Prévenir les violences à l'école : Quelle place pour les pratiques d'enseignement? (1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévenir les violences à l'école : Quelle place pour les pratiques d'enseignement? (1)"

Transcription

1 Ls rlatios évtulls tr pratiqus d'sigmt t phéomès d violc miliu scolair Prévir ls violcs à l'écol : Qull plac pour ls pratiqus d'sigmt? (1) par Boît Galad (2) L'objt d ctt cotributio st d s'itrrogr sur ls rlatios évtulls tr pratiqus d'sigmt t phéomès d violc miliu scolair, das l'optiqu d dégagr ds pists d prévtio possibls. Ls pratiqus d'sigmt costitut bi sûr i l sul ivau, i l sul mod d'actio possibl pour fair fac aux violcs à l'écol. Ells ot éamois l'avatag d'êtr grad parti sous l cotrôl dirct ds équips éducativs t d'offrir aisi pottillmt à cs équips ds moys pour agir cocrètmt sur ls situatios auxqulls lls sot cofrotés. Cs pratiqus ot aussi l'avatag d fair parti d la foctio-mêm d'u() sigat() t d'êtr applicabls au ivau ds groups-classs, sas dmadr à l'sigat() d dvir u spécialist d touts ls difficultés prsolls qu pourrait rcotrr ss élèvs. Cpdat, xamir l'ifluc possibl ds pratiqus d'sigmt sur ls phéomès d violc miliu scolair dmad d'abord d'êtr au clair sur c qu rcouvrt cs phéomès, sur c qui fait problèm (Dbarbiux & Blaya, 2001). O parl baucoup d la violc à l'écol, qu c soit das ls médias ou das ls jourés pédagogiqus. Et baucoup d gs parlt : sigats, travaillurs sociaux, théraputs, policirs, tc. Audlà d l'itérêt t d la validité d l'xpéric idividull, cliiqu ou profssioll, o put s'itrrogr sur la porté d cs témoigags t priss d positio, tat lur bas mpiriqu smbl géographiqumt limité, voir parfois ixistat. La violc miliu scolair st u phéomè social qui st gééralmt posé trm moral, politiqu, juridiqu. La qustio qui s pos st d savoir si cs défiitios du problèm sot ls plus adéquats pour rdr compt ds phéomès auxquls s réfèrt ls iquiétuds t ls plaits ds sigats t ds élèvs? A partir ds résultats d'u quêt mé auprès d'u échatillo rpréstatif ds élèvs d la Commuauté fraçais, ous chrchros doc à précisr c qui «fait violc» das ls écols. Après avoir idtifié c qui pos problèm, il s'agit suit d'évalur la marg d maouvr dot dispost ls équips éducativs pour y fair fac (Charlot & Emi, 1997). Ls difficultés qui s post miliu scolair dépdt-lls pricipalmt ds caractéristiqus idividulls ds élèvs, d la compositio d la class ou d l'écol, ou sot-lls parti foctio ds projts éducatifs mis ouvr das ls établissmts? Nous xamiros c qu ls résultats d différts rchrchs ous apprt cocrat l poids rspctif d cs différts facturs das la prédictio ds phéomès d violc à l'écol. Das l'évtualité où u spac d'itrvtio xist pour ls équips éducativs, il rst à savoir commt l'utilisr (Dbarbiux & Blaya, 2002). Qulls sot ls pratiqus qui sot li avc ls problèms d violc? Qulls pratiqus promouvoir t qulls pratiqus évitr si l'o souhait réduir cs problèms? Cs pratiqus ot-lls ds ffts spécifiqus sur crtais typs d difficultés ou otlls u impact trasvrsal sur plusiurs typs d difficultés? Autat d qustios qu ous ttros d'approchr à travrs u séri d'étuds qui vist à miux comprdr l'fft d crtais pratiqus pédagogiqus t rlatiolls. Nous psos qu'u millur coaissac d cs pratiqus t d lurs mods d'actio put fourir d préciux rpèrs pour aidr ls équips éducativs à améliorr lurs coditios d travail t ls coditios d'apprtissag offrts aux élèvs. E résumé, c chapitr poursuit trois objctifs pricipaux : 1 dépassr ls discours à propos d violcs à l'écol ttat d'évalur, à partir d'u quêt systématiqu, c M. Fray & C. Maroy (Eds.) - L'écol, 6 as après l décrt «missios» : Rgards itrdiscipliairs sur ls politiqus scolairs Commuauté fraçais d Blgiqu (pp ) - UCL - Prsss Uivrsitairs d Louvai (2004). (1) L rcuil ds doés préstés das c chapitr a été rdu possibl grâc à u fiacmt du Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu t à u bours ARC 96/01/198. La rédactio d c chapitr a été facilité par la Fodatio Louvai. (2) Adrss d corrspodac : Faculté d Psychologi, Uivrsité Catholiqu d Louvai, 10 Plac du Cardial Mrcir, B-1348 Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Courril : 20 JDJ décmbr 2004

2 Ls élèvs sot ttmt plus souvt victims qu ls adults qui «fait violc» aux prsos fréqutat ls établissmts scolairs; 2 xamir s'il st possibl d'idtifir ds variabls proprs aux pratiqus d'sigmt qui sot rliés aux problèms idtifiés, au-dlà ds caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs; 3 t modélisr ls rlatios tr cs variabls t lurs ffts sur cs problèms, afi d proposr ds pists d'actio aux agts du systèm éducatif. Poit d départ Ls élémts avacés das c chapitr s'appuit sur u séri d rchrchs més dpuis ciq as par otr équip (3). U d cs étuds, mé collaboratio avc l'uivrsité d Lièg, port sur u échatillo rpréstatif ds différts filièrs d l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais (Buidi, Ptit, Galad, Philippot & Bor, 2000) (4). Ct échatillo comprd viro élèvs t mmbrs ds équips éducativs issus d'u quaratai d'écols réparti sur l trritoir d la Commuauté. Ls pricipaux résultats d ctt quêt ot été répliqués trois as plus tard auprès d'u autr échatillo d près d élèvs t 650 mmbrs ds équips éducativs (Lcocq, Hrmss, Galad, Lmbo, Philippot & Bor, 2003). U autr séri d'étuds plus limités totalis plus d élèvs provat d'u dizai d'établissmts scolairs, âgés d 12 à 21 as, répartis équitablmt par gr t issus d touts ls aés t touts ls filièrs (Galad, 2001). Qu'st-c qui fait violc à l'écol? U prmièr faço d'abordr ctt qustio st d s'itérssr à la fréquc ds attits dot ls prsos déclart avoir été lls-mêms victims. C'st l pricip d l'quêt d victimatio, qui a l'avatag d fourir u imag assz complèt ds phéomès étudiés (Carra & Sicot, 1997). Ls résultats d la plus grad quêt d c typ mé Blgiqu sot résumés das l graphiqu 1. F r é q u c m o y 3, 0 2, 5 2, 0 1, 5 1, 0 0,5 0, 0 Pour la clarté d la préstatio, ls faits étudiés ot été rgroupés quatr catégoris. La prmièr catégori, rlativ aux attits vrbals, rgroup ls moquris, ls isults racists, ls rumurs t ls itimidatios vrbals. La scod, rlativ aux attits aux bis, rgroup ls vols t la dégradatio du matéril. La troisièm, rlativ aux attits physiqus, rgroup l rackt, ls macs avc objts ou arms, ls coups t ls attouchmts ou acts sxuls o désirés. La quatrièm catégori cocr la propositio d drogu, qui costitu plus u factur d risqu qu'u victimatio proprmt dit t qui a été traité séparémt (Hawkis, Catalao & Millr, 1992). L graphiqu 1 prést la fréquc moy d cs différts catégoris d'attits pour ls élèvs t pour ls mmbrs ds équips éducativs (sur u échll d 0 = jamais à 3 = quatr fois t plus). Dux costats s'impost à la lctur d c graphiqu. Prmièrmt, qul qu soit l typ d victimatio ls élèvs sot ttmt plus souvt victims qu ls adults travaillat das ls écols. Duxièmmt, aussi bi chz ls élèvs qu chz ls adults, c sot ls attits vrbals qui sot ls plus répadus. L'aalys plus détaillé idiqu qu ls attits subis miliu scolair s caractérist sstillmt par ds faits miurs d'u poit d vu juridiqu, ls faits d violc gravs état rlativmt rars (t mêm xtrêmmt rars c qui cocr ls attits physiqus à l'égard ds mmbrs ds équips éducativs; Galad, Philippot, Ptit, Bor & Buidi, à paraîtr). Cs obsrvatios sot cofirmés par ls résultats ds msurs d déliquac auto-révélé réalisés auprès ds élèvs, autrmt dit par ls comportmts répréhsibls qu ls élèvs déclart avoir commis à l'écol. Ls comportmts répréhsibls ls plus souvt rapportés par ls élèvs sot d'ordr vrbal (x. provocatio d'autrs élèvs) ou matéril (x. dégradatio d'objt), cux ls mois rapportés sot d l'ordr ds attits physiqus (x. rackt) ou d la cosommatio d drogu dur (Lcocq t al., 2003). D plus, suivat ls réposs doés par ls élèvs, ls comportmts prosociaux aid t souti à d'autrs élèvs apparaisst ttmt plus répadus qu ls comportmts asociaux rapportés ci-dssus. Cs costatatios suggèrt qu ls phéomès d violc à l'écol préstt gééralmt pas l caractèr dramatiqu t paroxystiqu qu ls médias lur attribut, t qu ls élèvs sot ls prmièrs victims. Fréquc d différts typs d'attits à l'écol. Drogus Physiqus Bis Vrbals (3) L'autur tit à rmrcir particulièrmt Pirr Philippot, Doati Macqut, Gvièv Buidi t Cathri Lcocq pour lur précius collaboratio. (4) Sauf l'sigmt artistiqu t l'sigmt spécial. Elèvs Adults JDJ décmbr

3 Pas liu d s'alarmr d'u hypothétiqu flambé d violc das ls écols Ls participats à os quêts était égalmt priés d'idiqur ls victimatios dot ils avait été victims dhors d l'écol (y compris sur l chmi d cll-ci), d maièr à pouvoir comparr ls victimatios à l'écol t à l'xtériur d cll-ci. Ls résultats d cs comparaisos motrt qu ls élèvs sot cofrotés à plus d'attits vrbals, plus d'attits physiqus t plus d propositio d drogus dhors d l'écol qu'au si d cll-ci. Par cotr, ls mmbrs ds équips éducativs sot d'avatag victims d'attits vrbals à l'écol qu' dhors. E d'autrs mots, ls poits d comparaiso ds élèvs t ds adults cocrat l'xpéric d victimatio sot pas ls mêms : si pour ls élèvs l'écol rst globalmt u liu présrvé, c 'st pas l cas pour ls mmbrs ds équips éducativs. Sigalos cor qu ls comportmts répréhsibls rapportés par ls élèvs sot mois fréquts au si d l'écol qu' dhors d cll-ci. Das ls quêts réalisés, il était outr dmadé aux victims d'idiqur l'autur présumé d l'attit subi. L'aalys ds réposs ds participats idiqu qu'à l'écol, ls auturs sot pricipalmt ds prsos itrs à l'établissmt, tadis qu' dhors d l'écol, c sot surtout ds prsos xtériurs à l'établissmt. E trm d violcs, l'écol rst doc pour la plupart ds élèvs u liu rlativmt protégé par rapport à l'xtériur. D plus, ls violcs à l'écol sot pricipalmt l fait d prsos itrs aux établissmts t pas d'agts xtériurs qui s'y srait ifiltrés. Objt d cotrovrss passioés, la qustio d l'évolutio d la violc à l'écol a égalmt rtu otr atttio. Afi d'apportr u prmièr répos à ctt qustio, u quêt idtiqu a été répliqué à trois as d'itrvall das plus d'u vigtai d'établissmts scolairs (Lcocq t al., 2003). Ls comparaisos ffctués tr ls dux momts d l'quêt souligt pricipalmt la stabilité ds phéomès étudiés. La sul différc otabl d'u poit d vu statistiqu st u dimiutio ds attits cotr ls bis subis par ls élèvs. Ds quêts similairs més aux États-Uis sur u trtai d'aés motrt égalmt u grad stabilité ds victimatios miliu scolair, au-dlà ds légèrs fluctuatios d'u quêt à l'autr sur crtais idics (Hyma & Pro, 1998). D'après ls résultats obtus Commuauté fraçais, il 'y a doc pas liu d s'alarmr d'u hypothétiqu flambé d violc das ls écols. Das l mêm tmps, ls résultats ivitt à s gardr d tout triomphalism. Ls problèms d violc idtifiés lors d la prmièr quêt sot toujours présts avc la mêm itsité, t o ot aucu amélioratio sigificativ das ls coditios d'apprtissag auxqulls ls élèvs dist êtr cofrotés. Cpdat, au-dlà tous cs résultats dscriptifs, ous avos chrché à idtifir ls évémts qui ot l plus d'impact sur la qualité d vi ds prsos fréqutat ls écols. Ctt démarch ous smbl u complémt util aux ttativs d défiitio t d quatificatio ds phéomès d violc. E prat compt l vécu ds victims, ll prmt d'évalur cs phéomès autrmt qu slo u grill d lctur juridiqu ou moral. Touts ls forms d violc à l'écol ot-lls l mêm rttissmt das la vi ds prsos? Ls violcs physiqus ot-lls plus d'impact qu ls autrs forms d violc? Est-c plutôt l caractèr répétitif d'u attit qui port à coséquc? Das os rchrchs, ous ous somms itérssés à quatr idicaturs d'impact (Galad t al., à paraîtr). L prmir st la prcptio du ivau d violc das l'établissmt, c.-à-d. l'stimatio fait par la prso du ombr d fois qu s produist différts faits d violc das so écol. L duxièm idicatur st l stimt d'isécurité à l'écol, msuré par u séri d qustios portat sur l'iquiétud t la pur rssti à l'écol. L troisièm idicatur cocr l bi-êtr subjctif, évalué via la fréquc déclaré d'u séri d symptôms déprssifs. Efi, l quatrièm idicatur st rlatif aux coduits d protctio qu la prso mt ouvr à l'écol, comm l fait d'évitr crtais droits, pas rstr sul, tc. Ls moys d cs idicaturs figurt das l graphiqu 2, pour ls élèvs t pour ls équips éducativs. U doubl costat pu êtr tiré d c graphiqu. D'u part, l ivau gééral d cs idicaturs d «malais» à l'écol st assz bas : touts ls moys sot ifériurs à 1,5 sur u échll allat d 0 à 4. D'autr part, ls élèvs paraisst mois bi vivr l'écol qu ls mmbrs ds équips éducativs puisqu'ils rapportt davatag d'isécurité, d symptôms déprssifs t d coduits d protctio. Au moy d'aalyss d régrssios, ous avos suit xamié quls sot ls évémts vécus qui ot u fft sur cs quatr idicaturs d qualité d vi à l'écol. Chz ls élèvs, ls faits ou icidts qui ot u fft sur cs idicaturs sot ls attits vrbals pricipalmt ls moquris, ls attituds d rjt social, autrmt dit l fait d s stir xclus par ss pairs, t l'imprssio d'êtr cofroté à ds sigats arbitrairs, distats t ijusts. Brf, ds difficultés liés au rspct prsol t à l'accptatio social, qui toucht à ds jux sas dout particulièrmt ssibls à l'adolscc (Lhall, 1985). Du côté ds équips éducativs, il s'agit ds attits vrbals égalmt, aisi qu ds icidts discipliairs, c.- à-d. d comportmts souvt aodis mais qui rpréstt ds maqumts au cod d coduit établi par ls équips éducativs t/ou prturbt l déroulmt ds cours (vir au cours sas matéril, magr class, bavardr, tc.), à quoi o pourrait ajoutr l désitérêt t l'abstéism ds élèvs. E d'autrs mots, il s'agit pricipalmt d'évémts qui fot obstacls à l'accomplissmt ds objctifs assigés par l'sigat() t qui smblt vécus comm u rmis caus d so rôl, d so idtité profssioll (Dbarbiux, Garir, Motoya & Tichit, 1999). Ls violcs plus «durs», comm l rackt ou ls macs avc arms, qui sot, rapplos-l, rlativmt pu présts, motrt pas d'fft marqué sur ls idicaturs rtus. 22 JDJ décmbr 2004

4 U pattr d réactios plus dirct t cofrotat chz ls garços t plus idirct t évitat chz ls fills M o y 4, 0 3, 0 2, 0 1, 0 0, 0 Moys ds idicaturs d qualité d vi à l'écol. PROTECTION DEPRESSION INSECURITE VIOLENCE A la lumièr d cs résultats, il smbl qu c qui «fait violc» à l'écol soit assz éloigé d l'imag qu' dot ls médias ou qu put avoir l grad public, puisqu'il s'agit avat tout d'échags vrbaux, d ptits maqumts au cod d coduit établi par ls équips éducativs, ou d difficultés rlatiolls. Cs attits ' sot pas mois préoccupats, car ls résultats suggèrt qu c sot pas ls épisods d violc aiguë qui sot l plus associés à ds coséqucs égativs à moy trm sur ls prsos, mais plutôt ls acts d moidr itsité répétés au fil ds jours. D fait, c sot surtout ls attits vrbals t l stimt d'êtr rjté par ss pairs qui sot associés à u plus faibl qualité d vi à l'écol chz ls élèvs, tadis qu c sot pricipalmt ls attits vrbals t ls icidts discipliairs qui sot égativmt rliés à la qualité d vi ds mmbrs ds équips éducativs. Pris isolémt, cs évémts sot pour la plupart prsqu baals, mais lur accumulatio t lur répétitio smblt vraimt «fair violc» aux prsos qui y sot cofrotés, pouvat suscitr d rélls souffracs psychologiqus (Schustr, 1996). Ls grads tdacs d cs résultats rjoigt clls trouvés das d'autrs étuds, qu c soit pour ls élèvs (Carra & Sicot, 1997; Fuk, 2001) ou pour ls mmbrs ds équips éducativs (Clémc, 2001; Pric & Evrtt, 1997). O st loi d l'imag d'u écol vahi par u flambé d violc, mêm si l'o put légitimmt psr qu crtais faits sot trop fréquts t qu l'o s'occup pas assz d cux qui sot victims. U prmièr implicatio qu l'o put tirr d cs résultats st qu, vu la atur mêm ds problèms désigés sous l trm «violc à l'écol», ds réposs sstillmt réprssivs 'aurait qu'u fficacité très limité. E prturbat ls apprtissags t créat u climat d suspicio, ds réposs d c typ risqurait mêm d'aggravr la situatio (Nogura, 1995; Hyma & Pro, 1998). Il 'st pas qustio d ir la écssité d sactior crtais acts, mais bi d rcoaîtr qu l oud du problèm 'st pas là. Il faut d'aillurs ramr l problèm à d justs proportios, l'imag d l'écol qu dot ls élèvs st globalmt positiv t l'écol rst pour la plupart ds élèvs u liu rlativmt protégé par rapport à l'xtériur trm d victimatio. Quls facturs xplicatifs? Elèvs Adults Après avoir rcadré l problèm d la violc à l'écol, il s'agit maitat d miux crr ls facturs qui sot associés à u plus ou mois grad xpositio à c qui fait violc aux élèvs t aux mmbrs ds équips éducativs. Pour c fair, ous avos procédé à ds aalyss d régrssio multipl, qui prmttt d'idtifir parmi u grad ombr d variabls clls qui sot ffctivmt liés aux problèms qui ous occupt. Das cs aalyss, il a été tu compt à la fois ds caractéristiqus idividulls ds prsos itrrogés, d la compositio d l'établissmt qu'lls fréqutt, t ds pratiqus éducativs ou orgaisatiolls qu'lls rapportt rcotrr. Chz ls élèvs, l'aé t l gr sot ls suls caractéristiqus socio-démographiqus qui motrt ds ffts rlativmt stabls, quoiqu gééralmt faibls (Galad, 2001). E accord avc plusiurs rchrchs (Crick, Casas & Moshr, 1997; Olwus, 1993), ls résultats idiqut u pattr d réactios plus dirct t cofrotat chz ls garços t plus idirct t évitat chz ls fills. Ls garços ot doc davatag tdac à s rtrouvr impliqués das ds itractios ouvrtmt agrssivs, qu c soit comm auturs ou comm victims. O costat aussi u dimiutio ds problèms d violc das ls aés supériurs, dimiutio qui s rtrouv das baucoup d'autrs étuds sur la violc à l'écol (pour u rvu, voir Smith, Mads & Moody, 1999). Au travrs ds aalyss multivariés, o costat par cotr qu i la profssio ds parts, i la atioalité ds parts, i l ombr d doublmt, i l ivau d résultats scolairs, i la filièr fréquté, 'apparaisst comm vraimt détrmiats pour l risqu d victimatio ou d commttr ds acts asociaux. D plus, la compositio d l'établissmt fréquté (ombr d'élèvs fréqutat l'établissmt, ivau socio-écoomiqu moy du quartir d résidc ds élèvs, rtard scolair moy, pourctag d'élèvs és Blgiqu, proportio d'élèvs filièrs qualifiats par rapport aux filièrs d trasitio) motr aucu fft systématiqu. Cs résultats ivitt à s méfir d tout proostic ou tout iférc simplist fodé sur ls caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs. Mais surtout, ls résultats idiqut qu ls élèvs ot d'autat mois d risqu d'êtr victims ou auturs d violcs à l'écol qu'ils stimt pouvoir bééficir d la JDJ décmbr

5 Ls pratiqus éducativs t orgaisatiolls ds équips éducativs jout égalmt u rôl dispoibilité, d l'équité t du souti ds sigats d lur établissmt. A l'opposé, ls résultats motrt qu ls élèvs ot plus d risqu d'êtr victims ou auturs d violcs à l'écol quad ils rapportt êtr cofrotés à ds pratiqus d'sigmt qui mttt l'acct sur la comparaiso t la compétitio tr élèvs. Il apparaît doc qu ls pratiqus éducativs présts das l'viromt scolair d l'élèv aurait u icidc sur la violc subi t agi par c drir, qulls qu soit ss caractéristiqus prsolls (Kapla, Gh & Midgly, 2002). U costat parallèl put êtr drssé cocrat ls sigats. D'u part, i la filièr, i l cycl, i l typ d cours das lqul profss u() sigat() 'st systématiqumt associé au risqu d victimatio à l'écol, so âg t so gr o plus (Galad t al., à paraîtr). D'autr part, la victimatio d'u() sigat() st lié à la qualité d ss rlatios avc ss collègus t au styl d ladrship d so établissmt. Ls sigats qui rapportt d mois bos rlatios avc lurs collègus sot plus souvt victims d violc. D mêm, ls sigats rapportat travaillr das u établissmt où l'équip éducativ maqu d ladrship t d cohérc sot davatag victims d violc (va Dick & Wagr, 2001). Cpdat, cotrairmt à c qu l'o trouv pour ls élèvs, la compositio d l'établissmt fréquté s révèl êtr lié au risqu d victimatio. Ls sigats qui travaillt das ds écols où l rtard scolair moy ds élèvs st plus importat rapportt davatag d'attits cotr ls bis t d'attits physiqus. Par aillurs, ls sigats travaillat das ds écols accuillat u plus grad proportio d'élèvs és à l'étragr rapportt plus d'attits vrbals. Il faut souligr qu cs dux ffts sot spécifiqus aux itractios tr sigats t élèvs puisqu cs ffts 'ot pas d'équivalt parmi ls élèvs. E d'autrs mots, ri 'idiqu qu ls élèvs qui ot doublé ou qui sot és à l'étragr sot plus «violts» qu ls autrs, mais il smbl qu ls cotacts tr ls sigats t cs élèvs risqut d'êtr plus difficils. Néamois, das tous ls cas, ls ffts du maagmt d l'établissmt t d la cohésio d l'équip pédagogiqu mtioés plus haut s vérifit. E plus ds facturs qui apparaisst au ivau ds élèvs t ds sigats, o put aussi s'itérssr aux facturs qui sot liés aux différcs tr établissmts. Il xist fft ds variatios das l'itsité ds phéomès d violc d'u écol à l'autr, variatios qui sot plus proocés pour ls mmbrs ds équips éducativs qu pour ls élèvs (Galad, 2001). Cs variatios titlls uiqumt aux caractéristiqus ds élèvs accuillis d'u établissmt à l'autr, ou u équip éducativ put-ll fair la différc? Ls résultats obtus idiqut clairmt qu ls établissmts scolairs dispost d'u capacité d'actio fac aux problèms d violc, qull qu soit la populatio d'élèvs qu'ils accuillt. D fait, mêm si l'o tit compt ds caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs (ombr, âg, sx, ivau socio-écoomiqu, origi géographiqu, filièrs), il subsist ds écarts importats tr établissmts trm d climat scolair, d motivatio, d coflits tr élèvs t d comportmts agrssifs. E outr, cs écarts s'xpliqut parti par la qualité du ladrship ds établissmts t par l'utilisatio d pratiqus d'sigmt compétitivs t sélctivs (Fiquira-McDoough, 1986). Autrmt dit, cs résultats motrt qu, mêm quad o tit compt ds caractéristiqus d la populatio d'élèvs accuillis par u écol, crtais variabls liés au mod d foctiomt d ctt écol ot u fft sur l ivau d violc qui règ das ss murs (Galad & Philippot, 2001). La comparaiso dux à dux d'établissmts offrat ls mêms filièrs d'sigmt t accuillat ds populatios d'élèvs quasi idtiqus coduit à ds obsrvatios idtiqus : dux écols accuillat ds publics comparabls puvt obtir ds résultats très différts cocrat l'gagmt ds élèvs das lur scolarité, l bi-êtr ds élèvs à l'écol t la qualité ds itractios socials lur si. L suivi d'u vigtai d'écols à trois as d'itrvall idiqu égalmt qu l'évolutio du ivau d violc das u établissmt st parti lié à la fois à sa situatio iitial t à so public d'élèvs (otammt l ratio fills/ garços), mais aussi aux pratiqus éducativs t orgaisatiolls miss ouvr so si (Lcocq t al., 2003). Qu rtir d ct smbl d résultats? Ds aalyss réalisés, il rssort qu i l'origi socio-écoomiqu, i la atioalité, i la filièr sot soi ds facturs d violc. Par cotr, l rgroupmt das crtais écols d'élèvs marqués par l'échc t la rlégatio s révèl êtr u factur d risqu. Quad cs élèvs sot aussi d'origi étragèr, ds difficultés spécifiqus risqut d s posr das ls itractios vrbals avc ls sigats. Au total, la ségrégatio scolair smbl baucoup plus xplicativ qu ls caractéristiqus d départ ds élèvs (Payt, 1998), mais «das tous ls cas l'actio éducativ apparaît comm possibl t détrmiat». E d'autrs mots, ls résultats obtus suggèrt qu la faço dot st composé la populatio d'élèvs rcruté par u écol risqu d rdr plus ou mois ardu l'établissmt d'u climat scolair positif, mais qu ls pratiqus éducativs t orgaisatiolls ds équips éducativs jout égalmt u rôl crucial (Ruttr, 1983). Il faut souligr la cohérc global ds résultats préstés ci-dssus avc cux obtus par d'autrs chrchurs, das d'autrs systèms éducatifs t avc ds méthods différts (.g. Astor, Myr & Bhr, 1999; Dbarbiux, Dupuch & Motoya, 1997; Dlaoy, 2000). Ctt cohérc rforc bi tdu la porté ds implicatios qu l'o put tirr d cs résultats. Ls résultats obtus ot ds implicatios à plusiurs ivaux : gstio d l'échc scolair, gstio ds flux d'élèvs, désigatio t charg d travail ds dirctios, formatio iitial t cotiué, coordiatio ds équips pédagogiqus, mais aussi pratiqus d'sigmt miss ouvr das ls écols. C'st sur cs drièrs qu ous allos ous pchr plus détails das l poit suivat. L rôl ds pratiqus d'sigmt E cocordac avc la littératur scitifiqu dispoibl, ls rchrchs més 24 JDJ décmbr 2004

6 Ds pratiqus pédagogiqus compétitivs t iégalitairs ot ds ffts égatifs par otr équip préstés ci-dssus mttt évidc l rôl d dux catégoris d pratiqus d'sigmt : l typ d pratiqus pédagogiqus mis ouvr par ls sigats t la qualité ds itractios offrts aux élèvs par ls sigats (Galad & Philippot, 2003). Afi d précisr ls ffts associés à cs pratiqus, u séri d'aalyss d modélisatio équatios structurals ot été réalisés. Ctt tchiqu statistiqu prmt d modélisr ls rlatios tr u smbl d variabls t d comparr ds modèls postulat différts chaîs d rlatios tr cs variabls. L pattr d résultats qui émrg d cs aalyss st sythétisé das la figur 1. A la lctur d ctt figur, o put tout d'abord otr qu pratiqus pédagogiqus t qualité ds rlatios sigats-élèvs trtit ds lis étroits (Galad, Philippot, Dupot & Macqut, 2000). Ds pratiqus pédagogiqus doat priorité à l'apprtissag d chaqu élèv, qui ttt d favorisr l dévloppmt optimal ds pottialités d tous ls élèvs, qul qu soit lur acquis d départ, paraisst rdr plus facil l'établissmt d rlatios d qualité tr sigats t élèvs. A cotrario, ds pratiqus pédagogiqus ctrés sur la sélctio t la promotio ds élèvs ls plus brillats, qui istaurt d facto ds iégalités d traitmt tr élèvs, smblt rdr plus difficils l dévloppmt d rlatios d qualité tr sigats t élèvs. Parallèlmt, o obsrv u associatio fort tr typs d pratiqus pédagogiqus t stimt d'appartac à u commuauté scolair. Ds pratiqus ctrés sur l'apprtissag d tous ls élèvs smblt facilitr l dévloppmt d'u idtité scolair positiv, d'u stimt d'itégratio au si d l'écol. Ivrsmt, ds pratiqus ctrés sur la compétitio t la discrimiatio tr bos t mauvais élèvs paraisst compliqur l dévloppmt d c stimt d'appartac. Pratiqus pédagogiqus, rlatios sigats-élèvs t idtité scolair ds élèvs sot doc rliés ls us aux autrs. Ls résultats d os rchrchs idiqut égalmt qu ct smbl d variabls a ds ffts sur u larg paltt du vécu scolair ds élèvs (Galad, Bourgois, Philippot & Lcocq, 2003). Comm l motr la figur 1, ls ffts d cs variabls s marqut aussi bi au ivau d la motivatio t d l'abstéism ds élèvs qu'au ivau ds comportmts agrssifs, du rjt t ds coflits tr élèvs. Ls résultats obtus suggèrt qu ds pratiqus doat priorité à l'apprtissag d chaqu élèv, ds itractios d qualité tr sigats t élèvs t l fait d s stir rcou t valorisé au si d so écol, soutit la motivatio ds élèvs t prévit l'abstéism, limitt l rjt t ls tsios tr élèvs t réduist ls risqus d'agrssios à l'écol (Galad, à paraîtr; Galad & Dupot, 2002). Ls résultats suggèrt aussi qu ds pratiqus pédagogiqus compétitivs t iégalitairs ot ls ffts opposés. Cs résultats appuit l'idé qu'à travrs l'xrcic d lur foctio d'sigmt, ls sigats puvt avoir u ifluc o égligabl sur l vécu t ls réactios ds élèvs class, t rtour sur lurs proprs coditios d travail. Qu fair? U ombr croissat d'étuds mpiriqus soutit doc l'idé qu ls pratiqus d'sigmt adoptés par ls sigats puvt avoir u icidc sur plusiurs phéomès qui fot violc miliu scolair. E s basat sur ls msurs utilisés das ls rchrchs préstés jusqu'ici, il st possibl d'êtr plus précis à propos ds pratiqus d'sigmt qustio. Si l'o souhait réduir l'itsité ds phéomès d violc étudiés, ls résultats xposés ci-dssus suggèrt qu'il st util d mttr ouvr ds pratiqus (a) qui offrt aux élèvs ds opportuités d choix t d participatio par rapport au cotu t à la gstio ds activités d'apprtissag, (b) qui aidt ls élèvs à fair l li tr l cotu ds apprtissags t lur vi quotidi d maièr à lur fair découvrir quoi cs apprtissags lur dot u pouvoir d compréhsio t d'actio supplémtair, (c) qui véhicult ds attts positivs vis-à-vis ds JDJ décmbr

7 Ecouragr ls activités qui prmttt u crtai participatio t u crtai rcoaissac ds élèvs progrès réalisabls par chaqu élèv, t () où l'rrur 'st plus cosidéré comm u faut mais bi comm u élémt à part tièr du procssus d'apprtissag (Nicholls & Thorkilds, 1995). L'apprtissag par projt (Basti & Roos, 1990), l'apprtissag par problèm (Evs & Hmlo, 2000), t l'apprtissag coopératif (Abrami, Chambrs, Pouls, D Simo, D'Appolloia & Howd, 1996) fourisst ds xmpls d méthods pédagogiqus bi documtés qui itègrt la plupart d cs rcommadatios. Qull qu soit la méthod choisi, ls pratiqus d'évaluatio paraisst particulièrmt importats, car lls ifluct fortmt la prcptio qu'ot ls élèvs ds objctifs d l'sigat() (Galad & Grégoir, 2000). D'autr part, vu lurs coséqucs égativs, ls pratiqus d'sigmt qui favorist la compétitio tr élèvs smblt égalmt à proscrir (Midgly, 2002; Rosr, Eccls & Samroff, 1998). Plus précisémt, ls résultats obtus ivitt à bair ls pratiqus (f) qui augmtt la saillac ou la valur accordé à la comparaiso social tr élèvs, (g) qui véhicult ds attts égativs vis-à-vis d crtais élèvs ou (h) qui accordt la priorité à crtais élèvs t égligt d'autrs (Coh, 1994). D plus, ls résultats mttt avat l'importac d la qualité ds rlatios tr sigats t élèvs par rapport aux phéomès d violc étudiés. Plus précisémt, ls résultats suggèrt u impact positif d la dispoibilité t d l'écout ds sigats vis-à-vis ds élèvs, du souti qu'ils lur apportt du poit d vu scolair, d l'équité dot ils fot pruv das lurs rapports avc ux, das ls sactios t das ls évaluatios (Rya & Patrick, 2001). Par cotr, ls résultats ivitt à évitr tout comportmt discrimiatoir ou dévalorisat à l'cotr d'u élèv, comm crtais plaisatris faits dvat tout la class. A ct égard, u millur formatio ds sigats aux pratiqus d gstio ds groups-classs pourrait put-êtr s'avérr util (Chouiard, 1999). Rapplos qu ls résultats idiqut qu la qualité ds rlatios sigats-élèvs st lié aux pratiqus pédagogiqus ds sigats. Il smbl doc pu prtit d'opposr rlatiol t pédagogiqu. L cotxt social t ls rapports sociaux fot d'aillurs parti itégrat ds procssus d'apprtissag (Dois & Mugy, 1997). Il st fort probabl qu'il y ait u syrgi foctioll tr ls pratiqus d'sigmt décrits ci-dssus t ls comportmts sociaux dot os résultats suggèrt l'utilité (Vasquz-Brofma & Martiz, 1996). Ls résultats suggèrt égalmt d'couragr ls activités qui prmttt u crtai participatio t u crtai rcoaissac ds élèvs das la vi d l'écol (Vayr & Roci, 1987), afi d dévloppr u stimt d'appartac à l'écol. Crtais activités xtra-scolairs orgaisés cojoitmt par ds sigats t ds élèvs puvt probablmt êtr utils à ct fft. Mais cla put sas dout aussi êtr fait via l dévloppmt d'activités d'apprtissag coopérativs (Cowi & Brdodii, 2001), puisqu à ouvau ls résultats préstés idiqut u li tr pratiqus pédagogiqus ds sigats t stimt d'itégratio scolair ds élèvs. Coclusios Au total, ls rchrchs passés rvu idiqut qu ls pratiqus d'sigmt costitut u ivau d'itrvtio prtit par rapport à la atur ds phéomès qui «fot violc» miliu scolair. Via cs pratiqus, ls équips éducativs dispost d'u capacité d'actio sigificativ t cocrèt, qui écssit pas la pris charg idividull d chaqu élèv. D ombruss iitiativs locals vot d'aillurs das l ss ds résultats préstés t ot souvt fait lur pruv, démotrat qu'u() sigat() ou u équip put fair la différc à so ivau (Mouvt, Mut & Jardo, 2002). Néamois, cs iitiativs sot souvt trasitoirs t rstt gééralmt très localisés. Pour la plupart, lls 'arrivt pas à s propagr t à s'iscrir das la duré, das la structur d foctiomt ds écols. Comm l motrt crtais résultats décrits plus haut, ls pratiqus d'sigmt sot loi d'êtr ls suls facturs ju. D'autrs facturs systémiqus, istitutiols t orgaisatiols trt lig d compt. Ls parts t ls famills ot aussi u rôl à jour das la prévtio ds violcs à l'écol, d mêm qu ls média (Drocourt & Mirzabkiatz, 2002). Et tous cs élémts 'épuist sas dout pas la complxité d c problèm. Outr c qu chacu put fair à so ivau, il apparaît doc qu'u prévtio fficac t durabl écssit d rforcr ls collaboratios tr ls différts acturs d l'éducatio t ls syrgis tr ls différts ivaux d'actio. Référcs Abrami, P.C., Chambrs, B., Pouls, C., D Simo, C., D'Appolloia, S. & Howd, J. (1996). L'apprtissag coopératif : Théoris, méthods, activités. Motréal : Editios d la Chlièr. Astor, R.A., Myr, H.A. & Bhr, W.J. (1999). Uowd placs ad tims : Maps ad itrviws about violc i high schools. Amrica Educatioal Rsarch Joural, 36, Basti, G. & Roos, A. (1990). L'écol malad d l'échc. Bruxlls : D Bock. Buidi, G., Ptit, S., Galad, B., Philippot, P. & Bor, M. (2000). Violcs à l'écol : Equêt d victimatio das l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Etud itruivrsitair commadité par l Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Faculté d psychologi t ds scics d l'éducatio, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvaila-Nuv. Carra, C. & Sicot, F. (1997). U autr prspctiv sur ls violcs scolairs : L'xpéric d victimisatio. I B. Charlot & J.-C. Emi (Coord.), Violcs à l'écol : Etat ds savoirs (pp ). Paris : Armad Coli. Charlot, B. & Emi, J.-C. (Coord.) (1997). Violcs à l'écol : Etat ds savoirs. Paris : Armad Coli. Chouiard, R. (1999). Esigats débutats t pratiqus gstio d class. Rvu ds scics d l'éducatio, 25, Clémc, A. (2001). Violc t icivilités à l'écol : La situatio Suiss. I E. Dbarbiux & C. Blaya (Eds.), La violc miliu scolair : Dix approchs Europ (pp ). Paris : ESF. Coh, E.G. (1994). L travail d group : Stratégis d'sigmt pour la class hétérogè (traduit par F. Oullt). Motréal : Editios La Chlièr. Cowi, H. & Brdodii, L. (2001). Childr' s ractios to cooprativ group work : A stratgy for hacig pr rlatioships amog bullis, victims ad bystadrs. Larig ad istructio, 11, JDJ décmbr 2004

8 Référcs Crick, N.R., Casas, J.F. & Moshr, M. (1997). Rlatioal ad ovrt aggrssio i prschool. Dvlopmtal Psychology, 33, Dbarbiux, E. & Blayat, C. (Eds.) (2001). La violc miliu scolair : Dix approchs Europ. Paris : ESF. Dbarbiux, E. & Blayat, C. (Eds.) (2002). Violc à l'écol t politiqus publiqus. Paris : ESF. Dbarbiux, E., Dupuch, A. & Motoya (1997). Pour fiir avc l «hadicap socioviolt» : U approch comparativ d la violc miliu scolair. I B. Charlot & J.-C. Emi (Coord.), Violcs à l'écol : Etat ds savoirs (pp ). Paris : Armad Coli. Dbarbiux, E., Garir, A., Motoya, Y. & Tichit, L. (1999). La violc miliu scolair : L désordr ds choss. Paris : ESF. Dlaoy, C. (2000). Elèvs à problèms, écols à solutios? Paris : ESF. Drocourt, O. & Mirzabkiatz, G. (2002). L'agrssur t la victim du bullyig au si ds écols d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Mémoir d licc o publié, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Dois, W. & Mugy, G. (1997). Psychologi social t dévloppmt cogitif. Paris : Armad Colli. Evs, D.H. & Hmlo, C.E. (Eds.) (2000). Problm-basd larig : A rsarch prspctiv o larig itractios. Mahwah (NJ) : LEA. Fiquira-McDoough, J. (1986). School cotxt, gdr, ad dliqucy. Joural of Youth ad Adolscc, 15, Fuk, W. (2001). La violc à l'écol Allmag : U état ds liux. I E. Dbarbiux & C. Blaya (Eds.), La violc miliu scolair : Dix approchs Europ (pp ). Paris : ESF. Galad, B. & Dupot, E. (2002). L'impact d la discrimiatio prçu t d l'itégratio scolair sur l'adoptio d croyacs favorabls à l'usag d la violc physiqu. Cahirs Itratioaux d Psychologi Social, 55, Galad, B. & Grégoir, J. (2000). L'impact ds pratiqus scolairs d'évaluatio sur ls motivatios t l cocpt d soi ds élèvs. L'Oritatio Scolair t Profssioll, 29, Galad, B. & Philippot (2003). L'écol tll qu'ils/ lls la voit : Dévloppmt d'u msur ds prcptios du cotxt scolair par ls élèvs du scodair. Mauscrit révisio. Galad, B. & Philippot, P. (mars 2001). L'ifluc ds pratiqus pédagogiqus t ds rlatios tr élèvs t sigats sur ls problèms d comportmt à l'écol. Commuicatio oral à la 1 èr Coférc modial «Violcs à l'écol t politiqus publiqus», Paris, Frac. Galad, B. (2001). Natur t détrmiats ds phéomès d violc miliu scolair. Thès d doctorat o publié, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Galad, B. (à paraîtr). L rôl du cotxt scolair t d la démotivatio das l'abstéism ds élèvs. Rvu ds scics d l'éducatio ( spécial). Galad, B., Bourgois, E., Philippot, P. & Lcocq, C. (mai 2003). L rôl ds pratiqus d'sigmt das la prévtio t l'émrgc ds phéomès d violc à l'écol. Commuicatio oral à la 2 èm coférc modial sur la violc à l'écol, Québc, Caada. Galad, B., Philippot, P., Dupot, E. & Macqut, D. (2000). Violc t démotivatio das ls écols scodairs : Qulls causs pour qulls solutios? Acts du 1 r Cogrès ds Chrchurs Educatio. Miistèr d la Commuauté fraçais, Bruxlls, Blgiqu. Galad, B., Philippot, P., Ptit, S., Bor, M. & Buidi, G. (à paraîtr). Rgards croisés sur ls phéomès d violc miliu scolair : Elèvs t équips éducativs. Rvu ds scics d l'éducatio. Hawkis, J.D., Catalao, R.F. & Millr, J.Y. (1992). Risk ad protctiv factors for alcohol ad othr drug problms i adolscc ad arly adulthood : Implicatios for substac abus prvtio. Psychological Bullti, 112, Hyma, I.A. & Pro, D. (1998). Th othr sid of school violc : Educator policis ad practics that may cotribut to studt misbhavior. Joural of School Psychology, 36, Kapla, A., Gh, M. & Midgly, C. (2002). Classroom goal structur ad studt disruptiv bhaviour. Bristish Joural of Educatioal Psychology, 72, Lcocq, C., Hrmss, C., Galad, B., Lmbo, B., Philippot, P. & Bor, M. (2003). Violc à l'écol : Equêt d victimatio das l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais d Blgiqu (2003). Etud itruivrsitair commadité par l Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Faculté d psychologi t ds scics d l'éducatio, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvaila-Nuv. Lhall, H. (1985). Psychologi ds adolscts. Paris : PUF. Midgly, C. (Ed.) (2002). Goals, goal structurs, ad pattrs of adaptativ larig. Mahwah (NJ) : Lawrc Erlbaum. Mouvt, B., Mut, J. & Jardo, D. (2002). Comprdr t prévir la violc. L Poit sur la Rchrch Educatio, 22, Nicholls, J.G. & Thorkilds, T.A. (Eds.) (1995). Rasos for larig : Expadig th covsatio o studt-thachr collaboratio. Nw York : Tachrs Collg Prss. Nogura, P.A. (1995). Prvtig ad producig violc : A critical aalysis of rsposs to school violc. Harvard Educatioal Rviw, 65, Olwus, D. (1993). Bullyig at school : What w kow ad what w ca do. Oxford : Blackwll. Payt, J.-P. (1998). La ségrégatio scolair : u prspctiv sociologiqu sur la violc à l'écol. Rvu Fraçais d Pédagogi, 123, Pric, J.H. & Evrtt, S.A. (1997). Tachrs' prcptios of violc i th public schools : Th MtLif survy. Amrica Joural of Halth Bhavior, 21, Rosr, R.W., Eccls, J.S. & Samroff, A.J. (1998). Acadmic ad motioal fuctioig i arly adolscc : Logitudial rlatios, pattrs, ad prdictio by xpric i middl school. Dvlopmt ad Psychopathology, 10, Ruttr, M. (1983). School ffcts o pupil progrss : Rsarch fidigs ad policy implicatios. Child Dvlopmt, 54, Rya, A.M. & Patrick, H. (2001). Th classroom social viromt ad chags i adolscts' motivatio ad gagmt durig middl school. Amrica Educatioal Rsarch Joural, 38, Schustr, B. (1996). Rjctio, xclusio, ad harassmt at work ad i schools : A itgratio of rsults from rsarch o mobbig, bullyig, ad pr rjctio. Europa Psychologist, 1, Smith, P.K., Mads, K.C. & Moody, J.C. (1999). What causs th ag dcli i rports of big bullid at school? Towards a dvlopmtal aalysis of risks of big bullid. Educatioal Rsarch, 41, Sydr, M. & Haug, J.A. (1994). Why dos bhavioral cofirmatio occur? A fuctioal prspctiv o th rol of th prcivr. Joural of Exprimtal Social Psychology, 30, Va Dick, R. & Wagr, U. (2001). Strss ad strai i tachig : A structural quatio approach. British Joural of Educatioal Psychology, 71, Vasquz-Brofma, A. & Martiz, I. (1996). La socialisatio à l'écol : Approch thographiqu. Paris : PUF. Vayr, P. & Roci, C. (1987). L'fat t l group. Paris : PUF. JDJ décmbr

MPSI-PCSI. Classes Préparatoires aux Grandes Écoles Scientifiques. Mathématiques, Physique, Chimie, Sciences de l Ingénieur. Présentation générale

MPSI-PCSI. Classes Préparatoires aux Grandes Écoles Scientifiques. Mathématiques, Physique, Chimie, Sciences de l Ingénieur. Présentation générale MPSI-PCSI http://www.lyc-chataubriad.fr/ http://www.lyc.joliotcuri.fr.fr/ Classs Préparatoirs aux Grads Écols Scitifiqus Mathématiqus, Physiqu, Chimi, Scics d l Igéiur Préstatio gééral Ouvrts aux bachlirs

Plus en détail

- Partie A - Échantillonnage -

- Partie A - Échantillonnage - ÉCHANTILLONNAGE - ESTIMATION - Parti A - Échatilloag - L'objctif d ctt parti st d répodr à la problématiqu suivat : commt, à partir d'iformatios (coupl moy-écart-typ ou proportio) cous sur u populatio,

Plus en détail

Selon Maia Wentland Forte (photo), vice-recteur. Comment l ordinateur va révolutionner l enseignement

Selon Maia Wentland Forte (photo), vice-recteur. Comment l ordinateur va révolutionner l enseignement C qu il pt Commt l ordiatur va révolutior l igmt Alai Hrzog Slo Maia Wtlad Fort (photo), vic-rctur d l Uivrité d Laua t profur xtraordiair d trpri t tchologi d l iformatio à l Ecol d HEC, l cybr-igmt pourrait

Plus en détail

EXÉ CCADEAU CIC 221008:CCADEAU ALF 27/10/08 11:33 Page1 CC E au GUID E RT CA de ca

EXÉ CCADEAU CIC 221008:CCADEAU ALF 27/10/08 11:33 Page1 CC E au GUID E RT CA de ca EXÉ CCADEAU CIC 221008:CCADEAU ALF 27/10/08 11:33 Pag1 G U I D E caau CARTE C C EXÉ EXÉ CCADEAU CIC 221008:CCADEAU ALF 27/10/08 11:33 Pag3 G U I D E caau CARTE EXÉ CCADEAU CIC 221008:CCADEAU ALF 27/10/08

Plus en détail

CAHIER DU CONGRÈS Nom : Prénom : Classe : École :

CAHIER DU CONGRÈS Nom : Prénom : Classe : École : CAHIER DU CONGRÈS Nom Préom Class Écol ispctio académiqu Haut-Garo a c a d é m i T o u l o u s é d u c a t i o a t i o a l LE CONGRÈS SCIENTIFIQUE DES ENFANTS A Motfort L mssag ds doctorats... Tu as la

Plus en détail

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet.

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet. Séris méris Cha : cors comlt Séris d réls t d comlxs Défiitio : séri d réls o d comlxs Défiitio : séri corgt o dirgt Rmar : iflc ds rmirs trms d séri sr la corgc Théorèm : coditio écssair d corgc Théorèm

Plus en détail

La couleur de votre MySpeedy est parfaitement coordonnée avec celle de

La couleur de votre MySpeedy est parfaitement coordonnée avec celle de FR s l è d Mo Origial, coloré, prsoalisé. L plus tdac d tous ls compturs motr qui vous êts. Choisissz votr favori parmi ls styls proposés t xprimz votr idividualité avc u comptur uiqu. La coulur d votr

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Décret n 2001-1016 Décret n 1992-158 PRODUCTION ET SPECTACLE EN TOURNÉE

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Décret n 2001-1016 Décret n 1992-158 PRODUCTION ET SPECTACLE EN TOURNÉE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Décrt 2001-1016 Décrt 1992-158 PRODUCTION ET SPECTACLE EN TOURNÉE C documt st à établir impérativmt AVANT l istallatio tchiqu du spctacl par l productur d spctacls

Plus en détail

Triome batisseurs d espaces, la maitrise totale de votre projet

Triome batisseurs d espaces, la maitrise totale de votre projet Triom batissurs d spacs, la maitris total d votr projt 4 pôls xprts, 1 pol positio! Orgaisé autour d ss quatr pôls, l Group AEVO maîtris : l trpris gééral (TRIOME), l gros-œuvr (TEXIA CONSTRUCTIONS), ls

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de. Hygiène, Sécurité et Environnement

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de. Hygiène, Sécurité et Environnement Equêt Natioal sur l dvir ds diplômés d DUT 22 Hygiè, Séurité t Eviromt Résultats d l IUT d Rims-Châlos-Charlvill (Not d sythès sur ls diplômés d formatio iitial hors altra) Otobr 25 La 2 èm quêt atioal

Plus en détail

Guide de présentation du programme

Guide de présentation du programme D la matrll à la 9 aé Guid d préstatio du programm Programm itractif d prévtio à la sécurité, mat l fat à s rsposabilisr t à s prémuir cotr ls agrssios fatsavrtis.ca 2 éditio L programm Efats avrtis st

Plus en détail

UV Traitement du signal. Cours 7. Signaux discrets et Transformée de Fourier ASI 3

UV Traitement du signal. Cours 7. Signaux discrets et Transformée de Fourier ASI 3 UV Traitmt du sigal Cours 7 Sigau discrts t Trasformé d Fourir D la Trasformé d Fourir à tmps discrt (TFTD) à la Trasformé d Fourir Discrèt (TFD) ASI 3 Cotu du cours Sigau discrts Rappls, défiitio Propriétés

Plus en détail

n i N 15 Juin 2015 Edito réalisé par les coprésidents de la délégation Une soirée CCFD-Terre Solidaire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises

n i N 15 Juin 2015 Edito réalisé par les coprésidents de la délégation Une soirée CCFD-Terre Solidaire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises du CCFD- Trr Solidair 29 P1 Bull 'iformat d io i t N 15 Jui 2015 Edito réalisé par ls coprésits la délégatio La trr trmbl au Népal faisat s millirs morts, ls migrats s oit Méditrraé t l réchauffmt climatiqu

Plus en détail

Des prestations textiles personnalisées pour l hôtellerie et la restauration

Des prestations textiles personnalisées pour l hôtellerie et la restauration Ds prstatios txtils prsoalisés por l hôtllri t la rstaratio ti i R E R A R-GZ 992 por l trti profssiol d li Sivi d l hyiè t d la qalité ds txtils R_Hotl_Gastro_Iformatio_FRANZOESISCH.idd 1 1 19.04.2010

Plus en détail

Remblayage des tranchées et réfection des chaussées Compléments au guide Sétra-LCPC de mai 1994

Remblayage des tranchées et réfection des chaussées Compléments au guide Sétra-LCPC de mai 1994 ^ìíéìê=w=`bqb=kçêã~åçáéj`éåíêé= = gìáå=ommt= Rmblayag ds trachés t réfctio ds chaussés Complémts au guid Sétra-LCPC d mai 99 `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNT= L guid "Rmblayag ds trachés t réfctio ds chaussés"

Plus en détail

Terminale S Pondichéry, Avril 2009 Sujets de Bac

Terminale S Pondichéry, Avril 2009 Sujets de Bac D PINEL, Sit Mathmitc : http://mathmitcfrfr/idphp Trmial S Podichéry, Avril 009 Sujts d Bac D PINEL, Sit Mathmitc : http://mathmitcfrfr/idphp Trmial S Podichéry, Avril 009 Sujts d Bac D PINEL, Sit Mathmitc

Plus en détail

a g c d n d e s e s m b

a g c d n d e s e s m b PPrrooppoossiittiioo 22001111JJPP 22770055 000011 uu 0088 fféévvrriirr 22001111 VVlliiiittéé jjuussqquu uu 3300//0044//22001111 tim c ir tv é p g c h u i rè s G A Z iv lu s IC.G R é c lo y m ip s 9 r7

Plus en détail

adrien.trillon AT vallourec.fr

adrien.trillon AT vallourec.fr RECONSTRUCTION TOMOGRAPHIQUE PAR COURANTS DE FOUCAULT AVEC MODELE DIRECT ELEMENTS FINIS ET REGULARISATION ADDITIVE EDDY CURRENT TOMOGRAPHY WITH FINITE ELEMENT FORWARD MODEL AND ADDITIVE REGULARIZATION

Plus en détail

Le journal de la Fédération Nationale des Associations de l Aide Familiale Populaire (FNAAFP/CSF) li v r a i s o. po n. re p a s. lu s.

Le journal de la Fédération Nationale des Associations de l Aide Familiale Populaire (FNAAFP/CSF) li v r a i s o. po n. re p a s. lu s. PIAF l Partagr Iformr Associr Formr L joural d la Fédératio Natioa ds Associatios d l Aid Familia Populair (FN) Aimriz -vous u d vos rp livraiso as Notr ass domici? oc s occu iatio p! A L a F N A FP/CS

Plus en détail

Les compétitions auront lieu du 27 au 30 mai 2015, au

Les compétitions auront lieu du 27 au 30 mai 2015, au Bullti ds Olympiads québécoiss d la formatio profssioll t tchiqu Volum 25, HIVER 2015 Das c uméro 14 fialists rout pour l Modial à São Paulo au Brésil voir pag 2 t 3 Ivitatios aux Olympiads caadis d 2015

Plus en détail

LA TRANSFORMATION EN Z.

LA TRANSFORMATION EN Z. LA TRANSFORMATION EN Z U cours ivau BTS Pirr Lóp Group Mathématiqus t Scics Physiqus au Lycé, IREM d Toulous Mmbrs : Mms Michèl Fauré, Moiqu Madlur, Moiqu Sosst Itroductio Das u précédt articl («Fil d

Plus en détail

FILTRAGE. ANALOGIQUE et NUMERIQUE. (Vol. 8)

FILTRAGE. ANALOGIQUE et NUMERIQUE. (Vol. 8) Dpt GEII IUT Bordaux I FILTRAGE AALOGIQUE t UMERIQUE (Vol. 8) G. Couturir Tl : 5 56 84 57 58 mail : couturir@lc.iuta.u-bordaux.fr Sommair I-Itroductio p. II-Filtrag aalogiqu p. 4 II-- Filtrs pass-bas d'ordr

Plus en détail

Chapitre 0 : Signaux discrets (rappels)

Chapitre 0 : Signaux discrets (rappels) Chapitr : Sigaux discrts rappls Itroductio Ls sigaux physiqus xistat das la atur sot gééral ds sigaux d typ aalogiqu o dit aussi cotiu, au ss où l sigal st u octio cotiu du tps t il sra écssair, lorsqu

Plus en détail

CALCUL DE LA REPONSE DYNAMIQUE DES STRUCTURES ELANCEES A LA TURBULENCE DU VENT

CALCUL DE LA REPONSE DYNAMIQUE DES STRUCTURES ELANCEES A LA TURBULENCE DU VENT UNIVERITÉ DE NANTE EOE DOTORAE «MEANIQUE, THERMIQUE ET GENIE IVI» DE NANTE Aé Thès d DOTORAT Discipli : cics pour l Igéiur pécialité : Géi ivil Présté t soutu publiqumt par Alxadr d la Foy 9 juillt à l

Plus en détail

Ici, trions comme à la maison

Ici, trions comme à la maison Ici, trios comm à la maiso Esmbl Trios bi Rcyclos miux Ici, trios comm à la maiso Trir, u scod atur À domicil, l tri st dvu u scod atur. Plus d 95 % ds Blgs trit régulièrmt lur PMC, lur vrr t lur papir-carto.

Plus en détail

Une nouvelle méthode de mesure des propriétés thermophysiques de super-isolants. Yves Jannot & Alain Degiovanni

Une nouvelle méthode de mesure des propriétés thermophysiques de super-isolants. Yves Jannot & Alain Degiovanni U ouvll méthod d msur ds propriétés thrmophysiqus d supr-isolats Yvs Jaot & Alai Dgiovai PLAN DE LA PRESENTATION Limits ds méthods d msur xistats L dispositif d msur proposé Modélisatio La méthod d stimatio

Plus en détail

VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES. La gamme NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE. www.petitforestier.fr

VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES. La gamme NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE. www.petitforestier.fr VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES La gamm NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE www.pttforstr.fr u stockag ffcac POUR UNE CHAÎNE DU FROID PRÉSERVÉE Cosrvato, pcs d actvté, stockag

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

Demande de soutien à l'enregistrement national de l'orge CH9622-7. Culture : Orge à deux rangs Type : Orge de printemps (Hordeum vulgare l.

Demande de soutien à l'enregistrement national de l'orge CH9622-7. Culture : Orge à deux rangs Type : Orge de printemps (Hordeum vulgare l. Dmad d souti à l'rgistrmt atioal d l'org CH9622-7 Cultur : Org à dux rags Typ : Org d pritmps (Hordum vulgar l.) Sélctiours : T.M. Choo 1 t R. A. Marti 2 1 Ctr d rchrchs d l Est sur ls céréals t ls oléagiux,

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Les organismes vivants sont soumis à de

Les organismes vivants sont soumis à de Pharmacologi ds troubls du sommil Sommil t mélatoi : u ouvll approch? Slp ad mlatoi: a w way? R. Bordt* * Départmt d pharmacologi médical, istitut d médci prédictiv t d rchrch théraputiqu, uivrsité Lill-Nord-d-Frac,

Plus en détail

votre Propriété Intellectuelle ... Conseils en Propriété Industrielle Brevets, Marques, Dessins & Modèles,

votre Propriété Intellectuelle ... Conseils en Propriété Industrielle Brevets, Marques, Dessins & Modèles, Psr Costitur t éfdr Cosils Propriété dustril Brvts Marqus votr Propriété ssis & Modès tlctul... rsay Vrsails Motpllir...Vos vs tchiqus sthétiqus logicils t sigs distictifs. Madairs agréés auprès d l NP

Plus en détail

Attention, parfois tu pourras choisir

Attention, parfois tu pourras choisir r i ustio Q l b l é pr Atttio, prfois tu pourrs choisir plusiurs réposs! 1. À to vis, qu st-c qu u rfug fortifié? 4. quoi l fug d Dosshim st-il costruit? c st u liu qui ccuillit ls gs qud ils étit mcés

Plus en détail

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS Cocvoir, réalisr, fiacr ds cotus pour ls ouvaux médias FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS actio DE FORMATION 2016 L CEFPF qulqus mots pags 2-3 L actio d formatio pags

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS assistat dirctur d castig d fictio FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS actio DE FORMATION 2016 L CEFPF qulqus mots pags 2-3 L actio d formatio pags 4-5 Public cocré t

Plus en détail

Beaux-arts & Loisirs créatifs Boutique & ateliers. prestations CoMités D entreprise entreprises CoLLeCtivités GroUpes

Beaux-arts & Loisirs créatifs Boutique & ateliers. prestations CoMités D entreprise entreprises CoLLeCtivités GroUpes Baux-art & Loiir créatif Boutiqu & atlir prtatio CoMité D trpri trpri CoLLCtivité GroUp LA ROCHELLE SAS LOISIRS COLORÉS 27 bi Quai Maubc 17000 LA ROCHELLE 05 46 09 86 07 larochll@lzard-cratif.fr Comité

Plus en détail

a a n Dossier a a aun i tion u o t Situation u o uni ation o a a n

a a n Dossier a a aun i tion u o t Situation u o uni ation o a a n a a au Dossir a a o t i o i tio u o t Situatio o tio Plaqu tourat ds trasports publics d la régio o t a o t Chmis d fr (trafic régioal t logu distac) Résau Exprss Régioal (RER) Bus / Cars postaux u o o

Plus en détail

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS

FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS la dirctio d postproductio FORMATIONS 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS actio DE FORMATION 2016 L CEFPF qulqus mots pags 2-3 L actio d formatio pags 4-5 Public cocré t objctifs

Plus en détail

La violation et la protection internationale des droits de l enfant

La violation et la protection internationale des droits de l enfant La violatio t la protctio itratioal d droit d l fat ommair Violatio d droit d l fat...04 Efat affcté par l coflit armé...04 Exploitatio au travail...07 La trait...09 Violc domtiqu ou familial...10 L ca

Plus en détail

?... FORMATIONS CIF 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS

?... FORMATIONS CIF 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS ?... FORMATIONS CIF 2016 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS Programm dstié aux bééficiairs du Cogé Idividul d Formatio AFDAS SOMMAIRE GÉNÉRAL L CEFPF : 23 as d formatio aux métirs d

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Exponentielle exercices corrigés

Exponentielle exercices corrigés Trmial S Foctio potill Ercics corrigés Fsic 996, rcic Fsic 996, rcic 3 3 Fsic 996, rcic 4 4 Fsic, rcic 6 3 5 Fsic, rcic 4 3 6 Baqu 4 4 7 Epo + air, Amériqu du Nord 5 5 8 Basiqu, N Calédoi, ov 4 7 9 Basiqus

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Effets d écran, densités et énergies électroniques dans les atomes et les ions métalliques par la méthode de Hartree-Fock

Effets d écran, densités et énergies électroniques dans les atomes et les ions métalliques par la méthode de Hartree-Fock Effts d écr, dsités t érgis élctroiqus ds ls toms t ls ios métlliqus pr l méthod d HrtrFock C. Möllr, A. Suru To cit this vrsio: C. Möllr, A. Suru. Effts d écr, dsités t érgis élctroiqus ds ls toms t ls

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

UN PRIX POUR UN ESSAI POLITIQUE, PHILOSOPHIQUE OU

UN PRIX POUR UN ESSAI POLITIQUE, PHILOSOPHIQUE OU hilosophi ittéra idrot air ttrs oltair rair i és i ltair I RIX ROOE UMIÈ REMISE U 30 JANIER 2012 OSSIER E SE aris, l 30 javir 2012 r rocop, mythiqu café littérair t politiqu, carrfour d la bo chèr, à propos

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

AIGUES-MORTES Une résidence pour découvrir l écotourisme camarguais

AIGUES-MORTES Une résidence pour découvrir l écotourisme camarguais AIGUES-MORTES U résidc pour découvrir l écotourism camarguais Misz sur u ptit coi d paradis Etr cil t mr, la Camargu apparait comm u écri d atur qui s étd sur près d 100 000 hctars. Préciusmt cosrvés das

Plus en détail

REVUE. prix? 11 AVRIL 20144 DES MARCHÉS. apaiser nos craintes S&P 500. Sur le risque, et le secteur L'énergie a continué. des titres miniers.

REVUE. prix? 11 AVRIL 20144 DES MARCHÉS. apaiser nos craintes S&P 500. Sur le risque, et le secteur L'énergie a continué. des titres miniers. REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHÉS 11 AVRIL 20144 INFORMATIONN LA PLUS RÉCENTE SUR LES MARCHÉS PAR L'ÉQUIPEE DE RICHARDSON GMP Profitr ds bas prix? E pag 2 : Aalys d la faiblss réct ds marchés TSX COMPOSÉ

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES

ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES Produits métallurgiqus & Fouriturs associés La puissac d u partair d référc L srvic d u résau d distributio d proximité KDI mt à votr dispositio das ss cs, prochs d vous, u

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

ROUEN. Gallieni. www.villas-gallieni.com À ROUEN, À deux pas du jardin des plantes, au 21-25 rue du Maréchal Galliéni.

ROUEN. Gallieni. www.villas-gallieni.com À ROUEN, À deux pas du jardin des plantes, au 21-25 rue du Maréchal Galliéni. ROUEN Ls Villas Gallii www.villas-gallii.com À ROUEN, À dux pas du jardi ds plats, au 21-25 ru du Maréchal Galliéi 10 maisos T4 Ls Villas Gallii Au cœur d u vill d caractèr touré vrs l avir La vill d Rou

Plus en détail

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011 Mulhous l 19/07/2011 Association Domain Natur 145 ru d l Il Napoléon 68100 Mulhous Tél. 03 89 61 98 33 www.domainnatur.org Présidnt : Jacky Lchlitr info@domainnatur.fr Pour l partag Valid - Handicapé Bravo

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

Studio 12 scan control scan control. professional light desk user s manual rel. 1.41

Studio 12 scan control scan control. professional light desk user s manual rel. 1.41 Studio ca cotrol ca cotrol profioal light dk ur maual rl Coig Gééral Lir atttivmt l coig d écurité trouvat da ctt otic, car ll fourit d importat iformatio cocrat la écurité d itallatio, d utiliatio t d

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Planet Horizons. Réseau CCSO Membre de la Plateforme d'appui à l innovation focus@ccso.ch - www.ccso.ch

Planet Horizons. Réseau CCSO Membre de la Plateforme d'appui à l innovation focus@ccso.ch - www.ccso.ch Résau CCSO Mbr la latfor 'appui à l iovatio focus@ccso.ch - www.ccso.ch lat Horizos U tchologi ovatric au srvic l virot: rouir s apparils high tch pour traitr l au aièr physiqu, sas utilisr prouits chiiqus.

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Mesure de la diffusivité thermique de matériaux anisotropes de petites dimensions par thermographie infrarouge et transformations intégrales.

Mesure de la diffusivité thermique de matériaux anisotropes de petites dimensions par thermographie infrarouge et transformations intégrales. Cogrès Fraçais d Thriqu, SFT 7,Î ds Ebi, 9 ai-1 jui 7 Msur d a diffusivité thriqu d atériau aisotrops d ptits disios par thrographi ifraroug t trasforatios itégras. Bjai REMY 1/*, Aai DEGIOVANNI 1 t Dis

Plus en détail

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir Ce que les Afro-Américais atteits de diabète ou d hypertesio artérielle doivet savoir Faites-vous examier pour les maladies réales Natioal Kidey Disease Educatio Program Que puis-je faire pour garder mes

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i Votre sourire a de l aveir 38 Accor est préset das près de 100 pays avec 160 000 collaborateurs. Il met au service de ses cliets, particuliers et etreprises, le savoir-faire acquis depuis près de quarate

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

plus de 30 exposants vous accueillent durant 2 jours... monde associatif organismes publics

plus de 30 exposants vous accueillent durant 2 jours... monde associatif organismes publics plus 30 xposats vous accuillt rat 2 jours... mo associatif 1 toit 2 géératios Expérimtz la colocatio itrgéératioll t solidair mttat u chambr à dispositio pour u ju échag ptits srvics. ACT-HABITAT Améliorz

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Filière de Sciences Économiques et de Gestion. Semestre : S 3 Module : M 12 (Méthodes Quantitatives III) Matière : Algèbre I.

Filière de Sciences Économiques et de Gestion. Semestre : S 3 Module : M 12 (Méthodes Quantitatives III) Matière : Algèbre I. Uirsité ohmmd V gdl Fculté ds Scics Juridiqus Ecoomiqus t socils RT http://www.ssr.c.m ا اآال آ ام ا واد وا اا! ط Filièr d Scics Écoomiqus t d Gstio Smstr : S odul : éthods Qutittis III tièr : lgèbr I

Plus en détail