Filtrage en lumière cohérente

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Filtrage en lumière cohérente"

Transcription

1 Chpitre Filtrge en lumière cohérente. Diffrction de Frunhofer u foyer d une lentille convergente L diffrction de Frunhofer est séduisnte pr s cpcité à produire instntnément des trnsformées de Fourier bidimensionnelles. Le problème reste l distnce, une centine de mètres pour des écrns diffrctnts d une tille d une frction de millimètre. L solution à ce problème consiste à interposer une lentille convergente sur le trjet de l onde et d observer u foyer. Nous llons montrer que l lentille permet d effectuer une trnsformée de Fourier optique comme l diffrction à l infini. Pour l ensemble de ce chpitre nous ferons les hypothèses suivntes : On se plce en optique prxile L éclirge est monochromtique.. Ecrn diffrctnt ccolé à une lentille infinie On rélise le montge suivnt : Onde plne Ecrn tx,y F x Lentille lx,y z Pln focl imge Un écrn diffrctnt de coefficient de trnsmission tx, y est plcé dns le même pln qu une lentille convergente de focle F. Ce pln est pris comme origine des z. L éclirge se fit pr une onde plne sous incidence normle, d mplitude ψ dns le pln z =. Posons ρ = x +y. Le coefficient de trnsmission de l lentille s écrit lx,y = exp iπρ l mplitude de l onde à l sortie de l ensemble écrn+lentille s écrit f x,y = ψ tx,y lx,y

2 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente Fisons une trnsformée de Fourier-Fresnel pour voir l mplitude à l distnce z = F : { } f F x,y = eikf iπρ iπρ i ψ exp F x, y tx,y lx,y exp où ρ = x +y. Ceci se simplifie en f F x,y = eikf iπρ i exp x ˆf, y. l intensité s écrit I F x,y = x ˆf λ F, y Ainsi, u foyer de l lentille, l intensité est proportionnelle u crré du module de l trnsformée de Fourier de l mplitude complexe dns le pln d entrée de l lentille. On retrouve l propriété de trnsformtion de Fourier optique crctéristique de l diffrction à l infini. L mplitude complexe est pr contre ffectée d un terme de phse qudrtique. Il est sns importnce pour l observtion de l figure de diffrction détecteurs sensibles à l intensité mis peut s vérer gènnt si on souhite trviller sur l phse de l onde u foyer. L solution pour éliminer ce terme de phse consiste à plcer l écrn diffrctnt u foyer objet de l lentille comme discuté dns le prgrphe suivnt.... Ecrn diffrctnt u foyer objet d une lentille Le montge optique est cette fois le suivnt : x Onde plne F ère diffrction de Fresnel F e diffrction de Fresnel z Pln focl objet Ecrn tx,y Lentille lx,y Pln focl imge Amplitude de l onde incidente dns le pln de l objet origine des z : ψ Après l trversée de l écrn : f x,y = ψ tx,y Propgtion sur une distnce F : ψx,y,z = F = e ikf f x,y hx,y, où hx,y est l réponse impulsionnelle de l propgtion hx,y = iπρ i exp Trversée de l lentille f F x,y = e ikf lx,y. [f x,y hx,y] Nouvelle propgtion sur une distnce F, on l écrite cette fois en utilisnt l trnsformée de Fourier-Fresnel : { } f F x,y = eikf iπρ iπρ i exp F x, y lx,y. [f x,y hx,y ] exp ce qui se simplifie en f F x,y = eikf iπρ i exp x ˆf, y x ĥ, y

3 Untitled Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 3 mis comme ĥu,v = exp iπu +v, l mplitude complexe dns le pln focl imge s écrit simplement f F x,y = eikf i ˆf x, y.3 et l intensité I F x,y = x ˆf λ F, y Cette fois, l mplitude complexe dns le pln focl imge est à une constnte près l trnsformée de Fourier excte de l mplitude dns le pln focl objet. Ce résultt remrquble permet de réliser des expériences de filtrge optique.. Le filtrge optique.. Approche heuristique On utilise le montge du prgrphe précédent en plçnt dns le pln focl objet P un msque dont le coefficient de trnsmission est une gussienne striée de frnges : tx,y = e πρ cos πx L trnsformée de Fourier de tx,y, observée dns le pln focl imge P, est donc l somme de trois petites gussiennes situées en x = et x = ±/ dns le pln focl imge. Objet tx,y P Lentille P λ f Untitled TF de l objet Le filtrge consiste à intervenir sur l TF de l objet en plçnt des msques coefficients de trnsmission dns le pln de filtrge P. Ainsi si on occulte les deux spots ltérux, ne reste dns le pln P que l mplitude du seul spot centrl. Fisons pr l pensée le retour inverse de l lumière vers le pln P : l objet qui urit donné comme figure de diffrction en P le seul spot centrl s ppelle l objet filtré. Dns notre cs cet objet filtré est une gussienne non striée de frnges les spots ltérux étient dûs u cos de l expression de tx,y. λ f.4

4 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 4 Objet filtré Untitled P Lentille P Untitled Amplitude filtrée = T.F. de l "objet filtré" Cches plcés sur les spots ltérux L utilistion de ce type de technique est intéressnte pour resturer des photogrphies trmées. Dns les journux, les photogrphies sont imprimées comme des mtrices de points très serrés qui rélisent un échntillonnge bidimensionnel de l photo. Sous certines conditions, une expérience de filtrge optique peut permettre de supprimer l trme et de resturer l photo originle... Reltion objet objet filtré Le montge optique est le même que dns le prgrphe précédent. x P x P Onde plne f f z tx,y Lentille Px,y msque On note x,y les coordonnées d un point dns le pln P et x,y les coordonnées d un point dns le pln P. L objet tx,y est plcé u foyer objet de l lentille pln P. L mplitude de l onde incidente dns le pln P est ψ. Au foyer imge de l lentille pln P on plce un msque de coefficient de trnsmission Px,y. L mplitude dns le pln P est donnée pr l éqution?? e ikf f x,y = ψ i ˆt x, y dns le pln P on effectue le filtrge donc on multiplie cette mplitude pr Px,y pour obtenir une mplitude filtrée fx,y e fx,y ikf = f x,y Px,y = ψ i ˆt x, y Px,y ce qui s écrit ussi, en introduisnt le coefficient de trnsmission de l objet filtré t f x,y ˆfx,y = ψ e ikf i ˆt f x, y

5 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 5 il vient x ˆt f, y x = ˆt, y Px,y d où l reltion de filtrge linéire entre les trnsformées de Fourier de t et t f ˆt f u,v = ˆtu,v Pu,v.5 l fonction Pu,v est l fonction de trnsfert du filtrge. En repssnt dns le pln réel on obtiendr une reltion de convolution entre t et t F. On fit une TF inverse de l éqution précédente : t f x,y = tx,y F {Pu,v} et compte tenu du fit que F {fu} = ˆf x, on obtient l fonction t f x,y = tx,y λ f ˆP x, y λ f ˆP x, y est l réponse impulsionnelle du filtrge..6 Exemple d ppliction On s intéresse à l exemple du prgrphe précédent, l objet est une gussienne trmée d écrt-type σ qui s écrit ] tx,y = exp [ ρ σ cos πx On désire filtrer cet objet pr une fente rectngulire horizontle de lrgeur l qui s écrit Px,y = x/l. L éqution.5 nous permet d écrire ˆt f u,v = ˆtu,v u.7 l vec [ ˆtu,v = πσ exp π σ u +v δuδv+ 4 δu δv+ 4 δu+ ] δv l opértion de filtrge décrite pr l éqution.7 est prticulièrement simple à interpréter sur le grphe suivnt :

6 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 6 tu, ^ Untitled /σ - u P u, v - l l t ^ u, Untitled f u Le filtrge des deux spots ltérux n est efficce qu ux conditions suivntes Les trois pics sont bien séprés : σ L tille de l porte est très supérieure à celle du spot centrl : l σ L porte n empiète ps sur les lobes secondires : l Dns ce cs on peut écrire que l TF de l objet filtré est égl u pic centrl : ce qui permet d écrire l objet filtré : ˆt f u,v = πσ exp π σ u +v tx,y = [ ] exp ρ σ On remrque que l vleur à l origine de l objet filtré est moitié de celle de l objet, ce qui est une expression de l conservtion de l énergie puisque le filtrge supprimé des fréquences dns l TF de l objet ppliction du théorème de Prsevl. Ce filtrge nénmoins permi d enlever les frnges sinusoïdles strint l gussienne. Un utre exemple de filtrge optique est montré en figure....3 Montge à double diffrction Ce montge à deux lentilles permet d observer l objet filtré. Deux lentilles L et L de focles respectives f et f sont conjuguées : le pln focl imge de L est le même que le pln focl objet de L comme illustré pr le schém ci-près. Une première diffrction de Frunhofer permet d observer dns le pln intermédiire P l TF de l objet plcé en P. Une seconde diffrction de Frunhofer permet d observer dns le pln P l TF de l mplitude en P qui correspond à l objet en P retourné de 8. Ce montge est dit à double diffrction. u

7 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 7 Imge trmée Trnsformée de Fourier optiqu Imge détrmée Filtrge : occulttion des spots l Figure. cellule

8 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 8 P P P Onde plne x x f f f f x z Objet Pln de filtrge Imge L L ere diffrction Seconde diffrction de Frunhoffer de Frunhoffer On ppelle ψ l mplitude de l onde plne incidente dns le pln P incidence normle f et f les focles des deux lentilles x,y, x,y et x,y les coordonnées d un point dns chcun des trois plns P, P et P tx,y le coefficient de trnsmission de l objet plcé dns le pln P Px,y le coefficient de trnsmission du msque de filtrge plcé dns le pln P Fisons le clcul de l propgtion de P à P. A l sortie du pln P, l mplitude est f x,y = ψ tx,y A l entrée dns le pln P elle s écrit f x,y = eikf x ˆf, i y Dns le pln P on effectue le filtrge et on multiplie l mplitude f pr le msque. On obtient : gx,y = eikf x y ˆf, Px,y i dns le pln P l mplitude s écrit lors vec x ĝ, y f x,y = eikf i ĝ = eikf i F x { y, x, y ˆf x, Ce qui donne, compte tenu de l reltion F[F[fx,y]] = f x, y f x,y = f e ikf+f f x f, y f f f f y ˆP } Px,y x, y.8 C est une reltion de filtrge linéire entre les mplitudes dns les plns P et P. Chcun des termes de cette reltion s interprète le terme expikf +f exprime un déphsge globl dû à l propgtion sur l distnce P P l réponse impulsionnelle du filtrge est l trnsformée de Fourier du msque filtrnt x y ˆP,

9 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 9 Amplitude dns le pln P Amplitude dns le pln P f f Figure. Simultion de l effet du filtrge optique sur un objet dont le coefficient de trnsmission est représenté sur l photo de guche. Les focles f et f sont dns un rpport.3, le msque utilisé pour le filtrge est un diphrgme crré. L photo de droite montre le module de l mplitude dns le pln P. L objet est inversé signe -, grndi terme d homotétie f /f et les détils fins ont dispru effet de l convolution. c est l mplitude qui serit observée si l objet en P étit un Dirc trou d iguille pr exemple. Ce terme est responsble d un empâtement globl de l imge disprition des détils fins. Plus le msque est petit, plus s TF est étendue et plus l imge pprit floue. le terme f x f f, y f f est identique à l mplitude en P, mis retournée de 8 signe - et grndie d un fcteur f f enfin le terme multiplictif f f exprime l conservtion d énergie : l imge en P est plus grnde ou plus petite que l imge en P donc l quntité de lumière pr unité de surfce y est plus fible ou plus élevée. L figure. montre un exemple de filtrge de l photogrphie de l uteur pr un msque crré. Fonction de trnsfert Dns l espce de Fourier l reltion.8 devient ˆf u, v = λ f3 e ikf+f ˆf u f,v f P u, v.9 f f f et fit ppritre l fonction de trnsfert du filtrge, P u, v qui est l fonction msque grndi d un fcteur. Le signe - dns les rguments de ˆf trduit le renversement de l imge. Montge 4f Un cs prticulier intéressnt est celui du montge dit 4f dns lequel les deux lentilles sont identiques f = f = f. Les reltions objet-imge entre les mplitudes deviennent f x,y = e 4ikf f x, y ˆP x, y et dns l espce de Fourier ˆf u, v = λ f e 4ikf ˆf u,v Pu,v l objet et l imge ont ici l même tille. Fréquence de coupure et contrste Le msque de filtrge est toujours limité sptilement, souvent il s git d une fente ou d un trou. L fonction Px,y est lors à support borné. Fisons l hypothèse que P est une

10 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente P u, d " λ f " u Figure.3 Illustrtion du principe de filtrge d une mire sinusoïdle. En trit continu : grphe de l fonction de trnsfert Pu, de fréquence de coupure u c = d. Une grille de période possède les trois fréquences sptiles et ±, représentées pr des pics de Dirc sur le grphe dns le cs où < u c, = u c et > u c. Dns le premier cs, les pics ltérux sont multipliés pr l constnte P, et l objet filtré correspondnt est une sinusoïde de contrste moindre. Dns les deux utres cs, seule l fréquence est trnsmise, l imge dns le pln P est uniforme. fonction pire et plçons-nous sur l xe y =, l fonction P x, s nnule pour x d/, le support est de lrgeur d. L fonction de trnsfert du filtrge P u, s nnule lors pour une vleur u c dite fréquence de coupure et qui vut u c = d. Physiquement cette vleur représente l fréquence de l sinusïde l plus serrée que le montge optique est cpble d imger vec un contrste non nul. En effet considérons un objet sinusoïdl tx,y = cos πx/. Les fréquences sptiles présentes dns cet objet sont et ±/. Effectuons un filtrge optique de cet objet à l ide d un montge 4f. L reltion.9 devient, K étnt l constnte multiplictive [ ˆf u, v = K Pu,v δu,v+ u 4 δ +,v 4 u+ δ ],v ce qui s écrit ussi ˆf u,v = K P,δu,v + K 4 P/, [δ u,v +δ u+ ],v si l fréquence de l sinusoïde u c, lors P/, et ˆf u,v = K P,δu,v est limitée à son seul pic centrl. L imge dns le pln P est lors uniforme contrste nul. On dit que le msque P ne trnsmet ps les fréquences supérieures à u c. L figure.3 illustre ce principe. L fonction de trnsfert donne une idée du contrste de l mplitude de l imge dns le pln P. Cette mplitude s écrit comme l trnsformée de Fourier inverse de l éqution précédente f x,y = Cte P,+P πx, cos Elle correspond à une sinusoïde de contrste C = P, P,

11 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente Ce qui donne une significtion physique à l fonction de trnsfert et une mnière de l msurer. L mesure de l fonction de trnsfert est un moyen de crctériser l qulité des optiques. En fit l oeil et les détecteurs sont sensibles à l intensité et ps à l mplitude. Pour cette rison l fonction de trnsfert mesurée est plutôt celle qui correspond à l reltion objet-imge en éclirge incohérent reltion sur les intensités et non sur les mplitudes...4 Objet à l infini Formtion d imges On peut supprimer l première lentille et plcer l objet à grnde distnce de l lentille restnte : on rélise insi une vrie diffrction de Frunhofer entre le pln de l objet et le pln du msque. Le montge optique est lors le suivnt : Onde plne P x Diffrction de Frunhoffer distnce D P P x f z z=-d objet Msque z= Les nottions sont les suivntes Amplitude de l onde incidente dns le pln de l objet : ψ tx,y : coefficient de trnsmission de l objet Distnce objet-msque : D, ssez grnd pour pouvoir fire l pproximtion de Frunhofer Lentille de focle f et msque Px,y dns le même pln pris comme origine des z f x,y : mplitude u pln focl A l sortie de l objet z = D, l mplitude s écrit f x,y = ψ tx,y Une première diffrction de Frunhofer permet d écrire l mplitude à l entrée du msque ψx,y, = eikd iλd ˆf x λd, y λd puis sur l lentille f x,y = eikd iλd ˆf x λd, y Px,y λd On utilise l reltion. qui donne l mplitude u foyer de l lentille [ ] f x,y = eikf iπρ x i exp ˆf, y [ ] = eikf+d iπρ λ fd exp = e ikf+d D [ ] iπρ f exp F x, y ˆP z=f x {ˆf λd, y } Px,y λd x, y f x D f, yd f Posons α = x f et β = y f. Ce sont les sinus des deux ngles θ x et θ y sous lesquel est vu un point du pln focl imge x,y depuis le centre de l lentille dessin ci-contre. Posons ussi iα,β = f x,y = f αf,βf. Alors

12 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente que f x,y désigne l mplitude en un point x,y de l imge réprtition sptile d mplitude, iα,β désigne l mplitude diffrctée dns l direction α, β, c est donc une réprtition ngulire d mplitude dns l imge. Il vient iα,β = e ikf+d D f exp[ iπα +β ] α ˆP λ, β f αd, βd λ Posons oα,β = f αd,βd, cette fonction désigne l mplitude observée depuis le centre de l lentille dns une direction α, β, c est à dire l réprtition ngulire d mplitude sur l objet. Nous boutissons à l reltion de convolution suivnte : iα,β = e ikf+d D f exp[ iπα +β ] α ˆP λ, β o α, β λ Cette reltion entre les réprtitions ngulires d mplitude est indépendnte de l focle de l lentille et de l distnce de l objet. L réponse impulsionnelle de l objet est l trnsformée de Fourier du msque Rα,β = ˆP α λ, β λ Cette reltion est à comprer à celle qui existe entre les réprtitions sptiles d mplitude entre les plns P et P d un montge à double diffrction eq..8. Outre l indépendnce pr rpport ux focles, nous vons ici un terme multiplictif exp [ iπα +β ] qui dépend des vribles α,β. Cependnt ce clcul est fit dns les limites de l optique prxile vec des ngles inférieurs à l dizine de degrés voir??. Dns le visible, λ.5µm, les focles moyennes dont de quelques dizines de centimètres, prenons pr exemple f = m. Posons θ = α +β. Nous sommes en optique prxile si θ < 5.5 rd. L rgument de l exponentielle vut lors πα +β 7 et le fcteur multiplictif exp [ iπα +β ] est donc toujours qusiment égl à un en optique prxile. On peut donc ré-écrire l reltion de convolution objet-imge : iα,β = e ikf+d D f ˆP α λ, β λ o α, β. Fonction de trnsfert Soit σ α,σ β le couple de fréquences ngulires ssocié à α,β. L TF de l éqution précédente s écrit îσ α,σ β = e ikf+d D f ô σ α, σ β λ P λσ α, λσ β d où î σ α, σ β = Dλ f L fonction de trnsfert du filtrge s écrit e ikf+d ôσ α,σ β Pλσ α,λσ β. Tσ α,σ β = Pλσ α,λσ β Fonction pupille Considérons le montge optique de l figure.4, constitué d un diphrgme de coefficient de trnsmission Px,y plcé dns le pln focl objet d une lentille convergente de focle F. Eclirons-le pr une onde plne d mplitude constnte A. On observe dns le pln focl imge l réponse impulsionnelle, dont l mplitude complexe Rα,β s écrit comme une trnsformée de Fourier simple de l fonction Px,y : Rα,β = AeikF i ˆP α λ, β λ L fonction Px,y est ppelée fonction pupille de l instrument. Elle correspond, à une constnte près, à l distribution d mplitude dns le pln focl objet de l lentille.

13 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 3 P x F P P F x Onde incidente plne z Pupille Lentille Imge Figure.4 Fonction pupille dns pln focl objet d une lentille convergente. L mplitude dns le pln focl imge est l TF simple de l fonction pupille. On prle prfois de chrnière optique pour l pupille : une trnsltion trnsversle de l imge convolution pr un terme δα α multiplie l pupille pr un terme de phse e ikαx sns chnger s position. Dns le cs où l pupille est un diphrgme circulire qui délimite un fisceu de ryons, les ryons périphériques pssent à trvers le diphrgme quelle que soit l position de l imge voir figure.5. Le pln focl objet ou pln pupille est le seul pln où celà se produit. Il est à noter que lorsque le msque Px,y n est ps dns le pln pupille pln focl objet de l lentille, lors l fonction pupille n est plus Px,y. Il pprit une convolution pr un terme de phse qudrtique exprimnt l propgtion entre le pln pupille pln focl objet, et le pln du msque terme de défoclistion. Mis l fonction pupille reste l distribution d mplitude dns le pln focl objet. Rpport d ouverture C est le rpport r = f d vec f l focle de l lentille et d le dimètre de l pupille d entrée. Dns les ppreils photos, un diphrgme réglble permet d juster le rpport r à des vleurs comme.8 ou 5.6 bien connues des photogrphes. Le tbleu suivnt donne le dimètre de l pupille d entrée d un objectif de focle f = 5 mm pour différentes vleurs du rpport d ouverture : r d. 4 mm.8 8 mm mm 4.5 mm.3 mm Un objectif ouvert. ur donc une lentille frontle de dimètre u moins égl à 4 cm de dimètre, contre seulement cm pour un objectif ouvert à 5.6. Il ser donc 6 fois plus lumineux. Mis ussi plus difficile à réliser techniquement : une lentille de tille plus importnte ur une surfce plus bombée et les berrtions optiques seront plus difficiles corriger. Fréquence de coupure et pouvoir de résolution : cs d une lunette stronomique Une lunette stronomique est constituée d une lentille limitée pr un diphrgme circulire.

14 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 4 x F F x z Trnsltion de l imge Pupille Lentille Imge Figure.5 Illustrtion de l effet de chrnière optique de l fonction pupille. Lorsque l on déplce l imge dns le pln focl imge, les ryons correspondnt s inclinent mis pssent tous pr l pupille. L mplitude complexe de l pupille est multipliée pr un terme de phse linéire correspondnt à une onde plne inclinée. * Objet à l infini L fonction pupille s écrit Lunette stronomique Px,y = x +y d l fonction de trnsfert s écrit Tσ α,σ β = λ σα +σβ d T σ elle possède une fréquence de coupure σ c = d λ l réponse impulsionnelle s écrit Rα,β = πd J πd α +β c λ = πd J c πdφ λ - d λ R φ d λ λ d.3 λ d σ φ

15 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 5 Le pouvoir de résolution en éclirge cohérent est défini à prtir de l imge de deux sources ponctuelles. Soit oα,β = δα,β + δα α,β l réprtition ngulire d mplitude de l objet. L imge u foyer de l lunette possède une réprtition ngulire d mplitude iα, β qui s écrit à l ide de l reltion. iα,β = Cte o α, β Rα,β ce qui donne l superposition de deux réponses impulsionnelles déclées de α : iα,β = Cte [Rα,β+Rα+α,β] comme schémtisé sur le dessin ci-près : δα,β + δα α,β Rα,β Rα,β + R α α,β * = Objet : points Réponse impulsionnelle Amplitude de l imge Lorsque l on fit vrier l écrtement α des deux sources, les mplitudes Rα,β et Rα+α,β correspondent à deux tches lumineuses dont l écrtement vrie dns les mêmes proportions, comme illustré pr l figure.6. L tille de chque tche est de l ordre de λ/d. Si les deux sources sont très séprées α λ/d les deux réponses impuslsionnelles seront ussi très séprées dns l imge : on observer deux tches. Dns le cs inverse les deux tches se fondent en une seule. Le cs limite définit le pouvoir de résolution de l instrument. C est l écrtement minimum entre deux points séprés en deux tches individuelles. Pr extension ce pouvoir de résolution donne l tille du plus petit détil visible dns une imge. L définition du pouvoir de résolution est ssez empirique et dépend de l instrument utilisé : une pupille crrée ur un pouvoir de résolution différent d une pupille circulire. En éclirge cohérent ddition des mplitudes une définition possible est l ngle ρ entre le centre de l réponse impulsionnelle et son premier minimum négtif. L figure.6 colonne du milieu montre que si α = ρ on observe deux tches à peine séprées vec une intensité centrle I vlnt 8 pour cent de celle du mximum observée u centre des tches. Pour une pupille circulire, le pouvoir de résolution en éclirge cohérent vut donc : ρ =.6 λ d Ce résultt n est ps pplicble en lumière blnche voir chpitre sur l cohérence où l on somme les intensités provent des deux sources et non leur mplitude. Le pouvoir de résolution en lumière incohérente vut, selon l définition de Lord Ryleigh ρ =. λ d.

16 Chpitre :Filtrge en lumière cohérente 6 Amplitude Intensité α =λ/ d α =.6 λ/ d α = λ/ d IM I =.8 IM Figure.6 Illutrtion du pouvoir de résolution d une optique à pupille circulire de dimètre d en lumière cohérente. On fbrique l imge de deux points pr l somme des mplitudes de deux réponses impulsionnelles déclées iα,β = Cte [Rα,β + Rα + α,β] voir texte. Les trois figures du hut montrent l mplitude somme iα,β et les deux mplitudes individuelles Rα,β et Rα+α,β pour différentes vleurs de α. Les courbes de l ligne du milieu montrent l intensité correspondnte iα,β. On s pperçoit que dns le cs où α < λ d les deux tches sont confondues en une seule et l on dit que l instrument n est ps cpble de séprer les deux sources. Un cs limite est tteint qund α =.6 λ d colonne du milieu : le mximum de chque tche tombe en fce du premier minimum négtif de l utre. L intensité u centre vut 8 % du mximum. Les trois figures du bs donnent l spect visuel de l imge dns chcun des cs.

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

LE RESEAU RECIPROQUE solution

LE RESEAU RECIPROQUE solution LE RESEU RECIPROQUE solution L pge 85 de votre poly de physique est conscrée à l définition du réseu réciproque, un concept initilement introduit pr J.W. Gibbs (189-190). Ce concept, plutôt bstrit, est

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

La lumière : une onde

La lumière : une onde P g e TS Physique Exercice résolu Enoncé Remrque : les 3 prties sont indépendntes. e texte ci-dessous retrce succinctement l évolution de quelques idées à propos de l nture de l lumière : Pr nlogie à l

Plus en détail

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICE 1 : Les ondes rdio Un élève consulte Internet pour récolter des informtions sur les ondes rdio. Il lit: «Lorsqu'une onde rencontre un obstcle de grnde dimension

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ ICNA - SESSION 9 ÉPREUVE OPTIONNEE DE PHYSIQUE CORRIGÉ Diffusion thermique dns un câble électrique.. puissnce volumique dissipée pr effet Joule dns le conducteur est donnée pr P. Je J J.E e γ I e vecteur

Plus en détail

% f (t) e #i!t dt. $ f (x) e "ikx dx. Généralité de la Transformation de Fourier

% f (t) e #i!t dt. $ f (x) e ikx dx. Généralité de la Transformation de Fourier Générlité de l Trnsformtion de Fourier 3. Trnsformée de Fourier, diffrction et interférences : l eemple des ondes lumineuses Sons (ou phénomène dépendnts du temps) : temps t et fréquence (ou fréquence

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

CHAPITRE II INTERFERENCES A DEUX ONDES LUMINEUSES PAR DIVISION DU FRONT D ONDE

CHAPITRE II INTERFERENCES A DEUX ONDES LUMINEUSES PAR DIVISION DU FRONT D ONDE Prof. H. NAJIB Optique Physique Version : sept. 006 CHAPITRE II INTERFERENCES A DEUX ONDES LUMINEUSES PAR DIVISION DU FRONT D ONDE II.1- Définition On dit que deux ondes (ou plusieurs) interfèrent lorsque

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

DM n o 1 Propagation d une onde

DM n o 1 Propagation d une onde DM n o 1 Propgtion d une onde 1. Étude sur une cuve à ondes. On lisse tomber une goutte d eu sur une cuve à ondes. Le fond de l cuve à ondes présente un décrochement de telle sorte que l onde créée pr

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER

Recherche des paramètres de préréglage en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Recherche des prmètres de préréglge en injection. 1 COURS SUR LA RECHERCHE DES PARAMETRES POUR LE CHOIX ET LE PREREGLAGE DES PRESSES A INJECTER Appliction et utilistion des préréglges : Les données de

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Chapitre 3.5a La diffraction

Chapitre 3.5a La diffraction Chpitre. L diffrction Le phénomène de l diffrction L diffrction est le comportement ondultoire déformnt une onde plne en onde sphérique lorsque celle-ci rencontre un obstcle ou une ouverture. L déformtion

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

Intégration (suite) 1 Champs de vecteurs et intégrales curvilignes

Intégration (suite) 1 Champs de vecteurs et intégrales curvilignes . Intégrtion (suite) e qui suit comporte trois prties : l première correspond à peu près à ce qui été trité lors du dernier cours, certins exemples du cours et d utres clculs sont présentés dns l deuxième,

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Chapitre 7: Bandes d énergie. On ne fera pas le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171-2

Chapitre 7: Bandes d énergie. On ne fera pas le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171-2 Chpitre 7: Bndes d énergie On ne fer ps le modèle de Kronig-Penney: p. 165-7,171- ppel Gz d électrons libres: Modèle le plus simple pour un métl Électrons libres dns une boîte de LLL On résout l éqution

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels Chpitre I Introduction ux problèmes vritionnels I.1. Introduction. Le clcul des vritions concerne l recherche d extrems (minimums ou mximums), et peut être considéré comme une brnche de l optimistion.

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Formation et Analyse d'images. Stéreo et la Géometrie Epipolaire

Formation et Analyse d'images. Stéreo et la Géometrie Epipolaire Formtion et Anlyse d'imges Jmes L. Crowley ENSIMAG 3 Premier Bimestre 2002/2003 Sénce 7 21 novmre 2002 Stéreo et l Géometrie Epipolire Pln de l Sénce: L Vision Stéréoscopique...2 Les Techniques d'appriement...2

Plus en détail

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage

Notice d instructions originales 11/2010. à conserver pour une utilisation ultérieure. Bac de rangement. Réf. 583010000. Les techniciens du coffrage 11/2010 Notice d instructions originles 999281403 fr à conserver pour une utilistion ultérieure c de rngement Réf. 583010000 escription du produit escription e c de rngement ok est un ccessoire de levge

Plus en détail

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV

2008 2010 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV LEGTHP Sint Nicols STAV Promotion 8 MODULE M4 MATHEMATIQUES TERMINALE STAV Fiches de cours S. FLOQUET Septemre 9 Lycée Sint Nicols Igny Promotion 8 SOMMAIRE STAV PARTIE : RESUMES DE COURS Équtions de droites

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Formation et Analyse d'images. La Vision Stéréoscopique

Formation et Analyse d'images. La Vision Stéréoscopique Formtion et Anlyse d'imges Jmes L. Crowley ENSIMAG 3 Premier Bimestre 2007/2008 Sénce 11 21 décemre 2007 Pln de l Sénce : L Vision Stéréoscopique L Vision Stéréoscopique...2 Les Techniques d'appriement...2

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document été mis en ligne pr le Cnopé de l cdémie de Bordeux pour l Bse Ntionle des Sujets d Exmens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, dpté ou

Plus en détail

Stage olympique de Cachan Géométrie

Stage olympique de Cachan Géométrie Stge olympique de chn Géométrie Exercices du vendredi 20 février 2015 1 Quelques définitions et résultts utiles éfinition (Nottions) Soit un tringle non plt. On utiliser usuellement les nottions suivntes

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Diffraction de la lumière

Diffraction de la lumière Terminle S iffrction de l lumière Objectifs : - Observer des phénomènes de diffrction. - Rechercher les fcteurs ynt une influence sur l figure de diffrction : * en déduire l lrgeur d une fente fine à l

Plus en détail

ANALYSE APPROFONDIES II MT242

ANALYSE APPROFONDIES II MT242 ALGÈBRE ET ANALYSE APPROFONDIES II MT242 Année 1998-1999 Chpitre 0. Introduction générle Dns cette introduction nous llons commenter les principles notions contenues dns le cours du second semestre, leurs

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux

Cours de Terminale S Lycée Camille Pissarro 2013-2014. Sébastien Andrieux Cours de Terminle S Lycée Cmille Pissrro 203-204 Sébstien Andrieux 7 juin 204 Tble des mtières I Cours de Terminle S 5 Risonnement pr récurrence 6 2 Suites et limites des suites 8 I Suite convergente,

Plus en détail

Détecteur de mouvement extérieur

Détecteur de mouvement extérieur Crctéristiques Portée 1 m Angle de détection 90 Huteur de fixtion 0,80 m 1,0 m Autoprotégé à l ouverture Utilistion en extérieur Indice de protection IP 5 Tempérture de fonctionnement -0 C à +50 C Type

Plus en détail

POLYGONES ET POLYEDRES

POLYGONES ET POLYEDRES CHAPITRE V POLYGONES ET POLYEDRES L Géométrie ne nous intéresse que pr ses interférences vec l Algèbre. Pourtnt, nous essyons ici de concilier les «deux» géométries, plne et dns l espce, trop souvent enseignées

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie 5-050--0 Production des ryons X en imgerie pr projection et en scnogrphie D. Régent, D. Mndry, V. Croise-Lurent,. Oliver, F. Jusset, V. Lombrd Le tube rdiogène reste le fcteur limitnt dns les techniques

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

Chapitre 2 Limites et asymptotes

Chapitre 2 Limites et asymptotes Chpitre 2 Limites et symptotes A) Introduction ) Le grenier Je veux monter un toit à une pente en lissnt l plce pour une pièce (grenier) de 3 mètres de long et 2 mètres de hut. OA = 3, OC = 2, OE = x.

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT L Météorologie 8 e série - n 28 - décemre 1999 57 D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ Guy Crochrd et Didier Renut

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Fonctions affines ; Equations et inéquations

Fonctions affines ; Equations et inéquations Fonctions ffines ; Equtions et inéqutions I. Fonctions ffines.. Définition Définition d une fonction ffine : on ppelle fonction ffine toute fonction définie sur pr f ( ) où et sont des réels tels que.

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Quantification et échantillonnage

Quantification et échantillonnage numérique à l et échntillonnge Signl physique (onde lumineuse, onde sonore) : vrition d une grndeur physique (éclirement, pression) en temps et/ou espce Sénce 4 et échntillonnge Contrintes de l représenttion

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER

CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER CHAPITRE 4 LA TRANSFORMÉE DE F OURIER 4. Fonctions loclement intégrbles Soit I un intervlle de R et soit f : R R une ppliction. Définition 4.. On dit que f est loclement intégrble sur I si f est intégrble

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

Analyse 1 L1-mathématiques

Analyse 1 L1-mathématiques Anlyse L-mthémtiques Renud Leplideur Année 3-4 UBO Tble des mtières Inéglités et clculs 3. Nombres..................................... 3.. Les ensembles N, Z, Q et R...................... 3.. Les intervlles

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines

Fonctions : variations et extremums. Fonctions affines Fonctions : vritions et extremums. Fonctions ffines Clsse de seconde I. Sens de vrition d'une fonction... 1) Fonctions croissntes... ) Fonctions décroissntes... II. Tbleu de vritions...3 III. Mximum, minimum...3

Plus en détail

interférences à deux ondes ; fentes de Young (1h) étude sommaire de la diffraction (30 mn) polariseurs (30 mn)

interférences à deux ondes ; fentes de Young (1h) étude sommaire de la diffraction (30 mn) polariseurs (30 mn) interférences à deux ondes ; fentes de Young (1h) étude sommire de l diffrction (3 mn) polriseurs (3 mn) 1. interférences des fentes de Young : étude vec un viseur (durée 3 mn) 1.1 perçu théorique Une

Plus en détail

Mathématiques du signal déterministe

Mathématiques du signal déterministe Conservtoire Ntionl des Arts et Métiers MAA17 Mthémtiques du signl déterministe Nelly POINT 11 octobre 211 Tble des mtières 1 Intégrtion 3 1.1 Méthodes d intégrtion : rppels........................ 3

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

LES CONIQUES. Qu est-ce qu une conique?

LES CONIQUES. Qu est-ce qu une conique? LES CONIQUES Qu est-ce qu une conique? Une conique est une courbe plne que l on peut trcer sur un cône de révolution à deux nppes. Suivnt l position qu il occupe pr rpport à un cône, un pln qui coupe ce

Plus en détail

Kit de survie - Bac S

Kit de survie - Bac S Kit de survie - Bc S. Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k

Plus en détail

Corrigé transformateurs triphasés Cours et exercices

Corrigé transformateurs triphasés Cours et exercices Exercice I Répondre ux questions suivntes Corrigé trnsformteurs triphsés Cours et exercices. L puissnce ctive nominle est indiquée sur l plque signlétique d un trnsformteur : vri ou fux? C'est fux, c'est

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail