hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé."

Transcription

1 l hygièe 1 techiques d hygièe hygièe est u esemble de pricipes et de pratiques ayat pour but de préserver et d améliorer la saté. L hygièe des locaux L applicatio des règles d hygièe a ue place essetielle das la prévetio des maladies trasmissibles e collectivité pour lutter cotre les sources de cotamiatio et réduire les voies de trasmissio. Ue formatio adéquate du persoel et u rappel régulier de la boe pratique des règles d hygièe sot écessaires. Les mesures d hygièe portet sur l hygièe des locaux, des équipemets, l hygièe idividuelle et l hygièe alimetaire. Ue applicatio rigoureuse de ces mesures permet de s opposer à la propagatio des agets ifectieux. Elles doivet s appliquer au quotidie et être itesifiées e cas d ifectio déclarée. le saviez-vous? Le ettoyage et la désifectio sot deux actios différetes poursuivat des buts différets. La désifectio est pas u ettoyage i ue actio d etretie. Elle e doit iterveir que das des cas précis et selo u protocole rigoureusemet observé. Il s agit de l hygièe des sols et surfaces (tapis de sol, chaises, tables...) commet bie ettoyer? défiitios Nettoyer (déterger) = élimier tout ce qui terit ou salit, selo des procédés mécaiques et/ou chimiques. Savo = mélage d ue matière grasse et d u alcali qui sert à ettoyer, à dégraisser, à blachir. Recommadatios Nettoyage régulier des sols et de toutes les surfaces lavables, si possible sas omettre les robiets, poigées de porte, chasses d eau, grilles de vetilatio... à l aide de produits détergets. Le choix d u déterget tout usage, o toxique et quasi complètemet bio dégradable est idéal.(exemple, savo oir, savo de Marseille...). Il est coseillé d utiliser la techique des «deux seaux» : l u pour laver, l autre pour ricer. Le seau d eau savoeuse est le seau d eau propre ; le seau d eau o savoeuse sert à ricer la serpillière e récoltat les souillures («eau sale», à chager régulièremet). Il est impératif de ricer à l eau claire après chaque ettoyage. Il faut chager de serpillière pour chaque local. Les serpillières doivet être lavées à 60. Il faut absolumet éviter les produits de ettoyage qui cotieet aussi u désifectat (produits mixtes). E effet, c est iutile et la substace désifectate peut être irritate. L etretie régulier des surfaces cosiste à : 1. Dépoussiérer les sols avec ue microfibre sèche ou u aspirateur à filtre HEPA par exemple 2. Nettoyer à l eau avec u déterget multiusages (voir recommadatios) 3. Aérer 2 fois par jour 15 miutes quad et commet désifecter? Si le ettoyage suffit das la majorité des cas, das certaies situatios ue désifectio est écessaire. l hygièe 19

2 1 techiques d hygièe l hygièe défiitio Désifecter = détruire les agets ifectieux. La désifectio doit être réservée à certaies situatios et à certaies surfaces, si possible e dehors de la présece des efats La désifectio doit gééralemet être réservée à certaies situatios d épidémie et e cas de souillures des sols et surfaces par des liquides biologiques (sag, selles, uries, vomissemets...). E cas de souillures des sols et surfaces par les liquides biologiques, il faut : efiler des gats jetables ; elever le plus gros avec de l essuie-tout ; mettre les déchets das u sac e plastique, le fermer, puis le déposer das les poubelles habituelles ; laver et ricer ; désifecter. La désifectio systématique ue fois par jour est réservée à certaies surfaces : Sur les coussis à lager (école materelle) et sur les tables des efats. E cuisie (surfaces alimetaires), la désifectio est limitée aux situatios à risque (ex. maipulatio d alimets à risque, tels que la volaille crue, les œufs, les légumes terreux...). Les petits pots, petites toilettes. Das certaies situatios d épidémie pouvat être source d ue cotamiatio idirecte, la désifectio sera évetuellemet étedue à d autres surfaces. Produits recommadés Pour la désifectio des surfaces souillées et toilettes, les produits recommadés sot soit à base d eau de Javel soit à base d ammoium quateraire. Les produits à base d eau de Javel e peuvet jamais être utilisés e présece des efats. Eau de Javel L eau de Javel est ue solutio aqueuse d hypochlorite de sodium qui a des propriétés bactéricides, virucides, fogicides et sporicides (cotre les bactéries, virus, champigos, spores...). Elle est à utiliser qu e l absece des efats et avec les feêtres ouvertes. La dilutio recommadée est de 32ml d eau de Javel à 12 % das 1 litre d eau. E cas de moisissures uiquemet, la dilutio recommadée est de 1 volume de Javel pour 4 volumes d eau. Précautios d emploi La prudece s impose e toutes circostaces car l eau de Javel est corrosive et toxique. Elle peut provoquer des brûlures sur la peau et les yeux, surtout sous forme cocetrée Utiliser l eau de Javel avec des gats. Ne pas la laisser à la portée des efats. Ne jamais l utiliser e présece des efats. L eau de Javel doit toujours être utilisée seule das l eau. Ne pas y ajouter u autre produit de ettoyage. E cas d igestio accidetelle, e pas faire vomir, cotacter le cetre Atipoisos (070/ ), voire le 112 e foctio de la gravité des symptômes. E cas de brûlure sur la peau, ricer à l eau. E cas de projectio das les yeux, ricer abodammet à l eau et cosulter u ophtalmologue. Coservatio : C est u produit «fragile» qui doit être stocké à l abri de la lumière et de la chaleur. Dérivés d ammoium quateraire Ces produits sot dispoibles via des distributeurs spécifiques ou e pharmacie. Ces désifectats de surface sot ettemet mois toxiques, (otammet au poit de vue respiratoire) que l eau de Javel. Dès lors, ces produits peuvet être utilisés e présece des efats. Ils ot ue actio désifectate très efficace : virucide, bactéricide et fogicide (cotre les bactéries, virus, champigos...), e ue dizaie de miutes. Il faut appliquer le produit uiformémet sur la surface propre à désifecter, puis attedre que celle-ci soit bie sèche avat de l utiliser. Il e faut pas ricer. Rappelos cepedat leur coût ettemet plus élevé que celui de l eau de Javel. Précautios d emploi Ne jamais mélager à d autres produits. L ihalatio du produit peut etraîer ue irritatio des voies respiratoires et des yeux, ettemet moidre cepedat qu avec l eau de Javel. E cas de projectio das les yeux, ricer abodammet à l eau claire. Si ue gêe persiste, cosulter u ophtalmologue. Le produit peut égalemet provoquer de petites irritatios sur certaies peaux sesibles, il est doc préférable de e pas e mettre sur la peau. E cas de cotact avec la peau, laver à l eau et au savo. 20

3 1 techiques d hygièe Il faut régulièremet aérer le sable avec u râteau et elever les évetuels corps étragers. l hygièe E cas d igestio accidetelle, e pas faire vomir, cotacter le cetre Atipoisos (070/ ), voire le 112 e foctio de la gravité des symptômes. Stockage : à coserver das ue armoire fermée à clef, hors de portée des efats. Toujours coserver das le flaco d origie pour éviter toute cofusio. Coservatio : etre 5 et 35 C, das u edroit sec et si possible bie vetilé. évacuatio des déchets Les déchets doivet être évacués das des poubelles à parois rigides, garies de sacs poubelle résistats. Les poubelles sot muies de couvercles hermétiques et d ue ouverture à pédale. Elles sot si possible hors de portée des efats. hygièe des équipemets essuie essuie-tout gestio du lige sale Les essuies doivet être persoels à chaque efat et remplacés régulièremet. Il faut mettre les essuies et gats de toilette à sécher correctemet (pas e boule). L utilisatio de matériel jetable est recommadé au iveau de la cuisie et des toilettes (essuietout...). Le lige sale doit être isolé du lige propre. les toilettes Ue attetio particulière doit être apportée à l accès à du papier de toilette, à des toilettes propres et à ue possibilité de se laver et s essuyer les mais. Les toilettes doivet être ettoyées régulièremet : désifectio de la plache ou du rebord 1x/jour (lige javellisé). E cas de selles liquides, e pas jeter de l eau de Javel das les toilettes, passer seulemet u lige javellisé sur la plache (ou le rebord). E usage courat, u détartrat à base d acide acétique (viaigre) est suffisat pour l etretie de la cuvette du WC. Les coussis à lager évetuels (école materelle...) doivet être désifectés quotidieemet à l aide d u dérivé d ammoium quateraire. U papier de table protecteur est idéalemet posé sur le coussi à chaque chage. Das l évetualité de petits pots idividuels, u ettoyage correct das u évier spécifique suffit. E cas de souillure par des liquides corporels, il faut désifecter à l aide de dérivés d ammoium quateraire. La désifectio des toilettes sera quotidiee, après ettoyage, ou directe après des selles liquides. les thermomètres Favoriser l usage de thermomètres auriculaires (embout jetable). E cas de thermomètre électroique, l utiliser e axillaire, puis le désifecter après usage. Passer tout le thermomètre das de l alcool isopropylique à 70 C e frottat avec u lige propre puis laisser sécher. Se laver les mais après avoir pris la température. bacs à sable extérieurs Ue attetio particulière doit être portée aux bacs à sable extérieurs. Pour les efats, le bac à sable est ue source potetielle de maladies ifectieuses, et surtout parasitaires (larves présetes otammet das les excrémets de chies ou de chats, ou ecore certaies variétés de champigos...). Par ailleurs, les particules fies peuvet être des irritats oculaires, et si elles sot ihalées, des irritats respiratoires. Les bacs o utilisés doivet être recouverts e permettat à l air de circuler (filet de ylo) pour éviter la souillure par des aimaux et des moisissures. Il faut régulièremet aérer le sable avec u râteau et elever les évetuels corps étragers. Il faut retourer le sable au mois ue fois par trimestre, remplacer ou régéérer au mois ue fois par a la totalité du sable, et ettoyer parois et fod lors de l elèvemet du sable. Il faut demader aux efats de se laver les mais après avoir joué das le sable. S il y a eu cotamiatio par de l urie, des selles, des vomissemets ou des excrémets d aimaux, il faut immédiatemet ettoyer le bac à sable, le désifecter (eau de Javel diluée répadue sur le sable), puis arroser avec de l eau pour imbiber, retourer le sable et attedre 24h. E cas de problème ifectieux chez u ou des efats, lié à la fréquetatio du bac à sable, des exames parasitologiques et bactériologiques peuvet être réalisés, à partir d u prélèvemet. hygièe idividuelle Les habitudes de propreté doivet être rappelées à l esemble des adultes et des efats. les mais Lavage des mais Le lavage des mais est idispesable et icotourable pour préveir la propagatio des germes ifectieux et les épidémies. Le lavage des mais doit être ue préoccupatio costate. Il est recommadé das les situatios suivates : après être allé aux toilettes ou avoir aidé u efat à y aller ; 21

4 1 techiques d hygièe avat de mager ou de maipuler des alimets et après ces activités ; après chaque cotact avec des liquides corporels (sag, sécrétios asales...); après avoir aidé u efat à se moucher ou après s être mouché, avoir toussé, éterué ; avat de predre la température d u efat, et après ; avat de préparer et d admiistrer u médicamet (crème, gouttes, autres préparatios) à u efat et après l admiistratio ; après avoir touché ue surface sale ou du matériel souillé ; après avoir joué das le sable ou la terre ; chaque fois qu o le juge écessaire... Avec quoi s essuyer les mais? Pour s essuyer les mais, la serviette e papier est recommadée. Elle a ue double foctio : elle sert à s essuyer les mais et à fermer le robiet afi d éviter ue recotamiatio des mais. La serviette e tissu est pas recommadée (sauf si elle est reouvelée très régulièremet), car elle peut deveir ue source de cotamiatio. Désifectio des mais Das certais cas, le lavage des mais peut être remplacé ou complété par la désifectio des mais avec ue solutio hydro-alcoolique. Ces produits sot dispoibles e pharmacie et e grades surfaces. Avec quoi se désifecter les mais? Les solutios hydro-alcooliques réaliset ue asepsie (désifectio) de qualité de la peau saie. Elles ot ue efficacité rapide sur les bactéries, champigos et virus : 15 à 25 secodes suffiset à supprimer 100 % de la flore trasitoire. L usage de ces produits est aisé et irrite pas la peau. Il e faut pas ricer. l hygièe 22

5 1 techiques d hygièe Mouchage Se laver les dets deux fois par jour. Aérer les chaussures. l hygièe Quad se désifecter les mais? Les solutios hydro-alcooliques état très rapidemet efficaces et d usage aisé, leur utilisatio est recommadée lorsque les adultes ou efats ot pas le temps ou pas la possibilité de se laver les mais. E cas de souillure visible des mais, u lavage des mais préalable est cepedat impératif et doit, e cas de souillure par des liquides biologiques être complété par ue frictio hydro-alcoolique. Lavage des mais des efats L éducatio des efats sur l importace de l hygièe corporelle idividuelle est u temps essetiel. Il est écessaire de doer le temps et la possibilité aux efats de se laver les mais. Le lavage des mais des efats se fait au moye de savo liquide e distributeur : avat et après chaque repas ; après usage des toilettes ; après les jeux extérieurs ; e cas de souillure par la terre ou le sable ; e cas de souillure par des sécrétios (liquides biologiques). Mouchage Dès l âge de 2-3 as, l efat est capable d appredre à se moucher. O lui explique commet souffler par le ez, ue arie à la fois, e bouchat l autre. Les mais doivet être lavées après avoir mouché u efat. Il faut veiller à ce que chaque efat dispose de mouchoirs e papier. Hygièe corporelle Ue hygièe corporelle complète régulière est idispesable. Lors des séjours collectifs, il faut être attetif à ce que chacu se lave correctemet. Ne pas oublier otammet de se laver les pieds. Il faut égalemet : Se laver les dets de préférece deux fois par jour. Mettre les essuies à sécher, ricer et essorer les 2 gats de toilette et les faire sécher correctemet (pas e boule). Veiller discrètemet à ce que chacu chage de sous-vêtemets et de chaussettes. Ne pas oublier de surveiller égalemet l état de propreté des autres vêtemets. Veiller à séparer les vêtemets propres des vêtemets sales. Aérer les chaussures. Vérifier que les efats soiet bie habillés e foctio du temps aocé. E cas de pipi au lit, il faut se procurer des draps propres auprès du resposable (ou resposable ifirmerie) afi de refaire le lit de l efat ; sa teue de uit et les draps souillés serot lavés. Pour bie faire, l efat devrait profiter d ue douche rapide pour se ettoyer coveablemet. De toute faço, il faut faire le écessaire pour rester discret et pour éviter que l efat souffre de moqueries. Iterdictio de fumer Il est iterdit de fumer e présece des efats et das tous les locaux appelés à être occupés par des efats. E dehors des mesures géérales d hygièe qui vieet d être décrites, il existe des mesure d hygièe spécifiques (ou «particulières») Aisi, e cas de maladie ifectieuse recoue das la collectivité et pouvat provoquer ue épidémie, il est écessaire d itesifier mometaémet les mesures d hygièe e foctio du mode de trasmissio (voir aussi chapitre «Faire face aux maladies ifectieuses»). mesures d hygièe pour la coservatio et la sécurité des alimets La préparatio des repas e collectivité d efats e s improvise pas. E cas de égligece ou de pratiques iadaptées, les alimets peuvet préseter u dager pour la saté des efats. Les autorisatios et cotrôles sot de la compétece de l Agece Fédérale pour la Sécurité de la Chaîe Alimetaire (AFSCA). Les cuisies de collectivités doivet itroduire ue demade auprès de l AFSCA afi d obteir l autorisatio de fabriquer ou de maipuler des repas. Pour obteir cette autorisatio, l établissemet doit satisfaire d ue part aux ormes relatives à l hygièe géérale des derées alimetaires, et d autre part aux dispositios réglemetaires géérales et spécifiques e matière de coditios d agrémet ou d autorisatio qui lui sot applicables. Ces ormes serot cotrôlées par u foctioaire de l AFSCA qui délivrera l autorisatio. L hygièe des derées alimetaires commece dès l achat ou la réceptio et va jusqu à la cosommatio et la gestio des restes. Tat la coservatio que la préparatio et la distributio des alimets écessitet ue vigilace et ue orgaisatio réfléchie et miutieuse. Les grads pricipes de l hygièe alimetaire sot : le pricipe de la marche e avat, la coservatio des alimets à température adéquate, l hygièe géérale et idividuelle, les précautios particulières pour certais alimets. 23

6 1 techiques d hygièe Ue zoe «sale» réservée au déballage, épluchage, ettoyage des derées alimetaires avat cuisso. Ue zoe «propre» destiée à toute maipulatio des alimets après cuisso ou des alimets prêts à être cosommés. Pour plus d iformatios, cosulter le site iteret de l AFSCA : pricipe de la marche e avat Le pricipe de la marche e avat a pour but d éviter qu u alimet sale (emballé, cru, o lavé...) soit e cotact avec u alimet propre (cuit et prêt à être cosommé). Das la cuisie, la répartitio des différetes tâches e circuits bie disticts permet d éviter ces cotamiatios croisées. La cuisie est doc idéalemet divisée e deux parties : ue zoe «sale» réservée au déballage, épluchage, ettoyage des derées alimetaires avat cuisso ; ue zoe «propre» destiée à toute maipulatio des alimets après cuisso ou des alimets prêts à être cosommés. coservatio des alimets Ue attetio particulière doit être portée aux températures de coservatio des alimets et au cotrôle des températures des frigos et cogélateurs. Les frigos et cogélateurs disposet d u thermomètre et leur température est relevée très régulièremet. Les alimets réfrigérés sot stockés à des températures comprises etre 0 C et 4 C. La capacité du frigo est adaptée aux besois de la collectivité. Plusieurs frigos sot parfois écessaires. Le mode de ragemet est importat pour éviter les cotamiatios etre les différets alimets. Les produits les plus sesibles sot les repas préparés (puddig, purée...). Ils serot toujours placés e haut. Les produits «sales» (viade crue, fruits et légumes o ettoyés, œufs) serot placés e bas. Les alimets cogelés e peuvet pas être décogelés à température ambiate. Ils sot mis à cuire ecore cogelés (ou décogelés très rapidemet au micro-odes) et e peuvet pas être recogelés après décogélatio. La durée de coservatio déped de leur ature et de la température du cogélateur. La cogélatio artisaale de produits, par la structure d accueil, est pas coseillée et devrait rester ue pratique exceptioelle. Lorsque des repas ou des produits préparés sot achemiés chauds, la température des repas est maiteue au miimum à 65 C jusqu au momet de la cosommatio. Si les efats e les cosommet pas edéas les 30 miutes, les portios idividuelles serot couvertes et placées au frigo. Des cotrôles de température des alimets doivet être effectués à l aide du thermomètre sode. alimets ou préparatio coteat ces alimets Alimets crus d origie aimale : œuf Ex : mousse au chocolat, œuf das la purée Produits laitiers au lait cru. Viade crue. Ex : filet américai, carpaccio coditios de maipulatio et de coservatio Décoseillés das les collectivités d efats Viades, volailles, poissos Cuisso à cœur miimum 80 C Préparatio et distributio très proches Coservatio au frigo : etre 0 et 4 C Viade hachée et produits dérivés, jambo traché... Préparatio à base d œufs cuits (omelettes, gâteaux, crêpes...) Idem «Viades, volailles, poissos» ci-dessus. Cosommés le jour même du hachage qui se fait de préférece sur place. Ces produits e peuvet jamais être cogelés (i crus, i cuits) Coservatio au frigo : etre 0 et 4 C Vérifier les dates limites de cosommatio. Les œufs e coquille sot coservés au frigo. Casser les œufs e zoe sale. Nettoyer et désifecter le pla de travail, les ustesiles et les mais après la maipulatio des œufs. Coservatio au frigo : 4 C l hygièe 24

7 1 techiques d hygièe hygièe géérale et idividuelle L état de saté des persoes chargées de la préparatio des repas répod aux mêmes exigeces que celui des adultes e cotact avec les efats : exame médical auel ; les persoes malades e peuvet préparer les repas ; les règles d hygièe idividuelle sot particulièremet rigoureuses. précautios particulières derées alimetaires à risque Les alimets les plus à risque (d u poit de vue bactériologique) sot les alimets d origie aimale. Il est doc très importat de les cuire suffisammet (à 80 C pedat au mois 10 miutes) pour réduire le risque. La cosommatio d alimets crus d origie aimale das les collectivités d efats est doc décoseillée. Les autres alimets cosommés crus (fruits/légumes) présetet égalemet u risque et écessitet u ettoyage préalable miutieux. 2 hygièe de vie l hygièe le bie-être des efats Gérer la saté, ce est pas seulemet soiger les petits bobos ou faire appel à des spécialistes e cas d icidets plus importats. C est d abord développer ue attitude qui permette à l efat d être «e saté», c est-à-dire d évoluer das u eviroemet sai et rassurat avec des adultes dispoibles, à l écoute, soucieux de so bie-être, de so épaouissemet et des coditios de so développemet. Avoir le souci de la saté de l efat, c est avat tout être attetif à : respecter so rythme de vie et d activité ; lui offrir des coditios de vie optimales pour qu il puisse rire, jouer, s amuser ; développer des comportemets bietraitats ; lui permettre de se reposer et dormir das de boes coditios (eviroemet calme, literie cofortable, heures de sommeil suffisates, réveil e douceur, possibilité de sieste si écessaire...); lui apporter ue alimetatio de boe qualité, variée et équilibrée, respecter so appétit ; lui doer accès à des boissos e suffisace et veiller à ce qu il boive suffisammet ; l aider à se protéger du soleil (chapeau, crème solaire, etc.); développer la prévetio, pour éviter les accidets sur la route, das les activités comme das les momets de temps libres. la bietraitace? La bietraitace est ue dispositio favorable et gééreuse à l égard des autres. Das le cadre de l accueil des efats et des jeues, ue attitude bietraitate se traduira par ue attetio reforcée à veiller au bie-être de chacu. Il s agira de développer sa préveace, sa capacité à aller au-devat des besois d autrui. O pesera à : veiller à ce que chaque efat soit accepté par le groupe avec ses différeces ; mettre e place u ecadremet et u lieu d accueil qui permettet à chacu de se setir e sécurité affective ; créer u eviroemet favorable au développemet de l estime de soi ; éviter les stigmatisatios (filles-garços, différeces sociales...). Pour aller plus loi Accueillir des efats de 3 à 12 as, Viser la qualité, U référetiel psychopédagogique pour des milieux d accueil de qualité, sous la coordiatio de P. Camus et L. Marchal, ONE (dispoible auprès de l ONE, directio Accueil Temps libre); «Egal-e avec mes élèves, c est tout à fait mo gere», Petite littérature à l usage des profs qui se souciet des filles et des garços, Uiversité des femmes. La valisette bietraitace, outil pédagogique, Resoace Asbl, ex-icc (dispoible via le site l alimetatio L alimetatio proposée aux efats doit être variée et équilibrée. L équilibre alimetaire e s obtiet pas e u seul repas, i e u seul jour. Il se costruit au fil des jours e foctio de l appétit de l efat et de la variété des alimets qui lui sot présetés. Quelques grads pricipes pour ue alimetatio équilibrée Faire du repas u momet de plaisir et de détete Accorder du temps aux repas et de l importace au petit déjeuer et au goûter. 25

8 2 hygièe de vie Respecter l appétit de l efat. Accès à l eau 9 Pour l alimetatio des mois de 6 as, voir la brochure «Milieux d accueil : Chouette, o passe à table!», Guide pratique pour l alimetatio des efats das les milieux d accueil, ONE (dispoible à l ONE, directio géérale de l accueil) l hygièe Predre le repas das ue ambiace coviviale et détedue. Y cotribuet : l orgaisatio du repas e petits groupes par table, le choix, la propreté, l améagemet et la décoratio du lieu des repas, la présetatio des repas. Respecter l appétit de l efat. L appétit d u efat est très variable d u jour à l autre et d u efat à l autre, les efats sot capables d autoréguler leur alimetatio. Ne pas forcer à «fiir tout». Quatre repas qui rythmet la jourée Offrir ou orgaiser chaque jour u ombre suffisat de repas : trois repas et u goûter lors de l accueil résidetiel et u repas et u goûter lors de l accueil o résidetiel. Le goûter est pas ue simple collatio, mais bie u repas structuré qui permet de se rassasier avat de démarrer de ouvelles activités, d équilibrer ou de compléter les apports alimetaires de la jourée et d éviter le grigotage d alimets à forte desité éergétique avat le souper. Il est composé des mêmes alimets que le petit déjeuer. Les fruits et les produits laitiers serot proposés e alterace, et e teat compte du dessert du repas de midi : u fruit si le dessert était u produit laitier et vice-versa. U bo petit déjeuer permet de charger les batteries pour toute la matiée. Il sera composé de pai et de sa gariture (beurre, cofiture...), d u fruit, d u produit laitier et d eau. Si le petit déjeuer est complet, pas besoi de collatio durat la matiée, seule l eau est idispesable. Équilibrer les repas Proposer des féculets (pommes de terre, pâtes, pai...) à tous les repas. Proposer des fruits et ou des légumes au mois 3 fois par jour. Varier les modes de cuisso (poêler, griller, étuver...). Préseter ue seule fois par jour de la viade ou du poisso ou de la volaille ou u œuf. La fréquece idéale sur 7 jours est la suivate : 2 fois du poisso, 1 fois de la viade rouge, 1 fois de la viade blache, 1 fois des œufs, 1 fois de la viade hachée 9. Limiter les fritures (frites, croquettes, poisso paé...) à ue fois par semaie. Varier les plaisirs. Doer à mager... et à boire! Doer de l eau à boire à voloté. La meilleure boisso reste l eau. L eau, dot il est importat de s assurer préalablemet de la potabilité, doit être mise libremet à la dispositio des efats (cruche, fotaie à eau...). Si occasioellemet des jus de fruits sot proposés aux efats, ils serot choisis sas sucre ajouté. Les limoades, sirops et autres ectars sot à éviter. Respecter les habitudes de chacu Il est importat de coaître et de respecter les habitudes alimetaires de chacu, qu elles soiet liées à l origie socioculturelle des participats (iterdits alimetaires das certaies religios), à des régimes particuliers (allergies à certais alimets) ou à des choix persoels pour autat que ces choix restet praticables et puisset être pris e compte au sei de la collectivité. Pour aller plus loi le site les assuétudes Alcool, cigarettes, caabis et drogues e tous geres, les questios liées aux assuétudes alimetet régulièremet les débats. Das le cadre de l accueil des efats et des jeues, ces questios coceret tat les efats et jeues accueillis que le persoel d ecadremet. Sas se lacer das u sujet vaste et complexe, voici quelques recommadatios fodametales à l itetio des ecadrats : C est toujours la saté qui prime : la drogue, la cigarette et l alcool sot ocifs. Rappeler la loi : les ecadrats qui cosommet devat ou avec des mieurs peuvet être poursuivis. Itroduire le débat auprès des jeues et de l équipe d ecadremet, ameer la réflexio, aborder le pricipe de cosommatio resposable. Éviter les tabous et les iterdits, susciter le dialogue. Réfléchir à ses propres représetatios, à celles du groupe. Lors des débats, partir des momets de cosommatio plutôt que des produits. Pour aller plus loi bouger pour la saté Il est écessaire de trouver le bo équilibre etre l apport d éergie et la dépese d éergie. Ue alimetatio saie et la pratique régulière d ue activité physique jouet u rôle importat pour le bo foctioemet du corps et pour ue meilleure croissace de l efat. Bouger tous les jours aide à avoir ue boe saté. Les avatages sot cous : o reforce ses os, ses muscles, so équilibre, la posture de so corps... Attetio, les activités physiques e se limitet pas aux sports : les jeux de plei air, les jeux de 26

9 2 hygièe de vie l hygièe cour, la dase libre et improvisée sot toutes des occasios de bouger et de se défouler. L activité physique doe aussi aux efats l occasio de libérer leur éergie de maière positive : elle dimiue le stress, reforce la cofiace e soi ; elle peut, das le cadre d ue activité collective et/ou sportive, favoriser les amitiés. Lors des activités sportives ou autres, il est importat de toujours veiller à respecter les limites de l efat et de teir compte de ses capacités. E règle géérale, o cosidérera le sport avec u esprit de découverte plutôt qu u esprit de compétitio. la détete Les temps libres, les récréatios sot idispesables pour les efats. Ces momets leur permettet de faire ue pause etre deux activités structurées et de vaquer aux activités qui les ispiret. Les momets de calme permettet de se détedre, de se décocetrer, de lever le pied, de rêvasser. Toutes ces activités sot utiles au développemet et à l épaouissemet des efats. Si ces momets sot libres, ils doivet cepedat être ecadrés. Le rôle des adultes e peut se borer à de la simple surveillace. Sas véritable ecadremet, certais efats peuvet se setir, durat ces momets, livrés à euxmêmes ou désœuvrés. Les ecadrats présets doivet s ivestir das ce temps libre e proposat ue attitude de «présece subtilemet e retrait» où ils se redet dispoibles à chaque efat tout e le laissat gérer luimême ses propres activités. L idée est de souteir les projets des efats e leur facilitat l accès au matériel écessaire (par exemple e doat ue feuille et des crayos pour dessier si l efat le demade), d être dispoible pour ceux qui demadet la participatio de l adulte (ex : lire u livre) et d être préset auprès d u efat isolé (e bavardat par exemple simplemet avec lui). les «jeux dagereux» à proscrire Il e s agit pas ici de parler de jeux qui peuvet préseter u dager s ils e sot pas bie ecadrés ou s ils e sot pas adaptés au public, mais bie de jeux dot la pratique est totalemet à proscrire. Par «jeux dagereux», o compredra les jeux d expérimetatio (évaouissemet...) et les jeux de «violece pure» (u participat deviet victime de tout le groupe). Ces jeux dagereux sot avat tout cosidérés comme des amusemets susceptibles de procurer des «sesatios fortes». D apparece aodie, leurs coséqueces sot dévastatrices, voire mortelles. La prévetio est icotourable : ue fois avertis des risques ecourus, efats et adolescets cesset gééralemet u jeu dot ils e mesuraiet pas le dager. Préveir mais aussi observer les comportemets et attitudes des efats et des jeues qui suggéreraiet la pratique de jeux dagereux, afi de pouvoir agir avat leur réalisatio. Pour aller plus loi l itimité Grad ou petit, tout le mode a besoi de temps et d espaces itimes pour so bie-être. La bieveillace cosiste à respecter les besois des efats et des jeues e matière d itimité. Ces besois peuvet varier très fort d ue persoe à l autre. Si pour certais, les douches collectives e semblet pas être u souci, pour d autres le soi du corps est u acte solitaire qui se pratique das u edroit clos. Les espaces saitaires ou les momets du lavage doivet être améagés pour permettre à chacu de trouver le lieu où il se set bie. L adulte devra pouvoir être dispoible tout e maiteat la distace adéquate pour préserver et respecter le besoi d itimité de l efat. Il veillera égalemet à ce que le groupe e trasgresse pas cet espace itime. Certais momets exiget plus spécifiquemet ue itimité : quad o se lave, quad o s habille... O pesera aussi aux filles qui ot leurs premières règles. L améagemet adéquat des saitaires, des douches et des chambres est la première coditio pour redre possible l itimité. U autre aspect importat est la propreté des espaces. Certais efats sot tout à fait autoomes pour se laver et s habiller. Par cotre les petits doivet pouvoir avoir ue aide pour se laver, pour s essuyer aux toilettes. Il s agit de prodiguer les sois adéquats pour qu ils se setet bie, ceci das le respect de l efat. Si les questios du soi perturbet certais ecadrats, il est utile de pouvoir e parler e équipe, afi de détermier les rôles de chacu et les maières de procéder lors du lavage ou du passage aux toilettes. dormir et se reposer Nous passos u tiers de otre vie à dormir... et ce est pas du temps perdu! Dormir est ue activité essetielle. E effet, pedat que ous dormos ous récupéros de os fatigues physiques et erveuses. 27

10 2 hygièe de vie 10 Source : Maiteat tu restes das to lit, S.Clerget, A. Lamy. Le sommeil est écessaire à la croissace des efats et à la maturatio de leur système erveux. l hygièe Le sommeil est écessaire à la croissace des efats et à la maturatio de leur système erveux. Pedat qu ils dormet, l hormoe de croissace est secrétée, les iformatios acquises pedat la jourée s orgaiset, la mémoire se costruit. Les efats ot doc besoi de bie dormir pour gradir, appredre, se développer harmoieusemet. Chez l efat comme chez l adulte, il y a des petits et de gros dormeurs. C est e observat avat tout la forme d u efat pedat la jourée que vous pouvez vérifier s il a suffisammet dormi. Ceci vaut aussi pour les plus grads. À tout âge, ous avos besoi de plages de repos et de sommeil 10 : u efat de 3-4 as a u besoi moye de 12 à 14 heures de sommeil (uit + sieste); u efat de 6 as, e moyee 11 heures de sommeil ; de 6 à 12 as, o elève 20 miutes par aée d âge (7 as, 10h40 de sommeil ; 8 as, 10h20...); u adolescet, e moyee 8 à 9 heures ; u adulte a u besoi moye de 7 à 8 heures de sommeil. E foctio des activités pratiquées durat la jourée, il faut parfois rajouter ue à deux heures supplémetaires de repos. Les heures de coucher pour u lever à 7 heures : 5-6 as : 20 heures ; 8 as : 21 heures ; 12 as : 22 heures. la sieste Pour la majorité des tout-petits et parfois jusqu à l âge de 6 as, la sieste répod à u besoi physiologique. Il est idispesable d e teir compte et d être e mesure de proposer u temps et u espace de sieste à ceux qui e ot besoi. À oter qu etre 20 et 40 % des efats de 3 à 12 as ot ecore besoi d ue sieste, das le ses d u momet reposat durat lequel il y a moye de s edormir. Comme tous les autres momets de la vie, cette sieste doit se dérouler das de boes coditios orgaisatioelles et relatioelles. Il faut veiller à réserver aux efats u espace spécifique adapté au repos. Au-delà de l aspect matériel (lit, literie, tetures pour occulter la pièce...), le respect de rituels redra ce temps rassurat pour tous les efats (histoire, objet persoel si l efat le souhaite...). C est aussi u momet où l efat peut avoir u échage plus persoel avec l adulte, où l adulte lui adresse des mots qui vot lui permettre de se laisser aller das u momet de quiétude. À oter égalemet que tous les efats éprouvet pas le besoi de sommeil. U espace sera doc améagé à proximité pour permettre aux efats qui e dormet pas de s ivestir das des activités calmes et apaisates. la uit (e ifrastructure résidetielle) Pour bie dormir, il faut predre le temps de se préparer au sommeil : précoiser u repas léger le soir, éviter des activités excitates, se brosser les dets, faire sa toilette, disposer d u eviroemet prêtat au repos : calme, obscurité, reouvellemet de l air, propreté. Toute la jourée prépare à ue boe uit. Das l orgaisatio des activités, il est importat d alterer jeux actifs et reposats, de bie rythmer les momets de veille, repos et sommeil e foctio de l âge des efats, chaque groupe écessitat ue adaptatio spécifique. Istaurer des jeux calmes ou ue sieste après le repas est souvet écessaire. Coditios relatioelles Pour tous les efats, le rituel du coucher coditioe le bo déroulemet de la uit. Avat de partir, il est utile de défiir les rôles de chacu pour l orgaisatio du coucher. Les efats doivet coaître la persoe accompagat leur edormissemet et la maière dot cela va se passer. Pouvoir répodre à la questio «Qui ous surveille cette uit?» est essetiel. Cela rassure les efats : les choses sot prévues, établies, ils e serot pas seuls la uit! Soyez égalemet attetifs au respect de l idividualité de chacu, à l expressio du besoi de e pas être seul, d être cajolé, de coserver u objet quel que soit l âge. Laisser sous-etedre à u efat «qu il est bie grad pour dormir avec u ours e peluche ou u doudou...» e fera qu accroître so icofort et dimiuera la cofiace qu il peut avoir e so aimateur. Il faut être cosciet que c est souvet au momet du coucher que les efats ressetet l absece des parets. Il faut alors être à l écoute, pouvoir les rassurer, savoir leur refaire peser aux bos momets de la jourée, aux bos momets qu ils vivrot le ledemai... Leur doer des poits de repères peut être égalemet rassurat : «Das x dodo, o va à l excursio; das x dodo, o fera ceci, et das x dodo, tu retreras chez toi». Des problèmes peuvet surveir comme le somambulisme, des cauchemars, des pleurs... Preez soi d e parler avat le séjour et d être particu- 28

11 2 hygièe de vie lièremet à l écoute des efats pour lesquels les parets vous ot sigalé des difficultés. Les ecadrats risquet égalemet de recotrer des efats éurétiques, c est-à-dire «faisat pipi au lit». Au début du séjour il est importat d établir avec l efat, e foctio des discussios préalables avec les parets, la faço d agir au coucher et au lever. Souligos ecore l importace de la discrétio et du respect : l efat coceré a besoi d être mis e cofiace afi d assumer so éurésie et les autres efats ot pas à e être iformés. Motée au lit Il est essetiel que les efats soiet calmés avat d aller dormir. Il faut veiller au sommeil de chacu. Des horaires de coucher différets coexistet? Attetio à faire silece pour e pas réveiller ceux qui dormet déjà! Pour éviter les allées et veues iutiles, il faut proposer aux efats d aller aux toilettes avat d arriver au dortoir. Cela pourra égalemet éviter d évetuels pipis au lit! Pouvoir répodre à la questio «Qui ous surveille cette uit?» est essetiel l hygièe 29

12 2 hygièe de vie l hygièe 30

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre Quad BÉBÉ VOYAGE Guide pratique sur les précautios à predre Vous partez bietôt pour u log voyage avec votre jeue efat. Quelques précautios sot à predre avat, pedat le déplacemet et durat votre séjour.

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

omme dans tous les milieux de vie, une

omme dans tous les milieux de vie, une la gestio des sois 1 itroductio omme das tous les milieux de vie, ue C équipe d aimatio peut être ameée à devoir gérer des icidets de saté plus ou mois importats. Il faudra être capable de predre les boes

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

trouve ton équilibre

trouve ton équilibre trouve to équilibre www.bee-secure.lu FR Trouver so équilibre Es-tu allé à u cocert ou à la piscie récemmet? A quad remote ta derière recotre avec des amis? Combie de temps passes-tu sur les réseaux sociaux?

Plus en détail

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP PLAN DE MAITRISE SANITAIRE -3- Paquet Hygièe, Pla de Maîtrise Saitaire : Le Pla HACCP Après avoir cosidéré les BPH, abordos maiteat le Pla HACCP E préambule, rappelos quelques défiitios : dager : aget

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Maagemet gééral du fuéraire Chef d etreprise

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles mômes e saté la saté e collectivité pour les efats de 3 à 18 as éditio 2012 avec le soutie de la Fédératio Walloie-Bruxelles préface O ffrir u cadre sai et sécurisat, favorable à la saté et à l épaouissemet

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015

Parlez l anglais Tout simplement! Formations 2014/2015 Parlez l aglais Tout simplemet! Formatios 2014/2015 sommaire L équipe.... 4 Modalités de suivi et évaluatio.... 4 Nos formules.... 6 Cours idividuels et cours collectifs....6 Speak Eglish Luch/Breakfast

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack

One Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles en un seul pack Uique! Exteded Fleet Appels illimités vers les uméros Mobistar et les liges fixes! Oe Office Voice Pack Vos appels fixes et mobiles e u seul pack Commuiquez et travaillez e toute liberté Mobistar offre

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

a prise en charge d enfants ou de jeunes au sein de structures collectives implique le fait d assurer leur sécurité et leur bien-être.

a prise en charge d enfants ou de jeunes au sein de structures collectives implique le fait d assurer leur sécurité et leur bien-être. la prise e charge des efats e collectivité 1 cadre législatif la prise e charge des efats e collectivité a prise e charge d efats ou de jeues L au sei de structures collectives implique le fait d assurer

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite

PageScope Enterprise Suite. Gestion des périphériques de sortie de A à Z. i-solutions PageScope Enterprise Suite Eterprise Suite Gestio des périphériques de sortie de A à Z i-solutios Eterprise Suite Eterprise Suite Ue gestio cetralisée, ue admiistratio harmoisée, l'efficacité absolue Le temps est u élémet essetiel

Plus en détail

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL LE WMS EXET DE LA SULY HAIN DE DÉTAIL QUELS SNT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec l évolutio des modes de cosommatio.

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les nouveaux arrivants doivent savoir

LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les nouveaux arrivants doivent savoir LOUER SON PREMIER LOGEMENT AU CANADA Ce que les ouveaux arrivats doivet savoir AU CŒUR DE L HABITATION U logemet bie à vous Si vous veez d arriver au Caada, ue des premières choses que vous devrez probablemet

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

table des matières 6.1. Les maladies infectieuses

table des matières 6.1. Les maladies infectieuses les maladies ifectieuses table des matières 6.1. Les maladies ifectieuses Tableau des vacciatios 6.2. L hygièe e collectivité 6.2.1. Pourquoi les recommadatios e matière d hygièe sot-elles ecore d actualité?

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE

LA SOLUTION WMS/ TMS EXPERTE EN LOGISTIQUE DE DÉTAIL LOGISTICS MANAGER SUITE LA SOLUTION WMS/ TMS EXERTE EN LOISTIQUE DE DÉTAIL LOISTIS MANAER SUITE QUELS SONT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ Adopté par le coseil d admiistratio le jr/ms/2004 AVANT-PROPOS Pour le réseau de la saté et des services sociaux

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

La Journée de la Famille en Entreprise Son Guide Pratique

La Journée de la Famille en Entreprise Son Guide Pratique La Jourée de la Famille e Etreprise So Guide Pratique Le 7 mai 2009, sous le haut patroage et e présece de Nadie Morao, Secrétaire d Etat chargée de la Famille, Jérôme Ballari, Présidet de l Observatoire

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel Extrait du Guide Pratique des Représetats du Persoel Partie 5 - Moyes mis à dispositio des ititutios représetatives du persoel 5-4 Les heures de délégatio et la liberté de déplacemet A) Les heures de délégatio

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Code de Déontologie Commercial Changer les choses avec intégrité

Code de Déontologie Commercial Changer les choses avec intégrité Code de Déotologie Commercial Chager les choses avec itégrité U message du Directeur gééral de Hospira Chers collaborateurs de Hospira, Je souhaite vous préseter le Code de Déotologie Commercial de Hospira.

Plus en détail

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais.

Télé OPTIK. Plus spectaculaire que jamais. Télé OPTIK Plus spectaculaire que jamais. Vivez toute la puissace de la télévisio sur IP grâce au réseau OPTIK 1 de TELUS et découvrez-e l extraordiaire potetiel. Télé OPTIK MC vous doe la parfaite maîtrise

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba

Pour l inclusion : Appuyer les comportements positifs dans les classes du Manitoba Pour l iclusio : Appuyer les comportemets positifs das les classes du Maitoba P o u r l i c l u s i o : A P P u y e r l e s c o m P o r t e m e t s P o s i t i f s d A s l e s c l A s s e s d u m A i t

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr

Donnez de la liberté à vos données. BiBOARD. www.biboard.fr Doez de la liberté à vos doées BiBOARD www.biboard.fr Le décisioel pour tous Le décisioel évolue. L etreprise quelle que soit sa taille, a besoi de piloter so activité à l aide d outils simples, fiables,

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

COMMENT ÇA MARCHE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE

COMMENT ÇA MARCHE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE GUIDE DE L ENSEIGNANT 9 E ANNÉE TROUSSE PÉDAGOGIQUE 9 E ANNÉE Le préset Guide de l eseigat, qui accompage la trousse pédagogique COMMENT ÇA MARCHE : PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ 9 e aée a été coçu à l itetio

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Itroductio p 2-3 Les objectifs de cette étude

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé

MÉMENTO 2014. Aide-mémoire à l usage des administrateurs des coopératives PSBL-P. Programme de logement sans but lucratif privé MÉMENTO 2014 Aide-mémoire à l usage des admiistrateurs des coopératives PSBL-P Programme de logemet sas but lucratif privé INTRODUCTION Cet outil a été coçu pour guider les admiistrateurs des coopératives

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition sommaire Défiir sa problématique, so besoi Pourquoi faire u brief (cahier des charges)? Présélectioer so agece coseil e commuicatio Quel type d agece coseil recherchez-vous? Vous avez trouvé l agece coseil

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Mieux informé sur les maux de tête et la migraine

Mieux informé sur les maux de tête et la migraine Guide destié aux patiets Mieux iformé sur les maux de tête et la migraie Les médicamets à l arc-e-ciel Tous les guides de Mepha sot dispoibles sur www.mepha.ch Pour pouvoir scaer le «QR-Code» avec le smartphoe,

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Code d éthique et de conduite professionnelle

Code d éthique et de conduite professionnelle Code d éthique et de coduite professioelle 2015 RELX Group Code d éthique et de coduite professioelle 2 Table des matières Notre egagemet e faveur de l itégrité U message de otre Présidet-Directeur Gééral

Plus en détail

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale

Isolant thermique en matelas. COMFORTBATT de Roxul. Isolant thermique en matelas pour la construction résidentielle et commerciale Isolat thermique e matelas COMFORTBATT de Roxul Isolat thermique e matelas pour la costructio résidetielle et commerciale ComfortBatt de Roxul L isolat ROXUL cotribue à ue performace supérieure de l eveloppe

Plus en détail

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min)

Un accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT. www.bnpparibas.net. Centre de Relations Clients 0 820 820 001 (0,12 /min) * selo coditios cotractuelles e vigueur. U accès direct à vos comptes 24h/24 VOTRE NUMÉRO CLIENT + VOTRE CODE SECRET * : www.bpparibas.et Cetre de Relatios Cliets 0 820 820 001 (0,12 /mi) Appli Mes Comptes

Plus en détail

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller

Les solutions mi-hypothécaires, mi-bancaires de Manuvie. Guide du conseiller Les solutios mi-hypothécaires, mi-bacaires de Mauvie Guide du coseiller 1 2 Table des matières Itroductio... 5 La Baque Mauvie...5 Le compte Mauvie U...5 Le compte Sélect Baque Mauvie...5 1. Les solutios

Plus en détail

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences

Loi Chevènement du 12 juillet 1999. 1. Aspects institutionnels. 1.1. Contexte. 1.2 Les différentes structures et leurs compétences Loi Chevèemet du 12 juillet 1999 1. Aspects istitutioels 1.1. Cotexte 1.2 Les différetes structures et leurs compéteces 1.3 Les mécaismes de trasformatio et de créatio d u EPCI Vers ue ouvelle itercommualité

Plus en détail

Intérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévention des intoxications oxycarbonées dans l habitat

Intérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévention des intoxications oxycarbonées dans l habitat Saté eviroemet Itérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévetio des itoxicatios oxycarboées das l habitat Aalyse de la démarche de l office HLM Bretage Sud Habitat (Morbiha) Drass de Bretage Cire

Plus en détail

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY

RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY RÉFLEXION SUR LE PROJET DE RÈGLEMENT DE L OIQ SUR L EXERCICE EN SOCIÉTÉ DE LA PROFESSION D INGÉNIEURS PAR CLAUDE BARRY TABLE DES MATIÈRES Commuiqué... 5 Notes itroductives... 7 Opiios et commetaires...

Plus en détail

Nous imprimons ce que vous aimez!

Nous imprimons ce que vous aimez! Nous imprimos ce que vous aimez! Persoalisé simple différet Catalogue de produits Tapis stadard tapis logo tapis publicitaire Nous imprimos ce que vous aimez! 2 I JOBET JOBET Vous et vos cliets serez coquis...

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée

for a living planet WWF ZOOM: votre carte de crédit personnalisée for a livig plaet WWF ZOOM: votre carte de crédit persoalisée Le meilleur pour vous. Le meilleur pour l eviroemet. Ue carte de crédit du WWF. Vous faites u geste e faveur de la ature. Sas frais supplémetaires.

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Mécanismes de protection contre les vers

Mécanismes de protection contre les vers Mécaismes de protectio cotre les vers Itroductio Au cours de so évolutio, l Iteret a grademet progressé. Il est passé du réseau reliat quelques cetres de recherche aux États-Uis au réseau actuel reliat

Plus en détail

comment faire face? définition du responsable

comment faire face? définition du responsable des bosses et bobos aux premiers secours commet faire face? Bie heureusemet, les activités proposées aux efats e collectivité se déroulet la plupart du temps sas accroc i accidet. Efats comme resposables

Plus en détail

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance Simulatios iteractives de covertisseurs e électroique de puissace Jea-Jacques HUSELSTEIN, Philippe ENII Laboratoire d'électrotechique de Motpellier (LEM) - Uiversité Motpellier II, 079, Place Eugèe Bataillo,

Plus en détail

mis SANTÉ En toute simplicité. En toute liberté. Pour ma mutuelle, je sais où je vais

mis SANTÉ En toute simplicité. En toute liberté. Pour ma mutuelle, je sais où je vais 2014 mis SANTÉ E toute simpicité. E toute iberté. Pour ma mutuee, je sais où je vais Bieveue à a mis mis SANTÉ cojugue a simpicité pour vous offrir ue gamme de garaties simpes et adaptées aux désirs de

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Neolane Leads. Neolane v6.0

Neolane Leads. Neolane v6.0 Neolae Leads Neolae v6.0 Ce documet, aisi que le logiciel qu'il décrit, est fouri das le cadre d'u accord de licece et e peut être utilisé ou copié que das les coditios prévues par cet accord. Cette publicatio

Plus en détail

Se former, Progresser, Evoluer...

Se former, Progresser, Evoluer... Se former, Progresser, Evoluer... CCI HAUTE-SAVOIE www.formatio-cci.fr Des formatios qui preet e compte les besois de chacu Deuxième orgaisme de formatio après l Educatio Natioale, les Chambres de Commerce

Plus en détail