hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé."

Transcription

1 l hygièe 1 techiques d hygièe hygièe est u esemble de pricipes et de pratiques ayat pour but de préserver et d améliorer la saté. L hygièe des locaux L applicatio des règles d hygièe a ue place essetielle das la prévetio des maladies trasmissibles e collectivité pour lutter cotre les sources de cotamiatio et réduire les voies de trasmissio. Ue formatio adéquate du persoel et u rappel régulier de la boe pratique des règles d hygièe sot écessaires. Les mesures d hygièe portet sur l hygièe des locaux, des équipemets, l hygièe idividuelle et l hygièe alimetaire. Ue applicatio rigoureuse de ces mesures permet de s opposer à la propagatio des agets ifectieux. Elles doivet s appliquer au quotidie et être itesifiées e cas d ifectio déclarée. le saviez-vous? Le ettoyage et la désifectio sot deux actios différetes poursuivat des buts différets. La désifectio est pas u ettoyage i ue actio d etretie. Elle e doit iterveir que das des cas précis et selo u protocole rigoureusemet observé. Il s agit de l hygièe des sols et surfaces (tapis de sol, chaises, tables...) commet bie ettoyer? défiitios Nettoyer (déterger) = élimier tout ce qui terit ou salit, selo des procédés mécaiques et/ou chimiques. Savo = mélage d ue matière grasse et d u alcali qui sert à ettoyer, à dégraisser, à blachir. Recommadatios Nettoyage régulier des sols et de toutes les surfaces lavables, si possible sas omettre les robiets, poigées de porte, chasses d eau, grilles de vetilatio... à l aide de produits détergets. Le choix d u déterget tout usage, o toxique et quasi complètemet bio dégradable est idéal.(exemple, savo oir, savo de Marseille...). Il est coseillé d utiliser la techique des «deux seaux» : l u pour laver, l autre pour ricer. Le seau d eau savoeuse est le seau d eau propre ; le seau d eau o savoeuse sert à ricer la serpillière e récoltat les souillures («eau sale», à chager régulièremet). Il est impératif de ricer à l eau claire après chaque ettoyage. Il faut chager de serpillière pour chaque local. Les serpillières doivet être lavées à 60. Il faut absolumet éviter les produits de ettoyage qui cotieet aussi u désifectat (produits mixtes). E effet, c est iutile et la substace désifectate peut être irritate. L etretie régulier des surfaces cosiste à : 1. Dépoussiérer les sols avec ue microfibre sèche ou u aspirateur à filtre HEPA par exemple 2. Nettoyer à l eau avec u déterget multiusages (voir recommadatios) 3. Aérer 2 fois par jour 15 miutes quad et commet désifecter? Si le ettoyage suffit das la majorité des cas, das certaies situatios ue désifectio est écessaire. l hygièe 19

2 1 techiques d hygièe l hygièe défiitio Désifecter = détruire les agets ifectieux. La désifectio doit être réservée à certaies situatios et à certaies surfaces, si possible e dehors de la présece des efats La désifectio doit gééralemet être réservée à certaies situatios d épidémie et e cas de souillures des sols et surfaces par des liquides biologiques (sag, selles, uries, vomissemets...). E cas de souillures des sols et surfaces par les liquides biologiques, il faut : efiler des gats jetables ; elever le plus gros avec de l essuie-tout ; mettre les déchets das u sac e plastique, le fermer, puis le déposer das les poubelles habituelles ; laver et ricer ; désifecter. La désifectio systématique ue fois par jour est réservée à certaies surfaces : Sur les coussis à lager (école materelle) et sur les tables des efats. E cuisie (surfaces alimetaires), la désifectio est limitée aux situatios à risque (ex. maipulatio d alimets à risque, tels que la volaille crue, les œufs, les légumes terreux...). Les petits pots, petites toilettes. Das certaies situatios d épidémie pouvat être source d ue cotamiatio idirecte, la désifectio sera évetuellemet étedue à d autres surfaces. Produits recommadés Pour la désifectio des surfaces souillées et toilettes, les produits recommadés sot soit à base d eau de Javel soit à base d ammoium quateraire. Les produits à base d eau de Javel e peuvet jamais être utilisés e présece des efats. Eau de Javel L eau de Javel est ue solutio aqueuse d hypochlorite de sodium qui a des propriétés bactéricides, virucides, fogicides et sporicides (cotre les bactéries, virus, champigos, spores...). Elle est à utiliser qu e l absece des efats et avec les feêtres ouvertes. La dilutio recommadée est de 32ml d eau de Javel à 12 % das 1 litre d eau. E cas de moisissures uiquemet, la dilutio recommadée est de 1 volume de Javel pour 4 volumes d eau. Précautios d emploi La prudece s impose e toutes circostaces car l eau de Javel est corrosive et toxique. Elle peut provoquer des brûlures sur la peau et les yeux, surtout sous forme cocetrée Utiliser l eau de Javel avec des gats. Ne pas la laisser à la portée des efats. Ne jamais l utiliser e présece des efats. L eau de Javel doit toujours être utilisée seule das l eau. Ne pas y ajouter u autre produit de ettoyage. E cas d igestio accidetelle, e pas faire vomir, cotacter le cetre Atipoisos (070/ ), voire le 112 e foctio de la gravité des symptômes. E cas de brûlure sur la peau, ricer à l eau. E cas de projectio das les yeux, ricer abodammet à l eau et cosulter u ophtalmologue. Coservatio : C est u produit «fragile» qui doit être stocké à l abri de la lumière et de la chaleur. Dérivés d ammoium quateraire Ces produits sot dispoibles via des distributeurs spécifiques ou e pharmacie. Ces désifectats de surface sot ettemet mois toxiques, (otammet au poit de vue respiratoire) que l eau de Javel. Dès lors, ces produits peuvet être utilisés e présece des efats. Ils ot ue actio désifectate très efficace : virucide, bactéricide et fogicide (cotre les bactéries, virus, champigos...), e ue dizaie de miutes. Il faut appliquer le produit uiformémet sur la surface propre à désifecter, puis attedre que celle-ci soit bie sèche avat de l utiliser. Il e faut pas ricer. Rappelos cepedat leur coût ettemet plus élevé que celui de l eau de Javel. Précautios d emploi Ne jamais mélager à d autres produits. L ihalatio du produit peut etraîer ue irritatio des voies respiratoires et des yeux, ettemet moidre cepedat qu avec l eau de Javel. E cas de projectio das les yeux, ricer abodammet à l eau claire. Si ue gêe persiste, cosulter u ophtalmologue. Le produit peut égalemet provoquer de petites irritatios sur certaies peaux sesibles, il est doc préférable de e pas e mettre sur la peau. E cas de cotact avec la peau, laver à l eau et au savo. 20

3 1 techiques d hygièe Il faut régulièremet aérer le sable avec u râteau et elever les évetuels corps étragers. l hygièe E cas d igestio accidetelle, e pas faire vomir, cotacter le cetre Atipoisos (070/ ), voire le 112 e foctio de la gravité des symptômes. Stockage : à coserver das ue armoire fermée à clef, hors de portée des efats. Toujours coserver das le flaco d origie pour éviter toute cofusio. Coservatio : etre 5 et 35 C, das u edroit sec et si possible bie vetilé. évacuatio des déchets Les déchets doivet être évacués das des poubelles à parois rigides, garies de sacs poubelle résistats. Les poubelles sot muies de couvercles hermétiques et d ue ouverture à pédale. Elles sot si possible hors de portée des efats. hygièe des équipemets essuie essuie-tout gestio du lige sale Les essuies doivet être persoels à chaque efat et remplacés régulièremet. Il faut mettre les essuies et gats de toilette à sécher correctemet (pas e boule). L utilisatio de matériel jetable est recommadé au iveau de la cuisie et des toilettes (essuietout...). Le lige sale doit être isolé du lige propre. les toilettes Ue attetio particulière doit être apportée à l accès à du papier de toilette, à des toilettes propres et à ue possibilité de se laver et s essuyer les mais. Les toilettes doivet être ettoyées régulièremet : désifectio de la plache ou du rebord 1x/jour (lige javellisé). E cas de selles liquides, e pas jeter de l eau de Javel das les toilettes, passer seulemet u lige javellisé sur la plache (ou le rebord). E usage courat, u détartrat à base d acide acétique (viaigre) est suffisat pour l etretie de la cuvette du WC. Les coussis à lager évetuels (école materelle...) doivet être désifectés quotidieemet à l aide d u dérivé d ammoium quateraire. U papier de table protecteur est idéalemet posé sur le coussi à chaque chage. Das l évetualité de petits pots idividuels, u ettoyage correct das u évier spécifique suffit. E cas de souillure par des liquides corporels, il faut désifecter à l aide de dérivés d ammoium quateraire. La désifectio des toilettes sera quotidiee, après ettoyage, ou directe après des selles liquides. les thermomètres Favoriser l usage de thermomètres auriculaires (embout jetable). E cas de thermomètre électroique, l utiliser e axillaire, puis le désifecter après usage. Passer tout le thermomètre das de l alcool isopropylique à 70 C e frottat avec u lige propre puis laisser sécher. Se laver les mais après avoir pris la température. bacs à sable extérieurs Ue attetio particulière doit être portée aux bacs à sable extérieurs. Pour les efats, le bac à sable est ue source potetielle de maladies ifectieuses, et surtout parasitaires (larves présetes otammet das les excrémets de chies ou de chats, ou ecore certaies variétés de champigos...). Par ailleurs, les particules fies peuvet être des irritats oculaires, et si elles sot ihalées, des irritats respiratoires. Les bacs o utilisés doivet être recouverts e permettat à l air de circuler (filet de ylo) pour éviter la souillure par des aimaux et des moisissures. Il faut régulièremet aérer le sable avec u râteau et elever les évetuels corps étragers. Il faut retourer le sable au mois ue fois par trimestre, remplacer ou régéérer au mois ue fois par a la totalité du sable, et ettoyer parois et fod lors de l elèvemet du sable. Il faut demader aux efats de se laver les mais après avoir joué das le sable. S il y a eu cotamiatio par de l urie, des selles, des vomissemets ou des excrémets d aimaux, il faut immédiatemet ettoyer le bac à sable, le désifecter (eau de Javel diluée répadue sur le sable), puis arroser avec de l eau pour imbiber, retourer le sable et attedre 24h. E cas de problème ifectieux chez u ou des efats, lié à la fréquetatio du bac à sable, des exames parasitologiques et bactériologiques peuvet être réalisés, à partir d u prélèvemet. hygièe idividuelle Les habitudes de propreté doivet être rappelées à l esemble des adultes et des efats. les mais Lavage des mais Le lavage des mais est idispesable et icotourable pour préveir la propagatio des germes ifectieux et les épidémies. Le lavage des mais doit être ue préoccupatio costate. Il est recommadé das les situatios suivates : après être allé aux toilettes ou avoir aidé u efat à y aller ; 21

4 1 techiques d hygièe avat de mager ou de maipuler des alimets et après ces activités ; après chaque cotact avec des liquides corporels (sag, sécrétios asales...); après avoir aidé u efat à se moucher ou après s être mouché, avoir toussé, éterué ; avat de predre la température d u efat, et après ; avat de préparer et d admiistrer u médicamet (crème, gouttes, autres préparatios) à u efat et après l admiistratio ; après avoir touché ue surface sale ou du matériel souillé ; après avoir joué das le sable ou la terre ; chaque fois qu o le juge écessaire... Avec quoi s essuyer les mais? Pour s essuyer les mais, la serviette e papier est recommadée. Elle a ue double foctio : elle sert à s essuyer les mais et à fermer le robiet afi d éviter ue recotamiatio des mais. La serviette e tissu est pas recommadée (sauf si elle est reouvelée très régulièremet), car elle peut deveir ue source de cotamiatio. Désifectio des mais Das certais cas, le lavage des mais peut être remplacé ou complété par la désifectio des mais avec ue solutio hydro-alcoolique. Ces produits sot dispoibles e pharmacie et e grades surfaces. Avec quoi se désifecter les mais? Les solutios hydro-alcooliques réaliset ue asepsie (désifectio) de qualité de la peau saie. Elles ot ue efficacité rapide sur les bactéries, champigos et virus : 15 à 25 secodes suffiset à supprimer 100 % de la flore trasitoire. L usage de ces produits est aisé et irrite pas la peau. Il e faut pas ricer. l hygièe 22

5 1 techiques d hygièe Mouchage Se laver les dets deux fois par jour. Aérer les chaussures. l hygièe Quad se désifecter les mais? Les solutios hydro-alcooliques état très rapidemet efficaces et d usage aisé, leur utilisatio est recommadée lorsque les adultes ou efats ot pas le temps ou pas la possibilité de se laver les mais. E cas de souillure visible des mais, u lavage des mais préalable est cepedat impératif et doit, e cas de souillure par des liquides biologiques être complété par ue frictio hydro-alcoolique. Lavage des mais des efats L éducatio des efats sur l importace de l hygièe corporelle idividuelle est u temps essetiel. Il est écessaire de doer le temps et la possibilité aux efats de se laver les mais. Le lavage des mais des efats se fait au moye de savo liquide e distributeur : avat et après chaque repas ; après usage des toilettes ; après les jeux extérieurs ; e cas de souillure par la terre ou le sable ; e cas de souillure par des sécrétios (liquides biologiques). Mouchage Dès l âge de 2-3 as, l efat est capable d appredre à se moucher. O lui explique commet souffler par le ez, ue arie à la fois, e bouchat l autre. Les mais doivet être lavées après avoir mouché u efat. Il faut veiller à ce que chaque efat dispose de mouchoirs e papier. Hygièe corporelle Ue hygièe corporelle complète régulière est idispesable. Lors des séjours collectifs, il faut être attetif à ce que chacu se lave correctemet. Ne pas oublier otammet de se laver les pieds. Il faut égalemet : Se laver les dets de préférece deux fois par jour. Mettre les essuies à sécher, ricer et essorer les 2 gats de toilette et les faire sécher correctemet (pas e boule). Veiller discrètemet à ce que chacu chage de sous-vêtemets et de chaussettes. Ne pas oublier de surveiller égalemet l état de propreté des autres vêtemets. Veiller à séparer les vêtemets propres des vêtemets sales. Aérer les chaussures. Vérifier que les efats soiet bie habillés e foctio du temps aocé. E cas de pipi au lit, il faut se procurer des draps propres auprès du resposable (ou resposable ifirmerie) afi de refaire le lit de l efat ; sa teue de uit et les draps souillés serot lavés. Pour bie faire, l efat devrait profiter d ue douche rapide pour se ettoyer coveablemet. De toute faço, il faut faire le écessaire pour rester discret et pour éviter que l efat souffre de moqueries. Iterdictio de fumer Il est iterdit de fumer e présece des efats et das tous les locaux appelés à être occupés par des efats. E dehors des mesures géérales d hygièe qui vieet d être décrites, il existe des mesure d hygièe spécifiques (ou «particulières») Aisi, e cas de maladie ifectieuse recoue das la collectivité et pouvat provoquer ue épidémie, il est écessaire d itesifier mometaémet les mesures d hygièe e foctio du mode de trasmissio (voir aussi chapitre «Faire face aux maladies ifectieuses»). mesures d hygièe pour la coservatio et la sécurité des alimets La préparatio des repas e collectivité d efats e s improvise pas. E cas de égligece ou de pratiques iadaptées, les alimets peuvet préseter u dager pour la saté des efats. Les autorisatios et cotrôles sot de la compétece de l Agece Fédérale pour la Sécurité de la Chaîe Alimetaire (AFSCA). Les cuisies de collectivités doivet itroduire ue demade auprès de l AFSCA afi d obteir l autorisatio de fabriquer ou de maipuler des repas. Pour obteir cette autorisatio, l établissemet doit satisfaire d ue part aux ormes relatives à l hygièe géérale des derées alimetaires, et d autre part aux dispositios réglemetaires géérales et spécifiques e matière de coditios d agrémet ou d autorisatio qui lui sot applicables. Ces ormes serot cotrôlées par u foctioaire de l AFSCA qui délivrera l autorisatio. L hygièe des derées alimetaires commece dès l achat ou la réceptio et va jusqu à la cosommatio et la gestio des restes. Tat la coservatio que la préparatio et la distributio des alimets écessitet ue vigilace et ue orgaisatio réfléchie et miutieuse. Les grads pricipes de l hygièe alimetaire sot : le pricipe de la marche e avat, la coservatio des alimets à température adéquate, l hygièe géérale et idividuelle, les précautios particulières pour certais alimets. 23

6 1 techiques d hygièe Ue zoe «sale» réservée au déballage, épluchage, ettoyage des derées alimetaires avat cuisso. Ue zoe «propre» destiée à toute maipulatio des alimets après cuisso ou des alimets prêts à être cosommés. Pour plus d iformatios, cosulter le site iteret de l AFSCA : pricipe de la marche e avat Le pricipe de la marche e avat a pour but d éviter qu u alimet sale (emballé, cru, o lavé...) soit e cotact avec u alimet propre (cuit et prêt à être cosommé). Das la cuisie, la répartitio des différetes tâches e circuits bie disticts permet d éviter ces cotamiatios croisées. La cuisie est doc idéalemet divisée e deux parties : ue zoe «sale» réservée au déballage, épluchage, ettoyage des derées alimetaires avat cuisso ; ue zoe «propre» destiée à toute maipulatio des alimets après cuisso ou des alimets prêts à être cosommés. coservatio des alimets Ue attetio particulière doit être portée aux températures de coservatio des alimets et au cotrôle des températures des frigos et cogélateurs. Les frigos et cogélateurs disposet d u thermomètre et leur température est relevée très régulièremet. Les alimets réfrigérés sot stockés à des températures comprises etre 0 C et 4 C. La capacité du frigo est adaptée aux besois de la collectivité. Plusieurs frigos sot parfois écessaires. Le mode de ragemet est importat pour éviter les cotamiatios etre les différets alimets. Les produits les plus sesibles sot les repas préparés (puddig, purée...). Ils serot toujours placés e haut. Les produits «sales» (viade crue, fruits et légumes o ettoyés, œufs) serot placés e bas. Les alimets cogelés e peuvet pas être décogelés à température ambiate. Ils sot mis à cuire ecore cogelés (ou décogelés très rapidemet au micro-odes) et e peuvet pas être recogelés après décogélatio. La durée de coservatio déped de leur ature et de la température du cogélateur. La cogélatio artisaale de produits, par la structure d accueil, est pas coseillée et devrait rester ue pratique exceptioelle. Lorsque des repas ou des produits préparés sot achemiés chauds, la température des repas est maiteue au miimum à 65 C jusqu au momet de la cosommatio. Si les efats e les cosommet pas edéas les 30 miutes, les portios idividuelles serot couvertes et placées au frigo. Des cotrôles de température des alimets doivet être effectués à l aide du thermomètre sode. alimets ou préparatio coteat ces alimets Alimets crus d origie aimale : œuf Ex : mousse au chocolat, œuf das la purée Produits laitiers au lait cru. Viade crue. Ex : filet américai, carpaccio coditios de maipulatio et de coservatio Décoseillés das les collectivités d efats Viades, volailles, poissos Cuisso à cœur miimum 80 C Préparatio et distributio très proches Coservatio au frigo : etre 0 et 4 C Viade hachée et produits dérivés, jambo traché... Préparatio à base d œufs cuits (omelettes, gâteaux, crêpes...) Idem «Viades, volailles, poissos» ci-dessus. Cosommés le jour même du hachage qui se fait de préférece sur place. Ces produits e peuvet jamais être cogelés (i crus, i cuits) Coservatio au frigo : etre 0 et 4 C Vérifier les dates limites de cosommatio. Les œufs e coquille sot coservés au frigo. Casser les œufs e zoe sale. Nettoyer et désifecter le pla de travail, les ustesiles et les mais après la maipulatio des œufs. Coservatio au frigo : 4 C l hygièe 24

7 1 techiques d hygièe hygièe géérale et idividuelle L état de saté des persoes chargées de la préparatio des repas répod aux mêmes exigeces que celui des adultes e cotact avec les efats : exame médical auel ; les persoes malades e peuvet préparer les repas ; les règles d hygièe idividuelle sot particulièremet rigoureuses. précautios particulières derées alimetaires à risque Les alimets les plus à risque (d u poit de vue bactériologique) sot les alimets d origie aimale. Il est doc très importat de les cuire suffisammet (à 80 C pedat au mois 10 miutes) pour réduire le risque. La cosommatio d alimets crus d origie aimale das les collectivités d efats est doc décoseillée. Les autres alimets cosommés crus (fruits/légumes) présetet égalemet u risque et écessitet u ettoyage préalable miutieux. 2 hygièe de vie l hygièe le bie-être des efats Gérer la saté, ce est pas seulemet soiger les petits bobos ou faire appel à des spécialistes e cas d icidets plus importats. C est d abord développer ue attitude qui permette à l efat d être «e saté», c est-à-dire d évoluer das u eviroemet sai et rassurat avec des adultes dispoibles, à l écoute, soucieux de so bie-être, de so épaouissemet et des coditios de so développemet. Avoir le souci de la saté de l efat, c est avat tout être attetif à : respecter so rythme de vie et d activité ; lui offrir des coditios de vie optimales pour qu il puisse rire, jouer, s amuser ; développer des comportemets bietraitats ; lui permettre de se reposer et dormir das de boes coditios (eviroemet calme, literie cofortable, heures de sommeil suffisates, réveil e douceur, possibilité de sieste si écessaire...); lui apporter ue alimetatio de boe qualité, variée et équilibrée, respecter so appétit ; lui doer accès à des boissos e suffisace et veiller à ce qu il boive suffisammet ; l aider à se protéger du soleil (chapeau, crème solaire, etc.); développer la prévetio, pour éviter les accidets sur la route, das les activités comme das les momets de temps libres. la bietraitace? La bietraitace est ue dispositio favorable et gééreuse à l égard des autres. Das le cadre de l accueil des efats et des jeues, ue attitude bietraitate se traduira par ue attetio reforcée à veiller au bie-être de chacu. Il s agira de développer sa préveace, sa capacité à aller au-devat des besois d autrui. O pesera à : veiller à ce que chaque efat soit accepté par le groupe avec ses différeces ; mettre e place u ecadremet et u lieu d accueil qui permettet à chacu de se setir e sécurité affective ; créer u eviroemet favorable au développemet de l estime de soi ; éviter les stigmatisatios (filles-garços, différeces sociales...). Pour aller plus loi Accueillir des efats de 3 à 12 as, Viser la qualité, U référetiel psychopédagogique pour des milieux d accueil de qualité, sous la coordiatio de P. Camus et L. Marchal, ONE (dispoible auprès de l ONE, directio Accueil Temps libre); «Egal-e avec mes élèves, c est tout à fait mo gere», Petite littérature à l usage des profs qui se souciet des filles et des garços, Uiversité des femmes. La valisette bietraitace, outil pédagogique, Resoace Asbl, ex-icc (dispoible via le site l alimetatio L alimetatio proposée aux efats doit être variée et équilibrée. L équilibre alimetaire e s obtiet pas e u seul repas, i e u seul jour. Il se costruit au fil des jours e foctio de l appétit de l efat et de la variété des alimets qui lui sot présetés. Quelques grads pricipes pour ue alimetatio équilibrée Faire du repas u momet de plaisir et de détete Accorder du temps aux repas et de l importace au petit déjeuer et au goûter. 25

8 2 hygièe de vie Respecter l appétit de l efat. Accès à l eau 9 Pour l alimetatio des mois de 6 as, voir la brochure «Milieux d accueil : Chouette, o passe à table!», Guide pratique pour l alimetatio des efats das les milieux d accueil, ONE (dispoible à l ONE, directio géérale de l accueil) l hygièe Predre le repas das ue ambiace coviviale et détedue. Y cotribuet : l orgaisatio du repas e petits groupes par table, le choix, la propreté, l améagemet et la décoratio du lieu des repas, la présetatio des repas. Respecter l appétit de l efat. L appétit d u efat est très variable d u jour à l autre et d u efat à l autre, les efats sot capables d autoréguler leur alimetatio. Ne pas forcer à «fiir tout». Quatre repas qui rythmet la jourée Offrir ou orgaiser chaque jour u ombre suffisat de repas : trois repas et u goûter lors de l accueil résidetiel et u repas et u goûter lors de l accueil o résidetiel. Le goûter est pas ue simple collatio, mais bie u repas structuré qui permet de se rassasier avat de démarrer de ouvelles activités, d équilibrer ou de compléter les apports alimetaires de la jourée et d éviter le grigotage d alimets à forte desité éergétique avat le souper. Il est composé des mêmes alimets que le petit déjeuer. Les fruits et les produits laitiers serot proposés e alterace, et e teat compte du dessert du repas de midi : u fruit si le dessert était u produit laitier et vice-versa. U bo petit déjeuer permet de charger les batteries pour toute la matiée. Il sera composé de pai et de sa gariture (beurre, cofiture...), d u fruit, d u produit laitier et d eau. Si le petit déjeuer est complet, pas besoi de collatio durat la matiée, seule l eau est idispesable. Équilibrer les repas Proposer des féculets (pommes de terre, pâtes, pai...) à tous les repas. Proposer des fruits et ou des légumes au mois 3 fois par jour. Varier les modes de cuisso (poêler, griller, étuver...). Préseter ue seule fois par jour de la viade ou du poisso ou de la volaille ou u œuf. La fréquece idéale sur 7 jours est la suivate : 2 fois du poisso, 1 fois de la viade rouge, 1 fois de la viade blache, 1 fois des œufs, 1 fois de la viade hachée 9. Limiter les fritures (frites, croquettes, poisso paé...) à ue fois par semaie. Varier les plaisirs. Doer à mager... et à boire! Doer de l eau à boire à voloté. La meilleure boisso reste l eau. L eau, dot il est importat de s assurer préalablemet de la potabilité, doit être mise libremet à la dispositio des efats (cruche, fotaie à eau...). Si occasioellemet des jus de fruits sot proposés aux efats, ils serot choisis sas sucre ajouté. Les limoades, sirops et autres ectars sot à éviter. Respecter les habitudes de chacu Il est importat de coaître et de respecter les habitudes alimetaires de chacu, qu elles soiet liées à l origie socioculturelle des participats (iterdits alimetaires das certaies religios), à des régimes particuliers (allergies à certais alimets) ou à des choix persoels pour autat que ces choix restet praticables et puisset être pris e compte au sei de la collectivité. Pour aller plus loi le site les assuétudes Alcool, cigarettes, caabis et drogues e tous geres, les questios liées aux assuétudes alimetet régulièremet les débats. Das le cadre de l accueil des efats et des jeues, ces questios coceret tat les efats et jeues accueillis que le persoel d ecadremet. Sas se lacer das u sujet vaste et complexe, voici quelques recommadatios fodametales à l itetio des ecadrats : C est toujours la saté qui prime : la drogue, la cigarette et l alcool sot ocifs. Rappeler la loi : les ecadrats qui cosommet devat ou avec des mieurs peuvet être poursuivis. Itroduire le débat auprès des jeues et de l équipe d ecadremet, ameer la réflexio, aborder le pricipe de cosommatio resposable. Éviter les tabous et les iterdits, susciter le dialogue. Réfléchir à ses propres représetatios, à celles du groupe. Lors des débats, partir des momets de cosommatio plutôt que des produits. Pour aller plus loi bouger pour la saté Il est écessaire de trouver le bo équilibre etre l apport d éergie et la dépese d éergie. Ue alimetatio saie et la pratique régulière d ue activité physique jouet u rôle importat pour le bo foctioemet du corps et pour ue meilleure croissace de l efat. Bouger tous les jours aide à avoir ue boe saté. Les avatages sot cous : o reforce ses os, ses muscles, so équilibre, la posture de so corps... Attetio, les activités physiques e se limitet pas aux sports : les jeux de plei air, les jeux de 26

9 2 hygièe de vie l hygièe cour, la dase libre et improvisée sot toutes des occasios de bouger et de se défouler. L activité physique doe aussi aux efats l occasio de libérer leur éergie de maière positive : elle dimiue le stress, reforce la cofiace e soi ; elle peut, das le cadre d ue activité collective et/ou sportive, favoriser les amitiés. Lors des activités sportives ou autres, il est importat de toujours veiller à respecter les limites de l efat et de teir compte de ses capacités. E règle géérale, o cosidérera le sport avec u esprit de découverte plutôt qu u esprit de compétitio. la détete Les temps libres, les récréatios sot idispesables pour les efats. Ces momets leur permettet de faire ue pause etre deux activités structurées et de vaquer aux activités qui les ispiret. Les momets de calme permettet de se détedre, de se décocetrer, de lever le pied, de rêvasser. Toutes ces activités sot utiles au développemet et à l épaouissemet des efats. Si ces momets sot libres, ils doivet cepedat être ecadrés. Le rôle des adultes e peut se borer à de la simple surveillace. Sas véritable ecadremet, certais efats peuvet se setir, durat ces momets, livrés à euxmêmes ou désœuvrés. Les ecadrats présets doivet s ivestir das ce temps libre e proposat ue attitude de «présece subtilemet e retrait» où ils se redet dispoibles à chaque efat tout e le laissat gérer luimême ses propres activités. L idée est de souteir les projets des efats e leur facilitat l accès au matériel écessaire (par exemple e doat ue feuille et des crayos pour dessier si l efat le demade), d être dispoible pour ceux qui demadet la participatio de l adulte (ex : lire u livre) et d être préset auprès d u efat isolé (e bavardat par exemple simplemet avec lui). les «jeux dagereux» à proscrire Il e s agit pas ici de parler de jeux qui peuvet préseter u dager s ils e sot pas bie ecadrés ou s ils e sot pas adaptés au public, mais bie de jeux dot la pratique est totalemet à proscrire. Par «jeux dagereux», o compredra les jeux d expérimetatio (évaouissemet...) et les jeux de «violece pure» (u participat deviet victime de tout le groupe). Ces jeux dagereux sot avat tout cosidérés comme des amusemets susceptibles de procurer des «sesatios fortes». D apparece aodie, leurs coséqueces sot dévastatrices, voire mortelles. La prévetio est icotourable : ue fois avertis des risques ecourus, efats et adolescets cesset gééralemet u jeu dot ils e mesuraiet pas le dager. Préveir mais aussi observer les comportemets et attitudes des efats et des jeues qui suggéreraiet la pratique de jeux dagereux, afi de pouvoir agir avat leur réalisatio. Pour aller plus loi l itimité Grad ou petit, tout le mode a besoi de temps et d espaces itimes pour so bie-être. La bieveillace cosiste à respecter les besois des efats et des jeues e matière d itimité. Ces besois peuvet varier très fort d ue persoe à l autre. Si pour certais, les douches collectives e semblet pas être u souci, pour d autres le soi du corps est u acte solitaire qui se pratique das u edroit clos. Les espaces saitaires ou les momets du lavage doivet être améagés pour permettre à chacu de trouver le lieu où il se set bie. L adulte devra pouvoir être dispoible tout e maiteat la distace adéquate pour préserver et respecter le besoi d itimité de l efat. Il veillera égalemet à ce que le groupe e trasgresse pas cet espace itime. Certais momets exiget plus spécifiquemet ue itimité : quad o se lave, quad o s habille... O pesera aussi aux filles qui ot leurs premières règles. L améagemet adéquat des saitaires, des douches et des chambres est la première coditio pour redre possible l itimité. U autre aspect importat est la propreté des espaces. Certais efats sot tout à fait autoomes pour se laver et s habiller. Par cotre les petits doivet pouvoir avoir ue aide pour se laver, pour s essuyer aux toilettes. Il s agit de prodiguer les sois adéquats pour qu ils se setet bie, ceci das le respect de l efat. Si les questios du soi perturbet certais ecadrats, il est utile de pouvoir e parler e équipe, afi de détermier les rôles de chacu et les maières de procéder lors du lavage ou du passage aux toilettes. dormir et se reposer Nous passos u tiers de otre vie à dormir... et ce est pas du temps perdu! Dormir est ue activité essetielle. E effet, pedat que ous dormos ous récupéros de os fatigues physiques et erveuses. 27

10 2 hygièe de vie 10 Source : Maiteat tu restes das to lit, S.Clerget, A. Lamy. Le sommeil est écessaire à la croissace des efats et à la maturatio de leur système erveux. l hygièe Le sommeil est écessaire à la croissace des efats et à la maturatio de leur système erveux. Pedat qu ils dormet, l hormoe de croissace est secrétée, les iformatios acquises pedat la jourée s orgaiset, la mémoire se costruit. Les efats ot doc besoi de bie dormir pour gradir, appredre, se développer harmoieusemet. Chez l efat comme chez l adulte, il y a des petits et de gros dormeurs. C est e observat avat tout la forme d u efat pedat la jourée que vous pouvez vérifier s il a suffisammet dormi. Ceci vaut aussi pour les plus grads. À tout âge, ous avos besoi de plages de repos et de sommeil 10 : u efat de 3-4 as a u besoi moye de 12 à 14 heures de sommeil (uit + sieste); u efat de 6 as, e moyee 11 heures de sommeil ; de 6 à 12 as, o elève 20 miutes par aée d âge (7 as, 10h40 de sommeil ; 8 as, 10h20...); u adolescet, e moyee 8 à 9 heures ; u adulte a u besoi moye de 7 à 8 heures de sommeil. E foctio des activités pratiquées durat la jourée, il faut parfois rajouter ue à deux heures supplémetaires de repos. Les heures de coucher pour u lever à 7 heures : 5-6 as : 20 heures ; 8 as : 21 heures ; 12 as : 22 heures. la sieste Pour la majorité des tout-petits et parfois jusqu à l âge de 6 as, la sieste répod à u besoi physiologique. Il est idispesable d e teir compte et d être e mesure de proposer u temps et u espace de sieste à ceux qui e ot besoi. À oter qu etre 20 et 40 % des efats de 3 à 12 as ot ecore besoi d ue sieste, das le ses d u momet reposat durat lequel il y a moye de s edormir. Comme tous les autres momets de la vie, cette sieste doit se dérouler das de boes coditios orgaisatioelles et relatioelles. Il faut veiller à réserver aux efats u espace spécifique adapté au repos. Au-delà de l aspect matériel (lit, literie, tetures pour occulter la pièce...), le respect de rituels redra ce temps rassurat pour tous les efats (histoire, objet persoel si l efat le souhaite...). C est aussi u momet où l efat peut avoir u échage plus persoel avec l adulte, où l adulte lui adresse des mots qui vot lui permettre de se laisser aller das u momet de quiétude. À oter égalemet que tous les efats éprouvet pas le besoi de sommeil. U espace sera doc améagé à proximité pour permettre aux efats qui e dormet pas de s ivestir das des activités calmes et apaisates. la uit (e ifrastructure résidetielle) Pour bie dormir, il faut predre le temps de se préparer au sommeil : précoiser u repas léger le soir, éviter des activités excitates, se brosser les dets, faire sa toilette, disposer d u eviroemet prêtat au repos : calme, obscurité, reouvellemet de l air, propreté. Toute la jourée prépare à ue boe uit. Das l orgaisatio des activités, il est importat d alterer jeux actifs et reposats, de bie rythmer les momets de veille, repos et sommeil e foctio de l âge des efats, chaque groupe écessitat ue adaptatio spécifique. Istaurer des jeux calmes ou ue sieste après le repas est souvet écessaire. Coditios relatioelles Pour tous les efats, le rituel du coucher coditioe le bo déroulemet de la uit. Avat de partir, il est utile de défiir les rôles de chacu pour l orgaisatio du coucher. Les efats doivet coaître la persoe accompagat leur edormissemet et la maière dot cela va se passer. Pouvoir répodre à la questio «Qui ous surveille cette uit?» est essetiel. Cela rassure les efats : les choses sot prévues, établies, ils e serot pas seuls la uit! Soyez égalemet attetifs au respect de l idividualité de chacu, à l expressio du besoi de e pas être seul, d être cajolé, de coserver u objet quel que soit l âge. Laisser sous-etedre à u efat «qu il est bie grad pour dormir avec u ours e peluche ou u doudou...» e fera qu accroître so icofort et dimiuera la cofiace qu il peut avoir e so aimateur. Il faut être cosciet que c est souvet au momet du coucher que les efats ressetet l absece des parets. Il faut alors être à l écoute, pouvoir les rassurer, savoir leur refaire peser aux bos momets de la jourée, aux bos momets qu ils vivrot le ledemai... Leur doer des poits de repères peut être égalemet rassurat : «Das x dodo, o va à l excursio; das x dodo, o fera ceci, et das x dodo, tu retreras chez toi». Des problèmes peuvet surveir comme le somambulisme, des cauchemars, des pleurs... Preez soi d e parler avat le séjour et d être particu- 28

11 2 hygièe de vie lièremet à l écoute des efats pour lesquels les parets vous ot sigalé des difficultés. Les ecadrats risquet égalemet de recotrer des efats éurétiques, c est-à-dire «faisat pipi au lit». Au début du séjour il est importat d établir avec l efat, e foctio des discussios préalables avec les parets, la faço d agir au coucher et au lever. Souligos ecore l importace de la discrétio et du respect : l efat coceré a besoi d être mis e cofiace afi d assumer so éurésie et les autres efats ot pas à e être iformés. Motée au lit Il est essetiel que les efats soiet calmés avat d aller dormir. Il faut veiller au sommeil de chacu. Des horaires de coucher différets coexistet? Attetio à faire silece pour e pas réveiller ceux qui dormet déjà! Pour éviter les allées et veues iutiles, il faut proposer aux efats d aller aux toilettes avat d arriver au dortoir. Cela pourra égalemet éviter d évetuels pipis au lit! Pouvoir répodre à la questio «Qui ous surveille cette uit?» est essetiel l hygièe 29

12 2 hygièe de vie l hygièe 30

Fiche n 1: Précautions standard Prévention de la transmission des agents infectieux. Ventilateurs, climatiseurs

Fiche n 1: Précautions standard Prévention de la transmission des agents infectieux. Ventilateurs, climatiseurs 14/10/2010 11:31 Page 1 Fiches de précoisatio des mesures d hygièe das les lieux de vie des efats Ces fiches ot été élaborées par u groupe de travail de professioels du départemet du Rhôe e collaboratio

Plus en détail

Accueil chez l assistante maternelle

Accueil chez l assistante maternelle Accueil chez l assistate materelle 2 Ce livret a été réalisé par u groupe d assistates materelles idépedates qui se réuisset régulièremet pour réfléchir à leurs pratiques professioelles. Ce groupe est

Plus en détail

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre Quad BÉBÉ VOYAGE Guide pratique sur les précautios à predre Vous partez bietôt pour u log voyage avec votre jeue efat. Quelques précautios sot à predre avat, pedat le déplacemet et durat votre séjour.

Plus en détail

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée Commissariat à la protectio de la vie privée du Caada LPRPDE Guide pour la petite etreprise : Rudimets de la protectio de la vie privée Miser sur la protectio de la vie privée Ue gestio adéquate des préoccupatios

Plus en détail

trouve ton équilibre

trouve ton équilibre trouve to équilibre www.bee-secure.lu FR Trouver so équilibre Es-tu allé à u cocert ou à la piscie récemmet? A quad remote ta derière recotre avec des amis? Combie de temps passes-tu sur les réseaux sociaux?

Plus en détail

Sommaire. Edito. Préface. Bien vivre en ville avec un chien Le ramassage individuel Les espaces chiens Les interventions des services municipaux

Sommaire. Edito. Préface. Bien vivre en ville avec un chien Le ramassage individuel Les espaces chiens Les interventions des services municipaux Sommaire Edito Préface Bie vivre e ville avec u chie Le ramassage idividuel Les espaces chies Les itervetios des services muicipaux A l école de la vie caie Où promeer so chie L idetité du chie So alimetatio

Plus en détail

Le SyStème mag. Nettoyage du sol

Le SyStème mag. Nettoyage du sol FR Le SyStème mag Nettoyage du sol Le Système Mag Cocept U pour tout! Ue chose qui avait ecore jamais existé: avec le Système Mag le support est adapté à tous les modèles de frages. Aisi, il est possible

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f 6. r e f o r c e m e t P o s i t i f La faço dot o offre u reforcemet positif est plus importate que la quatité. (traductio libre) B.F. Skier Nous avos tous besoi de reforcemet positif. Que ous e soyos

Plus en détail

Divisée en compartiments pour ranger le matériel de premiers secours exigé par la réglementation.

Divisée en compartiments pour ranger le matériel de premiers secours exigé par la réglementation. FICHE NUMÉRO 2 Trousse de premiers secours A. Das les Établissemets «L employeur doit muir so établissemet d u ombre adéquat de trousses. Les trousses doivet être situées das u edroit facile d accès, situées

Plus en détail

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone Règlemet Télé-Equity relatif à la trasmissio d ordres par fax et téléphoe (Cliets de détail) 02541 Pour des raisos d efficacité et de rapidité, le Cliet peut trasmettre ses ordres par fax et/ou téléphoe

Plus en détail

Situations particulières Le diabète du sujet âgé

Situations particulières Le diabète du sujet âgé Situatios particulières Le diabète du sujet âgé Les hypoglycémies chez les persoes âgées diabétiques type 2 traitées par Sulfamides hypoglycémiats Tout patiet âgé diabétique de type 2 sous traitemet Sulfamides

Plus en détail

omme dans tous les milieux de vie, une

omme dans tous les milieux de vie, une la gestio des sois 1 itroductio omme das tous les milieux de vie, ue C équipe d aimatio peut être ameée à devoir gérer des icidets de saté plus ou mois importats. Il faudra être capable de predre les boes

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir Ce que les Afro-Américais atteits de diabète ou d hypertesio artérielle doivet savoir Faites-vous examier pour les maladies réales Natioal Kidey Disease Educatio Program Que puis-je faire pour garder mes

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC Kaize & Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club idustrielle AIAC Itroducti o Itroductio: vidéo Kai ze coclusio 1 Itroducti o Kai ze La méthode du coclusio 2 Itroducti o Kai ze A- Les types d étiquettes

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique Réf. : 126-114015-DE 2016 Nouvelle agece atioale de saté publique Le 25 septembre 2014, la miistre chargée de la Saté m a cofié ue missio de préfiguratio e vue de la créatio d ue agece atioale de saté

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82.

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82. Le Petit Guide Pratique du Chèque Isolatio Des questios? Cotacter l Espace Ifo Eergie du Coseil Gééral des Pyréées-Orietales 04.68.85.82.18 www.cg66.fr > L Accet Catala de la République Fraçaise Le mot

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale»

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale» CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE «Sport Etreprises : u ejeu de performace écoomique et sociale» LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS, ACTEUR RÉFÉRENT ET D AVANT-GARDE Le Comité Natioal Olympique

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

>I Assainissement I. Sommaire. Assainissement non collectif. Entretien. Assainissement collectif. Formulaire de demande. Développement durable

>I Assainissement I. Sommaire. Assainissement non collectif. Entretien. Assainissement collectif. Formulaire de demande. Développement durable >I Assaiissemet I Sommaire Assaiissemet o collectif Formulaire de demade Coceptio Produits Texte de référece Mise e œuvre Etretie Assaiissemet collectif Développemet durable Cahier des clauses techiques

Plus en détail

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne Doez ue ouvelle dimesio à votre gestio Gagat sur toute la lige 74 Bd des Etats-Uis 60200 COMPIEGNE Tél. 03 44 86 36 36 Pour augmeter votre retabilité et réduire vos frais fiaciers, itroduisez cette souris

Plus en détail

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP PLAN DE MAITRISE SANITAIRE -3- Paquet Hygièe, Pla de Maîtrise Saitaire : Le Pla HACCP Après avoir cosidéré les BPH, abordos maiteat le Pla HACCP E préambule, rappelos quelques défiitios : dager : aget

Plus en détail

Catalogue Formations 2016

Catalogue Formations 2016 Catalogue Formatios 2016 3 ÉDITO Depuis plus de 20 as, Microsept commercialise ue offre complète e matière d aalyses, formatios et coseils, afi de garatir la qualité de vos produits das les domaies alimetaires,

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

à l intention du personnel enseignant aux élèves de maternelle (4-5 ans)

à l intention du personnel enseignant aux élèves de maternelle (4-5 ans) Guide pédagogique sur le thème de la prévetio des icedies à l itetio du persoel eseigat aux élèves de materelle (4-5 as) Service de sécurité icedie de Motréal 2010 Illustratios : Roxae Fourier, Lise Moette

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

Knauf Brio La chape sèche innovante à base de fibroplâtre

Knauf Brio La chape sèche innovante à base de fibroplâtre Frace Chape sèche 01/2012 Kauf Brio La chape sèche iovate à base de fibroplâtre KNAUF-BRIO_pres-broch_FR.idd 1 04-04-2008 15:04:57 Kauf, votre parteaire e matière de parachèvemet à sec Kauf produit des

Plus en détail

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables e 2014, je devies rge tous métiers travaux d amélioratio éergétique éergies reouvelables e 2014, je devies rge rge, c est quoi? Vous avez sas doute déjà etedu parler de la metio RGE. Ce sige de qualité

Plus en détail

Eureka! Zientzia Museoa. Offre Scolaire 2015-2016

Eureka! Zientzia Museoa. Offre Scolaire 2015-2016 Eureka! Zietzia Museoa Offre Scolaire 2015-2016 Mikeletegi pasealekua 43-45, 20009 Doostia / Sa Sebastiá (Gipuzkoa) Gps: 43º 17 30.55, -1º 59 4.59 Activités 1.. 2. Plaétarium. 3. Expositio Permaete. Si

Plus en détail

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Votre compte Mauvie U peut cotiuer à travailler... même lorsque vous e le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Sas reveu, auriez-vous ecore ue maiso? Si vous avez des dettes à rembourser, ue blessure

Plus en détail

1 n paramètres d ambiance

1 n paramètres d ambiance pour u eviroemet aratir u eviroemet physique sai G est essetiel à court et à log terme pour la saté des efats. Et tout particulièremet au sei de leurs milieux de vie, où les polluats peuvet se cocetrer

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible.

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible. L UN DES MEILLEURS CONTRATS D ASSURANCE-VIE DU MARCHÉ ACTÉPARGNE Actéparge : l u des meilleurs cot Actéparge, la solutio persoalisée LES FRANÇAIS ET L ASSURANCE-VIE Optimisatio fiacière Gestio souple Régime

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016 Orage Cyberdefese Iformatio presse javier 2016 Sommaire p5 p7 p10 p13 Itroductio Cotexte Orage Cyberdefese protège les actifs des etreprises La répose d Orage : ue gamme de solutios pour sécuriser les

Plus en détail

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i Votre sourire a de l aveir 38 Accor est préset das près de 100 pays avec 160 000 collaborateurs. Il met au service de ses cliets, particuliers et etreprises, le savoir-faire acquis depuis près de quarate

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand Solutio pour gérer votre éclairage de sécurité Mobilisez vos doées importe où, importe quad Mobilisez vos doées importe où, importe quad Votre solutio e-lige pour la gestio et la maiteace de votre éclairage

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais 2013 / 2014 Après les aées MEP, les aées mis Pour ma mutuelle, je sais où je vais Bieveue das vos aées mis Vos études sot termiées, il vous faut doc passer de votre mutuelle étudiate à ue mutuelle spécialisée

Plus en détail

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e.

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e. t e x t e a p s b p z f y l r e d e r e FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 u r r e c d i d m La Haute Ecole Pédagogique du Valais

Plus en détail

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires

CPNEFP Commission Paritaire Nationale pour l'emploi et la Formation Professionnelle de la branche des services funéraires Coceptio : Boréal > 01 48 03 99 99 CPNEFP Commissio Paritaire Natioale pour l'emploi et la Formatio Professioelle de la brache des services fuéraires Sommaire Maagemet gééral du fuéraire Chef d etreprise

Plus en détail

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci U coseil persoalisé et complet, à votre service Retraite vers ue troisième étape de votre vie libérée de tout souci Ouvros la voie 1 Itroductio 2 Modèle de coseil Raiffeise Vos besois 4 Plaificatio de

Plus en détail

Les infections des voies urinaires

Les infections des voies urinaires Les ifectios des voies uriaires L A F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D U R E I N 1 Les ifectios des voies uriaires Commet le système uriaire foctioe-t-il? Le système uriaire compred les reis, les

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

PORTAVIE. Série Standard : sans joint Série Hermetic : avec joint.

PORTAVIE. Série Standard : sans joint Série Hermetic : avec joint. PORTAVIE PORTAVIE sur pivot et sur paumelles se réaliset avec les séries 40 et 50 Stadard et Hermetic, avec ou sas poteau techique, à u vatail ou deux vataux et à simple ou double actios. Série Stadard

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr GUIDE PRATIQUE XEDE SÉJOU TA R s r u e g r e b é h s e d à l attetio www.commuaute-urbaie-aleco.fr sommaire 1. Qu est-ce que la taxe de séjour? 3 2. Qui peut istaurer la taxe de séjour? 3 3. Quelle peut

Plus en détail

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit Page 1 sur 17 L'aalyse des coûts Salaires directs Ivestissemets Admiistratio Maiteace Eergies Frais d 'études Prix de reviet d'u produit Locaux Outillages Matières premières Frais de commercialisatio Charges

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES MAC Valves, Ic. a mis au poit des solutios 100% iterchageables e remplacemet des esembles d origie istallés sur les étireuses

Plus en détail

Mode d emploi. Booster B-3. No. d article: 40-19327. tams elektronik

Mode d emploi. Booster B-3. No. d article: 40-19327. tams elektronik Mode d emploi No. d article: 40-19327 tams elektroik Sommaire 1. Pourquoi u amplificateur de puissace (booster)?...3 2. Premier pas...3 3. Coseils cocerat la sécurité...6 4. Le B-3...7 5. Diviser le réseau

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015

RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015 ACCUEILS COLLECTIFS DE MINEURS RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015 Directio départemetale de la cohésio sociale Service Sport, jeuesse, vie associative et politique de la ville 10 rue Claudius Buard-

Plus en détail

HÔTEL *** Holiday Inn Express, expressément bien. VOUS ALLEZ AIMER!

HÔTEL *** Holiday Inn Express, expressément bien. VOUS ALLEZ AIMER! HÔTEL *** Holiday I Express, expressémet bie. VOUS ALLEZ AIMER! HOLIDAY INN EXPRESS DIJON S ADRESSE À UNE CLIENTÈLE BUSINESS «EXIGEANTE ET PRESSÉE» qui veut éviter les bouchos du cetre-ville et arriver

Plus en détail

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de INNOVATION & EXPÉRIMENTATION 3 MODÉ L I S A T I O N Avec le soutie de SOMMAIRE I. GENÈSE DU PROJET... 2. FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF... 3. ACTEURS DU PROJET ET GOUVERNANCE... 4. PUBLIC CIBLE... 5. MOYENS

Plus en détail

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Maagemet de l éergie javier septembre 2016 f o r m a t i o m o d u l a i r e e c o u r s d e m p l o i Avec le soutie de Office fédéral

Plus en détail

2013 Pearson France Grand livre de la photographie de Scott Kelby Scott Kelby

2013 Pearson France Grand livre de la photographie de Scott Kelby Scott Kelby 5 Créer et utiliser so studio comme u pro Obturatio : 1/20 s Ouverture : f/4 ISO : 100 Focale : 180 mm Photo Scott Kelby 5 Créer et utiliser so studio comme u pro Décor de studio Ue des méthodes les plus

Plus en détail

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles mômes e saté la saté e collectivité pour les efats de 3 à 18 as éditio 2012 avec le soutie de la Fédératio Walloie-Bruxelles préface O ffrir u cadre sai et sécurisat, favorable à la saté et à l épaouissemet

Plus en détail

L autosurveillance glycémique

L autosurveillance glycémique L autosurveillace glycémique Le prélèvemet capillaire Tout patiet diabétique doit être capable de réaliser u prélèvemet capillaire au bout du doigt. Tout patiet diabétique doit être capable de : 1. effectuer

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Dossier établi pour le compte de : DDFIP RHONE ALPES Adresse: Serv.Exéc. Des DP : FAC0000069, CNTFE, CS 80168 53102 MAYENNE CEDEX Date de visite : 07 octobre 2014 Coclusio : Das le cadre de la missio décrit

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l Etat de niveau I

Formation intensive à temps plein - Titre certifié par l Etat de niveau I DRH DE BUSINESS UNIT Formatio itesive à temps plei - Titre certifié par l Etat de iveau I Resposable e Maagemet et Directio des Ressources Humaies Arrêté du 31/08/2011 publié au JO du 07/09/2011 BIENVENUE

Plus en détail

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE U NIT 1: GESTION PERSONNELLE Pla d évaluatio RAG A : Bâtir et maiteir ue image de soi positive 39 RAG B : Iteragir de faço efficace et positive avec autrui 39 RAG C : voluer et croître tout au log de sa

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Petit manuel de bonne rédaction

Petit manuel de bonne rédaction Petit mauel de boe rédactio «Bie rédiger» peut sigifier deux choses : 1) exposer sa pesée clairemet, c est-à-dire avec ordre et rigueur et si possible avec style ; U raisoemet faux peut être bie rédigé,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE Nombre de pages de l épreuve Durée de l épreuve 0 pages 3h00 Compte teu du fait qu il s agissait d u cocours d etraiemet, cette épreuve à été prise sur le

Plus en détail

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificate of Advaced Studies Certificat de formatio cotiue Saté et diversités: compredre et pratiquer les approches trasculturelles octobre 2016 > jui 2017 f o r m a t i o e c o u r s d e m p l o

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail