Exercices sur les équations diérentielles : corrigé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercices sur les équations diérentielles : corrigé"

Transcription

1 Eercices sur les équaions diérenielles : corrigé PCSI Lycée Paseur ocobre 7 Eercice. On résou l'équaion sur R. L'équaion homogène associée y y = a pour soluions les foncions de le forme y h () = Ke, avec K R. Cherchons une soluion pariculière à l'équaion sous la forme y p () = K()e. On a alors y () = (K () + K())e, donc y p es soluion si K () = (sh ch )e = e e e e, soi par e e eemple K() = e e d = e e 6 + [e ] + ] e d + [ e e + d = e + 6 e + e e + e e + A = ( 9 ) ( ) 6 + e + e + A, où A es une consane qu'on peu ignorer. Les soluions 8 ( complèes son donc les foncions y() = ) ( ) 6 + e + e + Ke. 8. Comme il fau diviser par pour mere l'équaion sous forme usuelle, la résoluion s'eecuera sur les inervalles R + e R. On a alors y + y = cos. L'équaion homogène associée es y + y =, don les soluions son les foncions Keln = K, K R (on peu enlever la valeur absolue quie à changer le signe de la consane sur R ). On cherche ensuie une soluion pariculière de la forme y p () = K(), d'où on ire K () donc la foncion sin Remarquons que seule la foncion f : sin soluion dénie sur R ou enier. = cos. Une soluion pariculière es, e les soluions générales de l'équaion son de la forme y() = sin + K., prolongée en en posan f() = es une. On résou l'équaion sur R. L'équaion homogène associée y + y = a pour soluions les foncions y h : Ke, on recherche donc y p sous la forme K()e, ce qui nous donne K ()e = + e, soi K () = e u. Le membre de droie éan de la forme, on peu + e u prendre comme primiive K() = ln( + e ). Les soluions de l'équaion complèe son donc de la forme y : (ln( + e ) + K)e, K R. 4. Pour les soluions de l'équaion homogène, cf l'équaion précédene. Pluô que d'uiliser la méhode de variaion de la consane (qui amène un calcul de primiive par inégraion par paries peu agréable), nous allons direcemen chercher une soluion de la forme y p () = (a + b + c)e. On a donc y p() = (a + (a + b) + b + c)e, e y p es soluion, en facorisan par e, si e seulemen si a + (a + b) + b + c = +. On résou sans diculé le sysème obenu : a = ; b = 8 6 e c =. Les soluions de l'équaion complèe son donc 9 7 les foncions y : Ke + ( ) e.

2 5. Comme il fau diviser par ln, on va résoudre sur les inervalles ]; [ e ]; + [. On obien donc y + y = ln. Les soluions de l'équaion homogène son de la forme ln Ke ln ln = K ln (à un changemen de consane près, cee formule es valable sur les deu inervalles de résoluion). On cherche y p de la forme K() ln, donc K () ln = ln, on peu prendre K() = ( ) e les soluions générales son les foncions y : + K ln. Toues les soluions se prolongen en soluions valables sur R + ou enier, puisqu'elles valen oues pour =. 6. On résou sur R. L'équaion homogène a pour soluions les foncions y h : Ke. On ne cherche pas de soluion pariculière puisqu'il y en a une qui nous saue au yeu : la foncion consane égale à. Les soluions générales son donc les foncions y : Ke. Si on veu de plus y() =, il fau avoir K =, donc K =. La soluion unique au problème de Cauchy posé es donc la foncion f : e. 7. On ne peu résoudre que sur l'inervalle ] ; [. L'équaion homogène y y = a pour soluions les foncions y h : Ke arcsin. Encore une fois, la foncion consane égale à es une soluion pariculière donc les soluions générales son de la forme Ke arcsin. 8. On résou sur les inervalles R + e R. L'équaion homogène associée y + y = a pour soluions les foncions y h : Ke ln = K () = n, donc K () = n, donc n+ n + n n + + K. l'équaion son les foncions y : K. On cherche y p sous la forme K(), on obien convien, e les soluions générales de 9. L'équaion homogène associée a des soluions de la forme Ke, on cherche y p sous la forme y p () = K()e, on obien K ()e = e + e, donc K () = e +. Une primiive [ ] de e es obenue par double inégraion par paries : e d = e + [ e d = e + ] e e + d = ( ) e +. Une soluion 4 4 pariculière de nore équaion es donc la foncion y p () = ( ) e + e les 4 soluions générales son les foncions y() = ( ) e Ke. En, la valeur de y es 4 + K, il fau donc choisir K = 5 4 posé. pour obenir la soluion au problème de Cauchy Eercice Sur les inervalles précisés, aucun problème : l'équaion homogène y + y = a pour soluions les foncions y h : K, e on cherche y p sous la forme K(). On obien K () =, soi K + ln K() = ln, donc les soluions générales son de la forme y() =. Ces foncions ne son jamais prolongeables par coninuié en, il n'y a donc pas de soluion dénir sur R.

3 Eercice Posons donc z = y (ce qui es possible car y doi êre à valeurs posiives pour saisfaire l'équaion), on a alors y = z, donc y = zz, d'où ( + )zz = 4z + 4z. On doi donc avoir, pour les poins où z ne s'annule pas, ( + )z 4z = 4. Il y a une soluion pariculière évidene à cee équaion qui es la foncion consane égale à, e l'équaion homogène associée z K z = a pour soluions les foncions de la forme, donc on obien z() = ( ) K. La foncion nulle es aussi soluion de l'équaion. K, e y() = Eercice 4 Posons donc z = y, on a alors y = z, donc z z z + z + =, soi en mean ou au z même dénominaeur e en simplian par z z z =. Les soluions de l'équaion homogène son de la forme Ke, e la foncion consane égale à es soluion pariculière évidene, donc z() = Ke. Parmi ces foncions, seules celles obenues pour K ne s'annulen pas e vonc donner des foncions y dénies sur R, qui son alors de la forme y() = K e, avec K R. Eercice 5 En posan u = y y, on a u = y y y y, donc l'équaion devien y (u sin + ) =. La foncion y n'ayan pas rop le droi de s'annuler pour que nore changemen de variables soi valable, on a u () = sin, soi u() = + K. On en dédui que y es soluion de l'équaion diérenielle ( ) an y an + K y =, donc les soluions son de la forme y() = L sin e K. Eercice 6 Il fau changer légèremen l'énoncé pour mere y() = au lieu de y() =, comme cela on reconnai que la foncion y es la foncion angene. Par la méhode d'euler avec pas 4, on a y () =, donc la angene en a pour équaion, donc y( 4 ) 4, puis y ( 4 ) 7 ec. En fai, en 6 noan u k = f( k n ), en prenan comme pas n, on a u k+ = n (u k + ) + u k. Pour n = 4, on a donc u = 4, u = 7 6, u Pour n =, on a u =, u = puis u.96. Sachan que an.557, les approimaions ne son pas vraimen erêmemen saisfaisanes. Eercice 7. Les soluions de l'équaion homogène son les foncions y h : A cos() + B sin(). On cherche une soluion pariculière y p sous la forme y p () = a + b + c, on a donc y p = a, y p es soluion si 4a + 4b + 4c + a = +, soi a = 4, b = 4 e c =. on obien 8 nalemen comme soluions générales les foncions y() = A cos()+b sin() Les soluions homogènes son de la forme y() = A + Be (c'es une fausse équaion du second ordre, on a en fai une équaion du premier ordre en y ), il fau chercher une soluion

4 pariculière de la forme y p () = (a + b + c)e, donc y p() = (a + (a + b) + (b + c))e, e y p() = (a + (4a + b) + (a + b + c))e. Cee foncion es soluion si, après simplicaion par e, a + (6a + b) + a + b + c = 4, ce qui nous donne a =, b = 6 e c = 7. On a donc des soluions générales de la forme y() = A + Be + ( 6 + 7)e. Si on impose de plus y() = A + B + 7 = e e y () = B + =, on obien B = e A = e 8, e la soluion es bien unique.. L'équaion homogène a pour équaion caracérisique r + r + =, don le discriminan es = 8 = 7, e les soluions r = + i 7, e r = i 7. Les soluions son donc de la forme y h () = (A cos( 7 ) + B sin( 7 ))e. Pour la soluion pariculière, on va chercher sous la forme y p () = (a + b)e, donc y p() = (a + a + b)e e y p() = (a + a + b)e, qui es soluion si 4a + a + 4b = 8 +, soi a = e b = 5. Les soluions de l'équaion 4 complèe son donc les foncions y : (A cos( 7 ) + B sin( 7 ))e + ( 5 4 )e. 4. Ici, les soluions de l'équaion homogène son les foncions y h : Ae + Be. Pour la soluion pariculière, uilisons le principe de superposiion : comme sh = e e, on va chercher une soluion pariculière avec second membre e e, puis. Dans les deu cas, l'eposan de l'eponenielle es racine de l'équaion caracérisique, il fau donc prendre un polynome de degré. Posons donc y () = (a + b)e, on a y () = a + a + b)e, e y es soluion pour e si a = 4 (e on prend par eemple b = ) donc y () = 4 e. De même, on obien y () = 4 e, don en faisan la diérence des deu, une soluion pariculière de l'équaion complèe es y p : ch. Finalemen, nos soluions de l'équaion complèe son les foncions y() = Ae + Be + ch. 5. L'équaion caracérisique a pour racines évidenes r = e r =, donc les soluions de l'équaion homogène son de la forme Ae + Be. Il fau chercher y p de la forme (a + b + c + d)e, donc y p() = (a + (a + b) + (b + c) + c + d)e e y p() = a + (6a + b) + (6a + 4b + c) + b + c + d)e. Cee foncion es soluion si (a a + a) + (6a + b 9a b + b) + (6a + 4b + c 6b c + c) + b + c + d c d + d = + 7, soi a + (6a b) + b c = + 7. On obien a =, b = e c =, donc les soluions de l'équaion complèe son de la forme y() = ( + + A)e + Be. 6. L'équaion caracérisique r r + 5 a pour discriminan = 4 = (4i) e pour racines r = + i e r = i, donc les soluions de l'équaion homogène son de la forme (A cos() + B sin())e. Pour la soluion pariculière, on va en chercher une de l'équaion y y +5y = 4e e i = 4e (+i) sous la forme y p () = (a+b)e (+i). On a donc y p() = ((a+ ia)+b+ib+a)e (+i) e y p() = ((a+4ia 4a)+b+ib+a+ib 4b+ia+a+ia)e (+i). On a une soluion si (a+4ia 4a a 4ia+5a) b+4ib+a+4ia b 4ib a+5b = 4, soi a = i (quelle simplicaion specaculaire!), donc une soluion pariculière es la foncion y p () = ie (+i) = ie (cos() + sin()). Pour obenir une soluion pariculière de nore équaion iniiale, il su de prendre la parie imaginaire de la précédene : ỹ p () = cos()e. On obien nalemen pour soluions de l'équaion complèe y() = ((A ) cos() + B sin())e. Eercice 8 On pose donc y() = z(ln ), d'où y () = z (ln ) e y () = z (ln ) + z (ln ). L'équaion devien alors z (ln ) + z (ln ) + z (ln ) + z(ln ) =, soi en posan = ln, z + z + z = e. L'équaion caracérisique associée a pour racine double, donc les soluions 4

5 de l'équaion homogène son de la forme z h () = (A + B)e, e une soluion pariculière sera de la forme Ke, avec 4K 4K + K =, donc K = convien, soi z p () = e. On a donc comme soluions générales les foncions z() = (A + B)e + e, d'où on ire y() = A + B ln +. En imposan y() = y () =, on a A + = A + B =, d'où A = e. La seule foncion soluion de ce problème es donc la foncion ln +. Eercice 9 Comme f () = f( ) +, f es elle-même dérivable, donc f es deu fois dérivable. Dérivons donc l'équaion, on obien f () = f ( ) + = (f() ) + = 4f() + =. La foncion f es donc soluion de l'équaion diérenille f + 4f = +, qui se résou sans diculé : les soluions homogènes son de la forme A cos() + B sin() e une soluion pariculière évidene es la foncion +, donc f() = A cos() + B sin() Eercice Commençons par remarquer qu'en prenan = y =, on a f() = f(), donc f() ne peu prendre que les valeurs e. Mais si f() =, on a R, en prenan y =, f() =, donc f es la foncion nulle. pour la suie, on peu supposer que f() =. Fions désormais y e dérivons par rappor à, on obien f ( + y) + f ( y) = f(y)f (), puis en dérivan à nouveau f ( + y) + f ( y) = f(y)f (). Mais cela rese vrai en échangean le rôle de e de y, donc on a (, y) R, f ()f(y) = f()f (y), soi en posan y =, f () = Kf(), avec K = f (). Si K =, les soluions possibles son de la forme f() = a +, e seule la valeur a = perme de vérier l'équaion foncionnelle de dépar, donc f es consane égale à. Si K >, f es de la forme Ash ( K) + Bch ( K). La valeur en impose B = puis on consae que seul A = perme de vérier l'équaion foncionnelle, donc f() = ch ( K). De même, si K <, on obien une seule soluion possible : f() = cos( K). 5

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Equations différentielles et Cinétique chimique

Equations différentielles et Cinétique chimique Equaions différnills Cinéiqu chimiqu En Cinéiqu, l'éud ds visss lors ds réacions condui à ds équaions différnills don la plupar corrspondn au programm d Mahémaiqus ds classs d STS chimiss Ls sujs raiés

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE UNITÉ 1: L CINÉMTIQUE Cinémaique: es la branche e la physique qui raie e la escripion u mouemen objes sans référence aux forces ni aux causes régissan ce mouemen. 1.1 L VITESSE ET L VITESSE VECTORIELLE

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques.

Mesures de risque dynamiques, pricing d options vanilles et EDSR quadratiques. Mesures de risque dynamiques, pricing d opions vanilles e EDSR quadraiques. Cyrille Guillaumie 1 Thibau Masrolia 2 Rappor echnique rendu en juin 213 1. European Securiies and Markes Auhoriy, cyrille.guillaumie@esma.europa.eu

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Simulation : application au système bonus-malus en responsabilité civile automobile

Simulation : application au système bonus-malus en responsabilité civile automobile 4/5/98 Simulaion : applicaion au sysème bonus-malus Simulaion Simulaion : applicaion au sysème bonus-malus en responsabilié civile auomobile 4/5/98 Simulaion : applicaion au sysème bonus-malus Programme

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques Principes e caracérisiques des principaux moeurs élecriques Crières de choix d un moeur Le moeur es généralemen choisi en foncion de l uilisaion mécanique e de l alimenaion élecrique don on dispose. Cahier

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX : CS D NUMNN I Descipion des cicuis dans le cade de l RQS 1 ) Inducances popes e inducances muuelles de cicuis filifomes

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS H.3 PROLÈME E FLOTS 3.1 Le réeaux de ranpor 3.2 Le flo maximum e la coupe minimum 3.3 L'algorihme de Ford e Fulkeron 3. Quelque applicaion Opi-comb ch 3 1 3.1 Le réeaux de ranpor Réeau de ranpor : graphe

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Développements limités usuels en 0

Développements limités usuels en 0 Développements limités usuels en 0 e x sh x ch x sin x cos x = + x! + x! + + xn n! + O ( x n+) = x + x3 3! + + xn+ (n + )! + O ( x n+3) = + x! + x4 4! + + xn (n)! + O ( x n+) = x x3 3! + + ( )n xn+ (n

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Bac blanc du vendredi 17 mars 006 - Lycée Élie Caran - La Tour du Pin Physique - Chimie Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : h0 COEFFICIENT : 8 pour les spécialiés physique e chimie - 6 pour

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

,Y e. , Z e ) est supposée être en C, centre optique de la lentille (point nodal du plan principal objet pour un système optique)

,Y e. , Z e ) est supposée être en C, centre optique de la lentille (point nodal du plan principal objet pour un système optique) PROJECTION DE L'ESPACE TRIDIMENSIONNEL L'espae éel es de naue idimensionnelle, alos que les ouils usuels de fomaion d'une image son bidimensionnels. La pojeion es la fonion de passage du 3D au 2D. L'image

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail

1ère partie : caractéristiques générales d'un signal périodique v(t) v V max

1ère partie : caractéristiques générales d'un signal périodique v(t) v V max G. Pinson - Physique Appliquée Signaux périodiques A3-P / A3 - Mesurage des signaux périodiques ère parie : caracérisiques générales d'un signal périodique () 3 + 4 sin 5 max pp DC (ms) min () Signal arian

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE

4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 4. NOMBRES COMPLEXES ET TRIGONOMÉTRIE 1 Introduction. 1. 1 Justication historique. La résolution de l'équation du degré (par la méthode de Cardan) amena les mathématiciens italiens du seizième 3ème siècle

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

Fouille de données fonctionnelles

Fouille de données fonctionnelles Fouille de données foncionnelles Gilber Sapora Chaire de Saisique Appliquée Conservaoire Naional des Ars e Méiers 292 Rue Sain Marin 75141 Paris Cedex 3 gilber.sapora@cnam.fr 1 Premiers ravaux: J. J. C.

Plus en détail

Dérivation : cours. Dérivation dans R

Dérivation : cours. Dérivation dans R TS Dérivation dans R Dans tout le capitre, f désigne une fonction définie sur un intervalle I de R (non vide et non réduit à un élément) et à valeurs dans R. Petits rappels de première Téorème-définition

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent Lycée Viee TSI 1 T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. mulimères I. Principe de foncionnemen de l oscilloscope à ube cahodique 1. Descripion F C W A 1 A 2 vide spo P DV P DH écran fluorescen F filamen C cahode

Plus en détail

Annexe D: Les nombres complexes

Annexe D: Les nombres complexes Annexe D: Les nombres complexes L'équation t + 1 = 0 n'a pas de solution dans les nombres réels. Pourtant, vous verrez lors de vos études qu'il est très pratique de pouvoir résoudre des équations de ce

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI Exercices de mathématiques MPSI et PCSI par Abdellah BECHATA www.mathematiques.ht.st Table des matières Généralités sur les fonctions 2 2 Continuité 3 3 Dérivabilité 4 4 Fonctions de classes C k 5 5 Bijections

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION PSIP3 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE Durée : 4 heures NB : Le candida aachera la plus grande imporance à la claré, à la précision e à la concision de la rédacion Si un candida es amené

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria

par Colin Thirtle et Robert Townsend, Université de Reading et Université de Pretoria Jour 10 L'esimaion de la réacion dnamique de l'offre par Colin Thirle e Rober Townsend, Universié de Reading e Universié de Preoria Table des maières Inroducion 1. La héorie de base de la producion e de

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

1.8 Exercices. Analyse d'erreurs 43

1.8 Exercices. Analyse d'erreurs 43 1.8 Exercices Analyse d'erreurs 43 1. Tous les chires des nombres suivants sont signicatifs. Donner une borne supérieure de l'erreur absolue et estimer l'erreur relative. a) 0,1234 b) 8,760 c) 3,14156

Plus en détail

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE :

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE : I INTRODUCTION : FONCTION LOGIQUE BT MI Variabl binair : L élcrochniqu, l élcroniqu, la mécaniqu éudin uilisn la variaion d grandurs physiqus lls qu la prssion, la forc, la nsion, c. Crains applicaions

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que Test n 5 (1 octobre 1 Question 1. Soit n N \ {}. Prouvez par récurrence que ( n x 1 x ( x n x (x n x n. Voir Test 5, 17 octobre 11, question. Question. (a On dit que A R n n est une matrice antisymétrique

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail