) 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ") 5'.,! URDOC-2. INSTALLATION PRECOCE DU RIZ identiftcation des pratiqaes paysannes et des contraintes. bso. OFFICE ou NIGER DADR - Ségou"

Transcription

1 OFFCE ou NGER DADR - Ségou URDOC-2 République du Mali =*=.f=+=q=+=*=*= Un Peuple Un Bu Une Foi NSTALLATON PRECOCE DU RZ idenifcaion des praiqaes paysannes e des conraines Yacouba M. COULBALY Mamadi N. KETA Kongoigui BENGALY Financemen : AFD Convenion : No GML bso ) 5'.,! ocobre 2002 Unié de Recherche Développemen Observaoire du Changemen B.P. Niono Région de Ségou - Mali TelÆax (223) Emai : urcloc6-ibur:oicsen,ices.ne.ml CRAD.TERA Avenue Agropolis Monpellier cedex 5 France NYETA CONSELS B.P. l9 Niono Mali

2 , nroducîon Méhodologie Principaux Résulas Durée de la praique 4. Conclusiors SOMMART mporane des superjicies. Dae de démarrage de la campagne Période de récole Variéés de riz choisies Rendemens obenus Les prix praiqués Raisons évoquées pour e choîx de cee praîque Dfficulés renconrées Opinions générales sur la praique

3 1. lnroducion L'inensificaion de la riziculure en zone Office du Niger, s'es raduie par une "Révoluion Vere" comme en émoigne l'évoluion specaculaire des rendemens moyens qui on passé de 2lha à 6 /ha, avec des poines de 7 à8 onnesæra. Le nouveau conexe, caracérisé par 'essor des culures de diversificaion, la libéralisaion du commerce des produis, a indui de profondes modificaions dans les sysèmes de producion e le comporemen des agriculeurs noammen en maière de gesion du calendrier agricole. Sans en savoir ni les mobiles esseniels ni les impacs réels, 'encadremen de 'Office du Niger consae une progression imporane des surfaces mises en valeur, de manière précoce (par rappor au calendrier recommandé). Egalemen, des difficulés dans la planificaion e la réalisaion des ravaux d'enreien, des conflis liés au parage des ressources (eau e sous produis de 'agriculure) dans le cadre de la cohabiaion Agriculure-Elevage, son enregisrées. Conformémen à sa nouvelle approche basée sur la gesion concerée des problèmes dans le cadre de son parenaria avec les exploians agricoles, 'Office du Niger a jugé uile de repondre aux inerrogaions suivanes : o Quelle es 'imporance des insallaions précoces de culures? o Quelles son les principales raisons qui jusifien ce choix par une frange des agriculeurs? o Quelles son les impacs echniques, économiques e organisaionnels de cee praique? o Quelles peuven êre ses conséquences sur la durabilié du sysème de producion agricole? B Commen accompagner, si nécessaire ces changemens de façon à en aénuer les impacs négaifs? Pour rouver les premiers élémens de réponse à ces inerrogaions, la Direcion Générale de 'Office du Niger a mandaé 'URDOC (don il es le maîre d'ouvrage), pour poser un diagnosic de la siuaion au cours de la campagne La présene noe fai une synhèse des principaux enseignemens irés de ce ravail.

4 l 2. Méhodologie L'éude a éé réalisée auprès d'un échanillon de 241 exploiaions choisies dans 24 villages, au niveau de 3 zones de producions. Toues ces exploiaions son concernées par cee praique. La collece des données a éé effecuée à ravers des enquêes. Au momen des enquêes, sur les 209 produceurs qui avaien déjà bau leur riz, 192 avaien vendu au moins une parie de leur produi e 3 ne se souvenaien pas de la période exace d'insallaion des culures. La lise des exploiaions, choisies en foncion de leur niveau d'avancemen dans 'insallaion des culures, a éé fournie par les agens du Service Conseil Rural des zones concernées. Le ableau indique la répariion des effecifs d'exploiaions agricoles par village e par zone. Tableau : Répariion des exploiaions de l'échanillon de ravail Zones Villages Nombres d'exploiaions agricoles enquêées Niono N'Débougou Toal Kouroumar N'Galamandian 4 Mourdian Coura 6 Km 20 l5 Km 23 l3 Nango 9 Km26 1 N4 6 Tigabougou 6 N8 2l N9 22 Toal Niono 103 Hérèmakono l0 Nara 5 Tiémedely 5 Boï Boï B 1l B2 10 Toal N'Débougou 42,.,...;g.X'i$;iffiffif 2l Segou Coura Kouiala Coura 7 Kourouma Coura 2l Kogoni 2 Bamako Coura 9 Doeofry Ba l5 Sangarela Toal Kouroumari 96 TOTAL ECHANTLLON 241

5 3. Principaux Résulas Les résulas obenus raien la descripion des praiques paysannes e l'évaluaion des producions, des raisons de la praique e des difficulés renconrées Durée de la Praique Cee expérience a éé iniiée dans la zone de Niono il y a environ 15 ans- Toue fois, 83 % des produceurs enquêés fon la praique de 'insallaion précoce il y a au plus 5 ans. Ce qui confirme son accenuaion récene lmporane des superficies On observe une fore variabilié dans la proporion de la surface rizicole soumise à cee praique au niveau des exploiaions (10 % à 100%). En moyenne, elle concerne 50% de la surface nz oale de 'exploiaion. Cependan en dépi de cee gesion raisonnée, dans cerains cas c'es la oalié de la surface qui es concernée. l s'agi généralemen de peies exploiaions agricoles (de 0.5 à hecare) Dae de démarrage de la campagne. L'analyse des données indique que 44o/o des agriculeurs enquêés insallen leurs premières pépinières avan le l"' mai e 560/o dans la première quinzaine du mois de mai. Parmi ces derniers, cerains souhaieraien insaller plus ô mais son limiés par la disponibilié de 'eau. 3.4.Période de récole Tous les agriculeurs concernés par cee praique récolen au moins une parie de leur champ avan le 15 ocobre. Dans 50% des cas la récole a lieu pendan le mois de sepembre, où les risques de pluies son encore imporans. 3.5.Variéés de riz choisies l semble qu,au lieu de crières echniques spécifiques, ce son des crières économiques qui dicen le choix des variéés. Ainsi 76% des produceurs culiven la Kogoni 9l-l (Gambiaka suruni) pour sa valeur marchande plus élevée que les aures variéés, conre seulemen l0% pour la BG g0 Z. Cee siuaion esr cerainemen liée à 'uilisaion généralisée de la Kogoni 9l-1, sur 'ensemble du Périmère Rendemens obenus Le rendemen moyen déclaré par les agriculeurs qui fon des récoles dans la première quinzaine du mois d'ocobre es de 5,7 T/na conre 5,9 Tfla pour ceux qui récolen au mois de sepembre (ableau Z e 3 ). Le rendemen moyen déclaré par 'ensemble des agriculeurs concernés es évalué à 5,8 T/ha. Seule une parcelle a éé baue pendan le mois d'aoû.

6 A défau de confirmer 'idée selon laquelle les semis précoces permeen 'obenion de meilleurs rendemens, ces chiffres indiquen que cee praique n'engendre pas une baisse des rendemens comparés à la moyenne globale de 'Office du Niger d'où la nécessié d'un regard sur les aures faceurs (qualié, coû de producion,...) e surou par rappor aux raisons de ce choix e des difficulés liées à sa mise en æuvre. La variaion de rendemen plus imporane au Kouroumari s'explique d'une par par 'uilisaion de variéés à différens niveaux de poenialié (6 à 7 onnes/ha pour BG90-2 e Gambiaka Suruni conre 4 à 5 onnesæra pour Wassa) e d'aure par par le manque euou 'insuffisance d'appor d'engrais. Tableau 2 : Rendemen moyen décaré selon les périodes de récole Moyenne Minimum Maximum Nombre de Période de récolc ke/ha kq/ha ks/ha champs Aoû sepembre s6 104 l8 ll au 15 ocobre r0l l5 oal échanillon s s Tableau 3 : Rendemen moyen déclaré suivan les zones en kg/ha Moyenne Minimum Maximum Nombre de Zones ke/ha ke/ha ke/ha champs CV Niono l6 N'Débougou 5 9s s Kouroumari oal échanillon s Les prix praiqués Les prix moyens de ces riz primaires observés à Niono e N'Débougou son ideniques (230f cfalkg de rizmarchand) e supérieurs à celui de Kouroumari où les plus bas prix on éé aussi enregisrés (206 franc en moyenne). A cause de son éloignemen, les prix praiqués par les commerçans au niveau de la zone de Kouroumari son oujours inferieurs à ceux du kala inférieur (Niono Molodo e N'Débougou). Ces prix resen dans ous les cas plus inéressans que ceux de la période de plein baage au momen de laquelle ils oscillcn enre 175 e 200 francs CFA. cv

7 Globalemen cee praique perme aux produceurs de réaliser une marge bénéficiaire de 30 F CFAlkg. Cependan, rese à confinner ces renabilié, compe enu des peres qui peuven êre imporanes, en foncion des années. Tableau 4 : Les prix moyens observés suivan les zones en F CFA Moyenne Minimum Maximum Nombre de Zones ks/ha ke/ha ks/ha champs Niono N'Débougou Kouroumari l0 Toal échanillon Raisons évoquées pour le choix de cee praique plusieurs raisons généralemen sraégiques on éé évoquées par les agriculeurs pour le choix de leurs praiques. Les plus imporanes son : - mieux profier des prix inéressans lors de la période de soudure pour des primaires (ciée 132 fois) ; - juguler la crise alimenaire de la période de soudure (ciée 97 fois) - avoir un meilleur rendemen (ciée 55 fois). D'aures raisons cofiune la mauvaise opographie des errains (bas fonds), le besoin d'augmener 'inensié culurale des parcelles (peies exploiaions), le soucis d'esquiver une crise de main d'æuvre e d'équipemen on aussi éé évoquées Difficulés renconrées Ce choix echnique semble poser ceraines difficulés aux agriculeurs, même si 36 %o de ceux qui le praiquen déclaren n'êre confronés à aucune conraine ( ableau?). cv

8 Tableau 2 : Répariion des exploiaions agricoles en foncion du ype de problème renconré. Conraines renconrées Pourcenage des exploiaions enquêées Aucune conraine 36% DifTiculés de drainage à la récole 3s% Crise d'eau au momen du repiquage e dégâs (oiseaux e animaux) sur les pépinières r8% Dégâs (oiseaux e surou pluie) à la récole 6% Non disponibilié d'engrais à emps s% TOTAL 100% Opinions générales sur la praique Cerains agens de 'Office du Niger, les produceurs concernés e ceux qui ne praiquen pas 'insallaion précoce du riz, on donné leurs opinions. Agens de vulgarisaion : conseillers, agens de la gesion de 'eau ls reconnaissen ous 'imporance socio-économique de cee praique (crise alimenaire jugulée, prix du nz élevé) mais déploren aussi les inconvéniens : mpac négaif sur le réseau de drainage e d'irrigaion : Au momen de la récole de ces semis précoces, les parcelles ne peuven pas êre mises à sec. Ainsi, les cavaliers des arroseurs e des drains son uilisés comme aires de sockage e de baage du riz. La paille de riz, évacuée dans les canaux, consiue un seuil qui enrave la circulaion régulière de 'eau. Ceci a pour conséquence les difficulés de drainage des parcelles pour les aures produceurs occasionnan ainsi une augmenaion des coûs de producion du paddy (main d'æuvre imporane) e rès souven une majoraion des peres au cours de la consiuion du gerbier Augmenaion des risques de conflis : Ce décalage de calendrier enraîne des difficulés de gesion de 'irrigaion au niveau des arroseurs concernés. Ceci enraîne souven une perurbaion du our d'eau par les paysans qui effecuen les semis précoces. En effe les débis d'eau auorisés par le service gesion eau pendan cee période corresponden à ceux nécessaires pour 'insallaion des pépinières de riz. En ce momen, les produceurs qui praiquen les insallaions précoces on besoin de plus d'eau pour le repiquage, d'où la non observaion du our d'eau-

9 Produceurs Concernés L'ensemble des paysans concernés par cee praique son consciens des risques noammen les peres liées aux dégâs causés par les pluies de fin de saison e les oiseaux. Cependan, en dépi de ces conraines, ils souhaien coninuer à réaliser des semis précoces car pour eux la meilleure valorisaion du riz primaire leur perme de payer la redevance eau en vendan moins de nz marchand. Produceurs qui ne fon pas la praique Pour ces produceurs, les avis son paragés. Cerains rouven la praique inéressane e ce son les risques des dégâs (pluies e oiseaux) qui expliquen leur réserve. Reconnaissan que cela perurbe 'irrigaion, ils souhaien que 'encadremen de 'Office du Niger, s'implique davanage pour une meilleure organisaion de la disribuion d'eau en cee période. Par conre d'aures pensen que les avanages ciés ne sauraien jusifier cee praique qui perhrrbe considérablemen la gesion de 'eau. Pour eux, le meilleur calendrier es celui proposé par 'Office du Niger. 4. Conclusions Les premiers élémens de ce diagnosic révèlen que la praique de 'insallaion précoce de la culure de riz pendan 'hivernage, es en nee progression en dépi des conraines qu'elle engendre. Les raisons évoquées par les agriculeurs aussi bien que les résulas echniques déclarés n'auorisen pas à conclure sur 'inerdicion de cee praique. Le niveau d'analyse acuelle ne perme pas d'évaluer sa perinence économique (coû de producion, quanificaion des peres, marge bénéficiaire supplémenaire...) e qualiaive par rappor à la gesion de la période de soudure. Cependan, il semble nécessaire de mieux la raisonner. De ce fai, une nouvelle approche de gesion du calendrier es nécessaire dans un périmère irrigué où 'eau e les infrasrucures d'irrigaion son collecives. L'observaion de ceraines règles de bonne conduie perme de mieux profier de ces ressources. A ce effe, 'harmonisaion des calendriers de culures e d'irrigaion, bâie sur une démarche consensuelle (enre echniciens de 'Office du Niger, comiés pariaires e produceurs), semble êre un axe de ravail perinen. Elle présene plusieurs avanages don 'enreien correc des réseaux sans porer préjudices aux culfures. BBr_rarHl:-uuE ji ;-,--l.-- il rl '9.l

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry

Cas d'étude : Eco-quartier Villeneuve à Chambéry Cas d'éude : Eco-quarier Villeneuve à Chambéry Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier Villeneuve ZAC du Coeau F-Cognin SCDC, Gesionnaire de réseau 193 Rue du pré

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Les fibres, c est bien plus qu une question de transit

Les fibres, c est bien plus qu une question de transit Pei-déjeuner presse Paris, le 9 ocobre 2014 Les fibres, c es bien plus qu une quesion de ransi Marine CHAMP Direcrice de recherche INRA à Nanes e direcrice adjoine du Cenre de Recherche en Nuriion Humaine

Plus en détail

;rf I LA GRANGE. I t I I. i\,\ STOCKAGE AMELIORE DES FOURRAGES :

;rf I LA GRANGE. I t I I. i\,\ STOCKAGE AMELIORE DES FOURRAGES : T MNSTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL ET DE L'ENVRONNEMENT NSTTUT D'ECONOME RURALE DrREcroN s';fi,i,or EOU PE SYSrer'i"fOfpnOOUCTO N ET GESTON DES RESSOURCES NATURELLES / SKASSO ESPGRN/Sikasso Documen N o 95/09

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire ELE-542 Sysèmes ordinés en emps réels ours # 11 onfigurer l OS e ampon circulaire Jean-Marc Beaulieu e Bruno De Kelper Sie inerne: hp://www.ele.esml.ca/academique/ele542/ Sysèmes ordinés en emps réel ours

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique Élecrovanne, Plasique Concepion Les élecrovannes 2/2 voies à commande direce disposen d'un élecroaiman enièremen moulé dans une pièce plasique qui agi sur la ige induie. Cee ige es reliée au clape par

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

allons voir ailleurs si... l expo

allons voir ailleurs si... l expo allons voir ailleurs si... l expo allons voir... oulouse o l o s a allons voir... saragosse zaragoza allons voir ailleurs si... Un proje réalisé par le collecif le pei cowboy dans le cadre de la semaine

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Les signaux. Page 1/11

Les signaux. Page 1/11 Les signaux numériques e analogiques... 2 Les ypes de signaux... 2 les signaux à variaion coninue ou signaux analogiques... 2 les signaux à variaion disconinue... 2 Représenaion des signaux... 3 en foncion

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

Cahier technique n 202

Cahier technique n 202 Collecion Technique... Cahier echnique n 22 Les singulariés de l harmonique 3 J. Schonek Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux

La concession de la LGV SEA entre Tours et Bordeaux La concession de la LGV SEA enre Tours e Bordeaux Conférence AFFI UIC / Paris / 6 mars 2012 G. GUIAVARC H Chef du service Monage & Gesion des Grands Projes Direcion des Grands Projes Définiion du PPP Pour

Plus en détail

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions

Evaluations socio-économiques et financière des projets de transports collectifs : méthode de calcul, paramètres et conventions 1 Juille 2001 Evaluaions socio-économiques e financière des projes de ranspors collecifs : méhode de calcul, paramères e convenions Période de l éude La période de l éude débue à l année de mise en service.

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

UCP : Unit Commitment Problem. UCP : Relaxation Lagrangienne et filtrage par coûts réduits

UCP : Unit Commitment Problem. UCP : Relaxation Lagrangienne et filtrage par coûts réduits ucp : relaxaion lagrangienne e filrage par coûs réduis T 1 UCP : Uni Commimen Problem Relaxaion lagrangienne e filrage par coûs réduis appliqués à la producion d élecricié BENOIST Thierry BOUYGUES/eLAB

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

1 Proportionnalité et représentation graphique

1 Proportionnalité et représentation graphique 1 Proporionnalié 1 Proporionnalié e représenaion graphique 1 a) proporionnalié e conséquences On di qu il y a proporionnalié dans un ableau lorsque l on peu passer d une ligne à l aure en muliplian par

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

Le commerce électronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD

Le commerce électronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD Le commerce élecronique en France : un essai de mesure sur le marché des CD Sophie Larribeau (CREREG, THEMA, Rennes 1) e Thierry PENARD (CREREG, Rennes 1) Ocobre 2001 Résumé : En France, le commerce élecronique

Plus en détail

Français. Français. n TEMPS Aiguilles des heures, minutes et petite trotteuse.

Français. Français. n TEMPS Aiguilles des heures, minutes et petite trotteuse. SOMMIRE Page CRCTÉRISTIQUES...68 FFICHGE ET OUTONS...69 DE TYPE À VIS D RRÊT...71 CHNGEMENT DU MODE D FFICHGE...72 RÉGLGE DE L HEURE ET JUSTEMENT DE POSITION DES IGUILLES...73 CLENDRIER PERPÉTUEL...80

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme

A. L économétrie, méthode privilégiée des travaux au service de l analyse économique du terrorisme Chapire VI : L impac du errorisme inernaional, les phénomènes de subsiuion e le réseau de ranspor aérien mondial : choix méhodologiques e leurs implicaions Dans ce sixième chapire, nous explicions nos

Plus en détail

DFG/TFG 660-690 DFG 660 DFG 670 DFG 680 DFG 690 DFG S80 DFG S90 TFG 660 TFG 670 TFG 680 TFG 690 TFG S80 TFG S90. Instructions de service 12.12 - 11.

DFG/TFG 660-690 DFG 660 DFG 670 DFG 680 DFG 690 DFG S80 DFG S90 TFG 660 TFG 670 TFG 680 TFG 690 TFG S80 TFG S90. Instructions de service 12.12 - 11. DFG/TFG 660-690 12.12 - Insrucions de service 51289391 11.14 F DFG 660 DFG 670 DFG 680 DFG 690 DFG S80 DFG S90 TFG 660 TFG 670 TFG 680 TFG 690 TFG S80 TFG S90 Déclaraion de conformié Jungheinrich AG, Am

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso Pluviomérie, croissance e pauvreé : cas du Sénégal e du Burkina Faso François Joseph CABRAL CRES FASEG/UCAD joecabral7@gmail.com PLAN 1. Conexe e problémaique 2. Objecif 3. Méhodologie 4. Simulaions e

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Chapitre 7. Indices de prix des logements : les méthodes de calcul alternatives

Chapitre 7. Indices de prix des logements : les méthodes de calcul alternatives Chapire 7 Indices de s logemens : les méhodes de calcul alernaives On a jusqu'ici décri la méhode de consrucion d'un indice de hédonique e présené sa mise en œuvre pour obenir les indices Noaires-Insee.

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Performance indusrielle : audi e mise en oeuvre (Ref : 3582) Carographie des poeniels d économie, applicaion du Plan d'efficacié Energéique SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Dérouler chaque éape

Plus en détail

t I I I I I I I I t I I RAPPORT SYNTHFITIQIIE, f)' AcrI vi're s URDOC-2 OFFICE ou NIGER ûett xiètne Se.ssiort tltt Cotllité f.f e i'ilotiigc ,JJ I

t I I I I I I I I t I I RAPPORT SYNTHFITIQIIE, f)' AcrI vi're s URDOC-2 OFFICE ou NIGER ûett xiètne Se.ssiort tltt Cotllité f.f e i'ilotiigc ,JJ I ,JJ 'l, OFFCE ou NGER DADR - SéEou URDOC-2 ' ' Ëirianc :iii:-rl.. AFD Coirvenicn : No ChL 1 198 01 C llnié

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Les liens énergie/environnemen/croissance : enseignemens des modèles héoriques, leçons de l hisoire ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Raisons d un déour par la macro-économie Quels mécanismes lien

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 sommaire. INTRODUCTION. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 5. LES SITES INDUSTRIELS LECTA 9 6. LA STRATÉGIE LECTA DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS

Plus en détail

CR-08 : Ordonnancement

CR-08 : Ordonnancement CR-08 : Ordonnancemen Loris Marchal, CR CNRS au LIP vague 1, 2? Ordonnancemen : une parie de la Recherche Opéraionnelle allocaion de ressources à des âches sous ceraines conraines dans le bu d opimiser

Plus en détail

Chapitre 10 Etude des tensions électriques ; Nature de la tension du secteur.

Chapitre 10 Etude des tensions électriques ; Nature de la tension du secteur. Chapire 1 Eude des ensions élecriques ; Naure de la ension du seceur. On a vu que la ension produie par un alernaeur dans une cenrale élecrique changeai ou le emps. On ne peu donc pas se conener de brancher

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail