Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3"

Transcription

1 1 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Voir le chapitre 19 pour l'étude des espaces euclidies et des isométries. État doé u espace euclidie E de dimesio 1, o rappelle que : si E est orieté par le choix d'ue base orthoormée B 0, o dit alors qu'ue base orthoormée B est directe si det B0 (B = 1 ; si u O (E est ue isométrie, o a alors, det (u = ±1 et o ote : O + (E = {u O (E det (u = 1} le sous-groupe de O (E formé des isométries directes (ou positives et : O (E = O (E \ O + (E = {u O (E det (u = 1} le sous-esemble de O (E formé des isométries idirectes (ou égatives ; ue applicatio liéaire u L (E est ue isométrie si, et seulemet si, sa matrice A das ue base orthoormée quelcoque de E est orthogoale, soit A O (R. O ote : O + (R = {A O (R det (A = 1} le sous-groupe de O (R formé des matrices orthogoales positives et : O (R = O (R \ O + (R = {A O (R det (A = 1} le sous-esemble de O (R formé des matrices orthogoales égatives. Si λ est ue valeur propres réelle d'ue isométries u O (E, o a alors λ = ±1. E eet si x E est u vecteur propre uitaire associé à la valeur propre λ, o a alors : 1 = x = u (x = λx = λ x = λ Si F est u sous-espace vectoriel de E stable par u O (E, l'orthogoal F est égalemet stable par u (ue isométrie coserve l'orthogoalité. E eet, si u (F F, o a alors u (F = F puisque u est u isomorphisme de E et pour pour tout x F, tout z F, il existe y F tel que z = u (y et : u (x z = u (x u (y = x y = 0 doc u (x F. 519

2 50 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio 1.1 Isométries e dimesio Pour ce paragraphe, E est u espace euclidie de dimesio et il est orieté par le choix d'ue base orthoormée B 0 = (e 1, e. Pour tout réel, o ote : ( ( cos ( si ( cos ( si ( R = et S si ( cos ( = si ( cos ( Lemme 1.1 Pour tous réel et, o a : R R = R R = R +, S S = R, R S = S +, S R = S et les matrices R, S sot iversibles d'iverses : et : R 1 = R et S 1 = S Démostratio. Pour les deux premières égalités, il sut de vérier : ( ( cos ( si ( cos ( R R = si ( si ( cos ( si ( cos ( ( cos ( cos ( = si ( si ( (cos ( si ( + si ( cos ( cos ( si ( + si ( cos ( cos ( cos ( si ( si ( ( cos ( + = si ( + si ( + cos ( + = R + ( ( cos ( si ( cos ( S S = si ( si ( cos ( si ( cos ( ( cos ( cos ( = + si ( si ( (si ( cos ( cos ( si ( si ( cos ( cos ( si ( cos ( cos ( + si ( si ( ( cos ( = si ( si ( cos ( = R O e déduit que R R = R 0 = I et S S = R 0 = I, ce qui sigie que R 1 = R et = S. De S + S = R = S S, o déduit que R S = S +, S R = S. L'égalité S 1 = S équivalete à S = I ous dit que toutes les matrices S sot d'ordre. S 1 Théorème 1.1 O a : O + (R = {R R} et O (R = {S R} Démostratio. Pour tout réel, o a : doc R O + (R et : doc S O (R. R 1 = R = t R, det (R = 1 S 1 = S = t S, det (S = 1

3 Isométries e dimesio 51 ( ( a b d c Réciproquemet, soiet A = O c d (R et C = sa comatrice. b a Si A O + (R, o a alors t A = A 1 1 = t C = t C, doc A = C, ce qui ous doe ( det (A a c a = d et b = c, de sorte que A = avec det (A = a c a + c = 1 et il existe u réel tel que a = cos ( et c = si (, doc A = R. Si ( A O (R, o a alors A = C, ce qui ous doe d = a et b = c, de sorte que a c A = avec det (A = (a c a + c = 1 et il existe u réel tel que a = cos ( et c = si (, doc A = S. Ce théorème peut aussi s'exprimer comme suit. Théorème 1. O a : { ( cos ( ε si ( O (R = A = si ( ε cos ( } R et ε = det (A { 1, 1} Remarque 1.1 Le réel qui iterviet das le théorème précédet, pour A O (R, est uique si o le pred das ] π, π]. Du lemme 1.1, o déduit que l'applicatio : R O + (R R est u morphisme de groupes surjectif de (R, + sur O + (R de oyau πz et par passage au R quotiet, o e déduit u isomorphisme du groupe quotiet πz sur O+ (R. E particulier, le groupe O + (R est commutatif. De même, e désigat par Γ le groupe multiplicatif des ombres complexes de module égal à 1, l'applicatio : R Γ e i ( R passe au quotiet e u isomorphisme de groupes de πz, + sur (Γ, et ( O + (R, est aussi isomorphe à (Γ,. Remarque 1. Pour, O + (R 'est pas commutatif. Remarque 1. Le groupe O + (R qui est isomorphe à Γ est compact et coexe (Γ est compact et coexe comme image du segmet [0, π] par l'applicatio cotiue t e it. L'esemble O (R est aussi compact et coexe comme image de O + (R par l'applicatio cotiue : ( cos ( si ( si ( cos ( ( cos ( si ( si ( cos ( ( ( cos si = si cos Le groupe O (R 'est pas coexe et O + (R et O (R sot ses deux composates coexes. Ce résultat état gééral (voir le théorème

4 5 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Théorème 1. U edomorphisme u du pla euclidie E est ue isométrie directe si, et seulemet si, il existe u réel tel que la matrice de u das 'importe quelle base orthoormée directe B est de la forme : ( cos ( si ( R = si ( cos ( U edomorphisme u de E est ue isométrie idirecte si, et seulemet si, il existe u réel tel que la matrice de u das la base B 0 est de la forme : ( cos ( si ( S = si ( cos ( Démostratio. La matrice de u O + (E das la base orthoormée B 0 est das O + (R, doc de la forme R pour u certai réel et il s'agit de démotrer que ce réel est idépedat de la base orthoormée directe choisie. Si B est ue autre base orthoormée directe de E, la matrice de u O (E das cette base est P 1 R P, où P O + (E est la matrice de passage de B 0 à B et P 1 R P = R puisque O + (R est commutatif. La matrice de u O (E das la base orthoormée B 0 est das O (R, doc de la forme S pour u certai réel. Remarque 1.4 Avec les otatios du théorème précédet, la matrice de u O + (E das ue base orthoormée idirecte B est t R = R 1 = R. E eet, la base idirecte B( déit la même orietatio que B0 = (e 1, e, la matrice de 1 0 passage de B 0 à B0 est Q = et la matrice de u das B0 est : 0 1 ( ( 1 0 cos ( si ( Q 1 R Q = 0 1 si ( cos ( ( cos si = = R si cos cette matrice état aussi celle de u das B. ( Remarque 1.5 Pour u O (E, avec les otatios de la démostratio précédete, la matrice de passage de B 0 à ue ue base orthoormée directe B est de la forme P = R et : P 1 S P = R S R = S R = S ( 1 0 Par exemple pour u O (E de matrice S 0 = das la base caoique B de R et ( 1 1 B = (e 1 + e, ( e 1 + e, o a P = 1 ( 1 1 et la matrice de u das B est : 1 1 S 0 = ( Exercice 1.1 Motrer que pour u O + (E et v O (E, o a v u v = u 1.

5 Isométries e dimesio 5 Solutio 1.1 O peut utiliser les expressios matricielles des isométries das B 0 et vérier par u calcul direct que pour tous réels et, o a : S R S = S S = R = R 1 O peut aussi dire que u v O (E (elle est das O (E de détermiat égal à 1 est ivolutive, doc u v = (u v 1 = v 1 u 1 et composat à gauche par v, o obtiet v u v = u Rotatios e dimesio Déitio 1.1 Ue isométrie u O + (E de matrice R das ue base orthoormée directe B, est appelée rotatio et est ue mesure de l'agle de cette rotatio. Si, das la déitio précédete, o impose das l'itervalle ] π, π], il est alors uiquemet détermié et o dit que c'est la mesure pricipale de l'agle de la rotatio. Das ue base idirecte, cette mesure pricipale est. O dit, de maière plus précise, que = { + kπ k Z} R πz est l'agle de la rotatio u O + (E das le pla euclidie orieté E. Par abus de lagage, o dit parfois que est l'agle de la rotatio, état etedu que le réel est déie modulo π. Pour u O + (E et tout x = x 1 e 1 + x e E, o a : u (x = (cos ( x 1 si ( x e 1 + (si ( x 1 + cos ( x e et : u (x x = cos ( ( x 1 + x = cos ( x = cos ( x u (x det B0 (x, u (x = x 1 cos ( x 1 si ( x x si ( x 1 + cos ( x = si ( ( x 1 + x = si ( x L'agle (modulo π de la rotatio u est peut doc se calculer avec : { cos ( = u (x x si ( = det B0 (x, u (x où x est u vecteur uitaire. Pour x 0, est ue mesure de l'agle géométrique que fot les vecteurs x et u (x. E preat das ] π, π], la mesure pricipale de cet agle géométrique est ±. Exemple 1.1 Si u est la rotatio d'agle π et (f 1, f ue base orthoormée directe, o a alors u (f 1 = f et u (f = f 1. Exemple 1. Les seules rotatios ivolutives sot Id et Id. Remarque 1.6 L'idetité est la rotatio d'agle 0, Id est la rotatio d'agle π et ue rotatio u d'agle / { 0, π } 'a pas de valeur propre réelle. E eet, so polyôme caractéristique est : χ u (λ = cos ( λ si ( si ( cos ( λ = (cos ( λ + si ( si ( > 0 O e déduit que les seules rotatios ayat ue valeur propre réelle sot Id avec 1 pour uique valeur propre et Id avec 1 pour uique valeur propre.

6 54 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio De l'étude du groupe commutatif O + (R, o déduit que l'iverse de la rotatio d'agle est la rotatio d'agle et la composée des rotatios u d'agle et u d'agle est la rotatio u u = u u d'agle +. Théorème 1.4 Le groupe O + (E est commutatif et 'est pas simple. Ses sous-groupes is sot tous cycliques. Plus précisémet, pour tout etier 1, l'uique sous-groupe d'ordre de O + (E est le groupe cyclique egedré par la rotatio d'agle π. Démostratio. Le groupe O + (E est isomorphe à O + (R qui est commutatif isomorphe au groupe multiplicatif Γ des ombres complexes de module égal à 1. Le groupe O + (R état commutatif, tous ses sous-groupes sot distigués. Comme de plus ce groupe est ii, il a ue iité de sous-groupes (exercice 1.15 et e coséquece 'est pas simple. O peut aussi dire que pour tout réel ]0, π[, le sous-groupe de O + (R egedré par R est distigué distict de {Id} et O + (R. U sous groupe i G de O + (E est isomorphe à u sous-groupe de Γ et o sait que pour tout etier 1, l'uique sous-groupe d'ordre de Γ est le groupe Γ des racies -èmes de l'uité (exercice.. L'uique sous-groupe d'ordre 1 de O + (R est doc le groupe : R = { R k 0 k 1 } où : ( ( cos π ( si π R = si ( π cos ( π est la matrice de la rotatio d'agle π Z et ce groupe est cyclique isomorphe à Z. Corollaire 1.1 Soit G u sous-groupe i de O (E. S'il est coteu das O + (E et d'ordre 1, il est alors cyclique egedré par la rotatio ρ d'agle π. S'il 'est pas coteu das O + (E, e désigat par l'ordre du sous-groupe G + = G O + (E de O + (E, par ρ la rotatio d'agle π qui egedre G+ et par σ u élémet de G \ G + = G O (E, o a alors : G = { Id, ρ,, ρ 1, ρ σ,, ρ 1 σ } Démostratio. Si G O + (E, le théorème précédet ous dit alors que G = ρ = {Id, ρ,, ρ 1 }. Sio, pour tout σ G \ G +, o a G = G + σg +. E eet, pour tout σ G \ G +, o a σ G O (E et u = σ σ G +, doc σ = σ u σg +. Comme G + = {Id, ρ,, ρ 1 }, o a le résultat aocé. Pour = 1, {Id} est l'uique sous groupe d'ordre 1 de O + (E et les sous groupes d'ordre de O (E sot de la forme σ = {Id, σ} (isomorphe à Z Z où σ O (E. U sous-groupe i de O (E o coteu das O + (E est doc d'ordre egedré par ρ et σ, ce que l'o ote G = ρ, σ, où ρ est d'ordre, σ d'ordre et σρ d'ordre (il est das O (E, ce qui sigie que (σρ 1 = σρ, ce qui est ecore équivalet à ρ 1 σ 1 = σρ, ou ecore à ρ 1 = σρσ. U tel groupe est dit diédral d'ordre et o le ote D. O peut motrer qu'u groupe diédral d'ordre est uique à isomorphisme près (voir l'exercice.40. C'est le groupe du polygoe régulier à cotés (voir le paragraphe E déitive, le corollaire précédet ous dit qu'u sous-groupe i de O (R est isomorphe à u groupe cyclique d'ordre ou à u groupe diédral d'ordre.

7 Isométries e dimesio 55 Exercice 1. Soit G = {g 0,, g 1 } u sous-groupe i de GL (E d'ordre. 1. Motrer que l'applicatio : (x, y E φ (x, y = 1 1 g k (x g k (y déit u produit scalaire sur E.. Motrer que tous les automorphismes g j sot orthogoaux pour le produit scalaire φ.. E déduire que G est cyclique d'ordre ou diédral d'ordre. Solutio 1. Pour = 1, o a G = {Id} et c'est termié. 1. Pour x, y, z das E et λ das R, o a φ (x, y = φ (y, x, doc φ est symétrique, φ (x, y + λz = φ (x, y + λφ (x, z puisque toutes les applicatios g k sot liéaires, doc φ est biliéaire, φ (x, x 0 et l'égalité φ (x, x = 0 équivaut à g k (x = 0 pour tout k, doc à x = 0 puisque les g k sot des automorphismes, doc φ est déie positive. E déitive, φ est bie u produit scalaire.. Pour tout j compris etre 0 et 1 et tous x, y das E, o a : k=0 φ (g i (x, g j (y = 1 1 g k g j (x g k g j (x k=0 1 = 1 g i (x g i (x = φ (x, y k=0 puisque l'applicatio g k g k g j est ue permutatio de G. Les automorphismes g j sot doc tous orthogoaux pour le produit scalaire φ.. E déitive, G est u sous-groupe i du groupe orthogoal O (E, φ, il est doc cyclique ou diédral. Exercice 1. O se doe deux droites distictes D et D das E. 1. Détermier toutes les rotatios u telles que u (D = D.. Motrer qu'il existe ue rotatio u telle que u (D = D et u (D = D si, et seulemet si, les droites D et D sot orthogoales. Préciser alors le ombre de ces rotatios. Solutio Si u est ue rotatio qui laisse stable ue droite D, pour tout vecteur directeur uitaire f 1 de D, o a alors u (f 1 = ±f 1, doc u a au mois ue valeur propre réelle et u = ±Id. Réciproquemet, Id et Id sot des rotatios (d'agles 0 et π respectivemet qui coservet D.. Si u (D = D et u (D( = D, o a alors u (D = D et u = ±Id. cos ( si ( Désigat par R = la matrice de u das B si ( cos ( 0, o a R = R = ±I, doc = 0 modulo π ou = π modulo π. La coditio ρ (D = D D impose = π modulo π, doc f 1 ρ (f 1 = 0 et les droites D et D sot orthogoales. Réciproquemet, si les droites D et D sot orthogoales, alors les rotatios d'agle π et π trasformet D e D et ce sot les seules.

8 56 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio 1.1. Agles orietés de vecteurs Théorème 1.5 Si x, y sot deux ( vecteurs o uls das E, il existe alors ue uique rotatio u O (E telle que y y = u x x. Démostratio. Il sut de motrer le résultat pour des vecteurs x, y uitaires (i. e. de orme égale à 1. E choisissat ue base orthoormée directe (f 1, f où f 1 = x, il existe deux réels a, b tels que y = af 1 + bf et avec y = a + b = 1, o déduit qu'il existe u réel tel que a = cos ( et b = si (. O a alors, e désigat par u la rotatio d'agle R πz : u (x = u (f 1 = cos ( f 1 + si ( f = y Si u est ue autre rotatio telle que u (x = y, o a alors u 1 u (x = x avec x 0, doc 1 est valeur propre de la rotatio u 1 u, ce qui équivaut à dire que u 1 u = Id et u = u. Si, avec les otatios du théorème qui précède, u est la rotatio d'agle R, o dit πz alors que est l'agle orieté des vecteurs x et y et o ote (x, y =. E particulier, o a (x, x = 0, (x, x = π et (x, π y = ± pour x, y orthogoaux. U réel das la classe d'équivalece est ue mesure de l'agle orieté (x, y, le représetat ] π, π] est la mesure pricipale de (x, y et o a vu que la mesure pricipale de l'agle géométrique que fot ces deux vecteurs est ± [0, π]. Le calcul de peut se faire avec : ( 1 1 x y = x y x x u x x = x y f 1 u (f 1 = x y cos ( et : ( ( 1 1 det B (x, y = x y det x x, u x x = x y det (f 1, u (f 1 = x y si ( où B est ue base orthoormée directe, soit : cos ( = x y x y et si ( = det B (x, y x y Pour tout vecteur o ul x, l'agle orieté des vecteurs e 1 et x est appelé agle polaire de x. R Le groupe quotiet πz, qui est isomorphe à O+ (E, est le groupe des agles orietés du pla euclidie orieté E. L'opposé d'u agle est = et la somme de deux agles est déie par + = +, ce qui se traduit das O + (R par R 1 = R et R + = R R. Avec le théorème qui suit, o résume les propriétés des agles orietés de vecteurs. Théorème 1.6 Soiet x, y, z, x, y des vecteurs o uls et λ u réel o ul. O a :

9 Isométries e dimesio (λx, λy = (x, y ;. les vecteurs x et y sot liés si, et seulemet si, (x, y { 0, 0π } ;. (x, y + (y, z = (x, z (relatio de Chasles ; 4. (y, x = (x, y ; 5. (x, y = (x, y si, et seulemet si, (x, x = (y, y ; 6. pour toute rotatio u O + (E, o a (u (x, u (y = (x, y (les rotatios coservet les agles orietés de vecteurs. Démostratio Pour tout réel o ul λ, o a λx λx = λ 1 x, ce qui etraîe que λ x O peut doc supposer tous les vecteurs uitaires das ce qui suit. (λx, λy = (x, y.. De (x, x = 0, (x, x = π, o déduit que (x, λx = 0, (x, λx = π pour tout réel λ > 0. { } Réciproquemet si (x, y 0, 0π, o a alors : x y = x y et les vecteurs x et y sot liés (ce qui se déduit aussi de det B (x, y = 0 ;. Notos (x, y =, (y, z = et u, u les rotatios telles que u (x = y et u (y = z. O a alors : u + (x = u u (x = u (y = z doc (x, z = + = + = (x, y + (y, z. 4. Preat z = x, o e déduit que (x, y + (y, x = (x, x = 0 et (y, x = (x, y. 5. O a : (x, x + (x, y = (x, y = (x, y + (y, y doc : (x, x (y, y = (x, y (x, y 6. Soit v l'uique rotatio d'agle telle que y = v (x. Comme O + (E est commutatif, o a : v (u (x = v u (x = u v (x = u (y doc = (u (x, u (y Réexios e dimesio O rappelle qu'ue réexio das u espace euclidie est ue symétrie orthogoale par rapport à u hyperpla et que c'est ue isométrie idirecte. Ue telle réexio est ivolutive. Das le cas d'u pla euclidie, ue réexio est doc ue symétrie orthogoale par rapport à ue droite. Si s D est ue réexio par rapport à la droite D, o a alors s D (x = x pour tout x D et s D (x = x pour tout x D. E désigat par f 1 u vecteur o ul de D et f u vecteur

10 58 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio o ul de ( D, la famille (f 1, f est ue base orthogoale de E et la matrice de s D das cette 1 0 base est. 0 1 De plus la droite D est l'esemble des poits xes de s D, soit D = ker (s D Id (l'espace propre associé à la valeur propre 1. Théorème 1.7 Les isométries idirectes d'u pla euclidie E sot les réexios. E désigat par : ( cos ( si ( S = si ( cos ( la matrice de u O (E das la base orthoormée B 0 et e otat : { f1 = cos ( f = si ( e1 + si ( e e1 + cos ( e la matrice de u das la base (f 1, f est ( ( ( 1 0 cos ( t P S P =, où P = si 0 1 si ( cos ( ce qui sigie que u est la réexio par rapport à la droite D = Rf 1. Démostratio. Si u est ue isométrie idirecte, o a vu que sa matrice das la base B 0 est de la forme : ( cos ( si ( S = si ( cos ( où est u réel uiquemet détermié modulo π. So polyôme caractéristique est : χ u (λ = cos ( λ si ( si ( cos ( λ = λ cos ( si ( = λ 1 L'esemble des poits xes de u est doc la droite propre D d'équatios : { (cos ( 1 x1 + si ( x = 0 si ( x 1 (cos ( + 1 x = 0 ce qui s'écrit aussi : et est équivalet à : ( cos (, si { ( si ( ( si x1 + cos ( x = 0 cos ( ( ( si x1 cos ( x = 0 si ( (0, 0. ( x 1 + cos puisque ( Cette droite est dirigée par le vecteur uitaire f 1 = cos ( ( dirigée par le vecteur uitaire f = si e 1 + cos ( x = 0 (1.1 e 1 +si ( e, la droite D est e et o a u (f 1 = f 1, u (f = ±f

11 Isométries e dimesio 59 puisque D est ( aussi stable par u (qui coserve la orme. La matrice ( de u das la base (f 1, f est doc = et avec det (u = 1, o déduit que =, ce qui sigie 0 ±1 0 1 que u est la réexio par rapport à D. O peut remarquer que la droite D est la droite dirigée par le vecteur f 1 d'agle polaire ( das la base B 0 et que pour / πz, c'est la droite d'équatio x = ta x 1. La descriptio des isométrie u d'u pla euclidie peut se faire e foctio de la dimesio de l'espace : H = ker (u Id de ses poits xes. Si dim (H =, o a alors u = Id et c'est la rotatio d'agle ul. Si dim (D = 1, das ue base ( orthoormée directe adaptée à la somme directe E = 1 0 D D, la matrice de u est et u est la réexio d'axe H. 0 1 Si dim (D = 0, u / O (E et c'est ue rotatio. Théorème 1.8 Le produit de deux réexios est ue rotatio et réciproquemet toute rotatio peut s'écrire comme composée de deux réexios. Démostratio. Si u, u sot deux réexios, la composée u u est ue isométrie et avec det (u u = 1, o déduit que c'est ue rotatio. Si u est ue rotatio et v ue réexio, la composée w = v u est ue isométrie et avec det (v u = 1, o déduit que c'est ue réexio et u = v 1 w = v w est produit de deux réexio. De maière plus géérale, O + (E est egedré par l'esemble des réexios (théorème O peut remarquer qu'e dimesio, l'écriture d'ue rotatio comme produit de deux réexios 'est pas uique, la première peut être choisie arbitrairemet et la deuxième est alors uiquemet détermiée. Théorème 1.9 Pour toute réexio u O (E et tout couple (x, y de vecteurs o ul, o a (u (x, u (y = (x, y (les réexios iverset les agles orietés de vecteurs. Démostratio. O suppose x, y uitaires et v O + (E est la rotatio d'agle = (x, y telle que y = v (x. O a alors : v (u (x = u v u (u (x = u (v (x = u (y (comme u v O (E, o a u v = (u v 1 = v 1 u 1 et v 1 = u v u, ce qui sigie que (u (x, u (y = (v est la rotatio d'agle. E désigat respectivemet par R, S et S les matrices d'ue rotatio ρ et de deux réexios σ et σ das B 0, o a : S S = R, S R = S, R S = S + (lemme 1.1, ce qui sigie que : la composée des deux symétries σ σ est la rotatio d'agle (modulo π ; σ ρ est la réexio par rapport à la droite dirigée par le vecteur d'agle polaire ;

12 50 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio ρ σ est la réexio par rapport à la droite dirigée par le vecteur d'agle polaire +. Exercice 1.4 Détermier le cetre de O + (E et de O (E. Solutio 1.4 O ote Z (G le cetre d'u groupe G. Comme O + (E est commutatif, o a Z (O + (E = O + (E. Avec R S = S + S = S R pour / Zπ, o déduit que Z (O (E e cotiet pas de réexio i de rotatios d'agle diéret de 0 modulo π. Doc Z (O (E = { Id, Id} Le groupe diédral D O se xe u etier et o se place das le pla E = R mui de sa structure euclidiee caoique. O ote B 0 = (e 1, e la base caoique de R. Déitio 1. O dit qu'u groupe multiplicatif G est diédral de type D, s'il est dicyclique egedré par u élémet ρ d'ordre et u élémet σ ρ d'ordre tel que ρσρσ = Id (ce qui sigie que ρσ est d'ordre. Lemme 1. Si G est u groupe diédral de type D, o a alors : et il est d'ordre. G = { Id, ρ,, ρ 1} { σ, σρ,, σρ 1} Démostratio. Voir l'exercice.40 O désige par ρ la rotatio d'agle π (modulo π et par σ la réexio d'axe Re 1. Les matrices de ρ et σ das B 0 sot respectivemet : ( ( cos π ( si π R = si ( π cos ( π et S = ( La rotatio ρ est d'ordre puisque R = I et R k I pour tout k compris etre 1 et 1, la réexio σ est d'ordre et ρσ est ue réexio, doc d'ordre égalemet. Le groupe ρ, σ est doc diédral de type D. O désige par : Γ = { A k = ρ k (e 1 0 k 1 } l'esemble des sommets d'u polygoe régulier à cotés et par : le groupe des isométries qui coservet Γ. Théorème 1.10 O a : Is (Γ = {u O (E u (Γ = Γ } Is (Γ = ρ, σ = { Id, ρ,, ρ 1} { σ, σρ,, σρ 1}

13 Isométries e dimesio 51 et : Démostratio. Pour tout etier k compris etre 0 et 1, o a : ( ( cos kπ ( σ (A k = σ ρ k (e 1 = si ( = cos ( kπ ( = A kπ k Γ si ( kπ ρ (A k = A k+1 Γ doc ρ et σ sot das Is (Γ et G = ρ, σ Is (Γ. Réciproquemet si u Is (Γ, c'est soit ue rotatio, soit ue réexio. Si u est ue rotatio d'agle α avec 0 α < π, comme u (A 0 Γ, il existe u etier k compris etre 0 et 1 tel que u (A 0 = ( cos (α si (α = ( cos ( kπ si ( kπ et α = kπ, doc u = ρk G. Si c'est ue réexio, alors σ u est ue rotatio das Is (Γ, doc σ u G et u = σ (σ φ G. O a doc Is (Γ G et G = Is (Γ. Remarque 1.7 À isomorphisme près, il y a u uique groupe diédral d'ordre, c'est Is (Γ (voir l'exercice Isométries e dimesio Pour ce paragraphe, E est u espace euclidie de dimesio et il est orieté par le choix d'ue base orthoormée B 0 = (e 1, e, e. Lemme 1. Ue isométrie u O (E, a au mois valeur propre réelle qui vaut 1 ou 1. Démostratio. Le polyôme caractéristique χ u de u état de degré à coeciets réels, le théorème des valeurs itermédiaires ous dit qu'il a au mois ue racie réelle et comme u est ue isométrie, cette valeur propre est das { 1, 1}. Exemple 1. L'idetité, Id O + (E, a 1 pour uique valeur propre et Id O (E a 1 pour uique valeur propre. Exemple 1.4 Si u est ue réexio (symétrie orthogoale par rapport à u pla, sa matrice das ue base orthoormée adaptée est alors : S = doc χ u (λ = (1 λ (1 + λ et ses valeurs propres sot 1 et 1. Exemple 1.5 Si u est u retouremet (symétrie orthogoale par rapport à ue droite, sa matrice das ue base orthoormée adaptée est alors : S = doc χ u (λ = (1 λ (1 + λ et les valeurs propres de u sot 1 et 1.

14 5 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Théorème 1.11 Soiet u O (E et : l'esemble des poits xes de u. H = ker (u Id = {x E u (x = x} 1. Si dim (H =, o a alors u = Id.. Si dim (H =, o a alors u O (E \ { Id} et c'est la réexio par rapport au pla H. E désigat par (f 1, f, f ue base orthoormée de E où (f 1, f est ue base orthoormée de H, la matrice de u das cette base est : Si dim (H = 1, o a alors u O + (E \ {Id} et désigat par (f 1, f, f ue base orthoormée directe de E telle que (f 1, f soit ue base orthoormée du pla P = H, la matrice de u das cette base est : R = cos ( si ( 0 si ( cos ( Si dim (H = 0 (c'est-à-dire H = {0}, o a alors u O (E et soit u = Id, soit u est la composée commutative d'ue rotatio ρ d'axe D avec ue réexio par rapport au pla P = D et, e désigat par (f 1, f, f ue base orthoormée directe de E telle que (f 1, f soit ue base orthoormée du pla P, la matrice de u das cette base est : Démostratio. A = cos ( si ( 0 si ( cos ( Si dim (H =, o a alors H = E et u = Id.. Si dim (H =, H est alors ue droite stable par u et das ue base orthoormée directe adaptée à la somme directe E = H H, la matrice de u est : A = ε avec ε = det (A = ±1. Comme dim (H =, o a écessairemet ε = 1 et u est la réexio par rapport au pla H, doc u O (E \ { Id}.. Si dim (H = 1, o a u Id et la restrictio v de u au pla stable P = H est alors ue isométrie qui e peut être ue réexio (elle 'a pas de poit xe o ul, c'est doc ue rotatio et la matrice de u das ue base orthoormée directe adaptée à la somme directe E = H H est : doc u O + (E \ {Id}. R = cos ( si ( 0 si ( cos (

15 Isométries e dimesio 5 4. Si dim (H = 0, o a alors H = {0} et 1 'est pas valeur propre de u. Das ce cas 1 est écessairemet valeur propre de u O peut avoir u = Id O (E et c'est alors termié. Sio, e désigat par f u vecteur propre uitaire associé à la valeur propre 1, le pla orthogoal P à la droite D dirigée par f est stable par u et das ue base orthoormée directe adaptée à la somme directe E = P D, la matrice de u est : ( B 0 A = 0 1 où B est la matrice de la restrictio v de u à P. Si B O (R, v est alors ue réexio et a des poits xes o uls, ce qui cotredit H = {0}. O a doc B O + (R et det (A = 1, c'est-à-dire que u O (E \ { Id} et il existe u réel tel que : A = E remarquat que : cos ( si ( 0 si ( cos ( 0 = cos ( si ( 0 si ( cos ( = cos ( si ( 0 si ( cos ( cos ( si ( 0 si ( cos ( o voit que u = ρ σ = σ ρ, où ρ est la rotatio d'axe D et d'agle et σ la réexio par rapport à P = D. Remarque 1.8 Si (f 1, f est ue base orthoormée d'u pla P, e otat f = f 1 f, la famille (f 1, f, f est ue base orthoormée directe de E. Remarque 1.9 Das le cas où H = {0}, o a u O (E, doc u O + (E, sa matrice das la base (f 1, f, f du théorème précédet état : cos ( si ( 0 cos ( + π si ( + π 0 si ( cos ( 0 = si ( + π cos ( + π 0 = R +π et u est la rotatio d'axe D et d'agle + π. Avec les otatios du théorème précédet, das le cas où dim (H = 1, o dit que u O + (E \ {Id} est la rotatio d'axe H orieté par f 1 f, où (f 1, f est ue base orthoormée du pla P = D et d'agle de mesure (modulo π. O dit que Id = R 0 est ue rotatio d'agle de mesure ulle. Pour = π, la matrice de u O + (E das la base orthoormée (f 1, f, f est : R π =

16 54 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio et u est la symétrie orthogoale par rapport à la droite Rf (c'est u retouremet ou demi-tour d'axe Rf. Si u O + (E \ {Id} est ue rotatio d'axe D = Rf et d'agle de mesure, le théorème qui suit ous doe, pour tout x E, ue expressio de u (x e foctio de f, et x. Théorème 1.1 Soit u L (E \ {Id}. u est ue rotatio si, et seulemet si, il existe u vecteur uitaire f et u réel ] π, π] \ {0} tels que : x E, u (x = cos ( x + (1 cos ( f x f + si ( (f x (1. Das ce cas la droite D = Rf est l'axe orieté de la rotatio, la mesure pricipale de so agle et pour tout vecteur x uitaire et orthogoal au vecteur f, o a : cos ( = x u (x, si ( = det B0 (x, u (x, f Démostratio. Supposos que u O + (E \ {Id}. O utilise la base orthoormée directe B = (f 1, f, f 1 f du théorème précédet e otat f = f 1 f et x 1, x, x les coordoées d'u vecteur x E das cette base. Les coordoées y 1, y, y de u (x das cette base sot alors doées par : y 1 y y = cos ( si ( 0 si ( cos ( = cos ( x 1 x x x 1 x x + (1 cos ( = 0 0 x cos ( x 1 si ( x si ( x 1 + cos ( x + si ( = cos ( x + (1 cos ( f x f + si ( (f x Réciproquemet, soit u L (E \ {Id} déie par (1.. O utilise ue base orthoormée directe (f 1, f, f avec f uitaire orthogoal à f et f 1 = f f. Das cette base, o a : u (f = cos ( f + (1 cos ( f = f x x x 1 0 u (f = cos ( f + si ( (f f = cos ( f si ( f 1 u (f 1 = cos ( f 1 + si ( (f f 1 = cos ( f 1 + si ( f Doc la matrice de u das cette base est : cos ( si ( 0 si ( cos ( et u est la rotatio d'axe orieté D = Rf et d'agle de mesure pricipale. x 1 cos ( x 1 si ( x Pour x = x uitaire et orthogoal au vecteur f, o a u (x = si ( x 1 + cos ( x 0 0 et : x u (x = cos ( ( x 1 + x = cos ( det B0 (x, u (x, f = det B (x, u (x, f = = si ( ( x 1 + x = si ( x 1 cos ( x 1 si ( x 0 x si ( x 1 + cos ( x

17 Isométries e dimesio 55 Ce qui peut aussi se voir avec : x u (x = cos ( x + si ( x f x = cos ( et : det B0 (x, u (x, f = si ( det B0 (x, f x, f = si ( det B0 (f, x, f x = si ( O déduit du théorème précédet, ue expressio de u (x pour O (E. Comme u est ue rotatio d'agle + π, o a : x E, u (x = cos ( + π x + (1 cos ( + π f x f + si ( + π (f x soit : x E, u (x = cos ( x (1 + cos ( f x f + si ( (f x Remarque 1.10 E otat f = ae 1 +be +ce avec a +b +c = 1 et x = x 1 e 1 +x e +x e, o pour u O + (E \ {Id}, das la base B 0 : y 1 x 1 a a x 1 y = cos ( x + (1 cos ( (ax 1 + bx + cx b + si ( b x y x c c x = cos ( = cos ( x 1 x x x 1 x x + (1 cos ( (ax 1 + bx + cx + (1 cos ( a b c a x 1 + abx + acx abx 1 + b x + bcx acx 1 + bcx + c x + si ( + si ( ce qui sigie que la matrice de u O + (E \ {Id} das la base B 0 est : a ab ac 0 c b A = I + (1 cos ( ab b bc + si ( c 0 a ac bc c b a 0 bx cx cx 1 ax ax bx 1 bx cx cx 1 ax ax bx 1 Si A O + (R \ {I } est la matrice de u O + (E \ {Id} das la base orthoormée B 0, alors l'axe D de la rotatio u est obteu e détermiat le oyau de u Id, ce qui reviet à résoudre u système liéaire (A I X = 0, où la matrice A I est de rag. Pour ce qui est de la mesure pricipale ] π, π] \ {0} de l'agle de cette rotatio, avec : Tr (u = Tr (A = Tr (R = cos ( + 1 o e déduit la valeur de cos ( et celle de au sige près. Si Tr (u = 1, o a alors cos ( = 1, doc si ( = 0 et = π. Das le cas où ] π, π[ \ {0}, o peut détermier le sige de si (, et doc celui de, avec l'égalité : si ( = det B 0 (x, u (x, f x où x est u vecteur o ul orthogoal à D.

18 56 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Exercice 1.5 O désige par u l'edomorphisme de E de matrice : A = das la base B Motrer que u est ue rotatio.. Doer ue vecteur uitaire f apparteat à l'axe de cette rotatio.. Détermier la mesure pricipale ] π, π] de l'agle de cette rotatio. Solutio Avec A I, A t A = I et det (A = 1, o déduit que u est ue rotatio d'agle o ul (modulo π.. L'axe de cette rotatio est obteu e résolvat le système liéaire (A I X = 0, soit : x + y + z = 0 x y + z = 0 x + y z = 0 ce qui doe x = y = z et l'axe D de u est la droite dirigée par f = 1 (e 1 + e + e.. Avec Tr (u = 1 = cos ( + 1, o déduit que cos ( = 1 et = π. Exercice 1.6 O se doe des réels a, b, c o tous uls et o désige par u l'edomorphisme de E de matrice : a ab c ac + b A = ab + c b bc a ac b bc + a c das la base B Calculer le détermiat de u.. Détermier les réels a, b, c tels que u soit ue isométrie et das ce cas, préciser sa ature géométrique. Solutio O a : det (u = a 4 + b 4 + c 4 + a b + a c + b c = ( a + b + c 0. Si u O (E, o a alors det (u = ±1, doc det (u = 1 et a + b + c = ±1. Avec : 1 = u (e 1 = a 4 + (ab + c + (ac b = a ( a + b + c + c + b

19 Isométries e dimesio 57 o déduit que si a + b + c = 1, o a alors : { a + b + c = 1 a + c + b = 1 doc b + c = 0, soit b = c = 0 et a = 1, ce qui est impossible. O a doc a + b + c = 1 et u O + (E. Réciproquemet, supposos que a + b + c = 1. Das ce cas, o a det (u = 1 et : u (e 1 = 1 u (e = b 4 + (ab c + (bc + a = b ( a + b + c + c + a = 1 u (e = c 4 + (ac + b + (bc a = c ( a + b + c + b + a = 1 u (e 1 u (e = a (ab c + b (ab + c + (ac b (bc + a = ab ( a + b + c ab = 0 u (e 1 u (e = a (ac + b + c (ac b + (ab + c (bc a = ac ( a + b + c ac = 0 u (e u (e = (ab c (ac + b + b (bc a + c (bc + a = bc ( a + b + c bc = 0 ce qui sigie que u O + (E. Doc, pour a + b + c = 1, u O + (E \ {Id} et c'est ue rotatio d'agle ] π, π] tel que cos ( + 1 = Tr (A = 1, ce qui doe = ± π. L'axe D de cette rotatio est obteu e résolvat le système liéaire (A I X = 0, soit : (a 1 x + (ab c y + (ac + b z = 0 (ab + c x + (b 1 y + (bc a z = 0 (ac b x + (bc + a y + (c 1 z = 0 E eectuat les opératios (1+c ( b (, c (1+(+a ( et b (1 a (+(, o obtiet : cy + bz = 0 cx az = 0 bx + ay = 0 Comme (a, b, c 0, l'u de ces coeciets est o ul. E supposat a 0, o obtiet z = c a x et y = b a x et l'axe D de u est la droite dirigée par f = ae 1 + be + ce (les deux autres possibilités doet le même résultat. E désigat par x u vecteur o ul das D, par exemple x = be 1 + ae si a 0, si ( est du sige de : det (x, u (x, f = b ac a a bc b 0 1 c c et e coséquece = π. O dit que u est u quart de tour. (1 ( ( = a + b > 0

20 58 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Exercice 1.7 Soiet D la droite de E dirigée par e = 1 (e 1 e + e et u la rotatio d'axe D et d'agle de mesure π, le pla D état orieté par le choix de e. Doer la matrice de u das la base B 0. Solutio 1.7 E otat f 1 = 1 (e 1 + e, f = f f 1 = 1 6 ( e 1 + e + e, (f 1, f, f est ue base orthoormée directe de E, (f 1, f est ue base de D et la matrice de u das cette base est : cos ( ( π A si π 0 = si ( π cos ( 1 0 π 0 = et sa matrice das la base B 0 est : A = P A P 1 = P A t P = = O peut aussi utiliser l'expressio (1. d'ue rotatio, ce qui doe pour tout x E : ( ( ( ( π π π u (x = cos x + 1 cos e x e + si (e x x 1 x + (x 1 x + x + = 1 x = x x 1 x x x x 1 x x 1 + x doc : A = Applicatios qui coservet le produit vectoriel Le théorème 1.14 qui suit ous dit que les rotatios d'u espace euclidie de dimesio sot les applicatios (o supposées liéaires, a priori qui coservet le produit vectoriel. Théorème 1.1 Les rotatios coservet le produit scalaire, c'est-à-dire pour toute rotatio u O + (E, o a u (x y = u (x u (y pour tous vecteurs x, y das E. Démostratio. Soit u O + (E ue rotatio de E.

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

DETERMINANTS. a b et a'

DETERMINANTS. a b et a' 2003 - Gérard Lavau - http://perso.waadoo.fr/lavau/idex.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitemet. Toute diffusio à titre oéreux ou utilisatio

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Solutions particulières d une équation différentielle...

Solutions particulières d une équation différentielle... Solutios particulières d ue équatio différetielle......du premier ordre à coefficiets costats O cherche ue solutio particulière de y + ay = f, où a est ue costate réelle et f ue foctio, appelée le secod

Plus en détail

4 Approximation des fonctions

4 Approximation des fonctions 4 Approximatio des foctios Ue foctio f arbitraire défiie sur u itervalle I et à valeur das IR peut être représetée par so graphe, ou de maière équivalete par la doée de l esemble de ses valeurs f(t) pour

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Séries etières Eercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Eercice

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Processus et martingales en temps continu

Processus et martingales en temps continu Chapitre 3 Processus et martigales e temps cotiu 1 Quelques rappels sur les martigales e temps discret (voir [4]) O cosidère u espace filtré (Ω, F, (F ) 0, IP). O ote F = 0 F. Défiitio 1.1 Ue suite de

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état

Approximation de la solution d une équation différentielle ordinaire avec impulsions qui dépendent de l état Approximatio de la solutio d ue équatio différetielle ordiaire avec impulsios qui dépedet de l état F. Dubeau A. Ouasafi A. Sakat CRM-276 Jauary 21 Départemet de mathématiques et d iformatique, Uiversité

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Suites et séries de fonctions

Suites et séries de fonctions [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 3 avril 5 Eocés Suites et séries de foctios Propriétés de la limite d ue suite de foctios Eercice [ 868 ] [correctio] Etablir que la limite simple d ue suite de

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Des résultats d irrationalité pour deux fonctions particulières

Des résultats d irrationalité pour deux fonctions particulières Collect. Math. 5, 00, 0 c 00 Uiversitat de Barceloa Des résultats d irratioalité pour deux foctios particulières Richard Choulet 7, Rue du 4 Août, 40 Aveay, Frace E-mail: richardchoulet@waadoo.fr Received

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle - Calédonie Mars 2009

Baccalauréat S Nouvelle - Calédonie Mars 2009 Bcclurét S Nouvelle - Clédoie Mrs 009 Exercice Commu à tous les cdidts (5 poits) r r Le pl est rpporté à u repère orthoorml direct ( O, u, v) d uité grphique cm O cosidère les poits et B d ffixes respectives

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C.

16.1 Convergence simple et convergence uniforme. une suite de fonctions de I dans R ou C. 16 Suites de foctios Suf précisio cotrire, I est u itervlle réel o réduit à u poit et les foctios cosidérées sot défiies sur I à vleurs réelles ou complexes. 16.1 Covergece simple et covergece uiforme

Plus en détail

Introduction : Mesures et espaces de probabilités

Introduction : Mesures et espaces de probabilités Itroductio : Mesures et espaces de probabilités Référeces : Poly cédric Berardi et Jea Michel Morel. J.-F. Le Gall, Itégratio, Probabilités et Processus Aléatoire J.-Y. Ouvrard, Probabilités 2, maîtrise-agrégatio,

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015

Université de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème année. Scoring. Marie Chavent http://www.math.u-bordeaux.fr/ machaven/ 2014-2015 Uiversité de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème aée Scorig Marie Chavet http://www.math.u-bordeaux.fr/ machave/ 2014-2015 1 Itroductio L idée géérale est d affecter ue ote (u score) global à u idividu à partir

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

Exercices de mathématiques

Exercices de mathématiques MP MP* Thierry DugarDi Marc rezzouk Exercices de mathématiques Cetrale-Supélec, Mies-Pots, École Polytechique et ENS Coceptio et créatio de couverture : Atelier 3+ Duod, 205 5 rue Laromiguière, 75005 Paris

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

P : Dénombrements / Probabilités en univers fini

P : Dénombrements / Probabilités en univers fini P : Déombremets / Probabilités e uivers fii Déombremet & Combiatoire P.1 O tire les cartes! O tire 5 cartes das u jeu de 32 cartes usuel. Combie y a-t-il de tirages possibles vérifiat les coditios suivates

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Statistique Numérique et Analyse des Données

Statistique Numérique et Analyse des Données Statistique Numérique et Aalyse des Doées Arak DALALYAN Septembre 2011 Table des matières 1 Élémets de statistique descriptive 9 1.1 Répartitio d ue série umérique uidimesioelle.............. 9 1.2 Statistiques

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Chaînes de Markov. Arthur Charpentier

Chaînes de Markov. Arthur Charpentier Chaîes de Markov Arthur Charpetier École Natioale de la Statistique et d Aalyse de l Iformatio - otes de cours à usage exclusif des étudiats de l ENSAI - - e pas diffuser, e pas citer - Quelques motivatios.

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE. Exemple troductf (Les élèves qu coasset déà be le prcpe peuvet sauter ce paragraphe) Cosdéros la sute (u ), défe pour tout, par : u u u 0 0 Cette sute est défe

Plus en détail

PROMENADE ALÉATOIRE : Chaînes de Markov et martingales

PROMENADE ALÉATOIRE : Chaînes de Markov et martingales PROMENADE ALÉATOIRE : Chaîes de Markov et martigales Thierry Bodieau École Polytechique Paris Départemet de Mathématiques Appliquées thierry.bodieau@polytechique.edu Novembre 2013 2 Table des matières

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Probabilités et statistique pour le CAPES

Probabilités et statistique pour le CAPES Probabilités et statistique pour le CAPES Béatrice de Tilière Frédérique Petit 2 3 jui 205. Uiversité Pierre et Marie Curie 2. Uiversité Pierre et Marie Curie 2 Table des matières Modélisatio de phéomèes

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES

ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES ANALYSE DES DONNÉES TEST DU KHI-DEUX ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES Perre-Lous Gozalez Mesure de la laso etre deux varables qualtatves Kh deux Equête : Êtes-vous «pas du tout d accord»

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet.

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet. Séris méris Cha : cors comlt Séris d réls t d comlxs Défiitio : séri d réls o d comlxs Défiitio : séri corgt o dirgt Rmar : iflc ds rmirs trms d séri sr la corgc Théorèm : coditio écssair d corgc Théorèm

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Éléments d analyse convexe

Éléments d analyse convexe Éléments d analyse convexe Cours de M1 Mathématiques Fondamentales Université Paul Sabatier Pierre Maréchal Table des matières 1 Préliminaires 2 1.1 Notations et définitions élémentaires................

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras Maîtrise de Mathématiques TER Le badit machot à deux bras Deis Cousieau Sous la directio de Jea-Michel Loubes Septembre 2003 Table des matières 1 Présetatio du problème 2 1.1 Exemple de la machie à sous,

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6

Brevet Juin 2007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Brevet Juin 007 Liban Corrigé Page 1 sur 6 Exercice 1 : 1) A = 500 (10 3 ),4 10 7 8 10 4 = 500 10 6 4 10 1 10 7 8 10 4 500 4 = 8 = 500 3 8 8 = 500 3 100 10 4 = 1500 10 0 + 4 = 1500 10 4 = 1,5 10 3 10 4

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité Processus géométrique gééralisé et applicatios e fiabilité Lauret Bordes 1 & Sophie Mercier 2 1,2 Uiversité de Pau et des Pays de l Adour Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applicatios - Pau UMR

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D PRÉPARATION À L AGRÉGATION EXTERNE DE MATHÉMATIQUES DE L UNIVERSITÉ RENNES 1 1 ANNÉE 2009/2010 1. ESPACE PROBABILISÉ - VARIABLE ALÉATOIRE 1.1 ESPACE PROBABILISÉ

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail