Les effets des fluctuations du prix du pétrole sur les marchés boursiers dans les pays du Golfe.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les effets des fluctuations du prix du pétrole sur les marchés boursiers dans les pays du Golfe."

Transcription

1 Les effets des fluctuatons du prx du pétrole sur les marchés boursers dans les pays du Golfe. Mohamed El Hed AROURI $ et Chrstophe RAULT # Résumé. Ce traval utlse les technques récentes de contegraton en panel et la méthode d'estmaton SUR pour tester l'exstence d'une relaton de long terme entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du Consel de Coopératon du Golfe (CCG). Ces pays étant des acteurs majeurs du marché mondal de l'énerge, leurs marchés boursers devraent être sensbles aux chocs affectant le prx du pétrole. En utlsant une base de données mensuelle couvrant la pérode allant de janver 1996 à décembre 2007, notre étude met en évdence, d une part l'exstence d'une relaton de contégraton entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du CCG, d autre part, les estmatons SUR ndquent que les augmentatons du prx du pétrole ont un mpact postf sur les rentabltés boursères, sauf en Arabe Saoudte. Mots clés : Marchés boursers des pays du GC, prx du pétrole, analyse en contégraton sur données de panel. Classfcaton JEL: G12, F3, Q43. Abstract. The am of ths paper s to nvestgate the exstence of long-run relatonshps between ol prces and stock markets n Gulf Corporaton Countres (GCC) usng recent bootstrap panel contegraton technques and Seemngly Unrelated regresson (SUR) methods. Snce GCC countres are major world energy market players, ther stock markets are lkely to be susceptble to ol prce shocks. Usng a monthly dataset coverng the perod January 1996 to December 2007, our nvestgaton shows that there s evdence for contegraton of ol prces and stock markets n GCC countres, whle the SUR results ndcate that ol prce ncreases have a postve mpact on stock prces, except n Saud Araba. Key words: GCC stock markets, ol prces, panel contegraton analyss. JEL classfcatons: G12, F3, Q43. $ Laboratore d Économe d Orléans, CNRS-UMR 6221 (rue de Blos, B.P. 6739, Orléans Cedex 2), et EDHEC Busness School. Emal: # Laboratore d Économe d Orléans, CNRS-UMR 6221 (rue de Blos, B.P. 6739, Orléans Cedex 2), et BEM Bordeaux Management School. Courrel : Ste nternet : (auteur correspondant). Nous remercons un rapporteur anonyme pour ses remarques constructves sur une premère verson de ce texte, ans que les partcpants de la 16 ème Conférence Annuelle de l'erf "Economc Research Forum" nttulée "Chocs, Vulnérablté et Thérape", qu s'est tenue au Care, du 7 au 9 novembre 2009, et plus partculèrement Dr. Rma Turk Arss, Dr. Faka El-Refae, et Dr. Osman Sulman. Nous demeurons seuls responsables des éventuelles erreurs et nsuffsances de ce traval. Ce traval a bénéfcé d'un fnancement de l'erf. Le contenu et les recommandatons ssues de ce traval ne reflètent pas nécessarement les vues de l'erf. 1

2 1. Introducton Dans les dernères décennes, de nombreux travaux de recherche ont été consacrés à l étude des lens entre les prx du pétrole et l'actvté économque. Pour l essentel, ces travaux ont établ que les chocs des prx du pétrole ont des effets sgnfcatfs sur les varables macroéconomques dans la plupart des pays développés et émergents [Cunado et Perez Garca de (2005), Balaz et Londarev (2006), Gronwald (2008), Cologn et Manera (2008), Klan (2008) et Lardc et Mgnon (2006, 2008)]. Toutefos, relatvement peu d'attenton a été accordée à la relaton entre les prx du pétrole et les marchés boursers. En partculer, très peu d'études ont porté sur les marchés boursers dans les pays émergents. Ces études ont prncpalement examné l'nteracton à court terme entre les chocs des prx du pétrole et les rentabltés boursères. En théore, la valeur d une acton est égale à la somme des flux futurs actualsés. Ces flux actualsés sont affectés par des facteurs économques qu peuvent être nfluencés par le prx du pétrole. Ans, les fluctuatons du prx du pétrole peuvent avor des effets sgnfcatfs sur les cours des actons. La plupart des travaux antéreurs ont étudé cette relaton dans le cadre d'un modèle macroéconomque pour des pays mportateurs de pétrole. En utlsant des données mensuelles et des tests récents de racne untare et de contégraton en panel, ce paper teste l'exstence d'une relaton de long terme entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du Consel de Coopératon du Golfe (CCG). Étuder les effets de prx du pétrole sur les marchés boursers du CCG est ntéressant pour pluseurs rasons. Tout d'abord, les pays du CCG sont des acteurs prncpaux du marché mondal du pétrole, leurs marchés boursers sont donc susceptbles d'être sensbles aux varatons des prx du pétrole. Deuxèmement, les marchés du CCG dffèrent des marchés souvent couverts par les études emprques antéreures par le fat qu ls sont relatvement peu ntégrés dans le marché fnancer mondal et sont extrêmement sensbles aux événements poltques régonaux. Enfn, les marchés du CCG sont très prometteurs pour la dversfcaton nternatonale de portefeulle. Ans, étuder l'nfluence des chocs des prx du pétrole sur les rentabltés des actfs fnancers dans les pays du CCG permet tant aux nvestsseurs qu aux autortés de comprendre l évoluton des marchés boursers en foncton de l évoluton des prx du pétrole. Le paper ponner de Jones et Kaul (1996) étude la réacton à court terme de quatre marchés boursers développés (Canada, Royaume-Un, Japon et États-Uns) aux chocs des prx du pétrole. Les auteurs montrent que le prx du pétrole joue un rôle mportant dans la formaton des rentabltés des actfs fnancers aux États-Uns et au Canada. Pour les autres pays, l mpact du pétrole état mons évdent. En utlsant un modèle VAR, Huang et al. (1996) établssent un len sgnfcatf entre le prx du pétrole et les rentabltés boursères de certanes frmes pétrolères amércanes. Cependant, les auteurs ne trouvent pas de relaton sgnfcatve entre le prx du pétrole et des ndces de marché amércans tel que le S&P 500. En revanche, Sadorsky (1999) applque un modèle VAR avec des effets GARCH à des données plus récentes et montre que le marché amércan réagt sgnfcatvement aux fluctuatons du prx du pétrole. Alou et Jammaz (2009) montrent l exstence d une certane non lnéarté dans la relaton entre le prx du pétrole et les prx des actfs fnancers en France, au Japon et au Royaume-Un. Qu plus est, en combnant une analyse en ondelettes et des modèles à changement de régme de type markoven (MS-VAR), Jammaz et Alou (2010) établssent que la réacton des marchés boursers de ces tros pays aux chocs du prx du pétrole est plutôt asymétrque. Odusam (2009) confrme ces conclusons pour les États-Uns et montre que les chocs nattendus du prx du pétrole ont des effets non lnéares et asymétrques sur les rentabltés boursères. Klan et Park (2009) mettent en évdence que la réponse des marchés boursers aux prx du pétrole peut varer sensblement selon que l'augmentaton du prx du pétrole provent d un choc sur la demande ou d un choc sur l'offre du pétrole. Enfn, en utlsant la technque de contégraton, Mller et Ratt (2009) montrent l'exstence de dfférents régmes dans la relaton à long terme entre le pétrole et le marché bourser dans les pays de l'ocde au cours des quatre dernères décennes. Certanes études récentes se sont ntéressées au cas des marchés boursers émergents européens, asatques et latno-amércans. Les résultats de ces études montrent un len à court terme sgnfcatf entre les varatons du prx du pétrole et les rentabltés des marchés boursers émergents. En utlsant un modèle VAR, Papapetrou (2001) établt l exstence d une relaton sgnfcatve entre les varatons du prx du pétrole et les marchés boursers en Grèce. Basher et Sadorsky (2006) utlsent un modèle 2

3 multfactorel d évaluaton des actfs fnancers et arrvent à la même concluson pour d autres marchés boursers émergents. Toutefos, très peu d'attenton a été accordée aux plus petts marchés émergents, en partculer dans les pays du CCG, où la créaton des marchés boursers est relatvement récente. En utlsant un modèle VAR, Hamoudeh et Elesa (2004) montrent qu'l exste une causalté bdrectonnelle entre le marché bourser saouden et le prx du pétrole. Les résultats suggèrent également que les autres marchés du CCG ne sont pas drectement affectés par le prx du pétrole. Zarour (2006) utlse également un modèle VAR pour étuder la relaton entre les varatons du prx du pétrole et les marchés boursers du CCG et montre que seuls les marchés saouden et omanas ont un pouvor prédctf de l'augmentaton du prx du pétrole. Plus récemment, Hamoudeh et Cho (2006) examnent la relaton à long terme entre les marchés boursers du CCG en tenant compte des effets de tros facteurs globaux de rsque : le prx du pétrole, un marché amércan (S&P 500) et le taux de bons du Trésor amércan. Ils mettent en évdence que le taux de bons du Trésor amércan a un effet drect sur ces marchés, tands que les prx du pétrole et le S&P 500 ont seulement des effets fables et ndrects. En revanche, Onour (2008) utlsent des données plus récentes et montre qu à long terme le prx du pétrole affecte sgnfcatvement le cours des actons dans les pays du CCG. 1 Comme on peut le constater, les résultats des quelques études consacrés aux effets du pétrole sur les marchés boursers dans les pays du CCG sont hétérogènes. Ces résultats nous parassent nattendus car les économes des pays du CCG sont fortement sensbles au prx du pétrole. Le but de cet artcle est d'approfondr la lttérature exstante sur le sujet en examnant les lens à long terme entre le prx du pétrole et le cours des actons dans quatre pays du GCC (Bahreïn, Koweït, Oman, et Arabe saoudte), en moblsant les développements récents de l'économétre des panels non-statonnares et la méthode d'estmaton SUR ("Seemngly Unrelated Regresson"). Plus précsément, nous employons le test de racne en panel développé par Smth et al. (2004), basé sur des technques de "wld" bootstrap, ans que le test de contégraton de la seconde génératon proposé par Westerlund et Edgerton (2007), qu tous deux, permettent de tenr compte des éventuelles nterdépendances entre les pays consdérés. A notre connassance, une telle analyse n'a jamas été menée pour étuder les lens entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du GCC. La mse en œuvre de ces nouvelles méthodes sur un panel de données fnancères est préférable aux technques de séres temporelles standard pour reméder au problème aujourd'hu ben connu de la fable pussance des tests de racne untare et de contégraton usuels en petts échantllons (comme ce serat le cas c avec un peu plus de cent observatons). L'ajout de la dmenson ndvduelle à la dmenson temporelle usuelle présente en effet un ntérêt mportant pour l'analyse des séres non statonnares pusqu elle permet d'accrotre la pussance de ces tests [Baltag et Kao (2000)]. Par alleurs, et pusque l'nfluence du prx du pétrole sur le cours des actons requert d'être examnée pour chaque pays ndvduellement, une estmaton pays par pays est également nécessare. Dans cette optque, l'approche par la méthode SUR fournt des résultats spécfques pour chaque pays, ce qu complète ans l'analyse en panel. La sute de cet artcle s'organse comme sut. La secton 2 décrt brèvement les marchés des pays du GCC et le rôle du pétrole. La secton 3 présente la base de données et expose les résultats de l'analyse économétrque obtenus avec des tests de racne untare et de contégraton en panel de la seconde génératon et avec la méthode d'estmaton SUR. La secton 4 présente les prncpales mplcatons de nos résultats et la secton 5 fournt des éléments de concluson. 2. Les marches du CCG et le pétrole Le Tableau 1 présente les ndcateurs fnancers clés des marchés boursers dans les pays du CCG. Le CCG a été créé en 1981 et comprend sx pays: Bahreïn, Oman, Koweït, Qatar, Arabe Saoudte et les Emrats Arabes Uns (EAU). Les pays du CCG ont pluseurs smlartés économques. Ensemble, ls représentent envron 20% de la producton mondale de pétrole, ls contrôlent 36% des exportatons mondales de pétrole et ls ont 47% des réserves mondales prouvées. Les exportatons de pétrole détermnent en grande parte les recettes budgétares, les dépenses gouvernementales, les résultats des entreprses et la demande globale. Les contrbutons du pétrole au PIB varent de 22% (Bahreïn) à 1 Vor auss Smpson et al. (2004) et Poghosyan et Hesse (2009) qu étudent la relaton entre le pétrole et les marches boursers pour de nombreux pays dont certans pays du CCG. Globalement, leurs résultats sont hétérogènes. 3

4 44% (Arabe Saoudte). En outre, les pays du CCG sont des mportateurs de produts manufacturés de pays développés et émergents. Ans, les fluctuatons des prx du pétrole peuvent nfluer ndrectement sur les marchés du CCG par leur nfluence sur les prx des mportatons et l'augmentaton des prx du pétrole est souvent révélatrce de tensons nflatonnstes dans les économes du CCG. Ans, l étude de l effet global du prx du pétrole sur les prx des actfs fnancers dans les pays du CCG reste essentellement une queston emprque. L'Arabe saoudte est en tête de la régon en termes de captalsaton boursère. Cependant, en pourcentage du PIB, le Qatar est le leader. La captalsaton boursère dépasse le PIB de tous les pays, sauf Oman. Le Koweït a le plus grand nombre de socétés cotées, suv d'oman. Dans l'ensemble, les marchés boursers du CCG sont lmtés par pluseurs fablesses structurelles et réglementares: un nombre relatvement restrent de socétés cotées, une fable dversfcaton sectorelle, une fable lqudté et pluseurs autres lacunes. Cependant, au cours des dernères années, les marchés boursers des pays du CCG ont fat l objet de nombreuses réformes afn de les modernser et les lbéralser. 2 Tableau 1- Marchés boursers du CCG en 2006 Pays Nbre de socétés cotées* Captalsaton (mllards de $) Turnover (mllards de $) Captalsaton en % du PIB Contrbuton du pétrole au PIB Bahreïn Koweït Oman Qatar EAU Arabe S Sources: Arab Monetary Fund et Emergng Markets Database. Enfn, ben que les pays du CCG aent pluseurs caractérstques économques et poltques en commun, ls dépendent du pétrole à des degrés dfférents, de même, les efforts vsant à dversfer et lbéralser l'économe dffèrent d un pays à l autre. Le Bahreïn, par exemple, est mons dépendant du pétrole que l'arabe Saoudte ou le Koweït. D'alleurs, l est mportant de soulgner l exstence de pluseurs autres dfférences nsttutonnelles entre les pays du CCG. Par exemple, contrarement à d'autres marchés boursers du CCG, le marché saouden est fortement domné par des entreprses publques qu ne sont pas très actves sur le marché bourser. Le marché saouden est auss domné par des nsttutons fnancères très dépendantes des pays mportateurs du pétrole. En outre, le degré de transparence et la lqudté changent sensblement d un pays du CCG à l autre. Ans, la comparason des marchés boursers du CCG consttue un sujet ntéressant afn de comprendre les effets de ces dfférences nsttutonnelles sur la relaton entre le pétrole et les actfs fnancers. 3. Etude emprque 3.1. Données L'objectf de cet artcle est d'examner l'exstence d'une relaton à long terme entre les prx du pétrole et les marchés boursers dans les pays du CCG. Nous utlsons des données mensuelles fournes par le Fonds Monétare Arabe (FMA) sur la pérode Janver Décembre Il faut noter que les marchés boursers aux Emrats Arabes Uns et au Qatar ont été créés récemment et n ont pas partcpé à la base de données du FMA quand elle a commencé en Ans, les données que nous utlsons ne comporte que quatre des sx marchés boursers du CCG: Bahreïn, Koweït, Oman et l'arabe Saoudte 2 Pour plus de détals sur les marches boursers des pays du CCG, le lecteur pourra se référer à Assaf (2003), Creane et al. (2004), Neame (2005), Al-Khazal et al. (2006), Bley et Chen (2006), Hammoudeh et Cho (2007), Naceur et Ghazouan (2007), Hammoudeh et L (2008), Arour et Fouquau (2009) et Hammoudeh et al. (2009). 4

5 Pour le pétrole, nous utlsons le prx au comptant mensuel de l'opep. Ce prx est pondéré par le volume des exportatons et est obtenu à partr de l'energy Informaton Admnstraton (EIA). Tous les prx sont exprmés en dollars amércans. Les statstques descrptves des séres étudées sont présentées dans le Tableau 2. Le Panel A montre que l Arabe Saoudte présente la melleure rentablté boursère mensuelle suve par le Koweït et Oman. Le marché bourser omanas présente le nveau de rsque le plus élevé suv par l'arabe Saoudte et le Koweït. En moyenne, la rentablté du pétrole est plus élevée que les rentabltés des marchés boursers du CCG. Le coeffcent d asymétre (Skewness) est souvent négatf et la statstque du test de Jarque-Bera (JB) rejette fortement l'hypothèse de normalté, à l'excepton du Koweït et du pétrole. L hypothèse d absence d effets ARCH est rejetée pour toutes les séres, sauf pour Oman et l'arabe Saoudte, alors que l hypothèse d absence d autocorrélatons sérelles est rejetée pour le Koweït. Tableau 2: Statstques descrptves Panel A: Statstques descrptves Pétrole Bahreïn Koweït Oman Arabe S. Moyenne Ecart-type Skewness Kurtoss Jarque-Bera *** *** *** Q(6) ** ARCH(6) ** *** Panel B: Corrélatons avec le pétrole Bahreïn Koweït Oman Arabe S. OIL Notes:*, ** et *** ndque le rejet de l hypothèse nulle respectvement à 10%, 5% et 1%. Q(6) et ARCH(6) sont respectvement le test de Ljung-Box d auto-corrélaton d ordre 6 et le test d effet ARCH d ordre 6. Le Panel B reporte les corrélatons entre les varatons du prx du pétrole et les rentabltés boursères des marchés des pays du CCG. Ces corrélatons sont fables, mas postves en moyenne. Elles varent de 0,03 (Koweït) à 0,07 (Bahreïn) Tests de racne untare en panel La lttérature concernant les tests de racne untare et de contégraton en panel a connu d'mportants développements ces dernères années et dstnguent entre les tests de la premère génératon reposant sur l'hypothèse d'ndépendance nter-ndvduelle des ndvdus du panel (à l'excepton des effets temporels communs), et les tests de la seconde génératon, ntégrant dverses formes possbles de dépendances nter-ndvduelles. Il est aujourd hu ben connu que les données de panel permettent de travaller avec des échantllons de pette talle dans la dmenson temporelle, en consdérant un nombre mportants d observatons dans la dmenson ndvduelle, ce qu dmnue de fat la probablté d être confronté à des ruptures structurelles et permet en outre de reméder au problème classque de la fable pussance des tests en pett échantllon. Pour tester l'exstence d nterdépendance entre les pays du Golfe, nous avons ms en œuvre le test de Pesaran (2004) et avons calculé le statstque CD. Son hypothèse nulle est l'absence d nterdépendance entre les pays et sous H 0 la statstque de test est asymptotquement dstrbuée suvant une lo normale. Nos résultats 3 ndquent que l'hypothèse nulle est toujours rejetée quelque sot le nombre de retards nclus dans la régresson auxlare augmentée de Dckey-Fuller (jusqu'à cnq retards), au nveau de sgnfcatvté de cnq pourcents. Cec confrme que 3 Ces résultats, non reportés c en rason d une longueur d artcle lmtée, sont dsponbles sur smple demande. 5

6 les pays du CCG sont, comme attendu, très nterdépendants, ce qu peut refléter l'exstence de règlementatons semblables dans pluseurs domanes (au nveau économque, fnancer, commercal, tourstque, légslatf, et admnstratf), une coopératon économque, fscale et poltque mportante, ans qu une ntégraton fnancère sans cesse plus poussée. Pour détermner l ordre d ntégraton de nos séres (prx du pétrole, et cours des actons), dans notre panel de pays du CCG, nous utlsons les tests de racne untare de la seconde génératon proposés par Smth et al. (2004), basés sur une méthode de Seve bootstrap, qu tennent compte à la fos de la talle de l échantllon et de la possble nterdépendance entre les pays, en générant des valeurs crtques spécfques aux caractérstques du panel étudé. Ces tests sont notés c respectvement t, LM, max, et mn. Chacun de ces tests suppose, sous l hypothèse nulle, l exstence d une racne untare pour tous les pays du panel et des racnes autorégressves hétérogènes nféreures à l unté pour chaque pays sous l hypothèse alternatve. Ans, en cas de rejet de l hypothèse nulle, on peut en dédure qu un pays du panel au mons ne possède pas de racne untare et est donc statonnare 4. Les résultats reportés dans le Tableau 3, suggèrent que l hypothèse nulle de racne untare ne peut pas être rejetée aux nveaux de sgnfcatvté usuels pour nos deux séres consdérées et cela pour les quatre tests 5. Nous pouvons donc conclure que toutes nos séres sont ntégrées d ordre un dans notre panel comportant 4 pays du CCG. Tableau 3 Résultats des tests en panel de Smth et al. (2004) pour les séres de prx du pétrole et d ndces boursers * Test Statstque (a) P-value Bootstrap * Prx du pétrole Statstque (b) P-value Bootstrap * Statstque (a) Indces boursers P-value Bootstrap * Statstque (b) P-value Bootstrap * t LM max mn Notes: a- Modèle ncluant une constante. b- Modèle ncluant une constante et un trend lnéare. * Le rejet de l hypothèse nulle de non-statonnarté (pour une sére donnée) pour l ensemble des pays du panel, ndque la statonnarté de cette sére pour au mons l un des pays du panel. Les p-values bootstrap sont, dans chacun des cas, basées sur 5000 smulatons Tests de contegraton en panel Les séres de prx du pétrole et de cours des actons étant ntégrées d ordre 1, nous mplémentons le test de contégraton en panel (de la seconde génératon) développé par Westerlund et Edgerton (2007), afn de tester l exstence d une relaton de long terme entre le prx du pétrole le cours des actons des pays du CCG (en accord avec l équaton (1): Lstock t Lol t t, où 1,...,N désgne le pays, et t t 1,...,T la pérode, Lstock la sére d ndces boursers en logarthme, et Lol le prx du pétrole en logarthme). A la dfférence des tests de contégraton en panel proposés par Pedron (1999, 2004), et généralsés par Banerjee et Carron--Slvestre (2006), ou 4 Le test t est une verson bootstrap du test de panel mantenant ben connu (de la premère génératon) développé par Im, Pesaran and Shn (IPS, 2003). Les tros autres tests sont smplement des versons modfées du test d IPS. Pour davantage de détals sur la constructon de ces tests, nous renvoyons le lecteur ntéressé à Smth et al. (2004). 5 Les tests effectués sur les séres en dfférence premère confrment l hypothèse de statonnarté. En outre, afn d étuder la robustesse de nos résultats, nous avons également ms en œuvre les tests de racne untare de Ba et Ng (2004), de Smth et al.(2004), de Moon et Perron (2004), de Cho (2006), et de Pesaran (2007), qu confrment tous la non-statonnarté stochastque de nos deux séres en accord avec les résultats obtenus avec le test de Smth et al. (2004). Ces résultats sont dsponbles sur smple demande. 6

7 celu de Gengenbach et al (2006), ce test présente l avantage de consdérer sous l hypothèse nulle l exstence d une relaton de contégraton pour l ensemble des pays composant le panel. Ans, en cas de non rejet de cette l hypothèse, on peut en conclure à l exstence d une relaton de long terme pour l ensemble des pays du CCG, ce qu est crucal pour en dédure une estmaton des paramètres de l équaton (1). En revanche, l utlsaton des autres tests mentonnés précédemment, poserat c le problème qu un seul pays pourrat être la cause du rejet de l hypothèse nulle d absence d exstence d une relaton de contégraton pour tous les pays du panel, ce qu n mplquerat pas nécessarement que la relaton (1) serat valde pour l ensemble des pays du CCG. Qu plus est, cette méthodologe ne serat pas alors nformatve, pusqu elle ne fournrat aucune nformaton, en cas de rejet de l hypothèse nulle, concernant le (ou les) pays à l orgne de ce rejet. Le test développé par Westerlund et Edgerton (2007) est une extenson du test du multplcateur de Lagrange aujourd hu ben connu de McCoskey et Kao (1998), et permet de prendre en compte les éventuelles corrélatons pouvant exster entre les pays du panel consdéré. En outre, utlsant une méthode de Seve bootstrap, l présente l avantage de rédure de manère très mportante les dstorsons de talle par rapport l utlsaton de la dstrbuton asymptotque (la lo normale), en générant des valeurs crtques spécfques aux caractérstques du panel de pays. Il est donc beaucoup plus fable que les tests de contégraton en panel de la premère génératon, qu reposent pour la plupart, sur l utlsaton de valeurs crtques ssues de la lo normale. Les résultats de ce test reportés dans le tableau 4 pour un modèle comportant une constante mettent clarement en évdence l exstence d une relaton de contégraton entre le prx du pétrole et le cours des actons pour notre panel de 4 pays du CCG. Ce résultat est cependant basé sur l utlsaton des p- values asymptotques qu reposent sur l hypothèse d absence de dépendance nter-ndvduelle entre les pays du CCG, hypothèse qu n est pas vérfée c pour les pays du CCG pour lesquels l exste de fortes dépendances économques (cf nfra). C est la rason pour laquelle l est préférable de s en référer aux p-values bootstrap qu tennent compte à la fos de la talle fne de l échantllon, et de la possble dépendance entre les pays. Dans ce cas, les conclusons des tests sont plus mmédates, et s l on retent un nveau de sgnfcatvté de 10%, on en conclue à l exstence d une relaton de long terme entre le prx du pétrole et le cours des actons pour notre panel de 4 pays du CCG 6. Ce résultat mplque en partculer, que dans le long terme, le prx du pétrole et le cours des actons évoluent de manère smlare dans les pays du CCG. Les forces qu agssent sur les marchés du CCG sont en parte celles qu nfluent sur le prx du pétrole, essentellement les nterventons de l'opep, la crossance économque mondale, ans que les tensons socopoltques natonales, régonales et nternatonales. Tableau 4 Résultats des tests de contegraton en panel de Westerlund and Edgerton (2007) entre le prx du pétrole et les Indces boursers (selon la spécfcaton de l équaton 1) # Stat-LM p-value Asymptotque p-value Bootstrap Modèle ncluant une constante Notes: Le bootstrap est basé sur 2000 smulatons. a - L hypothèse nulle du test est l exstence d une relaton de long terme entre le prx du pétrole et les marchés boursers (cf. équaton 1) pour tous les pays du CCG. Les coeffcents estmés de l équaton (1) sont reportés dans le tableau 5. 6 Il est à noter que nous avons également consdéré le cas de contégraton en présence de ruptures structurelles en utlsant le test du Multplcateur de Lagrange (LM) proposé par Westerlund (2006) qu teste l hypothèse nulle de contégraton pour tous les pays consdérés smultanément, et qu tent compte de l nterdépendance entre les pays consdéré en smulant les valeurs crtques par une méthode de bootstrap. Nos Résultats, non reportés c afn de préserver de l espace, confrment l exstence d une relaton de contégraton entre le prx du pétrole et le cours des actons pour les pays du CCG, au nveau de sgnfcatvté de cnq pourcents, tout en ne détectant aucune rupture structurelle. 7

8 Tableau 5 Coeffcents estmés pour le panel de pays du CCG (Relaton moyenne) Coeffcents t-statstque Probablté dans équaton (1) Note: Panel cylndré, 575 observatons au total. Nos estmatons en panel montrent, comme prévu, que le coeffcent est sgnfcatvement postf. L élastcté du marché bourser au prx du pétrole est nféreure à 1, mas l effet d un choc sur le prx du pétrole est non néglgeable : une hausse de 10% du prx du pétrole entraîne en moyenne une apprécaton de 6.29% des marchés boursers des pays du CCG Estmaton SUR Comme l exste une relaton de contégraton pour chacun des pays du GCC dans notre panel, nous estmons à présent l équaton: Lstock t Lolt t, =1,,N; t=1,,t (2), par la méthode SUR développée par Zellner (1962) qu permet de prendre en compte les nterdépendances exstants entre les pays. Cette manère de procéder nous permet d obtenr une estmaton des coeffcents ndvduels β dans un cadre de panel et d étuder par conséquent l nfluence du prx du pétrole sur le cours des actons de chaque pays prs séparément. Les résultats de ces estmatons SUR sont reportés dans le tableau 6. Bahreïn Koweït Oman Tableau 6 Estmaton SUR pour le panel de pays du GCC Pays Coeffcents, t-statstque Probablté dans l équaton. (2) Arabe Saoudte Note: Panel cylndré, 575 observatons au total. Au nveau pays, la relaton entre la varaton du prx du pétrole et la rentablté boursère est postve pour tous les pays du CCG, à l'excepton de l'arabe saoudte. Pluseurs dfférences économques et nsttutonnelles entre le marché saouden et les autres marchés du CCG pourraent explquer ce résultat. En effet, le marché bourser saouden est très concentré et est largement domné par le secteur fnancer. Ce derner est très lé aux marchés fnancers des pays occdentaux mportateurs du pétrole. Ce manque de dversfcaton peut explquer la corrélaton négatve qu a été observée dans les dernères années entre les prx du pétrole et l'ndce du marché bourser saouden. En outre, l'arabe Saoudte est le plus grand marché du CCG, mas son économe est trop dépendante des pays mportateurs de pétrole et souffre plus que les autres pays du CCG de l'nflaton mportée et des pressons économques. Enfn, l est mportant de mentonner que contrarement aux autres marchés 8

9 boursers du CCG, le marché saouden est domné par des entreprses publques peu actves sur le marché. Ce qu rend le marché peu lqude et peut compromettre les opératons d arbtrage et de spéculaton et donc le fonctonnement normal du marché bourser saouden. Pour fnr, nous mettons en œuvre des tests de Wald, qu consttuent un moyen de mettre en évdence des comportements communs pour des sous-groupes de pays, et de tester l hypothèse d homogénété des entre les pays. Par exemple, l on peut chercher à regrouper les pays, selon leur coeffcent estmé (pett ou grand). Les résultats de ces tests sont reportés dans le tableau 7. Tableau 7 Test d homogénété des β entre les pays Panel/ groupe de pays statstque Probablté du Ch-deux =1 pour tous les pays du GCC = pour tous les pays du GCC =1 pour tous les pays du GCC À l excepton de l Arabe Saoudte = pour tous les pays du GCC À l excepton de l Arabe Saoudte 1 = 5 et 2 = Ben que l hypothèse nulle d homogénété (et de coeffcent untare) dans la relaton de contégraton sot toujours rejetée pour l ensemble du panel de pays du GCC, cette hypothèse est vérfée pour certans sous-groupes de pays. Par exemple, l on observe que l hypothèse nulle d homogénété des, c est à dre la smlarté dans les réponses des marches boursers des pays du GCC, n est pas rejetée pour le Bahreïn, le Koweït et Oman consdérés smultanément. Néanmons, malgré l exstence de fortes smlartés et de lens économques forts entre nos 4 pays du GCC, leurs marchés boursers ont des sensbltés dfférentes aux varatons du prx du pétrole. Enfn, nos résultats suggèrent que les marchés du CCG ont un potentel dversfant mportant et consttuent des bons canddats à la dversfcaton nternatonale de portefeulle. 4- Implcatons de nos résultats En théore, les fluctuatons du prx du pétrole affectent les cours des actons par leurs effets sur les prévsons des bénéfces futurs des entreprses ans que sur le taux d'actualsaton. Dans la dernère décenne, tant les chercheurs que les pratcens ont tenté de trouver un cadre pratque qu dentfe comment les prx du pétrole affectent les cours des actons. Toutefos, ls ne se sont pas parvenus à un consensus général. En utlsant des nouvelles technques économétrques robustes, nos résultats montrent l'exstence de fortes relatons à long terme entre le prx du pétrole et quatre marchés boursers du CCG et que la hausse du prx du pétrole a un effet postf sur le cours des actons dans la plupart des pays du CCG. Nos résultats ont des mplcatons mportantes tant pour les chercheurs que pour les acteurs du marché. Tout d'abord, nos résultats suggèrent qu une voe ntéressante de dversfcaton nternatonale de portefeulle conssterat à nvestr smultanément dans les actons des pays mportateurs de pétrole (comme la plupart des pays développés) et des pays exportateurs de pétrole (comme les pays du CCG). En effet, nos résultats montrent que les actons de la plupart des pays du CCG ont des sensbltés postves à l'évoluton du prx du pétrole. Ces actons peuvent être ncluses dans un portefeulle d'actons de pays mportateurs de pétrole, généralement avec des sensbltés négatves à l'évoluton du prx du pétrole. Une telle stratége devrat condure à un rsque plus fable, étant donné que le portefeulle consttué est fablement affecté par les chocs des prx du pétrole. Deuxèmement, l'exstence d'une relaton stable à long terme entre les prx du pétrole et les cours boursers dans les pays du CCG suggère, du pont de vue des nvestssements, que le marché du 9

10 pétrole et les marchés boursers du CCG sont plutôt ntégrés. Cec mplque que les gans attendus d une stratége d nvestssement en actons des pays du CCG et en pétrole sont décrossants. Ans, les nvestsseurs des pays du CCG devraent chercher à l'étranger pour de nouvelles opportuntés d'nvestssement en vue de consttuer des portefeulles effcents. Toutefos, les nvestsseurs des pays développés et des autres pays émergents peuvent nvestr une parte de leur rchesse dans les pays du CCG afn de rédure les effets de la hausse des prx du pétrole sur leur rentablté. Trosèmement, la relaton sgnfcatve entre le prx du pétrole et les cours des actons mplque un certan degré de prévsblté sur les marchés boursers du CCG. Sur la base de l antcpaton de l évoluton du marché pétroler (antcpatons des évolutons de l offre, de la demande et des condtons du marché du pétrole), on peut prévor la varaton future du prx du pétrole et ans ses effets sur les prx des actfs fnancers dans les marchés du CCG. Ans, des stratéges effcaces de spéculaton et d'arbtrage peuvent être élaborés à la lumère de nos résultats emprques. Enfn, nos résultats montrent que les varatons du prx du pétrole affectent de manère sgnfcatve les marchés boursers dans les pays du CCG. Les marchés boursers sont le baromètre de l'actvté économque et reflètent fortement le sentment des consommateurs et des nvestsseurs. Ans, les pays du CCG, en tant qu acteurs prncpaux de l'opep, dovent accorder une attenton partculère à la façon dont leurs décsons au sen de l OPEP affectent le prx du pétrole et ans leurs propres économes et marchés boursers. 5- Concluson L objet de ce traval état de tester l exstence d une relaton de long terme entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du GCC en moblsant des tests de racne untare et de contégraton en panel de la seconde génératon (tenant compte des éventuelles nterdépendances exstants entre les pays du GCC), et la méthode d estmaton SUR, ce qu à notre connassance n avat jamas été réalsé auparavant dans ce contexte. Ces pays étant des acteurs majeurs du marché mondal de l'énerge, leurs marchés boursers devraent être sensbles aux chocs affectant le prx du pétrole. En utlsant une base de données mensuelle, couvrant la pérode de janver 1996 à décembre 2007, notre étude met en évdence l'exstence d'une relaton de contégraton entre le prx du pétrole et le cours des actons dans les pays du CCG. Nos résultats sont d'ntérêt majeur pour les chercheurs, les régulateurs et les acteurs du marché. En partculer, la plupart des pays du CCG en tant que membres de l'opep devraent être vglants aux effets des décsons prses sur le prx du pétrole et donc sur leurs propres économes et marchés boursers. Pour les nvestsseurs, la relaton sgnfcatve entre les prx du pétrole et des marchés boursers mplque un certan degré de prévsblté sur les marchés boursers du CCG. Nos résultats suggèrent pluseurs pstes de recherche future. Premèrement, l est rasonnable de penser que le len à long terme entre le pétrole et les marchés boursers dans les pays du CCG peut varer d'un secteur économque à l autre. Une analyse sectorelle de ce len serat donc ntéressante. Deuxèmement, les méthodes économétrques utlsées dans cet artcle peuvent être utlsées pour examner les effets d autres produts énergétques, comme le gaz naturel, sur l évoluton des marchés boursers. Enfn, d'autres travaux recherches pourraent examner les lens de causalté lnéares et non lnéares entre les prx des produts énergétques, les poltques monétares et les marchés boursers dans les pays mportateurs et exportateurs de pétrole. 10

11 Références bblographques Al-Khazal, O., Darat, A.F. et Saad, M., 2006, Intra-regonal ntegraton of the GCC stock markets: The role of market lberalzaton, Appled Fnancal Economcs 16, Alou, C. et Jammaz, R., 2009, The effects of crude ol shocks on stock market shfts behavour: A regme swtchng approach. Energy Economcs 31, AROURI M (2006), " La prme de rsque dans un cadre nternatonal: le rsque de change estl apprécé?", Fnance, 27(1), AROURI M, FOUQUAU J (2009), "On the Short-Term Influence of Ol Prce Changes on Stock Markets n GCC Countres: Lnear and Nonlnear Analyses ", Economcs Bulletn, vol.29(2), Assaf, A., 2003, Transmsson of stock prce movements: The case of GCC stock markets, Revew of Mddle East Economcs and Fnance 1, Ba, J., et Ng, S., A PANIC Attack on Unt Roots and Contegraton, Econometrca, 72 (4), Balaz, P., et Londarev, A., Ol and ts poston n the process of globalzaton of the world economy. Poltcka Ekonome 54 (4), Baltag, B. H., et Kao, C., 2000, Nonstatonary Panels, Contegraton n Panels and. Dynamc Panels: A Survey, Advances n Econometrcs, 15, Banerjee, A. et Carron--Slvestre, J Contegraton n Panel Data wth Breaks and Cross-secton Dependence, European Central Bank, Workng Paper 591, February. Bashar, Z., Wld ol prces, but brave stock markets! The case of Gulf Cooperaton Councl (GCC) stock markets, Mddle East Economc Assocaton Conference, Duba. Basher, S. A. et P. Sadorsky, Ol Prce Rsk and Emergng Stock Markets, Global Fnance Journal, 17, Bley, J. et Chen, K.H., 2006, Gulf Cooperaton Councl (GCC) stock markets: The dawn of a new era, Global Fnance Journal 17, Cho, I., Combnaton Unt Root Tests for Cross-sectonally Correlated Panels, n Corbae, D., Durlauf, S. and Hansen, B. (eds), Econometrc Theory and Practce: Fronters of Analyss and Cologn, A. et M. Manera, Ol prces, nflaton and nterest rates n a structural contegrated VAR model for the G-7 countres. Energy Economcs, 30, Creane, S., Goyal, R., Mobarak, A.M. et Sab, R., Fnancal sector development n the Mddle East and North Afrca, Workng Paper n 04/102, IMF, Washngton, DC. Cunado, J., et Perez de Garca, F., Ol prces, economc actvty and nflaton: evdence for some Asan countres. The Quarterly Revew of Economcs and Fnance 45 (1), Fasano, U., et Iqbal, Z., 2003, GCC Countres: from ol dependence to dversfcaton, Internatonal Monetary Fund, Washngton D.C. Gengenbach C., Palm F.C. et Urban J-P. (2006). Contegraton Testng n Panels wth Common Factors. Oxford Bulletn of Economcs and Statstcs, 68, Gronwald, M., Large ol shocks and the US economy: Infrequent ncdents wth large effects, Energy Journal, 29, Hammoudeh, S. et Alesa, E., Dynamc relatonshp among GCC stock markets and NYMEX ol futures, Contemporary Economc Polcy, Vol. 22, pp Hammoudeh, S. et Cho, K., 2007, Characterstcs of permanent and transtory returns n ol senstve emergng stock markets: The case of GCC countres, Internatonal Fnancal Markets, Insttutons and Money 17, Hammoudeh, S. et K. Cho, 2006, Behavor of GCC Stock Markets and Impacts of US Ol and Fnancal Markets, Research n Internatonal Busness and Fnance, Vol. 20 no. 1, Hammoudeh, S. et L, H., 2008, Sudden changes n volatlty n emergng markets: The case of Gulf Arab stock markets, Internatonal Revew of Fnancal Analyss 17,

12 Hammoudeh, S., Yuan, Y. and McAleer, M., Shocks and volatlty spllovers among equty sectors of the Gulf Arab stock markets, Quarterly Revew of Economcs and Fnance 49, Huang, R. D., Masuls, R. W., et H. R. Stoll, Energy shocks and fnancal markets, Journal of Futures Markets, 16, Im, K., Pesaran, M. et Shn, Y., Testng for Unt Roots n Heterogeneous Panels, Journal of Econometrcs, 115 (1), Im, K.-S.; Lee, J. et Teslau, M., Panel LM unt-root tests wth level shfts. Oxford Bulletn of Economcs and Statstcs, 67 (3), Jammaz, R. et Alou, C., 2010, Wavelet decomposton and regme shfts: Assessng the effects of crude ol shocks on stock market returns. Energy Polcy 38, Jones, C.M. et Kaul, G., Ol and the Stock Markets, Journal of Fnance, vol. 51, n 2, pp Klan, L. et Park, C., 2009, The mpact of ol prce shocks on the US stock market. Internatonal Economc Revew 50, Klan, L., Exogenous Ol Supply Shocks: How Bg Are They and How Much Do They Matter for the US Economy?, Revew of Economcs and Statstcs, 90, Lardc, S. et Mgnon, V., 2006, The mpact of ol prces on GDP n European countres: An emprcal nvestgaton based on asymmetrc contegraton, Energy Polcy, vol. 34(18), Lardc, S. et Mgnon, V., 2008, Ol prces and economc actvty: An asymmetrc contegraton approach, Energy Economcs, vol. 30(3), McCoskey, S. et Kao, C., A Resdual-Based Test of the Null of Contegraton n Panel Data, Econometrc Revews, 17 (1), Mller J.I. et Ratt R.A. 2009, Crude ol and stock markets: Stablty, nstablty, and bubbles. Energy Economcs 31, Moon, H. et Perron, B., Testng for a Unt Root n Panels wth Dynamc Factors, Journal of Econometrcs, 122 (1), Naceur, S.B. et Ghazouan, S., Stock markets, banks, and economc growth: emprcal evdence from MENA regon, Research n Internatonal Busness and Fnance, Vol. 21, pp Neame, S., Fnancal market ntegraton and macroeconomc volatlty n the MENA regon: an emprcal nvestgaton, Revew of Mddle East Economcs and Fnance, Vol. 3, pp Odusam B.O., 2009, Crude ol shocks and stock market returns. Appled Fnancal Economcs, 19, Onour, I.A., 2008, What drves the short-term GCC stock market returns? Emprcal evdence from fat-taled dstrbutons, Afro-Asan Journal of Fnance and Accountng 1, Papapetrou, E., Ol Prce Shocks, Stock Market, Economc Actvty and Employment n Greece, Energy Economcs, 23, Pedron, P., 1999, Crtcal Values for Contegratng Tests n Heterogeneous Panels wth Multple Regressors, Oxford Bulletn of Economcs and Statstcs, 61 (1), Pedron, P., 2004, Panel Contegraton; Asymptotc and Fnte Sample Propertes of Pooled Tme Seres Tests wth an Applcaton to the Purchasng Power Party Hypothess, Econometrc Theory, 20 (3), Pesaran, M., General Dagnostc Tests for Cross Secton Dependence n Panels, Cambrdge Workng Papers n Economcs, No 435, Unversty of Cambrdge. Pesaran, M., 2007, A Smple Panel Unt Root Test n the Presence of Cross Secton Dependence, Journal of Appled Econometrcs, 22 (2), Poghosyan, T. et Hesse, H., 2009, Ol prces and bank proftablty: Evdence from major olexportng countres n the Mddle East and North Afrca, IMF Workng Paper No. 09/220. Sadorsky, P., Ol Prce Shocks and Stock Market Actvty, Energy Economcs, vol. 2, pp

13 Sephton, P.S., Response Surface Estmates of the KPSS Statonarty Test', Economcs Letters 47, Smpson, J., Husan, T. et Evans, J., 2004, The mportance of the relatonshp between OPEC ol prces and GCC bankng stock returns, Unversty of Wollongong n Duba Workng Paper No. 21/2004. Smth, V., Leybourne, S. et Km, T.-H., More Powerful Panel Unt Root Tests wth an Applcaton to the Mean Reverson n Real Exchange Rates, Journal of Appled Econometrcs 19, Westerlund, J. et Edgerton, D., 2007, A Panel Bootstrap Contegraton Test, Economcs Letters, 97, , Westerlund, J., 2006, Testng for Panel Contegraton wth Multple Structural Breaks, Oxford Bulletn of Economcs and Statstcs, 68, Westerlund, J., Testng for Panel Contegraton wth Multple Structural Breaks, Oxford Bulletn of Economcs and Statstcs, 68, Zarour, B.A., 2006, Wld ol prces, but brave stock markets! The case of GCC stock markets, Operatonal Research: An Internatonal Journal 6, Zellner, A., An effcent method of estmatng seemngly unrelated regressons and tests of aggregaton bas, Journal of the Amercan Statstcal Assocaton, 57,

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE Genevève Boyreau-Debray * Depus 1978, les provnces chnoses connassent des dfférences d nflaton mportantes. Cet artcle rele cette observaton à la lttérature

Plus en détail

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo

CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo CAHIERS DE RECHERCHE DU CREGO Axe Fargo Médas et sentment sur les marchés actons européens I Impact of sentment meda on European stoc marets Ncolas BOITOUT MaretScence Ncolasbotout@hotmal.com Fabrce HERVÉ

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de

Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont construit leur modèle de Déséqulbres macroéconomques dans les pays émergents : des rsques modérés pour les économes avancées Vncent Alhenc-Gelas Département de la conjoncture Dans les années 1990, de nombreux pays émergents ont

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

LA CONSOMMATION D'ENERGIE RENOUVELABLE ET LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS L'EUROPE DE L'OUEST

LA CONSOMMATION D'ENERGIE RENOUVELABLE ET LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS L'EUROPE DE L'OUEST LA CONSOMMATION D'ENERGIE RENOUVELABLE ET LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS L'EUROPE DE L'OUEST Author * : Mehd BEHNAME R esumé. L'objectf de cet artcle est l'étude de la relaton de causalté à long terme et

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn Co-mouvements économques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factorel dynamque généralsé Abdoulaye DIAGNE cres@ucad.sn Abdou-azz NIANG aaznang@yahoo.fr Résumé L objectf de cet artcle

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES

UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES Erc Molay To ce ths verson: Erc Molay. UN TEST DE LA THÉORIE DU FINANCEMENT HIÉRARCHISÉ SUR DONNÉES DE PANEL FRANÇAISES.

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Description et sources des séries longues

Description et sources des séries longues Descrpton et sources des séres longues Les séres sont des moennes annuelles, en base 999= sauf menton contrare. On fat abstracton de la fscalté, sauf menton contrare. La reproducton de ces séres est lbre,

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels

Ch.5. Le modèle d évaluation par arbitrage et les modèles multifactoriels Unversté ars-dauphne aster 4 Evaluaton d'actfs Ch.5. e modèle d évaluaton par arbtrage et les modèles multfactorels oton d arbtrage Théorème fondamental d évaluaton par arbtrage AT et modèles multfactorels

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II.

Mots clés: Cameroun, Rentabilité privée, Education, Model Tobit de type III, Structurel, Secteurs Public, Privé Formel et Informel, ECAM II. Une Analyse Emprque de la Rentablté Prvée de l Educaton au Cameroun : estmaton d un Modèle Tobt de Type III Structurel par Patrck Mare Nga Ndjobo, Bernadette Kamgna Da et Bonface Ngah Epo Faculté des Scences

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

L introduction de monnaies émergentes dans un portefeuille : vers un modèle de diversification plus complet

L introduction de monnaies émergentes dans un portefeuille : vers un modèle de diversification plus complet mars 9 N 7 Fnance L ntroducton de monnaes émergentes dans un portefeulle : vers un modèle de dversfcaton plus complet Résumé Nous nous appuyons sur la théore des portefeulles et de la dversfcaton nternatonale

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market)

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Evaluaton de l mpact de la mcrofnance au Maroc. Rapport commandté et coordonné par la FNAM Etude réalsée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Rapport Fnal L étude a été fnancée par les admnstrateurs de

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase

Optimisation du conditionnement d'air des locaux de télécommunication par utilisation de produits à changement de phase Optmsaton du condtonnement d'ar des locaux de télécommuncaton par utlsaton de produts à changement de phase Davd NÖRTERSHÄUSER, Stéphane LE MASSON France Telecom R&D, 2 Avenue Perre Marzn, 2 LANNION Résumé

Plus en détail

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale

Analyse des déterminants d accès aux services financiers des associations de microcrédit dans la Tunisie rurale Analyse des détermnants d accès aux servces fnancers des assocatons de mcrocrédt dans la Tunse rurale Sana Kacem 1 et Sona Ghorbel ZouarI 2, Unversté de Sfax Résumé L objectf de ce traval est d dentfer

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie

Etude comparative des effets environnementaux et sanitaires des diverses sources d'énergie Etude comparatve des effets envronnementaux et santares des dverses sources d'énerge Aperçu des conclusons d'un document de synthèse présenté à Helsnk par S. Haddad et R. Dones La comparason des effets

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

April 13, 2004 January 29, 2001 January 29, 2001 February 24, 2004 January 29, 2001 Maroc : Questions générales

April 13, 2004 January 29, 2001 January 29, 2001 February 24, 2004 January 29, 2001 Maroc : Questions générales Fonds monétare nternatonal 2004 Jun 2004 Rapport du FMI n 04/64 Aprl 3, 2004 January 29, 200 January 29, 200 February 24, 2004 January 29, 200 Maroc : Questons générales Le document nttulé Maroc : Questons

Plus en détail

Stratégie de change et attraction des investissements directs en. Méditerranée

Stratégie de change et attraction des investissements directs en. Méditerranée Stratége de change et attracton des nvestssements drects en Médterranée Agnès BENASSY-QUERE (*), Lonel FONTAGNE (**) et Amna LAHRECHE-REVIL (#) Premère verson : Avrl 2000 Deuxème verson : Janver 2001 Cette

Plus en détail

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce

La contagion du risque via les impayés sur effets de commerce La contagon du rsque va les mpayés sur effets de commerce Mrelle BARDOS Drecton des entreprses Observatore des entreprses Djamel STILI Contrat CIFRE à l Observatore des entreprses Parm les nombreux canaux

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.

PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens. PARIS-JOURDAN SCIENCES ECONOMIQUES 48, BD JOURDAN E.N.S. 75014 PARIS TEL. : 33(0) 1 43 13 63 00 F AX : 33 (0) 1 43 13 63 10 www.pse.ens.fr WORKING PAPER N 2005-19 Nouvelles technologes et nouvelles formes

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Article. Kamel Malik Bensafta et Gervasio Semedo. L'Actualité économique, vol. 85, n 1, 2009, p. 13-76.

Article. Kamel Malik Bensafta et Gervasio Semedo. L'Actualité économique, vol. 85, n 1, 2009, p. 13-76. Artcle «De la transmsson de la volatlté à la contagon entre marchés boursers : l éclarage d un modèle VAR non lnéare avec brs structurels en varance» Kamel Malk Bensafta et Gervaso Semedo L'Actualté économque,

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé

Mesure de compatibilité et recherche de solutions régulières en contact pénalisé Mesure de compatblté et recherche de solutons régulères en contact pénalsé G. Vermot des Roches,3, E. Balmes,2, Hachm Ben Dha 3, Rém Lemare 4 SDTools 44, Rue Vergnaud, 7503, Pars - FRANCE {vermot,balmes}@sdtools.com

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Gouvernance et croissance économique : une analyse des effets de seuil. Résumé

Gouvernance et croissance économique : une analyse des effets de seuil. Résumé Gouvernance et crossance économque : une analyse des effets de seul Bernard K. Ahou, ENEAM Unversé d Abomey-Calav (UAC) Alexs Adébayo Odoun-Ifa, Mnstère de la Culture, de l Artsanat et du Toursme Gérard

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Dynamique des salaires dans une cohorte

Dynamique des salaires dans une cohorte Dynamque des salares dans une cohorte Therry Magnac Sébasten Roux x Révson : 5 mars 2007 Résumé Dans cet artcle, nous examnons les données de salares annuels, de 1976 à 1998, d une cohorte d hommes, entrés

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail