La décision d investissement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La décision d investissement"

Transcription

1 Chapitre 2 La décisio d ivestissemet De toutes les décisios à log terme prises par l etreprise, l ivestissemet est certaiemet la plus importate. L etreprise doit o seulemet ivestir pour assurer le reouvellemet de so matériel de productio, c est à dire essayer d obteir des gais de productivité, mais elle doit assurer le développemet de so activité e augmetat sa capacité de productio ou, e fabriquat des produits ouveaux. La décisio d ivestissemet est ue décisio de ature stratégique, et à ce titre, elle egage l aveir de l etreprise. Ue mauvaise orietatio peut codamer la survie de la société. Il y a à cela deux raisos essetielles : l ivestissemet est u choix irréversible : il est difficile de céder des bies, souvet spécifiques, e cas de surcapacité de productio ; l ivestissemet écessite des fods substatiels : si les flux moétaires sot iférieurs aux flux aticipés, des problèmes de trésorerie apparaîtrot car il faut de toute faço supporter les charges fixes. C est pourquoi, des outils d aide à la décisio basés sur l applicatio de techiques quatitatives sot proposées afi de permettre ue meilleure évaluatio de la décisio d ivestissemet. 1 défiitio de l ivestissemet 1.1 La défiitio comptable de l'ivestissemet Comptablemet, l'ivestissemet est ue acquisitio de l'etreprise qui est iscrite à so actif. Il compred les bies durables figurat au registre des immobilisatios : - les immobilisatios icorporelles (fods commercial, brevets,...), - les immobilisatios corporelles (costructios, matériel techique et outillage,...) - les immobilisatios fiacières (titres de participatios, prêts,...).

2 A cette défiitio restrictive, il faut ajouter d'autres formes d'ivestissemets qui e sot pas iscrits das le haut du bila : - les bies affectés à la productio qui sot loués e crédit bail mobilier ou immobilier, - certais ivestissemets immatériels comme la formatio du persoel, la recherche par exemple qui vot augmeter le potetiel futur de l'etreprise, - le besoi de fiacemet de l'exploitatio qui, au pla fiacier costitue u besoi permaet. 1.2 La défiitio fiacière de l'ivestissemet Pour ue etreprise, ivestir c'est mettre e œuvre aujourd'hui des moyes fiaciers pour, au travers des activités de productio et de vete, géérer des ressources fiacières sur plusieurs périodes ultérieures. L'idée est que le placemet de liquidités das u projet das u premier temps procurera à l'ivestisseur u retour de liquidités das u deuxième temps. Ceci sous eted que les gais futurs serot plus importats que les capitaux ivestis das le projet. Aussi, l'ivestissemet egage l'etreprise sur le moye et log terme. Si les profits espérés e sot pas réalisés, l'etreprise qui a egagé des dispoibilités importates das u projet risque de coaître de graves difficultés fiacières : d'ue part, les capitaux ivestis e serot pas rémuérés au iveau souhaité mais e plus, l'isuffisace de recettes peut ameer l'etreprise à l'état de cessatio de paiemet (échéaces d'empruts,...). 1.3 La modélisatio du problème d'ivestissemet Le problème d'ivestissemet reviet à sélectioer des projets e comparat le coût de l'ivestissemet I 0 et ce qu'il peut rapporter, c'est à dire les gais futurs espérés G 1, G 2,...G. Dates Flux Fi. -I o +G 1 +G 2 +G 3 +G Ce modèle permet de représeter de faço simple et schématique la réalité de l ivestissemet e réduisat le problème à la prise e compte des flux fiaciers, des gais, du temps et du taux de retabilité.

3 Mais, cette schématisatio présete deux limites essetielles : elle réduit la réalité écoomique e égligeat d autres variables qui peuvet s avérer être tout aussi importates pour u projet d ivestissemet (facteurs humais, aspects stratégiques,...). elle utilise à la fois des doées certaies (le motat de l ivestissemet) et des doées icertaies (estimatios des gais futurs). C est pourquoi, les résultats obteus doivet être relativisés, ce modèle état qu u outil d aide à la décisio parmi d autres. 1.4 La questio du fiacemet E matière fiacière, la théorie établit qu'il y séparatio des décisios d'ivestissemet et des décisios de fiacemet : das u premier temps, il y aura choix d'ivestissemet parmi plusieurs projets possibles, idépedammet des problèmes de fiacemet, das u deuxième temps, ue fois le projet reteu, il y aura recherche du fiacemet optimal, e combiat fods propres et edettemet fiacier. Aisi, o sélectioe les ivestissemets sas itégrer le coût d'u évetuel edettemet das les calculs fiaciers. Implicitemet, cela reviet à faire l'hypothèse d'u fiacemet itégral par capitaux propres. D'autre part, o e tiet pas compte des charges fiacières pour détermier les gais futurs géérés par les projets d'ivestissemet choisis. Les flux fiaciers espérés serot doc calculés hors frais fiaciers. Ce pricipe relève d'ue approche extere de l'etreprise selo laquelle le gestioaire doit disposer d'u stock de ressources de fiacemet (ressources propres + dettes fiacières) adapté et dot il va chercher à miimiser le coût sas qu'il soit posé a priori que telle ressource est affectée à tel emploi. Avec les ressources dispoibles, il doit gérer u portefeuille d'ivestissemets e foctio des opportuités et de la retabilité. Par cotre, si certais ivestissemets bééficiet de fiacemets à taux boifiés, ce pricipe d uicité du fiacemet a plus cours.

4 2 Les doées d u projet d ivestissemet 2.1 Le capital ivesti C est la dépese que doit supporter l etreprise pour réaliser le projet. Le capital ivesti compred le coût d achat du matériel et l augmetatio du besoi de fiacemet de l exploitatio qui découle de la réalisatio du projet. Le coût d achat eglobe : le prix d achat hors taxe ; les frais accessoires (frais de trasport, d istallatio,...) ; les droits de douae si le bie est importé ; la TVA o récupérable si l etreprise a u droit de déductio iférieur à 100%. E ce qui cocere l augmetatio du besoi de fiacemet de l exploitatio, tout projet d ivestissemet accroît gééralemet l activité de l etreprise, ce qui a pour coséquece d augmeter le BFR d exploitatio. Or, ce besoi ouveau appelle u fiacemet ouveau. Aisi, le capital ivesti doit predre e compte le supplémet iitial du BFRE lié au projet et les augmetatios successives qui vot s écheloer sur la durée de vie du projet. D autre part, selo le cas, le versemet d ue cautio ou le paiemet de l optio das u cotrat de crédit bail fot égalemet partie des flux d ivestissemets. Tous ces flux doivet être pris e compte lors du décaissemet effectif car l ivestissemet est pas obligatoiremet fixé sur ue seule période. 2.2 La durée de vie du projet L évaluatio des gais attedus suppose que l o coaisse la durée d exploitatio du projet. E pricipe, c est la durée écoomique qui est reteue. Mais, si elle est difficile à prévoir, o retiet la durée d amortissemet du bie. 2.3 Les flux de trésorerie d exploitatio géérés par le projet La otio de flux de trésorerie (cash-flows) L aalyse d u ivestissemet coduit à étudier les flux de trésorerie strictemet liés à cet ivestissemet, e igorat l activité d esemble de l etreprise. C est pourquoi, o parle d aalyse margiale des flux moétaires.

5 Cash-flows = (Recettes imputables au projet) - (Dépeses imputables au projet) E pricipe, les cash-flows sot géérés de maière cotiue, mais pour simplifier les calculs de retabilité, o admet qu ils sot obteus à la fi de chaque exercice L évaluatio des cash-flows La plupart des élémets costitutifs des cash-flows sot évalués prévisioellemet, ce qui les etachet d ue certaie icertitude. Ces élémets sot le chiffre d affaires, les différets coûts d exploitatio et les impôts. Das la mesure où l o admet qu il y a idetité etre recettes et chiffre d affaires d ue part, et etre dépeses et charges décaissables, d autre part, o e déduit que : Cash-flow = Chiffre d affaires - Charges décaissables Or, comme o peut écrire aussi que : Résultat et = chiffre d affaires - (charges décaissables + dotatios) O a doc que : Cash-flow = Résultat et + Dotatios Exemple de calcul de cash-flows Soit u projet d ivestissemet comportat des matériels pour 160 K HT, amortissables liéairemet sur 5 as. La TVA est totalemet récupérée. Les prévisios d exploitatio relatives à ce projet sot les suivates (e K ) : Aées Chiffre d affaires Charges variables Les charges fixes, hors amortissemets, sot évaluées à 44 K et sot supposées rester à ce iveau pedat les 5 aées. L impôt sur les bééfices est de 331/3%.

6 Solutio : Aées Chiffre d affaires (1) Charges variables (2) Charges fixes hors amort. (3) Amortissemets (4) Résultat avat impôt Impôt (5) 11,33 14,67 20, ,33 Résultat et (6) 22,67 29,33 40, ,67 CA - Charges décaissables : 54,67 61,33 72, ,67 (1) - (2) - (3) - (5) Résultat et + Amort. : (6) + (4) 54,67 61,33 72, , La valeur résiduelle et la récupératio du BFRE La valeur résiduelle Das le cas gééral, et bie qu'u ivestissemet ait ue durée de vie écoomique supérieure à sa durée de vie comptable (durée d amortissemet), o retiet cette derière pour l'évaluatio du projet. Par cotre, à la fi de cette période, le projet est supposé disparaître et la valeur résiduelle de l'immobilisatio être ulle (valeur ette comptable). Mais das certaies situatios, il est possible d attribuer ue valeur marchade résiduelle o ulle à ce bie. Cette valeur résiduelle e fi d'exploitatio est ue recette additioelle qui doit être prise e compte la derière aée du projet. Deux cas doivet alors être distigués pour détermier la retrée ette de trésorerie selo que l'o a ou pas l'itetio de vedre l'immobilisatio sur le marché des bies d'occasio. si o reveds le bie : le produit de cessio ecaissé doe lieu à la détermiatio d'ue plus-value de cessio, laquelle est soumise à l impôt de droit commu (sociétés soumises à l'is) ; si o coserve le bie : tout se passe alors comme si l'o prévoyait de céder l'immobilisatio à u autre projet succédat au premier projet. Cette cessio itere 'a pas d'icidece fiscale.

7 Exemple : U ivestissemet de 500 K (amortissemets costats) est cédé au terme du projet (5 as) pour 60 K. La plus-value est égale à 60 - (500-5*100) = 60. L impôt sur la plus-value est égal à 60*33 1/3 % = 20. La retrée ette de trésorerie est de = 40 K La récupératio du BFRE E fi de projet, les stocks sot liquidés, les créaces cliets sot recouvrées et les dettes fourisseurs réglées. O cosidère alors que le besoi e fods de roulemet (BFR iitial + BFR complémetaires) est récupéré. 3 Les critères d évalusatio des projets d ivestissemet 3.1 Le pricipe gééral Comme ous l avos déjà vu, évaluer u projet d ivestissemet coduit à comparer le capital ivesti à l esemble des cash-flows liés au projet. Mais, cette comparaiso implique que cette évaluatio se fasse à ue même date, e gééral, la date I o +CF 1 +CF 2 +CF 3 +CF Comparaiso actualisatio Si l o veut comparer l esemble des cash-flows liés au projet et l ivestissemet lui-même, il est doc écessaire d actualiser les flux géérés à la date de l ivestissemet I 0. Il existe quatre critères pricipaux d évaluatio : la valeur actuelle ette, l idice de profitabilité, le délai de récupératio du capital, et le taux de retabilité itere.

8 3.2 La valeur actuelle ette (VAN) Défiitio La VAN est la différece etre les cash-flows actualisés sur la durée de vie du projet et les capitaux ivestis : VAN = - I + i= 1 CFi (1+t) -i Lorsque les flux attedus sur la période cosidérée sot costats, o a alors : 1 ( 1+ t) VAN = I0 + CF t Le taux d actualisatio Le taux d actualisatio à utiliser est le taux de retabilité miimum exigé par l etreprise. Théoriquemet, ce taux représete le coût des capitaux utilisés par l etreprise (Cf. III) Les critères de sélectio des projets Pour qu u projet d ivestissemet soit acceptable, sa VAN doit être strictemet positive. Ce projet est d autat plus itéressat que sa VAN est élevée. Etre plusieurs projets, o choisit celui qui possède la plus forte VAN. Exemple : Soit le projet A suivat : I = 100 CF1 = 30, CF2 = 40, CF3 = 50 et CF4 = 20 Coût du capital = 10% La VAN est égale à 30 (1,1) (1,1) (1,1) (1,1) = 111, = 11, Remarque

9 La VAN mesure l avatage absolu susceptible d être retiré d u projet d ivestissemet. Elle déped doc de l importace du capital ivesti das le projet. Aisi, elle e permet pas de comparer des projets avec des motats de capitaux ivestis très différets. Exemple : Soit le projet B suivat : I = 100 CF1 = 40, CF2 = 60 et CF3 = 30 Et le projet B suivat : I = 300 CF1 = 120, CF2 = 180 et CF3 = 90 Au taux de 10%, o a VAN (B) = 8,49 et VAN (B ) = 25,47 c est à dire 8,49 * 3. Selo cet exemple, o choisira le projet B puisque la VAN est trois fois plus élevée. Or, les deux projets ot la même retabilité puisque les sommes des cash-flows sot idetiques lorsqu elles sot rapportées à l ivestissemet iitial. 3.3 L idice de profitabilité (IP) Défiitio Alors que la VAN mesure l avatage absolu susceptible d être retiré d u projet d ivestissemet, l IP mesure l avatage relatif, c est à dire pour 1 euro de capital ivesti. Pour cela, o divise la somme des cash-flows actualisés par le motat de l ivestissemet, soit : i CFi ( 1 + t) i = 1 IP = I Le taux d actualisatio est le même que celui utilisé pour la VAN Les critères de sélectio des projets

10 Pour qu u projet soit acceptable, il faut que so IP soit supérieur à 1. Lorsque plusieurs projets d ivestissemets sot possibles, o retiet celui qui possède l idice le plus fort, à coditio toutefois qu il soit supérieur à 1. Das l exemple précédet : IP (B) = 108,49/100 = 1,08 IP (B ) = 325,47/300 = 1,08 Les deux projets ot bie les mêmes idices et cet idice est supérieur à Le délai de récupératio du capital ivesti (DR) Défiitio C est le temps au bout duquel le motat cumulé des cash-flows actualisés est égal au motat du capital ivesti. Le taux d actualisatio est toujours le coût du capital Critères de sélectio des projets Plus le délai de récupératio est court, plus le projet est supposé être itéressat e raiso : du risque couru par l etreprise (plus l horizo est éloigé, mois les prévisios sot fiables et plus l eviroemet est icertai) ; de la retabilité (e gééral, plus le délai de récupératio est court, plus le projet est retable). Exemple Soit le projet suivat : Ivestissemet de CF1 = , CF2 = , CF3 = , CF4 = et CF5 = Taux d actualisatio : 10% Aées Cash-flows Cash-flows actualisés (1,1) -1 = (1,1) -2 = (1,1) -3 = (1,1) -4 = (1,1) -5 = Cumul des cashflows actualisés

11 O a doc: [( ) / ]*12 = 8,5 D où DR = 2 as et 8 mois 3.5 Le taux itere de retabilité (TIR) Défiitio Le TIR est le taux t pour lequel il y a équivalece etre le capital ivesti et les cash-flows géérés par ce projet. Soit : I = i= 1 CFi (1+t) -i Or, comme VAN = - I + CF i (1+t) -i, le TIR est doc le taux pour lequel la VAN est ulle. Exemple : O repred le projet A : I = 100, CF1 = 30, CF2 = 40, CF3 = 50, CF4 = 20 Nous avos : 100 = 30 (1+t) (1+t) (1+t) (1+t) -4 Par essais successifs, ous trouvos que t est égal à 15,32% Critères de sélectio Tout projet dot le TIR est iférieur au taux de retabilité miimum exigé par l etreprise sera rejeté. Ce taux est appelé «taux de rejet». Etre plusieurs projets acceptables, le projet possédat le TIR le plus élevé sera reteu. Remarque : Si le TIR est égal au taux de retabilité miimum, le projet est eutre à l égard de la retabilité globale de l etreprise. Par cotre, si le TIR est iférieur, la réalisatio du projet etraîera la chute de la retabilité globale de l etreprise. Aussi, le TIR représete le coût maximum du capital susceptible de fiacer l ivestissemet.

12 3.6 La relatio etre la VAN et le taux d actualisatio Si l o repred le projet A précédemmet avec : I = 100 CF1 = 30, CF2 = 40, CF3 = 50 et CF4 = 20 Avec u taux d actualisatio t, ous avos : VAN = 30 (1+t) (1+t) (1+t) (1+t) Lorsque t = 0, la VAN est égale à , soit 40. Lorsque t ted vers l ifii, CF i / (1 + t) i, ted vers 0. Das ce cas, la VAN ted vers - I, c est à dire 100. La relatio etre la VAN et le taux d actualisatio fait doc apparaître la courbe suivate : VAN 40 t La VAN suit doc ue foctio décroissate du taux d actualisatio. 4 La détermiatio du taux d actualisatio U projet d ivestissemet e pouvat être sélectioé que si sa retabilité est supérieure au coût des ressources écessaires à so fiacemet, le choix du taux qui va permettre l actualisatio des flux moétaires reste ue questio primordiale. Le coût du capital est cette otio de taux placher, seuil miimum au-dessous duquel les projets serot rejetés. Ce taux sert de taux d actualisatio.

13 C est le coût de la structure de fiacemet qui permet à l etreprise de fiacer u portefeuille d ivestissemets. Ces capitaux permaets correspodet aux capitaux propres auxquels o ajoute les dettes fiacières à moye et log terme. Exemple : O cosidère qu ue etreprise possède u capital de K pour fiacer ses ivestissemets et répartis comme suit : K de capitaux propres, coût de 8%, K de dettes fiacières, coût de 6%. Le coût du capital sera la moyee arithmétique podérée des coûts des différetes sources de fiacemet, soit : t = [(0, ) + (0, )] 2400 = 7,17% 4.1 Le coût des capitaux propres Le coût des capitaux propres est le taux de retabilité exigé par les actioaires. Cette espérace de gai a été mesurée par deux modèles théoriques complémetaires. Le premier fode so raisoemet sur l actio (modèle de Gordo), l autre sur le marché fiacier (Modèle d équilibre des actifs fiaciers, ou MEDAF) la formule de Gordo Pour détermier la valeur d ue actio, il est possible d utiliser les cours futurs et les dividedes espérés (supposés certais). E effet, la théorie fiacière admet que la valeur d ue actio est égale à la valeur actuelle de l esemble des dividedes espérés, calculée au taux de retabilité exigé par les actioaires.

14 O suppose : C 0 = le cours à la date 0 et C = le cours à la date ; D i = le dividede attedu pour i = 1,..., ; t = le taux de retabilité exigé par les actioaires C 0 D 1 D 2 D 3 D +C O a doc: i C 0 = D ( 1+ t) + C ( 1+ t) i= 1 i O peut alors cosidérer deux cas de figure : le iveau de dividede reste costat das le temps, ou il augmete à u rythme costat. a - les dividedes sot costats Das ce cas, D 1 = D 2 =... = D et C 0 = D (1 + t) -1 + D (1 + t) D (1 + t) - C (1 + t) - 1 ( 1+ t) d où C 0 = D t + C ( 1 + t) Lorsque le ombre de périodes ted vers l ifii, (1 + t) - ted vers 0, d où : D D C0 = et t = t C 0 b - les dividedes sot croissats O suppose que les dividedes croisset à u taux auel costat g C 0 D 1 D 2 D 3 D +C

15 C est à dire : C o D 1 D 1 (1+g) D 1 (1+g) 2 D 1 (1+g) -1 +C Aisi : C 0 = D 1 (1+t) -1 + D 1 (1+t) -2 (1+g) + + D 1 (1+t) - (1+g) -1 + C (1+t) - Les premiers termes sot ue progressio géométrique de raiso (1+g)(1+t) -1 doc : C 0 1 (1 + g) (1 + t) 1 = D1 ( 1 + t) + C (1 + t) 1 (1 + g)(1 + t) 1 C est à dire, C 0 = D 1 (1 + g) (1 + t) ( g t) 1 Or, quad ted vers l ifii, (1+g) (1+t) - ted vers 0 (à coditio que g < t). D où : C 0 D1 = t g C est à dire : t D 1 + g C = 0 Ceci est la formule de Gordo. Exemple : Le cours d ue actio est 500. Calculer le coût des capitaux propres das les 2 hypothèses : les dividedes attedus sot costats et égaux à 40 les dividedes sot croissats au taux de 4% par a avec D 1 = 30

16 H1 : t = 40 / 500 = 0,08 c est à dire 8% H2 : t = (30 / 500) + 0,04 = 0,10 c est à dire 10% Le MEDAF Ce modèle permet d évaluer le prix du risque. Deux hypothèses sot établies : les ivestisseurs se placet das u marché de capitaux parfait (pas d impôt, i frais de trasactio), il existe u taux de retabilité certai pour les actifs o risqués. O admet alors que, pour u titre, le taux de retabilité espéré est uiquemet foctio du taux d itérêt sas risque et d ue prime de risque. Or, pour u ivestisseur, la retabilité espérée d u titre est foctio du risque : plus le risque est importat, plus la retabilité exigée sera élevée. Si l o cosidère la volatilité ou la sesibilité de la retabilité d u titre par rapport aux fluctuatios de la retabilité du marché, o a das ce cas, que : E(R X ) = R F + β[e(r M ) - R F ] Avec : E(RX) = espérace de retabilité exigé par les ivestisseurs das l actio X ; E(R M ) = espérace de retabilité du marché ; R F = retabilité de l actif sas risque (ex. bos du trésor...) ; β = coefficiet de volatilité de la retabilité de l actio par rapport à la retabilité du marché. Exemple : Les actios d ue etreprise sot caractérisées par u β de 0,8. Sachat que la retabilité du marché est de 15% et celle des actios sas risque de 9%, quel est le taux de retabilité exigé par les actioaires? E(R X ) = 0,09 + 0,8 [0,15-0,09] = 0,138, soit 13,8%

17 4.2 Le coût de l edettemet Le taux de reviet mesure le coût de l'edettemet. D'ue maière géérale, c'est le taux pour lequel il y a équivalece etre le capital mis à dispositio de l'etreprise et l'esemble des sommes réellemet décaissées e cotrepartie L'emprut Rappel: Les modalités de remboursemet de ces empruts peuvet être de trois sortes: - remboursemet par amortissemets costats - remboursemet par auités costates - remboursemet i fie. Exemple: Soit u emprut de 500 K sur 5 as au taux de 10% - amortissemets costats : aées capital restat itérêts amortissemets auité dû auités costates: a = Κ i 1 (1 + i) 0,1 = (1,1) aées capital restat itérêts amortissemets auité dû remboursemet ifie

18 aées capital restat itérêts amortissemets auité dû Pour le calcul du coût des capitaux emprutés, il faut o seulemet predre e compte le taux d'itérêt de la dette mais égalemet les écoomies d'impôt réalisées sur ces charges d'itérêt. Si l'o pose Rb le remboursemet du capital empruté et FF le paiemet des itérêts, o cherche alors le taux t tel que: M 0 = i= 1 Rb + FF (1 T ) i i i (1 + t) Exemple 1 : Soit u emprut d'u motat de K sur 10 as, à 6% et remboursable i fie. Le taux d'impositio est de 33,33% = = D'où t =4% 60 (1 0,3333) (1 t) i i + (1 + t) Exemple 2: Soit u emprut de 1000 K au taux de 12% et remboursables sur 4 as (amortissemets costats). Impôt sur les bééfices : 33 1/3% Aées Capital restat dû Itérêts Amort. - Auités Eco d'impôts sur itérêts Décaiss. réels

19 1000 = 330 (1+t) (1+t) (1+t) (1+t) -4 Soit t=8% Remarque : E l absece de tout autre élémet, ici le coût de reviet est que le taux d itérêt omial corrigé de i 'impositio, soit 12% x 2/ Pour l'emprut obligataire Pour u emprut obligataire remboursable ifie, si o appelle C : le cours coté de l'obligatio sur le marché, c : le coupo, : la durée de l'emprut, VR : valeur de remboursemet, Le taux actuariel t est alors: 1 (1 + t) C = c t VR + (1 t) Exemple : U emprut obligataire comportat N obligatios de valeur omiale remboursables au pair e totalité das 4 as est coté 1 017,53 (pour ue obligatio). Le taux omial est 6%. 1 (1 + t) 1017,53 = (1000 0,6) t (1 t) 4 d'où t=5,5% Pour le crédit-bail Le crédit-bail etraîe les coséqueces suivates : le loueur verse u loyer L qui est L (1-T) après impôt; le loueur reoce aux écoomies d'impôt sur dotatios aux amortissemets, soit A.T;

20 Par coséquet, le taux de reviet est détermié par le taux t tel que: M 0 = i= 1 L (1 T ) + A. T i i (1 + t) i Remarque: E ce qui cocere la valeur de l'optio de rachat, elle est ormalemet prise e compte das l'évaluatio de la retabilité de l'ivestissemet. Exemple: Soit u crédit-bail fiaçat ue machie de 270 K ; amortissable comptablemet sur 5 as e liéaire, et défii comme suit: paiemet de 4 loyers de à la fi de chacue des 4 premières aées d utilisatio; optio de rachat la 5 ème aée pour u motat de ; possibilité d'amortir le bie e totalité la 5 ème aée. Aée Loyer Li Ecoomie d'impôt T.Li Ecoomie d'impôt T.Dai Flux global Li- T.Li+T.DAi (1) 12 (1) : (54-18)*33,33% D'où: 270 = 78 (1+t) (1+t) -5 O trouve t = 9,2% 4.3 Le coût moye podéré du capital Le coût moye podéré du capital s obtiet e podérat le coût des différetes sources de fiacemet par leur cotributio respective à la structure de fiacemet. Aisi, le coût moye podéré du capital (C.M.P.) est égal à : CP D C. M. P. = Rc + Rd (1 T ) CP + D CP + D avec :

21 D et CP état les valeurs de marché, respectivemet pour les capitaux propres et des dettes, R c est le coût des fods propres qui déped du risque d exploitatio que court l etreprise et sa structure fiacière, R d est le coût de la dette avat impôts. La détermiatio et l utilisatio du C.M.P. doivet obéir à certaies règles : L utilisatio du C.M.P. est pertiete que pour les projets d ivestissemet qui présetet le même risque écoomique moye que l esemble des projets de l etreprise. Si la structure de fiacemet d u projet diffère sesiblemet de celle de l etreprise, il faut détermier u taux d actualisatio spécifique au projet (coût d opportuité du capital du projet), E aucu cas, il fut utiliser des coûts historiques pour estimer les différetes sources de fiacemet. O doit cosidérer le coût ormal des dettes sur le marché fiacier au momet de la décisio d ivestissemet. De même, le coût des fods propres doit être estimé e foctio des attetes actuelles du marché fiacier. La formulatio coduisat à la détermiatio du C.M.P. peut laisser supposer que l o peut fortemet miorer le coût du capital e s edettat. Or, u edettemet supplémetaire etraîe u supplémet de risque fiacier et de risque de faillites qui peut compeser le gai obteu grâce à l écoomie d impôt sur frais fiaciers e cas d edettemet. Par coséquet, le recours à l edettemet doit être maié avec prudece et e preat l icidece sur le coût des fods propres. 5 Les limites d applicatio des critères de sélectio des projets 5.1 Le choix des critères d évaluatio des projets Chacu des critères possède ses spécificités et ses caractéristiques propres. Ils e doet doc pas le même classemet selo les projets d ivestissemet.

22 critères VAN IP TRI DR caractéristiques - mesure l avatage absolu d u projet - e permet pas de comparer des projets avec des capitaux ivestis différets - mesure l avatage relatif d u projet - coviet aux projets avec des capitaux ivestis différets - mesure la retabilité globale d u projet - permet de cosidérer le risque d u projet - favorise le risque au détrimet de la retabilité Comme gééralemet l etreprise poursuit u objectif de retabilité, le critère le plus approprié est le TRI. Esuite, suivat le projet, d autres critères peuvet être utilisés. 5.2 Les limites du TRI Problème relatif au calcul du TRI L équatio permettat de trouver le TRI est ue équatio de degré, correspodat au ombre d aées de la durée de vie du projet. Aussi, peut-elle admettre ue ifiité de solutios ou aucue solutio. Exemple 1 : Soit le projet A tel que I = 100, CF 1 = 720 et CF 2 = = 720(1+t) (1+t) -2 O trouve t = 20% ou t = 500% Exemple 2 : Soit le projet B tel que I = 100, CF 1 = 200 et CF 2 = = 200(1+t) (1+t) -2 Cette équatio admet aucue solutio

23 Pratiquemet, chaque fois qu il existe plusieurs chagemet de sige cocerat les cashflows prévus, ue de ces deux issues est possible Aalyse critique du TRI L hypothèse sous-jacete à l utilisatio des différets critères d évaluatio fodés sur l actualisatio est que les cash-flows dégagés par l ivestissemet sot capitalisés, c est à dire réivestis au fur et à mesure de leur sécrétio. Das le cas de la VAN, de l IP et du DR, ce réivestissemet se fait au taux qui correspod au coût moye de fiacemet, ou du taux de redemet miimum attedu par les actioaires. Mais das le cas du TIR, le taux calculé est u taux de retabilité margial, souvet très élevé, qui e correspod qu à u ivestissemet poctuel. Cette uace peut alors etraîer des discordaces etre les résultats obteus par les différets critères. 5.3 Les cotradictios etre les critères d évaluatio Exemple Soiet les deux projets A et B possédat les caractéristiques suivates : I CF 1 CF 2 CF 3 CF 4 CF 5 PROJET A PROJET B Au taux d actualisatio de 10%, o trouve que VAN(A) = 70,5 et VAN(B) = 73. Selo le critère de la VAN, o choisit le projet B. Si l o calcule le TRI pour chacu des projets, o trouve que TRI(A) = 34,9% et TRI(B) = 27,6%. Das ce cas, c est le projet A qui doit être reteu. Il y a doc cotradictio etre les critères de la VAN et du TRI. Si l o calcule la VAN pour les deux projets e foctio du taux d actualisatio, o obtiet les résultats suivats :

24 0% 5% 10% 15% 20% 30% 40% VAN(A) ,8 70,5 50,8 34,5 9,6-0,2 VAN(B) , ,4 25,1-6,2-17,9 Ce qui doe le graphique suivat : F O observe doc que : pour t [0 ; 12,5[, o a VAN(B) > VAN(A) alors que TRI(B) < TRI(A) pour t [12,5 ; + [, o a VAN(B) VAN(A) alors que TRI(B) > TRI(A) Le poit d itersectio F est appelé itersectio de FISCHER. Pour ce poit, o a : VAN(A) = VAN(B) = 59,9 et t = 12,5%. Avat le poit F, o a ue zoe de discordace etre les critères. Après le poit F, o a ue zoe de cocordace etre les critères de la VAN et du TRI Les causes de discordace Au-delà des raisos évoquées précédemmet pour le TRI, plusieurs coditios (écessaires mais o suffisates) peuvet etraîer ue cotradictio etre plusieurs critères lors de la comparaiso de différets projets : lorsque la répartitio des cash-flows sur la durée de vie des projets est très différete ; lorsque les projets ot des durée de vie iégales. Das ce deuxième cas, deux types de solutios sot habituellemet proposées :

25 1. O reouvelle à l idetique les projets jusqu à ce que leurs durées coïcidet. Par exemple, u projet a ue durée de vie de 3 as, l autre de 5 as : o reouvelle 5 fois le premier et 3 fois le secod pour les comparer sur ue durée de 15 as. 2. O réduit la durée du projet le plus log à la durée du projet le plus court e estimat alors ue valeur résiduelle pour le bie. Mais, ces méthodes sot irréalistes et poset des problèmes d applicatio : commet comparer trois projets avec des durées de vie respectives de 3, 5 et 7 as puisque la période de simulatio serait de 140 as? C est pourquoi o préfère les critères globaux itégrat taux d actualisatio et taux de capitalisatio. 5.4 Les critères globaux ou itégrés Les critères utilisés jusqu ici reposet uiquemet sur le taux d actualisatio. Ils supposet que l etreprise se procure à l extérieur des ressources de fiacemet au coût du capital et qu elle les prête à ses projets au même taux. La possibilité d u différetiel etre ces deux taux, c est à dire d ue marge, est igorée. L objectif des critères globaux ou itégrés est de précoiser le placemet des liquidités dégagées à u taux de placemet doé lorsqu il existe ue discordace etre critères La VAN globale (VANG) ou VAN itégrée (VANI) La VANI est la différece etre la valeur actuelle de la valeur acquise des cash-flows et le motat des ivestissemets. Si l o appelle A la valeur acquise des cash-flows, alors VANI = A( 1 + t) I La VANI mesure l avatage absolu que procure l ivestissemet iitial et le réivestissemet des cash-flows. O retiet le projet si la VANI est supérieure à 0. Exemple :

26 Soit le projet tel que I = 100, CF 1 = 20, CF 2 = 50, CF 3 = 40, CF 4 = 30. O suppose le coût du capital égal à 10% et le taux de placemet qui correspod à la retabilité miimale pour les projets d ivestissemet égal à 12%. A = 20(1,12) (1,12) (1,12) = 165,62 Doc, VANI = 165,62(1,1) = 13, Le TIRI (ou TIRG) Le TIRI est le taux t qui doe l équivalece, e fi de période, etre A la valeur acquise des flux et la valeur acquise de l ivestissemet. C est à dire : A= I( 1+ t) Soit : ( 1+ t) = A I ou ecore I = A( 1 + t) De la même faço, o retiet le projet si t est supérieur au coût moye du capital. Exemple : Si l o repred les doées de l exemple précédet, o a : 100 = 165,62(1+t) -4 ou 100(1+t) 4 = 165,62 D où t = 13,44% L IPI (ou IPG) L IPI est la valeur actuelle de la valeur acquise par les cash-flows divisé par le capital ivesti. Soit : IPI = A( 1 t) I +

27 Das l exemple précédet, 4 165, 62( 11, ) o a ; IPG = = 113, La VAN ajustée (VANA) a) Le pricipe d'applicatio Le pricipe gééral est celui de la séparatio des décisios d'ivestissemet et de fiacemet. Mais, il existe des cas où l'etreprise obtiet u fiacemet particulier (et doc avatageux) des pouvoirs publics e raiso de la ature même de l'ivestissemet. Ces fiacemets se présetet otammet sous la forme de prêts à taux d'itérêts boifiés, l'etat preat e charge la différece de taux. Or, l'obtetio de ces fiacemets pour l'etreprise est subordoée à la réalisatio de l'ivestissemet prévu. O e peut doc pas séparer les décisios d'ivestissemet et de fiacemet. O calcule alors ue VAN composée qui sera: VAN ajustée = VAN projet + VAN fiacemet b) La calcul de la VAN ajustée La VAN des flux écoomiques O estime les cash-flows selo les méthodes classiques. Par cotre, pour le choix du taux d'actualisatio, o e pred pas le coût moye du capital puisque celui-ci est le reflet de tous les fiacemets de l'etreprise et que c'est u fiacemet à taux particulier qui est reteu. Les flux écoomiques doivet doc être actualisés au coût des capitaux propres évetuellemet ajusté au risque spécifique du projet si celui-ci est différet de celui de l'etreprise ou au taux requis par le marché pour des projets présetat u risque équivalet (MEDAF par exemple). Si o appelle k c le coût des capitaux propres, o a alors: CF Nathalie Gardès Maître de coférece t VANprojet = e gestio I 29/06/2006 t 0 = (1 + kc t 1 )

28 La VAN des flux fiaciers La VAN correspod e fait au supplémet de valeur procuré par ce mode de fiacemet. Comme e gééral, il s'agit d'u emprut, o aura doc, avec : E 0 : le motat de l'emprut à taux boifié, Rt : le remboursemet à l'aée t, Ct : les charges fiacières de l'aée t liées à cet emprut, T : le taux d'impositio, k d : le taux d'itérêt d'u emprut classique avat impôt ou le taux de retabilité requis par les créaciers. VANemprut = E 0 t = 1 R + C (1 T ) t t (1 + k ) d t La VANA sera doc: CFt Rt + Ct I t t ( 0 = kc ) t = 1 (1 + VANA = (1 T ) k d ) t 5.5 La prise e compte de l iflatio E uivers iflatioiste, il est importat de corriger les cash-flows futurs pour les exprimer das la même uité moétaire que celle des capitaux ivestis. Deux cas peuvet alors se préseter : 1. Si les prévisios de flux de liquidités sot faites e euros costats (hors iflatio), le taux d actualisatio e tiedra pas compte de l iflatio. 2. Si les prévisios de flux de liquidités sot faites e euros courats (tieet compte de l évolutio des prix), alors le taux d actualisatio doit être corrigé de l iflatio. Si t est le taux d actualisatio et p le taux d iflatio moye, alors le taux d actualisatio déflaté deviet (1+t)(1+p). E pratique, le produit t p est cosidéré comme égligeable. Das ce cas, le taux déflaté deviet [1+(t+p)].

29 6 L applicatio des critères e aveir risqué La prévisio des cash-flows peut être réalisée à partir de plusieurs hypothèses relatives à l eviroemet. Aisi, gééralemet o établit ue hypothèse optimiste, ue hypothèse moyee et ue hypothèse pessimiste. A chacue de ces hypothèses correspod ue série de cash-flows à partir de laquelle o applique les différets critères d évaluatio. Si, das le cas de l hypothèse pessimiste le projet s avère retable, il peut alors être accepté sas problème car le risque deviet alors très faible. Das le cas cotraire, la décisio déped du degré d aversio pour le risque du décideur. Mais, cette aalyse peut être affiée e recourat aux probabilités, chacue des hypothèses pouvat être probabilisée. Das ce cas, o peut calculer l espérace mathématique, la variace et l écart-type de la VAN. Lorsqu o peut, objectivemet ou subjectivemet, probabiliser les cash-flows d exploitatio d u projet, o peut calculer l espérace mathématique E(VAN) et l écart-type σ(van) de la VAN d u projet. L espérace mathématique peut alors représeter ue mesure de la retabilité du projet, tadis que la variace (ou l écart-type) permettra plutôt d apprécier le risque que présete le projet. Néamois, le recours aux probabilités est plus ou mois complexe selo que les cash-flows sot ou o iterdépedats. Nous cosidéreros ici seulemet le cas où les cash-flows sot idépedats. 6.1 Rappel de statistiques (lorsque les cash-flows sot idépedats) Lorsque les variables sot idépedates, l espérace mathématique de la VAN est égale à la VAN des espéraces mathématiques des cash-flows. Si l'o appelle la durée du projet, t le taux d'actualisatio.

30 E(VAN ) = I + E( CF = I + et i= 1 E( CF )(1 + t ) i 1 )(1 + t ) i E( CF )(1 + t ) VAR( VAN) = VAR( I) + VAR( CF )(1 + t) = i= 1 VAR( CF )(1 + t) i 2i VAR( CF )(1 + t) 2 e t doc : σ( VAN ) = VAR(VAN ) P lus la variace l écart-type est élevé, plus le risque du projet pris isolémet est grad. 6.2 Exemple Soit le projet A présetat les caractéristiques suivates : Durée de v ie du projet : 2 as Taux d actualisatio : 10% Motat de l ivestissemet : 2 5 K Les cash-flows sot : aée 1 aée 2 p CF1 p CF2 0,2 16 0,3 13 0,6 20 0,4 15 0,2 24 0,3 17 E(CF1) = 0, , ,2 24 = 20 E(CF2) = 0, , ,3 17 = 15 D où E(VAN) = (1,1) (1,1) -2 = 5,5 O accepte le projet lorsque l espérace mathématique de la VAN est positive. Etre plusieurs projets, o retiet celui qui possède l espérace mathématique la plus élevée.

31 Mais le critère de l espérace e tiet pas compte de la dispersio et doc du risque attaché à la distributio de probabilités. C est pourquoi, le recours au calcul de la variace permet de mesurer le risque du projet et de le comparer à la orme fixée e la matière. Si la variace ou l écart-type est supérieur à cette orme, le projet peut être rejeté. Etre plusieurs projets, o est fialemet ameé à comparer les différetes espéraces mathématiques e teat compte du risque lié à ces projets. σ 2 (CF1) = 0,2(16-20) 2 + 0,6(20-20) 2 + 0,2(24-20) 2 = 6,4 σ 2 (CF2) = 0,3(13-15) 2 + 0,4(15-15) 2 + 0,2(17-15) 2 = 2,4 D où : VAR(VAN) = 6,928 doc σ ( VAN ) = 6,4 (1,1) 2 2,4 + (1,1) 4 = 2,6 7 L applicatio des critères e aveir icertai Lorsque l ivestisseur e peut attribuer des probabilités objectives aux différetes issues possibles pour ses projets, il a comme recours que les critères subjectifs. E se basat sur so expériece et sur so ituitio, l ivestisseur peut attribuer ue probabilité subjective aux différetes situatios et à leurs coséqueces. Notammet, le projet peut provoquer des réactios de la part des etreprises cocurretes. Sa décisio dépedra esuite de so attitude face au risque. Ce cadre de décisio preat e compte le risque et les réactios des autres acteurs est précisémet celui étudié das la théorie des jeux. Plusieurs critères peuvet alors s appliquer au choix d ivestissemet. Si l o pred par exemple, le cas d ue etreprise placée e situatio d oligopole et assurat 20% de la productio du marché, le reste se partageat etre les autres cocurrets de taille équivalete.

32 Pour accroître sa part de marché, elle doit choisir etre trois stratégies d ivestissemet : 1. lacemet d u produit ouveau, 2. lacemet d ue campage de publicité agressive, 3. politique de réductio des coûts. La réactio de la cocurrece peut être forte, moyee ou faible. E foctio de ces paramètres, les dirigeats peuvet établir ue matrice des résultats possibles e termes de VAN par exemple. R1 R2 R3 S S S La théorie des jeux propose plusieurs critères d aide à la décisio suivat l attitude des dirigeats face au risque. 7.1 Critère du MAXIMIN (critère de Wald) C est u critère de prudece qui tete de miimiser les pertes évetuelles e preat le résultat miimum le plus élevé. Si S1 = - 800, S2 = - 200, et S3 = - 100, o choisit la troisième stratégie. 7.2 Critère du MAXIMAX O sélectioe les gais les plus élevés de chacue des stratégies. O choisit le résultat maximum le plus élevé. Si S1 = 1 500, S2 = 1 300, audacieuse. et S3 = 1 100, o choisit la première stratégie qui est la plus 7.3 Critère du MINIMAX O sélectioe le projet qui procure le plus petit des résultats les plus élevés. Si S1 = 1 500, S2 = 1 300, et S3 = 1 100, o choisit la troisième stratégie.

33 7.4 Le critère de Laplace La meilleure décisio est celle pour laquelle la moyee arithmétique des résultats prévisioels est la plus élevée (toutes les situatios état équiprobables). Pour S1 : ( ) 3 = 466,66 Pour S2 : ( ) 3 = 533,33 Pour S3 : ( ) 3 = 500 O choisit doc le deuxième projet. 7.5 Le critère de Savage O calcule pour chaque cas, le «regret» correspodat à la différece etre le cas le plus favorable et le cas étudié. Comme o recherche la prudece, o choisit la décisio où le regret maximum est le plus faible R1 R2 R3 regret max. 700 (700) = (1 500) = 700 S (- 800) = S2-100 (-200) = 700 (500) = (1 300) = S3-100 (100) = 700 (500) = (1 100) = O choisit doc la deuxième stratégie. O e peut que costater que ces critères coduiset à des choix différets. Ceci est pas étoat das la mesure où ces critères sot persoels et dépedet des appréciatios des idividus.

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans L Oréal e chiffres Résultats du groupe sur u, ciq et dix as chiffre d affaires cosolidé (e millios d euros) RÉPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ 2008 PAR DEVISE (1) (e %) 17 542 17 063 15790 14533

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit Page 1 sur 17 L'aalyse des coûts Salaires directs Ivestissemets Admiistratio Maiteace Eergies Frais d 'études Prix de reviet d'u produit Locaux Outillages Matières premières Frais de commercialisatio Charges

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001 Exercice 1 : ( 12 poits ) Les parties A et B peuvet être traitées idépedammet l ue de l autre. O se propose d étudier l évolutio e foctio du temps des températures d u bai et d u solide plogé das ce bai.

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 2 AU 9 OCTOBRE 2006 - Numéro DÉFINITION DE LA SEMAINE : Stock otio Idice boursier DOSSIER DE LA SEMAINE : Simulatio d u rêt immobilier 2 LES COURS DU JOUR Le jeudi 2 octobre 7 L hebdo Fiace de la

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible.

n Le choix entre plusieurs possibilités d investissement. n Des versements libres. n Une épargne disponible. L UN DES MEILLEURS CONTRATS D ASSURANCE-VIE DU MARCHÉ ACTÉPARGNE Actéparge : l u des meilleurs cot Actéparge, la solutio persoalisée LES FRANÇAIS ET L ASSURANCE-VIE Optimisatio fiacière Gestio souple Régime

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education.

Rappels sur les calculs financiers. Bibliographie indicative. Bodie, Merton & Thibierge, 2002, Finance, Pearson education. Uiversité de Nice-Sophia Atipolis Istitut Uiversitaire de Techologie Nice-Côte d Azur Départemet Gestio des Etreprises et des Admiistratios Gestio Fiacière Les objectifs pricipaux Maîtriser les cocepts

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 2 Finance 3 ÉDITION. Annaïck Guyvarc'h Arnaud Thauvron. Sup FOUCHER

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 2 Finance 3 ÉDITION. Annaïck Guyvarc'h Arnaud Thauvron. Sup FOUCHER LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DSCG 2 Fiace e 3 ÉDITION Aaïck Guyvarc'h Araud Thauvro Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sas autorisatio

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

EPREUVES AU CHOIX DU CANDIDAT. Durée : De 09 h 00 à 12 h 00 (Heure de Yaoundé, TU + 1)

EPREUVES AU CHOIX DU CANDIDAT. Durée : De 09 h 00 à 12 h 00 (Heure de Yaoundé, TU + 1) CYCLE DESS-A 02 JUILLET 200 20 ème Promotio 200 / 202 CONCOURS D ENTREE A L IIA EPREUVES AU CHOIX DU CANDIDAT Durée : De 09 h 00 à 2 h 00 (Heure de Yaoudé, TU + ) Le cadidat traitera au choix l ue des

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Scop Scic Coopératives Etreprises sociales Fiaceurs

Plus en détail

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres B A S E Biotechol Agro Soc Eviro 00 6 (3) 43 53 Utilisatio du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimatio des paramètres Rudy Palm Uité de Statistique et Iformatique Faculté uiversitaire

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

TECHNIQUE: Distillation

TECHNIQUE: Distillation TECHNIQUE: Distillatio 1 Utilité La distillatio est u procédé permettat la séparatio de différetes substaces liquides à partir d u mélage. Les applicatios usuelles de la distillatio sot : l élimiatio d

Plus en détail

Gestion du Risque de Change

Gestion du Risque de Change A / Pratiques de cotatio Gestio du Risque de Chage - Moaies «i» : FRF, DEM «pré i» : GBP «out» : USD EONIA : Europea over ight idex average TEC : taux à échage costat Toute cotatio compred deux prix :

Plus en détail

E(X i ) par linéarité de l espérance.

E(X i ) par linéarité de l espérance. Statistiques appliquées. L3 Iterrogatio Questios de cours. 3 poits 1) Eocer le théorème cetral limite (1 pt). Si (X ) est ue suite de v.a. idépedates et de même loi, admettat des momets d ordre u et deux

Plus en détail

Séries entières. Chap. 09 : cours complet.

Séries entières. Chap. 09 : cours complet. Séries etières Chap 9 : cours complet Rayo de covergece et somme d ue série etière Défiitio : série etière réelle ou complee Théorème : lemme d Abel Théorème : itervalle des valeurs positives où ue série

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1

Lucyna FIRLEJ IUT Mesures Physiques Statistiques C1 1 Statistique iferetielle. Relatios Iteratioales Lucya Firlej Pl. E.Bataillo, Bat.11, cc.06 34095 Motpellier cedex 5 Frace lucya.firlej@umotpellier.fr S3. Statistics. 30 h d eseigemet: 10 cours, 10 TD,

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

Correction du devoir surveillé de mathématiques n o 5

Correction du devoir surveillé de mathématiques n o 5 Correctio du devoir surveillé de mathématiques o 5 Exercice 1 1. Soit g la foctio défiie sur R par g(x) = (x 1)e x. (a) Détermier les ites de g e et +. Limite e. O a ue forme idétermiée. E développat,

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Arbitrages intertemporels, risque et actualisation

Arbitrages intertemporels, risque et actualisation DIRECTION DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE L EVALUATION ENVIRONNEMENTALE DOCUMENT DE TRAVAIL Arbitrages itertemporels, risque et actualisatio Stéphae GALLON et Emmauel MASSE Série Méthodes N 04-M02 Site iteret

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a.

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a. Échatilloage 9 Pour repredre cotact Les réposes exactes sot : Répose c. Répose a. Répose c. 3 Répose a. 4 Répose b. Répose c. Activité. La populatio étudiée est la productio d automobiles. Le caractère

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne Doez ue ouvelle dimesio à votre gestio Gagat sur toute la lige 74 Bd des Etats-Uis 60200 COMPIEGNE Tél. 03 44 86 36 36 Pour augmeter votre retabilité et réduire vos frais fiaciers, itroduisez cette souris

Plus en détail

Application du logiciel Excel

Application du logiciel Excel Applicatio du logiciel Ecel Utilisatio du Solver du logiciel Ecel Table de matiers Lacemet du logiciel... Optimisatios... Programmatio liéaire... Problème du trasport... 8 Problème de programmatio quadratique...

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression Pla du cours Méthodes de statistique iféretielle. A. Philippe Laboratoire de mathématiques Jea Leray Uiversité de Nates Ae.Philippe@uiv-ates.fr 1 Itroductio 2 Probabilités : Variables Aléatoires Cotiues

Plus en détail

Terminale S (2014-2015) Suites numériques

Terminale S (2014-2015) Suites numériques Termiale S (04-05) Suites umériques Raisoemet par récurrece. Itroductio E Mathématiques, u certai ombre de propriétés dépedet d u etier aturel. Par exemple, la ( + ) somme des etiers aturels de à est égale

Plus en détail

Master 1ère année spécialité IMIS et Mathématiques Contrôle continu de "Processus Stochastiques"

Master 1ère année spécialité IMIS et Mathématiques Contrôle continu de Processus Stochastiques Master ère aée spécialité IMIS et Mathématiques Cotrôle cotiu de "Processus Stochastiques" 8 octobre 00 - Durée h Calculatrices et documets autorisés Exercice Jacques va tous les jours à so travail e emprutat

Plus en détail

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci

Retraite vers une troisième étape de votre vie libérée de tout souci U coseil persoalisé et complet, à votre service Retraite vers ue troisième étape de votre vie libérée de tout souci Ouvros la voie 1 Itroductio 2 Modèle de coseil Raiffeise Vos besois 4 Plaificatio de

Plus en détail

Votre convention de compte

Votre convention de compte FONDS D INVESTISSEMENT ROYAL INC. Votre covetio de compte Table des matières Itroductio......................................1 Au sujet de la présete covetio.......................1 Au sujet de votre compte.............................2

Plus en détail

CHAPITRE 1 MARCHÉS FINANCIERS ET CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS DE TAUX D INTÉRÊT

CHAPITRE 1 MARCHÉS FINANCIERS ET CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS DE TAUX D INTÉRÊT CHAPITRE 1 MARCHÉS FINANCIERS ET CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS DE TAUX D INTÉRÊT TESTEZ VOS CONNAISSANCES Qu'et-ce qu'u marché fiacier et quel et o rôle? Qu'et-ce qu'ue ititutio fiacière? Quelle ot le

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques Agrégatio extere de mathématiques, sessio 2008 Épreuve de modélisatio, optio (public 2008) Mots clefs : Loi des grads ombres, espace des polyômes, estimatio o-paramétrique Il est rappelé que le jury exige

Plus en détail

Chapitre 3: Réfraction de la lumière

Chapitre 3: Réfraction de la lumière 2 e B et C 3 Réfractio de la lumière 16 Chapitre 3: Réfractio de la lumière 1. Expériece 1 : tour de magie avec ue pièce de moaie a) Dispositio Autour d'ue petite boîte coteat ue pièce de 1 de ombreux

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

PROBABILITES EXERCICES CORRIGES

PROBABILITES EXERCICES CORRIGES PROBABILITES EXERCICES CORRIGES Vocabulaire des probabilités Exercice. Das chacue de situatios décrites ci-dessous, éocer l évéemet cotraire de l évéemet doé. ) Das ue classe, o choisit deux élèves au

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A

Informatique TP2 : Calcul numérique d une intégrale CPP 1A Iformatique TP : Calcul umérique d ue itégrale CPP 1A Romai Casati, Wafa Johal, Frederic Deveray, Matthieu Moy Avril - jui 014 1 Zéro de foctio O doe le code suivat (vu e cours), qui permet de calculer

Plus en détail

Le choix d investissement

Le choix d investissement Le choix d investissement Les séquences de cash-flow Auteur : Philippe GILLET Les grandes hypothèses du choix d investissement 1. L indépendance du projet par rapport à la firme 1. Indépendance patrimoniale

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE

EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE EPREUVE DE RAISONNEMENT LOGIQUE ET MATHEMATIQUE Nombre de pages de l épreuve Durée de l épreuve 0 pages 3h00 Compte teu du fait qu il s agissait d u cocours d etraiemet, cette épreuve à été prise sur le

Plus en détail

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations

Feuille 2 : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissements finis, étude des variations UPMC 1M001 Aalyse et algèbre pour les scieces 013-014 Feuille : dérivabilité, théorème de Rolle et des accroissemets fiis, étude des variatios Les eercices sas ( ) sot des applicatios directes du cours.

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

FLUCTUATION ET ESTIMATION

FLUCTUATION ET ESTIMATION 1 FLUCTUATION ET ESTIMATION Le mathématicie d'origie russe Jerzy Neyma (1894 ; 1981), ci-cotre, pose les fodemets d'ue approche ouvelle des statistiques. Avec l'aglais Ego Pearso, il développe la théorie

Plus en détail

Partie I : Gestion de portefeuilles actions Chapitre 2 Evaluation actuarielle des actions

Partie I : Gestion de portefeuilles actions Chapitre 2 Evaluation actuarielle des actions Patie I : Gestio de potefeuilles actios Chapite 2 Evaluatio actuaielle des actios Gestio de Potefeuille La valeu omiale d ue actio est éale au capital social divisé pa le ombe de tites. Pou les sociétés

Plus en détail

Aide Mémoire de Statistique

Aide Mémoire de Statistique Aide Mémoire de Statistique (E, E, P) modèle statistique (E, E, P) modèle probabiliste E probabilité, o coaît la loi P et o fait des calculs E statistique, o e coaît pas la loi (seulemet ue famille de

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov

Promenades aléatoires : vers les chaînes de Markov AME Dossier : Matrices et suites 545 romeades aléatoires : vers les chaîes de Markov ierre Griho (*) Cet article propose ue mise e perspective de la otio de promeade ou de marche aléatoire itroduite das

Plus en détail

Introduction aux tests statistiques

Introduction aux tests statistiques Itroductio aux tests statistiques Philippe Boeau 27 septembre 2006 Chapitre 1 Élémets de probabilités Exercice 1 O ote E l esemble des etiers aturels iférieurs ou égaux à 12 et A (respectivemet B et C)

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

Suites géométriques suite géométrique suite géométrique de raison q

Suites géométriques suite géométrique suite géométrique de raison q Sites géométriqes Itrodctio : M. Fiace dispose d e somme de 5 FF et désire faire frctifier so pactole ; por cela il va voir so baqier qi li propose de optios : e agmetatios forfaitaire, aelle, de 5 F =

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

QUESTIONNAIRE REVENUS 2015

QUESTIONNAIRE REVENUS 2015 1 À RETOURNER AVEC VOTRE DÉCLARATION N 2035 À : ANAAFA - Service Visa Fiscal 5 rue des Cloÿs - 75898 PARIS cedex 18 visa.fiscal@aaafa.fr N Adhéret : Nom de l'adhéret : Barreau : N SIRET : Vos coordoées

Plus en détail

LES SUITES. u n = 1 n, pour n 1. u n = n 3

LES SUITES. u n = 1 n, pour n 1. u n = n 3 LES SUITES. Défiitio.. Défiitio Ue suite umérique est ue foctio de das, défiie à partir d'u certai rag 0. La otatio (u ) désige la suite e tat qu'objet mathématique et u désige l'image de l'etier (appelé

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

Le SyStème mag. Nettoyage du sol

Le SyStème mag. Nettoyage du sol FR Le SyStème mag Nettoyage du sol Le Système Mag Cocept U pour tout! Ue chose qui avait ecore jamais existé: avec le Système Mag le support est adapté à tous les modèles de frages. Aisi, il est possible

Plus en détail

Classes de première générale et technologique STATISTIQUES ET PROBABILITÉS

Classes de première générale et technologique STATISTIQUES ET PROBABILITÉS Classes de première géérale et techologique STATISTIQUES ET PROBABILITÉS Sommaire I. Itroductio...4 II. Statistique descriptive, aalyse de doées...4 III. Variables aléatoires discrètes...6 IV. Utilisatio

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail