EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D"

Transcription

1 EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D J.P.Chambard, S.Jamiio Holo3 7 rue du gééral Cassagou F Sait-Louis Résumé Cette étude porte sur l évaluatio de l icertitude de mesure d u capteur optique basé sur le pricipe de la lumière structurée. Après u descriptif du procédé et du calcul de phase sur lequel il est basé, ous ous attachos à idetifier les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques à celui-ci. Cotrairemet aux techiques de palpage par cotact, ce sot les caractéristiques optiques des surfaces étudiées qui affectet le plus la qualité des résultats obteus. Nous doos esuite des estimatios d icertitude de mesure d u capteur de umérisatio, basées sur des mesures multiples d ue barre à boule étalo. Summary This study is related to the estimate of the icertaity of a optical 3D sesor based o structured light. After a short descriptio of the temporal phase shiftig techique used, we detail the parameters that are specific to structured light ad that cotribute to the ucertaity. Whereas measuremet with cotact are sesitive to material rigidity, optical sesor are affected by the optical characteristics of the measured surface. Ucertaity estimates are give, based o multiple measuremet of a ball bar. Itroductio La techique de lumière structurée est apparue das les aées 90, avec l avèemet des procédés automatiques de calcul de phase optique. C est u procédé relativemet simple qui utilise la projectio de frages rectiliges oires et blaches sur u objet. La déformatio des frages apportée par le relief de l objet est iterprétée par traitemet d image pour recostruire la forme 3D de l objet. L itérêt pricipal du procédé réside das l absece de cotact avec la pièce et das la rapidité de umérisatio qui permet d obteir u millio de poits mesurés e ue dizaie de secodes. La techique a été utilisée au départ pricipalemet pour des opératios d igéierie iverse, qui cosiste à obteir u fichier CAO à partir d ue pièce existate. Le uage de poit fouri par le capteur optique sert alors d appui pour défiir les surfaces CAO de la pièce. Plus récemmet, des applicatios de cotrôle dimesioel voiet le jour avec ce type de capteur. Là aussi, l itérêt de la techologie pour ce type d applicatio est multiple : - absece de cotact avec la pièce - rapidité de mesure - possibilité de cofigurer u équipemet pour u grad ombre d applicatios Pricipe de la lumière structurée Le codage de l espace Le pricipe de la lumière structurée est schématisé sur la figure 1. La matrice CCD de la caméra réalise u partitioemet de l espace, chaque pixel pouvat être représeté par u troc de côe, das le volume de mise au poit. Il e est de même pour les coloes de pixels du projecteur et l itersectio de ces deux partitioemets permet de défiir ue série de petits élémets volumiques, délimités das l espace, et que l o peut appeler des voxels. Chaque voxel est uique et correspod à u pixel particulier de la caméra et ue coloe de pixels projecteur. Si le poitage d u pixel caméra peut se faire facilemet par la coaissace de sa positio (i,j) sur le pla du CCD, l idetificatio d ue coloe de pixels projecteur se fait de faço idirecte par u codage e phase (φ) ou de type biaire (gray code). Aisi, o obtiet u codage global de l espace par les voxels : V ijk = f(caméra_pixel ij, φ) caméra projecteur pixel i pixel i+1 pixel j pixel j+1 Fig 1 : Codage de l espace par lumière structurée Le calcul de phase Le calcul de phase (φ) est doc ue étape fodametale du procédé qui coditioe la qualité de la mesure, car de ature à limiter la taille du voxel. Le réseau de forme

2 siusoïdale projeté sur l objet est successivemet décalé d ue valeur de 2π/ et ue image est prise par la caméra pour chaque positio. U pixel doé de la caméra va aisi observer lors de ces décalages successifs ue itesité qui va varier de faço siusoïdale (voir fig 2) : ( 1+ mcosϕ ( 2 π ) I i Ii= 0 + Chaque paramètre de cette relatio est ue foctio de la positio e pixel das l image : I i : Itesité reçue pour le décalage I 0 : Itesité moyee de l image m : cotraste des frages ϕ : phase recherchée 2 iπ U calcul par la méthode des moidres carrés permet alors de détermier de faço précise la phase du sius eregistré. L expressio littérale de la phase a été fourie par [1] : ϕ = arcta Itesité reçue sur pixel (i,j) i= 1 i= 1 I si 2 i I cos 2 i [ π ( i 1) ] [ π ( i 1) ] Calcul de phase 0-0,5 0,5 1,5 2,5 3,5 4,5 5,5 6,5 Phase e radias Valeurs mesurées Foctio cosius fittée Figure 2 : Le calcul de phase par la méthode de décalage temporel de la phase Le calibrage Le calibrage est ue phase iitiale essetielle du procédé, qui permet de trasformer des iformatios d itesité et de positio de pixels e iformatios métriques. Les méthodes les plus courammet utilisées, de type «boîte oire» cosistet à associer la phase mesurée à l axe Z du capteur, les coordoées X et Y état reliées à la positio du pixel das le pla du CCD par u calibrage utilisat des mires [2][3]. La méthode de recostructio que ous avos évaluée est basée sur la stéréovisio [4]: u même objet vu par deux caméras éloigées l ue par rapport à l autre, sera recostruit das ue image uique 3D par triagulatio. Le projecteur jouera le rôle de la deuxième caméra, et les pixels caméra/projecteur serot associés via la phase. Afi de recostruire u poit 3D, ous devos tout d abord exprimer les coordoées des pixels caméra et projecteur das deux plas, appelés plas rétiies, qui sot idépedats des paramètres itrisèques de la caméra et du projecteur (poits pricipaux (C), distaces focales (f) et coefficiets de distorsio (k)). Preos par exemple le calibrage de la caméra. Pour détermier ses paramètres itrisèques, ous utilisos ue mire damier dot les itersectios sot coues, c est à dire que ous coaissos aisi les poits 3D recostruits de la mire das u référetiel associé à cette mire. E plaçat celle-ci das différetes positios, et e preat ue photo pour chaque positio, ous obteos deux jeux de variables : les poits 3D et les pixels. Nous pouvos calculer les caractéristiques itrisèques qui corrèlet au mieux ces deux jeux, aisi que les traslatios et rotatios pour passer du repère mire au repère caméra pour chaque positio. Pour le calibrage du projecteur, le pricipe est le même et ous utilisos des cartes de phases, acquises pour chacue des positios. La deuxième étape est d exprimer ces ouvelles coordoées pixel caméra et projecteur das u même repère. Pour coaître ces vecteurs de traslatio et de rotatio, ous utilisos la combiaiso des vecteurs de traslatios et de rotatios obteue lors des deux calibrages pour chaque positio. Les facteurs d icertitude de mesure Comme pour tout procédé de mesure, les facteurs d icertitude de mesure ot de multiples origies : - L objet mesuré lui-même - Le milieu eviroat - L équipemet de mesure - La procédure utilisée pour effectuer la mesure - L opérateur Ue étude exhaustive de tous les facteurs d icertitude de mesure est u travail de logue haleie. Nous ous attacheros ici à des facteurs ecore peu cous qui sot spécifiques à la techique de lumière structurée. Les erreurs de calcul de phase Le calcul de phase cosiste essetiellemet à approximer u uage de poit, qui représete les différetes itesités lumieuses reçues par u pixel lorsque l o applique u déphasage cou, par ue foctio siusoïdale de période coue. Le résultat de ce calcul permet d obteir la phase à l origie de cette foctio siusoïdale, ce qui est l iformatio de phase recherchée. O coçoit aisémet que toute perturbatio du sigal d itesité reçu par la caméra viedra ifluecer le calcul par les moidres carrés et itroduira ue erreur sur la valeur de la phase. E particulier, la «foctio de trasfert» qui permet de passer d u iveau de gris du projecteur à u iveau de gris sur la caméra est pas liéaire [5] et cela peut géérer des erreurs das le calcul de phase. O s attachera doc à liéariser cette foctio avat la mise e oeuvre du calcul de phase. 1- Les variatios de l eviroemet lumieux La méthode de décalage de phase temporel écessite la prise successive de plusieurs images. Le processus d eregistremet, qui dure quelques secodes est doc sesible à ue variatio de l eviroemet lumieux qui

3 va modifier ue ou plusieurs valeurs de l itesité mesurée et affectera par voie de coséquece la phase calculée. 2- L ifluece de la réflectace de la surface La réflectace d ue surface caractérise la faço dot cette surface va restituer l éergie lumieuse qui lui est fourie (voir Figure 3). Les propriétés de réflectivité des surfaces à mesurer ifluet directemet sur la qualité des mesures de phase. Aisi, ue surface parfaitemet réfléchissate e pourra pas être mesurée par ce procédé, les frages projetées état pas visibles sur celle-ci. A l iverse, ue surface très diffusate permettra d obteir partout u bo cotraste de frage doc ue boe qualité de mesure. Etre ces deux extrêmes, ue surface faiblemet diffusate pourra être umérisée mais avec ue qualité amoidrie Damier pla umérisé Itesité vue par la caméra sur ue lige de pixel Forme recostruite Artefacts data 1 data Miroir Surface peu diffusate Surface très diffusate Figure 3 : Différetes réflectaces de surface U problème apparaît égalemet, même das le cas de surfaces parfaitemet diffusates lorsque celles-ci présetet des variatios spatiales de réflectivité. Cela peut être dû à des motifs de couleur par exemple, pouvat préseter de forts cotrastes etre eux. O voit apparaître das ce cas u artefact das la valeur de phase estimée comme le motre la figure 4 : au voisiage d ue bordure, le calcul de phase présete ue erreur systématique. Ce phéomèe peut être expliqué par le pouvoir séparateur de l optique de la caméra. E effet celui-ci est e gééral iférieur à la résolutio propre du CCD qui est le pixel. Cela sigifie que l image d u poit de l espace objet est ue tâche couvrat plusieurs pixels du CCD. E d autres termes, l itesité reçue par u pixel est partiellemet modifiée par celles reçues par ses pixels voisis. Lorsqu u pixel est situé das ue zoe sombre et e bordure d ue zoe très lumieuse, l itesité reçue, et doc la phase calculée, est sigificativemet modifiée par ce voisiage lumieux. Comme le motre la figure 4, la umérisatio 3D d u damier parfaitemet pla, mais costitué de carrés oirs et blacs, va être ifluecé par les variatios spatiales d itesité reçue par la caméra au poit de géérer des artefacts de forme allat jusqu à 0.15 mm. Figure 4 : Ifluece de la variatio d itesité sur la recostructio d ue mire plae 3- Les sauts de phase Forme réelle U autre artefact peut apparaître das le cas d ue discotiuité de la forme de l objet à cotrôler. Comme le motre la figure 5, u écart de forme importat peut exister etre deux pixels voisis de la caméra, etraiat ue discotiuité de phase. Comme précédemmet, e raiso du pouvoir séparateur de l optique de la caméra, des erreurs das le calcul de phase apparaitrot alors das cette zoe de discotiuité. i caméra i +1 φ + φ φ projecteur Artefact Figure 5 : Ifluece d u saut de phase etre 2 pixels cosécutifs sur la recostructio 3D 4- Les réflexios etre surfaces de l objet Comme ous l avos précisé ci-dessus, le procédé de lumière structurée utilisé e foctioe que sur des surfaces diffusates. Toutefois, ces surfaces sot, das la réalité, plus ou mois diffusates (voir figure 3), la

4 surface parfaitemet lambertiee qui revoie la même quatité de lumière das toutes les directios état que très raremet recotrée. O cosidèrera doc ici que les surfaces gééralemet étudiées revoiet la lumière das u lobe de diffusio relativemet étroit, das la directio de réflexio spéculaire. Aisi, lorsqu o éclaire u objet présetat u agle retrat, ou plus gééralemet présetat ue cocavité étroite, il se produit u phéomèe de réflexio d ue paroi de l objet sur ue autre. Le calcul de phase sur ue paroi qui reçoit à la fois de la lumière issue directemet du projecteur et de la lumière issue d ue réflexio sur ue paroi avoisiate sera modifié par cette réflexio parasite. Il se crée alors u défaut das le calcul de forme[6] [7], tel que préseté e figure 6. caméra projecteur Figure 6 : Ifluece de la réflexio d ue paroi sur ue autre pour la recostructio 3D Limite de résolutio Artefact Forme obteue Forme réelle La résolutio d u capteur basé sur la lumière structurée est limitée par les caractéristiques des composats du système que sot la caméra et le projecteur. Ue partie du codage de l espace proviet des pixels de la caméra. Ceux-ci, projetés sur l objet à mesurer, défiisset des petites surfaces dot les dimesios sot foctio de : - la résolutio propre du CCD : u millio de pixels si l o pred ue caméra mégapixel - le champ observé - l orietatio de la surface à umériser par rapport à l axe optique de la caméra Par exemple, e cosidérat des pixels caméras carrés et joitifs (pla CCD recouvert totalemet par les pixels), et pour ue surface observée à 45 par rapport à l axe optique d ue caméra observat u champ de 500 mm, u pixel caméra défiit ue surface de 0.7mmX0.7mm sur l objet. C est doc la moyee des iformatios sur cette petite surface qui représete u poit umérisé. L autre partie du codage de l espace s effectue par la phase, calculée à partir des images d itesité qui sot modélisées de faço simple par ue foctio de type siusoïdale (voir rel1). Das la réalité, cette foctio siusoïdale est doublemet échatilloée : - par le projecteur de frages : das le cas d u projecteur LCD ou basé sur des micro-miroirs, o réalise u échatilloage spatial par les pixels et u échatilloage sur 8 bits des itesités projetées - par la caméra : là aussi, le sigal est échatilloé e itesité et spatialemet Nous avos effectué ue simulatio umérique d u esemble projecteur-caméra e itégrat ces otios d échatilloage. O motre aisi que pour u capteur 3D utilisat des composats stadards, la limite de résolutio e phase est de 3 mrad, ce qui correspod pour ue caméra observat u champ de 500mm à 5.7 µm. Le calibrage Cette étape fodametale, décrite ci-dessus, est basée sur la prise d images de mires. Pour exploiter au mieux les possibilités des composats utilisés, il est souhaitable que les positios des motifs utilisés (cercles ou carrés) soiet coues avec ue icertitude iférieure à la limite de résolutio du capteur de umérisatio (voir ci-dessus). Même das ces coditios, le calcul des paramètres de calibrage est etaché d erreurs dot les écarts types typiques, exprimés e fractio de pixel, sot du même ordre de gradeur pour le projecteur que pour la caméra : distace focale = 0.37 pixel poit pricipal = 0.60 pixel coefficiets de distorsio : Egalemet les paramètres extrisèques sot détermiés par u traitemet statistique des doées acquises. Les écart types sur les valeurs obteus sot les suivats : vecteur traslatio : mm vecteur rotatio : 0.03 mrad Ces icertitudes de détermiatio des paramètres de calibrage vot tout aturellemet egedrer des erreurs de justesse du capteur de umérisatio. Ifluece de la température Le pricipal effet de la température est la modificatio de la distace etre la caméra et le projecteur. E effet, les élémets de liaiso etre ces composats se dilaterot sous l effet d u accroissemet de température. Même si cet effet peut être miimisé par l utilisatio de matériaux possédat des faibles coefficiets de dilatatio thermique, ce phéomèe sera difficile à supprimer complètemet et il restera u temps de mise e température du capteur après allumage, comme le motre la figure 7. Hauteur Z mesurée 50,8 50,78 50,76 50,74 50,72 50,7 50,68 50,66 50, Température capteur( C) Figure 7 : Ifluece de la température sur la mesure

5 Où est la surface? De même que les procédés par palpage mécaique sot iopérats das le cas de pièces peu rigides (exemple : élastomère, mousses polyuréthaes, membraes fies, ), les procédés optiques trouverot leur limite das les matières trasparetes ou semi-trasparetes. Certaies matières peuvet être trasparetes aux logueurs d odes utilisées pour la mesure (e gééral das le domaie visible) tout e restat diffusates. O a alors ue diffusio das la matière qui peut passer iaperçue au premier abord : les poits umérisés e sot plus das ce cas à la surface de l objet mais légèremet à l itérieur de celui-ci. Se placer das des coditios de mesure favorables Coaissat les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques aux capteurs à base de lumière structurée, o peut, das la mesure du possible, miimiser leurs effets e se plaçat das des coditios de mesure favorables : - limiter les éclairages exteres : l éclairage extere de la pièce doit rester faible par rapport à celui apporté par le capteur - éviter les surfaces spéculaires das la zoe de mesure : même e dehors de la pièce à cotrôler celles-ci peuvet perturber la mesure - travailler à température maîtrisée, qu il s agisse de la température ambiate ou de la température du capteur Cocerat les artefacts liés au calcul de phase et détaillés ci-dessus, ous avos choisi de réaliser de faço automatique u filtrage du uage de poits, de faço à systématiquemet supprimer les poits qui seraiet etachés d ue erreur de ce type. Estimatio de l icertitude de mesure Choix des paramètres d essai Compte teu du grad ombre de facteurs d icertitude de mesure, ous avos choisi de l évaluer par des campages de mesures (évaluatio de type A). Nous ous sommes égalemet placé das des coditios de mesure favorables (voir paragraphe ci-dessus). Toutefois ue questio se pose quat à la gradeur mesurée. E effet, u capteur de umérisatio 3D fourit u uage de poit. O peut doc cosidérer qu ue gradeur typique mesurée est u poit XYZ situé das l espace. Commet vérifier qu u poit mesuré, situé das u esemble e comportat plusieurs cetaies de millier est bie positioé? Ou est le poit vrai de la surface lui correspodat? O peut par exemple imagier umériser ue sphère ou u pla et vérifier l écart des poits mesurés au pla ou à la sphère. U autre approche est de cosidérer le capteur de umérisatio comme u moye de cotrôler les cotes d ue pièce : les gradeurs mesurées devieet alors u diamètre de cylidre, ue distace ou ue perpedicularité etre deux plas, etc C est cette deuxième approche que ous avos reteue. Le uage de poits est utile alors que pour faire des calculs d etités géométriques telles que pla, sphère ou cylidre. L objet umérisé est ue barre à boule comportat deux sphères e céramique de diamètres 30mm et dot la distace etre cetres est de 200 mm. Pour chacue des sphères, o calcule la sphère passat au mieux, au ses des moidres carrés, das le uage de poits, sas imposer de diamètre de sphère. O détermie esuite la distace etre les deux cetres des sphères calculées. Nous avos évalué l icertitude sur la distace etre sphères aisi que sur le diamètre des sphères. Procédure de mesure La procédure appliquée a été la suivate : - Répétitivité : La barre à boule état das ue positio stable, prise de 30 acquisitios - Reproductibilité : O place la barre à boule das 30 positios différetes, de faço à couvrir tout le volume de mesure, et avec différetes orietatios par rapport au repère capteur. Ces essais ot été effectués e deux campages, à u mois d itervalle. Evaluatio de l icertitude E utilisat u capteur 3D dot le volume de mesure est de 270x170x170 (mm), ous avos obteu les résultats résumés das le tableau ci-dessous : Icertitude sur la valeur vraie de l étalo (mm) Répétitivité des mesures (mm) Reproductibilité des mesures (mm) Ecart type composé u c (mm) Ecart type élargi U (mm) Diamètre Distace etre sphère (mm) sphères (mm) Ces valeurs d icertitude sot estimées e se plaçat das les meilleures coditios possibles et e utilisat des surfaces adaptées à ce type de procédé c est à dire très diffusates. Il serait utile de pouvoir estimer l icertitude de mesure das des coditios qui soiet les plus proches des coditios réelles d utilisatio de ce type de capteur : surfaces o coopératives, ambiace lumieuse perturbatrice. Cela suppose la créatio d u objet étalo ayat o seulemet des caractéristiques géométriques coues, mais égalemet des propriétés optiques de surface bie spécifiées, tout ceci das u eviroemet le plus réaliste possible par rapport à l utilisatio fiale. O obtiedrait alors des valeurs plus proches de celles qui correspodet aux utilisatios courates de ce type de capteur.

6 Coclusio Nous avos préseté le pricipe de la techique de lumière structurée, qui permet de umériser e trois dimesios des objets, e vue de leur cotrôle dimesioel. Les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques à ce type de procédé sot liés pricipalemet aux caractéristiques optiques des surfaces étudiées (caractère diffusat ou o, couleurs ou variatio de couleurs de la surface). E se plaçat das les meilleures coditios, ous avos estimé l icertitude de mesure de diamètres de sphères aisi que celle de la distace etre sphères e utilisat ue barre à boule étalo. Référeces [1] T. Kreis, Holographic iterferometry, Akademie Verlag, Berli 1996, ch. 4, p 28. [2] T. Bötter et J.Seewig, " Black box calibratio methods ivestigated with a virtual frige projectio system»", Proceedig of Photoics Europe 2004, Vol.5457, pp , Jui [3] X. Bigbig, C.ShegYog, W.Waliag, G.Qiu, " Easy calibartio of a structured light visio system based o eural etworks", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui [4] J.Y. Bouguet : Camera Calibratio Toolbox for matlab [5] L.S.Bieri, J.Jacot, " Three-dimesioal visio usig structured light applied to quality cotrol i productio lie", Proceedig of Photoics Europe 2004, Vol.5457, pp , Jui [6] R.Kokku, G.Brooksby, " Improved 3D surface measuremet accuracy o metallic surfaces", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui [7] C.Mukelt, P.Kühmstedt, M.Heize, H.Stüsse, G.Noti, " How to detect object-caused illumiatio effects i 3D frige projectio", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui 2005.

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

Thème : PHENOMENES VIBRATOIRES. Chap 2 : REFLEXION ET REFRACTION DE LA LUMIERE

Thème : PHENOMENES VIBRATOIRES. Chap 2 : REFLEXION ET REFRACTION DE LA LUMIERE Thème : PHENOMENES VIBRATOIRES hap : REFLEXION ET REFRATION DE LA LUMIERE 1) Itroductio : La lumière est de l éergie qui se propage sous forme de rayoemet. Das u milieu homogèe, liéaire, isotrope (mêmes

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

Plan Granulométrie par diffusion de lumière

Plan Granulométrie par diffusion de lumière Pla Graulométrie par diffusio de lumière Structure des systèmes colloïdaux Diffusio de lumière par ue particule. Diffusio Rayleigh. Diffractio de Frauhofer.3 Diffusio de Mie 3 Applicatio : graulométrie

Plus en détail

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001 Exercice 1 : ( 12 poits ) Les parties A et B peuvet être traitées idépedammet l ue de l autre. O se propose d étudier l évolutio e foctio du temps des températures d u bai et d u solide plogé das ce bai.

Plus en détail

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A Iformatique TP : Calcul umérique d ue itégrale CPP 1A Romai Casati, Wafa Johal, Frederic Deveray, Matthieu Moy Avril - jui 014 1 Zéro de foctio O doe le code suivat (vu e cours), qui permet de calculer

Plus en détail

Chapitre 3: Réfraction de la lumière

Chapitre 3: Réfraction de la lumière 2 e B et C 3 Réfractio de la lumière 16 Chapitre 3: Réfractio de la lumière 1. Expériece 1 : tour de magie avec ue pièce de moaie a) Dispositio Autour d'ue petite boîte coteat ue pièce de 1 de ombreux

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations UPMC 1M001 Aalyse et algèbre pour les scieces 013-014 Feuille : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissemets fiis, étude des variatios Les eercices sas ( ) sot des applicatios directes du cours.

Plus en détail

MA401 : Probabilités TD3

MA401 : Probabilités TD3 MA : Probabilités Exercice Ue compagie aériee étudie la réservatio sur l u de ses vols. Ue place doée est libre le jour d ouverture de la réservatio et so état évolue chaque jour jusqu à la fermeture de

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES

EXERCICES D OPTIQUE GEOMETRIQUE ENONCES EXERCICES D PTIQUE GEMETRIQUE ENNCES Exercice 1 : Vitre Motrer que la lumière est pas déviée par u passage à travers ue vitre. Pour ue vitre d épaisseur 1 cm, que vaut le décalage latéral maximal? Si la

Plus en détail

Utilisation de lentilles dans les conditions de Gauss

Utilisation de lentilles dans les conditions de Gauss IUT Sait Nazaire Départemet Mesures Physiques MP Semestre Utilisatio de letilles das les coditios de Gauss - Système optique cetré e coditios de Gauss Du fait de l étude préalable de la réfractio (letilles,

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques Agrégatio extere de mathématiques, sessio 2008 Épreuve de modélisatio, optio (public 2008) Mots clefs : Loi des grads ombres, espace des polyômes, estimatio o-paramétrique Il est rappelé que le jury exige

Plus en détail

CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE 2002

CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE 2002 CORRIGE DE L'EXAMEN DU 4 DECEMBRE EXERCICE. Notos X la variable aléatoire décrivat l'idetificatio des pièces défectueuses. Le ombre de valeurs possibles de X correspod au ombre de cofiguratios possibles

Plus en détail

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a.

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a. Échatilloage 9 Pour repredre cotact Les réposes exactes sot : Répose c. Répose a. Répose c. 3 Répose a. 4 Répose b. Répose c. Activité. La populatio étudiée est la productio d automobiles. Le caractère

Plus en détail

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1 1 Statistique iferetielle. Relatios Iteratioales Lucya Firlej Pl. E.Bataillo, Bat.11, cc.06 34095 Motpellier cedex 5 Frace lucya.firlej@umotpellier.fr S3. Statistics. 30 h d eseigemet: 10 cours, 10 TD,

Plus en détail

LO12. Chap 5. 5. Le fenêtrage. x r x w. y r y w. 5.1 Introduction. OpenGL. 1 x. Transformation de cadrage. glviewport();

LO12. Chap 5. 5. Le fenêtrage. x r x w. y r y w. 5.1 Introduction. OpenGL. 1 x. Transformation de cadrage. glviewport(); LO 5. Le feêtrage 5. Itroductio L affichage d u modèle implique la mise e correspodace des coordoées des poits et des liges du modèle avec les coordoées appropriées du dispositif où l image doit être visualisée.

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Influence du plan de pose sur les distributions de porosité au sein d'une carapace de digue à talus

Influence du plan de pose sur les distributions de porosité au sein d'une carapace de digue à talus XII èmes Jourées Natioales Géie Côtier Géie Civil Cherbourg, 12-14 jui 2012 DOI:10.5150/jgcgc.2012.086-S Editios Paralia CFL dispoible e lige http://www.paralia.fr available olie Ifluece du pla de pose

Plus en détail

On admet que l ensemble des nombres des réels est inclus dans un ensemble plus grand constitué de nombres complexes.

On admet que l ensemble des nombres des réels est inclus dans un ensemble plus grand constitué de nombres complexes. Chapitre 1 Nombres complexes Le buts du chapitres sot : Cosolider les aquis de termiale, Savoir maipuler les ombres complexes, e particulier la factorisatio par l agle de moitié. Avoir des otios sur le

Plus en détail

FLUCTUATION ET ESTIMATION

FLUCTUATION ET ESTIMATION 1 FLUCTUATION ET ESTIMATION Le mathématicie d'origie russe Jerzy Neyma (1894 ; 1981), ci-cotre, pose les fodemets d'ue approche ouvelle des statistiques. Avec l'aglais Ego Pearso, il développe la théorie

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Estimation par vraisemblance

Estimation par vraisemblance Chapitre 4 Estimatio par vraisemblace Le procédé de costructio des estimateurs par isertio a été itroduit das le chapitre 2. L objectif de ce chapitre est d étudier ue autre méthode de costructio, basée

Plus en détail

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques

Travaux dirigés de transports et transferts thermiques Travaux dirigés de trasports et trasferts thermiques Aée 015-016 Araud LE PADELLEC alepadellec@irap.omp.eu page page 3 P r é s e t a t i o Tous les exercices de trasports et de trasferts thermiques qui

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

VARIABLES ALEATOIRES

VARIABLES ALEATOIRES VARIABLES ALEATOIRES TABLE DES MATIÈRES. Loi de probabilité.. Exemple... Calcul de probabilités sur u uivers Ω... Variable aléatoire à valeurs réelles...3. Probabilité image défiie par ue variable aléatoire..4.

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

TECHNIQUE: Distillation

TECHNIQUE: Distillation TECHNIQUE: Distillatio 1 Utilité La distillatio est u procédé permettat la séparatio de différetes substaces liquides à partir d u mélage. Les applicatios usuelles de la distillatio sot : l élimiatio d

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L INDICE DE RÉFRACTION D UN LIQUIDE

DÉTERMINATION DE L INDICE DE RÉFRACTION D UN LIQUIDE TP O. Page /5 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES SUJET O. Ce documet compred : - ue fiche descriptive du sujet destiée à l examiateur : Page /5 - ue fiche descriptive

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

Séries entières. Chap. 09 : cours complet.

Séries entières. Chap. 09 : cours complet. Séries etières Chap 9 : cours complet Rayo de covergece et somme d ue série etière Défiitio : série etière réelle ou complee Théorème : lemme d Abel Théorème : itervalle des valeurs positives où ue série

Plus en détail

Application du logiciel Excel

Application du logiciel Excel Applicatio du logiciel Ecel Utilisatio du Solver du logiciel Ecel Table de matiers Lacemet du logiciel... Optimisatios... Programmatio liéaire... Problème du trasport... 8 Problème de programmatio quadratique...

Plus en détail

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression Pla du cours Méthodes de statistique iféretielle. A. Philippe Laboratoire de mathématiques Jea Leray Uiversité de Nates Ae.Philippe@uiv-ates.fr 1 Itroductio 2 Probabilités : Variables Aléatoires Cotiues

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

ACRYLIC SHEET. Altuglas EI. Plaques extrudées choc

ACRYLIC SHEET. Altuglas EI. Plaques extrudées choc ACRYLIC SHEET Altuglas EI Plaques extrudées choc Altuglas EI est la gamme de plaques acryliques extrudées (PMMA) développée par Altuglas Iteratioal pour répodre à des applicatios exigeat ue importate résistate

Plus en détail

Fiche de synthèse ONDES

Fiche de synthèse ONDES Fiche de sythèse ONDES A) Sigaux temporels ) Valeur moyee et valeur efficace valeur moyee : v( t) v( t) dt, o vérifie la dimesio, c'est aussi la partie sigal cotiu du sigal. alt crete La partie variable

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis S W IFT-DUO SWIFT SWIFT Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et u cotrôle précis S W IFT-DUO Systèmes de mesure vidéo deux axes, idéaux pour les mesures 2D de petites pièces complexes Possibilité

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE Nombre de pages de l épreuve Durée de l épreuve 0 pages 3h00 Compte teu du fait qu il s agissait d u cocours d etraiemet, cette épreuve à été prise sur le

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres B A S E Biotechol Agro Soc Eviro 00 6 (3) 43 53 Utilisatio du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimatio des paramètres Rudy Palm Uité de Statistique et Iformatique Faculté uiversitaire

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Introduction to Econometrics

Introduction to Econometrics MPRA Muich Persoal RePEc Archive Itroductio to Ecoometrics Moussa Keita September 015 Olie at https://mpra.ub.ui-mueche.de/66840/ MPRA Paper No. 66840, posted. September 015 04:1 UTC INTRODUCTION A L ECONOMETRIE

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 9 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 5005-DAKAR-Fa-Séégal Serveur Vocal: 68 05 59 Téléfax (1) 864 67 39 - Tél : 84 95 9-84 65 81 M A T H E M A T I Q U E S 09 G 18bis AR Durée:

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Modélisation du revêtement de matière liquide lors d un processus de trempage Approche thermomécanique et validation expérimentale

Modélisation du revêtement de matière liquide lors d un processus de trempage Approche thermomécanique et validation expérimentale Modélisatio du revêtemet de matière liquide lors d u processus de trempage Approche thermomécaique et validatio expérimetale Résumé : Emmauelle Rélot 1, 2, Jérôme Bikard 1, Patrick Navard 1 & Tatiaa Budtova

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

Supports physiques, Transmission physique. C. Pham RESO-LIP/INRIA Université Lyon 1 http://www.ens-lyon.fr/~cpham

Supports physiques, Transmission physique. C. Pham RESO-LIP/INRIA Université Lyon 1 http://www.ens-lyon.fr/~cpham Supports physiques, Trasmissio physique C. Pham RESO-LIP/INRIA Uiversité Lyo 1 http://www.es-lyo.fr/~cpham Les différetes catégories de réseauxr Les besois et les cotraites e sot pas du tout les mêmes

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i sessio fo r m a t i o co t i u e u i ve r s i t a i re S iitier à la simulatio avec patiet simulé/stadardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i Directio Dresse Elisabeth

Plus en détail

Automates 1 Présentation

Automates 1 Présentation Automates Présetatio Présetatio d u automate 2 Ue maière de désiger l automate de l exemple 3 Défiitio géérale 4 U exemple d automate 5 Mot costruit sur l alphabet C 6 L esemble de tous les mots das u

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

E(X i ) par linéarité de l espérance.

E(X i ) par linéarité de l espérance. Statistiques appliquées. L3 Iterrogatio Questios de cours. 3 poits 1) Eocer le théorème cetral limite (1 pt). Si (X ) est ue suite de v.a. idépedates et de même loi, admettat des momets d ordre u et deux

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Physique - électricité : TC1

Physique - électricité : TC1 Miistère de l Eseigemet Supérieur, de la echerche Scietifique et de la Techologie Uiversité Virtuelle de Tuis électricité : TC Cocepteur du cours: Jilai LAMLOUM & Mogia EN AÏEK Attetio! Ce produit pédagogique

Plus en détail

Introduction. Courte introduction historique

Introduction. Courte introduction historique Itroductio L optique est la brache de la physique qui s itéresse aux phéomèes lumieux. Elle apporte des réposes aux questios suivates : Qu est-ce que la lumière? Commet décrire sa propagatio? Commet cotrôler

Plus en détail

Développement d une fonction en série entière. Exemples et applications

Développement d une fonction en série entière. Exemples et applications Développemet d ue foctio e série etière Exemples et applicatios Das ce chapitre, K désigera R ou C B(; R) désigera la boule ouverte de cetre et de rayo R > 1 Gééralités Défiitio 1 Soit f ue applicatio

Plus en détail

Document ressource. Les états de surface

Document ressource. Les états de surface Lycée Vaucaso Tours Documet ressource Les états de surface PTSI Objectifs : Coaître les élémets caractéristiques d u état de surface, savoir lire les spécificatios ormalisées associées et coaître les moyes

Plus en détail

Quel métier pour demain Avec un BTS

Quel métier pour demain Avec un BTS Quel métier pour demai Avec u BTS Dessiateur-projeteur CAO-DAO (e bureau d'études ou bureau des méthodes). Techico-commercial à haut iveau de techicité. Cotrôle-sécurité (orgaismes de certificatio). Services

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

MODELISATION STOCHASTIQUE DE L IAT: I. THEORIE

MODELISATION STOCHASTIQUE DE L IAT: I. THEORIE MODELISATION STOCHASTIQUE DE L IAT: I. THEORIE Vicet Berthet (Mauscrio publié) Sommaire Itroductio.... Problématique.... Démarche de la recherche : aspects gééraux et particuliers... 5. Modélisatio cogitive

Plus en détail

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire SPECIALITE TS ( PHYSIQUE ) : FICHE CURS 6 1/5 MDES PRPRES DE IBRATI Ce qu'il faut reteir Modes propres de vibratio ; iterprétatio odulatoire 1. Productio d u so à l aide d u istrumet de musique U istrumet

Plus en détail

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante : " tirer p éléments de E ".

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante :  tirer p éléments de E . Cours de termiales Probabilités sur u esemble fii Mr ABIDI F I- Rappel I- Types de tirages : Soit u esemble fii E coteat élémets O cosidère l'épreuve suivate : " tirer p élémets de E " Type de tirages

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

Caractérisation expérimentale de la réponse d'une corde vibrante sollicitée par un plectre

Caractérisation expérimentale de la réponse d'une corde vibrante sollicitée par un plectre Caractérisatio expérimetale de la répose d'ue corde vibrate sollicitée par u plectre Q. LECLERE a, J.-L. LE CARROU b, P.-A. ROIRON c a. LVA INSA Lyo 25 bis av. L. Capelle F-69621 Villeurbae, Frace, b.

Plus en détail

Séquence 1. Les suites numériques. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Le raisonnement par récurrence 3. Notions de limites 4. Synthèse

Séquence 1. Les suites numériques. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Le raisonnement par récurrence 3. Notions de limites 4. Synthèse Séquece Les suites umériques Sommaire Pré-requis Le raisoemet par récurrece 3 Notios de limites 4 Sythèse Das cette séquece, il s agit d ue part d approfodir la otio de suites umériques permettat la modélisatio

Plus en détail

Reconnaissance des formes: Fenêtre de Parzen

Reconnaissance des formes: Fenêtre de Parzen Préom Nom Recoaissace des formes: Feêtre de Parze Pricipes de l'appretissage o paramétrique Estimatio o paramétrique de la desité Feêtres de Parze vs. k plus proches voisis Feêtres de Parze Réseau de euroes

Plus en détail

Vous allez construire le graphe flottant des ventes du premier trimestre de la feuille Paris du classeur Conso, à partir de l'assistant Graphique.

Vous allez construire le graphe flottant des ventes du premier trimestre de la feuille Paris du classeur Conso, à partir de l'assistant Graphique. Graphiques Excel vous permet très aisémet de géérer des graphiques à partir de vos tableaux. Les graphiques sot automatiquemet ajustés e cas de modificatio des doées du tableau. Les graphiques créés peuvet

Plus en détail

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES MAC Valves, Ic. a mis au poit des solutios 100% iterchageables e remplacemet des esembles d origie istallés sur les étireuses

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Cours VII. Tests de randomisation - Tests de contingence P. Coquillard 2015

Cours VII. Tests de randomisation - Tests de contingence P. Coquillard 2015 1 TESTS DE RANDOMISATION Cours VII. Tests de radomisatio - Tests de cotigece P. Couillard 2015 Das ue majorité de cas e biologie o cosidèrera certaies hyothèses comme des alteratives à l hyothèse ulle.

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES

L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES L ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES A.C.P. Remarque: Les aspects mathématiques et les démostratios serot développés e cours Pierre-Louis Gozalez INTRODUCTION Doées : idividus observés sur p variables

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

Décomposition en Série de Fourier Principe et Propriétés. par Vincent Choqueuse, IUT GEII

Décomposition en Série de Fourier Principe et Propriétés. par Vincent Choqueuse, IUT GEII Décompositio e Série de Fourier Pricipe et Propriétés par Vicet Choqueuse, IUT GEII . Problématique Problématique Cotexte : Les sigaux liés aux systèmes physiques, électriques, acoustiques,... peuvet préseter

Plus en détail

Un témoignage intéressant représentation dans l'espace intégrale Suites géométriques et arithmétiques.

Un témoignage intéressant représentation dans l'espace intégrale Suites géométriques et arithmétiques. U témoigage itéressat L'oral se déroule e 5 phases : 15 mi pour écouter ue présetatio et choisir le sujet, 2h de préparatio, 15 mi pour photocopier la feuille à redre au jury, 30 mi d'exposé et 45 mi de

Plus en détail