ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé"

Transcription

1 ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé Décembre 2007 Série techique Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR fåíêççìåíáçå La récupératio de la chaleur des eaux domestiques est ue techologie relativemet simple qui permet aux méages de réduire leur cosommatio e eau chaude et de prologer le temps de dispoibilité de l eau chaude durat les périodes de grade demade ou d utilisatio cotiue. Les récupérateurs de chaleur des eaux domestiques tiret parti du pricipe de la tesio superficielle, selo lequel l eau ted à s écouler le log des parois des tuyaux de vidage verticaux. Cela se traduit par u rapport «surface de cotact/volume» très élevé qui permet d extraire la chaleur des eaux domestiques e eroulat la caalisatio d arrivée d eau froide autour du tuyau de vidage vertical. Il existe à l heure actuelle u certai ombre de récupérateur de chaleur des eaux domestiques brevetés. U programme de recherche visat à évaluer das quelle mesure ces appareils peuvet récupéré l éergie a été meé par le Cetre caadie des techologies résidetielles (CCTR) 1. Six échageurs thermiques de fabricatio de série ot été mis à l essai das le cadre de deux études meées respectivemet e 2005 et e Ces appareils étaiet costitués d u tuyau de vidage e cuivre de 3 po (76,2 mm) de diamètre omial et de logueur variable etouré d ue coduite de cuivre souple de 1/2 po (12,7 mm) ou de 3/8 po (9,5 mm) de diamètre omial. De l eau froide circule das la petite coduite souple pour capter la chaleur des eaux domestiques, comme le motre la figure 1. La dispositio de la coduite autour du tuyau de vidage, de même que la forme des différetes coduites, varie d u modèle à l autre. Vers les appareils Vers le chauffe-eau Eau froide d alimetatio Eaux domestiques chaudes proveat des douches, évier et lavabos Sortie des eaux domestiques de vidage Figure 1 Vue e coupe schématique d u récupérateur de chaleur des eaux domestiques type 1 Le Cetre caadie des techologies résidetielles (CCTR) est u établissemet de recherche voué à l évaluatio d iovatios techiques das le domaie de l habitatio. Le CCTR est exploité e parteariat par le Coseil atioal de recherches du Caada (CNRC), Ressources aturelles Caada (RNC) et la Société caadiee d hypothèques et de logemet (SCHL). Les istallatios de recherche et de démostratio du CCTR compreet deux maisos idetiques de deux étages, avec sous-sol complet, équipées d ue batterie d istrumets et de capteurs. Ces maisos, de 210 m 2 (2 260 pi 2 ), sot costruites selo la orme R-2000 et o y évalue e parallèle la performace des ouvelles techologies à l échelle de la maiso etière e simulat l occupatio. Le CCTR dispose égalemet d u Ifocetre où Bâti-Flex MC est e démostratio. Pour de plus amples reseigemets sur le CCTR, visitez le AU CŒUR DE L HABITATION

2 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR Das la plupart des habitatios, il se produit des «évéemets» de vidage des eaux domestiques où itervieet de l eau froide seulemet (toilette), de l eau froide et de l eau chaude (lavabos, lessive et douche) ou de l eau chaude seulemet (lave-vaisselle). Das certais cas, l eau chaude circule simultaémet das les tuyaux d approvisioemet et de vidage (évier et douche), alors que das d autres il y a u délai etre l apport d eau chaude et la vidage d eau tempérée (lessive, lave-vaisselle et bais). Il importate de faire la distictio etre ces types d évéemets, car le type de récupérateur de chaleur géérique dot il est questio ici possède ue très faible capacité de stockage et est plus efficace lors d évéemets où l eau coule logtemps et e même temps qu elle se vidage, comme c est le cas des douches. mêçöê~ããé=çé=êéåüéêåüé C est e 2005 que les chercheurs du CCTR ot commecé à étudier l efficacité des récupérateurs de chaleur des eaux domestiques. Aisi, ils ot mesuré les écoomies quotidiees de gaz aturel géérées par trois modèles de récupérateurs selo deux agecemets de plomberie et quatre horaires quotidies d utilisatio de l eau chaude et de l eau froide. L efficacité de ciq récupérateurs de chaleur a égalemet été mesurée. L u des objectifs de l étude était de détermier si les débits o simultaés avaiet ue icidece sur les écoomies d éergie et offertes par les récupérateurs mis à l essai, par coséquet, si o devait e teir compte das les prochaies modélisatios. L étude de 2005 a motré que la chaleur récupérée pedat les évéemets aux débits o simultaés était égligeable. E 2006, das la foulée de cette étude iitiale, six récupérateurs ot été évalués, y compris les ciq modèles mis à l essai e L étude de 2006 a permis d élaborer u modèle d efficacité plus précis. Les doées brutes d essais de circulatio d eau avec douche seulemet ot été jumelées à des modèles mathématiques afi de créer u calculateur d écoomie d éergie, de calculer des courbes du débit e foctio de la chute de pressio das la tuyauterie d alimetatio e eau pour chaque récupérateur de chaleur et d élaborer ue procédure pour les prochais essais d efficacité des récupérateurs de chaleur des eaux domestiques. Tous les essais et modélisatios ot été meés au Cetre caadie des techologies résidetielles (CCTR). 1 Les essais de 2005 ot été effectués das la maiso d essai du CCTR. Les essais de 2006 ot été effectués das la maiso Bâti-Flex MC de l Ifocetre du CCTR. Ces essais icluaiet pas les essais habituels du CCTR sur les deux maisos jumelles. j íüççé Deux agecemets d istallatio différets ot été employés das les deux études. Pour certais essais, ces agecemets ot été comparés à u agecemet de référece. Tous les récupérateurs de chaleur avaiet u tuyau de vidage itere de 3 po de diamètre. Référece : aucu récupérateur de chaleur, tuyau isolé. Agecemet A : l eau d alimetatio du réservoir à eau chaude est préchauffée par le récupérateur de chaleur des eaux domestiques. Agecemet B : l eau froide d alimetatio du réservoir à eau chaude et l eau froide de la douche sot préchauffées par le récupérateur de chaleur des eaux domestiques. Les caractéristiques géérales des récupérateurs de chaleur évalués et les modèles mis à l essai das le cadre de chaque étude figuret aux tableaux 1 et 2. Tableau 1 Récupérateurs de chaleur des eaux domestiques mis à l essai Modèle de récupérateur Logueur Essais 2005 Essais 2006 Logueur totale (po) Sectio avec échageur (po) Débits d eau quotidies Efficacité Agecemet A Agecemet B PowerPipe R ,5 PowerPipe R GFX, G ,25 GFX, G ReTherm S à 28 ReTherm C Société caadiee d hypothèques et de logemet

3 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR Tableau 2 Caractéristiques des récupérateurs de chaleur Modèle Logueur Tuyaux Tous : diamètre du tuyau de vidage de 3 po Logueur totale (po) Sectio avec échageur (po) Diamètre du tuyau de l échageur (po) Passages de tuyaux Eroulemet Sectio PowerPipe R ,5 0,375 Quadruple Sectios simples Le plus carré PowerPipe R ,375 Quadruple Sectios simples Le plus carré GFX, G ,25 0,5 Simple Sectios simples 2 e plus carré presque carré GFX, G ,5 Simple Sectios simples 2 e plus carré presque carré ReTherm S à 28 0,5 Simple Deux sectios égales 3 e plus carré presque carré ReTherm C ,5 Simple Sectios simples 3 e plus carré presque carré Figure 2 Trois récupérateurs de chaleur mis à l essai das la phase 1 de l étude. De haut e bas : ReTherm S3-60, GFX G3-40 et PowerPipe R3-36. Société caadiee d hypothèques et de logemet 3

4 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR fåëí~ää~íáçå Phase 1 de l étude (2005) Pour mesurer la cosommatio quotidiee d eau, ciq vaes ot été istallées sur chaque récupérateur de chaleur afi d autoriser les trois modes de foctioemet (référece, agecemet A et agecemet B). Ue vae de mélage maiteait la température de l eau de la douche à 46 C (114 F) eviro. U réservoir de 100 L (22 gal) simulait le stockage d eau das les bais, les lave-lige et le lavevaisselle, et u clapet motorisé a été employé pour vidager la toilette automatiquemet. U compteur de gaz aturel à impulsio braché directemet au réservoir à eau chaude mesurait la cosommatio de gaz. Trois compteurs d eau à impulsio mesuraiet le débit d eau froide, tiède et chaude. Huit thermocouples mesuraiet la performace du système et l efficacité du récupérateur de chaleur des eaux domestiques. Les doées étaiet eregistrées à itervalles de 10 miutes pour les volumes d eau quotidies et à itervalles d ue miute pour les essais d efficacité du système das le cas de la douche. Phase 2 de l étude (2006) Les récupérateurs de chaleur des eaux domestiques ot été istallés de la même maière que das l étude iitiale. E plus, des trasducteurs de pressio ot été istallés à l etrée et à la sortie pour mesurer la perte de pressio das la tuyauterie du récupérateur de chaleur à différets débits. Des thermocouples ot été istallés aux raccords du haut et du bas, et aux raccords d etrée et de sortie des coduites du récupérateur. Pour compeser les variatios de température de l eau froide d alimetatio, l eau de deux réservoirs était refroidie à l aide d u refroidisseur de 2 kw (2,68 HP) e boucle fermée activé par ue pompe de circulatio. Ue vae de mélage de l eau froide a été posée etre l alimetatio d eau froide et l alimetatio muicipale pour mieux maîtriser la température de l eau. Avec cette istallatio, l eau froide a été maiteue à ue température de 8 C (46 F). Figure 3 Schéma de l agecemet d essai du récupérateur de chaleur des eaux domestiques 4 Société caadiee d hypothèques et de logemet

5 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR bëë~áë Phase 1 de l étude (2005) Deux types d essais ot été meés au cours de cette étude iitiale. Le premier visait à quatifier les écoomies d éergie possibles das ue maiso représetative ayat deux, trois ou quatre occupats. Chaque échageur thermique a été mis à l essai e huit différets agecemets et horaires d utilisatio. Les volumes d eau utilisés das le cadre de cette étude étaiet semblables à ceux utilisés par le CCTR pour évaluer les chauffe-eau. Pour estimer l importace des écoomies o liées à la douche, o a comparé la référece et les doées expérimetales à partir de 8 h 30 (c est-à-dire après la récupératio du réservoir à eau chaude après la derière douche). Le deuxième essai visait à détermier l efficacité des récupérateurs de chaleur des eaux domestiques. Les essais d efficacité i situ 2 ot cosisté à faire couler la douche jusqu à ce que la température de l eau passe de 46 C (114 F) à la température iférieure à celle du corps (37,0 C [98,6 F]) pour chaque récupérateur de chaleur et pour chaque agecemet. Phase 2 de l étude (2006) Les essais ot porté sur le débit de la douche et la température à l etrée et à la sortie de six récupérateurs de chaleur des eaux domestiques pour l agecemet A (préchauffage de l eau d alimetatio du réservoir à eau chaude) et l agecemet B (préchauffage de l eau d alimetatio du réservoir à eau chaude et de la douche). Les écoomies d éergie et le redemet ot été mesurés pour des débits de douche de 6,5, 8,5 et 10 L (1,4, 1,8 et 2,2 gal) par miute à des températures de 37, 41 et 45 C (98,6, 105 et 113 F). L alimetatio d eau froide a été maiteue à 8 C (46 F). La chute de pressio d eau a été mesurée das chaque appareil et pour les trois débits susmetioés. Après les essais iitiaux de tous les paramètres sur deux systèmes (18 essais par appareil) et l aalyse des courbes du ombre d uités thermiques (NUT) 3, il a été détermié qu etre 8 et 10 essais par système étaiet suffisats. Le débit s est avéré le seul paramètre sigificatif pour l évaluatio du NUT de chaque récupérateur de chaleur. o ëìäí~íë Phase 1 (2005) Etre septembre 2005 et février 2006, des doées de référece ot été recueillies pedat 33 jours et des doées expérimetales ot été recueillies pedat 72 jours. Les résultats représetet les écoomies de gaz aturel e foctio d ue série de températures de l eau froide (miima jouraliers de 19,4 à 9,5 C [66,92 à 49,10 F]) et de débits d eau. Par coséquet, les écoomies auelles e peuvet être projetées par simple multiplicatio. E théorie, certaies écoomies pourraiet être réalisées avec des débits o simultaés grâce au stockage de la chaleur das l eau des coduites du récupérateur de chaleur et das la masse de cuivre. Les essais ot démotré toutefois que les écoomies réalisées par la récupératio de la chaleur d origie autre que la douche durat le jour sot aulées par u seul cycle du brûleur du réservoir à eau chaude, lorsque celui-ci doit démarrer à la suite des déperditios de chaleur, alors qu aucu volume d eau chaude est réellemet utilisé. Les essais d efficacité i situ ot mesuré combie de temps la douche devait couler pour que la température de l eau atteige 37 C (98,6 F). Tous les récupérateurs de chaleur des eaux domestiques ot doé des durées cosidérablemet plus logues e dispositio d eau chaude que la référece de 28 miutes. E agecemet A, cette durée a varié etre 39 et 62 miutes, alors qu e agecemet B, elle allait de 53 à plus de 75 miutes. L efficacité thermique globale au chapitre de la durée et de la masse pour chaque système a varié etre 46 % et 67 %. L agecemet A est plus efficace thermiquemet que l agecemet B pour la douche seule e raiso du plus faible débit d eau froide, qui permet à l eau sortat du récupérateur de chaleur d atteidre ue température plus proche de celle de l eau descedat das le tuyau de vidage et passat à travers le récupérateur de chaleur. Toutefois, lors des essais d ue jourée complète, l agecemet B a permis d écoomiser plus de gaz aturel, car le plus grad volume d eau passat das le récupérateur de chaleur compese le déficit e efficacité. Phase 2 (2006) Performace Certaies différeces de performace ot été relevées etre les six récupérateurs de chaleur des eaux domestiques. Elles sot attribuables 2 3 Ces résultats sot désigés «efficacité i situ», car les coditios de mise à l essai étaiet pas aussi rigoureuses qu e laboratoire. NUT = Nombre d uités de trasfert de chaleur. Le NUT est ue mesure du trasfert de chaleur d u échageur thermique : plus le NUT est élevé, plus le trasfert de chaleur s approche de sa limite thermodyamique. La méthode de mesure de l efficacité par le NUT doe u rapport du trasfert de chaleur expérimetal par rapport au trasfert maximum théorique de l échageur thermique. Cette méthode est particulièremet utile lorsque les températures de sortie sot icoues. Société caadiee d hypothèques et de logemet 5

6 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR à la logueur du dispositif, à la forme de la coduite de cuivre souple et à la maière dot celle-ci s eroule autour du tuyau de vidage. Il existe u équilibre optimal etre le redemet et la taille : plus le tuyau est log, l augmetatio du gai d efficacité a tedace à être margial. Les tuyaux les plus courts ot gééralemet la meilleure performace par uité de logueur. Réductio de la pressio du système d approvisioemet e eau Différets schémas d eroulemet de la coduite de cuivre souple autour du tuyau de vidage ot ue icidece sur la chute de pressio d eau das la caalisatio d eau. Les récupérateurs de chaleur les plus logs causet les plus importates chutes de pressio, alors que les récupérateurs das lesquels l eau circule par des tuyaux e parallèle ou e sectio affichet beaucoup mois de chutes de pressio. Il est possible que das les maisos ayat des systèmes à faible pressio, comme celles alimetées par ue pompe de puits artésie, u récupérateur de chaleur des eaux domestiques réduise la pressio de la douche lorsque d autres appareils tiret simultaémet de l eau du système. Das ce cas, les appareils dot la coceptio réduit au miimum les pertes de pressio d eau covieet le mieux. Calculateur d écoomie d éergie U calculateur d écoomie d éergie a été créé à partir des essais de performace et de modélisatios. Ce calculateur e lige (http://www.ceatech.ca/calculator) compred ue correctio des variatios saisoières de température de l approvisioemet e eau froide. Les utilisateurs etret les doées ci-dessous pour détermier quel récupérateur de chaleur des eaux domestiques, le cas échéat, sera le plus écoome e éergie pour leur méage. Température de la douche (3 choix) Durée de la douche Nombre de douches par jour Type de pomme de douche (4 choix) Type de chauffe-eau (liste déroulate) Type de récupérateur de chaleur des eaux domestiques (liste déroulate qui sera allogée au fur et à mesure que d autres systèmes serot évalués) Ville la plus proche (pour la température de l eau froide) Type d agecemet (A ou B) Le tableau 3 idique les résultats du calculateur pour les six récupérateurs de chaleur évalués. Voici les paramètres de référece : quatre douches de 7 miutes par jour avec ue pomme de douche à débit stadard (9,5 L/mi [2,1 gal/mi]) à température élevée (41 C [105 F]). La ville d Ottawa a été choisie comme emplacemet, et les prix de l éergie sot idiqués (écoomies auelles arrodies au dollar près). Procédure d essai Ue procédure d essai simplifiée pourrait être élaborée e maiteat costats les agecemets et la température de l eau de la douche, puis e modifiat les débits. Au départ, o faisait couler l eau de la douche pedat 30 miutes. Mais o a esuite costaté que 15 miutes suffisaiet pour que l essai passe de la phase trasitoire à la phase d équilibre. O evisage la créatio d ue istallatio d essai atioale. Tableau 3 Écoomies auelles calculées pour les six récupérateurs de chaleur des eaux domestiques évalués Modèle de récupérateur de chaleur Gaz à 48,5 /m 3 Agecemet A Élect. à 12 /kwh Mazout à 78 /L Gaz à 48,5 /m 3 Agecemet B Élect. À 12 /kwh Mazout à 78 /L m 3 $ kwh $ L $ m 3 $ kwh $ L $ PowerPipe R PowerPipe R GFX G GFX G ReTherm S ReTherm C Société caadiee d hypothèques et de logemet

7 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR Limites de l étude Phase 1 de l étude (2005) E raiso des variatios de température de l eau froide d alimetatio durat les essais, les écoomies quotidiees de gaz ot pu être comparées directemet ou employées pour extrapoler les écoomies auelles. Les résultats des essais d efficacité ot qu ue valeur relative ou comparative, puisque la durée de chaque douche déped de plusieurs facteurs idépedats de la marque ou du modèle de récupérateur de chaleur des eaux domestiques (comme la température de l eau chaude, le débit de la douche, les spécificatios du réservoir à eau chaude et la température de l eau souterraie). La chute de pressio a été mesurée pour chaque système durat les logues douches. Cepedat, e raiso des différeces relativemet faibles etre les appareils et le degré de précisio des jauges de pressio (±2 psi [± Pa]), des jauges plus perfectioées seraiet requises pour mesurer et comparer les chutes de pressio. Phase 2 de l étude (2006) Après qu il a été détermié que chaque récupérateur de chaleur des eaux domestiques pouvait être caractérisé par u NUT par rapport à la courbe de débit, o a pu écarter les variables o cotrôlées comme o sigificatives, car le débit et la température de l eau à l etrée et à la sortie se sot révélés les seules variables sigificatives. Coclusios et coséqueces pour l idustrie du logemet Bie que très semblables, les récupérateurs de chaleur évalués présetet des différeces de performace cosidérables découlat de la forme de la coduite du récupérateur de chaleur et à so mode d eroulemet autour du tuyau de vidage. L efficacité et l efficiece des récupérateurs de chaleur des eaux domestiques variet e foctio du mode de vie des occupats. Les méages qui utiliset fréquemmet la douche profiterot davatage d u tel système que les méages où le bai est privilégié. Les méages e régio rurale sas accès à u aqueduc muicipal doivet evisager des appareils dot la coceptio réduit au miimum les pertes de pressio das le système d approvisioemet e eau. L équipe resposable du projet a créé u calculateur e lige d écoomie d éergie (http://www.ceatech.ca/calculator, e aglais et e fraçais) et u essai ormalisé simplifié de performace qui sera à la base d ue orme CSA. Les calculs d écoomie d éergie sot limités aux douches à débits simultaés. Pour faire e sorte que les calculs du calculateur et des essais de performace soiet comparables, ue correctio de la température de l eau froide a été apportée pour teir compte des variatios saisoières. Le rapport complet sur ce projet est dispoible auprès de Ressources aturelles Caada et du CCTR. Variables o cotrôlées : le débit de la douche était sujet à des fluctuatios de pressio das le réseau d aqueduc muicipal résultat de l utilisatio d importates quatités d eau par d autres bâtimets du campus du CNRC, où se trouvet les maisos du CCTR; comme les compteurs d eau utilisés e géèret qu ue impulsio par litre, ue erreur de ±0,5 L/mi (±0,11 gal/mi) était prévue; La température de la douche était réglée au moye d ue vae de mélage thermostatique à réglage mauel, ce qui a causé de légères variatios. Société caadiee d hypothèques et de logemet 7

8 Le Poit e recherche Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR Représetat de la SCHL au Comité techique de recherche du CCTR : Ke Ruest Le Cetre caadie des techologies résidetielles (CCTR) Le Cetre caadie des techologies résidetielles (CCTR) est exploité e parteariat par le Coseil atioal de recherches du Caada (CNRC), Ressources aturelles Caada (RNC) et la Société caadiee d hypothèques et de logemet (SCHL). Les istallatios de recherche et de démostratio du CCTR compreet deux maisos idetiques de deux étages, avec soussol complet, équipées d ue batterie d istrumets et de capteurs. Ces maisos, de 210 m 2 (2 260 pi 2 ), sot costruites selo la orme R-2000 et o y évalue e parallèle la performace des ouvelles techologies à l échelle de la maiso etière e simulat l occupatio. Le CCTR dispose égalemet d u Ifocetre où Bâti-Flex MC est e démostratio. Pour de plus amples reseigemets sur le CCTR, visitez le Chercheurs pricipaux : Charles Zaloum, Joh Gusdorf et Ail Parekh, avec Maxime Lafrace e 2006 Directeur de projet : Charles Zaloum, Ressources aturelles Caada Recherche sur le logemet à la SCHL Aux termes de la partie IX de la Loi atioale sur l'habitatio, le gouveremet du Caada verse des fods à la SCHL afi de lui permettre de faire de la recherche sur les aspects socio-écoomiques et techiques du logemet et des domaies coexes, et d'e publier et d e diffuser les résultats. Le préset feuillet documetaire fait partie d ue série visat à vous iformer sur la ature et la portée du programme de recherche de la SCHL. Pour cosulter d autres feuillets Le Poit e recherche et pour predre coaissace d u large évetail de produits d iformatio, visitez otre site Web au ou commuiquez avec la Société caadiee d hypothèques et de logemet 700, chemi de Motréal Ottawa (Otario) K1A 0P7 Téléphoe : Télécopieur : , Société caadiee d hypothèques et de logemet Imprimé au Caada Réalisatio : SCHL Révisio : Bie que ce produit d iformatio se fode sur les coaissaces actuelles des experts e habitatio, il a pour but que d offrir des reseigemets d ordre gééral. Les lecteurs assumet la resposabilité des mesures ou décisios prises sur la foi des reseigemets coteus das le préset ouvrage. Il reviet aux lecteurs de cosulter les ressources documetaires pertietes et les spécialistes du domaie coceré afi de détermier si, das leur cas, les reseigemets, les matériaux et les techiques sot sécuritaires et covieet à leurs besois. La Société caadiee d hypothèques et de logemet se dégage de toute resposabilité relativemet aux coséqueces résultat de l utilisatio des reseigemets, des matériaux et des techiques coteus das le préset ouvrage.

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur des eaux domestiques

Récupérateurs de chaleur des eaux domestiques Récupérateurs de chaleur des eaux domestiques Josée Dion conseillère principale Recherche et diffusion de l information Société canadienne d hypothèques et de logements 15 mars 2013 Objectifs de la présentation

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

>I Assainissement I. Sommaire. Assainissement non collectif. Entretien. Assainissement collectif. Formulaire de demande. Développement durable

>I Assainissement I. Sommaire. Assainissement non collectif. Entretien. Assainissement collectif. Formulaire de demande. Développement durable >I Assaiissemet I Sommaire Assaiissemet o collectif Formulaire de demade Coceptio Produits Texte de référece Mise e œuvre Etretie Assaiissemet collectif Développemet durable Cahier des clauses techiques

Plus en détail

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée Commissariat à la protectio de la vie privée du Caada LPRPDE Guide pour la petite etreprise : Rudimets de la protectio de la vie privée Miser sur la protectio de la vie privée Ue gestio adéquate des préoccupatios

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

TECHNIQUE: Distillation

TECHNIQUE: Distillation TECHNIQUE: Distillatio 1 Utilité La distillatio est u procédé permettat la séparatio de différetes substaces liquides à partir d u mélage. Les applicatios usuelles de la distillatio sot : l élimiatio d

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L INDICE DE RÉFRACTION D UN LIQUIDE

DÉTERMINATION DE L INDICE DE RÉFRACTION D UN LIQUIDE TP O. Page /5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET O. Ce documet compred : - ue fiche descriptive du sujet destiée à l examiateur : Page /5 - ue fiche descriptive

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

Les infections des voies urinaires

Les infections des voies urinaires Les ifectios des voies uriaires L A F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D U R E I N 1 Les ifectios des voies uriaires Commet le système uriaire foctioe-t-il? Le système uriaire compred les reis, les

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques Agrégatio extere de mathématiques, sessio 2008 Épreuve de modélisatio, optio (public 2008) Mots clefs : Loi des grads ombres, espace des polyômes, estimatio o-paramétrique Il est rappelé que le jury exige

Plus en détail

Le SyStème mag. Nettoyage du sol

Le SyStème mag. Nettoyage du sol FR Le SyStème mag Nettoyage du sol Le Système Mag Cocept U pour tout! Ue chose qui avait ecore jamais existé: avec le Système Mag le support est adapté à tous les modèles de frages. Aisi, il est possible

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f 6. r e f o r c e m e t P o s i t i f La faço dot o offre u reforcemet positif est plus importate que la quatité. (traductio libre) B.F. Skier Nous avos tous besoi de reforcemet positif. Que ous e soyos

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES MAC Valves, Ic. a mis au poit des solutios 100% iterchageables e remplacemet des esembles d origie istallés sur les étireuses

Plus en détail

Quel métier pour demain Avec un BTS

Quel métier pour demain Avec un BTS Quel métier pour demai Avec u BTS Dessiateur-projeteur CAO-DAO (e bureau d'études ou bureau des méthodes). Techico-commercial à haut iveau de techicité. Cotrôle-sécurité (orgaismes de certificatio). Services

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

chaudières murales à condensation hyper modulante de 0,8 à 28 kw

chaudières murales à condensation hyper modulante de 0,8 à 28 kw chaudières murales à codesatio hyper modulate de 0,8 à 28 kw e u q i u e sur l é h marc MC3 12 MC3 24 MC3 12.12 Cofort + Cofort + MA B20 MC3 12 HP MC3 24 HP MC3 12.12 Cofort + HP Cofort + HP HP MA HP B20

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

FLUCTUATION ET ESTIMATION

FLUCTUATION ET ESTIMATION 1 FLUCTUATION ET ESTIMATION Le mathématicie d'origie russe Jerzy Neyma (1894 ; 1981), ci-cotre, pose les fodemets d'ue approche ouvelle des statistiques. Avec l'aglais Ego Pearso, il développe la théorie

Plus en détail

Terminale S (2014-2015) Suites numériques

Terminale S (2014-2015) Suites numériques Termiale S (04-05) Suites umériques Raisoemet par récurrece. Itroductio E Mathématiques, u certai ombre de propriétés dépedet d u etier aturel. Par exemple, la ( + ) somme des etiers aturels de à est égale

Plus en détail

Correction du devoir surveillé de mathématiques n o 5

Correction du devoir surveillé de mathématiques n o 5 Correctio du devoir surveillé de mathématiques o 5 Exercice 1 1. Soit g la foctio défiie sur R par g(x) = (x 1)e x. (a) Détermier les ites de g e et +. Limite e. O a ue forme idétermiée. E développat,

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

Mode d emploi. Booster B-3. No. d article: 40-19327. tams elektronik

Mode d emploi. Booster B-3. No. d article: 40-19327. tams elektronik Mode d emploi No. d article: 40-19327 tams elektroik Sommaire 1. Pourquoi u amplificateur de puissace (booster)?...3 2. Premier pas...3 3. Coseils cocerat la sécurité...6 4. Le B-3...7 5. Diviser le réseau

Plus en détail

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant

Compte Sélect Banque Manuvie Guide du débutant GUIDE DU DÉBUTANT Compte Sélect Baque Mauvie Guide du débutat Besoi d aide? Preez quelques miutes pour lire attetivemet votre Guide du cliet. Le préset Guide du débutat vous facilitera l utilisatio de

Plus en détail

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations UPMC 1M001 Aalyse et algèbre pour les scieces 013-014 Feuille : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissemets fiis, étude des variatios Les eercices sas ( ) sot des applicatios directes du cours.

Plus en détail

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne Doez ue ouvelle dimesio à votre gestio Gagat sur toute la lige 74 Bd des Etats-Uis 60200 COMPIEGNE Tél. 03 44 86 36 36 Pour augmeter votre retabilité et réduire vos frais fiaciers, itroduisez cette souris

Plus en détail

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a.

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a. Échatilloage 9 Pour repredre cotact Les réposes exactes sot : Répose c. Répose a. Répose c. 3 Répose a. 4 Répose b. Répose c. Activité. La populatio étudiée est la productio d automobiles. Le caractère

Plus en détail

Chapitre 3: Réfraction de la lumière

Chapitre 3: Réfraction de la lumière 2 e B et C 3 Réfractio de la lumière 16 Chapitre 3: Réfractio de la lumière 1. Expériece 1 : tour de magie avec ue pièce de moaie a) Dispositio Autour d'ue petite boîte coteat ue pièce de 1 de ombreux

Plus en détail

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001 Exercice 1 : ( 12 poits ) Les parties A et B peuvet être traitées idépedammet l ue de l autre. O se propose d étudier l évolutio e foctio du temps des températures d u bai et d u solide plogé das ce bai.

Plus en détail

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé Novembre 2008 Série technique 08-106 Analyse des possibilités en matière d énergie renouvelable dans le secteur résidentiel au moyen d une simulation fåíêççìåíáçå=éí=çäàéåíáñ On attribue

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1 1 Statistique iferetielle. Relatios Iteratioales Lucya Firlej Pl. E.Bataillo, Bat.11, cc.06 34095 Motpellier cedex 5 Frace lucya.firlej@umotpellier.fr S3. Statistics. 30 h d eseigemet: 10 cours, 10 TD,

Plus en détail

PROGRAMME DE PARTENARIATS

PROGRAMME DE PARTENARIATS PROGRAMME DE PARTENARIATS MARS 2016 À FÉVRIER 2017 CREW M vous ivite à faire partie de ses commaditaires. Ce documet présete les différetes offres de parteariat et les avatages qui s y rattachet. Pour

Plus en détail

SMA Sunny Island Autoconsommation maximale

SMA Sunny Island Autoconsommation maximale Système CA SMA Suy Islad Autocosommatio maximale Système de stockage Grâce au système Suy Islad, l'éergie solaire est toujours dispoible au momet écessaire, même après latombée de la uit ou lorsque le

Plus en détail

L art de l implantologie dentaire

L art de l implantologie dentaire SYSTEMES CAO/FAO INSTRUMENTS SYSTEMES D HYGIENE POSTES DE TRAITEMENT SYSTEMES DE RADIOGRAPHIE L art de l implatologie detaire Solutio implataire itégrée Votre guide pour implater e toute sécurité. Pla

Plus en détail

E(X i ) par linéarité de l espérance.

E(X i ) par linéarité de l espérance. Statistiques appliquées. L3 Iterrogatio Questios de cours. 3 poits 1) Eocer le théorème cetral limite (1 pt). Si (X ) est ue suite de v.a. idépedates et de même loi, admettat des momets d ordre u et deux

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

Knauf Brio La chape sèche innovante à base de fibroplâtre

Knauf Brio La chape sèche innovante à base de fibroplâtre Frace Chape sèche 01/2012 Kauf Brio La chape sèche iovate à base de fibroplâtre KNAUF-BRIO_pres-broch_FR.idd 1 04-04-2008 15:04:57 Kauf, votre parteaire e matière de parachèvemet à sec Kauf produit des

Plus en détail

ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà

ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà ARCHIVÉ - Centre canadien des technologies résidentielles - 10 ans déjà Ce fichier PDF a été archivé dans le Web. Contenu archivé Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche

Plus en détail

Influence du plan de pose sur les distributions de porosité au sein d'une carapace de digue à talus

Influence du plan de pose sur les distributions de porosité au sein d'une carapace de digue à talus XII èmes Jourées Natioales Géie Côtier Géie Civil Cherbourg, 12-14 jui 2012 DOI:10.5150/jgcgc.2012.086-S Editios Paralia CFL dispoible e lige http://www.paralia.fr available olie Ifluece du pla de pose

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

5.)/. ).4%2.!4)/.!,% $%3 4, #/--5.)#!4)/.3

5.)/. ).4%2.!4)/.!,% $%3 4, #/--5.)#!4)/.3 5.)/. ).4%.!4)/.!,% $%3 4, #/--5.)#!4)/.3 Geève, 1 er décembre 1997.O -ANUEL DE L5)4 SUR LIONOSPH RE ET SES EFFETS SUR LA PROPAGATION DES ONDES RADIO LECTRIQUES Ce Mauel doe des iformatios sur la propagatio

Plus en détail

Article. «Circuits informatiques» Marie Leblanc et Danielle Dufresne. Continuité, n 133, 2012, p. 25-28.

Article. «Circuits informatiques» Marie Leblanc et Danielle Dufresne. Continuité, n 133, 2012, p. 25-28. Article «Circuits iformatiques» Marie Leblac et Daielle Dufrese Cotiuité, 133, 2012, p. 25-28. Pour citer cet article, utiliser l'iformatio suivate : http://id.erudit.org/iderudit/67054ac Note : les règles

Plus en détail

Écoute Service. Conseil. Transparence. Qualité. Accueil. Mutualiste. Accompagnement. d optique et. MGEN de. d audition.

Écoute Service. Conseil. Transparence. Qualité. Accueil. Mutualiste. Accompagnement. d optique et. MGEN de. d audition. Écoute Service Coseil Trasparece Qualité Accueil Mutualiste Accompagemet Cetre Cetre d optique et d auditio MGEN de MGEN de Paris Paris U cetre d optique ouvert à tous Au service de ses adhérets, le cetre

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjoit de directio F/H Votre formatio BTS Hôtellerie-restauratio BTS Maagemet des uités commerciales BTS Assistat de gestio PME-PMI Licece Maagemet d uités de restauratio Vos missios Vous aimez, formez

Plus en détail

Convoyeurs à Chaîne et à Palettes

Convoyeurs à Chaîne et à Palettes Covoyeur à Chaîe et à Palette Fii polyeter eduit de peiture à poudre 262 162-A 166-A 262 S iclie juqu à 40 pour ue itallatio e ouplee. Largeur de goulotte Fod : 10 po (254 mm) Haut : 12 ½ po (318 mm) Profodeur

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Automates 1 Présentation

Automates 1 Présentation Automates Présetatio Présetatio d u automate 2 Ue maière de désiger l automate de l exemple 3 Défiitio géérale 4 U exemple d automate 5 Mot costruit sur l alphabet C 6 L esemble de tous les mots das u

Plus en détail

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans L Oréal e chiffres Résultats du groupe sur u, ciq et dix as chiffre d affaires cosolidé (e millios d euros) RÉPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ 2008 PAR DEVISE (1) (e %) 17 542 17 063 15790 14533

Plus en détail

LA NOUVELLE GÉNÉRATION

LA NOUVELLE GÉNÉRATION LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE TABLEAUX DE COMMUNICATION VDI HABITAT ET RÉSEAU ÉLECTRIQUE HABITAT ET RÉSEAU ÉLECTRIQUE Michaud : l iovatio comme moteur de développemet. C est das les aées 50 que l histoire

Plus en détail

MA401 : Probabilités TD3

MA401 : Probabilités TD3 MA : Probabilités Exercice Ue compagie aériee étudie la réservatio sur l u de ses vols. Ue place doée est libre le jour d ouverture de la réservatio et so état évolue chaque jour jusqu à la fermeture de

Plus en détail

Plan Granulométrie par diffusion de lumière

Plan Granulométrie par diffusion de lumière Pla Graulométrie par diffusio de lumière Structure des systèmes colloïdaux Diffusio de lumière par ue particule. Diffusio Rayleigh. Diffractio de Frauhofer.3 Diffusio de Mie 3 Applicatio : graulométrie

Plus en détail

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci U coseil persoalisé et complet, à votre service Retraite vers ue troisième étape de votre vie libérée de tout souci Ouvros la voie 1 Itroductio 2 Modèle de coseil Raiffeise Vos besois 4 Plaificatio de

Plus en détail

PORTAVIE. Série Standard : sans joint Série Hermetic : avec joint.

PORTAVIE. Série Standard : sans joint Série Hermetic : avec joint. PORTAVIE PORTAVIE sur pivot et sur paumelles se réaliset avec les séries 40 et 50 Stadard et Hermetic, avec ou sas poteau techique, à u vatail ou deux vataux et à simple ou double actios. Série Stadard

Plus en détail

Caractéristiques du concept : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec)

Caractéristiques du concept : Abondance Montréal : le Soleil Montréal (Québec) Caractéristiques du cocept : Abodace Motréal : le Soleil Motréal (Québec) Ce documet présete les caractéristiques du triplex Abodace Motréal : le Soleil, l ue des propositios sélectioées das le cadre de

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Pierre Composite Polie RENFORT FIBRE

Pierre Composite Polie RENFORT FIBRE Pierre Composite Polie RENFORT FIBRE FICHES TECHNIQUE, ENTRETIEN et INFORMATIONS ENVIRONNEMENTALES www.sigaturemurale.com SARL au capital de 25 000 Euros - 21 rue des Miimes 92 400 COURBEVOIE - Tél. :

Plus en détail

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A Iformatique TP : Calcul umérique d ue itégrale CPP 1A Romai Casati, Wafa Johal, Frederic Deveray, Matthieu Moy Avril - jui 014 1 Zéro de foctio O doe le code suivat (vu e cours), qui permet de calculer

Plus en détail

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques Travaux dirigés de trasports et trasferts thermiques Aée 015-016 Araud LE PADELLEC alepadellec@irap.omp.eu page page 3 P r é s e t a t i o Tous les exercices de trasports et de trasferts thermiques qui

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

La gouvernance décentralisée des ressources naturelles. Deuxième Partie. Expériences et leçons apprises. Première édition

La gouvernance décentralisée des ressources naturelles. Deuxième Partie. Expériences et leçons apprises. Première édition Programme des Natios Uies pour le Développemet La gouverace décetralisée des ressources aturelles Deuxième Partie Expérieces et leços apprises Première éditio Préparé par le PNUD Cetre pour le Developpemet

Plus en détail

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis S W IFT-DUO SWIFT SWIFT Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et u cotrôle précis S W IFT-DUO Systèmes de mesure vidéo deux axes, idéaux pour les mesures 2D de petites pièces complexes Possibilité

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique Réf. : 126-114015-DE 2016 Nouvelle agece atioale de saté publique Le 25 septembre 2014, la miistre chargée de la Saté m a cofié ue missio de préfiguratio e vue de la créatio d ue agece atioale de saté

Plus en détail

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir Ce que les Afro-Américais atteits de diabète ou d hypertesio artérielle doivet savoir Faites-vous examier pour les maladies réales Natioal Kidey Disease Educatio Program Que puis-je faire pour garder mes

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Le bloc de costructio isolat mois d éergie, plus de bie-être! Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Bloc à bacher Avec isolatio par l extérieur itégrée

Plus en détail

sommaire page 2 1.3.2 ) Erreur de décalage,de gain, de linéarité page 3 1.4 ) VALEUR MAXIMALE DE V CONVERTIBLE page 4

sommaire page 2 1.3.2 ) Erreur de décalage,de gain, de linéarité page 3 1.4 ) VALEUR MAXIMALE DE V CONVERTIBLE page 4 LS CONRTISSURS CAN 1 sommaire 1 ) PRINCIPALS CARACTRISTIQUS DU CAN page 1.1 ) NOMBR D BITS DU CAN page 1. ) COURB D TRANSFRT IDAL DU CAN page 1.3 ) COURB D TRANSFRT RLL page 1.3.1 ) rreur de quatificatio

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

L achat d une maison avec un puits et une installation septique. il faut prendre trois éléments en considération :

L achat d une maison avec un puits et une installation septique. il faut prendre trois éléments en considération : sçíêé=ã~áëçå CF 40 L achat d ue maiso avec u puits et ue istallatio septique E milieu rural, bie des maisos e sot pas raccordées au réseau muicipal d approvisioemet e eau et d évacuatio des eaux usées.

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

certificat pros de la performance énergétique RGE 2015

certificat pros de la performance énergétique RGE 2015 certificat pros de la performace éergétique RGE 2015 certificat qualibat RGE 2015 assurace déceale 2015 A13302/ 302528-315800M-G06IAWN-x-150106095424/versio:1.276 P1G063594 SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE

Plus en détail

sçíêé=ã~áëçå L ABC des fenêtres

sçíêé=ã~áëçå L ABC des fenêtres sçíêé=ã~áëçå CF 58 L ABC des feêtres Les feêtres remplisset ue foctio importate das la maiso. E plus d e rehausser l esthétique, elles permettet d assurer u apport d air frais et la vetilatio, d éclairer

Plus en détail

Demandes de prêt REER FAQ

Demandes de prêt REER FAQ Demades de prêt REER FAQ Commet soumettre des demades de prêt REER e lige 1. Commet puis-je accéder à l outil e lige? Pour accéder à l outil e lige, redez-vous à l adresse mauvie.ca/pretreer. Etrez votre

Plus en détail

ACRYLIC SHEET. Altuglas EI. Plaques extrudées choc

ACRYLIC SHEET. Altuglas EI. Plaques extrudées choc ACRYLIC SHEET Altuglas EI Plaques extrudées choc Altuglas EI est la gamme de plaques acryliques extrudées (PMMA) développée par Altuglas Iteratioal pour répodre à des applicatios exigeat ue importate résistate

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

ib=mlfkq=bk=ob`ebo`eb

ib=mlfkq=bk=ob`ebo`eb ib=mlfkq=bk=ob`ebo`eb Avril 2009 Série techique 09-103 áåíêççìåíáçå Le préset Poit e recherche dresse u résumé de l expériece vécue par la seule équipe caadiee ayat participé au Décathlo solaire 2007,

Plus en détail

Votre convention de compte

Votre convention de compte FONDS D INVESTISSEMENT ROYAL INC. Votre covetio de compte Table des matières Itroductio......................................1 Au sujet de la présete covetio.......................1 Au sujet de votre compte.............................2

Plus en détail

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Votre compte Mauvie U peut cotiuer à travailler... même lorsque vous e le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Sas reveu, auriez-vous ecore ue maiso? Si vous avez des dettes à rembourser, ue blessure

Plus en détail

Tablettes de fenêtres Une qualité, un partenaire experimenté.

Tablettes de fenêtres Une qualité, un partenaire experimenté. Tablettes de feêtres Ue qualité, u parteaire experimeté. L'histoire Passé Préset Futur Depuis 40 as SFS est le spécialiste et le parteaire idéal pour vos tablettes de feêtres. Aujourd'hui la tablette de

Plus en détail

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE Nombre de pages de l épreuve Durée de l épreuve 0 pages 3h00 Compte teu du fait qu il s agissait d u cocours d etraiemet, cette épreuve à été prise sur le

Plus en détail

CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE 2002

CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE 2002 CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE EXERCICE. Notos X la variable aléatoire décrivat l'idetificatio des pièces défectueuses. Le ombre de valeurs possibles de X correspod au ombre de cofiguratios possibles

Plus en détail

Le nouveau système de référence de la main-d œuvre dans la construction

Le nouveau système de référence de la main-d œuvre dans la construction BULLETIN DE LA SEPTEMBRE 2013 VOLUME 25, N 9 POSTE-PUBLICATIONS N 40006319 DANS CE NUMÉRO Perdre sa licece pour o-paiemet à temps : ue situatio évitable...3 L exercice illégal peut predre aissace importe

Plus en détail

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand Solutio pour gérer votre éclairage de sécurité Mobilisez vos doées importe où, importe quad Mobilisez vos doées importe où, importe quad Votre solutio e-lige pour la gestio et la maiteace de votre éclairage

Plus en détail