Le football et ses trajectoires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le football et ses trajectoires"

Transcription

1 Le footll et ses trjectoires Guillume Dupeux Croline Cohen, Anne Le Goff, Dvid Quéré et Christophe Clnet LdHyX, MR CNRS 7646, École polytechnique, Pliseu, et PMMH, MR CNRS 7636, ESPCI, 1 rue Vuquelin, 755 Pris Cette rticle nlyse l origine physique et l forme des différentes trjectoires d un llon de footll. En l sence de grvité et d ir, celle-ci est une droite. Avec grvité, l droite s incurve vers l prole gliléenne. L érodynmique enrichit ces deux comportements clssiques et fit pprître des zigzgs, des proles tronquées et des spirles. Les jeux de lles nous ccompgnent depuis u moins 35 ns [1]. Ils font prtie de notre évolution et nous les retrouvons sur tous les continents : Tsu Chu en Chine, Kemri u Jpon, Episkiros en Grèce, Pok tok en Amérique du Sud. ne de leurs versions contemporines est le footll. Il se prtique à deux équipes de onze joueurs, vec un llon rond de 45 g et 22 cm de dimètre (fig. 1), et sur un terrin d une centine de mètres, dont les dimensions précises sont indiquées sur l figure 1. Les études sur l physique du footll portent principlement sur l mécnique Lrgeur : mximum 9 m - minimum 45 m et l sttistique. Les pionniers en sttistique sont Reep et Benjmin [2], qui étudient l proilité de perdre le llon en fonction du nomre de psses. Cette étude est à l origine du jeu long prtiqué pr certines équipes, à commencer pr l Norvège lorsque Chrles Reep deviendr conseiller technique de l équipe ntionle. Côté mécnique, on s est intéressé essentiellement ux trjectoires et ux impcts [3]. Nous discutons ici les différents types de trjectoires et leur origine physique. Nous discutons les propriétés de ces différentes trjectoires et les phses de jeu qui permettent de les oserver. Longueur : mximum 12 m - minimum 9 m Ryon : 9,15 m 9,15 m 11 m 16,5 m 5,5 m Ryon : 1 m 9,15 m 16,5 m 7,32 m 5,5 m 1. Présenttion du footll. () Julni, llon offi ciel de l coupe du monde 21 : msse M = 45 g et ryon R = 11 cm. () Le terrin et ses dimensions. 1 Reflets de l Physique n 28 Article disponile sur le site ou

2 4Avncées de l recherche Michel Bryn. Penlty à 11 mètres. Digrmme de phse Deux forces déterminent l trjectoire du llon : son poids F G et l force érodynmique F A. Dns cette dernière, il est d usge de distinguer deux composntes, l une lignée vec l vitesse (trînée F D ) et l utre perpendiculire (portnce F L ). Nous suivons cet usge qui permet, comme nous le verrons, d isoler l effet de l rottion du llon. Ainsi, l éqution générle de l trjectoire devient : M d/dt = F G + F D + F L (1). Dns cette éqution, M est l msse du llon et l vitesse de son centre d inertie. L origine physique et l expression des forces F D et F L sont détillées dns l encdré p. 12. Nous llons nlyser l éqution (1) en identifint différents régimes crctérisés, chcun, pr une trjectoire prticulière. Pour cel, nous mesurons l importnce reltive des forces vec deux nomres sns dimension : D r = F D /F G et S p = F L /F D. Sur l figure 2, nous utilisons ces deux nomres pour définir le digrmme de phse des différentes trjectoires. Lorsque l grvité domine (D r << 1), on oserve des trjectoires proliques : c est le régime des touches ou des los (p. 13). À l inverse (D r >> 1) et en l sence de rottion (S p << 1), les trjectoires sont rectilignes ou en zigzg (p. 12). Enfin, lorsque l érodynmique domine et que le llon tourne (D r >> 1, S p >> 1), les trjectoires se courent, comme dns les fmeux coup frncs de Michel Pltini, et se rpprochent de spirles, comme dns celui de Roerto Crlos (pp ). S p = F L /F D 1 Action imge 1 D r = F D /F G 2. Digrmme de phse des différentes trjectoires oservées u footll. () Lorsque l grvité domine (D r << 1), les trjectoires sont proliques. C est le régime des touches, illustré ici pr Rory Delp, joueur irlndis connu pour fire des touches ussi longues que des corners. () À plus grnde vitesse et en l sence de rottion (D r >> 1, S p << 1), on oserve des trjectoires rectilignes, en zigzg, voire en proles tronquées. Ce régime est illustré ici pr Clrence Seedorf, footlleur néerlndis connu pour l puissnce de ses tirs. (c) Enfi n, lorsque l érodynmique domine et que le llon tourne (D r >> 1, S p >> 1), on oserve des trjectoires courées, comme dns les fmeux coups frncs de Pltini ou ici de Roerto Crlos. c Cludio Vill / Getty Imges Europe Press Assocition Reflets de l Physique n 28 11

3 Lignes droites et zigzgs On s intéresse ici ux grosses frppes sns rottion, où D r >> 1 et S p << 1. Dns cette limite, seule l force de trînée F D ~ ρr 2 influence l trjectoire du llon. Ici, ρ 1,2 kg/m 3 est l msse volumique de l ir, tndis que R =,11 m est le ryon du llon et s vitesse. Cette force érodynmique devient supérieure u poids u-delà de l vitesse critique * 2 m/s. Le tleu de l pge 14 indique des vitesses enregistrées en mtch lors de grosses frppes. Ces vitesses sont supérieures à 38 m/s, ce qui correspond ien u domine érodynmique. F D étnt lignée vec l vitesse, on déduit de l éqution (1) que l trjectoire est une droite. De fçon plus précise, cette éqution s intègre et l on montre que l vitesse décroît exponentiellement vec l scisse curviligne s suivnt l loi (s) = exp(-s/ ), étnt l longueur crctéristique de freinge : 7 (ρ s /ρ) R (2). Dns l éqution (2), ρ s = 81 kg/m 3 est l msse volumique du llon et le fcteur 7 est l vleur donnée pr le clcul pour nos gmmes de vitesses et de tilles. L longueur est insi de l ordre de 5 m pour le footll. Tnt que (s) > * (typiquement jusqu à s ~ ), les grosses frppes sont donc sensées suivre des lignes droites. On présente sur l figure 3 des trjectoires de llon oservées pr Hong et l. [4] pour 28 m/s : l écoulement d ir utour du llon est visulisé en recouvrnt l lle d une poudre de tétrchlorure de titne. Dns ces clichés, les petites ouffées révèlent l structure tourillonnire complexe à l vl du llon et montrent que l trjectoire reste effectivement une qusiligne droite (), mis qu elle peut prfois zigzguer utour de cette droite (). On oserve ussi sur l figure 3 que l tille du zigzg est grnde comprée à l distnce qui sépre deux vortex. Cette séprtion d échelles indique que l origine du zigzg (ussi oservé u volley et u sell) n est ps un simple couplge entre le llon et les tourillons émis dns son sillge. Son origine physique est encore déttue, mis il semle que l trnsition turulente de l couche limite joue un rôle essentiel [3]. 3. Trjectoires de llons de footll oservées pr Hong et l. pour 28 m/s [4]. () ligne droite ; () zigzg. Sur ces clichés, le llon v de droite à guche. 4Les forces érodynmiques Origine physique de l trînée Lorsque le llon se déplce à l vitesse dns de l ir, l forme de l écoulement n est ps symétrique entre l vnt et l rrière. Plus précisément, on voit des tourillons derrière le llon, mis ps devnt (fig. ). Ainsi, l ir qui est initilement u repos se retrouve en mouvement près le pssge du llon. Il est ccéléré, et cette ccélértion est à l origine de l force de trînée. De fçon plus précise, on peut estimer cette force en considérnt l mise en mouvement de l ir chssé pr le llon, lorsqu il se déplce d un dimètre 2R. L msse d ir déplcée lors de ce mouvement est contenue dns le cercle en pointillés (fig. ). Cette msse m, de l ordre de ρr 3 (où ρ est l msse volumique de l ir), psse d une vitesse nulle à (Δ ) sur un temps Δt ~ R/. L vrition de quntité de mouvement pr unité de temps, mδ /Δt, conduit à l expression de l force de trînée F D ρ R 2 2. Origine physique de l portnce Lorsque le llon tourne vec l vitesse ngulire, les tourillons qui sont émis n ont plus l même intensité : celui qui est entrîné pr l rottion tourne plus vite, tndis que l utre est rlenti (fig. ). Cet effet implique que l ir est plus ccéléré d un côté que de l utre, ce qui fit pprître une force perpendiculire à l écoulement, dite «force de Mgnus». Pour trouver son expression, on risonne comme précédemment, en considérnt cette fois l vrition de vitesse dns l direction perpendiculire à l écoulement : Δ ~ R, d où F L ~ mδ /Δt ~ ρr 3. R F D Écoulement de l ir utour d un llon se déplçnt à une vitesse, () sns rottion, () vec rottion. R F L F D 12 Reflets de l Physique n 28

4 L Déggements. () Les déggements des grdiens de ut (ici, Steve Mndnd) dépssent en générl de peu le milieu de terrin, et sont crctérisés pr une coure en cloche fortement symétrique pr rpport à leur pogée. () Trjectoires du llon vec grvité et freinge érodynmique (trit plein) et vec l grvité seule (pointillés). L vitesse initile est = 45 m/s, l ngle initil est 45 pour le trit épis et 37 pour l trjectoire l plus longue (trit mince). Pour ces deux cs, = 54 m. (Source de l photo : ) x (m) Lorsque l distnce prcourue pr le llon est supérieure à l distnce de freinge, l vitesse du llon diminue et l grvité ne peut plus être négligée dès lors que devient inférieure à *. Cette sitution se rencontre lors des déggements des grdiens de ut (fig. 4). Dns cette limite, nous vons intégré numériquement l éqution (1), en prennt en compte FD et FG = Mg. Les trjectoires otenues pour deux ngles initiux différents vec = 54 m et = 45 m/s sont présentées sur l figure 4. On oserve sur cette figure un écrt importnt vec l prole gliléenne : qund on tteint l longueur, l inertie du llon ne compte plus, si ien qu il retome presque verticlement. On voit ussi que l ngle qui mximise l distnce n est plus 45 mis 37. Cet ngle optiml vrie vec et. 4Avncées de l recherche 5 L spirle Pnormic Michel Bryn Nous retenons des deux sections précédentes que, dns l limite des grndes vitesses ( >> *), l grvité peut être négligée, et l trjectoire est rectiligne sur des distnces petites devnt. Ceci est vri en l sence de rottion. Avec rottion, le llon suit ussi l force de Mgnus F ~ ρr3, où est le vecteur rotl 11 m m tion. Cette2 force, perpendiculire à l vitesse, dévie le llon de l ligne droite. Plus précisément, l courure locle de l trjectoire C(s) évolue suivnt l éqution M2C(s) = FL. En utilisnt l expression de FL et en prennt en compte l décroissnce exponentielle de l vitesse, cette éqution indique que l courure de l trjectoire ugmente à prtir de l impct suivnt l loi : C(s) ~ (ρ/ρs) (/) exp(s/ ) (3). Cette trjectoire été étudiée en détil 11 m 2 m pr Dupeux et l. [5],35etmnous ne discutons ici que ses implictions pour le footll. L éqution (3) montre que l trjectoire est une spirle dont l courure initile C ~ ρ/ρs ugmente exponentiellement sur l longueur de freinge. Nous discutons sur l figure 5 l possiilité d oserver cette spirle dns le cs de trois coups de pied rrêtés. À l échelle du penlty (fig. 5), l distnce de 11 m est 2 m 35 m petite comprée à l tille de l spirle, et c seul le déut rectiligne de l trjectoire est oservle. Pour un coup frnc ux 18 m 5. Trois types de coups de pied rrêtés. () Penlty à 11 m ; () coup frnc «ux 18 mètres» ; (c) coup frnc lointin. (fig. 5), le cœur de l spirle n est ps Press Assocition Proles et proles tronquées y (m) Reflets de l Physique n 28 13

5 5 D = 35 m α 12-5 δ,8 m 4 m Coup frnc de Roerto Crlos, tiré contre l Frnce en On détille ici le coup frnc présenté sur l figure 5c. L trjectoire leue est clculée à prtir de l éqution (3), vec = 38 m/s et = 88 rd/s. L trjectoire violette est le cercle de courure C, et le trit pointillé vert indique l trjectoire rectiligne. ccessile, mis l trjectoire est courée et on peut l estimer pr un cercle de courure C. Pour un coup frnc lointin (fig. 5c), l trjectoire courée dévie du cercle et l ugmenttion de courure devient oservle. Selon nous, cette ugmenttion est à l origine de l trjectoire surprennte oservée lors du coup frnc de Roerto Crlos tiré contre l Frnce en 1997 [6]. Ce coup frnc est schémtisé sur l figure 6 : il est tiré des 35 mètres à une vitesse = 38 m/s et un ngle initil α de l ordre de 12. Du fit de l rottion ( 88 rd/s 15 tours pr seconde), l trjectoire du llon s incurve et finit pr entrer dns le ut sns que le grdien ouge (coure leue). Sns rottion, le llon sortirit de 4 mètres (pointillés). Avec une trjectoire circulire, le llon mnque l cge de 8 centimètres (tirets violets). Du fit de l spirle, le llon s écrte de l trjectoire circulire dns les derniers mètres qui le séprent du poteu et finit pr entrer, à l surprise générle. Dns le cs du coup frnc de Roerto Crlos, l xe de rottion est verticl et le llon dévie horizontlement vers l guche, ce qui lui permet de contourner le mur. n utre type de coup frnc est celui où le tireur décide de fire psser le llon pr-dessus le mur et de le fire plonger ensuite. Pour cel, il choisit un xe de rottion horizontl et fit tourner le llon de telle sorte que son sommet ille vers l vnt (tel un lift u ping-pong). Ce type de coup frnc est rre, cr il demnde un petit pied, suffismment petit pour psser sous le llon et le rosser. n des derniers grnds mîtres cples de réliser ce geste est Juninho Pernmucno [7]. Conclusion Grvité et érodynmique sont responsles de l diversité des trjectoires du llon de footll. À file vitesse (touche, lo), l grvité domine et seule l prole gliléenne est oservée. À forte vitesse (penlty, coup frnc, tir tendu), l érodynmique devient prépondérnte et l trjectoire se met à dépendre de l rottion du llon. Sns rottion, celui-ci v tout droit ou zigzgue, suivnt l nture lminire ou turulente de s couche limite. Cette trjectoire qusi rectiligne perdure, jusqu à ce que le llon soit suffismment rlenti pour que l grvité le fsse tomer, donnnt lieu à des proles tronquées. Le dernier régime est celui des llons en rottion qui conduit à des cercles, voire à des morceux de spirle lorsque l distnce prcourue est suffisment grnde. Vitesses de llon enregistrées lors de grosses frppes. Joueur (m/s) Mtch Dvid Hirst 51 Sheffield / Arsenl (16/9/96) Dvid Beckhm 44 Mnchester td / Chelse (22/2/97) Dvid Trézéguet 43 Monco / Mnchester td (19/3/98) Richie Humphreys 42,8 Sheffield / Aston Vill (17/8/96) Mtt Le Tissier 39 Southmpton / Newcstle (18/1/97) Aln Sherer 38,3 Newcstle / Leicester (2/2/97) Roerto Crlos 38,1 Brésil / Frnce (3/6/97) Références 1 W.D. Hill, M. Blke et J.E. Clrk, Bll court design dtes ck 3,4 yers, Nture 392 (1998) C. Reep et B. Benjmin, Skill nd Chnce in Assocition Footll, Journl of the Royl Sttisticl Society, Series A (Generl) 131 (1968) A. Armenti (ed.), The physics of sports, AIP-Press, Springer-Verlg (1992). 4 S. Hong, C. Chung, M. Nkym et T. Asi, nstedy Aerodynmic Force on Knucklell in Soccer, Procedi Engineering 2 (21) G. Dupeux, A. Le Goff, D. Quéré et C. Clnet, The spinning ll spirl, New Journl of Physics 12 (21) Reflets de l Physique n 28

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser»

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser» C Grin / DM-4_crrigedc (ver: 9//5) pge /6 DM-4_CRRIGE Présenttin du système : «Mrquge Lser» Sur les lignes de frictin, n utilise de plus en plus fréquemment des dispsitifs de mrquge pur identifier les

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe

Continuité - Limites Asymptotes à une courbe Continuité - Limites Asymptotes à une cre Continuité - Théorème des vleurs intermédiires Notion de continuité Grphiquement, on peut reconnître une fonction continue sur un intervlle I pr le fit que le

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR

CAP PRO E SCHEMA : LE MOTEUR CAP PRO E SCHEMA : E MOTEUR folio folio folio folio folio folio folio 7 folio 8 folio 9 plque signlétique d un moteur puissnce sorée pr un moteur plque à ornes d un moteur triphsé e couplge étoile e couplge

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICE 1 : Les ondes rdio Un élève consulte Internet pour récolter des informtions sur les ondes rdio. Il lit: «Lorsqu'une onde rencontre un obstcle de grnde dimension

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

Détermination des épaisseurs Formule générale

Détermination des épaisseurs Formule générale Formule générle Hors le cs des vitrges pour le bâtiment, trité pr l NF DTU 39 P4, on peut clculer à l ide des formules de Timoshenko : - l épisseur minimle à donner ux vitrges plns monolithiques soumis

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques

Choix binaires avec influences sociales : mode d emploi et conséquences économiques Choix binires vec influences sociles : mode d emploi et conséquences économiques Denis Phn * * CREM UMR CNRS 6, Université de Rennes /3/5 Résumé : Cette note propose une synthèse de quelques trvux conscrés

Plus en détail

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments

Mécanique: chapitre 2. Forces; Moments écnique: chpitre orces; oents INTRDUCTIN Toute ction écnique s'eerçnt sur un objet pour eet soit: de odiier son ouveent ou de le ettre en ouveent, de le intenir en équilibre, de le déorer. Toute ction

Plus en détail

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES

ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE ACCESSOIRES OXYGENOTHERAPIE HUMIDIFICATEURS IR médicl dministré u ptient pr voies respirtoires. Il se visse à l sortie d un déitmètre (à ille ou ien précliré) et s utilise vec de l eu stérile. Principles crctéristiques

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Résumé du cours d analyse de maths spé MP

Résumé du cours d analyse de maths spé MP 1 TOPOLOGE Résumé du cours d nlyse de mths spé MP 1 Topologie 1) Normes, normes équivlentes Une norme sur l espce vectoriel E est une ppliction N de E dns R vérifint : x E, N(x). x E, (N(x) = x = ) (xiome

Plus en détail

Là où on s y attend le moins, des

Là où on s y attend le moins, des REGARDS LOGIQUE & CALCUL L conjecture du crré inscrit Plcer sur une coure fermée qutre points formnt les coins d un crré est presque toujours possile. C est ien, mis comment se dérrsser du «presque»? Jen-Pul

Plus en détail

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145.

École de technologie supérieure Service des enseignements généraux Local B-2500 514-396-8938 Site internet : http://www.etsmtl.ca/ MAT145. École de technologie supérieure Service des enseignements généru Locl B-500 54-96-898 Site internet : http://www.etsmtl.c/ MAT45 CALCUL DIFFÉRENTIEL ET INTÉGRAL NOTES DE COURS e PARTIE PAR GENEVIÈVE SAVARD,

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Option informatique :

Option informatique : Option formtique : l deuxième nnée Lurent Chéno été 1996 Lycée Louis-le-Grnd, Pris Tle des mtières I Arres 13 1 Arres ires 15 1.1 Défitions et nottions... 15 1.1.1 Défition formelle d un rre ire... 15

Plus en détail

EPUUniversité de Tours

EPUUniversité de Tours DI 3ème nnée EPUUniversité de Tours Déprtement Informtique 007-008 ANALYSE NUMERIQUE Chpitre 3 Intégrtion numérique résumé du cours 1 Introduction Il s git d une mniére générle de déterminer, le mieux

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Automates hyper-minimaux

Automates hyper-minimaux Université derouen UFR des sciences et techniques Projet nnuel de mster 1 Encdrnts : Pscl Cron et Ludovic Mignot Automtes hyper-minimux Jen-Bptiste PRIEZ Rouen, le 20 mi 2011 Résumé Deux lngges sont f-équivlents

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES

COURS DE MATHÉMATIQUES COURS DE MATHÉMATIQUES Terminle S Vlère BONNET vlere.bonnet@gmil.com) 9 mi Lycée PONTUS DE TYARD rue des Gillrdons 7 CHALON SUR SAÔNE Tél. : ) 85 46 85 4 Fx : ) 85 46 85 59 FRANCE ii LYCÉE PONTUS DE TYARD

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1

Exercices corrigés 9325 = 2 4662 + 1 4662 = 2 2331 + 0 2331 = 2 1165 + 1 Grenoble INP Pgor 1ère nnée Exercices corrigés Anlyse numérique NB : Les exercices corrigés ici sont les exercices proposés durnt les sénces de cours. Les corrections données sont des corrections plus

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

TOUT SUR LE TRIANGLE

TOUT SUR LE TRIANGLE PROBLEME de niveu sup rédigé pr R. Ferreol ferreol@mthcurve.com TOUT SUR LE TRIANGLE. DONNÉES ET NOTATIONS 3 points A, B, C non lignés d un pln ffine euclidien P orienté de fçon à ce que (AB, AC ) soit

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656 Science Arts & Métiers (SAM) is n open ccess repository tht collects the work of Arts et Métiers PrisTech reserchers nd mkes it freely ville over the we where possile. This is n uthor-deposited version

Plus en détail

Menu outils de navigation mennavi.htm

Menu outils de navigation mennavi.htm Pge de lncement index.htm Voici l représenttion schémtique de l structure du site Wllonie, toutes les crtes en mins... Pge d ccueil win.htm nevs générl menwin.htm À propos de l structure des données :

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean

ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATION SYSTEM. 16x40 40x40 40x80 80x80 40x40 40x80 50x50 50x100 50x200 100x100 100x200 25x200 lean lean ROBOTUNITS - THE MODULAR AUTOMATI SYSTEM Prox Technologies is the uthorized distriutor of Rootunits in Cnd, providing wide rnge of extrusions, technicl support nd design engineering. We hve the tem expertise

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

Machine à coudre informatisée Manuel d'instructions

Machine à coudre informatisée Manuel d'instructions APPRENEZ À CONNAÎTRE VOTRE MACHINE À COUDRE NOTIONS ÉLÉMENTAIRES DE COUTURE POINTS DE COUTURE COURANTS ANNEXE Mchine à coudre informtisée Mnuel d'instructions INSTRUCTIONS DE SÉCURITÉ IMPORTANTES Lorsque

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL H.W. Bode (95-98), mthémticien et physicien méricin. Bode entr dès 99 ux Bell Lbs, où il trvill vec Fry et Nyquist sur l théorie des circuits et des systèmes. Il

Plus en détail

Les règles de Descartes et de Budan Fourier

Les règles de Descartes et de Budan Fourier Ojectifs de ce chpitre Mthémtiques ssistées pr ordinteur Chpitre 4 : Rcines des polynômes réels et complexes Michel Eisermnn Mt49, DLST LS4, Année 8-9 www-fourierujf-grenolefr/ eiserm/cours # mo Document

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf.

Tableau d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulable Réf. : 322 001 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. Tleu d extension de mise en sécurité pour CMSI type B modulle Réf. : 00 Module deux lignes de mise en sécurité Réf. : 00 DE MISE EN MISE EN 5 7 8 8 PROGRAM. SYSTEME Fus. F, 5H50V MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux

Systèmes de détection Exemples académiques & commerciaux Systèmes de détection Exemples cdémiques & commerciux Système de détection: Propgtion de logiciels mlveillnts Exemple I: MIT, ICSI & Consentry Jen-Mrc Robert, ETS Protection contre les mences - Détection

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE Chpitre 1 L'ETAT CRISTALLIN 1 INTRODUCTION GENERALE Les propriétés des mtériux (des solides entre utres) sont définies pr l'rrngement tomique, l microstructure et l nture des liisons chimiques. L'étude

Plus en détail

Systèmes de transitions Automates à états finis

Systèmes de transitions Automates à états finis M2P GLRE Génie Logiciel, logiciels Réprtis et Embrqués Systèmes de trnsitions Automtes à étts finis Z. Mmmeri 1. Comportement de système L description de comportement d un système désigne l expression

Plus en détail

Chapitre 4 : les réactions nucléaires

Chapitre 4 : les réactions nucléaires Chpitre 4 : réctions nucléires 4-1 4.1. Définitions Chpitre 4 : les réctions nucléires Fisceu α cile Prticule incidente sur noyu-cile Prt Noyu Définissons une réction nucléire coe l trnsfortion d'un noyu

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction

Portes coupe feu EI 2 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes coupe feu élégntes Portes coupe feu EI 30 pour tout type de construction L nouvelle génértion de portes métlliques NovoPort Premio devient l référence dns l protection incendie

Plus en détail

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.)

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.) TD : Arres Binires de eherhe (A.B..) Olivier ynud rynud@isim.fr http ://www.isim.fr/rynud ésumé Dns e Td nous proposons trois exeries. Le premier est onsré à l implémenttion du T.D.A. Ensemles dynmiques

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail