins en curs et aux enjeux futurs. Elle est nécessaire pur prendre enfin en cmpte la réelle dimensin de la «révlutin numérique» qui est culturelle. Une répnse stratégique issue d une réflexin cllective Culture & Médias 2020, un ministère nuvelle expressin d une réflexin cllective, cherche à décliner stratégiquement les répnses aux défis présents et futurs des plitiques culturelles et de cmmunicatin. Il entend tracer des rientatins à l hrizn 2020 fndées sur des diagnstics partagés et fixer des bjectifs stratégiques établis en cmmun. Cette réflexin a révélé les risques de décnnexin vire d impertinence de plitiques culturelles du ministère au regard des dynamiques de l envirnnement de celles-ci. Ces risques se traduisent par le sentiment diffus de retards, de résistances, de décalages, de regrets, de curses-pursuite u d impuissance dans un cntexte cmplexe, aux évlutins rapides, fruit d acteurs multiples et d une ppulatin éduquée aux attentes renuvelées et variées. Ils s expriment par une sensatin de désrientatin variable seln les missins et les métiers des agents du ministère et que dissipent le plus suvent l actin et les prjets culturels cncrets. On truvera que cette stratégie ministérielle manque d ambitin et que sa dimensin plitique est insuffisante. Sans dute, car elle émane d une administratin. Par nature, cette réflexin n entend pas se substituer aux décisins plitiques, mais seulement cntribuer à les rendre effectives et durables. Elle prpse dnc à la décisin plitique des chix décennaux, sans lesquels il est prbable que, dans la décennie à venir, l absence de stratégie décidera plus que tut du devenir culturel. 2 Dnald Mrrisn, In search f lst time, Time magazine, nv. 21, Département des études, de la prspective et des statistiques, Culture & Médias 2030, Prspective de plitiques culturelles, secrétariat général, ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, 2011 ; Département des études, de la prspective et des statistiques, Culture & Médias 2030, Les facteurs, Ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, dispnible aussi en ligne : 10

12 On bservera cependant que cette réflexin, en apparence mdeste, cnduite de façn entièrement libre, transparente et en dialgue avec de nmbreux acteurs culturels, prpse en réalité les clefs d une transfrmatin très prfnde du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, mins par l assignatin de nuvelles missins, que par une mise en chérence des plitiques, et plus encre, par un changement de psture, de méthdes et de rapprts à sn envirnnement. Philippe CHANTEPIE Chargé de missin Stratégie prspective 11

13 12

14 I Une stratégie ministérielle pur la décennie 13

15 14

16 Depuis le dernier quart du XXe siècle de très puissantes dynamiques se snt déplyées : la mndialisatin crissante des échanges et des hmmes, le dévelppement de la dimensin eurpéenne mais aussi des acteurs territriaux, la révlutin accélérée des techniques numériques, les évlutins démgraphiques et sciales de lng terme, ainsi que des valeurs. Ces mutatins prfndes fnt système. Elles nt transfrmé à un rythme rapide presque tut l envirnnement des plitiques culturelles. Elles mettent en questin l Institutin culturelle que cnstitue le ministère de la Culture et de la Cmmunicatin cmme les autres acteurs publics u privés. Elles risquent de rendre les plitiques culturelles décnnectées, vire impertinentes. Au début du XXIe siècle, la mise en œuvre d un ministère nuvelle est dnc nn seulement nécessaire mais urgente, s il entend établir une plitique culturelle du numérique, rattraper les effets de renuvellement u nn renuvellement génératinnel des pratiques culturelles et agir sur les transmissins culturelles, prter l évlutin des écnmies de la culture et de la cmmunicatin, sutenir écnmiquement, scialement, artistiquement la créatin, répndre aux attentes des cityens. De nuvelles frmes de guvernance snt alrs indispensables à l égard des territires, des pérateurs sus la frme de régulatin de réseau, ainsi que de l Unin eurpéenne, et en liaisn étrite avec l évlutin de la vie culturelle, en prise avec les enjeux sciaux, écnmiques, culturels et cgnitifs de la culture et de la cmmunicatin à l ère numérique dnt l imprtance mdifie les missins des équipements culturels et la places des plitiques nn numériques. Il appartient à un ministère de la Culture nuvelle de renfrcer ses missins les plus frtes, vire de refnder sn actin dans ses tris principaux dmaines de cmpétences que snt : les patrimines, la créatin artistique, les industries culturelles et de cmmunicatin. Il revient à un ministère de la Culture nuvelle de se cncentrer sur les vecteurs de transfrmatin de la vie culturelle que frment les enjeux, cntemprains et futurs, qui se nuent à l intersectin des tris dmaines des plitiques culturelles : la patrimnialisatin de la créatin cmme la patrimnialisatin des prduits des industries culturelles et de cmmunicatin ; la créatin de patrimine et la créatin au sein des industries culturelles et de cmmunicatin ; les frmes industrielles de la créatin et des patrimines. Il est essentiel à un ministère de la Culture nuvelle de tenir pur décisives à myen et lng terme certaines plitiques à vcatin transversale afin de réinventer sa légitimité et sn efficacité futures : la démcratisatin culturelle, l uverture à l internatinal, la plitique linguistique, la prpriété littéraire et artistique, la recherche culturelle et l enseignement supérieur artistique. Chacune cnstitue en effet une pierre de tuche de transfrmatin des plitiques culturelles pur le lng terme. 15

17 Il est dnc nécessaire à un ministère de la Culture nuvelle de mdifier en prfndeur ses mdes de guvernance, leviers fndamentaux de transfrmatin d un ministère aux plitiques verticales vers un ministère aux plitiques plus hrizntales, davantage décncentrées et décentralisées, mins hiérarchiques et plus partenariales, établies davantage en cnnexin avec les réseaux artistiques, culturels, sciaux et écnmiques. Ces leviers cncernent en particulier les rapprts du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin aux cllectivités territriales, avec lesquelles il cnvient de frger un pacte, nuveau et durable, d égalités territriales. Ils cncernent aussi les relatins avec les différentes catégries d pérateurs du ministère, culturels cmme médiatiques, établissements publics aux activités différentes mais tus appelés à participer à la réalisatin d un service culturel universel sur la base de partenariats stratégiques. Ils tuchent tut autant les relatins avec l Unin eurpéenne, celle-ci dispsant paradxalement d autant mins de cmpétences en matière culturelle qu est déterminante sa lecture des Traités en matière de cncurrence u de marché intérieur sur les activités culturelles et de cmmunicatin, exigeant la recnfiguratin d un mdèle eurpéen de plitique culturelle. Enfin et au premier plan, la mise en œuvre d une plitique culturelle du numérique, pint aveugle des plitiques culturelles cntempraines, ne purra qu ccuper un rôle évidemment crucial, d abrd en tant que levier pur frger les utils de sa définitin, ensuite et peut-être, cmme plitique transversale, capable d irriguer la plitique culturelle. Le numérique ne change pas tut. Parce que la «révlutin numérique» est d abrd culturelle, ce que le numérique change est si large et parfis si prfnd, que tut le champ culturel et de la cmmunicatin, même les éléments les mins en lien avec lui, ne peut qu être revisité et repensé. Culture & Médias 2020, un Ministère de la Culture nuvelle décline dnc plus de quarante chantiers stratégiques, indispensables pur la décennie 2010, afin que le ministère de la Culture et de la Cmmunicatin sit en mesure de prter des plitiques de la culture et de la cmmunicatin adaptées aux enjeux du XXIe siècle. 16

18 1 Un prfnd changement de cntexte 17

19 18

20 En mins de deux décennies, suvent à partir de tendances antérieures, l essentiel s est mdifié : transfrmatins sciales, dynamiques écnmiques, envirnnement technlgique, champ culturel, mdes de guvernance. 1 Renuvellement des publics, égalité d accès, genre et transmissins. Le défi le plus prévisible et prbablement l un des mins apparents, que les plitiques culturelles aurnt à relever lrs de la prchaine décennie est d rdre scidémgraphique et génératinnel. Les écarts sciaux d accès à la culture n nt pas été véritablement réduits et dans un certain nmbre de pratiques culturelles, se snt accrus. Mais une banalisatin des pratiques s est prduite sur lngue péride. D autre part, à partir de 2020, les génératins qui nt accmpagné les plitiques de démcratisatin et de dévelppement culturels atteindrnt l âge de la retraite u bien appartiendrnt aux âges de la vieillesse. Elles cessernt de cnstituer le grs des publics visés par l ensemble de la plitique culturelle de l État et des équipements depuis les années sixante. Pareil basculement a cmmencé. Prbablement irréversible, il se traduit, sinn par le nn-renuvellement génératinnel de plusieurs pratiques culturelles, du mins par la mdificatin des pratiques des génératins suivantes, ntamment à travers la culture des écrans et une transfrmatin du rapprt à la culture. Cette transfrmatin, en France cmme dans d autres pays industrialisés, se dévelppe depuis le dernier quart du XXe siècle. Elle s est accélérée au turnant du siècle : la «culture de l imprimé» et ses attributs se restreignent u s éteignent de façn graduelle avec le vieillissement de la ppulatin et en dépit de la mntée des niveaux d éducatin de la ppulatin. Une telle transfrmatin, réalisée en peu de temps, est d rdre civilisatinnel, car histriquement la culture de l imprimé, plus largement de l écriture-lecture, est assciée au savir et largement lié au genre masculin. Or, les mutatins génératinnelles à l œuvre, le dévelppement des cultures d écrans et les dynamiques du genre et des transmissins disscient en prfndeur et de façn sans dute irréversible ces éléments de la «culture cultivée» qui tuchent à la «culture savante». À partir de 2020, l essentiel de ce basculement sera accmpli, prté par de nuvelles génératins que caractérisent de nuveaux rapprts à la culture, aux lisirs, au plaisir, au savir, etc. Sans cntredire les niveaux atteints par la fréquentatin du spectacle, des musées, etc., la «culture légitime» u «culture cultivée» autur desquelles la plitique culturelle de l État s était établie et dévelppée, recule au prfit d une «culture des écrans». Génératins, genres, maintien des inégalités, culture des écrans, enfance et jeunesse cnstituent le défi majeur de l actin du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, alrs que ses mdes d interventin dans ce dmaine snt faibles et qu une part imprtante du 19

21 renuvellement de la culture d écrans, traditinnellement centrée sur l audivisuel, s père à travers la culture des nuveaux écrans, prtée ntamment par les jeunes génératins pur lesquelles, la légitimité et l actin ministérielle snt faibles, limitées, vire nulles. Parallèlement, d autres matrices de légitimité nt émergé des dynamiques sciales, écnmiques et technlgiques. Elles tendent à dégrader la place de «la culture» cmme valeur en si. Elles déntent une sciété en vie de fragmentatin, ntamment entre des hmmes qui délaissent la culture légitime et des femmes plus engagées dans la culture et ses transmissins, vire entre génératins les dernières étant principalement adnnées à des cultures de nuveaux écrans, qu elles sient celles des pratiques en amateur, de «culture pp» industrielle et de cnsmmatin, u bien d expressin et de pratiques en amateur. Les génératins du numérique celles nées depuis trente ans, nt basculé dans un univers ù la culture est davantage perçue cmme un lisir, un divertissement parmi d autres, allégée du pids symblique antérieur, mais encre cmme un espace de dévelppement persnnel, vire cllectif et même tujurs le lieu d une recherche sinn de décuverte et de sens, du mins d identité. Pur ces génératins, la culture s ancre n le vit dans les budgets-temps dans des dynamiques de sciabilités familiales, amicales, territriales, cmmunautaires avec une variété d identités culturelles et une pluralité de gûts et de préférences, répndant à une aspiratin à l autnmie des chix de vie. Ainsi, à travers la culture et la cmmunicatin, cexistent l appétence pur des prduits culturels industriels et mndialisés et la recherche de chix identitaires. En utre, et de façn permanente, une part imprtante de la ppulatin demeure largement en marge de l ffre culturelle et absente des dynamiques de dévelppement des pratiques culturelles, hrmis les pratiques audivisuelles traditinnelles. Ainsi, l accès à la culture demeure une questin et un enjeu de chésin sciale et intergénératinnelle. Enfin, au milieu de la décennie 2000, à la lngue tendance pluri-décennale d un arbitrage négatif pur les dépenses culture-lisirs au bénéfice des dépenses pur les matériels d accès et de cmmunicatin, succède une réductin de la part des dépenses culturemédias dans le budget des ménages. Sus le duble effet d une crise écnmique et financière et d une faible crissance, le vecteur d accès à la culture que cnstituaient les dépenses en faveur de ces biens supérieurs culturelles purrait fléchir. Dans ces perspectives, en l absence de changement de plitique culturelle, le diagnstic du succès d un demi-siècle de «démcratisatin culturelle» et de «dévelppement culturel» risque-t-il bien de devenir, en 2020, celui d un véritable échec. Ce risque s amplifiant avec le temps, il y a urgence à faire le chix de le cnjurer et celui de mbiliser la plupart des acteurs culturels, des budgets, ressurces humaines, juridiques, mais aussi intellectuelles et d expériences nécessaires. Sans cela, le ministère de la Culture et de la Cmmunicatin prendrait un autre risque : celui d être un ministère histriquement et tujurs très prfndément patrimnial, attaché à l excellence de la créatin et de la prductin cntempraine ayant vcatin à s incrprer au patrimine artistique et culturel natinal, mais sans prise sur les mutatins sciales, écnmiques et technlgiques en curs et sans l adhésin du plus grand nmbre des cityens. 20

22 2 Mndialisatin : régulatin eurpéenne et plitiques de prximités. La glbalisatin u mndialisatin, ntamment exprimée à travers les évlutins des technlgies d accès aux œuvres, puis la révlutin numérique à partir de la fin du XXe siècle, nt largement mdifié et cntinuent de transfrmer les structures industrielles de la prductin et de la distributin des œuvres culturelles. À travers la révlutin numérique et en à peine plus de quinze années, la prductin angl-saxnne u japnaise (animatin, jeux vidé, manga, mdes, design...) n a pas cessé d être présente dans l univers cinématgraphique, audivisuel u musical et dmine à travers les mdes d accès aux cntenus, à l infrmatin u aux œuvres. Dans la même péride, la France, plus que beaucup d autres pays, s est uverte aux musiques et cinématgraphies du mnde, aux Arts premiers, aux Arts de l Islam, aux Arts d Asie, etc. Et, la recnnaissance de la diversité de la ppulatin en France, dnc de sa prpre diversité culturelle, cntinue à s établir. Parallèlement, frte d un appareil histriquement cnstruit de lngue date, la «prjectin» de la culture française n a pas cessé d exister, se réfrmant au rythme qu impse la transfrmatin du mnde. Pur autant, la mndialisatin et ses effets de relativisatin de la France et de sa culture semblent frmer une questin irréslue pur une culture et une langue dnt la représentatin est d «universalité» et dnt l «exceptin» est devenue le marqueur frt, tant à l intérieur de ns frntières qu à l extérieur, et fût-elle rebaptisée «diversité». Dans presque tus les dmaines, institutins u disciplines des plitiques culturelles, la mndialisatin ne semble purtant apprpriée que partiellement et sans véritable apprche glbalement partagée de lng terme, en dépit du très grand nmbre d initiatives. Au passage du siècle, le défi culturel de la mndialisatin reste ainsi entier. Nmbreux snt les myens de le relever, en particulier à travers les actifs immatériels culturels : marques des grands établissements publics, recherche culturelle, capital humain et expertise, réseaux, langue, systèmes juridique et institutinnel de la culture, idées, etc. En matière de cmmunicatin et sur le plan industriel, la situatin est plus cntrastée. La présence de grands grupes français, dans l éditin imprimée (livre et presse), la prductin cinématgraphique, la créatin et l éditin de jeux vidé, la musique enregistrée, l audivisuel, est exceptinnelle parmi les pays cmparables. Pur autant, la structuratin des filières s est fragilisée et pur certaines en risque : celui d une dminatin de l écsystème par des acteurs de la distributin et de l intermédiatin en aval, seln un mdèle numérique d accès, menaçant la diversité, qu elle sit celle de de la prductin u des entreprises culturelles, des œuvres distribuées, diffusées, expsées et cnsmmées, fût-ce dans un envirnnement d hyper-ffre u justement pur cette raisn. Dans ce cadre de mndialisatin et de mutatins technlgiques, l Unin eurpéenne apparaît largement encre cmme une frntière, un hrizn nécessaire mais fait aussi figure de buc émissaire quand elle envisage la culture et la cmmunicatin cmme un champ banal de services marchands. Or, en dépit de la subsidiarité des plitiques culturelles, le drit cmmunautaire est devenu dminant sus la prégnance des bjectifs du drit de la cncurrence et du marché intérieur. Industries des médias, cinéma, industries de l éditin, spectacle vivant, aides 21

23 d État et des cllectivités territriales, prpriété littéraire et artistique, réglementatins des prfessins, fiscalité, l ensemble du système caractérisant l actin publique culturelle a glissé u glisse prgressivement, directement u nn, dans le champ du drit cmmunautaire. Si des questins u des champs nt été devanciers parce qu ils étaient harmnisés, bien d autres le deviennent à travers l emprise permise par les instruments d applicatin et de cntrôle des principaux bjectifs cmmunautaires : la cncurrence et le marché intérieur. Ce muvement s est paradxalement scellé autur de l engagement de la France en faveur de la Cnventin de l UNESCO sur la prtectin et la prmtin de la diversité des expressins culturelles et de l entrée dans une dynamique de défense, davantage qu ffensive et de prpsitins, à l exceptin du champ du drit de la prpriété littéraire et artistique. Par cnséquent, si la France participe à une intégratin eurpéenne plus frte, il lui faut relancer ses psitins sur la diversité culturelle dans l applicatin et la cnstructin du drit cmmunautaire. Sur les territires, la demande de plitiques de prximité a cntinué de prgresser. L engagement histrique des plitiques culturelles des cllectivités territriales a, en grande partie, répndu à cette attente sciale, sit à travers les étapes de décentralisatin, sit par les dépenses budgétaires et l actin culturelle. Entre aménagement du territire, sutien aux pôles de cmpétitivité et districts culturels, entre raynnement territrial et services publics de prximité, à côté d équipements natinaux et avec les services décncentrés, la vie culturelle s est dnc dévelppée à l échelle des territires, qu elle sit de créatin cmme de pratiques culturelles. Elle s est aussi étendue sur des terrains traditinnellement de la cmpétence de l État : l inclusin sciale, le dévelppement durable, l urbanisme, les identités patrimniales, l animatin culturelle et turistique, les stratégies d attractivité, l éducatin artistique, le sutien aux créativités, etc., autant de nuvelles légitimités des plitiques culturelles lcales avec lesquelles l État dit cmpter. 3 Mutatin des guvernances : décuvrir l intelligence cllective. En France, les plitiques du ministère de la Culture et de la Cmmunicatin, puisent à des surces de légitimités prfndes et nmbreuses. Elles snt le fruit de traditins cutumières, juridiques et d institutins suvent anciennes : le mécénat, la cmmande publique, le geste architectural, la langue française, les archives de France, le dépôt légal, les cllectins publiques inaliénables, les musées natinaux, les écles d art, le drit des auteurs, la cnservatin du patrimine, la lecture publique, etc. S y ajutent l Opéra de Paris, la Cmédie française, le musée du Luvre, le Château de Versailles et, plus récemment, le Centre Gerges Pmpidu, la Cité de la Musique, le musée d Orsay, le musée du Quai Branly, etc. Elles snt les racines de la plitique culturelle cntempraine, qui vient les curnner et s y appuyer au milieu du dernier siècle, faites d images identitaires, de suveraineté, de métiers, de sciences, de savirs, de pratiques, bien suvent cncentrés à Paris, mais en réalité établis sur tus les territires. Par ailleurs, le respect de la liberté de cmmunicatin, avec la presse, l audivisuel, les cmmunicatins électrniques appartient aux principes et bjectifs cnstitutinnels auxquels les Français snt les plus attachés et la France identifiée. 22

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Communication pour le changement social

Communication pour le changement social INFORMATION TECHNIQUE ESSENTIELLE ASSISTANCE POUR TECHNIQUE L ELABORATION DES PROPOSITIONS Cmmunicatin pur le changement scial La cmmunicatin est un élément essentiel des effrts de préventin, de traitement

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive»

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive» VERSION au 09 01 2014 Prjet du CNOSF pur le sprt français Une ambitin : «Passer d une natin de sprtifs à une natin sprtive» Une clé : «Rénver le mdèle sprtif français» Faire du sprt un élément central

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

10 bonnes raisons de rater son tournant Digital. Convictions Ailancy et synthèse de la rencontre Ailancy avec les Digital Transformers Juillet 2014

10 bonnes raisons de rater son tournant Digital. Convictions Ailancy et synthèse de la rencontre Ailancy avec les Digital Transformers Juillet 2014 1 Cnvictins Ailancy et synthèse de la rencntre Ailancy avec les Digital Transfrmers Juillet 2014 SYNTHESE DES ECHANGES DE LA RENCONTRE AILANCY SUR LE DIGITAL Pur réussir sa transfrmatin Digitale... 2 Il

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur)

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur) Répertire Natinal des Certificatins Prfessinnelles Résumé descriptif de la certificatin Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecle Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur

Plus en détail

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire 1 er Cncurs Créateurs/jeunes entreprises Dssier de Presse A l ccasin du premier anniversaire de la Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire, la Cmmunauté de

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

Stratégie Régionale d Innovation et de Spécialisation Intelligente. Compte-rendu du séminaire «Spécialisation Intelligente» n 1 : Mobilité

Stratégie Régionale d Innovation et de Spécialisation Intelligente. Compte-rendu du séminaire «Spécialisation Intelligente» n 1 : Mobilité Stratégie Réginale d Innvatin et de Spécialisatin Intelligente Cmpte-rendu du séminaire «Spécialisatin Intelligente» n 1 : Mbilité Etabli par : Christine Picard (2D2E), Philippe Furnand (Algé), Laure Piquemal

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

Développer les PME & ETI françaises grâce au Numérique Syntec informatique s engage

Développer les PME & ETI françaises grâce au Numérique Syntec informatique s engage Nvembre 2009 Etats Généraux de l Industrie Dévelpper les PME & ETI françaises grâce au Numérique Syntec infrmatique s engage Les Technlgies de l Infrmatin et de la Cmmunicatin (TIC) et l Ecnmie Numérique

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9 2013 Infirmière clinicienne spécialisée : éléments de cadrage pur les missins, la frmatin et l empli [Tapez le cntenu encadré. Un encadré est un supplément autnme dans le dcument principal. Il est suvent

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État

Demande d Information : Solution de messagerie et outils collaboratifs pour l État La Directin Interministérielle des Systèmes d Infrmatin et de Cmmunicatin en cllabratin avec le Service des Achats de l État Demande d Infrmatin : Slutin de messagerie et utils cllabratifs pur l État 1

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE

INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE INTRODUCTION AUX GRANDS PROBLEMES DE L ECOLOGIE Plan : 1. Eclgie et Envirnnement Eclgie vs envirnnement Système Hmme envirnnement 2. Une planète dminée par l Hmme Effets des activités humaines Altératin

Plus en détail

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005

Contrôle parental sur l Internet : les engagements des fournisseurs d accès Internet 16 novembre 2005 Cntrôle parental sur l Internet : les engagements des furnisseurs d accès Internet 16 nvembre 2005 Le Guvernement a suhaité que les furnisseurs d accès Internet (FAI) ffrant leur service au grand public

Plus en détail

Archivage et valeur probatoire. Livre blanc

Archivage et valeur probatoire. Livre blanc Archivage et valeur prbatire Livre blanc Les nms, lieux u événements cités dans cette publicatin ne visent aucune persnne, assemblée u assciatin existante u ayant existé. Tute similitude u ressemblance

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Etude de l impact du numérique sur les métiers bancaires Comité de Pilotage AFB Présentation de l étude

Etude de l impact du numérique sur les métiers bancaires Comité de Pilotage AFB Présentation de l étude Paris, le 20 mars 2014 Etude de l impact du numérique sur les métiers bancaires Cmité de Piltage AFB Présentatin de l étude Vs interlcuteurs Serge Assayag Asscié Serge.assayag@weave.eu +33 (0)6 64 78 09

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

Internet : support de promotion et de commercialisation incontournable dans le monde du vin

Internet : support de promotion et de commercialisation incontournable dans le monde du vin Jeudi 13 mars 2014 Philippe RODHAIN Cnseil en prpriété industrielle Chargé d enseignement - Université Brdeaux IV IP SPHERE 8 curs Maréchal Juin 33000 BORDEAUX Tél.: 05 56 96 50 11 Fax. : 05 56 79 12 28

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises»

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises» APPEL A PROJETS «Sutien aux structures d aide à la maturatin de prjets innvants en vue de la créatin d entreprises» Date d uverture : 7 mars 2014 Date limite de dépôt : 12 mai 2014 16h00 Validatin des

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Formation Référencement / SEO e-commerce

Formation Référencement / SEO e-commerce Page 1 sur 5 28 bd Pissnnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 cntact@ecmmerce-academy.fr http://www.ecmmerce-academy.fr/ Frmatin Référencement / SEO e-cmmerce Optimisez et amélirer vtre visibilité

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs QuickTime et un décmpresseur snt requis pur visinner cette image. Diagnstic et enjeux de la frmatin initiale des enseignants: le pint de vue des acteurs 1 Plan de la présentatin 1 - Objectifs et méthde

Plus en détail

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données SAP Financial Innvatin Day 18 Mars 2014 Genève Améliratin du Planning financier : un prcessus simplifié pur une meilleure qualité de dnnées Orange Cmmunicatins SA Smmaire Présentatin des sciétés Prblématique

Plus en détail

Impact des réformes financières en cours dans le monde bancaire. Olivier Motte - Public Affairs 12 juillet 2010

Impact des réformes financières en cours dans le monde bancaire. Olivier Motte - Public Affairs 12 juillet 2010 Impact des réfrmes financières en curs dans le mnde bancaire Olivier Mtte - Public Affairs 12 juillet 2010 1. Un nuveau cadre institutinnel Internatinal G 20 (puvirs exécutifs) + Cnseil de Stabilité Financière

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs

Forum 3.0 de l industrie des médias interactifs Frum 3.0 de l industrie des médias interactifs Rapprt des grupes de discussin: faits saillants Préparé par Harld Gendrn, Cnsultant Recherche et veille en médias interactifs et Jean-Pierre Faucher, Cnsultant

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

Démarche Coaching Individuel

Démarche Coaching Individuel anma RECRUITMENT Tél. : 01 47 25 94 75 cntact@anma-recruitment.cm www.anma-recruitment.cm Démarche Caching Individuel 1 Ntre Visin du Caching LE COACHING est un accmpagnement sur mesure rienté résultats

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES Cnférence internatinale DAAD/CAMES/UNESCO, Dakar (Sénégal) 13-15 nvembre 2014 Smmaire I. A prps du CAMES II. Elabratin

Plus en détail

Project Portfolio Management

Project Portfolio Management Revue Cmparative des Référentiels en Prtfli Management PMI & MP Tls&Tip Frum 15 28 Janvier Mars 2013 Kickff 2013 - Management de prjet 3D Prject Prtfli Management Prject Prtfli Management Revue Cmparative

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail