E1 - LOIS GÉNÉRALES DE L ÉLECTROCINÉTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E1 - LOIS GÉNÉRALES DE L ÉLECTROCINÉTIQUE"

Transcription

1 E1 - LOIS GÉNÉRLES E L ÉLECTROCINÉTIQUE OBJECTIFS L Électrocnétqe est la branche de l Électromagnétsme q étde le transport des charges électrqes dans les crcts condcters. Ses applcatons, de l électrotechnqe à l électronqe, ont révoltonné la socété hmane, à tel pont qe l on pet placer l nventon d crct électrqe a même nvea qe celles de l agrcltre, de la roe o de l écrtre dans l hstore de l Hmanté. Elle a envah tos les secters de l économe et de la ve qotdenne et jamas ne socété n a été atant trbtare d ne technologe. Il sfft d magner ce q l nos arrverat s la terre état prvée de tot corant électrqe pendant vngt-qatre heres... L énerge électrqe est essentellement obtene par converson d énerge chmqe, dans les centrales thermqes les énerges hydralqes (barrages) et ncléares (centrales) restant mnortares à l échelle planétare. Elle est enste dstrbée sos forme de corant alternatf par n résea trphasé en tole d aragnée et n sos-résea dphasé radal à tos les tlsaters. fat de ses applcatons nnombrables, l Électrocnétqe est ensegnée dans n bt pratqe. Il ne s agt pas d exposer des théore spectaclares o de réalser des proesses mathématqes, mas de décrre les statons smples et concrètes qe rencontre la technologe. Objectfs de cette leçon : Vocablare et concepts de base de l électrocnétqe. Los de Krchhoff et cadre dans leqel elles sont valables. Étde énergétqe d n dpôle. I COURNT ÉLECTRIQUE I.1 Charge éfnton : Une grander physqe est ne grander extensve lorsq elle est proportonnelle à la qantté de matère. Le blan d ne telle grander caractérsant n système S, entre t et t+dt, s écrt : dg varaton de la grander G de S pendant dt dg = δ e G+δ p G avec δ e G le terme d échange (entre S et le mle extérer) et δ p G le terme de prodcton(spécfqe à S). δ e G dg δ p G (S) Prncpe de conservaton de la charge : La charge est ne grander extensve conservatve. La charge électrqe ne pet être n créé, n détrte; elle ne pet être q échangée : dq = δ e Q car δ p Q 0 Il s agt d ne lo fondamentale de la physqe. Conséqence en électrocnétqe : n générater ne créé acne charge; par contre, l pet commnqer ax charges ne énerge électrqe et les mettre ans en movement. I.2 Intensté éfnton : L ntensté d n corant à travers ne srface S orentée est égale à la charge électrqe q traverse S par nté de temps : = dq dt où en ampère () dq est la charge élémentare (en colomb, C) traversant S pendant la drée élémentare dt (en seconde, s) n srface S orentée Q : S = 10 m dans n condcter métallqe de secton S, qel est le nombre d électrons N q traversent cette secton par seconde? Rép. : En régme statonnare, = dq dt = Q τ avec Q = N.e, e = q e = 1, C et τ = 1 s.

2 E1 I. Corant électrqe Sot N =.τ e électrons (60 mllons de mllards!). I.3 Vecter densté de corant a éfnton On fat les hypothèses svantes : - Sot n matéra condcter dans leqel tos les porters de charge sont de même type : tos les porters portent la même charge q (spposée postve sr le schéma). - chaqe porter a ne vtesse assmlée à la vtesse de grope v (cf. cors d Électromagnétsme). - la densté volmqe des porters (n, en m 3 ) est nforme. Pendant la drée élémentare dt les porters q traversent la srface S (plane et orentée) sont contens : - dans le cylndre de base S, - de génératrce v dt - et de hater vdtcosα. Le volme de ce cylndre est dv = vdtcosα.s Il content le nombre dn de porters de charge q traversent S entre t et t+dt : dn = n.dv. porters traversant S à l nstant t+dt vdt v α vdtcosα La charge q traverse S pendant la drée dt est donc : dq = q.dn = q.n.vdtcosα.s L ntensté d corant q traverse S est donc : = dq dt = nqvcosαs À la srface S orentée par le vecter ntare n, on assoce le vecter srface : Or, v n = vcosα, d où : = nq v S j S M v dt n porters traversant S à l nstant t S = S n. éfnton : On appelle vecter densté volmqe de corant et on note j le vecter (exprmé en.m 2 ) : n est la densté volmqe de porters (en m 3 ) j = nq v où q est la charge d n porter (en C) v est la vtesse d ensemble des porters (en m.s 1 ) O encore : j = ρ v où ρ est la densté volmqe de charges mobles (en C.m 3 ). éfnton : (Généralsaton) L ntensté q traverse ne srface S qelconqe et orentée par n contor C est égale a flx de la densté de corant à travers S : = j (M) ds avec ds = ds. n (M) C I j (M) M n ds S ds b Corants créées par dfférents types de porters ans n mle condcter, la densté de corant totale j est la somme des denstés de corants correspondant à chaqe type de porters de charges : j = jk = k k n k q k vk = k ρ k vk 2 http ://atelerprepa.over-blog.com/ Qadr J.-Ph. PTSI

3 II. Lo d Ohm E1 c Exercce : secton des fls électrqes Les fls de cvre tlsés dans les nstallatons domestqes spportent sans dommage ne densté volmqe de corants de l ordre de 7.mm 2. Q : Qelle est la secton mnmale d n fl cylndrqe destné à véhcler n corant de 16? Rép : Sot S l are de la secton drote d fl cylndrqe. Spposons ne répartton nforme de corants, c est-à-dre n vecter densté volmqe de corants j dentqe en tot pont d fl, donc de sa secton S. On a : = j ds = j n nds = j.ds = j ds = j.s. Psqe I = 16 et qe la densté de corants ne dot pas dépasser j max = 7.mm 2, on conclt : S mn = I j max 2,3 mm 2 II LOI OHM Physcens Fls de serrrer, Georg Ohm commence à travaller avec son père. À la ste de plsers séjors en Ssse, l termne ses étdes à Erlangen et l accepte n modeste poste à Bamberg. Qelqes années pls tard, l est très herex d être nommé à Cologne où l trove n envronnement et des moyens propces à ses recherches. G. Ohm est l ater en 1827 de la lo fondamentale q rele la tenson électrqe ax bornes d n condcter à l ntensté q le parcort. Il décovre cette lo relatvement smple après des séres de mesres très délcates sr les températres locales et les forces exercées a sen même des condcters. Nommé professer à l cadéme Mltare de Berln, ps à l Insttt Polytechnqe de Nremberg et enfn en 1849 à l Unversté de Mnch, l porst ses travax dans les domanes Georg Smon Ohm de la polarsaton des ples électrqes, de l acostqe, de la Erlangen (Bavère) polarsaton de la lmère. Mnch 1854 Il se fat remarqer par des expérences spectaclares et par des tratements mathématqes sophstqés. ans le domane de l acostqe, l montre en 1843 qe l orelle est capable de séparer dans n son complexe les dfférentes composantes snsoïdales. II.1 Tenson et potentel électrqe Le movement des charges q constte le corant dans ne certane régon de l espace est provoqé par n déséqlbre de natre électrqe a sen de celle-c. On défnt en tot pont de l espace n champ scalare noté V(M) q on appelle potentel électrqe. Nos ne porrons défnr correctement le potentel électrqe qe dans le cors d Électromagnétsme. Por le moment, l sfft de savor qe lorsqe le potentel électrqe n est pas nforme, l apparaît n champ électrqe E. lors, les porters de charges mobles sont soms à la force électrqe q E q ler commnqe n movement d ensemble. Ils engendrent alors n corant électrqe (cf.i). la descrpton d ne porton de crct électrqe comprse entre dex ponts et B fat donc appel à dex granders, d ne part l ntensté d corant, d atre part la dfférence de potentel U B = V V B entre et B. éfnton : On appelle tenson (électrqe) la dfférence de potentel entre et B. Elle s exprme, comme le potentel, en volts (V). Par conventon, la tenson U B entre les ponts et B se représente dans n schéma électrqe par ne flèche drgée vers le pont. B U B = V V B Qadr J.-Ph. PTSI http ://atelerprepa.over-blog.com/ 3

4 E1 III..R.Q.S Rq1 : U B > 0 V > V B : s ne tenson est postve, alors la flèche de tenson est dans le sens des potentels crossants. Rq2 : Les potentels V sont défns à ne constante près. Sele la tenson o dfférence de potentels a n sens physqe. II.2 Lo d Ohm Por de nombrex condcters, la tenson (= dfférence de potentels) entre les extrémtés d condcter est proportonnelle à l ntensté traversant le condcter : U B = V V B = RI B I B = GU B avec R = 1 G R est la résstance (en ohm, Ω) d condcter ohmqe et G la condctance (en semens, S). Cas partcler : condcter métallqe cylndrqe homogène, de longer l et de secton S : R = ρ l S avec ρ 1 γ { ρ s appelle la résstvté (en Ω.m) γ s appelle la condctvté (en S.m 1 ) Ordres de grander : condcter : ρ 10 8 Ω.m et γ S.m 1 : ρ = 2, Ω.m et ρ C = 1, Ω.m Por n solant comme le verre : ρ 10 6 Ω.m et γ 10 6 S.m 1. Q : Qelle est la résstance d n fl électrqe en cvre de damètre φ = 1 mm et de longer l = 1 m? Por n fl de même natre mas de damètre doble (φ = 2 mm)? l Rép. : R fl = ρ C S = ρ 1 C π( φ Ω et R 2 )2 fl Ω Conclson : La résstance d n fl de connexon est néglgeable devant les atres résstances d n crct : R fl 0 Ω U fl 0 V III pproxmaton des régmes qas-statonnares III.1 Régme permanent et régme varable éfnton : On parle de résea en régme contn a (o statonnare o permanent) lorsqe les granders (ntensté, corant, charge...) sont ndépendantes d temps. On note de telles granders par des majscles (I, U B, Q 0...). Un résea électrqe fonctonne en régme varable lorsqe les granders q l sont assocées varent a cors d temps ((t), (t), q(t)...). a. ce terme n a acn rapport avec la contnté mathématqe. III.2 pproxmaton des régmes qas-statonnares Q : Sot le crct c-contre. Le condensater C est ntalement déchargé. près la fermetre de l nterrpter K, les ampèremètres vont-ls ndqer, à chaqe nstant, la même valer de l ntensté? Rép : en tote rger, non. Car l expérence montre qe l ntensté (la tenson, et totes lers manfestatons) sont des granders q se propagent avec ne vtesse énorme (c c 0 = m.s 1 ) mas avec ne vtesse fne. 4 http ://atelerprepa.over-blog.com/ Qadr J.-Ph. PTSI M (t) M K N (t) N E C R

5 IV. Los de Krchhoff E1 ns, en tote rger, N (t) est en retard sr l ntensté M (t) : N (t) = M (t τ), où τ est la drée de propagaton d sgnal électrqe de M à N. Q : Portant, en régme varable (snsoïdal le pls sovent) nos consdérerons qe l ntensté est la même en tos ponts d ne même branche, sos certanes condtons. où la qeston : à qelle condton pet-on parler de l ntensté dans ne branche d n crct, c est-à-dre, à qelle condton a-t-on : M (t) N (t)? Rép : Une étde complète nécesste le cadre de l Électromagnétsme et sera abordée en Math. Spé. Mas nos povons retenr qe cela nécesste qe la drée de propagaton τ = MN sot c néglgeable devant les drées caractérstqes d régme étdé (temps de relaxaton lorsqe le sgnal est transtore, o pérode lorsqe le sgnal est pérodqe). L approxmaton des régmes qas statonnares (RQS) o qas permanents (RQP) revent à néglger tos les effets lés à la propagaton des sgnax électro-magnétqes sos forme de tenson o de corant. lors, l ntensté est la même en tos les ponts d ne branche d n crct : M (t) = N (t) = (t) Condtons de l RQS por n sgnal snsoïdal : λ l T τ f 1 τ avec τ = l c - l est la dmenson caractérstqe d crct (longer d n fl de connexon) - τ est la drée caractérstqe de propagaton des sgnax. - T est la pérode d sgnal snsoïdal, f = 1 T sa fréqence et λ = c.t sa longer d onde. Ordre de grander : En pratqe, a laboratore, l 1 m τ = l c s = 3 ns. Et la condton : T τ f < 1 τ = Hz. Conclson : por 0 Hz < f < 1 MHz Hz, on est dans l RQS a laboratore. lors la mesre de l ntensté dans ne branche a n sens. Cec revent à travaller avec des sgnax de pérode : T > 1 f max = 10 6 s = 1 μs. IV LOIS E KIRCHOFF IV.1 Vocablare Fl de connexon : fl dont la résstance est néglgeable devant les atres résstances d montage. Masse Sgnal : référence des potentels d n crct donné. ce potentel n est pas forcément constant dans le temps (mas ce n est pas grave psqe seles les dfférences de potentels nos ntéressent). Symbole :. Masse Carcasse o «Terre» : c est n pont de potentel constant. La carcasse métallqe d n apparel électrqe ayant vocaton à être relée à la terre par l ntermédare de la prse de terre et la Terre étant conventonnellement a potentel nl, la carcasse électrqe pet servr de référence des potentels. Symbole :. pôle : composant électrqe lmté par dex bornes, appelées encore «pôles». Mltpôles : composant électrqe dont l accès se fat par pls de dex bornes. En partcler : les qadrpôles. Sovent, les qadrpôles possèdent ne borne commne entre l entrée et la sorte. On branche n qadrpôle entre n dpôle d entrée («sorce») et n dpôle de sorte q on appelle dpôle d tlsaton o encore «charge». Qadr J.-Ph. PTSI http ://atelerprepa.over-blog.com/ 5

6 E1 IV. Los de Krchhoff Nœd : c est n pont d crct q est la borne commne à pls de dex dpôles (et/o mltpôles). Branche : ensemble de dpôles montés en sére et stés entre dex nœds. Malle : ensemble de branches formant n contor fermé q on ne pet parcorr en ne passant q ne sele fos par chaqe nœd ntermédare. Une malle est orentée arbtrarement! Malle élémentare : c est ne malle délmtant dans le crct n enclos connexe. Résea o Crct : système de condcters relés les ns ax atres (par des fls de connexon) q on pet analyser en terme de malles, nœds, branches... Exercce : ans le crct c-contre, tos les dpôles sont dentqes. Q : énombrer les branches (b) et nommer les malles élémentares (m) et les nœds (n). Rép : On compte : - b = 5 branches (atant qe d ntenstés) - m = 3 malles élémentares : (PECNP), (BCE) et (BCB). - n = 3 noeds :, B et C. ttenton : N, P et E ne sont pas des nœds. 2 1 P e B E 3 4 N = M C Physcens près des étdes effectées à Köngsberg, Gstav Krchhoff ensegne la physqe à Berln. À vngt ans, l établt les los q régssent les corants électrqes dans les crcts dérvés (1845). Pls tard, l élabore ne théore générale de l électrcté dans laqelle l ntrodt les notons de potentel scalare et de potentel vecter. Nommé professer à Bresla, l collabore avec son am R. Bnsen q l entraîne en 1854 à Hedelberg où ls effectent ensemble des travax remarqables. ans ne expérence célèbre de spectroscope des flammes, ls montrent qe les raes d n gaz pevent être nversées, brllantes à l émsson, obscres à l absorpton. Ils explqent ans le doblet nor d sodm observé en 1814 par J. Franhofer dans le spectre solare. Sr la base d n sel argment de thermodynamqe, G. Krchhoff établt en 1859 la proportonnalté entre le povor émssf et le povor absorbant des corps chads. Introdsant enste le concept de corps nor, l dentfe en 1862 ce cœffcent de proportonnalté avec la brllance d rayonne- Gstav Robert Krchhoff Köngsberg (llemagne) Berln 1887 ment thermqe. Il émet également l hypothèse qe les los d corps nor ne dovent dépendre qe de la températre, hypothèse q joe n grand rôle dans les recherches en ce domane à la fn d XIX e sècle. Il nvente n spectroscope q l tlse avec R. Bnsen por réalser en 1859 l analyse spectrale des composés chmqes. Cette méthode ler permet de décovrr pe après dex éléments chmqes noveax, le césm et le rbdm. Le thallm, l ndm et le gallm seront enste dentfés avec cette même méthode d analyse. IV.2 Lo des nœds ans les réseax et en régme varable, l n est pas tojors facle de connaître le sens d corant. On chost n sens arbtrare d corant por chaqe branche, le corant réel I étant algébrqe. Lo des nœds : En régme contn, comme dans l RQS, La somme des ntenstés des corants arrvant en n nœd N est égale à la somme des ntenstés q en repartent : j = allant vers N venant de N k 6 http ://atelerprepa.over-blog.com/ Qadr J.-Ph. PTSI

7 IV. Los de Krchhoff E1 Exemple d applcaton : Sr le schéma c-contre, la lo des nœds a nœd N donne : somme des ntenstés arrvant en N = somme des ntenstés repartant de N Sot : = Q on pet encore écrre : = 0 Ce q condt a corollare svant de la lo des nœds : 5 1 N Corollare : En régme contn, comme dans l RQS, La somme algébrqe des ntenstés en n nœd est nlle : ε k k = 0 nœd en comptant : - postvement les ntenstés des corants arrvant en (ε k = +1) - et négatvement celles des corants repartant de (ε k = 1). IV.3 Lo des malles Lo des malles : En régme contn comme dans l RQS, La somme algébrqe des tensons prses le long d ne malle orentée est nlle : { εk = +1 s la tenson ε k k = 0 avec k est drgée dans le sens chos por la malle ε k = 1 snon malle Exemple d applcaton : Lo des malles por la malle orentée (CB) c-contre : = 0 4 = + 1 = B 3 = C Sot : + C + BC + B = 0 Corollare : lo d addtvté des tensons (o relaton de Chasles) : S, B et C sont tros ponts d n crct, alors : C = B + BC B 2 = CB C IV.4 pplcaton On reprend le crct étdé dans l exercce de IV.1. Q : Écrre totes les los des nœds et totes les los des malles élémentares. onnées : U PN = 12 V, U C = 3,6 V, U BC = U B 2, = 0,042 et 4 = 0,012. Q : étermner totes les ntenstés d crct, la tenson ax bornes de chaqe dpôle et le potentel de chaqe pont. Rép. : Los des nœds : Nœd : = (N 1 ) Nœd B : 2 = (N 2 ) Nœd C : = (N 3 ) = (N 1 )+(N 2 ) Los des malles : (PCNP) : U PN +U P +U E +U CE +U NC = 0 (M 1 ) (BCE) : U B +U CB +U EC +U E = 0 (M 2 ) (BCB) : U CB ( 4 )+U BC ( 3 ) = 0 (M 3 ) ex dpôles dentqes parcors par le même corant sont soms à la même tenson. onc : U E = U EC por la branche parcore par l ntensté 1. onc U C = U E +U EC = 2U E, sot U E = U EC = U C 2 = 1,8 V. Qadr J.-Ph. PTSI http ://atelerprepa.over-blog.com/ 7

8 E1 V. pôle et Pssance U P = U NC, sot (M1) e+2u P +U C = 0 U P = U CN = e U C 2 e pls, comme U BC = U B 2 U B = 2 3 U C = 2,4 V et U BC = U B 2 et U C = U B +U BC = 3,6 V, on en dédt : = 1,2 V. = 4,2 V Entre B et C, on a dex dpôle dentqes soms à la même tenson, donc : 3 = 4 = 0,012. La lo des nœds en B donne : 2 = 2 3 = 0,024. Celle en : 1 = 2 = 0,018. Par défnton de la masse, V N = V M = 0 V. La défnton de la tenson (U ab = V a V b ) permet d obtenr les potentels de tos les ponts : V P = 12 V V = 7,8 V V B = 5,4 V V C = 4,2 V V E = 6 V V IPÔLE ET PUISSNCE ÉLECTROCINÉTIQUE V.1 Caractérstqe d n dpôle éfnton : ex conventons por étder n dpôle : - et de sens opposés ( = B ) : - et sont de même sens ( = B ) : l s agt de la conventon récepter : l s agt de la conventon générater : B B B B éfnton : ex corbes permettent de caractérser n dpôle : - La corbe = () est la caractérstqe Tenson-Intensté. - La corbe = () est la caractérstqe Intensté-Tenson. Rqe : Tojors ndqer la conventon chose lorsq on trace ne caractérstqe () o (). Por cela, ndqer le symbole d dpôle et l ndcaton des sens de et à proxmté de la caractérstqe. Conventon récepter B B Conventon générater B B B. < 0 dpôle générater B. > 0 dpôle récepter B. > 0 dpôle récepter B. < 0 dpôle générater B. < 0 dpôle récepter B. > 0 dpôle générater B. > 0 dpôle générater B. < 0 dpôle récepter En conventon récepter, s l ntensté traversant le dpôle et la tenson à ses bornes ont le même sgne, alors le dpôle possède n caractère récepter. En conventon générater, s l ntensté traversant le dpôle et la tenson à ses bornes ont le même sgne, alors le dpôle possède n caractère générater. 8 http ://atelerprepa.over-blog.com/ Qadr J.-Ph. PTSI

9 V. pôle et Pssance E1 éfnton : On appelle : pôle Symétrqe : n dpôle dont le fonctonnement ne dépend pas d sens d corant. Exemples : résstance, condensater, bobne, thermstance... B R pôle d-symétrqe o encore dpôle «polarsé» : n dpôle dont le fonctonnement dépend d sens d corant. Exemples : dode, condensater électrochmqe, génératers... B Rq : la caractérstqe Intensté-Tenson (o Tenson-Intensté) d n dpôle polarsé n est pas symétrqe par rapport à l orgne O(0,0), d où le nom de «dpôle non-symétrqe». éfnton : pôle passf : dpôle ayant ne tenson nlle à ses bornes qand l n est parcor par acn corant : I = 0 U = 0 sa caractérstqe passe par l orgne. ans le cas contrare, on parle d n dpôle actf. Exemples : - dpôles passfs : dode, résstance. - dpôles actfs : générater de corant (I(U = 0) = 0) o de tenson (U(I = 0) = 0). V.2 Pssance reçe par n dpôle Qadr J.-Ph. PTSI http ://atelerprepa.over-blog.com/ 9

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.

Clemenceau. Régime sinusoïdal forcé. Impédances Lois fondamentales - Puissance. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O. ycé Clnca PCS - Physq ycé Clnca PCS (O.Granr) ég snsoïdal forcé pédancs os fondantals - Pssanc ycé Clnca PCS - Physq ntérêt ds corants snsoïdax : Expl d tnsons snsoïdals : tnson d sctr (50 H 0 V) s lgns

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Montages à plusieurs transistors

Montages à plusieurs transistors etor a men! ontages à plsiers transistors mplificaters à plsiers étages Dans de nombrex amplificaters, on cerce à obtenir n grand gain, ne impédance d entrée élevée (afin de ne pas pertrber la sorce d

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

TRANSLATION ET VECTEURS

TRANSLATION ET VECTEURS TRNSLTION ET VETEURS 1 sr 17 ctivité conseillée ctivités de grope La Translation (Partie1) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr1.pdf La Translation (Partie2) http//www.maths-et-tiqes.fr/telech/trans_gr2.pdf

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE

JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE Diocèses de Paris, Nanterre, Créteil et Saint-Denis JE LÈGUE À L ŒUVRE DES VOCATIONS POUR FORMER NOS FUTURS PRÊTRES NOS RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES LEGS, DONATIONS, ASSURANCES VIE FAITES DE VOS BIENS

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré

Microphones d appels Cloud avec message pré-enregistrés intégré Microphones d appels Clod avec message pré-enregistrés intégré Clearly better sond Modèles PM4-SA et PM8-SA Description générale Les microphones d appels nmériqes Clod de la gamme PM-SA ont été développés

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS ONSEVAOIE NAIONAL DES AS E MEIES ELEONIQUE ANALOGIQUE PH / ELE 4 / DU GEII ere année ------------------------- ------------------------- Dder LE UYE / Perre POVEN Janer ABLE DES MAIEES APPELS D ELEOINEIQUE...5.

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC):

mettez le casque et savourez votre calme! Réduction active des bruits de fond (ANC): & pls03/ 2014 Une conversation de vive voix en dit pls qe mille corriers électroniqes Page 3 Série Jabra Evolve Pages 4 5 Micros-casqes UC Pages 6 7 freevoice SondPro 355 Page 8 Jabra PRO925/935 Page 9

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

Estimation des incertitudes sur les erreurs de mesure.

Estimation des incertitudes sur les erreurs de mesure. Estmto des certtdes sr les errers de mesre. I. Itrodcto : E sceces epérmetles, l este ps de mesres ectes. Celle-c e pevet être q etchées d errers pls o mos mporttes selo le protocole chos, l qlté des strmets

Plus en détail

Étudier si une famille est une base

Étudier si une famille est une base Base raisonnée d exercices de mathématiqes (Braise) Méthodes et techniqes des exercices Étdier si ne famille est ne base Soit E n K-espace vectoriel. Comment décider si ne famille donnée de vecters de

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Système isolateur de ligne de haut-parleurs

Système isolateur de ligne de haut-parleurs Systèmes de commnications Système isolater de ligne de hat-parlers Système isolater de ligne de hat-parlers www.boschsecrity.fr Fornit des bocles de hat-parler redondantes por les systèmes de sonorisation

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

AMC2 - (Contrôleur d'accès modulaire - Access Modular Controller)

AMC2 - (Contrôleur d'accès modulaire - Access Modular Controller) Engineered Soltions AMC2 - (Contrôler d'accès modlaire - Access Modlar Controller) AMC2 - (Contrôler d'accès modlaire - Access Modlar Controller) www.boschsecrity.fr Gestion intelligente des accès por

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

LBC 341x/0 - Enceintes

LBC 341x/0 - Enceintes Systèmes de commnications LBC 41x/ - Enceintes LBC 41x/ - Enceintes www.boschsecrity.fr Reprodction vocale et msicale hate fidélité Plage de fréqences étende Entrées 8 ohms et 1 V réglables Enceinte compacte

Plus en détail

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series

Unités d'extension de disques durs iscsi DSA E-Series Vidéo Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series Unités d'extension de disqes drs iscsi DSA E-Series www.boschsecrity.fr Soltion de stockage résea extensible : contrôler doté de 12 disqes drs

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2

EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 EMC BACKUP AND RECOVERY OPTIONS FOR VSPEX VIRTUALIZED ORACLE 11GR2 Version 1.3 Gide de conception et de mise en œvre H12347.3 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié en Mai, 2014

Plus en détail

TD: Transformée de Fourier

TD: Transformée de Fourier TD: Transformée de Forier Définition + Soit ne fonction complee f de la variable réelle Si elle est de carré sommable, c est-à-dire si l intégrale f( d converge (on se reportera a cors de mathématiqes

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation.

Le choix d un contrat d assurance maladie entre traitement et compensation. Le choix d n contrat d assrance maladie entre traitement et compensation. F.YAFIL Avril 3 Résmé : L objectif de cet article est de prendre en considération les différentes formes qe pevent revêtir les

Plus en détail

Global Votre assurance complémentaire individuelle

Global Votre assurance complémentaire individuelle Global Votre assrance complémentaire individelle Assrance de base Le minimm légal L assrance obligatoire des soins (LAMal) vos garantit ne covertre de base des frais de santé. Elle prend en charge les

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Enregistreur numérique Divar

Enregistreur numérique Divar Vidéo Enregistrer nmériqe Divar Enregistrer nmériqe Divar www.boschsecrity.fr Versions 6, 9 et 16 voies Technologie en option Enregistrement, lectre et archivage simltanés Contrôle des caméras AtoDome

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

Centrale AMAX 4000. Systèmes d'alarme intrusion Centrale AMAX 4000. www.boschsecurity.fr. 64 zones à raccordement filaire / 16 groupes

Centrale AMAX 4000. Systèmes d'alarme intrusion Centrale AMAX 4000. www.boschsecurity.fr. 64 zones à raccordement filaire / 16 groupes Systèmes d'alarme intrsion Centrale AMAX 4000 Centrale AMAX 4000 www.boschsecrity.fr 64 zones à raccordement filaire / 16 gropes 64 codes tilisaters Jornal 3 x 254 événements horodatés Armement à distance

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

INSTALLATION DE FORCE DE VENTE POUR EVALUATION

INSTALLATION DE FORCE DE VENTE POUR EVALUATION INSTALLATION DE FORCE DE VENTE POUR EVALUATION 1) Prncps d fonctonnmnt Forc d Vnt st n ogc d CRM/SFA tsab sr PC n mod cnt/srvr t sr appar Androd (Smartphon o tabtt vrson Androd mnmm 3.2 t écran mnmm 480

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

VRM Video Recording Manager

VRM Video Recording Manager Vidéo VRM Video Recording Manager VRM Video Recording Manager www.boschsecrity.fr Stockage réparti et éqilibrage de la configrable Basclement sr n enregistrer de secors iscsi en cas de défaillance, por

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance

Calculs des convertisseurs en l'electronique de Puissance Calculs des conertsseurs en l'electronque de Pussance Projet : PROGRAMMAON ate : 14 arl Auteur : herry EQUEU. EQUEU 1, rue Jules Massenet 37 OURS el 47 5 93 64 herry EQUEU Jun [V37] Fcher : ESGN.OC Calculs

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

jeux de toujours pour des

jeux de toujours pour des 36 jex de tojors por des «récrés» d ajord hi Damien Fontenoy Frédéric Jacqemin Préface Tos nos remerciements s adressent ax enfants, ax institters, ax professers d édcation physiqe et ax directions de

Plus en détail

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007

annexes circulaire interministérielle n DGUHC 2007-53 du 30 novembre 2007 annexes circlaire interministérielle n DGUHC 2007-53 d 30 novembre 2007 relative à l accessibilité des établissements recevant d pblic, des installations overtes a pblic et des bâtiments d habitation Annexes

Plus en détail

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW

EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW EMC BACKUP AND RECOVERY FOR VSPEX FOR END USER COMPUTING WITH VMWARE HORIZON VIEW Version 1.2 Gide de conception et de mise en œvre H12388.2 Copyright 2013-2014 EMC Corporation. Tos droits réservés. Pblié

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA

par Jacques RICHALET Directeur société ADERSA Commande prédictive par Jacqes RICHALET Directer société ADERSA 1. Les qatre principes de la commande prédictive... R 7 423 2 1.1 Modèle interne... 2 1.2 Trajectoire de référence... 3 1.3 Strctration de

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT.

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT. 87 DUCAPTEURAUXEANQUESDEDONNEES. TECHNQUES D'NSTRUMENTATON EN GEOPEY8QUE. J:M. CANTN Unversté Lous Pasteur (Strasbourg 1) nsttut de Physque du Globe de Strasbourg Ecole et Observatore de Physque du Globe.

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires

Maires - Élus - Promoteurs. Des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités : une solution attractive pour les territoires Maires - Éls - Promoters Des liex de vie collectifs adaptés ax retraités : ne soltion attractive por les territoires Sommaire Un logement adapté ax besoins des seniors Les différentes formles de liex de

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail