Prévenir les violences à l'école : Quelle place pour les pratiques d'enseignement? (1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévenir les violences à l'école : Quelle place pour les pratiques d'enseignement? (1)"

Transcription

1 Ls rlatios évtulls tr pratiqus d'sigmt t phéomès d violc miliu scolair Prévir ls violcs à l'écol : Qull plac pour ls pratiqus d'sigmt? (1) par Boît Galad (2) L'objt d ctt cotributio st d s'itrrogr sur ls rlatios évtulls tr pratiqus d'sigmt t phéomès d violc miliu scolair, das l'optiqu d dégagr ds pists d prévtio possibls. Ls pratiqus d'sigmt costitut bi sûr i l sul ivau, i l sul mod d'actio possibl pour fair fac aux violcs à l'écol. Ells ot éamois l'avatag d'êtr grad parti sous l cotrôl dirct ds équips éducativs t d'offrir aisi pottillmt à cs équips ds moys pour agir cocrètmt sur ls situatios auxqulls lls sot cofrotés. Cs pratiqus ot aussi l'avatag d fair parti d la foctio-mêm d'u() sigat() t d'êtr applicabls au ivau ds groups-classs, sas dmadr à l'sigat() d dvir u spécialist d touts ls difficultés prsolls qu pourrait rcotrr ss élèvs. Cpdat, xamir l'ifluc possibl ds pratiqus d'sigmt sur ls phéomès d violc miliu scolair dmad d'abord d'êtr au clair sur c qu rcouvrt cs phéomès, sur c qui fait problèm (Dbarbiux & Blaya, 2001). O parl baucoup d la violc à l'écol, qu c soit das ls médias ou das ls jourés pédagogiqus. Et baucoup d gs parlt : sigats, travaillurs sociaux, théraputs, policirs, tc. Audlà d l'itérêt t d la validité d l'xpéric idividull, cliiqu ou profssioll, o put s'itrrogr sur la porté d cs témoigags t priss d positio, tat lur bas mpiriqu smbl géographiqumt limité, voir parfois ixistat. La violc miliu scolair st u phéomè social qui st gééralmt posé trm moral, politiqu, juridiqu. La qustio qui s pos st d savoir si cs défiitios du problèm sot ls plus adéquats pour rdr compt ds phéomès auxquls s réfèrt ls iquiétuds t ls plaits ds sigats t ds élèvs? A partir ds résultats d'u quêt mé auprès d'u échatillo rpréstatif ds élèvs d la Commuauté fraçais, ous chrchros doc à précisr c qui «fait violc» das ls écols. Après avoir idtifié c qui pos problèm, il s'agit suit d'évalur la marg d maouvr dot dispost ls équips éducativs pour y fair fac (Charlot & Emi, 1997). Ls difficultés qui s post miliu scolair dépdt-lls pricipalmt ds caractéristiqus idividulls ds élèvs, d la compositio d la class ou d l'écol, ou sot-lls parti foctio ds projts éducatifs mis ouvr das ls établissmts? Nous xamiros c qu ls résultats d différts rchrchs ous apprt cocrat l poids rspctif d cs différts facturs das la prédictio ds phéomès d violc à l'écol. Das l'évtualité où u spac d'itrvtio xist pour ls équips éducativs, il rst à savoir commt l'utilisr (Dbarbiux & Blaya, 2002). Qulls sot ls pratiqus qui sot li avc ls problèms d violc? Qulls pratiqus promouvoir t qulls pratiqus évitr si l'o souhait réduir cs problèms? Cs pratiqus ot-lls ds ffts spécifiqus sur crtais typs d difficultés ou otlls u impact trasvrsal sur plusiurs typs d difficultés? Autat d qustios qu ous ttros d'approchr à travrs u séri d'étuds qui vist à miux comprdr l'fft d crtais pratiqus pédagogiqus t rlatiolls. Nous psos qu'u millur coaissac d cs pratiqus t d lurs mods d'actio put fourir d préciux rpèrs pour aidr ls équips éducativs à améliorr lurs coditios d travail t ls coditios d'apprtissag offrts aux élèvs. E résumé, c chapitr poursuit trois objctifs pricipaux : 1 dépassr ls discours à propos d violcs à l'écol ttat d'évalur, à partir d'u quêt systématiqu, c M. Fray & C. Maroy (Eds.) - L'écol, 6 as après l décrt «missios» : Rgards itrdiscipliairs sur ls politiqus scolairs Commuauté fraçais d Blgiqu (pp ) - UCL - Prsss Uivrsitairs d Louvai (2004). (1) L rcuil ds doés préstés das c chapitr a été rdu possibl grâc à u fiacmt du Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu t à u bours ARC 96/01/198. La rédactio d c chapitr a été facilité par la Fodatio Louvai. (2) Adrss d corrspodac : Faculté d Psychologi, Uivrsité Catholiqu d Louvai, 10 Plac du Cardial Mrcir, B-1348 Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Courril : 20 JDJ décmbr 2004

2 Ls élèvs sot ttmt plus souvt victims qu ls adults qui «fait violc» aux prsos fréqutat ls établissmts scolairs; 2 xamir s'il st possibl d'idtifir ds variabls proprs aux pratiqus d'sigmt qui sot rliés aux problèms idtifiés, au-dlà ds caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs; 3 t modélisr ls rlatios tr cs variabls t lurs ffts sur cs problèms, afi d proposr ds pists d'actio aux agts du systèm éducatif. Poit d départ Ls élémts avacés das c chapitr s'appuit sur u séri d rchrchs més dpuis ciq as par otr équip (3). U d cs étuds, mé collaboratio avc l'uivrsité d Lièg, port sur u échatillo rpréstatif ds différts filièrs d l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais (Buidi, Ptit, Galad, Philippot & Bor, 2000) (4). Ct échatillo comprd viro élèvs t mmbrs ds équips éducativs issus d'u quaratai d'écols réparti sur l trritoir d la Commuauté. Ls pricipaux résultats d ctt quêt ot été répliqués trois as plus tard auprès d'u autr échatillo d près d élèvs t 650 mmbrs ds équips éducativs (Lcocq, Hrmss, Galad, Lmbo, Philippot & Bor, 2003). U autr séri d'étuds plus limités totalis plus d élèvs provat d'u dizai d'établissmts scolairs, âgés d 12 à 21 as, répartis équitablmt par gr t issus d touts ls aés t touts ls filièrs (Galad, 2001). Qu'st-c qui fait violc à l'écol? U prmièr faço d'abordr ctt qustio st d s'itérssr à la fréquc ds attits dot ls prsos déclart avoir été lls-mêms victims. C'st l pricip d l'quêt d victimatio, qui a l'avatag d fourir u imag assz complèt ds phéomès étudiés (Carra & Sicot, 1997). Ls résultats d la plus grad quêt d c typ mé Blgiqu sot résumés das l graphiqu 1. F r é q u c m o y 3, 0 2, 5 2, 0 1, 5 1, 0 0,5 0, 0 Pour la clarté d la préstatio, ls faits étudiés ot été rgroupés quatr catégoris. La prmièr catégori, rlativ aux attits vrbals, rgroup ls moquris, ls isults racists, ls rumurs t ls itimidatios vrbals. La scod, rlativ aux attits aux bis, rgroup ls vols t la dégradatio du matéril. La troisièm, rlativ aux attits physiqus, rgroup l rackt, ls macs avc objts ou arms, ls coups t ls attouchmts ou acts sxuls o désirés. La quatrièm catégori cocr la propositio d drogu, qui costitu plus u factur d risqu qu'u victimatio proprmt dit t qui a été traité séparémt (Hawkis, Catalao & Millr, 1992). L graphiqu 1 prést la fréquc moy d cs différts catégoris d'attits pour ls élèvs t pour ls mmbrs ds équips éducativs (sur u échll d 0 = jamais à 3 = quatr fois t plus). Dux costats s'impost à la lctur d c graphiqu. Prmièrmt, qul qu soit l typ d victimatio ls élèvs sot ttmt plus souvt victims qu ls adults travaillat das ls écols. Duxièmmt, aussi bi chz ls élèvs qu chz ls adults, c sot ls attits vrbals qui sot ls plus répadus. L'aalys plus détaillé idiqu qu ls attits subis miliu scolair s caractérist sstillmt par ds faits miurs d'u poit d vu juridiqu, ls faits d violc gravs état rlativmt rars (t mêm xtrêmmt rars c qui cocr ls attits physiqus à l'égard ds mmbrs ds équips éducativs; Galad, Philippot, Ptit, Bor & Buidi, à paraîtr). Cs obsrvatios sot cofirmés par ls résultats ds msurs d déliquac auto-révélé réalisés auprès ds élèvs, autrmt dit par ls comportmts répréhsibls qu ls élèvs déclart avoir commis à l'écol. Ls comportmts répréhsibls ls plus souvt rapportés par ls élèvs sot d'ordr vrbal (x. provocatio d'autrs élèvs) ou matéril (x. dégradatio d'objt), cux ls mois rapportés sot d l'ordr ds attits physiqus (x. rackt) ou d la cosommatio d drogu dur (Lcocq t al., 2003). D plus, suivat ls réposs doés par ls élèvs, ls comportmts prosociaux aid t souti à d'autrs élèvs apparaisst ttmt plus répadus qu ls comportmts asociaux rapportés ci-dssus. Cs costatatios suggèrt qu ls phéomès d violc à l'écol préstt gééralmt pas l caractèr dramatiqu t paroxystiqu qu ls médias lur attribut, t qu ls élèvs sot ls prmièrs victims. Fréquc d différts typs d'attits à l'écol. Drogus Physiqus Bis Vrbals (3) L'autur tit à rmrcir particulièrmt Pirr Philippot, Doati Macqut, Gvièv Buidi t Cathri Lcocq pour lur précius collaboratio. (4) Sauf l'sigmt artistiqu t l'sigmt spécial. Elèvs Adults JDJ décmbr

3 Pas liu d s'alarmr d'u hypothétiqu flambé d violc das ls écols Ls participats à os quêts était égalmt priés d'idiqur ls victimatios dot ils avait été victims dhors d l'écol (y compris sur l chmi d cll-ci), d maièr à pouvoir comparr ls victimatios à l'écol t à l'xtériur d cll-ci. Ls résultats d cs comparaisos motrt qu ls élèvs sot cofrotés à plus d'attits vrbals, plus d'attits physiqus t plus d propositio d drogus dhors d l'écol qu'au si d cll-ci. Par cotr, ls mmbrs ds équips éducativs sot d'avatag victims d'attits vrbals à l'écol qu' dhors. E d'autrs mots, ls poits d comparaiso ds élèvs t ds adults cocrat l'xpéric d victimatio sot pas ls mêms : si pour ls élèvs l'écol rst globalmt u liu présrvé, c 'st pas l cas pour ls mmbrs ds équips éducativs. Sigalos cor qu ls comportmts répréhsibls rapportés par ls élèvs sot mois fréquts au si d l'écol qu' dhors d cll-ci. Das ls quêts réalisés, il était outr dmadé aux victims d'idiqur l'autur présumé d l'attit subi. L'aalys ds réposs ds participats idiqu qu'à l'écol, ls auturs sot pricipalmt ds prsos itrs à l'établissmt, tadis qu' dhors d l'écol, c sot surtout ds prsos xtériurs à l'établissmt. E trm d violcs, l'écol rst doc pour la plupart ds élèvs u liu rlativmt protégé par rapport à l'xtériur. D plus, ls violcs à l'écol sot pricipalmt l fait d prsos itrs aux établissmts t pas d'agts xtériurs qui s'y srait ifiltrés. Objt d cotrovrss passioés, la qustio d l'évolutio d la violc à l'écol a égalmt rtu otr atttio. Afi d'apportr u prmièr répos à ctt qustio, u quêt idtiqu a été répliqué à trois as d'itrvall das plus d'u vigtai d'établissmts scolairs (Lcocq t al., 2003). Ls comparaisos ffctués tr ls dux momts d l'quêt souligt pricipalmt la stabilité ds phéomès étudiés. La sul différc otabl d'u poit d vu statistiqu st u dimiutio ds attits cotr ls bis subis par ls élèvs. Ds quêts similairs més aux États-Uis sur u trtai d'aés motrt égalmt u grad stabilité ds victimatios miliu scolair, au-dlà ds légèrs fluctuatios d'u quêt à l'autr sur crtais idics (Hyma & Pro, 1998). D'après ls résultats obtus Commuauté fraçais, il 'y a doc pas liu d s'alarmr d'u hypothétiqu flambé d violc das ls écols. Das l mêm tmps, ls résultats ivitt à s gardr d tout triomphalism. Ls problèms d violc idtifiés lors d la prmièr quêt sot toujours présts avc la mêm itsité, t o ot aucu amélioratio sigificativ das ls coditios d'apprtissag auxqulls ls élèvs dist êtr cofrotés. Cpdat, au-dlà tous cs résultats dscriptifs, ous avos chrché à idtifir ls évémts qui ot l plus d'impact sur la qualité d vi ds prsos fréqutat ls écols. Ctt démarch ous smbl u complémt util aux ttativs d défiitio t d quatificatio ds phéomès d violc. E prat compt l vécu ds victims, ll prmt d'évalur cs phéomès autrmt qu slo u grill d lctur juridiqu ou moral. Touts ls forms d violc à l'écol ot-lls l mêm rttissmt das la vi ds prsos? Ls violcs physiqus ot-lls plus d'impact qu ls autrs forms d violc? Est-c plutôt l caractèr répétitif d'u attit qui port à coséquc? Das os rchrchs, ous ous somms itérssés à quatr idicaturs d'impact (Galad t al., à paraîtr). L prmir st la prcptio du ivau d violc das l'établissmt, c.-à-d. l'stimatio fait par la prso du ombr d fois qu s produist différts faits d violc das so écol. L duxièm idicatur st l stimt d'isécurité à l'écol, msuré par u séri d qustios portat sur l'iquiétud t la pur rssti à l'écol. L troisièm idicatur cocr l bi-êtr subjctif, évalué via la fréquc déclaré d'u séri d symptôms déprssifs. Efi, l quatrièm idicatur st rlatif aux coduits d protctio qu la prso mt ouvr à l'écol, comm l fait d'évitr crtais droits, pas rstr sul, tc. Ls moys d cs idicaturs figurt das l graphiqu 2, pour ls élèvs t pour ls équips éducativs. U doubl costat pu êtr tiré d c graphiqu. D'u part, l ivau gééral d cs idicaturs d «malais» à l'écol st assz bas : touts ls moys sot ifériurs à 1,5 sur u échll allat d 0 à 4. D'autr part, ls élèvs paraisst mois bi vivr l'écol qu ls mmbrs ds équips éducativs puisqu'ils rapportt davatag d'isécurité, d symptôms déprssifs t d coduits d protctio. Au moy d'aalyss d régrssios, ous avos suit xamié quls sot ls évémts vécus qui ot u fft sur cs quatr idicaturs d qualité d vi à l'écol. Chz ls élèvs, ls faits ou icidts qui ot u fft sur cs idicaturs sot ls attits vrbals pricipalmt ls moquris, ls attituds d rjt social, autrmt dit l fait d s stir xclus par ss pairs, t l'imprssio d'êtr cofroté à ds sigats arbitrairs, distats t ijusts. Brf, ds difficultés liés au rspct prsol t à l'accptatio social, qui toucht à ds jux sas dout particulièrmt ssibls à l'adolscc (Lhall, 1985). Du côté ds équips éducativs, il s'agit ds attits vrbals égalmt, aisi qu ds icidts discipliairs, c.- à-d. d comportmts souvt aodis mais qui rpréstt ds maqumts au cod d coduit établi par ls équips éducativs t/ou prturbt l déroulmt ds cours (vir au cours sas matéril, magr class, bavardr, tc.), à quoi o pourrait ajoutr l désitérêt t l'abstéism ds élèvs. E d'autrs mots, il s'agit pricipalmt d'évémts qui fot obstacls à l'accomplissmt ds objctifs assigés par l'sigat() t qui smblt vécus comm u rmis caus d so rôl, d so idtité profssioll (Dbarbiux, Garir, Motoya & Tichit, 1999). Ls violcs plus «durs», comm l rackt ou ls macs avc arms, qui sot, rapplos-l, rlativmt pu présts, motrt pas d'fft marqué sur ls idicaturs rtus. 22 JDJ décmbr 2004

4 U pattr d réactios plus dirct t cofrotat chz ls garços t plus idirct t évitat chz ls fills M o y 4, 0 3, 0 2, 0 1, 0 0, 0 Moys ds idicaturs d qualité d vi à l'écol. PROTECTION DEPRESSION INSECURITE VIOLENCE A la lumièr d cs résultats, il smbl qu c qui «fait violc» à l'écol soit assz éloigé d l'imag qu' dot ls médias ou qu put avoir l grad public, puisqu'il s'agit avat tout d'échags vrbaux, d ptits maqumts au cod d coduit établi par ls équips éducativs, ou d difficultés rlatiolls. Cs attits ' sot pas mois préoccupats, car ls résultats suggèrt qu c sot pas ls épisods d violc aiguë qui sot l plus associés à ds coséqucs égativs à moy trm sur ls prsos, mais plutôt ls acts d moidr itsité répétés au fil ds jours. D fait, c sot surtout ls attits vrbals t l stimt d'êtr rjté par ss pairs qui sot associés à u plus faibl qualité d vi à l'écol chz ls élèvs, tadis qu c sot pricipalmt ls attits vrbals t ls icidts discipliairs qui sot égativmt rliés à la qualité d vi ds mmbrs ds équips éducativs. Pris isolémt, cs évémts sot pour la plupart prsqu baals, mais lur accumulatio t lur répétitio smblt vraimt «fair violc» aux prsos qui y sot cofrotés, pouvat suscitr d rélls souffracs psychologiqus (Schustr, 1996). Ls grads tdacs d cs résultats rjoigt clls trouvés das d'autrs étuds, qu c soit pour ls élèvs (Carra & Sicot, 1997; Fuk, 2001) ou pour ls mmbrs ds équips éducativs (Clémc, 2001; Pric & Evrtt, 1997). O st loi d l'imag d'u écol vahi par u flambé d violc, mêm si l'o put légitimmt psr qu crtais faits sot trop fréquts t qu l'o s'occup pas assz d cux qui sot victims. U prmièr implicatio qu l'o put tirr d cs résultats st qu, vu la atur mêm ds problèms désigés sous l trm «violc à l'écol», ds réposs sstillmt réprssivs 'aurait qu'u fficacité très limité. E prturbat ls apprtissags t créat u climat d suspicio, ds réposs d c typ risqurait mêm d'aggravr la situatio (Nogura, 1995; Hyma & Pro, 1998). Il 'st pas qustio d ir la écssité d sactior crtais acts, mais bi d rcoaîtr qu l oud du problèm 'st pas là. Il faut d'aillurs ramr l problèm à d justs proportios, l'imag d l'écol qu dot ls élèvs st globalmt positiv t l'écol rst pour la plupart ds élèvs u liu rlativmt protégé par rapport à l'xtériur trm d victimatio. Quls facturs xplicatifs? Elèvs Adults Après avoir rcadré l problèm d la violc à l'écol, il s'agit maitat d miux crr ls facturs qui sot associés à u plus ou mois grad xpositio à c qui fait violc aux élèvs t aux mmbrs ds équips éducativs. Pour c fair, ous avos procédé à ds aalyss d régrssio multipl, qui prmttt d'idtifir parmi u grad ombr d variabls clls qui sot ffctivmt liés aux problèms qui ous occupt. Das cs aalyss, il a été tu compt à la fois ds caractéristiqus idividulls ds prsos itrrogés, d la compositio d l'établissmt qu'lls fréqutt, t ds pratiqus éducativs ou orgaisatiolls qu'lls rapportt rcotrr. Chz ls élèvs, l'aé t l gr sot ls suls caractéristiqus socio-démographiqus qui motrt ds ffts rlativmt stabls, quoiqu gééralmt faibls (Galad, 2001). E accord avc plusiurs rchrchs (Crick, Casas & Moshr, 1997; Olwus, 1993), ls résultats idiqut u pattr d réactios plus dirct t cofrotat chz ls garços t plus idirct t évitat chz ls fills. Ls garços ot doc davatag tdac à s rtrouvr impliqués das ds itractios ouvrtmt agrssivs, qu c soit comm auturs ou comm victims. O costat aussi u dimiutio ds problèms d violc das ls aés supériurs, dimiutio qui s rtrouv das baucoup d'autrs étuds sur la violc à l'écol (pour u rvu, voir Smith, Mads & Moody, 1999). Au travrs ds aalyss multivariés, o costat par cotr qu i la profssio ds parts, i la atioalité ds parts, i l ombr d doublmt, i l ivau d résultats scolairs, i la filièr fréquté, 'apparaisst comm vraimt détrmiats pour l risqu d victimatio ou d commttr ds acts asociaux. D plus, la compositio d l'établissmt fréquté (ombr d'élèvs fréqutat l'établissmt, ivau socio-écoomiqu moy du quartir d résidc ds élèvs, rtard scolair moy, pourctag d'élèvs és Blgiqu, proportio d'élèvs filièrs qualifiats par rapport aux filièrs d trasitio) motr aucu fft systématiqu. Cs résultats ivitt à s méfir d tout proostic ou tout iférc simplist fodé sur ls caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs. Mais surtout, ls résultats idiqut qu ls élèvs ot d'autat mois d risqu d'êtr victims ou auturs d violcs à l'écol qu'ils stimt pouvoir bééficir d la JDJ décmbr

5 Ls pratiqus éducativs t orgaisatiolls ds équips éducativs jout égalmt u rôl dispoibilité, d l'équité t du souti ds sigats d lur établissmt. A l'opposé, ls résultats motrt qu ls élèvs ot plus d risqu d'êtr victims ou auturs d violcs à l'écol quad ils rapportt êtr cofrotés à ds pratiqus d'sigmt qui mttt l'acct sur la comparaiso t la compétitio tr élèvs. Il apparaît doc qu ls pratiqus éducativs présts das l'viromt scolair d l'élèv aurait u icidc sur la violc subi t agi par c drir, qulls qu soit ss caractéristiqus prsolls (Kapla, Gh & Midgly, 2002). U costat parallèl put êtr drssé cocrat ls sigats. D'u part, i la filièr, i l cycl, i l typ d cours das lqul profss u() sigat() 'st systématiqumt associé au risqu d victimatio à l'écol, so âg t so gr o plus (Galad t al., à paraîtr). D'autr part, la victimatio d'u() sigat() st lié à la qualité d ss rlatios avc ss collègus t au styl d ladrship d so établissmt. Ls sigats qui rapportt d mois bos rlatios avc lurs collègus sot plus souvt victims d violc. D mêm, ls sigats rapportat travaillr das u établissmt où l'équip éducativ maqu d ladrship t d cohérc sot davatag victims d violc (va Dick & Wagr, 2001). Cpdat, cotrairmt à c qu l'o trouv pour ls élèvs, la compositio d l'établissmt fréquté s révèl êtr lié au risqu d victimatio. Ls sigats qui travaillt das ds écols où l rtard scolair moy ds élèvs st plus importat rapportt davatag d'attits cotr ls bis t d'attits physiqus. Par aillurs, ls sigats travaillat das ds écols accuillat u plus grad proportio d'élèvs és à l'étragr rapportt plus d'attits vrbals. Il faut souligr qu cs dux ffts sot spécifiqus aux itractios tr sigats t élèvs puisqu cs ffts 'ot pas d'équivalt parmi ls élèvs. E d'autrs mots, ri 'idiqu qu ls élèvs qui ot doublé ou qui sot és à l'étragr sot plus «violts» qu ls autrs, mais il smbl qu ls cotacts tr ls sigats t cs élèvs risqut d'êtr plus difficils. Néamois, das tous ls cas, ls ffts du maagmt d l'établissmt t d la cohésio d l'équip pédagogiqu mtioés plus haut s vérifit. E plus ds facturs qui apparaisst au ivau ds élèvs t ds sigats, o put aussi s'itérssr aux facturs qui sot liés aux différcs tr établissmts. Il xist fft ds variatios das l'itsité ds phéomès d violc d'u écol à l'autr, variatios qui sot plus proocés pour ls mmbrs ds équips éducativs qu pour ls élèvs (Galad, 2001). Cs variatios titlls uiqumt aux caractéristiqus ds élèvs accuillis d'u établissmt à l'autr, ou u équip éducativ put-ll fair la différc? Ls résultats obtus idiqut clairmt qu ls établissmts scolairs dispost d'u capacité d'actio fac aux problèms d violc, qull qu soit la populatio d'élèvs qu'ils accuillt. D fait, mêm si l'o tit compt ds caractéristiqus socio-démographiqus ds élèvs (ombr, âg, sx, ivau socio-écoomiqu, origi géographiqu, filièrs), il subsist ds écarts importats tr établissmts trm d climat scolair, d motivatio, d coflits tr élèvs t d comportmts agrssifs. E outr, cs écarts s'xpliqut parti par la qualité du ladrship ds établissmts t par l'utilisatio d pratiqus d'sigmt compétitivs t sélctivs (Fiquira-McDoough, 1986). Autrmt dit, cs résultats motrt qu, mêm quad o tit compt ds caractéristiqus d la populatio d'élèvs accuillis par u écol, crtais variabls liés au mod d foctiomt d ctt écol ot u fft sur l ivau d violc qui règ das ss murs (Galad & Philippot, 2001). La comparaiso dux à dux d'établissmts offrat ls mêms filièrs d'sigmt t accuillat ds populatios d'élèvs quasi idtiqus coduit à ds obsrvatios idtiqus : dux écols accuillat ds publics comparabls puvt obtir ds résultats très différts cocrat l'gagmt ds élèvs das lur scolarité, l bi-êtr ds élèvs à l'écol t la qualité ds itractios socials lur si. L suivi d'u vigtai d'écols à trois as d'itrvall idiqu égalmt qu l'évolutio du ivau d violc das u établissmt st parti lié à la fois à sa situatio iitial t à so public d'élèvs (otammt l ratio fills/ garços), mais aussi aux pratiqus éducativs t orgaisatiolls miss ouvr so si (Lcocq t al., 2003). Qu rtir d ct smbl d résultats? Ds aalyss réalisés, il rssort qu i l'origi socio-écoomiqu, i la atioalité, i la filièr sot soi ds facturs d violc. Par cotr, l rgroupmt das crtais écols d'élèvs marqués par l'échc t la rlégatio s révèl êtr u factur d risqu. Quad cs élèvs sot aussi d'origi étragèr, ds difficultés spécifiqus risqut d s posr das ls itractios vrbals avc ls sigats. Au total, la ségrégatio scolair smbl baucoup plus xplicativ qu ls caractéristiqus d départ ds élèvs (Payt, 1998), mais «das tous ls cas l'actio éducativ apparaît comm possibl t détrmiat». E d'autrs mots, ls résultats obtus suggèrt qu la faço dot st composé la populatio d'élèvs rcruté par u écol risqu d rdr plus ou mois ardu l'établissmt d'u climat scolair positif, mais qu ls pratiqus éducativs t orgaisatiolls ds équips éducativs jout égalmt u rôl crucial (Ruttr, 1983). Il faut souligr la cohérc global ds résultats préstés ci-dssus avc cux obtus par d'autrs chrchurs, das d'autrs systèms éducatifs t avc ds méthods différts (.g. Astor, Myr & Bhr, 1999; Dbarbiux, Dupuch & Motoya, 1997; Dlaoy, 2000). Ctt cohérc rforc bi tdu la porté ds implicatios qu l'o put tirr d cs résultats. Ls résultats obtus ot ds implicatios à plusiurs ivaux : gstio d l'échc scolair, gstio ds flux d'élèvs, désigatio t charg d travail ds dirctios, formatio iitial t cotiué, coordiatio ds équips pédagogiqus, mais aussi pratiqus d'sigmt miss ouvr das ls écols. C'st sur cs drièrs qu ous allos ous pchr plus détails das l poit suivat. L rôl ds pratiqus d'sigmt E cocordac avc la littératur scitifiqu dispoibl, ls rchrchs més 24 JDJ décmbr 2004

6 Ds pratiqus pédagogiqus compétitivs t iégalitairs ot ds ffts égatifs par otr équip préstés ci-dssus mttt évidc l rôl d dux catégoris d pratiqus d'sigmt : l typ d pratiqus pédagogiqus mis ouvr par ls sigats t la qualité ds itractios offrts aux élèvs par ls sigats (Galad & Philippot, 2003). Afi d précisr ls ffts associés à cs pratiqus, u séri d'aalyss d modélisatio équatios structurals ot été réalisés. Ctt tchiqu statistiqu prmt d modélisr ls rlatios tr u smbl d variabls t d comparr ds modèls postulat différts chaîs d rlatios tr cs variabls. L pattr d résultats qui émrg d cs aalyss st sythétisé das la figur 1. A la lctur d ctt figur, o put tout d'abord otr qu pratiqus pédagogiqus t qualité ds rlatios sigats-élèvs trtit ds lis étroits (Galad, Philippot, Dupot & Macqut, 2000). Ds pratiqus pédagogiqus doat priorité à l'apprtissag d chaqu élèv, qui ttt d favorisr l dévloppmt optimal ds pottialités d tous ls élèvs, qul qu soit lur acquis d départ, paraisst rdr plus facil l'établissmt d rlatios d qualité tr sigats t élèvs. A cotrario, ds pratiqus pédagogiqus ctrés sur la sélctio t la promotio ds élèvs ls plus brillats, qui istaurt d facto ds iégalités d traitmt tr élèvs, smblt rdr plus difficils l dévloppmt d rlatios d qualité tr sigats t élèvs. Parallèlmt, o obsrv u associatio fort tr typs d pratiqus pédagogiqus t stimt d'appartac à u commuauté scolair. Ds pratiqus ctrés sur l'apprtissag d tous ls élèvs smblt facilitr l dévloppmt d'u idtité scolair positiv, d'u stimt d'itégratio au si d l'écol. Ivrsmt, ds pratiqus ctrés sur la compétitio t la discrimiatio tr bos t mauvais élèvs paraisst compliqur l dévloppmt d c stimt d'appartac. Pratiqus pédagogiqus, rlatios sigats-élèvs t idtité scolair ds élèvs sot doc rliés ls us aux autrs. Ls résultats d os rchrchs idiqut égalmt qu ct smbl d variabls a ds ffts sur u larg paltt du vécu scolair ds élèvs (Galad, Bourgois, Philippot & Lcocq, 2003). Comm l motr la figur 1, ls ffts d cs variabls s marqut aussi bi au ivau d la motivatio t d l'abstéism ds élèvs qu'au ivau ds comportmts agrssifs, du rjt t ds coflits tr élèvs. Ls résultats obtus suggèrt qu ds pratiqus doat priorité à l'apprtissag d chaqu élèv, ds itractios d qualité tr sigats t élèvs t l fait d s stir rcou t valorisé au si d so écol, soutit la motivatio ds élèvs t prévit l'abstéism, limitt l rjt t ls tsios tr élèvs t réduist ls risqus d'agrssios à l'écol (Galad, à paraîtr; Galad & Dupot, 2002). Ls résultats suggèrt aussi qu ds pratiqus pédagogiqus compétitivs t iégalitairs ot ls ffts opposés. Cs résultats appuit l'idé qu'à travrs l'xrcic d lur foctio d'sigmt, ls sigats puvt avoir u ifluc o égligabl sur l vécu t ls réactios ds élèvs class, t rtour sur lurs proprs coditios d travail. Qu fair? U ombr croissat d'étuds mpiriqus soutit doc l'idé qu ls pratiqus d'sigmt adoptés par ls sigats puvt avoir u icidc sur plusiurs phéomès qui fot violc miliu scolair. E s basat sur ls msurs utilisés das ls rchrchs préstés jusqu'ici, il st possibl d'êtr plus précis à propos ds pratiqus d'sigmt qustio. Si l'o souhait réduir l'itsité ds phéomès d violc étudiés, ls résultats xposés ci-dssus suggèrt qu'il st util d mttr ouvr ds pratiqus (a) qui offrt aux élèvs ds opportuités d choix t d participatio par rapport au cotu t à la gstio ds activités d'apprtissag, (b) qui aidt ls élèvs à fair l li tr l cotu ds apprtissags t lur vi quotidi d maièr à lur fair découvrir quoi cs apprtissags lur dot u pouvoir d compréhsio t d'actio supplémtair, (c) qui véhicult ds attts positivs vis-à-vis ds JDJ décmbr

7 Ecouragr ls activités qui prmttt u crtai participatio t u crtai rcoaissac ds élèvs progrès réalisabls par chaqu élèv, t () où l'rrur 'st plus cosidéré comm u faut mais bi comm u élémt à part tièr du procssus d'apprtissag (Nicholls & Thorkilds, 1995). L'apprtissag par projt (Basti & Roos, 1990), l'apprtissag par problèm (Evs & Hmlo, 2000), t l'apprtissag coopératif (Abrami, Chambrs, Pouls, D Simo, D'Appolloia & Howd, 1996) fourisst ds xmpls d méthods pédagogiqus bi documtés qui itègrt la plupart d cs rcommadatios. Qull qu soit la méthod choisi, ls pratiqus d'évaluatio paraisst particulièrmt importats, car lls ifluct fortmt la prcptio qu'ot ls élèvs ds objctifs d l'sigat() (Galad & Grégoir, 2000). D'autr part, vu lurs coséqucs égativs, ls pratiqus d'sigmt qui favorist la compétitio tr élèvs smblt égalmt à proscrir (Midgly, 2002; Rosr, Eccls & Samroff, 1998). Plus précisémt, ls résultats obtus ivitt à bair ls pratiqus (f) qui augmtt la saillac ou la valur accordé à la comparaiso social tr élèvs, (g) qui véhicult ds attts égativs vis-à-vis d crtais élèvs ou (h) qui accordt la priorité à crtais élèvs t égligt d'autrs (Coh, 1994). D plus, ls résultats mttt avat l'importac d la qualité ds rlatios tr sigats t élèvs par rapport aux phéomès d violc étudiés. Plus précisémt, ls résultats suggèrt u impact positif d la dispoibilité t d l'écout ds sigats vis-à-vis ds élèvs, du souti qu'ils lur apportt du poit d vu scolair, d l'équité dot ils fot pruv das lurs rapports avc ux, das ls sactios t das ls évaluatios (Rya & Patrick, 2001). Par cotr, ls résultats ivitt à évitr tout comportmt discrimiatoir ou dévalorisat à l'cotr d'u élèv, comm crtais plaisatris faits dvat tout la class. A ct égard, u millur formatio ds sigats aux pratiqus d gstio ds groups-classs pourrait put-êtr s'avérr util (Chouiard, 1999). Rapplos qu ls résultats idiqut qu la qualité ds rlatios sigats-élèvs st lié aux pratiqus pédagogiqus ds sigats. Il smbl doc pu prtit d'opposr rlatiol t pédagogiqu. L cotxt social t ls rapports sociaux fot d'aillurs parti itégrat ds procssus d'apprtissag (Dois & Mugy, 1997). Il st fort probabl qu'il y ait u syrgi foctioll tr ls pratiqus d'sigmt décrits ci-dssus t ls comportmts sociaux dot os résultats suggèrt l'utilité (Vasquz-Brofma & Martiz, 1996). Ls résultats suggèrt égalmt d'couragr ls activités qui prmttt u crtai participatio t u crtai rcoaissac ds élèvs das la vi d l'écol (Vayr & Roci, 1987), afi d dévloppr u stimt d'appartac à l'écol. Crtais activités xtra-scolairs orgaisés cojoitmt par ds sigats t ds élèvs puvt probablmt êtr utils à ct fft. Mais cla put sas dout aussi êtr fait via l dévloppmt d'activités d'apprtissag coopérativs (Cowi & Brdodii, 2001), puisqu à ouvau ls résultats préstés idiqut u li tr pratiqus pédagogiqus ds sigats t stimt d'itégratio scolair ds élèvs. Coclusios Au total, ls rchrchs passés rvu idiqut qu ls pratiqus d'sigmt costitut u ivau d'itrvtio prtit par rapport à la atur ds phéomès qui «fot violc» miliu scolair. Via cs pratiqus, ls équips éducativs dispost d'u capacité d'actio sigificativ t cocrèt, qui écssit pas la pris charg idividull d chaqu élèv. D ombruss iitiativs locals vot d'aillurs das l ss ds résultats préstés t ot souvt fait lur pruv, démotrat qu'u() sigat() ou u équip put fair la différc à so ivau (Mouvt, Mut & Jardo, 2002). Néamois, cs iitiativs sot souvt trasitoirs t rstt gééralmt très localisés. Pour la plupart, lls 'arrivt pas à s propagr t à s'iscrir das la duré, das la structur d foctiomt ds écols. Comm l motrt crtais résultats décrits plus haut, ls pratiqus d'sigmt sot loi d'êtr ls suls facturs ju. D'autrs facturs systémiqus, istitutiols t orgaisatiols trt lig d compt. Ls parts t ls famills ot aussi u rôl à jour das la prévtio ds violcs à l'écol, d mêm qu ls média (Drocourt & Mirzabkiatz, 2002). Et tous cs élémts 'épuist sas dout pas la complxité d c problèm. Outr c qu chacu put fair à so ivau, il apparaît doc qu'u prévtio fficac t durabl écssit d rforcr ls collaboratios tr ls différts acturs d l'éducatio t ls syrgis tr ls différts ivaux d'actio. Référcs Abrami, P.C., Chambrs, B., Pouls, C., D Simo, C., D'Appolloia, S. & Howd, J. (1996). L'apprtissag coopératif : Théoris, méthods, activités. Motréal : Editios d la Chlièr. Astor, R.A., Myr, H.A. & Bhr, W.J. (1999). Uowd placs ad tims : Maps ad itrviws about violc i high schools. Amrica Educatioal Rsarch Joural, 36, Basti, G. & Roos, A. (1990). L'écol malad d l'échc. Bruxlls : D Bock. Buidi, G., Ptit, S., Galad, B., Philippot, P. & Bor, M. (2000). Violcs à l'écol : Equêt d victimatio das l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Etud itruivrsitair commadité par l Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Faculté d psychologi t ds scics d l'éducatio, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvaila-Nuv. Carra, C. & Sicot, F. (1997). U autr prspctiv sur ls violcs scolairs : L'xpéric d victimisatio. I B. Charlot & J.-C. Emi (Coord.), Violcs à l'écol : Etat ds savoirs (pp ). Paris : Armad Coli. Charlot, B. & Emi, J.-C. (Coord.) (1997). Violcs à l'écol : Etat ds savoirs. Paris : Armad Coli. Chouiard, R. (1999). Esigats débutats t pratiqus gstio d class. Rvu ds scics d l'éducatio, 25, Clémc, A. (2001). Violc t icivilités à l'écol : La situatio Suiss. I E. Dbarbiux & C. Blaya (Eds.), La violc miliu scolair : Dix approchs Europ (pp ). Paris : ESF. Coh, E.G. (1994). L travail d group : Stratégis d'sigmt pour la class hétérogè (traduit par F. Oullt). Motréal : Editios La Chlièr. Cowi, H. & Brdodii, L. (2001). Childr' s ractios to cooprativ group work : A stratgy for hacig pr rlatioships amog bullis, victims ad bystadrs. Larig ad istructio, 11, JDJ décmbr 2004

8 Référcs Crick, N.R., Casas, J.F. & Moshr, M. (1997). Rlatioal ad ovrt aggrssio i prschool. Dvlopmtal Psychology, 33, Dbarbiux, E. & Blayat, C. (Eds.) (2001). La violc miliu scolair : Dix approchs Europ. Paris : ESF. Dbarbiux, E. & Blayat, C. (Eds.) (2002). Violc à l'écol t politiqus publiqus. Paris : ESF. Dbarbiux, E., Dupuch, A. & Motoya (1997). Pour fiir avc l «hadicap socioviolt» : U approch comparativ d la violc miliu scolair. I B. Charlot & J.-C. Emi (Coord.), Violcs à l'écol : Etat ds savoirs (pp ). Paris : Armad Coli. Dbarbiux, E., Garir, A., Motoya, Y. & Tichit, L. (1999). La violc miliu scolair : L désordr ds choss. Paris : ESF. Dlaoy, C. (2000). Elèvs à problèms, écols à solutios? Paris : ESF. Drocourt, O. & Mirzabkiatz, G. (2002). L'agrssur t la victim du bullyig au si ds écols d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Mémoir d licc o publié, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Dois, W. & Mugy, G. (1997). Psychologi social t dévloppmt cogitif. Paris : Armad Colli. Evs, D.H. & Hmlo, C.E. (Eds.) (2000). Problm-basd larig : A rsarch prspctiv o larig itractios. Mahwah (NJ) : LEA. Fiquira-McDoough, J. (1986). School cotxt, gdr, ad dliqucy. Joural of Youth ad Adolscc, 15, Fuk, W. (2001). La violc à l'écol Allmag : U état ds liux. I E. Dbarbiux & C. Blaya (Eds.), La violc miliu scolair : Dix approchs Europ (pp ). Paris : ESF. Galad, B. & Dupot, E. (2002). L'impact d la discrimiatio prçu t d l'itégratio scolair sur l'adoptio d croyacs favorabls à l'usag d la violc physiqu. Cahirs Itratioaux d Psychologi Social, 55, Galad, B. & Grégoir, J. (2000). L'impact ds pratiqus scolairs d'évaluatio sur ls motivatios t l cocpt d soi ds élèvs. L'Oritatio Scolair t Profssioll, 29, Galad, B. & Philippot (2003). L'écol tll qu'ils/ lls la voit : Dévloppmt d'u msur ds prcptios du cotxt scolair par ls élèvs du scodair. Mauscrit révisio. Galad, B. & Philippot, P. (mars 2001). L'ifluc ds pratiqus pédagogiqus t ds rlatios tr élèvs t sigats sur ls problèms d comportmt à l'écol. Commuicatio oral à la 1 èr Coférc modial «Violcs à l'écol t politiqus publiqus», Paris, Frac. Galad, B. (2001). Natur t détrmiats ds phéomès d violc miliu scolair. Thès d doctorat o publié, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvai-la-Nuv, Blgiqu. Galad, B. (à paraîtr). L rôl du cotxt scolair t d la démotivatio das l'abstéism ds élèvs. Rvu ds scics d l'éducatio ( spécial). Galad, B., Bourgois, E., Philippot, P. & Lcocq, C. (mai 2003). L rôl ds pratiqus d'sigmt das la prévtio t l'émrgc ds phéomès d violc à l'écol. Commuicatio oral à la 2 èm coférc modial sur la violc à l'écol, Québc, Caada. Galad, B., Philippot, P., Dupot, E. & Macqut, D. (2000). Violc t démotivatio das ls écols scodairs : Qulls causs pour qulls solutios? Acts du 1 r Cogrès ds Chrchurs Educatio. Miistèr d la Commuauté fraçais, Bruxlls, Blgiqu. Galad, B., Philippot, P., Ptit, S., Bor, M. & Buidi, G. (à paraîtr). Rgards croisés sur ls phéomès d violc miliu scolair : Elèvs t équips éducativs. Rvu ds scics d l'éducatio. Hawkis, J.D., Catalao, R.F. & Millr, J.Y. (1992). Risk ad protctiv factors for alcohol ad othr drug problms i adolscc ad arly adulthood : Implicatios for substac abus prvtio. Psychological Bullti, 112, Hyma, I.A. & Pro, D. (1998). Th othr sid of school violc : Educator policis ad practics that may cotribut to studt misbhavior. Joural of School Psychology, 36, Kapla, A., Gh, M. & Midgly, C. (2002). Classroom goal structur ad studt disruptiv bhaviour. Bristish Joural of Educatioal Psychology, 72, Lcocq, C., Hrmss, C., Galad, B., Lmbo, B., Philippot, P. & Bor, M. (2003). Violc à l'écol : Equêt d victimatio das l'sigmt scodair d la Commuauté fraçais d Blgiqu (2003). Etud itruivrsitair commadité par l Miistèr d la Commuauté fraçais d Blgiqu. Faculté d psychologi t ds scics d l'éducatio, Uivrsité Catholiqu d Louvai, Louvaila-Nuv. Lhall, H. (1985). Psychologi ds adolscts. Paris : PUF. Midgly, C. (Ed.) (2002). Goals, goal structurs, ad pattrs of adaptativ larig. Mahwah (NJ) : Lawrc Erlbaum. Mouvt, B., Mut, J. & Jardo, D. (2002). Comprdr t prévir la violc. L Poit sur la Rchrch Educatio, 22, Nicholls, J.G. & Thorkilds, T.A. (Eds.) (1995). Rasos for larig : Expadig th covsatio o studt-thachr collaboratio. Nw York : Tachrs Collg Prss. Nogura, P.A. (1995). Prvtig ad producig violc : A critical aalysis of rsposs to school violc. Harvard Educatioal Rviw, 65, Olwus, D. (1993). Bullyig at school : What w kow ad what w ca do. Oxford : Blackwll. Payt, J.-P. (1998). La ségrégatio scolair : u prspctiv sociologiqu sur la violc à l'écol. Rvu Fraçais d Pédagogi, 123, Pric, J.H. & Evrtt, S.A. (1997). Tachrs' prcptios of violc i th public schools : Th MtLif survy. Amrica Joural of Halth Bhavior, 21, Rosr, R.W., Eccls, J.S. & Samroff, A.J. (1998). Acadmic ad motioal fuctioig i arly adolscc : Logitudial rlatios, pattrs, ad prdictio by xpric i middl school. Dvlopmt ad Psychopathology, 10, Ruttr, M. (1983). School ffcts o pupil progrss : Rsarch fidigs ad policy implicatios. Child Dvlopmt, 54, Rya, A.M. & Patrick, H. (2001). Th classroom social viromt ad chags i adolscts' motivatio ad gagmt durig middl school. Amrica Educatioal Rsarch Joural, 38, Schustr, B. (1996). Rjctio, xclusio, ad harassmt at work ad i schools : A itgratio of rsults from rsarch o mobbig, bullyig, ad pr rjctio. Europa Psychologist, 1, Smith, P.K., Mads, K.C. & Moody, J.C. (1999). What causs th ag dcli i rports of big bullid at school? Towards a dvlopmtal aalysis of risks of big bullid. Educatioal Rsarch, 41, Sydr, M. & Haug, J.A. (1994). Why dos bhavioral cofirmatio occur? A fuctioal prspctiv o th rol of th prcivr. Joural of Exprimtal Social Psychology, 30, Va Dick, R. & Wagr, U. (2001). Strss ad strai i tachig : A structural quatio approach. British Joural of Educatioal Psychology, 71, Vasquz-Brofma, A. & Martiz, I. (1996). La socialisatio à l'écol : Approch thographiqu. Paris : PUF. Vayr, P. & Roci, C. (1987). L'fat t l group. Paris : PUF. JDJ décmbr

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet.

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet. Séris méris Cha : cors comlt Séris d réls t d comlxs Défiitio : séri d réls o d comlxs Défiitio : séri corgt o dirgt Rmar : iflc ds rmirs trms d séri sr la corgc Théorèm : coditio écssair d corgc Théorèm

Plus en détail

Guide de présentation du programme

Guide de présentation du programme D la matrll à la 9 aé Guid d préstatio du programm Programm itractif d prévtio à la sécurité, mat l fat à s rsposabilisr t à s prémuir cotr ls agrssios fatsavrtis.ca 2 éditio L programm Efats avrtis st

Plus en détail

n i N 15 Juin 2015 Edito réalisé par les coprésidents de la délégation Une soirée CCFD-Terre Solidaire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises

n i N 15 Juin 2015 Edito réalisé par les coprésidents de la délégation Une soirée CCFD-Terre Solidaire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises du CCFD- Trr Solidair 29 P1 Bull 'iformat d io i t N 15 Jui 2015 Edito réalisé par ls coprésits la délégatio La trr trmbl au Népal faisat s millirs morts, ls migrats s oit Méditrraé t l réchauffmt climatiqu

Plus en détail

Des prestations textiles personnalisées pour l hôtellerie et la restauration

Des prestations textiles personnalisées pour l hôtellerie et la restauration Ds prstatios txtils prsoalisés por l hôtllri t la rstaratio ti i R E R A R-GZ 992 por l trti profssiol d li Sivi d l hyiè t d la qalité ds txtils R_Hotl_Gastro_Iformatio_FRANZOESISCH.idd 1 1 19.04.2010

Plus en détail

a g c d n d e s e s m b

a g c d n d e s e s m b PPrrooppoossiittiioo 22001111JJPP 22770055 000011 uu 0088 fféévvrriirr 22001111 VVlliiiittéé jjuussqquu uu 3300//0044//22001111 tim c ir tv é p g c h u i rè s G A Z iv lu s IC.G R é c lo y m ip s 9 r7

Plus en détail

Les compétitions auront lieu du 27 au 30 mai 2015, au

Les compétitions auront lieu du 27 au 30 mai 2015, au Bullti ds Olympiads québécoiss d la formatio profssioll t tchiqu Volum 25, HIVER 2015 Das c uméro 14 fialists rout pour l Modial à São Paulo au Brésil voir pag 2 t 3 Ivitatios aux Olympiads caadis d 2015

Plus en détail

FILTRAGE. ANALOGIQUE et NUMERIQUE. (Vol. 8)

FILTRAGE. ANALOGIQUE et NUMERIQUE. (Vol. 8) Dpt GEII IUT Bordaux I FILTRAGE AALOGIQUE t UMERIQUE (Vol. 8) G. Couturir Tl : 5 56 84 57 58 mail : couturir@lc.iuta.u-bordaux.fr Sommair I-Itroductio p. II-Filtrag aalogiqu p. 4 II-- Filtrs pass-bas d'ordr

Plus en détail

VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES. La gamme NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE. www.petitforestier.fr

VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES. La gamme NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE. www.petitforestier.fr VÉHICULES MEUBLES CONTAINERS CONTAINERS FRIGORIFIQUES La gamm NOTRE SOLUTION DE STOCKAGE FRIGORIFIQUE www.pttforstr.fr u stockag ffcac POUR UNE CHAÎNE DU FROID PRÉSERVÉE Cosrvato, pcs d actvté, stockag

Plus en détail

Demande de soutien à l'enregistrement national de l'orge CH9622-7. Culture : Orge à deux rangs Type : Orge de printemps (Hordeum vulgare l.

Demande de soutien à l'enregistrement national de l'orge CH9622-7. Culture : Orge à deux rangs Type : Orge de printemps (Hordeum vulgare l. Dmad d souti à l'rgistrmt atioal d l'org CH9622-7 Cultur : Org à dux rags Typ : Org d pritmps (Hordum vulgar l.) Sélctiours : T.M. Choo 1 t R. A. Marti 2 1 Ctr d rchrchs d l Est sur ls céréals t ls oléagiux,

Plus en détail

votre Propriété Intellectuelle ... Conseils en Propriété Industrielle Brevets, Marques, Dessins & Modèles,

votre Propriété Intellectuelle ... Conseils en Propriété Industrielle Brevets, Marques, Dessins & Modèles, Psr Costitur t éfdr Cosils Propriété dustril Brvts Marqus votr Propriété ssis & Modès tlctul... rsay Vrsails Motpllir...Vos vs tchiqus sthétiqus logicils t sigs distictifs. Madairs agréés auprès d l NP

Plus en détail

Beaux-arts & Loisirs créatifs Boutique & ateliers. prestations CoMités D entreprise entreprises CoLLeCtivités GroUpes

Beaux-arts & Loisirs créatifs Boutique & ateliers. prestations CoMités D entreprise entreprises CoLLeCtivités GroUpes Baux-art & Loiir créatif Boutiqu & atlir prtatio CoMité D trpri trpri CoLLCtivité GroUp LA ROCHELLE SAS LOISIRS COLORÉS 27 bi Quai Maubc 17000 LA ROCHELLE 05 46 09 86 07 larochll@lzard-cratif.fr Comité

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Exponentielle exercices corrigés

Exponentielle exercices corrigés Trmial S Foctio potill Ercics corrigés Fsic 996, rcic Fsic 996, rcic 3 3 Fsic 996, rcic 4 4 Fsic, rcic 6 3 5 Fsic, rcic 4 3 6 Baqu 4 4 7 Epo + air, Amériqu du Nord 5 5 8 Basiqu, N Calédoi, ov 4 7 9 Basiqus

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

REVUE. prix? 11 AVRIL 20144 DES MARCHÉS. apaiser nos craintes S&P 500. Sur le risque, et le secteur L'énergie a continué. des titres miniers.

REVUE. prix? 11 AVRIL 20144 DES MARCHÉS. apaiser nos craintes S&P 500. Sur le risque, et le secteur L'énergie a continué. des titres miniers. REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHÉS 11 AVRIL 20144 INFORMATIONN LA PLUS RÉCENTE SUR LES MARCHÉS PAR L'ÉQUIPEE DE RICHARDSON GMP Profitr ds bas prix? E pag 2 : Aalys d la faiblss réct ds marchés TSX COMPOSÉ

Plus en détail

ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES

ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES ALUMINIUM BARRES TUBES TÔLES Produits métallurgiqus & Fouriturs associés La puissac d u partair d référc L srvic d u résau d distributio d proximité KDI mt à votr dispositio das ss cs, prochs d vous, u

Plus en détail

Studio 12 scan control scan control. professional light desk user s manual rel. 1.41

Studio 12 scan control scan control. professional light desk user s manual rel. 1.41 Studio ca cotrol ca cotrol profioal light dk ur maual rl Coig Gééral Lir atttivmt l coig d écurité trouvat da ctt otic, car ll fourit d importat iformatio cocrat la écurité d itallatio, d utiliatio t d

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique 1 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATIO POLITIQUE SCIETIFIQUE rue de la Sciece 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 URL : www.belspo.be Evaluatio de la Délivrace de Méthadoe e Belgique

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Prévenir les violences à l école : Quelle place pour les pratiques d enseignement? 1. Benoît Galand 2

Prévenir les violences à l école : Quelle place pour les pratiques d enseignement? 1. Benoît Galand 2 Pratiques d enseignement et violences à l école 1 Prévenir les violences à l école : Quelle place pour les pratiques d enseignement? 1 Benoît Galand 2 L objet de cette contribution est de s interroger

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Union des Syndicats de Pharmaciens d Officine USPO N 3. Les 5 ren. Rendez-vous pharmaceutique. des questions à p. www.uspo.fr

Union des Syndicats de Pharmaciens d Officine USPO N 3. Les 5 ren. Rendez-vous pharmaceutique. des questions à p. www.uspo.fr LE MAGAZINE DES OFFICINAUX N 3 QUI ANTICIPENT Uio d Sydicat d Pharmaci d Offici USPO S PO U l d r t o c L 5 r i o d r u o L parc o U affich, u dpt ur la profio! l Télétho com gmt è ll a l t N P P T C a

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

DE LA RÉCLAMATION À LA RÉPARATION : SUIVEZ-LE GUIDE!

DE LA RÉCLAMATION À LA RÉPARATION : SUIVEZ-LE GUIDE! DÉCEMBRE 2013 - N 13 LOGEMENT FRANCILIEN ET VOUS POUR UN HABITAT DE QUALITÉ DE LA RÉCLAMATION À LA RÉPARATION : SUIVEZ-LE GUIDE! DSU: DES ÉQUIPES AU SERVICE DU MIEUX VIVRE ENSEMBLE P. 3 UNE NOUVELLE GÉNÉRATION

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER

PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER PACK AFFILIÉ - PREMIUM - COURTIER Partnrs nd Bo us Marcq- n-b Tourc oin g aroul Ro ub La Mad la Ré pu bl u iq a ix www360courtagfr nu d lin Av Lill Dmand Partn rs ASSURÉ 1 4)4³ %43 )'%- 2%3% s )$% ASSURÉ

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Partie II Section A: Compréhension orale (Valeur: 25%)

Partie II Section A: Compréhension orale (Valeur: 25%) Parti II Sction A: Compréhnsion oral (Valur: 25%) Tâch 1 (5%) Rgardz attntivmnt ls imags ci-dssous. Pour chaqu group d quatr imags, vous allz ntndr dux fois un phras. Ombrz la lttr corrspondant à la millur

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Annexe 58 : les anarchistes de la Somme

Annexe 58 : les anarchistes de la Somme Ax 58 : ls aarchists d Somm a : list établi à partir d u sélctio d dossirs idividuls d aarchists 94 b : list établi à partir d u sélctio d dossirs idividuls d aarchists 1912 Nom t préoms Acll Narciss Maxim

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Les. qui. TUEnt. puis-je avoir confiance? est-ce complet et évolutif? est-ce bon marché? est-ce sûr et performant? KIUBI OR NOT KIUBI?

Les. qui. TUEnt. puis-je avoir confiance? est-ce complet et évolutif? est-ce bon marché? est-ce sûr et performant? KIUBI OR NOT KIUBI? Ls qstios qi TUEt #1 pis-j voir cofic? #2 st-c complt t évoltif? #3 st-c bo mrché? #4 st-c sûr t prformt? www. #1 propriété & cofic www. Propriété & cofic U sit st prodit. Idé rç sis-j propriétir d mo

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES Éditions Éditions Bon d command 015-0 un pu, baucoup, à la foli! Format numériqu n vnt au www. 006-009, Éditions CFORP, activités AVEC DROITS DE REPRODUCTION. 08:8 Pag 1-1 r un pu, baucoup, a la foli!

Plus en détail

Rassemblement National des Interlocuteurs Academiques TICE Éducation Physique et Sportive - Evry - 20/21 Janvier 2014 TABLETTES TACTILES

Rassemblement National des Interlocuteurs Academiques TICE Éducation Physique et Sportive - Evry - 20/21 Janvier 2014 TABLETTES TACTILES Rassmblmnt National ds Intrlocuturs Acadmiqus TICE Éducation Physiqu t Sportiv - Evry - 20/21 Janvir 2014 TABLETTES TACTILES t ENSEIGNEMENT DE L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE «L EPS sans fil à la patt»

Plus en détail

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises

Les salaires équitables et la responsabilité sociale des entreprises C y c l e d e 7 c o f é r e c e s Les salaires équitables et la resposabilité sociale des etreprises 18 avril 20 jui 2012 Faculté des scieces écoomiques et sociales Départemets d écoomie de sociologie

Plus en détail

Participez au projet novateur e-health des pharmacies

Participez au projet novateur e-health des pharmacies Participz au projt novatur -Halth ds pharmacis my-mdibox - l application médicamnts pour pharmacis t patints avc d nombruss prstations complémntairs V2.00_11_2013 Notr publicité actull : Et voici é t n

Plus en détail

REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHÉS. Parlons finance

REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHÉS. Parlons finance REVUE HEBDOMADAIRE DES MARCHÉS 21 FÉVRIER 2014 INFORMATION LA PLUS RÉCENTE SUR LES MARCHÉS PAR L'ÉQUIPE DE RICHARDSON GMP Parlos fiac E pag 2 : Nos prspctivs por l sctr d la fiac. La smai s'st bi passé,

Plus en détail

LISTE DE REVUES SCIENTIFIQUES POUR PUBLICATION. Anglais Multidisciplinaire Addiction 4.31 Addiction. Neurosciences, Pharmacothérapie

LISTE DE REVUES SCIENTIFIQUES POUR PUBLICATION. Anglais Multidisciplinaire Addiction 4.31 Addiction. Neurosciences, Pharmacothérapie Acta Psychiatrica Scandinavica Wily-Blackwll Addiction Addiction Biology Addiction Rsarch & Thory Addictions : magazin d l'association national d prévntion d l'alcoolism Socity for th Study of Addiction

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN

CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN CHÂTILLON / HAUTS-DE-SEINE LA TRANQUILLITÉ EN PLEIN CŒUR URBAIN Châtillon, LE «PARIS» D UN AVENIR TRANQUILLE Aux ports d la capital s cach un ndroit rmarquabl : la vill d Châtillon, dynamiqu t accuillant,

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Processus et martingales en temps continu

Processus et martingales en temps continu Chapitre 3 Processus et martigales e temps cotiu 1 Quelques rappels sur les martigales e temps discret (voir [4]) O cosidère u espace filtré (Ω, F, (F ) 0, IP). O ote F = 0 F. Défiitio 1.1 Ue suite de

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Contribution à une Approche Simplifiée pour la simulation numérique du formage incrémental

Contribution à une Approche Simplifiée pour la simulation numérique du formage incrémental è Cogrès Fraçais d Mécaiq orda, a 0 août 0 Cotribtio à Approch Siplifié por la silatio ériq d forag icrétal Y.YU a, b, A.DELAMÉZIÈRE a, b, M.NOUARI a, b, L. EN AYED a, b a. Uivrsité d Lorrai, LEMA, UMR

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1

( ) PROBLEME 1 : ASSOCIATION DE CIRCUITS RC. 6 septembre 2014. I Réponse indicielle d un circuit RC PC*1 / PC*2 / PC DEVOIR SURVEILLE DE PHYSIQUE N 1 P* / P* / P DEVOI SUVEILLE DE PHYSIQUE N 6 sptmbr 4 POBLEME : ASSOIATION DE IUITS On analys, à laid dun oscilloscop, l circuit ci-contr comportant un génératur d tnsion E,r ( ), rprésnté dans l cadr pointillé,

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences

Liste des modules et des personnes ressources Socle commun de connaissances et de compétences Programm Formation List ds moduls t ds prsonns rssourcs Socl commun d connaissancs t d compétncs Programm d la 2 promotion - hivr 2011 28 janvir 2011 - Luxmbourg Vision socio-économiqu Définitions / Approch

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

La conduite après usage de cannabis et les jeunes

La conduite après usage de cannabis et les jeunes www.cclt.ca www.ccsa.ca Résumé thématiqu La conduit après usag d cannabis t ls juns L présnt résumé fait parti d'un séri d quatr documnts présntant un aprçu ds donnés scintifiqus actulls sur ls ffts d

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Échantillonnage et estimation

Échantillonnage et estimation Stage «Nouveaux programmes de Termiale S» - Ho Chi Mih-Ville Novembre 202 Échatilloage et estimatio Partie C - Frédéric Barôme page Échatilloage et estimatio Partie C : Capacités et exercices-types. Rappelos

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES

NOUVELLES TECHNOLOGIES ,..- ~1.J l ~, ri ~.~ f;.if' " " f;, "-., K' SECTEUR ARTISANAL ET NOUVELLES TECHNOLOGIES EVOLUfION DES PRATIQUES DE CHANTIER Stphan Comb} G.A.M.S.A.U. Juin 1986 _ I_ I. ECOLE D'ARCHITECTURE ~~ UARSElttE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail