:::: AS C 1. Cercle des Administrateurs de Sociétés Certifiés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ":::: AS C 1. Cercle des Administrateurs de Sociétés Certifiés"

Transcription

1 :::: AS C 1 Crl ds Administraturs d Soiétés Crtifiés LEXPÉRIENCE DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CERTIFIÉS AU SERVICE DE LAMÉLIORATION DES RÈGLES ET DES PRATIQUES DANS LOCTROI ET LA GESTION DES CONTRATS

2 TABLE DES MATIÈRES 1. Présntation du Crl ds administraturs d soiétés rtifiés Mis n ontxt dans un prsptiv d sain gouvrnan Sondag d'opinion auprès ds mmbrs sur la orruption t la ollusion Profil ds répondants Résultats Rommandations 4.1 Stratagèms d orruption t d ollusion Divulgation d'informations Prossus d'otroi d ontrats t vérifiation 4.2 Qustions rlativs à plusiurs aspts du mandat Formation sur ls qustions d'éthiqu Politiqu n rgard d la dénoniation Rôl d la soiété ivil Conlusion t list ds rommandations 13 Annx 1 -Dsription du programm d rtifiation n gouvrnan du Collèg ds administraturs d soiétés (CAS- Univrsité Laval) 16 Annx 2 - Profil ds mmbrs du omité 21 Annx 3 - Résultats du sondag 36

3 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. : : : : 1. PRÉSENTATION DU CERCLE DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CERTIFIÉS 1:_ D'ntré d ju, prmttz-nous d présntr l Crl ds administraturs d soiétés rtifiés («l Crl») afin d miux positionnr notr ontribution aux travaux d la Commission. Créé n 2008, l Crl rgroup plus d 400 mmbrs ayant obtnu un rtifiation univrsitair n gouvrnan d soiétés du Collèg ds administraturs d soiétés mnant à la désignation d'administratur d soiétés rtifié (ASC). Sul programm d rtifiation univrsitair au Québ\ lui-i vis à nsignr ls plus hauts standards d qualité n gouvrnan d soiétés dans l rspt ds valurs d'xlln, d'équité t d'intégrité. C programm omport 120 hurs d formation approfondi répartis n inq moduls: Rôls t rsponsabilités ds administraturs; Stratégi t gstion ds risqus; Aspts finanirs, ontrôl t audit; Ladrship, ommuniations t rssours humains; Simulation d'un onsil d'administration t d ss omités. Grâ aux onnaissans ainsi aquiss, ls ASC sont n msur d mttr d l'avant ls millurs pratiqus d gouvrnan lorsqu'ils siègnt à ds onsils d'administration, ds omités onsultatifs t d'autrs omités déisionnls, notammnt ux ds vills t ds muniipalités. Ls administraturs qu nous rprésntons provinnnt d différnts régions du Québ, prinipalmnt d Montréal t d Québ. s sont présnts dans différnts miliux: soiétés publiqus, privés, d'état, muniipals ou para publiqus, oopérativs, assoiations, organisms à but non luratif (OBNL), t. s siègnt auprès d plus d mill organisations, qui lur prmt d'offrir ds xpérins t ds onnaissans divrsifiés dans l domain d la gouvrnan. 1 Voir l'annx 1 pour un dsription omplèt du programm d rtifiation n gouvrnan du Collèg ds administraturs d soiétés. L L L r r r l '

4 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats Tous aptnt d'adhérr à un Cod d déontologi rigourux qui ls onduit vrs l'ngagmnt à rmplir lurs obligations n matièr d gouvrnan t d'éthiqu d manièr à apportr un ontribution positiv à l'organisation où il sièg t à y défndr ls plus hauts standards attndus d la fontion d'administratur d soiétés. À titr d'illustration d t ngagmnt, l'administratur: st aux prmièrs ligns n qui a trait aux fforts néssairs pour rér t pour ntrtnir la onfian ds partis prnants t d la olltivité n général dans la manièr dont l'organisation mèn ss ativités t à l'égard d l'éthiqu dont ll fait pruv; st indépndant au sns où il fait appl à un jugmnt objtif t dénué d'intérêt prsonnl d façon à prndr ls millurs déisions av dilign; xprim ouvrtmnt son point d vu t xpos n tmps opportun ls risqus, ls obligations t ls opportunités s'offrant à l'organisation; adhèr au prinip d'un ommuniation ffia au sujt ds ativités d l'organisation; vill à qu la présntation d l'information, notammnt finanièr, rflèt fidèlmnt la réalité t soit onform aux norms t xigns n viguur; doit inarnr ls norms élvés d bonn onduit t d'intégrité t xigr ds gstionnairs qu'ils n fassnt autant. 2. MISE EN CONTEXTE DANS UNE PERSPECTIVE DE SAINE GOUVERNANCE Dpuis sa réation, l Crl partiip à la réflxion sur la sain gouvrnan n organisant ds ativités d'information sur ls njux d gouvrnan dans ls organisations, n ollaborant à la rédation d'artils auprès ds médias (Ls Affairs, La Prss, t.), n partiipant à ds olloqus t n présntant ds mémoirs sur ds sujts rliés d près à la gouvrnan tls qu: Pouvoirs t rsponsabilités ds mmbrs d onsils d'administration dans l adr d'offrs publiqus d'ahat non solliités; Importan d la divrsité d talnts, d ompétns, d gnrs t d'thnis au sin ds instans déisionnlls; Révision d la Loi sur ls valurs mobilièrs2 afin d rnforr ls xigns d gouvrnan. 2 Loi sur ls valurs mobilièrs (hapitr V-1.1 ).

5 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds régis t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. r,.....,...,. p ' Vous omprndrz don qu notr mémoir vis à présntr ds obsrvations t ds rommandations n rgard d rtains qustions soulvés par la Commission n puisant dans l'xpérin d nos mmbrs siégant au sin d'un grand nombr d'organisations notammnt ds muniipalités, ds organisations paramuniipals, ds abints d profssionnls t ds ntrpriss d la onstrution. Aux fins d la rédation d mémoir, nous avons réé un omité d travail omposé d'asc intrpllés par la problématiqu pour approfondir rtains qustions à la lumièr d lur xpérin du miliu, mais égalmnt à la lumièr d lur ngagmnt à titr d'administraturs d soiétés rtifiés. C omité était omposé ds prsonns suivants, dont l profil st dérit à l'annx 2: Laurir Boivin, Gintt Burau, Louis Champoux-Paillé, Anntt Dupré, Mihl Lamontagn t Ann-Mari Poitras. D plus, afin d mttr à ontribution l'nsmbl d nos mmbrs, nous avons onçu un sondag d'opinion qui a été fftué éltroniqumnt auprès d nos 400 mmbrs au ours d la smain du 15 août drnir. Vous trouvrz à l'annx 3 ls résultats omplts d sondag. Comm vous l notrz, nous avons utilisé plusiurs qustions soulvés dans votr doumnt d onsultation. Nous spérons qu ls réponss fournis par ls répondants à notr sondag vous sront utils dans l'élaboration d vos rommandations. Nous dmurons disponibls pour réalisr tout autr xri similair pouvant vous prmttr d'obtnir l'opinion d nos mmbrs sur ds pists d rommandations portant sur la gouvrnan, l'éthiqu t l omportmnt ds dirigants. 3. SONDAGE D'OPINION AUPRÈS DES MEMBRES SUR LA CORRUPTION ET LA COLLUSION 3.1 Profil ds répondants r C C" Cnt siz (116) ASC ont répondu au sondag, rprésntant plus d 25% d nos mmbrs. 60% homms, 40% fmms; Âg moyn: 58 ans;,.. '= \.. \.. (.... 1:"" C" : C" : : : t" C" C' t" C"

6 L.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats Nombr d'annés moynns à titr d'administratur: 19 ans; Typs d'organisation: 67% siègnt à ds onsils d'administration (CA) d'obnl 40% siègnt à ds CA d'organisms publis, 40% siègnt à ds CA d soiétés privés, 30% siègnt à ds CA d'organisms parapublis, 14% siègnt à ds CA d'ntrpriss familials, 10% siègnt à ds CA d soiétés otés n bours. Ls répondants siègnt auprès d'un gamm divrsifié d typs d'organisations ayant ds missions tant lurativs qu d srvis à la ommunauté, qui prmt d ruillir ds avis, ds ommntairs t ds suggstions prnant n onsidération divrss finalités dans la pris d déision t la gstion. 3.2 Résultats du sondag C sondag visait ls objtifs suivants: mttr à ontribution l'nsmbl ds mmbrs du Crl dans l'idntifiation d pists d solution n vu d proposr ds msurs prmttant d ronnaîtr, d'nrayr t d prévnir la ollusion t la orruption dans l'otroi t la gstion ds ontrats publis dans l'industri d la onstrution; fair bénéfiir la Commission ds onnaissans t ds xpérins divrsifiés d nos mmbrs t ainsi ontribur à idntifir ds solutions inspirés d'autrs typs d'organisations ds sturs privés, publis t parapublis. Ls faits saillants sont ls suivants: Un rnformnt d la réglmntation st privilégié par 61% ds répondants; La dénoniation ds pratiqus d ollusion st appuyé par 67% ds répondants; Ls ours d'éthiqu n sont jugés adéquats, ni pour ls fournissurs (71 %), ni pour ls mployés (50%). La formation pour ls étudiants st prçu omm étant inadéquat par près d 66% ds répondants. La formation pour ls administraturs st par aillurs jugé adéquat par 3 répondants sur 4;

7 L.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds régis t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. L'idé d rndr obligatoir la formation n éthiqu pour ls élus, ls mployés ds organisms donnurs d'ouvrag t ls adrs d dirtion ds ntrpriss d onstrution st appuyé par la très grand majorité ds répondants (plus d 95 %). Notons ii qu nous somms onsints qu, slon la Loi sur l'éthiqu t la déontologi n matièr muniipal, (( tout mmbr d'un onsil ou d'un muniipalité qui n'a pas déjà partiipé à un formation sur l'éthiqu t la déontologi n matièr muniipal doit, dans ls six mois du début d son mandat, partiipr à un tll formation JJ 3 qui st insuffisant. Notr rommandation vis plutôt à aroîtr sa fréqun t son approh qui dvraint privilégir la pratiqu à la théori n faisanf appl à ds as pratiqus d onflits d'intérêts, d orruption t d ollusion pour miux illustrr ls notions, t, pour touts ls lintèls visés; L prossus d'mbauh du prsonnl d dirtion ds donnurs d'ouvrag pourrait fair l'objt d'un attntion partiulièr par la Commission, près d 70% ds répondants suggérant qu l prossus pourrait êtr plus rigourux; La prt du prmis d'xploitation st un solution qui rtint l'attntion d 66% ds mmbrs sondés. Un périod d inq ans st favorisé; La mis n pla d'un méanism d vérifiation ontinu pour aidr ls donnurs d'ouvrag à déttr ls as d orruption t d ollusion st un outil appuyé par la majorité ds répondants (91 %). Toutfois, la vérifiation tll qu'll st pratiqué atullmnt st prçu omm inapproprié pour attindr t objtif (60 %); L'indmnisation ds organisms publis dont ls fonds ont été spoliés n raison d'ativités d ollusion, d orruption ou d'infiltration par l rim organisé st soutnu par près d 60% ds mmbrs. D plus, notr sondag nous a prmis d onstatr qu près d 20% ds répondants ont été onfrontés dans lur arrièr à un situation d orruption t d ollusion t qu d tlls situations s produisnttout autant dans ls sturs publi t parapubli, ls soiétés privés t otés n bours qu dans ls OBNL. La révision ds politiqus d gouvrnan (74%), ds ods d'éthiqu (63 %) t un formation aru du prsonnl n matièr d'éthiqu (63 %) ont été ls solutions rtnus. st par aillurs important d notr qu 73% ds répondants ont xprimé l'opinion qu'ils siègnt présntmnt à un onsil d'administration ou à un omité qui pourrait êtr onfronté à ds as d orruption ou d ollusion. 3 Loi sur l'éthiqu t la déontologi muniipal (hapitr E ), artil :: : : : :: :: C' E. L L

8 :) :d :) :::) :::) :l..:l..:l t.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats C sondag nous invit don à un réflxion qui doit onduir à l'idntifiation :l d solutions qui, tout n étant appropriés pour ls organisations touhés par :l la Commission, puvnt êtr appliabls dans d'autrs sturs d'ativités. Cs :J frauds, mais égalmnt ls sandals finanirs ds drnièrs annés, ont érodé :J la onfian du publi. Un hangmnt d ultur doit s'opérr à tous ls palirs organisationnls t d manièr durabl. C'st dans tt prsptiv qu l omité d travail a orinté ss disussions t a rédigé ls rommandations présntés dans la prohain stion. :J :J 4. RECOMMANDATIONS :J :J :J 4.1 Stratagèms d orruption t d ollusion :J :J Ls stratègs d orruption t d ollusion montrnt à qul point ls agissmnts déloyaux omportnt ds onséquns désastruss pour ls organisations publiqus, lur prsonnl, lur population t la soiété dans son nsmbl. Plus qu jamais, la rédibilité ds organisations t d lurs dirigants st mis n aus. Si l onstat d la orruption t d la ollusion impos l'intrvntion du :l législatur t l rours à ds ontrôls intrns d plus n plus rigourux, for :l st çt onstatr qu s méanisms sont insuffisants s'ils n sont pas assortis d'un hangmnt profond d ultur au sin d nos organisations faisant appl à ds valurs d'éthiqu t d transparn. L rours à un sul intrvntion législativ ou d ontrôl put mêm onduir à un paralysi ds organisms donnurs d ontrats, la raint d rprésaills l'mportant sur l omportmnt d rsponsabl du dirigant. Comm l mntionn Rné Villmur, formatur n d éthiqu au Collèg ds administraturs d soiétés, << C qu'il faut parvnir à fair, 'st d réintroduir l sns. L sns, 'st la dirtion. Sans dirtion, on s'égar. Et l'égarmnt, ça mèn à la faut t à l'inonduit. st tmps d'ntamr un ;;;. réflxion n profondur. Au point où on n st, l'éthiqu, n'st pas un lux, 'st :.:l un néssité >> 4 :.:l :.:l -:::l "") Divulgation d'informations "") Nos rommandations portnt ssntillmnt sur la divulgation d la omposition ds omités d séltion n rgard d lurs xpérins t d lurs onnaissans :J partiulièrs. 4

9 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats.,..... Notr ompréhnsion d l'nadrmnt légal atul st qu la omposition t l fontionnmnt ds omités d séltion s rtrouvnt dans la Politiqu d gstion ontratull qu'ont adopté ls muniipalités. st prmis d pnsr qu tt politiqu vari d'un muniipalité à l'autr. Notr prmièr préoupation port sur ls ompétns t l'xpérin ds mmbrs d s omités. Vu lur importan dans l prossus d'otroi ds ontrats, nous rommandons qu la omposition d s omités soit fait à la suit d'un réflxion rigourus sur ls onnaissans, ls ompétns t ls xpérins rquiss pour bin évalur la qualité ds soumissions déposés. Un grill d ompétns pourra ainsi êtr élaboré t dvrait fair l'objt, par la suit, d divulgation lors d la rddition d ompts n rgard du prossus d'otroi d ontrats. Ls mmbrs d s omités dvraint rvoir un formation préalabl sur ls njux d l'otroi ds ontrats. Consints qu ls muniipalités sont d tout taill, ds formations Wb pourraint êtr onçus à tt fin. D plus, nous proposons qu s omités inlunt un rprésntant ds itoyns qui, tout n répondant aux ompétns t xpérins idntifiés dans la grill d ompétns préalablmnt disuté, aurait pour objtif d favorisr un indépndan t un objtivité arus dans la pris d déision. L'indépndan d itoyn dvrait fair l'objt d'un vérifiation préalabl ds lins réls ou apparnts av ls fournissurs soumissionnairs par la signatur d'un délaration d'intérêts ainsi qu par un vérifiation d son indépndan d'sprit dans l adr d ss xpérins antériurs à titr d mmbr d onsil ou d omité. C rprésntant d la ommunauté dvrait signr l od d'éthiqu ds mployés d la muniipalité. Un banqu d andidats intérssants pour tt fontion pourrait êtr ls titulairs d'un titr ou d'un désignation profssionnll qui doivnt adhérr à un od d déontologi rigourux (par xmpl, la Banqu ds administraturs d soiétés prmt un rhrh fail par typ d ompétn t d région d'xri 5 ). Notons qu tt notion d rprésntant du publi st utilisé av suès par l systèm profssionnl pour ls onsils d'administration t ls omités d révision ds ordrs. Quant à la divulgation du nom ds mmbrs du omité d séltion, nous somms d'avis qu tt divulgation put avoir ds ffts plus négatifs qu positifs n raison ds prssions indus qu'ils pourraint subir. Nous rommandons don qu ls noms ds mmbrs dmurnt onfidntils. 5 https://www.as.ulaval.a/ms/sit/ollg/as-gouvrnan/banqu-administraturs-as/rhrh-administraturs-as t: t:::... ::: : : : :

10 t..:xpêrin ds administraturs d soiétés rtifis au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats Prossus d'otroi d ontrats t vérifiation Présntmnt, ls xigns n matièr d'adjudiation d ontrats sont plus préiss pour ls ontrats d'un valur d $ t plus qu pour ls ontrats infériurs à montant. C vid d'nadrmnt a susité d nombrux éhangs au sin ds mmbrs du omité. n fait auun dout qu l'sprit d la loi - qui vis l'intégrité, la riguur t la transparn dans l'otroi ds ontrats- doit êtr rspté, pu import l montant d ux-i. Toutfois, vu l grand nombr d ontrats d moins d $ dont l'otroi rlèv d l'initiativ d gstionnairs rsponsabls t souiux d'un gstion intègr t rigourus t non d la législation, ds prossus simpls t pratiqus tnant ompt d l'nvrgur ds montants t d la strutur organisationnll d la muniipalité doivnt êtr mis n pla. Pour qui st d la vérifiation du prossus d'attribution d ontrats, la loi prévoit qu ls muniipalités d habitants t plus doivnt avoir un vérifiatur général dont l'un ds mandats st d vérifir l'optimisation ds rssours d la muniipalité, 'st-à-dir d s pnhr sur ls programms t politiqus d ll-i t ds organisms d son périmètr omptabl, d sort à s'assurr qu ls bins t ls fonds publis sont gérés t utilisés d façon éonomiqu, ffia t approprié. doit rndr ompt d tt rsponsabilité dans son rapport annul. Toutfois, la loi n rquirt pas un vérifiation annull du prossus d'otroi d ontrats. Nous rommandons qu touts ls muniipalités, qull qu soit lur taill, aint un prossus d rddition d ompts à hapitr t qu'lls soint obligés annullmnt d proédr à un audit du prossus d'attribution d lurs ontrats par un auditur indépndant. D plus, l'artil d la Loi sur ls ités t vills 6 prévoit la rddition d ompts suivant par l srétair d omité d séltion: L onsil doit formr un omité d séltion d'au moins trois mmbrs, autrs qu ds mmbrs du onsil, qui doit évalur individullmnt ls soumissions finals t lur attribur, u égard à haqu ritèr mntionné dans la dmand visé au prmir alinéa, un nombr d points qu l srétair du omité d séltion onsign dans son rapport visé à l'artil » 6 Loi sur ls ités t vills (hapitr C-19); voir au mêm fft l'artil du Cod muniipal du Québ (hapitr C-27.1).

11 -!.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds rgls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. Un tl rapport dvrait êtr assibl au publi t fair état d tout dérogation au prossus initialmnt onvnu pour adjugr ls ontrats. 4.2 Qustions rlativs à plusiurs aspts du mandat Formation sur ls qustions d'éthiqu Nous avons déjà souligné au début d notr mémoir l'importan d'un formation préalabl n matièr d'éthiqu pour ls mmbrs ds omités d séltion t ls élus. Nous avons égalmnt ajouté qu'il st important d'opérr un hangmnt d ultur au sin d nos organisations, tant publiqus qu privés, hangmnt allant au-dlà d la formation ds prsonns t ds ods d'éthiqu. À t égard, nous rommandons qu: ls élus t ls gstionnairs ds muniipalités rnouvllnt haqu anné lur adhésion au od d'éthiqu d manièr érit, t, n sus d lur délaration d'intérêts qui st fftué annullmnt; ls muniipalités t ls organisations mttnt n pla un programm d formation ontinu t annull n matièr d'éthiqu t d déontologi pour rapplr régulièrmnt à l'nsmbl ds partis prnants l'importan d'agir d manièr éthiqu; l'obligation d formation n éthiqu soit étndu aux hauts dirigants t aux adrs ds muniipalités, t, sur un bas annull, afin qu tous puissnt utilisr un langag ommun n matièr d'éthiqu t d valurs organisationnlls; l'adhésion à ds valurs d'intégrité t d transparn soit vérifié lors du rrutmnt ds nouvaux gstionnairs n prévoyant ds qustions spéifiqus sur l sujt t n fftuant ds vérifiations préalabls (par xmpl, rhrh au plumitif, rapport d'equifax, antéédnts profssionnls); ls muniipalités t ls organisations dans lur nsmbl réévalunt ls valurs dont lls s dotnt pour guidr lurs ations t dans lsqulls ls xigns d produtivité t d'ffiaité l'mportnt trop souvnt sur ls valurs d transparn t d'intégrité; un rééquilibrag d valurs s'impos t ds moyns doivnt êtr donnés aux mployés t aux gstionnairs pour ls aidr à arbitrr ls onflits d valurs. Nous itrons à t égard Hélèn L-Gasslin, formatri au Collèg ds administraturs d soiétés: (( s'agit d'amnr ls individus, notammnt ls dirigants t ls gstionnairs, à ronnaîtr ls dilmms éthiqus auxquls ils sont onfrontés lors ds priss d déision, à maîtrisr un démarh qui prmt d prndr n ompt la divrsité ds onséquns sur ls autrs _.... : L C ç: ç: C

12 Lxpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats qu'auront ls déisions n aus, d déidr n priorisant rtains valurs t d rndr hoix ompréhnsibl aux partis touhés, dans s ironstans partiulièrs >l ; la Commission snsibilis l gouvrnmnt à l'importan d'inlur dans l systèm solair, partiulièrmnt au égp t à l'univrsité, ds ours portant sur l'éthiqu Politiqu n rgard d la dénoniation Ls muniipalités dvraint êtr nouragés à mttr n pla un méanism pour auillir ls dénoniations, soit par l'idntifiation d'un gstionnair rsponsabl d rvoir ls informations prtinnts ou par la réation d'un lign téléphoniqu dédié à tt fin. Toutfois, un tl prossus d dénoniation rpos sur un programm d formation n éthiqu d tous ls élus, gstionnairs t adrs, mais égalmnt ds soumissionnairs. D tlls formations doivnt êtr pratiqus t fair appl à ds prsonns qui ont déjà véu ds situations problématiqus n matièr d'otroi d ontrats. C typ d formation aurait l mérit d fair rssortir l ourag néssair pour fair d tlls dénoniations. C'st un qualité qui st d'aillurs valorisé dans ls ours d formation dédiés aux ASC t qui aratérisnt lurs intrvntions dans ls onsils d'administration ou ls omités auxquls ils partiipnt. D plus, il srait important, dans un soui d'amélioration ontinu t d valur ajouté pour l'organisation, qu tt politiqu d dénoniation soit assorti d'un prossus d suivi (tablau d bord) prmttant aux instans ad ho d onnaîtr l typ, l'nvrgur t la fréqun ds inidnts délarés t d s'assurr qu ds msurs tout autant urativs qu prévntivs aint été priss. Par aillurs, il st important d s rapplr qu si d tlls oasions d dénoniation s présntnt, lls sont la onséqun d'un manqu d vigilan ds prsonns mmbrs ds struturs déisionnlls dédiés à t nadrmnt. srait don urgnt d rnforr ls ompétns ds mmbrs qui omposnt s struturs déisionnlls n y ajoutant ds prsonns dûmnt formés n survillan t n gouvrnan ainsi qu'n initiant à s njux un majorité d'élus t ds gstionnairs ds organisations touhés par l'otroi d ontrats. 7 fsa.u lava l.a/fi ls/ontnt/sits/fsa/fi ls/stions/1 a_ fault/sa _p rss/a rh ivs/rvu_ hrms/hivr_2007/ethiqu_sous_la_loup.pdf

13 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. L rours à un politiqu d dénoniation put avoir ds ffts négatifs sur l limat d travail. st don important qu la dénoniation soit onçu omm un at d loyauté nvrs l'mployur t d prottion d l'intérêt publi Rôl d la soiété ivil Nous avons déjà souligné l'importan qu ls struturs déisionnlls touhés par l'otroi d ontrats soint omposés d prsonns qui aint l'xpérin, ls ompétns t la formation rquiss pour y partiipr. À t égard, nous nous prmttons d rapplr l'xistn au Québ d'un mass ritiqu d'administraturs dûmnt rtifiés ASC, apabls d'aompagnr s instans dans lurs travaux. Comm nous l'avons mntionné au paragraph 4.1.1, un banqu d talnts xist à t fft, soit la Banqu ds administraturs d soiétés, qui prmt d'idntifir ds prsonns slon lur xprtis, lurs ordrs profssionnls, lur région t lur gnr. Nous ajoutons qu la snsibilisation fftué par la Commission doit allr au-dlà ds témoignags t prndr la form d l'idntifiation ds oûts qui ont été supportés t qui doivnt êtr absorbés par l'nsmbl d la soiété. Un tl xri aurait l mérit d rapplr aux itoyns t aux organisations l rôl d vigilan qu'ils doivnt xrr. Plus partiulièrmnt n rgard ds ntrpriss t ds muniipalités, n pourrait-on pas nvisagr l'ajout d'un dvoir d vigilan assorti d'un obligation d moyns? Cla signifirait qu'un organisation n srait xonéré d tt rsponsabilité qu si ll fait la pruv qu'll a mis n pla ds msurs néssairs t raisonnabls pour prévnir ls dommags. Enfin, nous proposons qu l ministèr ds Affairs muniipals t d l'oupation du trritoir publi annullmnt un rapport sur ls pratiqus xmplairs ds muniipalités t ds organisations ayant rvu lurs proédurs t lurs politiqus à la suit ds révélations d la Commission t ds sandals finanirs. Ci prmttrait d rapplr onstammnt d'êtr vigilant n la matièr t d s dotr d pratiqus ffias t appropriés. Comm l mntionnait rémmnt Rné Villmur, (( il faut lur pointr ds ntrpriss xmplairs qui réussissnt bin, susitr hz ux l désir d fair ls hangmnts néssairs>> 8 8 Préité, not 4. : è E ë ë ë : : ç:..

14 !..:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats 5. CONCLUSION ET LISTE DES RECOMMANDATIONS Loin d'êtr fondé sur ls suls résultats d'un sondag d'opinion réalisé auprès d nos mmbrs, mémoir st l fruit d la réflxion d'un omité d travail dont ls mmbrs ont souhaité partagr lurs onnaissans t lurs xpérins à titr d'administraturs. Par lurs fontions d survillan t d pilotag, ils sont onfrontés dirtmnt ou indirtmnt, dans ds miliux similairs ou autrs, à d parills situations. Ls frauds t ls sandals finanirs ont miné la onfian du publi dans ls organisations. Ls valurs d'intégrité t d transparn doivnt rprndr lur pla, qui s fait rts par un nadrmnt législatif, ds ods d'éthiqu t ds politiqus d onflit d'intérêts rigourux, mais aussi t surtout par un hangmnt d ultur profond au sin d nos organisations axé sur l prévntif t la rsponsabilisation d l'nsmbl ds aturs dans l prossus d'otroi d ontrats: ls élus, ls mployés, ls soumissionnairs, l gouvrnmnt t ls itoyns dans lur nsmbl. Pour ls mmbrs du omité, il n fait auun dout qu ls oûts d la ollusion t d la orruption sont plus élvés qu ux rliés à l'implantation d'un ultur d onformité t d'éthiqu. Pour attindr t objtif, ls mmbrs du omité soumttnt ls rommandations suivants : Rommandation 1 : Qu ls omités d séltion soint omposés d prsonns répondant à un profil d ompétns t d'xpérins prtinnts pour bin appréir la tnur ds soumissions déposés t qu profil soit divulgué. Cs mmbrs dvraint rvoir un formation préalabl sur ls njux d l'otroi ds ontrats av un rappl périodiqu. Consints qu ls muniipalités sont d tout taill, ds formations Wb pourraint êtr onçus à tt fin; Rommandation 2: Qu s omités inlunt un rprésntant ds itoyns qui, tout n répondant au profil d ompétns rhrhé, aurait pour objtif d favorisr un indépndan t un objtivité arus dans la pris d déision. Ctt approh st utilisé av suès par l systèm profssionnl; Rommandation 3: Qu l nom ds mmbrs ds omités d séltion dmur onfidntil;

15 t:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats. Rommandation 4: Consints d la volonté du législatur d promouvoir un prossus rigourux t intègr d'otroi d ontrats, qu l'sprit d la loi soit rspté qul qu soit l montant ds ontrats. Pour ls ontrats infériurs à $, ds prossus simpls t pratiqus, tnant ompt d l'nvrgur ds montants t d la strutur organisationnll d la muniipalité, doivnt êtr mis n pla; Rommandation 5: Qu touts ls muniipalités, qull qu soit lur taill, aint un prossus d rddition d ompts à hapitr t qu'lls soint obligés annullmnt d proédr à un audit du prossus d'attribution d lurs ontrats par un auditur indépndant; Rommandation 6: Qu l rapport du srétair du omité d séltion soit assibl au publi t fass état ds raisons motivant tout dérogation au prossus initialmnt onvnu pour adjugr ls ontrats; Rommandation 7: Qu ls élus t ls gstionnairs ds muniipalités rnouvllnt haqu anné lur adhésion au od d'éthiqu d manièr érit, t, n sus d lur délaration d'intérêts qui st fftué annullmnt; Rommandation 8: Qu ls muniipalités t ls organisations mttnt n pla un programm d formation ontinu t annull n matièr d'éthiqu t d déontologi pour rapplr régulièrmnt à l'nsmbl ds partis prnants l'importan d'agir d manièr éthiqu; Rommandation 9: Qu l'obligation d formation n éthiqu soit étndu aux hauts dirigants t aux adrs ds muniipalités, t, sur un bas annull, afin qu tous puissnt utilisr un langag ommun n matièr d'éthiqu t d valurs organisationnlls; Rommandation 10: Qu l'adhésion à ds valurs d'intégrité t d transparn soit vérifié lors du rrutmnt ds nouvaux gstionnairs; Rommandation 11: Qu ls muniipalités t ls organisations dans lur nsmbl réévalunt ls valurs dont lls s dotnt pour guidr lurs ations t dans lsqulls ls xigns d produtivité t ffiaité l'mportnt trop souvnt sur ls valurs d transparn t d'intégrité; Rommandation 12: Qu la Commission snsibilis l gouvrnmnt à l'importan d'inlur dans l systèm solair, partiulièrmnt au égp t à l'univrsité, ds ours portant sur l'éthiqu; Rommandation 13: Qu'un méanism soit mis n pla pour auillir ls dénoniations par l'idntifiation d'un gstionnair rsponsabl d rvoir s...

16 !.:xpérin ds administraturs d soiétés rtifiés au srvi d l'amélioration ds règls t ds pratiqus dans l'otroi t la gstion ds ontrats informations ou par la réation d'un lign téléphoniqu dédié à tt fin. D plus, dans un soui d'amélioration ontinu t d valur ajouté pour l'organisation, il srait important qu tt politiqu d dénoniation soit assorti d'un prossus d suivi (tablau d bord) prmttant aux instans ad ho d onnaîtr l typ, l'nvrgur t la fréqun ds inidnts délarés t d s'assurr qu ds msurs tout autant urativs qu prévntivs aint été priss; Rommandation 14: Qu ls lois nadrant la gouvrnan ds muniipalités t ds ntrpriss soint rvus afin d'y intégrr un dvoir d vigilan assorti d'un obligation d moyns; Rommandation 15: Qu'annullmnt, l ministèr ds Affairs muniipals t d l'oupation du trritoir publi un rapport sur ls pratiqus xmplairs ds muniipalités t ds organisations ayant rvu lurs proédurs t lurs politiqus dans domain. Ci prmttrait d rapplr onstammnt l'importan d'êtr vigilant n la matièr t d s dotr d pratiqus ffias t appropriés. Cs rommandations s'adrssnt prinipalmnt aux donnurs d'ouvrag. L mêm sprit d'nadrmnt rposant sur ds valurs d'intégrité t d transparn dvrait êtr dévloppé pour ls fournissurs t ls soumissionnairs.

17 ANNEXE1 DESCRIPTION DU PROGRAMME DE CERTIFICATION EN GOUVERNANCE DU COLLÈGE DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS (CAS- UNIVERSITÉ LAVAL)...

18 UNIVERSIT Œ:HJ - -- IAVAL Caiss d dfpllt t plamnt duqufb AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS M/n/stir du Consllriutlf H H Québ un '

19 OBJECTIF SAINE GOUVERNANCE L Collèg ds admrnrstraturs d sorétés (CAS) st la prmrèr rnstrtutron franophon dédré à la formatron ds admmrstraturs. vort l Jour n mars 2005 grâ à un ntnt ntr quatr grands partnarrs. tous onvarnus d la néssrté d rnforr ls onsils d'admrnrstratron t la gouvrnan d sorétés. la Carss d dépôt t plamnt du Québ, l'autorité ds marhés fmanrrs. l mmrstèr du Consil xéutif du gouvrnmnt du Québ t la Faulté ds sins d l'administration d I'Unrvrsrté Laval. Dpurs, l CAS s drstrngu n offrant ds formatrons d haut nrvau, adaptés au ontxt nord-aménarn t anrmés par ds profssurs t pratrrns hvronnés UNE CLASSE À PART L Collèg st frr d omptr sur l'appui d nombrux partnarrs qur. grâ à lur ngagmnt, lui prmttnt d s drsttngur t d onduir sa mrssron qur st d ontnbur au dévloppmnt t à la promotron d la bonn gouvrnan d sorétés n offrant ds formatrons ronnus t à la fm pornt ds millurs pratrqus. Sul programm qur donn liu à un rtrfratron umvrsrtarr n gouvrnan au Québ; Offr d ours plus spéralrsés n gouvrnan, adaptés aux PME. aux OBNL. aux srvrs frnanrrs ou aux présidnts d'un onsil ou d l'un d ss omrtés; Plus d 135 formaturs d rnom qur ontnbunt aux drfférnts formatrons; Plus d 50 partnarrs d'affarrs qur appuint frèrmnt ls ativrtés du CAS; Plus d 600 drplômés dotés d'un vanété d'xprtiss t provnant d tous ls sturs d'rntrvntron; Taux d satrsfatron xptronnl d la lrntèl pour l'nsmbl ds formatrons; Salls d formatron d grand qualité, à Québ t à Montréal; CERTIFICATION UNIVERSITAIRE EN GOUVERNANCE DE SOCIÉTÉS L programm d rtrfratron vrs à nsrgnr ls plus hauts standards d qualité n gouvrnan d sorétés dans l rspt ds valurs d'xlln, d'équrté t d'rntégnté. Grâ aux onnarssans aquiss, ls Admrnrstraturs d sorétés rtrfrés (ASC) puvnt mttr d l'avant ls mrllurs pratrqus d gouvrnan lorsqu'ris srègnt à ds onsrls d'admrnrstratron. ' 1 Programm d rtrfratron n gouvrnan unrqu au Québ, mnant à la désrgnatron ASC; Chmrnmnt flxrbl qur s'fftu au rythm ds partrrpants. 5 moduls d 3 JOurs mtnsrfs; 120 hurs d formatron approfondr n lass dont 20 hurs d srmulatron; Plus d 50 formaturs; 7 ordrs t orgamsms profssionnls qur ronnarssnt la valur ds formatrons du CAS dans l adr d la formatron ontrnu d lurs mmbrs; Formatrons sur msur t n partnanat av ds organrsatrons désiruss d'offnr à lurs admrnrstraturs t hauts drngants l'oasron d s prftronnr n gouvrnan. Exprtrs ronnu t xporté à l'rntrnational grâ à un ollaboratron av l'lnstrtut françars ds admrnrstraturs (IFA), l'lnstrtut maroarn ds admrnrstraturs (IMA) t la Conférn uropénn ds assoiatrons d'admrmstraturs (ECODA). Aès à du maténl drdatrqu éltronrqu n tout tmps; Plrn ronnarssan d'équrvaln du programm sur l plan anadrn t n Fran grâ à un ntnt av l Dirtors Collg (DC) d I'Umvrsrté MMastr n Ontano t l'lnstrtut françars ds admrnrstraturs. assoié à Srns Po n Fran. : : : : : : : : b

20 QUATRE COURS SPÉCIALISÉS En plus d la rt1flat1on n gouvrnan d so1étés, l Collèg offr ds ours spé Cialisés, prmttant d bénéf11r ds ompétns d 6 à 10 formaturs. Chaqu ours st d'un duré d dux 1ours 1ntns1fs t totalis 15 hurs d format1on n lass. GOUVERNANCE DES PME C ours s'adrss aux ntrprnurs. hauts d1ngants. adm1n1straturs t Invstissurs qu1 œuvrnt dans l mond ds PME. offr l'opportunité d réfléhir aux pratiqus d gouvrnan ls m1ux adaptés t ls plus ff1as pour favonsr la pérnn1té ou la roissan d typ d'ntrpns t prmt d'1dnt1f1r ds moyns onrts pour y parvn1r. GOUVERNANCE DES OBNL C ours st dstiné aux administraturs t dirigants d'obnl réés n vrtu d la 3' parti d la Loi sur ls ompagnis du Québ ou la lo1 fédéral équivalnt. omptant au mo1ns mq mployés t rvant un a1d publiqu t/ou pnvé pour assurr la réalisation d lur mission. v1s à m1ux omprndr l rôl. ls rsponsabilités t ls obligations ds administraturs t gst1onna1rs d'obnl. D plus, 11 prmt aux participants d'xplorr ls pnn1pals tndans t préoupations n mat1èr d gouvrnan t d'outillr adéquatmnt s drn1rs af1n qu'1ls pu1ssnt fa1r fa aux déf1s posés par la modrn1sat1on d lur gouvrnan. Ls 1nsnpt1ons n tandm, "st-à-d1r ls prsonns oupant la prés1dn du ons1l ou un post d'administratur t la d1rt10n général, sont pnv1lég1és. + GOUVERNANCE DES SERVICES FINANCIERS C ours st onçu pour ls hauts d1ngants, adrs t administraturs qu1 œuvrnt dans ls domams ds srv1s banairs, ds assurans, ds valurs mobilièrs, ds fonds d'invstissmnt t ds rég1ms d rtra1t. v1s à qu ls partiipants maîtnsnt t appliqunt ls règls t bonns prat1qus d gouvrnan dans lur stur, tout n apprnant à m1ux évalur lurs nsqus d'ntrpns. L tout, n vu d présrvr la onf1an du publi, ds onsommaturs t mvst1ssurs. GOUVERNANCE ET LEADERSHIP A LA PRESIDENCE C ours s'adrss à tout admm1stratur présidant ou applé à présidr un ons1l d'adm1n1strat1on ou l'un d ss omités amsi qu'un om1té onsultatif d PME. offr l'opportunité aux participants d dévloppr ls ompétns t hab1ltés omportmntals néssairs à tt fontion ntral n matièr d gouvrnan tout n saisissant m1ux ls rsponsabilités l1és à post. L:approh pédagogiqu d ours propos ds étuds d as t s1mulat1ons n group rstrmt af1n d favonsr l'1ntrat1on. Ls hurs d formation offrts au Collg sont ronnus par ls ordrs t orgamsms profssionnls su1vants Asso1at1on ds MBA du Québ. Barrau du Québ, Chambr d la séurité fman1èr, Institut québécois ds planifiaturs f1nan1rs, Ordr ds ADMA du Québ, Ordr ds CPA du Québ, Ordr ds CRHA. D plus. lls sont auss1 admissibls à la politiqu d format1on ontinu rquis pour ls détnturs du t1tr las A d l'institut ds administraturs d soiétés..double DESIGNATION ASC C.Dir.!:EXCELLENCE EN GOUVERNANCE s sont plus d 600 à détnir la désignation Administratur d soiétés rt1f1 (ASC I Au Québ, tt drn1èr st résrvé aux diplômés du programm d rtifiation n gouvrnan d so1étés du Collèg QUI SONT-ILS? LsASCadhèœntàunodddéon tolog1 t s'ngagnt à répondr à ds x1gns n mat1èr d format1on ont1nu. s possèdnt ds xpénns profssionnlls va nés t onstitunt don ds and idats d prm1r hoix pour favonsr la d1vrs1té ds ons1ls d'adm1n1strat1on LA BANQUE DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CERTIFIÉS La Banqu ds Administraturs d so1étés rt1f1és (ASC) st un outil d rhrh n lign onçu pour rrutr ds adm1n1straturs rt1f1és sur votr CA + Plus d 600 doss1rs a xplorr. + Un vanété d'xprtiss t d sturs d'at1v1té. + Un st Wb montournabl pour votr gouvrnan. Mttz-nous au déf1 d trouvr l'administratur d so1tés rt1f1é qu'il vous faut. N B Ls dats d format1on t ls auvnés d résautag orgamsés par l Collèg sont d1spon1bls sur l s1t Wb L nombr d plas st hm1té RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTION www as ulaval a

T A B L E D E S M A T I E R E S ACHETEUR/ACHETEUSE DE PAPIER

T A B L E D E S M A T I E R E S ACHETEUR/ACHETEUSE DE PAPIER CH/CH D PP abl ds matièrs utrs formations 2 htur intrnational /ahtus intrnational 2 htur intrnational/ahtus intrnational 5 htur profssionnl/ahtus profssionnll 6 hniin logistiqu d ahats, d approvisionnmnt

Plus en détail

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970*

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970* nous votr srvi lints orang.fr > spa lint 3970* vous souhaitz édr votr abonnmnt Orang Mobil Bonjour, Vous trouvrz i-joint l formulair d ssion d abonnmnt Orang Mobil à rtournr omplété t par vous-mêm t par

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Etude sur le phénomène de la corruption dans le secteur du transport routier et autres intervenants: Évaluation et Diagnostic Synthèse des résultats

Etude sur le phénomène de la corruption dans le secteur du transport routier et autres intervenants: Évaluation et Diagnostic Synthèse des résultats Etud sur l phénomèn d la orruption dans l stur du transport routir t autrs intrvnants: Évaluation t Diagnosti Synthès ds résultats d l étud Agnda 1. Contxt général du projt 2. Approh méthodologiqu t points

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

L expérience des administrateurs de sociétés certifiés au service de l amélioration des règles et des pratiques. gestion des contrats

L expérience des administrateurs de sociétés certifiés au service de l amélioration des règles et des pratiques. gestion des contrats L expérience des administrateurs de sociétés certifiés au service de l amélioration des règles et des pratiques dans l octroi et la gestion des contrats Mémoire présenté à la Commission d enquête sur l

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Le SYGOM en 2010. Faits marquants - Indicateurs techniques - Indicateurs financiers. u n e s G is o rs - E p c. es de l An. v ri è. t ré.

Le SYGOM en 2010. Faits marquants - Indicateurs techniques - Indicateurs financiers. u n e s G is o rs - E p c. es de l An. v ri è. t ré. L SYGOM n 2010 r 16 ouns d Co u n a u té d B or u ns d S in t v ri è 13 ouns 13 ouns o u n s G is o rs E p Co u n a u té d o Lé Co u n a u té d n slaforêt Co u n a u té d u n s d u a n to n Lyo ll o d

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ

ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Chapitr 6 ÉVALUATION DU NUT ET DU FLUX TRANSFÉRÉ Parturiunt onts ; nastur ridiulus us HORACE 6.. RÉSISTANCES D ENCRASSEMENT Pour êtr n sur d alulr la puissan thriqu d un éhangur, il aut onnaîtr son NUT,

Plus en détail

ARRETE N 005/MINESUP/F120

ARRETE N 005/MINESUP/F120 ARRE N 005/MINESUP/F120 28 janvir 1993 Fixant ls Domains d Formation t ls Conditions d Admission à l Institut Univrsitair d Tchnologi d l Univrsité d Douala. LE MINSTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR VU la

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

Commission des services juridiques

Commission des services juridiques Commission ds srvics juridiqus 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns Commission ds srvics

Plus en détail

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) t CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC La rconnaissanc ds droits acquis st un autr voi d inscription possibl

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

CONCEPT ET PLAN DES STANDS

CONCEPT ET PLAN DES STANDS VOTRE PARTENAIRE EN MARKETING RH ET Womn'sUNIVERSITES Contact-Day Romandi 01 Concpt & Plan ds stands EN RECRUTEMENT DANS LES WOMEN'S CONTACT-DAY ROMANDIE 01 Swiss Tch Cntr, Lausann 11 avril 01 13 h 17

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

des services 2008-2009 37 e Rapport annuel de gestion L aide juridique, un réseau au service des gens

des services 2008-2009 37 e Rapport annuel de gestion L aide juridique, un réseau au service des gens Commission ds srvics juridiqus 37 Rapport annul d gstion 2008-2009 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns 37 Rapport annul d gstion 2 0 08-2009 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns Commission ds

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q

MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q ièm ANNIVERSAIRE Févrir 2014 MOT DU PRÉSIDENT INTERNATIONAL Q ièm u d jois, j rssns n c mois d févrir 2014 d célébrr l 70 annivrsair d la Société Richliu. C sntimnt d firté, j l partag avc mon grand-pèr

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 10 juillet 2014 COMPTE RENDU L n c s n s «I I» d l a r t i c l 1 3 6 d l a l o i A L U R p r é v o i t CONSEIL MUNICIPAL Séanc du 10 juillt 2014 COMPTE RENDU Présnts : Msdams GENEVARD, VOJINOVIC, ROUSSEL-GALLE P., RENAUD, CAIREY-

Plus en détail

La réunion annuelle du Consortium des Filières

La réunion annuelle du Consortium des Filières La lttr du Burau Asi-Pacifiqu AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE ISSN 1606-0318 Dans c numéro : L mot du dirctur 1 Cart ds filièrs, méthodologis, rstructurations t fonctionnmnt ds consortiums multilatéraux

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013.

Exemples de questions de sujets d'oraux possibles. Session 2013. Exmpls d qustions d sujts d'oraux possibls. Sssion 0. Complxs. Donnr la ou ls réponss justs. Soit A, B dux points d'affixs rspctivs : a= 5 i 5 t b = i 6 a. Soit n N;. Un argumnt d a n st n b. O appartint

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

Le premier service d information par SMS.

Le premier service d information par SMS. L prmir srvic d information par SMS. Snd to Act simplifi considérablmnt la vi d vos collaborats t d ls corrspondants. Ds cntrs d formations, ds univrsités t ds écols d commrcs nous font djà confianc. Faîts

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

DANS. Les éditions du CRIJ Centre

DANS. Les éditions du CRIJ Centre pl i n d in fo s s u o v d s r n u o u Aut ls j t... n s s i t s s invt vous?...! t r v L Li V n z fa ir l ÉS NGAG NES E ES U E J S DE ENN ITOY NAGE C G I S O N TÉM DES ACTIO DANS Ls éditions du CRIJ Cntr

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises

MODALITÉS MISSIONS CONTACTS MOYENS PRÉSENTATION RÉSULTATS. Soutenir les PME-PMI. dans leur. Innovation et Développement Endogène des Entreprises dans lur démarchd innovation Innovation t Dévloppmnt Endogèn ds Entrpriss Soutnir ls PME-PMI UIMM Loir METALLURGIE rhodaninn UIMM Langudoc-Roussillon Auxrr UIMM Bourgogn Dijon UIMM PACA Nvrs CSM Haut-Savoi

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

roupe de travail éhicules plus longs et plus lourds

roupe de travail éhicules plus longs et plus lourds ossi Infrastruturs t pois lours AUTEUR Wana Dbauh Chf la ivision mobilité Cntr rhrhs routièrs CRR) roup travail éhiuls plus longs t plus lours Un approh multiisiplinair En 200S, un group travail omposé

Plus en détail

COMPAGNIE F. présentent. 4e édition. La diversité culturelle de l entrepreneuriat féminin! Réseauter. Outiller Inspirer Foncer

COMPAGNIE F. présentent. 4e édition. La diversité culturelle de l entrepreneuriat féminin! Réseauter. Outiller Inspirer Foncer COMPAGNIE F présntnt 4 édition La divrsité culturll d l ntrprnuriat féminin! Résautr 31 mars 2012 Déroulmnt 10 h 00 : Ouvrtur d la journé Visit ds kiosqus 1 0 h 30 : Projts modèls d rchrch - action 11

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Questionnaire à destination des associations de LANNION

Questionnaire à destination des associations de LANNION Questionnaire à destination des assoiations de LANNION Ce questionnaire a pour objetif de mieux erner le profil atuel du monde assoiatif de LANNION. Il est rapide, faile à remplir.. et vos réponses nous

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2016 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON F O N D AT I O N I N S A D E LY O N Près de 11 millions d euros levés en 4 ans auprès de 16 entreprises méènes et partenaires 5 Chaires réées pour une dotation globale de plus de 2 millions d euros une

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide :

Relevé de décisions du CEVU. 5 juillet 2013. Le CEVU. Après en avoir délibéré, décide : Rlvé d décisions du CEVU 5 juillt 2013 L CEVU Vu l Cod d l Éducation modifié par la loi n 2007-1199 du 10 août 2007 Vu ls statuts d l univrsité adoptés l 4 mars 2008 t modifiés l 2 novmbr 2010 Après n

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail