Rapport annuel 2015, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Energétique (DEE)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport annuel 2015, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Energétique (DEE)"

Transcription

1 Rapprt annuel 2015, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Energétique (DEE) Le présent rapprt a pur bjet, cnfrmément à la directive eurpéenne 2012/27/UE relative à l efficacité énergétique (article 24 et annexe XIV) de dresser un panrama des principales mesures d efficacité énergétique adptées en 2014, des principaux chiffres clés liés aux cnsmmatins d énergie et d évaluer la mise en œuvre des articles 5 et 7 de la directive. Il fait suite au 1 er rapprt annuel remis par la France en avril 2013 et au plan d actin de la France en matière d efficacité énergétique mis à jur en Mesures mises en œuvre en 2014 Les principales mesures suivantes nt été mises en œuvre en 2014, ntamment dans le cadre de la transpsitin de la DEE (les références détaillées des différents textes réglementaires snt précisées en annexe) : Parutin des textes réglementaires permettant l entrée en vigueur le 1 er janvier 2015 de la trisième péride de certificats d écnmies d énergie, dtée d un bjectif d écnmies d énergie de 700 TWh cumac sur la péride , sit un dublement de l ambitin de la deuxième péride ; Audit énergétique rendu bligatire pur les grandes entreprises, en applicatin de l article 8 de la DEE : parutin des derniers textes réglementaires nécessaires à la mise en œuvre de cette mesure ; Analyse cûts-avantages pur les installatins génératrices de chaleur fatale rendue bligatire en applicatin de l article 14 de la DEE, afin d évaluer l'pprtunité de valriser cette chaleur fatale à travers un réseau de chaleur u de frid ; Valrisatin des effacements de cnsmmatin sur les marchés de l'énergie (cf article 15 de la DEE) ; Renfrcement du CITE (Crédit d impôt pur la transitin énergétique), entré en vigueur au 1 er septembre 2014, avec un taux unique de réductin d impôt de 30 % ; Aménagement de l éc-ptz : la respnsabilité d'attester l'éligibilité des travaux de rénvatin des lgements à la réglementatin de l'éc-ptz est transférée aux entreprises qui réalisent ces travaux ; les justificatifs transmis par l'emprunteur divent faire apparaître les travaux induits ; le régime de sanctins administratives en cas de manquement par les entreprises à leurs bligatins est mdifié ; Ec-cnditinnalité : à cmpter du 1 er janvier 2015, le recurs à un prfessinnel prtant la mentin RGE, "recnnu garant de l'envirnnement", est nécessaire pur bénéficier du CITE u de l éc-ptz ; Evlutin du bnus-malus éclgique : le système bnus malus vise à récmpenser, via un bnus, les acquéreurs de vitures neuves émettant le mins de CO 2, et à

2 pénaliser, via un malus, ceux qui ptent pur les mdèles les plus plluants. Le barème du bnus évlue à cmpter du 1 er janvier 2015 ; le barème de malus n a quant à lui pas été mdifié pur l année Mise en place au 1 er avril 2015 d une prime à la cnversin pur les diesels de plus de 14 ans. De plus, les écnmies d énergie fnt partie des prirités guvernementales de Le prjet de li relatif à la transitin énergétique pur la crissance verte adpté par l Assemblée natinale le 14 ctbre dernier fixe ainsi cmme bjectifs de réduire la cnsmmatin énergétique finale de 50 % en 2050 par rapprt à la référence 2012, en visant un bjectif intermédiaire de 20 % en 2030, et de prter la part des énergies renuvelables à 23 % de la cnsmmatin finale brute d énergie en 2020 et à 32 % de cette cnsmmatin en Le prjet de li a été vté le 3 mars 2015 par le Sénat. La cmmissin mixte paritaire, qui s est réunie le 10 mars 2015, n étant pas parvenu à un accrd, le prjet de li sera réexaminé par l Assemblée natinale et le Sénat, avant d être adpté définitivement prbablement à l été Dnnées statistiques en lien avec les cnsmmatins d énergie Les tableaux ci-dessus synthétisent les dnnées statistiques à furnir pur l'année 2013 en applicatin de l article 24 de la directive 2012/27/UE. Dnnées statistiques sur les cnsmmatins d'énergie (en Mtep) : Cnsmmatin d'énergie primaire brute (hrs cnsmmatin nn énergétique) 250,40 248,04 246,79 Cnsmmatin d'énergie finale brute 156,25 153,47 148,67 Cnsmmatins d'énergie finale sectrielles* : - Cnsmmatin d'énergie finale pur l'industrie* 31,8 32,5 32,3 - Cnsmmatin d'énergie finale pur les transprts* 48,7 49,1 49,3 - Cnsmmatin d'énergie finale pur le secteur résidentiel* - Cnsmmatin d'énergie finale pur le secteur tertiaire* - Cnsmmatin d'énergie finale pur le secteur agricle* Ttal des cnsmmatins d énergie finale sectrielles* 46,9 46,7 46,2 22,1 22,4 22,9 4,6 4,5 4,5 154,1 155,1 155,2 * crrigées des variatins saisnnières

3 Les cnsmmatins brutes d énergie finale et primaire snt en augmentatin en 2013 par rapprt à 2012 ; tutefis, crrigées des variatins climatiques, elles apparaissent en diminutin. Depuis deux ans, la cnsmmatin primaire, crrigée des variatins climatiques, scille autur de 260 Mtep 1. Depuis le décrchage de 2009, la cnsmmatin primaire semble ainsi avir durablement diminué par rapprt au plateau à plus de 270 Mtep atteint avant la crise financière mndiale. La cnsmmatin finale énergétique a baissé de 5 Mtep entre 2008 et 2009, atteignant 155 Mtep. Elle s établit autur de ce seuil pur la cinquième année cnsécutive, et atteint même sn niveau le plus bas, à tut juste 154 Mtep 2. Par rapprt à 2012, elle a ainsi reculé de 0,7 % en 2013, en raisn des cnsmmatins en baisse dans l industrie, le tertiaire et dans une mindre mesure les transprts. La cnsmmatin finale énergétique ne semble plus augmenter désrmais que dans le secteur résidentiel. Dans les transprts, le tertiaire et plus encre l industrie, le muvement de diminutin semble bien entamé. L intensité énergétique finale cntinue ainsi à diminuer, et plus frtement qu en 2012 : elle a ainsi décru de 1 % en Le graphique ci-dessus, issu du prjet Odyssée-Mure 3, permet de décmpser l évlutin de la cnsmmatin d énergie finale de la France entre 2000 et 2012, et mntre que les imprtants vlumes d écnmies d énergie réalisées grâce aux plitiques d efficacité énergétique nt permis de cmpenser les effets liés à la hausse de la démgraphie u à la hausse du PIB : 1 Usages nn énergétiques cmpris 2 Crrigée des variatins climatiques 3 Surce :

4 Cncernant l évlutin des cnsmmatins d énergie finale par secteur, elles snt en augmentatin dans le secteur résidentiel et dans l agriculture : - Résidentiel : la cnsmmatin du secteur résidentiel est en légère hausse de 0,4 % (à cmparer à une hausse du nmbre de ménages de 0,9 %), après 1,0 % en La cnsmmatin finale de prduits pétrliers cntinue de baisser dans le secteur résidentiel en 2013 (- 2,1 %), ainsi que les cnsmmatins de gaz (- 2,9 %). Par cntre, la cnsmmatin d électricité est en augmentatin de 3,1 % par rapprt à Cette hausse s explique en partie par la présence de plus en plus frte de l électricité dans les lgements : la part des résidences principales chauffées à l électricité est passée de 29,6 % en 2006 à 32,0 % en La pénétratin des équipements électrniques y cntribue aussi : par exemple, entre 2005 et 2012, la part des ménages dispsant d un micr-rdinateur est passée de 49,6 % à 75,2 %. - Agriculture : en 2013, la cnsmmatin finale d énergie de l agriculture et de la pêche s établit à 4,62 Mtep, sit une prgressin de 3,6 % par rapprt à L augmentatin est ntamment prtée par les prduits pétrliers (+ 4,2 %), qui représentent tujurs les tris quarts de la cnsmmatin énergétique du secteur. La cnsmmatin d électricité et de gaz a également augmenté (respectivement + 2,4 % et + 1,6 %). Ces hausses snt tutefis plus mdérées qu en Autres indicateurs demandés par la directive : Valeur ajutée brute pur l'industrie 4, en eurs cnstants 2010 (milliards d eurs) 5 251,7 252,6 250,5 Valeur ajutée brute pur les services (y cmpris les transprts), en eurs cnstants 2010 (milliards d eurs) Revenu dispnible des ménages (milliards 1 326, , ,4 d eurs) 7 Nmbre de ménages (milliers) Prduit intérieur brut, en eurs cnstants , , ,0 (milliards d eurs) 9 Prductin brute d'électricité par centrale 34,7 TWh 34,1 TWh 36,2 TWh électrique thermique 10 4 Industrie manufacturière, industries extractives et autres Prductin brute d'électricité par les centrales électriques (y cmpris aut-prducteurs)

5 Prductin brute d'électricité par cgénératin 11 16,7 TWh 22,6 TWh 18,3 TWh Prductin de chaleur par centrale électrique thermique 12 Nn dispnible Nn dispnible Nn dispnible Prductin brute de chaleur par des installatins de cgénératin, y cmpris la chaleur de récupératin d'rigine industrielle 64,6 PJ 73,8 PJ Nn dispnible 13 Cnsmmatin de cmbustible par les centrales 363,2 PJ 349,3 PJ 407,8 PJ électriques thermiques 14 Nmbre de passagers-kilmètres (milliards de pkm) Nmbre de tnnes-kilmètres (milliards de tkm), hrs léducs 988,8 984,9 984,1 328,6 323,7 342,3 Ppulatin (milliers de persnnes) Cnsmmatin de cmbustible par les centrales 196,5 PJ 259,7 PJ 323,0 PJ de cgénératin 16 Pertes dans la transmissin et la distributin de 79,77 Mtep 77,19 Mtep 81,43 Mtep l'énergie Prductin brute d'électricité par les centrales de cgénératin (y cmpris aut-prducteurs) 12 La chaleur fatale issue des centrales thermiques n'est pas cmptabilisée dans les statistiques internatinales (questinnaires AIE et EUROSTAT). La principale est celle des centrales nucléaires (elle représente envirn les deux tiers de l'énergie prduite, cntre seulement un tiers pur l'électricité). Cette vapeur n'étant pas cmmercialisée en France (elle est entièrement dissipée dans l'atmsphère et les fleuves, à la différence de certains pays de l'ue ù elle alimente des réseaux de chauffage urbain) elle n'a dnc pas à être cmptabilisée seln l'aie et EUROSTAT. De plus, la mesure de cette chaleur se heurterait à des difficultés méthdlgiques cncernant les cefficients techniques nécessaires au calcul d une apprximatin. Pur les centrales thermiques classiques (à flamme), la chaleur dégagée est mins imprtante, mais n ne peut pas nn plus pas la mesurer et n ne la cmptabilise pas pur les mêmes raisns. 13 Cnfrmément aux instructins de l'aie, seule la chaleur vendue par les aut-prducteurs est cmptabilisée à partir de 2012 ; la chaleur prduite et aut-cnsmmée par les aut-prducteurs dans le cadre de leur activité industrielle n'est plus prise en cmpte. D'ù la rupture de série, la rétrplatin sur 2011 n'ayant pu être calculée à ce jur (145,8 PJ seln la précédente méthdlgie). 14 Cnsmmatin de cmbustibles par les centrales électriques (hrs cgénératin), y cmpris les autprducteurs d'électricité Y cmpris aut-prducteurs 17 Ce nmbre est un majrant et crrespnd aux «Pertes et ajustements» du bilan de l énergie : ce pste cmprend les pertes de réseau (électricité) et les «ajustements statistiques» par énergie crrespndant à l écart entre le ttal des emplis et le ttal des dispnibilités.

6 Prductin de chaleur à partir de centrales de chauffage urbain ,7 PJ 101,8 PJ 94,0 PJ dnt chaleur livrée 19 89,6 PJ 84,3 PJ 78,4 PJ Cnsmmatin de cmbustible dans les centrales de chauffage urbain ,3 PJ 100,1 PJ 90,7 PJ dnt cnsmmatin de cmbustible dans les centrales de chauffage urbain pur la prductin de chaleur 80,5 PJ 76,3 PJ 66,4 PJ - Ecnmies d énergie réalisées en 2014 au titre de l article 7 de la DEE Cnfrmément à la ntificatin de décembre 2013 relative à l article 7 de la DEE, la France s est fixé au titre de cet article un bjectif annuel de 1,092 Mtep d écnmies d énergie, atteint au travers de la mise en œuvre de certificats d écnmies d énergie, ainsi que de mesures alternatives. Pur l année 2014, les certificats d écnmies d énergie permettent à eux seuls d atteindre 88% de cet bjectif. Les écnmies additinnelles réalisées grâce aux mesures alternatives permettent l atteinte par la France de cet bjectif. Certificats d écnmies d énergie (CEE) En 2014, le vlume de certificats d écnmies d énergie distribués s élève à 149,8 TWh cumac 21, sit, en cnsidérant une durée de vie myenne des actins mises en œuvre de 13,4 ans 22, 11,2 TWh sur un an, sit envirn 0,96 Mtep. Ce résultat est supérieur à la cible que la France s était fixée pur 2014 (97 TWh cumac) dans sa ntificatin de décembre Une mntée en puissance du dispsitif est de plus attendue, avec le démarrage au 1 er janvier 2015 de la 3 e péride de certificats (bjectif ntifié de 171 TWh cumac en 2015). Les graphes ci-dessus décrivent la répartitin sectrielle des écnmies d énergie réalisées en 2014 au travers d pératins standardisées (représentant 138 TWh cumac d écnmies d énergie) : 18 Prductin de chaleur estimée, tutes surces d énergie cnfndues (interne u externe au réseau), ce qui explique que la prductin de chaleur est supérieure aux cnsmmatins de cmbustibles dans les centrales de chauffage urbain prprement dites 19 Chaleur livrée en sus-statin, déclarée par les réseaux de chaleur (nn estimée) 20 Cnsmmatin de charbn, gaz naturel, fiul, GPL, bimasse slide (hrs déchets urbains), par les réseaux de chaleur pur la prductin de chaleur et d électricité (par cgénératin) 21 Surce : registre natinale des CEE (www.emmy.fr) 22 Durée myenne bservée lrs de la secnde péride du dispsitif des CEE, cnfrmément à la ntificatin de décembre 2013 relative à l article 7

7 Mesures alternatives Cnfrmément à la ntificatin de décembre 2013, la France a également recurs à des mesures alternatives au dispsitif des CEE, afin d atteindre sn bjectif au titre de l article 7. Parmi celles-ci, le crédit d impôt pur la transitin énergétique (CITE) et l éc-prêt à taux zér, nt favrisé les rénvatins énergétiques, sans qu il sit pssible néanmins de quantifier à ce stade les écnmies d énergie induites par ces dispsitifs et qui ne snt pas déjà prises en cmpte. Tutefis, il est pssible d indiquer que la dépense fiscale liée au CITE s est élevée à 620 M en 2014 (au titre des revenus 2013). D après les dernières dnnées dispnibles cncernant les équipements financés, n estime ntamment que chaudières à cndensatin éligibles au crédit d impôt nt été vendues en 2009, de même que pmpes à chaleur géthermiques. En 2012, le nmbre d islatins thermiques des paris paques réalisées dans le cadre du crédit d impôt est estimé à pur les titures et à pur les murs. Quant à l éc-ptz, le nmbre définitif de prêts ctryés en 2014 n est pas encre dispnible, mais il d res et déjà pssible d indiquer que prêts nt été émis sur les 3 premiers trimestres L assiette carbne aménagée au sein de la TICPE (taxe intérieure de cnsmmatin sur les prduits énergétiques) est également un vecteur d écnmies d énergie : dès 2014, tris prduits sumis à accises (le gaz naturel, le fuel lurd et le charbn), cmparativement les mins taxés par rapprt à leur cntenu carbne, nt vu leur niveau de taxatin augmenter, à raisn de 7 /tco 2. Par ailleurs, cmme mentinné dans la première partie du rapprt, le versement d une prime aux pérateurs d effacement électrique a fait l bjet d un décret paru en juillet Les passeprts énergétiques et le fnds de garantie pur la rénvatin énergétique ne snt pas encre entrés en vigueur en 2014 : ces mesures snt prévues dans la li relative à la transitin énergétique pur la crissance verte qui devrait être adptée à l été Surce SGFGAS : https://www2.sgfgas.fr/presentatin/stats/epz/epz_emissins.pdf

8 Quant à l éc-taxe pids lurds, elle a été abandnnée en ctbre 2014 sus le frmat initialement envisagé. Une taxe supplémentaire de 2 centimes d eur par litre sur le gazle a été instituée, s ajutant aux 2 centimes par litre liés à la mise en place de la taxe carbne. - Ecnmies d énergie réalisées en 2015 au titre de l article 5 Dans sa ntificatin de transpsitin de l article 5 fin 2013 (chix de l apprche alternative), la France met en avant les 3 leviers d actin suivants : Les travaux sur l envelppe et les équipements des bâtiments Les actins liées à la gestin des équipements et aux ccupants (cmprtements) La réductin des surfaces ccupées par les services de l Etat Cncernant les travaux réalisés en 2014, le dcument de plitique transversale «lutte cntre le changement climatique» 24 permet de dresser un état des lieux des principales lignes budgétaires de l Etat crrespndant à des pératins de rénvatins énergétiques u à la cnstructin de bâtiments neufs perfrmants (cf tableau ci-dessus). A titre d exemple, le prgramme 309 relatif à l entretien des bâtiments de l Etat cmprend des cûts liés à la réalisatin d audits, d pératins de maintenance et de travaux lurds. Prgramme budgétaire Crédits de paiements 2014 ( ) Gendarmerie natinale (152) Sécurité civile (161) Justice judiciaire (166) Plice natinale (176) Sutien de la plitique de la défense (212) Sutien de la plitique de l éducatin natinale (214) Administratin territriale (307) Entretien des bâtiments de l Etat (309) Ttal En l absence de clef de répartitin précise pur chaque prgramme, il est difficile de différencier, au sein d un prgramme budgétaire dnné, la part des crédits alluée à la cnstructin neuve (part des dépenses assciée à la haute perfrmance énergétique de ces cnstructins) et celle des mntants cnsacrés aux rénvatins énergétiques. Néanmins, le mntant ttal d envirn 97 M précité (se basant sur les dépenses des principaux prgrammes immbiliers de l Etat) est nettement supérieur à la furchette de 50 à 80 M annuels mentinnés dans la ntificatin de fin 2013, et mntre que la France hnre les bjectifs qu elle s est fixés en matière de rénvatin énergétique de bâtiments guvernementaux, sit une écnmie d énergie annuelle de l rdre de 413,5 GWhep/an cmme indiqué dans la ntificatin. S agissant des cmprtements, à défaut d un panrama exhaustif des actins menées, il est pssible de citer quelques exemples de prjets menés à bien en Par exemple le ministère de l éclgie, du dévelppement durable et de l énergie et le ministère du lgement 24

9 et de l égalité des territires nt publié cnjintement à l été 2014 une brchure de sensibilisatin sur l écattitude afin d inciter leurs agents à adpter les bns gestes pur écnmiser l eau et l énergie, éviter le gaspillage alimentaire u encre revir leurs mdes de déplacement. Depuis 2013, tus les services de ces ministères snt équipés de salles de visicnférence (205 au ttal). Une nuvelle instructin relative à l Etat exemplaire a été signée par le Premier Ministre le 17 février 2015 : elle prévit ntamment que l ensemble des ministères établirnt un «plan ministériel d administratin exemplaire» pur la péride d ici le 30 juin Enfin, cncernant la réductin des surfaces ccupées par les services de l Etat, les dnnées relatives aux surfaces cédées en 2014 ne snt pas dispnibles dans des délais cmpatibles avec les exigences de la directive.

10 Annexe : détail des textes réglementaires adptés en 2014 Parutin des textes réglementaires permettant l entrée en vigueur le 1 er janvier 2015 de la trisième péride de certificats d écnmies d énergie, dtée d un bjectif d écnmies d énergie de 700 TWh cumac sur la péride , sit un dublement de l ambitin de la deuxième péride : Décret n du 22 décembre 2014 mdifiant le décret n du 29 décembre 2010 fixant les mdalités de mise en œuvre du dispsitif des certificats d écnmies d énergie Décret n du 29 décembre 2014 relatif aux bligatins de la trisième péride du dispsitif des certificats d écnmies d énergie Arrêté du 4 septembre 2014 fixant la liste des éléments d une demande de certificats d écnmies d énergie et les dcuments à archiver par le demandeur Arrêté du 11 décembre 2014 fixant le mntant des frais de tenue de cmpte du registre natinal des certificats d écnmies d énergie Arrêté du 22 décembre 2014 définissant les pératins standardisées d écnmies d énergie Arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux mdalités d applicatin de la trisième péride du dispsitif des certificats d écnmies d énergie Audit énergétique rendu bligatire pur les grandes entreprises, en applicatin de l article 8 de la DEE : parutin des derniers textes réglementaires nécessaires à la mise en œuvre de cette mesure : Décret n du 24 nvembre 2014 relatif aux mdalités d applicatin de l audit énergétique prévu par le chapitre III du titre III du livre II du cde de l énergie Arrêté du 24 nvembre 2014 relatif aux mdalités d applicatin de l audit énergétique prévu par le chapitre III du titre III du livre II du cde de l énergie Analyse cûts-avantages pur les installatins génératrices de chaleur fatale rendue bligatire en applicatin de l article 14 de la DEE, afin d évaluer l'pprtunité de valriser cette chaleur fatale à travers un réseau de chaleur u de frid : Décret n du 14 nvembre 2014 visant à transpser l article 14.5 de la directive 2012/27/UE relatif au raccrdement d installatins prductrices d énergie fatale à des réseaux de chaleur u de frid

11 Arrêté du 9 décembre 2014 précisant le cntenu de l analyse cûts-avantages pur évaluer l pprtunité de valriser de la chaleur fatale à travers un réseau de chaleur u de frid ainsi que les catégries d installatins visées Valrisatin des effacements de cnsmmatin sur les marchés de l'énergie (cf article 15 de la DEE) : Décret n du 3 juillet 2014 relatif aux effacements de cnsmmatin d'électricité Renfrcement du CITE (Crédit d impôt pur la transitin énergétique), entré en vigueur au 1 er septembre 2014, avec un taux unique de réductin d impôt de 30 % : Article 3 de la li n du 29 décembre 2014 de finances pur 2015 Aménagement de l éc-ptz : la respnsabilité d'attester l'éligibilité des travaux de rénvatin des lgements à la réglementatin de l'éc-ptz est transférée aux entreprises qui réalisent ces travaux ; les justificatifs transmis par l'emprunteur divent faire apparaître les travaux induits ; le régime de sanctins administratives en cas de manquement par les entreprises à leurs bligatins est mdifié : Décret n du 2 décembre 2014 relatif aux avances rembursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénvatin afin d'amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Décret n du 2 décembre 2014 relatif aux avances rembursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénvatin afin d'amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Arrêté du 16 juillet 2014 mdifiant l arrêté du 30 mars 2009 relatif aux cnditins d applicatin de dispsitins cncernant les avances rembursables sans intérêts destinées au financement de travaux de rénvatin afin d amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens et mdifiant l arrêté du 25 mai 2011 relatif à l applicatin en utre-mer de dispsitins cncernant les avances rembursables sans intérêts destinées au financement de travaux de rénvatin afin d amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Arrêté du 2 décembre 2014 mdifiant l'arrêté du 30 mars 2009 relatif aux cnditins d'applicatin de dispsitins cncernant les avances rembursables sans intérêt destinées au financement de travaux de rénvatin afin d'amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Arrêté du 2 décembre 2014 mdifiant l arrêté du 25 mai 2011 relatif à l applicatin en utre-mer de dispsitins cncernant les avances rembursables sans intérêts destinées au financement de travaux de rénvatin afin d amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens

12 Arrêté du 22 décembre 2014 mdifiant l arrêté du 25 mai 2011 relatif à l applicatin en utre-mer de dispsitins cncernant les avances rembursables sans intérêts destinées au financement de travaux de rénvatin afin d amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Ec-cnditinnalité : à cmpter du 1 er janvier 2015, le recurs à un prfessinnel prtant la mentin RGE, "recnnu garant de l'envirnnement", sera nécessaire pur bénéficier du CITE u de l éc-ptz : Décret n du 16 juillet 2014 sur l éc-cnditinnalité des aides publiques destinées aux travaux de rénvatin énergétique Arrêté du 16 juillet 2014 relatif aux critères de qualificatins requis pur le bénéfice du crédit d'impôt dévelppement durable et des avances rembursables sans intérêts destinées au financement de travaux de rénvatin afin d'amélirer la perfrmance énergétique des lgements anciens Arrêté du 19 décembre 2014 définissant les cahiers des charges des frmatins relatives à l efficacité énergétique et à l installatin d équipements de prductin d énergie utilisant une surce d énergie renuvelable Evlutin du bnus-malus éclgique : le système bnus malus vise à récmpenser, via un bnus, les acquéreurs de vitures neuves émettant le mins de CO 2, et à pénaliser, via un malus, ceux qui ptent pur les mdèles les plus plluants. Le barème du bnus évlue à cmpter du 1 er janvier 2015 ; le barème de malus n a quant à lui pas été mdifié pur l année 2015 : Décret n du 27 juin 2014 mdifiant le décret n du 26 décembre 2007 instituant une aide à l'acquisitin des véhicules prpres Décret n du 30 décembre 2014 instituant une aide à l'acquisitin et à la lcatin des véhicules peu plluants Arrêté du 30 décembre 2014 relatif aux mdalités de gestin de l'aide à l'acquisitin et à la lcatin des véhicules peu plluants

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 28 avril 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Rapprt annuel 2016, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Énergétique (DEE) Le présent rapprt a pur bjet, cnfrmément à la directive eurpéenne

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Présentatin des utils de maitrise de l énergie à dispsitin des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Immbilier Durable Energie Carbne Frmatin Sinte Statut Sinte est un cabinet de cnseil et d ingénierie spécialisé

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Atelier : la maitrise des charges de chauffage

Atelier : la maitrise des charges de chauffage Atelier : la maitrise des charges de chauffage Thibaut Debeauvais, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin», ARC 19/10/2015 1 L Assciatin des Respnsables de Cprpriété 14 000 cprpriétés adhérentes Une

Plus en détail

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité

Régime d aide, exempté de notification, en faveur de la participation des producteurs de produits agricoles à des systèmes de qualité Décembre 2015 Régime d aide, exempté de ntificatin, en faveur de la participatin des prducteurs de prduits agricles à des systèmes de qualité En applicatin du règlement (UE) n 702/2014 de la Cmmissin du

Plus en détail

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION

24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 24 JUIN 2015 APPEL D OFFRES BILANS EVALUATIFS DES FONDS REGIONAUX DE GARANTIE ET D INNOVATION 1. Type de prcédure Cette prcédure est un marché privé, passé en appel d ffres uvert à l issue de laquelle

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-3 : PAR LA CREATION D ACTIVITES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-3 : PAR LA CREATION D ACTIVITES FORMATIONS PROFESSIONNELLES AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-3 : FORMATIONS PROFESSIONNELLES A LA CREATION REPRISE D ENTREPRISES ACCORD CADRE DU CONSEIL REGIONAL 1 Pririté d investissement

Plus en détail

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014 01/2010 05/2010 09/2010 01/2011 05/2011 09/2011 01/2012 05/2012 09/2012 01/2013 05/2013 09/2013 01/2014 05/2014 09/2014 Inflatin (%) COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 7 nvembre 2014 Indice des prix à

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... DIVERS... p. 5 Nouveaux plafonds livret A p. 5 Comptes courants d associés... p. 5. LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... DIVERS... p. 5 Nouveaux plafonds livret A p. 5 Comptes courants d associés... p. 5. LES INDICES... p. 5 Janvier 2013 Vtre réussite, ntre satisfactin Bureau de Belleville : Bureau de Vnnas Bureau de Trevux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du cls 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66 11

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE Frmatin «Référent Energie» PACK 1 : «Efficacité énergétique liée au prcess» PACK 2 : «Efficacité énergétique liée au bâti» 4 Jurs 3 Jurs 3 Jurs PACK 3 : «Efficacité

Plus en détail

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE

4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA FRANCE 4 NOVEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE FRANÇAISE France Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 63,9 PIB (en G$ US curants) 2 846,9 PIB par habitant (en $ US curants) 44 538,1 Taux de

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES

APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES APPEL A PROJETS ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION D ENTREPRISES Prgramme pératinnel FEDER/FSE Franche-Cmté et Massif du Jura 2014-2020 Axe 1 Objectif spécifique 1.3 (OT3, Ip 3a) Ouverture de l appel à prjets

Plus en détail

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant.

C est en 2007 qu a été établie la première réglementation thermique sur l existant. Aide à la cnceptin C est en 2007 qu a été établie la première réglementatin sur l existant. Objectif principal : Faire diminuer les dépenses énergétiques et les émissins de gaz à effet de serre. Respnsabilité

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.)

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.) SIVOM DE GAMACHES 15, Place du Maréchal Leclerc DELEGATION DE SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C.) Objet du marché Délégatin de Service Public d assainissement du SIVOM de Gamaches

Plus en détail

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 Paris, le 13 nvembre 2013 NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 NEW DEAL, UN PLAN DE TRANSFORMATION REUSSI : UNE ENTREPRISE RENTABLE ET SOLIDE FINANCIEREMENT AVEC DES FRANCHISES FORTES NEW FRONTIER,

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 21 NOVEMBRE 2013 POINT FINANCES Drits de virie, fire à la bricle et turnages de films Tarifs 2014 EXPOSE DES MOTIFS Dans le cadre de l'élabratin du budget primitif 2014,

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE»

AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» AIDE A L INNOVATION RESPONSABLE CAHIER DES CHARGES ET REGLEMENT DE L APPEL A PROJETS «INNOVATION RESPONSABLE ET BATIMENT DURABLE» Le texte et le dssier de candidature à cet appel à prjets snt téléchargeables

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Nouveau dispositif

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Nouveau dispositif Le Crédit d Impôt pur la Cmpétitivité et l Empli (CICE) Nuveau dispsitif Entré en vigueur le 1 er janvier 2013, le Crédit d Impôt pur la Cmpétitivité et l Empli (CICE) est une mesure fiscale qui cncerne

Plus en détail

L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE. Objectif(s) : Détermination du seuil de rentabilité, Détermination du point mort.

L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE. Objectif(s) : Détermination du seuil de rentabilité, Détermination du point mort. L'ANALYSE DE L'ACTIVITE - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Déterminatin du seuil de rentabilité, Déterminatin du pint mrt. Tableau de résultat différentiel. Principes, Exemples

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

Réunion des entreprises d énergies renouvelables

Réunion des entreprises d énergies renouvelables Discurs de Mme Séglène Ryal Ministre de l Éclgie, du Dévelppement durable et de l Énergie Paris, le vendredi 16 janvier 2015 Réunin des entreprises d énergies renuvelables Mesdames et Messieurs, les chefs

Plus en détail

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle

Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle Vers une Assemblée Natinale du XXIème siècle Le Plan d actin de l Assemblée Natinale pur le Partenariat pur un guvernement uvert Préface du Président de l Assemblée Natinale, Claude Bartlne Parallèlement

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE PHALSBOURG REGLEMENT DE FACTURATION DE LA REDEVANCE INCITATIVE Vté en cnseil cmmunautaire le 26 mars 2012 SOMMAIRE Article 1 : Objet du présent règlement... 3 Article

Plus en détail

Synthèse sur les services d assainissement collectif du département du Maine-et-Loire

Synthèse sur les services d assainissement collectif du département du Maine-et-Loire Rapprt annuel PREFET DE MAINE-ET-LOIRE Directin Départementale des Territires Synthèse sur les services d assainissement cllectif du département du Maine-et-Lire Cpyright 1996-2010 Diadème Ingénierie et

Plus en détail

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine Cnventin de prestatins de services pur l accmpagnement à l efficacité énergétique du patrimine N La cnventin suivante est passée entre : La Cmmune/Cllectivité de représentée par dûment habilité(e) à la

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Crédit Habitation Souple

Crédit Habitation Souple Crédit Habitatin Suple Annexe Syllabus crédit habitatin BNP Paribas Frtis Last update : 12/08/2014 Erik Haezebruck 1 Cntenu Table des matières Page Descriptin 3 I. Suplesse au début du crédit 1. Le taux

Plus en détail

MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES

MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES Unin des Grupements de Prducteurs de Viande de Bretagne Inf INVESTISSEMENTS N 13 - Mars 2011 MISES AUX NORMES BIEN-ETRE EN PONDEUSES MODALITES D AIDE AUX ELEVEURS DE PONDEUSES EN CAGES NON AMENAGEES EN

Plus en détail

Règlement d attribution de l aide à l accession à la propriété de la Communauté de l Auxerrois

Règlement d attribution de l aide à l accession à la propriété de la Communauté de l Auxerrois Règlement d attributin de l aide à l accessin à la prpriété de la Cmmunauté de l Auxerris p. 1/8 ARTICLE 1 : Objet du présent règlement Le présent règlement définit les mdalités d attributin de l aide

Plus en détail

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois Résultats du Grupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pur les 9 premiers mis Retur à la rentabilité de Natixis et du Grupe BPCE au 3 e trimestre : Bénéfice net de 447 millins d eurs Bnnes perfrmances pératinnelles

Plus en détail

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013

ACAT France. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 ACAT France ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PORTBAIL, 5-6 avril 2014 RAPPORT FINANCIER SUR LES COMPTES DE L ANNÉE 2013 On examinera successivement le résultat, les prduits, les charges et la trésrerie de l ACAT-France.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Vu les statuts actuels de la Communauté d agglomération de saintes et notamment son article 6 I 3 ) a).

Vu les statuts actuels de la Communauté d agglomération de saintes et notamment son article 6 I 3 ) a). REGLEMENT D ATTRIBUTION DES SUBVENTIONS AUX PROJETS DE PRIMO ACCESSION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE SAINTES Vu l arrêté préfectral n -34-DRCTE-B du 8 décembre 0 prnnçant la fusin-extensin entre

Plus en détail

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier?

1. Quels sont les principaux apports de la MIF pour le particulier? 22 ctbre 2007 EN PRATIQUE : 10 QUESTIONS REPONSES SUR LA MIF 1. Quels snt les principaux apprts de la MIF pur le particulier? 2. Quels prduits snt cncernés? 3. En qui cnsiste l évaluatin du client? 4.

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques :

Sur la fiche de poste de travail vous reprenez au moins les informations suivantes sur base de l analyse des risques : Manuel de rédactin de la fiche de pste de travail En exécutin de l AR du 15/12/2010 fixant des mesures relatives au bien-être au travail des intérimaires Objectif de la fiche de pste de travail : En tant

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune

La Communauté d agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe La Commune Cnventin entre la CREA et la Cmmune de.. pur la valrisatin des Certificats d Ecnmies d Energie durant le prlngement de la 2 ème péride du dispsitif La Cmmunauté d agglmératin Ruen Elbeuf Austreberthe La

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé Pint d infrmatin 22 ctbre 2009 Feuilles de sins papier u électrniques? Les pratiques des médecins et des prfessinnels de santé L an dernier 1, les caisses d Assurance Maladie nt reçu plus de 1,1 milliard

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE

VEILLE REGLEMENTAIRE VEILLE REGLEMENTAIRE Préambule La maîtrise de l énergie est essentielle en raisn de la raréfactin des ressurces fssiles, de l augmentatin du prix de l énergie, de la lutte cntre le changement climatique.

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS POUR LES RADIOS LOCALES Entre : Le Département des Yvelines, représenté par M. Alain SCHMITZ, Président du Cnseil Général, agissant en cette qualité en vertu d une délibératin

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014

AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE POUR LES PARTICULIERS CAHIER DES CHARGES 2014 Versin en date du 27 mars 2014 Smmaire SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 1. Objectifs... 4 2. Descriptin de l Audit énergétique... 4 3. Mdalités

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

FINANCEMENT DES PME. Point de situation

FINANCEMENT DES PME. Point de situation FINANCEMENT DES PME Pint de situatin L ACCES AU CREDIT EN QUELQUES CHIFFRES - Une enquête trimestrielle a été réalisée par la Banque de France 1 auprès des banques sur la distributin du crédit en janvier

Plus en détail

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion

Tableau de bord de gestion - SISP Article 74 du Contrat de gestion : Transmission du tableau de bord de gestion Article 74 du Cntrat de gestin : Transmissin du tableau de brd de gestin Pur permettre à la SISP et à la SLRB de suivre la réalisatin des missins du cntrat de gestin de niveau 2, la SISP cmplète et transmet

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 2003 03 69 0223 Catégrie : C* Dernière mdificatin : 07/01/16 TITRE DU CQPM : Chargé(e) de maintenance industrielle 1. Objectif

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016

Contrat de formation professionnelle SAISON 2015-2016 ENTRE LES SOUSSIGNÉS : L ORGANISME DE FORMATION Assciatin Human Music 80 rue prt byer 44 300 Nantes Représentée par Julien Bertex, respnsable des frmatins N de déclaratin d activité : 52 44 0749744 N de

Plus en détail

LOI de finances 2009

LOI de finances 2009 La chaîne 100 % cmpta-finance SynthèsE LOI de finances 2009 www.cmptalia.tv Ce dcument est la prpritété exclusive de Cmptalia.tv ; tute utilisatin autre que persnnelle devra faire l'bjet d'une demande

Plus en détail

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES

PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX SYNTHÈSE DES PROGRAMMES OCTOBRE 2015 PROGRAMMES DE CRÉDIT D IMPÔT POUR LES CENTRES FINANCIERS INTERNATIONAUX (CFI) CRITÈRES D ADMISSIBILITÉ

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

Solevia patrimoine EN BREF

Solevia patrimoine EN BREF Slevia patrimine Chercher à valriser vtre patrimine, cmpléter vs revenus u encre ptimiser vtre transmissin avec slevia patrimine. EN BREF Slévia patrimine est un cntrat d assurance vie de type multisupprt

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président. COMM. IK COUR DE CASSATION Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président Purvi n B 12-29.190 Arrêt n 13 F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES

BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES BROCHURE 9 QUESTIONS POUR MIEUX COMPRENDRE LE REGIME DE LA FRANCHISE DE TAXE POUR LES PETITES ENTREPRISES Service Public Fédéral FINANCES Secteur TVA Avril 2016 AVANT-PROPOS Le régime de la franchise de

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

Qualité de vie au travail

Qualité de vie au travail Qualité de vie au travail Définitin, méthde et calendrier Les cnditins d exercice des missins des agents publics, leurs métiers et l rganisatin des services nt beaucup évlué en l espace d une décennie.

Plus en détail

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation.

N Titre. Dans la présente Instruction, le terme «Marges» couvre la notion de risque de négociation. N Titre LCH.Clearnet SA Instructin V.4-1 COUVERTURES DES TRANSACTIONS DE PENSIONS LIVREES TRIPARTITES (Méthde de calcul des Cuvertures) CHAPITRE 1 CHAMP D APPLICATION Article 1 Dispsitins générales Dans

Plus en détail

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi

Zoom sur La base de données économiques et sociales instaurée par la loi de sécurisation de l'emploi Zm sur La base de dnnées écnmiques et sciales instaurée par la li de sécurisatin de l'empli Juillet 2014 I. Une transparence renfrcée via la mise en place d une base de dnnées écnmiques et sciales 1 II.

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Fiche action N 10 : Observation du secteur de l habitat, suivi, évaluation et pilotage du PLH

Fiche action N 10 : Observation du secteur de l habitat, suivi, évaluation et pilotage du PLH Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 10 : Observatin du secteur de l habitat, suivi, évaluatin et piltage du PLH ENJEUX - Cnnaître les évlutins

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X

Recommandation n 2009-131/PG. relative à la saisine de Monsieur D. du 29 septembre 2008 concernant un litige avec le fournisseur X Réf. 480718-265507592/FF Recmmandatin n 2009-131/PG relative à la saisine de Mnsieur D du 29 septembre 2008 cncernant un litige avec le furnisseur X Thème : / Mts clefs : * * * * La saisine Le médiateur

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE

LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE mars 2014 LOI POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE DISPOSITIONS RELATIVES A LA TRANSACTION-VENTE La li n 2014-366 du 24 mars 2014 pur l accès au lgement et un urbanisme rénvé (ALUR) est parue

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE

REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE REGLEMENT D INTERVENTION REGIONAL RELATIF AU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL DES ENTREPRISES AQUITAINES ANNEXE 1 SOMMAIRE REGLEMENT D INTERVENTION Entreprises ciblées et prirités réginales Présentatin des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail