N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI"

Transcription

1 N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée natinale le 19 décembre PROJET DE LOI de séparatin et de régulatin des activités bancaires, (Renvyé à la cmmissin des finances, de l écnmie générale et du cntrôle budgétaire, à défaut de cnstitutin d une cmmissin spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.) PRÉSENTÉ AU NOM DE M. Jean-Marc AYRAULT, Premier ministre, PAR M. Pierre MOSCOVICI, ministre de l écnmie et des finances.

2

3 3 EXPOSÉ DES MOTIFS MESDAMES, MESSIEURS, La crise financière qui a débuté en a mis en lumière les carences du cadre de régulatin du secteur financier et bancaire, ainsi que le caractère inadapté des utils à la dispsitin des autrités de supervisin pur réduire les risques que le secteur peut faire peser sur l écnmie. Ces insuffisances nt cntraint, dans de nmbreux États, les puvirs publics à intervenir en urgence pur sutenir les établissements bancaires, en raisn ntamment de l incapacité des établissements, ainsi que des autrités en charge de la supervisin et de la régulatin, à cntenir la prise de risques excessifs. Le présent prjet de li vise à réfrmer le cadre français actuel afin de tirer les enseignements de la crise en renfrçant la régulatin des acteurs bancaires et les puvirs des autrités de supervisin en matière bancaire et financière. Le prjet de li met, tut d abrd, en œuvre l engagement du Président de la République de séparer les activités utiles au financement de l écnmie des activités spéculatives. Il cmprte à cette fin des mesures de séparatin, de renfrcement de la surveillance des activités de marchés et d interdictin de certaines activités u prduits. Le prjet de li cmprte, en deuxième lieu, des dispsitins relatives à la mise en place d un régime de réslutin des crises bancaires, avec en particulier la créatin d une autrité de réslutin des crises bancaires, l extensin du rôle du Fnd de garantie des dépôts et la mise en place de nuveaux puvirs de gestin des crises bancaires. Il permet de dter les puvirs publics de nuveaux utils puissants, pur mieux prévenir et gérer les crises bancaires en limitant l appel aux ressurces publiques. Le prjet de li prévit, par ailleurs, la désignatin frmelle d une autrité macr-prudentielle. Le Cnseil de régulatin financière et du risque systémique (Crefris), renmmé Cnseil de stabilité financière, vit ses missins élargies et est dté d une capacité d interventin directe.

4 4 Le prjet de li cmprte en utre un vlet marché et gestin d actifs avec ntamment des dispsitins relatives aux puvirs et au fnctinnement de l Autrité des marchés financiers (AMF) et de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin (ACPR), une dispsitin d adaptatin au règlement eurpéen sur les prduits dérivés négciés de gré à gré et la mise en place d un référentiel de place pur les rganismes de placement cllectifs en valeurs mbilières (OPCVM). Le prjet de li cntient également des mesures nécessaires au redressement de Grupama. Le prjet de li prévit, enfin, des mesures de prtectin des cnsmmateurs en matière bancaire (plafnnement des cmmissins d interventin, «accessibilité bancaire», mesures de simplificatin, ainsi que diverses dispsitins, en particulier relatives au démarchage bancaire et financier) et assurantielle (assurance des emprunteurs et égalité entre les femmes et les hmmes). Titre I er : Séparatin des activités utiles au financement de l écnmie des activités spéculatives Ce titre vise à mettre en œuvre l engagement du Président de la République de séparer les activités utiles à l investissement et l empli des activités spéculatives. Les dispsitins prpsées impsent la filialisatin des activités de marché sans lien avec le service aux clients. Elles rganisent par ailleurs une supervisin renfrcée des activités de marché. Enfin, elles interdisent les activités spéculatives sur dérivés de matière première agricle u via le trading à haute fréquence. L article 1 er vise à limiter les activités de marché des établissements de crédit aux activités nécessaires au financement de l écnmie. À cette fin, il crée tris nuveaux articles du cde mnétaire et financier. L article L dispse que les établissements de crédit u les grupes financiers cmprtant un établissement de crédit dnt les activités de marchés snt significatives (le seuil serait précisé par décret) ne peuvent réaliser des pératins sur cmpte prpre que lrsque celles-ci nt une utilité avérée pur le financement de l écnmie. Les cas envisagés snt limitativement énumérés dans l article qui prpse une définitin précisant le type d pératins visées. Ils crrespndraient à :

5 5 la prestatin de services d investissement à la clientèle, entendus ntamment cmme la furniture aux clients des établissements u grupes cnsidérés de services de cuverture (par exemple, via la vente de prduits dérivés répndant au besin de cuverture des risques du client), de financement (par exemple, via la prise ferme de titres émis par le client) u d investissement. Le texte pse un critère permettant de distinguer les activités clientèle des activités de cmpte prpre sans lien avec le client : celles-ci divent être rémunérées par le client et dnner lieu à une gestin prudente des risques. Ce type d activité n autrise en effet pas tujurs une parfaite cuverture des risques pris par la banque. Un texte réglementaire précisera la ntin de gestin prudente des risques afin de clarifier que les risques de marché résiduels qu ccasinne cette activité divent être limités au strict nécessaire pur répndre au besin des clients. Cette définitin est au demeurant distincte de la liste des services d investissement de l article L du cde mnétaire et financier : l bjet de cet article n est pas de créer une nuvelle catégrie de services d investissement, mais de préciser dans quelles cnditins les services d investissement furnis par les banques à leurs clients divent être effectués ; la cuverture des risques prpres de l établissement. Il s agit par exemple des psitins sur dérivés prises par l établissement pur réduire ses prpres risques, qu il s agisse de risques de marché u de crédit (par exemple pur réduire sn expsitin au risque de taux). Le texte précise que l établissement devra apprter la preuve de la pertinence écnmique de l instrument de cuverture ; l activité de tenue de marché. Celle-ci crrespnd à la présence permanente d un intervenant sur le marché qui apprte de la liquidité à ce marché. C est une activité essentielle au financement de l écnmie dans la mesure ù les investisseurs n acceptent de se prter cntrepartie sur le marché primaire (par exemple dans le cadre d une pératin de placement de titres) que s ils nt une garantie suffisante sur la liquidité secndaire des titres ; la gestin prudente de la trésrerie du grupe. La ntin de «gestin prudente» sera traduite par des règles spécifiques à cette fnctin qui fera l bjet d une surveillance prpre ; les pératins d investissement du grupe. Il s agit des pératins u le grupe intervient en acquérant des titres dans l intentin de les détenir durablement. Ces activités snt le cmplément naturel des activités de crédit.

6 6 Le grupe ne purra également pas avir d expsitin nn sécurisée vis-à-vis de certains fnds u entités à effet de levier dnt les caractéristiques sernt fixées par arrêté. L effet de cette dispsitin est d interdire au grupe de détenir des parts d un fnds alternatif de type hedge fund. Sn bjet est également d éviter que le grupe transfère ses activités spéculatives dans un fnds dnt il détiendrait l intégralité des parts u qu il financerait intégralement sans sûreté, ce qui abutirait en pratique à expser ce grupe de la même manière que si ces activités étaient cnservées en sn sein. L article L vise à cantnner les activités spéculatives dans les grupes bancaires et à interdire certaines activités nuisibles au bn fnctinnement de l écnmie et des marchés. Cet article prévit la cnstitutin, au sein des grupes bancaires visés à l article 1 er, d une filiale qui accueillerait les activités ne crrespndant pas aux activités ayant un lien direct avec le service aux clients u le financement de l écnmie. Cette filiale devra être capitalisée et financée de manière autnme, cmme si elle n appartenait pas au grupe bancaire qui la cntrôle. Elle sera dnc sumise sur une base individuelle aux exigences prudentielles des banques, de même que le grupe qui la cntrôle vis-à-vis d elle, en particulier en matière de grands risques. Certaines activités spéculatives préjudiciables au fnctinnement des marchés sernt interdites au sein de cette filiale : celles qui prtent sur les matières premières agricles et les pératins de trading à haute fréquence. L article L prévit un renfrcement de la surveillance des activités de marchés. Ce renfrcement repsera sur le cntrôle interne des établissements, qui devrnt mettre en place les règles et les prcédures permettant de s assurer de la bnne applicatin des principes fixés par la li. Ces règles et prcédures sernt appruvées par l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin et l Autrité des marchés financiers qui dispsernt, en particulier, d une cartgraphie des unités en charge de ces pératins et de leurs mandats. L article L prévit par ailleurs que la nn-cnfrmité à ces règles et ntamment l absence de cartgraphie purrnt justifier un refus d agrément par l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin qui dispsera de l ensemble de ses puvirs de plice pur faire respecter les dispsitins de la présente li.

7 7 L article 2 vise à interdire, par l insertin d un article L , les pératins susceptibles de prter atteinte à la stabilité financière u au bn fnctinnement et à l intégrité des marchés financiers. Cet article dnne à l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin le puvir d interdire à un établissement des activités susceptibles de faire curir un risque systémique. L ACPR purra ainsi interdire aux banques, même en l absence de risque avéré pur leur prpre slvabilité, d investir dans un prduit u de le cmmercialiser. L article 3 précise que les entreprises d investissement filiales d établissement de crédit mentinnées au L ne peuvent bénéficier d une exemptin d agrément. L article 4 rganise les mdalités d applicatin du titre I er de la li. Il prévit d exempter des dispsitins de la li les prtefeuilles d actifs existant à la date d entrée en vigueur de la li, qui fnt l bjet d une gestin extinctive. Cette dispsitin est destinée à éviter que le refinancement de ces prtefeuilles ne sit empêché par leur transfert au sein de la filiale. L article prévit par ailleurs le transfert autmatique des cntrats qui crrespndent aux activités à filialiser au sein de la nuvelle structure sans qu il sit besin de les résilier au préalable. Titre II : Mise place du régime de réslutin bancaire Chapitre I er : Institutins en matière de préventin et de réslutin bancaires Sectin 1 : L Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin Le prjet de li met en place un régime de réslutin bancaire, afin de dter les puvirs publics de nuveaux puvirs qui leur permettrnt de mieux prévenir et gérer les crises bancaires. L article 5 cnfie à l Autrité de cntrôle prudentiel, qui devient l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin, des missins nuvelles en matière de préventin et de gestin des crises bancaires qui s ajuternt à ses missins de supervisin. Elle devient ainsi l autrité française chargée de la réslutin bancaire. À cet effet, le prjet prévit la créatin, en sn sein, d un nuveau cllège, chargé de la réslutin. Il fixe la cmpsitin de ce cllège et les mdalités d rganisatin de ses travaux et d adptin de ses décisins.

8 8 Sectin 2 : Le Fnds de garantie des dépôts et de réslutin L article 6 renfrce les missins du Fnds de garantie des dépôts, qui devient le Fnds de garantie des dépôts et de réslutin, afin d en faire le fnds de réslutin français. À cet effet, le prjet de li prévit l interventin du Fnds, sur décisin de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin, auprès d un établissement sumis à une prcédure de réslutin. Il purra être chargé dans ce cadre de la mise en œuvre des décisins prises par l Autrité de cntrôle et de réslutin, seln différentes mdalités. Chapitre II : Planificatin des mesures préventives de rétablissement et de réslutin bancaires et mise en place du régime de réslutin bancaire L article 7 insère dans le cde mnétaire et financier une nuvelle sus-sectin cnsacrée aux mesures de préventin et de réslutin des crises bancaires cmpsée de huit articles (articles L à L ). Le nuvel article L prévit, qu à titre préventif, les établissements de crédit et les entreprises d investissement, à l exceptin des sciétés de gestin de prtefeuille, dépassant un seuil fixé par décret et qui ne fnt pas l bjet d une surveillance sur une base cnslidée, sumettent à l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin un plan préventif de rétablissement prévyant, en cas de détériratin significative de leur situatin financière, les différentes mdalités pssibles de leur rétablissement, en excluant tut appel à un sutien financier de l État u du Fnds de garantie des dépôts et de réslutin. Lrsque ces établissements appartiennent à un grupe dépassant un seuil fixé par décret, le plan est élabré sur une base cnslidée. L Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin purra demander d apprter les cmpléments u mdificatins qui seraient nécessaires. Le nuvel article L prévit, qu à titre préventif, pur les établissements de crédit et les entreprises d investissement, à l exceptin des sciétés de gestin de prtefeuille, dépassant un seuil fixé par décret et qui ne fnt pas l bjet d une surveillance sur une base cnslidée, l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin adpte un plan préventif de réslutin prévyant les mdalités d applicatin pssibles des puvirs de réslutin. Lrsque ces établissements appartiennent à un grupe

9 9 dépassant un seuil fixé par décret, le plan est élabré sur une base cnslidée. Le nuvel article L prévit également que l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin examine s il existe des bstacles susceptibles de faire échec à la mise en œuvre des puvirs de réslutin et peut demander à l établissement de lui prpser des mesures visant à réduire u à supprimer ces bstacles. Si elle l estime nécessaire, l Autrité peut l enjindre à prendre des mesures prtant ntamment sur sn activité u sa structure juridique, y cmpris par leur mdificatin u leur rérganisatin, et par exemple en impsant une filialisatin de certaines activités. Le nuvel article L prévit que le guverneur de la Banque de France u le directeur général du Trésr peut, s il l estime nécessaire, saisir le cllège de réslutin de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin, de la situatin d un établissement de crédit, d une cmpagnie financière, d une cmpagnie financière hlding mixte et d une entreprise d investissement, à l exceptin des sciétés de gestin de prtefeuille, pur décider de prendre des mesures de réslutin. En cas de défaillance liée au besin de recurir à un sutien financier exceptinnel des puvirs publics, seul le directeur général du Trésr purra saisir le cllège de réslutin. Le nuvel article L prévit que les mesures de réslutin peuvent être décidées par le cllège de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin en cas de défaillance de l un des établissements mentinnés à l article L et s il n existe aucune perspective raisnnable que sa défaillance sit susceptible d être d empêchée dans un délai raisnnable. L article précise les hypthèses dans lesquelles l établissement est réputé défaillant. Le nuvel article L précise les mesures de réslutin qui peuvent être décidées par le cllège de réslutin afin de dter les puvirs publics de myens d actin nuveaux. Le cllège purra avir recurs à plusieurs types de mesures afin ntamment de changer les dirigeants en place, de prcéder au transfert u à la cessin d ffice de tut u partie de l établissement, de recurir à un «établissement-relais» chargé de recevir tut u partie du patrimine de l établissement en vue de sa cessin, de faire supprter les pertes par les actinnaires et autres détenteurs de fnds prpres de l établissement et de faire émettre de nuveaux titres représentatifs de fnds prpres.

10 10 L article L dispse également que l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin devra veiller à ce qu aucun actinnaire, sciétaire u créancier n encure de pertes supérieures à celles qu il aurait subies en cas de liquidatin de l établissement. Il prévit par ailleurs les mdalités seln lesquelles le prix d émissin des actins nuvelles et autres instruments de fnd prpres, le prix de cessin u de transfert des titres de capital u des actifs est fixé par l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin sur prpsitin d un expert indépendant, sauf si l urgence ne le permet pas. L article L prévit que les mesures peuvent être prises à titre prvisire sans prcédure cntradictire. Il établit par ailleurs les mdalités de cnsultatin du cmité d entreprise. L article L prévit que l annulatin d une décisin du cllège de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin n affecte pas la validité des actes pris pur sn applicatin lrsque leur remisse en cause prte atteinte à l intérêt de tiers, sauf en cas de fraude. L article 8 est relatif à l administrateur prvisire. Il prévit que snt réputées nn écrites les stipulatins cntractuelles figurant dans un cntrat régi par le drit français u un autre rdre juridique assimilant sa désignatin à un cas de défaut. Il prévit qu en cas de désignatin d un administrateur prvisire, les rémunératins différées prévues en faveur du dirigeant remplacé ne snt pas exigibles. Chapitre III : Dispsitins transitires L article 9 fixe les cnditins d applicatin dans le temps des dispsitins du titre II. Titre III : Surveillance macr-prudentielle Dans le cadre de la mise en œuvre de l accrd dit de «Bâle 3», transpsé en drit cmmunautaire par le prjet de directive CRD4 et le prjet de règlement CRR, il est prévu de mettre en place de nuvelles mesures macr-prudentielles qui divent permettre d assurer la stabilité du système financier dans sn ensemble. La mise en place de ces nuvelles mesures nécessite de réfrmer le cnseil de régulatin financière et du risque systémique, dnt les puvirs sernt renfrcés. L article 10 précise que la Banque de France veille, en cpératin avec l autrité macr-prudentielle définie à la sectin 2 du chapitre I er du

11 11 titre III du livre VI du cde mnétaire et financier, à la stabilité du système financier. L article 11 étend les puvirs du cnseil de régulatin financière et du risque systémique afin qu il puisse mettre en œuvre les mesures macrprudentielles prévues par Bâle 3 qui sera prchainement transpsé au sein de l Unin eurpéenne dans la directive (CRD4) et le règlement (CRR) actuellement en curs de négciatin. L article mdifie la dénminatin du cnseil de régulatin financière et du risque systémique, qui devient le cnseil de stabilité financière, afin de rendre sa dénminatin chérente avec sa missin. La fréquence minimale des réunins du cnseil de stabilité financière est accrue : le cnseil devra se tenir au minimum quatre fis par an, ce qui est chérent avec la fréquence minimale de revue des mesures macr-prudentielles prévues par Bâle 3. Enfin, l article définit les missins en matière de stabilité financière du cnseil. Outre les missins qui étaient déjà dévlues au cnseil de régulatin financière et du risque systémique et qui snt précisées dans le présent article, il est prévu d étendre les missins du cnseil de stabilité financière et de le dter de puvirs d interventin cntraignants. Ainsi, il purra : frmuler des avis u recmmandatins qu il estime nécessaire au maintien de la stabilité financière ; impser, sur prpsitin du guverneur de la Banque de France, des exigences en fnds prpres plus cntraignantes aux établissements de crédit et entreprises d investissement eurpéens afin d éviter une crissance excessive du crédit u de prévenir un risque aggravé de déstabilisatin du système financier ; fixer, sur prpsitin du guverneur de la Banque de France, des critères u des cnditins d ctri de crédit par les établissements de crédit, ntamment pur prévenir l apparitin de muvements de hausses excessives sur le prix des actifs de tute nature et d un endettement excessif des agents écnmiques ; adresser un avis aux institutins eurpéennes cmpétentes visant à recmmander l adptin de mesures nécessaires à la préventin du risque systémique et au maintien de la stabilité financière en France. Cette mesure est nécessaire pur permettre l applicatin d une dispsitin prévue dans le

12 12 futur règlement CRR en curs de négciatin qui permet aux autrités natinales de demander aux institutins eurpéennes (Cmmissin eurpéenne, Autrité bancaire eurpéenne, Cnseil eurpéen du risque systémique) un renfrcement tempraire des exigences par rapprt aux exigences définies dans le règlement en cas d émergence d un risque systémique. Pur accmplir ces missins, l article prévit également que : le cnseil de stabilité financière puisse recevir, de la part des autrités cmpétentes natinales, des infrmatins sumises au secret prfessinnel ; le cnseil de stabilité financière cpère avec les autrités équivalences des autres États membres de l Unin eurpéenne et les institutins eurpéennes cmpétentes. L article vise enfin à limiter tut risque de cnflit d intérêt pur les membres du cnseil de stabilité financière, cmpte tenu de ses nuvelles missins. En particulier, il sumet ses membres aux règles du secret prfessinnel. Les prpsitins de décisin du Guverneur de la Banque de France sernt rendues publiques par suci de transparence. Titre IV : Renfrcement des puvirs de l Autrité des marchés financiers et de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin Chapitre I er : Dispsitins relatives à l Autrité des marchés financiers L article 12 a d abrd pur bjet la situatin de vacance de la présidence de l Autrité des marchés financiers (AMF). Cette situatin n est pas traitée par les textes qui n envisagent, de façn incmplète, que l «absence» u l «empêchement» du président. L article L du cde mnétaire et financier actuel, issu de la li de sécurité financière du 1 er aût 2003, ne prévit en effet que l hypthèse de l absence u de l empêchement du Président, hypthèse dans laquelle le Cllège peut dnner délégatin à un autre membre du Cllège pur prendre les décisins individuelles relevant de la cmpétence dudit cllège. Par ailleurs dans ce cas précis, les puvirs prpres du Président (mesures d urgence en cas de «circnstances exceptinnelles menaçant la stabilité du système financier», recurs cntre une décisin de la Cmmissin des sanctins,

13 13 représentatin de l AMF devant les juridictins) ne snt pas cmpris dans le champ de cette délégatin. Il est dnc prpsé de cmpléter l article L du cde mnétaire et financier en prévyant nn seulement l hypthèse de la vacance des fnctins de président, mais également celle de l empêchement durable de ce dernier, hypthèses dans lesquelles il désigne un membre du Cllège pur qu il assure l intérim. Le 2 et le 8 de l article snt relatifs au drit de cmmunicatin des services de l AMF. Ni le cde mnétaire et financier, ni le règlement général de l AMF ne prévient de dispsitins générales qui permettraient à l AMF d btenir des répnses de prestataires de services d investissement, de sciétés de gestin de prtefeuille u de tute autre persnne u entités que l AMF est amenée à réguler. Ainsi, aujurd hui, dans le cadre de sa missin de surveillance, l AMF ne peut s appuyer sur aucun texte pur mtiver les demandes d infrmatins adressées aux prfessinnels qu elle régule (les demandes de dépuillements par exemple). Dans ce cntexte, certains prfessinnels peuvent tarder à cmmuniquer à l AMF les infrmatins requises pur identifier de pssibles abus de marché u des manquements aux bligatins prfessinnelles, ce qui retarde d autant les prpsitins d enquête u de cntrôle. En pratique, faute de puvir exiger certaines infrmatins, sit l AMF rennce à certaines prpsitins d enquête u de cntrôle, sit le secrétaire général prend le risque d uvrir une enquête u un cntrôle dnt l enjeu est mal mesuré, faute de dispser des éléments matériels les plus tangibles. Par ailleurs, les services de l AMF dispsent d utils cnférés par la li pur appuyer leurs demandes d infrmatins auprès des émetteurs lrsque leurs titres snt admis aux négciatins sur un marché réglementé, mais ils ne peuvent s appuyer sur aucun fndement législatif pur demander le même type d infrmatin lrsque les instruments financiers d un émetteur snt admis aux négciatins sur un marché autre que réglementé, par exemple un système multilatéral de négciatin rganisé (SMNO) de type Alternext. Ainsi, il est prpsé de renfrcer la base juridique de l activité de veille et de surveillance permettant de slliciter auprès de l ensemble des acteurs de marchés la transmissin des dcuments, d infrmatins u de dnnées, en amnt d une prcédure de cntrôle u d enquête, et d étendre l bligatin de publicatin aux marchés autres que réglementés. Le 3 et le 5 snt relatifs aux puvirs des enquêteurs et des cntrôleurs. Les mdificatins prpsées nt pur bjet :

14 14 d intégrer les cntrôleurs à l ensemble du régime d auditins des enquêtes afin de renfrcer la sécurité juridique des cntrôles, et d aligner le drit de cmmunicatin des cntrôles sur celui des enquêtes ; d autriser explicitement les enquêteurs et les cntrôleurs à recueillir les explicatins des persnnes lrs des visites sur place, tut en cnfrtant la situatin des persnnes visitées par le rappel clair des drits dnt elles peuvent se prévalir à cette ccasin. Les cntrôleurs purrnt ainsi se faire cmmuniquer par tute persnne tus les dcuments et infrmatins utiles aux cntrôles et slliciter les tiers sans que leurs demandes ne sient limitées à la seule vérificatin d infrmatins btenues auprès de l entité cntrôlée. Il est ainsi prpsé d étendre le drit de cmmunicatin général prévu par l article L du cde mnétaire et financier applicable aux seuls enquêteurs aux cntrôleurs et d encadrer au sein des articles le prévyant le recueil des explicatins des persnnes auditinnées. Le 4 de l article est relatif au drit des enquêteurs et des cntrôleurs de prendre une identité d emprunt. Dans les cas de plus en plus fréquent ù les prestataires de service d investissement furnissent leurs services exclusivement sur internet, les infrmatins n étant pas librement accessibles, ni la visite sur place, ni la simple demande de dcuments u d explicatins ne permet aux enquêteurs u aux cntrôleurs de s assurer pleinement de la cnfrmité des services exercés. Une part crissante de la cmmercialisatin des instruments financiers est réalisée via Internet uniquement. Les missins de cntrôles snt ainsi, à titre d exemple, amenées à cntrôler de plus en plus fréquemment des platefrmes de distributin de prduits financiers qui interviennent directement auprès de particuliers via Internet uniquement. Le dispsitif prpsé dnne aux enquêteurs et aux cntrôleurs la pssibilité de prendre une identité d emprunt pur accéder aux infrmatins et éléments dispnibles sur ces services et pur identifier l ffre de services d investissement et les cnditins de cmmercialisatin des instruments financiers. Les enquêteurs et les cntrôleurs seraient ainsi en mesure de recueillir les infrmatins nécessaires afin de mener à bien leurs investigatins. Ainsi, l usage d identités d emprunt représenterait un util nécessaire et d appréhender le fnctinnement des prfessinnels et les mdalités de distributins des prduits prpsés auprès de la clientèle.

15 15 Le 6 est relatif au cadre et au champ d applicatin des visites dmiciliaires. À ce jur, la visite dmiciliaire, mesure cercitive qui permet aux enquêteurs d accéder aux lcaux prfessinnels et au dmicile des persnnes et de se vir remettre des dcuments, ne peut être pratiquée que dans le cadre de la recherche des tris infractins pénales bursières, à savir le délit de fausse infrmatin, le délit d initié et la manipulatin de curs (auxquelles renvie directement l article L du cde mnétaire et financier), nécessairement cmmis sur le marché réglementé (la matière pénale bursière étant définie par référence au marché réglementé seulement, cf. articles L et L du cde mnétaire et financier). Or, cette limitatin apparaît aujurd hui mal adaptée à la matière des enquêtes, dnt le rôle est de rechercher des infractins dnt la gravité ne dépend ni de la platefrme sur laquelle les titres snt échangés (les manquements cmmis sur Alternext, marché sur lequel la Directin des enquêtes mène un nmbre crissant d enquêtes, snt pur l heure hrs champ de la visite dmiciliaire) ni de la qualificatin en délit bursier (les manquements cmmis dans le cadre de la cmmercialisatin de titres financiers, dnt la gravité, en termes de prtectin de l épargne, n est plus à démntrer, snt également hrs champ). Les mdificatins apprtées nt pur but de permettre de pratiquer des visites dmiciliaires dans le cadre de la recherche de manquements susceptibles de faire l bjet de sanctins par la Cmmissin des sanctins et cmmis dans le cadre ntamment de la cmmercialisatin de prduits financiers, en étendant le renvi actuel de l article L du cde mnétaire et financier à tut délit pénal cmmis cntre les biens. D autres mdificatins snt apprtées au texte, tenant, d une part, à la pssibilité de recueillir les bservatins des persnnes visitées lrs des visites dmiciliaires et, d autre part, à celle, en cas de visites dmiciliaires simultanées sur différents sites nn situés dans le ressrt de la même juridictin, de ne frmer qu un seul recurs devant une seule juridictin (mesure inspirée de ce qui a curs depuis de nmbreuses années dans le cadre de la prcédure devant l Autrité de la Cncurrence). Le a du 7 mdifie le trisième alinéa de l article L du cde mnétaire et financier qui, dans sa rédactin actuelle issue de la li de régulatin bancaire et financière d ctbre 2010, prévit qu un membre du cllège «ayant examiné le rapprt d enquête u de cntrôle et pris part à la décisin d uverture d une prcédure de sanctin» est cnvqué à l audience.

16 16 Or, en pratique, ces dispsitins purraient, à raisn du renuvellement régulier des membres du Cllège, s avérer délicates à mettre en œuvre dans le cas ù une prcédure de sanctin serait d une durée particulièrement lngue. Il est dnc prpsé de supprimer cette cnditin à l article L du cde mnétaire et financier. Le b du 7 intrduit un manquement autnme d entrave. À ce jur, la seule répnse à l bstructin aux investigatins des enquêteurs et des cntrôleurs est pénale cnfrmément à l article L du cde mnétaire et financier. Or, en pratique, les cntrôleurs tut cmme les enquêteurs snt suvent cnfrntés à un manque de cpératin des persnnes faisant l bjet d un cntrôle u d une enquête. Cette inertie dilatire peut dans certains cas prlnger très nettement les délais des prcédures de cntrôle et/u d enquête. L intrductin dans l article L II du cde mnétaire et financier d un nuveau manquement administratif sanctinnant l bstructin aux investigatins des enquêteurs et des cntrôleurs, susceptible d être sanctinné par la Cmmissin des sanctins, résulte d une vlnté marquée d accrître le caractère dissuasif de la sanctin d un tel cmprtement auquel les enquêteurs et les cntrôleurs snt aujurd hui trp suvent cnfrntés en pratique. Le c du 7 mdifie le III de l article L pur prévir le mntant des sanctins. À cette même ccasin, le e du II de l article L du cde mnétaire et financier, sur le fndement duquel la cmmissin des sanctins peut prnncer une sanctin à l encntre de tute persnne qui, sur le territire français u étranger, s est livrée u a tenté de se livrer à la diffusin d une fausse infrmatin lrs d une pératin d ffre au public de titres financiers n a pas sn crrespndant dans le III du même article, qui a pur bjet de préciser le mntant de la sanctin pécuniaire crrespndant, cmme c est le cas pur les a, b, c et d du II. Il est dnc prpsé de cmbler cette lacune au ajutant aux b et c du III de l article L la référence aux faits mentinnés, nn seulement aux c et d du II, mais également au e de ce même paragraphe II. L article 13 mdifie les articles L et L du cde mnétaire et financier afin de permettre de pratiquer des visites

17 17 dmiciliaires dans le cadre de la recherche de manquements susceptibles de faire l bjet de sanctins par la Cmmissin des sanctins et cmmis sur d autres marchés que le marché réglementé (le SMNO Alternext, etc.). Chapitre II : Dispsitins relatives à l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin L article 14 est relatif à la guvernance de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin. Cet article renfrce les puvirs de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin en matière de guvernance des entités du secteur bancaire. Il prévit qu elle purra s ppser à la nminatin des dirigeants (dirigeants respnsables) et des membres des rganes cllégiaux (cnseils d administratin u de surveillance et de tut rgane exerçant des fnctins équivalentes) des établissements de crédit et des entreprises d investissement ntifiés à leur entrée en fnctins, s ils ne respectent pas des cnditins d hnrabilité, de cmpétence et d expérience requises pur ces fnctins. Elle purra suspendre ces dirigeants et membres des rganes cllégiaux en curs de mandat s ils ne respectent plus ces cnditins et que l urgence le justifie en vue d assurer une gestin saine et prudente de l établissement. L article prévit en cas de révcatin d un administrateur, la pssibilité de nmmer à titre prvisire entre deux assemblées générales une persnne pur le remplacer. Les cnditins de cmpétence et d expérience des membres des rganes cllégiaux snt précisées : il est ntamment prévu que cette appréciatin est réalisée en premier lieu de manière cllective, tut en prenant en cmpte l expérience acquise ainsi que les frmatins qui sernt dispensées au curs du mandat. L article prévit également que le secrétaire général de l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin purra cnvquer u entendre les cnseils d administratin et de surveillance des persnnes sumises à sn cntrôle u être entendu par eux. Chapitre III : Supervisin des chambres de cmpensatin L article 15 a pur bjet d adapter le drit interne au règlement eurpéen sur les infrastructures de marché (EMIR). Le règlement eurpéen (UE) n 648/2012 du Parlement eurpéen et du Cnseil du 4 juillet 2012 sur les prduits dérivés de gré à gré, les

18 18 cntreparties centrales et les référentiels centraux met en œuvre, au sein de l Unin eurpéenne, les engagements du G20 en vue d assurer la transparence et la sécurité de la gestin des psitins en prduits dérivés négciés de gré à gré pur pallier les carences mises en lumière lrs de la crise financière. Le texte a été publié au Jurnal fficiel de l Unin eurpéenne le 27 juillet 2012 avec une date d entrée en vigueur fixée au 16 aût Bien que d applicatin directe, le nuveau cadre législatif eurpéen implique néanmins, au sein de chaque État membre, une adaptatin du cadre juridique existant. Il en va ainsi, en drit interne, s agissant du cde mnétaire et financier, pur ce qui cncerne la désignatin des autrités natinales cmpétentes en charge d agréer les chambres de cmpensatin établies sur le territire de la République française et de superviser le respect des dispsitins issues du règlement eurpéen, mais aussi de certaines règles spécialement dédiées aux chambres de cmpensatin u aux adhérents cmpensateurs. S agissant de l agrément des chambres de cmpensatin établies en France et du règlement permettant aux États membres de désigner plusieurs autrités cmpétentes, il est prpsé de recnduire le système actuel, qui repse sur l articulatin des cmpétences respectives de l Autrité de cntrôle prudentiel, de l Autrité des marchés financiers et de la Banque de France (au titre de sa missin générale de surveillance des systèmes de paiement, de cmpensatin et de règlement et de livraisn d instruments financiers), tut en renfrçant sa transparence dans un cntexte désrmais harmnisé à l échelle eurpéenne. À l aune des récents phénmènes de crise, c est en effet cette rganisatin épruvée qui s est révélée être la plus adaptée pur garantir la rbustesse des infrastructures de marché établies sur le territire natinal. Il appartiendra, dès lrs, en applicatin du règlement eurpéen, à l Autrité de cntrôle prudentiel et de réslutin, après cnsultatin de la Banque de France et de l Autrité des marchés financiers, d agréer tute chambre de cmpensatin établie en France, étant précisé que cette dernière devra cntinuer par ailleurs d avir la qualité d établissement de crédit. Titre V : Dispsitins relatives aux sciétés u caisses d assurances et de réassurances mutuelles agricles L article 16 est relatif à Grupama. Grupe mutualiste d assurance dté d une structure prche de celle des grupes bancaires mutualistes et

19 19 cpératifs, Grupama dit puvir bénéficier de dispsitins législatives semblables, rganisant sa guvernance. Il est prpsé de créer un rgane central sur le mdèle bancaire existant. Pur renfrcer l efficacité du piltage du grupe et faciliter sn cntrôle, cet rgane central sera dté des myens d btenir l applicatin effective de la plitique du grupe. L article prévit que le nuvel rgane central du grupe sera créé sus frme d une sciété annyme d assurance u de réassurance et détenu à majrité, directement u indirectement, par les sciétés u caisses d assurances et de réassurances mutuelles agricles à cmpétence départementale u réginale. Il précise que cet rgane central est Grupama SA et que le réseau est cmpsé des sciétés u caisses d assurances et de réassurances mutuelles. Il réserve enfin le nm de sciété u caisse d assurances u de réassurances mutuelles agricles aux sciétés u caisses se réassurant directement u indirectement auprès de l rgane central. L article définit par ailleurs les missins de l rgane central : veiller à la chérence et au bn fnctinnement du grupe, fixer ses rientatins stratégiques, émettre tute instructin nécessaire et veiller à leur applicatin effective, adpter les mesures nécessaires pur garantir la slvabilité du grupe et le respect des engagements des entités cmme de l ensemble du grupe. Le rôle de l rgane central dans la nminatin des dirigeants des entités du réseau et sa capacité à les révquer si l rganisme prend des décisins nn cnfrmes aux dispsitins législatives u réglementaires relatives aux sciétés d assurance et de réassurance u aux instructins qu il a fixées, est un élément clé du dispsitif. Un puvir de révcatin cllective des cnseils d administratin des rganismes du réseau est également cnfié à l rgane central dans les mêmes cas. Ce même puvir est cnfié aux sciétés u caisses de cmpétence départementale u réginale à l égard des caisses à caractère lcal. Les mdalités d applicatin de ces missins sernt précisées par un décret en Cnseil d État. Titre VI : Prtectin des cnsmmateurs et égalité entre les hmmes et les femmes Chapitre I er : Plafnnement des frais d incident et ffre de services bancaires pur la clientèle en situatin de fragilité L article 17 prte sur les cmmissins d interventin.

20 20 Malgré les effrts réalisés ces dernières années, l accumulatin de certains frais bancaires peut abutir à des mntants élevés, en particulier pur les ppulatins les plus fragiles. Ainsi, certaines persnnes subissent un nmbre élevé de frais de rejet et de cmmissins d interventin, puvant aller jusqu à plusieurs dizaines par mis. Le nmbre maximal de cmmissins d interventin qui peuvent être facturées à un même client dans le mis en vertu des règles internes de fnctinnement de la banque varie de 30 à 150 entre les établissements, pur un cût mensuel maximal qui évlue en pratique entre 130 et 220 eurs par mis seln les réseaux bancaires (1). Le Guvernement suhaite éviter l accumulatin des frais liés aux cmmissins d interventin pur les ppulatins en situatin de fragilité. En effet, alrs que les frais perçus par les banques à l ccasin du rejet d un chèque, d un virement u d un prélèvement snt d res et déjà plafnnés à l article L du cde mnétaire et financier, les cmmissins d interventin qui snt débitées par la banque à chaque émissin de créance depuis un cmpte nn prvisinné ne le snt pas. Elles rémunèrent l analyse par la banque de la situatin individuelle du cmpte du client en cas de demande de paiement en l absence de prvisin suffisante (la cnduisant à effectuer le paiement dans 90 % des cas). Ainsi, le présent article prévit pur les clientèles fragiles un plafnnement des cmmissins d interventin. Ce plafnnement est cmplété, pur cette même clientèle, par l bligatin pur les établissements de crédit d ffrir des myens de paiement et des services susceptibles de limiter les frais d incidents. Cette dispsitin prlnge les engagements pris par les banques dans le cadre de la «gamme de myens de paiement alternatifs au chèque» (GPA) dispnible depuis le 1 er ctbre Chapitre II : Assurance-emprunteur L article 18 est relatif à l assurance-emprunteur. La li n du 1 er juillet 2010 prtant réfrme du crédit à la cnsmmatin, dite li Lagarde, permet à l emprunteur de chisir sn assurance entre le cntrat de grupe suscrit par la banque et un cntrat individuel présentant un niveau de garanties équivalent. Le Cmité cnsultatif du secteur financier (CCSF) a dressé le 20 mars 2012 un (1) Rapprt sur la tarificatin des services bancaires, Gerges Pauget et Emmanuel Cnstans, juillet 2010.

N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 566 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée natinale le 19 décembre 2012. PROJET DE LOI de séparatin et de régulatin des activités

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance

Emprunt à des fins de placement Convenance et surveillance Avis sur les règles Nte d rientatin Règle des curtiers membres Persnnes-ressurces : Destinataires à l interne : Affaires juridiques et cnfrmité Audit interne Crédit Détail Frmatin Haute directin Institut

Plus en détail

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION

RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX INTERPRÉTATION Dans les présents règlements et tut autre règlement du CPA ST-GEORGES, la frme masculine attribuée au texte u aux fnctins est utilisée pur marquer le genre neutre et

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise

Chapitre 2 La gouvernance d entreprise UE1 DROIT DES AFFAIRES DROITS DES SOCIETES Chapitre 2 La guvernance d entreprise Jannes Alexandre 2008 DSCG Smmaire : INTRODUCTION... 3 SECTION 1 : HISTORIQUE... 4 SECTION 2 : LA MISE EN ŒUVRE DE LA GOUVERNANCE

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION. 29 août 2012 REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE

CONSEIL D ADMINISTRATION. 29 août 2012 REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE CONSEIL D ADMINISTRATION 29 aût 2012 REGLEMENT INTERIEUR PREAMBULE Le Cnseil d Administratin de Pernd Ricard, (ci-après dénmmée «la Sciété») a adpté sn Règlement Intérieur le 17 décembre 2002. Ce règlement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi Zm sur La base de dnnées écnmiques et sciales instaurée par la li de sécurisatin de l'empli Juillet 2014 I. Une transparence renfrcée via la mise en place d une base de dnnées écnmiques et sciales 1 II.

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 relative à la transparence financière des CE: Que disent les décrets d application?

Loi du 5 mars 2014 relative à la transparence financière des CE: Que disent les décrets d application? La suite Li du 5 mars 2014 relative à la transparence financière des CE: Que disent les décrets d applicatin? JORF n 0075 du 29 mars 2015 www.semaphres.fr Ils snt enfin parus! Les décrets, parus au jurnal

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité Décembre 2015 Régime d aide, exempté de ntificatin, en faveur de la participatin des prducteurs de prduits agricles à des systèmes de qualité En applicatin du règlement (UE) n 702/2014 de la Cmmissin du

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07)

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) Article 1 Préambule. Les bénévles snt emblématiques de l aspect «fraternel» de l engagement cityen. A cet effet, ils

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée "funding loss

Indemnité imputée lorsqu un crédit d entreprise est remboursé anticipativement, aussi appelée funding loss Circulaire 21/02/2012 P11905 FEB160409 Published CORP - 2012/002 Indemnité imputée lrsqu un crédit d entreprise est rembursé anticipativement, aussi appelée "funding lss T: Banken-leden Cntact: Anne-Mie

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au sins de premier recurs Article 18 : Généralisatin du tiers-payant Cmmuniqué du Ministère Purqui le Guvernement prend-il cette mesure? De nmbreux Français renncent

Plus en détail

Affichage publicitaire Mode d emploi

Affichage publicitaire Mode d emploi Affichage publicitaire Mde d empli Enseignes, pré-enseignes, publicité : qu ès aquò? Art L581-3 CE Une enseigne se caractérise par tute inscriptin, frme u image appsée sur un immeuble (fncier cmpris) et

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

5.2 Améliorations au processus de réexamen

5.2 Améliorations au processus de réexamen 5.2 Améliratins au prcessus de réexamen Intrductin Le CCWG-Respnsabilité prpse un certain nmbre de réfrmes clés au prcessus de demande de réexamen de l'icann, par lequel le Cnseil d'administratin de l'icann

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire NOTE D INFORMATION LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS L:/Circulaires 2009 NT/SG Réf : Rémunératin 7.4 SERVICE CARRIERE Octbre 2009 Références : - Li n 83-634 du 13 juillet 1983 prtant drits et bligatins

Plus en détail

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE mars 2014 LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE La li n 2014-366 du 24 mars 2014 pur l accès au lgement et un urbanisme rénvé (ALUR) est parue

Plus en détail

Dispositions communes sur les politiques de rémunération au sein des sociétés de gestion

Dispositions communes sur les politiques de rémunération au sein des sociétés de gestion Dispsitins cmmunes sur les plitiques de rémunératin au sein des sciétés de gestin Préambule : Sucieuses du devir fiduciaire des sciétés de gestin (agir au mieux des intérêts de leurs clients), les assciatins

Plus en détail

Au plus tard le 15 décembre 2014

Au plus tard le 15 décembre 2014 Tableau synthèse de la Li favrisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestatins déterminées du secteur municipal (PL3) (en vigueur depuis le 5 décembre 2014) 15 décembre 2014

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne

Profil de la Cour des Comptes Tunisienne Cnférence réginale pur les Institutins Supérieures de Cntrôle de la régin du visinage eurpéen du sud Prfil de la Cur des Cmptes Tunisienne Présentatin de la Cur des Cmptes La Cur des Cmptes est une juridictin

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 NORME INTERNATIONALE D AUDIT 265 COMMUNICATION DES FAIBLESSES DU CONTRÔLE INTERNE AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET A LA DIRECTION Intrductin (Applicable aux audits d états financiers

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

Checklist: e-commerce et protection du consommateur

Checklist: e-commerce et protection du consommateur Checklist: e-cmmerce et prtectin du cnsmmateur crsslaw s checklists Date : 1 er juin 2014 Versin 1.1 Tags : e-cmmerce, ICT Law Françis Cppens Françis est cllabrateur senir chez crsslaw. Il se spécialise

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Prgramme d actins pur amélirer la préventin des vilences faites aux femmes, des vilences intrafamiliales, et l aide aux victimes TÉLÉPHONE PORTABLE D ALERTE POUR FEMMES VICTIMES

Plus en détail

COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE

COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE RECOMMANDATION n 13 relative au cnseil syndical La présente recmmandatin cmprte, d'une part, des dispsitins générales et, d'autre part, des dispsitins particulières

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République Le Pôle Santé, Sécurité des Sins Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Dr Brun LANDI Médecin crdnnateur Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Nvembre 2009 DIALOGUER,

Plus en détail

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent;

le solde des stocks de matières premières et de produits finis de l entité et les contrôles qui s y rattachent; Mdule 9 : Résumé Explicatin des aspects de la cnnaissance des activités de l entité qui snt pertinents pur l audit des stcks et descriptin des méthdes d analyse à utiliser pur auditer les stcks L auditeur

Plus en détail

Délibération n 01/2014

Délibération n 01/2014 Délibératin n 01/2014 instituant un régime de licence pur la pêche prfessinnelle autur des Dispsitifs Cncentrateurs de Pissns ancrés dans les eaux du département de la Réunin. Vu le règlement (CE) n 2371/2002

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

Actions d insertion 2012/2013

Actions d insertion 2012/2013 Cmmissin Eurpéenne Fnds Scial Eurpéen Actins d insertin 2012/2013 Le Département de Seine-Maritime suhaite sutenir les actins d insertin sciale et prfessinnelle en faveur des bénéficiaires du RSA dmiciliés

Plus en détail

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD sur 7 travail. ECF, représenté par M. André VINCENT LECHAT Et D une part IFEC, représenté par M. Francis PRÊCHEUR Entre DE LA DUREE DU TRAVAIL - AVENANT 24 bis RELATIF AU CALCUL ANNUEL EN JOURS Branche

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation Tiers payant scial bligatire synthèse de la situatin Rétractes L article 53 de la li AMI a été mdifié à plusieurs reprises par Mme Onkelinx. Ces mdificatins cncernaient d une par le Tiers payant (art.53

Plus en détail

Offre D acquisition D un Fonds De Commerce

Offre D acquisition D un Fonds De Commerce ANNEXE - ACTIF Cessin de fnds de cmmerce Offre D acquisitin D un Fnds De Cmmerce Pur être valable, l acquéreur dit se cnfrmer au cahier des charges ci-dessus. CAHIER DES CHARGES 1. Cntenu de l ffre a.

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président. COMM. IK COUR DE CASSATION Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président Purvi n B 12-29.190 Arrêt n 13 F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

Fiche n 4 : La convention annuelle

Fiche n 4 : La convention annuelle Fiche n 4 : La cnventin annuelle Champ d applicatin 1. Opérateurs cncernés 2. Prduits cncernés 3. Durée de la cnventin annuelle 4. Date de cnclusin de la cnventin annuelle Cntenu de la cnventin annuelle

Plus en détail

Fréquence d application Annuelle Type Société. Rédacteur Opérateur Rédaction 1ère application Commentaire. RIGOR Tous 01/06/07 01/06/07 Création

Fréquence d application Annuelle Type Société. Rédacteur Opérateur Rédaction 1ère application Commentaire. RIGOR Tous 01/06/07 01/06/07 Création PROCEDURE POLITIQUE DE VOTE Sciété Axim Alternative Investment Fréquence d applicatin Annuelle Type Sciété Rédacteur Opérateur Rédactin 1ère applicatin Cmmentaire RIGOR Tus 01/06/07 01/06/07 Créatin RIGOR

Plus en détail

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité

Termes de références. Etude de faisabilité. Intégration de solutions de mobilité Termes de références Etude de faisabilité Intégratin de slutins de mbilité Date limite 07/06/2013 Pays : Tunisie Institutin : Secteur : Micrfinance Partenaire : Unin Eurpéenne Date d émissin : 22/05/2013

Plus en détail

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France

Consultation veille médias Comité National Olympique et Sportif France Cnsultatin veille médias Cmité Natinal Olympique et Sprtif France Date limite et heure limite de réceptin des ffres : Le 1 er septembre 2014 à 12h00 Préambule Le Cmité Natinal Olympique et sprtif Française

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE

LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE LA MONNAIE ET LE MARCHE MONETAIRE Intrductin : Imprtance de la mnnaie pur les échanges de biens et de services sur un marché. Evlutin vers une dématérialisatin de plus en plus imprtante Passage du trc

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

VENTES EN LIQUIDATION

VENTES EN LIQUIDATION Drit et réglementatins VENTES EN LIQUIDATION Définitin Ventes accmpagnées u précédées de publicité et annncées, cmme tendant par une réductin de prix, à l éculement accéléré de la ttalité u d une partie

Plus en détail

La rupture conventionnelle du CDI

La rupture conventionnelle du CDI La rupture cnventinnelle du CDI Préambule La li du 25 juin 2008 prtant mdernisatin du marché du travail a instauré un nuveau mde de rupture du cntrat de travail à durée indéterminée (en plus de la démissin

Plus en détail

Règlement d ordre intérieur de l Ecole fondamentale annexée à l Athénée Royal Riva-Bella

Règlement d ordre intérieur de l Ecole fondamentale annexée à l Athénée Royal Riva-Bella Règlement d rdre intérieur de l Ecle fndamentale annexée à l Athénée Ryal Riva-Bella En accrd avec les règles d rganisatin des écles du réseau de la Cmmunauté française. Chapitre I Intrductin Article 1

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS DE CUISINE AMATEUR 2015 «FOODCAMP Grenoble» MAJ : 05/09/2015

REGLEMENT DU CONCOURS DE CUISINE AMATEUR 2015 «FOODCAMP Grenoble» MAJ : 05/09/2015 REGLEMENT DU CONCOURS DE CUISINE AMATEUR 2015 «FOODCAMP Grenble» MAJ : 05/09/2015 Nm de la cmpétitin : Cncurs de cuisine du Fdcamp Grenble Date et hraires : 28 juin 2015 de 14h à 15h Lieu : Marché d Intérêt

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue.

La collaboration se définie comme : Personne qui concourt à l'activité professionnelle d'une autre personne de manière ponctuelle ou continue. F.I.S.P.A. Cllabratin IDE - AS Textes de référence Le décret du 27 juillet 2004 définissant les actes de la prfessin infirmier: article R 4311-4 CSP : définitin de la ntin de cllabratin La circulaire 96-31

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation

Stage pour étudiant-e-s en Master «Sociologie» Document de présentation Stage pur étudiant-e-s en Master «Scilgie» Dcument de présentatin Exemple d image Année académique 2015-2016 Prfesseur respnsable du Master en scilgie : Philip Balsiger LE CONCEPT DE STAGE Dans le cursus

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

RÈGLEMENT. Article 4 - Droit d inscription Le dépôt d un dossier d information ne fait l objet d aucun droit d inscription.

RÈGLEMENT. Article 4 - Droit d inscription Le dépôt d un dossier d information ne fait l objet d aucun droit d inscription. RÈGLEMENT Article 1 - Sciété rganisatrice Le pôle événementiel de la sciété Leaders League, immatriculée au RCS de Paris sus le numér Paris B 422 584 532, ayant sn siège scial au 15 avenue de la Grande-Armée

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adptée le : 15 avril 1996 Lrs de la : 186 e réunin du cnseil d administratin Amendée le : 5 ctbre 2015 Lrs de la : 305 e réunin du cnseil d administratin Cllège

Plus en détail

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire Pascal Brchetn LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL Le cadre législatif et règlementaire 25 ctbre 2012 La pénibilité : un terme plysémique Pénibilité subjective/ pénibilité bjective(quelles interactins?)

Plus en détail

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline

Titre de la procédure : Suspension temporaire et discipline Titre de la prcédure : Suspensin tempraire et discipline Numér de la plitique : 13020.1 Date d apprbatin : 15 nvembre 2013 Apprbateur : cnseil des guverneurs Plitique cnnexe : Suspensin tempraire et discipline

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit : Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail