Oue nous disent nos états d'âme?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Oue nous disent nos états d'âme?"

Transcription

1 Oue nous disen nos éas d'âme? Nous avons ous des éas d'âme, enre risesse e sérénié, rancæur e_loie de vivre. Différens des émoions. ces éas de nore conscience e de nore affec reflèen les races d'un passé loinain. Apprendre à les connaîre e à les comprendres une des voies vers la paix inérieure l'accepaion de soi. Chrisophe André (( e m'aoercois_que. sans le vouloir. ie me '' f suis mis à réfléchir sur ma vie. Je ne m'en suis pas aperçu, mais c'es ainsi. 'ai cru que je ne faisais que voir e enendre, que Y je n'éais rien d'aure, duran ou ce parcours oisii qu'un réfleceur d'images reçues, un écran blanc oir la réalié projeai couleurs e lumières au lieu d'ombres. Mais j'éais bien plus, sans le savoir. J'éais aussi l'âme qui se dérobe e se refuse, e cee acion même d'observer... > Dans ce bref passage de son magnifique Livre de l'inranquillié, Fernando Pessoa nous inrodui au monde des éas d'âme. Mais le concep d'éas d'âme a--il une uilié en dehors de la liéraure? La quesion vau d'êre éudiée. Freud lui-même ne disai-il pas : < Parou oir je suis allé, un poèe éai allé avan moi. > Les éas d'âme son ou ce don nous prenons conscience lorsque nous nous exrayons de nos auomaismes du quoidien, lorsque nous sorons de 'n agir ) e nous laissons aller à observer ce qui se pass en nous. Les éas d'âme son l'écho en Cerveau & Psycho - N" 32

2 ;. de ce que nous sommes en rain de vivre. C'es aussi ou ce qui coninue de ourner dans nore êe après que nous nous sommes di : < C'es bon, sop, arrêe, n'y pense plus. > Le concep d'éa d'âme n'apparien pas au monde de la psychologie scienifique, il s'enracine pluô dans la poésie e le sens commun. Dans la liéraure scienifique, le erme le plus approchan es celui qu'uilise le neurologue Anonio Damasio, qui parle de < senimens d'arrière-plan >, appellaion qui a le mérie de rappeler leur discréion. Mais le erme d'éas d'âme es plus parlan pour le commun des morels... Clima changean sur la psyché On pourrai définir les éas d'âme en disan qu'ils son des conenus menaux, consciens ou inconsciens, mêlan éas du corps, émoions subiles e pensées auomaiques, e qui von influencer la plupar de nos aiudes. Exemples d'éas d'âme : le spleen, ce abaemen floan, peu inense, mais enace ; la sérénié, qui es plus qu'un simple calme, car elle conien aussi une dimension de confiancen l'avenir... Nos éas d'âme son e résula d'un mélange d'émoions e de pensées, de corps e d'espri, de dehors e de dedans, de présen e de passé. Ce mélange es évidemmen aussi riche que compliqué. Les éas d'âme ne son pas seulemen un empilemen d'idées, d'émoions ou de sensaions, mais aussi une consrucion originale, fusion e synlhèse que nous eflecuons auomaiquemen, enre 'inérieur (éa du corps e vision du monde) e 'exérieur (réacivié à ce qui nous arrive : nous sommes ouchés par les événemens). Les éas d'àme consiuen en oure un phénomène psychique agrégaeur : ils relien passé, présen e fuur dans un senimen de cohérence e de desinée. E de fai, ils s'invien dans chacune de nos aciviés. En remplissan un formulaire adminisraif, vous pensez que vous ne faies que le remplir. Mais non, il y a aussi des éas d'âme plus ou moins floans qui son sans doue en rain de naîre en vous : agacemen de perdre du emps. En Bref. Les éos d'ôme r représenen enre 175 a 05 nnrrr ranl de nore < orrière-plon offecif,.. lls son en porie déerminés por nore posse er nos expériences offecives onlérieures. i. Pour en prendre i conscience, puis les décryper, un bon moyen : ienir un journol inime. ( Comrne une mééo psychique, nos éas d'âme son un cfima menal. l Chrisophe André es psychioke à l'hôpiol Soine-Anne. à Poris. avec ces paperasseries, inquiéude à 'idée de faire des erreurs, envie d'êre ailleurs, peu-êre même quelques souvenirs d'enfance de pénibles devoirs sur able... Comme une mééo psychique, nos éas d'âme son un clima menal, beau ou morose, parfois sable sur plusieurs jours, parfois changean plusieurs fois dans la journée. Enfin, ils son caracérisés par la mixié, car conrairemen aux émoions franches, ils peuven conenir à ia fois des élémens affecifs agréables e d'aures désagréables (par exemple, douceur e douleur dans la nosalgie). ls présenen aussi une rémanence, c'es-à-dire qu'ils persisen plus ou moins longemps après la dispariion de leur cause) : par essence, les éas d'âme duren audelà des siuaions qui les on jusifiés ou déclenchés, ils son ou ce qui rese en nous après que le rain de la vie es passé (voir a figure 2)... Enre émoion e pensée Les émoions son oujours au cenre des éas d'âme, mais le plus souven, elles ne poussen pas à 'acion, comme le fon les vécus émoionnels plus violens : par exemple, lorsqu'on es en colère (émoion fore), on crie e 'on se rapproche de l'aure (sans forcémen s'en rendre compe, e c'es cee aiude involonaire oue recouvre le erme u endance à l'acion >). Mais lorsqu'on es simplemen irrié ou agacé (éa d'âme), on a pluô envie de s'écarer de qui nous irrie (parce qu'on sen que cela vau mieux pour ne pas envenimer le confli). La colère nous me o hors de nous ), alors que nous pouvons conrôler e masquer nore agacemen. Les éas d'âme son ainsi habiés par des émoions < resées en dedans o, sans la visibilié corporelle e comporemenale des émoions fores : une profonde risesse nous plonge dans la Cerveau & Psycho - No 32 29

3 bour afler mieux La médiaion de pleine conscience u, anidoe des éas d'âme parasies. Lo médioion n'es plus réservée ou domoine de lo spiriuolié ou de lo philo sophie. Son inroducion dons le chomp de lo psychologie scienifiques une peie révoluion, noommen por le biois des echniques dies u de pleine conscience > : il s'ogi d'opprendre oux poliens à risques dépressifs ou onxieux élevés d'évier les ruminoions en moinenon leur espri dons l'inson présen (sensoions corporelles, respiroion, sons environnons). Peu à peu, ce opprenissoge perme d'observer ses propres pensées négoives ovec dovonoge de recu., de moins se foire < piéger, por elles e de pouvoir les < coneser n, comme dons lo psychohéropie cogniive, à loquelle lo médioion de pleine conscience es souvenf ossociée. e 'immobilié, andis que le spleen ne nous empêche pas forcémen de coninuer d'agir. Nos éas d'âme son ainsi des sores de cousins évolués e civilisés de nos émoions, resées, elles, plus aniques e plus rusiques : ils son pour ainsi dire des émoions subiles, par opposiion aux grandes émoions élémenaires, dies < primaires >. Or oues les éudes monren que nore vie émoionnelle se déroule à un niveau émoionnel plus souven discre qu'inense : sous forme d'éas d'âme plus que d'émoions fores. Les ravaux sur ( Nous passons peu de emps sous l'emprise de fores cofères, mais beaucoup sous cefle de 'agacemen. D nos journées consise en un clima émoionnel assez empéré, pluô complexe e mélangé. Nous passons peu de emps, finalemen, sous 'emprise de fores colères, e beaucoup plus sous celle de nos agacemens. Plus de emps avec du vague-àl'âme que du vrai désespoir. Plus de emps avec des peis racas que de grosses crises d'angoisse... l exise une acivié auomaique de nore cerveau, lorsque nous ne nous en ( servons ) pas volonairemen, lorsque nous sommes o dans la lune >. Cee acivié cérébrale < par défau >, probablemen associée à nos éas d'âme. semble mobiliser préféreniellemen ceraines régions cérébrales, elles que le corex cingulaire posérieur (une des régions coricales les plus anciennes e la plus connecée au < cerveau émoionnel > limbique) e le corex préfronal médian (une zone associée, enre aures, à la conscience de soi). Les éas d'âme son une forme d'expression de la conscience de soi. E c'es sans doue pour cela qu'ils enreiennen un lien éroi avec nore senimen d'idenié : à ravers eux, nous ne réagissons pas seulemen à l'événemen qui les a déclenchés, mais à ce que ce événemen signifie au regard de nore vie. l y a ainsi une mise en perspecive, une inscripion dans nore idenié, dans nore biographie : mes éas d'âme me rappellen, parfois vigoureusemen, ce que el événemen signifie pour moi, en foncion des événemens qui m'on consrui. D'où 'imporance de la mémoire dans les éas d'âme. l y a dans nore passé des empreines prêes à resurgir : les souvenirs personnels (c'es la mémoire die auobiographique) son des < objes menaux > complexes, sockés dans les réseaux cérébraux sous forme d'éas d'âme. Les fulgurances du souvenir immoralisées par Prous en son ypiques : quelque chose de confus émerge, e peu à peu se révèle êre un mélange de conenus complexes (sensoriels, émoionnels, psycholo- le recueil de nos éas inérieurs suggèren aussi giques...). Les éas d'âme fon que 'on se souvien de momens discres, anonymes dans nos - bonne nouvelle - que les éas d'âme posiifs son plus fréquens que les négaifs (alors que la biographies, à 'ombre des grands souvenirs, des gamme des émoions négaives es plus large) : grands momens mémorables. Ces insans son environ 75 pour cen des éas d'âme son pluô ou aussi révélaeurs e esseniels pour isser la posiifs e 25 pour cen pluô négaifs (sur un rame de ce qu'a éé nore exisence. oal de ( prélèvemens > d'éas d'âme insananés), si 'on se fie aux éudes du psychologue À la renconre de ses éas d'âme américain David Wason. Ce dernier a demandé à des volonaires de vaquer à leurs aciviés quoidiennes en se conenan de noer leurs éas d'âme en vous-même... Je suis renré en moi-même plu- < Je sais ce que vous allez me dire. l fau renrer de l'insan quand une peie alarme reenissai sieurs fois. Seulemen, voilà, il n'y avai personne. dans leur poche. l a consaé, en collecan ces Alors, au bou d'un momen, j'ai eu peur e je suis milliers de rappors d'éas d'âme, que la rame de ressori faire du brui dehors pour me rassurer... ) (Jean Anouilh, La Valse des oréadors). Pas facile de prendre conscience de ce qui se passe en soi! Pire : a plupar d'enre nous fuien leurs éas d'âme désagréables (dans 'acion, la disracion ou la consommaion de diverses subsances). Ainsi, que faisons-nous lorsque nous venons de nous dispuer avec quelqu'un? Nous nous précipions sur le éléphone pour nous épancher auprès d'une oreille compaissane qui, n'ayan pas assisé à a scène, abondera dans nore sens. Puis nous nous remeons à nore âche en ruminan. Que faisonsnous si nous bloquons à un momen dans nore ravail? Nous nous agaçons, puis nous nous levons l. Les romaniques oimoienl sonder leurs éos d'ôme, culivonl méloncolie, nosolgie, rêveries e oures longueurs. Ce obleou de Cospor Dovid Friedrich, Le voyogeur conemplon une mer de nuoges ( 1818) hoduil'éernel voyoge inérieur des poèes, peinkes e musiciens de cee époque. Cerveau & Psycho - N" 32

4 Bibliographie C. An<lré, les éos d'ôme. Un opprenissoge de lo sérénié, Odile Jocob, D. M. Sloan ef a/., Expressive wriing buffers ogoins nolodopive ruminoion, Enoion, vol. 8, pp , R. Miranda e al., Brooding ond reflecion : ruminoion predics suicidol ideoion o l-yeor follow-up in o communiy sonple, in Behoviour Reseorch ondtheropy, vol. 45, pp , M. E Mason ef a/.. Wondering minds : he defoul nework ond sinulus-independen hough, in Science, vol.3l5, pp , D. wason. Mood and emperomen, Guilford Press,2000. A. Damasio, Le senimen même de soi, Odile Jocob, pour nous changer les idées, nous regardons nos raion de la sané physique à la diminuion des éas messages élecroniques ou nous sorons prendre d'âme négaifs. Aure avanage de l'écriure de soi: un café ou pire, fumer une cigaree. elle limie les ruminaions, la principale < maladie, En agissan ainsi, nous ne faisons que fuir nos éas des éas d'âme... d'âme au lieu de les accueillir e de les examiner. Ruminer, c'es < se focaliser, de façon répéée, circulaire, sérile, sur es causes, les significaions e les Pourquoi, dans de els insans, ne prenons-nous pas le emps de respirer profondémen, de nous éirer e conséquences de ses problèmes, de sa siuaion, de de nous dire : < Que se passe--il en moi? Qu es-ce son éa >, c'es s'enliser dans des < pourquoi > flous qui ne va pas? Pourquoi ce inconfor? Que dois-je e sans fin... Les Anglais uilisen aussi le erme brooding, du verbe brood, qui signifie ( couver ). acceper e que puis-je changer? > Puis nous passerions à aure chose e nous verrions si les éas d'âme Effecivemen, dans la ruminaion, on rese inacif, désagréables reviennen, car peu-êre le ravail d'inrospecion e de pacificaion rese--il à approfondir. chaud, sous soi, en les laissan se développer. assis sur ses problèmes que 'on garde bien au Prendre le emps d'y réfléchir waimen, mainenan Les éas d'âme de la ruminaion ne coniennen ou plus ard, avec 'espri clair. que des longues chaînes de demi-pensées, pensées inachevées, bribes de pensées, qui ne s'accomplissen pas, ne von pas jusqu'à leur erme, car elles [a ruminaion: s'arrêen à la pore de oue décision évenuelle : les éas d âmes circulaires un vériable cogiaus inerrupus! Qui n'a jamais Les hérapeues recommanden d'ailleurs de connu ces ruminaions, quand on se répèe qu'on prendre 'habiude de se poser ces quesions plusieurs fois dans la journée, de prendre la empérau- ieu de prendre des décisions pour changer le cours n'aurai pas dr agir comme ceci ou comme cela, au re de ses propres éas d'âme aussi régulièremen que de son desin? Ou encore, quand on doue de soi possible. Sans cee < gymnasique douce de 'espri >, nous risquons de naviguer en permanence pelle oues les fois où 'on a échoué pour des rai- au momen de passer à 'acion, e que 'on se rap- enre deux écueils : nous noyer dans nos éas d'âme sons mal idenifiées, mais qui empêchen de pousser 'acion e la réflexion présenes à leur erme? (la ruminaion) ou refuser de nous y pencher (la fuie, qui es ici une fuie de soi). Alors que, comme La ruminaion es sans objecif précis: elle n'a oujours, la voie à suivre es celle du milieu: une donc pas de fin. Les éas d'âme y son perpéuellemen reryclés, n'évoluen pas e reviennen sans inrospecion ranquille, mais consciene de ses limies. C'es pourquoi de nombreux hérapeues arrê au même poin de dépar. Un des élémens qui encouragen leurs paiens à noer leurs éas d'âme : expliquen la difficulé à mere fin aux ruminaions, il en résule de muliples bénéfices hérapeuiques, c'es qu'en 'absence de bu précis e conscien démonrés par diverses éudes, qui von de 'amélio- (< rouver une soluion, mais ne pas rop m'épuiser ni me faire de mal avec ce problème >), elles on endance à prendre 'éa émoionnel comme un indice Éa d'âme ou émoion? /^\ uelles son les principales différences enre éas d'âme e émoions prl lr.-l maires? Les éas d'âme son plus durables e moins inenses, mais influens : ils on la force de ce qui es faible e discre, mais aussi la énacié (elle une peie culpabilié qui peu nous gâcher une journée...1. E surou, ils on un impac plus global, car ils n'exisen pas seulemen en réponse à une siuaion donnée lcelle qui déclenche une émoion fore), mais ils son en rappor avec ou nore lien au monde. Les émoions son en général une ( réponse r à quelque chose qui nous ( arrive D ; les éas d?me pas oujours, comme l'a monré le psychologue Nico Frijda, de l'universié damserdam ; ils peuven êre auoproduis. Les émoions radicalisen e simplifien nore percepion des événemens, les éas d'âme la compliquen, mais, en conreparie, la renden plus subile. Les émoions son des ( agiaeurs sociaux r, qui modifien nore relaion aux aures e au monde. Au conraire, les éas d'âme son pluô des ( agiaeurs inernes r, qui modifien nore raè por à nous-même e nore vision du monde (ce qui peu, aussi, nous pousser à changef mais plus lenemenl. Les émoions nous poussen pluô vers l'acion exérieure e les éas d'âme d'abord vers la réflexion inérieure. Les éas d'âme peuven persévérer dans le sillage des émoions fores, comme une raîne (l'éa dans lequel nous sommes après une grande joie ou une grande décepion). E ils peuven aussi représener le errain qui les facilie : la morosié facilian les coups de cafard e de risesse, le ressenimen préparan les flambées de colère, la panique explosan sur fond d'anxiéé. Nuées avan 'orage, puis ciels de raîne... fiable de 'exisence d'un problème: < Si j'ai peua c'es qu il y a un danger ; si je suis rise, c'es qu il y a un malheur; si je suis inquie, c'es qu'il y a des ennuis qui arriven... > Or, dans la ruminaion, les éas d'âme négaifs deviennen chroniques, e leur dimension émoionnelle persise longemps après la dispariion des évenuels problèmes (si an es qu'ils aien jamais exisé). Si nous n'y prenons garde, nous serons piégés e prisonniers de nos ruminaions jusqu à ce que l'épuisemen, un événemen inrusif ou l'usure du emps nous en arrache... Ouand l'éa d'âme empê he l?cion l a éé éabli que, dans les cas de ruminaion, la personne se focalise sur un problème e ses conséquences, mais pas sur les soluions possibles à imaginer ou à mere en æuvre : erreur de ciblage, erreur d'aiguillage. On perd un emps infini à ruminer sur les causes évenuelles de la maladie au lieu de chercher des remèdes. D'où 'aggravaion des évenuels ennuis, qui pourra jusifier que 'on se dise ensuie: < )e senais bien que j'avais raison de me faire du souci! > Ainsi. lors d'une éude condui- Cerveau & Psycho - No 32

5 _q o d p e auprès de femmes ayan un cancer du sein, les < ruminarices > éaien venues consuler en moyenne deux mois après les < non-ruminarices >. Elles pensaien ou le emps à la boule qu'elles avaien seni dans le sein, mais n'allaien pas pour auan consuler, e coninuaien juse à se faire du souci. Le rôle psychooxique des ruminaions commence à êre largemen mis en évidence dans de nombreuses pahologies psychiques, elles la dépression, 'anxiéé, la boulimie, les addicions. C'es pourquoi les réflexions sur les éas d'âme inéressen les psychohérapeues, dans la mesure où les capaciés de régulaion de ces flucuaions psychologiques discrèes pourraien bien êre impliquées dans la prévenion des rechues dépressives e anxieuses. Cerains ravaux enden à monrer que 'amorçage répéé d'éas d'âme négaifs é, en se privan de ce qu'elle nous appore peuêre de meilleur : l'inériorié. Là encore, les poèes, écrivains e philosophes nous on monré la voie. Tou au long de ses célèbres Leres à un jeune poèe, Rainer-Maria Rilke aborde magnifiquemen le rôle précieux, vial même à ses yeux, que nos éas d'âme peuven jouer dans nos exisences. Dans la Huiième Lere, il parle à son jeune correspondan de la risesse: < Si nore regard porai au-delà des limies de la connaissance, e même plus loin que le halo de nos pressenimens, peu-êre recueillerions-nous avec plus de confiance encore nos risesses que nos joies. [...] De grâce, demandez-vous si ces grandes risesses n'on pas raversé le profond de vous-même, si elles n'on pas changé beaucoup de choses en vous, si quelque poin de vore êre ne s'y es pas profondémen ransformé. > (e leur ruminaion) à parir d'événemens de vie anodins pourrai êre annonciaeur de rechues dans le cadre de la dépression. E d'aures suggèren qu'une meilleure percepion e une régulaion plus efficace de ces éas d'âme par des echniques de psychohérapie, par exemple la hérapie cogniive associée à la médiaion de pleine conscience, diminueraien le risque de ces récurrences. Cee echnique perme noammen d'apprendre au paien à évier les ruminaions (voir 'encadré page 20). [a moisson des insans heureux Nos effors vers davanage d'équilibre inérieur nécessien donc accepaion e discernemen envers nos éas d'âme négaifs. Mais aussi aenion e effors envers les posiifs : les éudes sur e senimen d'avoir une vie heureuse monren que ce senimen es lié à une fiéquence e à une répéiion de peis éas d'âme agréables, à des bouffées de Le bu de ces approches psychohérapeuiques < peis bonheurs >, pluô qu'à de grands mouvemens n'es pas de supprimer les éas d'âme, mais d'en limier les dérapages. Ne pas avoir d'éas d'âme reviendrai à mere son humanié enre parenhèses. Méfions-nous de ceux qui déclaren ( ne pas avoir d'éas d'âme >! D'ailleurs, c'es impossible. Tou juse peu-on les réprimer, les dissimuler, émoionnels, de fors momens de succès ou d'accomplissemen. C'es le issu de nos insans de bonne humeur qui compose la rame de nore bonheur: momen passé avec un proche, balade dans un bel endroi, lecure simulane, musique qui nous ouche... Japprenissage de la sérénié passe les refuser. Mais on dénie alors sa propre humani- ainsi par 'accueil de ous nos éas d'âme! 2. Les éas d'âme s'orgonisenl ouour de cinq émoions vives : lo peur, le dégoû, lo colère, lo hisesse e lo joie. lls puisen leur énergie de l'émoion cenlrole. mois s'éienden e se propogen comme des ronds dons l'eou. lls on un ospec diffus. Au confluenl des orondes émoions opporoissen des senimenls mixes, elles l'envie, l'oversion ou lo Cerveau & Psycho - N" 32 33

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE

habitation basse énergie ISOLATION NATURELLE VENTILATION CONTROLEE confor proje d habiaion maion paive habiaion privée Profeionalime immeuble collecif conrucion neuve maion à rénover Performance habiaion bae énergie Qualié ISOLATION NATURELLE e VENTILATION CONTROLEE Nou

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique

PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE. Dossier technique PORTAIL AUTOMATIQUE A COMMANDE PAR DIGICODE Dossier echnique SOMMAIRE Inroducion Présenaion en images des différens élémens Principe de foncionnemen e rôle des différens élémens Diagramme sagial Mise en

Plus en détail

depuis le 22 juin 2015

depuis le 22 juin 2015 Édio Chères lecrices, chers leceurs, Une fois encore l année 2014-2015 fu riche en événemens fédéraux : sur le plan sporif, avec une première paricipaion à la Coupe du monde de ski éudian, Aligliss, e

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon

Crise Financière, Politique de Déflation, Politique D anticipations et Ciblage des Taux Longs au japon Crise Financière, Poliique de Déflaion, Poliique D anicipaions e Ciblage des Taux Longs au japon SOUMARE Ibrahima Universié de Rouen Haue Normandie (France) Laboraoire CARE (Cenre d Analyse e de Recherche

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin*

Théorie de la politique monétaire : Esquisses d'une refondation. Jean-Paul Pollin* Théorie de la poliique monéaire : Esquisses d'une refondaion Jean-Paul Pollin* Résumé : Nous nous proposons de rendre compe du renouvellemen de la héorie de la poliique monéaire impulsé par les ravaux

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE AVRIL 2015 BILAN DE LA CONCERTATION AVANT ENQUÊTE PUBLIQUE - AVRIL 2015 SOMMAIRE 04 INTRODUCTION Une conceraion au plus près du errain 06 LE PROJET EN BREF

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités mesure e conrôle < TECHNIQUE Une echnologie révoluionnaire non saisique pour supprimer les variabiliés A NON STATISTICAL GROUND BRAKING METHODOLOGY TO AVOID VARIABILITY Business effiscience idenifie e

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014

RAPPORT ANNUEL EXERCICE 2014 RAORT ANNUEL EXERCICE 2014 A - IDENTITÉ DE L'ASSOCIATION C.E.R. Code de l'associaion Nom adresse DE NORMANDIE 3 5 08 a HOTO CLUB SOTTEVILLE 15 rue de la gare B111 76300 Soeville Les Rouen Indiquez ci-dessous

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité PREMIÈRE PARTIE LIQUIDITÉ ET MICROSTRUCTURE Erwan Le Saou - Novembre 2000. 13 La microsrucure des marchés financiers ne serai cerainemen pas au cenre d une liéraure abondane si le concep de liquidié n

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES

DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS XII VAL-DE-MARNE U.F.R DE SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION THESE pour obenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES ECONOMIQUES présenée e souenue publiquemen par Walid ABDMOULAH le 8 mars

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin

DOMS : une architecture de suivi de la Qualité de Service dans les Systèmes Répartis Objet. Nathanaël Cottin DOMS : une archiecure de suivi de la Qualié de Service dans les Sysèmes Réparis Obje Nahanaël Coin Responsable : M. Wack UTBM DEA IAP Besançon Février/Juille 2000 DOMS v1.0 : une archiecure de suivi de

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail