EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D"

Transcription

1 EVALUATION DE L INCERTITUDE DE MESURE D UN CAPTEUR OPTIQUE DE NUMERISATION 3D J.P.Chambard, S.Jamiio Holo3 7 rue du gééral Cassagou F Sait-Louis Résumé Cette étude porte sur l évaluatio de l icertitude de mesure d u capteur optique basé sur le pricipe de la lumière structurée. Après u descriptif du procédé et du calcul de phase sur lequel il est basé, ous ous attachos à idetifier les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques à celui-ci. Cotrairemet aux techiques de palpage par cotact, ce sot les caractéristiques optiques des surfaces étudiées qui affectet le plus la qualité des résultats obteus. Nous doos esuite des estimatios d icertitude de mesure d u capteur de umérisatio, basées sur des mesures multiples d ue barre à boule étalo. Summary This study is related to the estimate of the icertaity of a optical 3D sesor based o structured light. After a short descriptio of the temporal phase shiftig techique used, we detail the parameters that are specific to structured light ad that cotribute to the ucertaity. Whereas measuremet with cotact are sesitive to material rigidity, optical sesor are affected by the optical characteristics of the measured surface. Ucertaity estimates are give, based o multiple measuremet of a ball bar. Itroductio La techique de lumière structurée est apparue das les aées 90, avec l avèemet des procédés automatiques de calcul de phase optique. C est u procédé relativemet simple qui utilise la projectio de frages rectiliges oires et blaches sur u objet. La déformatio des frages apportée par le relief de l objet est iterprétée par traitemet d image pour recostruire la forme 3D de l objet. L itérêt pricipal du procédé réside das l absece de cotact avec la pièce et das la rapidité de umérisatio qui permet d obteir u millio de poits mesurés e ue dizaie de secodes. La techique a été utilisée au départ pricipalemet pour des opératios d igéierie iverse, qui cosiste à obteir u fichier CAO à partir d ue pièce existate. Le uage de poit fouri par le capteur optique sert alors d appui pour défiir les surfaces CAO de la pièce. Plus récemmet, des applicatios de cotrôle dimesioel voiet le jour avec ce type de capteur. Là aussi, l itérêt de la techologie pour ce type d applicatio est multiple : - absece de cotact avec la pièce - rapidité de mesure - possibilité de cofigurer u équipemet pour u grad ombre d applicatios Pricipe de la lumière structurée Le codage de l espace Le pricipe de la lumière structurée est schématisé sur la figure 1. La matrice CCD de la caméra réalise u partitioemet de l espace, chaque pixel pouvat être représeté par u troc de côe, das le volume de mise au poit. Il e est de même pour les coloes de pixels du projecteur et l itersectio de ces deux partitioemets permet de défiir ue série de petits élémets volumiques, délimités das l espace, et que l o peut appeler des voxels. Chaque voxel est uique et correspod à u pixel particulier de la caméra et ue coloe de pixels projecteur. Si le poitage d u pixel caméra peut se faire facilemet par la coaissace de sa positio (i,j) sur le pla du CCD, l idetificatio d ue coloe de pixels projecteur se fait de faço idirecte par u codage e phase (φ) ou de type biaire (gray code). Aisi, o obtiet u codage global de l espace par les voxels : V ijk = f(caméra_pixel ij, φ) caméra projecteur pixel i pixel i+1 pixel j pixel j+1 Fig 1 : Codage de l espace par lumière structurée Le calcul de phase Le calcul de phase (φ) est doc ue étape fodametale du procédé qui coditioe la qualité de la mesure, car de ature à limiter la taille du voxel. Le réseau de forme

2 siusoïdale projeté sur l objet est successivemet décalé d ue valeur de 2π/ et ue image est prise par la caméra pour chaque positio. U pixel doé de la caméra va aisi observer lors de ces décalages successifs ue itesité qui va varier de faço siusoïdale (voir fig 2) : ( 1+ mcosϕ ( 2 π ) I i Ii= 0 + Chaque paramètre de cette relatio est ue foctio de la positio e pixel das l image : I i : Itesité reçue pour le décalage I 0 : Itesité moyee de l image m : cotraste des frages ϕ : phase recherchée 2 iπ U calcul par la méthode des moidres carrés permet alors de détermier de faço précise la phase du sius eregistré. L expressio littérale de la phase a été fourie par [1] : ϕ = arcta Itesité reçue sur pixel (i,j) i= 1 i= 1 I si 2 i I cos 2 i [ π ( i 1) ] [ π ( i 1) ] Calcul de phase 0-0,5 0,5 1,5 2,5 3,5 4,5 5,5 6,5 Phase e radias Valeurs mesurées Foctio cosius fittée Figure 2 : Le calcul de phase par la méthode de décalage temporel de la phase Le calibrage Le calibrage est ue phase iitiale essetielle du procédé, qui permet de trasformer des iformatios d itesité et de positio de pixels e iformatios métriques. Les méthodes les plus courammet utilisées, de type «boîte oire» cosistet à associer la phase mesurée à l axe Z du capteur, les coordoées X et Y état reliées à la positio du pixel das le pla du CCD par u calibrage utilisat des mires [2][3]. La méthode de recostructio que ous avos évaluée est basée sur la stéréovisio [4]: u même objet vu par deux caméras éloigées l ue par rapport à l autre, sera recostruit das ue image uique 3D par triagulatio. Le projecteur jouera le rôle de la deuxième caméra, et les pixels caméra/projecteur serot associés via la phase. Afi de recostruire u poit 3D, ous devos tout d abord exprimer les coordoées des pixels caméra et projecteur das deux plas, appelés plas rétiies, qui sot idépedats des paramètres itrisèques de la caméra et du projecteur (poits pricipaux (C), distaces focales (f) et coefficiets de distorsio (k)). Preos par exemple le calibrage de la caméra. Pour détermier ses paramètres itrisèques, ous utilisos ue mire damier dot les itersectios sot coues, c est à dire que ous coaissos aisi les poits 3D recostruits de la mire das u référetiel associé à cette mire. E plaçat celle-ci das différetes positios, et e preat ue photo pour chaque positio, ous obteos deux jeux de variables : les poits 3D et les pixels. Nous pouvos calculer les caractéristiques itrisèques qui corrèlet au mieux ces deux jeux, aisi que les traslatios et rotatios pour passer du repère mire au repère caméra pour chaque positio. Pour le calibrage du projecteur, le pricipe est le même et ous utilisos des cartes de phases, acquises pour chacue des positios. La deuxième étape est d exprimer ces ouvelles coordoées pixel caméra et projecteur das u même repère. Pour coaître ces vecteurs de traslatio et de rotatio, ous utilisos la combiaiso des vecteurs de traslatios et de rotatios obteue lors des deux calibrages pour chaque positio. Les facteurs d icertitude de mesure Comme pour tout procédé de mesure, les facteurs d icertitude de mesure ot de multiples origies : - L objet mesuré lui-même - Le milieu eviroat - L équipemet de mesure - La procédure utilisée pour effectuer la mesure - L opérateur Ue étude exhaustive de tous les facteurs d icertitude de mesure est u travail de logue haleie. Nous ous attacheros ici à des facteurs ecore peu cous qui sot spécifiques à la techique de lumière structurée. Les erreurs de calcul de phase Le calcul de phase cosiste essetiellemet à approximer u uage de poit, qui représete les différetes itesités lumieuses reçues par u pixel lorsque l o applique u déphasage cou, par ue foctio siusoïdale de période coue. Le résultat de ce calcul permet d obteir la phase à l origie de cette foctio siusoïdale, ce qui est l iformatio de phase recherchée. O coçoit aisémet que toute perturbatio du sigal d itesité reçu par la caméra viedra ifluecer le calcul par les moidres carrés et itroduira ue erreur sur la valeur de la phase. E particulier, la «foctio de trasfert» qui permet de passer d u iveau de gris du projecteur à u iveau de gris sur la caméra est pas liéaire [5] et cela peut géérer des erreurs das le calcul de phase. O s attachera doc à liéariser cette foctio avat la mise e oeuvre du calcul de phase. 1- Les variatios de l eviroemet lumieux La méthode de décalage de phase temporel écessite la prise successive de plusieurs images. Le processus d eregistremet, qui dure quelques secodes est doc sesible à ue variatio de l eviroemet lumieux qui

3 va modifier ue ou plusieurs valeurs de l itesité mesurée et affectera par voie de coséquece la phase calculée. 2- L ifluece de la réflectace de la surface La réflectace d ue surface caractérise la faço dot cette surface va restituer l éergie lumieuse qui lui est fourie (voir Figure 3). Les propriétés de réflectivité des surfaces à mesurer ifluet directemet sur la qualité des mesures de phase. Aisi, ue surface parfaitemet réfléchissate e pourra pas être mesurée par ce procédé, les frages projetées état pas visibles sur celle-ci. A l iverse, ue surface très diffusate permettra d obteir partout u bo cotraste de frage doc ue boe qualité de mesure. Etre ces deux extrêmes, ue surface faiblemet diffusate pourra être umérisée mais avec ue qualité amoidrie Damier pla umérisé Itesité vue par la caméra sur ue lige de pixel Forme recostruite Artefacts data 1 data Miroir Surface peu diffusate Surface très diffusate Figure 3 : Différetes réflectaces de surface U problème apparaît égalemet, même das le cas de surfaces parfaitemet diffusates lorsque celles-ci présetet des variatios spatiales de réflectivité. Cela peut être dû à des motifs de couleur par exemple, pouvat préseter de forts cotrastes etre eux. O voit apparaître das ce cas u artefact das la valeur de phase estimée comme le motre la figure 4 : au voisiage d ue bordure, le calcul de phase présete ue erreur systématique. Ce phéomèe peut être expliqué par le pouvoir séparateur de l optique de la caméra. E effet celui-ci est e gééral iférieur à la résolutio propre du CCD qui est le pixel. Cela sigifie que l image d u poit de l espace objet est ue tâche couvrat plusieurs pixels du CCD. E d autres termes, l itesité reçue par u pixel est partiellemet modifiée par celles reçues par ses pixels voisis. Lorsqu u pixel est situé das ue zoe sombre et e bordure d ue zoe très lumieuse, l itesité reçue, et doc la phase calculée, est sigificativemet modifiée par ce voisiage lumieux. Comme le motre la figure 4, la umérisatio 3D d u damier parfaitemet pla, mais costitué de carrés oirs et blacs, va être ifluecé par les variatios spatiales d itesité reçue par la caméra au poit de géérer des artefacts de forme allat jusqu à 0.15 mm. Figure 4 : Ifluece de la variatio d itesité sur la recostructio d ue mire plae 3- Les sauts de phase Forme réelle U autre artefact peut apparaître das le cas d ue discotiuité de la forme de l objet à cotrôler. Comme le motre la figure 5, u écart de forme importat peut exister etre deux pixels voisis de la caméra, etraiat ue discotiuité de phase. Comme précédemmet, e raiso du pouvoir séparateur de l optique de la caméra, des erreurs das le calcul de phase apparaitrot alors das cette zoe de discotiuité. i caméra i +1 φ + φ φ projecteur Artefact Figure 5 : Ifluece d u saut de phase etre 2 pixels cosécutifs sur la recostructio 3D 4- Les réflexios etre surfaces de l objet Comme ous l avos précisé ci-dessus, le procédé de lumière structurée utilisé e foctioe que sur des surfaces diffusates. Toutefois, ces surfaces sot, das la réalité, plus ou mois diffusates (voir figure 3), la

4 surface parfaitemet lambertiee qui revoie la même quatité de lumière das toutes les directios état que très raremet recotrée. O cosidèrera doc ici que les surfaces gééralemet étudiées revoiet la lumière das u lobe de diffusio relativemet étroit, das la directio de réflexio spéculaire. Aisi, lorsqu o éclaire u objet présetat u agle retrat, ou plus gééralemet présetat ue cocavité étroite, il se produit u phéomèe de réflexio d ue paroi de l objet sur ue autre. Le calcul de phase sur ue paroi qui reçoit à la fois de la lumière issue directemet du projecteur et de la lumière issue d ue réflexio sur ue paroi avoisiate sera modifié par cette réflexio parasite. Il se crée alors u défaut das le calcul de forme[6] [7], tel que préseté e figure 6. caméra projecteur Figure 6 : Ifluece de la réflexio d ue paroi sur ue autre pour la recostructio 3D Limite de résolutio Artefact Forme obteue Forme réelle La résolutio d u capteur basé sur la lumière structurée est limitée par les caractéristiques des composats du système que sot la caméra et le projecteur. Ue partie du codage de l espace proviet des pixels de la caméra. Ceux-ci, projetés sur l objet à mesurer, défiisset des petites surfaces dot les dimesios sot foctio de : - la résolutio propre du CCD : u millio de pixels si l o pred ue caméra mégapixel - le champ observé - l orietatio de la surface à umériser par rapport à l axe optique de la caméra Par exemple, e cosidérat des pixels caméras carrés et joitifs (pla CCD recouvert totalemet par les pixels), et pour ue surface observée à 45 par rapport à l axe optique d ue caméra observat u champ de 500 mm, u pixel caméra défiit ue surface de 0.7mmX0.7mm sur l objet. C est doc la moyee des iformatios sur cette petite surface qui représete u poit umérisé. L autre partie du codage de l espace s effectue par la phase, calculée à partir des images d itesité qui sot modélisées de faço simple par ue foctio de type siusoïdale (voir rel1). Das la réalité, cette foctio siusoïdale est doublemet échatilloée : - par le projecteur de frages : das le cas d u projecteur LCD ou basé sur des micro-miroirs, o réalise u échatilloage spatial par les pixels et u échatilloage sur 8 bits des itesités projetées - par la caméra : là aussi, le sigal est échatilloé e itesité et spatialemet Nous avos effectué ue simulatio umérique d u esemble projecteur-caméra e itégrat ces otios d échatilloage. O motre aisi que pour u capteur 3D utilisat des composats stadards, la limite de résolutio e phase est de 3 mrad, ce qui correspod pour ue caméra observat u champ de 500mm à 5.7 µm. Le calibrage Cette étape fodametale, décrite ci-dessus, est basée sur la prise d images de mires. Pour exploiter au mieux les possibilités des composats utilisés, il est souhaitable que les positios des motifs utilisés (cercles ou carrés) soiet coues avec ue icertitude iférieure à la limite de résolutio du capteur de umérisatio (voir ci-dessus). Même das ces coditios, le calcul des paramètres de calibrage est etaché d erreurs dot les écarts types typiques, exprimés e fractio de pixel, sot du même ordre de gradeur pour le projecteur que pour la caméra : distace focale = 0.37 pixel poit pricipal = 0.60 pixel coefficiets de distorsio : Egalemet les paramètres extrisèques sot détermiés par u traitemet statistique des doées acquises. Les écart types sur les valeurs obteus sot les suivats : vecteur traslatio : mm vecteur rotatio : 0.03 mrad Ces icertitudes de détermiatio des paramètres de calibrage vot tout aturellemet egedrer des erreurs de justesse du capteur de umérisatio. Ifluece de la température Le pricipal effet de la température est la modificatio de la distace etre la caméra et le projecteur. E effet, les élémets de liaiso etre ces composats se dilaterot sous l effet d u accroissemet de température. Même si cet effet peut être miimisé par l utilisatio de matériaux possédat des faibles coefficiets de dilatatio thermique, ce phéomèe sera difficile à supprimer complètemet et il restera u temps de mise e température du capteur après allumage, comme le motre la figure 7. Hauteur Z mesurée 50,8 50,78 50,76 50,74 50,72 50,7 50,68 50,66 50, Température capteur( C) Figure 7 : Ifluece de la température sur la mesure

5 Où est la surface? De même que les procédés par palpage mécaique sot iopérats das le cas de pièces peu rigides (exemple : élastomère, mousses polyuréthaes, membraes fies, ), les procédés optiques trouverot leur limite das les matières trasparetes ou semi-trasparetes. Certaies matières peuvet être trasparetes aux logueurs d odes utilisées pour la mesure (e gééral das le domaie visible) tout e restat diffusates. O a alors ue diffusio das la matière qui peut passer iaperçue au premier abord : les poits umérisés e sot plus das ce cas à la surface de l objet mais légèremet à l itérieur de celui-ci. Se placer das des coditios de mesure favorables Coaissat les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques aux capteurs à base de lumière structurée, o peut, das la mesure du possible, miimiser leurs effets e se plaçat das des coditios de mesure favorables : - limiter les éclairages exteres : l éclairage extere de la pièce doit rester faible par rapport à celui apporté par le capteur - éviter les surfaces spéculaires das la zoe de mesure : même e dehors de la pièce à cotrôler celles-ci peuvet perturber la mesure - travailler à température maîtrisée, qu il s agisse de la température ambiate ou de la température du capteur Cocerat les artefacts liés au calcul de phase et détaillés ci-dessus, ous avos choisi de réaliser de faço automatique u filtrage du uage de poits, de faço à systématiquemet supprimer les poits qui seraiet etachés d ue erreur de ce type. Estimatio de l icertitude de mesure Choix des paramètres d essai Compte teu du grad ombre de facteurs d icertitude de mesure, ous avos choisi de l évaluer par des campages de mesures (évaluatio de type A). Nous ous sommes égalemet placé das des coditios de mesure favorables (voir paragraphe ci-dessus). Toutefois ue questio se pose quat à la gradeur mesurée. E effet, u capteur de umérisatio 3D fourit u uage de poit. O peut doc cosidérer qu ue gradeur typique mesurée est u poit XYZ situé das l espace. Commet vérifier qu u poit mesuré, situé das u esemble e comportat plusieurs cetaies de millier est bie positioé? Ou est le poit vrai de la surface lui correspodat? O peut par exemple imagier umériser ue sphère ou u pla et vérifier l écart des poits mesurés au pla ou à la sphère. U autre approche est de cosidérer le capteur de umérisatio comme u moye de cotrôler les cotes d ue pièce : les gradeurs mesurées devieet alors u diamètre de cylidre, ue distace ou ue perpedicularité etre deux plas, etc C est cette deuxième approche que ous avos reteue. Le uage de poits est utile alors que pour faire des calculs d etités géométriques telles que pla, sphère ou cylidre. L objet umérisé est ue barre à boule comportat deux sphères e céramique de diamètres 30mm et dot la distace etre cetres est de 200 mm. Pour chacue des sphères, o calcule la sphère passat au mieux, au ses des moidres carrés, das le uage de poits, sas imposer de diamètre de sphère. O détermie esuite la distace etre les deux cetres des sphères calculées. Nous avos évalué l icertitude sur la distace etre sphères aisi que sur le diamètre des sphères. Procédure de mesure La procédure appliquée a été la suivate : - Répétitivité : La barre à boule état das ue positio stable, prise de 30 acquisitios - Reproductibilité : O place la barre à boule das 30 positios différetes, de faço à couvrir tout le volume de mesure, et avec différetes orietatios par rapport au repère capteur. Ces essais ot été effectués e deux campages, à u mois d itervalle. Evaluatio de l icertitude E utilisat u capteur 3D dot le volume de mesure est de 270x170x170 (mm), ous avos obteu les résultats résumés das le tableau ci-dessous : Icertitude sur la valeur vraie de l étalo (mm) Répétitivité des mesures (mm) Reproductibilité des mesures (mm) Ecart type composé u c (mm) Ecart type élargi U (mm) Diamètre Distace etre sphère (mm) sphères (mm) Ces valeurs d icertitude sot estimées e se plaçat das les meilleures coditios possibles et e utilisat des surfaces adaptées à ce type de procédé c est à dire très diffusates. Il serait utile de pouvoir estimer l icertitude de mesure das des coditios qui soiet les plus proches des coditios réelles d utilisatio de ce type de capteur : surfaces o coopératives, ambiace lumieuse perturbatrice. Cela suppose la créatio d u objet étalo ayat o seulemet des caractéristiques géométriques coues, mais égalemet des propriétés optiques de surface bie spécifiées, tout ceci das u eviroemet le plus réaliste possible par rapport à l utilisatio fiale. O obtiedrait alors des valeurs plus proches de celles qui correspodet aux utilisatios courates de ce type de capteur.

6 Coclusio Nous avos préseté le pricipe de la techique de lumière structurée, qui permet de umériser e trois dimesios des objets, e vue de leur cotrôle dimesioel. Les facteurs d icertitude de mesure qui sot spécifiques à ce type de procédé sot liés pricipalemet aux caractéristiques optiques des surfaces étudiées (caractère diffusat ou o, couleurs ou variatio de couleurs de la surface). E se plaçat das les meilleures coditios, ous avos estimé l icertitude de mesure de diamètres de sphères aisi que celle de la distace etre sphères e utilisat ue barre à boule étalo. Référeces [1] T. Kreis, Holographic iterferometry, Akademie Verlag, Berli 1996, ch. 4, p 28. [2] T. Bötter et J.Seewig, " Black box calibratio methods ivestigated with a virtual frige projectio system»", Proceedig of Photoics Europe 2004, Vol.5457, pp , Jui [3] X. Bigbig, C.ShegYog, W.Waliag, G.Qiu, " Easy calibartio of a structured light visio system based o eural etworks", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui [4] J.Y. Bouguet : Camera Calibratio Toolbox for matlab [5] L.S.Bieri, J.Jacot, " Three-dimesioal visio usig structured light applied to quality cotrol i productio lie", Proceedig of Photoics Europe 2004, Vol.5457, pp , Jui [6] R.Kokku, G.Brooksby, " Improved 3D surface measuremet accuracy o metallic surfaces", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui [7] C.Mukelt, P.Kühmstedt, M.Heize, H.Stüsse, G.Noti, " How to detect object-caused illumiatio effects i 3D frige projectio", Proceedig of Optical Metrology 2005, Vol.5856, pp , Jui 2005.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

Document ressource. Les états de surface

Document ressource. Les états de surface Lycée Vaucaso Tours Documet ressource Les états de surface PTSI Objectifs : Coaître les élémets caractéristiques d u état de surface, savoir lire les spécificatios ormalisées associées et coaître les moyes

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire

Modes propres de vibration ; interprétation ondulatoire SPECIALITE TS ( PHYSIQUE ) : FICHE CURS 6 1/5 MDES PRPRES DE IBRATI Ce qu'il faut reteir Modes propres de vibratio ; iterprétatio odulatoire 1. Productio d u so à l aide d u istrumet de musique U istrumet

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Correction Devoir commun Classes de Secondes concernées : 2nde 10, 2nde 11, 2nde13,

Correction Devoir commun Classes de Secondes concernées : 2nde 10, 2nde 11, 2nde13, LYCEE GRAND AIR Correctio Devoir commu Classes de Secodes cocerées : de 10, de 11, de13, feuilles + papier millimétré. 08/0/013 Exercice 1 : L aée lumière. 1. D après le texte, la vitesse de la lumière

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête.

REQUÊTES. Il est possible de créer des formulaires ou des états à partir de requête. Cliclasolutio Aée 2006/2007 REQUÊTES Utilité des requêtes QUESTIONNER LA BASE DE DONNÉES La foctio classique d'ue requête est de répodre à ue questio sur la base de doées. "Quels sot les cliets habitat

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Féelo aite-marie Préparatio ciece-po/prépa HEC Foctios Versio du juillet 05 Eercice d degré : racies et coefficiets O rappelle que si l équatio a + b + c = 0 ( a 0 ) adet deu racies α et β (évetuelleet

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles BTS Mécaique et Automatismes Idustriels Statistiques iféretielles, Aée scolaire 2005 2006 Statistiques iféretielles 1. Itroductio vocabulaire Pour étudier ue populatio statistique, o a recours à deux méthodes

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Cryptographie et algorithmique

Cryptographie et algorithmique F.Gaudo 1 er ovembre 2010 Table des matières 1 Avat de commecer 2 2 Préformattage d'u texte pour aalyse 3 2.1 Élimiatio de la poctuatio et des espaces das u texte................. 3 2.2 Formatage du texte

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC Kaize & Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club idustrielle AIAC Itroducti o Itroductio: vidéo Kai ze coclusio 1 Itroducti o Kai ze La méthode du coclusio 2 Itroducti o Kai ze A- Les types d étiquettes

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Arbres et dérivée d une fonction composée

Arbres et dérivée d une fonction composée Abes et déivée d ue foctio composée Nous allos voi ici commet l o peut epésete les déivées successives d ue foctio composée pa u esemble d abes fiis. f et g désigeot deux foctio idéfiimet déivables, et

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

Système de mesure vidéo

Système de mesure vidéo Système de mesure vidéo pour des mesures précises sur 3 axes 50 as d'expériece éprouvée das le domaie de l'optique cocetrés das u système performat de mesure vidéo à 3 axes sas cotact Performat, ituitif

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision

Microscope de mesure sans contact pour inspection et mesures de précision KESTREL ELITE KESTREL ELITE Microscope de mesure sas cotact pour ispectio et mesures de précisio Microscope à deux axes sas cotact, idéal pour la mesure de caractéristiques 2-D de pièces techiques de petite

Plus en détail

Licence informatique - L3 Année 2012/2013. Conception d algorithmes et applications (LI325) COURS 1

Licence informatique - L3 Année 2012/2013. Conception d algorithmes et applications (LI325) COURS 1 Licece iformatique - L Aée 0/0 Coceptio d algorithmes et applicatios (LI) COURS Résumé. Ce cours est ue iitiatio à quelques grads pricipes algorithmiques (Diviser pour Réger, Programmatio Dyamique, Algorithmes

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Interpolation multirésolution de formes 2D

Interpolation multirésolution de formes 2D Jourées de l Associatio Fracophoe d Iformatique Graphique, Bordeaux, 2006 Iterpolatio multirésolutio de formes 2D Mélaie Corillac 1, Baptiste Caramiaux 1, Stefaie Hahma 1 et Georges-Pierre Boeau 2 1 Laboratoire

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

ANNALES BACCALAURÉAT 2013 MATHÉMATIQUES TERMINALE S. 1. Suites

ANNALES BACCALAURÉAT 2013 MATHÉMATIQUES TERMINALE S. 1. Suites ANNALES BACCALAURÉAT 03 MATHÉMATIQUES TERMINALE S ANNALES 03 TERMINALE S Suites Foctios 9 3 Probabilités 4 Géométrie 9 8 5 Spécialité 34 6 Cocours 44 Suites - : Amérique du Nord 03, 5 poits, o spécialistes

Plus en détail

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone Règlemet Télé-Equity relatif à la trasmissio d ordres par fax et téléphoe (Cliets de détail) 02541 Pour des raisos d efficacité et de rapidité, le Cliet peut trasmettre ses ordres par fax et/ou téléphoe

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x /RJLTXHERROpHQQH I. Défiitios I.. Variable biaire O appelle variable biaire (ou logique), ue variable preat ses valeurs das l esemble {0, }. Eemple : état d u iterrupteur, d u bouto poussoir, la présece

Plus en détail

Système d'éclairage et perturbations

Système d'éclairage et perturbations Lycée N.APPER 447 ORVAUL Essai de système Système d'éclairage et perturbatios Objectifs Etude du foctioemet des systèmes d'éclairage fluorescets à tube et "fluocompacte" : foctioemet, perturbatios du réseau.

Plus en détail

Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques (François Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO

Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques (François Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO Uiversité Paris VII - Agrégatio de Mathématiques Fraçois Delarue) MÉTHODE DE MONTE-CARLO Ce texte vise à préseter l utilisatio de la méthode de Mote-Carlo das le calcul du prix d ue optio. 1. Positio du

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

Inspection, grossissement et mesure haute définition avec Makrolite Netteté exceptionnelle en HD 1080i / image vidéo en temps réel 720p

Inspection, grossissement et mesure haute définition avec Makrolite Netteté exceptionnelle en HD 1080i / image vidéo en temps réel 720p Ispectio et mesure haute défiitio Système d'ispectio vidéo umérique exceptioel coçu pour ue acquisitio des images, ue documetatio et des mesures faciles Ispectio, grossissemet et mesure haute défiitio

Plus en détail

Teneur en mg/1. maximale. minimale 0,1. 4 Al. Mo 0,5. 50 Ba Ça 0,05 0,1 0,05 0,05 0,01 0,5 PRINCIPE

Teneur en mg/1. maximale. minimale 0,1. 4 Al. Mo 0,5. 50 Ba Ça 0,05 0,1 0,05 0,05 0,01 0,5 PRINCIPE CETAMA ANALYSE DE L 1 EAU- DOS AGE D'ELEMENTS PAR ABSORPTION ATOMIQUE N 47 OCTOBRE 1 97 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION Le préset documet a pour objet la descriptio schématique d'ue méthode de dosage des

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

Séquence 9. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Intervalles de fluctuation 3. Estimation 4. Synthèse de la séquence 5. Exercices de synthèse

Séquence 9. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Intervalles de fluctuation 3. Estimation 4. Synthèse de la séquence 5. Exercices de synthèse Séquece 9 Itervalles de fluctuatio, estimatio Objectifs de la séquece Das le chapitre 2, o étudie des itervalles de fluctuatio des variables aléatoires X F =, fréqueces des variables aléatoires biomiales

Plus en détail

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3 1 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Voir le chapitre 19 pour l'étude des espaces euclidies et des isométries. État doé u espace euclidie E de dimesio 1, o rappelle que

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire 13 Chapitre Chapitre 13 Statistiques et probabilités Les statistiques et les probabilités occupet ue place importate das l eseigemet de certaies classes préparatoires Les pricipales foctios écessaires

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd

Logiciel de synchronisation de flotte de baladeurs MP3 / MP4 ou tablettes Androïd easylab Le logiciel de gestio de fichiers pour baladeurs et tablettes Visualisatio simplifiée de la flotte Gestio des baladeurs par idividus / classes / groupes / activités Activatio des foctios par simple

Plus en détail

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche.

Systèmes d observation stéréo. Une image Superbe pour une large gamme de tâches d inspection et de retouche. NOUVEAU: optio de capture d image Systèmes d observatio stéréo Ue image Superbe pour ue large gamme de tâches d ispectio et de retouche. Ue techologie optique brevetée permettat ue visualisatio sas fatigue

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance

Simulations interactives de convertisseurs en électronique de puissance Simulatios iteractives de covertisseurs e électroique de puissace Jea-Jacques HUSELSTEIN, Philippe ENII Laboratoire d'électrotechique de Motpellier (LEM) - Uiversité Motpellier II, 079, Place Eugèe Bataillo,

Plus en détail

Les PAVÉS DE PARIS en Bois de Bout Situation dans son marché

Les PAVÉS DE PARIS en Bois de Bout Situation dans son marché Les PAVÉS DE PARIS e Bois de Bout Situatio das so marché Les plachers aspect bois ot vécu ue forte progressio ces dix derières aées au détrimet des revêtemets de sols textiles. Les plachers usuellemet

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

Demandes de prêt REER FAQ

Demandes de prêt REER FAQ Demades de prêt REER FAQ Commet soumettre des demades de prêt REER e lige 1. Commet puis-je accéder à l outil e lige? Pour accéder à l outil e lige, redez-vous à l adresse mauvie.ca/pretreer. Etrez votre

Plus en détail

Initiation à l analyse factorielle des correspondances

Initiation à l analyse factorielle des correspondances Fiche TD avec le logiciel : tdr620b Iitiatio à l aalyse factorielle des correspodaces A.B. Dufour & M. Royer & J.R. Lobry Das cette fiche, o étudie l Aalyse Factorielle des Correspodaces. Cette techique

Plus en détail

Système constructif avec isolation par l extérieur

Système constructif avec isolation par l extérieur Système costructif avec isolatio par l extérieur Eco-costruire e Bloc Moomur Isolat HERMIBLOC Matériau durable par ature pour des Habitats Basse Cosommatio www.thermibloc.fr LE «BÉON DE BOIS» Le matériau

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

COLUMBUS McKINNON CORPORATION

COLUMBUS McKINNON CORPORATION COLUMBUS McKINNON CORPORATION MAN GUARD AVEC UNE CAPACITÉ JUSQU À 3 TONNES Le pala à chaîe électrique CM Ma Guard est très préset das l idustrie de la maipulatio de matériaux, recou pour sa performace

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE SCIENTIFIQUE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE SCIENTIFIQUE CLASSE DE PREMIÈRE Aexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE SCIENTIFIQUE CLASSE DE PREMIÈRE L eseigemet des mathématiques au collège et au lycée a pour but de doer à chaque élève la culture mathématique idispesable

Plus en détail

Analyse de structures de données et d algorithmes

Analyse de structures de données et d algorithmes Uiversité Paris 3 Istitut Galilée Master Math-Ifo Aalyse de structures de doées et d algorithmes Polycopié 2006-2007 Christia Lavault Table des matières Combiatoire et déombremet. Permutatios, arragemets

Plus en détail

5 Transformée de Fourier Discrète

5 Transformée de Fourier Discrète Traitemet umérique du sigal Cours ELE-FOD 5. Séries réelles 5 Trasformée de Fourier Discrète Das so ouvrage «Théorie aalytique de la chaleur (8» Joseph FOURIER itroduit la décompositio des foctios périodiques

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail