Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail"

Transcription

1 Dossier

2 Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance poenielle d une économie reposen généralemen sur une décomposiion de la croissance en rois faceurs : la quanié de ravail disponible, la quanié de capial qui peu êre uilisée e un «résidu», qu on appelle producivié globale des faceurs (PGF). Ce résidu es souven assimilé au progrès echnique même s il représene plus largemen oues les sources de croissance non prises en compe par les deux premiers faceurs de producion. Il es possible de réduire l ampleur de ce résidu en mesuran la conribuion à la croissance de la «qualié» du capial e du ravail, c es-à-dire en enan compe des différences de producivié des différenes caégories de capial e de main-d œuvre. Enre 1979 e 2010, sur l ensemble des branches de l économie à l excepion de l agriculure, de l immobilier e des services non marchands, le sock de capial croî de 2,5 % par an e la qualié de ce capial de 0,4 % par an. Ces effes de qualié son plus fors lors des périodes où les enreprises invesissen massivemen. Sur le même champ, les heures ravaillées oales resen globalemen sables alors que la qualié du ravail croî de 0,5 % par an. Enre 1994 e 2007, sur l ensemble de l économie, enir compe des effes de qualié fai ainsi passer la croissance de la PGF de 1,3 % à 0,9 % par an, la prise en compe du cycle économique faisan passer cee croissance à 0,7 %. À parir de cee nouvelle mesure de la PGF e en formulan différenes hypohèses sur la hausse des effes de qualié, sur l accumulaion du capial e sur l évoluion de la populaion acive, nous proposons rois scénarios de croissance poenielle pour la période L inceriude la plus fore pore sur les évoluions à venir de la producivié globale des faceurs. Selon qu on suppose un reour de la PGF à son ryhme de croissance d avan la crise de 2008 ou une inflexion de la PGF plus ou moins imporane après la crise, la croissance poenielle peu êre ainsi projeée enre 1,2 % e 1,9 % par an. La compabilié de la croissance vise à relier l accroissemen de la valeur ajouée à celui des faceurs de producion, capial e ravail. La par de la croissance qui n es pas expliquée par une augmenaion du volume des faceurs de producion correspond à l accroissemen de la producivié globale des faceurs (PGF), c es-à-dire la capacié d une économie à mieux combiner les mêmes quaniés de capial e de ravail afin de produire davanage. L esimaion du ryhme de croissance de la PGF es l un des élémens qui perme d évaluer la croissance poenielle de l économie, sa posiion dans le cycle, e le solde srucurel des finances publiques. Le plus souven, la PGF es évaluée à parir des données de sock de capial e de ravail. Il es ouefois possible d affiner l analyse en mesuran des «qualiés» de capial e de ravail. Avec l hypohèse usuelle que la producivié marginale d une unié de capial ou d une caégorie de main-d œuvre es égale à son coû, on peu consruire un indicaeur de qualié du capial e de la main-d œuvre en pondéran les différenes caégories d acifs producifs e de main-d œuvre par leur coû. Cee analyse perme de mesurer plus finemen les évoluions de * Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier, Insee. Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 69

3 la PGF. Néanmoins, prolonger les endances pour aniciper la croissance poenielle fuure rese un exercice délica car il fau alors prévoir l évoluion de la srucure du capial e de la main-d œuvre. Les services apporés par le sock de capial Le sock de capial es une mesure du parimoine producif andis que le flux de services associés mesure la conribuion insananée de ce parimoine à la producion. La disincion enre les deux noions de sock de capial e de flux de services associés es déjà présene dans Mairesse (1972). Elle es précisémen définie dans Jorgensen e al. (2005) e dans OCDE (2009). Pour calculer la croissance de la PGF, ou du moins en France, il es pouran habiuel de considérer que la conribuion du capial à la croissance découle direcemen de l évoluion du sock de capial ne en volume [Doisy, 2002], e non de l évoluion des services du capial. La validié de ce genre d approche, qui uilise un sock pour mesurer une conribuion à un flux de producion, repose sur l hypohèse implicie que les services rendus par le capial son proporionnels au sock agrégé de capial ne. Encadré 1 Pour évaluer les services du capial, 10 caégories d acifs son disinguées : maériel de ranspor, maériel de communicaion, maériel informaique, aures machines e équipemens, logiciels, œuvres originales, logemens, bâimens non résideniels, aures ouvrages de génie civil e errains. Ces 10 acifs son égalemen disingués suivan les branches uilisarices lorsque les lois de déclassemen e de dépréciaion en dépenden. Les séries d invesissemen disponibles dans les compes naionaux en base 2005 permeen de calculer des socks de capial bru e de capial ne en volume à parir de 1970 par une méhode chronologique, appelée «méhode d invenaire permanen», excepé pour les logemens e les errains, don les socks de capial son esimés par ailleurs. Toues les séries en volume son exprimées aux prix chaînés de l année Le fai de déenir un acif producif procure un flux de services si ce acif es direcemen exploié par son propriéaire ou bien un flux de revenus si ce acif es loué à une enreprise. Le volume des services du capial es supposé proporionnel au sock de capial ne en volume au niveau des acifs élémenaires. La pondéraion appropriée pour agréger les volumes de services rendus (en flux) par différens acifs à une dae donnée es le prix des services rendus à cee dae. Le prix des services du capial dépend du aux d inérê, du aux de dépréciaion e de l évoluion du prix de chaque acif. C es une relaion d arbirage [Jorgenson e Griliches, 1967] qui perme de calculer le prix des Esimer les services du capial services du capial. Il exiserai une opporunié d arbirage si, par exemple, une enreprise avai inérê, à la fin de la période, à empruner la o somme P k, sur les marchés financiers au aux d inérêi +1 pour invesir dans une nouvelle unié de capial producif. Au cours de la période +1, ce capial supplémenaire procurerai à l enreprise une producivié marginale F K ' e pourrai 1 êre revendu (après dépréciaion) au prixp k, +1 àla fin de la période +1. Le coû d usage d un acif es donc d auan plus élevé qu il se déprécie rapidemen e que le prix auquel il pourra êre revendu à la période suivane es inférieur à son coû d acquisiion. Pour chacune des 10 caégories d acifs considérées séparémen (i.e. : pour chaque acif élémenaire k), la valeur du flux de services rendus es proporionnelle à la valeur du sock de capial ne. Néanmoins, comme le coefficien de proporionnalié es propre à chaque caégorie d acif, cee relaion de proporionnalié n es pas vérifiée au niveau agrégé. Le aux d inérê nominali +1 uilisé pour esimer les services du capial es un aux d inérê endogène calculé de façon à ce que la valeur de ces services corresponde exacemen à l excéden bru d exploiaion des branches considérées. Ce choix découle des hypohèses de concurrence parfaie e de producion à rendemens d échelle consans qui son habiuellemen faies dans les exercices de compabilié de la croissance. 70 L économie française, édiion 2013

4 La méhode reenue pour mesurer les services du capial es décrie dans l encadré 1. Elle ne mainien l hypohèse de proporionnalié enre les services du capial e le sock de capial ne qu au niveau des caégories élémenaires e homogènes d acifs au sens de la compabilié naionale. En praique ce son dix caégories d acifs qui son ici isolées. Les évoluions des socks de capial ne obenues à ce niveau son agrégées en enan compe de la producivié marginale du capial propre à chaque acif élémenaire. En régime de concurrence parfaie, la producivié marginale de chaque acif peu êre mesurée concrèemen car elle es égale à son coû d usage. La croissance des services du capial s explique d une par par le fai que le sock de capial ne augmene, e d aure par par l accroissemen de la «qualié» du capial : cee qualié mesure le fai que la srucure du capial se déforme au profi des acifs les plus producifs (par exemple au profi des nouvelles echnologies de l informaion e de la communicaion, NTIC, c es-à-dire le maériel informaique, les logiciels e maériels de communicaion). Cee méhode peu égalemen êre adapée pour enir compe de l uilisaion effecive du capial : le aux d uilisaion du capial, oujours inférieur à 100 %, dépend en effe de la posiion dans le cycle économique. Les services rendus par le capial augmenen plus vie que le sock de capial Dans un premier emps, l analyse es menée en excluan du champ les branches agricoles e immobilières ainsi que les services non marchands (adminisraion, éducaion, sané e acion sociale) 1. Sur ce champ resrein, le volume des services rendus par le capial enre 1979 e 2010 augmene de 2,9 % par an, conre 2,5 % pour le volume du sock de capial ne, y compris errains (figure 2). Les services du capial croissen plus vie que le sock, noammen à la fin des années 1980 e au ournan des années 2000 (figure 1). On défini l évoluion de la qualié du capial comme la différence enre l évoluion des services du capial e celle du sock de capial ne. Si le sock de capial éai composé d un seul acif homogène, l évoluion de la qualié du capial serai nulle. Avec le niveau de déail uilisé ici, on esime que la qualié du capial croî de 0,4 % par an en moyenne 1. Évoluion du volume de capial ne (y compris errains) e du volume de services associés en % 5,0 Services du capial 4,0 3,0 2,0 1,0 Sock de capial ne 0,0 Qualié du capial 1, Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Noe : données avec les errains des branches e des acifs considérés (errains sous bâimens non résideniels e sous ouvrages de génie civil). Source : Insee, compes naionaux, prix chaînés La branche immobilière e les branches non marchandes son exclues en première analyse compe enu des convenions compables qui affecen l esimaion de leur VA e de leur EBE en compabilié naionale. L hypohèse de concurrence parfaie qui sous-end l analyse es égalemen plus crédible pour les branches marchandes. Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 71

5 2. Taux de croissance annuels moyens des services du capial, de la qualié du capial e du volume de capial ne (y compris errains) en % Services du capial 2,9 3,0 3,6 2,7 2,4 Qualié du capial 0,4 0,2 0,3 0,7 0,0 Sock de capial ne 2,5 2,8 3,3 2,0 2,4 Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Noe : la période a éé scindée en quare sous-périodes au cours desquelles le ryhme de croissance de la PGF pure (corrigée du cycle) peu êre considéré comme sable. Source : Insee, compes naionaux, prix chaînés sur la période À ire de comparaison, Jorgenson e al. (2005) obiennen une évoluion similaire du volume de capial ne (+ 2,3 % par an) pour l ensemble de l économie américaine sur la période mais une évoluion beaucoup plus dynamique de la qualié du capial (+ 1,8 % par an). Une par imporane de l écar avec la France peu êre impuée aux acifs de ype NTIC, don les prix mesurés par les compables américains son moins dynamiques (voire diminuen plus rapidemen) que les prix uilisés par l Insee [Cabannes e al., 2013]. Une fore cyclicié des services du capial La qualié du capial es procyclique, ce qui amplifie encore la procyclicié de l invesissemen : les effes de qualié son fors quand le capial se renouvelle vie, donc lors des périodes de for invesissemen (figure 1). Les services du capial peuven êre décomposés par grandes caégories d acifs. En période de ralenissemen, l ajusemen du capial se fai beaucoup sur le maériel de ranspor e les aures machines e équipemens (figure 3). Les NTIC son parmi les acifs les plus producifs e ils expliquen une par non négligeable de la hausse des services rendus par le capial au ournan des années Conribuion des différenes caégories d acifs à la croissance des services du capial 5 en % Oeuvres originales Bâimens non résideniels (e errains sous-jacens) Aures ouvrages de génie civil (e errains sous-jacens) Aures machines e équipemens Maériel de ranspor NTIC Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Noe : données avec les errains des branches e des acifs considérés (errains sous bâimens non résideniels e sous ouvrages de génie civil). Source : Insee, compes naionaux, prix chaînés L économie française, édiion 2013

6 Les services rendus par le ravail iennen compe des subsiuions enre caégories plus ou moins producives de ravailleurs Par analogie avec les services du capial, la conribuion des services du ravail à la croissance de la valeur ajouée doi enir compe de l héérogénéié du faceur ravail e des changemens de composiion de la main-d œuvre. Les ravailleurs son ainsi réparis en 25 caégories selon leur sau (salarié ou non-salarié), leur sexe, leur âge e leur caégorie socioprofessionnelle à l aide des données des compes naionaux, de l enquêe Emploi e des DADS (déclaraions annuelles de données sociales). Comme pour l esimaion des services du capial, l évoluion des services du ravail s explique par celle de la quanié de ravail (le nombre d heures ravaillées) e par un effe de «qualié du ravail», qui mesure le changemen de composiion de l emploi relaivemen à ces 25 caégories de ravailleurs. La méhodologie es inspirée de Jorgenson e al. (2005) e présenée dans l encadré 2. Le coû du ravail comme mesure de la producivié Le coû du ravail es ici uilisé pour mesurer la producivié des 25 caégories de ravailleurs. Les services du ravail prennen en compe les subsiuions enre caégories de ravailleurs en pondéran l évoluion du volume horaire de chaque caégorie par son poids dans le coû du ravail oal. Il es probable que le coû d un salarié reflèe d aures aspecs que la seule producivié de son ravail. Par exemple, le salaire de ceraines caégories de ravailleurs peu Encadré 2 Les ravailleurs son réparis en 25 caégories. Les non-salariés consiuen une caégorie à euxseuls. Les salariés son réparis en 24 caégories, résulan du croisemen du sexe, de l âge (4 ranches : moins de 25 ans, 25 à 34 ans, 35 à 49 ans, 50 ans e plus) e de la caégorie socioprofessionnelle (CS). Pour la CS, on disingue rois caégories : (i) les employés e les ouvriers non qualifiés («peu qualifiés»), (ii) les employés e les ouvriers qualifiés («qualifiés»), (iii) les arisans, commerçans e chefs d enreprise, les cadres e professions inellecuelles supérieures, e les professions inermédiaires («rès qualifiés»). Ces caégories son inspirées de Burnod e Chenu (2001). Les 25 caégories de ravailleurs que l on obien ainsi son supposées héérogènes enre elles en ermes de producivié. Comme pour le capial, on suppose, pour chacune des 25 caégories élémenaires, que les services du ravail son proporionnels aux heures ravaillées. L indice de services du ravail es Esimer les services du ravail défini comme un indice de Törnqvis* sur les 25 caégories de ravailleurs. Le aux de croissance de ce indice es donc une somme, pondérée par les pars dans le coû oal du ravail, des aux de croissance des volumes horaires de ravail de chaque caégorie. L évoluion de la qualié du ravail es définie comme la différence enre l évoluion des services du ravail e celle du nombre oal d heures ravaillées. Le nombre oal d heures ravaillées par les salariés e les non-salariés e la rémunéraion oale du ravail des salariés son direcemen issus des compes naionaux, andis que la rémunéraion du ravail des non-salariés es impuée en faisan l hypohèse que la rémunéraion horaire par êe des non-salariés es idenique à celle des salariés apparenan à la même branche d acivié**. Les enquêes Emploi e les DADS son uilisées pour veniler, respecivemen, les heures de ravail e le coû du ravail des salariés enre les 24 caégories. * L indice de Törnqvis pondère l évoluion des heures ravaillées de chaque caégorie de ravailleurs enre la dae -1 e la dae par son poids moyen dans la rémunéraion oale du ravail à ces deux daes. ** Les DADS permeen uniquemen de connaîre la srucure par âge, sexe e qualificaion de la rémunéraion des salariés. C es pourquoi les non-salariés son considérés comme un groupe homogène dans cee éude. En ou éa de cause, ils son beaucoup moins nombreux que les salariés, ce qui limie en praique la porée de cee approximaion. Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 73

7 êre inférieur à leur producivié si l enreprise praique des discriminaions. À l inverse, les coûs de séparaion ou le besoin de fidéliser les salariés, par le biais d une hausse des salaires au fur e à mesure de la carrière, peu se raduire par le mainien en pose de salariés don la rémunéraion réelle excède la producivié. Malgré ces limies e faue de mesure alernaive qui puisse lui êre préférée, le coû du ravail es la mesure reenue dans la liéraure économique, avec l hypohèse que les différences de coû du ravail reflèen malgré ou esseniellemen des différences de producivié. La hausse des services du ravail, porée esseniellemen par la hausse de la qualié du ravail Sur l ensemble de la période , les services du ravail s accroissen en moyenne de 0,4 % par an, alors que les heures ravaillées oales son globalemen sables. Sur cee période, la qualié du ravail es donc le principal moeur de la croissance des services du ravail : elle augmene de 0,5 % par an (figures 4 e 5). Le nombre oal d heures ravaillées a foremen baissé au débu des années Pour auan, même depuis que les heures ravaillées on recommencé à croîre, la conribuion de la qualié du ravail es imporane. 4. Évoluion des services du ravail, des heures ravaillées oales e de la qualié du ravail 120 indice base 100 en Qualié du ravail Services du ravail 90 Heures ravaillées oales Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. 5. Évoluion annuelle moyenne des services du ravail, de la qualié du ravail e des heures ravaillées en % Services du ravail 0,4 0,1 0,5 1,0 1,0 Qualié du ravail 0,5 0,4 1,0 0,3 0,6 Heures ravaillées 0,1 0,5 1,5 0,7 1,6 don : non-salariés 0,1 0,0 0,3 0,0 0,1 salariés 0,5 0,1 0,2 1,0 0,9 Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Noe : la période a éé scindée en quare sous-périodes au cours desquelles le ryhme de croissance de la PGF pure (corrigée du cycle) peu êre considéré comme sable. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. 74 L économie française, édiion 2013

8 La srucure des salariés se déforme en faveur des rès qualifiés, noammen jusqu en 1993 La qualié du ravail croî de 0,5 % par an sur la période , en parie du fai d une déformaion de la srucure des ravailleurs en faveur des rès qualifiés, mais aussi dans une moindre mesure en faveur des ravailleurs plus âgés (figure 6). Enre 1979 e 1993, la qualié du ravail croî de 0,6 % par an, conre 0,3 % après En effe, pendan la deuxième moiié des années 1990, la déformaion de la srucure des ravailleurs en faveur des plus qualifiés es freinée par les allègemens de coisaions sociales sur les bas salaires, qui on favorisé l embauche de salariés peu qualifiés 2. La hausse de la qualié du ravail en France pour la période (0,4 % par an) es rès proche de celle obenue par Jorgenson e al. (2005) aux Éas-Unis sur la même période (0,4 % par an égalemen). Comme en France, cee croissance es principalemen porée par la déformaion de la srucure des emplois en faveur du ravail qualifié. 6. Évoluion de la qualié du ravail des salariés e des indices pariels de qualié indice base 100 en Indice de qualié du ravail Indice pariel de subsiuion enre cs Indice pariel de subsiuion enre ranches d'âge Indice pariel de subsiuion enre sexes 110 Indice pariel d'ineracions Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Source : Insee, Compes naionaux, enquêe Emploi, DADS. La PGF croî moins vie une fois qu on prend en compe la croissance de la qualié du ravail e du capial Une nouvelle PGF, appelée «PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs», peu êre obenue en reranchan aux évoluions de la valeur ajouée la conribuion des services du capial e celle des services du ravail. Ces conribuions son calculées en pondéran l évoluion des services rendus par le capial e le ravail (effe volume e effe qualié) par la par respecive de leur rémunéraion dans la valeur ajouée, soi environ un iers pour les services du capial e deux iers pour les services du ravail 3. On peu égalemen enir compe, en parie, du cycle économique en inroduisan le aux d uilisaion des capaciés de producion (TUC) : on parle alors de «PGF pure», car corrigée de l héérogénéié e du cycle. 2. Toues choses égales par ailleurs, cee baisse de la producivié globale de la main-d œuvre employée, se raduisan par une moindre hausse de sa «qualié» moyenne, doi s êre accompagnée d une baisse du aux de chômage srucurel parce qu elle a permis le mainien en emploi de salariés qui en éaien durablemen écarés. Elle ne doi donc pas avoir enraîné un recul de la croissance poenielle de l économie française. 3. Il ne s agi ici que de moyennes sur l ensemble de la période. Les pondéraions uilisées suiven l évoluion dans le emps du parage de la valeur ajouée. Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 75

9 Encadré 3 La producivié globale des faceurs On suppose qu une foncion de producion à rendemens d échelle consans F relie les services du K L ravail e du capial à la valeur ajouée : Y = AxF( S, S ) où Y es la valeur ajouée, S K les services du capial, S L les services du ravail e A la PGF. On peu monrer, avec une hypohèse de concurrence parfaie, que a,leauxdecroissancedela K L PGFàladae, peu s écrire a = y ( 1 α) xs αxs où y esleauxdecroissancedelava,s K e L s les aux de croissance des services du capial e du ravail e α la par de la rémunéraion du ravail dans la VA. En France, la rémunéraion du ravail (y compris celle des non-salariés) représene de 65 à 75 % de la VA sur la période PGF pure : K K On noe K le sock de capial ne e H le volume oal des heures ravaillées. On a S = Q xkxtuc e L L S = Q xh,oùq K e Q L son les indices de qualié du capial e du ravail e TUC le aux d uilisaion du capial. Les services rendus par le capial ne son en effe rendus que par la fracion KxTUC du capial qui es réellemen uilisée par les enreprises. Sur la période , le TUC oscille auour de 85 %, sa valeur srucurelle. Avec les variables en minuscules désignan les aux de croissance des variables inroduies précédemmen, on a : a = y ( 1 α ) xq ( + k + uc) α xq ( + h) K L PGF usuelle : En France, dans les exercices de compabilié de la croissance, on assimile radiionnellemen les services du capial au sock de capial ne( S K = K) e les services du ravail au nombre d heures ravaillées ( S L = L). En procédan ainsi, on calcule usuellemen une PGF (noée B) incluan les effes de qualié. Son aux de croissance peu s écrire : b = y ( 1 α ) xk α xh PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs : On peu enfin calculer une PGF inermédiaire (noée C), enan compe de l héérogénéié des faceurs mais pas du cycle économique, appelée «PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs» K L c = y ( 1 α ) x( q + k ) α x( q + h ). Cee méhode de correcion repose sur des hypohèses assez fores d uilisaion du capial similaire dans l indusrie e dans les services, le TUC n éan mesuré que sur l indusrie manufacurière 4. Enfin, la PGF usuelle, qui ne ien pas compe de l héérogénéié du capial e du ravail, peu aussi êre calculée (encadré 3): elle correspond à la somme de la PGF corrigée de l héérogénéié e de la conribuion des qualiés du capial e du ravail. La PGF ainsi calculée connaî rois inflexions sur la période : à la baisse en 1990, puis à la hausse en 1994 e à nouveau à la baisse en Faue de recul, il es difficile aujourd hui d idenifier dans la rupure de 2008 ce qui es srucurel, donc durable, e ce qui es impuable au choc de demande enraîné par la crise financière, donc ransioire. C es pourquoi on examine mainenan plus spécifiquemen la période Sur cee période, la PGF pure croî de 1,1 % par an conre 1,6 % par an pour la PGF usuelle (figure 7). Ainsi, environ un iers de ce qui es considéré usuellemen comme la croissance de la PGF correspond en fai à la hausse de la qualié des faceurs de producion, porée pour moiié par le capial e pour moiié par le ravail (figure 8). La prise en compe de ces effes de qualié pour rendre compe de la croissance de l économie française es donc imporane. En revanche, elle n explique pas les rupures de la PGF usuelle, qui se reporen donc enièremen sur la PGF pure. Ce consa diffère de celui qui peu êre fai sur les Éas-Unis où les effes de qualié permeen d expliquer en parie la rupure à la hausse de la PGF usuelle sur la deuxième moiié des années Il es possible égalemen de lever cee hypohèse fore en esiman économériquemen l effe du TUC sur la PGF, ce qui n impose alors pas que le aux d uilisaion du rese de l économie soi idenique à celui de l indusrie manufacurière. Les deux méhodes conduisen aux mêmes résulas, sauf en oue fin de période. 76 L économie française, édiion 2013

10 7. Évoluion de la PGF pure, de la PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs, de la PGF usuelle e des effes de qualié sur la valeur ajouée indice base 100 en 1978 PGF usuelle PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs PGF pure Effes de qualié Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. 8. Taux de croissance des effes de qualié sur la valeur ajouée, conribuions de la qualié du ravail e de la qualié du capial en % 1,4 1,2 1,0 Conribuion qualié du ravail Conribuion qualié du capial Effes de qualié 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 0,2 0, Champ : France, oues branches hors agriculure, immobilier e services non marchands. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS Sur l ensemble de l économie, la PGF croi de 0,7 % par an en enan compe de l héérogénéié des faceurs e du cycle économique Dans un deuxième emps, l esimaion de la PGF es élargie à l ensemble de l économie 5 (encadré 4). Enre 1994 e 2007, la PGF pure pour l ensemble de l économie augmene de 0,7 % par an (figure 9), conre 0,9 % pour la PGF corrigée de l héérogénéié mais pas du cycle économique, e 1,3 % pour la PGF mesurée usuellemen, qui ne ien pas compe de la qualié des faceurs. Sur la période , la croissance de la PGF corrigée du cycle économique semble pluô régulière (figure 10). La hausse de la qualié des faceurs (0,4 % par an) conribue aussi de façon imporane à la croissance. 5. Les données nécessaires n éan pas oues disponibles depuis 1979, la période d observaion commence alors en Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 77

11 9. Croissance annuelle moyenne des rois PGF e effes de qualié PGF pure 0,8 1,3 0,8 0,7 0,1 PGF corrigée de l héérogénéié 0,7 1,5 0,1 0,9 1,2 PGF usuelle 1,2 1,9 0,9 1,3 0,9 Effes de qualié 0,5 0,4 0,8 0,4 0,3 Qualié ravail 0,3 0,3 0,6 0,2 0,3 Qualié capial 0,2 0,1 0,2 0,2 0,0 Champ : France, oues branches. Noe : la période a éé scindée en quare sous-périodes au cours desquelles le ryhme de croissance de la PGF pure (corrigée du cycle) peu êre considéré comme sable. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. 10. Évoluion de la PGF pure, de la PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs, de la PGF usuelle e des effes de qualié sur la valeur ajouée en % indice base 100 en PGF usuelle PGF corrigée de l héérogénéié des faceurs PGF pure Effes de qualié Champ : France, ensemble de l économie, oues branches. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. Prolonger ces endances : quelques scénarios Mesurer la PGF es noammen uile pour esimer la croissance poenielle de l économie 6. La croissance poenielle es une croissance sous-jacene, héorique, qui résulerai de l uilisaion des faceurs de producion capial e ravail lorsque le aux d uilisaion du capial e le aux de chômage son sables, à leur niveau srucurel. Elle dépend de la croissance de ses rois déerminans, la main-d œuvre, le capial e la producivié globale des faceurs. Elle dépend égalemen en héorie de la qualié du capial e du ravail (encadré 5). Prendre en compe ces deux variables perme de décomposer les évoluions de la PGF mesurée habiuellemen enre l évoluion de la qualié des faceurs de producion e celle de la PGF corrigée de l héérogénéié. Projeer la croissance poenielle sur le fuur es un exercice délica. Les projecions de populaion acive réalisées par l Insee son généralemen uilisées pour mesurer la conribuion de la main-d œuvre. Dans nore cas, elles peuven égalemen êre mobilisées pour prévoir les évoluions de la qualié du ravail, au prix d hypohèses sur la décomposiion selon les caégories sociales. Pour l évoluion du capial reproducible (i.e. : hors errains), l hypohèse usuelle es celle d une évoluion idenique à celle de la croissance poenielle. Il rese alors à faire des hypohèses sur la projecion de la qualié du capial e de la PGF. 6. La croissance poenielle es ici mesurée par la compabilié de la croissance. D aures approches son possibles, noammen économériques. Voir par exemple Baghli e al., L économie française, édiion 2013

12 Encadré 4 L exension à l ensemble de l économie, aux branches agricoles e immobilières noammen, perme de réinégrer rois caégories d acifs qui éaien écarées jusqu à présen car exclusivemen liées à ces deux branches : les bâimens résideniels, les errains sous les bâimens résideniels e les errains agricoles. En pariculier, les acifs liés au logemen (les bâimens résideniels e les errains qu ils recouvren) représenen à eux seuls 65 % du sock de capial ne oal sur l ensemble de l économie. Pour les acifs aures que les logemens e les errains, les socks de capial ne son à nouveau calculés avec une méhode chronologique (invenaire permanen), à parir des flux d invesissemens passés auxquels on applique des lois de moralié du capial. Pour les bâimens résideniels, les socks de capial ne son esimés de façon plus direce à l aide des enquêes Logemen. De même, on dispose d informaions auxiliaires pour esimer le prix e la superficie des errains bâis [Baron, 2008]. Pour esimer les services du capial Exension à l ensemble de l économie avec la méhodologie de Jorgenson e al. (2005), il fau néanmoins connaîre la viesse de dépréciaion des acifs. Pour les bâimens résideniels, le aux de dépréciaion uilisé es le même que celui qui s applique aux bâimens non résideniels de ype «bureaux». On suppose enfin que les errains agricoles ne se déprécien pas. Bien qu elle leur soi peu adapée, l hypohèse de concurrence parfaie idenifian la producivié marginale des faceurs de producion à leur coû es appliquée aux branches non marchandes. Le aux d inérê endogène es cee fois rès proche du aux d inérê à 10 ans sur les obligaions d Éa. Pour éendre l esimaion des services du ravail à l ensemble de l économie, les salariés des branches agricoles, immobilières e nonmarchandes (branches ALOPQ) son regroupés en une unique ving-sixième caégorie. À cee différence près, l esimaion des services du ravail repose sur la même méhodologie que pour l économie réduie. Nous proposons ci-dessous rois scénarios possibles pour une évaluaion de la croissance sous-jacene sur la période Le faceur qui semble le plus incerain dans ce cadre es la croissance de la PGF. La PGF a foremen raleni pendan la crise, même lorsqu on corrige sa croissance apparene pour enir compe du faible aux d uilisaion des capaciés au cours de la période (figure 10). Il es possible que la crise ai freiné les réallocaions secorielles vers les seceurs les plus producifs. Il es possible égalemen que le ralenissemen de la PGF ai des origines plus srucurelles, s il s avérai que les amélioraions echnologiques e d organisaion du ravail, qui on alimené le progrès echnique, éaien en rain de se arir [Gordon, 2012]. Malheureusemen, le manque de recul ne perme pas de déerminer si le ralenissemen récen de la PGF es appelé à êre définiif ou seulemen ransioire. Les rois scénarios proposés reposen sur la somme des composanes suivanes : - la croissance de la PGF «pure» : dans le scénario cenral, on suppose que son évoluion depuis 2008 a éé marquée par une rupure durable. Elle croîrai alors de 0,5 % par an enre 2015 e 2025, conre 0,7 % par an sur la période avan-crise ( ). Dans la variane haue, on suppose que la PGF va rerouver son ryhme de croissance d avan-crise, soi 0,7 % par an. Dans la variane basse, on suppose une rupure durable e imporane de la PGF : elle croîrai alors de 0,3 % par an, au même ryhme que la PGF corrigée du cycle sur la période l évoluion du sock de errains : nous la supposons, sur l horizon , idenique à celle, régulière, observée sur la période l évoluion du coefficien de capial reproducible (i.e. hors errains, encadré 5) :on suppose que l économie sera proche du régime permanen e que le coefficien de capial sera consan sur la période Dans un el régime, le PIB, la consommaion, l épargne, l invesissemen e le sock de capial, croissen en effe ous au même ryhme. La croissance poenielle peu alors se déduire de celle de l emploi, des effes de qualié e de la PGF pure. Un el scénario suppose que la renabilié après impôs du capial, elle qu elle es perçue par Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 79

13 Encadré 5 Croissance poenielle Dans le cas d une foncion de producion à rendemens d échelle consans F elle que K L Y = AxF( S, S ),leauxdecroissancedelavas écri(encadré 3) : K L y = a + ( 1 α) xk ( + q + uc) + αxh ( + q) Le TUC n éan disponible que pour l indusrie manufacurière, on fai ici l hypohèse qu il rese un bon proxy du TUC qu on aurai sur l ensemble de l économie. Pour la croissance poenielle , on suppose le TUC consan e égal à son niveau srucurel, soi uc = 0. Le sock de capial peu êre disingué enre le capial non reproducible (les errains) e le capial R NR reproducible (les aures acifs, produis) : K = K + K. Conrairemen au capial reproducible, le capial non reproducible (les errains) ne peu pas s accumuler indéfinimen. On suppose que sur l horizon , le capial non reproducible croî à la viessek NR de 1,1 % par an, sa croissance moyenne sur la période (cee augmenaion endancielle du capial non reproducible en volume radui non pas une augmenaion de la surface oale, mais le fai par exemple que des errains non consrucibles deviennen consrucibles). Cee croissance es plus faible que la croissance k R du capial reproducible qui, en régime permanen, croî à la même viesse que la valeur ajouée. R NR Le aux de croissance du capial peu donc s écrire k = μ xk + ( 1 μ ) xk où μ es la par du capial reproducible dans l ensemble du sock de capial pour l année. R En faisan apparaîre le erme k y associé au coefficien de capial (capial reproducible par unié de producion), le aux de croissance de la VA peu s écrire : R NR K L y = a + ( 1 α) μ y + ( 1 α) μ x( k y) + ( 1 α)( 1 μ ) k + ( 1 α) q + αh + αq ou encore 1 R NR y = a + x k y + k [ ( 1 α ) μ ( ) ( 1 α )( 1 μ ) + ( 1 α) q K + αh + α L q] 1 ( 1 α) μ De façon usuelle, on suppose en projecion que le PIB e la VA évoluen au même ryhme. les chefs d enreprise, rese proche de son niveau d avan-crise e que les chefs d enreprise n éprouven pas de difficulés accrues à obenir les financemens nécessaires à ces invesissemens. Cee hypohèse sandard es probablemen plus fore dans le conexe acuel marqué par le besoin des banques d alléger leur bilan e la nécessié pour les Éas de réduire les déficis publics. - la hausse de la qualié du capial : la qualié du capial es supposée croîre sur la période au même ryhme que sur la période Ce ryhme, de 0,2 % par an (correspondan à une conribuion de 0,1 % par an à la croissance poenielle), es un peu moins dynamique que celui observé sur la période , mais il es proche de celui observé sur la période plus longue l évoluion du nombre d heures ravaillées : le nombre d heures ravaillées par ravailleur es supposé reser sable, de même que le aux de chômage srucurel. Il fau noer que des réformes conduisan à une baisse du chômage srucurel augmeneraien emporairemen la croissance poenielle. La croissance du nombre d heures ravaillées es celle de la populaion acive issue des projecions de populaion acive de l Insee [Filariau, 2011], soi 0,4 % ( personnes) par an dans le scénario endanciel. Nos scénarios reprennen les rois varianes migraoires décries par Filariau (2011) (solde migraoire de personnes par an dans la variane haue, de dans le scénario cenral e de dans la variane basse). - la hausse de la qualié du ravail : sur la période , nous nous appuyons sur les projecions de populaion acive de l Insee pour projeer l évoluion de la qualié du ravail. Sur cee période, la qualié du ravail devrai coninuer à croîre de 0,2 % par an (avec une conribuion de 0,2 % égalemen à la croissance poenielle), au fur e à mesure que les généraions nouvelles remplaceron les généraions anciennes moins diplômées. 80 L économie française, édiion 2013

14 Sous ces hypohèses, la croissance poenielle de l économie française enre 2015 e 2025 serai de 1,5 % par an dans le scénario cenral, supposan une rupure modérée mais durable du ryhme du progrès echnique e une croissance endancielle de la populaion acive. Elle serai de 1,9 % dans la variane haue, supposan un reour au ryhme de croissance d avan-crise de la producivié e une croissance plus fore de la populaion acive e de 1,2 % dans la variane basse, supposan une rupure rès nee e durable du ryhme de croissance du progrès echnique e une croissance plus faible de la populaion acive (figure 11). 11. Croissance poenielle du PIB e conribuion des faceurs de producion en % Scénario Croissance du PIB Conribuion capial Conribuion Sock de capial PGF (capial reproducible + errains) TUC Qualié du capial Conribuion ravail Heures ravaillées Qualié du ravail Croissance du PIB par êe Hau : pas de rupure de PGF e migraion haue 1,9 0,7 0,5 = 0,4 + 0,1 0,0 0,1 0,4 0,2 1,4 Cenral : rupure de PGF e migraion cenrale 1,5 0,5 0,4 = 0,3 + 0,1 0,0 0,1 0,3 0,2 1,1 Bas : rupure fore de PGF e migraion basse 1,2 0,3 0,4 = 0,3 + 0,1 0,0 0,1 0,2 0,2 0,9 Comparaison : croissance effecive sur la période ,2 0,7 0,6 0,1 0,2 0,3 0,2 1,7 Champ : France, oues branches. Noe : les rois premières lignes du ableau présenen une décomposiion de la croissance poenielle du PIB sur la période La quarième ligne donne une décomposiion de la croissance effecive sur la période ; il fau noer que la somme des conribuions es égale à 2,1 %, croissance de la valeur ajouée sur la période, qui diffère rès légèremen de la croissance du PIB du fai de l évoluion des impôs e subvenions sur les produis. Source : Insee, compes naionaux, enquêes Emploi, DADS. Noons que pour dessiner un scénario de croissance à ce horizon, il faudrai égalemen enir compe de la posiion iniiale de l économie dans le cycle : si, comme l esimen noammen les organisaions inernaionales, la France souffre acuellemen d un défici de demande, le reour vers une conjoncure haue s accompagnerai d une croissance effecive supérieure à la croissance poenielle. Si ces évaluaions fournissen un inervalle raisonnable, elles ne balaien pas le champ des possibles, dans la mesure où des chocs imprévisibles, à la hausse (nouvelle vague d innovaions par exemple) ou à la baisse (par exemple, épuisemen plus rapide des possibiliés offeres par la vague acuelle d innovaions que par la précédene) son possibles. Dossier - Évaluer la producivié globale des faceurs... 81

15 Pour en savoir plus Baghli M., Bouhevillain C., De Band O., Fraisse H., Le Bihan H., Rousseaux P., «PIB poeniel e écar de PIB : quelques évaluaions pour la France», Banque de France, Noes d éudes e de recherches n 89, juille Baron J.-F., «Les compes de parimoine e de variaions de parimoine», Insee, Noe de la base 2000, n 10, janvier Burnod G., Chenu A., «Employés qualifiés e non qualifiés : une proposiion d aménagemen de la nomenclaure des caégories socioprofessionnelles», Travail e Emploi, n 86, p , avril Cabannes P.-Y., Monau A., Pionnier P.-A., «Compabilié de la croissance : qu appore la désagrégaion des services du capial e du ravail?», Insee, Documen de ravail, à paraîre. Coe V., Quanin S., Régnier V., «Coû du ravail e allègemens de charges : une esimaion au niveau éablissemen de 1996 à 2008», Insee, Documen de ravail, G 2012/12. Doisy S., «La croissance poenielle de l économie française - Une évaluaion», Revue économique, Vol. 53, n 3, Filariau O. (2011), «Projecions à l horizon 2060 : des acifs plus nombreux e plus âgés», Insee Première, n 1345, avril Gordon, R.-J., «Is U.S. Economic Growh Over? Falering Innovaion and he Six Headwinds», NBER Working Paper 18315, Augus, Jorgenson D. W., Griliches Z., «The Explanaion of Produciviy Change», Review of Economic Sudies, Vol. 34, n 3, Jorgenson D. W., Ho M. S., Siroh K. J., «Produciviy (Vol. 3). Informaion Technology and he Resurgence of American Produciviy Growh», MIT Press, Mairesse J., «L évaluaion du capial fixe producif», Collecions de l Insee, Série C, n 18-19, «Measuring Capial - OECD Manual - 2nd ediion», OCDE, L économie française, édiion 2013

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Quels sont les liens entre monnaie et inflation?

Quels sont les liens entre monnaie et inflation? 6 mai 9 - N 16 Quels son les liens enre monnaie e inflaion? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédaceur : Sylvain Broyer Il es éviden que le risque inflaionnise par l économie es inexisan aujourd hui. Mais il se pose

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

pour un régime de rentiers

pour un régime de rentiers Les Crières normes d allocaion IFRS en assurance d acifs pour un régime de reniers 1 er juille 2004 Frédéric PLANCHET Acuaire associé Pierre THEROND Acuaire 1 er juille 2004 Page 1 Conexe (1) La déerminaion

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE

NOTES D ÉTUDES ET DE RECHERCHE NOTE D ÉTUDE ET DE RECHERCHE L IMPACT DE CHOC BOURIER UR LE CRÉDIT EN FRANCE DEPUI LE MILIEU DE ANNÉE QUATRE-VINGT-DIX John Baude epembre 25 NER - E # 12 DIRECTION GÉNÉRALE DE ÉTUDE ET DE RELATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso

Pluviométrie, croissance et pauvreté : cas du Sénégal et du Burkina Faso Pluviomérie, croissance e pauvreé : cas du Sénégal e du Burkina Faso François Joseph CABRAL CRES FASEG/UCAD joecabral7@gmail.com PLAN 1. Conexe e problémaique 2. Objecif 3. Méhodologie 4. Simulaions e

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Documen d éudes direcion de l'animaion de la recherche, des éudes e des saisiques Numéro 167 Décembre 2011 FLUX DE TRAVAILLEURS AU COURS DU CYCLE CONJONCTUREL Yves DUBOIS 1 Jean-Olivier HAIRAULT 2 Thomas

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme

Migrations et protection sociale : étude sur les liens et les impacts de court et long terme Migraions e proecion sociale : éude sur les liens e les impacs de cour e long erme Xavier Chonicki*, Cécily Defoor*, Carine Drapier*, Lionel Rago* Dir. cienifique : Hillel Rapopor* Rappor pour la Drees-Mire

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable

Réformes fiscales, systèmes de retraite et chômage involontaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Réformes fiscales, sysèmes de reraie e chômage involonaire : une analyse à l aide d un modèle d équilibre général calculable Mouez Fodha Paricia Le Maire Résumé Le vieillissemen de la populaion issu à

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail