La prise en compte des événements extrêmes pour la valorisation d options européennes

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prise en compte des événements extrêmes pour la valorisation d options européennes"

Transcription

1 La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes JULIEN IDIER CAROLINE JARDET GAËLLE LE FOL Banque de France, Banque de France Banque de France, Universié Paris I Universié d Évry, CREST ALAIN MONFORT Banque de France, CNAM e CREST FULVIO PEGORARO Banque de France, CREST Selon les modèles radiionnels de valorisaion d opions, les marchés i nanciers sous-évalueraien l inl uence des risques exrêmes. Dans ce aricle, nous proposons un modèle d évaluaion d opions européennes ondé sur des hypohèses garanissan enre aures une meilleure prise en compe des événemens exrêmes. À parir de simulaions, nous comparons les prix d opions obenus à parir du modèle classique de Black e Scholes, à ceux résulan de nore modèle. Nous monrons que le modèle radiionnel condui à une surévaluaion des opions «à la monnaie» qui son les plus échangées sur le marché. Les opions «dans la monnaie» e «hors la monnaie», les moins liquides, son en revanche sous-évaluées. NB : Les opinions exprimées dans ce aricle son celles de ses aueurs e ne corresponden pas nécessairemen à celles de la Banque de France. C. Black e Scholes (973) Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

2 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» La liéraure associée à la héorie de la valorisaion d acis inanciers s es développée principalemen sous l impulsion des ravaux de Meron (973a, 973b, 974, 976), de Black e Scholes (973) e de Cox, Ingersoll e Ross (985a, 985b). En maière d évaluaion d opions, la réérence de base demeure le modèle de Black e Scholes (BS) de 973. Toueois, les hypohèses de ce modèle son inadapées e largemen reeées par les données. Par exemple, la ormulaion iniiale du modèle suppose que la volailié du aux de rendemen de l aci risqué, sous-acen du conra d opion, es consane. Ceci n es pas vériié empiriquemen. De plus, le aux de rendemen du sous-acen es supposé suivre une disribuion normale. Or, l hypohèse de normalié des aux de rendemens des variables inancières es largemen conesée, voire reeée, noammen parce qu elle sous-esime la réquence des événemens exrêmes. Nous nous concenrons ici principalemen sur cee dernière criique du modèle de Black e Scholes e proposons un modèle d évaluaion d opions européennes ondé sur des hypohèses plus réalises. Le modèle reenu s inscri dans le cadre plus général des modèles à aceurs en emps discre pour la valorisaion des acis inanciers ou physiques 3 selon le principe d absence d opporunié d arbirage (AOA). Sous l hypohèse d AOA, le prix d un aci inancier es égal à l espérance de ses lux uurs acualisés par un aceur d escompe représenan à la ois l aversion pour le risque e la préérence pour le présen. Ce principe de valorisaion implique deux ypes de modélisaion : d abord, déinir des aceurs représenan l inormaion des invesisseurs e proposer une modélisaion de la dynamique de ces aceurs ; ensuie, choisir une modélisaion du aceur d escompe en oncion de ces aceurs. En pariculier, ces deux élémens de modélisaion permeen de déinir une dynamique «viruelle» des aceurs, die dynamique «risque-neure» pour laquelle le prix de l aci devien égal à l espérance de ses lux uurs acualisés par le aux sans risque. Dans ce aricle, nous monrons commen ces principes généraux peuven êre appliqués au cas du calcul du prix d une opion européenne. Plus pariculièremen, une des hypohèses-clés du modèle es liée à la déiniion de la dynamique hisorique du aceur, supposée êre de ype mélange de lois gaussiennes. Cee hypohèse garani une meilleure modélisaion des événemens exrêmes. Pour simpliier la présenaion, nous choisissons un cadre saique. Nous monrons que le modèle présené généralise le modèle de Black e Scholes (c. encadré ) e perme noammen de mieux rendre compe du cas des risques exrêmes. Il ressor une surévaluaion des opions «à la monnaie» e une sous-évaluaion des opions «dans la monnaie» e «hors la monnaie». DÉFINITION DE L ENSEMBLE D INFORMATION ET DE SA DISTRIBUTION DE PROBABILITÉ Ain de valoriser l aci, l invesisseur déini un ensemble de aceurs ondamenaux suscepible d en inluencer le prix. On noe w la valeur des aceurs à la dae e w son hisorique passé 4. Les lux uurs générés par l aci son supposés dépendre des réalisaions uures de ces aceurs. Dans le modèle d évaluaion d opions présené ici, l inormaion don dispose l invesisseur à chaque dae es le aux de rendemen de l aci sous-acen. C es un aceur observable don la dynamique hisorique peu êre inérée à parir d un échanillon d observaions. Une hypohèse souven reenue dans la liéraure 5, bien que largemen conesée, es que le aux de rendemen de l aci risqué es disribué selon une loi gaussienne. Nous discuons cee hypohèse e proposons une alernaive. C. Mandelbro (96, 963, 967) ; Fama (965) 3 C. Berholon, Monor e Pegoraro (006) ; Pegoraro (006) 4 Ce aceur s inerprèe comme l inormaion disponible à la dae pour l invesisseur. Cee inormaion peu êre observable (rendemens d un aci sous-acen, aceurs macroéconomiques), pariellemen ou oalemen inobservable (régimes de volailié) par l économère. 5 C. Black e Scholes (973) 48 Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

3 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» Encadré Le modèle de Black e Scholes Les hypohèses Le prix de l aci sous-acen S sui un mouvemen brownien géomérique : où μ e σ son consans. ds = μs d + σs dw Le aux de rendemen du sous-acen, x + = In(S + / S ) sui donc une disribuion gaussienne de moyenne µ σ e d écar-ype σ ; il n y a pas de resricion sur les venes à découver ; il n y a pas de rais de ransacion ou d impôs ; ous les sous-acens son paraiemen divisibles ; il n y a pas de dividende sur le sous-acen ; il n y a pas d opporunié d arbirage ; le marché oncionne en coninu ; le aux sans risque, r, es consan. La ormule de Black e Scholes Elle perme de calculer la valeur héorique C d une opion européenne à la dae, à parir des cinq données suivanes : S le prix à la dae du sous-acen ; T la dae d échéance de l opion ; K le prix d exercice i xé par l opion ; r le aux d inérê sans risque ; σ la volailié du prix du sous-acen. ( ) Le prix héorique relai en C d une opion d acha, noé c, avec échéance en T e de prix relai d exercice κ = K es : S c = N(d ) κe r (T ) N(d ). De même, le prix relai d une opion de vene es : p = κe r (T ) N( d ) N( d ), où : S N es la oncion de répariion d une loi normale cenrée réduie, N ( x ) d ln ( κ ) + ( r + σ / )( T ) = σ T, = x π u e du, d = d σ T, Plus pariculièremen, pour le cas d une opion d acha en de maurié une période (T = + ), on obien : r c = N ( d ) κ e N ( d ), avec : r ln ( κ ) σ d = +, σ d = d σ. r Par la suie, nous noerons σ, κ ) = N ( d ) κ e N ( d ). c BS ( Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

4 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» Fais sylisés e limies de la loi gaussienne Pour illusrer les limies de l hypohèse de normalié des rendemens d aci, nous nous inéressons au cas du aux de rendemen hebdomadaire du CAC 40 sur la période allan du 3 anvier 996 au 30 avril 008. Le graphique repore la disribuion empirique de ce aux de rendemen. Dans un premier emps, nous approchons cee disribuion par une loi gaussienne N(µ,σ ). Les valeurs esimées de µ e σ son respecivemen la moyenne e la variance empirique des rendemens. La disribuion héorique, ainsi esimée, garani la reproducion exace de la moyenne e de la variance. En revanche, ceraines caracérisiques empiriques de la disribuion des rendemens ne son pas reproduies avec la loi gaussienne (c. ableau ) : La disribuion empirique présene des queues de disribuion plus épaisses que les queues de disribuion de la loi gaussienne : les rendemens élevés (posiis ou négais) son observés plus souven que prévu par la disribuion gaussienne. La valeur du coeicien d aplaissemen (ou kurosis) es ainsi supérieure à 3, qui es celle d une loi normale. La disribuion es aussi plus poinue en zéro avec des queues épaisses (c. ableau ). En conséquence, la probabilié héorique de survenance Tableau Disribuion empirique Disribuion gaussienne Moyenne 0,3 % 0,3 % Écar-ype,48 %,48 % Skewness - 0,4 0 Kurosis 6,6 3 Noe : La moyenne e l écar-ype son relais aux rendemens hebdomadaires du CAC 40 ( au ). d une valeur exrême es sous-esimée lorsque le aux de rendemen es supposé gaussien. La disribuion empirique n es pas symérique conrairemen à la disribuion gaussienne : les rendemens négais son observés plus souven que ce que prévoi la disribuion gaussienne. Le coeicien d asymérie (ou skewness) es négai pour la disribuion empirique, raduisan une queue plus longue sur la gauche, conrairemen à celui de la loi gaussienne égal à zéro. Les mélanges de lois gaussiennes : déiniion e inerpréaion Dans la liéraure, plusieurs amilles de disribuions on éé proposées pour pallier les insuisances de la loi gaussienne : les disribuions alpha-sables 6 ; les mélanges inis de disribuions, comme les mélanges de gaussiennes 7 ; les lois de Suden simples e généralisées 8 ; les disribuions hyperboliques 9. Graphique Disribuion empirique du aux de rendemen hebdomadaire du CAC 40 e disribuion gaussienne (en abscisses : aux de rendemen du CAC 40 ; en ordonnées : densié de probabilié) 0,09 0,08 0,07 0,06 0,05 0,04 0,03 0,0 0,0 0-0,0-0,6-0, - 0,08-0,04 0 0,04 0,08 0, 0,6 0,0 Disribuion empirique Loi gaussienne 6 C.Mandelbro (997) ; Minick e Rachev (993) ; Adler e al (998) 7 C. Kon (984) ; Akgiray e Booh (987) ; Tucker e Pond (988) 8 C. Bollerslev (987) ; Baillie e Bollerslev (989) ; Lamber e Lauren (000, 00) 9 C. Barndor-Nielsen (994) ; Eberlein e Keller (995) ; Kuechler e al. (999) Nous nous inéressons ici au cas du mélange de deux gaussiennes pour plusieurs raisons : il perme d approcher correcemen oues les disribuions alernaives ciées ci-dessus ; il présene ceraines propriéés héoriques permean des manipulaions aciles dans le cadre d un modèle héorique d évaluaion de prix d acis, comme les prix d opions par exemple ; il es rès simple à simuler ; il perme de reproduire divers ensembles (moyenne, variance, skewness e kurosis) observés dans les données, y compris dans le cas le plus simple où le mélange n implique que deux lois gaussiennes. 50 Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

5 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» De açon plus ormelle, reenir l hypohèse d une disribuion sous la orme d un mélange de deux gaussiennes revien à supposer que la variable aléaoire x (le aux de rendemen par exemple) peu prendre ses valeurs dans deux régimes possibles : le régime ayan une probabilié de survenance égale à p e le régime don la probabilié de survenance es p. La disribuion de probabilié sous le régime es une disribuion gaussienne, de moyenne µ e de variance σ, noée N(µ, σ ). Sous le régime, la disribuion de probabilié es une gaussienne de moyenne µ e de variance σ, noée N(µ, σ ). Au oal, la disribuion de probabilié de la variable aléaoire x (mélange de deux gaussiennes) dépend de cinq paramères, µ, σ, µ, σ e p. La densié de probabilié du mélange de deux gaussiennes s écri : (x)=pn(x;µ, σ )+( p)n(x;µ, σ ) () avec n(x;µ i, σ i )= σ i π e (x u i ) la densié de probabilié d une loi gaussienne de moyenne µ i e de variance σ i. Ce raisonnemen peu êre généralisé à plus de deux régimes, la disribuion éan gaussienne sous chacun des régimes (c. hypohèse de l encadré ). Un aure avanage du mélange de gaussiennes se rappore à son inerpréaion, ce qui n es pas ouours le cas d aures disribuions comme la loi hyperbolique ou la loi de Suden. Par exemple, dans le cas d un mélange de deux gaussiennes, chaque régime peu représener des éas du marché ayan diérens niveaux de volailié. Le régime aichan la volailié la plus élevée peu alors s inerpréer comme un régime de crise inancière. Nous avons vu qu une disribuion gaussienne ne peu pas reproduire oue la disribuion empirique des rendemens (c. graphique ). Pour obenir une meilleure esimaion de la disribuion empirique du aux de rendemen du CAC 40, nous esimons les paramères du mélange de deux gaussiennes présené ci-dessus 0. Les valeurs esimées des paramères son reporées dans le ableau. Dans ce exemple, la probabilié d êre dans le premier régime, c es-à-dire le régime de ore volailié, es 0,. Dans ce régime, la volailié es 4,96 % σ i, Tableau Disribuion gaussienne Régime Disribuion gaussienne Régime Mélange de Disribuion gaussiennes empirique Moyenne - 0,34 % 0,9 % 0,08 % 0,3 % Écar-ype 4,96 %,9 %,96 %,48 % Skewness 0 0-0, - 0,4 Kurosis 3 3 5,4 6,6 Noe : p=0, es la probabilié d occurence du régime, régime de volailié élevée. La moyenne e l écar-ype son relais aux rendemens hebdomadaires du CAC 40 ( au ). e la moyenne 0,34 %, soi une volailié e une moyenne annualisées de 35,7 % e 7,7 % respecivemen. Ce régime s inerprèe comme un régime de crise inancière. Dans le second régime, la volailié e la moyenne son,9 % e 0,9 %, soi 3,7 % e 9,88 % en valeurs annualisées. Le graphique représene la disribuion empirique des données ainsi que ses approximaions par le mélange de lois gaussiennes (en rai plein) e la loi gaussienne (en poinillé). Le mélange de gaussiennes reprodui mieux la disribuion des données. En pariculier, les queues e l asymérie de la disribuion empirique son mieux esimées. Par exemple, un aux de rendemen de rois écars-ypes (événemen exrême) es observé oues les 4 semaines en moyenne sur les données. Ce événemen es prévu oues les 60 semaines en moyenne avec la loi gaussienne e oues les semaines en moyenne avec le mélange de gaussiennes. Graphique Disribuion empirique du aux de rendemen du CAC 40 e approximaion par un mélange de gaussiennes (en abscisses : aux de rendemen du CAC 40 ; en ordonnées : densié de probabilié) 0,09 0,08 0,07 0,06 0,05 0,04 0,03 0,0 0,0 0-0,0-0,6-0, - 0,08-0,04 0 0,04 0,08 0, 0,6 0,0 Disribuion empirique Mélange de lois gaussiennes Loi gaussienne 0 Nous uilisons pour cela la méhode du maximum de vraisemblance. Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008 5

6 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» Encadré Le modèle d évaluaion d opions de Berholon, Monor, Pegoraro (006) Les hypohèses S + H : la disribuion hisorique du aux de rendemen du sous-acen, x = + ln où S es le prix en de l aci S sous-acen, es un mélange de J lois gaussiennes. Sa densié de probabilié es donnée par : où, pour =,,J : J ( x ) = p n ( x, μ, σ, = ) n ( x, μ, σ ( x μ ) σ ) = e es la densié d une gaussienne de moyenne μ e de variance σ π σ ; 0 p e J = p =. H : le aceur d escompe sochasique es caracérisé par une orme exponenielle ai ne M = exp( α x + β ), + +. Résulas Résula : Sous les hypohèses H e H, le aceur d escompe sochasique adme une unique soluion en (α, β ), noée (α, β) vérii an les deux condiions d absence d opporunié d arbirage :, + E ( ) M, + exp r + =, soi sous H : E ( M exp x ) = + exp( r + + β exp( β ) E ) E ( exp α x ) =, ( exp( α + ) x ) =, + + r où + es le aux sans risque enre les daes e + (connu en ). La première condiion es la condiion d absence d opporunié d arbirage appliquée à l aci sans risque. La seconde es la condiion d absence d opporunié d arbirage appliquée au sous-acen de l opion. Résula : sous les hypohèses H e H, la disribuion risque-neure du aceur es unique e es égalemen un mélange de gaussiennes. Sa densié de probabilié, Q J Q (x), es donnée par : ( x ) = ν n ( x, μ + ασ, σ ), = où, pour =,,J : α p exp αμ + σ J ν =, 0 ν J, ν =. α = p + exp αμ σ = Résula 3 : Sous les hypohèses H e H, le prix héorique de l opion d acha européenne de maurié une période es : J c = c κ ν γ σ, BS = γ, σ où c BS (.,.) es la ormule de Black e Scholes d une période déinie dans l encadré e γ = exp μ + ασ r +. 5 Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

7 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» Le mélange de lois gaussiennes es ainsi clairemen plus adapé à la modélisaion de la dynamique hisorique du aux de rendemen du sous-acen. C es donc cee hypohèse qui es reenue dans la suie du papier. L ACTUALISATION DES FLUX FUTURS DE L ACTIF ET SON APPLICATION À LA VALORISATION DES OPTIONS Le principe de base du modèle de prix d aci repose sur l idée d une acualisaion des lux uurs engendrés par l aci. Ce poin soulève la quesion du aceur d escompe à employer. Cee quesion peu êre envisagée de deux açons, selon «l univers» dans lequel on décide de raisonner. Dans l univers «risque-neure», le aux d acualisaion es le aux sans risque. Dans l univers «réel» ou «hisorique», l acualisaion es opérée via le aceur d escompe sochasique. Nous revenons sur ces deux approches en précisan les hypohèses aies dans le cadre de nore modèle e les liens qui peuven êre éablis enre les deux univers. L univers hisorique : le aceur d escompe sochasique Si l hypohèse d absence d opporunié d arbirage es vériiée, il exise une variable aléaoire posiive, permean de calculer à oue dae, le prix d un aci ournissan des lux uurs aléaoires dépendan des aceurs. Cee variable es appelée aceur d escompe sochasique. Plus précisémen, le prix de l aci à la dae, es égal à l espérance des lux uurs engendrés par l aci, acualisés par le aceur d escompe sochasique. En noan M,+ le aceur d escompe sochasique enre e +, P le prix de l aci en, g + = g(w + ) le lux de résorerie engendré par l aci enre e +, on a : P =E (M,+ g + ). () La première éape de la modélisaion a permis de déinir e d ideniier la disribuion de probabilié condiionnelle au passé du aceur w +, e donc celle de g + =g(w + ). La seconde éape consise à aire la même chose pour le couple (w +, M,+ ). Une ois la disribuion condiionnelle de (g +, M,+ ) ideniiée, on peu déerminer analyiquemen ou par simulaions l espérance condiionnelle du produi M,+ g + e donc le prix P. L approche considérée dans ce aricle s appuie sur une spéciicaion du aceur d escompe sochasique de ype exponenielle-aine : M,+ =exp(α (w ) w + +β (w )). (3) Dans cerains conexes, les coeiciens de la orme linéaire, α (w ) e β (w ), peuven êre déerminés de açon unique par les condiions d absence d opporunié d arbirage. Le aceur d escompe sochasique es alors ixé de açon unique dans la amille exponenielle aine. Pour spéciier complèemen la orme du aceur d escompe sochasique, on doi déerminer les coeiciens α e β. En appliquan la ormule () au aux de rendemen de l aci sous-acen d une par, au aux de rendemen de l aci sans risque d aure par, il es possible de dériver deux condiions dies d absence d opporunié d arbirage (c. encadré ). On peu alors monrer que ce sysème adme une unique soluion en (α β ), permean de caracériser enièremen la orme du aceur d escompe sochasique en oncion de la dynamique hisorique des aceurs. L univers risque-neure L univers «risque-neure» correspond à une économie viruelle où les agens seraien neures ace au risque. La renabilié aendue de ous les acis serai alors égale au aux sans risque. En conséquence, le aux d acualisaion ne serai aure que le aux d inérê sans risque. Un el univers se consrui acilemen à l aide de la dynamique hisorique des aceurs e du aceur d escompe sochasique (c. annexe ). C. Hansen e Richard (987) C. Gouriéroux e Monor (007) Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

8 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» 3 Applicaion à la valorisaion des opions Dans le cadre de nore modèle, on peu monrer que lorsque la disribuion hisorique des aceurs es un mélange de gaussiennes e que le aceur d escompe sochasique es de ype exponeniel aine, alors la disribuion risque-neure es unique e es égalemen un mélange de gaussiennes. Ce résula perme, enre aures, l obenion d une ormule analyique e unique pour le prix d une opion sur acion. En ee, lorsque le aux de rendemen du sous-acen es supposé suivre un processus-ype mélange de gaussiennes à oue dae e que le aceur d escompe sochasique es de ype exponeniel aine, on monre que la ormule de valorisaion des opions es une combinaison linéaire de ormules de ype Black e Scholes. Le prix dépend des moyennes e des variances des gaussiennes uilisées dans la disribuion mélange. Dans le cas gaussien, c es-à-dire si on ai l hypohèse qu un seul régime exise, on rerouve les ormules classiques d évaluaion d opion du modèle de Black e Scholes (c. annexe e encadré ). On peu égalemen monrer que cee ormule es généralisable au cas d une opion don l échéance es supérieure à une période. 3 ÉVÉNEMENTS EXTRÊMES ET VALORISATION : EXEMPLE D UNE OPTION D ACHAT EUROPÉENNE Dans cee secion nous monrons à l aide d un exemple numérique commen la prise en compe des événemens exrêmes (variaions imporanes dans le rendemen des acis risqués) dans un modèle de valorisaion, peu changer sensiblemen le prix de l aci inancier que l on veu valoriser. Nous avons vu que le mélange de lois gaussiennes perme de reproduire de açon plus saisaisane la kurosis élevée e la skewness négaive observées empiriquemen à parir de la série du aux de rendemen du CAC 40. Ce résula es aussi vériié dans l univers risque-neure où la orme gaussienne e mélange de gaussiennes du aceur es préservée grâce à la spéciicaion exponenielle aine du aceur d escompe sochasique (c. encadrés e ). Graphique 3 Prix Black e Scholes (BS) e mélange de gaussiennes, opion call (en abscisses : srike relai ; en ordonnées : prix relai opion call) 0,06 0,05 0,04 0,03 0,0 0,0 0 0,95 0,96 0,97 0,98 0,99,0,0,03,04,05,06 Prix BS Prix mélange de gaussiennes Nous considérons une opion d acha (call) européenne ayan comme aci sous-acen l indice CAC 40 (observé sur la période menionnée à la secion ), une échéance résiduelle d une semaine e un aux sans risque consan r = 0,0007 (base hebdomadaire). Nous comparons le prix obenu à parir du modèle de Black e Scholes (c. encadré ), à celui correspondan à un mélange de deux gaussiennes (c. encadré ). Les résulas, présenés dans le ableau 3, monren que le modèle de Black e Scholes, en sous-esiman la réquence des événemens exrêmes, produi une surévaluaion du prix des opions «à la monnaie» (κ, celles les plus échangées sur le marché) e une sous-évaluaion du prix des opions «dans la monnaie» (κ < ) e «hors la monnaie» (κ >, les moins liquides) (c. graphiques 3 e 4). Graphique 4 Écar de prix relai : Prix BS Prix mélange Prix mélange (en abscisses : srike relai ; en ordonnées : erreur relaive de valorisaion) 0,4 0, 0-0, - 0,4-0,6-0,8 -,0 -, 0,85 0,90 0,95,05,0,5 54 Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

9 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» L écar relai (c. ableau 3) 3 enre le prix obenu par mélange de gaussiennes e le prix issu du modèle de Black e Sholes (prix BS) es inerpréé comme la réévaluaion opérée lorsque les risques exrêmes son mieux pris en compe dans la valorisaion du call européen (passage d un modèle ype Black e Scholes gaussien à un modèle avec mélange de gaussiennes). On consae que ces écars son imporans dans ce exemple Tableau 3 Prix BS Prix mélange Prix mélange Opion call «dans la monnaie» 0,85 κ < 0,95 Opion call «à la monnaie» 0,95 κ <,05 Opion call «hors la monnaie»,05 κ <,5-0, % 3,76 % - 88,5 % où l échéance es coure. Ces écars se réduiraien pour des échéances plus longues. Ce aricle reprend un modèle d évaluaion d opion européenne capable de prendre en compe les risques exrêmes. Les illusraions numériques monren qu un modèle ondé sur une sous-esimaion de la réquence des événemens exrêmes produi sysémaiquemen une surévaluaion des opions «à la monnaie», qui son les plus échangées sur le marché. Les opions «dans la monnaie» e «hors la monnaie» (les moins liquides) son en revanche sous-évaluées. Pour des raisons de simplicié, nous avons uilisé dans la présenaion un modèle saique dans lequel les rendemens son indépendans avec pour loi un mélange de deux gaussiennes. Un modèle plus réalise serai un modèle dynamique 4 dans lequel la loi condiionnelle au passé du rendemen serai ouours un mélange de gaussiennes mais avec des paramères dépendan du passé. L ee de la prise en compe des événemens exrêmes dépendrai alors de l environnemen présen e passé en ermes de rendemens e de volailié. À ce égard, le modèle saique présené ici peu êre vu comme reproduisan un ee moyen. 3 Un pas de 0,0 es uilisé dans chaque ranche de srike relai. 4 C. Berholon, Monor e Pegoraro (006) Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

10 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» ANNEXE Passage de l univers hisorique à l univers risque-neure La disribuion de probabilié condiionnelle risque-neure peu généralemen se déduire de la disribuion de probabilié hisorique e de la spéciicaion du aceur d escompe sochasique. Plus précisémen, si on noe (x + ) la oncion de densié de probabilié condiionnelle hisorique du aceur, c es-à-dire la disribuion du Q ( + aceur observée dans le monde «réel» e x ) la oncion de densié de probabilié condiionnelle risqueneure du aceur, c es-à-dire la disribuion du aceur qui serai observée dans un univers risque-neure, le passage de l univers hisorique à l univers risque-neure es donné par la ormule : Q ( x+ ) M, + = ( x + ), E M ) (, + (A.) où M,+ es le aceur d escompe sochasique. En noan P le prix à la dae de l aci sans risque à une période e en appliquan la ormule de valorisaion () à ce aci, on obien : où P + =. P, + + = E ( M P ), (A.) Si on déini r = log, le aux sans risque enre e + (connu en ), on a alors : P + ( M ), + = exp( r ). E + En réécrivan la ormule de valorisaion () en uilisan (A.) e (A.3), on obien : (A.3) = exp( ) Q P r E ( g ), + + ce qui es la ormule de valorisaion dans un monde risque-neure. 56 Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

11 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» ANNEXE Prix d une opion d acha européenne de maurié une période C Considérons le cas d une opion d acha européenne de maurié une période. Nous noons c = le prix relai S à la dae de l opion (S es le cours du sous-acen e C le prix de l opion en ). Son prix relai d exercice K en + es noé κ, où κ= avec K le prix d exercice en +. Le cours relai du sous-acen en + es égal à S exp(x + ). Le lux uur en + de l opion, noé g +, es donc exp (x + ) κ si l opion es exercée, 0 sinon. Auremen di, on a : Le prix relai de l opion en es alors : + g = ( exp ( x ) κ,0 ) = ( exp ( x ) κ). (A.) + max c = E ( M x ) ), (A.), + (exp( + ) κ où E (.) es l espérance condiionnelle calculée sous la disribuion hisorique (mélange de gaussiennes). Dans l univers risque-neure, ceci s écri : c + ) Q + ( (exp( ) E x + ), (A.3) = exp( r κ ) où r + es le aux sans risque enre e + (connu en ) e E Q (.) es l espérance condiionnelle calculée sous la disribuion risque-neure. Rappelons que sous les hypohèses du modèle, la disribuion risque-neure es égalemen un mélange de processus gaussiens. En calculan le membre de droie de l équaion (A.), on monre que la ormule de valorisaion des opions es une combinaison linéaire de ormules de ype Black e Scholes. Cee ormule dépend des moyennes e des variances des gaussiennes uilisées dans la disribuion mélange. Dans le cas gaussien, c es-à-dire si on ai l hypohèse qu un seul régime exise, on rerouve les ormules classiques d évaluaion d opion du modèle de Black e Scholes (voir encadré ). On peu égalemen monrer que cee ormule es généralisable au cas d une opion don l échéance es supérieure à une période. S + Par déiniion x = + ln où S es le prix du sous-acen en. S Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

12 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» BIBLIOGRAPHIE Adler (R. J.), Feldman (R.) e Taqqu (M.) (998) A pracical guide o heavy ails: saisical echniques and applicaions, Birkhäuser, Boson, Basel, Berlin Akgiray (V.) e Booh (G. G.) (987) Compound disribuion models o sock reurns: an empirical comparison, The Journal o Financial Research, 0, p Baillie (R. T.) e Bollerslev (T.) (989) The message in daily exchange raes: a condiional-variance ale, The Journal o Business and Economic Saisics, 7, p Barndor-Nielsen (O. E.) (994) Gaussian inverse Gaussian processes and he modelling o sock reurns, Technical Repor, Aarhus Universiy Berholon (H.), Monor (A.) e Pegoraro (F.) (006) Pricing and inerence wih mixures o condiionally normal processes, Banque de France, Working Paper 88 Black (F.) e Scholes (M.) (973) The pricing o opions and corporae liabiliies, Journal o Poliical Economy, 8, p Bollerslev (T.) (987) A condiional heeroskedasic ime series model or speculaive prices and raes o reurn, Review o Economics and Saisics, 69, p Cox (J.), Ingersoll (J.) e Ross (S.) (985a) An ineremporal general equilibrium model o asse prices, Economerica, 53, p Cox (J.), Ingersoll (J.) e Ross (S.) (985b) A heory o he erm srucure o ineres raes, Economerica, 53, p Eberlein (E.) e Keller (K.) (995) Hyperbolic disribuions in inance, Bernoulli,, p Fama (E.) (965) The behaviour o sock marke prices, Journal o Business, 38, p Gouriéroux (C.) e Monor (A.) (007) Economeric speciicaions o sochasic discoun acor models, Journal o Economerics, 36, p Hansen (L. P.) e Richard (S.) (987) The role o condiioning inormaion in deducing esable resricions implied by dynamic asse pricing models, Economerica, 55, p Kon (S. J.) (984) Models o sock reurns: a comparison, The Journal o Finance, 39, p Kuechler (U.), Neumann (K.), Soerensen (M.) e Sreller (A.) (999) «Sock reurns and hyperbolic disribuions, Mahemaical and compuer modeling, 9, p. -5 Lamber (P.) e Lauren (S.) (000) Modeling skewness dynamics in series o inancial daa using skewed locaion-scale disribuions, Working Paper Lamber (P.) e Lauren (S.) (00) Cenral bank inervenions and umps in double long memory models o daily exchange raes, Working Paper Mandelbro (B.) (96) Pareian disribuions and income maximisaion», Quarerly Journal o Economics, 76, p Mandelbro (B.) (963a) New mehods in saisical economics, Journal o Poliical Economy, 7, p Mandelbro (B.) (963b) The variaion o some oher speculaive prices, Journal o Business, 36, p Mandelbro (B.) (967) Variaion o some oher speculaive prices, Journal o Business, 40, p Mandelbro (B.) (997) Fracal and scaling in inance. Disconinuiy, concenraion, risk, Springer, New York, Berlin, Heidelberg Meron (R. C.) (973a) Theory o raionale opion pricing, Bell Journal o Economics and Managemen Science, 4, p Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre 008

13 J. Idier, C. Jarde, G. Le Fol, A. Monor e F. Pegoraro : «La prise en compe des événemens exrêmes pour la valorisaion d opions européennes» Meron (R. C.) (973b) An ineremporal capial asse pricing model, Economerica, 4, p Meron (R. C.) (974) On he pricing o corporae deb: he risk srucure o ineres raes, Journal o Finance, 9, p Meron (R. C.) (976) Opion pricing when he underlying sock reurns are disconinuous, Journal o Financial Economics, 3, p Minick (S.) e Rachev (S. T.) (993a) Modeling asse reurns wih alernaive sable disribuions, Economeric Review, 3, p Minick (S.) e Rachev (S. T.) (993b) Reply o commens on modeling asse reurns wih alernaive sable disribuions and some exensions, Economeric Review,, p Pegoraro (F.) (006) «Modèles à aceur en emps discre pour la valorisaion d acis inanciers», Thèse, Universié Paris-Dauphine Tucker (A. L.) e Pond (L.) (998) The probabiliy disribuion o oreign exchange price changes: ess o candidae processes, Review o Economics and Saisics,, p Banque de France Revue de la sabilié inancière N Valorisaion e sabilié inancière Ocobre

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Correcion de l exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» Quesion : calculer numériquemen la duraion e la convexié de l obligaion de coure maurié e de l obligaion de longue

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Colloque Théories et Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011.

Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences Colloque Théories et Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011. RISQUE EXTREME ET REGULARITE FRACTALE EN FINANCE Académie Européenne Inerdisciplinaire des Sciences Colloque Théories e Modèles en Sciences Sociales 28-29 novembre 2011 Lauren Emmanuel Calve Lauren Emmanuel

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

1 Examen. 1.1 Prime d une option sur un future

1 Examen. 1.1 Prime d une option sur un future 1 Examen 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 30 jours sur un fuure de nominal 100 francs, e don le prix d exercice es 95 francs. Le aux d inérê coninu) du marché monéaire es 5%

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

DUPOUY Sébastien Lundi 15 mai 1997 MIQUEL Vincent

DUPOUY Sébastien Lundi 15 mai 1997 MIQUEL Vincent DUPOUY Sébasien Lundi 15 ai 1997 MIQUEL Vincen groupe 1 binôe 3 Règle des phases Observaions de la srucure d équilibre d alliages Fer-arbone par Microscopie opique TP de aériaux 2 I) Inroducion L exaen

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers

Université d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mathématique option Finance Introduction à la valorisation des produits financiers Universié d Evry Val d Essonne DESS d Ingéniérie Mahémaique opion Finance Inroducion à la valorisaion des produis financiers Véronique Berger versiondu10janvier2006 Conens I Insrumens financiers 5 1 Définiion

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Inroducion aux normes IFRS e au proje Solvabilié Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 17 janvier 006 ISFA - 3A -1-

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mahémaiques Financières ------------------------------------------------------- 4 ème parie - Marchés financiers en emps coninu & modélisaion des acions Universié de Picardie Jules Verne Amiens Jean-Paul

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Temps-fréquence et traitement statistique

Temps-fréquence et traitement statistique in Temps-réquence: conceps e ouils, eds. F. lawasch and F. Auger, Paris, France: ermes/lavoisier, 2005, Chap. 10, pp. 289 330. Copyrigh 2005 ermes/lavoisier Chapire 10 Temps-réquence e raiemen saisique

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts?

La persistance des chocs de volatilité sur le marché des changes s est-elle modifiée depuis le début des années quatre-vingts? La persisance des chocs de volailié sur le marché des changes s es-elle modifiée depuis le débu des années quare-vings? Michel BEINE * Sébasien LAURENT Ce aricle vise à déerminer si la persisance des chocs

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Site Value-at-Risk

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Site Value-at-Risk MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Universié d Orléans Sie Value-a-Risk p://93.49.79.89/esa_prof/index.pp Sous la Direcion de Crisope Hurlin Année Universiaire 006-007 Maser Economérie e

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

Examen Gestion Financière II Mardi 3 Janvier Examen terminal Calculatrices, «smartphones», ordinateurs, notes de cours, ouvrages non autorisés

Examen Gestion Financière II Mardi 3 Janvier Examen terminal Calculatrices, «smartphones», ordinateurs, notes de cours, ouvrages non autorisés xamen Gesion Financière II Mardi Janvier 0 xamen erminal Calcularices, «smarphones», ordinaeurs, noes de cours, ouvrages non auorisés Élémens de correcion Ce documen ne consiue pas un corrigé oiciel emarques

Plus en détail

Chapitre 4: Les modèles linéaires

Chapitre 4: Les modèles linéaires Chapire 4: Les modèles linéaires. Inroducion: Dans ce chapire on va voir successivemen les modèles linéaires saionnaires: auoregressifs (AR), de moyennes mobiles (MA) e mixes (ARMA) en pariculier. Finalemen,

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail