A. Notion d intégrale double

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A. Notion d intégrale double"

Transcription

1 UT ORSAY Mesures Physiques ntégrales doubles Calcul d aires et de volumes Cours du ème semestre A Notion d intégrale double A- omaine quarrable On suose que le lan est muni d un reère orthonormé ( O; i; j) Soit un domaine du lan contenu dans le rectangle [ a, b] [ c, d] On artage [ a, b ] à l aide 0,, n tels que a = 0 < < < n = b et on artage de même [ c, d ] à l aide y0, y, y tels que c = y0 < y < < y = d On additionne les aires de tous les «sous-rectangles» [ i, i + ] [ y j, y j+ ] qui sont entièrement dans : le résultat est inférieur à l aire de si ossède une aire Aelons A n, ce résultat On additionne les aires de tous les «sous-rectangle» [ i, i + ] [ y j, y j+ ] qui ont au moins un oint en commun avec : le résultat est suérieur à l aire de si ossède une aire Aelons n, ce résultat On augmente le nombre de oints des artages 0,, n et y0, y, y de sorte que la diagonale des «sous-rectangles» tende vers 0 : les deu résultats A n, et A + n, sont de lus en lus roches de l aire de si ossède une aire éfinition : + On dit que est quarrable si lim An, = lim An, et on dit alors que cette limite est l aire de diag 0 diag 0 A l école rimaire il y a longtems, on construisait réellement des quadrillages de lus en lus fins our deviner quelle était l aire d un disque et on constatait que le quotient de l aire obtenue en ratique ar le carré du rayon était quasiment le même our tous les élèves : à eine lus que A- Notation intégrale, calcul de l aire d un domaine où Si désigne un domaine quarrable, son aire est notée d A + d rerésente l aire d un élément de surface Pour calculer cette intégrale (qui est double), suivant la forme du domaine on utilise une méthode qui ermet de la remlacer ar deu intégrales simles successives er Cas Suosons que, d une art les oints de ont tous des abscisses entre a et b, d autre art, our toute valeur de entre a et b, les oints de ont des ordonnées y qui vérifient g( ) < y < g( ) et g sont des fonctions continues On eut alors écrire : b g ( ) d = ( ) d a g ( ) ème Cas Suosons que, d une art les oints de ont tous des ordonnées entre c et d, d autre art, our toute valeur de y entre c et d, les oints de ont des abscisses qui vérifient g < < g et g sont des fonctions continues On eut alors écrire : d g d = ( d) c g Page 49

2 Eemles : ) Calculer l aire du domaine tel que ) Calculer l aire du domaine tel que ) Calculer l aire du domaine tel que π 0 < < sin( ) < y < 0 < y < y 0 < < e 0 < y < y < < + y A- L intégrale double Soit f (, y ) une fonction de R vers R à valeurs ositives définie dans un domaine quarrable La rerésentation de f est une surface S dans l esace muni du reère ( O, i, j, k) On artage en sous-rectangles comme au aragrahe A ans chaque sous-rectangle [, ] [ y, y ], on choisit un oint M (, y ) et i i+ j j+ on calcule l image de (, y ) our la fonction f La somme des volumes des colonnes dont la base est un des sous-rectangles et la hauteur f (, y ) est une aroimation du volume comris entre le lan z = 0 et la surface S, s auyant sur le contour de : on reconnaît la méthode de Riemann Lorsque le quadrillage de devient suffisamment «fin» our que la diagonale de chaque sous-rectangle tende vers 0, si le domaine de l esace comris entre le lan z = 0 et la surface S, s auyant sur le contour de, ossède un volume celui ci est la limite des sommes de Riemann et on le note f (, y) d Remarques fondamentales : ) A riori, l intégrale double est faite our calculer un volume de même que l intégrale simle était faite our calculer une aire ) Si f (, y ) n est as à valeurs ositives, l intégrale ne s interrète lus comme un volume mais la méthode de Riemann est la même ) ans une intégrale double, les bornes en et y doivent toujours être rangées en ordre croissant c est à dire la lus etite «en bas» et la lus grande «en haut» A-V Proriétés de l intégrale double a ntégrales successives (ou itérées) er Cas Si les oints de ont tous des abscisses entre a et b, et si our toute valeur de entre a et b, les oints de ont des ordonnées y qui vérifient g( ) < y < g( ) et g sont des fonctions continues On eut alors écrire : b g ( ) f (, y) d = ( f (, y) ) d a g ( ) 50

3 ème Cas Suosons que, d une art les oints de ont tous des ordonnées entre c et d, d autre art, our toute valeur de y entre c et d, les oints de ont des abscisses qui vérifient g < < g et g sont des fonctions continues On eut alors écrire : d g f (, y) d = ( f (, y) d) c g Cas articulier Si est le rectangle [ a, b] [ c, d] et si f (, y ) est un roduit de deu fonctions intégrables l une de et l autre de y, c est à dire f (, y) = f ( ) f alors on a : f (, y) d = f ( ) d f a c b Ce cas, bien que «très agréable» est, hélas, assez rare : en général une intégrale double n est as le roduit de deu intégrales simles Eercices : π < < 0 ) est tel que 0 < y < Calculer f (, y) d et on donne f (, y) = cos ) est le triangle de sommets A(;0), B(;), C (0;) Calculer ( + y) d ) est le rectangle de sommets O(0;0), A(;0), B(;), C (0;) Calculer b Linéarité Si f et g sont des fonctions intégrables dans, d ye ( ) d ( α f (, y) + β g(, y)) d = α f (, y) d + β g(, y) d c Additivité des domaines Si f est une fonction intégrable dans, et si de lus = avec = alors : Eercices : ) Calculer l intégrale = ( 0 + ) f (, y) d = f (, y) d + f (, y) d ( y) d ) On aelle le domaine délimité ar les quatre cercles de rayon et de centres resectifs A(;), B( ;), C( ; ), (; ) Calculer les intégrales suivantes : = d d = = y d 4 = ( ) y d ) On aelle le domaine délimité ar : < < Calculer les intégrales suivantes : < y < 0 5

4 = d d = = y d 4 = ( ) y d 4) Echanger l ordre d intégration dans les intégrales suivantes (on ne demande évidemment as de calculer l intégrale uisque la fonction est inconnue!) : b a b+ = ( ) f (, y) d avec a > 0 et b > 0 = 0 f (, y) d 0 0 a a y f (, y ) d = 0 a y B Changement de variables dans les intégrales doubles B- éterminant Jacobien d un changement de variables Soit ( u, v) un coule de variables calculées à artir de (, y ), c est à dire que u et v sont des fonctions de (, y ) Pour qu un tel changement de variable soit correct, il faut évidemment que u et v soient des fonctions à dérivées continues et que chaque coule de valeurs our (, y ) corresonde à un coule unique de valeurs our ( u, v ) et réciroquement c est à dire que le changement de variable doit être bijectif On aelle déterminant Jacobien du changement de variables (, y) ( u, v) le déterminant, noté J (, y ), u u y tel que : J (, y) = v v y u = + y Par eemle, si on a alors on a J (, y ) = = v = y = rcos( θ ) cos( θ ) rsin( θ ) Autre eemle, si on a alors on a J ( r, θ ) = = r y = rsin( θ ) sin( θ ) rcos( θ ) Proriété : Si dans un domaine le Jacobien d un changement de variable ne s annule jamais (sauf eut-être en des oints isolés) alors ce changement de variable est bijectif nterrétation du Jacobien : L élément de surface décrit ar les variables ( u, v ) c est à dire du dv n a as forcément la même «taille» que l élément de surface décrit ar les variables (, y ) c est à dire d Lorsque le changement de variable est correct on a la relation du dv = J (, y) d u = + y Par eemle, si on a alors on a J (, y ) = = donc du dv = d v = y = rcos( θ ) cos( θ ) rsin( θ ) Autre eemle, si on a alors on a J ( r, θ ) = = r donc d = r dr dθ y = rsin( θ ) sin( θ ) rcos( θ ) 5

5 B- Eercices : ) écrire les domaines suivants en coordonnées olaires : + y < a a ( ) + y < = + y > 0 = 4 y > 0 y > 0 (avec a > 0) Triangle de sommets = O(0;0) A(-;) B(;) ) Calculer les intégrales suivantes où les domaines sont ceu de l eercice récédent = ( + y ) d d d = = + + y = = 4 7 y d y d 5 = ( + y) d 8 = ( y) d d ) Calculer = où = { ; y ; + y } ( + y) 4) Calculer 5) Calculer = = 6 9 y d y d = + y d où = { + y y 0; + y 0; 0; y 0} = ( + y + ) d où = { + y 0} 5

6 54

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés

Synthèse de cours PanaMaths (CPGE) Arcs paramétrés Synthèse de cors PanaMaths (CPG Arcs aramétrés Préamble Certains aters réfèrent à «arc aramétré» la dénomination de «corbe aramétrée» ans ce docment, nos tiliserons la remière dénomination éfinitions Arc

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale icence Science de la Mer et de l Environnement Pysiue Générale Caitre 3 :entilles et Instruments d Otiue - es diérentes lentilles Nous traiterons ici de lentilles mines, c est à dire d éaisseur négligeable.

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chaitre 5 : Les lentilles et les instruments d otique E. (a) On a n,33, n 2,0cm et R 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient,33 0 cm + q,33 20 cm q 8,58 cm Le chat voit le oisson à 8,58

Plus en détail

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE

1 Raisonnement. Vocabulaire ensembliste CHAPITRE CHAPITRE 1 Raisonnement Vocabulaire ensembliste A. Éléments de logique.......................... 12 1. Construction de roositions....................... 12 2. Quantificateurs.............................

Plus en détail

Théorie des ensembles et combinatoire

Théorie des ensembles et combinatoire Théorie des ensembles et combinatoire Valentin Vinoles 24 janvier 2012 Table des matières 1 Introduction 2 2 Théorie des ensembles 3 2.1 Définition............................................ 3 2.2 Aartenance

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé ar le CRDP de Montellier our la Base Nationale des Sujets d Eamens de l enseignement rofessionnel Ce fichier numérique ne eut être reroduit, rerésenté, adaté ou traduit sans

Plus en détail

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques).

L information sera transmise selon des signaux de nature et de fréquences différentes (sons, ultrasons, électromagnétiques, électriques). CHAINE DE TRANSMISSION Nous avons une information que nous voulons transmettre (signal, images, sons ). Nous avons besoin d une chaîne de transmission comosée de trois éléments rinciaux : 1. L émetteur

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé ar le CRDP de Montellier our la Base Nationale des Sujets d Eamens de l enseignement rofessionnel Ce fichier numérique ne eut être reroduit, rerésenté, adaté ou traduit sans

Plus en détail

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie

Exercices Chapitre 1 3-851-84 Microéconomie Eercices Chaitre 3-85-84 Microéconomie QUESTION Soit trois consommateurs aant les fonctions d'utilité suivantes: 3 4 u (, )= 8 3 u (, )= (, ) = 3 /6 u3 Chacun d'eu disose d'un revenu R et fait face au

Plus en détail

Théorèmes d échange de limites

Théorèmes d échange de limites Théorèmes d échange de limites ) Convergence uniforme et limites Théorème de continuité our les suites de fonctions. Pour E et F deux esaces vectoriels normés, on considère une suite d alications f n :

Plus en détail

Boucle à verrouillage de phase

Boucle à verrouillage de phase Chaitre 2 Boucle à verrouillage de hase Introduction La boucle à verrouillage de hase, que l on désignera ar la suite ar l acronyme anglais PLL (Phase Locked Loo), est un disositif largement utilisé dans

Plus en détail

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S.

1-p. 1-p. 1-p. 1-p. On se propose d'utiliser ce canal pour transmettre le contenu d'une source binaire S. EXERCICES EXERCICE On considère le canal à uatre entrées et cin sorties: A B C D - - - - A B E C D. Montrer ue ce canal est symétriue. 2. Calculer sa caacité. On se roose d'utiliser ce canal our transmettre

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1. On pose. Vérifier que T est une tribu sur Ω. [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 17 février 2015 Enoncés 1 Probabilités Tribu Exercice 5 [ 04006 ] [correction] Soit Ω un ensemble infini et une famille de arties de Ω vérifiant n m A m = et = Ω Exercice

Plus en détail

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1...

Cahier de Vacances: de la Tes à la ece1... Cahier de Vacances: de la Tes à la ece... Recommandations Vous venez de terminer votre terminale et d obtenir le Baccalauréat (bravo!) et vous avez choisi de oursuivre vos études ar la voie des classes

Plus en détail

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0%

35 personnes 40,0% 360 jours 18 jours 150 80. 270 personnes 18,0% POURCENTAGES Exercice n. Comléter ce tableau, en indiquant dans chaque case l'oération effectuée et son résultat (arrondir à décimale en cas de besoin) Ensemble de référence Part en nombre en ourcentage

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces»

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL. «Traitements de surfaces» BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL «Traitements de surfaces» Éreuve E1B1-U1 SOUS-ÉPREUVE ÉCRITE Sujet Mathématiques et Sciences Physiques Durée : heures Coefficient : 1,5 Le sujet comorte 5 ages numérotées de

Plus en détail

Du Calcul d Aire... ...Au Calcul Intégral

Du Calcul d Aire... ...Au Calcul Intégral Du Calcul d Aire......Au Calcul Intégral Objectifs Définir proprement l aire d une surface plane, au moins pour les domaines usuels (limités par des courbes simples) et fournir un moyen de la calculer.

Plus en détail

Pédaler en danseuse P2 P1

Pédaler en danseuse P2 P1 Pédaler en danseuse Pédaler en danseuse consiste à ne as s asseoir sur la selle et à se dresser sur les édales. Le mouvement de édalage s écarte alors notablement du édalage assis. Notre roos est d analyser

Plus en détail

Langages Formels, Calculabilité, Complexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité

Langages Formels, Calculabilité, Complexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité Langages Formels, Calculabilité, Comlexité: Travail de rédaction. Pavages et indécidabilité Matthieu SOLNON Vendredi 18 Janvier 2007 Table des matières 1 Introduction 1 2 Définition du roblème 2 2.1 Aroche

Plus en détail

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche

Laser hélium néon. Source spectrale lumière blanche ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE ITRODUCTIO AUX ITERFÉRECE LUMIEUE ETRE ODE MUTUELLEMET COHÉRETE I Raels sur le modèle ondulatoire de la lumière ) Les idées de base du modèle ondulatoire

Plus en détail

Mathématiques II. Session de rattrapage

Mathématiques II. Session de rattrapage NOM :... FIPA BTP Prénom :... Date :... Mathématiques II Session de rattrapage Thème: Opérateurs vectoriels, potentiels scalaires, circulations vectorielles, intégrales doubles Durée: 1H00 Outils autorisés:

Plus en détail

(noms des auteurs) Ondes, optique et physique moderne 203-NYA-05. Laboratoire n o 3. Optique géométrique. Travail présenté à. M.

(noms des auteurs) Ondes, optique et physique moderne 203-NYA-05. Laboratoire n o 3. Optique géométrique. Travail présenté à. M. (noms des auteurs) Ondes, otique et hysique moderne 03-NYA-05 Laboratoire n o 3 Otique géométrique Travail résenté à M. Richard FRADETTE Cége de Saint-Jérôme Centre collégial de Mont-Laurier (date de remise)

Plus en détail

Loi binomiale-cours. La loi binomiale

Loi binomiale-cours. La loi binomiale 1 La loi binomiale Les robabilités en général - et la loi binomiale en articulier - doivent beaucou à la famille Bernoulli. Cette dynastie de scientifiques comte, entre autres, dans ses rangs, Jacob (165-175)

Plus en détail

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV

Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 2011-2012 JPV Mathématiques pour MPSI (mais pas que pour) 211-212 JPV Lycée international de Valbonne Sophia-Antipolis E-mail address: jean-paul.vincent@prepas.org 3 Résumé. Ce fascicule développe le programme officiel

Plus en détail

Chapitre 2: Algorithmes de tris par comparaisons

Chapitre 2: Algorithmes de tris par comparaisons MP{931, 93}, PC{933, 934} Chaitre : Algorithmes de tris ar comaraisons Introduction Dans ce chaitre, on étudie les algorithmes de tris ar comaraisons. Un algorithme de tri est un algorithme qui ermet d

Plus en détail

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2)

Plan du chapitre. La relation de préférence. Chapitre I : Le consommateur et la fonction de demande. L axiomatique des préférences (1/2) Plan du chaitre Chaitre I : Le consommateur et la fonction de demande Microéconomie - ère année Gif Voie Cours de Sébastien Bréville Suort : S. Bréville D. Namur Les références, les courbes d indifférence,

Plus en détail

Angles de raccordement et énergie de surface : introduction

Angles de raccordement et énergie de surface : introduction ORTOIRE DE RECHERCHE ET DE CHIMIE IENNE ittérature technique : Chimie RC àrl - Case Postale 7090 - CH-2500 ienne 7 - tél.fax +41 (0)32 365 18 54 - www.lrcb.ch ngles e raccorement et énergie e surface :

Plus en détail

Intégrales doubles et triples - M

Intégrales doubles et triples - M Intégrales s et - fournie@mip.ups-tlse.fr 1/27 - Intégrales (rappel) Rappels Approximation éfinition : Intégrale définie Soit f définie continue sur I = [a, b] telle que f (x) > 3 2.5 2 1.5 1.5.5 1 1.5

Plus en détail

Module : réponse d un système linéaire

Module : réponse d un système linéaire BSEL - Physique aliquée Module : réonse d un système linéaire Diaoramas () : diagrammes de Bode, réonse Résumé de cours - Caractérisation d un système hysique - Calcul de la réonse our une entrée donnée

Plus en détail

Métropole - Juin 2012 BAC S Correction

Métropole - Juin 2012 BAC S Correction Métropole - Juin 0 BAC S Correction / 7 Eercice. La courbe C est sous l ae des abscisses pour [-3 ;-]. Affirmation vraie. Sur [- ;], f () 0. Donc f est croissante sur cet intervalle. Affirmation vraie

Plus en détail

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N

Théorème 1 (Convergence dominée) Soient I = [a, b[ un intervalle réel avec < a < b + et (f n ) n N Agrégation Interne Esaces L Produit de convolution Transformation de Fourier On ourra revoir les oints de cours suivant : intégrales définies et généralisées ; théorème de convergence dominée, théorèmes

Plus en détail

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction)

PROBABILITÉS. I Épreuve de Bernoulli - Loi binomiale. Exemple. Exercice 01 (voir réponses et correction) Exercice 02 (voir réponses et correction) PRBABILITÉ Loi binomiale - Échantillonnage I Éreuve de Bernoulli - Loi binomiale xemle n lance deux fois une ièce de monnaie arfaitement équilibrée. Les deux lancers sont indéendants (c'est-à-dire que

Plus en détail

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données

CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données CH1 : Introduction à l Analyse Des Données (ADD) A- Introduction A- Introduction B- Les données et leurs caractéristiques C- Grandeurs associées aux données A-1 Les méthodes Lors de toute étude statistique,

Plus en détail

FICHE DE RÉVISION DU BAC

FICHE DE RÉVISION DU BAC Introduction Pré-requis : Etude de fonctions dérivées logarithmes et exponentielles continuité Plan du cours 1. Intégrales 2. Primitives 1. Intégrales A. Aire sous la courbe Méthode des rectangles : Pour

Plus en détail

Mécanique des fluides compressibles

Mécanique des fluides compressibles écanique des fluides comressibles I Raels Nous restreindrons l étude au cas du fluide idéal, non visqueux, en écoulement ermanent unidimensionnel. Précisons : - Fluide idéal gaz arfait (vr) à constant

Plus en détail

Coniques Parabole. 4ème Maths ABDELBASSET LAATAOUI

Coniques Parabole. 4ème Maths ABDELBASSET LAATAOUI Coniques Parabole 4ème Maths ABELBASSET LAATAOUI Activité 1 age 97 f : x x² ; P = Cf : y = -1/4 et F(, ¼) M(x, y) et H = ( M) 1) onner les coordonnées de H en fonction de x uis calculer et MH ) = MH 1

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Arithmétique. 1 Nombres entiers, divisibilité. 1.1 Nombres entiers. Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012

Arithmétique. 1 Nombres entiers, divisibilité. 1.1 Nombres entiers. Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012 Université Paris XI PCS0 Arithmétique 2011/2012 Arithmétique 1 Nombres entiers, divisibilité 1.1 Nombres entiers On aelle N l ensemble des nombres entiers ositifs 0, 1, 2, 3,.... Cet ensemble est infini.

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Chapitre 6. La demande d assurance

Chapitre 6. La demande d assurance Chaitre 6 Introduction Réduire le risque Plusieurs manière de réduire le risque: a diversification Une firme eut réduire son risque en diversifiant ses activités dans des domaines eu liés entre eux Ventes

Plus en détail

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13

1 heure Épreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Sous-épreuve E1C : Mathématiques Unité 13 EXAMEN : BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Session 009 Éreuve scientifique et Technique Coef. 1 Page 1/6 Ce sujet comorte 6 ages numérotées de 1 à 6. Assurez-vous que cet exemlaire est comlet. S il est incomlet,

Plus en détail

A. Déterminant d une matrice carrée

A. Déterminant d une matrice carrée IUT ORSAY Mesures Physiques Déterminants Initiation à la diagonalisation de matrice Cours du ème Semestre A Déterminant d une matrice carrée A-I Définitions élémentaires Si A est la matrice ( a ) on appelle

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L

Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L de Bordeaux 14 2002, 171 185 Produits de Petersson de formes modulaires associées aux valeurs de fonctions L ar Lionel FOURQUAUX Résumé. Considérons les formes linéaires f Lf, χ, 1 sur l esace vectoriel

Plus en détail

TRANSFORMATION DE LAPLACE

TRANSFORMATION DE LAPLACE Fiche rofesseur Transformation de alace Auteur : Alain adureau TRANSFORMATION DE APACE TI-Nsire CAS Objectifs Découvrir la transformée de alace Utiliser la transformation de alace dans la résolution des

Plus en détail

Examen : BEP ANCIENNE REGLEMENTATION Spécialité : Secteur 4

Examen : BEP ANCIENNE REGLEMENTATION Spécialité : Secteur 4 SUJET Métroole la Réunion - Mayotte Examen : BEP ANCIENNE REGLEMENTATION Sécialité : Secteur 4 Métiers de la Santé et de l Hygiène Éreuve : Coefficient : 4 Durée : 2 h Page : 1/9 Sécialité concernée :

Plus en détail

Projets individuels Informatique II

Projets individuels Informatique II Projets individuels Informatique II 1. Faites un programme en C qui effectue la lecture à partir du clavier d un nombre entier N qui détermine la taille d une matrice N x N et qui recherche la valeur minimale

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Le premier principe de la thermodynamique

Le premier principe de la thermodynamique Chaitre 3 Le remier rincie de la thermodynamique Sommaire 3.1 Le 1 er rincie our les systèmes fermés.................. 56 3. Caacités thermiques - Enthalie....................... 59 3.3 Etude des rinciales

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5

Session 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Spécialités du Secteur 6 : Métiers de la comptabilité. Durée : 1 heure Epreuve : Mathématiques Page : 1/5 SUJET 2010 Examen : BEP Tertiaire 1 Sécialités du Secteur 6 : Métiers de la comtabilité Coeff : Selon sécialité Logistique et commercialisation Vente action marchande Durée : 1 heure Ereuve : Mathématiques

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

potentiel électrique V

potentiel électrique V Chaitre 3 OSPH Le otentiel électrique 18 3. Le otentiel électrique Le mouvement d'une articule de charge ositive q dans un cham électrique uniforme est analogue au mouvement d'une articule de masse m dans

Plus en détail

Nombres complexes : rappels et compléments

Nombres complexes : rappels et compléments Caitre 0 Nombres comlexes : raels et comléments 0.1 Définitions et notations On raelle qu un nombre comlexe z est défini comme la somme d un nombre réel x et d un nombre dit imaginaire noté i y, où y est

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

EN - EXERCICES SUR LES INTEGRALES MULTIPLES

EN - EXERCICES SUR LES INTEGRALES MULTIPLES EN - EXERCICES SUR LES INTEGRALES MULTIPLES Eercice Calculer I f(, y) ddy dans les cas suivants a) est le triangle de sommets O, A(,), B(,) f(,y) ln( + y + ) b) est le parallélogramme limité par les droites

Plus en détail

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire

Séquence 6. Fonctions dérivées. Sommaire Séquence 6 Fonctions dérivées Sommaire Pré-requis Définition Dérivées des fonctions usuelles Dérivation et opérations algébriques Applications de la dérivation Synthèse de la séquence Eercices d approfondissement

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

I/ LES CODEURS OPTIQUES

I/ LES CODEURS OPTIQUES Sciences Industrielles our l Ingénieur Centre d Intérêt 2 : ACQUERIR l'information Cométences : ANALYSER, CONCEVOIR CAPTEURS NUMERIQUES DE POSITION Les codeurs otiques Comment choisir le bon cateur our

Plus en détail

Corrigé du TD n o 11

Corrigé du TD n o 11 CPP 03/04 Fonctions réelles J. Gillibert Corrigé du TD n o Exercice Soient f et g deux fonctions continues R R. On suose que : x Q, f(x = g(x Montrer que f = g. Réonse : Raelons d abord le résultat suivant

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES

MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» p SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES MODE D EMPLOI DE «L ESPACE ADHERENTS» SITE INTERNET ARIA MIDI-PYRENEES Table des matières : 1- Mon Esace 2- Mon Comte 3- Mes Actualités 4- Ma Fiche Entrerise 4.1- Imorter votre logo 4.2- Imorter une image

Plus en détail

dénombrement, loi binomiale

dénombrement, loi binomiale dénombrement, loi binomiale Table des matières I) Introduction au dénombrement 1 1. Problème ouvert....................................... 2 2. Jeux et dénombrements...................................

Plus en détail

1 Le marché du travail néoclassique

1 Le marché du travail néoclassique Paris Ouest Nanterre a Défense Année universitaire 2012-2013 icence Economie-Gestion 1 Macroéconomie A Enseignants : Alain Ayong e Kama, Michel Mouillart et Aurélien Saïdi Travaux dirigés n 4 : CORRECTION

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours. Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité.

1. Traduire les données de l'énoncé sur un arbre de probabilité. Pondichéry Avril 2008 - Exercice Une agence de voyages roose exclusivement trois destinations : la destination A, la destination G et la destination M. 50 % des clients choisissent la destination A. 0

Plus en détail

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE

DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE TP 9 DÉTECTION SYNCHRONE / MODULATION ET DÉMODULATION D AMPLITUDE Caacités exigibles : Mesurer une réquence ar une détection synchrone éléentaire à l aide d un ultilieur et d un asse-bas sile adaté à la

Plus en détail

Construction des polygones réguliers

Construction des polygones réguliers Construction des olygones réguliers Introduction : la question de savoir quelles sont les figures ou les nombres constructibles à la règle et au comas est un oint central des mathématiques deuis l Antiquité

Plus en détail

Afin de dégager une tendance générale, on élimine les fluctuations les plus grandes en lissant la série.

Afin de dégager une tendance générale, on élimine les fluctuations les plus grandes en lissant la série. I MOYEES MOBILES 1 Série chronologique Définition Une série chronologique orte sur des observations réalisées dans le tems, usuellement à intervalles égaux. EXEMPLE : On a relevé les réciitations, en mm/m,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Nombres complexes COURS EXERCICES PROBLÈMES. Exercices 1 à 4

Nombres complexes COURS EXERCICES PROBLÈMES. Exercices 1 à 4 0cours_79088 Page 7 Lundi, novembre 00 0: 0 Nombres comlees OBJECTIFS Utiliser la notation eonentielle d un nombre comlee Résoudre des équations dans Utiliser les nombres comlees our caractériser les transformations

Plus en détail

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1

prix par consommateur identiques différents prix par identiques classique 3 unité différents 2 1 3- LE MONOOLE DISCRIMINANT Le monoole eut vendre ertaines unités de roduit à des rix différents. On arle de disrimination ar les rix. Selon une terminologie due à igou (The Eonomis of Welfare, 1920), on

Plus en détail

SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET p-adiques DE GL 2 (Q p ) I. par. Christophe Breuil

SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET p-adiques DE GL 2 (Q p ) I. par. Christophe Breuil SUR QUELQUES REPRÉSENTATIONS MODULAIRES ET -ADIQUES DE GL 2 (Q ) I ar Christohe Breuil Résumé. Soit un nombre remier et F un cors local comlet de cors résiduel fini de caractéristique. En 993, Barthel

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont.

BOUCLE A VERROUILLAGE DE PHASE. (P.L.L. = Phase Locked Loop) Pierre Le Bars (avec la collaboration de Francis Gary) lebars@moniut.univ-bpclermont. BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) Pierre Le Bars (avec la collaboration de rancis Gary) lebars@moniut.univ-bclermont.fr BOUCL A VRROUILLAG D PHAS (P.L.L. = Phase Locked Loo) I/ Introduction

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 6. Les lentilles et les instruments d optique Objecti intermédiaire 3.2 Caitre 6 Les lentilles les instruments d otiue Décrire les caractéristiues d'une image ormée ar des systèmes otiues dont notamment la loue, le microscoe, le télescoe l'œil. Lentille

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Aire sous une courbe et calcul de primitives

Aire sous une courbe et calcul de primitives Aire sous une courbe et calcul de primitives Le calcul de primitives d une fonction et celui de l aire de la surface bordée par le graphique de cette fonction sont intimement liés. Les exemples qui suivent

Plus en détail

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis

MICRO-ECONOMIE. Concepteur du cours: Ridha saâdallah. Université Virtuelle de Tunis MICR-ECNMIE Conceteur du cours: Ridha saâdallah Université Virtuelle de Tunis 006 Introduction Générale Dans l'attente d'une définition formelle et récise à laquelle nous aboutirons à la fin de cette artie

Plus en détail

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes RÉDUCTION DES ÉCARTS DE RENDEMENT 9 e année Module 8 : Périmètre et aire de figures planes Guide de l élève Module 8 Périmètre et aire de figures planes Évaluation diagnostique...3 Aire de parallélogrammes,

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Une approche unifiée reposant sur l information mutuelle pour l estimation du mouvement 2D et l asservissement visuel

Une approche unifiée reposant sur l information mutuelle pour l estimation du mouvement 2D et l asservissement visuel Une aroche unifiée reosant sur l information mutuelle our l estimation du mouvement D et l asservissement visuel Amaury Dame 1 Eric Marchand 1 CNRS, Université de Rennes 1 1, INRIA Rennes-Bretagne Atlantique,

Plus en détail

Olympiade Mathématique internationale. Année 2015/2016. Tour 1 Problèmes pour le niveau R5

Olympiade Mathématique internationale. Année 2015/2016. Tour 1 Problèmes pour le niveau R5 Problèmes pour le niveau R5 1. Peter, Basil et Anatoly ont mis ensemble leurs économies pour s acheter un ballon. On sait que chacun a contribué pas plus que la moitié de ce que les deux autres ensemble.

Plus en détail

Des familles de deux enfants

Des familles de deux enfants Des familles de deux enfants Claudine Schwartz, IREM de Grenoble Professeur, Université Joseh Fourier Les questions et sont osées dans le dernier numéro de «Pour la Science» (n 336, octobre 2005, article

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

MAINTENANCE AUTOMOBILE

MAINTENANCE AUTOMOBILE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE AUTOMOBILE Otions : Voitures articulières, véhicules industriels, bateaux de laisance, motocycles Domaine E1- Ereuve Scientifique et technique MATHEMATIQUES ET SCIENCES

Plus en détail

Collisions entre deux particules d un système isolé

Collisions entre deux particules d un système isolé Mécanique du oint atériel _ chocs - Introduction Collisions entre deux articules d un systèe isolé Lorsque deux articules se rencontrent à des vitesses différentes dans une région de l esace, on aelle

Plus en détail

La part des salaires dans la valeur ajoutée en France : une approche macroéconomique

La part des salaires dans la valeur ajoutée en France : une approche macroéconomique PARTAGE DU REVENU La art des salaires dans la valeur ajoutée en France : une aroche macroéconomique Céline Prigent * * Céline Prigent aartient à la division Croissance et olitiques macroéconomiques de

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

Expériences aléatoires indépendantes Expériences aléatoires répétées. 1 ère S. II. Expériences aléatoires successives

Expériences aléatoires indépendantes Expériences aléatoires répétées. 1 ère S. II. Expériences aléatoires successives 1 ère Objectifs : Exériences aléatoires indéendantes Exériences aléatoires réétées II. Exériences aléatoires successives 1 ) Écriture des résultats our des exériences successives Pour des exériences aléatoires

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER)

LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) LOGICIEL D AIDE A LA PLANIFICATION POUR L ELECTRIFICATION RURALE (LAPER) FRANCE Valérie Lévy Franck Thomas - Rainer Fronius Marc Gratton Electricité de France Recherche et Déveloement Résumé Les bienfaits

Plus en détail

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret

Module 6: Chaînes de Markov à temps discret Module 6: Chaînes de Markov à tems discret Patrick Thiran 1 Définition Un rocessus stochastique est dit markovien (d ordre 1) si l évolution future du rocessus ne déend que de sa valeur actuelle et non

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie euclidienne

Nombres complexes et géométrie euclidienne 19 Nombres complexes et géométrie euclidienne Le corps C des nombres complexes est supposé construit voir le chapitre 7. On rappelle que C est un corps commutatif et un R-espace vectoriel de dimension,

Plus en détail