No Juin. Estimation du cycle à l'aide d'un modèle à tendance stochastique et application au Royaume-Uni. Laurence Boone

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "No 1997 11 Juin. Estimation du cycle à l'aide d'un modèle à tendance stochastique et application au Royaume-Uni. Laurence Boone"

Transcription

1 No Juin Esimaion du cycle à l'aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au Royaume-Uni Laurence Boone

2 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni. SOMMAIRE RÉSUMÉ... 3 SUMMARY LE FILTRE HODRICK-PRESCOTT LE MODÈLE À TENDANCE STOCHASTIQUE PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE MTS : UNE GÉNÉRALISATION DU FILTRE HP DÉCOMPOSITION D UNE SÉRIE AVEC LE MTS IDENTIFICATION DU CYCLE APPLICATION PRATIQUE PROCÉDURE GÉNÉRALE ET CHOCS EXOGÈNES VARIABLES RÉELLES VARIABLES NOMINALES A PROPOS DU RATIO DES HYPERPARAMÈTRES COMPARAISON DES FAITS STYLISÉS OBTENUS AVEC HP ET LE MTS CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE A: FILTRE DE KALMAN ANNEXE B: CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DE LA DÉCOMPOSITION DES VARIABLES LISTE DES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU CEPII

3 CEPII, documen de ravail n RESUME Lucas (1977) a insiuionnalisé la nécessié d éablir un ensemble de fais sylisés du cycle, c es-à-dire, un ensemble de rais communs aux pays développés à économie de marché des mouvemens économiques. Un el exercice connaî des difficulés immédiaes. Pour consruire un ensemble de fais sylisés, les saisiques uilisées son simplemen des esimaions de variance e de covariance. Cependan elles n on un sens que si l on suppose que la série éudiée es saionnaire. Or la plupar des grands agrégas macroéconomiques (PIB, consommaion, invesissemen, prix...ec.) ne son pas saionnaires. Un cerain nombre de ransformaions son donc proposées par la liéraure économérique, elles que différencier les séries, exraire la endance...ec. Parmi ces méhodes, la plus populaire es sans conese le filre de Hodrick-Presco. Développée en 1981 pour une applicaion au cycle américain, elle es simple e ne nécessie aucune esimaion ni modélisaion. Ce filre a donc éé énormémen uilisé dans la liéraure (Backus e Kehoe 1992, Danhine e Donaldson 1993, Chrisodoulakis e al. 1995). Cependan, il a fai assez rapidemen l obje de vives criiques (King e Rebelo 1993, Harvey e Jaeger 1993, Cogley e Nason 1995, parmi d aures) : ainsi son uilisaion affecerai de façon significaive les propriéés sochasiques des données (la variance e la covariance de la série filrée perdan ou pouvoir informaif), de façon irrégulière (ce qui prive de sens oue comparaison enre séries) ; les propriéés des séries ainsi filrées refléeraien beaucoup plus les propriéés du filre que des données originales. Dans un papier récen Boone e Hall (1995) proposen une méhode de décomposiion des données reposan sur le modèle à endance sochasique, qui apparaî plus saisfaisan que le filre de Hodrick-Presco, an d un poin de vue analyique que numérique, puisqu une éude Mone Carlo monre qu il décompose une série en endance e en cycle de façon sysémaiquemen plus performane. Ce papier a vocaion méhodologique. La méhode développée par Boone e Hall es présenée e expliquée en comparaison avec le filre de Hodrick-Presco. Il es souligné que la sraégie repose sur une vériable modélisaion des données ; il n y a pas de resricions arbiraires des paramères mais esimaion par le maximum de vraisemblance e vérificaion saisique de la robusesse de la représenaion. De plus, une disincion es faie enre erreurs de mesure e flucuaions de cour erme, qui ne pouvai êre réalisée avec les méhodes précédenes. Enfin, il es possible de prendre en compe des changemens de régime. Dans ce bu, une applicaion de la méhode au Royaume-Uni es expliciée. Les différenes éapes permean de saisfaire les crières décris ci-dessus son déaillées. Il es ainsi possible d analyser les mouvemens du cycle briannique, de disinguer chocs exogènes excepionnels de flucuaions induies par le foncionnemen même de l économie. La méhode se révèle êre plus qu une simple sophisicaion économérique, puisque elle perme d obenir de nouveaux résulas. En pariculier, la consommaion apparaî plus lisse que le revenu (conrairemen aux résulas de recherche précédene, els que Backus e Kehoe 1992), l invesissemen moins volaile après-guerre, les prix conra- 3

4 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni cycliques. SUMMARY Sylised facs of he business cycle are a he forefron of economic research, no only o characerise economic flucuaions, bu also o provide a benchmark agains which measuring new heoreical developmens. There are immediae difficulies wih such an exercise : mos macroeconomic daa (GDP, consumpion, invesmen, prices...ec.) are rended, i.e non saionary. To draw saisical inferences, one needs saionary daa. Furhermore, cyclical movemens may have a disinc dynamic from long erm underlying rends. The lieraure offers a number of familiar ransformaions, including deerminisic derending, sochasic derending, and differencing. Amongs hese mehods, he mos widely used (Backus and Kehoe 1992, Danhine and Donaldson 1993, Chrisodoulakis e al. 1995) is cerainly he Hodrick- Presco filer. Firs presened in 1981 by Hodrick and Presco, i was used o characerise he US business cycle. I is a ready-o-use formulae, ha does no require any esimaion nor modelling. However, here has been increasing concern (King and Rebelo 1993, Harvey and Jaeger 1993 or Cogley and Nason 1995) ha his filer disors he daa : i affecs he second order movemens (such as variance and covariance) of he filered series, in a non-sysemaic way (hereby prevening any useful comparisons). Overall, he sochasic properies of he filered series would reflec he characerisics of he filer raher han he sochasic properies of he original daa. In a recen paper, Boone and Hall (1995) presen a decomposiion mehod based on he sochasic rend model, which appears more saisfacory, no only from an analyical poin of view. An exensive Mone Carlo analysis also shows ha i exracs in a significanly beer way he underlying rend and cycle of a series. This paper is mean o be a mehodological exercise. The mehod developed by Boone and Hall is explained and conrased o he Hodrick Presco filer. The modelling side of he proposed sraegy is emphasised. There is no arbirary resricions on he coefficiens used in he decomposiion process ; raher he parameers are esimaed using maximum likelihood, which allows careful diagnosic esing of he represenaion of he daa. Furhermore, he sochasic rend model allows a disincion beween he measuremen errors and he cyclical flucuaions, which was no possible wih he Hodrick-Presco filer. Finally, regime changes and srucural breaks can be aken ino accoun. This paper presens an applicaion of he mehod o he case of he Unied Kingdom. The differen seps involved are carefully analysed. I is shown ha one can hereby sudy he Briish cyclical flucuaions ha are endogenous o he economy. The mehod is shown o be more han anoher economeric nicey, since i provides new resuls on sylised facs of he business cycle. More paricularly, consumpion appears o be smooher han income (which conrass wih previous resuls, especially hose of he Backus and Kehoe seminal 4

5 CEPII, documen de ravail n paper); invesmen appears less volaile in he pos war period; prices are shown o be couner cyclical. 5

6 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni ESTIMATION DU CYCLE A L AIDE D'UN MODELE A TENDANCE STOCHASTIQUE ET APPLICATION AU CAS DU ROYAUME-UNI Laurence Boone 1 Dès 1977, Lucas enai d éablir un ensemble de fais sylisés caracérisan les flucuaions économiques sysémaiques d un marché à l aure. Un grand nombre d aueurs (Backus e Kehoe, 1992, Danhine e Donaldson, 1993, Fayolle e Mahis, 1993, Hénin e Chaeau, 1994, Chrisodoulakis e al., 1995, Fiorio e Kollinzas, 1994, Allard, 1994) on ené d éablir un ensemble de fais sylisés des flucuaions de cour erme des pays de l OCDE en décomposan les séries à l aide du filre de Hodrick-Presco (HP, 1980). L avanage d une elle méhode es sa simplicié. Cependan, plusieurs éudes récenes (King e Rebelo 1993, Harvey and Jaeger, 1993, Cogley e Nason, 1995) monren que ce filre a endance à déformer les propriéés dynamiques des données, e ce de façon non régulière, ce qui empêche oue comparaison enre deux séries filrées. Or des fais sylisés ne peuven êre informaifs qu à condiion de reproduire fidèlemen les propriéés sous-jacenes des données. Un grand nombre de fais sylisés pourrai ainsi êre remis en cause. Cependan ces aueurs n on proposé aucune méhode alernaive, e l uilisaion du filre HP a perduré faue de mieux. Dans un papier récen, Boone e Hall (1995a) proposen une méhode alernaive, reposan sur le modèle à endance sochasique (MTS). Elle apparaî analyiquemen e numériquemen plus rigoureuse, comme le confirmen les résulas d une éude Mone Carlo. De plus, dans Boone e Hall (1995b) des fais sylisés obenus avec le modèle à endance sochasique comparés aux fais obenus avec le filre Hodrick-Presco, meen en évidence de nouveaux résulas sur les caracérisiques du cycle, confirman l imporance de la méhode. Ce papier a vocaion méhodologique. Il rappelle ou d abord en quoi une décomposiion des séries à parir de l approche MTS perme une analyse plus rigoureuse des fais sylisés du cycle. Puis il présene l applicaion de cee méhode aux grands agrégas du Royaume-Uni, soulignan les avanages d une vériable modélisaion des données, e mean en avan les différences de résulas ainsi obenus par rappor à la liéraure habiuelle. En pariculier, la consommaion apparaî plus sable que le PIB, les prix son conra-cycliques, e les invesissemens moins volailes qu avan-guerre. 1 Je remercie vivemen Professeur S.G.Hall, Jean Pisani-Ferry, Benoî Mojon, Philippe Marin, les paricipans à un séminaire inerne du Graduae Insiue of Inernaional Sudies à Genève, au séminaire inerne de la London Business School e au colloque de l EEA 1996 de discussions frucueuses. Les erreurs resanes son les miennes. 6

7 CEPII, documen de ravail n LE FILTRE HODRICK-PRESCOTT Le filre HP décompose une série emporelle en deux élémens : une endance de long erme (y p ), non saionnaire, e des flucuaions de cour erme (y c ), saionnaires : y = y + y p c L idée sous-jacene au filre HP es la suivane. En moyenne, sur le long erme, les flucuaions cycliques devraien êre nulles. De plus, la endance de long erme de la série doi refléer un aux de croissance flucuan peu. Ainsi, le filre HP correspond au programme mahémaique suivan : T [ ] p 2 2 p 2 p { } ( ) ( ) y + Min y y λ y (1) où λ es la consane de lissage. Plus sa valeur es élevée, plus la endance de long erme sera lisse (le cas exrême éan celui d une endance déerminise). Hodrick e Presco monren que le programme de minimisaion peu êre réécri: T T Min y y y 2 2 p σ { } ( ) σ ( p ) yp (2) où λ σ σ 2 = e σ 1 e σ 2 mesuren l écar ype de, respecivemen, la endance y p e des flucuaions y c. Ainsi la consane de lissage représene le parage des flucuaions enre endance de long erme e flucuaions de cour erme. Hodrick e Presco fixen cee consane à 1600 pour des séries rimesrielles 2. Résoudre ce programme de minimisaion donne la série filrée suivane 3 : 2 Hodrick e Presco expliquen le choix de cee valeur de la façon suivane. Le cycle américain peu raisonnablemen présener des variaions de l ordre de 5% par rimesre. Par conre, la endance de long erme ne devrai pas flucuer de plus de 1/8ème de poin sur la même période. 2 σ Le rappor des deux λ = 2 2 σ =[5%/(1/8%)]2 donne Le déail de ces calculs peu êre rouvé dans Boone (1995). 7

8 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni y HP ( L) λ 1 ( 1 L ) = 1+ ( 1 L) ( 1 L ) y (3) Le filre HP peu donc rendre saionnaire des séries poeniellemen inégrées jusqu à l ordre 4 (voir King e Rebelo 1993). La plupar des séries économiques éan raremen d un ordre d inégraion supérieur à 2, le filre HP a ainsi endance à surdifférencier les séries, ce qui affece les saisiques de second ordre (variance, covariance). L éude du filre dans le domaine des fréquences perme de rendre compe de son effe sur la caracérisaion des propriéés cycliques d une série. Le passage dans le domaine des fréquences se fai en écrivan le ransformé de Fourier de la série filrée, qui es obenu en remplaçan le reard L par exp(i ω) dans la foncion d auocovariance de la série filrée: y f hp ( ω ) λ [ cos( ω )] = y 1 + 4λ[ 1 cos( ω)]. (4) 2 où ω représene la fréquence e ω [0, ]. Les fréquences élevées son caracérisiques des flucuaions de cour erme ; les fréquences basses des évoluions lenes sur le long erme. Cee formulaion (4) perme de souligner plusieurs caracérisiques de l effe du filre HP : 1. Lorsque ω = 0, le gain 4 de la série es nul, mais lorsque ω end vers π, le gain aein une valeur maximale de 1. Par ailleurs, plus λ es grand, plus le gain se rapproche de 1 e la foncion de gain se déplace vers le hau. Inuiivemen, cela implique une endance à suresimer les fréquences haues des données (donc du cycle), ou en sousesiman les fréquences basses (celles du rend), pouvan aller jusqu à créer des pics specraux qui n exisaien pas dans les données originales. Ainsi, les propriéés d une série filrée avec la méhode HP on plus endance à refléer les propriéés du filre que de la série elle-même. 2. Ce ype de filres es consrui pour des échanillons infinis. Sur séries finies, il va donc agir comme un filre variable avec le emps (cf. Wickens, 1995). Inuiivemen, une parie du rend peu êre incorporé dans la consrucion du cycle, ou une parie du cycle demeurer dans le rend après le filrage. En effe, il n y a pas d esimaion mais découpage arbiraire (via ) enre endance e cycle sans enir compe des caracérisiques de la série. 4 Les modificaions d une série filrée son caracérisées dans le domaine specral par le gain e la phase. Le gain es le faceur par lequel l ampliude d un élémen cyclique es inensifié ou diminué. La phase mesure le déplacemen de la série induie par le filrage. Le filre HP éan symérique, cee dernière es nulle. 8

9 CEPII, documen de ravail n Enfin, le découpage de la série ne ien pas compe des erreurs de mesure e la méhode ne perme pas de disinguer les flucuaions de cour erme ayan un sens économique (le cycle) des erreurs de mesure (brui blanc sans inerpréaion économique), puisque les deux on des fréquences élevées. Or le filre HP disingue les fréquences basses des fréquences élevées, mais ne fai pas de disincion enre les fréquences élevées. Nous allons mainenan monrer commen le modèle MTS perme d appréhender ces criiques. 2. LE MODELE A TENDANCE STOCHASTIQUE Dans cee secion, on présene le modèle à endance sochasique en insisan sur les poins suivans. La décomposiion des séries à l aide du MTS repose sur la modélisaion des séries, produisan un esimaeur plus fiable, parce que esable, du cycle. Il disingue égalemen les rois élémens d une série emporelle : endance, cycle e brui blanc. Finalemen, le MTS es un processus plus général que le filre HP. Il es ainsi possible de monrer que ce dernier n es qu une version arbirairemen conraine du MTS Présenaion générale Soi une représenaion espace-éa générale univariée du MTS: Equaion de mesure : y e = µ + e (5) 2 ~ NID( 0, σ ) où y es la variable observée (par exemple, le log du PIB) e e un processus brui blanc représenan des erreurs de mesure. µ es la variable filrée des erreurs de mesure e qui évolue selon un processus décri dans l équaion de ransiion ci-dessous: µ = φ µ + φ g + υ g = φ g + υ (6) où µ e g son deux variables d éa, inobservées, ν i 5 ~NID(0,σ i 2 ) e les erreurs son non corrélées 6. 5 Noons que les 2 i de cee représenaion diffèren du 2 i de la présenaion du filre HP en secion 1. 6 Plus inuiivemen ce modèle a la représenaion ARIMA suivane: y = ( φ + φ ) y φ φ y + erreurs (7)

10 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Le MTS présene de considérables avanages : i) ous les paramères des équaions (5-6) peuven êre esimés avec le maximum de vraisemblance suivan la méhode du filre de Kalman (cf Annexe A) ; ii) il perme une idenificaion plus rigoureuse des différens élémens d une série, comme nous le monrons ci-dessous Le MTS : une généralisaion du filre HP Cee secion monre que les filres usuels ad hoc son des versions resreines du MTS. A parir de la représenaion espace éa (5)-(6), il es monré commen des resricions sur les paramères du MTS permeen de reproduire les filres habiuellemen uilisés dans la liéraure (on ne présene pas ici les éapes à suivre enre la représenaion resreine e générale, mais le leceur peu se référer à Boone e Hall, 1995a, pour plus de déails). Rappelons que les propriéés du MTS dépenden de deux ensembles de paramères : - les variances des erreurs (ou hyperparamères) - les coefficiens β, e φ i (i=1,2,3). Le ableau suivane résume les conraines nécessaires à poser sur le MTS pour reproduire des filres «ad hoc» el que le filre HP. Tableau 1 : 4 siuaions possibles résulan de conraines sur les hyperparamères du MTS σ1 2 =0 σ2 2 =0 y = k + β + e endance déerminise σ2 2 0 µ = φ µ + φ g g = φ3g 1 + ν2 processus varian avec le raio σ 2 /σ2 2,, ex : filre HP σ1 2 0 µ = k + φ µ + ν processus saionnaire si φ1<1 processus varian avec les raios σ1 2/ σ2 2 e σ 2 /σ1 2 Ex : filre de lissage exponeniel de Brown, Hol-Winer ou MTS 2.3. Décomposiion d une série avec le MTS L approche uilisée par Hodrick e Presco décompose une série en deux élémens: y = y + y (8) p c Par exemple, si la somme de φ1 e φ3 es supérieure à 1, e le produi inférieur à 1, ce processus ARIMA es caracérisique d une série présenan des mouvemens de flucuaions auour d une endance croissane. 10

11 CEPII, documen de ravail n comme définis en secion 1. La endance de long erme, y p, es la série filrée ; le cycle es donc défini comme «ou ce qui n es pas la endance de long erme». Ainsi, sous le erme cycle son en fai regroupés cycles e erreurs de mesure. Comparer cee procédure de décomposiion à la représenaion espace-éa (5)-(6) perme de comprendre inuiivemen l erreur de spécificaion induie par l approche HP. En effe, une elle opéraion donne: y µ = e (9) La différence enre la série observée e la série filrée n es donc rien d aure que les erreurs de mesure : cee différence n a aucun sens économique. Ceci suggère que si le filre es correcemen spécifié, il figure oujours dans la série filrée, µ. Des hypohèses supplémenaires son donc nécessaires pour idenifier le cycle Idenificaion du cycle Deux démarches permeen l idenificaion unique du cycle e du rend. La première consise à poser le problème dans le cadre d un sysème mulivarié (qui coniendrai une endance commune). La seconde demande de formuler une hypohèse supplémenaire sur la forme foncionnelle du cycle ou de la endance 7. Dans ce papier, le problème es approché suivan la liéraure héorique du Real business cycle. Celle-ci n impose pas de forme à la endance de long erme (une liéraure déba des différenes formes possibles), e défini le cycle comme la différence enre le rend e la variable observée. C es la démarche que nous proposons. La procédure MTS peu donc se résumer ainsi 8 : 1. L esimaion de la représenaion espace-éa (5-6) à l aide du filre de Kalman fourni des esimaeurs opimaux des paramères, g, e,. e de. 2. La forme foncionnelle de la endance de long erme es définie elle que: g = f( g ) (10) f caracérisan la forme de la endance (déerminise, sochasique, moyenne mobile...). 7 Harvey (1985), Harvey e Jaeger (1993) fon l hypohèse que le cycle es une somme de vagues sinus e cosinus. Cependan, le cycle d affaire ne semble pas êre caracérisé par une forme géomérique aussi srice. 8 Cee procédure es déaillée e jusifiée dans Boone e Hall (1995). 11

12 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni 3. On peu ensuie idenifier la endance sous-jacene de long erme, donnée par: T = T + g + ν (11) 1 1 où T0 es donné. 4. Le cycle es alors simplemen la différence enre la série filrée e la endance de long erme (excluan les erreurs de mesure): c = µ T (12) où µ es la série filrée esimée par le filre de Kalman. La décomposiion suivan cee méhode apparaî d ores e déjà plus en ligne avec la liéraure des séries emporelles : elle disingue brui blanc de flucuaions cycliques e es plus générale (au sens de la LSE) que le filre HP. Elle es égalemen plus rigoureuse puisque l esimaion avec le filre de Kalman perme de eser la validié de la représenaion, la significaivié des paramères e d évenuelles resricions sur les coefficiens. La quesion qui s impose alors naurellemen es la suivane : comparaivemen au filre HP, observe--on des différences numériques significaives lors de l esimaion du rend e du cycle d une série? Pour ener de répondre à cee quesion, une éude Mone- Carlo a éé conduie (Boone e Hall, 1995a) sur 500 séries avec des endances sousjacenes pouvan inclure des changemens de régime. La décomposiion de ces séries a éé réalisée en uilisan le MTS, le filre HP e le lissage exponeniel de Brown (1969). Ci-dessous, nous présenons les résulas pour le filre HP e le MTS. La série décomposée comprend une endance déerminise 9 (pour d aures formes de la endance, cf. Boone e Hall, 1995a), des flucuaions cycliques e du brui. Quelque soi la aille de l échanillon considéré, la décomposiion avec le MTS présene des erreurs (par rappor au cycle e à la endance du processus généraeur des données originales) significaivemen plus peies qu avec le filre HP. 9 Le processus généraeur de données, d, es : d = c + + e β 1 avec c = cosω + sin ω le cycle, un rend emporel e e 1 un processus sochasique. Il fau noer que la endance déerminisique es la plus défavorable au MTS, qui es a priori desiné à l esimaion de modèle sochasique. Avec une aure forme pour le rend, on obiendrai donc des résulas plus favorables au MTS. 12

13 CEPII, documen de ravail n Tableau 2.1 : Moyenne du carré des erreurs d esimaion du rend Méhode N = 25 N = 50 N = 100 N = 200 MTS 0,6835 0,5267 0,2259 0,3185 (S.D) (1,681) (0,309) (0,148) (0,213) HP 1,9306 2,5367 1,9306 1,5990 Noe : N es la aille de l échanillon, S.D es l écar-ype des erreurs esimées. Tableau 2.2 : Moyenne du carré des erreurs d esimaion du cycle Méhode N = 25 N = 50 N = 100 N = 200 MTS 0,7740 0,6546 0,3716 0,4627 (S.D) (1,550) (0,303) (0,158) (0,216) HP 5,5511 2,9440 2,1487 2,0329 Noe : N es la aille de l échanillon, S.D es l écar-ype des erreurs esimées. Les erreurs apparaissen donc sysémaiquemen plus imporanes avec le filre HP, quelque soi la aille de l échanillon considéré. Ces résulas soulignen la nécessié de revoir avec le MTS les fais sylisés éablis à l aide du filre HP. 3. APPLICATION PRATIQUE Dans cee secion, nous présenons l applicaion de cee méhode aux agrégas du Royaume-Uni, en insisan sur la méhodologie. Les séries de données son celles de Backus e Kehoe (1992) 10, qui éablissen un ensemble de fais sylisés du cycle à l aide du filre HP. La comparaison es donc immédiae e indépendane des données. Cela perme de mere en évidence les avanages dérivan de l uilisaion d une sraégie de modélisaion, els que prise en compe des changemens de régime, des chocs exogènes e aures perurbaions srucurelles. Les différences enre coefficiens esimés e ceux imposés par le filre HP son soulignées. Enfin, on me en évidence d imporanes différences, d un poin de vue plus économique, enre les fais sylisés qui son obenus avec les deux méhodes Procédure générale e chocs exogènes Le principe général du MTS repose sur une approche en deux emps. Premièremen, les variables d éa e les hyperparamères ( µ, g, σ 1 2, σ 2 2, σ 2 ) son esimés avec le filre de 10 Les données uilisées dans ce aricle on éé fournies par Backus e Kehoe, e son celles uilisées dans leur aricle «Inernaional Evidence on he Hisorical Properies of he Business Cycle» (AER1992). Ces données coniennen des séries de PIB, consommaion, invesissemen, dépenses publiques, expors nes e prix pour la période , e une série de monnaie sur la période Pour une descripion plus profonde de la consrucion de ces séries, le leceur es renvoyé à l Annexe A de l aricle de Backus e Kehoe. 13

14 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Kalman (cf Annexe A). Dans un deuxième emps, la série es décomposée. Lors de l éape d esimaion, un cerain nombre d inervenions son possibles. Pour bien les comprendre, réécrivons les représenaion espace-éa du modèle MTS ainsi: Equaion de mesure : y = µ + β D + e (13) Equaions de ransiion : µ = µ + γd + g + ν g = g + ν 1 2 (14) avec : 1. D un veceur de variables muees exogènes: 2. les ermes erreurs e, ν 1 e ν 2 son non corrélés, var (e ) = σ 2 =1 par souci de normalisaion 11 ν e : var( ν ) = var ν 2 σ + d 1 = σ d (15) e d représene des variables muees poenielles. 3. β e γ son des paramères à esimer. Les différenes inervenions on l inerpréaion suivane: - la (les) variable(s) muee(s),(d ), dans l équaion de mesure ou la première équaion de ransiion reflèe(n) un éloignemen emporaire de la série de la endance sous-jacene, mais qui n affece pas le aux de croissance de cee endance, ni son niveau. - la (les) variable(s) muee(s) dans la variance de la première équaion de ransiion (d ) perme(en) à la endance sous-jacene de passer d un niveau à l aure sans que le aux de croissance ne soi affecé. Aux poins concernés, une consane non nulle es ajouée à l hyperparamère σ 1 2 lors de la procédure de maximisaion (à ous les aures poins de l échanillon, cee consane prend une valeur nulle). - la (les) variable(s) muee(s) dans la variance de la deuxième équaion de ransiion 11 Ceci perme d uiliser une foncion de vraisemblance concenrée lors de l esimaion du modèle, réduisan de un le nombre de paramères à esimer. 14

15 CEPII, documen de ravail n perme(en) d ajuser pour des poins aberrans du aux de croissance. Ce cas es raié de la même façon que le précéden. - un changemen de régime qui se radui par une évoluion différene du rend de long erme sera modélisé à l aide d hypohèses variées sur le aux de croissance g lors du choix de la forme foncionnelle de la endance de long erme. Pour conclure, soulignons que la présence de variables muees dans l équaion de mesure ou ransiion es indépendane de la présence de variables muees dans les variances, puisqu elles ne corresponden pas aux mêmes phénomènes Variables réelles Une première esimaion à l aide du filre de Kalman de la représenaion (13) cidessus es réalisée, suivie d une décomposiion avec l hypohèse d un aux de croissance consan. Les valeurs esimées des hyperparamères apparaissen anormales e une analyse des erreurs de la première équaion de ransiion confirme ces doues : les erreurs son excessivemen élevées à la fin des deux guerres mondiales, suie à un changemen dans le niveau du rend de la série. Des variables muees son donc inclues dans la variance de la première équaion de ransiion prenan une valeur non nulle à ces poins du emps où les hyperparamères son rop élevés. La qualié des ess de diagnosic saisique es neemen améliorée comme on peu le voir dans le ableau 3: Tableau 3 : Tes Béra-Jarque de normalié des résidus des variables réelles Sans variable muee dans la variance Avec variable muee dans la variance PIB 31,0 9,0 Consommaion 18,84 4,72 Invesissemen 84,7 41,7 Dépenses publiques 315,2 1,35 Cependan ce ableau démonre qu il exise oujours un problème saisique pour l esimaion de la série d invesissemen. Il peu êre lié à deux raisons: - des valeurs aberranes au momen des guerres mondiales; - un ou des changemen de régimes à la suie de crises ou de ces guerres. Des variables muees on donc éé inclues dans l équaion de mesure (13-14) pendan la guerre, e des changemens de régime son pris en compe à la fin des deux 15

16 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni guerres. La saisique Béra-Jarque es alors réduie de façon significaive, ce qui nous perme de ne plus rejeer l hypohèse nulle de normalié. Enfin, l hypohèse d un aux de croissance consan es aussi modifiée pour prendre en compe des changemens de régime pour le produi e la consommaion, à la suie des deux guerres mondiales, ce qui améliore significaivemen la décomposiion. Les graphiques ci-dessous représenen les variables réelles elles qu observées (figure 1), e l élémen cyclique correspondan (figure 2). Figure 1. Variables réelles au Royaume-Uni ( ) PIB Invesissemens Dépenses publiques 16

17 CEPII, documen de ravail n Figure 2. Cycles au Royaume-Uni ( ) Dépenses publiques PIB Invesissemens Le cycle d affaires du produi es caracérisé par quare creux (fin de la première guerre mondiale, 1930, après la seconde guerre mondiale, e débu des années 80), e quare pics (1900, avan la première e la seconde guerre mondiales e ). Ces cycles apparaissen moins imporans e plus réguliers dans la période d avan guerre que dans les aures périodes. Les flucuaions de la consommaion présenen un profile cyclique similaire, mais d une manière plus régulière e plus lisse. Elles ne semblen varier que peu d une période à l aure. L invesissemen apparaî plus erraique, e il es difficile de disinguer enre changemen de régime e flucuaions de cour erme. Les cycles des dépenses gouvernemenales son peu différens de ceux des aures variables réelles, e semblen plus réguliers e moins amples après-guerre. 17

18 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni 3.3. Variables nominales Figure 3. Variables nominales au Royaume-Uni ( ) Monnaie Prix Elles présenen une image rès différene (cf figure 3 ci-dessus) faisan apparaîre plus de changemens de régime. L esimaion du sock de monnaie avec le filre de Kalman converge rapidemen avec des valeurs raisonnables pour les hyperparamères. Cependan la valeur excessive du es Béra-Jarque souligne l exisence possible de poins aberrans. L inroducion d une variable muee dans la première équaion de ransiion duran les guerres mondiales e au momen des chocs péroliers améliore neemen les esimaions. Finalemen, la décomposiion en endance de long erme e cycle apparaî saisfaisane après prise en compe du changemen de régime enre les deux guerres. En ce qui concerne le niveau des prix, une fois les effes des guerres mondiales pris en compe, on obien une décomposiion de la série égalemen saisfaisane A propos du raio des hyperparamères. Un résumé echnique de la décomposiion de chacune des variables en endance e en cycle es présené en Annexe C. Nous comparons ci-dessous la valeur de la consane de 2 lissage du filre HP esimé par le filre de Kalman (càd λ σ = 2 2 où σ 2 es la variance de 18

19 CEPII, documen de ravail n l erreur de mesure e 2 2 celle de l erreur de la seconde équaion de ransiion) e celle imposée par Backus e Kehoe ( =1600). Nous comparons égalemen l aure resricion ( 2 1=0) qui, ajouée à la première, perme de reproduire le filre HP à parir du MTS. Tableau 4 : Valeurs esimées par le MTS des coefficiens resreins dans le filre HP Resricion GDP Conso Invesiss Dépenses publiques Prix Monnaie , ,6E ,9E6 Le ableau 4 monre que les resricions imposées arbirairemen par le filre HP ne son pas vérifiées empiriquemen au Royaume-Uni. Cela souligne l imporance d esimer ce raio pluô que de l imposer, ou du moins la nécessié de eser ce ype de resricions. 4. COMPARAISON DES FAITS STYLISES OBTENUS AVEC HP ET LE MTS Les saisiques de résula son les suivanes. La variance du PIB mesure sa variabilié ou volailié absolue. Le raio de la variance d un agréga à celle du PIB perme de mesurer la variabilié ou volailié relaive de ce agréga par rappor à celle du PIB. La corrélaion de chaque agréga avec le PIB donne des informaions sur la cyclicié de la série. Une série es en phase (opposiion de phase) avec une aure si le coefficien de corrélaion conemporain enre les deux séries es posiif (négaif). Une coefficien de corrélaion es significaif pour un échanillon N>100, au seuil de 5%, s il es supérieur à 0.2. Tableau 5 : Propriéés dynamiques des flucuaions du PIB Ecar-ype (%) Comparaison avec l avanguerre PIB MTS 0,077 0,20 0,12 0,64 1,67 HP n/a n/a n/a 1,3 2,1 Noe : HP dénoe les résulas obenus par Bakus e Kehoe avec le filre HP sur les même séries. 19

20 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Tableau 6 : Propriéés dynamiques des cycles des élémens du PIB Ecar ype Corrélaions croisées avec le produi Consommaion MTS 0,52 0,49 0,61 0,60 0,67 0,9 HP 0,6 0,6 1,3 0,4 0,9 0,8 Invesissemen MTS 83,64 8,24 2,15 0,51 0,38 0,77 HP 4,3 2,3 2,6 0,4 0,6 0,9 Dép. publiques MTS 15,47 14,78 1,98 0,21-0,06-0,22 HP 4,3 8,7 2,0 0,0 0,0 Exporaions MTS n/a n/a n/a -0,15-0,48 0,15 HP 0,24 0,19 0,43 Prix MTS 0,28 1,99 1,52 0,041 0,173-0,8 HP 2,43 4,94 4,96 0,26 0,2-0,5 Sock monéaire MTS 0,23 0,14 0,66 0,42 0,06 0,8 HP 2,82 2,85 5,1 0,27-0,2 0,15 Noe : HP dénoe les résulas obenus par Bakus e Kehoe avec le filre HP sur les même séries. Tableau 7 : Corrélaions croisées du sock monéaire avec les prix MTS 0,041 0,173-0,8 HP 0,26 0,2-0,5 Noe : HP dénoe les résulas obenus par Bakus e Kehoe avec le filre HP sur les même séries. La première observaion es que la différence de résulas enre les filres HP e MTS n es pas régulière ; avec le filre HP les flucuaions apparaissen amplifiées ou diminuées par rappor au MTS, selon les périodes e les variables (un résula égalemen mis en évidence par King e Rebelo, 1993). 20

21 CEPII, documen de ravail n Dans leur éude, Backus e Kehoe meen en évidence des flucuaions du produi plus imporanes après la seconde guerre mondiale qu avan la première. L approche MTS (ableau 5) conrase avec ce résula e me en évidence une plus grande sabilié dans la période avan-guerre. Les différences méhodologiques des deux approches expliquen sans doue ce résula. En effe, la procédure MTS perme de prendre en compe des cassures de la endance ou des changemens de régime dues à des événemens exogènes els que les guerres ou la crise de En revanche, le filre HP ne peu absolumen pas raier ce genre de problèmes, sa formule éan sandard pour oues les séries. Les changemens srucurels von êre lissés e une parie se rerouvera dans la endance de long erme alors qu une aure parie figurera dans les flucuaions de cour erme (qui son donc d auan amplifiées par rappor aux cycles obenus avec le MTS). D aure par, la liéraure es assez divisée au suje des flucuaions relaives du PIB. Alors que Lucas (1977), Tobin (1980) e Taylor (1986) consaen que la volailié du produi a éé beaucoup réduie après-guerre, Romer (1983, 1986) aribue ceci à de plus imporanes erreurs de mesure avan guerre. Alors que le MTS perme d isoler les erreurs de mesure, le filre HP ne le peu pas, ce qui pourrai expliquer ces différences de résulas. Les flucuaions de la consommaion (ableau 6) apparaissen moins élevées avec le MTS qu avec le filre HP, surou après-guerre. Alors que Backus e Kehoe concluen que la consommaion es plus volaile que le produi, les résulas obenus avec le MTS son bien plus inuiifs puisque, en accord avec l hypohèse du cycle de vie e la héorie du revenu permanen, ils monren que la consommaion es plus lisse que le produi, e présene une corrélaion posiive significaive avec celui-ci (noons que ce fai n es pas caracérisique de la Grande-Breagne puisque, dans Boone e Hall 1995b, on le rerouve pour plusieurs aures pays). L invesissemen apparaî anormalemen plus volaile que le produi (ableau 6), bien que neemen moins après-guerre, e présene une corrélaion posiive. Cependan le chiffre rès élevé reporé pour la période avan-guerre reflèe la différence de volailié dans les variables observées comme le monre la figure 4 ci-dessous. 21

22 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Figure 4. PIB e invesissemen au Royaume-Uni ( ) Invesissemen PIB Avan guerre, l invesissemen flucue beaucoup plus que le PIB, avec une ampliude qui semble excessivemen élevée. Le produi apparaî comme la endance sous-jacene de long erme de l invesissemen. De plus, aucun changemen de régime n apparaî clairemen avan guerre pour ces deux variables. Les larges flucuaions qui son évidenes sur cee figure son donc bien des flucuaions de cour erme, ce qui explique le chiffre rès élevé du ableau 6. La procyclicalié de l invesissemen e de la consommaion (ableau 6) es assez inuiive. Un choc posiif emporaire sur l économie a deux effes : un effe de revenu, incian à consommer plus e ravailler moins dans les périodes présenes e fuures ; puis un effe de subsiuion qui augmene la consommaion dans oues les périodes, mais incie à ravailler plus la période courane e moins dans les périodes fuures. Ces deux effes nécessien un accroissemen de l épargne e de l invesissemen pour créer le capial supplémenaire qui permera de produire plus e donc de consommer plus dans le fuure. Le ableau 6 monre que les dépenses gouvernemenales au Royaume-Uni son plus volailes que le produi sur oues les périodes, bien que relaivemen moins en dernière période, quelque soi la méhode uilisée. De plus, sur aucune période la corrélaion des dépenses publiques avec le PIB n apparaî significaive. Les coefficiens de corrélaion enre le cycle de la balance commerciale e du PIB 22

23 CEPII, documen de ravail n son à peine significaifs avan e après guerre avec le MTS (un peu plus avec HP). De plus, le signe diffère. La relaion négaive apparaî plus inuiive : en période d expansion, la demande s accroî e les imporaions suiven. Mais une relaion posiive peu êre expliquée par l afflux de capiaux enran le pays à la suie d un choc posiif, pour financer les invesissemens nouveaux nécessaires à une croissance supplémenaire. D après le ableau 6, le niveau des prix es bien plus volaile avec le filre HP qu avec la méhode MTS. De plus, les coefficiens de corrélaion son assez différens. Dans les deux cas, les prix son plus volailes après-guerre qu avan guerre, e conre cycliques après guerre (alors qu il n y a pas de corrélaion significaive avan guerre avec le MTS, e légère avec le filre HP). Ce résula es inéressan si l on considère le passé pluô inflaionnise du Royaume-Uni. La conrecyclicié des prix es une hypohèse soulevée de nombreuses fois dans la liéraure (Danhine e Donaldson, 1993, Cooley e Ohanian, 1991, Fiorio e Kollinzas, 1994, Chrisodoulakis e al., 1995). Elle correspond à des chocs echnologiques faisan varier l offre agrégée du produi le long d une demande agrégée don la pene ascendane es relaivemen sable. Finalemen, le ableau 6 me en évidence une volailié relaive de la monnaie par rappor au PIB bien plus imporane avec le MTS qu avec le filre HP. La corrélaion enre monnaie e PIB es rès fore après-guerre avec le MTS alors qu elle n es pas significaive avec le filre HP. Ceci reflèe assez bien le suivi de l évoluion de la masse monéaire réalisé par la banque cenrale briannique. CONCLUSION Ce papier ene de répondre à plusieurs quesions. Tou d abord une quesion méhodologique avec une coure analyse du filre Hodrick-Presco. Il a éé monré que le MTS perme de répondre à un cerain nombre de criiques formulées à l enconre du filre HP. Premièremen, il perme d esimer les paramères condiionnan l imporance de la endance de long erme par rappor aux flucuaions de cour erme, pluô que de la fixer à priori comme le fon les filres ad hoc. De plus, la méhode MTS englobe ces aures méhodes e perme une décomposiion plus sophisiquée de la série en endance e en cycle. Ensuie, on a démonré que les procédures radiionnelles de décomposiion sur laquelle reposen les filres à moyenne mobile reviennen esseniellemen à confondre cycle e erreurs de mesure, ne présenan des résulas censés que par le ruchemen d une mauvaise spécificaion du modèle séparan arbirairemen rend e cycle. Par conrase, le MTS idenifie les erreurs de mesure expliciemen e perme aux paramères clés d êre esimés e esés par le maximum de vraisemblance. Enfin, en émean une hypohèse sur la naure de la endance sous-jacene, on peu disinguer enre cycle e endance plus précisémen qu avec les aures méhodes. 23

24 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Une applicaion de cee méhode aux agrégas du Royaume-Uni a ensuie éé proposée. On a expliqué commen prendre en compe les changemens de régime, poins aberrans e aures événemens exogènes. On a égalemen souligné la flexibilié de la méhode qui requier une modélisaion soignée des variables, où les resricions son saisiquemen esées, par opposiion aux filres ad hoc qui appliquen une formule sandard à oues les séries. La comparaison es claire : les valeurs imposées par le filre HP diffèren foremen des esimaions du maximum de vraisemblance. Les fais sylisés obenus avec le MTS on éé comparés aux fais obenus avec le filre HP sur les mêmes séries (Backus e Kehoe, 1992). Ceci a permis de mere en évidence des différences de résulas assez inéressans. Ainsi, on rouve la consommaion moins volaile que le PIB avec MTS, ce qui correspond assez bien à l hypohèse du cycle de vie e à la héorie du revenu permanen. On a égalemen monré que le filre HP forçai une parie des changemens srucurels économiques dans l élémen représenan les flucuaions de cour erme, comme avec l invesissemen, faussan ainsi l appréciaion de la volailié. Enfin, du coé nominal, on a souligné l opposiion de phase des prix avec le produi, cohérene avec les nouveaux développemens héoriques du cycle d affaires. Il rese mainenan à éablir un ensemble de fais sylisés pour un large groupe de pays afin, non seulemen de confirmer ces premiers résulas, mais égalemen de caracériser les flucuaions économiques qui pourron ensuie servir de référence pour eser les nouveaux développemens héoriques. De plus les possibiliés d applicaion de la méhode MTS son muliples. En pariculier, on peu penser aux problèmes nécessian l esimaion d un composan non observé, el que le progrès echnique ou le revenu permanen. 24

25 CEPII, documen de ravail n BIBLIOGRAPHIE Allard P, 1994, «Un repérage des cycles du PIB en France depuis l Après-Guerre», Economie e Prévision, N 112, P Backus D. e P. Kehoe, 1992, «Inernaional Evidence on he Hisorical Properies of Business Cycles», American Economic Review, vol.82, 4, Blanchard O. e S. Fischer, 1989, «Lecures in Macroeconomics», MIT Press, Cambridge. Boone L. e S.G.Hall, 1995a, «Signal Exracion and Esimaion of a Trend: A Mone Carlo Sudy», Cenre for Economic Forecasing, London Business School, DP N Boone L. e S.G.Hall, 1995b, «Sylized Facs of he Business Cycles Revisied: A Modelling Approach», Cenre for Economic Forecasing, London Business School, DP N Boone L., 1995, "An Assessmen of rend Exracion Techniques: Applicaion o Time Series Decomposiion of Business Cycle and Esimaion of Endogenous Technical Progress" PhD Thesis. Brown R.G., 1963, Smoohing, Forecasing and Predicion of Discree Time Series, Prenice-Hall, Inc. Englewood Cliffs, N.Y. Chaeau J. e P-Y Hénin, 1994, «Ecars Conjoncurels e Croissance dans six Economies de l OCDE», Economie e Prévision, N 112, P Chrisodoulakis N., Dimelis P.S. and T. Kollinzas, 1995, «Comparisons of Business cycles in he EC: Idiosyncracies and Regulariies», Economica 62, Cogley T. e J.M. Nason, 1995, «Effecs of he HP filer on Trend and Difference Saionary Time Series: Implicaions for Business cycle Research», Journal of Economic Dynamic and Conrol 19, P Cooley T.F. e L. Ohanian, 1991, «The Cyclical Behaviour of Prices», Journal of Moneary Economics 28, Danhine J.P. e J.B. Donaldson, 1993, «Mehodological and Empirical Issues in Real Business Cycle Theory», European Economic Review 33, Fayolle J. e A. Mahis, 1993, «Tendances e Cycles Sochasiques dans les pays du G7», documen présené au colloque AFSE, sepembre. 25

26 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni Fiorio R. e T. Kollinzas, 1994, «Sylized Facs of he Business Cycles in he G7 from a Real Business Cycles Perspecive», European Economic Review 38, Harvey A. and A. Jaeger, 1993, «Derending, sylized Facs and he Business Cycle», Journal of Applied Economerics 8, Hodrick R.J. e E.C. Presco, 1980, «Pos-War U.S Business Cycle: An Empirical Invesigaion», Miméo, Carnegie-Mellon Universiy, Pisburgh. King R. e S. Rebelo, 1993, «Low Frequency Filering and Real Business Cycles», Journal of Economic Dynamic and Conrol, vol.17, Lucas R.E.Jr., 1977, «Undersanding Business Cycles», in Sabilizaion of he domesic and Inernaional Economy, eds. K. Brunner and A.H. Melzer, Norh Holland, Amserdam. Romer P., 1983, «Dynamic Compeiive Equilibria wih Exernaliies, Increasing Reurns and Unbounded Growh», Unpublished PhD. Disseraion (Universiy of Chicago, Chicago, IL.) Romer P., 1986, «Is he Sabilizaion of he Pos-War Economy a Figmen of he Daa», American Economic Review 76, Taylor J., 1986, «Improvemens in Macroeconomic Sabiliy : The Role of Wages and Prices» in Eds. R.Gordon, The American Business Cycle: Coninuiy and Change, Universiy of Chicago Press, Tobin J., 1980, Asse Accumulaion and Economic Aciviy, Chicago: Universiy of Chicago Press. Wickens M.R., 1995, «Trend Exracion: A Praciioner s Guide», Governmen Economic Service Working Paper N) 125, UK. 26

27 CEPII, documen de ravail n ANNEXE A: FILTRE DE KALMAN Le filre de Kalman se compose d un ensemble d équaions dies de prédicion e de mise à jour. On reprend les mêmes noaions que dans le exe principal. Les équaions de prédicion permeen de consruire l esimaeur opimal (a -1 ) de µ, à la dae, compe enu des informaions disponibles en -1: a -1 = a -1 + c avec une marice de variance/covariance des erreurs d esimaion: P -1 = P -1 + Q pour =1,...,T. Lorsque une informaion nouvelle devien disponible au emps, il es possible de mere à jour ces esimaions, ce qui es fai dans les équaions de mise à jour: e: a = a -1 + P -1 F -1 (y - a -1 - D ) P = P -1 - P -1 F -1 P -1 avec: F = P -1 + H e H es la variance des erreurs de l équaion de mesure (normalisée à un dans le rese de l exposé). Supposan que les erreurs e les variables d éa iniiales on des disribuions normales, la foncion de vraisemblance es alors proporionnelle à: T T log L = log F νf ν 2 2 = 1 = 1 avec ν = y - y -1 pour =1,...,T e y -1 = a -1 - D Il ne rese alors plus qu à choisir un algorihme pour en rouver le maximum. 27

28 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni ANNEXE B: CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE LA DECOMPOSITION DES VARIABLES Muees dans l équaion de ransiion Muees dans l équaion de mesure Souspériodes PIB aucune Consommaion Invesissemen Dépenses publiques aucune aucune Prix aucune Monnaie aucune Taux de croissance % Variabilié absolue

29 CEPII, documen de ravail n LISTE DES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU CEPII "Looking for French Moneary Policy", Benoî Mojon, documen de ravail n 97-10,juin. "Inceriude sur le choix du modèle e raionalié", Pierre Villa, documen de ravail n 97-09, mai. "Quel es l'impac du commerce exérieur sur la producivié e l'emploi?", Olivier Cores, Sébasien Jean, documen de ravail n 97-08,avril "Trade Paerns Inside he Single Marke" Lionel Fonagné, Michael Frendenberg & Nicolas Péridy, documen de ravail n 97-07, avril. "The Exchange Rae Policy of he Euro: A Maer of Size", Philippe Marin, documen de ravail n 97-06, avril. "Ces aux de change réels qui bifurquen", Pierre Villa, documen de ravail n 97-05, avril. "Chômage non-qualifié e imiaion: les raisons d'un accord inernaional sur la propriéé inellecuelle", Lionel Fonagné & Jean-Louis Guérin, documen de ravail n 97-04, mars. Symmery and Asymmery of Supply and Demand Shocks in he European Union a Dynamic Analysis", Laurence Boone, documen de ravail n 97-03, février. "Ineres Raes in Eas Asian Counries: Inernal Financial Srucures and Inernaional Linkages", Isabelle Bensidoun, Virginie Couder e Laurence Nayman, documen de ravail n 97-02, janvier. "Inra-Indusry Trade: Mehodological Issues Reconsidered", Lionel Fonagné, Michael Freudenberg, documen de ravail n 97-01, janvier. (épuisé) 1996 "The Cos of Fiscal Rerenchmen Revisied: How Srong is he Evidence?", Philippine Cour, Eric Dubois, Selma Mahfouz & Jean Pisani-Ferry, documen de ravail n 96-16, décembre. "Les dynamiques secorielles de la croissance en Europe cenrale", Françoise Lemoine, documen de ravail 96-15,décembre. 12 Les documens de ravail son diffusés grauiemen sur demande dans la mesure des socks disponibles. Merci d'adresser vore demande au CEPII, Sylvie Hurion, 9 rue Georges Piard, Paris ou par fax:

30 Esimaion du cycle à l aide d'un modèle à endance sochasique e applicaion au cas du Royaume-Uni "Growh and Agglomeraion", Philippe Marin & Gianmarco I.P. Oaviano, documen de ravail n 96-14, décembre. "La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analysee dynamique", Fabrice Capoen e Pierre Villa, documen de ravail n 96-13, décembre. "L'inégraion asymérique au sein du coninen américain : un essai de modélisaion", Philippine Cour e Frédéric Rupprech, documen de ravail n 96-12, ocobre. "Croissance e conraine financière dans les PED", Pierre Villa, documen de ravail n 96-11, ocobre. "Bulgaria From Enreprise Indiscipline o Financial Crisis", Roumen Avramov e Jérôme Sgard, documen de ravail n 96-10, juille. "Poenialiies and Opporuniies of he Euro as an Inernaional Currency", Agnès Bénassy-Quéré, documen de ravail n 96-09, aoû. "Credi Crisis and he Role of Banks During Transiion: a Five-Counry Comparison", Jérôme Sgard, documen de ravail n 96-08, aoû. "Exchange Rae Regimes and Policies in Asia", Agnès Bénassy-Quéré, documen de ravail n 96-07, juille. "France in he Early Depression of he Thiries", Pierre Villa, documen de ravail n 96-06, juille. "Pays émergens, emploi defficien?", Olivier Corès e Sébasien Jean, documen de ravail n 96-05, mars. "Trade wih Emerging Counries and he Labor Marke: he French Case", Olivier Corès, Sébasien Jean e Jean Pisani-Ferry, documen de ravail n 96-04, mars. "The Transmission of Moneary policy in he European Counries", Fernando Barran, Virginie Couder e Benoi Mojon, documen de ravail n 96-03, février. "Trade Policy and Trade Paerns During Transiion: A Comparison Beween China and CEECs", Françoise Lemoine, documen de ravail n 96-02, février. "Financial Markes Failures and Sysemic Risk", Michel Agliea, documen de ravail n 96-01, janvier 30

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB)

Filtrage optimal. par Mohamed NAJIM Professeur à l École nationale supérieure d électronique et de radioélectricité de Bordeaux (ENSERB) Filrage opimal par Mohamed NAJIM Professeur à l École naionale supérieure d élecronique e de radioélecricié de Bordeaux (ENSERB) Filre adapé Définiions Filre adapé dans le cas de brui blanc 3 3 Cas d un

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES

NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES BRUSSELS EONOMI REVIEW - AHIERS EONOMIQUES DE BRUXELLES VOL 5 N 3 AUTUMN 7 NOTE SUR LES METHODES UNIVARIEES D EXTRATION DU YLE EONOMIQUE ANNA SESS ET MIHEL GRUN-REHOMME (UNIVERSITE PARIS, ERMES- NRS- UMR78)

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique ARTICLES ARTICLES PROFESSIONNELS ACADÉMIQUES PROFESSIONAL ACADEMIC ARTICLES ARTICLES Assurances e gesion des risques, vol. 79(1-2), avril-juille 2011, 1-30 Insurance and Risk Managemen, vol. 79(1-2), April-July

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES

CANAUX DE TRANSMISSION BRUITES Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03 CUX DE TRSISSIO RUITES CORRECTIO TRVUX DIRIGES. oyer Canaux de ransmissions bruiés Ocobre 03. RUIT DE FOD Calculer le niveau absolu de brui hermique obenu pour une

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY N 2008 09 Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N 2008-09 Juin Base de données CHELEM

Plus en détail

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS

LE PARADOXE DES DEUX TRAINS LE PARADOXE DES DEUX TRAINS Énoné du paradoxe Déaillons ou d abord le problème dans les ermes où il es souen présené On dispose de deux oies de hemins de fer parallèles e infinimen longues Enre les deux

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation Impac des fuures normes IFRS sur la arificaion e le provisionnemen des conras d assurance vie : mise en oeuvre de méhodes par simulaion Pierre-Emmanuel Thérond To cie his version: Pierre-Emmanuel Thérond.

Plus en détail

Investment Flows and Capital Stocks

Investment Flows and Capital Stocks Saisics Canada Invesmen and Capial Sock Division Naional Wealh and Capial Sock Secion Invesmen Flows and Capial Socks Saisique Canada Division de l invesissemen e du sock de capial Secion de la richesse

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Une analyse historique du comportement d épargne des ménages américains

Une analyse historique du comportement d épargne des ménages américains 1 ocobre 1 N. 51 Une analyse hisorique du comporemen d épargne des ménages américains Le aux d épargne des ménages américains a riplé depuis le déclenchemen de la crise, inerrompan un mouvemen de baisse

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA République Algérienne Démocraique e Populaire Minisère de l enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Abou-Bakr BELKAID Tlemcen- Faculé des Sciences Economique, de Gesion e des Sciences

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit

Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit Modèles de Taux, Surface de Volailié e Inroducion au Risque de Crédi Alexis Fauh Universié Lille I Maser 2 Mahémaiques e Finance Spécialiés Mahémaiques du Risque & Finance Compuaionelle 214/215 spread

Plus en détail

B34 - Modulation & Modems

B34 - Modulation & Modems G. Pinson - Physique Appliquée Modulaion - B34 / Caracérisiques d'un canal de communicaion B34 - Modulaion & Modems - Définiions * Half Duplex ou simplex : ransmission un sens à la fois ; exemple : alky-walky

Plus en détail