Non-résonance entre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Non-résonance entre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire"

Transcription

1 Non-résonance enre les deux premières valeurs propres d un problème quasi-linéaire AREl Amrouss MMoussaoui Absrac We consider he quasilinear Dirichle boundary value problem (φ p (u )) = f(u)+h(x),u(a)=u(b)=0, where (φ p (u )) is he one dimenional p-laplacien, and prove is solvabiliy for any given h, under new assumpions on he asympoic behaviour of he poenial of he nonlineariy f, wih respec o wo firs eigenvalues of he associaed quasilinear problem Inroducion Dans ce aricle on s inéresse à l exisence des soluions du problème suivan : { (φp (u (P) )) = f(u)+h(x) dans ]a,b[ u(a) =u(b) = 0 où f : R R es une foncion coninue, h :[a, b] R es Lebesgue inégrable e φ p : R R définie par φ p (s) = s p 2 s, p> Noons par λ k (p), la k ième valeur propre du problème : { (φp (u )) = λφ p (u) dans ]a,b[ u(a) =u(b) = 0 Received by he ediors January 996 Communicaed by J Mawhin 99 Mahemaics Subjec Classificaion : 34B5-34C25 Key words and phrases : Non-résonance - Quasi-linéaire - héorie du degré Bull Belg Mah Soc 4 (997), 37 33

2 38 AREl Amrouss MMoussaoui Il es bien connu que λ k (p) = e Posons s l ± (p) = inf s ± L ± (p) = inf s ± ( ) p kπp (p ) /p avec Π p =2 b a 0 φ p (s), k ±(p) = sup s ± ds ( sp )/p p φ p (s) pf (s) s, K pf (s) ±(p) = sup p s ± s p où F (s) = f() d 0 On suppose λ (2) l ± (2) k ± (2) λ 2 (2) () Il es bien connu que, voir par exemple [D] e [M-W], dans ces condiions e si λ (2) <l ± (2) e k + (2) ou k (2) <λ 2 (2) alors pour ou h, (P) es solvable pour p =2 Récemmen, cerains aueurs on éabli divers résulas d exisence sous les condiions () e si, λ (2) <K ± (2) e L + (2) ou L (2) <λ 2 (2) Cions par exemple : Mawhin, Ward e Willem [M-W-W], Cosa-Olivera [C-O], Omari-Zanolin [O-Z] e Del Sano-Omari [D-O] Dans [N-Z], Njoku e Zanolin on prouvé unrésula d exisence en supposan : i) λ (2) <l + (2) L + (2) <λ 2 (2) (2) ii) λ (2) <K (2) k (2) <λ 2 (2) iii) sign(s) +, quand s + Le bu de ce papier es de présener un ensemble de résulas d exisence, permean de se passer de l inégalié gauche dans () e (2) c es à dire nous pouvons avoir la siuaion suivane (cf exemple 5) : inf s ± φ p (s) λ (p) sup s ± φ p (s) Théoreme Supposons que sign(s) +, quand s + λ (p) < sup s ± pf (s) s p, sup s + φ p (s) λ 2(p) e sup s φ p (s) <λ 2(p) Alors (P) adme au moins une soluion pour ou h L (a, b) Ensuie, nous nous ions à des condiions poran uniquemen sur le rappor pf (s) Noons par : s p A = u(p ) /p Π p (u) =2 0 ds ( sp p )/p, pour u [, ], p { ((s, ), (x, y)) ([λ (p),λ 2 (p)] 2 ) 2 s, x y e s /pπ p( s )/p +

3 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 39 x /pπ p( x } y )/p = b a B = {((u, v), (w, z)) R 2 R 2 ((s, ), (x, y)) A avec (u, v) ]s, [ 2 e (w, z) ]x, y[ 2 } Théoreme 2 Supposons que ((L + (p),k + (p)), (L (p),k (p))) B e que sign(s) +, quand s + Alors(P) adme au moins une soluion pour ou h L (a, b) Dans{ le cas p = 2, l ensemble A es : A = ((s, ), (x, y)) ([λ,λ 2 ] 2 ) 2 2 x Arcsin(x /2 y )/2 = b a 2 e 2 x Arcsin(x /2 y )/2 = b a } 2 on a la représenaion suivane : λ 2 2λ λ y = x sin b a x B y = x λ λ 2 Donc si sign(s) + e (L + (2),K + (2)), (L (2),K (2)) B, alors pour ou h L,(P) es solvable La preuve de ces résulas uilise la méhode de Leray- Schauder e ceraines propriéés des oscillaions de la soluion d une équaion différenielle ordinaire 2 Lemmes echniques Considérons la famille de problèmes suivans : (P,λ) { (φp (u )) = f(λ, u)+λh(x) dans ]a, b[ (2) u(a) =u(b) = 0 où f(λ, ) es une foncion coninue quelconque pour λ [0] Posons y() =φ p (u )+λh() (22) avec H() = a h(s) ds e par suie y () = f(λ, u()) (23)

4 320 AREl Amrouss MMoussaoui Nous observons que oue soluion u()duproblème (P,λ) es de classe C avec φ p (u ) absolumen coninue Noons par u = u(x )=maxu() eu =minu() =u(x ), avec x (respx ) es le premier poin de [a, b] (resp le dernier poin ) où lemaximum (resp le minimum) de u() es aein Le lemme suivan généralise un lemme donné par Njoku e Zanolin dans [N-Z] Lemme 2 Supposons qu il exise c>0 el que f(λ, s) > 0 pour ou s c e λ [0] (24) Alors pour ou d 0 il exise R d >cel que pour chaque soluion u() de (P,λ) avec u >R d on a les propriéés suivanes : (a) il exise des paramères α +, β +, γ +, γ 2 + avec : α + <γ + x γ + 2 <β + els que u(α + )=u(β + )=c e u() >csur ]α +,β + [, y(γ + )=2M e y(γ 2 + )= 2M avec M = H (b) il exise une consane L>0, dépendan uniquemen de γ + e γ 2 +,elle que : u L<u(γ + ), u(γ 2 + ) <u, u() es croissane sur [α +,γ + ] e décroissane sur [γ 2 +,β + ] 2 Si u R d alors : u + β+ α + = b a uniformémen en λ (25) Preuve : Prenons α + =max{x [a, x ]:u(x) =c} e β + =min{x [x,b]:u(x) =c} alors u() >csur ]α +,β + [ De (22), y es sricemen décroissane sur ]α +,β + [, alors pour ou [α +,γ + ]: φ p (u )=y() λh() y(γ + ) M = M (26) donc u () > 0sur[α +,γ + ], par suie u() es sricemen croissane sur [α +,γ + ]e de même on monre que u() es sricemen décroissane sur [γ 2 +,β + ] Pour un 0 ]γ +,x [elquey( 0 )= 3 M, on monre de même que dans (25) u() es sricemen 2 croissane sur [α +, 0 ] D où u(γ + ) <u( 0 ) u e de la même manière nous prouvons que u(γ 2 + ) <u e d après (26) on monre l exisence d un L>0elque: u L<u(γ + ),u(γ 2 + ) 2 En inégran (22) sur [, α + ] pour ou [a, α + ]alors: y(α + )+ De (24) il vien : α + f(λ, u(s))χ [u(s) c] ds + y(α + )+ α + α + f(λ, u(s))χ [u(s) c] ds y() donc il exise une consane K(c) dépendane de c elle que : f(λ, u(s))χ [u(s)>c] ds = y()

5 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 32 y(α + ) K(c) y() [a, α + ] (27) D aure par, pour ou [α +,x ]nousavons: u () p y() + M (28) e comme y es décroissane alors y(x ) y() y(α + ), d où y() y(α + ) + y(x ) y(α + ) + M [α +,x ] (29) Or y(γ + ) y(α + )eparsuiey(α + ) M En combinan (28) e (29) il vien : Puis, en inégran sur [α +,x ]ilrésule : u () (y(α + )+M) /p ( u ) c p M y(α + ) b a e en veru de (27) il sui que pour ou [a, α + ]: Pour u saisfaisan On a u () > 0, donc ( u ) c p 2M K(c) u () p u () b a ( u ) c p > 2M + K(c) b a [( u c b a )p (2M + K(c))] /p u () D où, en inégran cee dernière sur [a, α + ]nousavons: α + c a [( u c b a )p (2M + K(c))] /p e par suie, u + α+ a = 0 uniformémen en λ [0, ] De même on monre que u + b β+ = 0 uniformémen en λ [0, ] d où u + β+ α + = b a uniformémen en λ [0, ] Remarque : i) Une version duale du lemme 2 peu êre obenue en remplaçan (24) par f(λ, s) < 0 pour ou s c e λ [0] Dans cee siuaion on change le symbole + desparamères α +, β +, γ +, γ + 2 par le symbole ii) Considérons

6 322 AREl Amrouss MMoussaoui A = {u C[a, b] u() soluionde(p,λ)avecλ [0]} Si A es uniformémen borné alors il exise S, T deux consanes elles que max u() S e min u() T pour oue soluion u() de(p,λ)avecλ [0, ] Dans ou ce qui sui on va supposer que A es non uniformémen borné Lemme 22 Supposons qu il exise k,k 2 > 0 els que : k u + β+ α + <b a uniformémen en λ e k 2 u β α <b a uniformémen en λ avec b a<k + k 2,alors(P) adme au moins une soluion pour ou h L Preuve La preuve de ce lemme se fai en deux éapes : ére éape Nous monrons l exisence de deux consanes S, T > 0 elles que : max u() S e min u() T pour oue soluion u() de(pλ) avecλ [0, ] Affirmaion : il exise une consane K>0 indépendane de u() e λ elle que max u() K ou K min u() pour oue u() soluion de (Pλ) En effe, Supposons par l absurde qu il exise une suie u n () :soluionde(p,λ) pour λ = λ n elle que max u n () + e min u n (), quand n + Puisque b a<k + k 2 inf u + β+ α + + inf u β α, alors on peu passer à une sous-suie noée aussi u n () elle que : e comme il résule : b a< n + β+ n α+ n + β n α n n + β+ n α + n + βn α n b a, b a<b a Ce qui es absurde Pour achever la première éape, nous allons raier deux cas : er cas : Supposons min u() K Il exise S>0elquemaxu() S pour oue soluion u()de(p,λ)avecλ [0] ; car sinon, nous aurions pour ou S>0 l exisence d une soluion u S () de(p,λ) elle que max u S () =S, e comme inf u + β + α + <b a, alors il exisera une suie u n () soluionde(p,λ) elle que n + β + n α+ n <b a e max u n() + D aure par, min u n () K,alorsd après le lemme 2 il vien n + β+ n α + n = b a Ce qui es absurde En prenan T = K +, alors la conclusion de la première éape es saisfaie

7 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire ème cas : Supposons max u() K De la même manière que dans le er cas, on monre l exisence de deux consanes S, T > 0 elles que max u() S e min u() T pour oue soluion u()de(p,λ) 2ème éape : Nous prouvons que (P) adme au moins une soluion pour ou h L, pour ceci on va uiliser la héorie du degré deleray-schauder Considérons le problème { (φp (u (20) )) = e(x) dans ]a,b[ u(a) =u(b) = 0 où e L Dans [D-E-M], il es prouvé que (20) adme une soluion unique Soi H l opéraeur qui envoie e L en l unique soluion u() duproblème (20) Noons que H es un opéaeur borné econsidérons l opéraeur K défini comme sui : K : C([a, b]) C([a, b]) u() H(f(u()) + h()) Nous vérifions facilemen que K es un opéraeur compac Soi u() C([a, b]) elle que : u() =λk(u()) pour λ ]0, ] (E,λ) alors (E,λ) correspond au problème (Pλ) pour ou λ ]0, ] Considérons l ouver : O = {u() C([a, b]) T<u() <S [a, b]} D après la première éape, 0 / (I λk)( O)eainsi(E,λ) adme une soluion pour λ = 0 De l invariance par l homoopie de la héorie du degré de Leray-Schauder, on ire que (P) adme au moins une soluion 3 Preuve des héorèmes Dans ou ce qui sui nous allons supposer que f(λ, s) =( λ)νs + λ avec pf (s) λ [0, ] e ν es fixé elqueλ <ν< sup s ± Puisque sign(s) s p +, quand s, alors il exise une consane c > 0 elle que : sign(s)f(λ, s) > 0 pour ou s c 3 Preuve du héorème Pour la preuve du héorème nous avons besoin du lemme suivan : Lemme 3 i) b a 2 inf u + β + α + <b a uniformémen en λ [0, ]

8 324 AREl Amrouss MMoussaoui ii) b a inf u β + α <b a uniformémen en λ [0, ] 2 Preuve : Monrons i), puis ii) découle d une manière similaire ère pf (s) éape : nous allons monrer que si ν< sup s + alors s p inf u + β+ α + < Π p (ν) /p En effe, de l inégalié ν< sup s + pf (s) s p nous avons : sup(f (s) ν s + p sp )=+ (3) D où l exisence d une suie (s n ) n croissane qui end vers + elle que : (F (s) ν p sp ) (F (s n ) ν p sp n ) pour ou s [0,s n[ ou encore ν p (sp n s p ) F (s n ) F (s) pour ou s [0,s n [ (32) Muliplions l équaion (2) par u () einégrons sur [, x ]avec [α +,x ], il résule : x x x φ p (u (s)) u (s) ds = ( λ)ν φ p (u(s))u (s) ds + λ f(u(s))u (s) ds x + h(s)u (s) ds ou encore p p ( u () p ) = ( λ)ν(u p u() p )+λ(f (u ) F (u()) +λ x h(s)u (s)ds (33) En uilisan le fai que y() esdécroissane sur [, x ], φ p es un homéomorphisme croissan e u() es croissane sur [, γ + ], alors il exise deux consanes c, c 2 > 0 elles que : γ + h(s)u (s)ds c u ()+c 2 D aure par, on a y(x ) y() y(γ + )pourou [γ +,x ] e de (22) nous avons l exisence d une consane c 2 elle que : x γ + h(s)u (s) ds c 2

9 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 325 D où ilvien: x h(s)u (s)ds c u ()+r (34) En enan compe de (32), (34) e en posan u = s n dans (33) alors après un calcul simple il vien : ν p p (sp n u() p ) (u ()+m) p où m es une consane qui dépend seulemen de h, ouencore (ν p p ((sp n u() p )) /p u ()+m pour ou [α+,γ + ] (35) D où, en inégran (35) sur [α +,γ + ]: (ν p p )/p (γ + α + ) On peu vérifier aisémen que : c/sn 0 u(γ + )/sn c/s n ds ( s p ) /p + γ + α + ds 0, quand n + ( s p ) /p D aure par, comme u(γ + ) <s n nous avons : γ + α + md (s p n u() p ) /p (36) md (s p n u() p ) /p (γ+ α+) m (s p n u(γ + quand n ) p ) /p Faisons endre n vers + dans (36), nous obenons : n + γ+ α + (p ) /p ds (ν) /p 0 ( sp ) = Π p (ν) p /p 2 De même on monre que : Mainenan nous allons monrer que : n + β+ γ 2 + Π p (ν) /p 2 n + γ+ 2 γ + =0 En effe, pour ou [γ +,γ + 2 ]nousavons: Inégrons (25) sur [γ +,γ + 2 ]ilvien: u L u() inf {f(λ, s)/s [s n L, s n ]} (γ + 2 γ + ) y(γ + ) y(γ + 2 )=4M e puisque s + f(λ, s) =+ uniformémen en λ, ilsui: n + γ+ 2 γ + =0

10 326 AREl Amrouss MMoussaoui Finalemen il résule : inf u + β+ α + <b a 2ème éape : Nous allons monrer que si sup s + Π p inf (ν ) /p u + β+ α + φ p (s) = ν alors Prenons η = ν + ε avec ε>0, on vérifie facilemen que la foncion s p ηsp F (s) escroissaneenonbornée pour s posiif assez grand, plus précisémen pour s c (où c donné plus hau) Uilisons ceci dans (33) e en veru de (3,4) nous avons pour ou [α +,γ + ]: (u ()) p p p max(ν, η)(u p u() p )+c u ()+c 2 Puis, en uilisan l inégalié de Young, nous obenons : (u () ε) p p p max(ν, η)(u p u() p )+b où b es une consane qui dépend de ε e de h, ouencore u () ( p p max(ν, η)(u p u() p )) /p + m e par le même argumen que précédemmen nous obenons que : Alors il sui : Π p inf (ν ) /p u + β+ α + pour ou ε>0 Π p inf (η) /p u + β+ α + uniformémen en λ [0, ] Comme ν λ 2 (p), il résule : b a 2 inf u + β+ α + Ce qui achève la preuve Finalemen, des lemmes 22 e 3 nous avons l exisence d une soluion du problème (P) 32 Preuve du héorème 2 Pour la preuve de ce héorème nous avons besoin du lemme suivan :

11 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 327 Lemme 32 Pour ou (L +,K + ) [λ,ν[ ]K + (p),λ 2 ] e (L,K pf (s) ) [λ,ν[ ]K (p),λ 2 ] avec inf >νnous avons : s ± s p i) ii) (L + ) /pπ p( L+ K + (L ) /pπ p( L K ) < inf u + β+ α + <b a uniformémen en λ ) < inf u β α <b a uniformémen en λ Preuve Nous allons monrer le premier poin e le deuxième poin s obien de la même manière En noan g(λ, s) =λf (s)+ p ( λ)νsp,avecλ [0, ] e ν es fixé, (33)devien : p x p [u () p ]=p(f (λ, u ) F (λ, u())) + λp h(s)u (s)ds (37) pour ou [α +,γ + ], e nous avons L + pg(λ, s) < inf s + s p sup s + pg(λ, s) s p <K + D où pourunδ>0epours c on peu supposer L + + δ pg(λ, s) s p K + Ensuie il vien : p x p [u () p ] (K + u p (L + + δ)u() p )+λp h(s)u (s)ds (38) Par le même argumen uilisé danslapreuvedulemme3ilvien: u () p p (K+ u p (L + + δ)u()p ) /p + m En suivan les mêmes lignes que dans la preuve du lemme 3 il sui : (L + + δ) /pπ p( (L+ + δ) ) < inf u + β+ α + K + Puisque x Π x /p p (x) es croissane alors nous avons l inégalié gauche de i) pf (s) D aure par, puisque ν< sup s e en uilisan le résula du lemme 3 s nous avons p inf β + α + <b a Ce qui achève la preuve

12 328 AREl Amrouss MMoussaoui Puisque ((L + (p),k + (p)), (L (p),k (p))) B, ilexise((s, ), (x, y)) A el que (L + (p),k + (p)) ]s, [ 2 e (L (p),k (p)) ]x, y[ 2 Nous choisissons ((L +,K + ) e (L,K ) de elle sore que L + = s, L = x, K + [s, ] ek [x, y] D où nous obenons : (L + ) /pπ p( L+ K + )+ (L ) /pπ p( L K ) b a (39) Or d après les lemmes 22 e 32 on conclu que le problème (P) es solvable pour ou h L (a, b) 4 Remarques Remarque 2: Nous pouvons éablir d une manière duale à Celle du héorème le résula suivan : Théoreme 4 Supposons que sign(s) +, quand s + e λ (p) < sup s ± pf (s), sup s p s φ p (s) λ 2(p) sup s + φ p (s) <λ 2(p) Alors (P) adme au moins une soluion pour ou h L (a, b) Remarque 3: Considérons le problème suivan : (4) { (φp (u )) = f(x, u)+h(x) dans ]a, b[ u(a) = u(b) =0 où f :[a, b] R R saisfai à la condiion de Carahéodory (c es àdiref(x, ) es coninue pour pp dans [a,b], f(, s) es mesurable pour ou s R) epourchaque k>0ilexiseψ k dans L (a, b) elle que : f(x, s) ψ k (x) pour pp dans [a,b] e pour ou s <k En suivan les mêmes lignes que dans la preuve du héorème nous pouvons éablir le résula suivan : Théoreme 42 Supposons qu il exise deux foncions coninues f ± : R R elles que s ± = f ± (s) =+, f(x, s) f (s) pour ou s c 0 e pp dans [a,b], pf (s) f(x, s) f + (s) pour ou s c 0 e pp dans [a, b] e λ (p) < sup s ± s, p ou l une des deux condiions : f(x, s) sup s + φ p (s) λ f(x, s) 2(p) e sup s φ p (s) <λ 2(p) uniformémen en x [a, b]

13 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 329 f(x, s) 2 sup s φ p (s) λ f(x, s) 2(p) e sup s + φ p (s) <λ 2(p) uniformémen en x [a, b] Alors le problème (4) es solvable pour ou h L (a, b) 5 Exemples Nous allons donner deux exemples d applicaion des héorèmes précédens dans le cas p =2 Exemple : soi f : R R une foncion définie par 2s( + sin(s)) + ln s si s = as + a si s s sin(ln( s)) s2 cos(ln( s)) +2s si s 2 s avec a = (( + sin ) sin(ln 2) cos(ln 2) 2 4 Par un calcul simple nous avons : s 2 2s cos s +sins + s 0 ln d si s F (s) = a s2 + as si s 2 s 2 sin(ln( s)) + s 2 si s Nous vérifions facilemen que 2F (s) inf s + = 0, s + = 2, sup s s 2 s + =4 s inf s = 2 s, inf 2F (s) 2F (s) s =, sup s 2 s = 3, s 2 sup s = 7 e sign(s) +, quand s + Doncd après s 2 le héorème, pour ou h L (0,π), le problème { u = f(u)+h(x) u(0) = u(π) =0 adme au moins une soluion Noons que ce exemple ne peu êre raié niparle résula de [D-O], ni par celui de [N-Z] Exemple 2: Soien a o =0,a n =2 n,b n =2 n,b 2 3n+ n =2n +,n,γ 2 3n+ ]λ,λ 2 [ soi f : R R une foncion impaire définie par s si s [0, 3/6] [b 2n+,b 2n+2 ] [b 2n+2,b 2n+3 ] e n 0 = ln a 2n+ si s = a 2n+ e n 0 (a 2n+2 ) 2 si s = a 2n+2 e n 0

14 330 AREl Amrouss MMoussaoui e en connecan les valeurs aux poins b n,a n,b n d une manière linéaire comme le décri la figure suivane : λ 2 s γs λs ln s b 2n+ b 2n+ b 2n+2 a 2n+2 b 2n+2 a 2n+ s 2 Nous avons : 2F (s) inf s ± = 0, s ± = γ, sup s s 2 s ± = s e sign(s) +, quand s + Donc d après le héorème2, leproblème (P) adme au moins une soluion Nous remercions Mr JPGOSSEZ pour diverses remarques liées à nore éude Références [C-O] DGCosa,AOliveira, Exisence of soluion for a class of semi linear ellipic problems a double resonance Boll Soc Bras Ma, 9() (988), 2-37

15 Non-résonance enre valeurs propres d un problème quasi-linéaire 33 [D-O] DDelSano e POmari, Nonresonance condiions on he poeniel for a semilinear ellepic problem, J Differenial Equaions, 08 (994) [D-E-M] MDelPino, MElguea e RManasevich, A homoopic deformaion along p of a Leray-Schauder degree resul and exisence for ( u p 2 u ) +f(, u) = 0, u(0) = u(t ) = 0, p > Preprin 989 [D] CLDolph, Nonlinear inegral equaions of he Hammerein ype, TransAmerMahSOC, 66(949), [M-W-W] JMawhin, JRWard, MWillem, Necessary and sufficien condiions for he solvabiliy of a non linear ow-poin boundary value problem, Proc Amer Mah Soc, 93, (985) [M-W] JMawhin, MWillem, Criical poins of convex perurbaions of some indefinie quadraic forms and semilinear boundary value problems a resonance, Ann Ins Herni Poincaré 6(986), [N-Z] FI Njoku e FZanolin, On he solvabiliy of a non linear Two-Poin BVP beween he firs wo eigenvalues, Differenial and Inegral Equaions, 3(990), [O-Z] P Omari, FZanolin, Nonresonance condiions on he poeniel for a second order periodic boundary value problems, (992) AR El Amrouss e MMoussaoui Universié Mohammed I Faculé des sciences Déparemen de mahémaiques e informaique Oujda, Maroc

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Corrigé CNC MP 2003, Math 1

Corrigé CNC MP 2003, Math 1 Corrigé CNC MP 3, Mah Parie I. a La foncion e es coninue sur ], α] prolongeable par coninuié en, elle es donc inégrable sur ],α] b La foncion e e es coninue sur [,+ [ e. + donc elle es inégrable sur [,

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques.

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques. Mesures de risque dynamiques, pricing d opions vanilles e EDSR quadraiques. Cyrille Guillaumie 1 Thibau Masrolia 2 Rappor echnique rendu en juin 213 1. European Securiies and Markes Auhoriy, cyrille.guillaumie@esma.europa.eu

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

Exercices d intégration et d analyse fonctionnelle

Exercices d intégration et d analyse fonctionnelle Exercices d inégraion e d analyse foncionnelle Agrégaion 29-2 Exercice : Monrez que si f : IR + IR es uniformémen coninue e que f() d converge alors f a pour limie en +. Donnez un exemple de foncion g

Plus en détail

arxiv:1003.6004v1 [math.sg] 31 Mar 2010

arxiv:1003.6004v1 [math.sg] 31 Mar 2010 OPTIMALITÉ SYSTOLIQUE INFINITÉSIMALE DE L OSCILLATEUR HARMONIQUE arxiv:1003.6004v1 [mah.sg] 31 Mar 2010 J.C. ÁLVAREZ PAIVA AND F. BALACHEFF Résumé. Nous éudions les aspecs infiniésimaux du problème suivan.

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Sur la résolution numérique de problèmes de contrôle optimal à solution bang-bang via les méthodes homotopiques. Joseph Gergaud

Sur la résolution numérique de problèmes de contrôle optimal à solution bang-bang via les méthodes homotopiques. Joseph Gergaud Sur la résoluion numérique de problèmes de conrôle opimal à soluion bang-bang via les méhodes homoopiques Joseph Gergaud Universié de Toulouse INP-ENSEEIHT-IRIT (UMR CNRS 555) Mémoire d Habiliaion à Diriger

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Groupe de travail master MASEF-Université Paris-Dauphine Optimisation d une fonction d utilité sous contraintes de risques

Groupe de travail master MASEF-Université Paris-Dauphine Optimisation d une fonction d utilité sous contraintes de risques Groupe de ravail maser MASEF-Universié Paris-Dauphine Opimisaion d une foncion d uilié sous conraines de risques Benedea Baroli Thibau Masrolia Eienne Pillin sous la direcion d Anhony Réveillac 13 sepembre

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC Pei dicionnaire physique-chimie/mahs des équaions différenielles On compare les différenes manières de présener la résoluion d une équaion différenielle dans les différenes disciplines. Le bu de cee fiche

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ;

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ; MATHÉMATIQUES II Dans ce problème, nous éudions les propriéés de ceraines classes de marices carrées à coefficiens réels e cerains sysèmes linéaires de la forme Ax = b d inconnue x IR n, A éan une marice

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

Potentiels ponctuels en dimension 1

Potentiels ponctuels en dimension 1 0 mon exe Poenies poncues en dimension 1 Séminaire du Maser 2 Recherche de Mahémaiques Universié de Rennes 1 mon exe Suje proposé par Dimiri Yafaev Lauren Paer janvier 2009 Cadre physique du probème On

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Épreuve de Mathématiques

Épreuve de Mathématiques Épreuve de Mahémaiques La claré des raisonnemens e la qualié de la rédacion inerviendron pour une par imporane dans l appréciaion des copies. L usage d un insrumen de calcul e du formulaire officiel de

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre Cinéique de l oxydaion du sulfie de cuivre Grégory Vial 11 avril 2006 Résumé On s inéresse à l oxydaion du sulfie de cuivre : il s agi d une réacion d auocaalyse don l éude cinéique condui à un problème

Plus en détail

Corrigé du problème. e ikt. 1 eint. sin(n + 1/2)t sin(t/2) + sin(t/2) 2 sin(t/2)

Corrigé du problème. e ikt. 1 eint. sin(n + 1/2)t sin(t/2) + sin(t/2) 2 sin(t/2) Parie I. 1. a) Soi / πz. On a alors : Corrigé du problème S n () + ic n () = 1 + n Si πz, S n () + ic n () = n + 1. b) Ainsi, si / πz : = 1 e ik 1 ein + ei = 1 sin(n/) + 1 e i ei(n+1)/ sin(/) S n () =

Plus en détail

TABLEAU DES REPONSES AU TEST DE MATH/PHYSIQUE :

TABLEAU DES REPONSES AU TEST DE MATH/PHYSIQUE : TABLEAU DES REPONSES AU TEST DE MATH/PHYSIQUE : Afin de vous noer : - si vous avez oues les bonnes réponses à un QCM, vous avez poin, - si vous avez une erreur par eeple, une réponse que vous n avez pas

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Fiche de Biostatistique. Exercices d'algèbre. Solutions proposées par C. BAJARD et S. CHARLES. Plan

Fiche de Biostatistique. Exercices d'algèbre. Solutions proposées par C. BAJARD et S. CHARLES. Plan Fiche de Biosaisique Exercices d'algèbre Soluions proposées par C. BAJARD e S. CHARLES Plan INDÉPENDANCE, GÉNÉRATEUR, DIMENSION, BASES... MÉTHODE DU PIVOT...4 PRODUITS SCALAIRES... 6 ORTHONORMALISATION...

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1 Chapire Mécanique Exercice 0 0 Risque de collision au freinage. Une voiure roule à une viesse consane en ligne droie. Au emps = 0, le conduceur aperçoi un obsacle, mais il ne commence à freiner (avec une

Plus en détail

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait Chapire 12 Transformée de Fourier des disribuions 12.1 Inroducion La définiion naurelle de la ransformée de Fourier d une disribuion T, devrai êre ϕ D, < F(T ), ϕ >= < T, F(ϕ) > Mais il y a un problème

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Exercices sur les équations diérentielles : corrigé

Exercices sur les équations diérentielles : corrigé Eercices sur les équaions diérenielles : corrigé PCSI Lycée Paseur ocobre 7 Eercice. On résou l'équaion sur R. L'équaion homogène associée y y = a pour soluions les foncions de le forme y h () = Ke, avec

Plus en détail

Fonction définie par une intégrale

Fonction définie par une intégrale [hp://mp.cpgedupuydelome.fr] édié le juille 4 Enoncés Foncion définie par une inégrale Eude de foncions définies par une inégrale Exercice [ 53 ] [correcion] Soi f : x d + x 3 + 3 a) Monrer que f es définie

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Un modèle de propagation d un nuage de fumée

Un modèle de propagation d un nuage de fumée Un modèle de propagaion d un nuage de fumée Gabriel Caloz & Grégory Vial 9 février 26 Résumé L obe de ce documen es de présener à l aide d ouils élémenaires le problème de ranspor dans R. Une modélisaion

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant :

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant : Chapire 7 Espérance 7. Inroducion espérance d une variable aléaoire es, lorsqu elle exise, la moyenne des valeurs de cee variable, pondérées par leurs probabiliés de réalisaion. On voi L bien commen raduire

Plus en détail

VIII Les gaz, partie F

VIII Les gaz, partie F VIII Les gaz, parie F Exercices de niveau A Le premier exercice de niveau A s appuie sur une analyse dimensionnelle vue dans le cours pour esimer une durée de diffusion. Le deuxième aide à apprendre l

Plus en détail

Recueil d exercices d analyse pour une remise à niveau

Recueil d exercices d analyse pour une remise à niveau Recueil d exercices d analyse pour une remise à niveau Suies e Séries numériques Exercice (Cesaro e sinus iéré). Théorème de Cesaro Soi (u n ) n une suie réelle convergene de limie l. Monrer que la suie

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peu êre reprodui, représené, adapé ou radui

Plus en détail

IUT GEII Nîmes. DUT 2 - Alternance Représentation fréquentielle - Séries de Fourier. Yaël Thiaux

IUT GEII Nîmes. DUT 2 - Alternance Représentation fréquentielle - Séries de Fourier. Yaël Thiaux 1 héorie DU2-Al IU GEII Nîmes DU 2 - Alernance Représenaion fréquenielle - Séries de Fourier Yaël hiaux yael.hiaux@iu-nimes.fr Janvier 2015 2 DU2-Al héorie 1 héorie 2 3 3 DU2-Al Une somme de sinusoïdes?

Plus en détail

SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG)

SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG) SÉMINAIRE DE PROBABILITÉS (STRASBOURG) STÉPHANE ATTAL PAUL-ANDRÉ MEYER Inerpréaion probabilise e exension des inégrales sochasiques non commuaives Séminaire de probabiliés (Srasbourg), ome 27 (1993), p

Plus en détail

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1.

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1. L3 Inégraion 1 212-213 TD 4 : correcion Eercice 1. Foncions presque nulles } On considère la suie d ensembles mesurables A n = Rf( 1. n Par hypohèse, ils son ous de mesure nulle : = f dλ 1 A n n µ(a n.

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Exercice 7. Soitf : R R + croissante telle que. Montrer que. Exercice 8. b. lim(f(x 0 +h) f(x 0 h)) = 0. lim. Exercice 3.

Exercice 7. Soitf : R R + croissante telle que. Montrer que. Exercice 8. b. lim(f(x 0 +h) f(x 0 h)) = 0. lim. Exercice 3. Mahémaiques 05-06 Colle n o 5 Limies Lcée Charlemagne PCSI Eercice Eercice 5 Soi(u n) n 0 R N elle que les suies (u n) n 0, (u n+) n 0 e (u 3n) n 0 convergen Prouver que(u n) n 0 converge Eercice On considère

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

STOCHASTIC CONTROL METHODS FOR OPTIMAL PORTFOLIO INVESTMENT

STOCHASTIC CONTROL METHODS FOR OPTIMAL PORTFOLIO INVESTMENT THÈSE DE DOCTORAT DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE Spécialié : MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES Présenée par Gilles-Edouard ESPINOSA pour obenir le grade de DOCTEUR DE l ÉCOLE POLYTECHNIQUE Suje : MÉTHODES DE CONTRÔLE

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0 Balisique Inroducion La balisique es l'éude du mouvemen des mobiles soumis à la force raviaionnelle. Galilée (1564-164) a éé le premier à décrire de façon adéquae le mouvemen des projeciles e à démonrer

Plus en détail

INTÉGRALES DÉPENDANT DE

INTÉGRALES DÉPENDANT DE 7 décembre 8 7 décembre 8 INTÉGRALES DÉPENDANT DE PARAMÈTRES Table des maières JPB 7 décembre 8 I Rappels e noaions Noaions 3 Rappels 3. Sur les foncions d une variable................. 3 II Inerversion

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 5. Nom:... Exercice 1 : Quand Sébastien Loeb rencontre Isaac Newton /5,0

Devoir de physique-chimie n 5. Nom:... Exercice 1 : Quand Sébastien Loeb rencontre Isaac Newton /5,0 TS avril 04 Devoir de physique-chimie n 5 LES EXERCICES SNT INDEPENDANTS CALCULATRICE AUTRISEE Eercice : Quand Sébasien Loeb renconre Isaac Newon /5,0 "( ) Sébasien Loeb e son copiloe Daniel Elena on brillammen

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Année 2010. Thèse. pour obtenir le titre de. présentée par Thomas-Samnang LIM. Directrice de thèse Pr. Marie-Claire QUENEZ

Année 2010. Thèse. pour obtenir le titre de. présentée par Thomas-Samnang LIM. Directrice de thèse Pr. Marie-Claire QUENEZ Universié Paris Didero - Paris VII UFR de Mahémaiques Année 21 Thèse pour obenir le ire de Doceur de l Universié Paris 7 Spécialié : Mahémaiques Appliquées présenée par Thomas-Samnang LIM Quelques applicaions

Plus en détail

La conjugaison des endomorphismes de R n

La conjugaison des endomorphismes de R n La conjugaison des endomorphismes de R n TIPE 2006 Sous la direcion de Nicolas Tosel Plan 1 Inroducion 1 1.1 Posiion du problème......................... 1 1.2 Noaions............................... 1

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

EDSR et EDSPR avec grossissement de filtration, problèmes d asymétrie d information et de couverture sur les marchés financiers

EDSR et EDSPR avec grossissement de filtration, problèmes d asymétrie d information et de couverture sur les marchés financiers UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE III U.F.R Mahémaique Informaique Gesion THÈSE présenée e souenue publiquemen le 7 décembre 25 pour l obenion du Docora de l Universié Paul Sabaier TOULOUSE III mahémaiques

Plus en détail

ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT.

ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT. Objecifs CINÉMATIQUE DES FLUIDES ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT Coprendre les différences enre l approche lagrangienne e l approche eulérienne Saoir eprier une accéléraion lagrangienne en

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

EQUATIONS DIFFERENTIELLES

EQUATIONS DIFFERENTIELLES EQUATIONS DIFFERENTIELLES PC Dae de créaion 006 Cours, Exercices, Aueur (s) de la ressource pédagogique : FACK Hélène [FACK Hélène], [04], INSA de Lyon, ous drois réservés. Sommaire EQUATIONS DIFFERENTIELLES

Plus en détail

Fiche d exercices 12 : Lois normales

Fiche d exercices 12 : Lois normales Fiche d exercices 1 : Lois normales Exercice 1 Loi normale cenrée e réduie N (0,1) Une variable aléaoire Z sui la loi N (0,1). On donne P ( Z 1,8 ) 0, 964 e P ( Z,3) 0, 989. Calculer les probabiliés suivanes

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION PSIP3 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE Durée : 4 heures NB : Le candida aachera la plus grande imporance à la claré, à la précision e à la concision de la rédacion Si un candida es amené

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Le théorème des nombres premiers

Le théorème des nombres premiers Le héorème des nombres premiers A Inroducion On sai depuis Euclide que l'ensemble des nombres premiers es inni. En effe, si p es premier, le plus pei diviseur premier de + p! dépasse p. La répariion des

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Université d Evry Val d Essonne Laboratoire d Analyse et Probabilités EA 2172 THESE. présentée pour obtenir le titre de

Université d Evry Val d Essonne Laboratoire d Analyse et Probabilités EA 2172 THESE. présentée pour obtenir le titre de Universié d Evry Val d Essonne Laboraoire d Analyse e Probabiliés EA 2172 THESE présenée pour obenir le ire de DOCTEUR EN SCIENCES MATHÉMATIQUES de l Universié d Evry Val d Essonne par Armand Brice NGOUPEYOU

Plus en détail

Triangularisation, jordanisation, exponentielle de matrices

Triangularisation, jordanisation, exponentielle de matrices Triangularisaion, jordanisaion, exponenielle de marices 1 Triangularisaion Soien E un espace vecoriel de dimension n e ϕ un endomorphisme de E de marice A dans une base donnée. On suppose que le polynôme

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

F2SMH. Biomécanique L1 UE11 TOULOUSE. Julien DUCLAY. Pôle Sport - Bureau 301

F2SMH. Biomécanique L1 UE11 TOULOUSE. Julien DUCLAY. Pôle Sport - Bureau 301 FSMH TOULOUSE Biomécanique L1 UE11 Suppor de cours Amaranini Waier Duclay Laurens Julien DUCLAY julien.duclay@univ-lse3.fr Pôle Spor - Bureau 31 z (m) Exemple 1 : équaions horaires O ez Chue libre vericale

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail