La mesure des avantages comparatifs révélés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mesure des avantages comparatifs révélés"

Transcription

1 La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange nternatonal). Il faut donc en effectuer une mesure ndrecte au moyen des flux de commerce nternatonal (exportatons et mportatons) et de certanes grandeurs macroéconomques (PIB). De cette manère, on obtent un ndcateur synthétque des "avantages comparatfs révélés". On présente deux catégores d ndcateurs. La premère catégore repose sur des calculs de rato. La seconde catégore repose sur des calculs de soldes commercaux et sont dénommés ndcateurs de contrbuton au solde. Pourquo utlser pluseurs ndcateurs? La rason prncpale tent à leur complémentarté. Les ndcateurs à base de ratos mesurent unquement les spécalsatons créées par les échanges nter-branches. Ce type d échanges est fréquent entre pays de nveau de développement dfférents : par exemple, les échanges de bens d équpement et de matérel de transport des pays rches contre les matères premères et les produts sem-fns des pays pauvres. Les ndcateurs de contrbuton au solde mesurent plutôt l nfluence des échanges ntra-branches dans la spécalsaton nternatonale. Ce types d échange est fréquent entre pays rches, qu exportent et mportent des produts smlares mas dfférentés : par exemple les échanges de véhcules (votures partculères, camons). Une part sgnfcatve du commerce mondal est le fat d'échanges ntra-branches. Les ndcateurs «rato» Ce sont prncpalement l ndcateur des avantages comparatfs révélés conçu en 1965 par B. Balassa et une varante modfée de cet ndcateur, le taux de couverture comparatf 1. L ndcateur de Balassa 1965 La méthode C est hstorquement le premer ndcateur. Il permet de dégager les prncpales caractérstques de la spécalsaton nter-branche. Il consste, pour une branche donnée, à dvser le % des exportatons de cette branche relatvement aux exportatons totales du pays par le % de ses exportatons relatvement aux exportatons totales d'une zone de référence, le monde par exemple. Pour une branche quelconque d'un pays donné, l'ndcateur de Balassa, s'écrt : Bal = 0 1 B. Balassa (1965), Trade lberalzaton and revealed comparatve advantage, The Manchester School of Economc and Socal Sudes, n 33, may. REI td12.doc Page 1 sur 13

2 Les proprétés S l'ndcateur est supéreur à 1, le pays est consdéré comme spécalsé dans la branche (avantage comparatf dans la branche), pusqu'l est relatvement plus exportateur que la zone de référence. Ben entendu, la spécalsaton du pays est d'autant plus forte que l'ndcateur prend une valeur élevée supéreure à 1. Au contrare, s l'ndcateur est nféreur à 1, le pays n'est pas spécalsé dans la branche (désavantage comparatf). Le désavantage est d'autant plus grand que l'ndcateur s'approche de 0. Ans par exemple, la branche mécanque représente 7% des exportatons françases (7 mllards sur un total de 100) alors qu'elle ne consttue que 6% des exportatons totales des pays de la zone de référence OCDE (60 mllards sur un total de 1000), l'ndcateur de Balassa de la branche mécanque françase est de 1,16. L'économe françase a donc un avantage comparatf sur le reste de l OCDE dans cette actvté pusqu elle exporte 16% de plus que la moyenne OCDE. Une llustraton Le tableau suvant présente les avantages comparatfs révélés des prncpales économes mondales. La zone de référence est le monde. Les valeurs données pour 1968 et 1997 sont une moyenne sur tros ans de l ndcateur pour les pérodes 1967, 1968 et 1969 et 1996, 1997 et Les calculs sont effectués sur la base des données de la base Chelem du CEPII. Les pays sont classés par ordre décrossant de leur poston 1997 dans le commerce mondal. REI td12.doc Page 2 sur 13

3 % Pays Agroalm. Textle Bos, pap. Chme Sdérurge Non ferreux Mécanque Véhcules Electrque Electronque commerce ,52 12,60 Etats-Uns 0,80 0,98 0,34 0,37 0,90 0,95 1,03 1,00 0,45 0,33 0,51 0,62 1,62 1,47 1,34 0,86 1,06 0,92 1,61 1,21 11,40 10,75 Allemagne 0,17 0,48 0,83 0,56 0,77 0,86 1,42 1,24 1,20 0,96 0,43 0,74 1,53 1,35 1,88 1,72 1,75 1,22 1,35 0,63 6,12 8,60 Japon 0,18 0,05 1,83 0,24 0,97 0,49 0,91 0,73 2,10 1,15 0,22 0,38 1,11 1,30 1,09 1,80 1,33 1,36 2,51 1,64 5,91 6,16 France 0,79 1,26 1,25 0,64 0,73 0,80 1,35 1,28 1,38 1,01 0,45 0,63 0,96 1,15 1,26 1,13 1,20 0,95 0,96 0,69 6,60 5,45 R-U 0,33 0,65 1,02 0,55 0,77 0,90 1,28 1,24 0,66 0,75 0,81 0,70 1,61 1,25 1,64 0,94 1,42 0,93 1,21 1,24 4,54 5,14 Itale 0,45 0,62 2,59 1,94 0,88 1,12 1,12 1,01 0,50 0,90 0,18 0,42 1,28 1,58 1,22 0,81 1,80 1,07 1,01 0,38 0,85 4,01 Chne 2,15 0,70 2,55 3,55 0,92 1,93 0,85 0,65 0,21 0,59 0,34 0,44 0,20 0,39 0,11 0,10 0,33 1,53 0,09 0,95 5,65 3,86 Canada 0,81 1,21 0,14 0,22 2,45 1,96 0,56 0,74 0,77 0,74 2,43 2,20 0,64 0,81 2,40 2,34 0,29 0,43 0,50 0,48 3,43 3,63 Pays-Bas 1,32 1,86 1,28 0,66 0,90 0,93 1,60 1,38 0,66 0,68 0,58 0,72 0,68 0,55 0,27 0,51 1,53 0,65 0,64 1,25 3,70 3,22 UEBL 0,45 1,08 1,63 0,92 1,03 0,97 1,19 1,69 2,67 1,79 1,51 1,08 0,61 0,60 1,28 1,61 0,70 0,56 0,47 0,39 0,22 2,66 Corée 0,78 0,22 4,93 1,82 3,44 0,53 0,31 0,81 0,27 1,48 0,72 0,44 0,18 0,86 0,04 1,00 0,40 0,93 0,59 1,63 0,40 2,47 Tawan 0,23 0,33 3,01 1,68 2,15 1,03 0,86 0,73 0,22 0,68 0,12 0,46 0,68 0,85 0,39 0,26 2,10 1,62 3,67 1,87 0,73 2,27 Espagne 1,66 1,47 1,51 0,81 1,21 0,84 0,87 1,03 0,41 0,98 0,41 0,70 0,81 0,78 0,42 2,30 0,83 0,84 0,27 0,32 0,61 2,07 Mexque 2,19 0,67 0,56 0,97 0,87 0,77 1,09 0,50 0,28 0,69 1,08 0,64 0,18 0,57 0,11 1,87 0,64 2,52 1,14 1,22 5,80 1,90 Europe centr 1,39 1,00 1,10 1,63 0,87 1,34 1,16 1,06 1,65 2,03 0,63 1,29 0,72 0,90 0,41 0,80 0,84 1,30 0,38 0,34 2,30 1,67 Suède 0,43 0,56 0,45 0,22 3,24 2,29 0,54 0,74 1,44 1,74 0,49 0,71 1,46 1,11 1,07 1,19 1,06 1,01 1,18 1,06 1,89 1,66 Susse 0,26 0,28 1,25 0,43 0,54 0,89 1,95 2,17 0,11 0,40 0,42 1,04 1,52 1,51 0,04 0,14 1,57 1,23 3,49 0,91 0,59 1,55 Malase 2,75 1,11 0,14 0,65 0,38 0,86 0,16 0,43 0,39 0,22 3,20 0,36 0,06 0,26 0,04 0,07 0,13 0,92 0,07 3,22 2,79 1,49 Ex-URSS 1,59 1,68 0,28 0,59 0,55 0,63 0,81 1,10 1,48 6,03 2,38 6,51 0,79 0,47 0,28 0,24 0,46 0,32 0,21 0,11 0,18 1,38 Sngapour 2,43 0,18 0,67 0,19 1,07 0,43 0,56 0,59 0,09 0,22 0,54 0,13 0,39 0,41 0,50 0,08 1,09 1,10 0,25 3,95 0,94 1,22 Autrche 0,53 0,61 1,87 0,84 1,79 1,87 1,16 0,91 1,78 1,54 0,56 0,85 0,95 1,48 0,36 1,00 1,57 1,27 0,85 0,43 0,36 1,17 Irlande 2,48 1,14 1,49 0,28 0,52 1,29 0,75 2,06 0,04 0,07 0,52 0,27 0,21 0,26 0,01 0,05 0,68 0,70 0,61 1,95 0,27 1,11 Thaïlande 3,26 2,02 0,19 1,59 0,08 0,68 0,24 0,55 0,03 0,26 1,93 0,17 0,01 0,43 0,00 0,17 0,02 1,19 0,03 1,79 1,01 1,08 Brésl 3,09 2,70 0,26 0,80 0,19 0,93 0,20 0,71 1,73 4,34 0,30 1,38 0,08 0,70 0,01 0,73 0,10 0,37 0,17 0,13 1,28 0,96 Danemark 1,86 2,42 0,74 0,71 0,89 1,45 0,85 1,04 0,16 0,45 0,13 0,28 1,16 1,12 0,14 0,26 1,13 0,85 0,69 0,59 0,80 0,90 Fnlande 0,69 0,67 0,62 0,23 7,81 3,95 0,35 0,61 0,38 1,43 0,50 0,95 0,74 0,99 0,06 0,35 0,49 1,04 0,15 1,06 0,31 0,87 Indonése 3,46 1,82 0,04 2,72 0,28 2,62 0,10 0,60 0,01 0,31 1,49 2,29 0,00 0,18 0,00 0,08 0,00 0,56 0,01 0,68 1,59 0,74 Australe 2,70 3,27 0,11 0,32 0,17 0,44 0,38 0,55 1,25 3,09 1,64 5,94 0,18 0,55 0,23 0,33 0,18 0,36 0,09 0,26 0,75 0,66 Inde 1,54 1,99 3,97 4,29 0,24 0,28 0,35 0,99 2,40 1,69 0,34 0,51 0,17 0,43 0,13 0,23 0,29 0,37 0,07 0,13 0,68 0,55 Hong Kong 0,13 0,22 6,68 4,92 3,38 0,93 0,23 0,37 0,14 0,10 0,13 0,47 0,24 0,26 0,00 0,00 1,35 1,08 1,43 1,68 0,42 0,55 Phlppnes 2,80 0,84 0,53 1,37 0,64 0,55 0,08 0,17 0,33 0,26 2,73 0,82 0,02 0,11 0,00 0,07 0,00 1,07 0,03 3,40 0,25 0,54 Turque 3,49 1,74 0,26 4,46 0,02 0,28 0,35 0,71 0,13 2,30 0,70 0,68 0,01 0,39 0,00 0,32 0,06 0,74 0,00 0,15 0,33 0,50 Portugal 1,24 0,71 3,86 3,34 1,86 1,60 1,04 0,71 0,24 0,30 0,23 0,42 0,30 0,49 0,08 1,41 0,59 1,35 0,41 0,36 0,73 0,49 Argentne 3,53 5,08 0,23 0,66 0,16 0,39 0,29 0,59 0,21 1,05 0,06 0,56 0,08 0,27 0,05 0,97 0,07 0,15 0,21 0,04 0,86 0,44 Norvège 0,68 1,80 0,33 0,19 2,22 1,25 0,91 0,70 1,22 1,86 3,11 5,41 1,18 1,19 0,16 0,30 0,61 0,71 0,32 0,49 0,76 0,43 U, Sud-afr, 1,87 1,74 0,05 0,43 0,43 0,92 0,90 0,96 1,53 4,46 4,06 8,08 0,06 0,52 0,01 0,36 0,07 0,28 0,06 0,11 0,15 0,36 Golfe 1,49 0,96 3,62 1,32 0,04 0,25 0,35 2,58 0,17 0,95 2,98 4,21 0,37 0,70 0,04 0,22 0,09 0,25 0,30 0,36 0,43 0,34 Chl 0,27 3,15 0,00 0,17 0,49 1,14 0,26 0,42 1,42 0,55 11,77 14,66 0,02 0,12 0,04 0,10 0,02 0,07 0,01 0,01 0,19 0,33 Israël 1,59 0,79 1,99 0,81 0,64 0,23 1,64 1,75 0,11 0,08 0,74 0,39 0,68 1,07 0,10 0,02 0,19 0,86 0,19 1,79 0,52 0,28 Nlle-Zélande 3,66 5,23 0,09 0,44 0,43 0,95 0,25 0,70 0,01 0,47 0,08 1,68 0,03 0,30 0,01 0,04 0,10 0,43 0,01 0,13 0,24 0,22 Grèce 2,47 3,02 0,96 2,55 0,17 0,62 0,81 0,92 0,86 1,02 1,72 2,35 0,07 0,41 0,01 0,08 0,09 0,53 0,05 0,13 0,21 0,17 Maroc 2,13 2,14 0,52 4,14 0,24 0,20 2,49 1,56 0,25 0,13 1,20 0,89 0,03 0,08 0,02 0,04 0,00 0,42 0,01 0,35 0,28 0,17 Pakstan 1,77 1,39 6,41 8,59 0,21 0,50 0,14 0,08 0,00 0,01 0,03 0,09 0,05 0,08 0,00 0,00 0,09 0,03 0,07 0,07 0,23 0,16 Colombe 3,51 4,67 0,43 1,33 0,16 0,63 0,33 1,15 0,02 0,71 0,14 0,26 0,12 0,22 0,00 0,20 0,04 0,28 0,03 0,03 0,10 0,12 Venezuela 0,95 1,10 0,03 0,20 0,10 0,41 0,19 1,98 9,95 5,82 0,32 5,88 0,06 0,36 0,01 0,73 0,03 0,22 0,03 0,02 0,05 0,12 Tunse 1,80 0,82 0,61 6,49 0,52 0,25 2,57 1,12 1,02 0,31 1,02 0,21 0,05 0,15 0,01 0,06 0,01 1,27 0,04 0,11 0,37 0,11 Pérou 1,86 3,15 0,02 1,08 0,03 0,09 0,07 0,37 1,48 0,75 6,44 14,86 0,01 0,08 0,00 0,01 0,01 0,09 0,00 0,04 0,11 0,09 Equateur 3,91 7,42 0,04 0,21 0,08 0,36 0,06 0,21 0,00 0,06 0,04 0,08 0,00 0,08 0,00 0,16 0,00 0,07 0,01 0,01 0,29 0,06 Egypte 2,81 1,97 2,74 4,64 0,22 0,38 0,35 0,87 0,06 1,29 0,03 2,30 0,04 0,39 0,05 0,02 0,09 0,18 0,02 0,07 0,17 0,02 Ngera 3,55 5,63 0,14 1,84 0,14 0,17 0,02 0,36 0,06 0,02 1,24 1,79 0,02 0,22 0,00 0,03 0,01 0,03 0,02 0,04 0,12 0,01 Algére 2,83 1,13 0,54 0,48 0,31 0,15 0,42 3,06 1,56 3,80 0,33 2,92 0,12 0,61 0,24 0,13 0,12 0,27 0,03 0,05 0,04 0,01 Gabon 2,26 5,83 0,00 0,01 1,30 0,47 0,00 0,12 0,00 0,02 5,32 8,50 0,01 0,05 0,02 0,00 0,02 0,02 0,01 0,02 REI td12.doc Page 3 sur 13

4 Le taux de couverture comparatf L utlsaton des seules exportatons dans le calcul du rato de Balassa pose deux problèmes. Un premer problème, mneur, résde dans les dstorsons de concurrence engendrées par les mesures protectonnstes. Le second problème est plus grave, car l touche aux lmtes d nterprétaton que ce chox entraîne. Une façon de le résoudre est d ntégrer dans le calcul les mportatons pour aboutr à un nouvel ndcateur d ACR fondé sur la comparason des taux de couverture. Le problème des dstorsons protectonnstes En 1965, Balassa avat ustfé dans le calcul le chox des seules exportatons par le fat que les mportatons étaent encore très affectées par les mesures protectonnstes. Auourd hu la stuaton est quelque peu dfférente, car les mesures protectonnstes sur les mportatons (tarfs douaners, quotas) ont fortement dmnué à la sute des grands cycles de négocaton du GATT, alors que l on retrouve davantage, depus une vngtane d années, des dstorsons de nature protectonnste du côté des exportatons (ades et subventons, restrctons «volontares» des exportatons). Les lacunes dans l nterprétaton L excluson des mportatons dans le calcul de l ACR peut engendrer une mauvase nterprétaton de la spécalsaton nternatonale. Ans par exemple, peut-on affrmer qu un pays a un avantage comparatf dans une branche s l exporte 1,2 fos plus que la moyenne mondale, alors que le même calcul réalsé avec les mportatons révèle qu l mporte 2 fos plus que la moyenne mondale? Pour M. Porter, une telle branche ne saurat être réputée compéttve. Pourquo alors le pays dspose-t-l d une capacté exportatrce supéreure à la moyenne? Il se peut que la branche d'actvté ou le groupe de produts en queston englobe à la fos des produts à l'égard desquels le pays détent un avantage comparé et des produts où l souffre d'un désavantage comparé. Il se peut auss que pour la branche en queston, le pays sot smplement un leu de transt, une plaque tournante, pour les exportatons des pays étrangers 2. La mesure des ACR par le taux de couverture comparatf Une façon de surmonter les problèmes posés par l ndcateur de Balassa 1965 est de rapporter le résultat qu l donne du côté des exportatons par le résultat qu l donne du côté des mportatons. Supposons que la branche mécanque représente pour la France 7% des exportatons et 4% des mportatons (respectvement 7 mllards pour des exportatons totales de 100 et 3,6 mllards pour des mportatons totales de 90), et pour l OCDE 6% des exportatons et 3% des mportatons (respectvement 60 mllards pour des exportatons totales de 1000 et 33 mllards pour des mportatons totales de 1100). Sur la base des exportatons, on obtent un ndcateur de 1,166 : la France exporte 16,6% de plus que la moyenne de l OCDE. Sur la base des mportatons, l ndcateur est de 1,333 : la France mporte 33% de plus que l OCDE. Le rapport (1,166/1,333) nous donne 0,874. La France a en réalté un désavantage comparé dans la mécanque par rapport au reste de l OCDE. Dans le cas général, l expresson de l ndcateur modfé de Balassa 1965 est : 2 Cf. M Porter, 1990, L avantage concurrentel des natons, The Free Press, New York REI td12.doc Page 4 sur 13

5 TCC = M M M M 0 Ce nouvel ndcateur est le taux de couverture comparatf de la branche pour le pays. En effet, on vérfe asément qu l peut se réécrre en foncton des taux de couverture de la branche et des pays (c est-à-dre les rapport exportatons/mportatons) : TCC = M M M M 0 Ou encore : TCC = Taux de couverture du pays pour la branche Taux de couverture du pays Taux de couverture de la zone de référence pour la branche Taux de couverture de la zone de référence Taux de couverture relatf du pays pour TCC = Taux de couverture relatf de la zone de référence pour On estmera donc que le pays a un avantage comparatf dans la branche s l ndcateur est supéreur à 1 et un désavantage comparatf s l prend une valeur comprse entre 0 et 1. Reprenons notre exemple précédent. La France a un taux de couverture de 7/3,6 1,944 dans la branche mécanque et un taux de couverture global de 100/90 = 1,111. Ce qu nous donne un taux de couverture relatf de la France dans la mécanque de 1,944/1,111 = 1,749. Pour l OCDE, les taux sont respectvement de 60/33 = 1,818 et de 1000/1100 = 0,909. Le taux de couverture relatf de l OCDE REI td12.doc Page 5 sur 13

6 dans la mécanque est donc de 1,8181/0, Fnalement, aux erreurs de décmales prés, le taux de couverture comparatf de la branche mécanque françase est ben de 1,749/2 = 0,874. Le taux de couverture comparatf a été utlsé par Maths, Mazer et Rvaud-Danset pour estmer les spécalsatons des prncpales économes développées. Dans la plupart des cas, l semble offrr une assez bonne correspondance avec les estmatons des avantages relatfs de coûts par branche 3. Les ndcateurs de contrbuton au solde commercal Ce sont prncpalement celu de B. Balassa (1966), de Grubel et Lloyd (1975), ou encore celu du CEPII, Centre d études prospectves et d nformatons nternatonales 4. L ndcateur de Balassa 1966 Introducton : le problème de la mesure de l ntra-branche Les mesures précédentes permettent seulement de quantfer le rôle des échanges nter-branches dans la spécalsaton nternatonale. Pour pouvor mesurer l nfluence des échanges ntra-branches, l faut s ntéresser au solde commercal. En 1966, Balassa présente un nouvel ndcateur permettant d estmer les nfluences respectves des échanges nter-branches et ntra-branches dans la spécalsaton nternatonale. Appelons-le b pour le dstnguer du précédent. b = M + M Comme on ne prend plus en compte c le commerce mondal, on peut néglger l exposant dans la formulaton. Ce rapport revent à comparer le commerce net (X-M) au commerce total (X+M) de la branche du pays. Lorsque l'ndcateur est nul, le commerce ntra-branche dans la branche est maxmal pusqu'l y a autant d'mportatons que d'exportatons. S, par exemple, la France n'mporte pas de produts mécanques, l'ndcateur est égal à sa valeur maxmale, 1, pour cette branche (spécalsaton complète). S au contrare elle n'en exporte pas, l'ndcateur est égal à sa valeur mnmale, -1 (aucune spécalsaton). Dans ces deux cas extrêmes, l n'y a plus aucun échange ntra-branche. La mesure de l ntra-branche est donc le complément de celle de l'nter-branche. En effet, l sufft de poser g =1-b pour obtenr la spécalsaton ntra-branche. C est l'ndce de Grubel et Lloyd 5. S par exemple, un pays exporte un produt pour 70 et l mporte pour 30, b = 0,4 et g = 0,6. Ce qu sgnfe que 40% du commerce du produt est assmlable à du commerce nter-branche et 60% à du commerce ntra-branche. La méthode de la contrbuton au solde L ndcateur b est encore trop smple : l ne permet pas de comparer le commerce des dfférentes branches du pays sur une base commune. Il faut le pondérer par le % que représente le commerce de la branche dans le commerce total du pays : 3 Cf. Maths J., Mazer J., et D. Rvaud-Danset, 1988, La compéttvté ndustrelle, Pars, Dunod. Cf. auss Nezeys B., 1993, La compéttvté nternatonale, Pars, Economca, p Cf. Lafay G. et C. Herzog, 1989, Commerce nternatonal : la fn des avantages acqus, Pars, Economca, p. 195 et suvantes et l annexe II, p. 390 et suvantes. Lafay G., 1990, La mesure des avantages comparatfs révélés, Econome prospectve nternatonale, n 41 5 Cf. Grubel H. G. and P. J. Lloyd, 1975, Intra-ndustry Trade, the Theory and Measurement of Internatonal Trade n Dfferentated Products, London, McMllan. REI td12.doc Page 6 sur 13

7 B =100. B = M ( ) + M M + M ( ).b = M ( ) + M. M + M Les proprétés Le nouvel ndcateur B sínterprète comme l excédent ou le défct commercal de la branche en % du commerce total du pays. C est un ndcateur dt de contrbuton au solde. Selon que l ndcateur pondéré est nféreur ou supéreur à 0, le pays a un désavantage ou un avantage comparatf dans la branche. Grâce à lu, on peut construre un ndcateur global de spécalsaton ntra et nter-branche de l économe tout entère : l sufft pour cela d'addtonner les valeurs absolues des ndcateurs des branches : B = B =100. M ( ) + M L ndcateur global est comprs entre 0 et 1. S B=0, tous les soldes sont équlbrés ; s B=1, les branches sont toutes ou mportatrces, ou exportatrces. Icc, l ndce de Grubel et Lloyd devent smplement GL = 1-B. Un exemple Supposons que la balance commercale par branche d'un pays sot donnée par le tableau suvant : ACR par l ndcateur de Balassa 1966 Branches X mllards M mllards B Produts almentares ,33 Matères premères ,00 Mneras et mnéraux ,33 Combustbles ,00 Métaux non ferreux ,83 Fer, fonte et acer ,66 Produts chmques ,00 Prod sem-manufacturés ,50 Matérel de transport ,50 Textles ,50 Vêtements ,66 Autres produts de conso ,66 Total La valeur de l ndcateur global est B=39,97, ce qu sgnfe que 60,03% des échanges totaux du pays sont de nature ntra-branche et 39,97% de nature nter-branche. S le même type de calcul pour l ensemble des pays d une zone de référence nous donne une moyenne générale supéreure, alors nous pouvons estmer que l économe étudée dans le tableau c-dessus se caractérse par un nveau REI td12.doc Page 7 sur 13

8 d échanges ntra-branches supéreur à la moyenne. A ttre d llustraton, une estmaton de l ndcateur global de Balassa pour 1985 donne les résultats suvants 6 : 6 Cf. Jean-Luc Taverner,1990, Echanges extéreurs et avantages comparatfs : la spécalsaton de la France confrontée à celle de ses concurrents, Econome et prévson, n 94/95. REI td12.doc Page 8 sur 13

9 Indces de spécalsaton de Balassa 1985 Pays et régons Balassa Total pays ndustralsés 12,4 France 17,3 Iles brtannques 19,0 Pays nordques 24,9 Républque Fédérale d Allemagne 33,4 Etats-Uns 39,0 Itale 35,7 NPI d Ase 37,9 Brésl 47,4 Japon 74,7 Les lmtes de l ndcateur de Balassa 1966 L'ndcateur global de spécalsaton de Balassa présente un défaut mportant : du fat des déséqulbres cononcturels de la balance commercale natonale, l peut donner une mesure basée des avantages comparatfs. A l'extrême lmte, la mesure peut devenr aberrante. Par exemple, on sat que les changements de partés affectent la balance commercale. Ans, un pays dont la monnae natonale s'apprécerat fortement sur le marché des changes pourrat connaître un défct commercal de toutes les branches exportatrces. L'ndcateur de contrbuton au solde ne révélerat alors aucun avantage comparatf! A l'nverse, avec une très forte déprécaton de sa monnae natonale, le même pays pourrat connaître un excédent commercal de toutes les branches exportatrces. L ndcateur révélerat dans ce cas un avantage comparatf pour chaque branche! De tels résultats sont évdemment des erreurs manfestes : ls font croîre à l exstence de désavantages ou d avantages absolus, qu nent l'exstence même des échanges nternatonaux! Les spécalsatons nternatonales sont étables sur la base de détermnants réels de long terme : les avantages relatfs de coûts de producton engendrés par les écarts comparés de productvté et de dotatons factorelles. Mas à court terme, la volatlté et le mésalgnement des partés par rapport à la parté des pouvors d achat affectent le taux de change réel et la compéttvté d économes dont les avantages comparatfs n ont pas sgnfcatvement évolué. D'autres ndcateurs, comme l'ndcateur "synthétque" de Grubel et Lloyd, l'ndcateur d'aquno ou l'ndcateur du CEPII corrgent plus ou mons ben ce défaut 7. La correcton des déséqulbres commercaux La méthode Les déséqulbres de la balance commercale, quíls soent le résultat de l actvté économque (par exemple, la France des années , connassat un défct commercal par la hausse des mportatons d équpement consécutve à la crossance) ou encore des varatons du taux de change, peuvent fausser la mesure des avantages comparatfs. Le Centre d'etudes Prospectves et d'informatons Internatonales (CEPII) a développé dans les années 1980 un ndcateur de contrbuton au solde capable de corrger cette dstorson. Les spécalsatons d'un pays sont ans calculées à l ade de l'ndcateur pondéré suvant : 7 Aquno A., 1978, Intra-ndustry and nter-ndustry specalzaton as concurrent sources of nternatonal trade n manufactures, Weltwrtschaftlches Archv, n 2. REI td12.doc Page 9 sur 13

10 S =100. ( M ) ( ) + M Ce qu revent encore à écrre ( + M ). ( M ) 2 ( + M ) S = B commerce de la branche commercal du pays.solde commerce total du pays commerce total du pays L ndcateur S apparaît comme une varante plus élaborée de l ndcateur de Balassa de contrbuton au solde. Il est égal à la dfférence entre B et une norme. Cette norme, est le solde commercal du pays pondéré par la part des échanges de la branche dans le total des échanges (solde théorque) 8. Les proprétés Comme avec l'ndcateur de Balassa, le pays étudé possède un avantage comparatf dans une branche s l ndcateur est postf et un désavantage dans le cas contrare. S sa balance commercale globale est équlbrée, on retrouve smplement les résultats de l ndcateur de Balassa 1966 (S =B ). Mas s sa balance commercale globale est défctare, un solde commercal négatf de la branche ne sgnfe plus nécessarement un désavantage. Le pays sera consdéré comme ayant un avantage (désavantage) dans la branche s le défct de la branche représente une contrbuton au défct commercal total plus fable (plus forte) que sa contrbuton au commerce total du pays. Par constructon, la somme des ndcateurs pour toutes les branches est nulle (S 0). Ans, le pays Étudé possède nécessarement des avantages et des désavantages comparatfs. Il n'y a donc pas de rsque de vor apparaître des avantages absolus, comme avec l'ndcateur de Balassa Un exemple Le tableau qu sut reprend l'exemple précédent, mas avec les nversons de valeurs entre exportaton et mportaton pour les deux branches transport et produts sem-fns. L'économe ans décrte a une balance défctare de 120. Le calcul de l'ndcateur du CEPII pour chaque branche revent à poser S =1,2. -0,8.M pour chaque branche. Comparason des ACR par les ndcateurs de Balassa et du CEPII Branches X mllards M mllards B S Produts almentares ,33 6,33 Matères premères ,00-3,66 Mneras et mnéraux ,33-2,33 Combustbles ,00-4,00 Métaux non ferreux ,83-0,33 Fer, fonte et acer ,66-0,33 Produts chmques ,00 8,00 Prod sem-manufacturés ,50-4,66 Matérel de transport ,50 0,33 Textles ,50-1,66 Vêtements ,66-0,66 Autres produts de conso ,66 3,00 8 Cf. Taverner, 1990, op. ct., p. 26. REI td12.doc Page 10 sur 13

11 Total L'ndcateur du CEPII corrge les résultats donnés par l'ndcateur de Balassa. En dépt d'un solde négatf, la branche transport affche un ndcateur postf, sot un solde représentant 0.33% du commerce total. Il y a donc avantage comparatf dans cette actvté, alors que l'ndcateur de Balassa annonçat un désavantage comparatf, avec un défct représentant 2.5% du commerce total. En effet, la part des transports dans le défct commercal global n est que de 12.5% ( 100.(35-50)/120 ) alors que cette branche représente 14.16% du commerce total du pays ( 100.(35+50)/600). La correcton des bas des taux de couverture La méthode Les ndcateurs de contrbuton au solde commercal évaluent la compéttvté d une branche unquement sur la base des échanges de la branche et du pays. Or, dès que l on étude l évoluton des spécalsatons dans le temps, la prse en compte des seuls échanges ne sufft plus : la compéttvté de la branche dépend auss de l évoluton de la demande ntéreure, donc n fne du PIB 9. Ce problème est présenté par Lafay sous le nom de bas du taux de couverture (rato exportatons/mportatons), pusque les ndcateurs de contrbuton au solde sont drectement foncton de ce taux. En rason de l équlbre emplos-ressources, on peut estmer que sur le long terme, pour des goûts nchangés des acheteurs, la demande ntéreure de tous les produts dot croître au même rythme que le PIB (l épargne est ntégralement consommée et le solde commercal actualsé est nul). Dans ce cas, les branches dont le solde commercal s amélore plus vte que ne croît le PIB sont normalement celles qu ont gagné en compéttvté face à la concurrence étrangère ;une part plus mportante de la demande ntéreure est satsfate par la producton locale. Au contrare, celles dont le solde commercal s amélore mons vte que ne croît le PIB, ou même se détérore, voent leur compéttvté se dégrader ; une part plus fable de la demande ntéreure est satsfate par la producton locale. Les proprétés La correcton du bas du taux de couverture passe par la mesure de l avantage comparatf des branches par rapport au PIB du pays et non plus par rapport à ses échanges. A la fn des années 1980, l ndcateur du CEPII fut ans modfé pour exprmer le solde commercale de la branche en mllèmes du PIB ( PIB). On obtent ans pour l ndcateur de contrbuton au solde du CEPII la nouvelle expresson : Sc = 1000 PIB. X M ( ) ( + M ). ( M ) ( + M ) Comme précédemment, la somme des valeurs par branche est nulle. La dfférence avec l ndcateur S précédent tent dans le fat qu une modfcaton du taux de couverture de la branche n mplque plus nécessarement une modfcaton de la valeur de l avantage comparatf révélé. La nouvelle expresson de l avantage révélé présente systématquement des valeurs plus fables (plus fortes) de spécalsaton que la précédente chaque fos que les échanges du pays crossent mons vte (plus vtes) que le PIB Un exemple On suppose par souc de smplcté que la balance commercale du pays est équlbrée pour les deux années et que le degré d ouverture de l économe reste constant; ce qu revent à poser que le taux de crossance du commerce total du pays est le même que celu du PIB. 9 Rappelons que la demande ntéreure correspond au PIB plus les mportatons mons les exportatons. REI td12.doc Page 11 sur 13

12 M c PIB S Sc , ,000 1, , ,000 1,166 Le PIB et les échanges augmentent de 20% sur la pérode alors que les échanges et l excédent commercal de la branche augmentent de 40%. Mesuré par rapport au commerce total, la branche mantent son avantage comparatf (1%) et le taux de couverture reste constant (114.28%). Pourtant, ce taux de couverture n est pas révélateur du degré de compéttvté des ndustrels locaux face à la concurrence étrangère : mesuré par rapport au PIB, on constate que l excédent commercal est passé de 1% à 1,166% du PIB, sot un gan d avantage comparatf de 0,166 pont. La correcton des bas dus aux caractérstques mondales Reprenons l exemple précédent. On magne mantenant qu entre 1985 et 1990, les prx mondaux dans la branche ont bassé en sorte que la valeur des exportatons est restée à 40 et celle des mportatons à 35 (les cours mondaux des produts agrcoles peuvent varer fortement en rason de la sensblté de la producton aux aléas clmatques et des effets pervers des poltques agrcoles natonales). Cela sgnfe que même s l excédent commercal a cru en volume, l a stagné en valeur. Dans ce cas, s l on admet que cette basse des prx n a pas eu d nfluence notable sur le PIB du pays, l ndcateur d avantage comparatf normé par rapport au PIB n est plus de mas seulement de Autrement dt, au plan mondal, cette basse des prx tend à sous-estmer artfcellement l avantage comparatf ou le désavantage comparatf de chaque pays dans cette branche et évdemment à surestmer cette mesure dans les autres branches de chaque pays. Ben entendu, une hausse des prx mondaux de la branche aurat eu un effet exactement contrare. Pour élmner une telle dstorson, la soluton consste à pondérer l ndcateur par un ndce mesurant l évoluton de la part du commerce mondal de la branche dans le commerce mondal total par rapport à une année de référence. Ans, s à la sute de la basse des prx la part du commerce mondal de la branche dans le commerce mondal total est passé de 10% à 8% entre 1985 et 1990, cela tradut en fat dans notre exemple par un avantage comparatf qu n est plus de mas de (0.1)x(0.833)/0.08, c est-à-dre En effet, le pays a mantenu sa part absolue de marché à l exportaton sur un marché mondal en régresson. Il a donc améloré sa stuaton relatvement à la moyenne mondale. L ndcateur est par conséquent calculé aux pods mondaux de l année de référence. L ndcateur du CEPII de la branche du pays pour l année n s écrt mantenant : Scm,n e,n = avec = e, n.sc,n X (,0 + M, 0 ) X,0 + M,0 ( ) = e,n X PIB,n n. ( M,n ) 1 X (,n + M,n ) X,n + M, n ( ) (, n + M,n ).,n, n ( M,n ) ( + M,n ) PIBn est le produt ntéreur brut du pays pour l année n et,0,m,0,,n,,n sont respectvement les exportatons et les mportatons du pays dans la branche pour l année de référence 0 et l année n. X,0 +M (,0 ) et,n +M,n ( ) sont respectvement le commerce mondal dans la branche pour l année de référence 0 et l année n REI td12.doc Page 12 sur 13

13 X,0 + M (,0 ) et,n de référence 0 et l année n. ( + M,n ) sont respectvement le commerce mondal total pour l année Calculée aux pods mondaux de l année de référence, la somme des ndcateurs n est plus nécessarement nulle, sauf pour l année de référence. REI td12.doc Page 13 sur 13

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Feuilles de style CSS

Feuilles de style CSS Feulles de style CSS 71 Feulles de style CSS Les standards du web Les langages du web : le HTML et les CSS Depus la verson 4 de l'html (décembre 1999), le W3C propose les feulles de style en cascade, les

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 15/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine

Approche économique des 15 zones d emploi d Aquitaine n 4 - octobre 2012 Fche n 4/15 Approche économque des 15 zones d emplo d Aqutane Ce dosser fat sute à l Aqutane e-dossers n 3 paru en jun 2012 : 15 zones d emplo aqutanes plus ou mons armées face aux mutatons

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005)

(D après sujet de BEP Secteur 6 Groupement interacadémique II Session juin 2005) EXERCICES SUR LES STATISTIQUES Exercce 1 Un commerçant effectue des lvrasons de fuel pour les chaudères. La répartton des volumes dstrbués à chaque lvrason s effectue selon le tableau suvant : Volumes

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS Chaptre 7 : Calcul des ndcateurs du souten aux consommateurs CHAITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS 313. À l nstar du chaptre 6, le présent chaptre décrt en détal la méthode à applquer

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

" # $ % & ' ( ) % ' & * +!!

 # $ % & ' ( ) % ' & * +!! " #$ %& ' ( ) %' & * +!! Besons (llmtés) CHOIX Rareté des B. et S. L économe est la scence du chox d ndvdus ou de collectvtés qu ont des besons vrtuelment nfns et qu sont contrants par la rareté des quanttés

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Description et sources des séries longues

Description et sources des séries longues Descrpton et sources des séres longues Les séres sont des moennes annuelles, en base 999= sauf menton contrare. On fat abstracton de la fscalté, sauf menton contrare. La reproducton de ces séres est lbre,

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4 Le débat autour de la convergence Chaptre 4 1 Baumol AER (1986) «Productvt Growth, Convergence and Welfare: what the Long-Run Data Show» Porte le nom de convergence absolue 2 Intuton Les pas plus élognés

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h Unversté de Caen Année unverstare 2004/2005 Faculté de Scences Economques Sesson de septembre 2005 et de Geston LICENCE 1 MACROECONOMIE DUREE : 2h Exercce 1 : Crcut économque (8 ponts) On consdère une

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn Co-mouvements économques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factorel dynamque généralsé Abdoulaye DIAGNE cres@ucad.sn Abdou-azz NIANG aaznang@yahoo.fr Résumé L objectf de cet artcle

Plus en détail

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE A. Bahloul a, R. Gravel a, B. Roberge a et N. Goyer a M. Chavez b et M. Reggo b a Insttut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et Sécurté du Traval

Plus en détail