Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours"

Transcription

1 Risque de logévité et détermiatio du besoi e capital : travaux e cours Frédéric PLANCHET ISFA Laboratoire SAF Versio.6 / Septembre 2008 Sommaire La prise e compte de l expériece propre au groupe das l aalyse de la mortalité... 0 Les modèles stochastiques de mortalité Mesure de l icertitude tedacielle sur la mortalité Itroductio Le modèle de mortalité Présetatio Applicatio umérique Applicatio à u régime de retes viagères Problématique Résultats Coclusio Bibliographie Perturbatios extrêmes sur la dérive de mortalité aticipée Itroductio Le modèle de mortalité Présetatio Applicatio umérique Applicatio à u régime de retes viagères Problématique Résultats Coclusio Bibliographie Modèles prospectifs de mortalité avec dérive cotraite Itroductio Le modèle de mortalité Rappels sur le modèle de Lee-Carter... 4

2 Fermeture de la table Présetatio géérale du modèle Ue spécificatio simple du modèle Applicatio umérique Passage du modèle Lee-Carter stadard au Lee-Carter logistique Aalyse de la composate prospective Applicatio à u régime de retes viagères Coclusio Bibliographie Risque de modèle et détermiatio du capital écoomique Itroductio Descriptio du modèle Présetatio Cas particulier de la loi log-ormale Estimatio des paramètres du modèle Coséquece sur le iveau du capital de l estimatio des paramètres Cas du modèle log-ormal Cas du modèle mélagé Applicatio umérique Simulatio de la loi mélagée Résultats Idetificatio des valeurs extrêmes Ajustemet du modèle mélagé Coclusio Bibliographie Cotraites opératioelles : la prise e compte des extrêmes Calcul de VaR e assurace Notatios Estimatio de quatiles extrêmes Estimatio aturelle Ajustemet à ue loi paramétrique Approximatio GPD Estimateur de Hill Illustratio Applicatio du bootstrap Présetatio Calcul d u itervalle de cofiace pour ue VaR Illustratio umérique Robustesse du SCR Estimatio des paramètres des variables de base Simulatio... 77

3 Spécificatio du modèle Cotexte et motivatio Modélisatios avacées Coclusio Bibliographie Aexe A : Loi de Pareto gééralisée (GPD) A. Défiitio A.2 Quelques propriétés A.3 Estimatio des paramètres Aexe B : Résultats probabilistes B. Loi du maximum B.2 Épaisseur des queues de distributio B.3 Loi des excès au-delà d'u seuil Aexe C : Estimatio du paramètre de queue... 9 C. Méthodes paramétriques... 9 C.2 Méthodes semi-paramétriques... 92

4 Préambule Le préset travail fait suite à la thèse de doctorat préparée au sei du laboratoire de Scieces Actuarielle et Fiacière (SAF) de l Uiversité Lyo et souteue le 20 ovembre 2006 sur le thème du Pilotage techique d'u régime de retes viagères : idetificatio et mesure des risques, allocatio d'actif, suivi actuariel. Les thématiques présetées das ce travail ot depuis été développées et ot doé lieu aux publicatios suivates : PLANCHET F. [2007c] «Prospective models of mortality with forced drift Applicatio to the logevity risk for life auities», Proceedigs of the th IME Cogress PLANCHET F., JUILLARD M. [2007] «Mesure de l icertitude tedacielle sur la mortalité applicatio à u régime de retes», Assurace et gestio des risques, Vol. 75 (3). PLANCHET F.; JUILLARD M.; THEROND P. [2008] «Perturbatios extrêmes sur la dérive de mortalité aticipée», Assuraces et gestio des risques, à paraître. PLANCHET F., LELIEUR V. [2007] «Costructio de tables de mortalité prospectives : le cas des petites populatios», à paraître das le Bulleti Fraçais d Actuariat, vol. 7, 4. PLANCHET F., THÉROND P.E. [2007a] Pilotage techique d'u régime de retes viagères, Paris : Ecoomica. PLANCHET F., THEROND P.E. [2007b] «Provisios techiques et capital de solvabilité d'ue compagie d'assurace : méthodologie d'utilisatio de Value-at-Risk», Assuraces et gestio des risques, Vol. 74 (4). PLANCHET F., THÉROND P.E. [2007c] «Model risk ad determiatio of ecoomic capital i the Solvecy 2 project»,, Proceedigs of the 6 th AFIR Colloquium. PLANCHET F., THÉROND P.E. [2007d] Mesure et gestio des risques d assurace, Paris : Ecoomica. PLANCHET F., THÉROND P.E. [2008] «Expected Shortfall of Claims Evets: Some Practical Aspects», Proceedigs of the 38th ASTIN Colloquium. PLANCHET F., WINTER P. [2007] «L'utilisatio des splies bidimesioels pour l estimatio de lois de maitie e arrêt de travail», Bulleti fraçais d actuariat, vol. 7, 3. Les sujets présetés ici sot égalemet actuellemet développés das le cadre des ciq thèses suivates, co-ecadrées avec le Professeur Jea-Claude AUGROS au sei du Laboratoire SAF (équipe d accueil 2429) : FARJALLAH Mariem (e cours depuis 2007) : Gestio dyamique de couvertures e assurace. KAMEGA Aymric (début e septembre 2008) : Outils théoriques et opératioels adaptés au cotexte de l'assurace vie e Afrique subsahariee fracophoe. MANDHOUJ Khouloud (début e octobre 2008) : Etude de la Structure de Dépedace multidimesioelle et Applicatio e Assurace. MERHI Nisrie (début e octobre 2008) : modélisatio des décisios de l'assureur das la gestio de la participatio aux bééfices - coséqueces de ces décisios sur l'évaluatio des optios et garaties d'u cotrat d'assurace vie. KALAMOUN Mehdi (début e octobre 2008) : Coceptio d u modèle d actifs itégré pour la détermiatio du SCR. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 4 -

5 A l exceptio de la première dot la souteace est prévue e ovembre 200, les quatre autres thèses devraiet ormalemet être souteues à la fi de l aée 20. Efi, le coteu du préset travail est costitué, pour la première partie, par des adaptatios de PLANCHET et JUILLARD [2007] (sectio ), PLANCHET et al. [2008] (sectio 2) et PLANCHET [2007c] (sectio 3) et pour la secode par des adaptatios de PLANCHET et THÉROND [2007b] (sectio 4) et [2007c] (sectio5). Le coteu de ces articles et ouvrages publiés depuis 2006 das le cadre d ue activité d eseigemet et de recherche à l Istitut de Sciece Fiacière et d Assuraces a été adapté pour préserver la cohérece d esemble de ce documet. Les articles d origie sot systématiquemet cités e référece. Pour termier, o souligera que ce travail prologe les approches géérales décrites das les ouvrages PLANCHET et al. [2005], PLANCHET et THEROND [2006], [2007a] et [2007d]. La plupart des référeces citées das ce documet sot dispoibles e lige sur le site Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 5 -

6 Itroductio L assurace est caractérisée par l iversio de so cycle de productio : d ue part le prix d u cotrat est fixé d avace («prime»), et d autre part so coût est cou qu a posteriori. Au surplus, das certaies situatios (retraite, ivalidité, cotrats de resposabilité civile, assurace costructio) il existe ue durée très logue, parfois de plusieurs aées ou plusieurs dizaies d aées, etre la détermiatio de la prime et la fi du paiemet des siistres. Les risques pris e charge par les cotrats d assurace sot très majoritairemet des risques mutualisables, ce qui coduit à e foder la gestio techique sur la loi des grads ombres (pour la détermiatio de la charge espérée) et le théorème de la limite cetrée (pour les fluctuatios autour de cette espérace). Les bases théoriques sur lesquelles reposet ces aalyses ot été établies par les travaux fodateurs de Codorcet et Laplace 2. De maière très schématique le bila d ue compagie d assurace est doc de la forme : avec L les provisios mathématiques et E les fods propres, qui coduiset à u iveau global d actif A = L+ E qui va devoir être ivesti et géré. De fait, la réglemetatio applicable aux orgaismes assureurs prévoit la costitutio de «provisios mathématiques» dot le iveau est fixé e référece à l espérace (actualisée ou o suivat les cas) des charges futures complétées par des fods propres ou «marge de solvabilité» dot le rôle est d absorber les fluctuatios d échatilloage et les autres risques supportés par l assureur. Toutefois la quatificatio des risques est pas explicite mais implicite. E effet, les règles prudetielles actuelles sot défiies par u cadre europée, Solvabilité, laissat ue marge de maœuvre importate au régulateur local de chaque pays ; aisi, e Frace, les provisios mathématiques (article R33- du code des assuraces) sot-elles détermiées sur des bases «prudetes» largemet ecadrées par la réglemetatio 3 et la marge de solvabilité est calculée de maière très simple e foctio du motat des provisios (assurace vie) ou des motats de cotisatios et de siistres (assurace o vie). E coséquece, le dispositif actuel itègre à différets iveaux des marges pour risque, mais le iveau de celles-ci reste implicite. L objectif du dispositif Solvabilité 2 e cours d élaboratio (voir les documets de la Commissio Européee 2 Le lecteur itéressé par l histoire de la théorie du risque pourra otammet cosulter Pradier [2003]. 3 O pourra par exemple se reporter à l itervetio de Marc PORIN aux etreties de l assurace e 997 (PORIN [997]). Cette itervetio est dispoible sur 5/$FILE/a7.pdf Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 6 -

7 cités e bibliographie aisi que PLANCHET et al. [2005] Pour ue présetatio sythétique) est de remédier à cette isuffisace e proposat u cadre d aalyse qui permette de quatifier explicitemet les marges de risques, e ayat préalablemet procédé à ue aalyse exhaustive de ceux-ci. E parallèle le développemet des cotrats d éparge icorporat différetes garaties telles que des garaties de taux, des possibilités de rachat ou ecore des garaties sur le motat du capital ivesti («garaties placher») a ameé les assureurs à aalyser de maière plus fie les risques associés à ces cotrats. E s appuyat sur les approches et les résultats de la fiace de marché, et otammet la théorie des optios, ue littérature abodate s est développée avec l objectif de quatifier le risque associé à de telles clauses et d e déduire leur «prix». O peut par exemple citer BALLOTA [2004], BALLOTA et al. [2005], BIFFIS et MILLOSSOVICH [2004] ou ecore JORGENSEN [2004]. DEVOLDER [200] propose ue sythèse critique de ces approches, qui sot égalemet détaillées de maière opératioelle das THÉROND [2007]. Au global, les aées récetes sot aisi marquées par le développemet de différets dispositifs coduisat à repeser de maière coséquete la gestio et le pilotage des risques d assurace : projet Solvabilité 2 (règles prudetielles), ormes IFRS 4 «assurace» (règles comptables) et égalemet cadre MCEV 5 (reportig fiacier). Le lecteur itéressé trouvera ue sythèse de ces référetiels das THEROND [2007]. O peut schématiser de maière très sythétique les évolutios pricipales iduites par ces réformes e relevat les poits suivats : Le passage quasi-systématique d hypothèses d évaluatio prudetes et/ou covetioelles à des hypothèses «réalistes» das ue logique «best estimate» (BLUM et OTTO [998]). Ue aalyse plus exhaustive des risques portés par l assureur qui coduit à s itéresser tout particulièremet aux risques o mutualisables ; le premier de ces risques est évidemmet costitué par les différets risques fiaciers sur les cotrats d éparge et de retraite, mais l exame attetif de passifs d assurace o fiacier met aussi e évidece des risques de ce type, chaque fois que l hypothèse classique d idépedace se trouve mise e cause. Le risque systématique de mortalité e est u exemple (CAIRNS et al. [2004]). Efi, le cadre coceptuel plus spécifique du dispositif prudetiel Solvabilité 2 met e avat u critère de cotrôle de la probabilité de ruie pour la fixatio du capital de solvabilité (Solvecy Capital Requiremet ou SCR), qui cotrait de fait à porter ue attetio particulière au comportemet des queues de distributio, à l actif comme au passif (PLANCHET et THEROND [2007c]). Au surplus, ce critère modifie les modèles de gestio actif / passif (ALM) traditioels e itroduisat u lie fort etre l allocatio effectuée et le iveau du capital de solvabilité. 4 «Iteratioal Fiacial Reportig Stadards». 5 «Market Cosistet Embedded Value». Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 7 -

8 De maière trasversale o peut sigaler que ces dispositifs puiset largemet das la culture d ispiratio fiacière via les otios de «fair value» et de couverture. Certaies coséqueces de ces empruts sot discutées das PLANCHET [2006b]. CHENUT et al. [2003] et [2004] aalyset de maière détaillée les implicatios de cette approche das le cas des garaties placher pour des cotrats e uités de compte. BALLOTA et al. [2005] aborde la prise e compte des sauts à l actif avec les implicatios e terme de valorisatio (marchés icomplets). Au-delà des réflexios théoriques sur ces sujets, pour lesquels ue littérature uiversitaire abodate existe, d importats besoi de modélisatios étayés théoriquemet et utilisables e pratique se sot fait jour. Ces besois coceret tout autat l assurace o vie que l assurace vie. La questio de la détermiatio du SCR das u cotexte d assurace o vie est par exemple abordée das PLANCHET et THEROND [2005a] das u cadre moo-périodique, le modèle proposé état étedu avec ue dyamique iter-temporelle par BRUNEAU et al. [2007]. Nous avos choisi das le préset documet de ous restreidre au cas de l assurace vie et de la retraite et d imagier des réposes à ces besois au travers de 2 thèmes précis : l aalyse du risque de mortalité supporté par u régime de rete, tat das sa dimesio prospective (aticipatio des évolutios futures des taux de décès) qu au travers de l aalyse de l aléa o mutualisable qui subsiste ue fois la tedace doée et supposée juste ; les implicatios du critère de «o ruie à u a avec ue probabilité de 99,5 %» sur lequel le dispositif Solvabilité 2 fode la détermiatio du capital de solvabilité. Le risque (systématique) de mortalité est e effet potetiellemet très dagereux pour u régime de retes : toute déviatio de la mortalité par rapport à la tedace aticipée lors de la tarificatio affecte e effet l esemble du portefeuille ; aisi, si l espérace de vie a été sous-estimée, le régime doit faire face à des charges supplémetaires o prévues. Ce risque est aalysé de maière détaillée das la première partie de ce travail. La secode partie est cosacrée à la mise e œuvre opératioelle du critère de cotrôle de la «probabilité de ruie» e Solvabilité 2 ; plus précisémet, o cherche quelles sot les cotraites miimales auxquelles doit satisfaire u modèle itere 6 pour fourir u iveau de capital qui e soit pas maifestemet sous-estimé. Cette aalyse permet de mettre e évidece u certai ombre de poits que le régulateur pourrait itégrer das ses règles d homologatio de tels modèles. Les itroductios des 2 parties composat ce travail développet assez largemet le cotexte de chacue des problématiques étudiées. Efi, ue bibliographie géérale repred l esemble des référeces citées das le texte, y compris l itroductio géérale, les itroductios des parties et la coclusio 6 Le modèle itere e Solvabilité 2 est ue modélisatio actif / passif propre à l etité, modélisatio sur laquelle elle peut s appuyer pour justifier de so iveau de capital de solvabilité, y compris e justifiat d u iveau iférieur à la situatio de référece défiie par la «formule stadard» ; o se reportera à THEROND [2007] pour u développemet détaillé. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 8 -

9 géérale. Les référeces propres à chacue des 5 sectios sot reprises das des bibliographies de la sectio correspodate. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 9 -

10 Partie : Mortalité prospective et mortalité stochastique 7 La prise e compte de l expériece propre au groupe das l aalyse de la mortalité Que ce soit das le cadre de l évaluatio des egagemets d u régime de retraite, la valorisatio d u portefeuille d éparge ou ecore le suivi techique de cotrats e cas de décès, la mortalité costitue u paramètre détermiat du résultat des valorisatios. La questio se pose doc du choix pertiet de l hypothèse à reteir. D ue maière géérale, les ormes comptables IFRS coduiset à privilégier, au travers d ue approche «écoomique» de la valorisatio de l etreprise, le choix d hypothèses «réalistes», teat compte de l'expériece du portefeuille 8 (IFRS assurace) ou de l etreprise (IAS 9). Das le cas particulier de la mortalité, cela coduit aturellemet à vouloir se tourer vers des «tables d'expériece» e lieu et place de référeces exogèes (tables atioales, tables réglemetaires das le cas des assureurs, etc.) pas écessairemet e phase avec la réalité du risque. Mais, dès lors que le risque est viager, et otammet das les problématiques de retes, la table de mortalité utilisée se doit d'être prospective afi de predre e compte l évolutio future des taux de décès, ce qui iduit de fortes cotraites e terme de volume de doées si l'o souhaite costruire ue «surface de mortalité» spécifique de la populatio cocerée aticipat correctemet les évolutios à veir. Aisi, lors de la costructio des ouvelles tables de mortalité réglemetaires utilisées par les assureurs pour le provisioemet de leur egagemets viagers 9, les quelques cetaies de milliers de têtes observées sur ue dizaie d aées ot pas suffit à costruire ue table autoome (ou «edogèe») et il est apparu écessaire de s appuyer sur des tables costruites préalablemet sur l esemble de la populatio fraçaise pour dégager des tedaces de log terme. E pratique, la taille des groupes existats et le ombre d aées dispoibles sot doc souvet isuffisats pour espérer réaliser ue costructio robuste d'ue telle table «edogèe», obteue uiquemet à partir des observatios issues du groupe cosidéré. Ceci est valable tat sur des portefeuilles de retiers que das le cas d etreprises. Doit-o pour autat reocer à teir compte de l'iformatio apportée par les observatios? La répose est bie etedu égative. E effet, les détermiats de la mortalité sot ombreux : le sexe, le mode de vie, le iveau de reveu, la régio d'habitatio figuret parmi les plus importats. Ue populatio particulière doée (portefeuille d assureur ou retiers futurs et e cours das le cas d u régime supplémetaire d'etreprise) présete doc a priori ue mortalité différete de celle décrite par des référeces atioales ou de place. 7 Ce texte est adapté de PLANCHET [2007a]. 8 Voir sur ce poit IASB INSURANCE WORKING GROUP [2006], Les tables TGH et TGF 05 de l arrêté du 0/08/2006. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 0 -

11 Das ce cotexte, dès lors que l o abadoe ue évaluatio prudetielle des egagemets au profit d ue évaluatio «réaliste» avec ue quatificatio qui se veut explicite de la marge de risque, il est idispesable de predre e compte l iformatio apportée par les doées dispoibles, sous peie de déformer «l image écoomique fidèle» de l etreprise que l o eted doer. Se pose toutefois la questio du moye d y parveir, compte teu des difficultés techiques exposées précédemmet. U exame plus attetif de la structure d'ue table de mortalité prospective coduit alors à distiguer le iveau de la mortalité (âge par âge) d ue part et so évolutio aticipée das le futur d autre part. Détermier le iveau de la mortalité à u momet doé reviet à fixer ue table du momet, proposer ue tedace pour l'évolutio future coduit à lui ajouter ue dimesio prospective pour aboutir à ue surface de mortalité, ou table prospective. Les doées dispoibles fourisset e gééral ue détermiatio suffisammet riche pour la costructio d'ue table du momet, quitte à procéder à des extrapolatios e dehors de la plage où des observatios sot dispoibles. Ces extrapolatios sot aisées das le cadre des modèles paramétriques de mortalité, comme par exemple le modèle classique de Makeham (MAKEHAM [874]) ou les modèles de régressio logistique. C est au momet de détermier la tedace d évolutio des taux de mortalité das le futur que les doées s avèret isuffisates e pratique : historiques trop faibles (souvet mois de 0 as) et effectifs isuffisats (quelques dizaies de milliers) pour supprimer le bruit issu des fluctuatios d échatilloage redet la démarche prospective délicate à appliquer directemet, sauf à predre des risques importats sur l appréciatio de la tedace. Il existe par exemple des versios paramétriques du célèbre modèle de Lee-Carter qui permettet d estimer ue surface de mortalité à partir d u ombre réduit de paramètres : la dimiutio du ombre de paramètres permet ue estimatio plus fiable et augmete le pouvoir prédictif du modèle, mais elle augmete e parallèle le risque d iadéquatio du modèle à la réalité. Toutefois, o peut oter à ce stade que la questio est pas tat fodametalemet ici de costruire ue table de mortalité que d être e mesure de sélectioer ue hypothèse bie adaptée au groupe pour le risque cosidéré, et à tout le mois mieux adaptée qu ue référece réglemetaire utilisée de maière arbitraire. E effet, si l objectif de costruire ue table spécifique pour la populatio étudiée s avère délicat à atteidre, ue démarche pragmatique cosiste à se tourer vers les différetes référeces existates et à rechercher celle qui, parmi elle, représete le mieux le comportemet de la populatio e terme de mortalité. Les outils statistiques d aalyse de l adéquatio d ue loi de mortalité doée a priori à des observatios issues de l expériece sot classiques et peuvet ici être employées avec succès. Aisi, il est doc importat de oter qu e pratique l'aalyse de la mortalité d expériece du groupe peut coduire à reteir comme «table d expériece» ue table exogèe au groupe, par exemple la TPG 993, ue table INSEE, ou plus gééralemet toute table dot o aurait des raisos de peser qu elle peut raisoablemet représeter la mortalité de la populatio cosidérée ; d ue maière géérale, la justificatio de l adéquatio d'ue table à u groupe doé pour u risque doé (vie ou décès) relève Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - -

12 d'ue aalyse différete de la costructio d'ue table de mortalité propre au groupe. Et cette aalyse est plus robuste et plus simple à mettre e œuvre que la costructio propremet dite. Face à ces cotraites, l obtetio d'ue iformatio raisoablemet fiable sur la mortalité d expériece du groupe passe doc i fie par le positioemet de cette mortalité par rapport à ue référece, que celle-ci soit ue table atioale, ue table de place, ou ue table d expériece costruite sur ue populatio plus large présetat des similitudes de comportemet sur ce registre. Ue table de mortalité est, o l a vu, essetiellemet décrite par le iveau de la mortalité à u momet doé et la tedace future d évolutio des taux de décès (ou de tout autre gradeur décrivat la survie, comme par exemple l idicateur classique d espérace de vie). Cette structure coduit à observer que le positioemet par rapport à ue référece peut, e foctio de la qualité des doées à dispositio, s evisager de deux maières : u positioemet sur le iveau uiquemet, la tedace repreat strictemet la tedace de la référece proposée ; u positioemet cojoit sur le iveau et la tedace. Plus délicat à mettre e œuvre techiquemet, il permet ue appréciatio plus fie du risque de logévité lorsque le volume de doées est suffisat. Pour l ue ou l autre de ces deux approches, les outils techiques existet : o peut citer otammet les régressios logistiques ou le modèle de Cox (COX [972]) et ses dérivés. O peut d ailleurs oter que les ouvelles tables réglemetaires TGH et TGF 05 légitimet d ue certaie maière cette démarche. E effet, la relative petite taille des portefeuilles utilisés pour la costructio a écessité comme o l a rappelé ifra le calage des tedaces sur des tables prospectives préalablemet costruites pour l occasio sur la base de doées INSEE. Aisi, les tables réglemetaires elles-même sot e u certai ses le résultat d'u positioemet de la mortalité des assurés par rapport à la mortalité géérale. Au global, et e guise de coclusio o peut reteir que les évolutios aussi bie des dispositifs prudetiels (Solvabilité 2) que des dispositifs comptables (IFRS) ou des approches de valorisatio d'ue activité d'assurace (EEV / MCEV) impliquet de predre e compte l expériece du groupe das les hypothèses de mortalité reteues. Si la costructio d ue «table d expériece» propre au groupe et élaborée à partir de ses seules doées est e pratique pas ue solutio systématiquemet evisageable, les techiques de positioemet de la mortalité d expériece par rapport à ue référece extere fourisset ue palette d'outils opératioels coduisat à ue appréciatio plus réaliste du risque porté. Il apparaît aisi délicat aujourd hui de faire l écoomie d ue étude fie de la mortalité d u portefeuille ou des membres d u régime de retraite das le but de mesurer de la maière la plus réaliste possible la valeur actuelle des egagemets pris. Cette problématique fait otammet l objet des travaux présetés das PLANCHET et al. [2006], Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 2 -

13 PLANCHET et JUILLARD [2007], PLANCHET et LELIEUR [2007] et PLANCHET et WINTER [2007]. Cette démarche coduit aturellemet à des modèles prospectifs itégrat ue aticipatio du iveau de la mortalité futur. Cette approche peut être complétée e itégrat ue icertitude sur le iveau des taux effectivemet observés autour de la tedace prédite. Cela coduit aux modèles stochastiques de mortalité. Les modèles stochastiques de mortalité La modélisatio de la mortalité est classiquemet effectuée via ue spécificatio de la foctio de risque μ ( x, t), e foctio de l âge x et de l aée courate t : μ ( x, t) est le taux istataé de décès à la date t pour u idividu d âge x à cette date. La coaissace de ce taux permet e effet de calculer la probabilité de survie etre t et T ( t < T ) d u idividu d âge x e t : T S( x,, t T) = exp μ ( x+ u t, u) du t Das le cas particulier où le taux de décès istataé ( x, t) o retrouve l expressio classique 0 S( x,, t T) exp ( ) ( ) = exp ( ) S x x 0 μ u du la foctio de survie du modèle. μ e déped que de l âge, ( ) S( x) x+ T t + S x T t = μ u du = x, avec O peut remarquer que μ ( x, T) = lim l S( x, t, T). Cette égalité, rappelle la t T T défiitio du taux d itérêt istataé par rapport au prix d u zéro-coupo ; elle coduit à itroduire la otio de taux istataé de décès «forward», défii par μ ( x,, tt) = l S( xtt,, ), de sorte que μ( x, T) = lim μ ( x, t, T) ; ces aalogies avec T t T les modèles de taux d itérêt fot l objet de ombreux développemets das la littérature (cf. CAIRNS et al. [2004] qui propose ue bibliographie sur ce thème). Das le cas où le taux istataé de décès est ue foctio détermiiste et e supposat celle-ci correctemet spécifiée, le risque de mortalité se mutualise ; e effet, la loi des grads ombres s applique, et assure que sur u portefeuille de taille importate, les fluctuatios d échatilloage sot faibles. Au surplus le théorème cetral limite permet de quatifier l amplitude de ces fluctuatios. A ce risque mutualisable s ajoute u risque d erreur de spécificatio : si la mortalité observée das le futur est différete de celle prévue par le modèle, l écart est bie etedu pas mutualisable, puisque toutes les têtes cocerées sot affectées das le même ses par l écart de la réalisatio par rapport à la prévisio. Das l approche stadard de la 0 Voir PLANCHET et THEROND [2006]. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 3 -

14 mortalité la maière de se prémuir cotre ce risque cosiste à reteir ue modélisatio prudete itégrat ue prime de risque : par exemple pour assurer u risque viager, la réglemetatio a reteu jusqu au 3/2/2006 ue table fémiie, les femmes ayat ue durée de vie supérieure à celle des hommes. Toutefois, l idée sous-jacete de ces modélisatios est qu il existe ue «vraie valeur» de μ ( x,t ), que l o cherche à approcher au mieux. O costruit aisi des «surfaces de mortalité» régulières, comme par exemple das CURRIE et al. [2004] : Figure - Surface de mortalité régulière Cepedat, u exame plus fi de cette surface fait apparaître que l évolutio du taux istataé de mortalité présete, aux différets âges, des variatios erratiques autour de la tedace qui se dégage 2 : Cette règle a été modifiée par l arrêté du 0/08/ Voir CAIRNS et al. [2004] pour ue aalyse détaillée. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 4 -

15 Figure 2 - Evolutio des taux de décès au cours du temps O est doc coduit à rechercher ue modélisatio capable de redre compte de ses fluctuatios autour de la valeur tedacielle : c est là l objectif des modèles stochastiques de mortalité. Les modèles stochastiques proposet de cosidérer que le taux de mortalité futur est lui même aléatoire, et doc μ ( x,t ) deviet u processus stochastique. Le taux de mortalité observé pour u âge et ue aée doés est alors ue réalisatio d ue variable aléatoire : o peut oter l aalogie avec les méthodes de lissage bayésiees 3. Le phéomèe de mortalité itègre alors explicitemet les deux risques décrits ci-dessus. Das la littérature, les approches stochastiques des phéomèes de mortalité sot ombreuses. Plusieurs modèles classiques sot de fait des modèles stochastiques ; e premier lieu, les lissages bayésies, et le modèle de Kimeldorf-Joes 4 etret das cette catégorie. Les modèles avacées de costructio de tables prospectives, comme le modèle de Lee-Carter 5 ou les modèles poissoies, sot égalemet des cas particuliers de modèles stochastiques, bie qu ils soiet à l origie élaborés pour costruire des extrapolatios (temporelles) de la surface μ ( x, t) détermiiste ; e ce qui cocere la modélisatio de Lee-Carter ou les modèles poissoies, o peut toutefois oter que les taux de mortalité 3 Voir PLANCHET et THEROND [2006]. 4 KIMELDORF et JONES [967]. 5 Ce modèle est décrit par exemple das BROUHNS et al. [2002]. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 5 -

16 aux différets âges sot supposés parfaitemet corrélés, la composate aléatoire ( k ) e t dépedat que du temps 6. Ceci est clairemet cotredit par le graphique précédet. U autre exemple simple de modèle stochastique cosiste à déformer ue table de mortalité classique par ue perturbatio aléatoire, e posat 7 : q = aq + b xt t x t avec E ( a t ) = et E ( b t ) = 0. O peut égalemet cosulter SOININEN [995] qui propose ue approche très formelle de ce risque. La modélisatio stochastique de la mortalité peut égalemet s ispirer des approches développées pour modéliser le défaut sur u marché de taux d itérêt ou de dette (o pourra par exemple cosulter LE PAGE [2000] pour ue présetatio des pricipaux modèles de ce type) ; la durée avat le défaut joue alors le rôle de la durée de vie. Ce sot ces classes de modèles qui sot aujourd hui les plus étudiés. Ces approches sot otammet itéressates das la perspective de la valorisatio e «juste valeur» d egagemets comportat à la fois le risque fiacier et le risque démographique. Efi, sigalos l existece d approches utilisat la théorie des valeurs extrêmes pour évaluer certais dérivés de mortalité, comme par exemple le produit proposé par Swiss Ré ; o pourra cosulter sur ce poit BEELDERS et COLAROSSI [2004]. L utilisatio potetielle d u modèle stochastique est doc double : u tel modèle permet de quatifier le risque systématique o diversifiable e itégrat explicitemet l icertitude sur les taux de mortalité futurs ; l évaluatio e «juste valeur» au ses des ormes IFRS de la valeur d u cotrat d assurace vie peut être effectuée das le cotexte gééral de l absece d opportuité d arbitrage, e traitat de maière symétrique les risques fiacier et démographique. Ue littérature abodate est cosacrée au secod poit : o pourra otammet cosulter BIFFIS et MILLOSOVITCH [2004], CAIRNS et al. [2004], DAHL [2004], MOLLER [998] et SCHRAGER [2004]. Cet aspect e sera pas abordé das la préset documet. Les modèles développés das ce cadre e costituet doc qu ue approche possible pour itroduire ue mesure du risque systématique, et à certais égards pas écessairemet l approche la plus pertiete. E particulier, les modèles de type Poisso s avèret bie adaptés pour les applicatios e assurace 8. 6 Cette composate est modélisée par u processus ARIMA. 7 Voir LEE [2000]. 8 O se reportera à PLANCHET et THEROND [2006] et à HADERER [2003] pour ue applicatio. Frédéric PLANCHET Habilitatio à diriger des recherches - 6 -

17 . Mesure de l icertitude tedacielle sur la mortalité.. Itroductio Les aalyses prospectives de mortalité coduiset à aticiper les évolutios futures des taux de décès aux différets âges. Das les modèles maiteat classiques de costructio de tables prospectives, comme le modèle de Lee-Carter (voir otammet LEE et CARTER [992], LEE [2000], SITHOLE et al. [2000]) ou les modèles poissoies (cf. BROUHNS et al. [2002] et PLANCHET et THEROND [2006] pour ue présetatio et ue discussio de ces modèles), la dérive de mortalité future est aticipée à partir des observatios passées. Même e admettat qu il est légitime de prologer das les aées à veir les tedaces observées par le passé (o pourra se reporter à CAREY et TULAPURKAR [2003] pour des aalyses itégrat des cosidératios biologiques et eviroemetales, aisi que GUTTERMAN et VANDERHOOF [999] pour ue discussio sur ce poit), plusieurs sources d icertitude vieet perturber la détermiatio de la tedace future : choix de la période d observatio, fluctuatios stochastique des taux de mortalité, évéemets exceptioels, etc.. Cette icertitude fait peser sur les assureurs de retes viagères et les régimes de retraite u risque systématique (o mutualisable) dot l impact fiacier peut être très importat. Aisi, e Frace, la récete actualisatio des tables utilisées par les assureurs pour le provisioemet des retes viagères illustre les difficultés d ue telle aticipatio et les ejeux fiaciers associés : par rapport aux tables TPG e vigueur jusqu au 3/2/2006, les ouvelles tables TGH 05 et TGF 05 qui etret e vigueur le 0/0/2007 coduiset à des majoratios de provisio parfois supérieures à 20%, comme l illustre le tableau suivat : Figure 3 - Comparaiso des coefficiets de provisioemet TPG 993 et TGH/TGF 05 Age Géératio TPG 993 Femmes Femmes / TPG Hommes Hommes / TPG , , ,9% 26, ,2% , , ,0% 24, ,8% , ,3085 8,3% 2, ,2% , , ,0% 8,2226 -,7% , , ,3% 5, ,0% , , ,9% 2, ,6% ,3594 0,9627 7,2% 9,2890-2,4% , ,5548 8,5% 6, ,4% ,9330 5, ,5% 4, ,9% , , ,8% 3,4009 -,9% Das ce cotexte il apparaît opportu de rechercher à mesurer le risque associé à cette erreur d aticipatio et de quatifier so impact e termes de provisios pour u régime de retiers. O utilise pour cela das la présete étude le modèle de Lee-Carter (voir otammet LEE et CARTER [992], LEE [2000], SITHOLE et al. [2000]) pour costruire ue surface de mortalité μ x, t. Après u ajustemet des taux passés, les taux de mortalité pour les aées futures se ( ) 9 Tables obteues sur la base de la mortalité de la populatio fémiie sur la période , utilisées depuis le er juillet

18 déduiset classiquemet de l extrapolatio de la composate temporelle. O peut oter que l utilisatio de la variate log-poisso (cf. BROUHNS et al. [2002]) coduirait à des résultats très proches, qui e serot pas repris ici. A partir de ce modèle de référece, o propose u modèle stochastique de mortalité e cosidérat que le taux de mortalité futur μ ( x, t) est lui-même aléatoire, et que doc μ ( x, t) est u processus stochastique (comme foctio de t à x fixé). L aléa est itroduit de maière à capturer l icertitude sur l estimatio de la tedace future de la composate temporelle des taux de mortalité. Après avoir costruit u jeu de tables prospectives sur des doées atioales à l aide de ce modèle, ous l utilisos pour calibrer l icertitude sur la dérive aticipée et appliquos le modèle aisi obteu pour détermier la distributio de l egagemet d u régime de retes. Les coséqueces e termes d aalyse du risque pesat sur le régime et de provisioemet sot examiées. Le préset article complète l aalyse présetée das PLANCHET et al. [2006], auquel le lecteur pourra se référer pour les détails méthodologiques des modèles de base..2. Le modèle de mortalité.2.. Présetatio Le modèle reteu pour costruire les tables prospectives est u modèle stochastique adapté du modèle de Lee-Carter (LEE et CARTER [992]). O rappelle que la modélisatio proposée pour le taux istataé de mortalité das Lee-Carter est la suivate : μ = α + β k + ε, l xt x x t xt e supposat les variables aléatoires ε xt idépedates, idetiquemet distribuées selo 2 ue loi N ( 0, σ ) et que l o dispose d u historique t m t t M. La questio de l ajustemet des paramètres du modèle est pas abordée ici. Le lecteur itéressé pourra se reporter aux ombreuses référeces sur le sujet (citées par exemple das PLANCHET et THEROND [2006]). Ue fois ajustée la surface de mortalité sur les doées passées, il reste à modéliser la série ( k t ) pour extrapoler les taux futurs ; pour cela, o utilise la modélisatio la plus simple que l o puisse imagier, ue régressio liéaire e supposat ue tedace affie : * t k = at + b + γ, avec ( γ t ) u bruit blac gaussie de variace σ γ. O obtiet aisi des estimateurs â et ˆb qui permettet de costruire des surfaces projetées e utilisat simplemet t * ˆ ˆ t k = at+ b. Afi de simplifier l écriture des formules à veir, o pose τ = t t + m et T = tm tm +, ce qui coduit aux expressios : T + k k ˆ T τ τ a = 2 2 T et ˆ T + b = k aˆ, 2-8 -

19 avec k = kτ = k T T t ab, et de variace : d espérace ( ). De plus, le vecteur ( ˆ, ˆ) ab est distribué selo ue loi ormale T + 2 2σ 2 γ Σ= 2 T( T ) T + ( T + )( 2T + ) 2 6 O peut doc costruire des réalisatios de la mortalité future e effectuat des tirages das la loi du vecteur ( ab ˆ, ˆ). La variable k * t aisi obteue est telle que ( * E k ) t = kt. O obtiet alors des réalisatios des taux istataés de sortie via : Comme o ote que : et doc : * ˆ ˆ t ( k ) * * xt exp x x t μ = α + β. k = at+ best ue variable gaussiee d espérace kt = at+ b et de variace : 2 2 σγ 2 τ 2 ( ) ( T+ )( T+ ) 2 2 σ = τ τ( T+ ) +, TT 2 ( ) * * ( ) ( ) 2 2 β exp exp xσ E μ t xt = E αx + βxkt = αx + βxk t +, 2 E * ( ) 2 2 β exp xσ μ t xt = μxt > μxt. 2 Le modèle stochastique a doc tedace à surestimer les taux de sortie par rapport à la surface de référece fourie par le modèle de Lee-Carter. Compte teu du otre objectif de «perturber» la surface de mortalité, mais sous l hypothèse que celle-ci défiie correctemet la tedace future espérée des taux istataés de décès cette propriété du modèle est péalisate et il coviet d adapter l approche proposée. PLANCHET et al. [2006] proposet ue versio corrigée du biais du modèle défiie par : μ α β * β * exp xσt xt = x + xkt * Cette versio du modèle satisfait par costructio E ( μxt) xt = μ. Elle apparaît doc cohérete avec l objectif recherché. Toutefois, o peut lui reprocher de déformer de maière arbitraire la distributio des taux stochastiques ; e effet, si le modèle * ˆ ˆ t k = at+ b est pertiet, alors les - 9 -

20 taux de sortie * * * μ xt réellemet observés serot bie issus du modèle μxt exp ( αx βxkt ) o de la versio corrigée du biais. = + et O utilise ici ue approche différete et a priori plus aturelle cosistat à utiliser comme surface de référece détermiiste la surface moyee du modèle stochastique, soit 2 2 * β ( ) exp xσ E μ t xt = αx + βxk t +. E effet, si le mécaisme aléatoire dot sot issus les 2 taux de décès est bie associé à k * ˆ ˆ t = at+ b, alors la mortalité de référece détermiiste est bie défiie par la surface moyee ci-dessus, et o plus par la surface de Lee-Carter Applicatio umérique O présete ici les résultats obteus tout d abord sur la famille de tables prospectives proposée puis, das u secod temps, les coséqueces e terme de valorisatio de l egagemet du régime de retes. La table prospective utilisée das cette étude est celle utilisée das PLANCHET et al. [2006] ; elle est costruite à partir des tables du momet fouries par l INED 20 das MESLE et VALLIN [2002] et coduit à la surface de mortalité Lee-Carter suivate : Figure 4 - Surface de mortalité ajustée par Lee-Carter La surface de référece ajustée de otre modèle stochastique est présetée sur le graphe cidessous : 20 Ces tables sot dispoibles sur

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION Des PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jea-Marie MARION 1 STATISTIQUE DESCRIPTIVE (décrire ue populatio à l aide de caractéristiques et graphiques) STATISTIQUE INFERENTIELLE (étedre des résultats

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

Frédéric Planchet, Pierre-Emmanuel Thérond. To cite this version: HAL Id: hal-00443028 https://hal.archives-ouvertes.

Frédéric Planchet, Pierre-Emmanuel Thérond. To cite this version: HAL Id: hal-00443028 https://hal.archives-ouvertes. Allocatio d actifs selo le critère de maximisatio des fods propres écoomiques e assurace o-vie : présetatio et mise e oeuvre das la réglemetatio fraçaise et das u référetiel de type Solvabilité Frédéric

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

TP R : méthodes statistiques élémentaires

TP R : méthodes statistiques élémentaires M2 IFMA et MPE TP R : méthodes statistiques élémetaires À la fi de la séace vous déposerez vos scripts R das la boîte de dépôt de votre espace Sakai : http://australe.upmc.fr/portal. 1 Importatio des doées

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Méthodes basiques en statistiques sous R

Méthodes basiques en statistiques sous R Méthodes basiques e statistiques sous R Master II Modélisatio Aléatoire - Paris VII Eseigat : Mme Picard Sébastie Le Berre 12 mai 2011 R est u logiciel de calcul largemet utilisé par la commuauté scietifique

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Cours de méthodes de simulation

Cours de méthodes de simulation ECOLE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D ANALYSE DE L INFORMATION ( ESSAIT) Cours de méthodes de simulatio Préparé par Hasse MATHLOUTHI Aée uiversitaire 2014-2015 AVANT PROPOS Ce documet propose u cours sur

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Séquence 9. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Intervalles de fluctuation 3. Estimation 4. Synthèse de la séquence 5. Exercices de synthèse

Séquence 9. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Intervalles de fluctuation 3. Estimation 4. Synthèse de la séquence 5. Exercices de synthèse Séquece 9 Itervalles de fluctuatio, estimatio Objectifs de la séquece Das le chapitre 2, o étudie des itervalles de fluctuatio des variables aléatoires X F =, fréqueces des variables aléatoires biomiales

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles BTS Mécaique et Automatismes Idustriels Statistiques iféretielles, Aée scolaire 2005 2006 Statistiques iféretielles 1. Itroductio vocabulaire Pour étudier ue populatio statistique, o a recours à deux méthodes

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Introduction to Econometrics

Introduction to Econometrics MPRA Muich Persoal RePEc Archive Itroductio to Ecoometrics Moussa Keita September 015 Olie at https://mpra.ub.ui-mueche.de/66840/ MPRA Paper No. 66840, posted. September 015 04:1 UTC INTRODUCTION A L ECONOMETRIE

Plus en détail

CHAPITRE 22. Machines à sous

CHAPITRE 22. Machines à sous CHAPITRE 22 Machies à sous 22. Corrigé possible du texte 22.. Eocé du problème et défiitio du modèle statistique associé O étudie ici u modèle statistique avec observatios icomplètes : o dispose d observatios

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres B A S E Biotechol Agro Soc Eviro 00 6 (3) 43 53 Utilisatio du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimatio des paramètres Rudy Palm Uité de Statistique et Iformatique Faculté uiversitaire

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques (François Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO

Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques (François Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO Uiversité Paris VII - Agrégatio de Mathématiques Fraçois Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO Ce texte vise à préseter l utilisatio de la méthode de Mote-Carlo das le calcul du prix d ue optio. 1. Positio du

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE

Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE Cours 5 : ESTIMATION PONCTUELLE A- Gééralités B- Précisio d u estimateur C- Exhaustivité D- iformatio E-estimateur sas biais de variace miimale, estimateur efficace F- Quelques méthode s d estimatio A-

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

FLUCTUATION ET ESTIMATION

FLUCTUATION ET ESTIMATION 1 FLUCTUATION ET ESTIMATION Le mathématicie d'origie russe Jerzy Neyma (1894 ; 1981), ci-cotre, pose les fodemets d'ue approche ouvelle des statistiques. Avec l'aglais Ego Pearso, il développe la théorie

Plus en détail

Orange Graduate Programme. Edition 2016

Orange Graduate Programme. Edition 2016 Orage Graduate Programme Editio 2016 Commet Orage vous rapproche de l essetiel? Editorial Vous êtes passioé(e) par les progrès rapides et multiples du umérique? L Orage Graduate programme, c est pour vous!

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX, soutie idividualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX est ue aide spécifiquemet destiée aux PME et TPE fraçaises. Souple et très simple d accès, elle leur permet de fialiser u projet

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 8 du 13 octobre 2011

Bulletin officiel spécial n 8 du 13 octobre 2011 Aexe Programme de l eseigemet spécifique et de spécialité de mathématiques de la série écoomique et sociale et de l eseigemet de spécialité de mathématiques de la série littéraire L eseigemet des mathématiques

Plus en détail

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête.

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête. Cliclasolutio Aée 2006/2007 REQUÊTES Utilité des requêtes QUESTIONNER LA BASE DE DONNÉES La foctio classique d'ue requête est de répodre à ue questio sur la base de doées. "Quels sot les cliets habitat

Plus en détail

Gestion du Risque de Change

Gestion du Risque de Change A / Pratiques de cotatio Gestio du Risque de Chage - Moaies «i» : FRF, DEM «pré i» : GBP «out» : USD EONIA : Europea over ight idex average TEC : taux à échage costat Toute cotatio compred deux prix :

Plus en détail

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education.

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education. Uiversité de Nice-Sophia Atipolis Istitut Uiversitaire de Techologie Nice-Côte d Azur Départemet Gestio des Etreprises et des Admiistratios Gestio Fiacière Les objectifs pricipaux Maîtriser les cocepts

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Devoir de statistiques: CORRIGE

Devoir de statistiques: CORRIGE CPP - la prépa des INP ( ème aée). Bordeaux, 6/04/04. Devoir de statistiques: CORRIGE durée h Doées: O rappelle que si Z suit ue loi N (0, ), o a P(Z.96) 0, 975 et P(Z.65) 0, 95. Exercice. θ et O cosidère

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE

FONCTION EXPONENTIELLE FONCTION EXPONENTIELLE I. RAPPELS : METHODE D EULER Si f est ue foctio dérivable e x 0, o sait que f(x 0 + h) a pour approximatio affie f(x 0 ) + f '(x 0 )h O peut doc sur de "petits" itervalles, approcher

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail