2. Commerce international et emploi informel en zone CEMAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. Commerce international et emploi informel en zone CEMAC"

Transcription

1 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC Mathuri Tchakoute Njoda 1 et Alai Remy Zolo Eyea 2 Résumé Cet article eamie durat ue courte période la relatio etre le commerce iteratioal et l emploi iformel das les pays de la zoe CEMAC. Cette zoe a la particularité de regrouper des écoomies qui produiset et eportet essetiellemet des bies primaires, otammet agricoles. Les estimatios écoométriques faites sur la base d u modèle théorique mettet e évidece ue faible ifluece du commerce iteratioal sur l emploi iformel das différets pays. Cette ifluece est d autat plus égative, c est-à-dire pas favorable à l embauche, que le degré de spécialisatio des pays est faible ou leurs écoomies diversifiées. Du fait de la structure des écoomies de la sous-régio et des marchés du travail, l emploi iformel y est plus sesible au commerce iteratioal que l emploi formel e l est. Mots clés : ouverture commerciale, marché du travail, zoe CEMAC Abstract This article eamies the relatioship betwee iteratioal trade ad iformal employmet durig a short time period withi the coutries of the CEMAC zoe. This zoe groups together ecoomies that produce ad eport primary goods, particularly agricultural products. The results of the ecoometric estimatios made o the basis of a theoretical model, highlight the egative impact of iteratioal trade o iformal employmet i the differet coutries of the regio. The ifluece of iteratioal trade is eve more egative, that is to say, ot favorable to hirig, either because the degree of specializatio of these coutries is weak or because their ecoomies are diversified. Because of the structure of subregioal ecoomies ad their employmet markets, the iformal employmet is more sesitive tha the formal employmet to iteratioal trade. Key words: ope trade, labor market, CEMAC 1 Mathuri Tchakoute Njoda est Chargé de Cours au Départemet d Ecoomie de la Faculté de Scieces Ecoomiques et de Gestio de l Uiversité de Ngaoudéré au Camerou ; B.P.: 454, FSEG, Uiversité de Ngaoudéré, Ngaoudéré, Camerou ; 2 Alai Remy Zolo Eyea est Assistat au Départemet d Ecoomie de la Faculté de Scieces Ecoomiques et de Gestio de l Uiversité de Ngaoudéré au Camerou ; B.P.: 454, FSEG,Uiversité de Ngaoudéré, Ngaoudéré, Camerou ; 50 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

2 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC INTRODUCTION À la faveur de la modialisatio, le commerce modial a cou ue forte epasio au cours de la derière déceie. Selo l OMC et l OIT (2009), il représetait plus de 60 % du PIB modial e 2007, cotre mois de 30 % au milieu des aées Les pays e développemet et e trasitio ot joué u rôle plus importat qu auparavat das l essor 3 des échages modiau : e 2004 et 2005, ils étaiet à l origie de trois quarts de l augmetatio du volume des eportatios et de 60 % de l accroissemet du volume des importatios. Das bie des cas, cette dyamique des échages e s est jusqu ici pas traduite par ue amélioratio des coditios de travail et des iveau de vie ; i le foctioemet du marché du travail, i la quatité et la qualité des emplois e se sot améliorés. Das de ombreu pays e développemet, les emplois ot été pricipalemet créés das le secteur iformel 4. Selo le rapport sur la zoe frac 5 de la Baque de Frace publié e 2006, la valeur des flu commerciau avec l etérieur des pays de la CEMAC 6 a plus que triplé etre 1995 et Cette performace est le produit d u accroissemet moye des eportatios de 16,4 % par a et d ue progressio auelle moyee des importatios de 11,8 %. Ces évolutios se sot traduites par ue cosolidatio sigificative de l ecédet commercial de la CEMAC, qui a atteit 31 % du PIB à la fi 2005, cotre 15,8 % e Au cours de la même période, le tau d ouverture (somme des eportatios et des importatios par rapport au PIB) des écoomies de la CEMAC a 3 Pour l OCDE (2007), il serait difficile de cotester que cet essor a favorisé la croissace et la créatio d emplois à travers le mode. 4 Le secteur iformel est officiellemet défii comme «u esemble d uités produisat des bies et des services e vue pricipalemet de créer des emplois et des reveus pour les persoes cocerées. Ces uités, ayat u faible iveau d orgaisatio, opèret à petite échelle et de maière spécifique, avec peu ou pas de divisio etre le travail et le capital e tat que facteurs de productio. Les relatios de travail, lorsqu elles eistet, sot surtout fodées sur l emploi occasioel, les relatios de pareté ou les relatios persoelles et sociales plutôt que sur des accords cotractuels comportat des garaties e boe et due forme». Voir BIT (1993), Statistiques de l emploi das le secteur iformel, Rapport pour la XV e Coférece iteratioale des statisticies du travail, Geève, javier Ce secteur ferait vivre plus de la moitié de la populatio active des pays e développemet. 5 La zoe frac est composée de deu uios moétaires et douaières, l Uio écoomique et moétaire ouest-africaie (UEMOA) et la Commuauté écoomique et moétaire de l Afrique cetrale (CEMAC), ayat chacue ue moaie covertible e euro (acieemet e frac fraçais), mais i iterchageable i covertible etre les deu uios. Voir A. M. Gulde (2008), Overview, das Gulde, A. M. et Tsagarides, C. (éd.), The CFA Frac Zoe: Commo Currecy, Ucommo Challeges, Iteratioal Moetary Fud Publicatios. 6 La CEMAC est ue zoe géographique et écoomique qui regroupe si pays : Camerou, Gabo, Guiée équatoriale, République cetrafricaie, République du Cogo et Tchad. The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

3 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea fortemet progressé, passat de 69,4 % e 1995 à 93,1 % e Les échages avec l etérieur ot été fortemet ifluecés par l évolutio de l activité des secteurs pétrolier, miier et agricole, dot la part das la valeur totale des eportatios atteigait e moyee plus de 90 %. Les élémets marquats de cette évolutio sot otammet : 1) Ue forte cocetratio autour du secteur des idustries etractives (pétrole et mierais), dot la part relative est e hausse, grâce otammet à la progressio des vetes de pétrole de la Guiée équatoriale et du Tchad. Aisi par eemple, à la fi 2005, les eportatios pétrolières et miières représetaiet 85,5 % du total des eportatios, cotre 63,9 % e ) U et recul de la part relative du secteur agricole. E dépit d u accroissemet des eportatios agricoles d eviro 3,3 % par a, la part du secteur das la valeur globale des eportatios avait spectaculairemet chuté à 8,4 % à la fi 2005 par rapport à 24,5 % e Cette dimiutio était otammet liée à celle du volume des eportatios du secteur forestier. 3) U iveau relativemet margial des eportatios de produits commerciau et maufacturés (2,9 % du volume total des eportatios e 2005). De leur côté, les importatios coceret essetiellemet les échages des etreprises du secteur commercial (24,8 % du total), des idustries etractives (32,5 %) et du secteur idustriel (12,1 %). Leur évolutio a cou ue rupture proocée etre 2002 et 2003, suite à l ajustemet du iveau des importatios de bies d équipemet du secteur pétrolier iduit par l achèvemet du pipelie Tchad Camerou. E ce qui cocere les trasactios avec le reste du cotiet africai, leur cotributio est demeurée relativemet stable et margiale. E effet, pour la période , les échages itracotietau (hors échages au sei même de la CEMAC) se chiffraiet à mois de 6 % du motat total des flu commerciau avec l etérieur. O ote la part prépodérate des échages avec les pays parteaires ayat ue frotière avec la zoe. Sur le motat total des échages commerciau des pays de la CEMAC, les échages etre le Nigéria et la République démocratique du Cogo représetet 2,8 %, cotre ue moyee de 1 % pour les échages avec les pays de l UEMOA 7 et de respectivemet 0,5 % et 0,4 % pour les échages avec les pays d Afrique australe et du Nord. 7 L UEMOA est composée de huit pays : Béi, Burkia Faso, Côte d Ivoire, Guiée- Bissau, Mali, Niger, Séégal, Togo. 52 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

4 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC Tout comme les échages à l échelle du cotiet, les trasactios commerciales itracommuautaires comptet pour ue part relativemet peu importate das les flu globau : elles e représetet qu à peu près 3 % de la valeur totale des échages (soit 119 milliards de fracs CFA par a). D après ue étude de Madariaga (2010), le commerce itra-zoe de la CE- MAC apparaît e et recul depuis le début des aées 2000 et plafoe à mois de 1 % du PIB, aussi bie vers l Afrique que sur so propre marché, alors que so tau d ouverture sur le cotiet africai et e itra-zoe avait cou u rebod au milieu des aées Cocerat l UEMOA, la situatio est plus itéressate : le commerce itra-zoe y approchait les 8 % du PIB e 2008, e légère augmetatio par rapport à 2000, mais à u rythme ettemet mois souteu que vers l Afrique ou le reste du mode. Les réformes écoomiques et commerciales etreprises au sei des deu zoes après la dévaluatio de 1994 semblet avoir stimulé leurs échages, mais plutôt e dehors du cotiet africai. Comme toutes les écoomies qui participet à ue uio écoomique et moétaire, les pays de la CEMAC sot loi d être homogèes tat e termes de productio que d échages. Le Camerou cocetre l essetiel du total des flu du commerce etérieur 8 de la zoe et presque la moitié de so PIB et de sa populatio. So écoomie, la plus grade de la sousrégio, est relativemet diversifiée par rapport au autres écoomies de la zoe, avec u secteur privé atioal et u secteur iformel plus développés (voir Tableau 1 et Tableau 2). L écoomie de la Guiée équatoriale, le premier producteur et eportateur de pétrole de la sous-régio et le troisième e Afrique subsahariee après le Nigéria et l Agola, est très dépedate de l activité pétrolière (dot la part das le PIB dépasse 80 % et la part relative par rapport au eportatios totales ecède 90 % voir Tableau 1) ; le secteur privé atioal et le secteur iformel sot, eu, faiblemet développés. Les écoomies de la République du Cogo, du Gabo et du Tchad dépedet mois du pétrole (dot la part das le PIB varie etre 40 et 70 % et celle das les eportatios dépasse 80 %). Elles dépedet égalemet de la productio et de l eportatio d autres produits primaires (bois, coto, cacao, sucre, magaèse, etc.) et ot u secteur privé atioal et u secteur iformel relativemet peu développés. L écoomie de la République cetrafricaie, le seul pays o producteur de pétrole de la sous-régio, est la mois développée et déped elle aussi d u ombre limité de produits primaires (diamat, café, bois, etc.). Le secteur privé atioal et le secteur iformel y sot faiblemet développés. 8 E 2003 par eemple, les eportatios camerouaises atteigaiet 100 milliards de fracs CFA, soit 69 % des eportatios totales de la zoe. Toujours e 2003, sur les 30 millios d habitats de la sous-régio, o estime que 15 millios étaiet Camerouais. The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

5 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea Tableau 1 : Part des eportatios des pricipau produits primaires das les eportatios totales Pays Pricipau produits e Pourcetage Camerou.d. 74,3 44,1 50,3 Pétrole, bois brut, cacao Gabo 82,9 93,2 93,2 90,5 Pétrole, bois brut, magaèse et or Guiée ,7 Pétrole équatoriale République 74,3 64,5 73,2 78,1 Diamat, café, bois brut, cetrafricaie République 67,4 94,5 85,8 87,4 Pétrole, bois brut, sucre du Cogo Tchad 90,8 68,0 52,4 82,6 Pétrole, coto, aimau vivats Source des doées : Baque modiale (2005), Idicateurs du développemet das le mode, CD Database. Tableau 2 : Classificatio des pays de la CEMAC suivat les eportatios maufacturières Pourcetage Part des produits maufacturés das les eportatios totales Camerou, Gabo, Guiée équatoriale, République cetrafricaie, République du Cogo, Tchad Gabo, Guiée équatoriale, République cetrafricaie, République du Cogo, Tchad Camerou Source des doées : Baque modiale (2005), Idicateurs du développemet das le mode, CD Database. Le fait que le secteur iformel soit plus développé au Camerou que das les autres pays de la CEMAC e sigifie pas que l emploi iformel y soit proportioellemet plus importat (par rapport à la populatio active occupée) qu ailleurs (Figure 1). E effet, comme o le verra plus loi, l emploi iformel revêt u caractère itersectoriel. 54 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

6 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC Figure 1 : Emploi iformel par pays, 1990 et 2005 Emploi iformel e % des emplois totau Camerou 1990 Gabo 2005 République cetrafricaie République du Cogo Tchad Source des doées : OIT (2002) Bureau des statistiques sur la base des doées atioales officielles ; Charmes J. (1998), Iformal Sector, Poverty ad Geder, Rapport sur le développemet das le mode 2001; et statistiques atioales (2007). Tout comme das les autres pays e développemet, il est pas sûr que la boe teue de la positio etérieure des écoomies de la CEMAC soit favorable au foctioemet des marchés du travail, e particulier, au secteur iformel et au emplois mois qualifiés. E effet, le secteur iformel est très développé das les villes de l Afrique cetrale et cotribue e grade partie à la résorptio du chômage urbai. Tat das les villes qu à la campage, ce secteur est domié par les activités à caractère artisaal et le petit commerce de détail (CEA 2005). L emploi des persoes pauvres est à 93 % iformel. La sythèse des diverses equêtes réalisées das la sous-régio révèle que le chômage y touche près de 21 % de la populatio active urbaie, avec des poites das les grades métropoles (Douala, Bagui, Brazzaville, etc.). Au total, bie que la CEMAC soit ue uio écoomique et moétaire, so itégratio, au demeurat très faible (Mata 2008), améliore i le foctioemet du marché du travail i la mobilité des facteurs et, combié au chômage, l emploi iformel est u problème préoccupat das l esemble des pays de la sous-régio (Figure 1). The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

7 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea E ce qui cocere les lies etre l ouverture commerciale et l iformalité, le résultat qui ressort des doées est ambigu. E utilisat la mesure classique de l ouverture écoomique basée sur le commerce (ratio [eportatios+importatios]/pib), ue étude cojoite de l OMC et de l OIT (2009) motre otammet qu ue plus grade ouverture peut être liée à ue dimiutio de l icidece de l emploi iformel das u pays. Mais cette corrélatio égative est pas cofirmée e tout temps et e tout lieu, ce qui laisse peser que d autres facteurs otammet la politique du marché du travail propre à chaque pays peuvet jouer u rôle importat das l iteractio etre l ouverture commerciale et la taille de l écoomie iformelle. Commet le commerce iteratioal affecte-t-il l emploi iformel das la CEMAC? Cette questio est au cetre de otre article. Das les écoomies e développemet, le marché de l emploi iformel est u cas particulier du marché du travail qui eglobe ormalemet l emploi formel. Avat d aborder le sujet qui ous préoccupe, il semble doc logique d eamier le foctioemet global de ce marché das ue écoomie ouverte. Edwards (1988) a proposé u modèle permettat de détermier l impact d ue modificatio des importatios sur le marché du travail, das le cadre d ue petite écoomie produisat trois bies : u bie eportable, u bie importable et u bie o échageable. Malheureusemet, même si elle comporte u grad ombre de caractéristiques applicables à plusieurs pays e développemet, cette approche a été meée das u cadre relativemet simple fodé sur ue offre de facteurs fie et restrictive. Il est toutefois possible de développer u modèle permettat d appréheder l ajustemet du marché du travail suite à la libéralisatio des échages, das le cadre d ue écoomie e développemet. C est das cet esprit que ous proposos et testos u modèle structurel das lequel l écoomie de référece compred deu secteurs : celui des bies échageables et celui des bies o échageables. Cotrairemet au modèles éo-structuralistes traditioels à u seul bie, tels que ceu de Bacha (1991) ou Taylor (1994), otre modélisatio cosidère u cadre multisectoriel avec comportemet d eportatio, pour lequel ue attetio particulière est accordée au effets d ue cotraite de débouchés etérieurs sur les mécaismes d ajustemet (comme chez Tra 2001), et otammet sur l emploi. 56 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

8 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC 2. EXAMEN DE LA LITTÉRATURE La relatio etre le commerce etérieur et le marché du travail est aalysée das le cadre du paradigme de la théorie du commerce iteratioal, lacé par Heckscher (1919) et Ohli (1933), et formalisé par Stolper et Samuelso (1941). Le modèle sous-jacet, appelé modèle de Heckscher-Ohli Samuelso (HOS) das la littérature aglo-saoe, pred e compte deu pays et deu facteurs de productio le capital et le travail dispoibles e quatité fie et servat à produire deu bies avec ue techologie caractérisée par des redemets costats et supposée doée (fie) pedat toute la période d aalyse. Selo la loi des avatages comparatifs 9, chaque pays ted à échager les bies qu il produit à u coût relativemet faible (les eportables) cotre ceu qu il produit à u coût relativemet élevé (les importables). L ouverture au commerce iteratioal (ou so itesificatio lorsque le pays est déjà egagé das l échage) se maifeste directemet par ue modificatio des termes de l échage, qui s amélioret e faveur du bie qui possède l avatage comparatif (autremet dit le bie eportable). Pour ue structure doée de la demade, il e résulte u flu accru d eportatios. L itesificatio des échages stimule la spécialisatio et accélère la restructuratio des braches soumises à la cocurrece iteratioale. Les etreprises qui produiset das le secteur meacé par ue péétratio étragère doivet s adapter au ouvelles coditios de pri et de compétitivité ou se recovertir das la productio d eportables, ou ecore cesser d eister. Iversemet, das les braches qui eportet, la situatio est plutôt boe : les etreprises qui s y trouvet fot face à des coditios de pri de plus e plus itéressates. Leur marché itérieur est pas meacé et elles peuvet eporter. Ces coditios favorables stimulet la productio et doc l emploi. Aisi, l effet du commerce iteratioal sur l emploi s eerce à travers la restructuratio des etreprises soumises au ouvelles coditios de la cocurrece iteratioale. Celles-ci coceret avat tout les marchés des produits, mais ifluecet aussi les marchés des facteurs par le jeu de l iterdépedace etre les marchés. E ce qui cocere l effet sur l emploi, il peut être égatif das certaies idustries et positif das d autres. 9 La ature des avatages comparatifs peut teir soit à des différeces de techologie (Voir D. Ricardo, O the Priciples of Political Ecoomy ad Taatio, 1817), soit à des différeces das les dotatios de facteurs, soit ecore à d autres causes telles que la demade, les écoomies d échelle, etc. The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

9 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea Das le modèle à deu bies et deu facteurs, il y a qu u seul marché du travail 10. Les travailleurs qui e trouvet pas à s employer das l idustrie des importables vot tout aturellemet essayer de se faire embaucher das les braches des eportables, avec d autat plus de facilité qu elles sot e epasio 11. La fleibilité du marché du travail joue u rôle fodametal das la trasmissio des effets du commerce iteratioal sur l emploi et les salaires. Mais, les travailleurs laissés pour compte par ce processus de restructuratio, lorsque le marché du travail e peut foctioer correctemet pour des raisos istitutioelles (par eemple, parce qu il eiste u salaire miimum légal), peuvet se retrouver au chômage ou, au mieu, das le secteur iformel. E supposat ue foctio de productio homogèe, ue absece complète de spécialisatio et ue immobilité des facteurs, le théorème de Stolper Samuelso lié à la théorie du commerce du modèle de Hecksher Ohli démotre que la rémuératio 12 est favorable au facteur le plus itesivemet utilisé. Tout comme les pays de la zoe CEMAC, les pays e développemet disposet d ue abodace de mai-d œuvre o qualifiée le plus souvet répartie etre le secteur agricole et le secteur iformel. Le modèle Hecksher Ohli prédit que, à la faveur de la reforme commerciale, la demade de cette catégorie de mai-d œuvre devrait augmeter, car ces pays ot u avatage comparatif das la productio de bies écessitat l utilisatio de mai-d œuvre peu qualifiée. Il importe doc de remplacer les politiques aées uiquemet sur l importatio de produits étragers par d autres fodées sur l eportatio de bies à haute itesité de travail. E effet, à log terme, les gais iduits par la libéralisatio des échages devraiet avoir des effets globau positifs sur l emploi, que ce soit e termes de ombre d emplois, de salaires ou d ue combiaiso des deu (OMC et OIT 2007). Plusieurs études, otammet celles de Papageorgiou, Choksi, et Michaely (1990) portat sur u échatillo de 19 pays d Amérique latie et d Asie, de Parker et coll. (1995) sur u échatillo de 5 pays d Afrique, et de Harriso et Revega (1995) sur u échatillo de 16 pays europées, semblet corroborer ce poit de vue. 10 Le travail est supposé homogèe. 11 Notos que ces braches e sot pas écessairemet à haute itesité de travail, c est-àdire utilisatrices d ue proportio relativemet forte de mai d œuvre. Il est possible e effet que le développemet des échages favorise les braches à plus haute itesité de capital. 12 Das les pays e développemet, le premier facteur de productio des pauvres est la force de travail. L u des eseigemets du théorème de Stolper-Samuelso est que la libéralisatio commerciale accroit le reveu réel du facteur relativemet abodat le travail et dimiue le reveu réel du facteur relativemet rare le capital. 58 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

10 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC De ombreuses autres études fot cepedat état de difficultés méthodologiques das la détermiatio des causes de chagemets iterveus das l emploi suite à la libéralisatio des échages. Aisi, des séries de doées différetes peuvet avoir ue icidece otable sur les différets résultats (Gasto et Trefler 1997 ; Trefler 2001). E étudiat les coséqueces de l accord de libre-échage etre le Caada et les États-Uis, Gasto et Trefler (1997) fot ue distictio etre les effets de l accord sur l emploi et ceu d ue récessio géérale qui a touché les deu parteaires au cours de la même période. Certais facteurs tels que le comportemet des travailleurs à la recherche d u emploi affectet égalemet les tau de chômage. Sur ce poit, Rama (2003) ote que des augmetatios passagères du chômage suite à ue réforme commerciale ot été observées das de ombreu pays e développemet, même si les tau de chômage e semblet pas être systématiquemet plus élevés das les écoomies plus ouvertes. Aucue idicatio e permet de cofirmer que de tels résultats peuvet être gééralisés au secteur iformel des pays e développemet (Hoekma et Witers 2005). Néamois, le théorème de Stolper Samuelso soutiet que : 1. La libéralisatio du commerce peut profiter au travailleurs qui appartieet pas à «l aristocratie du travail» composée de ceu qui ot accès au emplois formels. La protectio de cette «aristocratie du travail» uit de faço disproportioée au cosommateurs, qui e paiet le pri, et au autres travailleurs (e particulier o qualifiés), qui sot cofrotés à ue limitatio des opportuités d emplois due au distorsios itroduites par le protectioisme e faveur des secteurs à haute itesité de capital et de mai-d œuvre qualifiée. 2. La libéralisatio du commerce das les pays possédat u importat secteur agricole peut aussi profiter à la masse des petits agriculteurs et propriétaires terries, état doé que les barrières commerciales eistates amoidrisset la valeur des bies agricoles qu ils produiset tout e accroissat le pri des bies o agricoles qu ils cosommet (Krueger et coll., 1991). La libéralisatio du commerce affecterait doc égativemet l emploi iformel e favorisat l embauche. Ce poit de vue a cepedat été quelquefois cotredit par l augmetatio de l iformalité au sei du marché du travail de ombreu pays e développemet au cours des derières déceies. Goldberg et Pavcik (2003) ot trouvé aucue preuve d ue telle ifluece au Brésil mais ot par cotre observé ue ifluece limitée e Colombie. The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

11 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea Nous ous proposos de vérifier le lie etre commerce etérieur et emploi iformel das le cas des pays africais de la zoe CEMAC. Le modèle de référece cocere ue écoomie comptat deu secteurs : le premier costitué des bies échageables et le secod costitué des bies o échageables. Notre modèle repose sur u cadre multisectoriel avec u comportemet d eportatio, et accorde ue attetio particulière au effets d ue cotraite de débouchés etérieurs sur les mécaismes d ajustemet de l emploi. 3. MODÉLISATION MODÉLISATION Nous proposos u 3. cadre d aalyse MODÉLISATION simplifié comportat ue écoomie et u pays ouv Nous Nous proposos u cadre d aalyse simplifié comportat ue écoomie et l etérieur proposos qui poursuivet u cadre d aalyse u objectif simplifié de promotio comportat des eportatios. ue écoomie Les et facteurs u pays de ouv pro u pays ouverts sur l etérieur qui poursuivet u objectif de promotio l etérieur sot des mobiles qui eportatios. et poursuivet les Nous salaires proposos u Les facteurs fleibles. objectif u de productio Le de cadre promotio modèle d aalyse sot comporte des eportatios. simplifié mobiles deu et les secteurs comportat Les facteurs salaires productifs ue de écoo : pro le lifié comportat sot des bies mobiles ue écoomie fleibles. échageables et salaires l etérieur et u Le modèle comporte (eportables) fleibles. pays qui ouverts poursuivet deu et Le secteurs celui modèle sur des u productifs bies comporte objectif o de : le secteur échageables. deu promotio secteurs des productifs eportatios. : le promotio des bies des des bies eportatios. échageables échageables Les sot facteurs (eportables) (eportables) mobiles de et productio les et celui et des celui salaires bies des fleibles. o bies échageables. o Le échageables. modèle comporte deu sect modèle comporte deu secteurs 3.1 Le secteur des des productifs bies bies o échageables : secteur échageables (eportables) et celui des bies o échageab lui des bies 3.1 o 3.1 Le échageables. secteur Le secteur des des bies bies o o échageables échageables 3.1 Le secteur des bies o échageables Nous faisos l hypothèse que das le secteur des bies o échageables, la productio Y eables Nous des Nous techiques faisos faisos l hypothèse à coefficiets que que das fies das le et secteur le à redemets des des bies bies d échelle o o échageables, costats. la La productio productio Y uité la productio de bies écessite Y Nous utilise faisos des des techiques l hypothèse quatités à coefficiets que das u fies le secteur et à redemets des bies o échageab eur des bies des o techiques travail o qualifié L et v de d échelle échageables, à coefficiets fies et à redemets d échelle costats. La productio uité costats. La d ue uité de bies écessite des quatités itermédiaires de bies u de travail I o. écessite des la techiques productio La qualifié productio des L et se quatités à Ycoefficiets utilise v de défiit bies alors u itermédiaires de fies la travail et à maière o redemets I. La suivate qualifié d échelle productio : L et v cos de redemets d échelle costats. uité La de productio bies écessite d ue des quatités u de travail o qua s u itermédiaires se défiit alors I. La de la productio maière suivate se défiit : alors de la maière suivate : de travail o qualifié itermédiaires L et v I de. La bies productio se défiit alors de la maière suivat t alors de la maière suivate L: I Y mi L ; (1) (1) u I v Y mi ; L (1) I u v Y mi ; L offre de travail o qualifié (1) u v état parfaitemet élastique, la capacité de productio du L offre des L offre bies de de travail o travail échageables o o qualifié état correspod état parfaitemet au iveau élastique, de productio la la capacité atteit de productio lorsque du le des itermédiaires productio bies o dispoibles du échageables secteur L offre des sot de bies correspod travail pleiemet o o échageables qualifié utilisés au iveau ; état correspod ce qui de parfaitemet ous productio au permet iveau élastique, atteit de de trasformer lorsque la capaci (1) les itemet élastique, itermédiaires productio la capacité dispoibles atteit des lorsque productio bies sot les o pleiemet bies du échageables itermédiaires secteur utilisés ; correspod dispoibles ce qui ous sot au permet iveau pleiemet productio utilisés de trasformer de productio (1) au iveau de I ; ce atteit itermédiaires qui ous lorsque permet dispoibles de trasformer bies sot pleiemet (1) e : utilisés ; ce qui ous perm t utilisés ; ce qui ous Y permet. (2) vi de trasformer (1) e : Y. (2) (2) I v Y. Les producteurs du secteur des (2) v bies o échageable détermiet leur pri e appliqu Les tau producteurs de marge bééficiaire du secteur ε des sur leurs bies coûts o uitaires échageable de productio détermiet p leur 1pri e wuappliqu piv tau Les de producteurs marge bééficiaire du Les secteur producteurs ε sur des leurs bies du coûts o secteur échageable des bies uitaires de détermiet o échageable productio leur p pri détermiet 1 wu piv échageable e détermiet appliquat u leur tau pri de marge e appliquat bééficiaire u ε sur leurs coûts uitaires de productio p ts uitaires Le de tau productio de chage p réel z p / p deviet alors : 1 wu piv. Le tau de chage réel z p / p deviet alors : Le tau de chage réel z p / p deviet alors : t alors : z z z avec 0 et 0 z 1 wu v avec wz 0 et z 0 z z 60 1 wu Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011 v z z z w avec 0 et 0 0 et 0 1 wu v w w Où p est le pri du bie o échageable ;

12 I I v Y v Y I.. (2) (2) v v (2) Les 2. producteurs Commerce iteratioal du secteur et emploi iformel des bies zoe o CEMACéchageable détermiet leur pri e appliq Les producteurs du secteur des bies o échageable détermiet leur pri e appliqua tau Les tau de Les producteurs marge de marge bééficiaire du du secteur secteur ε sur ε des sur leurs des bies leurs coûts bies coûts o uitaires o échageable uitaires de productio de détermiet p leur pri e p leur 1 1 pri wu e wu appliqu Les producteurs du secteur des bies o échageable détermiet pri e p I vp I tau tau de de marge marge bééficiaire ε sur ε sur leurs leurs coûts coûts uitaires de de productio p p 1 1 wu p I v tau de marge bééficiaire sur leurs coûts uitaires de productio wu I Le tau Le tau de chage de chage réel réel z zp / p / p deviet alors alors : : Le Le tau Le tau de de chage chage réel réel z zp / pp / pdeviet alors alors : :: Le tau de chage réel deviet alors z z z z z z avec z 0 et z 0 1z 1 wu avec 0 wu v v avec w z et 0 w 0 et z z avec 0 et wu v avec w et v w wu Où Où p est p le est pri le pri du bie du bie o o échageable ; ; Où Où Où p p est p le pri du bie o ; est le pri du bie o ; est le pri du bie o échageable ; Où Ep Ep doe doe le pri le pri du bie du bie eportable (E état (E état le tau le tau de chage de chage omial est le pri du bie o échageable p Ep doe le pri du bie (E état le tau de chage p c est-à-dire = Ep Ep doe doe la devise le la pri le pri devise du étragère bie du bie eportable eportable eprimée (E état (E e moaie e le état moaie tau le de tau atioale, chage de chage omi et petle ppri le p Ep doe le pri du bie eportable (E état le tau de chage omi omial la devise c est-à-dire la devise fie, étragère) c est-à-dire la devise la ; devise ; la étragère devise étragère eprimée eprimée e e moaie e moaie atioale, et pet le p pr le atioale, c est-à-dire p / la devise et p la le / pri devise das étragère ; la devise eprimée étragère) e ; moaie atioale, et le pr la devise p I défiit p étragère) I défiit les termes les ; la devise étragère) termes de l échage de eogèes ; et ; et p / pp p p I/ pdéfiit I défiit les les termes termes de de l échage eogèes ; et ; et I Ep I IEp représete I le pri le pri du bie du bie itermédiaire e moaie e moaie atioale (voir (voir sec I défiit les termes de l échage eogèes ; et et des pi pdes bies Ep I bies I Ep échageables représete I pri ci-dessous). le pri du du bie bie itermédiaire e e moaie atioale (voir (vo I EpI représete pri du bie itermédiaire e moaie atioale (voir p 1 = des Ep des bies 1 représete bies échageables pri du ci-dessous). bie itermédiaire e moaie atioale des bies échageables ci-dessous). La demade La globale globale de (voir bies de secteur bies o o des échageables bies échageables est est composée ci-dessous). la de demade la de cosomma de des La des méages La demade méages c c globale de bies o est de la de La demade et globale globale des et des dépeses de de bies publiques o échageables eogèes est est g : composée g : de la demade de cosom La demade globale de bies o échageables est composée de de la demade la demade de cosom des des méages c et c des et des dépeses publiques eogèes g : g : des méages de cosommatio et des des dépeses méages publiques et des dépeses eogèes publiques eogèes g : Y Y c cg g c Yc Yt mt mg g avec avec 0 0c 1c. 1. (3) (3) Y Y c c g g c Yc Yt tm m g g avec avec 0 0c c1. 1. (3) (3) (3) avec (3) Où Où Y est Y le est reveu le reveu de l activité de l activité ; ; Où Où Y Où est est le Y est le reveu reveu de le reveu de l activité de l activité ; ; ; Où Y est le reveu de l activité t représete représete les les impôts impôts et m et les m ecaisses les ecaisses 8 8 moétaires, moétaires, eprimés eprimés pour pour le bi le bie échageable, o échageable, t et m état t et supposés m état supposés 8 eogèes. 8 eogèes. Notre Notre hypothèse hypothèse état état que que le pays le pays poursuit ue ue stratégie de de promotio des eportatios, l l offre eportatios, de bies itermédiaires lorsque l offre est de isuffisate bies itermédiaires pour satisfaire est isuffisate la demade pour das le pays, le des bies satisfaire o la échageable demade das est le pays, ratioé, le secteur tadis des que bies les o producteurs échageable orietés est vers l epo trouvet ratioé, toujours tadis les que bies les itermédiaires producteurs orietés dot ils vers ot besoi. l eportatio trouvet toujours les bies itermédiaires dot ils ot besoi. 3.2 Le secteur des bies échageables ou eportables 3.2 Le secteur des bies échageables ou eportables La productio Y de bies eportables écessite u travail qualifié L La productio Y de bies eportables écessite u travail qualifié, u capital K et de L, u itermédiaires capital K et I des, das bies ue itermédiaires foctio de I, productio das ue foctio où capital de productio et travail où sot substituable les bies capital itermédiaires et travail sot costituet substituables u et facteur où les bies complémetaire. itermédiaires Soit costituet : u facteur complémetaire. Soit : 1 I Y mi L K ; avec 0 1. (4) (4) v Où v représete la quatité de bies itermédiaires écessaires pour produire ue uité d K et o s eportable. The Africa Le Statistical capital Joural, état Volume eogèe 13, November à court 2011 terme, o pose pour simplifier 61 1 que les producteurs du secteur d eportatio disposet des bies itermédiaires correspo

13 ite u travail itermédiaires qualifié L, I u, capital das itermédiaires ue K foctio et des I de productio où capital et travail sot substituable itermédiaires I les bies itermédiaires, das ue foctio, bies das ue foctio de productio où capital et travai de productio où capital et travail sot substituables ctio où capital et travail sot les bies substituables costituet itermédiaires u et où facteur costituet complémetaire. u facteur Soit complémetaire. : Soit : les bies itermédiaires costituet u facteur complémetaire. Soit : complémetaire. Soit : Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea 1 I Y mi L K ; avec 0 1. (4) 1 I Y v mi L K 1 I Y ; mi avec L K 0 ; avec (4) 1. v(4) v Où v Où v la pour produire représete la Où quatité v de bies itermédiaires écessaires pour produire ue uité Où v eportable. ue représete uité Le du la capital bie quatité représete la quatité de bies itermédiaires écessaires pour p eportable. de bies état eogèe Le itermédiaires capital à court état terme, eogèe écessaires o pose à court pour pour terme, produire simplifier o ue uité du diaires écessaires pour produire K 1 et o s pose pour simplifier eportable. ue uité K = 1 Le et capital du bie o suppose état que eogèe les producteurs à court terme, du secteur o pose pour simpl eportable. Le capital état eogèe à court terme, o pose pour simplifier K que d eportatio les producteurs disposet du secteur des bies d eportatio itermédiaires disposet correspodat des bies à leur itermédiaires 1 et o su erme, o pose pour simplifier que Kles 1producteurs et o suppose du secteur d eportatio disposet besoi. des bies correspo iterm que leur les besoi. producteurs du secteur d eportatio disposet des bies itermédiaires correspod disposet des bies itermédiaires leur besoi. correspodat à leur besoi. E absece de cotraites sur les marchés, l offre de bies et la demade E absece de travail de qualifié cotraites E du absece secteur sur de les d eportatio cotraites marchés, l offre sur résultet les de marchés, bies d u programme et l offre la demade bies de travail et la dema qua E secteur absece maimisatio d eportatio de cotraites du profit résultet sur à court les d u marchés, terme programme : l offre de de maimisatio bies et la demade du profit de à court travail terme quali offre de bies et la demade secteur de travail d eportatio qualifié du résultet d u programme de maimisatio du pro : secteur d eportatio résultet d u programme de maimisatio du profit à court terme : e de maimisatio du profit à court terme : py wl p I p iph (5) p (5) Y wl pi I ipy h wl pi I iph (5) Y L (5) sc Y Y L L I sc sc h L I I h L h L Où w est le Où salaire omial w est et le salaire omial et Où Où w w i est est le le salaire tau d itérêt omial omial et i est le tau domestique. d itérêt omial domestique. i est i est le le tau tau d itérêt omial domestique. estique. Si le pri relatif des Si le facteurs pri relatif est défii des facteurs par west / pdéfii I, le salaire par réel w / ppour le bie ep Si le Si pri le pri relatif relatif des des facteurs est défii par w / pi, le le salaire réel réel pour pour le I, le salaire rée le bie epo w / pi s écrit, le salaire bie alors réel eportable pour /. le bie Le salaire eportable s écrit alors réel est positif lorsque v 1 i, c est-à-dire lor s écrit alors /. Le salaire /.. Le salaire réel réel est est positif lorsque v réel est positif lorsque v 1 i, c est-à-dire lorsq 1 ositif lorsque recette géérée v 1 ipar, c est-à-dire recette ue uité géérée lorsque d eportatio par la ue recette la uité supplémetaire géérée d eportatio par ue est uité supplémetaire suffisate d epor-poutatio est suffisate supplémetaire pour le paiemet couvrir est suffisate est couvrir suffisa le recette le paiemet géérée de par l itérêt ue uité sur les d eportatio bies itermédiaires. supplémetaire est suffisate pour couvrir le c pplémetaire de le l itérêt coût pour et sur couvrir les bies le coût itermédiaires. et le paiemet de le paiemet de l itérêt sur les bies itermédiaires. iaires. l itérêt sur les bies itermédiaires. O suppose e effet O suppose que les producteurs e effet que recouret les producteurs au crédit recouret pour payer au crédit les salaires pour O importatios suppose O suppose e de effet e bies effet que itermédiaires. que les les producteurs L emprut recouret h est au au crédit égal au pour capital pour payer payer circulat les les eprimé salaires ecouret au crédit pour payer importatios les salaires de bies et les itermédiaires. L emprut h importatios salaires et de les bies importatios itermédiaires. de bies L emprut itermédiaires. h bie eportable. O cosidère efi que la cotraite est L emprut égal au capital h est égal au capital circulat eprimé p ut h est égal au capital circulat bie eportable. eprimé pour O cosidère le efi fiacière que la cotraite est est égal au capital circulat eprimé pour le bie eportable. O cosidère efi toujours que fiacière respectée. est touj bie eportable. O cosidère efi que la cotraite fiacière est toujours respectée. traite fiacière la cotraite est toujours fiacière respectée. est toujours respectée. E résolvat le programme E résolvat de le maimisatio programme de du maimisatio profit e teat du compte profit e des teat co E techologique résolvat le et programme fiacière, o de obtiet maimisatio des foctios du profit de demade e teat de travail compte et d offre des cotr io du profit E e résolvat teat compte le techologique programme des cotraites de et maimisatio fiacière, du obtiet profit e des teat foctios compte de demade de de tra b techologique secteur d eportatio et fiacière, décroissates o obtiet des termes foctios de salaire de demade réel : de travail et d offre de bie ctios de demade des cotraites de travail secteur techologique et d offre d eportatio de bies et fiacière, du décroissates obtiet termes des foctios de salaire de réel : secteur d eportatio décroissates termes de salaire réel : de salaire réel demade : de travail et d offre de bies du secteur d eportatio décroissates e termes de salaire réel : v L Y 1 1 v 1 i 1 i i 1 i L 9 avec 9 0 et L 9 0. (6) (6) Y Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011 avec 0 et Y 0. (7)

14 1 1 1 i L L 2. Commerce iteratioal et emploi iformel avec 1 i 1 L L e zoe CEMAC 0 v avec 1 i 1 avec v 1 i i L L avec v 1 i i Y Y avec 1 i Y Y v 1 avec i 1 avec v 1 i i Y Y v 1 avec i L et L L 0. (6) 0 et et 0. (6) (6) L 0 et 0. (6) Y 0 et Y Y 0. (7) 0 et et 0. (7) (7) (7) Y 0 et 0. (7) Au total, Au le total, reveu le reveu et 1 Au total, le reveu et des et des facteurs des facteurs déteus déteus par les par méages les est la est somme la des reveus salar et des Au profits total, des reveus le redistribués reveu et des salariau par et les facteurs des producteurs déteus par les méages est la somme des reveus sa déteus par les méages est la somme des reveus sa et des profits redistribués par les profits producteurs redistribués : : par les producteurs : et des profits redistribués par les producteurs Au total, Y wle Lreveu L et pdes Y facteurs wl pdéteus I I ippar h les pméages Y wlest pla II somme. (8) des (8) reveus sa et des profits Y w redistribués L L par py les wl wl producteurs pi I ip I ip : h py wl pii wl I. (8) (8) Eprimé pour le bie o échageable, so epressio deviet alors : Eprimé Eprimé pour le bie o échageable, so epressio deviet alors : Eprimé Ypour wle le L bie o epressio alors : bie Lo échageable, py wl pso I I epressio iph pdeviet Y wl alors p II. (8) 1 1 v i 1 zv zv Eprimé Y z 1 Y i L Y. (9) Y pour 1 v i 1 zv z le bie o échageable, Y i L so epressio Y. deviet alors : (9) (9) (9) 1 Tat que le secteur 1 v e subit i aucue cotraite 1 zv Y z Tat que le secteur e subit Y i L aucue cotraite au Y iveau. des devises, sa productio (9) au iveau des devises, sa producti détermiée Tat que par le secteur la demade e subit globale. Le reveu d équilibre au iveau sur des le devises, marché sa des producti détermiée Tat que par le secteur la demade e subit globale. aucue Le cotraite reveu au d équilibre iveau des sur devises, le marché sa des bies bie échageables détermiée s obtiet par la e demade substituat globale. le reveu Le reveu Y par l epressio d équilibre (6) sur das le l équatio marché des (3) : bie échageables productio s obtiet est détermiée e substituat par la demade le reveu globale. Y par l epressio Le reveu d équilibre (6) das l équatio (3) : échageables Tat sur que marché s obtiet secteur des bies e substituat subit o échageables aucue reveu cotraite s obtiet par e au l epressio substituat iveau des (6) le reveu devises, das l équatio sa product (3) détermiée Y par l epressio par la demade (6) das k l équatio globale. v 1 Le (3) i: reveu d équilibre sur le marché des bie échageables Y Y cy d Y k cz k 1 Y i L d (10) cy s obtiet k v 1 i d Y e substituat k cz 1 le reveu cy cz Y par i l epressio L Y d (6) das l équatio (10) (3) : (10) 1 czv avec d ct cm g 0 et k 1 1 k v 1 i c czv avec d ct cm g czv avec ct cm et 0 et 1 Y cy d Y k cz 1 k c Y i L 1 d (10) (10) 1 Le Le reveu reveu d équilibre d équilibre peut peut être être augmeté augmeté par par ue ue politique czv avec d ct cm g 0 et 1 k c politique de 1 de relace relace de de la demade la demade auto aut d. Le multiplicateur reveu d équilibre k est peut dimiué être par augmeté ue fuite par des ue bies politique itermédiaires de relace vers de le la secteur demade des aut d. Le multiplicateur k est dimiué par ue fuite des bies itermédiaires vers le secteur de b o d. échageables, Le multiplicateur due au est importatios. dimiué par ue La propesio fuite des bies margiale itermédiaires à importer vers est le doée secteur ici de o échageables, due au importatios. La propesio margiale à importer est doée le coefficiet o Le reveu Le échageables, reveu techique d équilibre due v peut. au peut être importatios. être augmeté La par par propesio ue ue politique margiale de de relace importer de la demade est doée aut le coefficiet techique v le d. coefficiet Le la multiplicateur demade techique autoome k est. dimiué d. Le multiplicateur par ue fuite k est des dimiué bies itermédiaires par ue fuite des vers le secteur de Nous o bies Nous supposos échageables, itermédiaires supposos que le due salaire au vers importatios. le secteur des le salaire réel réel est est fleible La bies propesio o échageables, fleible et qu il et qu il eiste margiale due eiste ue ue mobilité à importer au mobilité itersectorielle. est doée itersectoriel deu Nous le coefficiet importatios. hypothèses supposos techique La propesio costituet le v salaire. margiale à importer est doée ici par le le mode réel d ajustemet est fleible et au qu il iveau eiste du ue marché mobilité du travail itersectoriel deu coefficiet hypothèses techique costituet v le mode d ajustemet au iveau du marché du travail du du abrité. deu O hypothèses peut alors costituet aalyser. les le coséqueces mode d ajustemet des chocs au etérieurs iveau du sur marché l emploi, du travail e particu du abrité. O peut alors aalyser les coséqueces des chocs etérieurs sur l emploi, e part la baisse abrité. Nous O de l emploi peut alors das aalyser secteur les coséqueces abrité puisque des L chocs etérieurs sur l emploi, e part la baisse Nous supposos de supposos que l emploi que le salaire das le salaire réel le secteur réel est est fleible abrité fleible et puisque et qu il L déped eiste eiste de à travers Y. Si L déped ue ue de mobilité mobilité itersectoriel à travers Y l offre la deu baisse de travail de l emploi eogèe, das le iveau le secteur d emploi abrité das puisque l écoomie déped est défii de par : travers. Si itersectorielle. hypothèses costituet Ces deu hypothèses le mode d ajustemet costituet le au mode iveau d ajustemet du marché au du travail du Si l offre de travail eogèe, le iveau d emploi das l écoomie est défii par : l offre abrité. iveau de O travail peut du marché alors eogèe, aalyser du travail le iveau les du coséqueces secteur d emploi abrité. das des O l écoomie chocs peut etérieurs alors est aalyser défii sur par les l emploi, e part la baisse coséqueces de l emploi des chocs das etérieurs le secteur sur abrité l emploi, puisque e particulier, L déped la baisse de de à travers Y L mi L, L. Si avec L uy. (11) l offre de L mi travail mi L, L L eogèe, le iveau d emploi avec L uy. (11) avec das l écoomie est défii par : (11) E E coséquece, coséquece, le secteur des bies o échageables est cotrait The Africa Statistical Joural, Volume 13, November par la dema E coséquece, L mi l emploi das l écoomie Llorsque, L le secteur des bies o échageables est cotrait par la de L est le égal secteur avec à : des bies L u o Y. échageables est cotrait par (11) la de l emploi das l écoomie est égal à : l emploi das l écoomie est égal

15 o échageables, due au importatios. La propesio margiale à importer est doée ageables, due due au au importatios. La propesio La margiale à importer à importer est est doée doée ici par ici par le coefficiet techique v iciet techique v. v.. Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea Nous supposos que le salaire réel est fleible et qu il eiste ue mobilité itersectoriel upposos que deu que le salaire le hypothèses salaire réel réel est costituet est fleible fleible et le qu il et mode qu il eiste d ajustemet eiste ue ue mobilité mobilité au iveau itersectorielle. du marché Ces du Ces travail du ypothèses costituet abrité. O le peut mode le mode alors d ajustemet aalyser les au coséqueces iveau iveau du du marché des marché chocs du du travail etérieurs travail du du secteur sur secteur l emploi, e part O peut peut alors alors aalyser aalyser les les coséqueces des des chocs chocs etérieurs sur sur l emploi, e particulier, e la baisse de l emploi das le secteur abrité puisque L déped de e l emploi de l emploi das l emploi das le secteur le das secteur le abrité secteur abrité puisque abrité puisque puisque L L Ldéped de à YY de à travers Y à travers Y. Si.. Si. Si L est est L est l offre de ravail travail eogèe, l offre de travail le iveau le de iveau travail eogèe, d emploi eogèe, le das le iveau das l écoomie iveau d emploi d emploi das est défii est das défii l écoomie par par : : est est défii défii par par : : L mi L, L L avec L uy. (11) (11) Lmi mi L, L, L L avec avec L Lu Yu. Y. (11) (11) E coséquece, lorsque le secteur des bies o échageables est cotrait E coséquece, lorsque le secteur des bies o échageables est cotrait par la de séquece, lorsque lorsque par le la secteur le demade, secteur des des l emploi bies bies o das o échageables l écoomie est est égal l emploi das l écoomie est égal à : est cotrait à : par par la demade, la i s das l écoomie est égal est égal à : à : v 1 i i L L ukczy ukcd (12) 1 i v 1 i i L (12) ukczy 1 v 11i i u L L kcd ukczy 1 1 i ukcd v 1 i i 1 L L i (12) ukczy Iversemet, lorsque la cotraite 1 liée 1 au devises u kcd l emporte, il est doé par : (12) 1 i Iversemet, lorsque la cotraite liée au devises l emporte, il est doé par L : L (12) ukczy 1 Iversemet, Iversemet, lorsque lorsque la cotraite la cotraite liée au liée devises au devises l emporte, l emporte, il est il doé est doé par : par : u v Y Iversemet, L Llorsque la cotraite liée. au devises l emporte, il est doé par : (13) u v v Y L u v Y Iversemet, lorsque la co. L L (13) (13) u v. (13) v Y LF L J. u(13) Où vy vv Y correspod à l idetité de la balace des L Lpaiemets e F p I J Où F vj v pour Où le bie itermédiaire. Y v F Y p v correspod à l idetité la balace des paiemets ep Y v représete Y les etrées ettes de capitau des et J paiemet F est u I J correspod à l idetité de balace Où pour regroupat p le bie le service IvY itermédiaire. de vla dette Y F et correspod représete les trasferts à les versés l idetité etrées au ettes reste de la du balace de mode. des paiemets ep pour des paiemets le p capitau F Jet J est u I bie eprimée itermédiaire. pour le F bie représete itermédiaire. les etrées F représete ettes Où les de etrées capitau vet J est Y v pour regroupat le service de la dette les trasferts versés au reste du mode. Quelle regroupat ettes le que bie de soit capitau itermédiaire. la le cotraite, service et J de est la ue F dette représete terme détérioratio et regroupat les trasferts les des etrées le termes versés service ettes de au de l échage reste la dette du capitau et mode. affecte les pi et l emploi J est u : regroupat trasferts le service versés au de reste la dette du mode. et les trasferts versés au reste du pour mode. le bie itermédiair Quelle Quelle que soit que la soit cotraite, ue détérioratio des termes de l échage affecte l emploi : la cotraite, k ue détérioratio des de regroupat l échage le affecte service l emplo de la L L Y L L u Y Quelle Quelle que soit que la soit cotraite, la cotraite, ue 0 et détérioratio ue détérioratio udes termes des 0termes. de l échage de l échage affecte l emploi : k L L affecte l emploi Y k L L : L L u Y Y0 et L Lu 0. u Y Quelle que soit la cotrait k 0 et u 0. L Supposos que Lle Y pays soit L iitialemet L u à l équilibre Y 0 et u 0walrasie,. c est-à-dire que la prod k Supposos potetielle du que secteur le pays d eportatio soit iitialemet soit telle à l équilibre que L L Y les capacités walrasie, de c est-à-dire l écoomie que soiet la u plei prod potetielle utilisées. Supposos Das du secteur ce que cas, le pays d eportatio les effets soit iitialemet d ue soit détérioratio à l équilibre telle que les capacités des termes walrasie, de de l écoomie l échage c est-à-dire soiet sot que clair Supposos plei utilisées. chute potetielle de que Das cotracte du le secteur pays ce cas, l emploi soit d eportatio iitialemet les effets das d ue le secteur soit à l équilibre telle détérioratio eposé que e les walrasie, des etraîat capacités c est-à-dire termes de ue de l échage hausse l écoomie du que sot salaire la soiet prod clair ré potetielle utilisées. Das ce cas, les effets d ue détérioratio des termes de l échage sot chute dimiuat Supposos du secteur de Y cotracte, celle-ci que le pays d eportatio l emploi provoque soit iitialemet soit telle das à so le tour secteur ue à l équilibre que les capacités eposé cotractio walrasie, Supposos de e etraîat de la productio c est-à-dire l écoomie que soiet le pays plei so ue hausse et de du l emploi utilisées. chute que la Das de productio ce cotracte cas, potetielle les l emploi effets d ue du das secteur le détérioratio secteur d eportatio eposé des termes soit etraîat telle potetielle de que l échage ue les du hausse secteur sot salaire du clair d e sala ré dimiuat secteur abrité, chute Y c est-à-dire l emploi iformel. Néamois, globalemet, la stimulatio dimiuat capacités de cotracte, celle-ci provoque à so tour ue cotractio de la productio et de l emploi d secteur eportatios abrité, 13 de Y l écoomie, celle-ci l emploi provoque soiet das pleiemet à secteur so tour utilisées. eposé ue cotractio e Das etraîat ce cas, de utilisées. la ue les productio effets hausse Das du ce et salaire de cas, l emp les ré par c est-à-dire des politiques l emploi de chage iformel. et de Néamois, tau d itérêt globalemet, cotribue à augmeter la stimulatio dimiuat eportatios quel secteur d ue Y détérioratio, que soit abrité, celle-ci 13 le par choc c est-à-dire provoque des termes à des etérieur, politiques puisque l emploi so de l échage tour ue de chage l emploi iformel. cotractio sot clairs et de das tau les Néamois, : de ue la chute productio d itérêt deu secteurs globalemet, de et cotracte de l emploi cotribue de à l écoomie l emp d cotracte l emploi augmeter dép l e quel tau eportatios de chage soit le E 13 das le secteur eposé e etraîat ue hausse secteur abrité, c est-à-dire choc et par du des etérieur, tau politiques d itérêt l emploi puisque i de (voir iformel. chage l emploi Équatio et Néamois, de das 12). tau d itérêt globalemet, dimiuat du salaire cotribue Y, la celle-ci à stimulatio augmete prov réel ; e eportatios quel que 13 dimiuat Y soit par le des choc politiques, celle-ci provoque à so tour etérieur, de puisque chage l emploi et de tau das les ue d itérêt deu cotractio les deu secteurs de cotribue secteurs de la abrité, à l écoomie de augmeter l écoomie c est-à-dir dép l e quel tau productio de chage et E de et du l emploi tau d itérêt das le secteur i (voir abrité, Équatio c est-à-dire 12). l emploi iformel. Tout tau que ceci soit de coforte chage le choc E etérieur, l argumet et du tau puisque d itérêt fréquemmet l emploi i (voir Équatio avacé das les qu il deu 12). est secteurs eportatios écessaire de l écoomie 13 par de des combi dép poli tau Tout fleibilité de chage ceci du coforte marché E et du l argumet du tau travail d itérêt avec i fréquemmet ue (voir stratégie Équatio avacé de 12). promotio quel qu il est des que écessaire eportatios soit le choc de combie pour etéri f fleibilité l ajustemet Tout ceci 64 du macroécoomique, coforte l argumet marché du travail avec le secteur fréquemmet ue Joural stratégie statistique eposé avacé africai, de (qui promotio uméro produit qu il tau 13, ovembre des pour est de écessaire chage eportatios 2011 l eportatio) E et de du tau pour abs Tout fa l ajustemet l ecès fleibilité ceci de mai-d œuvre coforte du marché l argumet macroécoomique, du du secteur travail fréquemmet le abrité avec secteur (qui ue stratégie eposé produit avacé (qui pour de qu il promotio produit le marché est écessaire pour domestique). des eportatios de combie po fleibilité l ajustemet du marché macroécoomique, du travail avec ue le secteur stratégie eposé de promotio (qui produit Tout des ceci eportatios pour l eportatio) coforte l eportatio) pour l argu abs fa

16 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC Néamois, globalemet, la stimulatio des eportatios 13 par des politiques de chage et de tau d itérêt cotribue à augmeter l emploi, quel que soit le choc etérieur, puisque l emploi das les deu secteurs de l écoomie déped du tau de chage E et du tau d itérêt i (voir Équatio 12). Tout ceci coforte l argumet fréquemmet avacé qu il est écessaire de combier ue fleibilité du marché du travail avec ue stratégie de promotio des eportatios pour faciliter l ajustemet macroécoomique, le secteur eposé (qui produit pour l eportatio) absorbat l ecès de mai-d œuvre du secteur abrité (qui produit pour le marché domestique). 4. VÉRIFICATIONS EMPIRIQUES ET DISCUSSION Das cette sectio, ous allos vérifier les simulatios théoriques précédetes à l aide de doées macroécoomiques et sectorielles. L hypothèse de base est que le marché du travail subit l ifluece du commerce iteratioal. Les doées sot «désagrégées» au iveau des deu pricipau secteurs (secteur primaire, icluat le secteur agricole, et secteur secodaire). Elles couvret la période au cours de laquelle les pays de la zoe CEMAC ot cou ue modificatio structurelle de leurs écoomies, et pour laquelle les iformatios statistiques sot dispoibles. Ces iformatios ot été tirées des bases de doées de la Baque modiale, et ot été complétées par des doées du Fods moétaire iteratioal (Directio du commerce) et par les statistiques atioales 14 pour l emploi iformel. Les variables edogèes (mesurées e variatio et o e valeur absolue) utilisées pour l estimatio coceret l emploi formel (I) et l emploi iformel (II), qui costituet les deu variables à epliquer de la modélisatio. Das les écoomies e développemet, il est de coutume de distiguer les emplois formels des emplois iformels, les secods état habituellemet plus ombreu que les premiers. O cosidère gééralemet que les travailleurs du secteur formel sot plus qualifiés que ceu du secteur iformel. L emploi formel est facile à appréheder : il correspod à la populatio active occupée eprimée e ombre d emplois eistats das les etreprises parapubliques et privées aisi que les admiistratios. Par cotre, les choses sot plus com- 13 Le iveau d eportatio, fié par les facteurs d offre du secteur eposé, affecte simultaémet le iveau de demade globale (e détermiat le reveu de l activité) et la capacité de productio du secteur o échageable. 14 Il s agit otammet de l INS pour le Camerou, de la DSEES pour la République cetrafricaie, de la DGE/MEFB pour le Cogo, de la DGSEE/DCN pour le Gabo. The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

17 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea plees lorsqu o s itéresse à l iformalité. Celle-ci eiste aussi bie das le secteur formel qu iformel, ce qui ous amèe à faire ue distictio etre l emploi iformel et l emploi das le secteur iformel. L emploi iformel désige les emplois irréguliers 15 occupés das les etreprises des secteurs tat formel qu iformel, aisi que das les méages. Selo les eperts du BIT, la relatio d emploi iformelle est pas soumise «à la législatio atioale du travail, à l impôt sur le reveu, à la protectio sociale i au droit à certais avatages liés à l emploi», tels que par eemple, le préavis e cas de liceciemet, l idemité de départ, les cogés auels ou de maladie rémuérés, etc. Das la pratique, les emplois iformels coceret les travailleurs e participat pas au système de protectio sociale 16. Das le secteur iformel, le statut juridique/l eregistremet des etreprises détermie l iformalité de l emploi. Il s agit le plus souvet d etreprises privées o eregistrées (à l eceptio des quasi-sociétés), qui produiset des bies et services légau destiés à la vete et qui emploiet habituellemet mois de ciq salariés 17. L emploi iformel eglobe doc u vaste esemble composé de travailleurs idépedats o eregistrés, de travailleurs familiau o rémuérés, de travailleurs domestiques o déclarés, de salariés o assujettis à la protectio sociale employés par des etreprises eregistrées ou o. Les petites eploitatios agricoles comptat mois de ciq à di salariés selo les pays sot de grads pourvoyeurs d emploi iformel. Cette diversité red toujours difficile l établissemet d estimatios complètes de l emploi iformel à partir de registres et d istrumets d equête 18. Les variables eplicatives sot : la productio mesurée par le PIB (e dollars PPA) ; les eportatios (EXPOR) et importatios (IMPOR) etre les pays de la CEMAC et avec le reste du mode, par secteur (e millios de dollars EU) ; le tau de chage réel (TCR) ; le tau d itérêt et réel (TINR) ; le salaire réel (SAL) ; la productivité moyee du travail (PROD) ; les termes de l échage (TERMES) ; le tau d iflatio (INFL) ; les ecaisses moétaires (ENCAIS) ; les dépeses publiques (DPUB) ; les pri (PRIX) ; 15 C est-à-dire o recous par la loi ou la réglemetatio e vigueur. 16 Das certais pays comme le Brésil, ils icluet les travailleurs qui e cotiset pas au système de protectio sociale ou ot pas de carte de travail (carteira de trabalho) car ils bééficiet de toute faço des services de saté fiacés par l État dot l accès est uiversel. 17 OCDE (2004), Perspectives de l emploi de l OCDE, Paris. 18 L emploi das le secteur iformel peut predre beaucoup d autres formes, comme le travail dissimulé (sous-déclaratio du ombre de salariés par les etreprises), le travail o déclaré (e termes de ombre d heures ouvrées, d eercice d u deuième emploi), le travail illicite (des immigrés cladestis, des foctioaires eerçat u secod emploi, etc.). Voir OCDE (2004), Op cit. 66 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

18 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC les fertilisats pour les produits agricoles (FERTIL) ; et efi ue variable auiliaire (dummy) représetat la dévaluatio du frac CFA e Les équatios ot été différeciées pour faire disparaître les évetuelles situatios de o-statioarité. Das la plupart des cas, après passage au logarithmes des estimatios obteues par la méthode des moidres carrés, les coefficiets obteus doet directemet les élasticités. Les résultats des pricipales estimatios figuret das les Tableau A1, A2, et A3 doés e aee. Afi de mieu appréheder la situatio idividuelle des pays, ces résultats sot présetés séparémet pour chacu. Les estimatios sot toutes sigificatives à mois de 5 % de seuil et les R 2 se situet pour la plupart à plus de 90 %. Nos résultats mettet e évidece ue faible ifluece des variatios du commerce etérieur (importatios et eportatios itra et etra) et de la productio sur l emploi (formel ou iformel) des pays de la CEMAC, quel que soit le secteur reteu. D après Hasa (2001), l effet à court terme de la libéralisatio du commerce est presque toujours ocif pour l emploi agrégé, car il faut du temps pour que les ressources soiet réallouées au ouvelles firmes après la libéralisatio. Das ue étude sur le commerce Nord-Sud, Schumacher (1984) avait déjà remarqué ce phéomèe, tout e observat éamois ue modificatio sesible de l emploi idustriel das certaies braches à haute itesité de travail, comme le tetile. E dehors de la faible productivité du travail et de la rigidité des salaires, les causes peuvet être la faiblesse de la demade domestique, la structuratio du système productif aisi que l évolutio techologique (côté productio), auquelles il faut ajouter la forte dépedace etérieure vis-à-vis des bies échageables (côté commerce). Certaies idustries des pays de la CEMAC souffret de la cocurrece iteratioale et l emploi et les salaires qui e dépedet e sot forcémet affectés. Cepedat il est mois évidet d admettre qu au iveau de l écoomie toute etière, l emploi et les salaires puisset être touchés par l ouverture au échages. E particulier, das u cotete de cocurrece pure et parfaite, il est impossible que l échage ait u effet autre que de réallocatio sur l emploi, bie qu il puisse avoir u effet sur les salaires. E revache, e cas de cocurrece imparfaite, l échage iteratioal agit simultaémet sur l emploi, le chômage et les salaires. C est das ce cotete que l o peut mettre e évidece les effets de l ouverture au échages sur les structures du marché du travail. Les écoomies de la sous-régio peuvet être cosidérées comme de petites écoomies ouvertes avec u tau de chage fie et des salaires tedat à être The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

19 Mathuri Tchakoute Njoda et Alai Remy Zolo Eyea rigides à court terme à cause de l eistece de cotrats de travail à durée idétermiée ou de cotrats fiat les salaires. O peut peser qu u afflu de bies étragers pourrait se solder par u déficit courat provoquat ue réductio des salaires et des emplois idustriels. À mois que les autorités moétaires 19 e réagisset pour éviter la dimiutio de l offre de moaie qui e résulte, le tau d itérêt va s accroître, avec pour corollaire ue baisse des ivestissemets, qui à so tour, réduira les salaires et les emplois. Cepedat, l argumet que les importatios peuvet détruire les emplois formels, otammet das le secteur idustriel, à cause de la substitutio des bies domestiques par les bies importés est vérifié qu e République cetrafricaie. Ce cas est cohéret avec la théorie : das otre modèle, pour u pays à faible capacité de fiacemet etérieur avec cotraite de devises, le resserremet de la cotraite de fiacemet etérieur déprime l emploi. L effet iverse se vérifie das trois pays à capacité de fiacemet relativemet forte : la République du Cogo, le Gabo et le Tchad. O peut oter que cet effet est supérieur à celui de la productivité, dot le rôle est particulièremet cotrasté d u pays à l autre. Lorsque les importatios sot itroduites das le modèle avec u décalage d ue période, l effet ocif des importatios sur l emploi formel s observe aussi das le secteur primaire du Cogo et du Gabo, et das ue moidre mesure, das le secteur agricole tchadie. L ampleur de la destructio potetielle de l emploi résultat de la péétratio étragère déped de l élasticité de la substitutio de la productio domestique par les importatios (Mizra 2003). E effet, le vecteur des importatios et celui des eportatios sot l u et l autre porteurs de deu effets cosécutifs sur l emploi sectoriel : u effet de substitutio et u effet de demade. Le raisoemet théorique est alors le suivat : les importatios s accroisset au départ, etraîat ue substitutio du travail domestique par la maid œuvre étragère. Simultaémet, l augmetatio des importatios force les etreprises à ajuster leurs marges pour pouvoir vedre au ouveau pri du marché résultat de l accroissemet de la cocurrece. Cette baisse des pri stimule la demade totale du marché, qui bééficie à so tour aussi au vedeurs aussi bie domestiques qu étragers. L effet égatif de substitutio peut doc être cotrebalacé par u effet de demade positif sur l emploi domestique, à coditio que l appareil de productio soit suffisammet développé, ce qui est loi d être le cas das la zoe CEMAC. E ce qui cocere les pays et secteurs cocerés, les estimatios parallèles motret 19 D après otre modèle, quel que soit le choc subi, u pays doté d u faible fiacemet etérieur peut appliquer des politiques de chage et de tau d itérêt pour stimuler ses eportatios et retrouver la pleie utilisatio de ses capacités domestiques. 68 Joural statistique africai, uméro 13, ovembre 2011

20 2. Commerce iteratioal et emploi iformel e zoe CEMAC que les élasticités de la substitutio sot divergetes : 0,139 pour la République cetrafricaie, -0,025 pour la République du Cogo et -0,017 pour le Gabo. Les importatios peuvet avoir u effet sur l emploi, à travers tat la demade que les eportatios. S appuyat sur ue idée avacée par Kaldor, Keedy et Thirlwall (1979) motret que les importatios peuvet agir sur l emploi e augmetat les eportatios (plus précisémet le tau d eportatio) par le jeu du multiplicateur de Harrod. Le mécaisme théorique est simple : u accroissemet de la part des importatios das la dépese domestique réduit celle-ci, ce qui etraîe e retour ue réductio de la cosommatio et de l ivestissemet, jusqu à ce que le PIB domestique ait suffisammet descedu pour qu apparaisse ue augmetatio du tau d eportatio, c est-à-dire du rapport des eportatios au PIB. Parallèlemet, les eportatios peuvet créer des emplois formels e se substituat au bies produits sur le marché étrager. Mais cet effet bééfique e se vérifie das aucu pays de la zoe CEMAC. À cet égard, comme ous l avos idiqué das l eame de la littérature, la relatio de Heckscher Ohli est révélatrice. E effet, si le secteur qui importe dispose d ue proportio de mai-d œuvre o qualifiée importate par rapport au secteur qui eporte, la hausse des importatios cosécutive à ue dimiutio des pri étragers provoquera à la fois ue baisse des salaires réels des travailleurs o qualifiés et ue hausse des salaires réels des travailleurs qualifiés, et doc respectivemet ue augmetatio ou dimiutio des emplois correspodats. D après Wood (1997), certais épisodes observés à la suite de libéralisatios du commerce ot doé lieu à ue augmetatio de la demade de travailleurs, dot seule ue miorité était qualifiée. La CEMAC a ue structure eportatrice essetiellemet cetrée sur les matières premières (voir Tableau 1 et Figure 2). Ses recettes d eportatio lui vieet du pétrole, du bois, du café et du cacao. Elle est si faiblemet représetée das le commerce iteratioal qu elle a que très peu de possibilités d ifluecer les termes de l échage pour agir sur le pri de ses eportatios. Das les aées 1960 et 1970, la sous-régio partageait cette dépedace vis-à-vis des matières premières avec la plupart des pays e développemet. Néamois, au cours des deu derières déceies, plusieurs de ceu-ci 20 ot trasformé avec succès leur structure d eportatio et e 20 Par eemple, la part de la maufacture das les eportatios totales était que de 33 % e Afrique subsahariee au cours de la période , ce qui est faible comparé au chiffre de 57 % de la régio Amérique latie et Caraïbes, de 78 % de l Asie du Sud, et de 80 % de l Asie de l Est et Pacifique (Base de doées modiale de l ONUDI). The Africa Statistical Joural, Volume 13, November

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Gestion du Risque de Change

Gestion du Risque de Change A / Pratiques de cotatio Gestio du Risque de Chage - Moaies «i» : FRF, DEM «pré i» : GBP «out» : USD EONIA : Europea over ight idex average TEC : taux à échage costat Toute cotatio compred deux prix :

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans L Oréal e chiffres Résultats du groupe sur u, ciq et dix as chiffre d affaires cosolidé (e millios d euros) RÉPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ 2008 PAR DEVISE (1) (e %) 17 542 17 063 15790 14533

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible.

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible. L UN DES MEILLEURS CONTRATS D ASSURANCE-VIE DU MARCHÉ ACTÉPARGNE Actéparge : l u des meilleurs cot Actéparge, la solutio persoalisée LES FRANÇAIS ET L ASSURANCE-VIE Optimisatio fiacière Gestio souple Régime

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE "C.N.O." Association régie par la loi du 1er juillet 1901

COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE C.N.O. Association régie par la loi du 1er juillet 1901 COMITE DE NORMALISATION OBLIGATAIRE "C.N.O." Associatio régie par la loi du 1er juillet 1901 Le 17 Mars 2005 Règles de calcul des coupos des empruts d Etat sur le marché de gros Après décisio de so A.G.

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x /RJLTXHERROpHQQH I. Défiitios I.. Variable biaire O appelle variable biaire (ou logique), ue variable preat ses valeurs das l esemble {0, }. Eemple : état d u iterrupteur, d u bouto poussoir, la présece

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE?

CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE? CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE? Itroductio : La comptabilité atioale: ue représetatio de l'écoomie atioale 1. Si le iveau microécoomique s'itéresse aux comportemets des idividus et des

Plus en détail

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière

Correction des exercices sur la nature ondulatoire de la lumière CORRECTION EXERCICES TS /5 CHAPITRE 3 Correctio des exercices sur la ature odulatoire de la lumière Correctio exercice : idice d u verre et réfractio. La radiatio = 530 m est verte et la radiatio = 680

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

TP R : méthodes statistiques élémentaires

TP R : méthodes statistiques élémentaires M2 IFMA et MPE TP R : méthodes statistiques élémetaires À la fi de la séace vous déposerez vos scripts R das la boîte de dépôt de votre espace Sakai : http://australe.upmc.fr/portal. 1 Importatio des doées

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2. Afrique subsaharienne : Enseignements tirés de quatre secteurs

Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2. Afrique subsaharienne : Enseignements tirés de quatre secteurs Précis DÉPARTEMENT DE L ÉVALUATION DES OPÉRATIONS PRINTEMPS 1999 N U M É R O 1 8 2 Afrique subsahariee : Eseigemets tirés de quatre secteurs NTRE 1992 ET 1997, LA BANQUE A MENÉ À BIEN EN Afrique subsahariee

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011

DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 MÉTHODES NUMÉRIQUES POUR LE PRICING D OPTIONS DIDIER AUROUX POLYTECH NICE-SOPHIA MAM5 - OPTION IMAFA 2010-2011 Table des matières 1 Notatios et équatio de Black-Scholes 2 11 Notatios 2 12 Équatio de Black-Scholes

Plus en détail

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX, soutie idividualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX est ue aide spécifiquemet destiée aux PME et TPE fraçaises. Souple et très simple d accès, elle leur permet de fialiser u projet

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Juin 1997

COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Juin 1997 COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Jui 1997 RÉFORME MAJEURE DANS LE DOMAINE DE LA FIXATION ET DU TRAITEMENT FISCAL DES PENSIONS ALIMENTAIRES Le mode de fixatio et la fiscalité des pesios alimetaires

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT POLTQU ONOMQU T DVLOPPMNT TRUTUR DU MAR NATONAL DU AF-AAO T PR AU PRODUTUR MALAN Beïla Beoit osultat PD N 06/008 ellule d Aalyse de Politiques coomiques du R Aée de pulicatio : Avril 009 Résumé e papier

Plus en détail

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education.

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education. Uiversité de Nice-Sophia Atipolis Istitut Uiversitaire de Techologie Nice-Côte d Azur Départemet Gestio des Etreprises et des Admiistratios Gestio Fiacière Les objectifs pricipaux Maîtriser les cocepts

Plus en détail

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e.

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e. t e x t e a p s b p z f y l r e d e r e FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 u r r e c d i d m La Haute Ecole Pédagogique du Valais

Plus en détail

La Méthode de Monte Carlo

La Méthode de Monte Carlo La Méthode de Mote Carlo Etiee Pardoux UMR 6632 Laboratoire d Aalyse, Topologie, Probabilités et EA 3781 Evolutio Biologique Uiversité de Provece Etiee Pardoux (LATP) Marseille, 13/09/2006 1 / 33 Cotets

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps

La fonction de la maîtrise des vitesses est d assurer un temps sas frotière OÎTE À OUTILS Guide de dimesioemet La maîtrise des vitesses hydrauliques JEN ROUSSEU 1 La oîte à outils du précédet uméro de Techologie traitait du choix d u distributeur pour l actioeur hydraulique.

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Féelo aite-marie Préparatio ciece-po/prépa HEC Foctios Versio du juillet 05 Eercice d degré : racies et coefficiets O rappelle que si l équatio a + b + c = 0 ( a 0 ) adet deu racies α et β (évetuelleet

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

GRAPHES. 0 1 1 0 0 1 1 0 0 0 Les graphes ci-dessous peuvent-ils être associés à A? Exercice n 6. Ecrivez la matrice associé à chaque graphe :

GRAPHES. 0 1 1 0 0 1 1 0 0 0 Les graphes ci-dessous peuvent-ils être associés à A? Exercice n 6. Ecrivez la matrice associé à chaque graphe : Exercice. Détermier le degré de chacu des sommets du graphe suivat : GRAPHES Exercice 6. Ecrivez la matrice associé à chaque graphe : Exercice. Trois pays evoiet chacu à ue coférece deux espios ; chaque

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux

Sécurité hydrique et sécurité alimentaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux Sécurité hydrique et sécurité alimetaire, la stratégie de l Algérie, état des lieux Zielaabide TOUIDJENI Abdelkrim BENARAB Itroductio: L eau est la richesse des pays. Elle costitue la pierre agulaire du

Plus en détail

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal :

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal : Colles du 3 ovembre 014 Solutio de la questio de cours 1. (i) Soit E u esemble de cardial. L esemble (E) peut alors être partitioé comme suit : (E) (E), où (E) est l esemble des parties de E de cardial.

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

Orange Graduate Programme. Edition 2016

Orange Graduate Programme. Edition 2016 Orage Graduate Programme Editio 2016 Commet Orage vous rapproche de l essetiel? Editorial Vous êtes passioé(e) par les progrès rapides et multiples du umérique? L Orage Graduate programme, c est pour vous!

Plus en détail

Opérations bancaires avec l étranger *

Opérations bancaires avec l étranger * Opératios bacaires avec l étrager * Coditios bacaires au 1 er juillet 2011 Etreprises et orgaismes d itérêt gééral Opératios à destiatio de l étrager Viremets émis vers l étrager : viremet e euros iférieur

Plus en détail

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo

Mathématiques. Cours. BTS Informatique de gestion 2 e année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo BTS Iformatique de gestio e aée Deis Jaudo Mathématiques Cours Directrice de publicatio : Valérie Brard-Trigo Les cours du Ced sot strictemet réservés à l usage privé de leurs destiataires et e sot pas

Plus en détail

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS

SERIE D EXERCICES N 21 : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Nathalie Va de Wiele - Physique Sup PCSI - Lycée les Eucalyptus - Nice Série d exercices SERIE D EXERCICES N : FORMATION DES IMAGES DANS LES CONDITIONS DE GAUSS Propagatio rectilige. Exercice. Das le cas

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION Des PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jea-Marie MARION 1 STATISTIQUE DESCRIPTIVE (décrire ue populatio à l aide de caractéristiques et graphiques) STATISTIQUE INFERENTIELLE (étedre des résultats

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

2013 deux mil RAPPORT ANNUEL 201 le treiz3e

2013 deux mil RAPPORT ANNUEL 201 le treiz3e 2013 deux mille RAPPORT ANNUEL 2013 treize FRR I Rapport auel 2013 SOMMAIRE P. 02 MESSAGE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE ET DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE P. 04 CHIFFRES CLÉS P. 05 LE MONDE SOUS LE

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82.

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82. Le Petit Guide Pratique du Chèque Isolatio Des questios? Cotacter l Espace Ifo Eergie du Coseil Gééral des Pyréées-Orietales 04.68.85.82.18 www.cg66.fr > L Accet Catala de la République Fraçaise Le mot

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr GUIDE PRATIQUE XEDE SÉJOU TA R s r u e g r e b é h s e d à l attetio www.commuaute-urbaie-aleco.fr sommaire 1. Qu est-ce que la taxe de séjour? 3 2. Qui peut istaurer la taxe de séjour? 3 3. Quelle peut

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Le facteur f i s c a l

Le facteur f i s c a l Stratégies de plaificatio fiscale de BDO Duwoody s.r.l./ S.E.N.C.R.L. N u m é r o 2008-01 Déclaratios de reveus des particuliers de 2007 Quoi de euf? Questios fiscales e cas de séparatio de cojoits Mise

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail