SUR LA MULTIPLICATION DE SÉRIES ABSOLUMENT CONVERGENTES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUR LA MULTIPLICATION DE SÉRIES ABSOLUMENT CONVERGENTES"

Transcription

1 Det Kgl. Daske Videskaberes Selskab. Mathematisk-fysiske Meddelelser. I, 4. SUR LA MULTIPLICATION DE SÉRIES ABSOLUMENT CONVERGENTES PAR DES SÉRIES SOMMABLES PAR LA MÉTHODE DE CESÀR O PA R A. F. ANDERSE N KØBENHAV N HOVEDKOMMISSIONÆR : ANDR. FRED. HØST & SØN, KGL. HOF-BOGHANDE L BIANCO LUNOS BOGTRYKKER I 1918

2

3 1. ONFORMVIÉMENT à la défiiti gééralemet reçue, u s ~ r appellers das ce mémire la sériera u,,, smmable au ses de CESARO de l'rdre r, u, plus brièvemet, smmable (C, r), avec la valeur de smmabilité u, si (1) lim 't A( ; x r ) ~a~c uṅa )+u~~,-1 A(r) {-...+u A~~) -{-.. ~ ul ~ u A(~~ ), i i lim A (, R7 ~ O,L.) ù, pur abréger, us avs psé = rz + rl (v±r) (v r-1)... (rß--1) ± = A1' ) v / - r ( Cette défiiti est équivalete à celle adptée par CESARO lui-même' pur les valeurs etières psitives d u mbre rdial r. CESARO csidérait uiquemet celles-ci ; cepedat, e frmulat la défiiti de la srte - cmme l'a fait déjà S. CHAPMAN 2' -, la ti de smmabilité (C, r) deviet valable pur tute valeur réelle de r, tute - fis à l'excepti des mbres etiers égatifs, puisque, pu r r etier égatif, A (;, ) sera cstammet, à partir d 'u certai, égal à zér. O vit que les tis de smmabilit é (C, D) et de cvergece st idetiques. ' Bulleti des Scieces Mathématiques (2), Tme 14' (189), page Prceedigs f the Ld Mathematical Sciety (2), Vl. 9 (1911), page *

4 A. F. ANDERSEN. Avat d'etrer e matière, us alls établir quelques- ` ues des frmules les plus simples et les plus usitées c - cerat la méthde de smmabilité emplyée. La frmule du bime de pur x < 1 (1- x)-(r +1) =~(-l)~(-r--1) x Cmme cepedat (-r-1 1 J cette équati peut aussi s'écrire m (2), (1-x)- (r +1) - (r) d' ù, e remplaçat x par -x : cc A,Z x (II (3) (1+ x)-(r+1) = 7z 1 ( 1) A (r)x De (2) déduit e utre, e vertu de (1) : w (l x! <1) w. ( 4 ) ( 1-x)-(r + 1)~z u,x" - ) Siy)x1t (~x < 1 ) Efi, (2) dera pur des valeurs arbitrairemet chisies de r et de s (e e csidérat tutefis ici que le s valeurs réelles qui e st pas etières égatives) : w 2;, O w (Ax). 2;1 As'>x~x - (1- x)-(r+ 1 ). (1 - x)-(s+1) ~ w - (1- x)-(r-1-s+2) -2 :A ( 1a r-i-a+1) x11 ( x < 1 ) d'ù, e appliquat le thérème de multiplicati de CAUCHY, la frmul e Jj-A(T) A( S ) A(r)A(s) = A(r+s +1 ) i 1a 1a ~ (~) A(1)A(s) A(r)A(s) -{-...

5 Sur la multiplicati de séries. 5 qui das le cas particulier de s =, se réduit à (6) A (r) - A (r) A(r) -'-... A( r) -~- A(r) + = A r'~ +l l Rappels, de plus, la frmul e (r) (7) r ) A IJ,7 (1 + ù p,r 1 quad m, r demeurat cstat. Il cviet aussi de se redre cmpte dès maitea t que la suite A cr 1 (1) A (r) A ( 1, r) 2,...,.., 1 pur r >-1 est à élémets psitifs, qui pur r > vt tujurs crissat ( d ' après (7), vers c), tadis que pur -1 < r < ses élémets st tujurs décrissats (d'après (7) vers ) ; 2 pur le mbre etier r = -s< - 1 elle présete des élémets qui pur l'idice < [s] st à siges alterés, alrs que pur tus >[s] ils st d e sige cstat : (-1)[si. Ici, [s] sigifie le plus grad de s mbres etiers psitifs iférieurs à s. Cits efi deux écés de S. CHAPMAN que u s aurs lieu d'utiliser assez suvet das la suite : OD 1. Si la série2u est smmable (C, r), r>-1, ell e sera aussi smmable (C, s) quad s> r, avec l a même valeur de smmabilité. II. Si la série u est smmable (C, r), r> -1, aura lim ugl =---- O. --* m r Prceedigs f the Ld Mathematical Sciety (2), Vl. 9 (1911), pages

6 6 A. F. ANDERSEN. 2. O sait que le prduit de deux séries cvergetes, frmé suivat la règle de multiplicati de CAUCHY, est li d'être tujurs ue série cvergete. Il e est tut autre - met lrsqu 'il s 'agit de la multiplicati de- séries smmables. E effet, das l'uvrage précité, CESARO a démtr é le thérème suivat, égalemet bie cu :. `a III. Si les séries u,, et,~~v,,, st smmables, respectivemet (C, r) et (C, s) avec les valeur s de s mmabilité u et v, la série prduite sui - vat la règle de multiplicati de CAUCHY* :..:w = 2-7(vu+v_,u,-ir... T viu-1t v»u) sera sûremet smmable (C,r--s+1) avec l a valeur de smmabilité u v. Ici, r et s st de s etiers psitifs u bie égaux à zér. Le résultat frmulé das cet écé ffre u itérêt csidérable pur la thérie des séries, même au pit de vu e de l'évluti histrique de la dite thérie. E fait, c'est e grade partie ce thérème qui prvqua l 'établissemet de la thérie de la smmabilité, crps de dctrie qui, u e fis fdé, e tarda pas à évluer prgressivemet et a dé aissace à des résultats mbreux et imprtats'. E effet, le thérème cité semblait idiquer qu' purrait atteidre à ue plus grade simplicité cmme aussi à u e harmie plus parfaite de la thérie des séries, et que, d'autre part, celle-ci se truverait susceptible d'être appliqué e à d'autres dmaies, si, au lieu de csidérer et d'utilise r uiquemet des séries cvergetes - aisi qu' avait fai t Das la suite us désigs cette série par» s é r i e prduit», 2 Parmi ces résultats, us puvs relever ici la part qui lui reviet das la thérie des séries de FOURIER et de DIRICHLET.

7 Sur la multiplicati de séries. pedat la plus grade partie du dix-euvième siècle -, se décidait à se servir aussi des séries cvergetes. Cepedat, le thérème III e de qu 'ue limite supérieure de l'rdre de smmabilité de la série prduit. Cits Ø titre d'exemple la série smmable du lqi rdre : (8) 1-1-x-1-1-}-1- dt le carré serait, e vertu de ce thérème, smmabl e (C, 3), alrs qu'il est facile de démtrer directemet qu e le carré de cette série : (9) 1-2-; est smmable (C, 2). - Ue fis qu' eut cmmecé de csidérer des valeurs sit etières sit égatives (abstracti faite des valeur s etières égatives) du mbre rdial, il devit pssible d e truver à la limite supérieure de l'rdre de la série prduit ue valeur midre que celle idiquée par le thérème III. Aussi, S. CHAPMAN ' put-il démtrer le thérème suivat :, 7 IV. Si u et v,, st smmables respective - met (C, r) et (C, s), ù r et s st des mbre s réels arbitrairemet chisis tels que r -- 1 et s>-1, ayat les valeurs de smmabilit é respectives de u et de v, la série prduite sui - vat la règle de multiplicati de CAUCHY : i I,a w u = (U,,u,+ vø,_1u v1um_i v u) sera sûremet smmable (C, r+s +1) avec l a valeur de smmabilité u. v. Le fait que le mbre (r + s + 1) qui figure das l e thérème IV est suvet plus petit que celui du thérème Prceedigs f the Ld Mathematical Sciety (2), Vl. 9 (1911), page 378.

8 A. F. ANDERSEN. III, quad fait applicati des deux thérèmes au x mêmes deux séries, est dû à la précisi plus élevée ave c laquelle est à même de détermier l'rdre de smmabilité e csidérat aussi les valeurs etières du mbr e rdial. C'est aisi que, par exemple, peut aisémet démtrer (vir page 19).que la série (8) est smmable (C, e), e représetat - cmme partut ailleurs ù us emply s cette lettre - u mbre psitif arbitrairemet petit, et le thérème IV mtre alrs que la série (9) est smmabl e (C, 1+ 2E),. de srte que, e appliquat ce thérème, u s smmes parveus à réduire.de 3 à (1+ à) la limite supérieure de l'rdre de smmabilité apparteat à la série pr - duit (9). Désigs e utre, tujurs avec CFIAPMAN, par idic e de smmabilité, u idice tut curt, d'ue série smmable le mbre g, qui frme la limite iférieure de ceux, k, ayat ceci de particulier que la série est smmable (C, r ) pur tut r ( etier égatif) plus grad que k. Le thérème I fait vir que tute série smmable (C, r) pu r ue valeur de r supérieure à - 1 est affectée d'u idice ; par ctre, rie e garatit qu 'il e sit de même d 'ue série qui e serait recue smmable (C, r) que pur u e valeur de r iférieure à Lrsque la série csidéré e est smmable (C, g), us désigers s idice cmm e»idice atteit», das l'autre cas cmme»idice atteit». Maiteat que us us smmes redu cmpte cmbie le thérème de CHAPMAN se prête bie, mieux que le thérème III, à us furir des reseigemets sur l'rdr e de smmabilité de la série prduit, il se pse aturellemet cette questi : le thérème IV de-t-il réellemet sur c e sujet des éclaircissemets aussi précis qu'il est pssible d'e bteir? Ou, plus exactemet : La série prduit est-ell e affectée de l 'idice (atteit u atteit) (r + s + 1), si r ' s état psitif et aussi petit que l' vudra.

9 Sur la multiplicati de séries. 9 et s st les idices respectifs (atteits u atteits) de s deux séries facteurs? Quelques exemples furirt la répse à cette questi. Au préalable, il faut pruver le lemme suivat : La séri e (1) ( 1)"A (L ) a l'idice atteit r. Ici r est u mbre rée l quelcque, avec cette restricti tutefis qu'i l e sera pas etier égatif. La démstrati de la prpsiti sus-idiquée se divis e e tris parties : 1 r~. Si us pss r = -s, s sera plus grad que, e t us aurs dc à pruver qu e 7 (11) 1)"A ;,- ') est smmable (C, - s + ô) pur' tute valeur psitive de 8 '(à cditi tutefis que - s + 8 e sit pas etier égatif), et, d ' autre part, que cette série 'est pas smmabl e (C, - s). Pur s > 1, (11). est abslumet cverget e vertu d e (7) ; puisque la suite A(-s) ' A- (-s) A(-s) i A (-s) se cmpse, pur < s <1, d 'élemets psitifs et tujur s décrissats vers, verra que (1.1) est cvergete pu r tutes valeurs psitives de s. L'applicati d'u thérème bie cu dû à ABEL' mtrera que la smme de la série [vir (3)] est lim(1-[--x)- ( -s +l) = 2s-1. 1 Grelles Jural, Bd. 1 (1826), pag. 314.

10 1 A. F. ANDERSEN. Nus pss maiteat (-s) s~ = A et s= (-1)' A (-s) (> 1) et ~ (12) 2 s-1 - s = E ce qui dera pur tutes valeurs de ~~. s 1, = (-1)7z [(- A ( s) ~ A (-S> ) + (- A (- ) + A ( s) ) + ( - +1 ø,+2 ~t-i-3 as+4 +b I Or, attedu que d'après (6) A(-.) A(-s) = A (-s-u aura, égalemet pur : r s-1) T ( s 1 ) ui < A(-+ 2 A+ 4 Il s'esuit alrs de (7) qu e A(-s-1)1 - -, s. (13) <K ( ( + 12)s+1 + ( _f- 4)s+1 + ( + 6)s ) ( <K (-~- 2).s+i ( + 3) s. +i + ( +.1)s+1+ ~+)s+1 + (+6)s+,--.. ) dx K 1 ~ K xs+1 = ( +.1) s.+ 1 ù K est ue cstate psitive et K,_ = K s E emplyat la trasfrmati bie cue prpsé e par ABEL et qui peut être frmulée aisi : (14) - 1,., a,,by - ~y s (b,-by+1) + S,b, sy - a+ a 1 -ß-... a y, aura, e utilisat e même temps (6) : c(-s+ d) A ( g) (-s+8)_a (-s) (s+8)+ A A _1.. (- )ra_1 (-s) 1 A_1 f-s+s) (-s) (-s+d A 1 (-1) A ) A A ( - s +8)

11 Sur la multiplicati de séries. 11 S A(-s-1 +8) A(- s-1+8)l s. S'- A(-s'-1+8) s A( -s - 1 +e) ~ 1-1 i.. -~ zz 1 1 ~ ~z g( -s +8) a A l'aide de (12), btiedra esuite A(-s-1+e)_I_A( s -l+v) + + A(-F-l+e)+A(-s-l+8 ) ~(-s +~) = 2s-1 ~z - -- "-l. ~ l -. A(-s+8) ea~s-1+8)+ elt1( si1+8)+.. s-l+8)+ s-1+8) + ez-1a( eaô A(-s + équati qui, si la fracti à sustraire est désigée par c, peut s'écrire e vertu de (6) : c(-s+8) = 2.s- 1 _ e. az De ce résultat il appert que la série csidérée (Il) est smmable (C, -s +8) pur tute valeur psitive de 8 aya t la valeur de' smmabilité purvu que us puissis démtrer que pur ces valeurs de ô. E vue de cette démstrati, us décmpsers c,, e deux parties : m, A(-s-1+8) - v C9b J ev ^(-8+ m ici m = [2 J, ù 12 S grad des mbres etiers iférieurs à 2. Nus arrivs aisi à hm c,, =,~ m+ i A (-s+1 + ey -(-s --l ; A désige, cmme plus haut, le plus. ~ c A + B ~ ù A m A(-s-1+8) - v {,=v et B=,, A (-8+8) m+1 ie' y l Or, d'après (7), il existe ue cstate K2 A(-s-i+8) - P A(-s+ 8) et u mbre psitif N tels, que pur tus > N et tus < < m = {-r1 j 2 aura :

12 .12 A. F. ANDERSE N (15) IA(-s- 1+ ) -. A (-s+8 ) v s+ v 1 ( s+) = K z (1-- - Kz 2.s-s si -s + 8; 1 K, 1 si -s+8>. m E cséquece. au mis pur tute valeur assez grad e de, aura : q(-s-1 +r`) _ -. A (-s + d) 1 K z 2d K., m m pur < v <m et pur tus d >, ù d est u mbr e supérieur à tute valeur de s- ô, c'est-à-dire que cl> s. Il s'esuit que m fi ~ 1 ~> K, K 3 ~ 1 1 K - 3 9L a + ( :) m 1)s 1 F m x s K,_ K K 1K 3 s 1 m ~ s-1-s- 1.ms-1/ s -1.(z m s) 9 d'ù l' verra immédiatemet que A,, ->-O quad +c, puisque' e ce cas a égalemet i + Il est à remarquer que s 'est jamais égal à 1, atted u que d'après tre suppsiti r - - s 'est jamais u mbre etier égatif et e peut, par cséquet, être éga l à -1. Esuite truve ' 1 _ B,L<K,.+1 ( y + 1) s.2: 1A( r ' -Y Kt A( +IS> A (-~ s-r (S ) 7 4 Quad - s > tus4'1+61 ( < < _ ) sert psi - tifs u uls, de même que A(-s+ est psitif ; de srte que, e csidérat (6), aura :

13 Sur la multiplicati de séries. 1 3 ~,. 1, (-s-1 +a) - y A( --s +, (-s-1+a) -y A(-s+a) A (-s+c9) = A(-s+! 5 ) - d'ù il s'esuit immédiatemet que B,, --> quad --* m. Si -s+à<, la séri e de srte que est abslumet cvergete e vertu de (7) et, par cséquet, il existe ue cstate psitive K 4 tute valedr de, 2,1 A (--1+(S) -2y A(- s (S)j 1 < K, -y y 1 B.L<K ak I IA Z 1 1 ~) I telle que, pu r d'ù, état dé que 8 >, cclut immédiatemet que (C, lim B,, = O. -> m Ayat aisi démtré que la série (11) est smmabl e s+ 8) pur tute valeur psitive de ô, us all s mtrer qu'elle 'est pas smmable (C, -s). A cet effet, rappels tut d'abrd que, pur x! < 1, a [vir (3)] ~ s)x = ; (1+ x)s-1. Z~(-1)øA e multipliat cette équati par cette autre, égalemet valable pur lx! < 1 [v. (2)] : (-s-1+a) 4 O.1. As)x = (1 - x)s 1 ' aura :

14 a 14 A. F. ANDERSEN. 2 (A(-s)A(-8)-19 (-x)a(-- s )-I ( 1) -la(--s)a(-a)+ ( - 1)A(-s)A(-s)) x'b w = (1- x') s -1 -, fa ( y -s) x 2v, d'ù il résulte immédiatemet qu e g(-s)a(-s) A( -s)a(-s) vi-1 ~ (-- ) A (-s) (-s) (-s) ( --s) a-la --1- (-1) A.f1 ~ A(- s) (-s ) A 2 = 1 4-8) pur pair et pur impair, de srte que cette expressi 'a pit de valeur limit e quad ->, ce qui reviet à dire précisémet que (11) 'est pas smmable (C, -- s). 2 r =. Das le cas de r -, la série csidérée (1) est juste - met celle-ci : laquelle, cmme le sait, présete l'idice atteit. D'ailleurs, ce résultat se truve cteu das u éc é bie cu dt us aurs à. faire usage das la suite et que pur ce mtif us reprduiss et pruvs u pe u plus li (page 17). - 3 r>. Si l' pse r = [r - 1] - p, p est psitif et iférieur à 1, u bie p =. Nus csidérs la série qui, us l 'avs vu, a l'idice atteit (-p). E multipliat cette série par la série~,z'(--1)", us. btiedrs [vir (6)] la série

15 Sur la multiplicati de séries. 1 5 (16) q. z (_1)~~~p+1 ) qui, e vertu du thérème de, multiplicati de CHAPMAN, est sûremet smmable (C, - p e). Or, par u pr - cédé parfaitemet aalgue à celui qui us a permis tu t à l'heure de démtrer que la série (11) 'est pas smmable (C, - s), us puvs pruver que la série (16) 'est pas smmable (C, -p+ 1) (ce qui, d'ailleurs, résulte aussi de l'écé I I de CHAPMAN, page 5) ; dc, elle a l'idice atteit (- p -{- 1). Si maiteat multiplie de uveau par 2,z'(- 1),.,,;, ( qu' truvera égalemet mui de l'idice atteit (- p + 2). E emplyat ce prcédé ecre {r + 1] - 2 fis, btiedra le résultat cherché, à savir, que la séri e t (-1)' LA ;L ) a la série prduit a l'idice atteit r. Le lemme prps é est dc pruvé d'ue faç cmplète. - Ayat maiteat à reveir sur la questi psée plus haut, il cviet de remarquer d'abrd que, pur tut e valeur réelle de r et de s i, la frmule (5) permet de déduir e immédiatemet l 'égalit é 7( -1)"'A(s) -~Z(--1))zA( - i -I-1 ) l l Les deux séries facteurs présetet les idices atteit s respectifs s et r, la série prduit ayat l 'idice atteit (r s + 1). Pur s > -1 et r > -1, cet exemple mtre que la règle de multiplicati de CHAPMAN peut furir parfis, tuchat l'rdre de smmabilité de la série prduit, E laissat de côté, tutefis, celles ù u u plusieurs des mbres r, s et r + s+ 1 st des etiers égatifs.

16 16 A. F. ANDERSEN. les meilleurs reseigemets pssible, puisque, appliquée au cas qui us ccupe, elle us permet de détermier l'i - dice ( atteit) de la série prduit. Il faut remarquer cepedat qu 'il ' e est pas s t u - j u r s aisi, ce que us mettrs e évidece plus li à l'aide d ' autres exemples. Ici, il cviet d ' ajuter qu e celui qui précède us cduit ecre à u résultat asse z imprtat. Le vici : 11 est impssible d'apprter au thérème de multiplicati de CHAPMAN ue amélirati tedat à remplacer (r Is -- 1) par ue expressi dépedate de r et de s e t qui - e fût-ce que pur quelques-ues seulemet des va - leurs que r et s st susceptibles d'assumer - assige à l'rdre de la série prduit ue limite supérieure mis élevée, - il est impssible, diss-us, d'pérer cette amélirati sas que, du cup, le thérème cesse d'être applicable à la multiplicati de deux séries smmables quel - cques ayat des rdres supérieurs à C 'est CHAPMAN qui a le premier fait bserver z que le thérème IV rie de pas tujurs l'idice de la série pr - duit, lrsqu' fait la multiplicati de séries cver - getes (c'est-à-dire ayat l'idice de smmabilité < ). Le même auteur a remarqué qu' peut facilemet frmer de s exemples de ce fait e partat de cette particularité - qu i semble peut-être peu prbable au premier abrd -, qu'i l existe des séries abslumet cvergetes dt l'idic e est plus grad que - 1 ; il e existe même dt l'idic e (bie etedu, l 'idice atteit) égale. U exemple de ce derier cas est furi par la séri e 2-7 u, dt les termes se truvet défiis par les égalité s i u =, quad = [e''] (p =.1., 2, 3, 4... ), Frc Lud. Math. Sc. (2), Vl. 9 (1911), page 398.

17 Sur la multiplicati de séries. 17 et (17a) ( -7)[e Pl- 1 ZL[ePl - pi+ s ù 8>O. Cet exemple se simplifie ecre davatage, si l' ps e (17 h) =, quad [ep] (p = 1, 2, 3, 4...), les termes muis de l 'idice [ep] restat défiis par (17 a). Cmme le fait vir immédiatemet le thérème II, ces série s e st pas smmables (C, - s). - Si l' multiplie u e de ces séries, sit par la série cvergete 1 A (-s),7z (-), ~ ù < s < 1 et qui a l 'idice atteit - s, le prdui t sera, e vertu du thérème de multiplicati de CAUCHY, ue série cvergete, dc ue série qui est sûremet sm mable (C, ), alrs que le thérème IV, appliqué à ce cas, dit seulemet que la série prduit est smmable (C, -s + e +1), -s + 1 > A ce prps, ii est..à ter tutefis que le fait dt us ves de parler peut se prduire seulemet lr s de la multiplicati de séries cvergetes, mais auss i lrsqu 'il s 'agit de séries divergetes. Nus alls le démtrer par u exemple bie simple. La séri e (18) 2{ cs() cs 28 cs 38+. est smmable (C, e) avec la valeur de smmabilité, purv u que H t 2p r, ù p est u mbre etier quelcque. Bie que ce sit là u fait bie cu, us crys devir e rappeler la démstrati très simple, parce que cette séri e est à la base de l'exemple allégué. Nus alls dc mtrer qu e sf1 A'i) 2 +A 1csH +_9 ' 1 2cs 2H. + A )cs H A(E) A (' l a la valeur limite quad -~ (H t 2p 7r). videask. Sclsk. Math:fysiske Medd. I, a. 2 1 b

18 18 A. F. ANDERSEN : E faisat applicati de l'idetité élémetair e si (2 =, 1) H +cs8 cs2+...+csd- B 2sm - et se rappelat que A(ce) = 4-1) la trasfrmati d'abel (14) : (19) s( 7 E, ) A( e ) 7, -, ( + 2P7) 1, aura å l'aide d e -1)si;-i )si 32 ±...+AÇ7 lt si(2--1.)±a (`-1)si(2+1) 2 2A77, si La suite 4s -1) (v =, 1, 2....) se cmpse d'élémet s psitifs tujurs décrissat vers zér s. Esuite, e utilisat de uveau la trasfrmati sus-idiquée d 'ABEL, verra que le umérateur de (19) est umériquemet iférieu r à A (: 1) = 1 multiplié par la plus grade des quatité s c 61I 7 I 6' LI 7 ù us avs psé p 7 si(2+1) 2 ch,. 4-1 Or, cmme cette série scille etre des limites fiies, il existe ue cstate K telle, qu e S E) K A') 2 (r)si 2 ``pur tute valeur de ; et cmme lim A,(,' ) = ce, si peti t 7,.. que sit s, aura dc S(E) lim = purvu que + 2 pz. ~~ 7 7 Par suite, la série (18), 'état pas cvergete, à l'i - dice atteit. Bie etedu, peut suppser e < 1.

19 Sur la multiplicati de séries. 1 9 O peut facilemet - sit dit e passat - se redr e cmpte que ce résultat implique ce fait utilisé précédemmet, à savir. que la série est smmable (C, e) et avec la valeur de suuabilite 2 - ; car, si la série , - qui, état cvergete et de smme 2, est sûremet smmable. (C, e) avec la valeur de smmabilité 2 - est ajutée à la série (18), btiet la séri e 1+csH+cs 2 +cs 3H+ égalemet smmable (C, s) avec la valeur -2 purvu que H t 2 p r ; r, pur H = r, cette série se truve idetique à celle écrite ci-dessus. - E remplaçat das (18) H par (r -8), cstater a immédiatemet que la séri e (2) 9 - cs() + cs 2 H - cs 3 H + cs 4 H est égalemet smma.bl.e (C, e) avec la valeur quad H (2p+1)r. Multiplis maiteat (2) ( = (2 p + i) r) par (8), u s btiedrs la série 2 +., (-1) (- + cs H + cs 2 ;... + cs) u, si us avs aussi * 2p r : (21) 1 \,z(-1)" B si(2-f-1)-. 2si 2 a Le thérème de multiplicati de CHAPMAN 'us mtre seulemet que la série (21) est smmable (C, 1+ e) et de valeur ; mais il est facile de démtrer directemet qu'elle est bie réellemet smmable (C, r) quad H * p r. A cet effet peut, par exemple, prcéder aisi : 9*

20 2 A. F. ANDERSEN. Remplaçs par (7-) das la série (21), qui s e trasfrme aisi e (22) -1 2cs ' cs(2+i)2. 2 Si `maiteat us puvs démtrer que (22) sit smmable (C, e) avec la valeur pur = p z, il est évidet que (21) l'est aussi. Or, cette démstrati peut se faire par u prcédé abslumet idetique à celui dt u s us, smmes servis à l'edrit de (18), e teat cmpte de l'idetité valable pur B p r. : B 3 6B si ( -1-1) l; cs 2 + cs - + cs cs (2 + 1) 2 = 2 si H 3 - Das le thérème IV les rdres de smmabilité r et s st assujettis à la cditi d'être l'u et l'autre plu s grads que - 1. Quad les deux rdres, u même l'u d'etre eux 'seulemet, st iférieurs à - 1, le dit thérème 'est plus écessairemet valable. O peut le. démtrer facilemet au mye d'u exemple : La série (-1pv (23) " (+l)' est, cmme CHAPMAN l'a mtré', affecté de l'idice atteit s. Nus suppss 2 > s >1 ; e multipliat alrs cette série par (8), us btiedrs la séri e,, I/1 i 1 2 (-1)... (+1)s) 1 (1sm+ qui, si le thérème IV était valable, devrait être sûre - met smmable (Ç, - s ± s + e ±1) = (C, - s e), -1 <-, s+ 1 < ; r, il e peut pas e être aisi, vu que Frc. Ld. Math. Sc. (2) ; Vl. 9 (1911), page 397.

21 Sur la muitiplicati. de séries. 2 1 la série 'est pas même cvergete, puisque les termes qu i la cstituet e tedet pas vers lrsque -~ c. D 'ue maière géérale, a pu cstater, cmme l' sait,. que la smmabilité (C, r) présete des différeces essetielles sel que r est plus grad u plus petit que -1. Aisi dc, l'exigece que l'rdre de smmabilité sit supérieur å -1 cstitue ue cditi essetielle pur les deux écés I et II (page 5) de CHAPMAN cités précédemmet. Au fait, ce qui a fait aître la thérie de smmabilité, c'est le. désir de redre les séries cvergetes utilisables das l'aalyse, et il 'est dc pas état qu e das le curs de s évluti ait eu pricipalemet e vue ces derières séries, et cela même après avir recu que la ti de smmabilité est aussi applicable aux séries cvergetes. Aussi, alrs qu' a créé ue thérie asse z cmpréhesive ccerat les séries smmables (C, r), r > -1, il a été, autat que je sais, presque cmplèteme t égligé de csidérer la smmabilité (C, r) pur r < -1. C'est certaiemet là, ue limitati des recherches qui, tute aturelle qu'elle sit par rapprt aux prpriétés de la méthde de smmabilité emplyée, e saurait das l e dmaie étudié être csidérée cmme justifiée par la atur e du sujet même, attedu qu'il est tut aussi raisable d e chercher à établir ue limite supérieure de l 'rdre de la série prduit lrsque les séries multipliées st rapideme t cvergetes (ayat. u rdre < -1) que lrsqu'elles l e st letemet (état d 'rdre cmpris etre - 1 et ) u pas du tut (d 'rdre psitif). D'après ce qui précède, verra qu'il y a pur le mi s deux directis différetes das lesquelles peut cherche r è cmpléter le thérème IV : peut tâcher d'établir 4.

22 22 A. F. ANDERSEN. 1 des prpsitis susceptibles das des cas particulier s de der à l'rdre de la série prduit ue limite supérieur e mis élevée que celle que cmprte le thérème IV ; 2 des prpsitis ayat trait à la multiplicati par des séries affectées d'idices plus petits que -1. Nus puvs regarder cmme des prpsitis supplémetaires de ce gere celles que CAUCHY et MERTENS avaiet avacées sur la multiplicati des séries, bie lg - temps avat que le thérème IV eût été écé ; de plus, divers thérèmes de PRIZ\GSHEmf2, Vss CAJiu 4, et d 'autres'', thérèmes qui se rapprtet à la questi de savir das quel cas le prduit de deux séries semi-cvergetes est, lui aussi, ue série cvergete. ' A ce prps, cits aussi u thérème de G. H. HARDY 6 dt vici l ' écé : V. Si Z u,, est ue série abslumet cver - 1 gete dt la smme sit u, et si, d ' autre part, t v,~ est ue série scillat etre des limi - tes fiies et dt les termes satisfasset à cette cditi : (24) lim v,,-, alrs la série prduit sera, elle aussi, scil - Crelles Jural, Bd. 79 (1875), page 182. z Mathematische Aale, Bd. 21 (1883), pages , et Bd ), pages ' Mathematische Aale, Bd. 24 (1884), pages America Jural f Mathematics, Vl. 15 (1895), pages Pur ce qui ccere ces deriers écés, il est tutefis pssible qu'ils siet impliqués das le thérème IV; e effet, il s e purrait que celui-ci arrive à les redre superflus, à la cditi qu' sit à même de détermier l'état de smmabilité des séries e questi. Mais, tat qu' 'y sera pas parveu, les écés sus - metiés aurt leur imprtace à côté du thérème IV. 6 Prc. Ld. Math. Sc. (2), Vl. 6 (198) p. 42.

23 Sur la multiplicati de séries. 2 3 tate etre des limites fiies, et cela d e telle maière que ses limites d'scillati 2 sert ug1 et ug 2, si celles de la série v7, st g,_ et g9. Ce thérème, qui cmpred celui de MERTENS r cmme cas particulier, est purtat e lui-même d'ue validité asse z restreite, e ce ses qu'il e s'applique qu'à des série s scillat etre des limites fiies ; ecre exige-t-il que l a cditi (24) sit remplie. Les thérèmes que us alls établir das ce qui sui t et qui, à leur tur, cstituet des supplémets du ger e e questi du thérème de multiplicati de CHAPMAN, purrt être csidérés cmme des extesis de celui-ci (et, par cséquet, de ceux dus à CAUCY et à MERTENS) réalisées das les cadres de la thérie de smmabilité. VI. Si la séri e (25) est smmable (C, r), r >, avec la valeur d e smmabilité u, et si la séri e (26) est abslumet cvergete, ayat la smm e r2( v,å u+ vw-1 u v 1u,2_1+ v u), v, la série prduite par leur multiplicati : se truvera sîrremet smmable (C, r) et aur a la valeur de smmabilité u. v. Il est évidet que, si la série (26) est affectée de l'idic e s > -1, ce thérème furira, de l'rdre de smmabilité de la série prduit, ue détermiati plus exacte que cell e réalisée au mye du thérème IV ; car, puisque - s + 1>,

24 = 24 A. F. ANDERSEN. a r < r - s + 1. E utre, tre uveau thérèm e truve ecre s applicati lrsque Z.'v,,, a u idex iférieur h -1. Pur e faire la démstrati, us predrs tre pit de départ das la frmule (4). Multiplis les deux membres de cette équati par la série, v,,x" abslumet cvergete pur x < 1 ; us aurs, (,.yl2,9, wx=22 7 (v,28+ v S(r) -~-.. ~v S(r) L v S(')) x. ( L -x) ' - 1 ' Il s 'agit dc simplemet de mtrer que,,.,, (2 7 ) 2' el S( p r) +..! v S(' ) C (,.) - at 1 -L.1 ~ ' I A (r) ~ v S ( I r ) A(r) S ( r ) 9 (r) S(r) lr) s(r) A(r) S(r ) 1 1~ =1-1 ~ V v Å(r) ' A(r) + V 71-1 A(,.) ' i... ~ vl AG.) A(1) + ~ A tl ) 'A(' ) (r ), 1 - a la valeur limite u.v lrsque,c. (28) Si us pss 1i.(r) + e, il existe, puisque (25) est smmable (C, r) ; K tel que (29) e < K ( =, 1, 2, ) et, e utre, u mbre psitif N tel qu e (3) r,y < e pur tus N. u mbre psiti f E appliquat (28), peut trasfrmer l ' équati (27) e A( r) 1~(r) A(r) A (r ) 7L-1 (31) C (r) Cv.) + r-1 A (a )) T A(?')- t v A(r ) A,, it A (r) A (r) A(r) A (r) _ 1-1 Z A{r) = -T- v-1 A(,.) E 1 I.. + v l ( 7 ) E-1 ± v " 4 ) CE al ~ L E vertu du thérème I, le facteur de u aura la valeur limite v S (r) L lrsque ---> ce. Aisi dc, si us désigs le

25 Sur la multiplicati de séries. 2 5 secd membre de l'égalité (31) par c), il e s'agit que d e démtrer que cette quatité a la valeur limite. Oa A(r) A(r) A(r ) (32) c(r~ _ v + 9t 1 v I P1 A(r) 1 A(r) vp-1 A (,) s-p+ i.. A (r) A(r) A( r ) -P i + VI' A(7) E -P V-1 A(, ) El v a,. A(r) ra 97 Ici P dit représeter u mbre etier psitif tel qu e (1 vp + 1 vp-i I v) < = pur tute valeur de > P le fait que la série (26) est abslumet cvergete us permet de détermier u. tel P, Si maiteat se rappelle que, puisque r >, a A (r ) < 1, pur < v < et tute valeur de, -A(). l'applicati de (29) et de (3) permet de tirer de (32) qu e 1c~i)1<(1v1±1vi +... vp-11)+k. 6, purvu que ait été chisi tel que - P -{ i > N. désigat par VI la smme de la série cvergete y,1 v,t, us aurs pur tutes valeurs suffisammet grades de I ci;' I <(V 1 + K) ~ ce qui mtre précisémet qu e lim c; r) = O. _>. L'idice de la série prduit est-il tujurs détermié par ce thérème? Qu'il e sit parfis aisi, c 'est ce que u s puvs facilemet démtrer par des exemples : Multipli s ue série abslumet cvergete de la frme (-l-)'iv ù v est psitif pur tut, la série état d'ailleurs arbi - traire, par ue série 2 (-1) v u affectée de l 'idice s > E

26 26 A. F. ANDERSEN. et ayat u psitif pur tut, tadis qu e a s u (sel que s est idice atteit u idice atteit) e ted pas vers zér quad -> c, si petit que sit e ( u s peut emplyer, par exemple, la série : (-1)"As)). série prduit sera 2, (- 1) (v 14-j-vl u.,t-1-i-. 2-lu ' 1+ v uo \ J qui, e vertu du thérème VI, est smmable, respectivemet, (C, s) u (C, s -I- e) ; r, par suite de la suppsiti ci-dessu s idiquée, relative à u, cette série e peut cepedat pa s être smmable respectivemet (C, s- e) u (C, s) ; dc, s idice (respectivemet atteit u atteit) se truv e être précisémet s. D'u autre côté, il est tut aussi facile de der des exemples - cmme cela était à attedre d'ailleurs - i z l 'idice de la série prduit 'est pit détermié par l e thérème VI. C'est aisi que la multiplicati faite à l a page 15 : C, ;t (-1)9tA ( a )) 1)v,A'.+s-f1 // furit la preuve immédiate de cette affirmati quad chisit r > et s < - r - 1. Nus avs das le thérème VI suppsé r>, cditi sas laquelle il 'est plus écessairemet valable. Qu 'il e sit bie réellemet aisi, c'est ce que mtre l'exemple suivat : Multiplis la série semi-cverget e (33) 2.~(-1)'tA(7s) ( < s <1) affectée de l'idice --s, par l 'ue des séries abslumet cvergetes dées aux pages et dt l'idue est. La

27 Sur la multiplicati de séries. 2 7 La série prduit sera w,, état égal à ~ ~I( - i 1 1 ) w, A (-4- A(,-s)+...+ u-i ~u2 1 ~, 2-fu,_ ù tus les termes st psitifs u uls. A(-s ) -1, Cette série prduit, ctrairemet à la série (33), e pré - sete pas l'idice atteit -- s, mais bie l'idice atteit. E effet, cmme us l 'avs déjà remarqué plus haut (p. 17), elle est cvergete, et l' s'apercevra immédiate - met qu'elle 'est smmable (C, - r) pur aucue valeur, si petite sit-elle, de e ; e vertu de (17a) a pl+s, car le premier terme de we epl état lim wr epl = E lim [er] rwiepl = ~ ~ p,. [ep] alrs que d'après le thérème II cette valeur limite devrai t être, si la série e questi était smmable (C, - r). 5. Avat d'abrder l'exame des faits valables pur r <, il cviet de démtrer quelques thérèmes dt us aurs besi. VII. A suppser que les termes cmpsat la séri e (34) v,, satisfasset à la cditi (35) lim, v,,, ù s > 1, cette série sera smmable (C, -s +Ô) pu r tute valeur de ;1>, sauf bie etedu pu r

Option Informatique Arbres Binaires de Recherche

Option Informatique Arbres Binaires de Recherche Opti Irmatique Arbres Biaires de Recherche 1 Cstruire u cdage, c est à dire ue applicati partielle de K das les euds d u arbre biaire T 1 2 Écrire la cti decde, qui pred e argumet ue cle k, u arbre T,

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Correction CCP maths 1 MP

Correction CCP maths 1 MP mai 4 Avertissemet : Il subsiste certaiemet quelques coquilles... Exercice : ue itégrale double Correctio CCP maths MP Pour calculer cette itégrale, o effectue le chagemet de variable e coordoées polaires

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal :

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal : Colles du 3 ovembre 014 Solutio de la questio de cours 1. (i) Soit E u esemble de cardial. L esemble (E) peut alors être partitioé comme suit : (E) (E), où (E) est l esemble des parties de E de cardial.

Plus en détail

MN 550 I/A SERIE MICRONET MN 550 REGULATEUR SPECIFICATIONS

MN 550 I/A SERIE MICRONET MN 550 REGULATEUR SPECIFICATIONS MN 55 Cablage et ifrmatis I/A SERIE MICRONET MN 55 REGULATEUR Les régulateurs MN5 st ttalemet prgrammables et désigés pur les applicatis de chauffage et de climatisati. Ces régulateurs st muis de srties

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante : " tirer p éléments de E ".

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante :  tirer p éléments de E . Cours de termiales Probabilités sur u esemble fii Mr ABIDI F I- Rappel I- Types de tirages : Soit u esemble fii E coteat élémets O cosidère l'épreuve suivate : " tirer p élémets de E " Type de tirages

Plus en détail

Salon. 3 & 4 octobre. de la femme. éthique &naturel

Salon. 3 & 4 octobre. de la femme. éthique &naturel Sl de l femme éthique &turel 3 & 4 ctbre Dmie de l Bruerie Vir Slfemme de l 3e édit i évlue Après le succès des 2 précédetes ées à Mtud et L Rivière ù le sl ccueilli e tut 80 expsts et evir 2000 visiteurs.

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau.

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau. AVANT PROPOS Cet ouvrage propose aux élèves de classes termiales (fraçais) S (spécialité math) des rappels et des complémets de cours assez complet, aisi que des problèmes et des exercices corrigés. Les

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 9 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 5005-DAKAR-Fa-Séégal Serveur Vocal: 68 05 59 Téléfax (1) 864 67 39 - Tél : 84 95 9-84 65 81 M A T H E M A T I Q U E S 09 G 18bis AR Durée:

Plus en détail

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3

Groupe orthogonal d'un espace vectoriel euclidien de dimension 2, de dimension 3 1 Groupe orthogoal d'u espace vectoriel euclidie de dimesio, de dimesio Voir le chapitre 19 pour l'étude des espaces euclidies et des isométries. État doé u espace euclidie E de dimesio 1, o rappelle que

Plus en détail

Feuille d exercices 5

Feuille d exercices 5 Mathématiques Physique S3, 205/206 Uiversité Blaise Pascal Feuille d exercices 5 Ex.. Tracer le graphe des foctios périodiques suivates, doer leur développemet e série de Fourier et discuter la covergece

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE "C.N.O." Association régie par la loi du 1er juillet 1901

COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE C.N.O. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE "C.N.O." Associatio régie par la loi du 1er juillet 1901 Le 17 Mars 2005 Règles de calcul des coupos des empruts d Etat sur le marché de gros Après décisio de so A.G.

Plus en détail

C Services Réseaux 1. INTRODUCTION... 3. 1.1 Objectif... 3 1.2 Scope... 3 2. ORGANISATION... 4

C Services Réseaux 1. INTRODUCTION... 3. 1.1 Objectif... 3 1.2 Scope... 3 2. ORGANISATION... 4 Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 1.1 Objectif... 3 1.2 Scpe... 3 2. ORGANISATION... 4 2.1 Fctis de service itere... 4 2.2 Iteracti avec le prestataire... 5 2.3 Ifrmati du prestataire... 6 3. SERVICES...

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées

Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases condensées Chap.2 Gaz parfait, fluides réels et phases cndensées 1. Cmprtement universel des gaz à basse pressin 1.1. Equatin d état de tus les gaz à basse pressin 1.2. Définitin expérimentale de la température abslue

Plus en détail

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD.

2. Trouvez la version du firmware que vous souhaitez télécharger dans la rubrique Boot From CD, correspondant à votre modèle de SSD. Changements apprtés par le firmware: Fiabilité du prduit amélirée Réslutin de l anmalie causant de brèves pauses intermittentes chez certains utilisateurs. INTRODUCTION Ce dcument décrit la prcedure permettant

Plus en détail

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908 d exécution non doté de crédit 908 «Opérations industrielles et commerciales des directions départementales et régionales de l équipement» Ministère : 23 «Équipement» (Version du 01/01/2008 à 21:08:13

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Eocés 1 Déombremet Exercice 1 [ 01529 ] [correctio] Soiet E et F deux esembles fiis de cardiaux resectifs et. Combie y a-t-il d ijectios de E das F?

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique

Éléments finis de joint mécaniques et éléments finis de joint couplés hydromécanique Titre : Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fi[...] Date : 28/10/2014 Pae : 1/10 Élémets fiis de joit mécaiques et élémets fiis de joit couplés hydromécaique Résumé : Cette documetatio porte sur

Plus en détail

= e 1, où e est la base des logarithmes népériens ; la relation de récurrence : n I N, u n+1

= e 1, où e est la base des logarithmes népériens ; la relation de récurrence : n I N, u n+1 ERREURS D'ARRONDIS ET CALCULATRICES par Christia Vassard et Didier Trotoux L'idée de cet article ous a été ispirée par u exemple illustrat ue cotributio de Jea-Michel Muller ("Ordiateur e quête d'arithmétique"

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

Dénombrement. ECE3 Lycée Carnot. 30 novembre 2011

Dénombrement. ECE3 Lycée Carnot. 30 novembre 2011 Déombremet ECE Lycée Carot 0 ovembre 2011 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l idique à comter Il e s agit bie etedu as de reveir au stade du CP et d aredre à comter sur

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique MATHEMATIQUES Termiale Scietifique Fiches PROGRAMME 22 (v24) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Dilômée de l École Polytechique Cours Pi e-mail : lescoursi@cours-icom site : htt://wwwcours-icom siège

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X

Logique binaire. Symbole européen. Table de vérité X R 0 0 1 1. Équation R = X Lgique binaire Définitin Une variable binaire est un élément qui ne peut prendre que deux valeurs ntées 1 et 0 (Oui et Nn). On dira que X est une variable binaire si X 0 X = 1 et si X 1 X = 0. Opératins

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

MATHEMATIQUES Option scientifique Mardi 9 mai 2006 de 8h à 12h

MATHEMATIQUES Option scientifique Mardi 9 mai 2006 de 8h à 12h ECOLE DE HUTES ETUDES COMMERCILES DU NORD Cocors d'admissio sr classes préparatoires MTHEMTIQUES Optio scietifiqe Mardi 9 mai 6 de 8h à h La présetatio, la lisibilité, l'orthographe, la qalité de la rédactio,

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Divisibilité, division euclidienne, congruences

Divisibilité, division euclidienne, congruences Divisibilité, divisio euclidiee, cogrueces Résolutio de problèmes Des multiples et des diviseurs. Le code sigifie «allumée» et le code «éteite». lampe étape étape étape étape étape 5 étape 6 suivates 5

Plus en détail

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités.

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités. PROBABILITÉS I. PROBABILITÉS ( RAPPELS) a. Expérieces aléatoires et modèles Le lacer d ue pièce de moaie, le lacer d u dé sot des expérieces aléatoires, car avat de les effectuer, o e peut pas prévoir

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

sirona.com La famille d appareils ORTHOPHOS XG Des radiographies en toute confiance.

sirona.com La famille d appareils ORTHOPHOS XG Des radiographies en toute confiance. sira.cm RADIO La famille d appareils ORTHOPHOS XG 2D Des radigraphies e tute cfiace. 02 I 03 Ue qualité d image exceptielle avec capteur CsI égalemet dispible e HD Simple à utiliser iclus u lgiciel ituitif

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Ecles eurpéennes Bureau du Secrétaire Général du Cnseil Supérieur Unité de dévelppement pédaggique Ref. : 011-01-D-8-fr- Orig. : EN PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Curs à 6 pérides/semaine

Plus en détail

DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE

DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE DOCUMENTATION DES SPIP MUTUALISES A USAGE PEDAGOGIQUE Les sites disciplinaires utilisent désrmais SPIP en installatin mutualisée. Ce chix répnd à plusieurs impératifs aussi bien éditriaux que techniques.

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

Chapitre 16 : Espaces vectoriels

Chapitre 16 : Espaces vectoriels PCSI Préparatio des Khôlles -4 Chapitre 6 : Espaces vectoriels Exercice type Soit E=R[X] et F ={P E, P(X)=XP (X)+P()}, motrer que F est u sous-espace vectoriel de E. : O a bie F E. Si P =est le polyôme

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Séries etières Eercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Eercice

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail