Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le"

Transcription

1 Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil été inscrite dns le chmp de l snté publique. Ainsi, qutre objectifs de cette loi concernent l snté u trvil : Objectif 4 : Réduire le nombre d ccidents routiers mortels liés u trvil ; Objectif 5 : Réduire de % le nombre de trvilleurs soumis à des contrintes rticulires plus de heures pr semine pr rpport à l prévlence estimée à prtir des résultts de l enquête Sumer 3 ; Objectif 6 : Réduire le nombre de trvilleurs soumis à un niveu de bruit de plus de 85 décibels plus de heures pr semine sns protection uditive pr rpport à l prévlence estimée à prtir des résultts de l enquête Sumer 3 ; Objectif 7 : Réduire les effets sur l snté des trvilleurs des expositions ux gents cncérogènes (ctégories et ) pr l diminution des niveux d exposition. Dns les suites de l promulgtion de l loi et en rticultion vec le Pln ntionl snté environnement, un trvil collectif ssocint divers ministères permis d élborer, en concerttion vec les prtenires sociux, un Pln snté u trvil pour l période 5-9. Dns les suites de cette démrche, une dynmique été enclenchée u niveu territoril fin de concrétiser le contenu de ce pln et d en coordonner l mise en œuvre effective dns les régions. Si ce pln mbitionne de réformer les modes de gouvernnce dns ce domine insi que de renforcer l effectivité du contrôle, il se donne ussi comme double objectif d méliorer les connissnces sur les dngers et les risques liés ux expositions en milieu professionnel et, en prtenrit vec les entreprises et les services de snté u trvil, de renforcer et de moderniser l prévention dns un objectif à l fois snitire et socil (ptitude et mintien dns l emploi). Il existe encore peu de données disponibles sur l snté u trvil. Cependnt, deux grndes enquêtes ntionles étudient ces spects : les enquêtes Conditions de trvil de 998 et 5 et les enquêtes Sumer de 994 et de 3. Nénmoins, ucune de ces études ne permet des nlyses à un niveu régionl du moins en. L enquête décennle snté de -3 fournit des informtions sur l snté u trvil et à l fois u niveu ntionl mis ussi dns cinq régions où elle fit l objet d une extension : Chmpgne-Ardenne, Île-de- Frnce, Nord Ps-de-Clis, et Provence-Alpes-Côte d Azur. Les fcteurs professionnels pèsent d un grnd poids sur l snté tnt physique que psychique des slriés et contribuent ux inéglités sociles de snté en Frnce. L production de connissnces sur l snté u trvil est donc une étpe essentielle à l définition, l mise en œuvre et l évlution des politiques de prévention ussi bien u niveu ntionl que régionl. Cette plquette présente les données sur l snté u trvil en issues de l enquête décennle snté menée entre octobre et septembre 3. Après voir crctérisé l popultion ctive, les contrintes physiques, chimiques, orgnistionnelles et celles liées ux horires typiques et leurs conséquences sur l snté sont bordées. De même, les risques psychosociux sont pprochés. L enquête décennle n borde ps le risque biologique qui, selon l enquête Sumer 3, touche pourtnt près de 5 % de l popultion slriée en Frnce métropolitine et ne trite ps non plus de l exposition à l minte, principl fcteur de risque du mésothéliome. L enquête Sumer 3 montre l persistnce des expositions professionnelles à l minte, mlgré l interdiction de son utilistion en Frnce depuis 996 : 6 slriés sur étient exposés à l minte en 3 et, prmi eux, % à un niveu élevé. Sommire Crctéristiques générles de l popultion ctive... p. Les contrintes physiques... p. 5 Les contrintes chimiques... p. 8 Les horires typiques et les contrintes orgnistionnelles... p. 9 Les contrintes psychosociles... p. Méthodologie... p. Synthèse... p.

2 C r c t é r i s t i q u e s g é n é r l e s d e l p o p u l t i o n c t i v e Les hommes ouvriers et les femmes employées À structure d âge comprble, en 3, en et en, l popultion ctive est mjoritirement slriée du secteur privé, représentnt 6, % des ctifs (les deux sexes confondus), les hommes étnt plus nombreux que les femmes (68,4 % versus 5,5 % en et 64, % versus 58,6 % en ). Le pourcentge de femmes trvillnt dns le secteur privé est significtivement inférieur en pr rpport à l. En revnche, quel que soit le niveu géogrphique considéré, les femmes sont dvntge à trviller dns le secteur public que les hommes (4, % versus, % en et 3, % versus,8 % en ), et les Picrdes dvntge que les Frnçises. L mjorité des ctifs (84,3 % en et 85,7 % dns l hexgone) est en contrt à durée indéterminée (CDI) et un Picrd sur dix et un Frnçis sur dix en contrt à durée déterminée (CDD). Les intérimires représentent 3,5 % des 8-64 ns en ctivité professionnelle en et, % dns l exgone. Dns l hexgone, 84,8 % des ctifs trvillent à temps complet. Le temps prtiel concerne 4, % des hommes et 8,6 % des femmes. Prmi ces slriés à temps prtiel, 39,9 % ne l ont ps choisi (53,9 % pour les hommes et 37,5 % pour les femmes). L mjorité des femmes trville en tnt qu employées (46, % en et 46,4 % en ), lors que près de l moitié des hommes picrds (47,9 %) exerce comme ouvrier, ce qui est nettement supérieur à l moyenne Source : Insee, enquête décennle snté -3 Différence selon le genre significtive u seuil de 5 %. Différence entre l et l significtive u seuil de 5 %. Description de l popultion ctive selon le genre, le sttut, l nture de l emploi et l profession et ctégorie socioprofessionnelle (% stndrdisés sur l âge) Sttut Slrié(e)s du public, 4,,,8 3, Slrié(e)s du privé 68,4 5,5, 64, 58,6 Slrié(e)s de leur entreprise ou de celle,6 de leur fmille ou à leur compte 9,4 5, 9,4 Nture de l'emploi Apprenti(e)s + stgiires,9,8,6,4 Intérimires 4,,7,7,8 Contrt à durée déterminée 8,8 3,4 8,6,6 Contrt à durée indéterminée 86, 8, 87, 84, Profession et ctégorie socio-professionnelle Agriculteur(rice)s exploitnts 5, 3,5 3,9 3, Artisn(e)s, commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 3,6,, 7,7 3,5,8 9,9 9,,6, 7,8,5 3,9,5 46,, 46,4 47,9,8 35,5,4 ntionle (35,5 %). Pr illeurs, l proportion de cdres prmi les hommes picrds est significtivement inférieure à celle observée u niveu ntionl (,8 % versus 9, %). L mjorité des ouvriers et des employés à temps prtiel le subit Près de sept ctifs picrds sur huit (87, %) occupent un emploi à temps complet, les utres se réprtissnt entre ceux qui ont choisi de trviller à temps prtiel (6, %) et ceux qui le subissent (7, %). En, les femmes sont huit fois plus nombreuses que les hommes à être concernées pr le trvil à temps prtiel (6,5 % versus 3,3 %). En outre, le trvil à temps prtiel est plus répndu prmi les employés : plus d un qurt d entre eux (8,6 %) déclre trviller à temps prtiel contre 8,8 % des professions, 8,5 % des ouvriers et 4,3 % des cdres. Les titulires d un CDI sont moins nombreux que les utres ctifs à trviller à temps prtiel (,3 % versus 7,4 %). Un peu plus de l moitié (53,7 %) des ctifs trvillnt à temps prtiel ne l ont ps choisi. Prmi les ctifs n ynt ps choisi le temps prtiel, 73,4 % souhitent trviller plus : 65,5 % à temps plein et 7,9 % pour une durée inférieure u temps plein. En outre, prmi les Picrds trvillnt à temps prtiel, 3,6 % y sont contrints pour des risons de snté Proportion d ctifs trvillnt à temps prtiel qu il soit choisi ou subi selon le genre et l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés) 3,6,3, 3,,5 3,7, 3, Choisi Subi Choisi Subi Choisi Subi Choisi Subi,4 4,6,5, 7,, 3,,5 Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, compte tenu de l fiblesse des effectifs en. 3,8 3, 5,, 6,7 5,7 9,3 6,7,,,7,9,5,8,,9 Choisi Subi Choisi Subi Choisi Subi Choisi Subi

3 Une durée de trvil supérieure chez les hommes Durée moyenne de trvil hebdomdire (moyennes pondérées en heures) Écrttype Moyenne Écrttype Moyenne Sexe 38,9 8,8 33,4 9,7 Âge < 3 ns 36, 7, ns 36,4 9, ns 37,5, >= 5 ns 36,3,7 Profession et ctégorie socioprofessionnelle Agriculteur(rice)s exploitnt(e)s 5,7, Artisns, commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 48,3 8, 38,6 3, 36,3 9,7 33,5 9,6 36, 5,3 Sttut de l'emploi Slrié(e)s du public 34, 8,6 Slrié(e)s du privé 35,9 8, Slrié(e)s de leur entreprise ou de l'entreprise fmilile, à leur compte 49,8,4 Nture de l'emploi Apprenti(e)s, stgiires 3, 9,7 Intérimires 33,7 8, CDD 3, 9,3 CDI 36, 8,5 Source : Insee, enquête décennle snté -3 4,6,4 34,, 36,3 8,4 37,4,4 38,,8 38,4,9 53,4 7,3 5,4 4, 4,,7 36,6 8,6 33,5 9, 36,4 6,8 35, 8,8 36,5 8,9 5,8 5,5 34,8 8,5 35,9 6,3 3,9,6 37, 9,4 En 3, les ctifs picrds ont déclré trviller en moyenne 36,6 heures pr semine (± heures). L durée déclrée pr les hommes est supérieure de cinq heures à celle déclrée pr les femmes. Comme vu précédemment, les femmes sont dvntge à trviller à temps prtiel. Cependnt, l ssocition vec le genre reste significtive en prennt en compte l âge, le trvil à temps prtiel, l profession et ctégorie socioprofessionnelle, le sttut et l nture de l emploi. Pr illeurs, près justement, le sttut de l emploi est églement lié à l durée hebdomdire moyenne de trvil. Les ctifs picrds qui trvillent à leur propre compte, pour leur entreprise ou l entreprise fmilile ont une durée hebdomdire moyenne de trvil proche de 5 heures pr semine lors que celle des slriés du public ou du privé tteint 35 heures en moyenne. Enfin, toujours près justement, l ctégorie socioprofessionnelle et l âge ne sont ps liés à l durée hebdomdire de trvil. Pr contre, u niveu ntionl, l durée hebdomdire de trvil est liée (près justement ) à l profession et ctégorie socioprofessionnelle. Elle est l plus importnte pour les griculteurs (53,4 heures), les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (5,4 heures) et les cdres et professions (4, heures). Un temps de déplcement domicile-trvil ftignt pour un ctif sur qutre Réprtition des ctifs selon le genre et le temps de trjet domicile-trvil, 3 (% pondérés) 7,3,4 Moins de 5 minutes 7,3 Moins de 5 minutes 7,8 3, Entre 5 et 9 minutes,7,8,5 Entre 5 et 9 minutes 3,8 3,8 Entre 3 et 59 minutes 3,8 3,6 Entre 3 et 59 minutes Source : Insee, enquête décennle snté -3,4 5,8 Entre heure et heure 59,9 8,8 Entre heure et heure 59,6 7, Deux heures ou plus 9,5 7, Deux heures ou plus En 3, près de deux ctifs sur cinq (39, %) ont un temps de trjet domicile-trvil de moins de trente minutes ller-retour et près de trois sur dix (9,3 %) une durée d une heure ou plus. Un ctif picrd sur qutre considère son temps de déplcement ftignt ou très ftignt. Entre une heure et moins de deux heures, l proportion tteint 48,9 %, elle psse à 8,9 % pour des trjets de deux heures ou plus. Les ctifs picrds qui considérent leur trjet comme ftignt, voire très ftignt ont des trjets en moyenne d une heure et demi (93 minutes de trjet ller-retour en moyenne), ce qui est significtivement supérieur à ceux qui considérent leur trjet comme non ftignt (3 minutes). Au niveu ntionl, les ctifs qui considérent leur temps de trjet comme ftignt ont en moyenne des trjets de 84 minutes contre 3 minutes pour les utres. En, le temps de trjet entre le domicile et le trvil n est ps significtivement ssocié u genre près justement sur le trvil à temps prtiel (il est de 5 minutes pour les hommes et de 4 minutes pour les femmes). Les ctifs à temps prtiel ont des temps de trjet ller-retour significtivement inférieurs à ceux des ctifs trvillnt à temps complet (48 minutes versus 33 minutes). Aucune ssocition vec l âge et l profession et ctégorie socioprofessionnelle (PCS) n est observée. Pr contre, u niveu ntionl, l durée de trjet est liée u genre et à l PCS. Elle est de 45 minutes chez les hommes et de 4 minutes chez les femmes u niveu ntionl et est l plus importnte pour les cdres et professions vec près d une heure de trjet en moyenne (57 minutes) suivis des professions (45 minutes), des ouvriers (39 minutes), des employés (39 minutes), puis des rtisns (33 minutes) et enfin les griculteurs (5 minutes). Anlyse multivriée rélisée à l ide d un modèle de régression linéire dont l vrible dépendnte est l durée hebdomdire de trvil et les vribles d justement sont : le genre, l âge, le trvil à temps prtiel, le sttut et l nture de l emploi et l PCS. 3

4 Les plus jeunes sont ceux qui cherchent le plus un utre emploi en CDI ou non Proportion d ctifs en poste u moment de l enquête recherchnt un emploi selon l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés) 5, 6,4 Source : Insee, enquête décennle snté -3 8, 4 3,4,5,6,6 Agriculteur(rice)s Artisn(e)s, exploitnt(e)s commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 8,6,,, En 3, 8, % des ctifs en poste u moment de l enquête cherchent un utre emploi. Les slriés n étnt ps en CDI ont dvntge exprimé ce souhit que les slriés en CDI : 4,8 % versus 5,3 %. Les ctifs les plus jeunes sont les plus nombreux à chercher un utre emploi (5,6 % des 8-9 ns, 8,7 % des 3-44 ns et 3,4 % des 45 ns et plus) même s ils sont en CDI :, % des ctifs âgés de 8-9 ns en CDI recherchent un utre emploi contre 5, % pour les 3-44 ns et,7 % pour les 45 ns et plus, les mêmes tendnces sont observées en Frnce hexgonle mis, contrirement à l, le fit de rechercher un utre emploi est lié u sttut de l emploi. Ainsi, les slriés du secteur privé sont les plus nombreux à être à l recherche d un emploi vec plus d un ctif sur neuf concerné (, %), proportion significtivement supérieure à celle observée chez ceux du secteur public (5,3 %) ou chez les slriés de leur propre entreprise ou de celle de leur fmille (,7 %). Enfin, l recherche d un utre emploi est liée à l profession et ctégorie socioprofessionnelle. Les ouvriers sont les plus concernés (,6 %), suivis des employés (, %). Une snté physique qui décroît suivnt l âge, une snté psychique différente suivnt le genre En 3, le score de snté physique pour l popultion ctive picrde se situe en moyenne à 5, et le score de snté psychique à 49,4. Le score de snté physique vrie significtivement selon l profession et ctégorie socioprofessionnelle et l âge. Ainsi, les cdres sont en meilleure snté physique (54,8) que les utres ctégories socioprofessionnelles, les ouvriers étnt ceux ynt l snté physique l plus détériorée (5,3). De fçon nturelle, l snté physique des ctifs picrds se dégrde vec l vncée en âge, notmment à prtir de 4 ns. Ainsi, entre 8 et 39 ns, le score de snté physique se situe ux environs de 53,5, entre 4 et 49 ns, il est de 5,8 et chez les ctifs de 5 ns et plus, il se situe à 48,7. Au niveu ntionl, les cdres présentent églement le meilleur score de snté physique (54,). Contrirement à l, un lien entre le score de snté physique et le temps prtiel été mis en évidence u niveu ntionl. Ainsi, les ctifs exerçnt leur emploi à temps prtiel présentent un score significtivement plus fible que ceux à temps plein : 5, versus 5,8. Concernnt l snté psychique, le score est ssocié significtivement u genre, à l défveur des femmes qui ont un score de snté psychique inférieur à celui des hommes : 48, versus 5,3. Aucune différence selon l âge ou l profession et ctégorie socioprofessionnelle n été observée. En revnche, u niveu ntionl, le score de snté psychique est significtivement lié à l ctégorie socioprofessionnelle. Les cdres et professions sont ceux ynt le score le plus élevé (5,4), indiqunt une meilleure snté psychique, suivis des ouvriers (49,7), des professions (49,), et pour finir, les employés qui enregistrent le score le plus fible (48,). cf. encdré p. pour l construction des scores. Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, compte tenu de l fiblesse des effectifs. 4 Scores de snté physique et psychique selon le genre et l profession et ctégorie socioprofessionnelle 3 (moyennes pondérées) Snté physique 54,9 54,5 54, 53,7 5, ,4 5 5, 5, 5,5 Snté physique 54,6 53,6 55 Snté psychique ,3 53, ,5 5,6 5,5 5,3 5,3 55 Snté psychique 5,4 46,6 48,9 48,4 48, Ensemble des ctifs 5,9 5, 5,5 5,7 47, 5,7 5, , Ensemble des ctifs 5, 5,3 5,4 48,7 47,8 47,6 47,8 47, ,

5 Un ctif sur huit rrêté son ctivité professionnelle pour risons de snté Au cours de leur vie professionnelle, 8, % des ctifs picrds ont interrompu pour risons de snté leur ctivité professionnelle pendnt moins de six mois et 4,4 % pour une durée de six mois ou plus. Au niveu régionl, ucune ssocition significtive n été observée. En revnche, u niveu ntionl, les interruptions de moins de 6 mois sont ssociées à l profession et ctégorie socioprofessionelle (PCS), à l nture de l emploi (CDI ou utre type de contrt) et à l âge. Qunt ux rrêts de 6 mois ou plus, ils sont liés à l PCS, à l âge et u sttut de l emploi. Les ctifs déclrnt le plus fréquemment s être interrompus pour risons de snté sont les ouvriers (,5 % moins de 6 mois et 5,7 % 6 mois ou plus), lors que les cdres sont ceux qui le déclrent le moins (5,7 % moins de 6 mois et, % 6 mois ou plus). Les interruptions de trvil pour risons de snté sont croissntes vec l vncée en âge. Celles de moins de 6 mois sont deux fois plus déclrées pr les ctifs en CDI (9,4 %) que pr les utres (4,5 %). Enfin, les slriés du public ont dvntge déclré des rrêts de plus de six mois que les utres ctifs : 5,5 % versus 4,5 % pour les slriés du privé et 4,3 % pour les ctifs trvillnt pour leur entreprise ou celle de leur fmille. Proportion d ctifs ynt interrompu leur ctivité professionnelle selon l durée d interruption et l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés) Pr illeurs, les problèmes de snté ont entrîné un chngement d ctivité professionnelle pour 3,3 % des ctifs picrds. Les chngements d ctivité sont significtivement ssociés u sexe et à l nture du contrt en. Les hommes sont dvntge concernés que les femmes (3,9 % versus,5 %) et les titulires de CDI moins que les utres (,9 % versus 7,3 %). Au niveu ntionl, les chngements d ctivité sont églement liés à l âge et à l PCS. 8 6, ,9 3,7,5,, Agriculteur(rice)s Artisn(e)s, Cdres et exploitnt(e)s commerçnt(e)s professions et chefs d'entreprise ,5 4,4 8, 5, Agriculteur(rice)s Artisn(e)s, exploitnt(e)s commerçnt(e)s et chefs d'entreprise, Source : Insee, enquête décennle snté -3 6,,3 Cdres et professions 5,8 8,6 8,4 4,3 7,9 7,9 4, 4,4 5,3 Moins de 6 mois 6 mois ou plus Moins de 6 mois 6 mois ou plus,3 5,9 Le s c o n t r i n t e s p h y s i q u e s Un ctif sur cinq exposé u bruit intense... Un ctif sur cinq est exposé u bruit intense en milieu professionnel (, %), les hommes le sont trois fois plus que les femmes (8,6 % versus 8, %). Les ouvriers présentent l proportion d ctifs concernés l plus élevée (4,7 %) et les cdres l plus fible (3,6 %). Les mêmes tendnces sont observées u niveu ntionl vec en plus une liison significtive vec l âge, l exposition u bruit intense diminunt vec l vncée en âge....deux fois plus de troubles de l udition prmi ces ctifs L exposition u bruit intense n est ps sns répercutions sur l snté des ctifs, puisque ceux qui sont exposés sont deux fois plus nombreux à déclrer des problèmes d udition que les ctifs non exposés (,9 % contre 5, %) et les ctifs exposés dns le pssé mis ynt cessé de l être u moment de l enquête sont trois fois plus nombreux (9, %). L durée d exposition est églement déterminnte : 8, % des ctifs exposés moins de ns ont déclré des troubles de l udition contre 5,6 % des slriés exposés ns ou plus. Pr illeurs, le score de snté physique est significtivement plus fible chez les ctifs ynt déclré être exposés u bruit intense que ceux qui ne le sont ps : 5,9 versus 5,6. Proportion d ctifs présentnt des problèmes d udition selon l exposition u bruit intense, 3 (% pondérés) ,,9 3,5 4,3 Source : Insee, enquête décennle snté -3 5, Actuellement Dns le pssé Jmis 6,5 Postures pénibles... Plus d un tiers des ctifs (34,3 %) déclré subir des postures pénibles dns le cdre de leur trvil, les hommes plus que les femmes (36,9 % versus 3,7 %). L exposition ux postures pénibles est mximle chez les ctifs les plus jeunes (4,6 % chez les moins de 3 ns). Les ouvriers sont les plus concernés (56,4 %) suivis des rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (5,4 %), les moins soumis à cette contrinte étnt les cdres (7,8 %). Les mêmes tendnces sont observées u niveu ntionl. 5

6 ... et port de chrges lourdes... Le port de chrges lourdes concerne plus d un qurt des ctifs picrds (7,4 %) et deux fois plus les hommes (34,3 %) que les femmes (7,4 %). Avec plus de deux ctifs sur cinq, les ouvriers (45,9 %) sont les plus concernés. À l inverse, ucun cdre n déclré porter de chrges lourdes dns le cdre de son trvil. Au niveu ntionl, les mêmes ssocitions sont observées. De plus, un lien significtif vec le sttut de l emploi et l âge est observé. Les slriés de leur propre entreprise ou de celle de leur fmille sont les plus nombreux à porter des chrges lourdes (3,7 %) suivis des slriés du privé (5,7 %) et de ceux du public (7,5 %) Proportion d ctifs selon le genre, l profession et ctégorie socioprofessionnelle exposés..., 3 (% pondérés)... ux postures pénibles et ftigntes 3,6 5,6... u port de chrges lourdes 9,5 compte tenu de l fiblesse des effectifs. 3, 3,8 3,6... : des répercussions sur l snté En, le score de snté physique des ctifs déclrnt des postures pénibles est inférieur à celui des personnes n en déclrnt ps (5, versus 53,6), tout comme celui des ctifs déclrnt le port de chrges lourdes (5,5 versus 53,4). Pour les ctifs combinnt les deux crctéristiques, le score psse à 49,7, étnt significtivement plus élevé chez les hommes que chez les femmes (5,4 versus 47,8). Pr illeurs, 6,3 % des ctifs ynt déclré voir des postures pénibles et 6,7 % de ceux portnt des chrges lourdes ont souffert de mux de dos u cours des qutre semines précédnt l enquête contre respectivement 44, % et 43,7 % des ctifs non exposés. En outre, les scores de snté physique sont plus fibles pour les ctifs dont l durée d exposition est de plus de ns (47,4 pour les ctifs ynt des postures pénibles et 44,9 pour les personnes portnt des chrges lourdes) que pour ceux dont l durée est inférieure à ns (5, pour chque exposition) ou comprise entre et ns (5,4 et 5,4). 53,4 7, 6 48,6 48, 4 33,3 4 35,8 4,7 4,9 9, 7,8,,5 5,,,,, 3, Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, cf. encdré p. pour l construction du score. Score de snté physique moyen selon l exposition ux postures pénibles ou ftigntes et celle u port de chrges lourdes, 3 (moyennes pondérées) ,6 53,6 5, 5 Actuellement Dns le pssé Jmis Postures pénibles ou ftigntes ux postures pénibles et ftigntes 4,7 8,8,5 7,8 53,7 5 5,3 5 5,4 5 Actuellement Dns le pssé Jmis Postures pénibles ou ftigntes 5,5 Source : Insee, enquête décennle snté -3 9,9 8,4 5, 53,4 Actuellement Dns le pssé Jmis Port de chrges lourdes 5, 5, 57,5 49, 8... u port de chrges lourdes Comprison vec le niveu ntionl Proportion d ctifs exposés ux diverses contrintes physiques selon le genre, 3 (%) 53,7 Actuellement Dns le pssé Jmis Port de chrges lourdes Frnce hexgonle Frnce hexgonle Postures pénibles ou ftigntes 35,7 34,6 9,4 9,5 Port de chrges lourdes 3,9 3,4 7, 9, Bruit intense 8,7 3,* 7,7 8,3 Tempértures extrêmes 7,8 4,3,, Intempéries 3,8,,8,8 Climtistion 8,5, 6,3,7* Trvil sur écrn informtique 39,7 38,5 44,9 46,6 Source : Insee, enquête décennle snté -3 * Différence entre l et l significtive u seuil de 5 %. à structures d âge, de sexe et de profession et ctégorie socioprofessionnelle comprbles, les hommes picrds sont dvntge exposés u bruit intense que les hommes métropolitins. Qunt ux femmes, elles sont plus fréquemment concernées pr l climtistion en Frnce qu en. Les vleurs dns cette prtie peuvent être différentes des informtions présentées pr illeurs compte tenu de l stndrdistion. stndrdisée sur l âge, le sexe et l PCS (hors griculteurs exploitnts et rtisns, commerçnts et chef d entreprise), cf. point de méthode p.. 6

7 Les ouvriers fréquemment exposés ux tempértures extrêmes et les griculteurs ux intempéries L exposition ux tempértures extrêmes touche, % des Picrds ctifs, dvntge les hommes que les femmes (7,8 % versus,7 %). De fçon évidente, les ouvriers sont les plus concernés (4, %) suivis des rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (4,6 %) et des griculteurs (6, %). Au niveu ntionl, les ouvriers et les griculteurs sont les plus exposés vec 34,7 % des slriés concernés pour chcune de ces ctégories. L exposition ux tempértures extrêmes est liée significtivement, elle est l plus fible chez les 5 ns ou plus (3,3 %). L exposition ux intempéries est subie pr 5,9 % des Picrds ctifs, les hommes étnt huit fois plus concernés que les femmes (4,4 % versus 3,8 %). Cette exposition concerne significtivement plus les ctifs slriés de leur entreprise (,7 %) que ceux des secteurs public (6, %) ou privé (4,8 %). En outre, plus d un griculteur sur trois (35,6 %), un qurt des ouvriers (5, %) et un rtisn, commerçnt et chef d entreprise sur cinq (,5 %) ont déclré être exposés ux intempéries. En, l même hiérrchie est observée. Nénmoins, le pourcentge observé prmi les griculteurs est plus importnt puisque plus de l moitié d entre eux est exposée ux intempéries (55,6 %) Proportion d ctifs selon le genre, l profession et ctégorie socioprofessionnelle exposés..., 3 (% pondérés)... ux tempértures extrêmes,4, ux intempéries 5 4 3,6 8,4 5,4 Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, compte tenu de l fiblesse des effectifs. 8,5,8 7,4 34,,,5,6 4, 9,4 34,7 5, ux intempéries,6... ux tempértures extrêmes 3,,,9,6 4,8,9,3,7 7, 8,3 6, 7,9 35,9 3,3 6, Près de deux ctifs picrds sur cinq trvillent sur écrn informtique Sur leur lieu de trvil en 3, 38,7 % des ctifs picrds trvillent sur écrn informtique. Sns surprise, les deux professions et ctégories socioprofessionnelles (PCS) les plus concernées sont les cdres (76,3 %) et les ctifs exerçnt une profession intermédiire (54,7 %). En outre, les ctifs trvillnt à temps prtiel sont significtivement moins nombreux à trviller sur écrn informtique que ceux exerçnt leur emploi à temps complet (9,3 % versus 4,4 %), et ce en prennt en compte le genre, l âge, l nture de l emploi et l PCS. Au niveu ntionl, les mêmes tendnces sont observées et d utres ssocitions pprissent significtives. Ainsi, les ctifs en CDI sont dvntge à trviller sur écrn informtique que les utres (46, % versus 33,6 %). En outre, l moitié des slriés du public (5, %) est concernée contre 45, % de ceux du privé et 7,7 % de leur entreprise ou de celle de leur fmille. L exposition à l climtistion concerne 7,4 % des ctifs picrds. Au niveu ntionl, un lien entre l exposition à l climtistion et le genre, l âge, le sttut de l emploi, l Proportion d ctifs selon le genre, l profession et ctégorie socioprofessionnelle exposés..., 3 (% pondérés)... à l'écrn informtique Source : Insee, enquête décennle snté -3 nture de l emploi, l PCS et le temps prtiel est observé. Les cdres et professions (3,3 %) et les ctifs exerçnt une profession intermédiire (6,8 %) sont les plus exposés. Les ctifs en CDI sont plus touchés que ceux qui ne sont ps en CDI (3,4 % versus 8,5 %). En outre, les slriés de leur entreprise ou de celle de leur fmille et ceux trvillnt à leur propre compte sont les moins exposés (3,8 % versus 6,7 % des ctifs du public et 6,7 % de ceux du privé) ,3 78,8 8, 7,7 9,6 8,7 5,9,8 Agriculteur(rice)s Artisn(e)s, exploitnt(e)s commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 8... à l climtistion 6 4 3,3 4, 6,8, 4,6 4,7 9,8 4,4 5,9 7,4 3,9 6,8 Agriculteur(rice)s Artisn(e)s, exploitnt(e)s commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 54,7 63, 46,7 43,7 7

8 Le s c o n t r i n t e s chimiques Les griculteurs les plus exposés ux produits chimiques En 3, 7, % des ctifs ont déclré être exposés ux produits chimiques u cours de leur trvil. Les griculteurs sont les plus nombreux à s estimer exposés (54,4 %) vnt les ouvriers (4, %). Le groupe d âge le moins exposé est celui des 4-49 ns (3, %). Aucune différence selon le genre, le sttut ou l nture de l emploi n été observée. Au niveu ntionl, l exposition ux produits chimiques concerne dvntge les hommes que les femmes (6, % versus 6,9 %). Les griculteurs sont églement les plus exposés (33, %) suivis des ouvriers (,4 %) et les cdres sont les moins concernés (4, %). L exposition est églement significtivement liée à l âge. Elle est plus fible chez les plus de 5 ns (8,6 %). Les ouvriers les plus exposés ux poussières et ux fumées En 3, 7, % des Picrds ctifs sont exposés ux poussières et ux fumées u cours de leur trvil, les hommes l étnt trois fois plus que les femmes (37,5 % versus,3 %). Les ouvriers sont les plus exposés ux poussières et fumées, un sur deux déclre y être exposé (5, %). Ils devncent les griculteurs (4,7 %) et les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (39,7 %). Au niveu ntionl, les mêmes ssocitions sont observées et les ouvriers sont églement les plus exposés (4,8 %), suivis des griculteurs (35,4 %) et des rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (7,7 %). Pr illeurs, ux niveux régionl et ntionl, les ctifs exposés ux poussières et/ou ux fumées ont une moins bonne snté physique que ceux qui n y sont ps exposés : 5, versus 5,7 en et 5,4 versus 53, en héxgone. Les hommes plus exposés u tbc sur le lieu de trvil que les femmes Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, compte tenu de l fiblesse des effectifs. En 3, 3,3 % des ctifs picrds sont exposés u tbc sur leur lieu de trvil, dvntge les hommes que les femmes (7,7 % versus 7, %). Pr illeurs, un qurt des ctifs trvillnt à temps complet (5, %) est exposé à l fumée de cigrette sur leur lieu de trvil lors que cel ne touche que,7 % des ctifs à temps prtiel. En revnche, l proportion d ctifs exposés u tbc ne différe ps selon l profession et ctégorie socioprofessionnelle. Pr contre, u niveu métropolitin, les ouvriers (4,4 %) suivis des ctifs exerçnt une profession intermédiire (, %) et des employés (, %) sont les plus nombreux à y être exposés, les proportions tteignnt environ 6 % pour les cdres, professions et les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise et 5,5 % chez les griculteurs. Enfin, l exposition diminue vec l vncée en âge. Comprison vec le niveu ntionl Proportion d ctifs exposés ux produits chimiques selon le genre et l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés),5 4, 4,3,3 9,5 4, 3,6 7,4 5,7 6,7 9, 5,4 3,9 4,8 4,4 4,8 Proportion d ctifs exposés ux poussières et/ou fumées selon le genre et l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés) ,5,9 3, Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué compte tenu de l fiblesse des effectifs. 7,7 6,3 5, 6,,8 4,4 6,7 5,4 Proportion d ctifs exposés ux diverses contrintes chimiques selon le genre, 3 (%) Frnce hexgonle Frnce hexgonle Poussières et fumées 36, 3,,9 9,5 Produits chimiques, 8, 9,8 7,3 Tbc 7,5 6, 6,5 5,9 8,4 53,8 39, 44,7 6,3 Source : Insee, enquête décennle snté -3 stndrdisée sur l âge, le sexe et l PCS à structures d âge, de sexe et de profession et ctégorie socioprofessionnelle comprbles, les Picrds ne se différencient ps significtivement des Métropolitins. Les vleurs dns cette prtie peuvent être différentes des informtions présentées pr illeurs compte tenu de l stndrdistion. stndrdisée sur l âge, le sexe et l PCS (hors griculteurs exploitnts et rtisns, commerçnts et chef d entreprise), cf. point de méthode p..

9 Le s h o r i r e s t y p i q u e s e t l e s c o n t r i n t e s o r g n i s t i o n n e l l e s Plus d un ctif picrd sur cinq trville en horires lternnts Plus d un ctif sur cinq (, %) est concerné pr le trvil posté. Ainsi,,7 % des ctifs se lèvent vnt cinq heures du mtin pour le trvil u moins 5 jours pr n,, % ont des horires de trvil les obligent à se coucher près minuit u moins 5 jours pr n et,3 % ont un trvil les obligent à ne ps dormir l nuit u moins 5 jours pr n. L profession et ctégorie socioprofessionnelle (PCS) l plus exposée ux horires typiques est celle des ouvriers : 4,4 % d entre eux trvillent en horires lternnts, 9, % sont obligés de se coucher près minuit du fit de leur trvil, 38,7 % de se lever vnt cinq heures du mtin et 7,8 % ne dorment ps l nuit. Au niveu régionl comme u niveu ntionl, une ssocition significtive vec le genre est observée (excepté pour le fit de trviller en postes), les hommes étnt dvntge concernés pr les horires typiques. Hormis pour le fit de dormir près minuit pour les ctifs picrds, les contrintes d horires sont significtivement liées à l PCS. Enfin, excepté pour «horire de trvil et temps de trjet obligent à se lever vnt cinq heures du mtin» pour lquelle ucune ssocition vec l âge n été observée, l exposition ux horires typiques diminue significtivement vec l vncée en âge en Frnce. Proportion d ctifs concernés pr les horires typiques selon le genre et l profession et ctégorie socioprofessionnelle, 3 (% pondérés) Pic = Fr = Cdres et professions Pic Fr Pic Fr Pic Fr Pic Fr Trvil posté en horires lternnts,3,,9, 6,7 7,5 4,4 7,9 Horires de trvil et temps de trjet obligent souvent à se coucher près minuit 4,8 6,7,,4 7, 7,5,6 5,6 à se lever vnt cinq heures du mtin 6,9 3,8 6,,3 3,3 7,5 39,4 3,9 à ne ps dormir l nuit,3, 8, 7, 9,9, 8,8 3,4 Source : Insee, enquête décennle snté -3 Les ctégories des griculteurs exploitnts et des rtisns commerçnts et chefs d entreprise n ont ps été représentées lorsque le genre est distingué, compte tenu de l fiblesse des effectifs. Rémunértion u rendement et trvil répétitif Pic Fr Pic Fr Pic Fr Pic Fr Trvil posté en horires lternnts,,,4,5 4,9 5,7 4,7 35, Horires de trvil et temps de trjet obligent souvent à se coucher près minuit 5,9 3,3 5, 4,3,8 3,6, 8, à se lever vnt cinq heures du mtin,,6 5,4 4,5,9 6, 35, 3,8 à ne ps dormir l nuit 3,, 3,9 3,6 5,,3 3,4 5,3 Sur l ensemble des ctifs picrds, en 3, 7, % sont rémunérés u rendement ou ux objectifs. Les ctifs exerçnt dns le secteur privé (9,9 %) ou ceux slriés de leur entreprise ou de celle de leur fmille ou ceux à leur compte (7, %) sont significtivement plus nombreux à être rémunérés u rendement que les slriés du public (, %). En, l rémunértion u rendement n est liée ni u genre, ni à l profession et ctégorie socioprofessionnelle (PCS). En revnche, ces ssocitions sont significtives u niveu hexgonl. Ainsi, 7,3 % des hommes sont rémunérés u rendement contre 3,9 % des femmes. L différence hommes-femmes est significtive dns toutes les PCS. Cependnt, l différence est inversée chez les ouvriers prmi lesquels,4 % des femmes contre 5,7 % des hommes sont exposés à cette contrinte. L PCS l plus concernée est celle des rtisns, commerçnts et chefs d entreprise (, %) suivie de celles des cdres et professions (7, %), des ouvriers (6,9 %), des professions (6,7 %), des griculteurs (5,8 %) et des employés (, %). Concernnt le trvil répétitif sous contrinte de temps, en,,8 % des ctifs l ont déclré, les hommes plus que les femmes (3,7 % versus 9, %). L PCS l plus concernée est celle des ouvriers (9,9 %), les utres PCS ynt une proportion inférieure à 3, %. Les mêmes tendnces sont observées u niveu ntionl. Comprison vec le niveu ntionl Proportion d ctifs exposés ux horires typiques et ux contrintes orgnistionnelles selon le genre, 3 (%) Frnce hexgonle Frnce hexgonle Horires typiques Trvil posté en horires lternnts 8,5,6* 6,6 5,6 Horires de trvil et temps de trjet obligent souvent à se coucher près minuit 8, 3,3* 5, 4,3 à se lever vnt cinq heures du mtin 9,,9*,9 9,* à ne ps dormir l nuit 4,,3* 5,8 3,* Contrintes orgnistionnelles Rémunértion u rendement 8,6 6, 4, 4, Trvil répétitif sous contrinte de temps 3,6, 9,5 8, Source : Insee, enquête décennle snté -3 * Différence entre l et l significtive u seuil de 5 %. à structures d âge, de sexe, de profession et de ctégorie socioprofessionnelle comprbles, les hommes picrds sont significtivement plus nombreux à être concernés pr les horires typiques que les hommes métropolitins. Chez les femmes, les différences entre l Frnce et l sont significtives pour deux modlités seulement («se lever vnt cinq heures du mtin» et «ne ps dormir l nuit»). Pour les contrintes orgnistionnelles, les Picrds ne se distinguent ps significtivement des Métropolitins. Les vleurs dns cette prtie peuvent être différentes des informtions présentées pr illeurs compte tenu de l stndrdistion. stndrdisée sur l âge, le sexe et l PCS (hors griculteurs exploitnts et rtisns, commerçnts et chef d entreprise), cf. point de méthode p.. 9

10 Le s c o n t r i n t e s p s y c h o s o c i l e s Des conditions psychologiques positives du trvil moins fréquemment déclrées pr les ouvriers et les employés L grnde mjorité de l popultion ctive déclré bénéficier «tout à fit» ou «plutôt» de conditions psychologiques positives dns son trvil. En moyenne, en, 8, % des ctifs ont déclré voir les moyens de fire un trvil de bonne qulité, 78,3 % un trvil permettnt d pprendre des choses, 79,9 % des possibilités d entride et de coopértion suffisntes, 78,5 % l possibilité de choisir leur fçon de procéder et, enfin, 8,8 % ont déclré voir un trvil vrié. Toutes les conditions positives sont liées à l profession et ctégorie socioprofessionnelle (PCS). Excepté pour les possibilités d entride et de coopértion, les ouvriers sont les moins nombreux à déclrer être concernés pr les conditions psychologiques positives. Les conditions psychologiques négtives du trvil sont moins fréquemment déclrées que les conditions positives, mis les pourcentges de réponses sont tout de même importnts : en moyenne, en, 66,6 % des ctifs ont déclré être souvent dns l obligtion de se dépêcher, 6,4 % être dns l obligtion de fire plusieurs choses à l fois, 5,5 % devoir fréquemment s interrompre dns le trvil, 5,4 % devoir supporter les exigences du public et enfin 6, % être dns l impossibilité de quitter leur trvil des yeux ou de s interrompre. Prmi les cinq contrintes négtives, seul le fit d être obligé de se dépêcher dns son trvil ne diffère ps significtivement selon l PCS. Au niveu ntionl, toutes les contrintes psychosociles positives ou négtives sont liées à l PCS. Les ouvriers sont les moins nombreux à bénéficier d un trvil qui leur pprend des choses, ils sont les moins nombreux à choisir l fçon de procéder et à voir les moyens pour effectuer un trvil de bonne qulité. En revnche, les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise ont le moins déclré voir des possibilités d entride ou de coopértion. Ces derniers sont ceux qui doivent le plus supporter les exigences du public et ne peuvent quitter leur trvil des yeux. Les cdres, qunt à eux, ont dvntge déclré être souvent obligés de se dépêcher et/ou être obligés de fire plusieurs choses à l fois. Enfin, les hommes sont dvntge à voir un trvil vrié, dns lequel ils peuvent choisir l fçon de procéder et dns lequel ils ont les possibilités d entride et de coopértion. cf. encdré pge ci-contre pour l définition de l chrge mentle. Comprison vec le niveu ntionl Proportion d ctifs exposés ux contrintes psychosociles, 3 (%) Frnce hexgonle Frnce hexgonle Être souvent obligé(e) de se dépêcher 66,3 67, 65, 64,9 Être souvent obligé(e) de fire plusieurs choses à l fois 6,3 64,5 64, 66, Être souvent interrompu(e) dns son trvil 5,7 5,5 49,5 53,3 Devoir supporter les exigences du public 46,8 47,8 56,3 58, Ne ps pouvoir quitter son trvil des yeux, ou ne ps pouvoir s'interrompre 8,6,9* 3,3,8 Avoir un trvil qui permet d'pprendre des choses 79,3 8, 77,3 78,5 Avoir un trvil vrié 8,8 8,4 77,8 76, Avoir le choix de l fçon de procéder 76, 77,3 79,4 77, Avoir les moyens de fire un trvil de bonne qulité 8,9 8,7 8, 8,9 Avoir les possibilités suffisntes d'entride et de coopértion 83, 8, 76,6 78, Source : Insee, enquête décennle snté -3 * Différence entre l et l significtive u seuil de 5 %. À structures d âge, de sexe, de profession et de ctégorie socioprofessionnelle comprbles, les hommes picrds sont plus nombreux à ne ps pouvoir quitter leur trvil des yeux et ne ps pouvoir s interrompre que les hommes métropolitins. Les utres différences entre l région et l Frnce ne sont ps significtives. Les vleurs dns cette prtie peuvent être différentes des informtions présentées pr illeurs compte tenu de l stndrdistion. stndrdisée sur l âge, le sexe et l PCS (hors griculteurs exploitnts et rtisns, commerçnts et chef d entreprise), cf. point de méthode p..

11 Méthodologie Pour l première fois, entre octobre et septembre 3, l enquête décennle sur l snté menée pr l Insee fit l objet d une extension régionle en grâce u finncement de l Étt, du conseil régionl et de l Assurnce mldie. Étlée en cinq vgues, chque vgue s est déroulée en trois visites de l enquêteur. L enquête été orgnisée de telle sorte que les dultes concernés soient présents à chque visite puisque le questionnement de chque dulte est strictement individuel. Celui-ci été rélisé suivnt deux modes de psstion, en fce à fce pr Cpi (Computer Assisted Personl Interview) pr un enquêteur à domicile et pr questionnire uto-dministré. L objectif principl de cette enquête est d estimer, à prtir d un échntillon représenttif de «ménges ordinires», l consommtion médicle nnuelle de l popultion résidnt sur le territoire métropolitin et d y ssocier l morbidité déclrée, incidente et prévlente. En, elle concerné 7 ménges répondnts pour 79 personnes enquêtées, l échntillon métropolitin étnt composé de ménges répondnts pour personnes. Les résultts présentés dns cette plquette concernent les personnes âgées de 8 ns et plus ynt répondu à l uto-questionnire, soit 76 Picrds (pour un échntillon ntionl de 5 93 individus). Prmi eux, 958 occupient un emploi u moment de l enquête, ces personnes ont constitué l popultion d étude, les utres individus se réprtissnt comme suit : 7 chômeurs, 89 étudints, 37 retrités, 6 retirés des ffires, 46 personnes u foyer, 5 utres inctifs, un militire du contingent. Les résultts présentés sont issus de données pondérées. Cependnt, les comprisons entre l région et le niveu ntionl ont été rélisées sur des données stndrdisées. Pour l description de l échntillon picrd u regrd de celui métropolitin, l stndrdistion été effectuée vec comme popultion de référence celle de l estimée u er jnvier 5. Les clsses d âge considérées étient : 8-4 ns, 5-9 ns, 3-34 ns, ns, 4-44 ns, ns, 5-54 ns, ns et 6-65 ns. Les stndrdistions concernnt les contrintes physiques, chimiques, orgnistionnelles, psychosociles, ou liées ux horires typiques ont été rélisées vec comme popultion de référence l popultion ctive picrde pondérée de l enquête décennle snté selon le sexe, l profession et l ctégorie socioprofessionnelle et les clsses d âge suivntes : 8-9 ns, 3-39 ns, 4-49 ns et 5 ns et plus. Compte tenu de leurs fibles effectifs, les griculteurs exploitnts et les rtisns, commerçnts et chef d entreprise n ont ps été inclus dns les clculs. Ces stndrdistions expliquent les éventuelles différences entre certins résultts régionux et ceux des comprisons vec le niveu ntionl. Tous les tests sttistiques ont été rélisés sur données brutes. Les ssocitions entre les différentes vribles qulittives ont été mesurées pr le test d indépendnce du Khi et celles entre une vrible qulittive et une vrible quntittive à prtir de test non prmétrique (Kruskl- Wllis). Les différences présentées dns l plquette sont significtives u seuil de 5 %. Des nlyses multivriées ont églement été rélisées. Lorsque l vrible étudiée étit quntittive, l régression linéire été utilisée. Lorsque l vrible étudiée étit qulittive à deux modlités, l régression logistique lors été utilisée. Les vribles d justement retenues sont : le genre, l âge, le sttut de l emploi, l nture de l emploi, le temps prtiel et l PCS. Globlement, il convient d interpréter les résultts reltifs ux griculteurs exploitnts et ux rtisns, commerçnts et chef d entreprise vec prudence, compte tenu de leur fible effectif. L qulité de vie : le questionnire SF36 Le questionnire de qulité de vie est composé de 36 questions Short Form, rssemblées en huit dimensions. Celles-ci correspondent à l snté dns s dimension physique (ctivité physique, limittions dues à l étt physique, douleurs physiques, snté perçue) et s dimension psychique (snté psychique, limittions dues à l étt psychique, vitlité, vie et reltions vec les utres). Deux scores sont clculés, l un physique et l utre psychique, permettnt de clculer l indicteur de qulité de vie qui décrit l perception qu l individu de s snté physique et psychique. Plus le score est fible, plus l individu présente un étt de snté dégrdé. Cet indicteur permet de comprer les popultions entre elles. L médine des scores est, pr construction, égle à 5. Le vécu u trvil L chrge mentle u trvil été évluée et définie comme le coût d un certin enrichissement du trvil, n étnt ps nécessirement le signe d une dégrdtion des conditions de trvil. S mesure subjective été utilisée pour évluer l «chrge mentle positive», c est-à-dire les vntges liés u poste et l «chrge mentle négtive», c est-à-dire les inconvénients liés u poste. Ces questions ont été inspirées en prtie du questionnire de Krsek et en prtie des enquêtes «conditions de trvil» menées pr l Dres. Description de l échntillon de l enquête décennle snté de 3 occupnt un emploi (effectifs et pourcentges bruts) n % n % n % n % Âge 8-9 ns 3,4 8 9, ,7 5 8, ns 46 5,3 6 8,6 7 9,3 93 8, ns 55 3,7 7 8,8 38 8,5 67 9,8 5 ns 8,,8 795,5 53,4 Sttut Slrié(e)s du public, 78 38,9 66, 84 34, Slrié(e)s du privé 34 66,7 8 54, , ,7 Slrié(e)s de leur entreprise ou de celle de leur fmille ou à leur compte 6, 8 6, 3, , Nture de l'emploi Apprenti(e)s + stgiires 4,8 6,4 67,9 56,9 Intérimires 7 3,,8 5, 9,4 Contrt à durée déterminée 38 7,3 5,8 58 6,8 683, Contrt à durée indéterminée 47 79, , , ,6 Non précisée 48 9, 9 4,4 75 9, , et ctégorie socioprofessionnelle Agriculteur(rice)s exploitnts 4, 7,8 83 3,8 5,3 Artisn(e)s, commerçnt(e)s et chefs d'entreprise 5 6,3 6 7, 548 7,3 3, 55 9, 33, 457 9,4 95 3,7 4,6 7,5 85 4, 7 5,8 58 7,7 44,4 874, , 48 45,4 58 7, ,7 66 9,9 Source : Insee, enquête décennle snté -3

12 Contexte socio-économique Réprtition de l offre de médecine du trvil en Frnce Conditions de trvil Accidents du trvil Mldies professionnelles Risques psychosociux u trvil Sy n t h è s e L enquête décennle snté menée en 3 est l première enquête fournissnt des données sur l snté u trvil en permettnt des comprisons vec le niveu ntionl. Quelques nombres et pourcentges sont plus prticulièrement à retenir dns deux domines : Crctéristiques générles Trois ctifs sur cinq sont slriés du privé, les hommes l étnt dvntge que les femmes (deux sur trois contre une sur deux). Cinq ctifs sur six sont en CDI. Les femmes exerçent principlement des professions d employées et les hommes d ouvriers. Pr illeurs, l se crctérise pr une popultion ouvrière notmment msculine plus importnte qu u niveu frnçis et pr une moindre représenttion de cdres et professions. Plus de sept ctifs sur huit trvillent à temps complet. Prmi ceux qui exercent leur ctivité à temps prtiel, plus de l moitié le subit. En outre, le temps prtiel concerne principlement les femmes, les employés et les ctifs n ynt ps de CDI. L durée moyenne de trvil hebdomdire est d un peu moins de 37 heures. Elle est plus élevée chez les hommes, les griculteurs et les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise. Elle est cependnt plus fible que pour l ensemble du pys, quels que soient le sexe, l âge, l PCS, le sttut et l nture de l emploi. Le temps de trjet domicile trvil est en moyenne en de 46 minutes, plus importnt pour les hommes que pour les femmes, différence plus importnte qu u niveu ntionl, plus minutes contre plus 5 minutes. Un ctif sur douze en poste u moment de l enquête cherche un utre emploi. Les jeunes et les slriés n étnt ps en CDI sont les plus concernés. Aspects snitires et environnementux Les cdres présentent une meilleure snté physique que les utres professions et ctégories socioprofessionnelles. Concernnt l snté psychique, l différence est principlement liée u genre. Un ctif sur huit rrêté son ctivité u cours de s vie professionnelle pour risons de snté dont un tiers pour une durée u moins de six mois. Un ctif sur cinq est exposé u bruit intense, un tiers à des postures pénibles ou ftigntes et un qurt u port de chrges lourdes. Pour tous ceux qui sont soumis à ce type de contrintes, un score de snté moins bon est constté. Un slrié sur six déclré être exposé ux produits chimiques, plus d un sur qutre ux poussières et/ou fumées et près d un sur qutre à l fumée de tbc. Un ctif sur cinq un trvil posté, l même proportion doit se lever vnt cinq heures du mtin et plus d un ctif sur dix est obligé de se coucher près minuit. Les horires typiques concernent dvntge les hommes et les ouvriers. L grnde mjorité de l popultion en ctivité déclré bénéficier de conditions psychologiques positives dns son trvil. Toutefois, des ctifs, en nombre importnt, ont déclré des conditions psychologiques négtives, notmment les rtisns, commerçnts et chefs d entreprise. Pour en svoir plus Une synthèse des régions de Frnce été produite en 8 pr l Fédértion ntionle des observtoires régionux de l snté (Fnors) dns le cdre d une convention plurinnuelle pssée vec le ministère chrgé de l snté. d utres régions, l ORS prticipé à l rédction bsé sur l outil SCORE-Snté met en évidence l nelles et les ccidents du trvil notmment, frnçises. Ces données sont présentées en six tion de l offre de médecine du trvil en Frnce, ldies professionnelles, risques psychosociux l dresse internet : En collbortion vec plusieurs homologues de celle-ci. Ce document à visée descriptive et grnde diversité, pour les mldies professiondes situtions et des évolutions dns les régions chpitres : contexte socio-économique, réprticonditions de trvil, ccidents du trvil, mu trvil. Le document est disponible sous formt PDF à dedfiles/sntetrvil.pdf. L snté u trvil dns les régions de Frnce Collection «Les études du réseu des ORS» L enquête décennle snté est finncée en pr l Drss de, le Conseil régionl de, l Crm Nord - Ps-de-Clis, l Urcm de et l Insee. Le recueil été rélisé pr l Insee. Ce document été rédigé pr Sophie Pilleron, Sophie Debuisser, Ndège Thoms, Alin Trugeon et mis en pge pr Sylvie Bonin. Il reçu les vis éclirés de Mrc Bouscsse (Insee), Ctherine Doutrellot-Philippon (CHU d Amiens), Philippe Fillie (DRTEFP) et André-Mrie Loock (Crm Nord-). Il été imprimé à 5 exemplires en mrs 9 pr l ORS. Observtoire régionl de l snté et du socil de Siège socil Fculté de médecine 3, rue des Louvels F-836 Amiens cedex Tél : Télécopie : E-mil :

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 institut ntional de snté publique du québec SURVEILLANCE DES hbitudes de vie Numéro 4 L insécurité limentire dns les ménges québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 Fits sillnts Au Québec, en

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Les consultations et visites des médecins généralistes

Les consultations et visites des médecins généralistes L enquête de l Drees rélisée en 2002 uprès des médecins générlistes libérux porte sur le contenu et l issue de leurs consulttions et visites, u regrd de leurs crctéristiques et de celles de leurs ptients.

Plus en détail

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés Contrt individuel d'ssurnce-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres progrmmés Identité (données obligtoires) Numéro du Contrt Souscripteur/Assuré Monsieur Mdme Mdemoiselle

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

Les Franciliens sont en meilleure

Les Franciliens sont en meilleure 14 Travail et santé L activité professionnelle a des effets immédiats et durables sur la santé des Franciliens La majorité des Franciliens qui travaillent apparaissent en meilleure santé physique que leurs

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur

Comportements de santé des étudiants de première année inscrits dans les universités de la région Provence-Alpes- Côte d Azur N 14 2007 RepèreSnté est le bulletin sur l snté de l popultion régionle qui présente les données cquises dns le cdre du réseu prtenril de l Observtoire régionl de l snté Provence-Alpes-Côte d Azur. SANTE

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Données mondiales sur la cécité

Données mondiales sur la cécité Données mondiles sur l cécité B. Thylefors, Docteur en médecine # A.-D. Négrel, R. Prrjsegrm, K.Y. Ddzie, # Chrgé de progrmme. (Merci d dresser toute demnde de duplict u Coordonnteur) * Ophtlmologistes

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI:

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: un rpport mondil Bruno Roelnts, Eum Hyungsik et Elis Terrsi, CICOPA LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: UN RAPPORT MONDIAL Concernnt les uteurs Bruno Roelnts est Secrétire Générl

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1 Thème spécil Inéglités de snté Dossiers thémtiques Inéglités socio-économiques et mortlité de l enfnt : comprison dns neuf pys en développement Adm Wgstff 1 Cet rticle est le résultt d une enquête et de

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement Orgnistion interntionle du Trvil ACRD VIII/1974/III (ntérieurement PAC) Commission consulttive du développement rurl uitième session, Genève, 30 septembre 11 octobre 1974 Troisième question à l'ordre du

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Santé mentale sur le lieu de travail

Santé mentale sur le lieu de travail Richter Friesenichler Vnis Snté mentle sur le lieu de trvil Contrintes mentles Listes de contrôle pour s initier InfoMediVerlg e.k. L collection «Snté mentle sur le lieu de trvil» comprend qutre prties

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le)

Demande de prêt à l'amélioration. de l'habitat 14073*01. Assistant(e) Maternel(le) snté Demnde de prêt à l'méliortion fmille de l'hbitt 14073*01 retrite services Assistnt(e) Mternel(le) Merci de compléter églement un formulire de déclrtion de sitution Article L.542-9 du code de de l

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats.

intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats. 50 TOGO INTRODUCTION LE TOGO COMPTE 6 MILLIONS D HABITANTS. Son revenu ntionl rut pr hitnt est de 350 USD. Aujourd hui, ce pys ne remplit ucun des 8 ojectifs du Millénire pour le développement (OMD), mis

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous!

#Guide jeunes. @étudiant @demandeur d emploi @travailleur. L accès à la santé pour tous! #Guide jeunes @étudint @demndeur d emploi @trvilleur MUTUALITE SOIALISTE DU BRABANT L ccès à l snté pour tous! rembourse 40 /n L Mutulité sociliste pour t contrception Love4you.be by Mutulité Sociliste

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet

abc ING Direct Stratégie Fonds Commun de Placement Prospectus complet bc Fonds Commun de Plcement Prospectus complet Prospectus Simplifié OPCVM respectnt les règles d investissement et d informtion de l directive 85/611/CE ING DIRECT STRATEGIE PARTIE A STATUTAIRE Présenttion

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE AMÉNAGEMENT DE LA PORTE DE GESVRES AUTOROUTE A11 PÉRIPHÉRIQUE NANTAIS CONCERTATION PUBLIQUE VOTRE AVIS COMPTE! BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE SOMMAIRE 1 L objet de l concerttion publique 2 L nnonce

Plus en détail

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486.

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486. Article «Certines crctéristiques du logement u Cnd» Denis Germin L'Actulité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-46. Pour citer cet rticle, utiliser l'informtion suivnte : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1001551r

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Toujours un métro d avance

Toujours un métro d avance Propreté à l RATP w C est un des plus gros budgets européens de propreté, sinon le plus gros. 365 jours pr n, 24/24 heures des centines d hommes et de femmes ssurent l propreté du réseu de trnsport prisien.

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau 2010 Compte-rendu finl n 00 10 32 009 Déprtement Techniques d élevge et Qulité Service Qulité des Vindes Croline EVRAT GEORGE Dnièle RIBAUD collection résultts Elortion et construction du nouveu nuncier

Plus en détail

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme FESTIVAL 2010 Exmen des préférences des consommteurs urins en mtière de cultivrs de pomme Rpport de projet : Progrmme de développement de produits gricoles innovteurs (DPAI) Évlution sensorielle recherche

Plus en détail

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de Usger Gérer session utilisteur Client Système comptble Client fidélisé Gérer Suivi Rés Administrteur site de réservtion Gestionnire fidélité Gérer Fidélité Gestionnire Hotels Gérer Hotels Site web de réservtions

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes Directive reltive à l mise en oeuvre de grues et de mchines de chntier à proximité de lignes électriques ériennes 1 Chmp d ppliction Chmp d ppliction L présente directive s pplique ux trvux exécutés u

Plus en détail

Déclaration Annuelle des Données Sociales (DADS) 2008 FORMULAIRE ETABLISSEMENT

Déclaration Annuelle des Données Sociales (DADS) 2008 FORMULAIRE ETABLISSEMENT Déclaration nnuelle des Données Sociales (DDS) 28 FORMULIRE ETBLISSEMENT 1 IDENTIFICTION DE L'ETBLISSEMENT SIRET 7328293217 Fraction NOM ET DE L'ETBLISSEMENT SI DIFFERENTS DE L' D'ENVOI (lieu du risque)

Plus en détail

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION

révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION mission révention CAISSE GÉNÉRALE DE SÉCURITÉ SOCIALE DE LA RÉUNION PRÉ VENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Revue trimestrielle - Éditée pr l CGSS de L Réunion - septembre 2011 - Numéro 54 Avec l prévention,

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2016 L Enseignement Supérieur de Stnisls une double mission : ider nos étudints à réussir leurs Exmens et leurs Concours d dmission en Grnde École et contribuer, grâce

Plus en détail

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire Lsers multicolores pour le dignostic cellulire Nelly RONGEAT et Philippe NERIN Hori Medicl Vincent COUDERC et Philippe LEPROUX XLIM Guillume HUSS Leukos nelly.ronget@hori.com Le dignostic cellulire est

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER DCG session 2011 UE8 Systèmes d informtion et de gestion Corrigé indictif DOSSIER 1 : PREPARER ET FORMER LES ENTRAINEURS 1. Expliquer les crdinlités des ssocitions NECESSITER, SE DEROULER Intitulé de l'ssocition

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR

LA CHAINE D INFORMATION :La fonction ACQUERIR Livret des compétences essentielles de seconde II Fiche N 3- Niveu d cquisition exigé : «je sis en prler» LA CHAINE D INFORMATION :L fonction ACQUERIR L fonction ACQUERIR est chrgée de mettre en forme

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

le journal de GDP Vendôme GDP VENDôME, un groupe

le journal de GDP Vendôme GDP VENDôME, un groupe é DITION 2013 le journl de GDP Vendôme n édito GDP VENDôME, un groupe résolument tourné vers l venir En 2013, les conjonctures chngent, l investissement en EHPAD demeure vec des dispositifs fiscux toujours

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Convention sur la responsabilité civile des dommages résultant d'activités dangereuses pour l'environnement *

Convention sur la responsabilité civile des dommages résultant d'activités dangereuses pour l'environnement * Série des trités européens - n 150 Convention sur l responsilité civile des dommges résultnt d'ctivités dngereuses pour l'environnement * Lugno, 21.VI.1993 Les Etts memres du Conseil de l'europe, les utres

Plus en détail

ACCORD SUR LE REGIME DES VISAS ENTRE LE GOUVERNEMENT BURKINAFASO

ACCORD SUR LE REGIME DES VISAS ENTRE LE GOUVERNEMENT BURKINAFASO ACCORD SUR LE REGIME DES VISAS ENTRE LE GOUVERNEMENT DU BURKINAFASO "' ET LE GOUVERNEMENT LA REPUBLIQUE.., DE DE CHINE (TAIWAN) POUR.. LESPERSONNESDETENTRICES DE PASSEPORT DIPLOMATIQUE, DE SERVICE ET ORDINAIRE..

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail