Mécanique non linéaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique non linéaire"

Transcription

1 M MN9 Mécaique o liéaire Zhi-Qiag FENG UFR Sciece et Techologies Uiversité d Evry Val d Essoe

2 TABLES DES MATIERES INTRODUCTION Chapitre : CONCEPTS ELEMENTAIRES. Pricipales propriétés des matériaux. Coaissace et utilisatio des matériaux. Les grades classes de matériaux.4 Méthodes expérimetale - types d'essais.5 Les grades classes de comportemet.6 Formulatio des lois de comportemet.7 Choix des lois de comportemet.8 Comportemet viscoélastique.9 Viscoélasticité liéaire. Modèles rhéologiques viscoplastiques Chapitre : PLASTICITE ET VISCOPLASTICITE D. Plasticité uiaxiale.. Modèle rhéologique pati-ressort.. Modèle de Prager Ecrouissage ciématique.. Écriture géérale des équatios de l'élastoplasticité uiaxiale..4 Modèle de Taylor Ecrouissage isotrope. Viscoplasticité uiaxiale. Quelques modèles classiques e viscoplasticité

3 Chapitre : PLASTICITE ET VISCOPLASTICITE D. Critères de plasticité.. Exemple d'u treillis métallique.. Les outils dispoibles.. Critères e faisat pas iterveir la pressio hydrostatique..4 Critères faisat iterveir la pressio hydrostatique..5 Critères aisotropes. Cadre gééral de la formulatio des lois de comportemet.. Décompositio de la déformatio.. Critères.. Lois d écoulemet..4 Lois d écrouissage. Formulatio des lois de comportemet viscoplastique.. Ecriture géérale.. Exemple : Modèle de Norto gééralisé (loi d Odqvist).. De la viscoplasticité à la plasticité.4 Formulatio des lois de comportemet plastique.4. Formulatio géérale.4. Pricipe du travail maximal.5 Directios d écoulemet associées aux critères courats.5. Critère de vo Mises.5. Critère de Tresca.5. Critère de Drücker-Prager.6 Quelques lois particulières e plasticité.6. Lois de Pradtl-Reuss.6. Lois de Prager.6. Ecoulemet à vitesse de déformatio totale imposée REFERENCES

4 Chapitre 4 : MODELISATION EN PETITES ET GRANDES DEFORMATIONS ELASTOPLASTIQUES 4. Itroductio 4. Modèles de petites déformatios élastoplastiques 4.. Petites déformatios élastoplastiques 4.. Calcul du multiplicateur plastique théorique 4.. Calcul de la matrice tagete théorique 4..4 Itégratio des lois de comportemet Calcul de Δλ Calcul de la matrice tagete cosistate 4..5 Programmatio e C 4. Modèles de grades déformatios élastoplastiques 4.. Descriptio des grades trasformatios 4.. Itégratio des lois de comportemet e grades trasformatios 4.4 Exemples umériques REFERENCES Chapitre 5 : MODELISATION DE LA MISE EN FORME DES MATERIAUX EN GRANDES DEFORMATIONS RIGIDE-VISCOPLASTIQUES 5. Itroductio 5. Hypothèses et loi de comportemet 5. Pricipe variatioel 5.4 Discrétisatio et formulatio des élémets fiis 5.5 Applicatios umériques 5.5. Forgeage d'u lopi axisymétrique 5.5. Forgeage d'u disque axisymétrique 5.6 Approche aalytique relative au forgeage d'u lopi axisymétrique 5.7 Coclusio REFERENCES

5 Chapitre 6 : MODELISATION DES PROBLEMES DE CONTACT AVEC FROTTEMENT 6. Itroductio 6. Lois de cotact et de frottemet 6. Algorithme local 6.4 Algorithme global 6.5 Exemples umériques 6.6 Coclusio REFERENCES Chapitre 7 : MODELISATION DES GRANDES DEFORMATIONS HYPERELASTIQUES 7. Itroductio 7. Cas d étude : Cube e compressio das u cotaier rigide 7. Travaux Pratiques sur ANSYS 7.4 Publicatios 4

6 Chapitre : CONCEPTS ELEMENTAIRES. Pricipales propriétés des matériaux O distigue plusieurs types de propriétés des matériaux selo leur utilisatio. Das le cas du développemet des ordiateurs, ce sot essetiellemet les propriétés physiques qui sot e cause. Das le cas du développemet des moteurs d avios, ce sot les propriétés mécaiques et chimiques qui sot détermiates. Les pricipales propriétés des matériaux se regroupet doc e : Propriétés mécaiques - modules d'élasticité, - limite d'élasticité, écrouissage, ductilité. - viscosité, vitesse de fluage, amortissemet - charge à la rupture, résistace à la fatigue, à l'usure, Propriétés physiques - coductibilité électrique, aimatatio, - coductibilité thermique, chaleur spécifique, - température et chaleur latete de trasformatio, - éergie de surface, de liaiso, - trasparece. Propriétés chimiques - résistace à la corrosio, à l'oxydatio, - stabilité, diagrammes d'équilibre. E gééral, le choix d'u matériau pour ue applicatio doée est la coséquece de propriétés adaptées das u ou plusieurs des domaies idiqués (par exemple l'alumiium est parfois utilisé das les culasses automobiles malgré sa faible température de fusio, e raiso de so faible poids et de sa boe coductibilité thermique). Il est aussi orieté par d'autres cosidératios, ce sot les performaces du matériau, au rag desquelles vot se classer des élémets techologiques et écoomiques, e même temps que des caractéristiques mois facilemet mesurables comme l'aspect (fodametal das le bâtimet pour les élémets de façade, pour les carrosseries automobiles,... ) : dispoibilité, reproductibilité, fiabilité, usiabilité, aptitude à la mise e forme, soudabilité, absece de ocivité, possibilité de recyclage, coût, aspect, boe caractérisatio.. Coaissace et utilisatio des matériaux La boe coaissace des matériaux et leur boe utilisatio fot iterveir trois domaies d'activité.. Le développemet du matériau lui-même (ce secteur état abset das le cas des géomatériaux). Là se jouet l'évolutio du matériau, la découverte de ouvelles microstructures, qui cocouret à l'amélioratio des performaces itrisèques.. La caractérisatio des propriétés d'emploi. Ce poit a pour but d'apporter ue meilleure coaissace d'u matériau existat, (mécaismes physiques qui provoquet ou accompaget la déformatio, effets mécaiques macroscopiques), doc de réduire les icertitudes et d'augmeter la fiabilité des modèles utilisés.. Le travail sur les modèles umériques permet d'améliorer la représetatio des pièces, structures ou domaies calculés (par amélioratio des algorithmes, qui autoriset le traitemet de modèles umériques plus importats, par exemple D au lieu de D). La Mécaique des Matériaux Solides est cosacrée uiquemet à l'étude des propriétés mécaiques des matériaux (poit ). Le poit () est le domaie des métallurgistes et des chimistes. Le poit () est celui de la Mécaique des Structures.. Les grades classes de matériaux Il est importat de souliger que la modélisatio umérique par élémets fiis ot pas ue applicatio réduite à u seule matériaux, mais que les théories étudiés peuvet être utilisées das des domaies idustriels très divers. Les modèles qui serot cosidérés s appliquet aux : métaux, céramiques, polymères, composites, bois, béto, sols (sables et roches), biomatériaux (os, tissus)..4 Méthodes expérimetale - types d'essais Il existe de ombreux essais qui permettet de caractériser les propriétés mécaiques des matériaux. Certais sot ormalisés : AFNOR ISO - Associatio Fraçaise de NORmalisatio - Iteratioal Stadardisatio Orgaisatio 5

7 ASTM - America Society for Testig ad Materials Essai d'écrouissage : U essai de tractio (σ > ) ou de compressio (σ < ) réalisé à vitesse de déformatio costate sur u matériau réel doe des résultats e termes d'efforts et de déplacemet, que l'o cherche esuite à covertir e ue courbe cotraite - déformatio (σ e foctio de ε). Das le cas des métaux et des matériaux composites par exemple, les éprouvettes sot des cylidres muis e gééral de têtes d'amarrage filetées ou des plaques de sectio rectagulaire. Pour les roches (et pour les métaux e grades déformatios). les expérieces sot réalisées sur des cylidres, qui sot comprimés etre les plateaux d'ue presse. Pour le cas de la compressio simple, il faut porter ue grade attetio aux coditios aux limites, e autorisat le meilleur glissemet possible sur les appuis, faute de quoi se développet das l'éprouvette des champs de cotraite et de déformatio complexes (mise e toeau de l'échatillo). Les courbes obteues à l'aide de cet essai ot typiquemet l'allure idiquée e Figure. lorsque le comportemet du matériau observé est idépedat de la vitesse (comportemet de plasticité idépedate du temps). R m R. R e σf/s.% A h Ar ε l/l Figure.: Schéma d'u essai de tractio simple Le comportemet fait apparaître ue partie liéaire (élasticité) suivie d'ue partie o liéaire, au cours de laquelle la pete dimiue das le diagramme déformatio-cotraite, au poit de deveir évetuellemet égative. R e désige la limite d'élasticité ou limite de proportioalité, R. désige la limite d'élasticité covetioelle, qui correspod à ue déformatio iélastique de.%, R m désige la résistace à la tractio, A h désige l'allogemet obteu à la cotraite maximale, A r désige l'allogemet à la rupture. Quoique d'apparece simple, il s'agit e fait d'u essai dot l'iterprétatio peut deveir délicat, puisque la dimiutio de pete observée peut recouvrer des phéomèes physiques très différets, et surtout que le passage à des petes égatives est e gééral lié au fait que le champ de déformatio 'est plus uiforme (phéomèe de strictio). La figure. quat à elle motre l'allure des courbes obteues lorsque le matériau testé est sesible à la vitesse de déformatio. Les courbes expérimetales sot situées etre deux courbes théoriques limites correspodat l'ue à ue vitesse de déformatio ifiie (compredre: grade) et l'autre à ue vitesse ulle (compredre: faible). Cette derière courbe est importate, puisqu'elle représete la répose du matériau durat les trasformatios quasi-statiques et décrit so comportemet à log terme. Il s'agit de l'esemble des poits (σ ε) représetat les états par lesquels passe le matériau pedat que la déformatio augmete à vitesse quasimet ulle (successio d'états d'équilibre limite). σ ε ε ε ε Figure.: Répose d'u matériau viscoplastique e tractio simple Essai de fluage: (déformatio cotiue sous cotraite costate) Lorsqu'ue éprouvette est soumise à ue tractio simple (essai moodimesioel sous ue cotraite et ue déformatio), si, à partir d'u certai état, la cotraite est maiteue costate, la déformatio restera costate (absece de déformatios différées das le temps) s'il 'y a aucue viscosité. E fait, das le cas d'u matériau réel (coçu par l homme ou existat déjà das la ature), des déformatios différées (phéomèe de viscosité) serot alors observées de faço à peu près systématique, à tel poit qu'il faut admettre que tous les matériaux réels présetet ce phéomèe de viscosité, pourvu qu'ue période de temps suffisammet grade soit cosidérée. Aisi. si ue éprouvette cylidrique d'ue roche salie d'ue dizaie de 6

8 cetimètres est soumise à ue pressio axiale d'ue dizaie de MPa, pressio maiteue costate, et que sa hauteur est mesurée au bout d'ue jourée. puis ue jourée plus tard avec ue précisio absolue de mm, alors, à température ambiate, aucue variatio de logueur e sera détectée. Il e faut pas e déduire que les roches salies à température ambiate e présetet pas de viscosité. car, e augmetat la précisio de la mesure ou e attedat plus logtemps (u mois de fluage par exemple), il est possible d'observer des déformatios différées. Essai de relaxatio: (dimiutio des cotraites sous déformatio costate) Ue autre maière de caractériser la viscosité d'u matériau est de le soumettre à u essai de relaxatio, das lequel la déformatio de l'éprouvette est maiteue costate après ue prédéformatio iitiale. Plus le comportemet du matériau présete ue composate visqueuse importate, et plus la cotraite chute rapidemet, pour atteidre évetuellemet ue valeur ulle. Cet essai est essetiellemet réalisé sur les métaux et les polymères. Essai triaxial. Certais matériaux e peuvet pas être testés simplemet e tractio, e raiso de leur très faible résistace, ou de leur forte sesibilité aux décetrages des liges d'amarrage (béto, céramique). Ils sot alors testés e compressio, ou e flexio. La compressio uiaxiale sur des cylidres a déjà été décrite, mais il est parfois écessaire d'avoir recours à u mode de sollicitatio où les bords latéraux sot coteus (essai triaxial) : l'échatillo est soumis latéralemet à ue pressio hydrostatique qui assure so maitie, ce qui permet par exemple de tester des matériaux pulvérulets (argiles, sables). Essai de flexio: Il est réalisé sur des barrettes, avec ou 4 poits d'appuis. Flexio poits Flexio 4 poits Figure. : Schéma d essais de flexio L essai de flexio 4 poits permet de bééficier d'ue zoe cetrale das laquelle le momet est uiforme. L essai de flexio est essetiellemet utilisé avec des matériaux fragiles, dot le comportemet sera élastique. La plastificatio, associée au fait que le comportemet e tractio et e compressio peut être différet, coduit à des redistributios de cotraites complexes das l'éprouvette, si bie que le dépouillemet de l'essai lui-même écessite u calcul des structures. Das u même ordre d'idée, il existe égalemet des essais de flexio rotatives das lesquels ue éprouvette e rotatio, ecastrée à ue extrémité, subit u effort perpediculaire à so axe, si bie que les poits de la surface extérieure voiet leur état de cotraite passer alterativemet de la tractio à la compressios. Ces essais sot utilisés pour détermier la limite de fatigue, sollicitatio e dessous de laquelle le matériau résistera à u chargemet répété. Essai de torsio : Réalisé sur éprouvette pleie, cet essai est essetiellemet utilisé à haute température pour coaître l'aptitude à la mise e forme des métaux. L'avatage de ce type d essai est d'éviter la strictio. Par cotre, il est d'iterprétatio difficile, das la mesure où l'état de cotraite et déformatio 'est pas uiforme. Il est possible de remédier à ce derier icovéiet, e adoptat comme éprouvettes des tubes mices. qui peuvet être istrumetés localemet, à l'aide de jauges ou d'extesomètres. Essai de dureté: Largemet employé comme moye de cotrôle, il mesure la résistace à la péétratio d'ideteurs de diverses formes, par exemple ue bille d'acier de gros diamètre ( mm) das le cas de l'essai Briel, ou ue pyramide diamat à base carrée, l'agle etre les faces opposées état de 6 pour l'essai Vickers. Ue relatio empirique idique que, das les aciers doux, la dureté Vickers (force/dimesio de l'empreite) est de l'ordre de fois la résistace à la tractio. Essai Charpy: Il permet de caractériser sur u barreau etaillé le passage d'u mode de rupture ductile, accompagé de déformatio iélastique, doc à forte éergie, à u mode de rupture fragile, préset à plus basse température, qui e met e jeu que des éergies faibles. Essais complexes : Outre les essais de tractio-torsio sur tube, il existe d autres moyes de géérer des états de cotraites multiaxiales cotrôlés das des éprouvettes. C est le cas d essais de tractio-pressio itere sur tube, ou ecore d essais sur des éprouvettes cruciformes..5 Les grades classes de comportemet L'allure qualitative de la répose des matériaux à quelques essais simples permet de les rager das des classes bie défiies. Ces comportemets "de base", qui peuvet être représetés par des systèmes mécaiques élémetaires, sot l'élasticité, la plasticité et la viscosité. Les élémets les plus courats sot, e Figure..4: 7

9 (a) (b) (c) (d) Figure.4: Les "briques de base" pour la représetatio des comportemets. Le ressort qui symbolise l'élasticité liéaire parfaite, pour laquelle la déformatio est etièremet réversible lors d'ue décharge, et où il existe ue relatio biuivoque etre les paramètres de charge et de déformatio (fig..4a).. L'amortisseur, qui schématise la viscosité, liéaire (fig..4b) ou o (fig..4c). La viscosité est dite pure s'il existe ue relatio biuivoque etre la charge et la vitesse de chargemet. Si cette relatio est liéaire, le modèle correspod à la loi de Newto.. Le pati, qui modélise l'apparitio de déformatios permaetes lorsque la charge est suffisate (fig..4d). Si le seuil d'apparitio de la déformatio permaete 'évolue pas avec le chargemet, le comportemet est dit plastique parfait. Si, de plus, la déformatio avat écoulemet est égligée, le modèle est rigide-parfaitemet plastique. Ces élémets peuvet être combiés etre eux pour former des modèles rhéologiques. Ceux-ci représetet des systèmes mécaiques qui servet de support das la défiitio des modèles. Il e faut e aucu cas leur accorder u trop grad crédit pour ce qui cocere la représetatio des phéomèes physiques qui sot à la base des déformatios. La répose de ces systèmes peut être jugée das plas différets, qui permettet d'illustrer le comportemet lors d'essais de type: - écrouissage, ou augmetatio mootoe de la charge ou de la déformatio, (pla ε σ); - fluage, ou maitie de la charge (pla t-ε) ; - relaxatio, ou maitie de la déformatio (pla t-σ). Les réposes de modèles classiques sot reportées das ces plas pour les cas : (a) du solide élastique, σ E ε, (b) du solide viscoélastique (modèle de Voigt), qui comporte u ressort et u amortisseur e parallèle, σ ηε H ε, (c) du solide élastique-parfaitemet plastique, (modèle de Sait-Veat), costitué par u ressort liéaire et u pati e série; lorsque le module E ted vers l'ifii, le modèle deviet rigide-parfaitemet plastique, (d) du solide élastique-plastique écrouissable, (modèle de Sait-Veat gééralisé), qui doe ue courbe de tractio liéaire par morceaux, (e) du solide élastique-parfaitemet viscoplastique, (modèle de Norto), formé par u amortisseur o liéaire, ou modèle de Bigham-Norto, qui comporte u ressort liéaire e série avec u amortisseur et u pati situés e parallèle; lorsque le seuil du pati ted vers zéro, et que l'amortisseur est choisi liéaire, ce derier modèle dégéère e u modèle de fluide visqueux, modèle de Maxwell, comportat u ressort et u amortisseur e série, ε σ /E σ/η, (f) du solide élastique-viscoplastique écrouissable, qui représete le schéma le plus complexe..6 Formulatio des lois de comportemet Les modèles rhéologiques qui sot décrits das le paragraphe précédet illustret les différets comportemets qui vot être cosidérés das la suite du cours. L'utilisatio d équatios de ce type fait iterveir u certai ombre d hypothèses implicites. Excepté le cas de l élasticité, l esemble des modèles cosidérés précédemmet s exprimet sous forme différetielle, si bie que la répose actuelle déped de la sollicitatio actuelle et de so histoire (propriété d hérédité). Il y a deux maières de predre e compte cette histoire, la première cosiste à la décrire par ue dépedace foctioelle etre les variables, la secode fait l hypothèse qu il est possible de représeter l effet de l histoire das des variables iteres, qui cocetret les iformatios importates qui défiisset l état du matériau. Sauf quelques cas exceptioels comme celui 8

10 de la viscoélasticité liéaire, la secode méthode de travail produit des modèles dot la modélisatio umérique est plus simple. Les autres hypothèses importates qui sot classiquemet utilisées pour l écriture de modèles de comportemet sot :. Le pricipe de l état local, qui cosidère que le comportemet e u poit e déped que des variables défiies e ce poit, et o pas du voisiage ;. Le pricipe de simplicité matérielle, qui suppose que seul iterviet das les équatios de comportemet le premier gradiet de la trasformatio ;. Le pricipe d objectivité, qui traduit l idépedace de la loi de comportemet vis-à-vis de l observateur, et qui implique que le temps e peut pas iterveir explicitemet das les relatios de comportemet. Das le cas des matériaux homogèes et isotropes, l'esemble de ces hypothèses se résume par ue expressio etre les cotraites et les déformatios du type : σ ( t ) Γτ < t ( ε ( τ )) où Γ est la foctioelle de répose du matériau..7 Choix des lois de comportemet Comportemets viscoélastique : pour les polymères thermoplastiques au voisiage de la température de fusio, pour les verres au voisiage de la température de trasitio, pour les bétos frais. Comportemets rigides-parfaitemet plastiques : pour l'étude des sols, pour l aalyse limite, pour la mise e forme des métaux. Comportemets plastiques : pour les métaux à des températures iférieures au quart de la température de fusio, pour les sols et roches. Comportemets viscoplastiques pour les métaux à moyee et haute température, pour le bois, les sols (dot le sel), pour les céramiques à très haute température. Il faut oter que chacu de ces types de modèles est approché, et que le choix de l'ue ou l'autre modélisatio du comportemet va dépedre de l'applicatio visée. Aisi u acier à température ambiate peut être cosidéré comme élastique liéaire pour le calcul des flèches d'ue structure mécaique, viscoélastique pour u problème d'amortissemet de vibratios, rigide-parfaitemet plastique pour u calcul de charge limite, élasto-viscoplastique pour l'étude de cotraites résiduelles,... u polymère peut être cosidéré comme u solide pour u problème de choc, et comme u fluide pour l'étude de sa stabilité sur de logues durées. L'igéieur chargé du dimesioemet de cavités de stockage de déchets ucléaires das u massif sali e peut pas égliger le comportemet différé de cette roche, car la péreité de l'ouvrage est exigée pour des dizaies d'aées voire des siècles. Alors qu'ue galerie d'ue exploitatio miière dot o 'a besoi que pour quelques jours peut être modélisée das le cadre de l'élastoplasticité (e égligeat la viscosité). Das le cas de matériaux métalliques opérat au dessus du tiers de leur température de fusio, la prise e compte de la viscoplasticité est égalemet écessaire, lorsque l'igéieur s'itéresse à de "logues" durées (par exemple pour certifier la teue de composats de cetrale ucléaire sur ue quarataie d'aées), parfois même pour des foctioemets relativemet courts, aisi par exemple das les aubes de turbies aéroautiques..8 Comportemet viscoélastique Les relatios de l élasticité liéaire, supposet e petites déformatios ue relatio liéaire etre le teseur des cotraites et le teseur des déformatios, qui s exprime e uiaxial: σ E ε Cette hypothèse est e défaut pour des solides tels que les polymères, les verres au dessus de la température de trasitio vitreuse, ou, das ue moidre mesure, les bétos, sur ue large échelle de temps: ue caractéristique ouvelle du comportemet est alors la présece de déformatios différées: il y a évolutio de la déformatio, quel que soit le iveau de charge appliqué, et quelle que soit l'histoire atérieure du chargemet. Ce type de comportemet peut être modélisé de la viscosité, qui suppose l existece d ue relatio etre cotraite et vitesse de déformatio. Le cas où la relatio est liéaire correspod à la loi de Newto (η représetat la viscosité du matériau): 9

11 σ η ε U matériau sera viscoélastique si les comportemets d élasticité et de viscosité sot présets simultaémet. La figure.5 regroupe les réposes classiques d u matériau viscoélastique à quelques sollicitatios fodametales. Lorsque le matériau subit à partir d u istat t u échelo de cotraite (Fig..5a), il présete ue déformatio istataée, suivie d ue déformatio différée, ou retardée, c est l expériece de fluage ou de retard (Fig..5b). Si, au-delà d u istat t, la charge est rameée à zéro, il apparaît, après ue ouvelle déformatio istataée, le phéomèe de recouvrace, qui ted à rameer la déformatio à zéro. La foctio de retard est ue foctio croissate du temps t, qui peut dépedre aussi de la cotraite σ, o ulle pour t > t. Si au cotraire la sollicitatio imposée est ue déformatio, appliquée à partir d u istat t (Fig..5c), il s agit d ue expériece de relaxatio, au cours de laquelle la cotraite dimiue à partir d ue valeur obteue lors de la répose istataée (Fig..5d). Le fait de rameer la déformatio à zéro après u istat correspod à l expériece d effacemet, pedat laquelle la cotraite ted vers zéro. Le comportemet sera dit viscoélastique si, au cours de cette derière expériece, l effacemet est total, c est-à-dire que la cotraite reviet effectivemet à zéro. La foctio de relaxatio est ue foctio décroissate du temps t, qui peut dépedre aussi de la déformatio ε, o ulle pour t > t. ε σ t t t t t t a. Echelo de cotraite b. Fluage puis recouvrace σ ε t t t t t t c. Echelo de déformatio c. Relaxatio puis effacemet Figure.5 : Expérieces fodametales e viscoélasticité.9 Viscoélasticité liéaire E toute gééralité, ue loi de comportemet s'exprime comme ue correspodace foctioelle etre l'histoire des cotraites et celle des déformatios, qui peut être otée: ( σ( )) ε ( t) Γτ< t τ Par défiitio, u comportemet sera viscoélastique liéaire si, cosidérat deux histoires de cotraites σ et σ, et leur réposes ε et ε, la répose obteue pour la combiaiso liéaire (λ σ λ σ ) est (λ ε λ ε ). La liéarité du comportemet se traduit par le pricipe de superpositio de Boltzma : si l o suppose deux histoires de sollicitatio, la répose est la superpositio des réposes.. Modèles rhéologiques viscoplastiques ( σ σ ) Γ ( σ ) Γ ( σ ) ε ( t) Γτ< t τ< t τ < t Modèle de Maxwell : Ce modèle regroupe u amortisseur et u ressort e série (Fig..6a). L équatio du modèle est : σ ε E σ η

12 Modèle de Voigt : Ce modèle regroupe u amortisseur et u ressort e parallèle (Fig..6b). L équatio du modèle est : σ η ε H ε E η H η a. Maxwell b. Voigt Figure.6 : Modèles de Maxwell et Voigt ε σ /Ε σ /Η Maxwell Voigt σ Ηε Εε Voigt t t a. E fluage b. E relaxatio Figure.7 : Réposes des modèles de Maxwell et Voigt La particularité du modèle de Voigt est de e pas préseter d élasticité istataée. Ceci etraîe que sa foctio de relaxatio est pas cotiue est dérivable. L applicatio d u saut de déformatio e t produit ue cotraite ifiie. Ce modèle est doc pas utilisable e relaxatio, sauf si la mise e charge est progressive, et sera pour cette raiso associé à u ressort pour effectuer des calculs de structure (modèle de Kelvi-Voigt). Sous l effet d ue cotraite σ costate e foctio du temps, la déformatio teds vers la valeur asymptotique σ /H, le fluage est doc limité (Fig.7a), le fluage est doc limité (Fig.7a), alors que si, après ue mise e charge lete, la déformatio est fixée à ue valeur ε, la cotraite asymptotique sera Hε (Fig..7b). Il y a doc pas das ce derier cas disparitio complète de cotraite. Au cotraire, das le cas du modèle de Maxwell, la vitesse de fluage est costate (Fig..7a), et la disparitio de cotraite au cours d ue expériece de relaxatio est totale (Fig..7b). Das le cas de modèles et de chargemet aussi simples, la répose est obteue istataémet par itégratio directe des équatios différetielles. Les formules obteues sot respectivemet : Pour le modèle de Maxwell : o Fluage sous ue cotraite σ ε σ /E σ t/η o relaxatio à la déformatio ε σ E ε exp(-t/τ) Pour le modèle de Voigt : o Fluage sous ue cotraite σ ε (σ /H) [-exp(-t/τ')] Les costates τ η/e et τ η/h sot homogèes à u temps. τ désige le temps de relaxatio du modèle de Maxwell. La figure.8 illustre le modèle de Maxwell gééralisé. E i η i σi σ ε ηi E σ σi i i i Figure.8 : Modèle de Maxwell gééralisé

13 Chapitre PLASTICITE ET VISCOPLASTICITE D La plasticité est aujourd'hui utilisée pour le calcul de structures de sécurité, qui, quoique gééralemet coçues pour rester globalemet élastiques peuvet préseter: des déformatios plastiques localisées das des etailles, fissures, défauts locaux (qui peuvet être bééfiques e "accommodat" les efforts supplémetaires). ue plastificatio accidetelle sous l'effet de chargemets extrêmes (séismes), de la perte de certais orgaes (aubes de turboréacteurs), d'arrêts d'urgece (ucléaire), ue plastificatio relativemet faible, mais répétée (fatigue oligocyclique), essetiellemet e présece de chargemets thermomécaiques. Par ailleurs la (visco-)plasticité peut être ue composate essetielle d'u procédé idustriel ou du foctioemet d'u système: pour la mise e forme des métaux et polymères, pour augmeter la résistace des structures (timbrage, autofrettage, greaillage), si o s'itéresse à de très logues durées de foctioemet (ouvrages souterrais). Les utilisateurs de méthodes de calculs preat e compte la plasticité se recrutet essetiellemet : das le secteur des trasports, aéroautiques (moteurs d'avios, cellules), automobile (culasses, échappemet) et das ue moidre mesure, costructio avale, chemi de fer, das le secteur de l'éergie, ucléaire (chaudroerie), chimie, fabricatio d'oléoducs, gazoducs, échageurs de chaleur, turbies, e costructio mécaique et géie civil, grues, pots, offshore.. Plasticité uiaxiale Les chargemets uiaxiaux correspodet à u teseur de cotraite comportat ue seule composate o ulle. Certais matériaux, comme les sols e peuvet pas être chargés de cette maière, éamois l'essai de tractio, costitue la base de la caractérisatio du comportemet iélastique. Sous chargemet mootoe, la courbe obteue das le pla déformatiocotraite peut être schématisée de bie des maières, les plus simples état: le comportemet élastique-parfaitemet plastique (Fig..a), qui exprime le fait que le matériau est icapable de supporter ue cotraite plus importate que celle qui correspod à l'écoulemet plastique, σ y (yield stress); le comportemet élastique-plastique liéaire (Fig..b), qui est au cotraire caractéristique de matériaux capables de se durcir (otio d'écrouissage) avec la déformatio plastique; la pete de la courbe déformatio-cotraite pour des cotraites supérieures à a. s'appelle le module élastoplastique, E T dσ/dε. Le module élastoplastique est ul pour u matériau élastique-parfaitemet plastique, costat pour u matériau élastiqueplastique liéaire; il sera dépedat de la déformatio das le cas gééral. σ σ y Ε ε σ σ y Ε Ε Τ ε a. Élastique-parfaitemet plastique b. Élastique-plastique liéaire Figure.: Schématisatio du comportemet plastique mootoe La figure. motre les différets régimes de B foctioemet d'u modèle élastoplastique. Lors de la σ Figure.: Illustratio des première mise e charge, etre O et A, le différets régimes de A comportemet est élastique. La brache AB, supposée foctioemet d'u parcourue de faço mootoe, correspod à u état de modèle de plasticité charge plastique. Si le chargemet s'arrête O O ε istataée mometaémet au poit B, rie e se passe (pas de fluage si la cotraite est maiteue costate, pas de relaxatio si la déformatio est maiteue costate), ce qui caractérise u comportemet o visqueux (plasticité

14 istataée; au cotraire du comportemet viscoélastique, déjà étudié, et du comportemet viscoplastique, qui sera cosidéré plus loi). A partir de B, la reprise du chargemet produit de ouveau de l'écoulemet plastique, par cotre sa dimiutio (e termes de cotraite ou de déformatio) ramèe das le domaie élastique, il s'agit de l'état de décharge élastique, la courbe suivie pour redescedre à cotraite ulle, BO', état parallèle à la courbe élastique iitiale OA. E O' subsiste ue déformatio permaete, appelée déformatio plastique et otée ε p. Au cours de la descete, la valeur de ε p e chage pas, si bie que, si ue décharge est appliquée à partir d'u autre poit que B, il sera possible d'obteir ue valeur différete de ε p pour la même valeur de cotraite: e coséquece, il faudra exprimer les relatios sous forme icrémetale. Cette simple costructio illustre bie l'ue des pricipales difficultés de la plasticité - l'expressio du modèle e u poit de foctioemet doé (aisi e B) déped de la directio de chargemet; les opérateurs associés das le cas gééral serot dits «multi-braches». Elle permet e même temps de mettre e évidece les pricipales hypothèses : à température costate, la déformatio totale se décompose e ue déformatio élastique et ue déformatio plastique (hypothèse de décompositio de la déformatio): ε ε e ε p il existe u domaie d élasticité, défii par ue foctio f, à l'itérieur duquel il 'y a pas d'écoulemet plastique, et sur la frotière duquel le poit représetat l'état de chargemet se déplace au cours de l'écoulemet plastique; le domaie d'élasticité est susceptible d'évoluer au cours du chargemet (phéomèe d'écrouissage), cette évolutio état représetée à l'aide de variables d'écrouissage, otées de faço covetioelle A I... Modèle rhéologique pati-ressort Modèle élastique--parfaitemet plastique L'associatio d'u ressort et d'u pati e série (Fig..a) correspod exactemet au comportemet élastique-parfaitemet plastique déjà décrit e figure.a: le système e peut pas supporter ue cotraite plus grade que σ y. Lors de la réalisatio p d'u cycle, l'éergie dissipée par la déformatio plastique est Wp cycleσdε, soit σyεmax, lorsque la déformatio p plastique est rameée à zéro après avoir atteit ε max, (Fig..c). De même que le modèle de Maxwell e viscoélasticité, ce modèle est susceptible d'atteidre des déformatios ifiies (ruie du système par déformatio excessive). Pour caractériser ce modèle, il faut cosidérer ue foctio de charge f dépedat de la seule variable σ, et défiie par: f(σ) σ - σ y σ y E H σ σ y σ a. Modèle de Sait-Veat b. Modèle de Prager σ σ σ y σ y ε p H ε p σ y σ y c. d. Figure.: Associatios e série ou parallèle de pati et ressort Le domaie d'élasticité correspod aux valeurs égatives de f, et le comportemet du système se résume alors aux équatios suivates: domaie d'élasticité si : f < ( ε ε e σ /E) décharge élastique si f et f < ( ε ε e σ /E) écoulemet plastique si : f et f ( ε σ /E ε p ) E régime élastique, la vitesse de déformatio plastique est bie etedu ulle. La vitesse de déformatio élastique deveat à so tour ulle pedat l'écoulemet plastique. Ceci implique que l'expressio de la vitesse de déformatio plastique e peut pas se faire à l'aide de la cotraite. C'est au cotraire la vitesse de déformatio qui doit être choisie comme pilote... Modèle de Prager Ecrouissage ciématique

15 L'associatio d'u ressort et d'u pati e parallèle (Fig..b) correspod au comportemet illustré e figure.b, Das ce cas, comme le motre la figure.d. l'écrouissage est liéaire. Il est dit ciématique, car dépedat de la valeur actuelle de la déformatio plastique. La forme de la courbe est due au fait que, lors de l'écoulemet plastique, la cotraite qui s'établit das le ressort vaut x H ε p. Par ailleurs, cet écoulemet e se produit que si la valeur absolue de la cotraite das le pati, soit σ-x, est égale à σ y, Pour ue déformatio doée, cette cotraite x est ue cotraite itere (back stress) qui caractérise le ouvel état eutre du matériau. Il est remarquable de oter que le calcul de l'éergie dissipée au cours d'u cycle produit exactemet le même résultat que pour le premier motage, ce qui idique que, pour ce type de comportemet, ue partie de l'éergie est temporairemet stockée das le matériau (ici, das le ressort), et restituée à la décharge. Ceci doe ue illustratio physique de la otio d'écrouissage. Ce deuxième exemple offre l'occasio d'écrire u modèle plus complet que précédemmet. La foctio de charge déped maiteat de la cotraite appliquée et de la cotraite itere. Elle s'écrit: f(σ, x) σ - x - σ y Il 'y aura présece d'écoulemet plastique que si o vérifie à la fois f et f. Ceci coduit à la coditio suivate: D'où: f f σ x σ x sige( σ x) σ sige( σ x) x p σ σ x et ε H Das ce cas, la cotraite évolue au cours de l'écoulemet plastique, si bie qu'elle peut servir de variable de cotrôle. Mais il est aussi toujours possible d'exprimer la vitesse d'écoulemet plastique e foctio de la vitesse de déformatio totale, e utilisat la décompositio de la déformatio combiée avec l'expressio de la vitesse de déformatio plastique: ε p E ε E H Le cas où H redoe bie etedu le cas du matériau parfaitemet plastique... Écriture géérale des équatios de l'élastoplasticité uiaxiale Das le cas gééral, les coditios de "charge-décharge" s'exprimet doc aisi: domaie d'élasticité si : f(σ, A I ) < ( ε σ /E) décharge élastique si f(σ, A I ) et f (σ, A I ) < ( ε σ /E) écoulemet plastique si : f (σ, A I ) et f (σ, A I ) ( ε σ /E ε p ) Das le cas gééral, le module H déped de la déformatio et/ou des variables d'écrouissage. La valeur du module plastique au poit (σ, A I ) s'obtiet e écrivat que le poit représetatif du chargemet reste sur la limite du domaie d'élasticité au cours de l'écoulemet. L'équatio qui e découle s'appelle la coditio de cohérece: f (σ, A I ) Ce formalisme peut paraître u peu lourd das le cadre d'u chargemet uiaxiale, mais il est utile de le mettre e place, car ce sot les mêmes outils qui serot esuite utilisés das le cas plus complexe des chagemets multiaxiaux. Das les deux exemples qui ot été décrits, le domaie d'élasticité est soit fixe, soit mobile. sa taille état coservée. Le premier cas e écessite bie etedu aucue variable d'écrouissage, le secod fait iterveir ue variable x qui déped de la valeur actuelle de la déformatio plastique. Cette variable deviedra tesorielle das le cas gééral. Le type d'écrouissage correspodat s'appelle écrouissage ciématique (Fig..4b). Das le cas particulier illustré par le modèle rhéologique, l'évolutio de la variable x est liéaire e foctio de la déformatio plastique. c'est le modèle d'écrouissage ciématique liéaire (Prager, 958)...4 Modèle de Taylor Ecrouissage isotrope Ue autre évolutio élémetaire que peut subir le domaie d'élasticité est l'expasio. Cet autre cas (Fig.4a) correspod à u matériau dot le domaie d'élasticité voit sa taille augmeter, mais qui reste cetré sur l'origie (axe OO'), il s'agit d'u écrouissage isotrope (Taylor 9). La variable d'écrouissage qui iterviet das f est la dimesio du domaie d'élasticité, otée R : f(σ, R) σ - R - σ y L'évolutio de cette variable est la même quel que soit le sige de la vitesse de déformatio plastique. Elle s'exprimera doc e foctio de la déformatio plastique cumulée, p, variable dot la dérivée est égale à la valeur absolue de la vitesse de la déformatio plastique : p p ε. Bie etedu. il 'y a pas de différece etre p et ε P tat que le chargemet est mootoe croissat. Das ce cas, vérifier la coditio de cohérece reviet tout simplemet à exprimer que la valeur actuelle de la cotraite est sur la frotière du domaie d'élasticité. Pour l'écrouissage ciématique, cela s écrit σ x σ y et pour l'écrouissage isotrope σ R σ y. Cela sigifie doc que c'est la loi d'évolutio de la variable d'écrouissage qui détermié 4

16 exactemet la forme de la courbe de tractio. Les deux modèles rhéologiques ivoqués doet des courbes liéaires, avec des modules plastiques ul ou costat. Il est souvet plus réaliste de cosidérer ue courbe qui se sature e foctio de la déformatio, soit par exemple ue foctio puissace (loi de Ramberg-Osgood. avec deux coefficiets matériaux K et m) ou ue expoetielle, cette derière formulatio offrat l'avatage d'itroduire ue cotraite ultime σ u, supportable par le matériau (deux coefficiets matériaux, σ u et γ) : σ σ y K(ε P ) m σ σ u (σ y - σ u ) exp(-γε P ) Das bie des cas, les utilisateurs e preet pas la peie de défiir ue forme explicite de la loi de comportemet, et décrivet la courbe de tractio poit par poit. Cela reviet implicitemet à cosidérer u écrouissage isotrope. Ce type d'écrouissage est prédomiat pour les déformatios importates (au delà de %). Cepedat, l'écrouissage ciématique cotiue de jouer u rôle importat lors de décharges, même pour les grades déformatios, et c'est lui qui est prépodérat pour les faibles déformatios et les chagemets cycliques. Il permet e particulier de simuler correctemet l'effet Bauschiger, c'est à dire le fait que la cotraite d'élasticité e compressio décroît par rapport à la cotraite iitiale à la suite d'u préécrouissage e tractio. Il est éamois mois souvet utilisé que l'écrouissage isotrope, car so traitemet umérique est plus délicat.. Viscoplasticité uiaxiale H σ ε η E σ σ y ε p σ y Figure.4 : Modèle de Bigham gééralisé La figure.4 motre que, e rajoutat u simple amortisseur, o passe d u modèle plastique istataée à u modèle viscoplastique (modèle de Bigham gééralisé). E relevat le ressort e série (E ), o obtiet le modèle rigideviscoplastique. Le modèle aura pas d écrouissage si o supprime le ressort e parallèle (H). La déformatio élastique ε e se lit aux bores du ressort E, et la déformatio viscoplastique ε vp aux bores de l assemblage e parallèle. La détermiatio des équatios de ce modèle s effectue e cosidérat les équatios de comportemet idividuelles de chacu des élémets : x H ε vp σ v η ε vp σ p σ y où x, σ v et σ p sot respectivemet les cotraites das le ressort H, das l amortisseur et das le pati, et : σ x σ v σ p Il y a doc comme pour le modèle plastique u domaie d élasticité dot la frotière est atteite lorsque σ p σ y. O distigue alors trois régimes de foctioemet, selo que la vitesse de déformatio viscoplastique est ulle, positive et égative : a) ε vp σ p σ H ε vp σ y b) ε vp > σ p σ H ε vp η ε vp σ y c) ε vp < σ p σ H ε vp η ε vp σ y Le cas (a) correspod à l itérieur du domaie d élasticité ( σ p < σ y ) ou à u état de décharge élastique ( σ p σ y et σ p ), les deux autres cas à de l écoulemet ( σ p σ y et σ p ). E posat <x> max(x,), les trois cas peuvet se résumer par ue seule expressio : ηε vp σ x σ y sige( σ x) ou ecore : vp ε f η sige( σ x) avec f σ x σ y La ature du modèle a maiteat complètemet chagé, puisque le poit représetatif de l état de cotraite courat peut se trouver das la zoe f >, et que la vitesse d écoulemet est maiteat régie par le temps : elle peut être o ulle sas qu il y ait d icrémet de cotraite ou de déformatio. Ceci explique qu e figure.4b la courbe de tractio e soit plus uique (plus la vitesse est grade, plus la cotraite sera élevée, et plus la courbe de tractio sera haute), et que, lors d ue décharge, le poit de foctioemet e péètre pas immédiatemet das le domaie d élasticité. O peut doc avoir u écoulemet positif à cotraite décroissate. Par ailleurs, il est possible de simuler des expérieces de fluage ou de relaxatio. 5

17 E fluage (Fig..5), e supposat qu o applique u échelo de cotraite (de à σ > σ y ) à partir d u état de référece où toutes les déformatio sot ulles, le modèle prévoit que la déformatio viscoplastique est expoetielle e foctio du temps t, avec u temps caractéristique t f η/h : vp σ σ y t ε exp H t f La figure.5b motre, das le pla cotraite-déformatio viscoplastique, les évolutios respectives de la cotraite itere x et du seuil x σ y. Lorsque ce derier rejoit la cotraite appliquée σ, la vitesse de déformatio viscoplastique s aule. E relaxatio, la répose à u échelo de déformatio (de à ε tel que E ε > σ y ) fait cette fois iterveir u temps caractéristique de relaxatio η t r : E ε t E E H t σ σ y exp H E exp E H t f E H t r ε vp σ σ y H σ σ σ y x t ε vp a. Déformatio viscoplastique e foctio du temps b. Evolutio das le pla cotraitedéformatio viscoplastique Figure.5: Fluage avec le modèle de Bigham La figure.6a motre le trajet parcouru par le poit représetatif de l'état de cotraite au cours de la relaxatio (pete -E puisque vp ε σ / E ). La figure.6b représete quat à elle le trajet caractéristique au cours d'ue expériece d'effacemet. E foctio du iveau de chargemet iitial, o peut recotrer après décharge ue vitesse d'écoulemet égative (poit A) ou ulle (poit B), mais e aucu cas o e pourra rameer la déformatio viscoplastique à zéro, sauf das le cas particulier où la cotraite σ y est ulle. Il 'y a alors plus de seuil iitial, et o coçoit bie qu'il 'est plus écessaire das ce cas de défiir ue décompositio de la déformatio: o retrouve d'ailleurs le modèle de Kelvi-Voigt, doc ue approche viscoélastique. σ σ -E H σ σ A B H σ y σ y ε vp a. Relaxatio b. Effacemet (CD) Figure.6: Foctioemet du modèle de Bigham à déformatio imposée. Quelques modèles classiques e viscoplasticité Das l'exemple précédet, la vitesse de déformatio viscoplastique est proportioelle à ue certaie cotraite efficace, différece etre la cotraite appliquée et le seuil, qui représete la distace etre le poit de foctioemet actuel et la frotière du domaie d'élasticité, qui 'est rie d'autre que la valeur de la foctio f au poit de foctioemet courat. La relatio liéaire peut être remplacée par ue forme plus géérale, e itroduisat ue foctio de viscosité φ qui fourit alors e tractio simple : ε vp φ(f) Pour u modèle qui comporterait à la fois de l'écrouissage isotrope et ciématique, cette relatio s'iverse sous la forme suivate, toujours e tractio simple: D σ σ y x R φ ( ε vp ) σ y x R σ v C ε vp 6

18 La courbe de tractio est détermiée par l'évolutio du seuil, exactemet comme das le cas d'u modèle de plasticité (au travers de x et R), mais égalemet par la foctio de viscosité, qui pilote la valeur de la cotraite visqueuse σ v. Pour des raisos physiques évidetes, o cosidère que φ(), et o suppose égalemet que φ est ue foctio mootoe croissate. Das le cas où σ v s'aule, le modèle reproduit u comportemet plastique idépedat du temps. Par ailleurs, plus la vitesse de sollicitatio augmete, et plus la cotraite atteite pour ue déformatio doée sera élevée. Das le cadre d'u modèle viscoplastique, il a doc deux possibilités pour itroduire de l'écrouissage. O coserve les possibilités d'actio sur des variables de type x et R. et o peut égalemet jouer sur la forme de la cotraite visqueuse. O appelle classiquemet modèles à écrouissage additif ceux qui jouet sur les variables de type plasticité et modèles à écrouissage multiplicatif ceux qui jouet sur la cotraite visqueuse, ue approche où les deux mécaismes sot présets état bie etedu égalemet evisageable. Par ailleurs, cotrairemet au cas de la plasticité, o peut ici cosidérer u modèle das lequel le domaie d'élasticité se réduit à l'origie (σ ), et qui e possède pas d'écrouissage. Aisi le modèle le plus courat est-il le modèle de Norto (avec deux coefficiets matériau K et ) : σ ε vp sige(σ) K O peut le gééraliser pour e faire u modèle à seuil sas écrouissage, ou réitroduire x et R aux côtés de σ y, ce qui coduit à u modèle à écrouissage additif (Chaboche). vp ε σ σ y K vp σ x R σ y sige( σ) ou ε sige( σ x) K Il. v a égalemet ue grade liberté pour choisir d'autres formes que la foctio puissace, aisi u sius hyperbolique das le modèle de Sellars et Teggart (loi sas écrouissage, coefficiets A et K) : σ ε vp A sh sige(σ) K Pour obteir des lois à écrouissage multiplicatif, il faut admettre que la foctio φ e déped pas uiquemet de f, aisi la loi de Lemaitre (coefficiets matériau K, m et ) : σ ε vp K p m ( ε ) sige(σ) 7

19 Chapitre : PLASTICITE ET VISCOPLASTICITE D. Critères de plasticité La descriptio des modèles à utiliser sous chargemet uiaxial a mis e évidece u domaie d'élasticité, das l'espace des cotraites et des variables d'écrouissage, pour lequel il 'y a pas d'écoulemet plastique ou viscoplastique. La trace de ce domaie sur l'axe de la cotraite se limite à u segmet de droite, qui peut subir ue traslatio ou ue extesio (il peut même parfois se limiter à u poit). Par ailleurs certais modèles sot capables de représeter ue cotraite maximale supportable par le matériau. Afi de pouvoir aborder l'étude des chargemets multiaxiaux, il est écessaire de se doer les moyes de défiir de telles limites e tridimesioel. Comme das le chapitre précédet, o se propose d'illustrer la théorie qui va être développée à l'aide d'u modèle rhéologique, costitué d'u assemblage de barres format u treillis métallique. O passera esuite e revue les outils dispoibles pour écrire ces modèles das le cas de milieux cotius, efi o motrera les pricipales classes de critères. De même que pour les lois d'écoulemet qui o été citées précédemmet, le choix de tel ou tel critère va dépedre du matériau étudié... Exemple d'u treillis métallique Le système de barres articulées illustré e figure.la permet de se représeter à partir d'u exemple simple la sigificatio du domaie d'élasticité et de la charge de ruie pour u milieu cotiu. Il est costitué de trois barres composées du même matériau, élastique (E) parfaitemet plastique (σ y ), de même sectio S, et différat simplemet par leur logueur. il s agit d'u système à deux paramètres de chargemet, P l et P, mais les résultats sot exprimés (Fig..b) e gradeurs adimesioelles : F P l /(Sσ y ) ; F P /(Sσ y ) Si seule la charge P l est o ulle, l'écriture des équatios d'équilibre et de l'élasticité permet de motrer que la plastificatio apparaîtra e premier lieu das la barre (), pour ue force globale telle que F F e, 5/4. A partir de cette limite, seules les barres () et () cotiuet de se charger, jusqu'à atteidre elles-mêmes leur état limite pour F F. Das le cas où seule la charge P est o ulle, la barre () e joue aucu rôle, et les barres () et () se plastifiet e même temps. Il 'y a pas de "recours" après l'apparitio de la plasticité, doc le premier écoulemet plastique coïcide avec la ruie de la structure selo ce mode de chargemet, pour ue force telle que: F Fe F E cas de charges combiées, le domaie d'élasticité das le pla F F se costruit par superpositio (il est illustré e trait fi sur la figure.b), tadis qu'il faut trouver les mécaismes de ruie qui serot actifs pour prévoir la forme du domaie de charge limite (tracé e traits gras sur la figure.b). Les deux segmets de droite verticaux correspodet à u mécaisme das lequel la barre () e joue aucu rôle, et qui etraîe les deux autres barres à l'horizotale; ceux qui sot icliés sot prévus e supposat qu'ue barre latérale (par exemple ()) reste iactive, et que les deux autres se plastifiet. F () L () 6 6 () P P F.. Les outils dispoibles a. Géométrie du système b. Domaie d'élasticité et charge de ruie das le pla F -F Figure.: Répose e élasticité et rupture d'u système réticulé Le cas du chargemet uiaxial étudié jusqu'à préset fait apparaître u domaie d'élasticité au travers de deux valeurs de cotraite, l'ue e tractio, l'autre e compressio, pour lesquelles se produit l'écoulemet plastique. Aisi das le cas du modèle de Prager, le domaie d'élasticité iitial est le segmet [-σ y, σ y ], et sa positio pour ue déformatio plastique est [- σ y x, σ y x], avec x Hε p. Il est décrit par la foctio de charge f (défiie de R das R). Pour défiir ce même domaie e présece de chargemets multiaxiaux, la foctio f deviet ue foctio du teseur de cotraite et du teseur x (de R das R) telle que si f(σ, x) <, l'état de cotraites est élastique, si f(σ, x), le poit de foctioemet est sur la frotière, la coditio f(σ, x) > défiissat l'extérieur du domaie. Das le cas gééral, l'esemble de départ cotiedra les cotraites et toutes les variables d'écrouissage, scalaires ou tesorielles, il faut doc défiir f(σ, A I ). O va das u premier temps limiter la 8

20 présetatio à la défiitio du domaie d'élasticité iitial, pour lequel o supposera que les variables A I sot ulles, si bie qu'o se cotetera d'écrire les restrictios des foctios f das l'espace des cotraites. L'expériece motre que, pour la plupart des matériaux, le domaie d'élasticité iitial est covexe (c'est e particulier vrai pour les métaux qui se déformet par glissemet cristallographique). La foctio de charge doit doc elle-même être covexe e σ, ce qui implique, pour tout réel λ compris etre et, et pour u couple (σ, σ ) quelcoque de la frotière : f (λσ (-λ) σ ) λf (σ ) (-λ) f (σ ) Comme das le cas de l'étude du teseur d'élasticité, il faut ici ecore respecter les symétries matérielles. Ceci implique e particulier das le cas d'u matériau isotrope que f soit ue foctio symétrique des seules cotraites pricipales, ou bie ecore, ce qui est équivalet, des ivariats du teseur des cotraites dot la défiitio proviet du polyôme caractéristique: I l trace(σ) σ ii I (/) trace(σ) (/) σ ij σ ji I (/) trace(σ) (/) σ ij σ jk σ ki Das les matériaux métalliques o observe gééralemet l icompressibilité plastique (ε p ii ) et idépedace du comportemet vis-à-vis de la pressio hydrostatique. Ceci amèe à cosidérer comme variable critique à faire figurer das la défiitio du critère o plus le teseur de cotraites lui-même, mais so déviateur s défii e elevat à σ la pressio hydrostatique (σ h ) : s σ (I /) I ; s ij σ ij σ h δ ij. Les ivariats de s sot : O peut écrire plus explicitemet : J l trace(s) J (/) trace(s) (/) s ij s ji J (/) trace(s) (/) s ij s jk s ki J 6 6 [( σ σ ) ( σ σ ) ( σ σ ) ] [( σ σ ) ( σ σ ) ( σ σ ) 6( σ σ σ )] xx yy yy zz Il est commode, e vue de réaliser les comparaisos avec les résultats expérimetaux, de disposer d'expressios des critères das lesquelles les valeurs de f sot homogèes à des cotraites, c'est ce qui amèe par exemple à utiliser à la place de J l'ivariat J (cotraite équivalete au ses de Vo-Mises : J σ eq J ), qui peut égalemet s'exprimer e foctio des cotraites pricipales, ou de la cotraite σ das le cas d'u état de tractio simple. La valeur J est à rapprocher de celle de la cotraite de cisaillemet octaédral. Les plas octaédraux sot ceux dot le vecteur ormal est de type (,,), (-,,) et permutatio circulaire das l'espace des cotraites pricipales. Il est aisé de motrer que le vecteur cotraite évalué sur le pla (,,) à partir des valeurs de σ, σ, σ a pour composates ormale et tagetielle: σoct ( / )I ; τoct ( La valeur de J défiit doc le cisaillemet das les plas octaédraux. Les remarques précédetes idiquet que le pla de ormale (,,) va être u pla privilégié pour la représetatio des critères. E effet, tous les poits représetat des états de cotraite qui e diffèret que par u teseur sphérique (doc qui sot équivalets vis-à-vis d'u critère qui e fait pas iterveir la pressio hydrostatique) s'y projettet sur le même poit. La figure. motre ce pla, das lequel les projectios des axes pricipaux des agles de π/, et qui a comme équatio σ σ σ -I /. zz xx / )J xy yz zx σ CI CS TS Tresca Mises σ σ Figure.: Défiitio du pla déviateur TS désige les poits qui peuvet se rameer à la tractio simple, CS ceux qui peuvet se rameer à la compressio simple (par exemple u chargemet biaxial, car u état où les seules cotraites o ulles sot σ σ σ est équivalet à σ - σ, CI u état de cisaillemet... Critères e faisat pas iterveir la pressio hydrostatique Critère de Vo Mises : Das le critère de vo Mises, o cosidère que le seuil de plasticité est lié à l éergie élastique de cisaillemet. Cela reviet à égliger l ifluece du troisième ivariat. Das la mesure où la trace du teseur des cotraites 9

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique Titre : Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fi[...] Date : 28/10/2014 Pae : 1/10 Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fiis de joit couplés hydromécaique Résumé : Cette documetatio porte sur

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Système d'éclairage et perturbations

Système d'éclairage et perturbations Lycée N.APPER 447 ORVAUL Essai de système Système d'éclairage et perturbatios Objectifs Etude du foctioemet des systèmes d'éclairage fluorescets à tube et "fluocompacte" : foctioemet, perturbatios du réseau.

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES EXERCICES D PTIQUE GEMETRIQUE ENNCES Exercice 1 : Vitre Motrer que la lumière est pas déviée par u passage à travers ue vitre. Pour ue vitre d épaisseur 1 cm, que vaut le décalage latéral maximal? Si la

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE

FONCTION EXPONENTIELLE FONCTION EXPONENTIELLE I. RAPPELS : METHODE D EULER Si f est ue foctio dérivable e x 0, o sait que f(x 0 + h) a pour approximatio affie f(x 0 ) + f '(x 0 )h O peut doc sur de "petits" itervalles, approcher

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Document ressource. Les états de surface

Document ressource. Les états de surface Lycée Vaucaso Tours Documet ressource Les états de surface PTSI Objectifs : Coaître les élémets caractéristiques d u état de surface, savoir lire les spécificatios ormalisées associées et coaître les moyes

Plus en détail

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 9 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 5005-DAKAR-Fa-Séégal Serveur Vocal: 68 05 59 Téléfax (1) 864 67 39 - Tél : 84 95 9-84 65 81 M A T H E M A T I Q U E S 09 G 18bis AR Durée:

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire SPECIALITE TS ( PHYSIQUE ) : FICHE CURS 6 1/5 MDES PRPRES DE IBRATI Ce qu'il faut reteir Modes propres de vibratio ; iterprétatio odulatoire 1. Productio d u so à l aide d u istrumet de musique U istrumet

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

Cours de méthodes de simulation

Cours de méthodes de simulation ECOLE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D ANALYSE DE L INFORMATION ( ESSAIT) Cours de méthodes de simulatio Préparé par Hasse MATHLOUTHI Aée uiversitaire 2014-2015 AVANT PROPOS Ce documet propose u cours sur

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail

hydrauliques Identifier les symboles utilisés dans les circuits hydrauliques. Interpréter des schémas hydrauliques simples.

hydrauliques Identifier les symboles utilisés dans les circuits hydrauliques. Interpréter des schémas hydrauliques simples. CHIRE 4 Symboles et schémas hydrauliques Objectifs près la lecture de ce chapitre, vous pourrez : Idetifier les symboles utilisés das les circuits hydrauliques. Iterpréter des schémas hydrauliques simples.

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Correction CCP maths 1 MP

Correction CCP maths 1 MP mai 4 Avertissemet : Il subsiste certaiemet quelques coquilles... Exercice : ue itégrale double Correctio CCP maths MP Pour calculer cette itégrale, o effectue le chagemet de variable e coordoées polaires

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques Travaux dirigés de trasports et trasferts thermiques Aée 015-016 Araud LE PADELLEC alepadellec@irap.omp.eu page page 3 P r é s e t a t i o Tous les exercices de trasports et de trasferts thermiques qui

Plus en détail

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables Chapitre III Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables

Plus en détail

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante : " tirer p éléments de E ".

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante :  tirer p éléments de E . Cours de termiales Probabilités sur u esemble fii Mr ABIDI F I- Rappel I- Types de tirages : Soit u esemble fii E coteat élémets O cosidère l'épreuve suivate : " tirer p élémets de E " Type de tirages

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

LENTILLES SYSTEME CENTRE

LENTILLES SYSTEME CENTRE LENTILLES SYSTEME CENTRE. Letilles mices Parmi toutes les letilles, il e existe u certai ombre qui peuvet être décrites par u modèle simple : il s agit des letilles mices. Ue letille mice est ue letille

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3 1 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Voir le chapitre 19 pour l'étude des espaces euclidies et des isométries. État doé u espace euclidie E de dimesio 1, o rappelle que

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau.

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau. AVANT PROPOS Cet ouvrage propose aux élèves de classes termiales (fraçais) S (spécialité math) des rappels et des complémets de cours assez complet, aisi que des problèmes et des exercices corrigés. Les

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Moment d'une force Théorème du moment cinétique. Johann Collot collot@in2p3.fr http://lpsc.in2p3.fr/atlas_new/teachingitem.htm Mécanique L1 et IUT1

Moment d'une force Théorème du moment cinétique. Johann Collot collot@in2p3.fr http://lpsc.in2p3.fr/atlas_new/teachingitem.htm Mécanique L1 et IUT1 Momet d'ue force Théorème du momet ciétique Théorème du momet ciétique référetiel iertiel repère fixe /réf. o poit o fixe / repère m M V dt = d P OM dt = OM d P d OM P = d OM P OM d P = V dt m V OM d P

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

Simulation des Grandes Échelles du développement spatial d une couche de mélange plane 3D : comparaison avec des résultats expérimentaux détaillés.

Simulation des Grandes Échelles du développement spatial d une couche de mélange plane 3D : comparaison avec des résultats expérimentaux détaillés. Simulatio des Grades Échelles du déeloppemet spatial d ue couche de mélage plae 3D : comparaiso aec des résultats expérimetaux détaillés. C. Teaud S. Pelleri A. Dulieu (LIMSI - UPR CNRS 3251) L. Cordier

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Méthodes basiques en statistiques sous R

Méthodes basiques en statistiques sous R Méthodes basiques e statistiques sous R Master II Modélisatio Aléatoire - Paris VII Eseigat : Mme Picard Sébastie Le Berre 12 mai 2011 R est u logiciel de calcul largemet utilisé par la commuauté scietifique

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) ALGÈBRE LINÉAIRE ET GÉOMÉTRIE

CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) ALGÈBRE LINÉAIRE ET GÉOMÉTRIE CLASSE DE TECHNOLOGIE, PHYSIQUE ET CHIMIE (TPC) PROGRAMME (A partir de Septembre 2) MATHEMATIQUES Secode aée (Ce ouveau programme présete des modificatios par rapport à l'acie programme) ALGÈBRE LINÉAIRE

Plus en détail

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario Mathématiques Termiale S Corrigés des eercices Rédactio : Lauret Beroul Isabelle Teaud Sébastie Cario Coordiatio : Sébastie Cario Ce cours est la propriété du Ced Les images et tetes itégrés à ce cours

Plus en détail

TP R : méthodes statistiques élémentaires

TP R : méthodes statistiques élémentaires M2 IFMA et MPE TP R : méthodes statistiques élémetaires À la fi de la séace vous déposerez vos scripts R das la boîte de dépôt de votre espace Sakai : http://australe.upmc.fr/portal. 1 Importatio des doées

Plus en détail

Suites et séries numériques

Suites et séries numériques Maths MP Cours Table des matières Suites et séries umériques Quelques prélimiaires. Les yeux fermés........................................... De quoi parle-t-o?........................................3

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités.

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités. PROBABILITÉS I. PROBABILITÉS ( RAPPELS) a. Expérieces aléatoires et modèles Le lacer d ue pièce de moaie, le lacer d u dé sot des expérieces aléatoires, car avat de les effectuer, o e peut pas prévoir

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 13 11e Colloque Natioal e Calcul des Structures 13-17 Mai 13 Méthodes rapides pour l'évaluatio de la variabilité de fréqueces propres d'ue caisse ue automobile Frédéric DRUESNE *, Mohamed Bader BOUBAKER,

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo BTS Iformatique de gestio e aée Deis Jaudo Mathématiques Cours Directrice de publicatio : Valérie Brard-Trigo Les cours du Ced sot strictemet réservés à l usage privé de leurs destiataires et e sot pas

Plus en détail

APPLICATION DE LA STATISTIQUE AU TRAITEMENT DES DONNÉES AU LABORATOIRE D'ANALYSES ET EN FABRICATION

APPLICATION DE LA STATISTIQUE AU TRAITEMENT DES DONNÉES AU LABORATOIRE D'ANALYSES ET EN FABRICATION Philippe TRIBOULET (Lycée Niepce Chalo sur Saôe) 03/03/007 PPLICTION DE L STTISTIQUE U TRITEMENT DES DONNÉES U LBORTOIRE D'NLYSES ET EN FBRICTION I/ INTRODUCTION L'utilisatio de la statistique pour le

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x /RJLTXHERROpHQQH I. Défiitios I.. Variable biaire O appelle variable biaire (ou logique), ue variable preat ses valeurs das l esemble {0, }. Eemple : état d u iterrupteur, d u bouto poussoir, la présece

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 8 du 13 octobre 2011

Bulletin officiel spécial n 8 du 13 octobre 2011 Aexe Programme de l eseigemet spécifique et de spécialité de mathématiques de la série écoomique et sociale et de l eseigemet de spécialité de mathématiques de la série littéraire L eseigemet des mathématiques

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles BTS Mécaique et Automatismes Idustriels Statistiques iféretielles, Aée scolaire 2005 2006 Statistiques iféretielles 1. Itroductio vocabulaire Pour étudier ue populatio statistique, o a recours à deux méthodes

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Analyse de structures de données et d algorithmes

Analyse de structures de données et d algorithmes Uiversité Paris 3 Istitut Galilée Master Math-Ifo Aalyse de structures de doées et d algorithmes Polycopié 2006-2007 Christia Lavault Table des matières Combiatoire et déombremet. Permutatios, arragemets

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE J. 3 398 CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE ANNÉE 04 ÉPREUVE ÉCRITE D ADMISSIBILITÉ N 3 Durée : 3 heures

Plus en détail