Manuel d Approche systémique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel d Approche systémique"

Transcription

1 Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs régionaux, ls gstionnairs d programms, ls dircturs d organisms t ls coordonnaturs ds srvics. Ls gstionnairs, fournissurs d srvics t divrs partnairs qui répondnt aux bsoins complxs ds clints ayant ds problèms d consommation. Qul st l lin ntr la collaboration t l Approch systémiqu? Aucun programm, organism ou sctur n put résoudr l problèm d la toxicomani à lui sul. La collaboration ntr ds scturs divrs st util au dévloppmnt d systèms d traitmnt t d soutin fficacs. Cla contribu à l amélioration ds srvics, à d millurs résultats pour ls clints, t à ds rlations d travail plus satisfaisants tout l long du continuum d srvics. L modul présnt ds activités t ds outils pratiqus pour aidr ls organisms à décidr quand t commnt collaborr, t commnt poursuivr la collaboration pour améliorr l nsmbl ds soins pour la clintèl. En outr, ds xmpls d collaborations à l échll d un srvic, d un région t d un provinc sont inclus.

2 Manul d Approch systémiqu Collaboration C documnt st publié par l Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis (CCLT). Citation proposé : Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis. Manul d Approch systémiqu : Collaboration, Ottawa (Ont.), chz l autur, Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis, CCLT, , ru Albrt Ottawa, ON K1P 5E7 Tél. : Courril : C documnt a été produit grâc à la contribution financièr d Santé Canada. Ls opinions xprimés n rprésntnt pas nécssairmnt clls d Santé Canada. C documnt put aussi êtr téléchargé n format PDF à This documnt is also availabl in English undr th titl: Systms Approach Workbook: Collaboration ISBN

3 Tabl ds matièrs Introduction... 1 Argumnts n favur d la collaboration... 2 Prmièr étap : Envisagr la collaboration... 5 Pourquoi collaborr?... 5 Décidr d collaborr ou non... 6 Duxièm étap : Préparr la collaboration Avantags t difficultés Définir ls modalités d la collaboration Troisièm étap : Amorcr la collaboration Travail n concrtation Ladrship t rsponsabilisation Communication Quatrièm étap : Maintnir un collaboration fficac Conclusion Annx A : Exmpls d collaborations au Canada Exmpl 1 : Collaboration ntr srvics Exmpl 2 : Collaboration au sin d un régi régional d la santé Exmpl 3 : Collaboration dans un provinc Annx B : Référncs t autrs rssourcs Annx C : Exmpl d protocol d ntnt... 26

4 Introduction Approch systémiqu d la toxicomani au Canada : Rcommandations pour un stratégi national sur l traitmnt (l rapport d'approch systémiqu) réclam l amélioration d la qualité, d la gamm t d l accssibilité ds srvics t soutins grâc à un continuum à nivaux. C continuum s étnd à un gamm d scturs t d fournissurs d srvics qui collabornt pour prndr n charg la multitud d risqus t d méfaits liés à la consommation d substancs. La qualité ds rlations d collaboration au sin d chaqu nivau t ntr divrs nivaux détrminra n grand parti la capacité ds srvics t soutins à êtr accssibls t fficacs pour c qui st d répondr aux bsoins ds clints. L intégration administrativ ds srvics n santé mntal t n toxicomani st un tndanc à la hauss au Canada t dans l mond. L rapport d'approch systémiqu t ls rssourcs élaborés pour appuyr sa mis n œuvr, dont l présnt modul, visnt à êtr applicabls aux contxts d intégration t d non intégration. L modul présnt d abord ls argumnts n favur d la primauté d la collaboration dans l élaboration d millurs srvics, l amélioration ds résultats pour la clintèl, t la création d rlations plus gratifiants ntr tous ls fournissurs d srvics du continuum. Il présnt nsuit ds rssourcs pratiqus slon quatr étaps formant un cadr concptul : 1. Envisagr la collaboration 2. Préparr la collaboration 3. Amorcr la collaboration 4. Maintnir un collaboration fficac La collaboration t la coordination sont dux ds huit concpts dircturs sous-tndant l modèl à nivaux d'approch systémiqu. C cadr favoris un planification stratégiqu t global. Toutfois, la collaboration put aussi survnir spontanémnt t touts ls étaps décrits ici n sront pas toujours nécssairs. La collaboration st util à tous ls nivaux; c st pourquoi c modul s vut applicabl à l échll du programm, d l organisation, du systèm, d la clintèl t d la région avc ls divrs contxts t dgrés d formalité qu tous impliqunt. À la fin du modul, trois xmpls illustrnt la collaboration à l échll du srvic, d la région t d la provinc. Avant d commncr, il faut bin comprndr l sns du mot «collaboration», car il put avoir différnts significations slon l contxt t ls buts d un travail concrté. C mot st souvnt utilisé comm synonym d autrs concpts comm «intégration» t «partnariat», ou pour décrir un étap d un continuum qui vis à aboutir à l intégration. D autrs définitions abordnt plus particulièrmnt la collaboration à l échll du srvic. Par xmpl, Kats t ss collaboraturs (2011) décrivnt la collaboration n santé mntal comm «ds soins dispnsés par ds prstatairs d différnts scturs, spécialités ou disciplins qui travaillnt nsmbl pour offrir ds srvics complémntairs t du soutin mutul.» L présnt modul appui la collaboration tant à l échll du systèm qu à cll ds srvics. La définition général qu il mploi st donc la suivant : Tout form d ntrpris commun qu il s agiss d soins partagés, d soins n collaboration, d un partnariat, d un résau, d un coalition communautair ou d divrss forms d intégration qui vis à favorisr l attint d un objctif commun comparativmnt à un prsonn ou un organisation agissant sul 1. 1 Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis, Consil xécutif canadin sur ls toxicomanis t Commission d la santé mntal du Canada. Collaboration pour ls soins n toxicomani t n santé mntal : millurs consils, Ottawa (Ont.), Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis, Pag 1

5 En outr, l modul prnd n compt l fait qu différnts typs d collaboration puvnt survnir à divrs nivaux du systèm d soins, comm l montr l adaptation du continuum d modèls d collaboration d Kats t d ss collaboraturs (2011) dans l tablau 1. Tablau 1. Un continuum d modèls d collaboration intr-organism Communication fficac Consultation Coordination Partag ds locaux Intégration L information circul ntr ls divrs fournissurs t srvics d manièr fficac Ls fournissurs d srvics avc divrs domains d xprtis s consillnt, s orintnt t s soutinnnt ntr ux voir l xmpl 2 à l annx A Ls fournissurs d srvics assurnt la coordination ds plans d soins t ds activités cliniqus, ainsi qu ds programms d éducation intrprofssionnll Ls fournissurs d srvics s situnt dans ls mêms locaux (p. x. ds spécialists n toxicomani qui travaillnt dans un srvic d soins primairs) voir l xmpl 1 à l annx A Divrs fournissurs d srvics font parti d un sul équip avc la rsponsabilité partagé d la planification, ds décisions t ds dossirs liés aux soins Argumnts n favur d la collaboration La collaboration produit d millurs résultats pour la clintèl. Il st souvnt ardu d distingur ls problèms individuls auxquls font fac ls prsonns aux priss avc un toxicomani, car ils sont étroitmnt liés. Ainsi, n abordant un ds problèms, on pourrait aussi n mitigr un autr. Par xmpl, si l on résout un problèm lié au logmnt n trouvant au clint un liu d habitation stabl, sûr t suprvisé, cla l aidra à s consacrr plinmnt au traitmnt d sa toxicomani. D mêm, un fournissur d srvics pourrait incitr un millur participation d ss clints à lur traitmnt s il comprnd ls réprcussions potntills d troubls d santé mntal t dirig ls clints vrs ls soutins n santé mntal appropriés. L fait d pouvoir prndr n charg n concrtation ls multipls problèms qui puvnt êtr concomitants avc la toxicomani put incitr à l action t au changmnt sain. Cla prmttrait aux srvics composant un continuum d soins global t collaboratif d avoir un impact collctif supériur à la somm ds srvics individuls. Il st impossibl d répondr aux bsoins ds clints n travaillant isolémnt. Ls clints ds srvics n toxicomani, n santé mntal t dans l systèm d santé t d srvics sociaux n général présntnt souvnt ds problématiqus complxs. Il put s agir d un clint individul, d un famill ou d prochs, mais aussi d groups, d collctivités t d populations ntièrs. L miux-êtr d ctt clintèl hétéroclit impliqu ds intrvnants d divrs programms, organisms t domains. Malgré l but commun ds mmbrs du systèm d santé t d srvics sociaux, ils sont généralmnt répartis n fonction d divisions t d mandats cnsés concntrr ls srvics, évitr l dédoublmnt ds fforts t satisfair aux dmands Ls concpts dircturs il n y a pas d mauvais point d accès ainsi qu disponibilité t accssibilité soulignnt la nécssité pour l systèm d rlir ls clints à un continuum complt d srvics t d soutins. grandissants. Or, cla n st fficac qu dans l cas d clints avc un problématiqu clair t distinct qui corrspond à ctt division. La clintèl aux priss avc un problèm d toxicomani présnt souvnt un tablau d problèms d ordr physiqu, mntal, social ou spiritul étroitmnt liés. Ls srvics t soutins spécialisés auront rarmnt l mandat ou ls rssourcs pour ls prndr n charg plinmnt t d façon unifié. C st pour cla qu la collaboration fficac avc d autrs profssionnls, programms t organisms du systèm d santé t d srvics sociaux s avèr nécssair pour répondr aux bsoins multipls ds patints qui chrchnt à surmontr lur dépndanc. Pag Pag2 2

6 Ls prsonns ayant un problèm légr ou moynnmnt grav lié à la consommation d substancs sont suscptibls d n pas êtr idntifiés t d rcvoir ds srvics inadéquats. Pu d prsonns ayant un problèm légr ou moynnmnt grav lié à la consommation d substancs 2 ont rcours à ds srvics spécialisés n traitmnt d la dépndanc. Cs prsonns ntrront plutôt n contact avc d autrs élémnts du systèm d santé t d srvics sociaux comm ls soins primairs, mais concrnant un souci autr qu lur consommation problématiqu. Malhurusmnt, la plupart d cs srvics n décèlnt pas ls risqus t problèms liés à la consommation d substancs, y compris ls troubls d toxicomani t d santé mntal. C sont là ds occasions manqués d dirigr cs prsonns vrs ds srvics d dépistag, d intrvntion rapid t d orintation. Mêm quand la consommation problématiqu st dépisté, ls soins d santé primairs t autrs srvics communautairs dirignt difficilmnt la clintèl vrs ls srvics spécialisés appropriés, soit n raison d un manqu d information ou d rssourcs disponibls, soit n raison d longus lists d attnt. Par conséqunt, pu d gns rçoivnt l aid dont ils ont bsoin. Ls lins d collaboration intrsctorils appuyés t orintés par l xprtis t la capacité n toxicomani puvnt comblr ctt lacun n prmttant d miux dépistr t prndr n charg ls comportmnts risqués t nocifs liés à la toxicomani t à d autrs dépndancs. L clint a bsoin d plus d soutin à msur qu il poursuit son chminmnt cliniqu. Généralmnt, après qu ls clints aint été dirigés vrs ds traitmnts t soutins spécialisés, lurs bsoins évoluront par xmpl, cux dont l problèm s st stabilisé pourront souvnt s tournr vrs ds srvics moins intnsifs, tandis qu cux dont l problèm s aggrav auront bsoin d srvics plus intnsifs. À msur qu ls clints commncnt à abordr lur consommation problématiqu, ils s sntiront souvnt miux soutnus t plus prêts à abordr d autrs problèms dans lur vi. Étant donné la panopli d srvics souvnt autonoms au sin du systèm d santé t d srvics sociaux, un srvic spécialisé qui prnd n charg un clint doit élaborr un plan d soutin qui rlira l clint aux srvics t soutins dont il aura bsoin durant t après l programm; c st un ds tâchs ls plus importants à accomplir. Ls srvics qui arrivnt à établir d bonns rlations d collaboration avc d autrs scturs obtindront d bin millurs résultats à ct égard t sront plus n msur d assurr un chminmnt complt t sans hurts. La collaboration put améliorr l rndmnt. Ls fournissurs d srvics qui crént nsmbl ds plans d soins intégrés axés sur la clintèl vrront très probablmnt ds avantags au-dlà d millurs résultats pour ls clints. En fft, la collaboration prmt d utilisr ls rssourcs d façon plus fficac t fficint n évitant ls dédoublmnts t ls contradictions dans ls pratiqus qui mènraint à un fft d «port tournant» pour ls clints. En outr, la collaboration prmt aux spécialists d concntrr lurs fforts n fournissant ls srvics ls plus nécssairs aux clints au bon momnt t au bon ndroit. L programm Ontario au travail, qui fournit un aid financièr aux gns dans l bsoin, a découvrt qu il n suffisait pas d orintr ls prsonns vrs l traitmnt d la toxicomani. L évaluation ds bsoins (p. x. l transport ou ds vêtmnts t ds pyjamas à portr pndant l traitmnt à l intrn) a prmis d suscitr un millur participation au traitmnt chz la clintèl. 2 Cs catégoris d population cibl apparaissnt dans l rapport d'approch systémiqu, ainsi qu dans l manul d Approch systémiqu. Pag Pag3 3

7 La collaboration donn d la valur. Pour qu la collaboration soit fficac, ll doit êtr apprécié à sa just valur par cux qui savnt bin tissr ds lins, négocir ds limits t ds rssourcs, t inspirr ls partis prnants. Cs compétncs n sont pas habitullmnt un composant formll d la formation profssionnll, mais lls puvnt êtr cultivés. Favorisr ls compétncs n collaboration t n communication autour d un domain particulir prmt d miux connaîtr divrs partnairs, facilit l bon travail n concrtation avc ux (p. x. un collaboration ntr Aînés autochtons, soutins profssionnls, policirs t agnts d probation), t prmt d miux répondr aux bsoins complxs ds clints. Pag Pag4 4

8 Prmièr étap : Envisagr la collaboration Cux qui nvisagnt la collaboration avc d autrs systèms, organisms, srvics t fournissurs d srvics s fforcnt d miux déclr t réduir ls risqus t méfaits liés à la consommation d substancs dans lur communauté afin d produir d millurs résultats pour lur clintèl. Ls rssourcs présntés dans ctt sction du modul visnt à suscitr t à maintnir l intérêt d la main d œuvr n toxicomani t n santé mntal, dont ls planificaturs d systèms, ls baillurs d fonds, ls administraturs, ls gstionnairs t ls travaillurs d prmièr lign. Ells sont égalmnt dstinés aux partnairs d autrs scturs. Puisqu chacun a un rôl à jour dans la réduction ds méfaits liés à la toxicomani, ls prsonns ayant un xpérinc vécu d la dépndanc, ls famills, ls voisinags, ls collctivités t d autrs groups dvraint aussi participr. Pourquoi collaborr? Un prmièr étap important lorsqu l on nvisag la collaboration consist à définir clairmnt l bsoin précis d collaboration. Cla prmt d crnr ds suppositions t ds qustions qui méritnt d êtr davantag xplorés avant d décidr si la collaboration st nécssair t qull sra sa form. Ls qustions suivants sront utils n c sns. Autrs rssourcs Outils d schématisation du systèm propos un guid t ds gabarits à prsonnalisr qui puvnt srvir à rprésntr ls composants d'un systèm à nivaux t ls collaborations qui puvnt ls rlir. À qul bsoin la collaboration put-ll répondr? Énumérz ls préoccupations qui vous ont conduit à nvisagr un collaboration. Détrminz si vos bsoins sont : étroitmnt liés aux risqus t méfaits d la consommation d substancs o p. x. phénomèn d «port tournant» dans ls srvics ds urgncs pour ls prsonns ayant un consommation problématiqu scondairs par rapport aux risqus t méfaits d la consommation d substancs o p. x. longs délais d'attnt pour la consultation familial liés aux risqus t méfaits d la consommation d substancs o p. x. incapacité à résoudr ls problèms d logmnt ou d soins primairs d la clintèl sans rapport avc la consommation d substancs o p. x. nécssité d dévloppr l xprtis n gstion d projts pour appuyr un changmnt systémiqu imminnt Commnt la collaboration put-ll répondr à cs bsoins? Pag Pag5 5

9 D qulls options d collaboration disposz-vous? Drssz un list d vos rlations actulls. Drssz un list d vos rlations actulls qui n ont pas ncor mné à ds collaborations. Drssz un list ds rlations qu vous aimriz crér, mais qui à votr connaissanc n xistnt pas ncor. Gardz n têt qu la collaboration put prndr plusiurs forms (comm l montr l tablau 1). Slon la situation notammnt l bsoin, l échéancir t l nivau d la collaboration nvisagé un typ d collaboration sra plus approprié qu un autr. Suivant cs considérations, élaborz un schéma du chminmnt du clint (à l échll du srvic) ou un schéma du systèm (à l échll du systèm) pour crnr ls occasions t ls considérations qui contriburont à façonnr la form d collaboration. Décidr d collaborr ou non Mêm lorsqu lls sont promttuss, ls collaborations xignt baucoup d travail t la réussit n st pas toujours au rndz-vous. Réfléchissz pour détrminr si : vos valurs t vos objctifs sont n harmoni avc cux ds collaboraturs potntils; ls intérêts d votr clintèl sront protégés ou favorisés; ds obstacls stratégiqus xistnt (p. x. ds politiqus contradictoirs); l projt st réalisabl (p. x. n trms du tmps t ds rssourcs humains nécssairs). Comm c st l cas d la majorité d projts stratégiqus, ls fforts d collaboration rncontrront sans dout ds difficultés t ds occasions n cours d rout. Un collaboration qui smblait êtr un évidnc put rncontrr ds difficultés inattndus, t ds occasions puvnt s présntr qui puvnt êtr saisis pour rnforcr la collaboration. Exrcic 1 : Établir l équilibr décisionnl L tablau 2 présnt ds facturs courants à prndr n compt dans la décision d collaborr ou non. C st à vous d détrminr quls facturs s appliqunt à votr contxt t à vos objctifs, pour nsuit évalur sur un échll d 1 à 10 lur réprcussions possibls sur vos fforts d collaboration. Ctt activité indiqura la form t l amplur d la collaboration qui srait approprié t vous aidra à décidr d l instaurr ou non. Ell vous prmttra aussi d miux voir où concntrr vos fforts pour favorisr la collaboration. La list ds occasions t ds difficultés st là pour incitr la pris n compt d tout un gamm d facturs. Slon l contxt, crtains facturs dans l tablau sront moins prtinnts ou n auront aucun rapport avc la collaboration qu vous nvisagz. Notz aussi qu un difficulté n st pas un obstacl infranchissabl à la collaboration, mais un alrt concrnant un domain xigant put-êtr un attntion particulièr avant d allr d l avant. Pag Pag6 6

10 Tablau 2. Équilibr décisionnl Collaboration : occasions Collaboration : difficultés Facturs Not d 1 à 10* Facturs Not d 1 à 10* Partnair(s) potntil(s) clairmnt idntifié(s) Antécédnt d conflit avc l partnair potntil Ds collaborations réussis ont été établis t maintnus dans l passé Confusion ou incrtitud quant au mandat t à la mission ds partnairs La collaboration corrspond aux objctifs d l organism ou du srvic Préoccupations concrnant ls rtombés par rapport aux rssourcs La collaboration légitimis ls lins informls déjà n plac aux prmièrs ligns Préoccupations liés aux autrs intrvnants t aux partnairs (p. x. conflits, dédoublmnts) La collaboration favoris un utilisation plus fficac ds rssourcs Pu d xpérinc d collaboration La collaboration favoris la prstation plus fficac ds srvics à la clintèl cibl Incrtitud quant aux avantags qu pourraint générr ls fforts Ds baillurs d fonds t d importants partis prnants sont fortmnt intérssés t s ngagnt Prssions xtrns ds collaboraturs potntils ou d autrs intrvnants, mais pu d motivation, d ngagmnt ou d soutin La collaboration générra ds bénéfics évidnts pour la clintèl cibl Manqu d information sur la manièr d procédr, mêm si ls raisons d l fair sont évidnts Ls valurs t pratiqus ds partnairs sont n harmoni avc ls vôtrs Aucun lin actul avc ls collaboraturs potntils La collaboration st vu comm un priorité Résistanc d la part ds intrvnants Collaboration soutnu comm activité clé Valurs t pratiqus apparmmnt opposés Ls partnairs t intrvnants potntils prévoint la collaboration Difficil à suscitr l intérêt ds partnairs cibls ou d ls mobilisr Fort ngagmnt intrn nvrs la collaboration Prssions liés à d autrs priorités Fort disposition intrn à collaborr Pas d moyns supplémntairs pour financr la collaboration Ds objctifs clairs liés à la collaboration sont déjà n plac Autr : Ds rssourcs financièrs sont disponibls pour appuyr la collaboration Autr : Autr : Autr : Autr : Autr : Total pour ls facturs positifs Total pour ls facturs négatifs * 1 = moindr réprcussion sur la collaboration; 10 = plus grand réprcussion sur la collaboration. Pag Pag7 7

11 Exrcic 2 : Évalur ls signs vitaux d votr collaboration Si l équilibr décisionnl d l xrcic 1 pnch plutôt du côté d la collaboration, il faut détrminr dans qull msur ls ingrédints ssntils d la collaboration sont n plac. Dans l xrcic ci-dssous, ntourz la not qui slon vous convint à la validité d la décision d collaborr : Qull st l importanc d la collaboration? (0 = sans importanc; 10 = absolumnt ssntill) À qul point êts-vous prêt à collaborr? (0 = pas du tout prêt; 10 = totalmnt prêt) À qul point êts-vous confiant qu la collaboration générra ds avantags? (0 = pas du tout confiant; 10 = ntièrmnt confiant) Qull st la forc d votr ngagmnt nvrs la collaboration? (0 = aucun ngagmnt; 10 = ngagmnt absolu) Exrcic 3 : S ngagr à agir Si la collaboration smbl indiqué d après ls résultats ds xrcics 1 t 2, c st l momnt d s ngagr à agir principalmnt n établissant un échéancir t un plan d action pour ls prochains étaps. Vous pouvz commncr n notant touts ls options qui vous vinnnt à l sprit concrnant la form t la porté d la collaboration qui prmttrait d répondr aux bsoins détrminés. Vous établirz nsuit un list d priorités t d msurs connxs à prndr; à ctt étap, il st util d indiqur lsqulls sont rlativmnt simpls ou ssntills afin d ls ciblr très tôt t ainsi maintnir votr élan. Nos options : Option la plus simpl : Option primordial : Option à poursuivr : Pag Pag8 8

12 Nos prochains étaps immédiats sront : Prochains étaps Dat d achèvmnt prévu Exrcic 4 : Communiqur votr décision Un fois qu vous t l(s) partnair(s) avz décidé d collaborr, il st fort probabl qu on vous dmandra d énoncr l fondmnt d votr projt. Ctt dmand put provnir d la dirction, d vos collègus t mêm d la clintèl si la collaboration risqu d changr la prstation ds srvics dont ils bénéficint. Commncz n détrminant qulls partis prnants dvraint êtr informés à ctt étap précoc d la collaboration, t c qui ls intérss t ls préoccup. Préparz ds réponss aux qustions suivants n ssayant d adaptr l mssag aux différnts groups d partis prnants. Pnsz égalmnt à discutr d cs qustions avc l(s) collaboratur(s) afin qu vos communications soint clairs t uniforms. a) Qul st l fondmnt d votr décision? Autrs rssourcs b) Qul st l plus grand avantag qu vous spérz tirr d la collaboration? c) Qul st l rapport ntr la décision d collaborr t ls valurs, la mission t ls buts d votr systèm, organism ou programm? d) Commnt la collaboration aidra-t-ll à fair progrssr ls priorités t à rlvr ls défis dans l systèm actul? ) Commnt la collaboration améliorra-t-ll ls soins axés sur la clintèl? f) Qul sra l impact d la collaboration sur divrs mmbrs d votr organism? g) Qulls sont ls implications liés aux rssourcs d la collaboration? h) Commnt allz-vous définir t msurr l succès d la collaboration? L modul sur la gstion du changmnt du manul d'approch systémiqu présnt ls préoccupations principals liés à c procssus t suggèr ds démarchs pour un communication fficac d changmnts organisationnls comm d nouvaux partnariats t mods d prstation d srvics. Pag Pag9 9

13 Duxièm étap : Préparr la collaboration L but d la prmièr étap était d répondr à la qustion, Pourquoi collaborr? La duxièm étap vis à favorisr un collaboration réussi. La présnt sction intérssra ls partnairs dans ls cas d figur suivants : cux qui ont pris un décision bin réfléchi d collaborr avc d autrs pour attindr un objctif commun; cux qui voint un nombr suffisant d argumnts n favur d la collaboration pour lancr l initiativ malgré qulqus difficultés évidnts. Dans ls dux cas d figur, ls fforts d collaboration auront plus d chancs d portr ds fruits s ils sont bin planifiés t préparés. Cla st vrai mêm lorsqu l projt bénéfici d baucoup d soutin t d énrgi d sourcs xtrns; l projt d collaboration t ss objctifs doivnt êtr clairs t ls participants doivnt rndr compt d lurs réalisations. Un projt avc ds bonns bass aura plus d chancs d réussir t d durr. Avantags t difficultés La décision d collaborr a son origin dans la conviction qu cla mènra à ds résultats plus positifs pour la clintèl. Cs avantags puvnt êtr dircts (p. x. l tissag d un nouvau lin pour fournir un srvic ou soutin nécssair) ou indircts (p. x. d nouvlls forms d collaboration pour un prstation d srvics plus fficac; ajout d un prspctiv lié au gnr ou à la divrsité à la planification d systèm). Préparr ls points principaux Rlir La collaboration xigra d tous ls partnairs qu ils fassnt crtains choss différmmnt. Mêm lorsqu il y a accord sur ls objctifs t ls avantags scomptés, la collaboration put rncontrr ds difficultés t ds obstacls. Essayr d déclr cux-ci à l avanc t ls xaminr n détail prmttra aux partnairs d ls évitr plus facilmnt ou d ls réduir, afin qu l projt n soit pas ntravé. Exrcic 5 : Évalur l nivau d préparation à la collaboration Ct xrcic vous ncourag à réfléchir d manièr global t à rgardr la situation dans son nsmbl au momnt d vous préparr à un collaboration. Évaluz votr contxt actul ds points d vu suivants : ls systèms ou programms connxs; la présnc ou l absnc d l appui par un politiqu; l mandat t la cultur du systèm, d l organisation ou du programm (organism); ls clints t lurs bsoins. Détrminr qui doit êtr informé Détrminr qui doit participr Consultr Amorcr la collct d rnsignmnts Sollicitr ds commntairs t ds consils Mobilisr Prmttr aux partnairs d miux s connaîtr pour instaurr la confianc Rnforcr l ngagmnt n mttant n commun ls valurs t ls objctifs Clarifir Ls objctifs t ls rôls Ls attnts t ls obligations Partagr Ls informations, ls rssourcs ou ls locaux Ls décisions avc cux qui doivnt ls validr Pag Pag 10 10

14 Dans chacun d cs quatr domains, énumérz ls occasions t ls avantags liés à la collaboration, ainsi qu ls difficultés t ls obstacls. Ensuit, slon l nivau d préparation, fixz ls démarchs nécssairs pour fair passr chaqu domain à un nivau d préparation supériur. Systèm Politiqu Organism Clint Avantags t occasions Difficultés t obstacls Prochains étaps Définir ls modalités d la collaboration Ls pratiqus xmplairs indiqunt qu la préparation t un structur formll favorisnt un collaboration réussi. Ls xrcics suivants incitnt ls collaboraturs potntils à répondr à ds qustions afin d vérifir qu ls modalités d la collaboration sont complèts, xplicits t clairs. Exrcic 6 : Définir l typ d collaboration Référz-vous au tablau 1 pour situr l typ d collaboration nvisagé sur l continuum suivant : Communication fficac Consultation Coordination Partag ds locaux Intégration Exrcic 7 : Rôls t rsponsabilités ds divrs intrvnants Au momnt d mttr n œuvr votr projt, tous ls intrvnants doivnt savoir c qu l on attnd d ux. Chacun a son rôl à jour pour qu la collaboration réussiss. Pour c fair, ls rôls au sin d la collaboration doivnt êtr clairmnt définis, d préférnc avc vos partnairs. Réfléchissz aux qustions suivants : À tous ls nivaux, qui sont ls intrvnants clés d la collaboration? Quls sont lurs rôls? Qulls sont lurs rsponsabilités? Qulls sont lurs obligations d rndr compt? Qull st l infrastructur nécssair pour facilitr la communication? En définissant ls rôls, énoncz clairmnt ls obligations t attnts vis-à-vis d chacun : o o Ls obligations sont ls rsponsabilités vis-à-vis ds autrs partis prnants (p. x. collaboraturs, clints, baillurs d fonds). Ls attnts consistnt n la contribution qu chaqu participant put vraismblablmnt attndr d un collaboratur. Pag Pag 11 11

15 Pour citr un xmpl, ls baillurs d fonds financnt ds organisms pour qu cux-ci fournissnt crtains srvics t soutins. Ls organisms comptnt sur ls baillurs d fonds pour fournir l financmnt promis, tandis qu ls organisms sont sous obligation d rndr compt d un crtain nivau d srvic t d lurs résultats. Pour citr un autr xmpl, aux prmièrs ligns, ls fournissurs d srvics établissnt ds accords d collaboration avc ds clints, portant notammnt sur l assiduité aux rndz-vous. L non-rspct ds obligations ntraînra ds conséquncs différnts slon l partnair concrné. Dans ds contxts plus formls comm ds ntnts sur la prstation d srvics, cs conséquncs sront précisés à l avanc. Il st ssntil d avoir un vision clair t commun ds rôls, attnts t obligations d tous ls participants à la nouvll collaboration. L idéal srait qu la définition d tous cs élémnts précis ds tâchs msurabls pour chaqu collaboratur, prmttant ainsi d suivr ls progrès. Ds définitions clairs ds rôls facilitnt aussi l élaboration d structurs d gouvrnanc t d rsponsabilisation qui orintront ls fforts d collaboration du début d la planification au drnir stad d la collaboration. (La troisièm étap décrit dans l présnt modul abord davantag ls structurs d gouvrnanc t d rsponsabilisation.) Exrcic 8 : Gstion du risqu Comm tout changmnt dans la pratiqu, la collaboration impliqu ds risqus. Cux-ci varint slon ls partnairs, la form, l nivau t l contxt d la collaboration. Un planification minutius aidra à atténur ou à évitr ls risqus. En consultation avc vos partnairs, répondz aux qustions suivants : Commnt va-t-on survillr t gérr ls risqus? Qulls qustions d ordr éthiqu doivnt êtr priss n compt? Commnt va-t-on rspctr la confidntialité ds clints? Qulls protctions ont été prévus n c qui concrn la propriété intllctull? Quls sont ls autrs risqus liés à la rsponsabilité? Quls sont ls rôls ds divrs partnairs dans l obligation d rndr compt rlativmnt à chacun ds considérations susmntionnés? Exrcic 9 : Évaluation En élaborant t n utilisant ds mécanisms pour rcuillir ls donnés d évaluation t n rndr compt, il sra possibl d communiqur ds résultats tangibls qui démontrnt ls avantags d la collaboration. Examinz ls qustions suivants : Qull st votr définition d la réussit? À notr qu il put y avoir un définition différnt pour chaqu partnair. Commnt saurz-vous qu ls objctifs ont été attints? Qu st-c qui aura changé? Quls rnsignmnts ou donnés puvnt êtr rcuillis pour suivr ls réprcussions (intntionnlls ou non) d la collaboration t ls progrès nrgistrés dans la réalisation d vos objctifs? Qui st chargé d la collct d cs rnsignmnts t donnés? À quls momnts s fra l analys ds rnsignmnts t donnés? L échéancir varira n fonction d la duré prévu d la collaboration, ds xigncs liés au financmnt (l cas échéant) t ds rssourcs disponibls. Pag Pag 12 12

16 Exrcic 10 : Entnts Tout rlation d collaboration xig un ntnt ntr ls partnairs sur ls nouvlls démarchs qui prmttront d attindr un objctif commun. Maintnant qu vous avz réfléchi aux rôls, aux rsponsabilités, à la procédur d évaluation t aux autrs modalités, vous êts n msur d ls mttr sur papir pour conclur un ntnt par écrit. En formulant ls modalités, prnz n compt ls considérations suivants : Qul typ ou modèl d ntnt d collaboration comptz-vous utilisr 3? S agit-il d un collaboration formll t, si oui, à qul point? Faut-il formulr par écrit un protocol d ntnt ou un mandat 4? Qul st l procssus d'approbation pour autorisr formllmnt l ntnt d collaboration, l cas échéant? Qulls sront ls rssourcs nécssairs t qul budgt ls financra? Y aura-t-il partag ds rssourcs? Qulls sont ls modalités d ctt ntnt? Commnt évalura-t-on ls résultats d la collaboration? Qui décidra si l ntnt d collaboration doit êtr rnouvlé ou résilié suivant ls résultats d l évaluation? Commnt ctt décision sra-t-ll pris? À notr qu il st important d donnr aux clints la possibilité d fournir d la rétroaction. 3 L manul d Approch systémiqu contint d autrs rssourcs sur la collaboration à l échll du systèm. L modul Pnsé systémiqu t complxité ds systèms n toxicomani xamin la collaboration au sin d un systèm complx, t l dossir Intégrr ls systèms d toxicomani t d santé mntal présnt la collaboration fficac comm un priorité lorsqu l on nvisag l intégration. 4 L annx C présnt un xmpl d protocol d ntnt. Pag Pag 13 13

17 Troisièm étap : Amorcr la collaboration Travail n concrtation À ctt étap, la planification cèd la plac à la mis n œuvr. L achèvmnt ds dux prmièrs étaps st un réalisation notabl, signalant la volonté d travaillr n concrtation t l habilté à l fair. Ls prochains étaps consistnt à réalisr l projt élaboré, qu il s agiss d amorcr un tout nouvll activité ou d s appuyr sur ds activités déjà n cours. Il faut assurr un bon départ à ctt étap d la collaboration t donnr aux nouvaux lins d collaboration ls moyns d s dévloppr t d s'épanouir. Avant d ntrprndr ctt troisièm étap, assurz-vous d bin comprndr la form d collaboration t détrminz si ls bass d l action concrté ont été établis. Passz n rvu ls tâchs dans la list d vérification ci-dssous avant d allr plus loin. Crtains d cs tâchs puvnt êtr n cours, d autrs puvnt n pas avoir débuté, t d autrs puvnt n pas s appliqur. Chacun d ntr lls impliqu différnts dgrés d risqu si ll n a pas ncor été accompli à l étap d l action. Puisqu chaqu collaboration st uniqu, ls partnairs auront à décidr si ls tâchs ssntills au projt ont été accomplis afin d pouvoir passr à l étap d l action sur d bonns bass. List d vérification d la préparation Vos partnairs sont désignés. Vous t vos partnairs vous êts formllmnt ngagés à participr. Ls intrvnants clés à tous ls nivaux ds organisms partnairs sont mobilisés t prêts à agir. Il y a un vision clair t commun d la collaboration. Tous ls partnairs s sont ntndus sur ls obligations t ls attnts. Il y a ds vois hiérarchiqus clairs pour la pris d décisions. Ls procssus d pris d décisions sont clairmnt définis t compris. Ls implications liés aux rssourcs ont été détrminés t accptés par tous ls partnairs. Ds moyns sont n plac pour rcuillir ls commntairs ds intrvnants sur ls progrès d la collaboration. Ds vois d communication sont n plac pour soutnir la collaboration. Ls bsoins n formation ont été crnés t un plan d formation a été formulé. Pag Pag 14 14

18 Ladrship t rsponsabilisation L ladrship st un élémnt ssntil t évolutif d la collaboration. Aux étaps d la planification t d la préparation, ls compétncs n ladrship sont nécssairs à l élaboration d un vision commun d la collaboration t à la mobilisation ds participants n vu d un caus commun. À l étap d l action, il faut ajoutr d autrs compétncs d ladrship, notammnt l sns d l organisation t d la coordination pour mttr n commun l travail d divrs participants t ls formr à d nouvlls fonctions t tâchs. Il faut égalmnt mttr n plac ds mécanisms d rsponsabilisation pour assurr qu l travail s accomplit comm prévu. Ainsi, l ladrship axé sur la concption du changmnt concrté cèd la plac au ladrship axé sur l action concrté t fficac. Ls donnés probants tirés d travaux d rchrch t d l'xpérinc pratiqu mttnt n lumièr l fait qu un infrastructur formll axé sur un objctif st l millur moyn d appuyr la collaboration. Slon la porté, l typ t la complxité d votr collaboration, un comité dirctur put fournir ds consils stratégiqus t appuyr votr initiativ. L comité dirctur put avoir différnts mmbrs à divrss étaps d la collaboration, mais il dvrait toujours avoir un mandat 5 forml définissant clairmnt son but, ss objctifs t ls résultats scomptés, ainsi qu ls rôls t ls rsponsabilités d ss mmbrs. Mandat d un comité dirctur ou d un group d travail Autrs rssourcs L modul sur l ladrship du manul d'approch systémiqu donn aussi ds consils sur l ladrship d changmnts comm d nouvlls collaborations dans ls systèms n toxicomani. L but st décrit. La list ds mmbrs t d lurs rsponsabilités st clairmnt formulé. Ls dirigants sont nommés (p. x. présidnt d comité, autrs fonctions). Ls résultats scomptés sont précisés (tâchs t livrabls). Ls objctifs du group sont énumérés n détail avc ds échéancs. Ls vois hiérarchiqus sont précisés : à qui l group rnd ds compts t qui st survillé par l group. La duré d la collaboration a été établi. Un autr moyn pour ls organisms t partnairs d définir t d déclarr ouvrtmnt lurs rlations d collaboration st d signr un protocol d ntnt. Si cla st fait à l étap d la préparation, cla fournira un orintation t ds dirctivs clairs aux dirigants chargés d établir l infrastructur nécssair pour satisfair ls modalités d l ntnt. À l étap d l action, il st consillé d rvoir l protocol d ntnt au cas où ds modalités méritraint d êtr modifiés slon ls occasions ou difficultés rncontrés au cours d la mis n œuvr. Enfin, n fonction d l amplur t d la complxité d la collaboration, il put êtr nécssair d décomposr ls tâchs n plusiurs ptits étaps plus facils t d ls confir à un ou plusiurs groups d travail. Comm un comité dirctur, tout group d travail dvrait avoir ds rôls t ds rsponsabilités bin définis, préférablmnt énoncés dans un mandat forml. 5 L sit Wb d la Child & Family Collaborativ d la région d York présnt un xmpl d mandat (n anglais sulmnt) : Pag Pag 15 15

19 Communication Ls équips réalisnt lur plin potntil lorsqu ls mmbrs possèdnt un gamm d compétncs complémntairs qui puvnt s avérr utils dans d multipls situations. Ainsi, la communication st un élémnt ssntil pour qu tous soint au courant ds compétncs ds collaboraturs t disposnt d vois d communication pour fair connaîtr ls bsoins auxquls cs compétncs pourraint répondr. La communication prmt égalmnt d assurr qu la rétroaction sur ls fforts d collaboration (notammnt sur ls forcs t défis rncontrés n cours d rout) parvint jusqu à cux qui sont n msur d fair ls ajustmnts nécssairs. Comm lors d étaps antériurs, la communication doit aussi êtr fficac autour d l ffort d collaboration afin qu ds partis prnants dans l systèm à plus grand échll ainsi qu l grand public puissnt s fair ntndr, l cas échéant. À l étap d l action, la communication fficac favorisra la connaissanc t l utilisation approprié ds srvics rnforcés élaborés grâc à la collaboration. Ensuit, n faisant la promotion du succès d votr collaboration, vous srz n msur d miux rvndiqur ds politiqus t ds rssourcs qui répondraint davantag aux bsoins ds clints t appuiraint ls fforts d collaboration. Exrcic 11: Préparr un plan d action Un plan d action ou un plan d projt précis put prmttr d réalisr un collaboration d façon systématiqu tout n rstant fidèl aux rôls t aux objctifs convnus. Un tl plan n xig pas d logicil complx ou d xprtis n gstion d projts, quoiqu cux-ci puvnt êtr utils lors d la planification d changmnts complxs. Vous aurz à décomposr ls composants majurs d votr travail n tâchs concrèts individulls pouvant êtr confiés à ds intrvnants capabls d s n acquittr. Votr plan d projt dvrait comprndr ds dats d achèvmnt prévus t dvrait formulr d façon xplicit l but t l ultim résultat d chaqu tâch (l tablau 3 constitu un gabarit à ctt fin). L plan d action dvrait êtr régulièrmnt rvu t corrigé, t ls progrès par rapport au plan partagés avc ls intrvnants concrnés. Un nsmbl d outils st disponibl pour appuyr la création d plans d action, y compris ds matrics RACI (rsponsabilité, approbation, consultation, information), ds charts d projt t ds analyss FFPM (forcs, faiblsss, possibilités, mnacs) 6. Tablau 3. Gabarit pour un plan d action concrté Autrs rssourcs L dossir sur l travail d'équip du manul d Approch systémiqu présnt ds astucs t ds consils liés au fonctionnmnt fficac ds groups d travail. Tâch Rsponsabilité Échéancir Résultat attndu Résultat rél 6 L modul Travail d équip du manul d Approch systémiqu décrit plus n détail cs rssourcs t lur application. Pag Pag 16 16

20 Quatrièm étap : Maintnir un collaboration fficac À ctt étap du procssus, ls partnairs ont dépassé l stad d c qu crtains appllnt «la rhétoriqu du partnariat» t ont réllmnt instauré un collaboration. En arrivr à ctt étap constitu un réalisation marquant, mais l procssus a ncor du chmin à fair. À c stad, l défi consist à maintnir la collaboration, voir mêm à la rnforcr afin qu ll soit sain, adaptabl t capabl d apprndr t d s dévloppr. En fft, ctt drnièr étap st sans limit d duré, car l maintin d un collaboration xig ds fforts soutnus. Lorsqu l attrait d un nouvau projt s st stompé t qu clui-ci s transform n un séri d activités régulièrs, prévisibls t fiabls, la collaboration st passé du changmnt actif à la pérnnité 7. Ls compétncs mployés pour lancr un collaboration n sont pas nécssairmnt clls dont on aura bsoin pour la maintnir. Puisqu ls xigncs puvnt évolur, il st util à ctt étap d prndr l tmps d réévalur à qui il faut fair appl. Au tout début du procssus, ls dirigants ou ls partisans inspirnt ou mobilisnt ls partnairs à nvisagr un nouvll démarch, tandis qu au stad du maintin, ils doivnt inspirr t mobilisr ls partnairs à tnir l cap, qulls qu soint ls difficultés rncontrés. Il import d villr à c qu ls dirigants soint doués n gstion t n administration d activités d collaboration afin qu la collaboration dvinn un parti intégral ds activités courants, tout n mttant n plac ds stratégis pour soutnir l moral d l équip. L ssnc d la collaboration résid n la qualité t la forc ds rlations qui la composnt. Ls capacités à évitr ls situations d conflit ou d ls déclr très tôt t d ls résoudr sont crucials au maintin d collaborations sains t productivs. On put aussi cultivr ds rlations positivs n rconnaissant t n récompnsant ls comportmnts propics aux buts d la collaboration. Qu c soit au moyn d prims t d récompnss tangibls, d un rétroaction vrbal, d élogs ou d autrs méthods, la rconnaissanc communiqu aux intrvnants qu lur contribution st rmarqué t rspcté. Ell indiqu aussi à un public plus larg qu la collaboration st valorisé, c qui ncourag l sprit d collaboration à s répandr au-dlà ds limits initials du projt. Il import aussi d évalur l impact d un ntnt d collaboration par rapport aux buts t aux objctifs d origin. L analys ds donnés rcuillis prmttra d documntr ls succès réalisés t d crnr ds élémnts qui gagnraint à êtr modifiés. Ell put égalmnt révélr d nouvlls démarchs t réprcussions à incorporr t à dévloppr. Si ls résultats d l évaluation indiqunt qu ds améliorations sont rquiss ou qu ls rlations d collaboration dvraint êtr modifiés, il faut êtr franc avc ls intrvnants à c sujt. La communication Maintnir l élan : tâchs principals Gérr ls conflits Instaurr la confianc t l intrdépndanc Partagr t communiqur Rconnaîtr t récompnsr Régularisr (c.-à-d. crér un rythm) Gérr t administrr la collaboration Fair découvrir la cultur d collaboration aux nouvaux mmbrs d l équip Évalur t rndr compt d l activité d collaboration Rnouvlr t rvoir ls plans t ls objctifs Rlatr l histoir 7 Consultr l manul d Approch systémiqu pour d plus ampls rnsignmnts sur ls considérations à divrss étaps du changmnt systémiqu, du contxt d départ à la pérnnité. Pag Pag 17 17

21 ouvrt, surtout avc cux qui ont été invités à collaborr, véhicul l mssag qu ls dirigants sont vigilants t prêts à apportr ls modifications nécssairs. À msur qu la collaboration s transform n ntnt bin établi, il faut rlatr ls histoirs d la collaboration : ls motivations altruists qui ont mné au travail n concrtation; ls bonns œuvrs ds partnairs; t surtout commnt ds systèms bin conçus, coordonnés t coopératifs puvnt aidr à améliorr la vi ds clints. Cs histoirs puvnt inclur ds baillurs d fonds xprimant commnt l travail n concrtation amélior la qualité, l accssibilité t la productivité ds projts qu ils financnt. Ells puvnt aussi inclur ds ancdots du prsonnl aux prmièrs ligns concrnant lur capacité accru à fournir ds srvics t ds soutins à lurs patints. Ls histoirs rlatés par ls clints ux-mêms, lurs prochs t ls mmbrs d lur collctivité sont put-êtr ls plus préciuss : cs prsonns puvnt décrir commnt la collaboration a contribué dirctmnt à l amélioration d lur qualité d vi. Il faut toutfois émttr un résrv concrnant la collaboration : ls groups ont un cycl d vi t on dvrait parfois ls laissr arrivr à lur trm afin d laissr la plac à qulqu chos d millur. Un collaboration n st pas forcémnt dstiné à prdurr. On put la rstrindr, l amplifir ou la modifir n fonction d lçons rtnus t d contxts n évolution. Parfois, ls collaborations échount malgré la millur volonté ds participants ou sont rmplacés par d nouvlls pratiqus dans l cadr d un évaluation continu n vu d l amélioration ds connaissancs t d la qualité. À d autrs momnts, ls ntnts d collaboration n sont plus nécssairs un fois qu lls ont produit ls résultats attndus. Dans tous ls cas, il n faut pas s attristr d la fin d un ffort d collaboration, car il mènra souvnt au rnouvllmnt, à la transformation t la découvrt d nouvaux objctifs t problèms à traitr. Efforcz-vous d dégagr tout c qui a d la valur d votr ffort d collaboration, y compris ls lçons à n tirr. Cs connaissancs srvnt aussi d inspiration t dvraint êtr communiqués aux partisans d collaborations futurs. Dans un systèm sain, ls dirigants font régulièrmnt un travail d réflxion t d autoévaluation. C st un act couragux qu d posr franchmnt t ouvrtmnt à la qustion, «Où n somms-nous?». Slon l typ d collaboration, un échéancir pour l évaluation d la collaboration aura put-êtr été établi au momnt d l ntnt initial. Il st possibl d rtrouvr n lign ds xmpls d outils t d procssus établis pour structurr l évaluation d la collaboration 8. Un évaluation global dvrait prndr n compt ls considérations présntés dans l ncadré sur la pag suivant. Dans l cas d collaborations moins formlls où ls rssourcs sont trop limités pour un approch global, ls organisms dvraint ssayr d rcuillir ds donnés qui prmttront d msurr l impact d la collaboration sur l problèm qu ll était cnsé résoudr t sur ls srvics à la clintèl. 8 Consultr par xmpl l Partnrship Slf-Assssmnt Tool [outil d auto-évaluation du partnariat] (n anglais sulmnt ) à Pag Pag 18 18

22 Élémnts à prndr n considération dans l évaluation Impact : Ls donnés ou ls rnsignmnts rcuillis indiqunt-ils qu la collaboration a u un impact sur l problèm d départ qu ll était cnsé abordr? Synrgi : L nsmbl fonctionn-t-il miux qu ss composants n l fraint séparémnt? Ladrship : Par quls moyns l ladrship forml t informl st-il xrcé dans la collaboration? Cs moyns prmttnt-ils d assurr l intndanc nécssair au projt? Efficacité : Ls tâchs sont-lls miux accomplis pour la clintèl grâc à la collaboration activ? Ls mmbrs tirnt-ils profit ds fficincs obtnus grâc aux lins d collaboration? Administration t gstion : Qull not donnriz-vous aux élémnts suivants : Communication ntr ls partnairs t autour d la collaboration Organisation ds activités au sin d la collaboration Pris d décisions n tmps opportun Capacité à chrchr ds rssourcs supplémntairs Rssourcs : La collaboration possèd-t-ll ls compétncs t l xprtis nécssairs pour fair plinmnt son travail? Utilis-t-ll fficacmnt ls compétncs t l xprtis d ss mmbrs? Communication : La communication intrn t xtrn à la collaboration st-ll clair, cohérnt t opportun? Mis n commun d l information : Ls donnés t ls rnsignmnts utils sont-ils rcuillis t accssibls? Pris d décisions : Qul st l sntimnt ds mmbrs par rapport à la pris d décisions? Crtains s sntnt-ils xclus? Commnt pourrait-on améliorr la pris d décisions? Participation : Quls sont ls avantags t désavantags? Satisfaction global : Tout bin compté, la collaboration n vaut-ll la pin? Pour qui t pourquoi? Pour qui n st-c pas l cas t pourquoi? Exrcic 12 : Évaluation d la collaboration Au momnt d évalur votr collaboration, rpnsz au bsoin d départ qu la collaboration était cnsé abordr. Il pourrait aussi êtr util d vous référr d nouvau aux xrcics d schématisation faits à l'étap d la planification afin d répondr aux qustions suivants : Qul était l contxt au momnt où la collaboration a été nvisagé pour la prmièr fois? Où nous dirigions-nous? Qull distanc avons-nous parcouru? Où n somms-nous maintnant? L trrain st-il l mêm ou a-t-il changé? Œuvrons-nous toujours vrs ls mêms objctifs partagés? Y a-t-il u ds conséquncs imprévus (positivs ou négativs)? Où dvrions-nous n êtr dans un délai donné (p. x. dans un, cinq ou dix ans)? Qulls sont ls prochains étaps clés? Qu dvrions-nous fair pour nous assurr d avoir la cohésion t l ngagmnt nécssairs pour attindr cs étaps clés? Qu dvrions-nous arrêtr, commncr ou continur d fair? Pag Pag 19 19

23 Arrêtr commncr continur Action Arrêtr Commncr Élémnts Continur L résultat d ctt étap dvrait orintr la décision d rnouvlr ou d rvoir ls ntnts pour poursuivr la collaboration. Pag Pag 20 20

24 Conclusion La lutt contr ls risqus t ls méfaits liés à la consommation d substancs constitu un défi complx. Souvnt, ls prsonns aux priss avc ds problèms d consommation t d dépndanc n ont pas rcours aux srvics fournis par l sctur spécialisé d la toxicomani, tandis qu d autrs fournissurs d srvics d santé t d srvics sociaux qu ils rncontrnt n détctnt pas lurs problèms liés à la consommation d substancs. Mêm lorsqu l contact st établi, aucun programm, organism ou sctur n put répondr à lui sul aux nombrux bsoins physiqus, mntaux, sociaux t spirituls qu ntraîn un consommation problématiqu. En conséqunc, ls clints s rtrouvnt souvnt à navigur suls ntr ds fournissurs d srvics cloisonnés, alors qu ils pourraint bénéficir du soutin d un systèm coordonné. Pour répondr à cs défis, l rapport d'approch systémiqu rcommand l élaboration d un continuum d srvics t d soutins à nivaux pour améliorr l accès t ls soins, coordonnr ls srvics t tirr un millur parti ds invstissmnts actuls dans ls soutins aux prsonns ayant ds problèms d consommation. Si l on conçoit c continuum à nivaux comm ds briqus composant un systèm plus fficac t avc un millur capacité d réaction, la collaboration st l mortir qui prmt aux clints d avoir accès aux srvics dont ils ont bsoin. L présnt modul présnt ls argumnts n favur d la collaboration, ainsi qu ds idés, ds rssourcs t ds outils qui facilitnt ls tâchs d nvisagr, d préparr, d élaborr t d maintnir ds collaborations fficacs. Comm c st l cas ds autrs moduls du manul d Approch systémiqu, la réussit d votr travail d collaboration dépndra ds élémnts suivants : un bonn compréhnsion ds difficultés t ds occasions dvant vous; la volonté d changmnt; un planification soignus; ds communications soutnus; t surtout l ladrship. L présnt modul prmttra, on l spèr, d rnforcr ls fforts d collaboration t, au bout du compt, d rnforcr l travail lié au changmnt systémiqu dans ls mois t annés à vnir. Pag Pag 21 21

25 Annx A : Exmpls d collaborations au Canada Exmpl 1 : Collaboration ntr srvics Infirmirs d liaison spécialisés n dépndanc dans l srvic ds urgncs d un hôpital D nombruss prsonns avc ds problèms d consommation n accèdnt pas indépndammnt aux srvics spécialisés, mais ntrnt plutôt n contact avc d autrs partis du systèm d santé, y compris ls srvics d urgnc ds cntrs hospitalirs. Prnant n compt ctt tndanc, la Dirction national ds urgncs, un initiativ du ministèr d la Santé t ds Srvics sociaux du Québc, a invité l Cntr d réadaptation n dépndanc d Québc (CRDQ) à participr à un projt pilot d collaboration. Ls objctifs du projt pilot étaint d améliorr la situation ds urgncs au Québc pour miux répondr aux bsoins ds clintèls aux priss avc un dépndanc lié à l alcool, à la drogu ou au ju, ou avc ds troubls concomitants. L modèl utilisé variait ntr ls sits du projt dans ls régions d la Chaudièr-Appalachs (CRDCA) t d la Capital-National (CRDQ) t a évolué n cours d rout, mais la sul constant était un infirmir d liaison spécialisé n dépndancs (ILSD) mployé par l cntr d traitmnt qui travaillait dans l hôpital. Grâc à ctt collaboration par l partag ds locaux, ls infirmirs ont pu voir ds clints potntils n périod d cris t lur offrir un évaluation t un accès rapid, répondant ainsi à lurs bsoins liés à lur problèm d abus d substancs ou d ju. Ls évaluations faits par l équip d rchrch CRDQ CRDCA ont révélé qu la mis n plac d un équip d liaison au Cntr hospitalir d l'univrsité Laval ont prmis d réduir significativmnt la duré moynn d séjour, ainsi qu d miux dépistr t traitr ls prsonns avc ds problèms d consommation qui s présntaint au srvic ds urgncs d l hôpital. L équip d rchrch a égalmnt ffctué un étud qualitativ visant à xaminr ls obstacls, facilitaturs t élémnts à prndr n compt au momnt d implantr la collaboration ntr ds ILSD t un hôpital. Au momnt d amorcr la collaboration, la précision ds rôls t ds rsponsabilités a été ssntill, surtout pour assurr qu ds lits communautairs étaint disponibls pour ls clints dirigés par un hôpital t pour détrminr ls rsponsabilités légals liés à l orintation vrs un srvic spécialisé. Ds préoccupations ont aussi été soulvés par rapport à l idé qu ls ILSD rprnaint ds rôls actuls dans l hôpital comm l travail social ou qu ils étaint trop dirctifs avc ls médcins concrnant ls soins aux patints. Malgré cla, l projt a été globalmnt bin accuilli t s st amélioré à msur qu il dvnait plus familir t était miux compris. Ls évaluations faits par l équip d rchrch CRDQ CRDCA ont révélé plusiurs facturs détrminants dans la réussit d un modèl collaboratif : dialogu continu ntr l ILSD t ss collègus à l hôpital afin d promouvoir son intégration dans l équip; comité d coordination composé d dirigants du cntr d srvics spécialisés n traitmnt d la dépndanc, d l hôpital t d autrs partnairs clés; promotion t snsibilisation continu sur la toxicomani, ls problèms qui n découlnt, t ls srvics disponibls auprès d la clintèl t du prsonnl hospitalir. Suit aux résultats promtturs à c jour du modèl d collaboration, il a été étndu à cinq hôpitaux supplémntairs dans ds régions du Québc, dont Chaudièr-Appalachs t Capital-National, tout n ajoutant du prsonnl t ds rssourcs aux sits pilots initiaux. Pag Pag 22 22

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes

6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Principes 6.1! GÉRER LA DOCUMENTATION : Princips But : Résultats : Convnir ds documnts dont l'ntrpris va s dotr Not adrssé au prsonnl; ligns dirctrics sur la documntation Tâch confié au : Tmps total nécssair : Rprésntant

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Table des matières Composantes du cours en immersion.............................. Onglet 1

Table des matières Composantes du cours en immersion.............................. Onglet 1 Tabl ds matièrs Avant-propos t rmrcimnts Contxt t fondmnt Composants du cours n immrsion.............................. Onglt 1 Introduction t vision.... 1 Tablau ds résultats d apprntissag spécifiqus à

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX

PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX PROJET D ENCADREMENT DU PROGRAMME DE SOUTIEN AUX NOUVEAUX ENSEIGNANTS GRÂCE À L UTILISATION EFFICACE DES MÉDIAS SOCIAUX Association canadinn ds profssurs d immrsion Canadian Association of Immrsion Tachrs

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital

Devenir partenaire Relayer nos actions dans les médias NOUS AVONS BESOIN DE VOUS! Devenir bénévole Association Tournesol, Artistes à l Hôpital r t n o c n r a l s à t n i t a p s d AL H Ô P IT TES À L IS T A R R A É L ESOL, ÊT GÉN TOURN I N T É R D N IAT IO ASSOC notr projt UNE PRÉSENCE ARTISTIQUE DANS LES LIEUX DE SANTÉ. Ds artists d différnts

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques

L audit : écouter, observer pour mieux maîtriser les risques Stratégi publiqu n 2 - avril 2014 L audit : écoutr, obsrvr pour miux maîtrisr ls risqus La maîtris ds risqus D irigr un administration trritorial t mttr n œuvr l projt d un mandatur impliqu d savoir prndr

Plus en détail

8. Propriété intellectuelle

8. Propriété intellectuelle 8. Propriété intllctull 8.1 Sécurisr ss contrats d 8.2 Valorisr t défndr ss droits d 8.3 Maîtrisr l cadr juridiqu du droit d autur 8.4 Commnt protégr ss marqus? Calndrir 2014 Paris Lyon Marsill Sécurisr

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) t CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC La rconnaissanc ds droits acquis st un autr voi d inscription possibl

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire

Principes d application sectoriels sur la correspondance bancaire Mars 2013 Princips d application sctorils sur la corrspondanc bancair Documnt d natur xplicativ Ls princips d application sctorils, élaborés par l Autorité d contrôl prudntil (ACP), répondnt à un dmand

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Spécial INITIAL 2013 / 2014

Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mon guid étudiant Spécial INITIAL 2013 / 2014 Mot d la dirction A l ESCG Paris, vous débutz votr carrièr profssionnll dès la 1r anné. L dispositif ainsi qu la pédagogi mis n ouvr à l ESCG Paris a fait

Plus en détail

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre

Comment. maintenir. l'équilibre. Rencontres. Nationales. Dans les locaux du Conseil Régional du Centre Commnt maintnir l'équilibr Judi 8 octobr : 14h00-18h00 - Séanc plénièr Vndrdi 9 octobr : 9h00-13h00 - Atlirs Dans ls locaux du Consil Régional du Cntr Chambrs d Métirs t d l Artisanat Programm du judi

Plus en détail

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique

3. Droit économique 1DROIT ÉCONOMIQUE. www.lexformation.com contact@lexformation.com 1. f Formation mixte technico-juridique 3. Droit économiqu 3.1 Tchniqus contractulls : optimisation d la rédaction d vos contrats, clauss ssntills 3.2 Dépndanc économiqu, déséquilibr d la rlation commrcial 3.3 L optimisation du rcouvrmnt, la

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Réunions des délégués

Réunions des délégués Réunions ds délégués Rapport d activité 2012 Prspctivs 2013 Saint Jan d'angly, Saujon, La Rochll, Montliu la Gard,Saint Gnis d Saintong, Saints Novmbr - Décmbr 2012 Programm 1. Rapport d activité 2012

Plus en détail

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises Allégz la charg! Soulvr t portr ds chargs Présntation PowrPoint pour ntrpriss 1 Plan d la présntation 1 r parti: Bass, constitution du dos Transmission ds connaissancs d bas 2 parti: Facturs influnts lors

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec:

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec: Rmrcimnts L ministèr d l Éducation d l Îl-du-Princ-Édouard tint à rmrcir Lisa Marmn pour son bon travail, son tmps t son dévoumnt à un millur éducation scintifiqu pour nos juns. C cahir d xpérincs st un

Plus en détail

Transformer Les Esprits

Transformer Les Esprits C 21 Canadins pour l'apprntissag t l'innovation au siècl C21 Canada présnt : Transformr Ls Esprits L'ENSEIGNEMENT PUBLIC DU CANADA UNE VISION POUR LE XXI SIÈCLE 2012 C21 Canada www.c21canada.org TABLE

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité

L équilibre entre réflexion et action est pour nous la clef de l efficacité L équilibr ntr réflxion t action st pour nous la clf d l fficacité 1, 2, 3 1,2 2 &&33ANNEES ANNÉES 1r, LE CURSUS 3 Stag étrangr 1r smstr SEPTEMBRE AOÛT JUILLET JUIN MAI AVRIL M AR S FÉVRIER JANVIER DÉCEMBRE

Plus en détail

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs

Solutions industrielles. Des capteurs aux serveurs Solutions industrills Ds capturs aux srvurs Ds capturs aux srvurs Pour fair fac à la situation économiqu actull, ls ntrpriss t ls usins produisant ds bins manufacturés, du pétrol, du gaz, ds produits alimntairs

Plus en détail

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

SPORTS ANIMATION. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE SPORTS ANIMATION Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair SPORT ANIMATION grâc à c bouton! Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds autrs domains : AGRICULTURE

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

Conception du Projet «Sid Power»

Conception du Projet «Sid Power» Concption du Projt «Sid Powr» Sid Powr st un projt porté par l group d scond santé social du lycé ph. Dlorm accompagnés d lur profssur Mm Brt ainsi qu d l infirmièr scolair Mm Dauois. Il fait référnc dans

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

11. droit de la santé

11. droit de la santé 1 droit d la santé 11 La pharmacovigilanc, la qualité t la RC Produit 12 La publicité n droit d la santé 13 La RC Produit 14 L point sur la réform ds produits d santé 15 Ls allégations nutritionnlls t

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Interview exclusive d Amélie P.

Interview exclusive d Amélie P. Intrviw xclusiv d Améli P. 3,00 Edition Spécial - Décmbr 2012 l r u s r i o av s z l u. o. v. s u g o a v m I Tout c qu rnalist Rportr d ou J d r i t é m Passion, nvi, t ncor passion. Voilà c qu vous pourrz

Plus en détail

Quand les voyages forment bien plus que la jeunesse

Quand les voyages forment bien plus que la jeunesse Quand ls voyags formnt bin plus qu la junss Carnt d voyag d un organism communautair junss O u t il d ré fl x io n à l in t n t io n d s in t rv n ants com m u naut a ir s j u n s s d la ré g io n d la

Plus en détail

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc.

Conférence d ouverture La ville et le village intelligent : l opportunité du numérique Charles Despins, président-directeur général, Prompt inc. Animatur d la Rncontr : Mathiu Gillt, Dirctur Rsponsabl du volt municipal la programmation préliminair Judi 3 avril 201 Placs limités pour ls capsuls, visit tchniqu t tabl rond. N manquz pas d vous inscrir

Plus en détail

Évaluer l impact social avec l approche SROI

Évaluer l impact social avec l approche SROI Évalur l impact social avc l approch SROI Ls Cahirs d l Institut d l Innovation t d l Entrprnuriat Social IIES Application au sctur d l Insrtion par l Activité Économiqu Collction Ouvrags & Xxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

Campus France Maroc est un service de l Institut Français du Maroc, opérateur de coopération de l Ambassade de France au Maroc.

Campus France Maroc est un service de l Institut Français du Maroc, opérateur de coopération de l Ambassade de France au Maroc. w w w. m a r o c. c a m p u s f r a n c. o r g é r t n R 7 1 0 / 016 Campus Franc Maroc st un srvic d l Institut Français du Maroc, opératur d coopération d l Ambassad d Franc au Maroc. Campus Franc Maroc

Plus en détail

La difficulté scolaire

La difficulté scolaire La difficulté scolair Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Idntifir la difficulté Outils t dispositifs Différnts nivaux d aid L rôl du Dirctur Ls élèvs d l Écol, hir t aujourd hui Un pu d Histoir : 1883

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest www.cclt.ca www.ccsa.ca Sptmbr 2014 Documnt d orintation Contrôl aléatoir d l alcoolémi par alcootst Principals considérations L contrôl aléatoir (obligatoir) d l alcoolémi par alcootst st un option qui

Plus en détail

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson Ls Nombrs n Coulurs L s d jux Labuchtt J an Husson Nots méthodologiqus L matéril 1. Ls régltts sont évidmmnt l matéril cntral qui doit prmttr à l nfant d jour d abord t d calculr surtout. Ells ont subi

Plus en détail

Commission des services juridiques

Commission des services juridiques Commission ds srvics juridiqus 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns 38 Rapport annul d gstion 2009-2010 L aid juridiqu, un résau au srvic ds gns Commission ds srvics

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

Guide de mise en place d une manifestation Téléthon S ENGAGER. Jean-Marie, organisateur pour le Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62).

Guide de mise en place d une manifestation Téléthon S ENGAGER. Jean-Marie, organisateur pour le Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62). S ENGAGER Alxandra, organisatric pour l Téléthon, Bourg-n-Brss (01). Guid d mis n plac d un manifstation Téléthon Jan-Mari, organisatur pour l Téléthon, Mont-Saint-Éloi (62). r t o v r t t m z l u o v

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

La conduite après usage de cannabis et les jeunes

La conduite après usage de cannabis et les jeunes www.cclt.ca www.ccsa.ca Résumé thématiqu La conduit après usag d cannabis t ls juns L présnt résumé fait parti d'un séri d quatr documnts présntant un aprçu ds donnés scintifiqus actulls sur ls ffts d

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition

2004 1 ère édition. 2009 6 ème édition. 2008 5 ème édition. 2010 7 ème édition. 2007 4 ème édition. 2005 2 ème édition. 2006 3 ème édition Edito d Elio Di Rupo Avantpropos Voici déjà la édition d un grand rassmblmnt qu ls passionnés d moto d la région t d bin audlà n manquraint pour rin au mond. Avc son lot d surpriss t d découvrts, l Fstival

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR

DOSSIER P. 6 Les démarches RH : présentation & retour sur expérience à la CCPR N 8 Magazin d information du Cntr d Gstion d la fonction publiqu trritorial d la Haut Savoi DOSSIER P. 6 Ls démarchs RH : présntation & rtour sur xpérinc à la CCPR P.3 L CDG 74 présnt au forum ds collctivités

Plus en détail

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 6750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 Command par téléphon: 54-428-703 Contactz-nous sans frais au: 866-683-7838 Fax: Command par téléphon 888-498-4444 Sit Wb: www.mrck-sant-animal.ca Tous

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation?

Entreprises Territoires. Développement Durable. Programme. Quel est l itinéraire le plus approprié à ma situation? Dévloppmnt Durabl Programm 13h30 14h00 14h30 Café d accuil Introduction ds Entrpriss-Trritoirs-Dévloppmnt Durabl Accuil par Jacqus DELAUME - Présidnt d la Commission Dévloppmnt Durabl t Environnmnt d la

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire L transistor bipolair L'objt d c documnt st d'apportr ls connaissancs t ls méthods nécssairs à la concption d'un étag amplificatur à bas d transistor. On s limitra à l'étud t à l'utilisation du transistor

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme

DOSSIER : La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) ou comment transformer son expérience en un diplôme magazin du résau ds Grta d orrain n 28 - sptmbr 2009 Info Continu a passion d formr DOSSIER : a Validation ds Acquis d l Expérinc (VAE) ou commnt transformr son xpérinc n un diplôm A votr srvic, à votr

Plus en détail