Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques"

Transcription

1 Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA UFR Droi, Economie e Gesion Avenue du Doyen Poplawski - BP PAU Cedex Tél. (33) Inerne : hp://ca.univ-pau.fr/live/

2 L impac du aux de change sur les exporaions de l Allemagne e de la France hors zone euro Serge REY CATT-UPPA 11 janvier 2011 Résumé: On s inéresse aux exporaions de marchandises de la France e de l Allemagne hors zone euro. A l aide de modèles de coinégraion, des équaions de long erme son esimées, dans un premier emps sur la période 1971Q1-2010Q2 (données rimesrielles), e dans un second emps sur une période plus coure die «période euro». A parir de différenes mesures du aux de change réel de l euro, on rouve que les élasiciés-prix des exporaions son deux fois plus fores pour la France (comprises enre -0.6 e -0.9) que pour l Allemagne (enre -0.2 e -0.3). A l inverse les élasiciés-revenu des exporaions Allemandes son le double de celles de La France, soien des valeurs de 2 conre 1. Ces résulas corroboren les inquiéudes des aceurs économiques français sur la valeur du aux de change euro/dollar. Mais ils révèlen aussi le reard pris par la France dans son adapaion au nouvel environnemen mondial qui a fai suie à l ouverure des économies des PECO e à la monée en puissance des grands pays émergens. Mos clé : Exporaions, Euro, Allemagne, France, racine uniaire, rupures, coinegraion Classificaion JEL : F14, F31, C32

3 2 1. Inroducion Généralemen la valeur d une monnaie préoccupe en priorié les banquiers cenraux, les professionnels de la finance, les responsables d enreprises soumises à la concurrence inernaionale e bien sûr les économises académiques qui on vu là, e depuis longemps, un domaine de recherche de première imporance. Mais ce qui semble changer depuis plusieurs années, c es l inérê de la classe poliique pour le suje. C es duran la campagne à l élecion présidenielle de 2007 que les hommes poliiques français se son emparés du problème. La valeur de l euro 1 es en effe devenu duran cee période un suje inconournable. Ainsi le candida à l élecion présidenielle de la France, Nicolas Sarkozy, déclarai le 18 décembre 2006 à Charleville-Mézières : «La surévaluaion de l euro es une erreur économique grave». Puis le 30 juin 2008, dans une inerview à la chaîne de élévision française France 3, le candida devenu enre emps Présiden de la République affirmai : «AIRBUS fabrique en zone euro e vend pour l'esseniel en zone dollar... chaque fois que l'euro s'apprécie de dix cenimes, Airbus perd un milliard d euros! Commen voulez-vous qu'on fasse la concurrence avec BOEING qui vend en dollars, si on a 30% de surévaluaion de l'euro par rappor au dollar? 2» Plus récemmen en mai 2010, le direceur financier d'eads, Hans-Peer Ring revenai sur la valeur du aux de change euro/dollar dans les ermes suivans : «A 1,20 dollar, nous sommes dans une siuaion dans laquelle nous disposons d'un aux de change équilibré e nous pouvons bien gagner nore vie» 3, confirman ainsi l imporance de l euro pour l aéronauique européenne. Ceres les exporaions de la France ne se réduisen pas au seul seceur aéronauique, mais les mauvaises performances à l exporaion des enreprises françaises, coïncidan avec la monée de l euro face au dollar américain à parir de 2001, on ravivé les craines d un euro surévalué qui pénaliserai la balance commerciale. Paradoxalemen, dans le même emps l Allemagne a affiché des performances remarquables en maière de commerce exérieur. Le graphique 1 présene les balances commerciales (marchandises) de ces deux pays pour une période qui couvre les 40 dernières années. La balance commerciale allemande a éé de manière permanene en excéden sur la période, alors que la balance française n a connu un solde posiif que duran les années On peu d ailleurs remarquer que les balances commerciales des deux pays se son améliorées duran cee décennie. En revanche, on observe rès neemen un phénomène de divergence à parir des années 2000, l excéden commercial allemand augmenan de plus en plus alors que presque symériquemen la siuaion française se dégradai de plus en plus. Bien sûr l excèden commercial allemand visà-vis de la France peu en parie expliquer cela. 1 On rappellera que l'euro es depuis le 01 janvier 2011 la monnaie de dix-sep pays de l'union européenne: l'allemagne, l'auriche, la Belgique, la Grèce, l'espagne, la Finlande, la France, l'irlande, l'ialie, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Porugal, la Slovénie, Chypre, Male, la Slovaquie e l Esonie. 2 hp://www.elysee.fr/presiden/roo/bank/prin/5637.hm 3 Reuers 22 mai 2010.

4 3 Milliards de dollars BC_Allemagne BC_France Graphique 1 : Balances commerciales (BC) de la France e de l Allemagne Source : Base Chelem Touefois, comme le monre le graphique 2, cee dégradaion du commerce français a aussi éé observée vis-à-vis des pays hors zone euro. Milliards de dollars BChze_Allemagne 120 BChze_France Graphique 2 : Balances commerciales hors zone euro (BChze) de la France e de l Allemagne Source : Base Chelem Si on disingue dans les balances commerciales les exporaions des imporaions, on consae que la dégradaion du solde français s explique principalemen par la faible progression des exporaions françaises qui s oppose à la fore croissance des exporaions allemandes. Les graphiques 3 e 4 présenen les évoluions des exporaions réelles de la France e de l Allemagne vis-à-vis du rese du monde e des pays hors zone euro, pour la période Les observaions confirmen que le ralenissemen des exporaions françaises résule bien d un effe volume e non d un effe prix. Il apparaî clairemen que duran la décennie 2000 les exporaions françaises 4 on sagné, son resées aones (Gaulier e al. 2006), 4 Cf. annexe pour le déail du calcul des exporaions réelles.

5 4 noammen lorsqu on se réfère aux parenaires hors zone euro, andis que dans le même emps les exporaions allemandes coninuaien à progresser foremen Exporaions en volume de l'allemagne (Log) Hors Zone Euro (HZE) e Toal 1999Q1= XrAllHze XrAll Graphique 3 : Exporaions en volume de l Allemagne (séries désaisonnalisées) Exporaions en volume de la France (Log) Hors Zone Euro (HZE) e Toal 1999Q1= XrFraHze XFra Graphique 4 : Exporaions en volume de la France (séries désaisonnalisées) Ces observaions peuven alimener les inerrogaions sur l impac du aux de change de l euro, d auan que la dégradaion récene du solde commercial français coïncide avec la fore appréciaion de l euro conre la devise américaine, don la valeur es passée de 0.87 dollar au second rimesre 2001, à 1.56 dollar au second rimesre Néanmoins l impac du aux de change de l euro sur les exporaions relève in fine de l analyse empirique. Aussi, on se propose dans ce ravail d esimer la relaion enre le aux de 5 On peu aussi remarquer qu un phénomène du même ordre a pu êre consaé du milieu des années 1970 au débu des années 1990 ; d un coé une sagnaion des exporaions en volume de la France, noammen face aux parenaires hors zone euro, de l aure une progression régulière des exporaions allemandes vis-à-vis des mêmes parenaires.

6 5 change e les exporaions réelles de marchandises hors zone euro, de la France e de l Allemagne. L éude s appuie sur des données rimesrielles pour la période 1971Q1-2010Q2. On s inéresse en pariculier aux flucuaions du aux de change de l euro qui son appréhendées à la fois à parir des variaions du aux de change réel e de la volailié du aux de change. La secion 2 expose en déail différenes mesures du aux de change réel, ainsi que la mesure de la volailié. Le modèle d exporaions e les propriéés saisiques des variables prises en compe son présenés dans la secion 3. La secion 4 fourni les résulas des esimaions des relaions de coinégraion des exporaions. La secion 5 conclu ce ravail. 2. Les aux de change On présene successivemen le calcul des aux de change réels bilaéraux e effecifs, ainsi que la mesure de la volailié des aux de change Les aux de change réels Considérons que E i/j représene le aux de change nominal bilaéral enre la monnaie d un pays parenaire j e un pays européen (France ou Allemagne) i (nombre d uniés de monnaie érangère j par euro) ; P i représene alernaivemen un indice des prix de la France e de l Allemagne ; P j représene l indice des prix des j parenaires. Le aux de change réel bilaéral R i/j es défini comme R i / j = Ei / j. Pi / Pj. Une hausse de R es synonyme d une appréciaion réelle de l euro. Pour l Allemagne comme pour la France, c es le aux de change de l euro conre dollar qui impore. D une par les firmes européennes son en concurrence direce avec les enreprises américaines, soi sur leurs marchés respecifs soi sur des marchés iers ; d aure par, cerains concurrens imporans comme la Chine on ancré leur monnaie à la devise américaine. Aussi, on pourra dans un premier emps définir des aux de change réels bilaéraux de la France e de l Allemagne, ou de la zone euro, vis-à-vis des Eas-Unis. Compe enu de la disponibilié des données de prix, les aux suivans seron calculés 6 ; Deux aux bilaéraux Allemagne Eas-Unis (déflaeur du PIB e prix à l exporaion de l Allemagne 7 ) e France Eas-Unis (déflaeur du PIB e indice de valeur uniaire des exporaions 8 ). Deux aux bilaéraux Zone Euro Eas-Unis : le premier es calculé pour les prix à la consommaion e le second pour les prix de gros de la zone euro. La série des prix de gros de la zone euro n es disponible que depuis 1982 Q4. 6 Cf. le ableau A1 de l annexe 1 pour le déail des calculs. 7 L indice des prix à la consommaion pour l Allemagne réunifiée n es disponible qu à parir de Noons que ce indice n es disponible que depuis 1990Q1. Les prix à l exporaion de la France ne son pas disponibles sur la période.

7 6 Dans un second emps, on consruira un aux de change réel effecif de la France e de l Allemagne vis-à-vis de leurs principaux parenaires. Ce aux es défini comme une moyenne géomérique des aux de change réel bilaéraux : ωj n P n i TCERi = Ei/j. avec j= 1 P ω j = 1 (1) j j= 1 Les pondéraions ω j reflèen la srucure des exporaions hors zone euro de la France e de l Allemagne vers les j principaux parenaires 9. Une augmenaion (diminuion) du TCER es une appréciaion (dépréciaion) réelle. Les graphiques 5 à 7 donnen les évoluions de ces aux sur l ensemble de la période. Dans le cas de l Allemagne (graphique 5), on peu consaer que les aux de change réels bilaéraux on dans l ensemble des comporemens rès similaires selon que l on reien les prix à l exporaion allemands (R_all_eu_px) ou le déflaeur du PIB (R_all_eu_def). Lorsqu on observe le aux de change réel effecif (TCERall), quare phases dans l évoluion de ce aux apparaissen disincemen : Une phase de dépréciaion, moins marquée que pour les aux bilaéraux vis-àvis du seul dollar, duran les années 1970 jusqu au milieu des années 1980, Un phase de fore appréciaion du milieu des années 1980 jusqu au milieu des années 1990, Un mouvemen de dépréciaion du aux effecif duran la seconde parie des années 1990, Suivi d une période de sabilié du aux réel duran la décennie Cee sabilié ranche avec la dynamique des aux réels bilaéraux qui révèlen un mouvemen d appréciaion réelle R_ALL_EU_Px R_ALL_EU_Def TCERall Q1 1974Q1 1977Q1 1980Q1 1983Q1 1986Q1 1989Q1 1992Q1 1995Q1 1998Q1 2001Q1 2004Q1 2007Q1 2010Q1 Graphique 5 : Taux de change réels bilaéraux e effecif de l Allemagne (1987Q1 : 100) 9 Le déail des pondéraions es donné dans le ableau A2 de l annexe 2.

8 7 Dans le cas de la France (graphique 6), des divergences encore plus nees apparaissen enre les aux bilaéraux conre dollar (R_fra_eu_def e R_fra_eu_px) e le aux effecif (TCERfra). Ceci peu s expliquer en pariculier par le poids imporan du commerce avec les PSEM (enre 25 e 30 % des exporaions françaises duran la période). De plus si le aux effecif évolue de manière similaire à celui de l Allemagne depuis le milieu des années 1980, ce qui reflèe le changemen de poliique monéaire de la France (nouveau SME à parir de 1987 selon l expression de Giavazzi e Spavena, 1990), on observe une divergence marquée duran les années 1970, résula d une plus fore inflaion en France R_FRA_EU_Px R_FRA_EU_Def TCERfra Q1 1974Q1 1977Q1 1980Q1 1983Q1 1986Q1 1989Q1 1992Q1 1995Q1 1998Q1 2001Q1 2004Q1 2007Q1 2010Q1 Graphique 6 : Taux de change réels bilaéraux e effecif de la France (1987Q1 : 100) Enfin, le calcul de aux bilaéraux enre la zone euro e les Eas-Unis monre qu en moyenne les aux bilaéraux son assez sables sur les quarane dernières années, que l on reienne les prix à la consommaion (R_ze_eu_pc) ou les prix de gros (R_ze_eu_pg). Mais sur des périodes plus coures, les fores flucuaions du aux de change nominal de l euro conre dollar (Euro/dollar) se répercuen sur le aux de change réel/compéiivié-prix. 140 R_ZE_EU_Pc Euro/dollar R_ZE_EU_Pg 1, ,4 1,2 1 0,8 60 0,6 1971Q1 1974Q1 1977Q1 1980Q1 1983Q1 1986Q1 1989Q1 1992Q1 1995Q1 1998Q1 2001Q1 Taux de change nominal 2004Q1 2007Q1 2010Q1 Graphique 7 : Taux de change réels e aux de change nominal enre le Zone Euro e les Eas Unis (1987 Q1:100)

9 La volailié du aux de change La volailié du aux du change es calculé à parir d un écar ype condiionnel (modèle GARCH) de la différence première du logarihme du aux de change nominal de l euro conre dollar. La volailié (V) peu se définir comme V = se dédui d un processus GARCH (p,q) de la forme ; avec δ > 0, 0 α, β 0 q i= h, h éan la variance condiionnelle qui p h = δ + α ε + β h (2) i j= 1 j, e où ε représene les résidus obenus d un processus sous jacen 10, pour un ensemble Ψ d informaions, el que ε / Ψ 1 1 ~N(0, h ). Le graphique 8 11 présene l évoluion de cee volailié. Celle-ci es fore au milieu des années 1970, ce qui correspond à l abandon du sysème de Breon Woods, e duran les années En revanche la volailié du aux de change de l euro/dollar es relaivemen faible depuis le débu des années 1990, la remonée en fin de période coïncidan avec la crise financière Ecar ype condiionnel Graphique 8 : Volailié du aux de change nominal de l euro conre dollar 3. Les équaions d exporaions 3.1. Le modèle Si Xi représene les exporaions réelles de biens des pays i ; i = France, Allemagne ; Y* le PIB réel des pays parenaires, R le aux de change réel de l'euro e V un indicaeur de la volailié du aux de change de l euro, on aura un modèle de demande de la forme : * X i = X i ( Y, R, V ) (3) 10 Si e es égal à log( E E 1), nous avons e µ + ε informaion passée ( Ψ 1 ). 11 Cf. annexe pour le déail de l esimaion du modèle GARCH. = avec µ la moyenne de e condiionnelle à l

10 9 avec X / * i Y > 0, X i / R < 0 e / V < 0 ou > 0 X i Les exporaions réelles de la France e de l Allemagne son limiées aux exporaions vers les pays parenaires qui n appariennen pas à la zone euro 12. Les exporaions en volume de l Allemagne son obenues en divisan les exporaions en valeur par l indice des prix à l exporaion, andis que pour la France, ne disposan pas de ce indice sur l ensemble de la période, on a divisé les exporaions en valeur par le déflaeur du PIB. Le PIB réel des pays parenaires es quan à lui défini comme un PIB réel mulilaéral/effecif, c es-à-dire une moyenne géomérique des PIB réels des pays parenaires pondérés par les pars de chacun des parenaires dans les exporaions hors zone euro de la France e de l Allemagne. Les pondéraions son ideniques à celles reenues pour le calcul des aux de change réels effecifs. Compe enu de l ouverure des économies des Pays d Europe Cenrale e Orienale (PECO) au débu des années 1990, on disingue deux schémas de pondéraion, le premier sans les PECO pour la période 1971Q1-1992Q2, le second avec les PECO, pour la période 1992Q3-2010Q2 13. On s aend à un effe posiif sur les exporaions d une augmenaion du PIB des parenaires, c es-à-dire de leur demande. Pour chacun des pays, on reiendra alernaivemen le aux de change réel effecif e les différens aux de change réels bilaéraux, ainsi que la variable volailié. Une appréciaion réelle de l euro (accroissemen de R) réduira les exporaions. Une plus fore volailié aura généralemen un impac négaif sur les échanges (aversion au risque) ou plus raremen posiif si les firmes anicipen qu une plus fore volailié augmenera leurs perspecives de profis audelà des coûs d enrée/sorie du marché. «One view mainains ha he capaciy o expor is anamoun o holding an opion and when exchange rae volailiy increases, he value of ha opion also increases, jus as i would for any normal opion» (McKenzie and Brooks, 1997). Après ransformaion logarihmique de oues les variables, le modèle (3) sera esimé par la méhode de coinegraion sous forme log-linéaire Les propriéés saisiques des variables Les propriéés saisiques des séries son analysées à l aide de ess de racine uniaire. Dans la mesure où les variables du modèle d exporaions fon apparaîre des rupures de endances sur l ensemble de la période éudiée, on reien les ess de Saikkonen e Lükepohl (2002) qui admeen rois ypes de changemen de régime e qui permeen de déerminer de manière endogène la dae de rupure. Ces ess examinen l hypohèse nulle de racine uniaire à parir d une forme générale d une série X : X = µ µ. θ γ + z, (4) ' f ( ) 12 Voir l annexe 3 pour le calcul des exporaions hors zone euro. 13 L annexe 3 donne le déail de ces pondéraions.

11 10 où θ e γ son des paramères inconnus, es un erme de endance, le erme d erreur z éan généré par un processus AR(p), e e de la dae de changemen de régime régime. f ( θ ) ' γ es une foncion de changemen qui dépend de θ T B. On considère rois foncions de changemen de La première foncion es une simple variable «dummy» avec changemen à la dae T B, f 1 = d 1, 0, = 1, < T T B B. (5) La deuxième foncion es basée sur une foncion de disribuion exponenielle qui adme un changemen graduel non linéaire vers un nouveau niveau, don le poin de dépar es à la daet B, f 2 0, < TB ( θ ) = (6) 1 exp[ θ ( TB + 1)], TB La dernière foncion s apparene à une foncion raionnelle avec un opéraeur reard appliqué à une variable «dummy» d 1. Le erme de changemen de régime es de la forme [γ 1 (1-θL) -1 +γ 2 (1- θl) -1 L] d 1 ; où θ es un scalaire compris enre 0 e γ=(γ 1,γ 2 ). Soi f 3 0, ' ( θ ) γ = γ 1 γ 1 + TB j= 1 θ j 1 ( θγ + γ ), 1 2 < T = T T B B B Cee dernière foncion offre davanage de possibiliés de changemens non linéaires 14. Le es se déroule en deux emps. Dans une première éape, l équaion (4) es esimée par la méhode des moindres carrés généralisés. Dans une seconde éape, on procède à un es ADF sur les séries X ransformées/filrées, soi ˆ ' X = X ˆ µ ˆ µ. f ( ˆ) θ ˆ γ 0 1 Les résulas des ess son présenés dans le ableau 1. Ils confirmen que les variables son non saionnaires. Le seul doue concerne le aux de change réel avec prix de gros de la zone euro conre dollar pour lequel la non saionnarié es rejeée au seuil de 10%, mais pas à 5 %. Néanmoins il convien de rappeler que pour cee variable la période d esimaion es réduie du fai du manque des données pour les prix de gros de la zone euro. 14 Pour plus de déails, cf. Lükepohl (2004a, p.60).

12 11 Tableau 1: Tess de racine uniaire avec rupure Variables (Log) Trend Tess ADF -sa. Tess SL (dae de rupure inconnue a priori) Break dae Shif dummy -sa Exporaions hors zone euro Exp. disrib. -sa Raional funcion -sa Conclusion XRAllhze oui * 2009q I(1) XRfrahze oui q I(1) PIB effecif PIBeff_all oui q I(1) PIBeff_fra oui q I(1) Taux de change réels Allemagne TCERall non q I(1) R_all_eu_def non q I(1) R_all_eu_px non q I(1) France TCERfra non q I(1) R_fra_eu_def non * 1991q I(1) R_fra_eu_px(a) non * 1991q I(1) Zone euro R_ze_eu_pc non q I(1) R_ze_eu_pg(b) non q * * * I(0) * Volailié de l euro conre dollar (Ecar ype condiionnel) Euro/dollar non Q ** I(1) *Significaif au seuil 10%. ** Significaif au seuil 5%. Les valeurs criiques pour les seuils 1%, 5%, e 10% son respecivemen,-3.48, -2.88, e pour le modèle sans rend, e -3.55,-3.03, e pour le modèle avec rend. (a ) Période 1990Q1-2010Q2 (b ) Période 1982Q4-2010Q2 Les variables du modèle d exporaions éan non saionnaires, les foncions d exporaions seron esimées par la méhode de coinégraion. 4. La coinegraion On procédera dans un premier emps au es du nombre de relaions de coinégraion e on esimera ensuie ces relaions. Suivan la même démarche que pour les ess de racine uniaire, on reiendra les méhodes d esimaion avec variable de rupure développées respecivemen par Saikkonen e Lükepohl (2000) pour les ess de coinégraion, e Ahn e Reinsel (1990) pour l esimaion des veceur à correcion d erreur Pour une présenaion plus complèe on pourra se référer à Lükepohl e Kräzig (2004).

13 Les ess de coinégraion Les résulas des ess son présenés dans le ableau 2. Pour les deux pays on rouve oujours au moins une relaion de coinégraion, quelle que soi la définiion du aux de change réel. Tableau 2:Tess de coinegraion H ( r = r 0 r0 ) : 1 r0 ) : H ( r > r C.V. 5% C.V. 10% Taux de change réel 0 0 Reards Tess SL (sans rend; µ = µ 0 + δ. D ) (a) r 0 =0 r> TCERall ** (0.01) R_all_eu_def ** R_all_eu_px ** R_ze_eu_pc ** (0.04) R_ze_eu_pg * (b) (0.06) TCERfra ** (0.01) R_fra_eu_def ** R_fra_eu_px ** (c) (0.04) R_ze_eu_pc ** R_ze_eu_pg ** (b) (0.04) r 0 =1 r> ** (0.03) 25.58** (0.03) 27.77** (0.01) 24.31** (0.04) (0.11) (0.11) 39.37** (0.50) 37.10** 0.00) (0.16) Saisique LR r 0 =2 r> Allemagne 3.67 (0.75) 7.23 (0.30) 13.04** (0.04) 12.67** (0.04) 5.36 (0.52) France 3.00 (0.84) 17.36** (0.01) 7.57 (0.28) 12.32** (0.04) 9.62 (0.14) r 0 =3 r> (0.41) 1.88 (0.20) 1.69 (0.23) 4.02* (0.06) 2.54 (0.13) 0.13 (0.77) 3.62* (0.07) 0.60 (0.50) 3.46* (0.07) 1.32 (0.29) Termes déerminises Consane, d1981q2, d2001q1, d2009q1 Consane, d1981q2, d1988q3, d2009q1 Consane, d1981q2, d1992q3, d2009q1 Consane, d1981q2, d1992q3, d2009q1 Consane, d1991q2, d2009q1 Consane, d1981q2, d2001q1, d2009q1 Consane, d1981q2, d1991q2, d2009q1 Consane, d1991q2, d2009q1 Consane, d1981q2, d1992q3, d2009q1 Consane, d1991q2, d2009q1 Noes: r es le nombre de veceurs de coinegraion. P-values enre parenhèses. *Reje de H 0 au seuil 5%. ** Reje de 0 H au seuil 10%. d pour variable dummy. (a) Si un rend es orhogonal à la relaion de coinegraion, il es pris en compe par le erme consan. (b ) Période 1982Q4-2010Q2. (c) Période 1990Q1-2010Q2

14 Les relaions de coinégraion sur l ensemble de la période On esime l équaion (3) sous forme log-linéaire. Les résulas son présenés dans le ableau On peu noer qu ils son globalemen cohérens avec ce que prédi le modèle, dans le sens où une appréciaion réelle de l euro, comme une plus grande volailié de l euro, a un effe négaif sur les exporaions de l Allemagne e de la France, andis qu une augmenaion du PIB/demande des pays parenaires a un effe posiif sur ces mêmes exporaions. Néanmoins si on compare les esimaions obenues pour les deux pays, ceraines différences mérien d êre noées : Quelle que soi la définiion du aux de change réel, les élasiciés-prix des exporaions françaises son oujours plus élevées (en moyenne du double) que celles des exporaions allemandes. Ce consa vau aussi pour les coefficiens de la variable volailié. Ce résula es cohéren avec le fai que les exporaeurs français on un pouvoir de marché plus faible que celui des exporaeurs allemands, ce qui les amène à adoper des sraégies de arificaion au marché (Pricing-To-Marke, noé PTM). Gaulier e al. (2006 p.185) noen que «les exporaeurs français comprimen leurs marges pour conserver leurs pars de marché à l exporaion andis que les exporaeurs allemands ransmeen beaucoup plus direcemen les variaions de change dans leurs prix à l exporaion, ce qui leur perme de préserver leurs marges. Lorsque l euro se déprécie, les exporaeurs français reconsiuen leurs marges, quie à perdre en compéiivié-prix». Les résulas obenus dans ce ravail confirmen que le pays qui a des élasiciés-prix plus élevées a égalemen un comporemen de PTM plus marqué. Nos conclusions rejoignen aussi celles de Danninger e Jouz (2007) qui obiennen des élasiciés-prix (aux de change réel effecif calculé à parir des coûs uniaires du ravail dans l indusrie) des exporaions allemandes comprises enre -0.2 e -0.4 selon la spécificaion du modèle, dans une éude poran sur l ensemble des exporaions de biens enre 1993 e Parallèlemen on obien des élasiciés-revenu supérieures pour l Allemagne, puisqu elles son comprises enre 1.8 e 2.4 conre 1.0 à 1.7 pour la France. Néanmoins, compe enu des nombreux événemens survenus duran la période éudiée, il es possible que les comporemens/élasiciés aien changé. On va donc eser la sabilié du modèle. Le ableau 4 fourni les résulas de deux ess de Chow, l un qui perme de eser la présence d une rupure (break-poin es) à une dae déerminée de manière endogène, l aure qui perme de eser la validié d une décomposiion en deux sous échanillons (sample-spli es). 16 Compe enu de la disponnibié des données, le modèle avec R_fra_eu_px n es pas esimé sur la période globale, mais le sera sur la «période euro».

15 14 Tableau 3: Equaions de coinégraion des Exporaions 1971Q1-2010Q2 Variables Taux réels (Log) Reards LogR LogVol LogPIBeff Consane Variables de rupure Allemagne TCERall * (0.07) R_All_eu_def ** (0.01) R_All_eu_px ** R_Ze_eu_pc ** R_Ze_eu_pg (b) ** (0.12) ** (0.01) ** ** (0.03) ** 2.468** 2.045** 1.819** 2.183** 2.047** France ** ** ** (0.004) ** (0.03) * D1981q2, TD2001q1, D2009q1 TD1981q2, D1988q3, D2009q1 D1981q2, D1992q3, D2009q1 D1981q2, D1992q3, D2009q1 D1991q2, D2009q1 TCERfra ** (0.001) R_Fra_eu_def ** R_Ze_eu_pc ** R_Ze_eu_pg (b) ** ** (0.04) * (0.06) ** (0.03) ** 1.674** 1.712** 1.641** 1.042** (0.48) (0.44) (0.14) 2.098** D1981q2,T D2001q1, D2009q1 TD1981q2, D1991q2, D2009q1 TD1981q2, D1992q3, D2009q1 D1991q2, D2009q1 Noes: p-values enre parenhèses. ** Significaif au seuil 5%. * Significaif au seuil 10%. D indique une variable dummy ; TD une variable dummy avec endance. (a) Nombre de reards déerminés à l aide des crières d informaion d Akaike (AIC) e de Schwarz (SIC). (b) Période d esimaion: 1982Q4-2010Q2

16 Pour ous les modèles, les p-values 17 du es du khi-deux, e dans 7 cas sur 9 les p-values obenues par la méhode du boosrap, conduisen au reje de l hypohèse de sabilié. La dae de changemen de régime se siue le plus souven auour de 1980, à l excepion du modèle qui prend en compe les prix de gros de la zone euro e qui es esé, comme cela a déjà éé noé, sur une période plus coure. Tableau 4: Tess de sabilié Taux réels TCERall R_All_eu_def R_All_eu_px R_Ze_eu_pc R_Ze_eu_pg TCERfra R_Fra_eu_def R_Ze_eu_pc R_Ze_eu_pg Dae de rupure 1984Q3 1978Q3 1983Q3 1983Q2 1989Q4 1978Q2 1982Q1 1979Q3 1998Q3 Allemagne Break poin Chow Tes Sample Spli Chow es (1) 0.010** 0.070* (2) 0.000** 0.000* (1) (2) 0.000** 0.10* (1) ** (2) 0.000** 0.000** (1) (2) 0.000** 0.000** (1) 0.032** (2) 0.000** 0.082* France (1) 0.010** (2) 0.009** 0.006* (1) 0.006** 0.000** (2) 0.000** 0.000** (1) 0.020** 0.042** (2) 0.000** 0.000** (1) 0.004** 0.006** (2) 0.000** 0.000** (1) p-values déerminées par la méhode de boosrap (2) p-value pour la saisique du Khi-deux. * e **, reje de l hypohèse nulle de sabilié aux seuils 5% e 10%. Aussi, il apparaî uile de procéder à une nouvelle esimaion du modèle pour les sous périodes. Mais dans la mesure où on s inéresse plus pariculièremen aux effes de l euro sur le commerce, on s en iendra à la seconde sous période révélée par les ess de sabilié. On qualifiera de «période euro» cee sous période, dans la mesure où elle couvre à la fois la période euro srico sensu (à parir de 1999), e la période Sysème Monéaire Européen (à parir de 1979), phase préparaoire au passage à l euro. 17 Pour le déail des saisiques de ess, on pourra se reporer à Lükepohl (2004b).

17 Les relaions de coinégraion sur la «période euro» Le ableau 5 donne les résulas des relaions de coinégraion 18 esimées pour la sous période euro. Les différences observées précédemmen pour les valeurs des élasiciés son encore plus nees duran la «période euro». Les élasiciés-prix resen faibles pour l Allemagne puisqu elles son comprises enre -0.2 e -0.3, à l excepion du aux réel effecif qui donne une élasicié rès faible e non significaivemen différene de zéro. Ceci confirme que c es bien le aux de change de l euro conre dollar qui es perinen pour expliquer les exporaions allemandes. En revanche oues les élasiciés-prix son comprises enre -0.6 e -0.9 pour la France, soi le double de ce que l on rouve pour l Allemagne. De même les coefficiens de la variable volailié son ous négaifs e sysémaiquemen plus élevés (en valeur absolue) pour la France. Les valeurs des élasiciés revenu son aussi mainenan assez différenes enre les deux pays. Les exporaions allemandes son les plus sensibles à la demande exerne. Tous les modèles donnen des résulas similaires avec des coefficiens du PIB des pays parenaires compris enre 2 e 2.2. A l inverse ces élasiciés son deux fois plus faibles pour la France, puisqu elles son comprises enre 0.8 e 1.3, selon les modèles. Les résulas obenus ici son donc clairs ; d une par les exporaions allemandes hors zone euro son rès sensibles à la demande exerne e faiblemen sensibles à la compéiivié-prix ; d aure par les exporaions françaises hors zone euro son plus foremen dépendanes de la compéiivié-prix e moins foremen sensibles à la demande exerne. Ces observaions confirmen en premier lieu que l Allemagne a su, mieux que la France, irer parie de la croissance mondiale. Une augmenaion de 1% de la demande exerne enraîne une hausse de 2% des exporaions allemandes conre seulemen 1% des exporaions françaises. Ce résula s explique par les différences de spécialisaion des deux pays. D une par l Allemagne expore davanage vers les PECO e les Pays scandinaves, voire les Eas Unis, alors que la France es plus foremen ournée vers les PSEM (Cf. ableau A2). D aure par, les allemands disposen d un avanage significaif dans les seceurs de l auomobile e des machines e équipemens (L Angevin e Serravalle, 2005), alors que l avanage de la France se siue pluô dans les seceurs de l agroalimenaire e surou de l aéronauique, (Arus e Fonagné, 2006), ce qui expliquerai les réacions coé français à l appréciaion de l euro. 18 Les ess de coinégraion, non présenés ici, confirmen la présence d au moins une relaion de coinégraion pour chacun des modèles.

18 Tableau 5: Equaions de coinégraion des Exporaions : «Période euro» Variables Taux réels (Log) Période Reards(a) LogR logvol LogPIBeff Consane Variables de rupure Allemagne TCERall 1984Q3-2010Q2 R_All_eu_def 1978Q3-2010Q2 R_All_eu_px 1983Q3-2010Q2 R_Ze_eu_pc 1984Q4-2010Q2 R_Ze_eu_pg 1989Q4-2010Q (0.76) ** ** ** ** * (0.08) ** (0.01) ** ** ** 2.273** (0.02) 2.063** 1.991** (0.01) 2.049** 2.047** ** ** ** ** ** D2001q1, D2009q1 D1981q2, D1988q3, D2009q1 D1992q3, D2009q1 D1992q3, D2009q1 D1991q2, D2009q1 France TCERfra 1978Q2-2010Q2 R_Fra_eu_def 1982Q1-2010Q2 R_Fra_eu_px 1990Q1-2010Q2 R_Ze_eu_pc 1979Q3-2010Q2 R_Ze_eu_pg 1998Q3-2010Q ** ** ** ** ** ** (0.01) ** ** ** ** 1.356** 1.103** 1.127** (0.01) 1.094** 0.863** (0.26) 1.457** 2.899** (0.03) 0.345** (0.460) 2.528** D1981q2, D2001q1, D2009q1 D1991q2, D2009q1 D1991q2,TD2009q1 D1981q2, D1992q3, D2009q1 D2009q1 Noes: p-values enre parenhèses. ** Significaif au seuil 5%l. * Significaif au seuil 10%. D indique une variable Dummy ; TD une variable dummy avec endance. (a) Nombre de reards déerminés à l aide des crières d informaion d Akaike (AIC) e de Schwarz (SBIC).

19 18 En second lieu, il convien de noer que l Allemagne a su profier de l ouverure des PECO pour préserver la compéiivié-prix/coûs de ses produis face à une concurrence inernaionale de plus en plus exacerbée. Avec des coûs horaires du ravail de 27.6 euros en , conre un 1.4 à 4.5 euros dans les PECO (Sinn, 2006), les enreprises allemandes on délocalisé une parie de leurs processus de producion, c es à dire les aciviés en amon qui fon appel à de la main d œuvre peu qualifiée, conservan les aciviés plus en aval qui nécessien davanage de capial e de main d œuvre qualifiée. Elles on en quelques sore «régionaliser» leurs processus de producion. Germany is gradually urning ino a bazaar economy 20 ha is supplying he world wih a broad range of producs bu has a growing share of he value of is goods produced in is Easern hinerland (Sinn, 2006 p.1162). Ceci a eu pour conséquence d accroîre foremen la par des inpus imporés dans la valeur ajouée, par qui es passée de 28 % au débu des années 1990 à 42% en 2005 (Danninger e Jouz, 2007 p.7). Finalemen, les spécialisaions différenes fon que les exporaions de l Allemagne son moins sensibles à l appréciaion de l euro. Une appréciaion de l euro de 10% enraîne une réducion des quaniés exporées par la France de 6 à 9%, suivan les mesures de la compéiivié-prix, conre seulemen 2 % pour l Allemagne. 5. Conclusion A la différence de la plupar des ravaux consacrés aux exporaions des pays européens, noammen ceux qui concernen l Allemagne e de la France, ce ravail a eu pour obje de se focaliser sur les exporaions de marchandises de la France e de l Allemagne en direcion des seuls parenaires hors zone euro. Ceci a permis de mieux mere en évidence l effe aux de change, qui es arificiellemen rédui lorsqu on reien les exporaions vis-à-vis de la oalié des parenaires, dès lors que des pays qui commercen foremen enre eux comme la France e l Allemagne on adopé la même monnaie. On esime les élasiciés-prix e revenu de long erme à l aide d équaions de coinégraion. On monre que les exporaions allemandes son davanage réacives à la demande exerne e qu à l inverse elles son moins sensibles aux variaions du aux de change de l euro. Ce résula es robuse aux différenes définiions du aux de change réel de l euro. Il vau égalemen lorsqu on s inéresse à l impac d une plus fore volailié de la monnaie unique. Pour expliquer ces différences, il peu êre avancé que «la fragmenaion inernaionale de la producion a progressé plus rapidemen en Allemagne qu en France depuis une quinzaine d années. Cee poliique menée par les grandes enreprises a apporé des gains de compéiivié subsaniels à l Allemagne, même si les exporaions ainsi gagnées on un conenu en emplois relaivemen faible» (Arus e Fonagné 2006 p. 65). Au vu de ces résulas, on comprend pourquoi les aceurs économiques français, e au delà les responsables poliiques, s inquièen davanage que leurs homologues allemands de la valeur de l euro. 19 Ce coû es évalué euros pour la France. 20 Ce poin es discué par Boulhol (2006).

20 19 Noons enfin que ce ravail pourrai êre compléé par une analyse de la dynamique de cour erme des exporaions qui permerai en pariculier de mesurer l impac des mésalignemens (sur/sous évaluaion) de l euro sur les exporaions de produis. Bibliographie : Ahn, S. K. e Reinsel, G. C., (1990), «Esimaion of parially nonsaionary mulivariae auoregressive models», Journal of he American Saisical Associaion 85, pp Arus, P. e L. Fonagné, (2006), Évoluion récene du commerce exérieur français, Rappor du Conseil d Analyse Economique, La Documenaion Française. Boulhol, H., (2006), «Le bazar allemand explique--il l écar de performance à l exporaion par rappor à la France?», complémen au rappor Évoluion récene du commerce exérieur français, Arus e Fonagné (eds), pp Danninger, S. e F. Jouz, (2007), «Wha Explains Germany s Rebounding Expor Marke Share?», IMF Working Paper 07/24. Gaulier, G., A. Lahrèche-Révil, e I. Méjean, (2006), «Les élasiciés-prix e revenu des exporaions en France e en Allemagne : une analyse sur données désagrégées», complémen au rappor Évoluion récene du commerce exérieur français, Arus e Fonagné (eds), pp Giavazzi, F. e L. Spavena (1990), «The " New " EM's», in P. De Grauwe e L. Papademos (éds), The European Moneary Sysem in he 1990s, New York, Longman. L Angevin C. e S. Serravalle (2005) : «Performances à l exporaion de la France e de l Allemagne, une analyse par seceur e desinaion géographique», INSEE, Documen de ravail de la Direcion des éudes e synhèses économiques, n G2005/05, mai. Lükepohl, H., (2004a), «Univariae Time Series Analysis», in Lükepohl, H. and Kräzig, M. (eds), Applied Time Series Economerics, Cambridge Universiy Press, Cambridge. Lükepohl, H., (2004b), «Vecor Auoregressive and Vecor error Correcion models», in Lükepohl, H. and Kräzig, M. (eds), Applied Time Series Economerics, Cambridge Universiy Press, Cambridge Lükepohl, H. e Kräzig, M. (eds) (2004), Applied Time Series Economerics, Cambridge Universiy Press, Cambridge Mc Kenzie, M. e R. Brooks, (1997), «The Impac of Exchange Rae Volailiy on German- US Trade Flows», Journal of Inernaional Financial Markes, Insiuions and Money 7, pp Saikkonen, P., e Lükepohl, H., 2000, «Tesing for he Coinegraing Rank of a VAR Process wih an Inercep», Economeric Theory, 16, Saikkonen, P. e H. Lükepohl, (2002), «Tesing for a Uni Roo in a Time Series wih a Level Shif a Unknown Time», Economeric Theory 18, pp Sinn, H-W., (2006), «Pahological Expor Boom and he Bazaar Effec: How o Solve he German Puzzle», The World Economy 29(9), pp

21 20 Annexe 1 : Définiions e calcul des aux de change réels bilaéraux On reien cinq définiions différenes pour les aux de change réels ; deux pour la zone euro, rois pour l Allemagne e deux pour la France. Tableau A1: Définiions des aux de change réels bilaéraux Pays domesique Pays parenaire Période Modèle Allemagne - Eas-Unis R_All_eu_def Déflaeur du PIB Déflaeur du PIB 1971Q1-2010Q2 Allemagne R_All_eu_px Prix à l exporaion Prix de gros 1971Q1-2010Q2 Allemagne France - Eas-Unis R_Fra_eu_def Déflaeur du PIB Déflaeur du PIB 1971Q1-2010Q2 France R_Fra_eu_px IVU des expor. Prix de gros 1990Q1-2010Q2 France R_ze_eu_pc Prix à la consommaion Zone Euro - Eas-Unis Prix à la consommaion 1971Q1-2010Q2 France e Allemagne R_ze_eu_pg Prix de gros Prix de gros 1982Q4-2010Q2 France e Allemagne Annexe 2 : Pondéraions pour les calculs des aux de change réels effecifs e des PIB effecifs (PIB des pays parenaires) On s inéresse aux principaux desinaaires hors zone Euro des exporaions de marchandises de l Allemagne e de la France. En fin de période, les pays reenus compaien respecivemen pour 84% e 83 % des exporaions oales hors zone euro. On disingue deux sous périodes, 1971Q1-1992Q2 e 1992Q3-2010Q2, pour enir compe de l ouverure de l Ex-URSS e des pays d Europe cenrale. Les pondéraions son des moyennes sur chaque période.

22 21 Tableau A2 : Poids des pays parenaires (imporaeurs) hors zone Euro Pays exporaeurs Allemagne France Pays parenaires 1971Q1-1992Q2 1992Q3-2010Q2 1971Q1-1992Q2 1992Q3-2010Q2 Eas-Unis Canada Japon Royaume-Uni Scandinavie Asie PECO PSEM Amérique du Sud Ausralie/N. Zélande Afrique du Sud Scandinavie : Danemark, Suède Asie : Indonésie, Inde, NPI d Asie, e Chine PECO : Ex-URSS, Turquie e pays d Europe cenrale PSEM : Pays du Sud e de l Es Médierranéen Amérique du Sud : Brésil, Mexique e Argenine Sources : Calculs de l aueur à parir de la base Chelem Annexe 3 : Sources des données Taux de change euro/dollar : Daasream de 1971 à 1999 (euro synhéique), IFS Cd-rom depuis 1999, ligne rf. Prix à la consommaion harmonisé de la zone euro; Eurosa, Daasream depuis 1971 e IFS Cd-rom depuis 1998, ligne 64H. Prix de gros (Price Producer Index) : IFS Cd-rom, ligne 63. Données disponibles depuis 1982Q4. Déflaeurs du PIB : IFS Cd-rom, ligne 99BIR. Exporaions en volume : IFS Cd-rom, ligne 72. Prix à l exporaion de l Allemagne : IFS Cd-rom, Ligne 76. Indice de Valeur Uniaire des exporaions de la France : IFS Cd-rom, Ligne 74 PIB en volume : IFS Cd-rom, ligne 99BVR. Calcul des exporaions en volume hors zone euro : Pour les deux pays on s es référé dans un premier emps aux données d exporaions en valeur de la base Chelem e du FMI. Ces données son fournies pour chaque parenaire e sur une fréquence annuelle pour la base Chelem, e pour le oal des exporaions (oal des parenaires), mais en fréquence annuelle e rimesrielle pour le FMI. Aussi, on a pu calculer pour chaque année le raio exporaions oales/exporaions hors zone euro. Les données d exporaions hors zone euro en fréquence rimesrielle on alors éé obenues dans un second

23 22 emps en supposan que pour les 4 rimesres d une année, ce raio rese le même. Les exporaions réelles de l Allemagne seron obenues en divisan les exporaions en valeur par les prix à l exporaion e celles de la France en divisan par le déflaeur du PIB. Annexe 4 : Modèle GARCH pour le aux de change nominal Euro/dollar Le ableau A3 présene les résulas de l esimaion du modèle (2). Table A3: Esimaion du modèle GARCH(1,1) 1971Q1 2010Q2 Variable δ α β Log de la vraisemblance LogE i/j (0.35) (0.28) 0.703** Noes: p-values enre parenhèses. ** reje de l hypohèse nulle au seuil 5%.

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor

Essai sur les Modèles du Taux de Change. Incorporant la Règle de Taylor Universié de Monréal Essai sur les Modèles du Taux de Change Incorporan la Règle de Taylor Par Houria Aoufi Sous la direcion de Mme Marine Carrasco Déparemen des Sciences Économiques Faculé des ars e des

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration

Relations dynamiques entre politique macro-économique et secteur agricole en Tunisie : Une approche de cointégration Relaions dynamiques enre poliique macro-économique e seceur agricole en Tunisie : Une approche de coinégraion Chebbi H.E., Gil J.M. in Laajimi A. (ed.), Arfa L. (ed.). Le fuur des échanges agro-alimenaires

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie

Taux de change et Inflation: une analyse en modèle VAR du canal du taux de change : Cas de la Tunisie Taux de change e Inflaion: une analyse en modèle VAR du canal du aux de change : Cas de la Tunisie Samia Jebali 1 Tahar Moulahi** Mohamed Slim Mouha*** Résumé La Tunisie connais depuis cinq ans une dépréciaion

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.

Union monétaire et impact du commerce bilatéral intra zone : approche par les VAR structurels dans la zone CFA. Latif DRAMANI dramaniarmel@yahoo. Union monéaire e impac du commerce bilaéral inra zone : approche par les VAR srucurels dans la zone CFA Laif DRAMANI dramaniarmel@yahoo.fr Oumy Laye layendiaye78@yahoo.fr Résumé Ce aricle ene de répondre

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Transmission Des Variations Du Taux De Change Aux Prix vidence Empirique Pour La Tunisie Et Le Maroc

Transmission Des Variations Du Taux De Change Aux Prix vidence Empirique Pour La Tunisie Et Le Maroc Global Journal of Managemen and Business Research Volume 12 Issue 2 Version 1.0 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA) Online ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts?

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts? La persisance des chocs de volailié sur le marché des changes s es-elle modifiée depuis le débu des années quare-vings? Michel BEINE * Sébasien LAURENT Ce aricle vise à déerminer si la persisance des chocs

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comporemen du banquier cenral en environnemen incerain Sanvi AVOUYI-DOVI & Jean-Guillaume SAHUC 07-05 www.univ-evry.fr/epee

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR

Abstract. Classification JEL: C22 ; G01 ; G15 Mots clés : contagion financière ; cointégration et ecm asymétrique; modèles TAR, M-TAR Modélisaion de la conagion des marchés financiers basée sur la coinégraion asymérique : le cas des marchés américain, français, anglais e japonais. Absrac Le bu de ce aricle es d analyser la conagion des

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 2/2005 Croissance économique e consommaion d énergie au Congo : une analyse en ermes de causalié Samuel AMBAPOUR Chrisophe MASSAMBA BAMSI

Plus en détail

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles

Modélisation et prévision de la consommation horaire d électricité au Québec Comparaison de méthodes de séries temporelles Modélisaion e prévision de la consommaion horaire d élecricié au Québec Comparaison de méhodes de séries emporelles Mémoire Sylvesre Tasa Mairise en Économique Maîre ès ars (M.A.) Québec, Canada Sylvesre

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro

L orientation de la politique monétaire à l aune du taux d intérêt «naturel» : une application à la zone euro L orienaion de la poliique monéaire à l aune du aux d inérê «naurel» : une applicaion à la zone euro Le regain d inérê récen pour le concep de aux d inérê «naurel», inrodui par Wicksell au débu du XX e

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail