Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1"

Transcription

1 Parick McGuire Eli Remolona Kosas Tsasaronis Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque e de l effe de levier 1 L analyse de syle monre que les sraégies de placemen des fonds spéculaifs évoluen en foncion des condiions de marché. Elle fourni égalemen un indicaeur non linéaire simple de l effe de levier de ces srucures, qui paraî avoir éé généralemen imporan en , mais diminue depuis quelque emps. Classificaion JEL : G11, G12. Les fonds spéculaifs son connus pour leur opporunisme. Ils peuven rapidemen prendre des posiions imporanes sur les marchés des acifs, pour les dénouer ensuie en foncion de la conjoncure. Cee souplesse e leur capacié à faire jouer l effe de levier son sans doue les principaux déerminans de leurs rendemens, mais conribuen égalemen à accroîre la volailié de marché. On sai peu de choses, par ailleurs, sur les vériables sraégies des fonds spéculaifs. Si des informaions son disponibles sur leurs acifs sous gesion e la renabilié de leurs capiaux propres, on es bien moins renseigné sur leurs porefeuilles e leur uilisaion de l effe de levier. Quelles son les condiions de marché qui les conduisen à modifier leurs placemens? Commen se serven-ils alors de l effe de levier? La présene éude appore à ces quesions des élémens de réponse, en s inéressan pariculièremen à la période où les marchés des acions éaien au plus hau, en 2. Nous allons voir, ou d abord, commen l exposiion au risque des fonds spéculaifs évolue dans le emps. À ce effe, nous uilisons principalemen l analyse de syle par régression, echnique empirique communémen employée pour mere en évidence les faceurs de risque qui déerminen les rendemens de porefeuilles. En l appliquan aux diverses familles de fonds, nous obenons des mesures variables de l exposiion à plusieurs faceurs de risque, qui peuven donner un aperçu assez global des modificaions des sraégies de placemen. Les résulas confirmen que les fonds spéculaifs changen souven de acique ; ils laissen penser, en oure, que les fonds qui passen pour apparenir à des familles de syle différen, e ne suiven sans 1 Nous sommes reconnaissans à Dimirios Karampaos pour son éminen ravail de recherche. Les poins de vue exprimés dans la présene éude son ceux des aueurs e ne reflèen pas nécessairemen ceux de la BRI. Rappor rimesriel BRI, mars 25 57

2 doue donc pas les mêmes sraégies, présenen en ou cas des caracérisiques communes en maière d exposiion au risque. Celle-ci a évolué, par exemple, de manière analogue avan e après le pic boursier de 2 pour les rois grandes familles éudiées, même pour celles qui son censées êre neures au marché 2. À parir de ce cadre empirique, nous avons élaboré un indicaeur emporel sommaire de l effe de levier. D une manière générale, un effe de levier élevé peu améliorer les rendemens mais, en revanche, les invesisseurs e les conreparies qui fon des opéraions avec les fonds spéculaifs doiven composer avec un risque accru. Cependan, même une mesure simple de l effe de levier compable ne peu êre obenue direcemen, car les fonds spéculaifs communiquen raremen leurs posiions de bilan. En oure, la plupar du emps, l effe de levier associé aux fonds spéculaifs résule non pas d empruns, mais de posiions sur dérivés de hors-bilan. Nore indicaeur repose sur une réinerpréaion simple de l équaion de régression de l analyse de syle ; il monre dans quelle mesure les rendemens des acifs son amplifiés dans les rendemens des capiaux propres des fonds spéculaifs. Confirman ceraines informaions recueillies, ce indicaeur laisse enendre que l effe de levier a culminé fin 1997 e débu 1998 pour les ypes de fonds considérés. Il a aein un pic poncuel en 2, à l époque du pic boursier, mais diminue depuis quelques années. Analyser l expansion sur la base de données sommaires Il es presque impossible de dresser un ableau exhausif des fonds spéculaifs, compe enu des données disponibles. Ces eniés ne son pas soumises aux mêmes exigences de communicaion que les aures srucures de placemen proposées aux pariculiers, comme les fonds communs. De ce fai, les informaions les concernan émanen principalemen de quelques bases de données commerciales qui coniennen les chiffres fournis à leur iniiaive par les fonds, sans doue pour mieux se faire connaîre e airer des capiaux supplémenaires. Les résulas que l on y rouve se limien généralemen aux rendemens mensuels (en ermes nes des commissions) e au oal de l acif sous gesion (ASG). Dans la plupar des cas, la composiion des porefeuilles ou les mesures du risque e de l effe de levier ne son pas menionnées. Nous avons uilisé la base de données Hedge Funds Research (HFR), qui représene, au mieux, 25 3 % du nombre oal esimé des fonds exisans. Les fonds spéculaifs son classés selon leur syle de placemen (sommairemen défini) en foncion de la sraégie précisée par leurs soins. Il es rare qu un fonds change de caégorie, même si sa philosophie en maière de placemen évolue après son enrée dans la base. Aux fins de l analyse, la Les données incomplèes sur les fonds spéculaifs...concernen noammen leur syle de placemen... 2 Ennis e Sebasian (23) on effecué une analyse similaire à l aide d un indice du rendemen des fonds de fonds. Voir égalemen FMI (24) pour un examen de l exposiion au risque des fonds spéculaifs lors des crises monéaires dans les économies émergenes. 58 Rappor rimesriel BRI, mars 25

3 Nombre de fonds e acifs sous gesion 1 Syle Nombre Acifs Nombre Acifs Nombre Acifs Direcionnel 11 5, , ,6 Neure 37 19, , ,6 Acions (long/cour) , , ,4 Fonds de fonds 166 9, , ,2 Ensemble , , ,7 1 D après les données compilées mensuellemen par HFR ; chiffres de fin janvier. lignes (données HFR), qui ne recensen pas ceraines sous-familles. 2 Ne correspond pas au oal des aures Sources : HFR ; calculs BRI. Tableau 1 e fon éa d une expansion subsanielle classificaion HFR a éé refondue en familles de syle de placemen plus grandes (ableau 1). Cerains fonds son axés sur les acions, andis que les fonds direcionnels suiven des sraégies pluô orienées sur la direcion des marchés. En revanche, les fonds neures au marché se concenren sur les opéraions de couverure e l arbirage, de sore que leurs résulas devraien êre dissociés de l évoluion du marché global 3. En effecuan des exrapolaions à parir de l échanillon de fonds de la base de données HFR, il es possible de reracer les grandes phases d expansion du seceur des fonds spéculaifs. Le ableau 1 indique, pour chacune des familles de cee éude, le nombre de fonds e l ASG. L ASG oal de l ensemble des fonds spéculaifs de la base HFR aeignai environ $326 milliards en janvier 24, ce qui es neemen inférieur à l esimaion de $6 milliards $1 milliards. Dans la mesure où l échanillon HFR es représenaif, il en résule que le nombre de fonds direcionnels a plus que doublé enre janvier 1996 e janvier 24 e que l ASG oal a plus que riplé. Les données sur les fonds neures e les fonds sur acions révèlen une expansion encore plus excepionnelle. En janvier 24, l ASG des fonds neures au marché avai augmené de plus de sep fois par rappor à janvier 1996 e celui des fonds sur acions de près de cinq fois. Évoluion de l exposiion au risque Les sraégies de placemen son-elles différenes selon le ype de fonds? Face à des siuaions de marché ideniques, leurs réacions son-elles les mêmes? L examen de la sensibilié des rendemens des fonds spéculaifs vis-à-vis des rendemens des divers marchés des acifs peu permere de 3 Ces grandes familles son nées du regroupemen des sous-familles éablies par HFR. Les fonds direcionnels engloben les suivanes : posiions sur acions non couveres (equiy nohedge), macro, synchronisaion avec le marché (marke iming) e vene à découver (shor selling). Les fonds neures au marché comprennen : opéraions sur ires en difficulé (disressed securiies), posiions acheeur/vendeur sur acions couveres (equiy hedge), siuaions spécifiques (even driven), sraégies neures (marke neural) e quare groupes suivan des sraégies d arbirage. Le segmen des fonds sur acions recouvre quare sousfamilles axées sur les économies émergenes, six secorielles e des sous-familles de posiions sur acions couveres e non couveres. Rappor rimesriel BRI, mars 25 59

4 Encadré 1 : Bases de données sur les fonds spéculaifs e analyse de syle Bases de données sur les fonds spéculaifs : les biais Les bases de données commerciales sur les fonds spéculaifs, y compris la base HFR uilisée ici, reposen sur des informaions que ces fonds rapporen à leur iniiaive. Plusieurs biais peuven alors brouiller l inerpréaion des analyses empiriques basées sur ces données. Premièremen, les fonds spéculaifs ne fournissen des informaions, en général, qu à une seule base de données : aucune ne peu donc dresser un porrai exhausif du seceur («biais de sélecion de l échanillon»). Deuxièmemen, puisque ces bases de données son consiuées pour airer de nouveaux capiaux, elles incluen uniquemen les résulas des fonds en acivié duran la dernière période de déclaraion. Cela inrodui un «biais de survie», puisque les fonds qui on arrêé de déclarer des informaions au moins une fois son abandonnés. Nous avons essayé de corriger pariellemen ce biais en fusionnan les édiions mensuelles de la base HFR sur la période décembre 21 novembre 24, ce qui préserve l informaion sur les fonds présens pendan cee période, mais ne perme pas de disinguer les différenes raisons de la dispariion d un fonds. Oure la fermeure pure e simple, l inerrupion de déclaraion es fréquemmen due à de mauvais résulas, ce qui implique que la base de données suresime le rendemen global du seceur ; elle peu aussi, pour les plus grands fonds, résuler de la décision de ne plus airer de nouveaux invesisseurs. Dans ce cas, l informaion serai sous-esimée si cee décision inervenai après une période prolongée de bons résulas airan un volume (acifs sous gesion) rop imporan pour êre géré de façon renable. Troisièmemen, les fonds qui fournissen des informaions le fon habiuellemen après une période de bons résulas. Cee sélecivié aura donc endance à surévaluer les résulas des fonds e, par conséquen, ceux de la base de données («biais d hisoire immédiae»). Analyse de syle Afin d esimer l exposiion des fonds spéculaifs aux différenes caégories d acifs, nous avons principalemen analysé les syles au moyen d une régression linéaire, qui perme de lier les résulas observés d un porefeuille (ou d un fonds) à son exposiion envers une série de faceurs de risque. Le principe fondamenal de cee méhode es que la sensibilié des rendemens à ces faceurs fai apparaîre les caracérisiques non observables des exposiions du porefeuille. Pour un porefeuille invesi dans k (connu) acifs, on peu représener le rendemen global comme la moyenne des rendemens des acifs, pondérée par la par relaive de chaque acif : R = p F + p F + K+ p F k k Si le fonds es enièremen invesi, la somme des pars es égale à 1 %. Les pondéraions (p) corresponden aux coefficiens des régressions des rendemens du porefeuille sur les rendemens des acifs. Or, on ignore aussi, généralemen, la composiion exace du porefeuille. Pour effecuer les régressions, on uilise donc, comme variables explicaives, des rendemens génériques de caégories d acifs que l on suppose présenes dans le porefeuille. Les coefficiens son inerpréés comme l équivalen de l exposiion du fonds envers les faceurs de risque. De plus, puisqu une gesion acive peu produire une renabilié supérieure à celle de l ensemble du marché, la régression es esimée avec un erme consan qui capure la valeur de la gesion acive (si la consane es posiive). Enfin, parce que le fonds pourrai aussi avoir des posiions coures ou longues en liquidiés, la régression es esimée en uilisan, pour les variables expliquées e explicaives, des rendemens supérieurs au aux sans risque : f 1 f k f ( R r ) = α + β1( F r ) + K + βk ( F r ) + εi, Nous esimons en deux phases les paramères de sensibilié non linéaires (β) pour chaque famille de gesion, à parir de panels (non cylindrés) de rendemens mensuels, sur la période Fung e Hsieh (2, 22b) analysen ces biais. Agarwal e al. (24) examinen les bases de données de rois différens fournisseurs commerciaux e rouven qu elles n on en commun que 1 % d informaion. 6 Rappor rimesriel BRI, mars 25

5 janvier 1996 ocobre 24. Dans un premier emps, une régression par éapes sélecionne, au sein de l ensemble des caégories d acifs, celles qui son perinenes pour le mode de placemen considéré. Le crière de sélecion repose sur la significaivié saisique des rendemens excédenaires des faceurs (ableau 1) dans l explicaion des rendemens excédenaires du groupe de fonds sur oue la période d échanillon. Ensuie, nous réalisons des régressions sur fenêre mobile pour chacun des panels de fonds. Chacune de ces régressions es basée sur l ensemble fixe de faceurs idenifiés dans la première phase ; les coefficiens esimés de ces régressions permeen d examiner les propriéés non linéaires de la sensibilié à chacun des faceurs de risque. Nous avons uilisé des fenêres mobiles de 6, 8, 12, 18 e 24 mois, sans que la naure qualiaive des résulas soi modifiée, même si les coefficiens esimés on endance à êre plus volails lorsque l horizon se raccourci. Applicaion de l analyse de syle aux fonds spéculaifs......au moyen de fenêres mobiles déceler des modificaions de sraégies. À ce effe, nous avons uilisé une analyse de syle par régression, echnique appliquée pour la première fois aux fonds communs de placemen par Sharpe (1992). Il s agi, en fai, d aribuer des rendemens de porefeuilles à divers «faceurs» de risque, qui corresponden généralemen aux rendemens de caégories d acifs supposées composer le porefeuille, au moyen d une régression linéaire. Les coefficiens de régression ainsi obenus mesuren la sensibilié des rendemens de porefeuilles aux variaions des rendemens des acifs sous-jacens (pour une analyse déaillée, voir encadré 1). Diverses éudes anérieures on eu recours à des varianes de cee echnique pour déerminer les sraégies de placemen des fonds spéculaifs e analyser leur exposiion envers ceraines caégories d acifs 4. Cependan, les caracérisiques du modèle opéraionnel de fonds présenen des complicaions d ordre empirique. Les fonds on endance, en pariculier, à enregisrer des changemens d exposiion plus fréquens que les fonds communs de placemen, à prendre des posiions coures plus imporanes e à recourir davanage à des sraégies se raduisan par des gains non linéaires par rappor aux variaions des faceurs de risque. Nous avons donc légèremen modifié la echnique pour évier ce genre de complicaions. Afin de enir compe des changemens de sraégies fréquens, nous avons esimé les régressions pour des groupes de fonds de même syle au moyen de fenêres d esimaion mobiles (dans le emps), de manière à obenir des esimaions sur l évoluion de l exposiion. La dimension ransversale de l ensemble des rendemens des fonds spéculaifs renforce le degré de liberé dans l esimaion (e, paran, la précision des coefficiens esimés). La deuxième modificaion apporée à l analyse de Sharpe consise à permere aux coefficiens de sensibilié d avoir une valeur négaive, afin de refléer les posiions coures des fonds sur ceraines caégories d acifs. Enfin, à l insar de Fung e Hsieh (21) ainsi que d Agarwal e Naik (24), nous avons inclus les rendemens des posiions sur dérivés dans les faceurs de risque pouvan expliquer les résulas des fonds spéculaifs. 4 Par exemple, Fung e Hsieh (21), Brown e al. (22), Agarwal e Naik (24), Brunnermeier e Nagel (24). Rappor rimesriel BRI, mars 25 61

6 Nous avons appliqué cee echnique à plusieurs ypes de fonds spéculaifs e uilisé comme variables indépendanes les faceurs de risque figuran au ableau 2 5. Nous avons analysé des données mensuelles de la période à l inérieur d une fenêre mobile de 18 mois, ce qui nous a permis d éudier l évoluion de l exposiion au risque aux alenours du pic boursier. Globalemen, le rendemen excédenaire moyen (en ermes de fonds e de emps) duran la période couvere par l échanillon éai d environ 9 %, soi mieux que 4 % pour le S&P 5 6. Si la sraégie de placemen varie sans doue selon le syle de fonds, ce rendemen moyen e sa volailié pour l ensemble des familles considérées suiven en gros des évoluions parallèles (graphique 1), ce qui suggère une exposiion au risque assez similaire. Résulas de l analyse de syle Les résulas de l analyse de syle peuven se résumer ainsi. Premièremen, si les syles de placemen des différenes familles de fonds spéculaifs semblen héérogènes, la sensibilié de leurs rendemens à plusieurs faceurs de risque présene égalemen des similiudes frappanes. En pariculier, le rendemen excédenaire des opions d acha e de vene sur conras à erme S&P 5 s avère le plus imporan faceur de risque d un poin de vue qualiaif, ce qui Les esimaions sur l exposiion au risque s avèren sensiblemen ideniques, quel que soi le syle du fonds... Faceurs de risque Opions Obligaions Opions d acha hors cours Indice Salomon Brohers World (empruns d Éa) 1 Opions de vene hors cours Acions Indice Russell 3 Indice MSCI World hors Éas-Unis Indice MSCI Emerging Markes Faceur Fama-French Small-Minus-Big (SMB) 2 Faceur Fama-French High-Minus-Low (HML) 2 Faceur Fama-French Momenum 3 Indice Salomon Brohers (enreprises e Éas) Indice Lehman Brohers hau rendemen EU (enreprises) Indice Lehman Brohers hau rendemen EU (noes C D) Écar Moody s Baa/bon du Trésor EU 3 mois Écar Moody s Baa/obligaion du Trésor EU 1 ans Aures faceurs Indice Fed dollar (pondéré compéiivié) Indice Goldman Sachs maières premières Cours de l or 1 Toues échéances ; empruns exprimés en dollars EU. 2 SMB : rendemen moyen sur rois peis porefeuilles moins rendemen moyen sur rois gros porefeuilles ; HML : rendemen moyen sur deux porefeuilles «valeur» moins rendemen moyen sur deux porefeuilles «croissance» ; descripion déaillée dans Fama e French (1993). 3 Momenum : rendemen moyen sur deux porefeuilles à hau rendemen anérieur moins rendemen moyen sur deux porefeuilles à bas rendemen anérieur. Sources : Bloomberg ; Daasream ; Tuck School of Business ; calculs BRI. Tableau 2 5 Agarwal e Naik (24) incluen les rendemens excédenaires des opions (acha e vene) à parié/premier prix d exercice hors du cours sur conras à erme S&P 5. Pour une opion d acha ou de vene ainsi coée, les rendemens calculés son quasimen ideniques. Nos régressions poren uniquemen sur les rendemens des opions hors du cours, car elles affichaien une variance un peu plus élevée que les opions à parié. 6 La prudence s impose dans l inerpréaion des rendemens des fonds spéculaifs, en raison d imperfecions nooires des bases de données concernan leurs résulas. Ces imperfecions son analysées dans l encadré Rappor rimesriel BRI, mars 25

7 Rendemen excédenaire e volailié, par syle Sur fenêre mobile 18 mois Rendemen excédenaire 1 Volailié 3 Ensemble² Fonds acions Fonds neures F. direcion. F. de fonds,4,3 1,,8,2,6,1,4, , Écar, en moyenne annualisée, par rappor au rendemen des valeurs du Trésor EU 3 mois. 2 Fonds acions, neures e direcionnels. 3 Écar ype moyen annualisé des rendemens. Sources : HFR ; calculs BRI. Graphique 1...de sore que les pics de rendemen on endance à coïncider confirme les résulas d Agarwal e Naik (24). Deuxièmemen, la variaion de la sensibilié à ce faceur de risque es praiquemen la même pour l ensemble des familles de fonds. D après les esimaions de sensibilié, les fonds spéculaifs, quel que soi leur syle, éaien de plus en plus présens sur le marché des acions avan le pic boursier e on rédui leurs posiions duran le repli. On peu donc supposer que les fonds s éaien porés acheeurs sur opions d acha (e vendeurs sur opions de vene) sur le S&P 5 duran la période de hausse des cours à la fin des années 9. Dans la phase descendane, la sensibilié à l égard des opions d acha sur le S&P 5 avai neemen diminué, alors que vis-à-vis des opions de vene sur ce même indice elle éai devenue posiive. Il es inéressan de souligner que cee endance es pariculièremen marquée pour les fonds spéculaifs classés comme neures au marché. Ces aspecs son illusrés aux graphiques 2, 3 e 4. Dans chacun d eux, le cadre de gauche monre que les rendemens excédenaires sur le S&P 5 on plafonné en mars 2, comme les rendemens excédenaires des rois ypes de fonds. Dans chaque cas, la sensibilié des rendemens excédenaires des fonds spéculaifs aux rendemens des posiions sur opions d acha a augmené, au moins jusqu en mars 2, ce qui confirme que les fonds on accru leur exposiion aux cours des acions. Cee sensibilié a diminué de façon specaculaire après le pic boursier de mars 2 7. Pour les fonds sur 7 L évoluion de la significaion saisique de ces faceurs de risque va dans le sens de cee endance générale. Avan mars 2, la valeur du faceur opion d acha des régressions mobiles éai saisiquemen significaive dans presque oues les fenêres, s éablissan en moyenne à 5,26 pour les fonds direcionnels, 7,47 pour les fonds sur acions e 6,79 pour les fonds neures. Après mars 2, cee variable explicaive a raremen éé significaive, les rois familles affichan respecivemen une valeur moyenne de 1,2, 1,58 e 1,26. Rappor rimesriel BRI, mars 25 63

8 Prise de risque des fonds direcionnels Sur fenêre mobile 18 mois Bêa sur opions e rendemen Bêa aures faceurs de risque R 2 e nombre de fonds 6,4 S&P 5 (d)¹ Fonds direcionnels (g)¹ Opions d acha (g)²,4,45 SMB (d)³ EMPI (g) 4 MSCI World (g) 5 4,5 32 Fonds (g) R 2 (d),2,2,2,3 3, 24,15,15 1,5 16,1 -,2 -,2 8,5 -, ,4 -, , Moyenne mobile du rendemen excédenaire par rappor au rendemen des bons du Trésor EU 3 mois. 2 Coefficien du rendemen excédenaire sur opion d acha premier prix hors du cours sur conra à erme S&P 5. 3 Fama-French. 4 MSCI acions économies émergenes. 5 MSCI World hors acions des Éas-Unis. 6 Pour les fonds direcionnels examinés dans la régression. Sources : Daasream ; HFR ; Tuck School of Business ; calculs BRI. Graphique 2 acions e les fonds neures, cee diminuion s es accompagnée d un renversemen de l exposiion esimée aux rendemens des opions de vene ; cela suppose que, au lieu de vendre des opions de vene sur le S&P 5, les fonds on souscri une assurance conre de nouveaux replis du marché 8. Toues les familles de fonds spéculaifs on égalemen paru exposées aux aures faceurs de risque associés aux acions. Par exemple, la sensibilié au faceur aille SMB de Fama-French, qui reflèe l écar de rendemen enre les ires à faible capialisaion e ceux à fore capialisaion, mérie pariculièremen d êre soulignée. Avan le pic boursier, les fonds direcionnels semblaien suivre des sraégies revenan à prendre une posiion acheeur par rappor à ce faceur, ce qui les exposai davanage envers les ires à faible capialisaion (graphique 2, cadre du milieu). Cela concorde avec les placemens des fonds spéculaifs dans les echnologies e les enreprises émergenes duran la bulle Inerne. La sensibilié à ce faceur es devenue négaive après le repli du marché. Les fonds neures e les fonds sur acions présenaien sensiblemen les mêmes exposiions au risque ; ces deux familles faisaien apparaîre des posiions acheeur sur le faceur SMB de Fama-French avan le repli du marché (graphiques 3 e 4, cadres du milieu). La sensibilié à ce faceur es demeurée posiive après mars 2, mais a ouefois diminué de moiié environ dans les deux cas 9. Les fonds misaien sur une hausse des cours des ires à faible capialisaion avan le pic boursier... 8 Au graphique 2, le coefficien bêa du faceur opion de vene a éé omis pour les fonds direcionnels, ce faceur de risque ne répondan pas aux crières d inclusion de la spécificaion de la régression du premier degré. 9 Les rendemens excédenaires de oues les familles de fonds éaien généralemen sensibles aux rendemens des aures marchés des acions, els qu ils son mesurés par les indices MSCI World ex US Equiy e MSCI Emerging Markes Equiy. 64 Rappor rimesriel BRI, mars 25

9 Prise de risque des fonds neures Sur fenêre mobile 18 mois Bêa sur opions e rendemen Bêa aures faceurs de risque R 2 e nombre de fonds 6,4 S&P 5 (d)¹ Fonds neures (g)¹ Opions de vene (g)² Opions d acha (g)²,4,8 SMB (d)³ EMPI (g) 4 Oblig. HR (g) 5 4,9 1 6 Fonds (g) R 2 (d),2,2,2,4 3,5 1 2,15 2,1 8,1 -,2 -,2 -,4,7 4,5 -, ,4 -, , Moyenne mobile du rendemen excédenaire par rappor au rendemen des bons du Trésor EU 3 mois. 2 Coefficien du rendemen excédenaire sur opion d acha premier prix hors du cours sur conra à erme S&P 5. 3 Fama-French. 4 MSCI acions économies émergenes. 5 Indice Lehman Brohers d obligaions à hau rendemen aux Éas-Unis. 6 Pour les fonds neures examinés dans la régression. Sources : Daasream ; HFR ; Lehman Brohers ; Tuck School of Business ; calculs BRI. Graphique 3...mais ne présenaien pas la même exposiion au risque de aux d inérê En oure, on consae une ceraine héérogénéié des faceurs de risque significaifs enre les différenes familles de fonds. Par exemple, l exposiion aux risques des marchés à revenu fixe mesurés par les indices Lehman Brohers US High Yield Corporae, Salomon Brohers World Governmen Bond e Salomon Brohers Gov & Corp. Bond s es avérée plus marquée pour les fonds neures e les fonds sur acions que pour les fonds direcionnels. Prise de risque des fonds acions Sur fenêre mobile 18 mois,6 Bêa sur opions e rendemen Bêa aures faceurs de risque 3 R 2 e nombre de fonds 4 S&P 5 (d)¹ Fonds acions (g)¹ Opions de vene (g)² Opions d acha (g)²,6 SMB HML Fonds (g) R 2 (d),35,4,4 1 1,28,2,2 5 75,21 5,14 -,2 -,2-5 25,7 -, , Moyenne mobile du rendemen excédenaire par rappor au rendemen des bons du Trésor EU 3 mois. rendemen excédenaire sur opion d acha premier prix hors du cours sur conra à erme S&P 5. 4 Pour les fonds acions examinés dans la régression. 2 Coefficien du 3 Fama-French. Sources : Daasream ; HFR ; Tuck School of Business ; calculs BRI. Graphique 4 Rappor rimesriel BRI, mars 25 65

10 D après les paramères de sensibilié esimés à l égard de ces faceurs de risque, les posiions longues e coures on flucué duran la période de l échanillon 1. De plus, les rendemens excédenaires sur l indice Goldman Sachs Commodiy e l indice du dollar de la Fed, pondéré en foncion de la compéiivié, on aussi représené d imporanes exposiions pour ces familles de fonds. Ces divers résulas permeen de irer de premiers enseignemens d ordre général. Premièremen, il semble que les fonds spéculaifs supposés suivre des sraégies de placemen différenes se rejoignen, dans une ceraine mesure, en ermes d exposiion au risque. La similiude d exposiion au marché américain des acions duran la période considérée es pariculièremen frappane pour les fonds direcionnels e les fonds neures. Deuxièmemen, si les faceurs de risque liés aux opions paraissen conribuer à la cohérence de l esimaion des paramères de sensibilié, les opions sur acions américaines analysées dans les éudes empiriques réalisées à ce jour on eu apparemmen moins d imporance après mars 2. Évoluion de l effe de levier L effe de levier fai parie inégrane de la sraégie de placemen d un fonds spéculaif. Ce effe de levier peu êre produi de deux façons complémenaires. La première passe par l emprun, qui accroî foremen les gains poeniels escompés par les invesisseurs, car les rendemens son générés par un porefeuille d acifs plus imporan que le capial qu ils on injecé (cf. ASG) 11. C es ce que nous appelons l effe de levier compable. Deuxièmemen, le fonds peu prendre des posiions de hors-bilan, par exemple sur dérivés e ires srucurés. Celles-ci peuven amplifier les rendemens en permean des exposiions aux acifs sous-jacens sans effecuer nécessairemen un décaissemen égal à la valeur de ces acifs. Nous désignons ce ype d effe par l expression effe de levier insrumenal 12. Pour illusrer ces propos, supposons simplemen que le aux sans risque soi de zéro e que l ASG iniial s élève à 1. Admeons égalemen que le fonds spéculaif emprune 9 pour financer l acha d un ire don le prix es 1. Si la valeur de l indice à la fin de la période aein 15, le rendemen de l ASG es de 5 %. De même, le fonds spéculaif peu arriver à une exposiion L effe de levier amplifie la sensibilié aux rendemens du marché......par le biais d empruns ou de posiions sur dérivés 1 Pour les fonds neures, le coefficien des rendemens excédenaires de l indice Lehman Brohers US High Yield Corporae éai significaif à plus de 5 % dans 73 % des fenêres de la régression, pour une valeur moyenne de 4,59. Sur l indice Salomon Brohers World Governmen Bond, le coefficien éai significaif dans 72 % des fenêres, pour une valeur moyenne de 4,9. Dans le cas des fonds sur acions, les résulas associés à ces faceurs de risque éaien significaifs dans une proporion légèremen plus faible de fenêres e la valeur moyenne éai souven un peu moins élevée. 11 Il va de soi que cee sraégie amplifie égalemen les peres évenuelles si le porefeuille sous-performe. 12 Selon les informaions recueillies, les fonds spéculaifs prennen de plus en plus de posiions imporanes sous forme de conras dérivés conclus avec diverses conreparies. Les capiaux reçus des invesisseurs serven principalemen à garanir ces ransacions. 66 Rappor rimesriel BRI, mars 25

11 équivalene en uilisan l ASG de 1 comme marge iniiale e en achean une paricipaion de 1 dans l indice boursier sous forme de conras à erme. Dans ce exemple simple, le rendemen de l ASG es de nouveau de 5 % si l indice boursier passe à 15 avan la fin de la période 13. Il s agi de savoir ici s il es possible d élaborer un indicaeur d effe de levier à parir des données sur les rendemens des fonds spéculaifs. Comme l effe de levier, quelle que soi la forme qu il revê, peu avoir la même incidence sur les rendemens des invesisseurs, on pourrai le mesurer par l ampleur de la hausse des rendemens par rappor à la variaion des faceurs de risque de marché sous-jacens. C es précisémen ce que perme l analyse de syle. Nore indicaeur par du principe que, pour un porefeuille sans effe de levier, les paramères de sensibilié esimés dans nore régression équivaudraien à 1 (comme pour un fonds commun de placemen dans l applicaion iniiale de la echnique par Sharpe). Par conre, dans le cas d un porefeuille avec effe de levier, les rendemens seraien ceux du porefeuille sans effe de levier, affecés d un coefficien de majoraion. En bref, nore indicaeur correspond à la somme des paramères de sensibilié obenus e vau pour les deux ypes d effe de levier (pour une analyse plus déaillée, voir encadré 2) 14. De même, le niveau de l indicaeur peu êre assimilé au raio du monan oal du porefeuille d acifs du fonds par rappor à son ASG. Ainsi, une valeur de 1 suppose une absence d effe de levier, alors qu une valeur de 2 implique que le monan oal du porefeuille représene le double du capial des invesisseurs. Mesures esimées de l effe de levier 1 Ensemble 2 Fonds direcionnels Fonds neures Fonds acions Fonds de fonds 12,5 1, 7,5 5, 2, Sur fenêre mobile 24 mois. 2 Fonds acions, neures e direcionnels. Sources : HFR ; calculs BRI. Graphique 5 13 Dans ce exemple, les évoluions du prix du ire sous-jacen e de celui du dérivé (par exemple, le conra à erme) son éroiemen liées. Plus généralemen, les variaions des prix des dérivés son corrélées de manière non linéaire à celles des prix des acifs sous-jacens. 14 Dans le cas des fonds spéculaifs, cela n es pas oujours vrai, car il es nécessaire de modifier les faceurs bêa avan de faire la somme. Rappor rimesriel BRI, mars 25 67

12 Encadré 2 : Consruire un indicaeur de levier à parir de l analyse de syle Nore indicaeur de levier es basé sur une modificaion de l analyse de syle présenée à l encadré 1 e sur une réinerpréaion des coefficiens esimés. La première équaion y décri les rendemens d un fonds ayan des posiions longues sur des comparimens au compan seulemen e sans effe de levier compable. Si le même fonds devai financer son porefeuille par une dee représenan un muliple λ des acifs sous gesion, le rendemen servi à ses invesisseurs serai égal à : f 1 R = λ r + ( 1 + λ ) ( P 1 F + ) K + Pk F Dans ce cas, les p son la par de l ensemble du porefeuille invesie dans chaque acif (hors liquidiés). Si l on connaissai la composiion en ires du porefeuille du fonds, la somme des coefficiens esimés (β) devrai êre égale à 1 + λ dans la régression de syle décrie à l encadré 1. Ainsi, une mesure de l effe de levier dans le bilan du fonds serai donnée en sousrayan de 1 la somme des coefficiens esimés. Bien sûr, les fonds spéculaifs présenen des difficulés supplémenaires. Non seulemen la composiion exace du fonds es inconnue, mais elle peu aussi comprendre des insrumens reliés de manière non linéaire aux faceurs de risque ordinairemen inclus dans les régressions de syle. j j En fai, un raio enre rendemen de la sraégie non linéaire Φ e rendemen des faceurs F supérieur à 1 pourrai servir d indicaeur du degré de non-linéarié. Le degré moyen de non-linéarié dans la sraégie d un fonds peu êre représené comme un muliplicaeur commun à la oalié des acifs dans lesquels le fonds es invesi. Dans l opique de l éude, cela consiuerai un faceur scalaire supplémenaire de la sensibilié des rendemens du fonds spéculaif aux rendemens des faceurs de risque. Sur cee base, la somme des coefficiens esimés de la régression donnerai : ( 1+ λ) ζ i = ( + λ)ζ βi = p 1 i où ζ représene le degré moyen de non-linéarié pour l ensemble du porefeuille du fonds. Les coefficiens esimés son alors inerpréés comme une mesure de l effe amplificaeur des deux ypes de levier. Sans hypohèses supplémenaires, nous ne pouvons naurellemen pas faire la disincion enre les deux. Une aure difficulé provien des posiions coures des fonds. Elles devraien clairemen apparaîre sous forme d un coefficien esimé négaif dans les régressions. Elles consiuen cependan une aure forme de levier, puisque leur risque es, en héorie, illimié. Pour rendre compe de cee possibilié, l indicaeur que nous reenons es la somme des valeurs absolues des coefficiens esimés. Même si ce n es qu une correcion approximaive, elle es nécessaire pour rendre compe de l erreur de mesure de premier ordre qui es inroduie par l uilisaion de seuls indices de marché (posiions longues uniquemen) comme faceurs de risque. Une valeur supérieure à 1 pour ce indicaeur suggère que l effe combiné des deux ypes de levier accroî la sensibilié des rendemens du fonds aux rendemens des faceurs de risque. La seule (e minime) modificaion que nous faisons dans le calcul es de n inclure dans la somme que les coefficiens saisiquemen significaifs à un seuil supérieur à 1 %. k Alors que la relaion enre nore indicaeur e l effe de levier compable es relaivemen direce, celle qu il enreien avec l effe de levier insrumenal es plus complexe. Comme le monre l encadré 2, les variables explicaives de la régression son généralemen les rendemens des principaux indices de marché. Dans la mesure où les fonds spéculaifs effecuen des placemens qui engendren des gains analogues à ceux des dérivés, leurs rendemens son liés de manière non linéaire à ceux des faceurs de risque de marché sousjacens. Le fai que les rendemens du fonds démonren une plus grande sensibilié esimée à ces faceurs émoigne de cee non-linéarié. C es pourquoi la valeur de nore indicaeur d effe de levier dépend de la capacié de nore ensemble de faceurs de risque à bien refléer les posiions des fonds Les faceurs opions compliquen l inerpréaion 68 Rappor rimesriel BRI, mars 25

13 Diminuion de l effe de levier esimé spéculaifs 15. Manifesemen, plus les variables explicaives de la régression raduisen fidèlemen les caracérisiques de rendemen des insrumens choisis par le fonds, moins l effe de levier insrumenal es présen dans l indicaeur. Nous esimons d ailleurs que ce indicaeur peu surou servir à évaluer les endances de l effe de levier dans le emps pluô qu à fournir une mesure cardinale de ce effe à un momen donné. Ces réserves éan précisées, nous avons appliqué cee mesure aux données. Le graphique 5 présene les indicaeurs d effe de levier obenus pour les différens syles de fonds à parir des faceurs de risque analysés dans la secion précédene 16. Malgré le caracère bruié des indicaeurs, les grandes variaions emporelles semblen au moins concorder avec les informaions recueillies sur l évoluion de l effe de levier dans le seceur des fonds spéculaifs. Ce effe semble avoir culminé en Il a aein un pic poncuel en 2, au momen où les cours des acions éaien à leur plus hau, mais es relaivemen faible depuis quelque emps 17. Conclusion En éablissan un lien enre les rendemens de porefeuilles e des faceurs de risque de marché déerminés, l analyse de syle peu mere en évidence des aspecs marquans des sraégies de placemen des fonds spéculaifs. Nous avons appliqué cee echnique à des régressions sur fenêre mobile poran sur un vase ensemble de rendemens de fonds spéculaifs afin de mieux comprendre ces sraégies dynamiques. Nos résulas donnen à penser que, si les sraégies son assez diversifiées enre les familles de fonds spéculaifs, des similiudes frappanes exisen égalemen en ermes d exposiion au risque. Les faceurs de risque les plus imporans sur le plan qualiaif semblen êre ceux qui son associés aux opions sur le S&P 5. L analyse de syle perme égalemen d obenir un indicaeur emporel de l effe de levier des fonds spéculaifs. Ce indicaeur sommaire, qui monre dans quelle mesure les rendemens des faceurs de risque son amplifiés dans les rendemens des capiaux déenus par ces srucures, ne prend oue sa valeur que si ces faceurs de risque supposés reflèen fidèlemen la vériable exposiion des fonds spéculaifs. Lorsque son esimaion fai appel à un nombre limié de faceurs de risque, l indicaeur apparaî assez bruié, ou au moins par rappor à ce que les informaions recueillies laisseraien penser. Malgré ou, ses variaions à long erme semblen généralemen raisonnables. 15 Comme le monre le cadre de droie des graphiques 2 à 4, les mesures de la qualié de l ajusemen ne son pas pariculièremen élevées, de sore que la variaion des rendemens rese pour une large par inexpliquée. 16 Ces esimaions son issues de régressions sur fenêre mobile de 24 mois ; les indices esimés à parir d une fenêre plus coure son plus variables mais fon ressorir des endances assez similaires. 17 Dans une inerpréaion srice de mesure de l effe de levier compable, nore esimaion suppose que, pour la période , l effe de levier de l échanillon de fonds spéculaifs représenai en moyenne 4,9 fois les capiaux propres. Rappor rimesriel BRI, mars 25 69

14 Dans une perspecive plus large, le cadre défini dans cee éude pour la mesure de l effe de levier pourra êre perfecionné lorsque de meilleurs faceurs de risque seron disponibles. Bibliographie Agarwal, V., N. D. Daniel e N. Naik (24) : «Flows, performance and managerial incenives in hedge funds», documen de ravail présené au colloque Gumann Cener Symposium on Hedge Funds, Universié de Vienne, 29 novembre. Agarwal, V. e N. Naik (24) : «Risks and porfolio decisions involving hedge funds», The Review of Financial Sudies, prinemps, vol. 17, n 1, pp Brown S., W. Goezmann e J. Park (22) : «Hedge funds and he Asian currency crisis», The Journal of Porfolio Managemen, éé, 6(4), pp Brunnermeier, M. K. e S. Nagel (24) : «Hedge funds and he echnology bubble», The Journal of Finance, vol. LIX, n 5, ocobre, pp Comié sur le sysème financier mondial (1999) : A review of financial marke evens in auumn 1998 («The Johnson Repor»), Banque des Règlemens Inernaionaux, hp:// Ennis, M. e M. D. Sebasian (23) : «A criical look a he case for hedge funds», The Journal of Porfolio Managemen, éé, pp Fama, E. e K. French (1993) : «Common Risk Facors in he Reurns on Socks and Bonds», Journal of Financial Economics, vol. 33, n 1, pp Fonds monéaire inernaional (24) : Global Financial Sabiliy Repor, avril, pp Fung, W. e D. Hsieh (2) : «Performance characerisics of hedge funds and CTA funds : naural versus spurious biases», Journal of Financial and Quaniaive Analysis, 35, Fung, W. e D. Hsieh (21) : «The risk in hedge fund sraegies : heory and evidence from rend followers», The Review of Financial Sudies, éé, vol. 14, n 2, pp Fung, W. e D. Hsieh (22a) : «Asse-based syle facors for hedge funds», Financial Analyss Journal, sepembre/ocobre, pp Fung, W. e D. Hsieh (22b) : «Hedge-fund benchmarks : informaion conen and biases», Financial Analyss Journal, janvier/février, pp Sharpe, W. (1992) : «Asse allocaion : managemen syle and performance measuremen», The Journal of Porfolio Managemen, hiver, pp Rappor rimesriel BRI, mars 25

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS

LA PERTINENCE DES ACTIFS INCORPORELS AVEC LES IFRS LA PERTINENCE DES ACTIS INCORPORELS AVEC LES IRS Gaëlle LENORMAND-TOUCHAIS IREJE Universié de Breagne-Sud (rance) Lionel TOUCHAIS CREM-IAE de Rennes Universié de Rennes1 (rance) RESUME : Ce aricle s inerroge

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Correction de l exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Correcion de l exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» Quesion : calculer numériquemen la duraion e la convexié de l obligaion de coure maurié e de l obligaion de longue

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance

MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Internationale, Monnaie, Finance UNIVERSITE DE PARIS-DAUPHINE Février 2004 MAITRISE ECONOMIE APPLIQUEE ECONOMETRIE II : EXAMEN TERMINAL (durée 2 h) Filières : Economie Inernaionale, Monnaie, Finance Noes de Cours Auorisées, seules les

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1

Crise de change et politique monétaire optimale dans un modèle de troisième génération : le rôle de la prime de risque 1 Crise de change e poliique monéaire opimale dans un modèle de roisième généraion : le rôle de la prime de risque Vincen Bouvaier Je iens à remercier vivemen Chrisian Bordes e Thérèse Chevallier pour leurs

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007

Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données internationales de 1984 à 2007 Quelle convergence pour les primes de risque sur les marchés boursiers? Une analyse sur des données inernaionales de 1984 à 2007 Rafik ABDESSELAM 1, Sylvie LECARPENTIER-MOYAL 2, Paricia RENOU-MAISSANT

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail