Les signaux. Page 1/11

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les signaux. Page 1/11"

Transcription

1 Les signaux numériques e analogiques... 2 Les ypes de signaux... 2 les signaux à variaion coninue ou signaux analogiques... 2 les signaux à variaion disconinue... 2 Représenaion des signaux... 3 en foncion du emps en foncion de la fréquence... 3 Signal e suppor... 4 Déformaions du signal... 4 Avanages e inconvéniens de la numérisaion du réseau... 5 Les signaux vocaux... 6 Les fondamenaux de la voix... 6 Fréquences... 6 Niveaux... 6 La numérisaion de la voix : codage MIC G échanillonnage... 6 Quanificaion... 7 Codificaion... 7 Codage du signal numérisé... 8 Le muliplexage : avis G Normes Européenne e américaine Hiérarchie synchrone Page 1/11

2 Les signaux numériques e analogiques Les signaux désignen d'une manière générale les informaions ou données circulan sur une liaison informaique. Ils peuven empruner différens suppors physiques (ou médias) e revêir différenes formes. Les ypes de signaux Il exise 2 grandes familles de signaux : les signaux à variaion coninue ou signaux analogiques. On disingue: les signaux périodiques (sinusoïdaux) qui se reproduisen régulièremen de manière idenique e qui possèden rois aribus fondamenaux: 1. la fréquence (F) en herz (nombre de répéiion du signal par seconde) la longueur d onde (λ) es la disance parcourue duran une période: λ = V*T (viesse x période) λ = V/F (viesse / fréquence) 2. l ampliude (A) en vol sur une ligne élecrique, en décibel (db) de manière générale. 3. la phase (posiion du signal à un insan donné, par rappor à une origine de référence). Ampliude emps disance Longueur d onde La longueur d onde es foncion de la viesse à laquelle se propage le signal les signaux apériodiques. C'es le cas des signaux vocaux sur une liaison éléphonique ou des images vidéo Viesse du son = 338 m/sec Viesse lumière = m/sec les signaux à variaion disconinue Ce son les signaux digiaux ou numériques, qui son de ypes périodique: ils ne possèden qu un nombre fini d éa (par exemple 0 e 1), à chaque passage d un éa à l aure, il y a un cours momen pendan lequel la valeur du signal n es pas significaive, l inervalle de emps occupé par un bi s appelle le emps de bi, la valeur du signal es mesurée au milieu du emps de bi, c es le momen d échanillonnage. Page 2/11

3 Représenaion des signaux en foncion du emps. Cela donne la forme d onde qui décri la variaion d ampliude dans le emps. Comme on l'a vu précédemmen, la forme d'onde peu êre analogique - périodique (noe pure) ou apériodique (claquemen de pore) ou encore numérique. Ampliude Temps Noe pure Claquemen de pore en foncion de la fréquence Cela donne la largeur de bande (ou specre de fréquences): c es la plage de fréquence occupé par le signal: Exemple: Signal audio de 20 à Hz Un signal sinusoïdal pur à une largeur de bande nulle puisqu il n a qu une seule fréquence. Un signal non périodique possède un specre occupan une gamme coninue de fréquences. Un signal numérique de période T peu êre décomposé en un ensemble de signaux sinusoïdaux de fréquences, de phases e d ampliudes différenes. L ensemble des fréquences qui perme de reconsiuer le signal son des muliples de la fréquence de base F=1/T. Les signaux numériques occupen donc un specre éendu. Plus la largeur de bande es élevée, plus la quanié d'informaions pouvan y passer es grande. Ampliude Largeur de bande (BW) un canal vocal 300 F basse Fréquence 3400 (HZ) F haue Exemple de largeur de bande Page 3/11

4 Signal Specre F0 T0 = 1/F0 T0 f= 1/T0 Signal e suppor Déformaions du signal Exemples de signaux avec leurs specres Le suppor de ransmission possède égalemen une largeur de bande, appelée bande passane, qui es la plage de fréquences qu'il es capable de ransmere. Exemple Pour le réseau éléphonique: la bande passane es de 3100 hz (enre 300 e 3400 hz). Dans ce cas la bande passane n es pas due aux limies du suppor mais à un chois des organismes de normalisaion de limier la bande passane de la éléphonie. Plus la bande passane es élevée, plus la richesse de la donnée que l'on peu ransmere es grande mais on se heure bien souven à problème de coû, d'où nécessié de rouver un compromis coû-qualié. La bande passane es foncion de la naure de ce suppor (lumière, cuivre). Ce suppor possède des caracérisiques: élecriques ( résisance e capacié): Elles provoquen une aénuaion (ou affaiblissemen) e une déformaion (disorsion) des signaux. Ce affaiblissemen augmene avec la longueur e es plus imporan dans le cas de fils fins. un emps de propagaion du signal à ravers ce suppor, un niveau de signal maximum: C es la puissance élecrique que le canal peu ransporer sans risque pour les équipemens connecés e sans générer de perurbaion sur les canaux voisins. une sensibilié aux influences exérieures (champs radioélecriques ou élecromagnéiques) qui affecen le signal: Le brui es l'ensemble des perurbaions qui affecen la voie de ransmission. Il possède une valeur moyenne qui s exprime en décibels (db) selon le rappor signal/brui (S/B). Page 4/11

5 Ampliude Peres Temps Effe de l'aénuaion sur un signal périodique Deux signaux de même ampliude e de fréquence différene n'auron pas obligaoiremen la même ampliude à l'exrémié de la liaison: L'ampliude du signal ransmis varie en foncion de la fréquence (plus la fréquence es grande, plus le signal se déforme). Il fau régénérer les signaux régulièremen pour leur garder une ampliude suffisane: Un signal numérique bien régénéré sera praiquemen idenique au signal iniial. Un signal analogique sera régénéré avec les défaus inroduis par le suppor e le brui. Signal iniial Signal iniial Signal iniial Signal aénué Aénuaion Signal modifié Effes d'une capacié Effes combinés Déformaion d'un signal numérique La ransmission numérique appore donc une meilleure inégrié des données mais nécessie une bande passane plus grande. Avanages e inconvéniens de la numérisaion du réseau Avanages Uilisaion de composans élecroniques plus simples, plus économiques e plus inégrés par rappor aux composans analogiques uilisés précédemmen. Muliplexage emporel plus simple e plus fiable que le muliplexage fréqueniel uilisé sur les lignes analogiques à grandes disances. Meilleure adapaion aux différenes informaions à véhiculer (Sons, images, données). Signalisaion plus facile à véhiculer par incorporaion dans les données. Régénéraion plus simple des signaux e sans appor de souffle ou de bruis supplémenaires (le aux d erreur es neemen plus faible qu en analogique). Signaux plus facile à manipuler Inconvéniens Bande passane des suppors plus imporane (d où l usage de la fibre opique). Page 5/11

6 Les signaux vocaux Les fondamenaux de la voix Fréquences La voix résule d un vibraion des cordes vocales, inerrompan le flux d air provenan des poumons, produisan ainsi des signaux dans une gamme de fréquences allan de 50 à 5000 Hz. Cee gamme de fréquence varie de manière sensible d une personne à l aure. La majorié de l énergie se concenre enre 300 e 3000 Hz. L oreille humaine peu déecer des sons dans une bande de fréquence allan de 20 Hz à près de Hz, avec une sensibilié maximale dans la bande 300 Hz Hz. En prenan en compe ces différens faceurs, e à la suie de nombreux ess, la bande de fréquence 300 Hz 3400 Hz a éé choisie par l UIT-T comme base pour la ransmission éléphonique. Réduire cee bande de fréquence amène une pere d inelligibilié des messages, alors que l augmenaion de cee bande appore ceres une qualié supérieure, mais sans apporer une qualié de reconnaissance ou d inelligibilié significaive. Il fau rappeler que le bu d un réseau éléphonique es de ransmere la parole e non pas le chan, ni la musique. Des filres dis «passe-bas» on pour rôle de filrer les fréquences du signal éléphonique e de ne laisser passer que cee plage de fréquence. Niveaux Il es imporan de s assurer que les signaux de voix son ransmis à des niveaux correcs à ravers le réseau, afin de mainenir une qualié de bou en bou. Un niveau rop faible fai que le signal es noyé dans le brui de fond; un niveau de signal rop élevé amène la personne à parler plus faiblemen. Aujourd hui, les communicaions inernaionales son monnaie courane. Les gens doiven pouvoir communiquer avec leur voisin de palier, comme avec n impore qui dans le monde. Ce bu es compliqué par le fai que les sysèmes de éléphonie on évolué de manière différene dans plusieurs pays ou régions. Par exemple, un éléphone analogique aux USA éme avec un niveau de signal plus faible que le même éléphone en Angleerre. Les niveaux des signaux s exprimen en décibels (db) La numérisaion de la voix : codage MIC G.711 La méhode uilisée pour la représenaion numérique des signaux de voix dans les sysèmes de éléphonie a éé définie par l ITU-T dans la recommandaion G.711 appelée : PCM ( Pulse Code Modulaion ) ou MIC (modulaion par impulsions codées). La numérisaion de la voix se fai en 3 éapes : - échanillonage - quanificaion - codificaion (ou codage) échanillonnage On prélève le signal analogique à inervalle régulier. La norme fixe l'échanillonnage à 8 KHz. Cela correspond à une prise d'échanillon oues les 1/8000s (ou 8 échanillons par milliseconde soi 1mesure chaque 125 microseconde). Page 6/11

7 Cee fréquence es dérivée du héorème de Nyquis, qui di que la fréquence d échanillonnage doi au moins êre égale au double de la fréquence maximale du signal d origine. Un échanillonnage à 8 KHz perme donc la ransmission d'un signal de fréquence maximum 4KHz. Le signal vocal analogique Hz passera donc bien. Le signal échanillonné n es qu une suie d impulsions ( PAM : Pulse Ampliude Modulaion ) qui représene l ampliude du signal analogique lors de chaque échanillonnage. Par comparaison le son d'un CD, beaucoup plus musical, es échanillonné sur la plage de 0 à Hz, avec une fréquence d'échanillonnage de 44 KHz. Quanificaion Chaque échanillon es comparé à cerains niveaux de quanificaion à l aide d un converisseur analogique/digial (CAD), chacun éan représené par une suie numérique unique. La suie numérique la plus proche du signal échanillonné es alors uilisée pour représener le signal ( opéraion de quanificaion) Le nombre de pas déermine par la suie le nombre de bis représenan l échanillon. Hz Signal Echanillonneur Signal échanillonné Aénuaion 125 µs enre 2 échanillons Filrage e Echanillonnage. Pour reproduire fidèlemen la valeur analogique, il faudrai un ensemble de valeurs rès imporan (ou un pas rès faible). En ransmission éléphonique, le nombre de niveaux choisi es 256, ce qui correspond à un codage sur un oce. Aux USA, le codage se fai sur 7 bis. L'approximaion de la valeur analogique par une valeur numérique provoque donc une disorsion du son, die brui de quanificaion. Chaque échanillon mesuré es donc converi en une valeur sur 8 bis. Le débi de la ligne de ransmission pour une communicaion es donc : 8 bis à ransmere chaque 125 microseconde ou 8 bis 8000 fois par seconde, ce qui donne un débi de 8*8000=64000 bis/s Aux USA où le signal es échanillonné sur 7 bis le débi es de 56 Kbps Par abus de langage, on parle de bande passane de 8KHz. La bande passane ne peu êre définie que pour un signal analogique. Pour un signal numérique, l'on devrai parler de débi binaire équivalen à la ransmission du même signal en analogique. La quanificaion se radui donc par une approximaion du signal réel. Codificaion Le nombre de bis requis pour un échanillon es lié à la valence (ou dynamique) selon la formule: n=log 2 D (log en base 2) D éan le nombre d éas différens à raduire. Pour la parole la dynamique va de 1 à 4000, ce qui impose une quanificaion sur 12 bis. Une opéraion de codage rédui par compression ce nombre à 8 bis, don un bi de signe. Page 7/11

8 L erreur relaive générée sera d auan plus imporane que le signal es faible. Pour info, l'erreur relaive de quanificaion vau en moyenne : (1/2 * ampliude_maxi / 256) / valeur_du_signal. Pour une ampliude fore, cee erreur es relaivemen négligeable, mais pour un signal d ampliude faible l'erreur relaive devien rès grande. Le remède au problème de la rop grande sensibilié aux basses ampliudes consise à uiliser une loi de quanificaion logarihmique. L'effe obenu es alors équivalen à une compression. La règle de compression s appelle la Loi A en Europe, la loi µ pour les USA e le Japon. Toues ces opéraions de numérisaion de la voix se fon dans un composan élecronique appelé CODEC. A la Récepion d un signal numérisé, l opéraion inverse se produi : - Décodage : Cee opéraion es effecuée par un converisseur digial/analogique (CDA). - Exension : C es l opéraion inverse de la compression. - Filrage e Correcion : Le signal résulan es filré pour éliminer les composanes résiduelles évenuelles. Codage du signal numérisé Le signal numérisé es muliplexé e ransmis sur les lignes éléphoniques suivan une echnique de codage ayan comme objecif d améliorer la qualié de la ransmission. Les sysèmes européens uilisen sur les liaisons MIC un codage pseudo-ernaire appelé mode à haue densié HDB3 qui a pour bu d évier les zeros successifs Données a - a Codage BHD1 Viol de l'alernance + a - a Codage BHD2 Viol de l'alernance Le code CMI Pour les ransmissions aux débis les plus élevés, noammen sur les fibres opiques, on envisage un code appelé CMI (Code Mancheser Inversion) du ype 1B2B, c'es à dire avec deux momens binaires par bis. Le mode CMI a l'avanage d'êre binaire (un seul seuil de décision) e d'annuler les composanes à rès basses fréquences, au prix cependan d'une largeur de bande supérieur à celle du code AMI. Son efficacié es de 50 %. Page 8/11

9 Le muliplexage : avis G.732 La numérisaion de la voix a comme avanage que l on peu grouper sur une seule ligne éléphonique plusieurs signaux. La echnique qui perme cee opéraion s appelle le muliplexage emporel. L'opéraion inverse du muliplexage s'appelle le démuliplexage. Voie Voie Voie Voie Codage Codage Muliplexeur nvoies Muliplexage. Le muliplexage emporel consise à affecer cycliquemen un inervalle de emps (appelé voie ou IT) à chacune des communicaions à ransmere. Si on a N signaux à ransmere avec chacun un débi de X kbps, il fau que le suppor aie une capacié supérieure à N fois X kbps. La séquence correspondan à un balayage de ous les canaux muliplexés s'appelle une rame. La srucure de la rame es fixe e cyclique. Le sysème MIC européen es caracérisé par une rame à 32 IT. Chaque IT a, comme on l a vu, un débi de 64kbis/s, ce qui donne un débi global de 2,048 Mbi/s pour la rame complèe. La rame complèe dure 125 ms (ce qui correspond à la fréquence d échanillonnage des signaux), chaque IP dure donc 3,9 nanosecondes. Les inervalles son numéroés de 0 à 31. les inervalles 1 à 15 e 17 à 31 son aribués à 30 voies éléphoniques à 64 Kbi/s. L'inervalle de emps 0 (IT0)es consacré glodalemen à la synchronisaion du sysème e à la gesions d alarmes. L IT16 es chargé de ransporer la signalisaion c es à dire les données de gesion des communicaions (numéroaion, axaion,...). 1 IT16 assure la signalisaion de 2 IT de communicaion (2 fois 4 bis). La gesion complèe des communicaions se fai donc oues les 15 rames. Compléée par une 16 ème rame, on consiue une mulirame. Ce dernier IT16 conien le moif de verrouillage de mulirame qui perme de numéroer de manière univoque les rames à l'inérieur de la mulirame. Page 9/11

10 488ns 3,9 µ s 8 bis IT0 IT2 IT15 IT29 IT31 MVTR Mo de verrouillage rame MVMTR Mo de verrouillage mulirame Consiuion d'une rame MIC Une rame MIC de 256 bis. Durée 125 I.T Canal pour alarme e syncho I.T. 1 voie 1 I.T. 2 voie bis par échanillon Canaux de 1 à 15 I.T. 15 Voie I.T I.T. 17 voie I.T. 31 voie Canal de signalisaion Canaux de 16 à 30 Normes Européenne e américaine Forma d'une rame MIC. Le premier «rain numérique» normalisé fu développé en Amérique du Nord en 1962, e pri le nom «D1». Il fournissai 24 enrées analogiques, chacune d enre elles éan converie en un signal PCM 8 bis ( le bi le moins significaif éan ignoré ). Les 7 bis éaien uilisés pour chaque échanillon de voix, e un bi pour la signalisaion, pour un débi global de 1,544 Mbps. Il fu ensuie remarqué que ce mode fournissai une qualié de voix non saisfaisane. Les généraions suivanes uilisen une conversion PCM 8 bis. Descripion Sysème Européen G732 Sysème Américain G733 Fréquence d'échanillonnage 8 KHz 8 KHz Nombre de niveau Nombre de bi/échanillon 8 7 Débi binaire par voie 64 Kbi/s 64 Kbi/s Quanificaion non uniforme non uniforme Loi de codage loi A loi m Carac. de compression à 13 segmens à 15 segmens Nombre d'it Nombre de voie Page 10/11

11 Nombre de bis/rame Débi binaire oal 2,048 Mbi/s 1,544 Mbi/s Verrouillage groupé répari Signalisaion hors oce dans l'oce Hiérarchie synchrone Comparaif G732/G733 Grâce aux suppors performans (fibres opiques) e pour diminuer les coûs de ransmission, le muliplexage obenu sur une liaison MIC peu êre poursuivi sur des liaisons à haus débis consiuan une hiérarchie synchrone normalisée au niveau européen. Appellaion Caracérisiques Débi en Mbps TN1 Muliplexage de 30 voies e 2 voies de signalisaion TN2 Muliplexage secondaire 120 voies uiles TN3 Muliplexage d ordre 3 avec 480 voies uiles TN4 Muliplexage d ordre 4 avec 1920 voies uiles voies Converisseurs Analogiques/ Digiaux Muliplexage Primaire 2 Mbps 30 voies 4 enrées à 2 Mbps Muliplexage d ordre 2 8 Mbps Enrées de données à basses moyennes ou haues viesses. Muliplexage de données 2 Mbps 4 enrées à 8 Mbps 120 voies Muliplexage d ordre 3 32 Mbps 480 voies 1920 voies 4 enrées à 32 Mbps Muliplexage d ordre Mbps Muliplexage TN1 à TN4. Page 11/11

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Carte d'acquisition Dossier ressource

Carte d'acquisition Dossier ressource Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques TP AMOS Care USB 6009 BTS SP1 Page 1 sur 9 Care d'acquisiion BTS Sysèmes Phooniques 1. Présenaion 1.1 inroducion Une care d'acquisiion es un accessoire uilisé dans

Plus en détail

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage»

Logique Séquentielle - fonction «Registre à décalage» Logique Séquenielle - foncion «Regisre à décalage» 1. Inroducion Les bascules son rès uilisées comme élémens de mémorisaion de données ou d informaion. Le sockage des données a généralemen lieu dans des

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Voiture radio commandée servomoteur et trame PPM. Formation Systèmes d'information et numérique

Voiture radio commandée servomoteur et trame PPM. Formation Systèmes d'information et numérique 1 ère STI2D TD V1.0 Voiure radio commandée servomoeur e rame PPM. Formaion Sysèmes d'informaion e numérique Le servomoeur es un mécanisme qui réalise le déplacemen d un axe (pouvan êre relié à la direcion

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

LES APPREILS DE MESURE EN COURANT ALTERNATIF

LES APPREILS DE MESURE EN COURANT ALTERNATIF Chapire 4 LES APPEILS DE MESUE EN COUAN ALENAIF I- PAAMEES CAACEISIQUES D UN SIGNAL ALENAIF : Un signal alernaif es caracérisé par sa forme ( sinus, carré, den de scie, ), sa période ( fréquence ou pulsaion

Plus en détail

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores Classe de Terminale S Physique Thème abordé : Ondes sonores Poin Cours Exercice Pour ou l exercice, on considère la célérié v du son dans l air, à 2 C, égale à 34 m.s. Les rois paries de l exercice son

Plus en détail

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire.

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire. Page 1 Echanillonnage d un signal : principe e condiions à saisfaire. I. Inroducion. L acquisiion d une grandeur analogique par l inermédiaire d une care d acquisiion possédan plusieurs enrées analogiques

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

Fréquence et signaux

Fréquence et signaux Fréquence e signaux On désigne par signal la variaion, emporelle par exemple, d une grandeur physique comme la empéraure, l éclairemen, la conraine mécanique, l inensié d un son, la ension élecrique ec...

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

Conversion Analogique Numérique

Conversion Analogique Numérique Sysèmes Numériques CAN Classe : TSTI2D S.I.N Conversion Analogique Numérique Pourquoi converir? De nos jours, nous uilisons énormémen d'appareils numériques pour la facilié de sockage e de raiemen. Les

Plus en détail

Distribution de l énergie

Distribution de l énergie Disribuion de l énergie S si Cours 1. La foncion «DISTRIBUER» L énergie fournie par l alimenaion, qu elle soi élecrique ou pneumaique, doi êre disribuée aux acionneurs du sysème. Cee disribuion d énergie

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

CHAPITRE VII. Les Convertisseurs Analogiques Numériques

CHAPITRE VII. Les Convertisseurs Analogiques Numériques CHAPITRE VII Les Converisseurs Analogiques Numériques Olivier Français, 2 SOMMAIRE LES CONVERTISSEURS À INTÉGRATION... 3 I LE CONVERTISSEUR SIMPLE RAMPE... 3 I.1 PRINCIPE... 3 I.2 PHASES DE FONCTIONNEMENT...

Plus en détail

2. Tensions et courants alternatifs

2. Tensions et courants alternatifs 2.1 Définiions 2.1.1 Tension coninue Une ension coninue es une ension qui ne change pas avec le emps. diagramme d'une ension coninue: u() 2.1.2 Tension alernaive Une ension alernaive es une ension qui

Plus en détail

Module TS (Théorie de Signal)

Module TS (Théorie de Signal) Module TS (Théorie de Signal) Conenu de Module Chap1 : Signaux, Foncions e Opéraeurs de base. Chap2 : Classificaion des Signaux. Chap3 : Séries e Transformée de Fourier. Chap4 : Convoluion e Corrélaion.

Plus en détail

Les liaisons numeriques

Les liaisons numeriques SSI SCIENCES DE L INGENIEUR FICHE DE cours Les liaisons numeriques V Chassilian S Jo Avignon 1. Définiion Les liaisons numériques permeen de ransmere des informaions binaires d un sysème informaique e/ou

Plus en détail

CHAPITRE III : LES COMPTEURS

CHAPITRE III : LES COMPTEURS CHAPITRE III : LES COMPTEURS I. Inroducion Dans de nombreuses applicaions on es amené à faire des compages d impulsions dans un emps donné pour la mesure de fréquences (par exemple) ou ou simplemen comper

Plus en détail

Généralités sur les signaux

Généralités sur les signaux Cours raiemen de Signal AII Chapire : La ra nsormée de Laplace Généraliés sur les signaux I. Inroducion Le raiemen du signal es une discipline indispensable de nos jours. Il a obje l'élaboraion ou l'inerpréaion

Plus en détail

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =.

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =. Chapire.3.3 Conversion coninu alernaif 1 ) Principe 1.1) Généraliés C es un converisseur saique, qui perme des échanges d énergie enre une enrée coninue e une sorie alernaive. Symbole: Si la source coninue

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE -

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE - ENS de Cachan Concours d enrée en 3 ème année pour la préparaion à l agrégaion de Génie Elecrique Session 2001 SECONDE PARTIE - ELECTRONIUE - Ce problème se propose d éudier le foncionnemen de l élecronique

Plus en détail

Cahier technique n 202

Cahier technique n 202 Collecion Technique... Cahier echnique n 22 Les singulariés de l harmonique 3 J. Schonek Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

MODULATION D'ÉNERGIE, VARIATION DE VITESSE I/ INTRODUCTION, DÉFINITIONS

MODULATION D'ÉNERGIE, VARIATION DE VITESSE I/ INTRODUCTION, DÉFINITIONS Piloage, conrôle e comporemen des sysèmes - n 8 Page 1 MODULAION D'ÉNRGI, VARIAION D VISS I/ INRODUCION, DÉFINIIONS Cerains sysèmes nécessien, en exploiaion, une variaion de puissance. Celle-ci peu êre

Plus en détail

Transmission de l information

Transmission de l information Acivié praique n 3 : Liaison série RS 232 OBJECTIFS Une ransmission de données éan réalisée enre 2 ordinaeurs e le message à ransmere éan défini : - Idenifier le mode de ransmission des données e configurer

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES :

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES : ISET de Nabeul ours de Sysème logique (2) hapire 3. OBJETIFS LES OMPTEURS Eudier les différens ypes de compeurs. omprendre le principe de foncionnemen de chaque ype. Mairiser les éapes de synhèse d un

Plus en détail

CH V Mouvements. Deux personnes A et B se trouvent immobiles sur un escalier roulant. Sol

CH V Mouvements. Deux personnes A et B se trouvent immobiles sur un escalier roulant. Sol CH V Mouvemens I) Mouvemens e référeniel : Pour éudier un mouvemen, il fau définir : - le mobile (obje qui es en mouvemen) - le référeniel (sysème par rappor auquel le mobile se déplace) 1) Siuaion : Deux

Plus en détail

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7 Leçon 15 Les formes des signaux élecriques Page 1/7 1. Les différenes formes de ension ou de couran élecriques 1.1 Signal unidirecionnel C es un signal qui circule oujours dans le même sens Couran unidirecionnel

Plus en détail

Représentations multiples d un signal électrique triphasé

Représentations multiples d un signal électrique triphasé Représenaions muliples d un signal élecrique riphasé Les analyseurs de puissance e d énergie Qualisar+ permeen de visualiser insananémen les caracérisiques d un réseau élecrique riphasé. Les Qualisar+

Plus en détail

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E Chapire B.3. Conversion coninu-coninu : hacheur série C'es un converisseur coninu-coninu, qui perme d'alimener une charge sous ension réglable à parir d'une ension coninue consane. Son rendemen es généralemen

Plus en détail

I. Mesure de température et chaîne de transmission optique

I. Mesure de température et chaîne de transmission optique IRSCPA BTS INFORMATIQUE INDUSTRIELLE Session 1998 Epreuve de : Physique Appliquée Durée : 3 heures Coefficien :3 Les amplificaeurs opéraionnels son ous considérés comme idéaux. Un formulaire es fourni

Plus en détail

Chapitre 0 : Ondes. Equations d onde. Solutions.

Chapitre 0 : Ondes. Equations d onde. Solutions. Spéciale PSI - Cours "Physique des ondes" Complémens Chapire : Ondes. Equaions d onde. Soluions. Conens Qu es-ce qu une onde?. Le concep d onde.... Ondes planes....3 Ondes planes progressives... 3. Ondes

Plus en détail

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E Chapire B.3.2 Conversion coninu-coninu : hacheur série C'es un converisseur coninu-coninu, qui perme d'alimener une charge sous ension réglable à parir d'une ension coninue consane. Son rendemen es généralemen

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS I. Descripion e symboles Un condensaeur es un composan consiué par, appelés séparés sur oue l'éendue de leur surface par un milieu nommé. Le es de faible épaisseur e il s exprime

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 Séance 1........................................................................................................ Je calcule des longueurs, des aires e des volumes....................................................

Plus en détail

Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL

Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL Signal à ransmere Modulaeur Cours Thème VI TRANSMISSION DU SIGNAL I- GÉNÉRALITÉS SUR LA PROPAGATION - Organisaion d'une chaîne de ransmission Signal modulé Emeeur Onde en espace libre ou ligne Emeeur :

Plus en détail

Les réseaux FDDI. Les Réseaux FDDI

Les réseaux FDDI. Les Réseaux FDDI Les réseaux FDDI Premier conexe d uilisaion ½ Comme Réseau Fédéraeur de Sie (RFS) u sein d une archiecure disribuée ( = Réseau Local d Eage) R Réseau Fédéraeur de premier niveau RFS R R FDDI = Fiber Disribued

Plus en détail

MESURES CHRONOMETRIQUES

MESURES CHRONOMETRIQUES Chapire 8 I- FRQUNCMR : MSURS CRONOMRIQUS Le schéma de principe d un fréquencemère numérique es donné par la figure 36. Signal de fréquence f Circui de mise en Base de emps X() Y() & Compeur orloge RAZ

Plus en détail

Eléments sur le bus VME

Eléments sur le bus VME D SMELLION Elémens sur le bus VME Inroducion Auour d'un sysème VME ( VERSA BUS EUROP) on peu consiuer des machines informaiques modulaires de la plus simple aux archiecures muliprocesseurs. CPU Données

Plus en détail

Proposé par MADAK Page 1/11

Proposé par MADAK Page 1/11 Chaîne d informaion ) rucure de la chaîne d informaion Maière d œuvre enrane AGIR Déches e peres Consignes de l opéraeur Maière d œuvre sorane Dans une chaîne foncionnelle, la chaîne d informaion perme:

Plus en détail

Date : Communication technique. Démarrage rotorique

Date : Communication technique. Démarrage rotorique Dae : Communicaion echnique Page 103 Démarrage roorique 1. Problémaique (bis) La SPCC uilise des convoyeurs enre les différens poses inervenan dans le remplissage e le condiionnemen des flacons de parfums.

Plus en détail

Traitement Numérique du Signal. Signaux physiques et modèles théoriques

Traitement Numérique du Signal. Signaux physiques et modèles théoriques Traiemen Numérique du Signal James L. Crowley Deuxième Année ENSIMAG deuxieme semesre 2008/2009 Séance : 6 février 2009 Signaux physiques e modèles héoriques Signal e Informaion...2 Représenaion analogique

Plus en détail

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE

LA LOGIQUE SEQUENTIELLE Auomaique e Informaique Indusrielle LA LOGIQUE SEQUENTIELLE SOMMAIRE Tire Page I. Définiion (rappel) : Sysème séqueniel 2 II. Prise en compe du emps 2 a) foncion mémoire 2 b) foncion(s) reard(s), emporisaion

Plus en détail

LA THEORIE DE L'ECHANTILLONNAGE : LE THEOREME DE SHANNON

LA THEORIE DE L'ECHANTILLONNAGE : LE THEOREME DE SHANNON LA HEORIE DE L'ECHANILLONNAGE : LE HEOREME DE SHANNON 5 0 5 0 5 oue communicaion se fai par l inermédiaire de signaux, qui peuven êre acousiques (parole, e sons en général), élecromagnéiques (radio), élecriques

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

MACHINE À COMMANDE NUMÉRIQUE 3 AXES CORRIGÉ

MACHINE À COMMANDE NUMÉRIQUE 3 AXES CORRIGÉ BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialié génie élecronique Session 27 Éude des sysèmes echniques indusriels MACHINE À COMMANDE NUMÉRIQUE 3 AXES CORRIGÉ Parie élecronique I- Quesions

Plus en détail

I. La lumière et ses propriétés

I. La lumière et ses propriétés Module 3 : L opique : Vocabulaire Ampliude (f) Hyperméropie (f) Propagaion (f) reciligne Axe (m) principal Image (f) réelle Réfléchi Concave Image (f) viruelle Réflexion (f) Convexe Incidence (f) Réflexion

Plus en détail

SERIES CHRONOLOGIQUES

SERIES CHRONOLOGIQUES SERIES CHRONOLOGIQUES On appelle série chronologique ou chronique une série d'observaions échelonnées dans le emps. Les inervalles enre deux mesures peuven êre quelconques. En général, ils son de même

Plus en détail

MOUVEMENT UNIFORME ET UNIFORMEMENT VARIE

MOUVEMENT UNIFORME ET UNIFORMEMENT VARIE TERMINALE S.T.I. MOUVEMENT UNIFORME ET / hp://perso.orange.fr/herve.jardin-nicolas/ MOUVEMENT UNIFORME ET mv uniforme e uniformemen I. Domaine d applicaion de ce cours Ce chapire sera relaif d une par

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Conditionnement du signal

Conditionnement du signal Lycée Technique Mohammedia Condiionnemen du signal 1 ère STE Unié ATC Professeur : MAHBAB 1STE CONDITIONNER UN SIGNAL L.T Mohammedia F.Cours n 12 La chaîne d'acquisiion Prof : MAHBAB Page 1 / 2 1. Inroducion

Plus en détail

Réponse Temporelle d'un circuit RLC dégradé en régime quelconque : fonctions intégration et dérivation

Réponse Temporelle d'un circuit RLC dégradé en régime quelconque : fonctions intégration et dérivation INGOD Charloe MEYE Anne DAEAU Mayeul 22 GESSET omain éponse Temporelle d'un circui C dégradé en régime quelconque : foncions inégraion e dérivaion Philippe GUY 23-24 INGOD Charloe MEYE Anne DAEAU Mayeul

Plus en détail

La détection synchrone : application

La détection synchrone : application La déecion synchrone : applicaion (Anglais: lock-in amplifier) La cigale chane U IN () Mais il y a du brui + beaucoup de brui. U OUT () Quelle es l'ampliude du chan de la cigale? Commen exraire le signal

Plus en détail

Chapitre 4: Les modèles linéaires

Chapitre 4: Les modèles linéaires Chapire 4: Les modèles linéaires. Inroducion: Dans ce chapire on va voir successivemen les modèles linéaires saionnaires: auoregressifs (AR), de moyennes mobiles (MA) e mixes (ARMA) en pariculier. Finalemen,

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Amplification de puissance

Amplification de puissance Académie de Marinique Préparaion Agrégaion Sciences Physiques B. Ponalier Amplificaion de puissance Objecifs Comparer les différenes classes d amplificaion du poin de vue: du foncionnemen du rendemen Classe

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Les systèmes séquentiels Bascules et compteurs

Les systèmes séquentiels Bascules et compteurs si Les sysèmes séqueniels Bascules e compeurs Applicaions Ces exercices d applicaion son faculaifs. 1. rucures à base de bascules (bisables) Exercice 1 Compléer le chronogramme ci-dessous. Exercice 2 A

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps.

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps. Modélisaion des sysèmes mécaniques LA CINÉMATIQUE DU POINT Dae : Inroducion : La cinémaique es la parie de la mécanique qui éudie le mouvemen des corps, indépendammen des effors qui les produisen. Les

Plus en détail

Les filtres passe-haut

Les filtres passe-haut Les filres passe-hau Je ais ener ici de ous expliquer le foncionnemen d un filre passe-hau. Nous allons oir dans l ordre : - le schéma ype - l éude de la ransmiance - l éude du diagramme de Bode - l uilié

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire (pascal.masson@unice.fr) Ediion 212-213 École Polyechnique Universiaire de Nice Sophia-Anipolis Cycle Iniial Polyechnique 1645 roue des Lucioles, 641 BIOT Sommaire I. Hisorique II. III. IV. Caracérisiques

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

Lycée Vaucanson Tours. Automatique Systèmes séquentiels. Philippe Bourzac 2006

Lycée Vaucanson Tours. Automatique Systèmes séquentiels. Philippe Bourzac 2006 Lycée Vaucanson Tours / / Auomaique ysèmes séqueniels Philippe Bourzac 26 Auomaique ysèmes séqueniels AUTOMATIUE YTEME EUENTIEL. Insuffisance des sysèmes logiques combinaoires. On souhaie réaliser la commande

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

Production - Transport et Distribution d Energie

Production - Transport et Distribution d Energie Le Minisère de l'enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Viruelle de Tunis Réalisé par : Mme Souad Chebbi Aenion! Ce produi pédagogique numérisé es la propriéé exclusive de l'uvt.

Plus en détail

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0

Nombre dérivé et interprétation graphique. h valeurs approchées du nombre dérivé de la fonction f en t 0 DÉRIVONS EN VITESSE Objecif Ouils Comparer deux approximaions du nombre dérivé d une foncion numérique en un poin, l une issue de la définiion maémaique usuelle, l aure uilisée par les calcularices. Nombre

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé ψ 2015-2016 Devoir n 6 CNVERSIN DE PUISSANCE L obje de ce problème consise à éudier la producion d énergie élecrique à parir d une éolienne. Le disposiif pore alors le nom d «aérogénéraeur» e es consiué

Plus en détail

Chapitre 7 : Les instruments de musique. Instruments à cordes, à vent, à percussion. Terminale spécialité Thème 2 : son et musique.

Chapitre 7 : Les instruments de musique. Instruments à cordes, à vent, à percussion. Terminale spécialité Thème 2 : son et musique. Chapire 7 : Les insrumens de musique. Insrumens à cordes, à ven, à percussion. Terminale spécialié Thème 2 : son e musique. I. Son émis par un insrumen de musique. 1. D abord, c es quoi un son? Définiion

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

Chapitre 1. La cinématique. 1.1 Définitions

Chapitre 1. La cinématique. 1.1 Définitions Chapire 1 La cinémaique La cinémaique es la descripion mahémaique du mouvemen, souven considérée comme la base de la physique. Le mouvemen le plus fondamenal auquel on puisse penser es la chue libre. Expérimenée

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole

Les fonctions logiques & l algèbre de Boole Les foncions logiques & l algèbre de Boole 1 - Algèbre de Boole Hisorique : Georges BOOLE, philosophe e mahémaicien anglais, publia en 1854 un essai sur les raisonnemens logiques poran sur les proposiions

Plus en détail

Contributions à l'analyse pour la recherche d'ondes gravitationnelles

Contributions à l'analyse pour la recherche d'ondes gravitationnelles Vincen Germain 5 ocobre 205 Conribuions à l'analyse pour la recherche d'ondes graviaionnelles Bilan ère année de hèse Plan Quelles sources asrophysiques cherche--on? L insrumen & les difficulés renconrés

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

Électronique numérique

Électronique numérique 1 Cours Sciences Physiques MP Élecronique numérique Le développemen de l informaique don le foncionnemen repose sur le mode binaire 0 ou 1 a progressivemen imposé de ravailler avec des signaux numérisés

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Circuits R -C Réponse à un échelon de tension

Circuits R -C Réponse à un échelon de tension Lycée Viee TSI ircuis - -L -L- éponse à un échelon de ension I. égime libre. Définiion d un régime libre Le régime libre ( ou propre ) d un circui es un régime obenu lorsque les sources libres son éeines.

Plus en détail

Redressement commandé

Redressement commandé Redressemen commandé Exercice 1 On donne ci-dessous le chronogramme de la ension aux bornes de la charge u C.( 1 V / div ) La fréquence du signal u issue du ransformaeur es de 5 Hz. De plus, on donne E

Plus en détail