Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs"

Transcription

1 Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs Licece de mathématiques, 3 ième aée Bruo Saussereau Aée uiversitaire Bruo Saussereau, Laboratoire de Mathématiques de, UF Scieces & Techiques, 6, route de Gray, cedex, Frace. Courriel :

2

3 Présetatio du cours i Présetatio du cours Ce cours correspod à l uité d eseigemet de théorie des probabilités dispesée das le cadre du semestre 5 de l eseigemet à distace de la Licece de Mathématiques. La diffusio de ce cours est strictemet limitée aux étudiats régulièremet iscrits à l uité d eseigemet correspodate du Cetre de Télé-eseigemet Uiversitaire. Public visé Cet eseigemet par correspodace s adresse e priorité aux étudiats désireux de poursuivre des études de Master e vue de la recherche, de passer le cocours de l agrégatio extere de mathématiques ou à ceux qui se destiet à des études de mathématiques appliquées e vue de deveir igéieurs-mathématicies. Pré-requis et révisios Ce cours e suppose aucu pré-requis sur le formalisme des probabilités. Tout le formalisme et le vocabulaire des probabilités est défii et itroduit au fur et à mesure des besois. Il suppose juste ue sesibilisatio aux phéomèes aléatoires et à leur étude élémetaire telle qu elle est eseigée depuis quelques aées au lycée et das le semestre 4 de la Licece. Pour ue rapide mise à iveau sur l approche élémetaire des probabilités o peut se reporter aux deux ouvrages classiques [] et [2]. Certais des exercices proposés das cette uité sot ispirés de ces deux ouvrages moyeat quelques adaptatios de vocabulaire dues au formalisme itroduit das le cours. E revache ce cours suppose cous les cocepts classiques de la théorie de la mesure et de l itégratio, dite itégrale de Lebesgue. Ces cocepts serot souvet rappelés das ce cours de faço à redre sa lecture autoome. Ces résultats serot éocés sous leur versio la plus utile pour les applicatios e probabilités, ils serot admis et e ferot doc pas l objet d ue démostratio sauf cas particuliers. Pour leur versio géérale et leurs démostratios, o pourra se reporter à l ouvrage [8]. Outre ces résultats spécifiques, le cours écessitera la coaissace de résultats et de techiques classiques de mathématiques géérales. C est doc l occasio, dès maiteat, de réviser égalemet ces otios mathématiques idispesables qui serot supposées coues. A cet effet, o pourra se reporter à u cours classique de mathématiques géérales, par exemple [], largemet suffisat pour revoir ces otios. Il s agit e particulier de bie coaître

4 ii Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204. les otios et résultats élémetaires de la théorie des esembles : esembles, parties d u esemble, iclusio, apparteace, partitio d u esemble, itersectio et réuio de plusieurs sous-esembles, différece de deux sous-esembles, complémetaire d u sousesemble, applicatios, bijectios, image-réciproque d ue applicatio, opératios sur les applicatios, compositio de deux applicatios, les élémets de théorie de la mesure et de l itégrale de Lebesgue 3. le calcul des sommes de séries : série géométrique, série expoetielle, dérivatio des séries etières, quelques élémets d algèbre géérale et multiliéaire e dimesio fiie : biôme de Newto, ombre de combiaisos, espaces vectoriels, produit scalaire euclidie, orme euclidiee, calcul matriciel, trasposé d ue matrice, opératios élémetaires sur les matrices, diagoalisatio d ue matrice symétrique,... Coseils de travail Le cours propremet dit compredra des défiitios, des propositios (théorèmes, lemmes, formules,...), des démostratios, des exemples et des exercices corrigés. Les démostratios doivet être coues, elles sot exigibles lors des épreuves d évaluatio. Les démostratios développées das le cours sot choisies e foctio de l itérêt pédagogique du raisoemet qu elles mettet e oeuvre. Il faut les étudier, crayo e mai, essayer de les refaire e mettat e évidece les deux ou trois axes de la démostratio qu il coviet de reteir pour être capable de la restituer sas documet. C est à ce critère que vous pourrez mesurer si vous avez compris quelque chose. Il est coseillé aussi de bie mettre e évidece das ces démostratios, e les éoçat complètemet et e vérifiat que leurs hypothèses de validité sot satisfaites, les résultats atérieurs sur lesquels elles preet appui. Certaies démostratio serot détaillées, d autres serot volotairemet plus succictes afi de vous etraîer à détailler par vous-même les passages rapides de la démostratio. Les exemples du cours servet à illustrer ue défiitio sur u cas particulier ou à motrer ue applicatio cocrète d ue propositio. Leur rédactio est aussi parfois volotairemet succicte. Il coviet alors d e détailler les calculs, de vérifier les résultats aocés, et d essayer de oter les astuces ou techiques utilisées et trasposables das d autres situatios, évetuellemet moyeat certaies adaptatios. Ce qui est dit pour les exemples est aussi valable pour tous les exercices proposés e auto-correctio et leurs corrigés. Les exercices sot divisés e deux catégories :. Les exercices de la première catégorie sot les exercices isérés das le texte du cours propremet dit. Ils sot assez simples et sot coçus comme des applicatios directes du cours et de ce qui viet d être vu. 2. Les exercices de la secode catégorie, dits de révisio, sot placés e fi de chaque chapitre à partir du chapitre III. Ils sot, quat à eux, de difficultés variables et fot appel aux diverses otios mises e place das les chapitres atérieurs y compris le chapitre étudié.

5 Présetatio du cours iii Vous devez essayer de chercher à résoudre le maximum d exercices, e vous aidat du cours. Pour les exercices que vous e savez pas résoudre ou que vous avez pas pu chercher, par exemple par maque de temps, il faut au mois étudier leurs solutios e vous reportat au chapitre VIII. Ce qui a été dit, plus haut, pour l étude des démostratios s applique égalemet pour étudier la correctio d u exercice. Ecore ue fois, après avoir étudié ue démostratio ou la solutio d u exercice, vous devez être capable de refaire cette démostratio ou cet exercice, sas regarder le cours, trois ou quatre jours plus tard. C est là u bo test pour savoir si vous avez compris la démostratio ou la solutio de l exercice. Il e faut pas hésiter à réviser les chapitres déjà travaillés c est-à-dire à reveir plusieurs fois, après de logs itervalles de temps, sur les démostratios ou exercices étudiés auparavat. Trois devoirs à rédiger et à retourer à la correctio sot proposés das le cadre de cet eseigemet afi de vous permettre de tester vos coaissaces et de vous iciter à u travail régulier. Ces devoirs permettet aussi de motrer au correcteur que vous avez compris le cours, que vous coaissez les résultats vus e cours et les hypothèses qui les commadet, et que vous savez les mobiliser pour répodre à ue questio ou démotrer u résultat ouveau. Il est doc recommader de tout mettre e œuvre pour atteidre cet objectif. Il est bo de porter so attetio, e particulier, sur les coseils suivats : U devoir de mathématiques est u devoir de fraçais qui traite de mathématiques, c est doc avat tout u texte de fraçais. Il doit doc être rédigée de faço correcte e fraçais. Les hypothèses spécifiques justifiat l utilisatio de chaque théorème doivet être correctemet explicitées et le résultat du cours utilisé doit être clairemet idetifié voire explicitemet éocé. Les résultats itermédiaires et les coclusios obteues doivet être mis e évidece. Les otatios utilisées ou itroduites, surtout si elles sot ouvelles par rapport au cours, doivet être clairemet aocées. La rédactio du cours peut être cosidérée comme u guide de rédactio d u texte mathématique. Les épreuves d exame comporterot des exercices et des questios portat sur l esemble du cours. Elles peuvet égalemet compredre des questios de cours propremet dites : éocer u ou plusieurs résultats du cours, refaire ue ou plusieurs démostratios vues e cours, traiter u exemple ou u exercice corrigé proposés das les documets fouris das le cadre de cette uité d eseigemet. La table de la loi ormale stadard de l aexe B (sas les explicatios sur so utilisatio), aisi que le formulaire de l aexe A, serot dispoibles avec les sujets lors des épreuves d évaluatio. Lors de ces épreuves, l utilisatio d ue calculatrice est autorisée. Certaies propositios du cours coceret des résultats metioés "hors programme". Ils sot simplemet doés das u but de culture mathématique, mais e ferot doc pas l objet d évaluatio et leur coaissace est pas exigible das les évaluatios. Souvet ils apportet des complémets ou des précisios sur u résultat ou ue remarque qui vieet d être faits. Efi, il est évidet que l appréciatio d ue copie par le correcteur, que ce soit celle d u devoir ou d ue épreuve d exame, accordera ue place importate à la rédactio, à la clarté des justificatios et de l argumetatio aisi qu à la présetatio globale de la copie. Ue copie illisible ou mal rédigée pourra e pas être corrigée et sera sactioée e coséquece.

6 iv Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 Aexes Ce documet compred ciq aexes :. L aexe A, page 205, est u rappel des pricipales relatios mathématiques utilisées das les calculs de probabilités et des lois de probabilités classiques à coaître. Ce formulaire sera dispoible lors des épreuves de cotrôles ou d exames. 2. L aexe B, page 2, explique l usage de la table statistique de la loi ormale cetréeréduite reproduite e fi de l aexe. La table de la loi ormale stadard, sas les explicatios qui l accompaget, sera dispoible lors des épreuves d exame. 3. L aexe C, page 25, compred les sujets des trois devoirs qui devrot être evoyés à la correctio et précise les dates de ces trois evois. Les corrigés de ces devoirs serot retourés avec la copie corrigée. Bibliographie Pour le cours, et surtout pour apporter des complémets à ce cours, o pourra utiliser avec profit le livre de [4]. Pour les exercices o pourra se reporter à [2] pour ceux relevat de la théorie de la mesure de de l itégratio, et à [3] où o trouvera des exercices supplémetaires cocerat la théorie des probabilités. Pour ue justificatio du choix du formalisme et de sa sigificatio e tat que modèle de la "réalité", o pourra cosulter avec profit e première lecture le chapitre I de [5] et [7] puis, e secode lecture, [4] pages 93 et 32, et [3] page 56. Ue approche historique et épistémologique e liaiso avec les questios d eseigemet des cocepts probabilistes peut être trouvée das [6]. Caledrier de travail Le cours lui-même est divisé e sept chapitres auxquels s ajoute u huitième chapitre regroupat les correctios des exercices proposés das les chapitres précédets. Les trois premiers chapitres sot pricipalemet destiés à mettre e place le formalisme des probabilités e trascrivat das le lagage des probabilités les otios de théorie de la mesure et de l itégratio vues das l uité correspodate : tribu, applicatio mesurable, mesure, image d ue mesure, règles d itégratio, théorèmes de Lebesgue,... etc. Normalemet ces otios ot été vues das l uité d itégratio qui est coseillée pour suivre cet eseigemet de probabilité. Elles doivet être étudiées assez rapidemet de faço à faire porter votre travail sur les autres chapitres. Das ces trois premiers chapitres la otio de loi de probabilité, le théorème du trasfert, la otio de foctio caractéristique et les critères d idetificatio des lois, doivet être bie assimilés et maîtrisés. Les cocepts vraimet ouveaux et propres à la théorie des probabilités : idépedace, vecteurs gaussies, covergeces, théorèmes-limites,... etc, sot vues das les quatre deriers chapitres et costituet le oyau de l uité de probabilités.

7 Présetatio du cours v Il faut cosacrer e gros u tiers du temps de travail de l uité à l étude des chapitres, 2 et 3. U tiers du temps aux chapitres 4 et 5, et u tiers du temps aux chapitres 6 et 7. Vous avez à rédiger trois devoirs à evoyer pour correctio à l adresse suivate : Bruo Saussereau, Laboratoire de Mathématiques de, UF des Scieces et Techiques, 6, route de Gray, cedex, Frace.. Le devoir, dot le texte se trouve e aexe C, page 26, porte sur les chapitres I, II et III. Il doit être evoyé au plus tard pour le 2 février Le devoir 2, dot le texte se trouve e aexe C, page 28, porte pricipalemet sur le chapitre IV et V mais pourra bie sûr faire appel à des résultats des chapitres précédets. Il doit être evoyé au plus tard pour le 28 mars Le devoir 3, dot le texte se trouve e aexe C, page 220, porte pricipalemet sur les chapitres VI et VII, mais pourra bie sûr faire appel à des résultats des chapitres précédets. Il doit être evoyé au plus tard pour le 8 avril 204. Le caledrier ci-dessus est doé à titre idicatif. Bie etedu, j accepterai de corriger vos devoirs à importe quel momet. Cepedat je vous coseille d essayer de travailler régulièremet et de suivre ce caledrier. emarque fiale Comme pour tout documet, des erreurs ou des coquilles peuvet s être glissées lors de sa rédactio, merci de me sigaler celles que vous pourriez relever. Plus gééralemet, si vous avez des remarques sur le documet, hésitez pas à m e faire part., le 0 javier 204, Bruo Saussereau

8 vi Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204

9 Table des matières. Présetatio du cours Notatios i xi Modèles probabilistes. Prélimiaires Tribu sur u esemble Mesures et probabilités Mesure Probabilités et évéemets Propriétés élémetaires des probabilités Foctios de répartitio Loi d u vecteur aléatoire 9 2. emarques sur la modélisatio de l aléatoire Cas discret Cas cotiu Pricipe de modélisatio Applicatios mesurables Loi d ue variable aléatoire Variables aléatoires Loi d ue variable aléatoire Momets d u vecteur aléatoire appels sur l itégratio des applicatios mesurables Itégratio des foctios positives Itégratio des foctios umériques Itégratio des foctios vectorielles Propriétés de l itégrale Espaces de Lebesgue d ordre p Théorème du trasfert et momets d ue v.a Théorème du trasfert et idetificatio de lois Momets d ue variable aléatoire Foctio caractéristique et loi d ue v.a Exercices de révisio sur les chapitres I à III

10 viii Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 4 Idépedace stochastique 6 4. Itégratio sur +p Idépedace de vecteurs aléatoires, d évéemets, de tribus Idépedace de vecteurs aléatoires Critères d idépedace de vecteurs aléatoires Idépedace d évéemets, de tribus Tribu et évéemets asymptotiques Somme de v.a.r. idépedates Exercices de révisio sur les chapitres I à IV Vecteurs aléatoires gaussies Vecteur gaussie Loi d u vecteur gaussie Exercices de révisio sur les chapitres I à V Lois des grads ombres et covergeces de v.a.r Covergece e probabilité d ue suite de v.a.r Loi faible des grads ombres Covergece e probabilité Covergece presque-sûre d ue suite de v.a.r Loi forte des grads ombres Covergece presque-sûre Covergece das L p (Ω, F, P) où p [, + ] Comparaiso des covergeces das L 0 (Ω, F, P) Exercices de révisio sur les chapitres I à VI Théorème-limite cetral et covergece de lois Théorème-limite cetral (TLC) Éocé du théorème-limite cetral (TLC) Cas particuliers du théorème-limite cetral (TLC) Correctio de cotiuité Covergece d ue suite de probabilités, covergece e loi Exercices de révisio sur les chapitres I à VII Corrigés des exercices Corrigés des exercices du chapitre I Corrigés des exercices du chapitre II Corrigés des exercices du chapitre III Corrigés des exercices du chapitre IV Corrigés des exercices du chapitre V Corrigés des exercices du chapitre VI Corrigés des exercices du chapitre VII A Formulaire 205 A. appels de otatios A.2 Quelques relatios à coaître e probabilités A.3 Probabilités usuelles discrètes A.4 Probabilités usuelles à desité

11 Table des matières. ix B Table de la loi ormale stadard 2 B. Calculs avec des v.a.r. ormales cetrées-réduites B.2 Calculs avec des v.a.r. ormales de paramètres quelcoques C Devoirs à evoyer à la correctio 25 C. Devoir à revoyer le 2 février 204 au plus tard C.2 Devoir 2 à revoyer le 28 mars 204 au plus tard C.3 Devoir 3 à revoyer le 8 avril 204 au plus tard Bibliographie. 22

12 x Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204

13 Notatios xi Notatios Nous répertorios ici quelques otatios géérales qui serot utilisées das l esemble du cours. O ote de faço classique respectivemet par les lettres, N, Z, Q,, C, les esembles des ombres etiers aturels, relatifs, ratioels, réels, complexes. Les lettres P et E serot itroduites das le cours mais e devrot pas être cofodues avec les otatios d esembles de ombres. O pose := {+, }. O éted l ordre usuel de à e posat, pour tout x, < x < +. O prologe les opératios classiques sur de la faço suivate : pour tout x {+ }, x + (+ ) = +, x ( ) = + ; pour tout x { }, x + ( ) =, x (+ ) =. O remarquera que (+ ) + ( ) et (+ ) (+ ) e sot pas défiis. O suppose coues les otatios classiques de la théorie élémetaire des esembles : itersectio, réuio, différece de deux esembles \, esemble vide Ø, passage au complémetaire ou plus fréquemmet c, iclusio (au ses large). Le symbole de Halmos,, désigera la fi d ue démostratio. Le symbole := sigifie "est égal par défiitio". Il idique que le membre de gauche de := est ue otatio pour le membre de droite. Chaque propositio, exemple, exercice, est umérotée par deux ombres séparés par u poit. Par exemple "propositio 5.2" désige la propositio 2 du chapitre 5.

14 xii Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204

15 Chapitre. Modèles probabilistes Chapitre Modèles probabilistes Le formalisme de la théorie des probabilités utilise les outils de la théorie de la mesure e adoptat u vocabulaire spécifique aux probabilités.. Prélimiaires Certaies défiitios et otatios de la théorie élémetaire des esembles serot costammet utilisées das la suite. Afi d éviter toute ambiguïté ous les rappelos rapidemet das ce paragraphe. Défiitio.. Das ce cours u esemble sera dit déombrable s il est e bijectio avec ue partie (fiie ou ifiie) de N. (Attetio : das certais ouvrages, u tel esemble est dit au-plus-déombrable, le qualificatif déombrable désigat alors les esembles possédat u ombre fii d élémets.) Si A et B sot deux parties d u esemble E, o ote A c := {x E / x A}, ou aussi E A si o souhaite préciser l esemble de référece E, le complémetaire de A das E et A \ B := A B c = {x A / x B}. Défiitio.2. Soit f ue applicatio d u esemble E das u esemble F. Si A est ue partie de F, l image-réciproque de A par f est l esemble, oté par les probabilistes {f A}, défii par {f A} := {x E / f (x) A}. L esemble {f A} est doc ue partie de E. Exemples.. Si f et g sot deux applicatios de E das et a u réel, {f = g} := {x E / f (x) = g(x)}, {f g} := {x E / f (x) g(x)}, {f = a} := {x E / f (x) = a}.

16 2 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 E vue de la propositio suivate, rappelos que si (A i ) I est ue famille quelcoque de parties d u esemble F, i I A i désige la partie de F costituée des élémets x de F tels qu il existe au mois u idice k I, x A k. De même, bigcap i I A i désige la partie de F costituée des élémets x de F tels que, pour tout idice k I, x A k. Voici quelques propriétés classiques de l image-réciproque : Propositio.. Avec les otatios itroduites ci-dessus,. {f Ø} := {x E / f (x) Ø} = Ø. 2. Si A et B sot des parties de F avec A B alors, {f A} {f B}. 3. Si (A i ) I est ue famille quelcoque de parties de F, { f } A i = { {f A i } et f } A i = {f A i }. i I i I i I i I 4. {f A} c = E \ {f A} = {f F \ A} = {f A c }. O fera attetio à l ambiguïté de la otatio c pour le complémetaire d u esemble das l assertio 4 de cette propositio : {f A} c sigifie E {f A} et {f A c } sigifie {f F A}. Exercice.. (Corrigé de l exercice : page 45) Démotrer la propositio précédete. Défiitio.3. L idicatrice d ue partie A de E est l applicatio, otée l A, de E das défiie, pour tout x E, par l A (x) := 0 si x A et l A (x) := si x A. Exercice.2. (Corrigé de l exercice : page 45) Soiet A, B et C trois parties d u esemble Ω.. Écrire l A B et l A B e foctio de l A et l B lorsque : (a) A et B sot disjoits ( i.e. A B = Ø). (b) A et B sot quelcoques. 2. Exprimer, e foctio des idicatrices de A, B et C, les idicatrices des esembles suivats : A c, A \ B, A B C. Exercice.3. (Corrigé de l exercice : page 46) epréseter graphiquemet les foctios défiies sur :. l [,+ [ l [0,].

17 Chapitre. Modèles probabilistes ( + )l [,+[. Efi, rappelos que, si f et g sot deux applicatios d u esemble E das, la otatio f g sigifie que, pour tout x E, f (x) g(x)..2 Tribu sur u esemble Défiitio.4. Ue famille A de parties d u esemble E est appelée ue tribu sur E, (ou das certais ouvrages ue σ-algèbre sur E ), si elle vérifie les trois axiomes suivats :. E A, 2. Si A A, alors A c A, 3. Si (A ) N est ue suite d élémets de A, alors N A A. Défiitio.5. Le couple (E, A) s appelle u espace mesurable et les élémets de A sot appelés les parties mesurables de E relativemet à la tribu A ou parties A-mesurables de E O otera bie que A est u esemble costitué de parties de E et doc ue partie de P(E), l esemble de toutes les parties de E. Exemples.2. les familles de parties de E, {Ø, E} et P(E), sot des tribus sur E appelées tribus triviales de E. O peut doc défiir au mois ue tribu sur tout esemble E. Exercice.4. (Corrigé de l exercice : page 47) Soiet u etier strictemet positif et (A, A 2,, A ) ue partitio de E, i.e. ue suite de parties o vides de E, deux à deux disjoites, dot la réuio est égale à E. Soit A la famille des réuios qu o peut fabriquer à partir de toutes les sous-familles de la suite (A, A 2,, A ), c est-à-dire la famille des parties de E de la forme i K A i où K parcourt l esemble des parties de {, 2,, }. Motrer que la famille A est ue tribu sur E. Pour ue gééralisatio de ce résultat, o pourra cosulter [2] exercice I-7 questio 2. Exercice.5. (Corrigé de l exercice : page 47) Motrer que l itersectio d ue famille quelcoque de tribus est ue tribu. E est-il de même pour la réuio? La propositio suivate doe u procédé de costructio de parties mesurables à partir d autres élémets de la tribu :

18 4 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 Propositio.2. Soit A ue tribu sur E.. Ø A. 2. Si (A i ) i I, où I N, est ue suite (fiie ou ifiie) d élémets de A, alors A i A. i I A i A et i I Démostratio : Ø = E c, o coclut par les axiomes et 2 de la défiitio des tribus. O pose A i := A i pour tout etier i I et A i := Ø pour tout etier i N \ I. O applique le résultat précédet et l axiome 3 de la défiitio pour motrer que i I A i = N A A. Pour motrer i I A i A, o remarque que ( A i = O utilise alors le résultat précédet et l axiome 2. i I i I A c i ) c Exercice.6. (Corrigé de l exercice : page 48) Motrer que si A et B sot deux parties mesurables de E relativemet à la tribu A, alors A \ B A. Pour des raisos techiques qui serot précisées plus loi, lorsqu o travaille sur E := ou plus gééralemet E := d avec d N, il est pas possible d utiliser la tribu P() ou P( d ) car elle est trop "grosse". Pour des explicatios plus détaillées cosulter l aexe??, page??. O doit doc défiir ue tribu plus "petite" (au ses de l iclusio des esembles) mais suffisammet riche e élémets pour coteir au mois les esembles utilisés das les applicatios pratiques de la théorie des probabilités, comme les itervalles de ou les pavés de d, et leurs réuios ou itersectios déombrables. Pour cela o défiit la tribu boréliee ou tribu de Borel de otée B(). C est la plus petite des tribus sur coteat tous les itervalles de la forme ]a, b], où a et b sot des réels tels que a < b. Cette derière phrase sigifie que si A est ue tribu sur coteat tous les itervalles de la forme ]a, b], où a et b sot des réels tels que a < b, alors tout élémet de la tribu B() est u élémet de la tribu A. Plus gééralemet, Défiitio.6. La tribu boréliee ou tribu de Borel de d,, otée B( d ), est la plus petite des tribus sur d coteat tous les pavés de d i.e. les parties de la forme ]a, b ] ]a 2, b 2 ] ]a d, b d ] où, pour tout etier i d, a i et b i sot des réels tels que a i < b i. O peut de même défiir la tribu boréliee sur B() :

19 Chapitre. Modèles probabilistes 5 Défiitio.7. La tribu boréliee sur, otée B(), est la plus petite des tribus sur coteat tous les itervalles de la forme ]a, b], où a et b sot des réels tels que a < b, et les itervalles ]a, + ] où a. Défiitio.8. Les élémets des tribus B(), resp. B( d ), sot appelés borélies de, resp. d. Exercice.7. (Corrigé de l exercice : page 48) Prouver l existece de la tribu de Borel de. Pour cela, motrer que B() est l itersectio de la famille (o vide car la tribu P() e fait partie) des tribus coteat tous les itervalles de la forme ]a, b] où a et b sot des réels tels que a < b. Plus gééralemet : Défiitio.9. Soit C ue famille de partie d u esemble E. O appelle tribu egedrée par C sur E, et o ote σ( C), la plus petite tribu (au ses de l iclusio) défiie sur E coteat la famille C. O vérifiera aisémet que la tribu σ( C) est l itersectio de toutes les tribus sur E qui cotieet C. Exemples.3. O motre e théorie de la mesure que la tribu boréliee de d famille costituée des parties ouvertes de d. est egedrée par la Exercice.8. (Corrigé de l exercice : page 48) Soiet u etier strictemet positif et (A, A 2,, A ) ue partitio de E. Motrer que la tribu costruite das l exercice.4 est la tribu sur E egedrée par la famille (A, A 2,, A ). Das la suite du cours les esembles et d serot toujours supposés muis de leurs tribus boréliees. La propositio suivate doe des exemples de borélies de. Pratiquemet ceux-ci correspodet à la plupart des esembles qui serot maipulés das la suite : Propositio.3.. Tout sigleto de est u borélie. 2. Toute partie déombrable de est u borélie. 3. Tous les itervalles de, quelle que soit leur forme, sot des borélies de. 4. Toutes les réuios déombrables ou itersectios déombrables d itervalles de, ou plus gééralemet de borélies, sot des borélies. Démostratio : Pour le sigleto, o remarque que si a, o peut écrire + {a} = ]a k ], a. k=

20 6 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 O coclut alors avec la propositio.2 de la page 4. Pour l assertio 2, o utilise l axiome 3 de la défiitio des tribus. Pour démotrer 3, o motre que tout itervalle peut être écrit comme réuio ou itersectio déombrable d itervalles de la forme ]a, b] ou de sigletos. Par exemple [a, b] =]a, b] {a} ce qui prouve que tout itervalle fermé boré est borélie. Autres exemples : ]a, b[=]a, b] \ {b} ou ecore ]a, b[= + k= ] a, b ], ], b] = k + k> b ] k, b]. O otera que si toute réuio déombrable ou itersectio déombrable d itervalles de est u borélie, cela e sigifie pas pour autat que tous les borélies de sot de cette forme. De plus o motre que B( d ) est strictemet icluse das l esemble des parties de d. Il existe doc des parties de d qui e sot pas mesurables pour la tribu de Borel. Mais das la pratique, tous les esembles que ous seros ameés à utiliser das d serot e fait des borélies..3 Mesures et probabilités.3. Mesure Défiitio.0. Soit (E, A) u espace mesurable. Ue mesure sur (E, A) est ue applicatio µ de A das [0, + ] vérifiat les axiomes :. µ(ø) = 0, 2. σ-additivité : pour toute suite (A ) N d élémets de A deux à deux disjoits ( + ) µ A k = k=0 + k=0 µ(a k ). Le triplet (E, A, µ) s appelle u espace mesuré. La σ-additivité etraîe la simple-additivité ( i.e. pour toute suite fiie A,, A d élémets + ) + de A deux à deux disjoits µ A k = µ(a k ). Mais la réciproque est fausse, c est-à-dire k=0 k=0 qu il e suffit pas que le deuxième axiome de la défiitio précédete soit vrai pour les suites fiies deux à deux disjoites pour qu il le soit pour les suites ifiies deux à deux disjoites. U cotre-exemple est proposé das l exercice suivat. Exercice.9. (Corrigé de l exercice : page 48) O cosidère l applicatio µ de P(N) das [0, + ] défiie, pour tout A N, par µ(a) := (avec la covetio = + ) si A est fii, µ(a) = + si A est ifii, 2 0 A et µ(ø) = 0. Motrer que

21 Chapitre. Modèles probabilistes 7. µ est simplemet-additive sur ( N, i.e. pour toute suite fiie A,, A de parties de ) N, deux à deux disjoites, µ A k = µ(a k ). 2. µ est pas σ-additive sur N. k= O admettra qu il existe ue uique mesure sur ( d, B( d )), otée λ (d) et appelée mesure de Lebesgue sur d, telle que, pour tout pavé de la forme ]a, b ] ]a 2, b 2 ] ]a d, b d ] où pour tout etier i d, les réels a i et b i vérifiet a i < b i, λ (d) (]a, b ] ]a 2, b 2 ] ]a d, b d ]) = (b a )(b 2 a 2 ) (b d a d ). La mesure de Lebesgue éted doc les otios de mesure de logueur (cas d = ), mesure d aire (cas d = 2), mesure de volume (cas d = 3) à toutes les parties de d qui sot des borélies. Das le cas d = o otera, pour simplifier, λ := λ (). O motre que λ (d) ( d) = +. O dit que la mesure de Lebesgue est ue mesure o fiie cotrairemet aux probabilités que ous allos défiir ci-dessous et qui sot des cas particuliers de mesures fiies. Exercice.0. (Corrigé de l exercice : page 49) Vérifier que = k Z]k, k + ] et e déduire que λ () = + e appliquat l axiome de σ-additivité de la mesure de Lebesgue..3.2 Probabilités et évéemets Défiitio.. Ue probabilité sur (E, A) est ue mesure µ sur (E, A) telle que µ(e) =. Le triplet (E, A, µ) s appelle alors u espace de probabilité, les parties mesurables s appellet les évéemets relatifs à µ. E est l évéemet certai, Ø est l évéemet impossible. Deux évéemets disjoits sot dits icompatibles. Doréavat, sauf idicatio cotraire, (E, A, µ) désigera u espace de probabilité. Défiitio.2. Ue partie A de E est dite égligeable pour µ, s il existe u évéemet B tel que A B avec µ(b) = 0. Ue propriété P(x), dépedat de l élémet x E, est dite µ-presque-sûre (e abrégé µ-p.s.) si l esemble des x E pour lesquels la propriété P(x) est pas vérifiée est égligeable pour µ. Défiitio.3. Deux évéemets A et B sot dits µ-presque-sûremet égaux si l évéemet (A\B) (B \A) est égligeable pour µ. U évéemet égligeable pour µ est µ-presque-sûremet vide, c est-à-dire µ-presque-sûremet impossible. k=

22 8 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 Exemples.4. ) Doos u premier exemple de probabilité sur E := d. Comme coveu o souseted A := B( d ). Soit a d fixé, o ote δ a l applicatio de B( d ) das {0, } défiie, pour tout borélie A, par δ a (A) = l A (a) c-à-d δ a (A) = si a A et δ a (A) = 0 sio. δ a est ue probabilité sur ( d, B( d ) ) appelée probabilité de Dirac au poit a sur d. O vérifie aisémet que toute partie de d e coteat pas a est égligeable pour δ a. Le sigleto {a} est u évéemet δ a -presque-sûremet égal à l évéemet certai d. 2) D après le résultat de l exercice.0, la mesure de Lebesgue est pas ue probabilité sur d. Exercice.. (Corrigé de l exercice : page 49) Vérifier que δ a, où a est u réel, est bie ue probabilité sur. Doos sous forme de propositio u exemple géérateur de mesures et e particulier de probabilités : Propositio.4. Soiet (µ k ) N ue suite de mesures sur (E, A) et (α k ) N ue suite de réels positifs. Alors l applicatio est ue mesure sur (E, A) otée µ : A A µ(a) := µ := + k=0 α k µ k. + k=0 α k µ k (A) Démostratio : O vérifie aisémet que µ(ø) = 0. La σ-additivité de µ découle immédiatemet du lemme suivat sur l iterversio des idices, souvet utile das les calculs : Si (a i,j ) (i,j) N 2 est ue suite-double de réels positifs, alors + + i=0 j=0 a i,j = + + j=0 i=0 a i,j. Cette somme peut être évetuellemet ifiie. Pour ue démostratio du lemme se reporter à [] tome 2, p O otera que si les mesures µ k mesure + k=0 α k µ k est ue probabilité sur (E, A). sot des probabilités sur (E, A) et si + α k k=0 =, alors la Exemples.5. Appliqué au cas particulier où les probabilités µ k sot les probabilités sur de Dirac au poit k N, le procédé précédet permet de costruire d autres exemples classiques de probabilités. Si N, α ]0, + [, p ]0, [ et q := p, o défiit :

23 Chapitre. Modèles probabilistes 9. la probabilité biomiale de paramètres et p : B(, p) := C k p k q k δ k. k=0 2. la probabilité de Poisso de paramètre α : α αk P(α) := e k! δ k. k=0 3. la probabilité géométrique de paramètre p : G(p) := + k= pq k δ k. 4. la probabilité uiforme-discrète de paramètre ou équiprobabilité sur {, 2,, } : U() := δ k. La probabilité B(, p) est appelée probabilité de Beroulli de paramètre p simplemet B(p). k= et se ote Exercice.2. (Corrigé de l exercice : page 49) Vérifier que les probabilités itroduites das l exemple précédet sot bie des probabilités costruites suivat le procédé de la propositio.4. Exercice.3. (Corrigé de l exercice : page 49) ) Expliciter les expressios aalytiques, pour tout i N, de B(, p)({i}) et P(α) ({i}). 2) Expliciter et calculer P( 0 ) ({, 3, 5, 7}) et B(7, 3 ) ({0, 3, 5}). 0 Défiitio.4. Ue probabilité µ sur d est dite discrète et portée par l esemble F si elle peut s écrire sous la forme µ = p δ a où (p ) N est ue suite de réels positifs ou uls, (a ) N est ue suite N de vecteurs de d et F désige l esemble des a d pour lesquels p > 0. Exemples.6. Les probabilités biomiale B(, p), de Poisso P(α), de Dirac δ a sot discrètes et portées respectivemet par les esembles {0,,, }, N, {a}. Il e faut pas croire que toutes les probabilités soiet discrètes. Par exemple o admettra qu il existe ue uique probabilité sur, otée N (0, ) et appelée probabilité de Gauss-Laplace stadard, ou probabilité ormale stadard, telle que pour tout x, N (0, ) (], x]) = 2π x e 2 t2 dt.

24 0 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 O verra u peu plus loi que cette probabilité e peut pas s écrire sous la forme d ue combiaiso liéaire de probabilités de Dirac et est doc pas discrète. emarquos que le ombre réel N (0, ) (], x]) représete la mesure de l aire délimitée par l axe des abscisses t, la courbe d équatio y = 2π e 2 t2, et la droite d équatio t = x. O dira pour simplifier qu il s agit de la mesure de l aire sous la courbe d équatio y = 2π e 2 t2, comprise etre et x. O peut gééraliser u peu la costructio précédete. Défiitio.5. Nous appelleros desité de probabilité sur toute applicatio ρ positive de das [0, + ], cotiue sur, sauf évetuellemet e u ombre fii de poits où la courbe présete des sauts fiis, telle que + ρ(t)dt =. O motre alors qu il existe ue uique probabilité µ sur telle que, pour tout x, µ (], x]) = x ρ(t)dt. O dit que µ est ue probabilité à desité sur. O écrit µ = ρ λ pour exprimer que µ admet ρ pour desité. Nous gééraliseros de faço défiitive la défiitio de desité d ue probabilité sur d au chapitre III par la défiitio 3.2, page 35. Comme précédemmet, le réel µ (], x]) représete la mesure de l aire sous la courbe d équatio y = ρ(t), comprise etre et x. O peut de faço plus géérale défiir des mesures à desité, qui e sot plus écessairemet des probabilités, e remplaçat das la défiitio de la desité ci-dessus, la coditio + ρ(t)dt = par la coditio plus faible + ρ(t)dt < +. L existece des mesures à desité résulte d u théorème de prologemet assez techique que ous éoceros pas. Nous ous coteteros d admettre l existece de telles mesures. Exemples.7.. La probabilité de Gauss-Laplace stadard vue plus haut admet la desité ρ défiie sur par ρ(t) := e 2 t2. 2π 2. L applicatio ρ := b a l [a,b], avec a < b, est la desité d ue probabilité sur appelée probabilité uiforme-cotiue sur [a, b] et otée U([a, b]). 3. L applicatio ρ, défiie sur par ρ(t) := αe αt l ]0,+ [ (t), est la desité d ue probabilité sur appelée probabilité expoetielle de paramètre α > 0 et otée E(α).

25 Chapitre. Modèles probabilistes O pourrait se demader pourquoi o e défiit pas les mesures comme des applicatios µ σ-additives de l esemble des parties de E das [0, + ] avec µ(ø) = 0. Cela reviedrait à predre toujours A := P(E) et éviterait le recours à la otio de tribu. E fait, o motre que certaies probabilités, comme celle de Gauss défiie plus haut, e peuvet pas être défiies pour toutes les parties de. Plus précisémet, o motre que, toujours das le cas de E :=, les seules probabilités qui satisferaiet à cette ouvelle défiitio seraiet les probabilités discrètes. Malheureusemet cette famille est pas assez riche pour permettre de modéliser grad ombre des situatios aléatoires qui se présetet das les applicatios cocrètes de la théorie. Pour plus de développemets se reporter à l aexe??, page??, de ce cours..3.3 Propriétés élémetaires des probabilités (E, A, µ) désige u espace de probabilité. Propositio.5.. Pour tout A, B A tel que A B, µ(a) µ(b). E particulier pour tout A A, µ(a). 2. Pour tout A, B A, µ(b \ A) = µ(b) µ(a B). E particulier si A B, µ(b \ A) = µ(b) µ(a). 3. Pour tout A, B A, µ(a B) = µ(a) + µ(b) µ(a B). 4. Pour tout A A, µ(a c ) = µ(a). Démostratio : ) O remarque que B = (B \ A) A car A B. De plus (B \ A) A = Ø. D où µ(b) = µ(a) + µ(b \ A) µ(a) l égalité résultat de ce que l uio est disjoite. O coclut par l axiome 2 des mesures. Pour la deuxième partie predre B = E. 2) résulte de l égalité esembliste (B \ A) (A B) = B avec (B \ A) (A B) = Ø. Pour la deuxième partie remarquer que si A B, A B = A. 3) résulte de A B = (A \ B) B où l uio est disjoite. 4) résulte de A c = E \ A avec A E. Pour démotrer l iégalité de Boferroi ous auros besoi du résultat esembliste suivat laissé e exercice : Propositio.6. Soit (A ) N ue suite de parties d u esemble E. Posos B 0 := A 0 et, pour tout etier k, B k := A k \(A 0 A A k ). Alors, pour tout etier 0, B A et la suite (B ) N est formée de parties deux à deux disjoites vérifiat, pour tout etier aturel, B k = A k, et + k=0 B k = + k=0 A k. k=0 k=0 Exercice.4. (Corrigé de l exercice : page 50) Démotrer la propositio.6. Ce résultat est souvet utile pour se rameer à des familles de parties deux à deux disjoites car, du fait de l axiome de σ-additivité, il est beaucoup plus facile de maipuler des réuios

26 2 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 de parties de E deux à deux disjoites. Voici ue illustratio de cette remarque das la démostratio ci-dessous de l iégalité de Boferroi. Propositio.7. Iégalité de Boferroi ou propriété de sous-additivité Pour toute suite (A ) N d élémets de A, ( + ) µ A k k=0 + k=0 µ(a k ). E coséquece, ue réuio déombrable d évéemets égligeables pour µ est égligeable. Démostratio : O applique la σ-additivité des mesures à la suite (B ) N de la propositio.6 et o utilise les propriétés élémetaires des probabilités éocées das la propositio.5. La formule de Poicaré ci-dessous, qu o admettra, gééralise au cas de évéemets la relatio 3) de la propositio.5, page, établie pour deux évéemets (la démostratio peut se faire par récurrece sur l etier, ue autre démostratio utilisat les propriété de l itégrale sera proposée au chapitre III das l exemple 3.9, page 37). Propositio.8. Formule de Poicaré Pour toute suite (A, A 2,, A ) d élémets de A, ( k= ) ( ) k= µ A k = ( ) k+ µ (A i A i2 A ik ). k= k= i <i 2 < <i k Propositio.9. Théorème de cotiuité mootoe. Pour toute suite (A ) N d élémets de A, croissate ( au ses de l iclusio, (µ(a )) N est + ) ue suite réelle croissate covergeat vers µ A k c-à-d µ ( + k=0 k=0 A k ) = lim + µ(a ). 2. Pour toute suite (A ) N d élémets de A, décroissate au ses ( de l iclusio, la suite + ) (µ(a )) N est ue suite réelle décroissate covergeat vers µ A k c-à-d µ ( + k=0 A k ) = lim + µ(a ). k=0 Démostratio : ) Soit (A ) N suite croissate d élémets de A. Utilisos la suite costruite das la propositio.6. Comme la suite (A ) N est croissate, pour tout etier,

27 Chapitre. Modèles probabilistes 3 B = A \ A et B 0 = A 0. (B ) N est ue suite d élémets de A deux à deux disjoits avec + k=0 A k = + k=0 ( + ) µ A k k=0 B k. Il viet ( + ) = µ B k = k=0 + k=0 µ(b k ) = µ(a 0 ) + + k= k= = µ(a 0 ) + lim (µ(a k ) µ(a k )) = lim µ(a ). k= D où la première partie. 2) Comme µ est ue probabilité, ( + ) ( + µ A k = µ k=0 k=0 A c k ). (µ(a k ) µ(a k )) Or (A c ) N est ( ue suite croissate d élémets de A. D après la première partie de la démostratio, µ = lim µ(a c + ) ). Par suite k=0 A c k D où la deuxième partie. ( + ) µ A k = lim ( µ(a c )) = lim µ(a ). k=0.4 Foctios de répartitio La possibilité de défiir ue probabilité sur ue tribu à partir de la coaissace des valeurs de cette mesure sur ue sous-famille de la tribu, résulte d u théorème de prologemet assez techique que ous éoceros pas. E revache, il est souvet utile de motrer qu il existe ue uique probabilité sur la tribu qui pred des valeurs seulemet coues sur ue sous-famille de la tribu. L uicité das le cas des probabilités résulte d u théorème, appelé théorème d uicité, qui découle lui-même du théorème des classes mootoes qu o admettra, dot il est utile de coaître l éocé. Commeços tout d abord par doer deux défiitios : Défiitio.6. Ue famille M de parties de E est appelée ue classe mootoe sur E si elle vérifie les trois axiomes suivats :. E M. 2. Si A M et B M avec B A, alors A \ B M. 3. Si (A ) N est ue suite croissate au ses de l iclusio d élémets de la famille M, alors + =0 A M.

28 4 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 De faço aalogue à la défiitio correspodate pour les tribus, si J est ue famille de parties de E, o appellera classe mootoe egedrée par J la plus petite classe mootoe sur E coteat tous les élémets de la famille J. O vérifie aisémet que la classe mootoe egedrée par J est l itersectio de toutes les classes mootoes sur E coteat tous les élémets de la famille J. Moyeat ces deux défiitios le théorème des classes mootoes s éoce : Propositio.0. Théorème des classes mootoes (admis) Soit J ue famille, stable par itersectios fiies, de parties d u esemble E, alors la classe mootoe egedrée par J coïcide avec la tribu egedrée par J. Ue applicatio importate de ce théorème est le théorème d uicité sur les probabilités : Propositio.. Théorème d uicité pour les probabilités Soit C ue famille, stable par itersectios fiies, de parties d u esemble E. Soit A la tribu egedrée par C, i.e. A = σ( C). Si µ et ν sot deux probabilités défiies sur l espace (E, A) telles que, pour tout A C, µ(a) = ν(a), alors, pour tout A A, µ(a) = ν(a), i.e. µ = ν. Démostratio : Notos H la famille des évéemets A A tels que µ(a) = ν(a). D après l item de la propositio.9, o vérifie aisémet que H est ue classe mootoe qui cotiet la famille C. Doc H cotiet la classe mootoe egedrée par C. Comme, par hypothèse C est stable par itersectios fiies, d après le théorème des classes mootoes, la classe mootoe egedrée par C coïcide avec la tribu egedrée par C, c est-à-dire A. Fialemet, pour tout A A H, µ(a) = ν(a). Ce résultat motre que pour prouver que deux probabilités sot égales, il suffit de mettre e évidece qu elles coïcidet sur ue famille egedrat la tribu, stable par itersectios fiies. Cette remarque justifie la défiitio suivate : Défiitio.7. Ue famille de parties d u esemble o vide E stable par itersectios fiies est appelée u π-système de parties de E. Par exemple, si ous preos E =, la famille C de tous les itervalles de de la forme ], x] où x parcourt, est u π-système de parties de. De plus C egedre la tribu boréliee de car, pour tout réel a et b avec a < b, ]a, b] =], b]\], a]. Le théorème d uicité. appliqué à C et mui de la tribu de Borel deviet alors : Propositio.2. Lemme d uicité pour les probabilités sur Soiet µ et ν deux probabilités sur. Si pour tout x µ(], x]) = ν(], x]), alors µ = ν. Ce résultat a pour coséquece que pour idetifier ue probabilité µ sur, il suffit d idetifier l applicatio F µ de das [0, ], défiie, pour tout x, par F µ (x) := µ(], x]).

29 Chapitre. Modèles probabilistes 5 Défiitio.8. O dit que F µ est la foctio de répartitio de la probabilité µ, e abrégé f.r.. Avec ces otatios o peut éocer autremet le lemme d uicité pour les probabilités sur : Propositio.3. Deux probabilités sur sot idetiques si, et seulemet si, elles ot la même foctio de répartitio. Exemples.8. ) La f.r. de δ a, où a, est l [a,+ [. 2) La f.r. de B(p) est pl [,+ [ + ( p)l [0,+ [. 3) La f.r. de 4 δ N (0, ) est 4 l [0,+ [+ 3 4 F où F désige la f.r. de la probabilité N (0, ). Les valeurs de la foctio de répartitio de la probabilité N (0, ) sot "tabulées". O trouvera la tables des valeurs de la foctio de répartitio de la probabilité ormale stadard, appelée commuémet table de la loi ormale cetrée-réduite, avec u mode d emploi das l aexe B, page 2, de ce cours. A titre d etraîemet, o pourra égalemet chercher à exprimer les foctios de répartitio des probabilités E(α) et U([a, b]) (O trouvera leur expressio das le formulaire reproduit e aexe A, page 205. Exercice.5. (Corrigé de l exercice : page 50) Soit F l applicatio de das défiie, pour tout réel x, par F (x) := 2 e x si x 0, et F (x) := 2 ex si x 0. Motrer que F est la foctio de répartitio d ue probabilité à desité qu o détermiera. Propositio.4. Soit µ ue probabilité sur de foctio de répartitio F. Alors. F est croissate sur et admet des limites à droite e tout poit de { } et à gauche e tout poit de {+ }. De plus F est cotiue-à-droite sur, lim F (x) = 0 et lim x F (x) =. x + 2. Pour tous réels a, b avec a < b : (a) µ(]a, b]) = F (b) F (a) et µ(], a[) = F (a ) où F (a ) désige la limite-àgauche de F au poit a. (b) µ({a}) = F (a) F (a ). (c) F est cotiue e a si, et seulemet si, µ({a}) = 0. Démostratio : ) Soiet x, y des réels vérifiat x y. Comme ], x] ], y] il viet F (x) = µ(], x]) µ(], y]) = F (y). Doc F est croissate sur.

30 6 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204 Pour motrer que F admet ue limite-à-gauche, cosidéros u poit a de {+ } et posos l := sup F (x). l est das puisque F est borée par. Soit ε > 0, il existe x 0 < a tel que x<a l F (x 0 ) > l ε. Doc, pour tout x ]x 0, a[, l F (x) F (x 0 ) > l ε c-à-d F (x) l < ε, ce qui doe l existece de la limite-à-gauche e a pour F. O motre de même l existece d ue limite-à-droite F (a+) := if F (x). x>a La suite d itervalles (], a + ) + ] est décroissate et ], a + ] =], a], doc N k=0 par le théorème de cotiuité mootoe.9 de la page 2 µ (], a]) = lim µ (], a + ) ] ( c-à-d F (a) = lim F a + ) = F (a+) car la limite-à-droite existe au poit a. F est doc cotiue-à-droite e tout poit de. La suite d itervalles (], ]) N est décroissate et est croissate et + =0 + =0 ], ] = Ø. La suite (], ]) N ], ] =. Par applicatio du théorème de cotiuité mootoe à ces deux derières suites, o obtiet les valeurs des limites de F e et +. 2-a) µ(]a, b]) = µ(], b]) µ(], a]) car ]a, b] =], b]\], a]. D où le premier résultat. Comme ], a[= ], a ] et que F admet ue limite-à-gauche e a d après la première partie, µ(], a[) = lim µ(], a ( + ]) = lim F a ) = lim F (x) = F (a ). + x a,x<a ce qui doe le secod résultat. 2-b) O peut écrire {a} =], a]\], a[. Par suite, µ({a}) = µ(], a]) µ(], a[) = F (a) F (a ). 2-c) F est cotiue e a si, et seulemet si, F (a) = F (a ) c-à-d µ({a}) = 0, d après 2-b. Exercice.6. (Corrigé de l exercice : page 50) Motrer que, pour tout réel x, N (0, ) ({x}) = 0 et e déduire que la probabilité N (0, ) e peut pas s écrire comme combiaiso liéaire de probabilités de Dirac. Exercice.7. (Corrigé de l exercice : page 50). Motrer que si µ est ue probabilité admettat ue desité sur, alors pour tout réel a, µ({a}) = 0, c est-à-dire tout sigleto est égligeable pour µ. O dit das ce cas que la probabilité µ est diffuse sur. 2. Avec les otatios de la propositio précédete, motrer que pour tous réels a, b vérifiat a < b, µ(]a, b[) = F (b ) F (a) et µ([a, b[) = F (b ) F (a ).

31 Chapitre. Modèles probabilistes 7 Exercice.8. (Corrigé de l exercice : page 5) Calculer U([0, ]) ([ 6, 43 ) ], U([0, ]) (Q), E(2) ({π} [ 92 ), 7]. O admettra le résultat suivat, réciproque de l item de la propositio.4, qui prouve qu il y a bijectio etre l esemble des probabilités sur et l esemble des foctios sur, croissates, cotiues-à-droite sur, telles que F (x) = 0 et lim F (x) = (cf. [3] exercice I-6) : lim x x + Propositio.5. Si F est ue applicatio croissate de das [0, ], cotiue-à-droite sur avec lim F (x) = 0 et lim x F (x) =, x + alors il existe ue uique probabilité sur dot F est la foctio de répartitio. Exercice.9. (Corrigé de l exercice : page 5) Doer ue représetatio graphique de l applicatio F : t F (t) = 4 (t + 2)l [,0[ ],2[(t) l [0,](t) + l [2,+ [ (t), et motrer que F est la foctio de répartitio d ue probabilité à desité qu o précisera.

32 8 Théorie des probabilités, Bruo Saussereau, , versio 0/0/204

33 Chapitre 2. Loi d u vecteur aléatoire 9 Chapitre 2 Loi d u vecteur aléatoire 2. emarques sur la modélisatio de l aléatoire Le but de ce premier paragraphe est de fourir quelques élémets de réflexio sur la modélisatio mathématique de phéomèes aléatoires. Pour ue aalyse plus approfodie sur l itérêt d itroduire la otio de variable aléatoire et de loi de probabilité, o pourra cosulter l aexe??, page??. Cosidéros les deux situatios suivates : 2.. Cas discret Ue persoe s itéresse à la somme des valeurs obteues das le lacer simultaé de deux dés équilibrés. O modélisera l esemble des issues possibles de cette expériece aléatoire par Ω := {(i, j) N 2 / i, j 6}. Les évéemets peuvet être modélisés par des parties de Ω. O peut predre comme tribu des évéemets l esemble P(Ω) de toutes les parties de Ω. Les dés état équilibrés, o choisira pour probabilité P sur (Ω, P(Ω)) l équiprobabilité sur Ω i.e. pour tout (i, j) Ω, P({(i, j)}) = 36 ou ecore P = δ (i,j). 36 i,j 6 Le triplet (Ω, P(Ω), P) représete le modèle mathématique permettat de traiter la situatio. Cepedat comme o s itéresse plutôt à la somme des valeurs obteues, l évéemet "La somme des valeurs obteues appartiet à A", où A est u borélie de, se modélise par la partie e A de Ω formée des couples (i, j) tels que i + j A. O peut aussi écrire l évéemet e A grâce au lagage des applicatios e otat X l applicatio de Ω das qui, à tout ω = (i, j), associe X (ω) = i + j et e remarquat que e A = {ω Ω/X (ω) A} = {X A} c-à-d que e A est l image-réciproque de A par l applicatio X. O remarque efi que ce qui est importat pour otre étude du phéomèe c est de coaître la valeur de P(e A ) = P(X A) pour tout borélie A de.

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Logique, esembles et applicatios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I :

Plus en détail

Sciences Po Option Mathématiques

Sciences Po Option Mathématiques Scieces Po Optio Mathématiques Epreue 3 Vrai-Fau Questio FAUX La suite ( u ) état géométrique de raiso différete de, o a classiquemet, pour tout etier aturel : où q est la raiso de la suite ( u ) Ici,

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES II CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Soit E un ensemble. On appelle classe de parties de E un sous-ensemble non vide de P(E).

Soit E un ensemble. On appelle classe de parties de E un sous-ensemble non vide de P(E). Chapitre 1 Tribus 1.1 Défiitios Soit E u esemble. O appelle classe de parties de E u sous-esemble o vide de P(E). Défiitio 1.1.1. Ue tribu A sur E est u sous-esemble o vide de P(E) tel que : (i) la partie

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

Correction CCP maths 1 MP

Correction CCP maths 1 MP mai 4 Avertissemet : Il subsiste certaiemet quelques coquilles... Exercice : ue itégrale double Correctio CCP maths MP Pour calculer cette itégrale, o effectue le chagemet de variable e coordoées polaires

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau.

AVANT PROPOS. Cet ouvrage pourra intéresser également les enseignants de ce niveau. AVANT PROPOS Cet ouvrage propose aux élèves de classes termiales (fraçais) S (spécialité math) des rappels et des complémets de cours assez complet, aisi que des problèmes et des exercices corrigés. Les

Plus en détail

Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs

Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs Cours de théorie des probabilités avec exercices corrigés et devoirs Licece de mathématiques, 3 ième aée Bruo Saussereau Aée uiversitaire 03-04 Bruo Saussereau, Laboratoire de Mathématiques de, UF Scieces

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique

MATHEMATIQUES Terminale Scientifique MATHEMATIQUES Termiale Scietifique Fiches PROGRAMME 22 (v24) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Dilômée de l École Polytechique Cours Pi e-mail : lescoursi@cours-icom site : htt://wwwcours-icom siège

Plus en détail

Correction HEC III 2007

Correction HEC III 2007 HEC III 7 Voie Écoomique Correctio Page Correctio HEC III 7 Voie écoomique La correctio comporte 9 pages. Eercice. Par dé itio est ue valeur propre de t si et seulemet si est ue valeur propre de T: Et

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi mars 204 MATHEMATIQUES durée de l'épreuve : 3h - coefficiet 2 Le sujet est uméroté de à 5. L'aexe est à redre avec la copie. L'exercice Vrai-Faux est oté sur 8,

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE

FONCTION EXPONENTIELLE FONCTION EXPONENTIELLE I. RAPPELS : METHODE D EULER Si f est ue foctio dérivable e x 0, o sait que f(x 0 + h) a pour approximatio affie f(x 0 ) + f '(x 0 )h O peut doc sur de "petits" itervalles, approcher

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 4 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Sectio : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche est autorisø (coformømet au directives de

Plus en détail

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014

Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie 7 mars 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Nouvelle-Calédoie 7 mars 2014 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commu à tous les cadidats 4 poits Cet exercice est u QCM questioaire à choix multiple. Pour chaque questio, ue seule

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

CONVERGENCE ET APPROXIMATION

CONVERGENCE ET APPROXIMATION 11-2- 2010 J.F.C. Cov. p. 1 CONVERGENCE ET APPROXIMATION I CONVERGENCE EN PROBABILITÉ 1. Défiitio 2. Ue coditio suffisate de covergece e probabilité 3. La loi faible des grads ombres 4. Ue coséquece de

Plus en détail

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante : " tirer p éléments de E ".

I- Rappel I-1. Types de tirages : Soit un ensemble fini E contenant n éléments. On considère l'épreuve suivante :  tirer p éléments de E . Cours de termiales Probabilités sur u esemble fii Mr ABIDI F I- Rappel I- Types de tirages : Soit u esemble fii E coteat élémets O cosidère l'épreuve suivate : " tirer p élémets de E " Type de tirages

Plus en détail

1 Programme de l agrégation interne

1 Programme de l agrégation interne Séries umériques Programme de l agrégatio itere Partie 0b : Séries de ombres réels ou complexes Séries à termes positifs La série coverge si et seulemet si la suite des sommes partielles est borée Étude

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques (3ème année) Année 2004/2005. Probabilités Pierre Priouret

Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques (3ème année) Année 2004/2005. Probabilités Pierre Priouret Uiversité Pierre et Marie Curie Licece de Mathématiques (3ème aée) Aée 2004/2005 Probabilités Pierre Priouret Mode d emploi Ce polycopié est destié aux étudiats de la Licece (3ème aée) de Mathématiques

Plus en détail

Séries entières. Chap. 09 : cours complet.

Séries entières. Chap. 09 : cours complet. Séries etières Chap 9 : cours complet Rayo de covergece et somme d ue série etière Défiitio : série etière réelle ou complee Théorème : lemme d Abel Théorème : itervalle des valeurs positives où ue série

Plus en détail

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal :

On obtient la formule de Pascal en prenant le cardinal : Colles du 3 ovembre 014 Solutio de la questio de cours 1. (i) Soit E u esemble de cardial. L esemble (E) peut alors être partitioé comme suit : (E) (E), où (E) est l esemble des parties de E de cardial.

Plus en détail

Racine nième Corrigés d exercices

Racine nième Corrigés d exercices Racie ième Corrigés d eercices Page 9 : N 8, 8, 8, 86, 88, 89, 9, 9, 9, 97 Page 6 : N, Page 6 : N Page 67 : N 8 Page 6 : N N 8 page 9 6 6 6 6 6 ( ) = = = = = = = = ( ) = = = = = = ( ) 8 = 8 = = = = = =

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice - Loi d u dé truqué - L2/ECS -. X pred ses valeurs das {,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque P X est

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES

CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES CHAPITRE 2 SÉRIES ENTIÈRES 2. Séries etières Défiitio 2.. O appelle série etière toute série de foctios ( ) f dot le terme gééral est de la forme f ()=a, où (a ) désige ue suite réelle ou complee et R.

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1 [htt://m.cgeduuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Eocés 1 Déombremet Exercice 1 [ 01529 ] [correctio] Soiet E et F deux esembles fiis de cardiaux resectifs et. Combie y a-t-il d ijectios de E das F?

Plus en détail

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe

09 G 18bis AR Durée: 4 heures Séries : S1-S3 - Coeff. 8.. Epreuve du 1 er groupe UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/ 9 OFFICE DU BACCALAUREAT BP 5005-DAKAR-Fa-Séégal Serveur Vocal: 68 05 59 Téléfax (1) 864 67 39 - Tél : 84 95 9-84 65 81 M A T H E M A T I Q U E S 09 G 18bis AR Durée:

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths Tribus

Synthèse de cours PanaMaths Tribus Sythèse de cours PaaMaths Tribus Das ce documet, pour tout esemble E et toute partie A de E, ous oteros A le complémetaire de A das E. Défiitios et premières propriétés Défiitios Soit E u esemble. E Soit

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

I. (2 points) III. (2 points)

I. (2 points) III. (2 points) ère S Cotrôle du vedredi 7 mars 05 (0 mi) Préom : Nom : Note : / 0 II ( poits) Soit ABC u triagle isocèle e A tel que AB AC 8 cm et BC 5 cm O ote I le milieu de [AC] Calculer BI (valeur exacte) I ( poits)

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Exo7 Topologie Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable Exercice **

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2008 Épreuve de modélisation, option A : Probabilités et Statistiques Agrégatio extere de mathématiques, sessio 2008 Épreuve de modélisatio, optio (public 2008) Mots clefs : Loi des grads ombres, espace des polyômes, estimatio o-paramétrique Il est rappelé que le jury exige

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 006 EPREUVE SPECIIQUE ILIERE MP MATHEMATIQUES Durée : 4 heures Les calculatrices sot autorisées * * * NB : Le cadidat attachera la plus grade importace à la clarté, à la précisio et à la cocisio

Plus en détail

Cours de Mathématiques. Intégrale de Lebesgue et Probabilités H. DOSS

Cours de Mathématiques. Intégrale de Lebesgue et Probabilités H. DOSS Uiversité Paris Dauphie Départemet MIDO Cours de Mathématiques Itégrale de Lebesgue et Probabilités H. DOSS Table des matières 1 Espaces de probabilité et Itégratio 1 1.1 Présetatio..............................

Plus en détail

Processus et martingales en temps continu

Processus et martingales en temps continu Chapitre 3 Processus et martigales e temps cotiu 1 Quelques rappels sur les martigales e temps discret (voir [4]) O cosidère u espace filtré (Ω, F, (F ) 0, IP). O ote F = 0 F. Défiitio 1.1 Ue suite de

Plus en détail

Mathématiques. Cours 1. BTS Informatique de gestion 1 re année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo

Mathématiques. Cours 1. BTS Informatique de gestion 1 re année. Denis Jaudon. Directrice de publication : Valérie Brard-Trigo BTS Iformatique de gestio re aée Deis Jaudo Mathématiques Cours Directrice de publicatio : Valérie Brard-Trigo Les cours du Ced sot strictemet réservés à l usage privé de leurs destiataires et e sot pas

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC

Lycée Fénelon Sainte-Marie Préparation Science-Po/Prépa HEC Lycée Féelo aite-marie Préparatio ciece-po/prépa HEC Foctios Versio du juillet 05 Eercice d degré : racies et coefficiets O rappelle que si l équatio a + b + c = 0 ( a 0 ) adet deu racies α et β (évetuelleet

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING

PROJET DE MONTE CARLO SUJET 1: LE PRICING LE Age KHOURI Nadie M MMD PROJE DE MONE ARLO SUJE : LE PRIING Selim ZOUGHLAMI QUESION : Supposos d abord que X est u mouvemet browie W t G([ 0, ]) Alors W0 G( 0 ) suit ue loi N(0,0) et doc W 0ps 0 Esuite,

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1. Exercice 7 [ 02253 ] [Correction] Soient (u n ) et (v n ) deux suites telles que

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1. Exercice 7 [ 02253 ] [Correction] Soient (u n ) et (v n ) deux suites telles que [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 6 octobre 05 Eocés Suites umériques Covergece de suites Exercice [ 047 ] [Correctio] Soiet u ) et v ) deux suites réelles covergeat vers l et l avec l < l. Motrer

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

Devoir de statistiques: CORRIGE

Devoir de statistiques: CORRIGE CPP - la prépa des INP ( ème aée). Bordeaux, 6/04/04. Devoir de statistiques: CORRIGE durée h Doées: O rappelle que si Z suit ue loi N (0, ), o a P(Z.96) 0, 975 et P(Z.65) 0, 95. Exercice. θ et O cosidère

Plus en détail

Espaces probabilisés.

Espaces probabilisés. Espaces probabilisés Chapitre 6 : otes de cours Esembles déombrables Esemble fii, (hors programme) esemble ifii Esemble déombrable Eumératio des élémets d u esemble fii ou déombrable Produit cartésie d

Plus en détail

STATISTIQUE : ESTIMATION

STATISTIQUE : ESTIMATION STATISTIQUE : ESTIMATION Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 202-203 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Estimatio poctuelle 5. Défiitios 5 2. Critères de comparaiso d estimateurs 6 3. Exemples

Plus en détail

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario

Mathématiques. Terminale S Corrigés des exercices. Rédaction : Laurent Beroul Isabelle Tenaud Sébastien Cario. Coordination : Sébastien Cario Mathématiques Termiale S Corrigés des eercices Rédactio : Lauret Beroul Isabelle Teaud Sébastie Cario Coordiatio : Sébastie Cario Ce cours est la propriété du Ced Les images et tetes itégrés à ce cours

Plus en détail

Terminale S (2014-2015) Suites numériques

Terminale S (2014-2015) Suites numériques Termiale S (04-05) Suites umériques Raisoemet par récurrece. Itroductio E Mathématiques, u certai ombre de propriétés dépedet d u etier aturel. Par exemple, la ( + ) somme des etiers aturels de à est égale

Plus en détail

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski

Qu est-ce qu un bon énoncé de bac? Analyse de l exercice de spécialité de TS de Pondichéry 2013 Jacques Lubczanski Dossier : Actualité de l Aalyse e Lycée 447 Qu est-ce qu u bo éocé de bac? Aalyse de l exercice de spécialité de TS de Podichéry 2013 Jacques Lubczaski «Podichéry est tombé!» : cela ressemble à l aoce

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice

Mots de longueur donnée à base de P lettres, et fonction génératrice Mots de logueur doée à base de lettres, et foctio géératrice Cosidéros les mots de logueur à base de lettres, avec etier positif. ) Combie existe-t-il de tels mots? La première lettre du mot est l ue des

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Éléments de cours de Probabilités

Éléments de cours de Probabilités Élémets de cours de Probabilités Licece de mathématiques Uiversité de Versailles Sait-Queti Jea-Fraçois Marckert Table des matières I. Itroductio 1 1. U peu d histoire......................................

Plus en détail

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x

/RJLTXHERROpHQQH. Symbole (norme IEC 1 ) x /RJLTXHERROpHQQH I. Défiitios I.. Variable biaire O appelle variable biaire (ou logique), ue variable preat ses valeurs das l esemble {0, }. Eemple : état d u iterrupteur, d u bouto poussoir, la présece

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

Septembre 2011 CPI 317. Exercices. Agnès Bachelot

Septembre 2011 CPI 317. Exercices. Agnès Bachelot Septembre 2 CPI 37 Exercices Agès Bachelot Table des matières - Séries Numériques.......................................... 3 - Séries à termes positifs.................................... 3-2 Séries quelcoques......................................

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 2015

BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 2015 CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES FILIÈRE MP BANQUE ÉPREUVE ORALE DE MATHÉMATIQUES SESSION 5 avec corrigés V. Bellecave, J.-L. Artigue, P. Berger, J.-P. Bourgade, S. Calmet, A. Calvez, D. Cleet, J. Esteba,

Plus en détail

Corrigé de Mathématique éco HEC

Corrigé de Mathématique éco HEC Corrigé de Mathématique éco HEC EXERCICE Hypothèses. M 3 R est l espace vectoriel des matrices carrées d ordre 3 à coefficiets réels. A M 3 R : s A 3 A,j, s A 3 A,j, s 3 A 3 somme des coefficiets des liges

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités.

PROBABILITÉS. A cette expérience aléatoire, on associe l ensemble des résultats possibles appelé univers. Ses éléments sont appelés éventualités. PROBABILITÉS I. PROBABILITÉS ( RAPPELS) a. Expérieces aléatoires et modèles Le lacer d ue pièce de moaie, le lacer d u dé sot des expérieces aléatoires, car avat de les effectuer, o e peut pas prévoir

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Partie A : z x. z =( z ) = 4 = - 4 donc z est aussi solution de (E) Partie C :

Partie A : z x. z =( z ) = 4 = - 4 donc z est aussi solution de (E) Partie C : Corrigé baccalauréat S Polyésie 200 (raiateabac.blogspot.com) EXERCICE (5 poits) Pré-requis : z a + bi et _ z a bi Partie A : a ) E posat z a + bi et z a + b i o obtiet : z x z (a + bi) ( a + b i) aa bb

Plus en détail

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001

BTS BIOCHIMIE & ANALYSES BIOLOGIQUES 2001 Exercice 1 : ( 12 poits ) Les parties A et B peuvet être traitées idépedammet l ue de l autre. O se propose d étudier l évolutio e foctio du temps des températures d u bai et d u solide plogé das ce bai.

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

Séquence 1. Les suites numériques. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Le raisonnement par récurrence 3. Notions de limites 4. Synthèse

Séquence 1. Les suites numériques. Sommaire. 1. Pré-requis 2. Le raisonnement par récurrence 3. Notions de limites 4. Synthèse Séquece Les suites umériques Sommaire Pré-requis Le raisoemet par récurrece 3 Notios de limites 4 Sythèse Das cette séquece, il s agit d ue part d approfodir la otio de suites umériques permettat la modélisatio

Plus en détail

Chapitre 1. Arithmétique. Partie 5 : PGCD

Chapitre 1. Arithmétique. Partie 5 : PGCD Chapitre 1 Arithmétique Partie 5 : PGCD Propriété/Défiitio : (PGCD) O se doe deux etiers relatifs a et b o uls. L esemble des diviseurs positifs commus à a et b admet u plus grad élémet que l o PGCD a

Plus en détail

Probabilités générales

Probabilités générales Chapitre 4 termiale s Probabilités géérales Les probabilités (rappels) : ) Quelques otios de vocabulaire : Nous allos étudier selo quelle mesure u fait proveat du hasard peut être prévisible a) Ue expériece

Plus en détail

Convergences et approximations

Convergences et approximations Covergeces et approximatios Probabilités : Chapitre 5 Das tout ce chapitre, les démostratios serot faites das le cas des variables discrètes et des variables à desité. I Iégalité de Bieaymé-Tchebychev

Plus en détail

Estimation par vraisemblance

Estimation par vraisemblance Chapitre 4 Estimatio par vraisemblace Le procédé de costructio des estimateurs par isertio a été itroduit das le chapitre 2. L objectif de ce chapitre est d étudier ue autre méthode de costructio, basée

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS

1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS CHAPITRE 4 MATRICES ET SUITES 1/ ETUDE ASYMPTOTIQUE D'UNE MARCHE ALEATOIRE ENTRE DEUX ETATS 11/ Présetatio et modélisatio O cosidère u système ui peut se trouver soit das u état A, soit das u état, et

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Directio des Admissios et cocours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail