Institut de démographie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut de démographie"

Transcription

1 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Chapitre 7 : Uiversité Paris Pathéo orboe, Istitut e émographie I D U P Aalyse e la uptialité. ariage e tat u u évéemet émographiue : partiularité, fateurs et phéomèes perturbateurs 2. Iiateurs usuels e la uptialité 3. Table e uptialité 4. éthoe iirete estimatio e l âge moye au premier mariageà partir es oées u reesemet ( ue euête. Iiateurs e uptialité pour ue périoe (iiateurs trasversau 6. Durée e mariage et les issolutios es mariages Leture : R.PressatL aalyse émographiue. éthoes Résultats Appliatios. Paris, PUF, 96, hapitre 4 (p.37-2 L.HeryDémographie. Aalyse et ythèse.eitio e l INED, 984, hapitre 4, p.7-92 ave la leture supplémetaire sur e uptialite.pf Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, iveau : aster e aée Le mariage omme u objet étue émographiue Le mariage est u phéomèe émographiue : o fatal: ertaies persoes e se mariet pas, même si elles ot théoriuemet ette possibilité, est-à-ire, elles vivet assez logtemps (par oséuet et àla ifféree es éès, le ombre fial e mariage as ue ohorte peut être iférieur àl effetif iitial e la populatio àrisue; reouvelable: u remariage est possible, si le mariage (prééet est termiépar le ivore ou àause e éès u ojoit (par oséuet et àla ifféree es éès, le ombre le ombre fial e mariage as ue ohorte peut être supérieur à l effetif iitial e la populatio à risue. il est epeat possible e révouer la ature reouvelable u mariage, e preat e osiératio so rag Le premier mariage(ou e faço géérale le mariage u rag oé est u phéomèe o reouvelable. L aalyse es premiers mariages est u eemple étue u phéomèe i fatal, i reouvelableet o es priipes s appliuet à tous les phéomèes o fatales ui se ifféreiet par leur rag. 2

2 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Etats, trasitios et évéemets as la proessus e la uptialité ité ue populatio fermée à la migratio primouptialité ivore arié(e remariage remariage mortalité e mariage Célibataire mortalité e mariage Divoré(e Veuf (ve Populatio «mariable» marhé uptial Déès mortalité es ivoré(es mortalité e veuvage état évéemet populatio -états e la struture uptiale e la populatio la struture selo es états matrimoiau - évéemets oitioat les trasitios etre les états matrimoiau - populatio à risue e mariage 3 Partiularités e la uptialité à prere e ompte Le rapport es sees :as la populatio e géérale et as les géératios. Le rapport es sees àla aissae est étermiépar la biologie humaie. Gééralemet il est prohe au rapport garços pour files. Cepeat la mortalitéifatile es garços est plus élevée ue elle es filles et o vers ertai âge l éuilibre es see s établie. E outre as les ertaies périoes historiue o observe l effet séletif e la mortalitéet e la migratio par âge. Le rapport es âges es épou :as u mariage l âge es épou est pas foremet le même. Das ue rétrospetive historiue o voit ue le plus souvet u mari e moyee est plus âgéue sa femme, mais l éart moye etre les âges es épou varie historiuemet et géographiuemet (s.f. statistiue esriptive moyee uaratiue Les remariages :se ifféreiet selo le see et l'âge, le premier mariage pour u es épou est pas foremet e même orre pour u autre. Par oséuet les iiateurs e primouptialitévariet selo le see et les ombres e premiers mariages es hommes et es femmes e sot pas éessairemet égau (bie ue le ombre auel e mariages es hommes soit toujours le même ue elui es femmes 4 2

3 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Iiateurs bruts es mariages et e la uptialité les plus ourammet utilisés : oit (t; t+δt le ombre e mariages eregistré urat ue périoe Δt (etre t et t+δt ; NAV(t; t+δtle ombre aées véues as l itervalle Δt (etre t et t+δt par la populatio totale (soumise ou o au risue e mariage TB(t; t+δtle tau brut e mariagepour ue périoe Δt (etre t et t+δt : oit Δt (ue aée t TB ( t; t+ t NAV f le ombre e mariages es femmes àl âge etre et + eregistréurat ue aée t ; h le ombre e mariages es hommes àl âge etre et + eregistréurat ue aée t ; tels ue f h Z(Z est le symbole esemble es ombres etierset f ( t; t+ t ( t; t+ t t P h ( t; t+ t ( t; t+ t Pf la populatio fémiie à l âge etre et + au milieu ela périoe t; le tau e mariage par âgee see fémii (e seoe atégorie pour l aée t : e même pour le see masuli ( gh f Pf Pour ue aée les tau par âge sot alulés : soit pour l âge e aées révolues soit pour l âge atteit as l aée O alule (raremet le tau gééral e mariagepour la populatio à l âge e as et plus. O peut évetuellemet aluler les tau géérau e mariage spéifiue au see. oit Iiateurs fis e la uptialité : mariage selo le rag f le ombre e mariages es femmes àl âge etre et + eregistréurat ue aée t ; h le ombre e mariages es hommes àl âge etre et + eregistréurat ue aée t ; tels ue f h Z(Z est le symbole esemble es ombres etierset Pf la populatio fémiie à l âge etre et + au milieu el aée tmariée ou o ; N le tau e primo-uptialité par âgee see fémii (e seoe atégorie pour l aée t : e même pour le see masuli ( gh f h Ζ f Pf A partir e es tau, pour ue périoe (pour ue géératio fitive, o alule très fréuemmet l iie sythétiue e primo-uptialité et l âge moye au premier mariage: IPN f 4 APN f Comme la série es tau est ue série e istributio, ue l o peut epeat iterpréter omme ue série hroologiue pour ue géératio fitive, il est possible e aluler les statistiues e ette istributio relatives à la teae etrale et à la ispersio (moe, méiae et. et u iiateur émographiue le iveau e élibat éfiitif ou la proportio es élibataire à l âge e as. 6 3

4 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22.6 Primo-uptialité e Frae 2 (tau par âge au javier et par see Desité es premiers mariage Distributio es premiers mariage Âge au javier 2 Âge au javier 2 oure : Isee, état ivil (tableau 3 Aalyse à partir es tau e seoe atégorie : le plus souvet les hommes se mariet pour la premier fois à 28 as et les femmes à à 26 as (le moe epeat il y a u etremum loal à 4 as (u phéomèe à étuier ; l âge moye au premier mariage est 3,8 as pour les hommes et 28,9; l éart etre les âges moyes est ~2 as ; la moitié es hommes auiret l epériee u mariage vers 4as et la moitié es les femmes vers l âge e 38 as; le élibat «éfiitif» (proportio es élibataire à l âge e as est e 47% hezles hommes et 4% hez les femmes 7 Les éfauts aalyse e la uptialité à partir es tau e seoe atégorie La uptialité est très sesible à l ifluee es fateurs perturbateurs et es évéemets ourrets : La mortalité : empêhe e tout as le mariage pour la persoe ééée : u évéemet ourret ; perturbe la uptialité e faço iirete e imiuat le ombrees parteaires mariables (eemple la guerre. La migratio : empêhe pas à se marier, mais retire es persoes mariables e l observatio (émigratio Les tau e seoe atégorie e preet pas e osiératio la urée e l état : Le ombre e mariages (premiers épe e l effetif es élibataires (ispoibles pour le mariage, ui est, à so tours, épe e la uptialité atérieur u momet observatio. Das ue géératio le ombre e élibataire imiue ave l âge, est ue variable épeate e la urée (time varyigvariable, par oséuet, la probabilité e se marier (pour la premièrefois peut être roissate, malgré la imiutio u ombre e mariage Le but aalyse est élimier ifluee es phéomèes perturbateurs es mariageset étuier la uptialitée état pur, pour étermier pour haue géératio la probabilitée se marier au mois ue fois as l absee e la mortalitéet e la migratio, sahat ue ette probabilité est u ue proportio e élibataires ui se mariet as u itervalle âge et e périoe e alerier. 8 4

5 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 oit Tau e première atégorie et aalyse e la (primo uptialité basée sur la urée u élibat (tables e primo uptialité f le ombre e premiers mariages es femmes àl âge etre et + eregistréurat l aée t ; h le ombre e premiers mariages es hommes àl âge etre et + eregistréurat l aée t ; tels ue f h Z (Z est le symbole esemble es ombres etierset f h Cf la populatio moyee e femmes élibataires à l âge etre et + pour l aée t; N le tau e mariage par âgee see fémii (e première atégorie pour l aée t : e même pour le see masuli ( gh O peut overtir e tau (e première atégorie e probabilitéomme as le as e mortalité, e supposat ue l ifluee e la mortalité est égligeable : f Cf Ζ 2 N 2 + N la probabilité pour ue élibataire e se marier as u itervalle âge [; + ou ue proportio es élibataires ui se mariet as et itervalle âge γ - N la probabilité e rester élibataire as l itervalle âge et +, alors la γ est ue proportio e élibataires à l âge eat est u prouit es probabilités oitioelles : La probabilité e rester élibataire à la e aiversaire (le élibat éfiitif : γ 49 ( N γ ( N 9 Table e primo uptialité e l aée à partir es tau e ère atégorie (présetatio «lassiue» Age révolu Nombre e premiers mariages as l itervalle âge Effetif moye es élibataires Tau e primo uptialité Probabilité e se marier (uotiet Effetif e élibataires Nombre e mariages e table Probabilitée rester élibataire as l itervalle âge -9 2 C 4 g 2/4,6 N,244 b 2 44 γ - N, /7,27, , /2,46, , /3,67, , /27,37, , /2,2,9 67 9, /23,3,63 8 3, П,23 Hypothèse: les tau observés sot égau au tau e table g C g N 2 + g 3 b + b

6 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Table e primo uptialité e l aée à partir es tau e e atégorie («résumée ave les uotiets» oit γ probabilité e rester élibataire jusu à l âge et la proportio es premiers mariages à l âge révolu N γ ( N Age révolu Nombre e premiers mariages Effetif moye es élibataires Tau e primo uptialité Age eat proportio e premiers mariages à l âge révolu probabilité e rester élibataire à l âge eat C g N γ ,6, ,27 2,74 (-,244, ,46 2,3.76 (-,74, ,67 3,286,2248 (-,3, ,37 3,69,4 (-,286, ,2 4,9,743 (-,69, ,3 4,63,67 (-,9,9 ////,9 (-,63,24 Le élibat éfiitif (proportio es élibataire à l âge eat e as est,2% suite Age eat Probabilitée se marier Nombre e élibataire Nombre e mariages e table Probabilité e rester élibataire х N,244 С х b *, γ - N -,244,76 2, *, ,74,296 2, *,3 97 -,3,49 3, ,74 3, ,83 4,9 67 9,9 4,63 8 3, П,23 b Probabilité e se marier avat l âge as Age moye e primo-uptialité b b, ,6 Célibat éfiitif > (32/ %,23% 2 6

7 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Aalyse e la yamiue e primo uptialité e Frae à la euième moitié u 2e sièle (géératios fitives, approhe trasversale Age moye au premier mariage, 96-2 âge 32 (aluls e l INEE Iie e primo uptialité, 9-2 p. 2 (soure : INED APN g g périoe périoe IPN g 3 Eemple aalyse e la primo uptialité e Frae, 2 (géératios fitives, approhe trasversale Tau e primo uptialité (2e atégorie par âge Table trasversale e primo uptialité p. 7 % 6 9% 4 8% 7% 6% 3 2 % 4% 3% 2% % NB: % es femmes sot mariées vers et âge. ais % es femmes mariées se sot mariées vers 28 as!!! ; 34% ; 3% âge Iiateur Iie sythétiue e primo uptialité(ipn Age moye au premier ariage (AP Age moal es élibataires au mariage (o Age méia es élibataires au mariage (e Premier uartile âge au mariage es élibataires (Q Troisième uartile âge au mariage es élibataires (Q3 Célibat éfiitif (proportio estimée e élibataire à as Caluls à partir e oées e l INEE (table 3 % âge Par les tau e 2 atégorie Table trasversale,8,6,68,693 3,2 28, 3, 29, , 26, 3,7 28,7 2,8 23,9 26, 24,2 32, 3, 33,8 32, 4,9% 39,47% 34,7% 3,73% 4 7

8 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Ue préisio : élimiatio es perturbateurs et aalyse e la (primo uptialité e état «pur» oit Cle ombre e élibataire à l âge eat, le ombre e mariages es élibataires e et âge urat ue aée, Dle ombre e éès es élibataires, o peut aluler la probabilité e se marier (ou la proportio e mariages e faço suivate: e est le ombre e mariages o observés à ause e la mortalité et e la migratio upposos u il y a pas e migratio et avaços eu hypothèses :. Le risue e se marier et le risue e mourir sot iépeats. 2. Les éès sot repartis uiformémet as l itervalle âge oit le ombre e éès e ébut e l itervalle D elui àla fi e l itervalle, alors ou C.D (formule e Berkso e + e C + D 2. D ouvet, as l itervalle âge - as et pour les périoes assez ourtes, la valeur e.d est égligeable par rapport e C et o alule le uotiet e uptialitéetre -ièmeet (+-ièmeaiversaire àtrès peu près C Cette simplifiatio permet e se passer e l iformatio sur les éès par âge et par état matrimoial ui est pas toujours ispoible 2 as 2 as 772 ( ( oit le ombre e élibataire au er javier 9 égale à C ( la ifféree est faible :, C Toutefois, e Frae epuis 998 l INEE fait l estimatio e teat ompte e la orretio au ombre e éès Estimatio e l âge moye au premier mariage à partir es oées u reesemet Joh Hajal Age at marriage a proportios marryig, Populatio tuies vol.vii 2 November 93. p.-36 igulate ea Age at arriage (A Le ombre aées véues e élibat par es persoes ui e sot pas etrées as le élibat éfiitif. O peut aluler l âge moye au premier mariage pour l itervalle âge - as, s il y a pas es mariages avat l âge e as : A + 49 où et P est ue proportio es élibataires as l itervalle âge etre et + io pour les groupes uiueau : la proportio es élibataire à l âge eat e as, ou «le élibat éfiitif» A 4 6 8

9 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 % % Illustratio graphiue e alul e l âge moye e élibataire au a mariage à partir es oées e u reesemet Frae, populatio au javier 2 (estimée à partir es oées u reesemet 999 % % 9% % e élibataires 9% % e élibataires 8% % e élibataires "éfiitifs" 8% % e élibataires "éfiitives" 7% 7% 6% 6% % % 4% 4% 3% 3% 2% 2% % % % âge Caluls à partir es oées uiueales : A 32,3 2,6% Caluls à partir es oées par aée âge : A 32,42 2,2% Parfois il est très utile e aluler la urée moyee u mariage as itervalle e l âge -49 as orrespoat à la urée moyee sous le risue e grossesse % âge Caluls à partir es oées uiueales : A 3,22 9,8% Caluls à partir es oées uiueales : A 3,29 9,7% ρ 49 Pf,23 7 Rapport etre les proportios (mariages réuits e première et e seoe atégories ( après L.Hery,, 984 oit les mariages réuits e seoe atégorie les mariages réuits e première atégorie e mettat la formule 2 as la formule, o obtiet m ( P.D P.P P (. C (. où (. C (2 C (. m ou P (. C (. m P (. (3 C ahat ue est ue proportio es élibataire àl âge P Il est faile e émotrer ue γ où la probabilitée survivre e la aissae àl âge la probabilitée survie es élibataires e la aissae àl âge γ la probabilitée rester élibataire àl âge as l absee e la mortalité. O peut esuite trasformer la formule (3 et omme µ γ o obtiet +. E raiso e surmortalité es élibataires le rapport <, et m <µ. Do 49 m (. m γ soit µ (. γ γ + la probabilitée se marier àl âge (mariages e ue table assoiée à la uptialité (. m µ +. ou m µ où (. +. est la populatio moyee +. oe ue valeur trop forte pour la fréuee u élibat éfiitif, alors ue la proportio es élibataires à as ( e oe ue valeur trop faible. +. i la ifféree e la mortalitées élibataires et l esemble e la populatio est faible m µ. Cette oitio est souvet remplie pour les femmes mais raremet pour les hommes. 8 9

10 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Les tables ombiées e la uptialité et e la mortalité et les table assoiées à la uptialité «pure» (ette oit le ombre e mariage D le ombre e éès e élibataires le ombre e élibataires àl âge Ci élémets ue table ombiée:.nombre e élibataire + (-s 2.Probabilité e mariage 3.Probabilité e éès 4.Nombre e mariage m.nombre e éès éuatio e bila : + oitβ la fore e la uptialitéetµ est elle e la mortalitésur l itervalle etre et + ' la probabilitée se marier e absee e la mortalité ' la probabilitée mourir e absee e la uptialité O peut failemet émotrer le rapport etre les probabilité épeates ue table ombiée et les probabilités iépeates ue table assoiée à la uptialité Trois élémets ue table assoiée à la uptialité «ette»:.nombre e élibataires + (- Probabilité e mariage D Probabilité e éès e élibat Probabilité e sortir u élibat s + D Probabilités épeates e trasitio : s + D / β + D e ( s D / µ + D e ( s D s + D D + s /, D, / D,, b 2.Probabilité e mariage 3.Nombre e mariages m 9 Dissolutio es mariages Il eiste ue trois possibilités e termier le mariage: éparatio Veuvage Divore Autrefois, ua les ivores étaiet rares oùiterits, l aalyse e issolutio es mariages se réuisait au l aalyse e veuvage àla base e la ombiaiso es âges es épou. E 768 Daiel Beroulli (7-782 a publiéu essai «ur la urée moyee es mariages e fotio es âges es épou et sur les autres uestios otiguës»pour les épou ui se mariet àl âge e 2 as (les eu. Plus tar, e 787 E. Duvillar oit Fm la probabilitépour ue femme mariée e ééer àl âge Hm y la probabilitépour u homme mariée ééer àl âge y le ombre es ouples ave la ombiaiso âge es épou et y Alors + ;y+ y (- y y (- Fm (- Hm y ( Fm Hm y + Fm Hm y ortalité hommes mariés ortalité e femmes mariés 2

11 Cours aalyse émographiue par Aleare Aveev, IDUP 26/3/22 Causes e issolutio et la urée moyee es mariages Il est plus faile e aluler les tables e issolutio es mariages par urée e mariage. Das e as il eiste ue hypothèse sous-jaete ue la ombiaiso es âges es épou au mariage est ostate (plus eatemet la istributio et l espérae mathématiue sot ostates. Par eemple, o peut failemet aluler le ombre e issolutios es mariages ( i assoiées àue ausei, si + Das e as o a + (- (- F (- H (- D où est la urée e mariage h h issolutio à ause e éès u mari; Divore f f issolutio à ause e éès e la femme; Déès e mari Déès e femme issolutio à ause u ivore; La urée moyee u mariage. + e où la urée limite es mariages. O peut ostruire es tables ombiées e issolutio es mariages et es tables ettes e ivortialité et e veuvage 2

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables

Détermination des champs électriques et magnétiques. statiques par la méthode de séparation de variables Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables Chapitre III Détermiatio es champs électriques et magétiques statiques par la méthoe e séparatio e variables

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

TP R : méthodes statistiques élémentaires

TP R : méthodes statistiques élémentaires M2 IFMA et MPE TP R : méthodes statistiques élémetaires À la fi de la séace vous déposerez vos scripts R das la boîte de dépôt de votre espace Sakai : http://australe.upmc.fr/portal. 1 Importatio des doées

Plus en détail

Chapitre 2.4 La réfraction

Chapitre 2.4 La réfraction Chapitre.4 La réfratio La itesse e la lumière as u milieu 8 La lumière oage as le ie à ue itesse 3 0 m/s. Lorsqu elle oage as u milieu, la lumière se éplae à itesse égale à la itesse as le ie iisé par

Plus en détail

FLUCTUATION ET ESTIMATION

FLUCTUATION ET ESTIMATION 1 FLUCTUATION ET ESTIMATION Le mathématicie d'origie russe Jerzy Neyma (1894 ; 1981), ci-cotre, pose les fodemets d'ue approche ouvelle des statistiques. Avec l'aglais Ego Pearso, il développe la théorie

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique eduscol Ressources pour le lycée gééral et techologique Ressources pour la classe de secode géérale et techologique Méthodes et pratiques scietifiques Thème sciece et prévetio des risques d'origie humaie

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION

PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jean-Marie MARION Des PROBABILITES à la STATISTIQUE - APPLICATIONS - Jea-Marie MARION 1 STATISTIQUE DESCRIPTIVE (décrire ue populatio à l aide de caractéristiques et graphiques) STATISTIQUE INFERENTIELLE (étedre des résultats

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Application numérique N 5 :... 12. Influence de la température : problème lié à la température ambiante et des enroulements... 12

Application numérique N 5 :... 12. Influence de la température : problème lié à la température ambiante et des enroulements... 12 Lyées Paul Mathou S1: Distriutio de l'éergie S1.3: Le shéma de liaiso à la terre TN Sommaire Rappels sur la déomiatio des S.L.T... 2 Les shémas de liaisos à la terre e.t... 2 Le «régime TN qui se délie

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Probabilités & Statistiques L1: Cours. December 20, 2008

Probabilités & Statistiques L1: Cours. December 20, 2008 Probabilités & Statistiques L1: Cours December 20, 2008 Chapter 1 Déombremets I 1.1 Pricipes gééraux Règle du produit O fait deux expérieces, successives ou simultaées. Si la première doe 1 résultats possibles

Plus en détail

Méthodes basiques en statistiques sous R

Méthodes basiques en statistiques sous R Méthodes basiques e statistiques sous R Master II Modélisatio Aléatoire - Paris VII Eseigat : Mme Picard Sébastie Le Berre 12 mai 2011 R est u logiciel de calcul largemet utilisé par la commuauté scietifique

Plus en détail

Cours VII. Tests de randomisation - Tests de contingence P. Coquillard 2015

Cours VII. Tests de randomisation - Tests de contingence P. Coquillard 2015 1 TESTS DE RANDOMISATION Cours VII. Tests de radomisatio - Tests de cotigece P. Couillard 2015 Das ue majorité de cas e biologie o cosidèrera certaies hyothèses comme des alteratives à l hyothèse ulle.

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR

Application «Calculs» Application «Graphiques» Application «Tableur et listes» FR TI Nspire Documet de Formatio T3 Walloie TI-Nspire Le tout e u des mathématiques Suites umériques La loi de Verhulst Applicatio «Calculs» Applicatio «Graphiques» Applicatio «Tableur et listes» FR Formatios

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

?,i- ' ^/mmmmmm. CACU ^..""'V ii\teimmies EîiiEsmmii ''?A y? K 1^ 1 - r Par le Moyede Formules Algébriques ) v-^' ET A 'AIDE DES OGARITHMES.../v:?i.'?Xi:: F, X, BURQUE, Ptr. Professeur de MatJu'matiques,

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

8.1 INTRODUCTION CHAPITRE 10 ALGORITHMES PROBABILISTES. Exemple. 8.1 Introduction (10.1 à 10.4) 2. 8.2 Classification des algorithmes probabilistes 4

8.1 INTRODUCTION CHAPITRE 10 ALGORITHMES PROBABILISTES. Exemple. 8.1 Introduction (10.1 à 10.4) 2. 8.2 Classification des algorithmes probabilistes 4 8. INTRODUCTION CHAPITRE 0 ALGORITHMES PROBABILISTES Les uméros de sectio idiqués à droite et utilisés das ces trasparets correspodet à l aciee structuratio du coteu 8. Itroductio (0. à 0.4) 2 8.2 Classificatio

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

Matrices et suites RÉSOLUTION DE PROBLÈMES CHAPITRE. SÉQUENCE 1 Suite de matrices colonnes (page 142) Problème. A 1. Étape 1. 3. Voir en bas de page.

Matrices et suites RÉSOLUTION DE PROBLÈMES CHAPITRE. SÉQUENCE 1 Suite de matrices colonnes (page 142) Problème. A 1. Étape 1. 3. Voir en bas de page. HPIRE Matrices et suites SÉQUENE Suite de matrices coloes (page ) RÉSOLUION E PROLÈMES Problème Étape La louche aller cotiet cl de café oc, après l aller, cotiet cl de café et cl de café oc, la louche

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet Remise à Niveau Mathématiques Première partie : Calcul et raisoemet Exercices Page sur 9 RAN Calcul et raisoemet Ex - Rev 04 Mathématiques RAN - Calcul et raisoemet

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE J. 3 398 CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE ANNÉE 04 ÉPREUVE ÉCRITE D ADMISSIBILITÉ N 3 Durée : 3 heures

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

FIBRE OPTIQUE ETUDE DU GUIDAGE. Guidage du faisceau lumineux. Etude de la réflexion à l interface cœurgaine. Loi de Descartes à l interface :

FIBRE OPTIQUE ETUDE DU GUIDAGE. Guidage du faisceau lumineux. Etude de la réflexion à l interface cœurgaine. Loi de Descartes à l interface : FIBRE OPTIQUE Ue fibre optique ulti ode à saut d idie est ostituée du œur, d idie de réfratio.507 et d ue gaie d idie.48. Ces deux parties sot asseblées selo ue struture oaxiale (voir shéa). ETUDE DU GUIDAGE

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

Probabilité 1 - L1 MMIA

Probabilité 1 - L1 MMIA Probabilité 1 - L1 MMIA Tra Viet Chi, vtra@u-paris10fr, Bureau E12(G) Exercice 1 (Pour démarrer) 1 Soiet A et B deux esembles Rappelez les défiitios de l itersectio A B, de l uio A B, de la différece A

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique MATHEMATIQUES Termiale Scietifique Fiches PROGRAMME 22 (v24) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Dilômée de l École Polytechique Cours Pi e-mail : lescoursi@cours-icom site : htt://wwwcours-icom siège

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Seconde année - Semestre 3 PROBABILITÉS

Seconde année - Semestre 3 PROBABILITÉS 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Aée 2012-2013 LICENCE d ÉCONOMIE et GESTION Secode aée - Semestre 3 PROBABILITÉS Feuille d exercices N 3 : Variables aléatoires - Lois discrètes 1. Calculez 3 2 + 2 5 Exercice I (

Plus en détail

Cours de méthodes de simulation

Cours de méthodes de simulation ECOLE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D ANALYSE DE L INFORMATION ( ESSAIT) Cours de méthodes de simulatio Préparé par Hasse MATHLOUTHI Aée uiversitaire 2014-2015 AVANT PROPOS Ce documet propose u cours sur

Plus en détail

Suites arithmétiques et Géométriques. Exemple 1. La suite des nombres 1, 3, 5, 7, 11, 13. ou la suite des nombres 100, 110, 121, 133.1, 146.41...

Suites arithmétiques et Géométriques. Exemple 1. La suite des nombres 1, 3, 5, 7, 11, 13. ou la suite des nombres 100, 110, 121, 133.1, 146.41... Sites arithmétiqes et Géométriqes Nos allos cosidérer des sites de ombres réels Exemple La site des ombres,, 5, 7,, o la site des ombres,,,, 464 Défiitio/Notatio : La site est e gééral oté ( ) (o ( v )

Plus en détail

Devoir de statistiques: CORRIGE

Devoir de statistiques: CORRIGE CPP - la prépa des INP ( ème aée). Bordeaux, 6/04/04. Devoir de statistiques: CORRIGE durée h Doées: O rappelle que si Z suit ue loi N (0, ), o a P(Z.96) 0, 975 et P(Z.65) 0, 95. Exercice. θ et O cosidère

Plus en détail

PRINCIPALES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉS

PRINCIPALES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉS PRINCIPALES DISTRIBUTIONS DE PROBABILITÉS INTRODUCTION De ombreuses situatios pratiques peuvet être modélisées à l aide de variables aléatoires qui sot régies par des lois spécifiques. Il importe doc d

Plus en détail

Suites. q et k IN et n IN : u. Démonstration : A l aide du schéma ci-dessous on peut établir la formule explicite du terme général en fonction de n :

Suites. q et k IN et n IN : u. Démonstration : A l aide du schéma ci-dessous on peut établir la formule explicite du terme général en fonction de n : Suites A) Suites géométriues Défiitio et formules Défiitio : forme récursive Ue suite est géométriue lorsue, à partir du terme iitial, l o passe d'u terme de la suite au terme suivat e multipliat toujours

Plus en détail

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités.

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités. PROBABILITÉS I. PROBABILITÉS ( RAPPELS) a. Expérieces aléatoires et modèles Le lacer d ue pièce de moaie, le lacer d u dé sot des expérieces aléatoires, car avat de les effectuer, o e peut pas prévoir

Plus en détail

Suggestions d activités d animation de la lecture du magazine

Suggestions d activités d animation de la lecture du magazine Suggestios d activités d aimatio de la lecture du magazie 7A D epuis 2005, le Cetre fraco-otarie de ressources pédagogiques élabore et produit ue ressource qui répod aux besois et aux champs d itérêt des

Plus en détail

Formulaire de statistiques

Formulaire de statistiques Formulaire de statistiques E. Depiereux G. Vicke B. De Hertogh Javier 009 Formulaire de statistiques I. Statistiques descriptives : Moyee arithmétique : (populatio: m x = µ) (échatillo = x = M x ) 1 i

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres

Utilisation du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimation des paramètres B A S E Biotechol Agro Soc Eviro 00 6 (3) 43 53 Utilisatio du bootstrap pour les problèmes statistiques liés à l estimatio des paramètres Rudy Palm Uité de Statistique et Iformatique Faculté uiversitaire

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone Règlemet Télé-Equity relatif à la trasmissio d ordres par fax et téléphoe (Cliets de détail) 02541 Pour des raisos d efficacité et de rapidité, le Cliet peut trasmettre ses ordres par fax et/ou téléphoe

Plus en détail

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an Dares Aalyses javier 2015 N 005 publicatio de la directio de l'aimatio de la recherche, des études et des statistiques Plus d u tiers des CDI sot rompus avat u a Le cotrat de travail à durée idétermiée

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

Notions de base pour l analyse d un tableau de contingence

Notions de base pour l analyse d un tableau de contingence Uiversité de Bordeaux - Master MIMSE - 2ème aée Notios de base pour l aalyse d u tableau de cotigece Marie Chavet http://wwwmathu-bordeauxfr/ machave/ 204-205 Notatios et défiitios U tableau de cotigece

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules est à dispositio olie et sera doé aux cadidats lors des exames oraux

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Statistiques inférentielles BTS Mécaique et Automatismes Idustriels Statistiques iféretielles, Aée scolaire 2005 2006 Statistiques iféretielles 1. Itroductio vocabulaire Pour étudier ue populatio statistique, o a recours à deux méthodes

Plus en détail

Document ressource. Les états de surface

Document ressource. Les états de surface Lycée Vaucaso Tours Documet ressource Les états de surface PTSI Objectifs : Coaître les élémets caractéristiques d u état de surface, savoir lire les spécificatios ormalisées associées et coaître les moyes

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGES DE GENETIQUE DES POPULATIONS Niveau L2 L3 NOTIONS ABORDÉES

TRAVAUX DIRIGES DE GENETIQUE DES POPULATIONS Niveau L2 L3 NOTIONS ABORDÉES TRAVAUX DIRIGES DE GENETIQUE DES POPULATIONS Niveau L L3 NOTIONS ABORDÉES RÉVISIONS DE GÉNÉTIQUE FORMELLE 3 CALCUL DES FRÉQUENCES ALLÉLIQUES 5 3 POLYMORPHISME ENZYMATIQUE 6 4 EMPLOI DU MODÈLE H POUR LE

Plus en détail

Exercices - Lois discrètes usuelles : corrigé

Exercices - Lois discrètes usuelles : corrigé www.almohadiss.com Exercice - Avio - L2/Prépa Hec - O ote X la variable aléatoire du ombre de moteurs de A qui tombet e pae, et Y la variable aléatoire du ombre de moteurs de B qui tombet e pae. X suit

Plus en détail

ÉVALUATION ET ANALYSE DES DONNÉES RELATIVES AUX RÉSONANCES NUCLÉAIRES

ÉVALUATION ET ANALYSE DES DONNÉES RELATIVES AUX RÉSONANCES NUCLÉAIRES Rapport JEFF 8 ÉVALUATION ET ANALYSE DES DONNÉES RELATIVES AUX RÉSONANCES NUCLÉAIRES F.H. Fröher Forshugszetrum Karlsruhe Istitut für Neutroephysik ud Reaktortehik D-760 Karlsruhe, Allemage Ave la otributio

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

6. RADIERS 6.1. GÉNÉRALITÉS

6. RADIERS 6.1. GÉNÉRALITÉS 6. RADIERS 6.. GÉNÉRALITÉS U raer est ue alle plae, évetuellemet ervurée, costtuat l'esemble es foatos 'u bâtmet. Il s'éte sur toute la surface e l'ouvrage. Ce moe e foato est utlsé as eux cas : lorsque

Plus en détail

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Scop Scic Coopératives Etreprises sociales Fiaceurs

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

Intérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévention des intoxications oxycarbonées dans l habitat

Intérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévention des intoxications oxycarbonées dans l habitat Saté eviroemet Itérêt des détecteurs CO pour l alerte et la prévetio des itoxicatios oxycarboées das l habitat Aalyse de la démarche de l office HLM Bretage Sud Habitat (Morbiha) Drass de Bretage Cire

Plus en détail