SomMaire. Edito p 05. Présentation du budget par politiques publiques et par territoires. Les chiffres clés du budget p 36. p 07.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SomMaire. Edito p 05. Présentation du budget 2015. par politiques publiques et par territoires. Les chiffres clés du budget p 36. p 07."

Transcription

1 chiffres clés du budget 2015

2 SomMaire Edito p 05 Présentation du budget 2015 Répartition DU budget par politiques publiques et par territoires p 07 p 22 Les chiffres clés du budget p 36 3

3 Edito Avec le budget prévisionnel 2015, l équipe municipale s engage, en ce début de mandat, dans la mise en œuvre du programme municipal, pour une ville attentive à chacun, agréable pour tous, créative et tournée vers l avenir. pierre de saintignon 1 er Adjoint délégué aux finances dominique Picault Adjointe déléguée au budget La préparation du budget 2015 intervient dans un contexte budgétaire national inédit qui associe les collectivités territoriales à l effort national de redressement des comptes. Dans le cadre du Pacte de confiance et de responsabilité du 16 juillet 2013, une baisse des dotations de l Etat aux collectivités territoriales est prévue sur trois ans pour un montant total de 11 milliards d'euros. Pour la Ville de Lille, le désengagement de l Etat devrait représenter 9 millions d euros en 2015, correspondant à la fois à une baisse des dotations et à des dépenses supplémentaires pour la Ville qui font suite à la mise en œuvre de décisions nationales dont le coût n est que partiellement compensé. Dans ce contexte, le budget prévisionnel 2015 est un budget raisonnable, conforme à nos engagements. Un budget raisonnable parce qu il concilie exigence du service rendu aux lillois et préservation des grands équilibres financiers. La situation financière de la Ville est saine. La responsabilité budgétaire continuera de caractériser notre gestion. Elle nous conduit à rechercher et à trouver des équilibres entre les dépenses et les recettes pour garantir un autofinancement pérenne en soutien de notre ambition pour notre ville. Nous avons dû prendre la difficile décision d augmenter la taxe foncière. Malgré cette augmentation, Lille restera parmi les grandes villes de plus de habitants où le montant moyen de l impôt foncier par habitant est parmi les plus faibles. Un budget conforme à nos engagements. Nous souhaitons continuer à apporter un haut niveau de services aux Lillois, Hellemmois et Lommois. Après un précédent mandat bâtisseur, avec un fort élan donné à l investissement qui a permis la métamorphose profonde des quartiers, nous poursuivons nos actions pour l année 2015 autour de 4 grandes priorités : l éducation (21 % des dépenses, soit 89 M ), la transformation et l urbanisation de nos quartiers (18 % de nos dépenses, soit 75 M ), les actions de proximité et de solidarité (13 % des dépenses, soit 55 M ) et la préservation et l entretien de notre patrimoine (11 % des dépenses globales, soit 48 M ). Grâce à la poursuite d une gestion rigoureuse, l évolution du budget de la Ville sera maîtrisée. Le budget prévisionnel 2015 toutes sections confondues, s élève à 476 M. Il intègre un niveau de réalisations en investissement de 75 M. Elaboré dans la concertation, il nous permettra de mettre en œuvre les engagements que nous avons pris devant les Lillois, Hellemmois et Lommois, en faveur des politiques de proximité au service de la qualité de vie de tous les habitants. 5

4 Fonctionnement présentation DU budget Montant total du budget A / Le Fonctionnement Recettes 476 M Face à une baisse sans précédent des dotations de l Etat, la Ville poursuit sa maîtrise des dépenses de fonctionnement courantes, maintient ses investissements et préserve ses grands équilibres financiers en augmentant son épargne brute (39,5 M en 2015). Ces efforts de gestion sont d autant plus importants que la Ville devra faire face à des dépenses réglementaires qui s imposent à elle. 368 M Impôts et taxes 241 Dotations et subventions 97,7 Produits des services et du domaine (tarifs) 18,3 Autres produits de gestion courante 9 Recettes diverses 2 Répartition des recettes de fonctionnement : en millions d'euros Pour la première fois et si l on raisonne hors fiscalité, les recettes de fonctionnement sont en baisse par rapport au budget précédent. Les dotations de l Etat, qui représentent 21,7 % des recettes de fonctionnement en 2014, devraient connaître une baisse de 5,9 % par rapport au budget précédent. Dans ce contexte de contraintes fortes, le recours à la fiscalité est nécessaire au maintien des politiques publiques et, de manière révisée, à un bon niveau d investissements. Une augmentation de 10,5 % de la taxe foncière, préservée jusqu ici à son niveau de 2001, est prévue. Malgré cette hausse, pour un ménage (ou foyer) moyen, en incluant la TEOM (Taxe d Enlèvement des Ordures Ménagères) la contribution moyenne de taxe foncière qui passera de 848 à 938, restera parmi les plus faibles des grandes villes de plus de habitants. 7

5 Fonctionnement Fonctionnement Dépenses 328,5 M Charges de personnel 191,3 Charges à caractère général (achats) 70,3 Subventions et participations, dont subventions aux associations 40,4 Dotations aux communes associées 12,3 Charges financières (intérêt des emprunts) 11,7 Charges exceptionnelles 2,1 Autres 0,4 Si l on neutralise ces augmentations, l évolution des dépenses de fonctionnement est ramenée à 1,59 % dont près de 0,9 % au titre du GVT (Glissement Vieillesse Technicité). Cette bonne maîtrise de la masse salariale repose sur une croissance contenue des effectifs de l ordre de + 0,5 % de 2008 à La mise en œuvre du protocole d accord signé en juillet 2009 avec les organisations syndicales se poursuit avec notamment les mesures en faveur du maintien du pouvoir d achat des agents et de la formation. Il résulte de cette maîtrise que la part des dépenses de personnel dans les dépenses globales reste stable à hauteur de 58,24 %. En 2015, la Ville poursuivra sa politique d achat maîtrisée. L évolution des achats hors opérations équilibrées, rythmes scolaires et fluides, sera de - 1,2 %, avec un objectif d économies de 2,5 M. en millions d'euros Répartition des dépenses de fonctionnement : Auberge de jeunesse, Crèche et Centre d'innovations socio-économiques (Porte de Valenciennes) Koca Time Lapse Premier poste budgétaire, les dépenses de personnel sont contenues à une progression de 2,88 % mais cette évolution est essentiellement liée à des décisions nationales. En effet, le budget 2015 absorbera le coût des mesures réglementaires nationales, qui étaient attendues par nos agents et qui sont pleinement justifiées : + 2,4 M dont 1,5 M de dépenses liées au décret n du 29 janvier modifiant les dispositions indiciaires applicables aux agents de la catégorie C et de la catégorie B de la fonction publique territoriale ; à cela s ajoute 0,5 M de hausse des cotisations CNRACL. 8

6 Fonctionnement Lille Lomme Hellemmes : Budget primitif 2015 (en M ) 10 11

7 Investissement Investissement B / Investissement Dépenses Recettes 148 M 108,5 M Dont : Dont : Dépenses d équipement 88,3 Remboursement du capital de la dette hors revolving 28,4 en millions d'euros Emprunts nouveaux hors revolving 53,3 Subventions reçues 9 Fonds divers dont F.C.T.V.A (reversement de TVA sur les investissements) 10,9 Cessions (terrains, bâtiments ) 6 Répartition des dépenses d'investissement (hors revolving) : En 2015, l épargne brute prévisionnelle devrait être de 39,5 M. en millions d'euros Répartition des recettes d'investissement (dont épargne brute et hors revolving) : Poursuite d un haut niveau d investissement en 2015 : 376 /hab Après un mandat exceptionnellement bâtisseur (en moyenne 389 /habitant dans le précédent mandat contre 336 /habitant pour les communes de plus de habitants), la Ville de Lille prévoit d amorcer une décélération de ses investissements qui resteront néanmoins à un niveau annuel moyen élevé, tout en maîtrisant son niveau d endettement dans le mandat. Pour 2015, le remboursement en capital de la dette (hors revolving) est en baisse de 5,5 % grâce à une gestion active de la dette. Les recettes propres telles que les cessions, le Fonds de Compensation de la TVA, les subventions et participations ainsi que l épargne (33 %) représentent 55 % du financement des dépenses d équipement

8 les éléments - clés à retenir un effort sans précédent... C / Les éléments - clés à retenir D / Un effort sans précédent demandé aux collectivités territoriales Une volonté de poursuivre la maîtrise de nos dépenses de fonctionnement avec une évolution limitée à +1,89 % (hors opérations équilibrées). Un endettement maîtrisé de la Ville autour de 404 M fin 2015 hors revolving. La poursuite de la recherche de recettes dynamiques (subventions, politique tarifaire adaptée, cessions...) pour compenser la baisse des recettes en provenance de l Etat. Le maintien d investissements conséquents, avec 88 M de dépenses d équipement prévisionnelles, dont 75 M de réalisation effective. Le budget s inscrit dans un contexte budgétaire national inédit qui associe les collectivités territoriales à l effort national de redressement des comptes. Dans le cadre du Pacte de confiance et de responsabilité du 16 juillet 2013, une baisse des dotations de l Etat aux collectivités territoriales est prévue sur trois ans pour un montant total de 11 milliards d'euros. En plus des baisses de dotations annoncées, les collectivités locales doivent assumer des dépenses résultant de décisions nationales et qui ne sont que partiellement compensées. Au total, de 2008 à 2014, le désengagement de l Etat se chiffre à 20 M pour la Ville de Lille. Ce montant recouvre à la fois des dépenses supplémentaires, à hauteur de 13 M, et des recettes en moins, à hauteur de 7 M. Pour donner une échelle de comparaison, le budget de fonctionnement de la Ville en 2014 s élève à 321 M et les dotations de l Etat représentaient environ 77 M par an (24 %). Pour 2015, l écart va encore se creuser et se chiffrerait à 9 M supplémentaires dont : - 4,2 M au titre de la baisse des dotations de l Etat avec une baisse de la DGF de 6,4 M, compensée partiellement par une augmentation des dotations de péréquations (DSU, DNP) à hauteur de 2,2 M ; - 2,4 M pour les mesures réglementaires en matière de ressources humaines avec notamment l impact d 1,5 M de la revalorisation des catégories C, et l effet CNRACL (0,5 M ) ; - impact de 1,5 M pour la réforme des rythmes scolaires (en charge nette). Par ailleurs, le désengagement de l Etat devrait se poursuivre en 2016 et 2017, avec une baisse prévisionnelle des dotations entre 10 et 12 M supplémentaires. Une augmentation du taux de la taxe foncière pour compenser le désengagement de l Etat. Une augmentation de l épargne brute qui devrait s élever à 39,5 M pour A retenir : - 20 M de désengagement de l Etat entre 2008 et 2014 que la Ville a réussi à absorber sans augmenter les impôts. - 9 M supplémentaires en 2015 et 10 M de plus annoncés pour 2016 et

9 La fiscalité La fiscalité E / La fiscalité La Ville de Lille est pénalisée par des bases fiscales plus faibles que les grandes villes de plus de habitants. Au niveau national, la révision des bases cadastrales n a pas été opérée depuis 1970, période à laquelle la valeur des logements de certains quartiers était particulièrement faible. Mais Lille est particulièrement pénalisée en raison de la métamorphose de certains de ses quartiers à l exemple du Vieux Lille, ce qui engendre de fortes inégalités entre anciens et nouveaux logements. La révision forfaitaire annuelle des bases, votée en Loi de Finances, et l évolution physique des bases ont été les deux seuls facteurs d augmentation de la fiscalité directe communale depuis 2001 pour les lillois. Répartition du produit fiscal sans augmentation des taux depuis 2009 en k La valeur locative lilloise La valeur locative, qui sert de base au calcul de l impôt est la plus faible des grandes villes de France de plus de habitants (source SFL Forum). La VLM (valeur locative moyenne par habitant) est de à Lille, contre près de 3000 dans toutes les grandes villes de France (Lyon 3 359, Bordeaux 3 531, Nantes 3 024, Nice 3 650, Toulouse 3098, Marseille ). Lille part donc avec un fort handicap. Cela explique en grande partie le niveau des taux. Les taux d imposition en 2014 Le taux de la Taxe d Habitation de la Ville de Lille est de 33,55 %. En matière de Taxe Foncière sur les propriétés bâties, le taux de la Ville de Lille est de 23,56 %. Le montant moyen payé par les lillois Nous devons raisonner en terme de contribution pour avoir la vision la plus pertinente et la plus juste, puisqu elle reflète le montant moyen de l impôt réellement payé par les lillois. L observatoire SFL Forum dans son étude sur la fiscalité 2014, présente les comparaisons des 41 plus grandes villes françaises en termes de contribution moyenne (pour un couple avec 2 enfants au revenu moyen). La contribution de TH à Lille est de 983, dont 737 pour la seule part de la Ville de Lille. La moyenne des grandes villes est de Lille reste donc en dessous de la moyenne nationale, malgré un taux élevé, en raison de la faiblesse de ses bases. La contribution de TF, hors TEOM, à Lille est de 599, dont 338 pour la seule part de la Ville de Lille. Il s agit de la contribution la plus faible des grandes villes, dont la moyenne se situe à Selon le classement de SFL Forum pour 2014, Lille est aujourd'hui encore la dernière ville sur 41 en matière de contribution de TF, et en 18 ème place pour la Taxe d habitation. Résidence Chevalier Français (Saint-Maurice-Pellevoisin) 16

10 La fiscalité La fiscalité Contribution de Taxe d'habitation par le contribuable en 2014 : A retenir : - L appréciation de l impôt payé réellement par les lillois se fait sur la contribution et non sur le taux. - La contribution de Taxe d Habitation pour la part Ville (983 en moyenne) est dans la moyenne des grandes villes, celle de Taxe Foncière (599 en moyenne) est la plus basse des grandes villes. Selon l étude de SFL Forum, la contribution, qui mesure le montant moyen de l impôt réellement payé par les lillois, est la plus faible des grandes villes de France pour la taxe foncière. Contribution de Taxe Foncière en 2014 : Le désengagement de l Etat, la nécessité de maintenir les services publics rendus aux habitants et de conserver un niveau d investissement raisonnable nous conduisent à prévoir une augmentation du seul taux de taxe foncière, pourtant préservé à son niveau de L augmentation de la Taxe d Habitation (TH), bien que dans la moyenne nationale des grandes villes en matière de contribution des habitants, n a pas été retenue car elle touche l ensemble des ménages. De plus, dans la mesure où il y a des inégalités sur les bases fiscales entre les logements neufs et les logements anciens, les ménages résidant dans des habitations dont les bases ont été actualisées, seraient pénalisés par une hausse du taux de TH, déjà élevé. Compte tenu du montant moyen de l impôt foncier par habitant qui situe la Ville de Lille au niveau le plus faible des grandes villes (41 ème rang sur 41), l orientation retenue porte sur une augmentation du taux de la Taxe Foncière sur les propriétés bâties. Afin de maintenir les grands équilibres financiers de la Ville et faire face au désengagement sans précédent de l Etat depuis 2008, et malgré la mise en œuvre d une gestion extrêmement rigoureuse, notre collectivité se voit contrainte de prévoir une augmentation du taux de Taxe Foncière de 23,56 % à 29,06 %. Cette hausse génèrera un produit supplémentaire de 14,3 M et portera le produit attendu des contributions directes à 152,4 M. Pour un ménage (ou foyer) moyen, en incluant la TEOM, la contribution moyenne de Taxe Foncière passera de 848 à 938, représentant une hausse moyenne de 90, soit + 10,5 % ménages lillois, soit 27,6 % de la totalité des foyers fiscaux lillois, seront impactés par cette hausse. Les 3/4 des foyers fiscaux lillois ne seront pas concernés par cette hausse. En terme de montant moyen payé, Lille est aujourd hui la moins chère des grandes villes de France pour cette taxe et restera ensuite la 4 ème grande ville la moins chère du pays. Pour les locaux professionnels (environ 8 000) qui vont du petit commerce aux grands établissements, les situations sont très variables étant donné la diversité de ces locaux (à titre d exemple, la hausse pourra être de l ordre de 25 K pour un grand établissement ou de l ordre de 150 pour un commerce de proximité). Notre classement passerait de la 41 ème place à la 38 ème place des grandes villes. Lille figurerait encore parmi les grandes villes où la contribution de Taxe Foncière est parmi les plus faibles

11 La dette Les Ressources Humaines F / La dette G / les ressources humaines Un endettement qui restera maîtrisé : Effectifs au 31/12/2014 L encours de dette hors revolving* à fin 2015 ne devrait pas dépasser les 404 M. Ce niveau d endettement permettra à la Ville de conserver une capacité de désendettement inférieure à 10 ans, qui demeure nettement en dessous de la limite maximale fixée à 15 ans par les analystes financiers. En 2014, la dette par habitant s élève à * Emprunt revolving : il s agit d une enveloppe de financement à long terme hybride offrant le choix d opter pour un emprunt classique amortissable et/ou la faculté de procéder à des opérations (tirage ou remboursement) de gestion de la trésorerie agents Dont : 4314 permanents / 629 non permanents / 130 emplois d insertion Répartition des postes permanents par catégorie au 31/12/2014 : Catégorie A B C TOTAL En nombre En % 14 17,1 68,9 100 Le montant des dépenses de personnel s élève à 191 M, ce qui représente 58 % des dépenses de fonctionnement L augmentation est liée à 72 % à des mesures nationales ou des mesures qui s imposent à la Ville (avancements grades et échelons, évolution du point d indice, cotisations et charges sociales). En dehors de ces mesures, la hausse aurait été limitée à + 1,59 %. Cette faible évolution est le résultat d une stabilisation des effectifs, tout en ouvrant de nouveaux équipements. A retenir : La stricte augmentation des dépenses de personnel est à plus de 70 % liée à des mesures réglementaires

12 Répartition Répartition DU budget A / Répartition Répartition du budget prévisionnel (hors dette) par politiques publiques et par territoires La présentation du budget par grandes missions donne une lisibilité accrue des politiques publiques menées à la Ville de Lille. Chaque mission intègre les dépenses fonctionnelles (ressources humaines ) et les dépenses d investissement propres à la politique publique concernée. par mission Attractivité économique et rayonnement ,63 % Cadre de vie ,08 % Citoyenneté et proximité ,60 % Culture ,75 % Enfance - éducation ,25 % Grands projets et urbanisme ,89 % Logement habitat ,85 % Patrimoine ,46 % Ressources et moyens ,36 % Solidarités - jeunesse ,68 % Sport ,45 % % Répartition des dépenses 23

13 1 ère priorité B / 1ère priorité : l éducation : 88,6 M Dans le cadre du Programme d Education Globale, la Ville met en œuvre des actions pour la réussite de tous les enfants à travers une ambition éducative réaffirmée. Au sein du budget 2015, 3 M supplémentaires seront consacrés à : la mise en place des Nouvelles Activités Périscolaires (NAP) correspondant à 1h35 d'activités gratuites pour chaque enfant chaque semaine avec des intervenants qualifiés (700 personnes sont mobilisées pour encadrer les NAP) et des parcours éducatifs pour la réussite de chaque enfant en l accompagnant à l'entrée dans les savoirs de base, en permettant à tous les enfants de participer à des activités culturelles et artistiques, en proposant des activités sportives, de citoyenneté, de langues étrangères et des activités liées au développement durable : - l'accompagnement des enfants avant et après l'école avec les études surveillées et les accueils périscolaires ; - l'accompagnement spécifique des enfants porteurs de handicap : 2 AVS municipales, principe d'inclusion pendant les NAP, accueil adapté pendant les centres de loisirs ; - la poursuite de la qualification de la pause méridienne ; - l aide au développement dès le plus jeune âge : généralisation de Parler bambin dans les crèches, expérimentation de la méthode Abecedarian. 144 M pour poursuivre les plans de rénovation et d'extention des écoles. 4,1 M pour la restauration scolaire. La réforme des rythmes scolaires aura un impact sur le budget de la Ville de 3 M en année pleine, compensé par l Etat à hauteur d 1,5 M. 24

14 2 ème priorité C / 2 ème priorité : Soutien aux politiques de proximité et de solidarité pour développer le lien social et l attention aux plus précaires : 55 M Les politiques que nous menons participent à l'inclusion sociale des lillois qu'il s'agisse de la politique du logement, de la politique éducative à destination de tous les enfants, d'une attention forte aux tarifs des prestations municipales afin qu'elles soient accessibles à tous ou encore des activités sportives ou culturelles proposées partout dans la Ville. En complément des politiques nationales, départementales et de l'action des organismes de sécurité sociale, la Ville de Lille et son CCAS développent une action de proximité pour les lillois les plus en difficulté. 6,8 M sont versés en subventions aux trois CCAS. Le budget 2015 vient consolider les politiques que nous voulons mener pour tous les habitants de notre Ville, des plus jeunes aux plus âgés. Ainsi pour les seniors, la Ville poursuivra ses actions pour favoriser l accès à une offre de loisirs sportifs et culturels grâce au Pass senior et pour lutter contre l isolement et la précarité à travers des dispositifs du quotidien (portage de repas à domicile ). 1,1 M seront consacrés aux actions à destination des personnes âgées et handicapées. Nous voulons aussi contribuer à la lutte contre les discriminations, sous toutes ses formes. Concernant plus particulièrement l égalité des femmes et des hommes, la Ville de Lille est impliquée depuis longtemps. Elle a signé en 2010 la charte européenne pour l égalité des femmes et des hommes dans la vie locale qui a été suivie par l élaboration du plan égalité femmes-hommes. Lille s est ainsi engagée à lutter contre les inégalités d accès aux droits, contre les violences faites aux femmes. Elle agit, en accompagnant les associations, pour améliorer l accueil et l accompagnement des victimes de violences conjugales, encourager le développement d une société plus égalitaire et lutter contre le sexisme. Ces actions seront poursuivies en

15 3 ème priorité ZOOM SUR... D / 3 ème priorité : La mise en valeur de notre patrimoine : 47,8 M E / Zoom sur les principaux équipements dans les quartiers lillois et les communes associées Avec 22,4 M l entretien et la mise en valeur du patrimoine participent du bienvivre et du rayonnement. 4,7 M sont affectés au patrimoine culturel (1,2 M pour la toiture du Palais des Beaux Arts, 1 M pour la veille sécuritaire patrimoniale, 900 K pour la citadelle seconde enceinte, 440 K pour l église Saint Maurice et 200 k l église Saint Etienne), 17,8 M pour la maintenance du patrimoine (6,9 M pour les ERP, 3,4 M de travaux d économies d énergie, 2,8 M pour les travaux d accessibilité, 2 M pour l équipement des mairies de quartier, 1,3 M pour le chauffage, 470 K de travaux dans les écoles, 300 k de travaux dans les équipements sportifs, 300 K pour des travaux de sécurité pour l Hospice Général). Les crédits d équipement 2015 par quartiers hors investissements transversaux (42,8 M ) et des communes associées de Lomme et Hellemmes (respectivement de 6,3 M et 4,1 M ) seront préservés pour faciliter le vivre ensemble dans la concertation avec les habitants tout en veillant à accompagner les plus fragiles. Répartition des dépenses d investissement dans les communes associées et par quartier 2015 (hors investissements transversaux) Lomme Hellemmes St Maurice Pellevoisin Bois-Blancs Le CECU (Moulins) Vieux Lille Wazemmes Vauban Esquermes Centre Faubourg de Béthune Moulins Fives Lille Sud Total

16 ZOOM SUR... Quelques exemples des principaux investissements par quartier Centre - Palais des Beaux Arts : 1,2 M - Eglise St Maurice : 440 K - groupe Scolaire Porte de Valenciennes : 450 K Moulins - Porte de Valenciennes (auberge de la jeunesse, crèche et Maison de l environnement) : 6,6 M - ZAC Porte de Valenciennes : 688 K - centre eurorégional des cultures urbaines : 642 K Wazemmes - Maison Habitat Durable : 116 K - Restaurant scolaire Gounod : 25 K - Rue d'iéna : 25 K Saint Maurice - groupe scolaire Rousseau Brunschwig, restaurants scolaires La Fontaine Rousseau : 240 K Fives - ZAC FCB (Nouveau Lycée hôtelier et nouvelle Bourse du travail) : 1 M - Site Lycée hôtelier : 5,3 M - Cuisine centrale : 3,7 M - Abords du Casino : 108 K Lille Sud - Piscine Nadaud : 5,6 M - Ecole Wagner : 5,3 M - Salle des Fêtes Lille Sud : 203 K - groupe scolaire Briand Buisson : 100 K Vauban Esquermes - salle des sports du collège Vauban Esquermes : 1,5 M - Citadelle (seconde enceinte) : 900 K - Promenade des remparts: 210 K Vieux-Lille - Champ de mars : 1 M - hospice Général travaux de sécurité : 300 K - Place Louise de Bettignies (Lion d Or) : 100 K Faubourg de Béthune - Tennis Club Lillois : 1 M - Concorde Ceinture HLM : 450 K Bois-Blancs - Place église St Charles : 49 K - ZAC Euratechnologies : 150 K 30

17 ZOOM SUR... maison Folie Beaulieu (Lomme) F / Zoom sur les communes associées. Les communes associées de Lille, Lomme et Hellemmes partagent les objectifs de politiques de proximité au service de la qualité de vie de tous les habitants. Les crédits globaux des communes associées de Lomme et d Hellemmes s élèvent à 22,6 M. Budget 2015 de la commune associée de Lomme : 14,7 M Soit 8,4 M pour le fonctionnement (hors charges de personnel) et 6,3 M pour l investissement. Les grandes priorités lommoises en 2015 en fonctionnement seront la préservation du patrimoine (2 M ) l enfance et l éducation (2 M ) et la solidarité / jeunesse (1 M ). En investissement, la priorité sera donnée à l aménagement des offices de restauration (2,4 M ). Avec un budget de fonctionnement de 8,4 M : La Ville de Lomme poursuit les politiques et les actions engagées, que ce soit dans le domaine culturel 0,4 M, pour la solidarité jeunesse 1,1 M (dont 1 M au centre communal d action sociale), l éducation des enfants lommois 2,1 M (dont 1,27 M pour nos écoles et la restauration scolaire) ou encore pour le soutien et le développement de la pratique sportive 0,30 M L investissement d un montant de 6,3 M comprend notamment : 2,4 M pour les offices de restauration scolaire, 0,6 M pour les travaux de l étang, 0,4 M pour l Epicerie solidaire, 0,5 M pour les écoles. Artothèque (Hellemmes) Budget 2015 de la commune associée d Hellemmes : 7,9 M Les grandes priorités hellemmoises en fonctionnement pour 2015 seront de favoriser la vie ensemble (741 K ), être une ville à vivre (1,517 M ), être une ville pour tous (1,397 M ) et de s engager pour ses quartiers (70 K ). Comme pour Lille, la grande priorité 2015 d Hellemmes en investissement demeure l éducation et la petite enfance (1,7 M ). Avec un budget de fonctionnement de 3,8 M, la commune agit pour : - tous les âges de la vie, de l éducation à l accueil des seniors en passant par l insertion pour un montant de 1,5 M ; - un cadre de vie durable et agréable en consacrant 0,6 M à la propreté, au fleurissement, à l aménagement urbain ; - le vivre ensemble en prévoyant 0,4 M pour le sport, 0,17 M pour la culture et les manifestations, animations... L investissement d un montant de 4,1 M se répartit principalement ainsi : - 1,7 M pour l éducation, la petite enfance et la jeunesse ; - 0,7 M pour l administration générale de la collectivité ; - 1 M pour les équipements sportifs ; - 0,4 M pour l aménagement et les services urbains, l environnement et la propreté. 32

18 Nos actions au quotidien Nos actions au quotidien G / Nos actions au quotidien 88,6 M pour l éducation et l enfance. Cela s est traduit au quotidien par des actions concrètes : 1h35 d activités gratuites pour chaque enfant chaque semaine avec des intervenants qualifiés (700 personnes sont mobilisées pour encadrer les nouvelles activités périscolaires) et des parcours éducatifs pour la réussite de chaque enfant, repas servis par jour dans les restaurants scolaires, 800 places offertes dans les Etablissements d Accueil de Jeunes Enfants municipaux, 125 tableaux numériques installés dans les écoles, 702 intervenants mobilisés pour les nouvelles activités périscolaires. Le développement du lien social et l attention aux plus précaires sont au cœur de nos actions. En complément des politiques nationale, départementale et de l'action des organismes de sécurité sociale, la Ville de Lille et son CCAS développent une action de proximité pour les lillois les plus en difficulté. Ville de la solidarité, Lille a permis à usagers de bénéficier de l intervention du CCAS. 202 adultes et 365 enfants ont profité du dispositif «vacances pour tous». Le budget 2015 vient consolider les politiques que nous voulons mener pour tous les habitants de notre ville, des plus jeunes aux plus âgés. Ainsi pour les seniors, la Ville poursuivra ses actions pour favoriser l accès à une offre de loisirs sportifs et culturels grâce au Pass Senior et pour lutter contre l isolement et la précarité à travers des dispositifs du quotidien (portage de repas à domicile ) personnes âgées disposent du Pass Sénior qui favorise l accès aux offres de loisirs sportifs et culturels. Les activités sportives ne sont pas oubliées, avec heures d ouverture des équipements sportifs, pour 1,4 M d usagers. Pour améliorer le cadre de vie des lillois, 6,5 km de guirlandes ont été déployées pour les illuminations de Noël barrières, 500 tables, 540 chaises et 230 panneaux de signalisation ont été déployés durant la braderie et le semimarathon. Et pour permettre aux lillois de comprendre ces enjeux : réunions ont été consacrées à la démocratie participative pour rester au contact des préoccupations des habitants citoyens renseignés dans les mairies de Lille, Hellemmes et Lomme passeports et cartes d identités ont été délivrés et demandes d état civil. Pour une ville durable, m² de panneaux solaires ont été installés sur les toits de Lille, dont m² sur les toits des bâtiments municipaux, contribuant à la réduction de 10 % de nos dépenses d énergie logements ont été livrés depuis le lancement du programme de construction de logements neufs, 500 kilomètres de voirie nettoyés, 451 hectares d espaces verts et arbres sur Lille, Hellemmes et Lomme. Pour faciliter le vivre ensemble dans la concertation avec les habitants tout en veillant à accompagner les plus fragiles, les crédits décentralisés seront préservés : - les crédits décentralisés 2015 des quartiers sont portés à 3,3 M (dont K en fonctionnement par rapport à 2014) avec une nouvelle clé de répartition. La clé de répartition des crédits décentralisés des quartiers a été revue pour 2015 : - elle se base sur un ratio au m 2, en fonctionnement et en investissement, qui tient compte des surfaces à entretenir. - Pour le fonctionnement un forfait de 50 K par quartier, soit 500 K et le reste 450 K divisés par la surface des bâtiments soit 1,52 /m 2. 34

19 Lille, une ville attractive Les chiffres Clés du budget Lille c'est habitants (source INSEE au ) ( habitants - donnée légale INSEE 2009) A / Lille, une ville attractive, coeur économique d'une Eurométropole 15 villes jumelées 3 ème agglomération universitaire de France avec environ étudiants, accueillant 11 grandes écoles et 4 écoles d ingénieurs ; 1 er pôle universitaire français pour la formation continue. 250 laboratoires regroupant chercheurs. Principal «pôle santé» Centre Hospitalier Régional Universitaire, Institut Pasteur, Groupe Hospitalier de l Institut Catholique de Lille, etc. Principal pôle commercial de la Région commerces sur le territoire de la Ville de Lille, ce qui représente emplois. 45 % des commerces régionaux sont situés dans le Grand Lille. Centre administratif de la Métropole Préfecture, Centre des Impôts, Académie, Conseil Régional, Conseil Général, Métropole Européenne de Lille Pôle culturel et touristique à portée tant régionale qu internationale Une organisation de congrès internationaux qui place Lille à la 7 ème place nationale Lille Grand Palais c est aussi visiteurs et 350 évènements sollicitations par mois de l Office du Tourisme. Sur le territoire de MEL, environ 120 hôtels homologués dont 56 à Lille (offrant près de chambres dont à Lille) nuits réservées sur le territoire. 9 médiathèques, 5 écoles de musique, 1 conservatoire ; visiteurs en 2014 au Palais des Beaux Arts, visiteurs aux Maisons Folies de Wazemmes et Moulins en 2014, visiteurs à Saint Sauveur, visiteurs pour Grand Sud. Depuis l ouverture du CECU, déjà plus de personnes ont fréquenté cette nouvelle structure dédiées aux cultures urbaines. Un joyeux anniversaire aux Maisons Folies, 10 ans déjà! objets au sein des collections du Musée d histoire naturelle œuvres sont inventoriées au Musée de l Hospice Comtesse soit plus de m 2 soit 10 piscines olympiques inscrits à la Bibliothèque municipale de Lille et la Médiathèque l Odyssée de Lomme. On comptabilise documents prêtés. Des pôles d excellence Euratechnologies : m², 137 entreprises, emplois. Eurasanté : 134 entreprises, au cœur du premier campus hospitalo-universitaire d Europe et emplois. Euralille : 3 ème quartier d affaires français, plus de m² de bureaux, près de emplois. Emploi et commerce emplois dont plus de 25 % de cadres et professions intellectuelles supérieures commerces de détail représentant emplois. 20 marchés de plein air hebdomadaire. Lille attire une forte part de travailleurs venus de l extérieur : 69 % des emplois à Lille sont occupés par des non lillois bénéficiaires du RSA (dont de RSA socle), données décembre Immobilier 2 ème ville de France pour l augmentation du nombre de résidences principales en ème marché de bureaux en France (Observatoire des bureaux de la métropole lilloise 2010). 37

20 Lille, une ville jeune et solidaire Lille, une ville au service du développement durable B / Lille, une ville Jeune et solidaire C / Lille, Au service du développement durable Au sein d une Eurométropole de habitants, les moins de 30 ans représentent 51,8 % de la population ; les plus de 60 ans, 14,1 % de la population. Revenu médian par habitant : dossiers de secours accordés par le CCAS en En 2014, près de 48 % des foyers fiscaux sont concernés par des exonérations et des dégrèvements : - 18 % (soit foyers) ne payaient pas de taxe d habitation % (soit foyers) bénéficiaient d un dégrèvement partiel de la TH du fait de son plafonnement à 3,44 % des revenus. Economies réalisées : 42 % d'économies d'énergie liées à l'éclairage public entre 2004 et Autres initiatives : - 10 % d'économies réalisées dans le patrimoine municipal depuis la mise en œuvre de la politique énergie en % de logements neufs à haute performance énergétique en primes habitat durable versées aux lillois en ruches recensées sur le foncier municipal en m² de panneaux solaires recensés sur les toits lillois dont m² sur les toits des bâtiments municipaux entre 2005 et % d aménagements cyclables réalisés sur le potentiel de voiries aménageables visites de classes sur les structures Plan Nature Environnement et Développement Durable (année scolaire 2013/2014) sapins récupérés en sept points de collecte et recyclés.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Rapport financier 2014

Rapport financier 2014 Ville de Rennes Rapport financier 2014 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 En milliards d'euros 2010 2011 Dépenses du budget général dont charges de la dette dont pensions dont dépenses

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr

Comment faire calculer votre QF? Tarifs. Quotient Familial 2011-2012. www.colombes.fr Comment faire calculer votre QF? Tarifs Quotient Familial 2011-2012 www.colombes.fr Edito Madame, monsieur, Vous avez entre les mains la plauette des tarifs municipaux pour l année scolaire 2011-20112.

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 30 septembre 2013. Ordre du Jour

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 30 septembre 2013. Ordre du Jour M A I R I E DE D I J O N PALAIS DES ETATS DE BOURGOGNE CONSEIL MUNICIPAL Séance du 30 septembre 2013 Ordre du Jour 1 - Conseil du 24 juin 2013 - Procès-verbal - Approbation I- ECOLOGIE URBAINE A- URBANISME

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015

Intervention du président du Conseil général. ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 23 février 2015 Intervention du président du Conseil général Bilan de l exercice 2014 Une épargne brute qui augmente Evolution

Plus en détail

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Direction Générale Organisation et Ressources Humaines Direction des Ressources Humaines Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Personnel municipal - Adaptation du tableau des effectifs -

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

A propos de l Audit des finances communales

A propos de l Audit des finances communales A propos de l Audit des finances communales (évoqué lors du Conseil municipal de septembre 2014) A la demande de la majorité municipale, un audit a été commandité auprès du cabinet FCL. Les conclusions

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville

Réforme de la politique de la ville 0 4 M A R S 2 0 1 4 / Rédacteur PÔLE TD2S Réforme de la politique de la ville Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine La loi de «Programmation pour la ville et la cohésion urbaine», promulguée

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE -

LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - LINTERCOM LISIEUX PAYS D AUGE NORMANDIE - SYNTHESE BUDGETAIRE BP 2014 LE CADRE FINANCIER 2014 Comme annoncé lors du Débat d Orientation Budgétaire le 2 décembre 2013, le budget 2014 est un budget de continuité.

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 NOTE DE SYNTHESE L article L. 2312-1 du Code général des collectivités territoriales, dispose qu un débat préalable appelé Débat d'orientation Budgétaire (DOB) doit

Plus en détail

Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30

Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU CENTRE Mardi 19 mai 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre réglementaire

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique

BUDGET PRIMITIF 2014. Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 Présentation Synthétique BUDGET PRIMITIF 2014 : 203,4 M * * Mouvements réels + mouvements d ordre hors réaménagement de dette Valenciennes Métropole page 2 BUDGET PRIMITIF 2014 Equilibre

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix

DOSSIER DE PRESSE. Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix DOSSIER DE PRESSE Séance plénière du Conseil général de l Ariège Vote du Budget primitif 2015 Lundi 12 et mardi 13 janvier, à Foix La séance de vote du Budget primitif est toujours un exercice particulier.

Plus en détail

Compte Administratif 2013

Compte Administratif 2013 Compte Administratif 2013 Bilan de l exercice écoulé, le compte administratif nous rend compte de la gestion et des réalisations de l exercice 2013. Dans un contexte économique national difficile et malgré

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT FINANCES COMMUNALES Dans un souci de compréhension et d explication accessible par tous, voici les différents grands comptes utilisés par les collectivités territoriales et donc par notre commune. DEPENSES

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012

COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 COMPTE - RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 8 MARS 2012 Etaient présents : Mrs BLEVIN Pierre ; BONNET Claude ; GODERE Yannick ; MOUE Philippe ; MORICEAU Bertrand ; QUELVEN Jacques ; SEITZ Alfred ; SUISSE Michel

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Ville d EVRON (53600) Conseil Municipal du 19 décembre 2013 Texte règlementaire L article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit l organisation

Plus en détail