Que vaut l analyse technique en intra-journalier? L exemple du MACD

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Que vaut l analyse technique en intra-journalier? L exemple du MACD"

Transcription

1 Que vau l analyse echnique en inra-journalier? L exemple du MACD Paolo MAZZA Mikael PETITJEAN Résumé L objecif de cee éude es de mesurer, à l aide de données inra-journalières, la performance d un indicaeur d analyse echnique rès populaire, appelé le «Moving Average Convergence Divergence», ou MACD. Reposan sur la méhode du boosrap uilisée par Brock, Lakonishok e LeBaron (1992), nore éude empirique indique que le MACD ne parvien pas à «bare» les modèles de généraions de rendemens les plus classiques, els qu une marche aléaoire, un processus auorégressif d ordre 1 ou un modèle GARCH(1,1). An inraday performance analysis of he MACD echnical indicaor Summary The goal of his paper is o measure he inra-day performance of he very popular «Moving Average Convergence Divergence» (MACD) echnical indicaor. Based on he boosrapping mehod used by Brock, Lakonishok e LeBaron (1992), our empirical sudy shows ha he MACD is unable o «bea» he mos basic reurn generaing models, such as he random walk, he AR(1) and GARCH(1,1) models. Dexia Asse Managemen, 180 Rue Royale, 1000 Bruxelles, Belgique. Louvain School of Managemen e Faculés Universiaires Caholiques de Mons, 151 Chaussée de Binche, 7000 Mons, Belgique.

2 1. Inroducion L uilisaion des mouvemens de prix qui on eu lieu dans le passé dans le bu de prédire ceux qui von inervenir dans le fuur es le passe-emps favori de l écrasane majorié des raders, an amaeurs que professionnels. Quand une recherche sur le erme «analyse echnique» es effecuée dans Google, liens son idenifiés alors que seuls liens le son pour le erme «analyse fondamenale». Bien que l analyse echnique soi largemen uilisée par les praiciens de la finance, les universiaires la considèren comme un «anahème» puisqu elle enre en confli fronal avec l hypohèse d efficience faible des marchés financiers (Malkiel, 2006). Les enquêes qui on consisé à inerroger les praiciens de la finance ainsi que les journalises financiers monren égalemen que l analyse echnique es jugée d auan plus uile que l horizon d invesissemen es cour (Carer e Van Auken, 1990; Allen e Taylor, 1992; Lui e Mole, 1998; Oberlechner, 2001). Par exemple, l imporance donnée à l analyse echnique es deux fois plus imporane lorsque l horizon d invesissemen es inra-journalier que lorsque celui-ci es annuel. Malgré ce engouemen cerain pour l analyse echnique de «cour erme», la grande majorié des éudes pore sur la profiabilié de règles d analyse echnique de «long erme». Ces éudes indiquen que de elles règles ne son pas profiables lorsque les coûs de ransacion son pris en considéraion (Allen e Karjalainen, 1999; Bessembinder e Chan, 1998; Olson, 2004). Néanmoins, Corrado e Lee (1992) e Lee, Chan, Faff, e Kalev (2003) soulignen que l analyse echnique peu apporer une valeur ajouée aux gesionnaires de fonds dans le «iming» de leurs décisions radiionnelles d acha e de vene puisque les coûs de ransacion son implicies à l acivié des gesionnaires e ne son donc pas la résulane de l uilisaion de l analyse echnique. 2

3 L objecif de cee éude es de se focaliser sur le cour-erme en appliquan, sur des données inra-journalières à 5 minues, un indicaeur appelé le «Moving Average Convergence Divergence», ou MACD. Devenu rès populaire au fil des ans, il es l un des indicaeurs les plus uilisés par les raders de cour-erme, même s il es parfois criiqué par les praiciens pour son manque de réacivié en période de volailié souenue (Harris, 2003). Ean donné son «âge avancé», le MACD n a pas éé affecé par la fouille de données (daa mining) qui biaise l analyse d indicaeurs plus récens. A nore connaissance, aucune éude n a esé la performance du MACD en inra-journalier. En oure, la plupar des éudes poran sur l analyse echnique en inra-journalier n effecue pas de ess saisique robuses sur la significaivié des profis générés. Afin de eser la performance du MACD, nous uilisons une méhodologie basée sur le boosrap elle que décrie par Brock, Lakonishok e LeBaron (1992). Nous comparons les résulas obenus par le MACD sur base de la série iniiale avec les résulas de rois modèles de généraion de rendemens. Ces modèles son la marche aléaoire, l AR(1) e le GARCH(1,1). Les données uilisées dans cee éude couvren la période du 7 mars 2007 au 17 janvier 2008 e se rapporen aux indices du Bel 20, Nikkei 225 e Eurosoxx 50. Ces indices son coés sous forme de "Conrac for Difference" (CFD), produi pour lequel l acif sous-jacen n es pas échangé réellemen. Le rader a simplemen un accord sipulan que la différence résulan de la ransacion sera crédiée ou débiée sur son compe. Les données on éé exraies à un inervalle de cinq minues via la plaeforme de rading WHS ProSaion. Nore éude révèle que le MACD n aide pas à prédire les changemens de prix des indices boursiers, même s il es vrai que le MACD donne de moins mauvais résulas pour le Bel 20 que pour le NIKKEI 225 ou l Eurosoxx 50. Cependan, même quand le MACD semble foncionner pour le Bel 20, cela s explique par le fai que les rendemens aendus varien en foncion de la dynamique liée à la volailié. Auremen di, quand le MACD génère des profis, ils corresponden à ceux qui seraien générés par un modèle GARCH(1,1). Le seul résula réellemen proban pour le Bel 20 es obenu lorsque seuls les signaux d acha lancés par le MACD son pris en considéraion. 3

4 Ce papier es divisé en quare secions. Nous définissions le MACD dans la secion 2. La méhodologie es déaillée dans la secion 3. Nous commenons les résulas empiriques dans la secion 4. La secion 5 conclu brièvemen. 2. Le MACD Le Moving Average Convergence / Divergence (MACD) es un indicaeur d analyse echnique qui fu invené dans les années soixane par Gerald Appel, acuel présiden de Signaler Corporaion, une sociéé de conseil en invesissemen géran environ 280 millions de dollars. La courbe MACD es définie par la différence enre deux moyennes mobiles exponenielles (MME) de périodes 12 e 26. Les MME son uilisées car il convien d accorder plus d imporance aux prix du passé récen qu aux prix plus éloignés. Plus la donnée es ancienne, moins son poids es imporan, sans pour auan annihiler oalemen l informaion conenue dans les cours éloignés dans le passé. Le MACD es posiif quand la courbe coure es au-dessus de la courbe longue e négaif dans le cas conraire. Si le MACD es posiif, le marché es dans une phase acheeuse. Par conre, s il es négaif, le marché es dans une phase vendeuse. Par ailleurs, une ligne de signal es uilisée afin de déerminer des signaux d acha e de vene. Celle-ci es définie comme une MME de période 9 de la courbe MACD. L éude des croisemens enre la courbe MACD e cee même ligne de signal es l obje principal de la sraégie. Un signal d acha es généré quand la courbe MACD croise la ligne de signal de bas en hau. Un signal de vene es généré quand le croisemen s effecue de hau en bas. Afin de facilier cee analyse, la différence enre les deux courbes au emps es radiionnellemen représenée, sous forme d hisogramme, par MACDH (= MACD Signal ). Un signal d acha es généré quand le MACDH devien posiif e un signal de vene es produi quand il devien négaif. Il es imporan de noer que les paramères les plus courammen 4

5 uilisés son 12, 26 e 9 pour les courbes MACD. Cependan, il es possible d en renconrer d aures e même d observer des signaux d acha e de vene asymériques. Cee hypohèse a éé suggérée par Appel e Hischler (1980) qui recommanden l uilisaion de 8, 17, 9 pour les signaux d acha e 12, 26, 9 pour les signaux de vene. Les deux versions, an symérique qu asymérique, son analysées dans l éude empirique déaillée à la secion Méhodologie Afin de eser la performance du MACD, nous uilisons une méhodologie basée sur le boosrap (Efron e Tibshirani, 1994). Le boosrap es une méhode de rééchanillonnage qui consise en un irage aléaoire avec remise de N données parmi un échanillon iniial de N individus. Cela peu conduire à l esimaion d un quelconque paramère d une série de données. Il suffi de boosrapper la série T fois e de calculer le paramère en quesion. On obien ainsi T valeurs pour le paramère e il es possible de déerminer sa disribuion empirique. Le boosrap a éé pour la première fois appliqué à l analyse echnique par Brock, Lakonishok e LeBaron (1992). Selon cee éude, l analyse echnique aide à prédire les variaions du cours de l indice Dow Jones Indusrial Average (DJIA) sur base d un échanillon comprenan 90 années de données journalières. Un modèle de régression de la forme ỹ = Xβ + ũ, peu êre boosrappé de deux façons différenes. Tou d abord, il es possible de boosrapper les données. Cependan, la seule parie aléaoire d un modèle de régression se résume au erme d erreur. Il n es donc pas nécessaire de boosrapper la parie déerminise du modèle qui es donnée pour chaque échanillon. Ce principe amène la deuxième alernaive qui consise à boosrapper à parir des résidus. Le rééchanillonnage des résidus commence par l esimaion du modèle sur base des données iniiales. Les valeurs ŷ esimées son ainsi obenues e les résidus û peuven êre calculés. Ces séries de résidus son ensuie boosrappées e les résidus obenus son ajoués à l esimaion de la parie déerminise du modèle, ŷ. Une régression enre cee nouvelle variable dépendane e les données originales, X, peu ensuie êre créée e nous pouvons en reirer un 5

6 veceur de coefficiens boosrappés. Il suffi ensuie de répéer la procédure T fois (T=1000 dans nore éude) e d en exraire des disribuions d esimaions. Cee dernière alernaive es rès inéressane car elle perme de eser différens modèles de généraion de rendemens. Dans cee éude, nous employons rois modèles: Random Walk, AR(1) e GARCH(1,1). Le modèle de Random Walk caracérise une marche aléaoire des rendemens. Les rendemens son indépendans e ideniquemen disribués mais aucune disribuion pariculière ne peu leur êre aribuée. Une bonne prévision ne peu êre qu un résula chanceux. La meilleure esimaion pour demain es la valeur observée aujourd hui. Ce modèle s exprime sous la forme suivane : r, où r symbolise le rendemen au emps e ε son i.i.d. Le rééchanillonnage par boosrap des résidus de ce modèle es rès simple car il ne nécessie pas l esimaion des résidus. Comme les résidus son égaux aux rendemens générés, il suffi d appliquer le boosrapping sur ces derniers. Si les rendemens ne peuven pas êre résumés à un processus de marche aléaoire, il es possible qu ils ne soien pas chronologiquemen indépendans. Un modèle auorégressif AR(1) peu alors êre envisagé pour vérifier que la corrélaion des rendemens peu expliquer les profis de la sraégie de rading. L équaion de ce modèle se présene sous cee forme : r a br 1 Les résidus sandardisés se résumen à l équaion : 1 ˆ ˆ r aˆ br ˆ 6

7 Le rééchanillonnage peu alors êre effecué à parir de ˆ, ˆ k ( ), = 1, 2,., T, où k() es un nombre aléaoire généré uniformémen parmi les nombres 1, 2,., T. Nous consruisons ensuie les nouveaux hisoriques de rendemens e de prix : ~ r aˆ bˆ~ r 1 ~ p ~ p exp( ~ r ). 1, Si le modèle auorégressif es rejeé, nous pouvons supposer un modèle GARCH(1,1) afin de modéliser les dépendances au niveau du second momen de la disribuion des rendemens. Le modèle le plus courammen uilisé es le modèle GARCH(1,1) : r où es i.i.d. e sui une loi normale, N(0, 2 ). Dans le cas d un modèle GARCH(1,1), l esimaion à l aide des moindres carrés ordinaires n es plus possible car le modèle n es plus linéaire. Une des façons de l esimer es de recourir au maximum de vraisemblance. La foncion log-likelihood es alors employée pour idenifier les paramères. Une fois le modèle esimé, les résidus son sandardisés : ˆ r ˆ, ˆ Le rééchanillonnage peu alors êre effecué de la même manière que pour le processus AR(1) à parir de ˆ, ˆ k ( ), = 1, 2,., T, où k() es un nombre aléaoire généré uniformémen parmi les nombres 1, 2,., T. Nous consruisons ensuie les nouveaux hisoriques de rendemens e de prix : 7

8 ˆ ~ r ˆ ˆ 2 2 ˆ ˆ ˆ 1 ~ p ~ p, exp( ~ r ) Sur base des séries de données originelles, nous générons des résulas pour les sraégies MACD symérique « », asymérique « ; » à parir de la série iniiale. Ensuie, il convien de conduire une analyse boosrap à parir des résidus sur les données de rendemens. Le boosrap es alors appliqué aux rois indices suivan les rois modèles de généraion de rendemens. Nous appliquons la règle MACD sur chacune des séries boosrappées simulées. Il y aura 1000 réplicaions pour chaque modèle e pour chaque indice. Enfin, les fracions des rendemens issus de ces modèles qui fournissen des saisiques (moyenne, écar-ype e Sharpe Raio) supérieures à celles fournies par la règle de rading MACD sur base des séries iniiales son calculées. Ces fracions peuven êre inerpréées comme des probabiliés criiques ou «p-values». Une p-value, associée à la moyenne e égale à 5%, signifie que (seulemen) 5% des moyennes générées par le MACD sur les séries boosrappées du modèle de généraion considéré son supérieures à la moyenne du MACD appliqué sur les séries iniiales. La règle de rading es alors considérée comme saisfaisane. En effe, dans 95% des cas, la règle de rading parvien à mieux capurer la dynamique dans la série iniiale que le modèle de généraion des rendemens. 4. Analyse empirique Les p-values pour le MACD symérique son reprises aux ableaux 1 à 3 alors que celles relaives au MACD asymérique son indiquées aux ableaux 4 à 6. Nous analysons égalemen les cas où les posiions longues (Acha) e coures (Vene) son considérées séparémen. Analysons dans un premier emps la performance du MACD symérique. 8

9 Tableau 1 : MACD : Tess de simulaion pour le boosrap Random Walk pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 6.90% 8.70% 48.30% 45.40% 49.30% 1.50% 7.00% 8.50% Nikkei % 27.10% 32.20% 45.10% 49.30% 41.50% 21.60% 27.20% 32.60% EU % 51.20% 54.60% 47.30% 41.80% 54.10% 54.20% 51.30% 54.60% Tableau 2 : MACD : Tess de simulaion pour le boosrap AR(1) pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 2.50% 2.10% 45.00% 41.80% 50.30% 0.10% 2.50% 1.60% Nikkei % 29.00% 30.50% 48.50% 49.30% 43.70% 22.90% 29.10% 30.30% EU % 43.00% 41.10% 47.40% 43.90% 52.60% 38.90% 43.00% 41.50% Tableau 3 : MACD : Tess de simulaion pour le boosrap GARCH(1,1) pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 2.50% 98.50% 51.70% 15.00% 83.00% 65.90% 2.90% 98.00% Nikkei % 20.20% 91.90% 66.40% 39.50% 78.20% 64.50% 20.30% 91.10% EU % 32.70% % 81.10% 25.20% 97.00% 97.70% 32.90% % Les résulas obenus sur le Nikkei 225 e l Eurosoxx 50 son clairs. Aucune p-value n es inférieure à 20%, que ce soi pour la moyenne, la volailié ou le Sharpe raio. Auremen di, nous ne pouvons pas rejeer l hypohèse nulle selon laquelle la règle de rading du MACD e les modèles de généraion des rendemens on des moyennes, volailiés ou Sharpe raios égaux. Par exemple, la sraégie du MACD appliquée sur la série hisorique du Nikkei 225 ne génère 9

10 que dans 35.5% des cas un Sharpe raio supérieur à ceux générées sur les séries boosrappées à l aide du GARCH(1,1). Dans le cas du Bel 20, les résulas son plus favorables à la sraégie globale du MACD don la moyenne e le Sharpe raio surperformen de façon significaive (c.à.d. à plus de 95%) ceux obenus sur les séries boosrappées à parir de la marche aléaoire ou du modèle AR(1). Par conséquen, le MACD semble mieux capurer la dynamique dans les rendemens sur le Bel 20 que si l on suppose la marche aléaoire ou le modèle AR(1) comme exac. Par conre, le modèle GARCH(1,1) appore des résulas largemen supérieurs aux deux aures modèles de généraion des rendemens. Il semble donc qu en modélisan la dépendance présene dans le deuxième momen de la disribuion, nous faisons mieux que la règle du MACD, que ce soi sur base de la moyenne ou du Sharpe raio. Lorsque les posiions longues e coures son considérées séparémen, les résulas pour le Nikkei 225 e l Eurosoxx 50 ne changen pas. Pour le Bel 20, une sraégie basée uniquemen sur les posiions longues du MACD parvien à «bare» les rois modèles de généraion de rendemens, que ce soi sur base des rendemens ou du Sharpe raio. Par conre, les opéraions de vene affichen une performance médiocre, les p-values éan largemen supérieures au seuil habiuel des 5% Tableau 4 : MACD ; : Tess de simulaion pour le boosrap Random Walk pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 8.20% 8.80% 50.10% 62.50% 35.80% 2.70% 7.70% 10.90% Nikkei % 52.00% 54.70% 43.40% 40.30% 48.90% 58.10% 53.50% 55.40% Eu % 63.20% 61.10% 47.40% 51.20% 44.60% 67.30% 63.20% 62.50% 10

11 Tableau 5 : MACD ; : Tess de simulaion pour le boosrap AR(1) pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 2.80% 2.90% 48.80% 58.60% 34.80% 0.20% 2.30% 3.60% Nikkei % 50.30% 54.90% 48.10% 42.40% 51.60% 55.20% 50.90% 53.00% Eu % 49.30% 55.70% 49.50% 51.80% 43.20% 52.80% 50.00% 56.40% Tableau 6 : MACD ; : Tess de simulaion pour le boosrap GARCH(1,1) pour 1000 réplicaions Pourcenage d'observaions simulées supérieures au MACD appliqué sur les observaions iniiales Moyenne Ecar-ype Sharpe Raio Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Sraégie Acha Vene Bel % 2.20% 99.50% 52.10% 24.50% 70.50% 65.00% 3.20% 97.30% Nikkei % 32.90% 98.10% 66.20% 31.90% 83.30% 85.20% 35.70% 94.70% Eu % 33.20% 99.90% 84.80% 36.00% 96.40% 99.10% 36.20% 99.80% Quan au MACD asymérique, il fourni des résulas similaires à la version symérique dans le sens où le MACD asymérique ne capure pas davanage de dynamique que les modèles de généraion de rendemens. Comme dans le cas du MACD symérique, seules les posiions longues sur le Bel 20 affichen une performance saisiquemen supérieure, an du poin de vue de la moyenne des rendemens que du Sharpe raio. 5. Conclusion Nos résulas indiquen que le MACD n es pas une règle de rading qui, dans le cadre inrajournalier, délivre une performance, brue ou ajusée pour le risque, supérieure à celles des rois modèles de généraion de rendemens que son la marche aléaoire, l AR(1) e le GARCH(1,1). Même si le MACD foncionne pour le Bel 20 lorsque seules les posiions acheeuses son prises en considéraion, ce indicaeur rese peu fiable. Si le MACD éai une règle de 11

12 rading robuse, il afficherai une performance similaire quelle que soi la naure des posiions générées. Brock, Lakonishok e LeBaron (1992) consaen égalemen cee dichoomie enre posiions longues e coures dans leur éude. Il s agi néanmoins de la seule conclusion commune à laquelle nous abouissons. Alors que Brock, Lakonishok e LeBaron (1992) se focalisen sur le Dow Jones e concluen, sur base journalière, à une performance saisiquemen supérieure d indicaeurs relaivemen simples comme les suppors, résisances e moyennes mobiles, nous consaons qu un indicaeur plus sophisiqué, don les paramères on éé éabli il y a une quaranaine d années e ne son donc pas suje à la fouille de données, ne parvien pas à «bare», dans le cadre inra-journalier, les modèles de généraions de rendemens les plus classiques. Il convien néanmoins d ajouer que le processus de généraion de rendemens es par définiion inconnu. Par conséquen, nos conclusions, comme celles de Brock, Lakonishok e LeBaron (1992), dépenden des hypohèses de dépar. Enfin, de nombreux sysèmes de rading plus sophisiqués exisen aujourd hui e peuven évenuellemen obenir de meilleurs résulas que le MACD, même si la fouille de données es un problème plus préoccupan dans ce cas. A l heure acuelle, aucune éude n a vériablemen esé la validié de els sysèmes de rading qui son ypiquemen basés sur plusieurs indicaeurs d analyse echnique. Sous la garanie de clauses srices de confidenialié, les professionnels de marché auoriseron-ils un jour les universiaires à valider leur «proprieary models»? Qui ne ene rien n a rien. Bibliographie ALLEN, H. e TAYLOR, M.P. (1992), "The use of echnical analysis in he foreign exchange marke", Journal of Inernaional Money and Finance, 113, ALLEN, F. e KARJALAINEN, R. (1999), "Using geneic algorihms o find echnical rading rules", Journal of Financial Economics, 51,

13 APPEL, G. e HITSCHLER, F. (1980), Sock Marke Trading Sysems, Traders Press. BESSEMBINDER, H. e CHAN K. (1998), "Marke efficiency and he reurns o echnical analysis", Financial Managemen, 272, BROCK, W., LAKONISHOK, J., e LEBARON B. (1992), "Simple echnical rading rules and he sochasic properies of sock reurns", Journal of Finance, 48 (5), CARTER, R.B., e VAN AUKEN, H.E. (1990), "Securiy analysis and porfolio managemen: A survey and analysis", Journal of Porfolio Managemen, Spring, CORRADO, C.J. e LEE, S.H. (1992), "Filer rule ess of he economic significance of serial dependence in daily sock reurns", Journal of Financial Research, 154, EFRON, B. e TIBSHIRANI, R. (1994), An Inroducion o he Boosrap, Chapman & Hall, New York, Eas-Unis. HARRIS, M. (2003), "Trend Trading wih Shor-Term Paerns", Acive Trader Magazine, June 2003, 31. LUI, Y. e MOLE, D. (1998), "The use of fundamenal and echnical analysis by foreign exchange dealers: Hong Kong evidence", Journal of Inernaional Money and Finance, 17, LEE, D.D., CHAN, H., FAFF, R.W., KALEV, "Shor-erm conrarian invesing - i is profiable - yes and no", Journal of Mulinaional Financial Managemen, 13, MALKIEL, B. (2006), A Random Walk Down Wall Sree, 9h ediion, Noron, New York. OBERLECHNER, T. (2001), "Imporance of echnical and fundamenal analysis in he European foreign exchange marke", Inernaional Journal of Finance and Economics, 6, OLSON, D. (2004), "Have rading rule profis in he currency markes declined over ime?" Journal of Banking and Finance, 28,

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL

MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL Courrier du Savoir N 18, Mars 2014, pp.09-14 MODELISATION ET ANALYSE DE LA SERIE CHRONOLOGIQUE DE PRODUCTION D EAU DE CONSOMMATION PAR LISSAGE EXPONENTIEL A. MESSAMEH, N. LOUDJANI, M. T.BOUZIANE Laboraoire

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976. Franck JOVANOVIC

LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976. Franck JOVANOVIC 1 LE MODELE DE MARCHE ALEATOIRE DANS L ECONOMIE FINANCIERE DE 1863 A 1976 Franck JOVANOVIC L objecif de ce aricle es de monrer commen l uilisaion du modèle de marche aléaoire pour représener les variaions

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe

Insertion professionnelle et départ du domicile parental : une relation complexe Inserion professionnelle e dépar du domicile parenal : une relaion complexe Thomas Couppié, Céline Gasque * L'enrée dans la vie adule es un phénomène mulidimensionnel don la complexificaion es soulignée

Plus en détail

Quelle structure de dépendance pour un générateur de scenarios économiques en assurance? Impact sur le besoin en capital

Quelle structure de dépendance pour un générateur de scenarios économiques en assurance? Impact sur le besoin en capital Quelle srucure e épenance pour un généraeur e scenarios économiques en assurance? Impac sur le besoin en capial - Kamal ARMEL (Telecom Breagne EURIA) - Aymric KAMEGA (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES

INTRODUCTION AUX SÉRIES CHRONOLOGIQUES INTRODUCTION AU SÉRIES CHRONOLOGIQUES AE MÉTHODES STATISTIQUES ET APPLICATIONS O. ROUSTANT Novembre 008 Table des maières TABLE DES MATIERES... INTRODUCTION... 3 QUELQUES TECHNIQUES DESCRIPTIVES... 4.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Les ouils de gesion Beida Mohammed Ferha aleb Amar Ingénieurs d éa en informaique Opion : Sysèmes d Informaion (SI) el: +3 (0) 76 7 36 69 Fax: +3 (0) 3 58 93 Email: mohamed@moolki.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique

02 mars 2009 28 août 2009. Ingénieur Sup Galilée Spécialité Mathématiques Appliquées et Calcul Scientifique Rappor de sage Equipe Coordinaion Reporing & erformances 02 mars 2009 28 aoû 2009 Ingénieur Sup Galilée Spécialié Mahémaiques Appliquées e Calcul Scienifique Maser 2, Universié aris 13 Modélisaion de l

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES minisère éducaion naionale Secréaria Général Direcion générale des ressources humaines Sous-direcion du recruemen MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Concours du second degré Rappor

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu HEC Monréal A liée à l Universié de Monréal Délégaion de la gesion de porefeuille : choix d invesissemen e des frais de gesion dans un cadre en emps coninu par Tarek Masmoudi Déparemen de Finance Thèse

Plus en détail

Un modèle de décomposition pour la détection de changement dans les séries temporelles d images RSO

Un modèle de décomposition pour la détection de changement dans les séries temporelles d images RSO Un modèle de décomposiion pour la déecion de changemen dans les séries emporelles d images RSO Sylvain Lobry 1,3 Loïc Denis 2 Florence Tupin 1 1 LTCI, CNRS, Télécom ParisTech Universié Paris-Saclay, 75013,

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Rentabilité bancaire et taux d intérêt de marché : Une. Une application aux principaux systèmes bancaires européens sur la période 1988-1995.

Rentabilité bancaire et taux d intérêt de marché : Une. Une application aux principaux systèmes bancaires européens sur la période 1988-1995. Renabilié bancaire e aux d inérê de marché : Une applicaion aux principaux sysèmes bancaires européens sur la période 1988-1995 Daniel Goyeau, Alain Sauvia, Amine Tarazi To cie his version: Daniel Goyeau,

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

No 1997 11 Juin. Estimation du cycle à l'aide d'un modèle à tendance stochastique et application au Royaume-Uni. Laurence Boone

No 1997 11 Juin. Estimation du cycle à l'aide d'un modèle à tendance stochastique et application au Royaume-Uni. Laurence Boone No 1997 11 Juin Esimaion du cycle à l'aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au Royaume-Uni Laurence Boone Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Les dérivés climatiques et naturels : de nouvelles opportunités pour les investisseurs

Les dérivés climatiques et naturels : de nouvelles opportunités pour les investisseurs Les dérivés climaiques e naurels : de nouvelles opporuniés pour les invesisseurs Juille 21 Jean-Claude AUGROS Professeur Universié Claude Bernard LYON I Insiu de Science Financière e d Assurances (ISFA)

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail

Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES. Document de Travail Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen de Travail ANALYSE ET PREVISION DES SERIES TEMPORELLES PAR LA METHODE DE BOX

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Français. Français. n TEMPS Aiguilles des heures, minutes et petite trotteuse.

Français. Français. n TEMPS Aiguilles des heures, minutes et petite trotteuse. SOMMIRE Page CRCTÉRISTIQUES...68 FFICHGE ET OUTONS...69 DE TYPE À VIS D RRÊT...71 CHNGEMENT DU MODE D FFICHGE...72 RÉGLGE DE L HEURE ET JUSTEMENT DE POSITION DES IGUILLES...73 CLENDRIER PERPÉTUEL...80

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Contributions à l'analyse pour la recherche d'ondes gravitationnelles

Contributions à l'analyse pour la recherche d'ondes gravitationnelles Vincen Germain 5 ocobre 205 Conribuions à l'analyse pour la recherche d'ondes graviaionnelles Bilan ère année de hèse Plan Quelles sources asrophysiques cherche--on? L insrumen & les difficulés renconrés

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

La prime de risque dans un cadre international : le risque de change est-il apprécié?

La prime de risque dans un cadre international : le risque de change est-il apprécié? La prime de risque dans un adre inernaional : le risque de hange es-il appréié? AROURI Mohamed El Hedi * Résumé L obje de e arile es d éudier les déerminans e la dynamique de la prime de risque des aions

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

DUPOUY Sébastien Lundi 15 mai 1997 MIQUEL Vincent

DUPOUY Sébastien Lundi 15 mai 1997 MIQUEL Vincent DUPOUY Sébasien Lundi 15 ai 1997 MIQUEL Vincen groupe 1 binôe 3 Règle des phases Observaions de la srucure d équilibre d alliages Fer-arbone par Microscopie opique TP de aériaux 2 I) Inroducion L exaen

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail