Économie internationale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie internationale"

Transcription

1 ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie

2

3 Promoion 006 Année 3 Période ECO57 PROGRAMME D APPROFONDISSEMENT ÉCONOMIE Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Édiion 008

4

5 X005 - Economie inernaionale Agnès Bénassy-Quéré Benoî Cœuré 5 mars 008 Economie inernaionale Examen final Chaque exercice compe pour 0 poins. Exercice Commerce inernaional On considère une peie économie produisan deux biens, noés e, à parir d un sock de capial K e d un sock de ravail L fixes. Les foncions de producion son les suivanes : () Y = e 0, 0,8 L K Y = L 0,8 0, K On noe p le prix du bien, p le prix du bien e p = p /p le prix relaif. On noe w la rémunéraion nominale uniaire du ravail e r la rémunéraion nominale uniaire du capial. On suppose que les doaions facorielles son fixes. Les enreprises son en concurrence parfaie sur ous les marchés. ) Calculer les inensiés facorielles k i = K i /L i (i =,) en foncion de w/r à l opimum. Représener graphiquemen le résula dans le plan (L, K). Lequel des deux seceurs es inensif en capial? ) Monrer que le prix relaif à l équilibre auarcique, noé p A, ne dépend que du rappor des rémunéraions de faceurs en auarcie, noé (w/r) A : () A p = ( W / r) A 0,6 3) Le pays s ouvre à l échange. Le prix relaif sur le marché mondial es noé p. A quelle condiion sur w/p le pays expore--il le bien? On suppose désormais que cee condiion es vérifiée. Quel es l effe de l échange sur la rémunéraion des faceurs? Commener. 4) A quelle condiion le pays se spécialise--il enièremen dans la producion du bien? 5) Le seceur bénéficie d un choc posiif de producivié : la nouvelle foncion de producion es : (3) Y 0, 0,8 δ L K = avec δ > Monrer que les inensiés facorielles resen inchangées. Calculer le nouveau prix relaif auarcique p A (δ). Commener l effe d une hausse de δ sur la spécialisaion du pays.

6 Exercice Macroéconomie inernaionale A chaque insan, on noe d la dee exérieure nee des Eas-Unis en pourcenage du PIB e e le logarihme du aux de change réel du dollar (une hausse indique une appréciaion réelle dd du dollar). Le modèle es en emps coninu. On noe d & de = e e & =. On suppose que les d d anicipaions son exaces. La dynamique conjoine de la dee e du aux de change es définie par les deux équaions suivanes : d & = δ d, e, u () + + e = ε d, e&, v () où les signes des dérivées parielles son indiqués au-dessus de chaque variable, u désigne un choc de préférences sur les produis imporés e v un choc de préférence pour les acifs américains. Au dépar, u e v son supposés nuls. ) Le aux de change es-il coé au cerain ou à l incerain? Monrer commen les équaions e découlen de l équaion d accumulaion de la dee exérieure nee des Eas-Unis d une par, de l équilibre du marché des changes d aure par. En déduire les signes des dérivées parielles dans les équaions () e (). Quelles hypohèses de comporemen son nécessaires pour arriver à ce résula? Ces hypohèses son-elles réalises? ) Dans le plan (d,e), racez la relaion enre d e e elle que d & = 0, que vous nommerez DD. Sur le même graphique, racez la relaion enre d e e elle que e& = 0, que vous nommerez EE. Vous supposerez que ces deux relaions son linéaires e que EE es plus e e penue que DD, c'es-à-dire que >. Commen évolue l équilibre en cas de d EE d DD choc posiif sur u? 3) Sur le schéma de la quesion précédene, racez le diagramme des phases e discuez l exisence d un senier de convergence vers l équilibre de long erme. 4) On suppose qu au dépar, l économie américaine se siue à l équilibre de long erme. Monrez graphiquemen l effe d un choc de préférence pour les biens imporés (u > 0). Expliquez la dynamique de la dee e du aux de change enre le cour erme e le long erme. 5) Même quesion pour un choc de préférence pour les acifs américains v > 0. 6) Dans chacun des deux cas, la dynamique du aux de change vous paraî-elle compaible avec un aux d inérê plus faible aux Eas-Unis que dans le rese du monde? Quel choc serai compaible avec l écar de aux d inérê observé?

7 Economie inernaionale - X005 Agnès Bénassy-Quéré Benoî Cœuré 5 mars 008 Exercice Corrigé 0, 0,8 ) poins On maximise le profi dans le seceur : Max π = pl K wl rk L, K Condiions du premier ordre en concurrence parfaie (w, r donnés) : π L = 0, p L 0,8 K 0,8 w = 0 π 0, 0, e = 0,8 pl K r = 0 K On ire : K k = = 4 L w r En procédan de même pour le seceur, on rouve : k K L = = w 4 r Pour un même w/r exogène, on a k > k : le seceur es plus inensif en ravail. K K /L = 4w/r K /L = w/4r ) poins Les condiions de maximisaion du profi son pour le faceur ravail : w 0,8 0,k w = e 0, r = 0,8k, e pour le faceur capial : 0, r 0,8 = 0,8k e = 0,k. On p p p p 0,8 0, p k k en dédui le prix relaif : p = = = 4. 0, 0, 8 p 4 k k L

8 En remplaçan par les valeurs de k e k rouvées dans la quesion précédene en foncion 0,8 0,8 4 ( w / r) w 0,6 de w/r, soi : k = 4 w/r e k = 0,5 w/r, on a : p = donc p = ( 0, 0, ). 4 0,5 ( w / r) r 3) poins Le pays expore le bien si p > p A 6, c es-à-dire si w A < p. r L échange condui à une égalisaion des prix des deux biens. On a donc, en économie O w 0, 6 A ouvere : w = p >. La rémunéraion du faceur uilisé inensivemen dans la r r producion exporée (ravail) augmene par rappor à celle du faceur uilisé inensivemen dans la producion imporée (capial). C es le héorème de Solper-Samuelson. 4) poins Le pays se spécialise enièremen dans la producion du bien si k (w/r) = K/L, K 0,6 c'es-à-dire si w/r 4K/L e donc si p (4 ). L 5) poins Les produciviés marginales dans le seceur deviennen : w 0,8 r = δ 0,k e 0, = δ 0,8k. p p Les foncions k (w/r) e k (w/r) son inchangées. Le prix relaif en auarcie devien : ' w 0,6 p A = δ ( ) r 0, Commenaire : la hausse de l offre de bien fai baisser son prix relaif en auarcie e affaibli l avanage comparaif du pays dans le seceur. Pour δ suffisammen élevé, le prix relaif du bien en auarcie devien supérieur au prix mondial e l avanage comparaif bascule en faveur du seceur. Pour δ rès élevé, le pays se spécialise enièremen dans la producion du bien. Exercice (pénalisaion de ½ poin en l absence de discussion des hypohèses) ) ½ poin Le aux de change es coé au cerain. poin En emps coninu, si les Eas-Unis son endeés en dollars e placen en devise érangère, alors l équaion d accumulaion de la dee exérieure nee s écri de manière générale : D& = B& A& = rb ( r e& ) A C D& D Y& d& = = rb ( r e& ) a c Y Y Y d& = ( r g) d + ( r r + e& ) a c gd où Y es le PIB, C le solde des ransacions couranes, B la dee brue en dollars, A les avoirs brus en monnaies érangères, r le rendemen du capial aux Eas-Unis, r le rendemen du capial à l éranger, g le aux de croissance du PIB.

9 D où l équaion () : plus le aux de change e es élevé, plus le solde commercial c diminue, ce qui accroî la dee exérieure oues choses égales par ailleurs ; le niveau de la dee joue posiivemen si r > g (effe «boule de neige»). Le aux d appréciaion e& devrai aussi jouer posiivemen sur la dee car, à chaque période, une appréciaion de la monnaie dévalorise les avoirs (en monnaie érangère) sans dévaloriser les dees (en dollars). Le fai que e& n apparaisse pas dans l équaion () signifie que l on suppose que les résidens américains placen à l éranger en dollars. Ceci ne reflèe pas la siuaion réelle des Eas-Unis où les effes de valorisaion des avoirs en devises son imporans. poin L équilibre du marché des changes s écri (cf. PC n 5, exercice n ) : Dollars : Devises : X = γw + (-γ )W/E X/E = (-γ)w + γ W/E où X e X son les socks d acifs américains e érangers (libellés respecivemen en dollars e en monnaie érangère), W e W son les richesses oales des résidens américains e érangers (libellées respecivemen en dollars e en monnaie érangère), γ e γ son les pars de ces richesses invesies respecivemen en dollars e en monnaie érangère. Ici, γ = puisque les Américains ne déiennen pas d acifs en devises érangères (cf. poin précéden). On a par ailleurs : D = X - W e D/E = -D = X/E W/E Donc X = (X-D) + (-γ )( X/E + D) D où la valeur d équilibre du aux de change : E γ X =. γ D D où l équaion () : plus la dee exérieure es élevée, plus le dollar doi êre faible pour que les invesisseurs érangers accepen de la déenir (effe de porefeuille) ; à cela s ajoue évenuellemen la craine d un non-remboursemen ; plus les agens anicipen une appréciaion, plus ils acquièren de la dee américaine e donc plus le dollar es for. Ce dernier mécanisme suppose que la par de richesse des non-résidens invesie en dollars, soi γ, soi une foncion croissane de l appréciaion du dollar, à ravers un modèle de porefeuille. ) poins Choc posiif sur u : 3

10 e E D A 0 D E 3) poins Le diagramme des phases monre l exisence d un senier-selle, qui es la seule rajecoire convergene vers l équilibre de long erme : d e E e& = 0 D A 0 d & = 0 D E 4) poin d e E e& = 0 A 0 D A u>0 D d & = 0 E Le aux de change se déprécie immédiaemen pour rejoindre le nouveau senier-selle. Puis le il se déprécie progressivemen e la dee augmene sous l effe du défici commercial jusqu au nouvel équilibre de long erme. 4 d

11 5) poin E E E & = 0 D A 0 A v>0 D & D = 0 E Le aux de change s apprécie à cour erme car il y a déséquilibre enre offre e demande d acifs en dollars. Puis l appréciaion enraîne une accumulaion de dee via la dégradaion de la balance commerciale. 6) poins La dynamique n es pas compaible avec l écar de aux d inérê : selon la parié non couvere des aux d inérê, la dépréciaion du dollar devrai s accompagner d un aux d inérê plus élevé aux Eas-Unis que dans le rese du monde. Un aux d inérê plus faible aux Eas-Unis n es compaible avec une dépréciaion du aux de change que si cee dernière n es pas anicipée, c es à dire si le dollar se déprécie soudainemen, pour s apprécier ensuie. Ceci correspond à un choc négaif sur la demande d acifs en dollars : v<0. D E E E & = 0 D A A 0 D & D = 0 E v<0 D 5

12 ECOLE POLYTECHNIQUE Promoion 004 MAJEURE D ECONOMIE Economie Inernaionale -ECO 553 CONTRÔLE Durée : heures Correceurs : Mme Bénassy-Quéré, MM. Arus e Coeuré Suje : feuille jaune Suje : feuille rose Les deux sujes devron êre raiés sur des feuilles séparées e de la couleur indiquée, afin de permere une correcion séparée. (feuille jaune) SUJET : correceur Parick ARTUS Quesion (8/0) Nous regardons la siuaion récene de l'inde en ce qui concerne : la balance courane, le défici commercial e les flux de capiaux de la balance des paiemens, les réserves de change e le aux de change, le crédi, les cours boursiers, l'inflaion e les aux d'inérê, la croissance

13 Commen expliquez-vous ces évoluions? Quels son les mécanismes à l'œuvre? La siuaion présene de l'inde vous paraî-elle normale, robuse ou au conraire dangereuse? 6 4 Graphique Inde : Balance courane e commerciale (en % du PIB) Balance commerciale Balance courane Graphique Inde : flux de capiaux (en % du PIB) Invesissemen direc ne Invesissemen ne en porefeuille Capiaux à cour erme nes () Sources : Daasream, NATIXIS Sources : Daasream, NATIXIS Graphique 3 Inde : réserves de change e auix de change Graphique 4 Inde : Indice boursier e crédi Réserves de change (M ds de $, G) Roupie / $ (D) 50,0 47,5 45,0 4,5 40,0 37, Indice boursier (00 en 996, G) Crédi domesique (GA en %, D) Sources : Daasream, NATIXIS ,0 3,5 00 Sources : Daasream, NATIXIS GA = croissance sur an Graphique 5 Inde : Inflaion e aux d'inérê Graphique 6 Inde : PIB e demande inérieure en volume (GA en %) 8 5 Inflaion (GA en %) Taux 3 mois Taux 0 ans PIB en volume Demande inérieure Sources : Daasream, NATIXIS 0 0 Sources: Daasream, NATIXIS

14 Problème (/0) Passage à un objecif de aux de change. Nous allons analyser la siuaion d'un pays qui va choisir de sabiliser son aux de change nominal. Nous uilisons un modèle héorique "à la Dornbusch" qui s'écri : Producion () y = ( r p) + β ( e p) + y α & y es la producion, r le aux d'inérê, p& l'inflaion. e es le logarihme du aux de change nominal (une hausse de e correspond à une dépréciaion), p es le logarihme du prix. p & = dp ; y es la composane exogène de la demande. d La producion décroî avec le aux d'inérê réel e croî avec la compéiivié. Inflaion : () p& = q + θ ( y z) q es l'inflaion anicipée, z l'offre de biens. L'inflaion croî avec l'inflaion anicipée e avec l'excès de demande de biens. Inflaion anicipée L'inflaion anicipée es inere, e s'ajuse à l'inflaion observée : (3) q& = σ ( p& q) q & = dq es la variaion de l'inflaion anicipée. d Marché des changes Il y a parfaie mobilié inernaionale du capial, d'où : (4) e& = r r e & = de es la dépréciaion anicipée du change : d r es le aux d'inérê à l'éranger. 3

15 Premier régime Dans un premier emps, la Banque Cenrale choisi de sabiliser l'inflaion avec une règle de aux d'inérê. (5) r = r + Ap& A > r es le aux d'inérê de référence. Calculer l'équilibre à long erme dans ce premier régime. (A long erme, p & = e& = q ; q& = 0). L'inflaion es sable, égale à la dépréciaion nominale du change. Noer Π l'inflaion de long erme dans ce régime. Calculer Π. On suppose que r r > 0. : le aux d'inérê de référence r es assez faible pour que l'inflaion de long erme soi Π > 0. Expliquer pourquoi Π mone si r baisse. posiive ( ) Deuxième régime Le pays décide de passer de ce équilibre à inflaion consane saionnaire e dépréciaion du e = p& = Π e = e ; e& = 0. change nominal (& ) à un équilibre de changes nominaux fixes ( ) Pour cela, la règle de aux d'inérê ( r = r + Ap& = r + AΠ à long erme) es abandonnée e le aux d'inérê es choisi pour que e = e ( e consan). écrire le modèle correspondan à cee poliique économique (parir du modèle de dépar, y insérer e = e, en enlever le règle de aux d'inérê. déerminer l'équilibre à long erme, que vau l'inflaion à long erme? sans faire de calculs, expliquer l'effe de cee poliique nouvelle sur l'économie à cour erme, juse après le passage en changes fixes nominaux, depuis une siuaion où p & = e& = q = Π. 4

16 (feuille rose) SUJET : Commerce Inernaional Correceurs Agnès Bénassy-Quéré e Benoî Coeuré Chacun des deux exercices es noé sur 0/0. Exercice : les gains à l échange On considère un monde composé de deux pays : A e B. Chaque pays produi les biens e à l aide d un faceur de producion unique : le ravail, noé L. Les quaniés de ravail nécessaires pour produire une unié de chaque bien dans chaque pays son indiquées dans le ableau ci-dessous. Bien Bien Pays A 3 Pays B 5 Le ravail es parfaiemen mobile d un seceur à l aure à l inérieur de chaque pays, mais inernaionalemen immobile. Les doaions en ravail son : L A = 00 e L B = 800. Il y a plein emploi des ressources e la concurrence es parfaie.. Indiquez, pour chaque pays i, le prix relaif du bien (par rappor au bien ) en auarcie. Vous noerez p i (i = A,B) ce prix relaif.. Tracez, dans un même repère (Y,Y ), les fronières de producion des deux pays. Précisez sur quel bien chaque pays se spécialise en siuaion de libre échange. Expliquez. 3. Les deux pays s ouvren au commerce. La foncion d uilié des consommaeurs es, dans / chaque pays, U ( D / i, Di ) = D i Di où D i e D i représenen les consommaions de bien e de bien dans le pays i (i = A, B). (a) Monrer que D i = pd i, où p es le prix relaif du bien en siuaion de libre échange. (b) Calculez le prix relaif mondial d équilibre p. (c) Déerminez les volumes des échanges commerciaux. (d) Monrez que les deux pays gagnen à l échange. Exercice : poliiques commerciales On considère un pei pays produisan une maière première agricole échangeable inernaionalemen. Les foncions de demande e d offre de cee maière première sur le marché domesique son données respecivemen par : d Q = 40 0p e s Q = 0p 0 où p es le prix en dollars par onne e Q es le nombre de millions de onnes. 5

17 . Tracez les courbes d offre e de demande du bien e indiquez le prix d équilibre ainsi que les quaniés produies e consommées en l absence de commerce.. On suppose que le bien es libremen échangé. Le prix mondial es p = $/onne. On suppose que l offre mondiale du bien es infinimen élasique au prix p e que les coûs de ranspor son nuls. (a) Quel sera le prix dans le pays concerné? (b) Trouvez les quaniés produies, consommées e échangées. (c) Calculez la variaion du surplus des consommaeurs e des produceurs par rappor à la siuaion d auarcie. 3. On suppose que le gouvernemen du pays domesique impose un droi de douane ad valorem de 50% sur les imporaions de ce bien. (a) Définissez un droi de douane ad valorem. (b) Déerminez le nouveau prix dans le pays domesique e représenez graphiquemen les effes du droi sur la consommaion, la producion, le commerce e revenus douaniers. (c) Calculez e représenez graphiquemen la variaion du surplus des consommaeurs, des produceurs e du gouvernemen par rappor à la siuaion d auarcie. Commenez cee variaion de surplus avec celle obenue lorsqu il n y a pas de droi de douane. (d) Calculez le niveau du droi de douane qui serai prohibiif pour les imporaions. 4. On suppose que, pluô qu un droi de douane, le gouvernemen insaure un quoa de 40 millions de onnes sur les imporaions du bien. (a) Evaluez e discuez les conséquences de l insauraion du quoa sur les différens agens économiques par rappor à l auarcie e par rappor au libre échange. (b) Comparez avec les effes du droi de douane de 50%. 5. On se replace dans la siuaion avec un droi de douane de = 50%, mais on suppose mainenan que l offre mondiale du bien n es pas infinimen élasique au prix mais prend la forme M s (p) = 70+30p. (a) Calculer le nouveau prix d équilibre sur le marché inérieur e le nouveau niveau des imporaions. Commenez l écar avec la quesion 3. On rappelle que p = (+)p, où p es le prix mondial e p es le prix sur le marché inérieur. (b) Calculer la nouvelle décomposiion du surplus. 6

18 ECOLE POLYTECHNIQUE Promoion 004 MAJEURE D ECONOMIE Economie Inernaionale -ECO 553 CORRIGÉ DE L EXAMEN DU AVRIL 007 Sujes proposés par : Mme Bénassy-Quéré, MM. Arus e Coeuré Corrigé du SUJET Equilibre saionnaire à long erme Il vien de : y = z (puisque p& = q = Π ) r = r + Π (puisque e& = Π) r = r + AΠ (de (5)) z = -r + β ( e p) + y d'où : ( A ) Π = r r Equilibre en changes fixes nominaux e = e, e& = 0 : r = r y = α p& = q q& = σ r = r ( r p& ) + β ( e p) + θ ( y z) ( p& q) + y

19 A long erme : d'où nécessairemen : p & = q, q& = 0 donc y = z p& = 0 z = r α β ( e p) + y A cour erme : q = Π p& coninue à êre >0 la compéiivié se dégrade y diminue ce qui ramène l'inflaion à 0 Corrigé du SUJET «commerce inernaional» Exercice Quesion. En concurrence parfaie, le prix relaif es égal au rappor des aux marginaux de ransformaion de chaque bien : p A = p A /p A = TMT A = /3 e p B = p B /p B = TMT B = /5. Le prix de libre échange sera donc compris enre /5 e /3. Quesion Y 400 FPPA 60 FPPB Le pays A se spécialise dans la producion de bien car il a un avanage comparaif dans la producion de ce bien : 3/ < 5/. Le pays B se spécialise dans la producion de bien. Il y a spécialisaion oale car la producivié marginale du ravail es consane. Quesion Y (a) U D i, Di ) D i Di ( = donc TMS = ( U/ D i ) / ( U/ D i ) = D i /D i = p (b) Equilibre mondial des marchés : Bien : Y = 400 = D Bien : Y = 800 = D Y /Y = D /D = ½ = p.

20 (c) Equilibre emplois-ressources dans chaque pays : - Pays A : D A + pd A = D A = 400, d où D A = 00 e D A = D A /p = Pays B : D B + pd B = pd B = 800p = 400, d où D B = 00 e D B = 400. Echanges : - Le pays A expore 00 uniés de bien e impore 400 uniés de bien. Sa balance commerciale es équilibrée puisque le bien vau deux fois moins cher que le bien. - Le pays B expore 400 uniés de bien e impore 00 uniés de bien. (d) Quand le pays A es en auarcie, on a D A = Y A e D A = Y A avec D A = (/3) D A. On a donc : 00 = 3D A + D A = 4D A, d où D A = 300 e D A = 00. Le bien-êre des consommaeurs es plus élevé en libre-échange qu en auarcie puisque la consommaion de bien augmene sans que celle de bien ne diminue. Pour le pays B, on a D B = Y B e D B = Y B avec D B = (/5)D B. On a donc : 800 = 5D A + D A = D A, d où D A = 400 e D A = 80. Le bien-êre des consommaeurs es plus élevé en libre-échange qu en auarcie puisque la consommaion de bien augmene sans que celle de bien ne diminue. Exercice p 7 Q d Q s pˆ =4 p= a b c Q M = 80 Quesion. En auarcie, on a Q d = Q s. Le prix d équilibre es donc pˆ = 4 $/onne, les quaniés produies e consommées son Q d = Q s = 60 Monnes e les imporaions son M = 0. Quesion (a) Après ouverure, le prix s aligne sur le prix mondial p = $/onne qui n es pas affecé par le comporemen du pei pays. (b) Pour p = $/onne, on a Q s = 0, Q d = 00 e M = 80. 3

21 (c) La variaion de surplus du consommaeur par rappor à l auarcie es ΔS cons = 4 Q d ( p) dp = a+b+c = 60 M$ : le consommaeur gagne en raison de la baisse de prix. La variaion de surplus du produceur es ΔS = oal il y a un gain ne de b+c = 80 M$ par rappor à l auarcie. Quesion 3 prod 4 s Q ( p) dp = -a = -80 M$. Au (a) Un droi de douane ad-valorem s applique sur la valeur monéaire, e non sur la quanié en nombre de onnes des biens imporés. (b) Le prix d imporaion devien p =p(+) avec = 50%, donc p =3 $/onne. La producion e la consommaion deviennen Q s =40 Monnes e Q d =80 Monnes, e les imporaions M = 40 Monnes. Les revenus douaniers son : pm = d = 40 M$. p 7 Q d Q s pˆ =4 p =3 p= a b +c d Q M = 40 (c) Par rappor à l auarcie, on a ΔS cons = a +b +c = 70 M$, ΔS prod = -a = -50 M$ e ΔS gouv = d = 40 M$, donc ΔS oal = b +c +d =60 M$. Par rappor au libre échange, les consommaeurs perden60-70 = 90 M$, les produceurs gagnen =30 M$ e le gouvernemen gagne 40 M$. La pere nee de bien êre correspond à la surface des deux riangles vers, soi 0 M$. (d) Il n y a plus d imporaions quand le droi de douane réplique le prix auarcique, ici quand = 00%. Quesion 4 (a) Le quoa M 40 Monnes a le même effe sur les quaniés que le droi de douane de 50%, mais la pere de bien êre es plus imporane puisque le gouvernemen ne récupère plus le monan des drois. Par rappor à la siuaion auarcique, le consommaeur gagne oujours a +b +c =70 M$ par rappor à l auarcie ; le produceur perd oujours a =50 M$, mais cee fois le gouvernemen ne gagne rien. 4

22 (b) Le gain oal par rappor à l auarcie es donc ici ΔS oal = b +c =0 M$. Il y a une pere de 80-0 = 60 M$ par rappor au libre-échange e une pere de 40 M$ par rappor à la siuaion avec droi de douane. Quesion 5 (a) La demande d imporaion en provenance du pays concerné es oujours : M d = Q d (p)- Q s (p) = 60-40p. Dans la quesion 3, la courbe d offre mondiale d exporaion M s éai parfaiemen flexible, donc horizonale au prix p= $/onne dans le plan (Q,p). Désormais on a M s (p) = 70+30p. Après droi de douane, la courbe d offre mondiale exprimée en foncion du prix inérieur p devien M s (p ) = p /(+) où = 50%. L équilibre mondial s éabli au poin où M d (p ) = M s (p ). Les imporaions s éablissen donc à M = 00 Monnes, le prix d imporaion es p =,5 $/onne e le prix mondial es p= p /(+) = $/onne. Par rappor à la quesion 3, le pays a exploié son pouvoir de monopsone : en imposan un droi de douane, il a rédui sa demande d imporaions par rappor à la siuaion de libreéchange. Cee baisse de la demande a condui à une réducion du prix mondial pour ce bien, donc à une baisse de son prix sur le marché mondial. Le droi de douane perme donc au pays d améliorer ses ermes de l échange, au dérimen des pays qui le fournissen en imporaions. (b) Le calcul du surplus se fai de la même manière que dans la quesion 3, avec p =,5 $/onne au lieu de p =3 $/onne. Par rappor au libre échange au prix p = $/onne, il y a un gain ne de bien êre mesuré par la surface des deux riangles vers, soi 5 M$. p 7 Q d Q s pˆ =4 p= p =,5 Q M = 00 5

23 Ecole Polyechnique Promoion 003 MAJEURE ÉCONOMIE CONTRÔLE ÉCO 553 Economie Inernaionale Parick Arus e Philippe Marin 8 mars 006 PARTIE à rédiger sur copie BLANCHE Quesion (8/0, pages maximum) Les pays d'europe Cenrale on, le plus souven, e en moyenne : un défici exérieur rès élevé ; un défici public rès imporan, un chômage élevé, une inflaion devenue faible, mais peu êre des risques inflaionnises (insuffisance de l'offre, effes Balassa), un aux d'épargne bas, l'esseniel de leurs échanges commerciaux avec les pays d'europe occidenale. Quel es alors le régime de change qui paraî le plus approprié à ces pays? Quel es le lien avec la poliique monéaire que peuven mener ces pays? Problème (/0) Concurrence ou coordinaion fiscale? Nous nous inéressons aux effes sur le bien êre de la concurrence (ou coordinaion) fiscale dans une Union Monéaire où la Banque Cenrale conrôle l'inflaion e où la fiscalié a une influence sur la localisaion des faceurs mobiles de producion. Les producions viennen de : y = αr + β p p () y = αr + β p p ( ) ( ) ( ( er ème pays) pays) Les variables du ème pays son maquées avec une.

24 y ( y ) es la producion ; r le aux d'inérê commun de l'union Monéaire ; ( p ) p es le prix. Si p p augmene, la compéiivié du er pays s'améliore, la producion du er pays mone, celle du second pays diminue. Les prix (ou de manière équivalene dans ce cadre saique inflaions) viennen de : ( z ) () p = θ p = θ er ( y z) ( pays) ème ( y z ) ( pays) z représene l'offre de biens ; les prix croissen avec l'écar enre la producion e l'offre. Les offres de biens son données par : ( ) (3) z = z γ z = z γ er ( )-δ ( pays) ème ( ) -δ ( es le aux d'imposiion des faceurs mobiles de producion. Si >, les faceurs mobiles de producion (capial, ravail qualifié ) son davanage axés dans le er pays que dans le ème pays e se déplacen vers le ème pays, d'où une baisse de l'offre dans le er pays e une hausse de l'offre dans le ème pays. Si le aux d'imposiion mone dans un pays, ceci en plus des effes de concurrence fiscale, rédui l'offre (ermes en δ ), avec la hausse du coû du capial, du ravail. La Banque Cenrale assure la sabilié des prix pour l'ensemble de l'union Monéaire, soi : (4) p + p = 0 par le choix du aux d'inérê de l'union r Enfin, les foncions de pere des gouvernemens s'écriven : (5) L = L = ( Y y) + A( G ) er ( pays) ( Y y ) + A( G ) ème ( pays)

25 Les gouvernemens pénalisen le chômage (Y es la producion de plein emploi, Y y ou Y y le chômage) e l'insuffisance des recees fiscales par rappor à l'objecif G, qui perme de financer des dépenses publiques suffisanes. Si le aux de axaion ( ) es faible, les recees fiscales son faibles ne peuven financer que des dépenses publiques réduies, d'où la pere G, où G représene le niveau cible de dépenses publiques. Calculer le aux d'inérê r qui assure la sabilié des prix de l'union Monéaire. Commener. Les deux pays (gouvernemens) connaissen le comporemen de la Banque Cenrale, connaissen ses effes sur l'équilibre économique. Calculer la déerminaion des deux producions la Banque Cenrale. Pour cela : calculer z z, puis p p e idenifier les valeurs de α r e Monrer qu'on peu écrire : y y en foncion de p p dans (). y = z H H (6) y = z H H y e y compe enu du comporemen de avec H > 0 H 0 H > H H + H > 0 Donner les expressions de Expliquer : pourquoi H > 0 pourquoi H > 0 ou < 0 H e H à parir des coefficiens de dépar. A parir de mainenan, on uilise la noaion (6).

26 3 Concurrence fiscale Chacun des deux pays, s'il y a concurrence fiscale, choisi son aux d'imposiion ( ) minimiser sa pere ( ou L ) pour L en prenan comme donné le choix de poliique fiscale de l'aure pays ( pour le er pays, pour le ème ). On se rouve donc à l'équilibre de Nash (pour le choix de, par les deux pays). Déerminer l'équilibre de Nash : pour (par exemple) le premier pays, déerminer la foncion de réacion du gouvernemen ( en foncion de, G, z, Y ). Quel es l'effe d'une hausse de (aux d'imposiion du ème pays) sur? Discuer selon le signe de H. Monrer que H < 0 correspond au cas de "concurrence fiscale". pour déerminer l'équilibre de Nash sans faire de calculs, uiliser la symérie : nécessairemen à l'équilibre =. Commener la déerminaion du aux d'imposiion d'équilibre. Calculer les producions (égales) e le bien êre (la pere) à l'équilibre de Nash. 4 Coordinaion fiscale A l'équilibre avec coordinaion fiscale, les aux d'imposiion e son choisis conjoinemen pour minimiser la pere commune des pays (supposés de mêmes poids), soi : Min L + L, Déerminer le aux de axe, la producion, la pere à l'équilibre : Calculer la condiion d'opimalié pour (par exemple) Uiliser la symérie ( = à l'équilibre).

27 5 Evaluaion Par quels canaux passe les exernaliés de la poliique fiscale d'un pays à l'aure? Quel es le signe global de l'exernalié si le mécanisme de concurrence fiscale l'empore? (cas H < 0). Comparer les aux d'imposiion, les producions, les peres à l'équilibre avec concurrence fiscale (Nash) e à l'équilibre coopéraif. Dans le cas où la concurrence fiscale l'empore, d'où vien l'effe posiif de la coopéraion sur le bien êre? (Regarder l'effe d'une hausse de Y z sur le aux d'imposiion dans les deux cas). Commener. S'il n'y avai pas de concurrence fiscale (par exemple avec β = 0, donc H = H ), qu'apporerai la coordinaion des poliiques fiscales ; PARTIE à rédiger sur copie ROSE

28 Ecole Polyechnique Economie inernaionale(philippe Marin) Concurrence imparfaie, économies d échelle e commerce inernaional: On considère deux pays ideniques, Naion e Eranger. Les variables qui décriven le pays Eranger son noées avec un asérisque. Dans les deux pays des enreprises en concurrence monopolisique produisen des biens qu elles venden sur le marché domesique e qu elles exporen. Chaque enreprise a un monopole sur la variéé du bien qu elle produi. Les enreprises fon face au même coû fixe F e au même coû marginal c de producion. Elles paien sur chaque unié vendue à l éranger du fai des barrières sur le commerce. La demande h domesique pour i le bien d une enreprise i naionale es: Q Di = S n+n b(p Di p) où S es la aille oale du marché naional, n e n son le nombre d enreprises dans chaque pays, b es une consane posiive, p Di le prix payé par un consommaeur du pays Naion pour une unié du bien i. p es le prix moyen sur le marché de Naion que les enreprises prennen comme donné. De même, hla demande érangère i pour le bien d une enreprise i naionale es Q Xi = S n+n b(p Xi p ) où p Xi es le prix payé par un consommaeur du pays Eranger pour une unié du bien i. p esleprixmoyensurlemarchéerangerquelesenreprises prennen comme donné. ) Expliquer brièvemen l inuiion qui sous-end ces courbes de demande. ) On commence à raisonner à nombre fixe d enreprises (idenique dans les deux pays).en uilisan l hypohèse que les deux pays son ideniques e que les enreprises fon face aux mêmes condiions, monrer que la producion oale d une enreprise es Q D + Q X = S/n. 3) Les enreprises choisissen leur producion pour le marché domesique e pour le marché éranger afin de maximiser leur profi oal. Trouver le prix sur le marché domesique e sur le marché éranger. Expliquer pourquoi les deux prix augmenen avec les coûs sur le commerce e diminuen avec le nombre d enreprises n. Quel es le coû de commerce maximum pour que les enreprises aien inérê à exporer? On supposera qu il es inférieur à ce niveau maximum. 4) Monrer que la producion d une enreprise sur son marché domesique augmene avec e que la producion pour le marché Eranger diminue avec. Pourquoi le commerce inra-indusriel augmene avec l inégraion commerciale (baisse de )? 5) Monrer que à nombre donné d enreprises, l inégraion commerciale fai baisser les profis oaux. Pourquoi? 6) On suppose mainenan que les enreprises son libres de renrer ou sorir sur ce marché à long erme. Trouver le nombre d enreprises sur le marché. Expliquer pourquoi l inégraion commerciale fai baisser le nombre d enreprises. Pourquoi l effe de l inégraion commerciale sur le niveau moyen des prix dans chaque pays es il différen à cour erme (à nombre d enreprises donné) e à long erme?

29 Ecole Polyechnique Promoion 003 MAJEURE ÉCONOMIE CORRIGÉ DU CONTRÔLE ÉCO 553 Economie Inernaionale Parick Arus e Philippe Marin 8 mars 006 PARTIE Quesion (8/0, pages maximum) Les pays d'europe Cenrale on, le plus souven, e en moyenne : un défici exérieur rès élevé ; un défici public rès imporan, un chômage élevé, une inflaion devenue faible, mais peu êre des risques inflaionnises (insuffisance de l'offre, effes Balassa), un aux d'épargne bas, l'esseniel de leurs échanges commerciaux avec les pays d'europe occidenale. Quel es alors le régime de change qui paraî le plus approprié à ces pays? Quel es le lien avec la poliique monéaire que peuven mener ces pays? Problème (/0) Concurrence ou coordinaion fiscale? Nous nous inéressons aux effes sur le bien êre de la concurrence (ou coordinaion) fiscale dans une Union Monéaire où la Banque Cenrale conrôle l'inflaion e où la fiscalié a une influence sur la localisaion des faceurs mobiles de producion. Les producions viennen de : y = αr + β p p () y = αr + β p p ( ) ( ) ( ( er ème pays) pays) Les variables du ème pays son maquées avec une. y ( y ) es la producion ; r le aux d'inérê commun de l'union Monéaire ; ( p ) p es le prix. Si p p augmene, la compéiivié du er pays s'améliore, la producion du er pays mone, celle du second pays diminue.

30 Les prix (ou de manière équivalene dans ce cadre saique inflaions) viennen de : ( z ) () p = θ p = θ er ( y z) ( pays) ème ( y z ) ( pays) z représene l'offre de biens ; les prix croissen avec l'écar enre la producion e l'offre. Les offres de biens son données par : ( ) (3) z = z γ z = z γ er ( )-δ ( pays) ème ( ) -δ ( es le aux d'imposiion des faceurs mobiles de producion. Si >, les faceurs mobiles de producion (capial, ravail qualifié ) son davanage axés dans le er pays que dans le ème pays e se déplacen vers le ème pays, d'où une baisse de l'offre dans le er pays e une hausse de l'offre dans le ème pays. Si le aux d'imposiion mone dans un pays, ceci en plus des effes de concurrence fiscale, rédui l'offre (ermes en δ ), avec la hausse du coû du capial, du ravail. La Banque Cenrale assure la sabilié des prix pour l'ensemble de l'union Monéaire, soi : (4) p + p = 0 par le choix du aux d'inérê de l'union r Enfin, les foncions de pere des gouvernemens s'écriven : (5) L = L = ( Y y) + A( G ) er ( pays) ( Y y ) + A( G ) ème ( pays)

31 Les gouvernemens pénalisen le chômage (Y es la producion de plein emploi, Y y ou Y y le chômage) e l'insuffisance des recees fiscales par rappor à l'objecif G, qui perme de financer des dépenses publiques suffisanes. Si le aux de axaion ( ) es faible, les recees fiscales son faibles ne peuven financer que des dépenses publiques réduies, d'où la pere G, où G représene le niveau cible de dépenses publiques. Calculer le aux d'inérê r qui assure la sabilié des prix de l'union Monéaire. Commener. Les deux pays (gouvernemens) connaissen le comporemen de la Banque Cenrale, connaissen ses effes sur l'équilibre économique. Calculer la déerminaion des deux producions la Banque Cenrale. Pour cela : calculer z z, puis p p e idenifier les valeurs de α r e Monrer qu'on peu écrire : y y en foncion de p p dans (). y = z H H (6) y = z H H y e y compe enu du comporemen de avec H > 0 H 0 H > H H + H > 0 Donner les expressions de Expliquer : pourquoi H > 0 pourquoi H > 0 ou < 0 H e H à parir des coefficiens de dépar. A parir de mainenan, on uilise la noaion (6).

32 3 Concurrence fiscale Chacun des deux pays, s'il y a concurrence fiscale, choisi son aux d'imposiion ( ) minimiser sa pere ( ou L ) pour L en prenan comme donné le choix de poliique fiscale de l'aure pays ( pour le er pays, pour le ème ). On se rouve donc à l'équilibre de Nash (pour le choix de, par les deux pays). Déerminer l'équilibre de Nash : pour (par exemple) le premier pays, déerminer la foncion de réacion du gouvernemen ( en foncion de, G, z, Y ). Quel es l'effe d'une hausse de (aux d'imposiion du ème pays) sur? Discuer selon le signe de H. Monrer que H < 0 correspond au cas de "concurrence fiscale". pour déerminer l'équilibre de Nash sans faire de calculs, uiliser la symérie : nécessairemen à l'équilibre =. Commener la déerminaion du aux d'imposiion d'équilibre. Calculer les producions (égales) e le bien êre (la pere) à l'équilibre de Nash. 4 Coordinaion fiscale A l'équilibre avec coordinaion fiscale, les aux d'imposiion e son choisis conjoinemen pour minimiser la pere commune des pays (supposés de mêmes poids), soi : Min L + L, Déerminer le aux de axe, la producion, la pere à l'équilibre : Calculer la condiion d'opimalié pour (par exemple) Uiliser la symérie ( = à l'équilibre).

33 5 Evaluaion Par quels canaux passe les exernaliés de la poliique fiscale d'un pays à l'aure? Quel es le signe global de l'exernalié si le mécanisme de concurrence fiscale l'empore? (cas H < 0). Comparer les aux d'imposiion, les producions, les peres à l'équilibre avec concurrence fiscale (Nash) e à l'équilibre coopéraif. Dans le cas où la concurrence fiscale l'empore, d'où vien l'effe posiif de la coopéraion sur le bien êre? (Regarder l'effe d'une hausse de Y z sur le aux d'imposiion dans les deux cas). Commener. S'il n'y avai pas de concurrence fiscale (par exemple avec β = 0, donc H = H ), qu'apporerai la coordinaion des poliiques fiscales ;

34 Corrigé - Il fau, + p = 0 p don ( ) z z z y y + = + = + δ avec, r y y α = + d'où : z r + + = δ α On par de : ( ) ( ) ( ) ( )( ) z z p p y y z z y y p p + = = δ γ β θ θ d'où : ( )( ) ( )( ) p p + = + δ γ θ βθ On a : ( ) p p r y + = β α avec z r + + = δ α d'où : ( )( ) ( )( ) z y z y + + = + + = δ γ βθ βθ δ δ γ βθ βθ δ d'où : ( ) ( ) δ γ βθ βθ δ δ γ βθ βθ δ + = > + + = 0 H H 0

35 Corrigé 3 Le premier pays (par exemple) minimise par le choix de : L = ( Y z + H + H ) + A( G ) En prenan comme donné. d'où : H ( Y z + H + H ) A( G ) = 0 ( H + A) = AG H ( Y z) HH H > 0 Si H > 0, une hausse de rédui y, d'où une baisse de ( H posiif correspond à δ grand, β ( γ + δ ) pei : la mobilié des faceurs mobiles de producion es faible) ; Si H < 0, une hausse de accroî y, d'où une hausse de (l'effe de concurrence fiscale l'empore). A l'équilibre, =, d'où : [ A + H ( H + H )] = AG H ( Y z) = ; H + H > 0 On a y = z ( H + H ) à l'équilibre, donc : y ( A + H ( H + H ) = Az + H ( H + H ) Y A( H + H )G

36 Corrigé 3 d'où : A( A + H ) ( A + H ( H + H ) ( Y z ( H H ) G) L = Min ( Y z + H + H ) + ( Y z + H + H ) + A( G ) + A( G ) Par rappor à : ( z + H + H ) + H ( Y z + H + H ) H Y A G ( ) = 0 Soi : ( A + H + H ) = AG H ( Y z) - H ( Y z) HH A l'équilibre symérique ( = ): A + + ( H H ) = AG ( H + H )( Y z) ( H H ), y = z + donc : y A + + y = y ; = ( H H ) = Az + ( H + H ) ( H + H ) Y A( H + H )G ( Y z ( H H ) G) A L = + A +

37 Corrigé 4 5 La déerminaion des producions monre : une exernalié (négaive dans le cas de la hausse de la pression fiscale qui passe par la réacion de la Banque Cenrale (hausse des aux d'inérê), une exernalié (posiive dans le cas de la hausse de la pression fiscale) qui passe par la concurrence fiscale.

38 Corrigé 5 Le bien êre à l'équilibre coopéraif es inférieur au bien êre à l'équilibre de Nash si : A + A ( H + H ) < A( A + H ) ( A + H ( H + H ) Soi si : 0 < H, ce qui es oujours vrai. Comparons les réacions du aux d'imposiion à Y z à l'équilibre de Nash, varie avec H A + H ( Y z) ( H + H ) ( H + H )( Y z) à l'équilibre coopéraif, varie avec A + Si H < 0 (effe de concurrence fiscale dominan), A + H + H H < ( H + H ) A + H ( H + H ) ( H + H ) : la coordinaion rédui la variaion du aux de axe puisque les effes négaifs sur l'aure pays de la concurrence fiscale son pris en compe. Sans concurrence fiscale ( β = 0, H = H > 0), chaque pays prend en compe le fai que s'il accroî sa pression fiscale, il fai moner le aux d'inérê de la Banque Cenrale, ce qui rédui le bien êre de l'aure pays.

39 Ecole Polyechnique Economie inernaionale(philippe Marin) Concurrence imparfaie, économies d échelle e commerce inernaional: On considère deux pays ideniques, Naion e Eranger. Les variables qui décriven le pays Eranger son noées avec un asérisque. Dans les deux pays des enreprises en concurrence monopolisique produisen des biens qu elles venden sur le marché domesique e qu elles exporen. Chaque enreprise a un monopole sur la variéé du bien qu elle produi. Les enreprises fon face au même coû fixe F e au même coû marginal c de producion. Elles paien sur chaque unié vendue à l éranger du fai des barrières sur le commerce. La demande h domesique pour i le bien d une enreprise i naionale es: Q Di = S n+n b(p Di p) où S es la aille oale du marché naional, n e n son le nombre d enreprises dans chaque pays, b es une consane posiive, p Di le prix payé par un consommaeur du pays Naion pour une unié du bien i. p es le prix moyen sur le marché de Naion que les enreprises prennen comme donné. De même, hla demande érangère i pour le bien d une enreprise i naionale es Q Xi = S n+n b(p Xi p ) où p Xi es le prix payé par un consommaeur du pays Eranger pour une unié du bien i. p esleprixmoyensurlemarchéerangerquelesenreprises prennen comme donné. ) Expliquer brièvemen l inuiion qui sous-end ces courbes de demande. La demande domesique pour une variéé dépend posiivemen de la demande oale S. Si oue les variéés on le même prix, chaque firme a une par de marché égale S/(n + n ). La demande pour la varié i dépend negaivemen de la différence de prix de cee varié e du prix moyen sur le marché: l élasicié prix de la demande n es donc pas infinie car les firmes réussissen à différencier leurs variéés sur lesquelles elles on un monopole. Chacune des enreprises es rop peie pour affecer le prix moyen e donc le prennen comme dinné. Sur le marché éranger, la logique es similaire. ) On commence à raisonner à nombre fixe d enreprises (idenique dans les deux pays).en uilisan l hypohèse que les deux pays son ideniques e que les enreprises fon face aux mêmes condiions, monrer que la producion oale d une enreprise es Q D + Q X = S/n. Puisque les deux pays son ideniques on a: n = n e puisque oues les enreprises fon face aux mêmes condiions on a: p Di = p D e p Xi = p X donc: p= p D+p X donc Q D = S n b(p D p) e Q X = S n b(p X p) donc Q D + Q X = S/n 3) Les enreprises choisissen leur producion pour le marché domesique e pour le marché éranger afin de maximiser leur profi oal. Trouver le prix sur le marché domesique e sur le marché éranger. Expliquer pourquoi les deux prix augmenen avec les coûs sur le commerce e diminuen avec le nombre

40 d enreprises n. Quel es le coû de commerce maximum pour que les enreprises aien inérê à exporer? On supposera qu il es inférieur à ce niveau maximum. Le problème pour une enreprise i es de choisir Q D e Q X pour maximiser: π i = p D Q D +p X Q X F cq D (c + )Q X Les deux condiions de premier ordre son donc: p D Q D bs c = 0 p X QX bs c = 0 Donc (en uilisan la quesion ): p= c+ + bn e p D = c bn ; p X = c bn p D augmene avec car une augmenaion des coûs sur le commerce augmene le prix moyen e rédui donc la concurrence sur le marché naional. Pour p X il s agi d une augmenaion du coû marginal qui n es pas enièremen reporée sur le prix car cela diminue aussi le degré de concurrence. Une augmenaion du nombre d enreprises augmene le degré de concurrence (augmene la valeur absolue de l élasicié prix) e oblige les enreprises à diminuer leur prix. Le coû maximum pour que les enreprises aien inérê à exporer es el que: p X Q X (c + )Q X 0 ou bn 4) Monrer que la producion d une enreprise sur son marché domesique augmene avec e que la producion pour le marché Eranger diminue avec. Pourquoi le commerce inra-indusriel augmene avec l inégraion commerciale (baisse de )? On rouve Q D = S n b e Q X = S n + b Unebaissede diminue la proecion des enreprises naionales sur le marché domesique e facilie l accès au marché éranger les incie donc à changer leur srucure de producion: produire moins pour le marché naional e plus pour le marché éranger. A nombre fixe d enreprises, l ouverure commerciale ne change pas la aille des enreprises. Il y a donc augmenaion des imporaions e des exporaions. Il s agi de commerce inra-indusriel car les deux pays échangen des variéés différenciées à l inérieur d un même seceur indusriel. 5) Monrer que à nombre donné d enreprises, l inégraion commerciale fai baisser les profis oaux. Pourquoi? Les profis son: bn π =(p D c) Q D +(p X c )Q X F = 4 (Q D Q X )+ S n F bn S n F = Sb 8 + A nombre donné d enreprises, une baisse de diminue la proecion des enreprises sur chaque marché. Leur profis oaux baissen donc même si les profis à l exporaion augmenen 6) On suppose mainenan que les enreprises son libres de renrer ou sorir sur ce marché à long erme. Trouver le nombre d enreprises sur le marché. Expliquer pourquoi l inégraion commerciale fai baisser le nombre d enreprises. Pourquoi l effe de l inégraion commerciale sur le niveau moyen des prix dans

41 chaque pays es il différen à cour erme (à nombre d enreprises donné) e à long erme? Pour rouver le nombre d enreprises à long erme, on suppose qu il n y a pas d inciaion à renrer ou sorir, c es-à-dire que n es el que π =0 q On rouve: n = 4S 8FbSb Donc le nombre de variéés e d enreprises présenes sur le marché diminuen avec l inégraion. En effe, on vien de voir que du fai de l augmenaion de concurrence, les profis baissen à nombre donné d enreprises. ceraines doiven disparaîre (fusions e acquisiions par exemple) pour diminuer la concurrence sur le marché e réablir des profis nuls. Le prix moyen es donné par: p= c+ + bn A cour-erme les prix baissen du fai de l augmenaion de concurrence lorsque diminue. Puis quand le nombre d enreprises diminue à long erme, les prix réaugmenen. Cependan, comme les enreprises deviennen plus grosses, on peu monrer que les économies d échelle permeen que les prix ne remonen pas à leur niveau iniial. 3

42

43

44

45

46

47

48

49

50

51

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Les liens énergie/environnemen/croissance : enseignemens des modèles héoriques, leçons de l hisoire ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Raisons d un déour par la macro-économie Quels mécanismes lien

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be

Pirsoul Cindy SESP 1200 Macroéconomie lolablue@swing.be SESP 1200. Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Macroéconomie SESP 1200 Pirsoul Cindy lolablue@swing.be Microéconomie : comporemen d un individu pariculier (ravailleur, firme, ) Macroéconomie : descripion de l économie dans son ensemble (ineracions)

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique?

Calcul économique et risque. Comment intégrer le risque dans le calcul économique? Calcul économique e risque Commen inégrer le risque dans le calcul économique? Chrisian Gollier Universié de Toulouse (IDEI e LERNA) Février 25 Résumé : Dans ce aricle, j explique pourquoi il es raisonnable

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel

A la Recherche des Facteurs Déterminants de l Intégration Internationale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel A la Recherche des Faceurs Déerminans de l Inégraion Inernaionale des Marchés Boursiers : une Analyse sur Données de Panel AROURI Mohamed El Hedi EconomiX Universié Paris X Nanerre Bâ G, 200, av. de la

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

M1 Economie : "colle" d économie industrielle

M1 Economie : colle d économie industrielle M Economie : "colle" d économie indusrielle Armel JACQUES novembre 0 Les calcularices son auorisées ; en revanche les appareils permean de communiquer (éléphone porable ou aures) son inerdis. Concurrence

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis).

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis). ESTP TP1 nnée 2008-2009 PPLICTION 1 : POUTRES DROITES ISOSTTIQUES EXERCICE 1 On considère un pon en béon, de longueur 15 m, don la secion es une dalle en béon armé de largeur 5m e d épaisseur 0,9 m. Le

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005

Diagnostics Prévisions et Analyses Économiques N 75 Juin 2005 Diagnosics Prévisions e Analyses Économiques N 75 Juin 005 Les indicaeurs de la poliique monéaire 1 L orienaion de la poliique monéaire, c es-à-dire la quesion de savoir si l environnemen monéaire souien

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire

ELE-542 Systèmes ordinés en temps réels. Cours # 11 Configurer l OS et tampon circulaire ELE-542 Sysèmes ordinés en emps réels ours # 11 onfigurer l OS e ampon circulaire Jean-Marc Beaulieu e Bruno De Kelper Sie inerne: hp://www.ele.esml.ca/academique/ele542/ Sysèmes ordinés en emps réel ours

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Thème 3: Les instruments financiers

Thème 3: Les instruments financiers Thème 3: Les insrumens financiers Inroducion Evaluaion e compabilisaion des acions Evaluaion e compabilisaion des obligaions Cas pariculiers de la gesion des ires - acions propres Thème 3: Les insrumens

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique.

CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2. Relation entre notation sociale et structure financière des. entreprises : une étude empirique. CAHIER DE RECHERCHE : 2008-02 E2 Relaion enre noaion sociale e srucure financière des enreprises : une éude empirique. GIRERD-POTIN Isabelle, LOUVET Pascal, GARCES-JIMENEZ Sonia Unié Mixe de Recherche

Plus en détail

Corrigé CNC MP 2003, Math 1

Corrigé CNC MP 2003, Math 1 Corrigé CNC MP 3, Mah Parie I. a La foncion e es coninue sur ], α] prolongeable par coninuié en, elle es donc inégrable sur ],α] b La foncion e e es coninue sur [,+ [ e. + donc elle es inégrable sur [,

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

03/12/2015. Le transistor bipolaire. Pascal MASSON. Sommaire. I. Historique. Caractéristiques du transistor. Polarisation du transistor

03/12/2015. Le transistor bipolaire. Pascal MASSON. Sommaire. I. Historique. Caractéristiques du transistor. Polarisation du transistor 3/2/25 (pascal.masson@unice.fr) diion 25-26 École Polyechnique Universiaire de ice Sophia-Anipolis Parcours des écoles d'ingénieurs Polyech (Peip) -Parcours des écoles 645 roue d'ingénieurs des Lucioles,

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I :

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I : Filière SM Module Physique lémen : lecricié Cours Prof..Tadili 2 ème Parie Chapire 2 ude des dipôles nergie élecrique e puissance. appel Considérons un dipôle d un circui parcouru par un couran d inensié

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant :

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant : Chapiitre 8 :: La fonctiion d offre Ce chapitre analyse l objectif d une firme qui ne produit qu un seul produit, fourni en qté q, avec 2 facteurs de production K et L. On écrit : q = F (K,L) On suppose

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63

Résumé. Mots clés : soutenabilité, politique budgétaire, dette publique, déficit Classification JEL : H62, E61, H63 La souenabilié de la poliique budgéaire dans la zone Uemoa (union économique e monéaire oues-africaine) : essai d évaluaion héorique e empirique. Felwine Sarr *, LEO, Universié d Orléans, janvier 2005

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

Cours Thème VII.3 et 4 SYSTÈMES ASSERVIS ANALOGIQUES ET ECHANTILLONNÉS

Cours Thème VII.3 et 4 SYSTÈMES ASSERVIS ANALOGIQUES ET ECHANTILLONNÉS Cours hème VII.3 e 4 SYSÈMES ASSERVIS ANALOGIQUES E ECHANILLONNÉS I- RAPPELS SUR LES SYSÈMES - Définiions Un sysème es un ensemble de rocessus hysique-chimiques en évoluion. Des acions sur le sysème (enrées)

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu

Délégation de la gestion de portefeuille : choix d investissement et des frais de gestion dans un cadre en temps continu HEC Monréal A liée à l Universié de Monréal Délégaion de la gesion de porefeuille : choix d invesissemen e des frais de gesion dans un cadre en emps coninu par Tarek Masmoudi Déparemen de Finance Thèse

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Rigidité des prix et politique de stockage Application au marché belge des engrais azotés

Rigidité des prix et politique de stockage Application au marché belge des engrais azotés Documen de ravail n 5 1999, LAME, Universié de Reims, mai 1999 Rigidié des prix e poliique de sockage Applicaion au marché belge des engrais azoés Arnaud Diemer * Lorsqu une firme maximise la valeur présene

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période 2002-2006

Crédibilité et efficacité de la politique de ciblage d inflation en Turquie sur la période 2002-2006 Crédibilié e efficacié de la poliique de ciblage d inflaion en Turquie sur la période 2002-2006 Zehra Yesim Gürbüz Besek To cie his version: Zehra Yesim Gürbüz Besek. Crédibilié e efficacié de la poliique

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Groupe de travail master MASEF-Université Paris-Dauphine Optimisation d une fonction d utilité sous contraintes de risques

Groupe de travail master MASEF-Université Paris-Dauphine Optimisation d une fonction d utilité sous contraintes de risques Groupe de ravail maser MASEF-Universié Paris-Dauphine Opimisaion d une foncion d uilié sous conraines de risques Benedea Baroli Thibau Masrolia Eienne Pillin sous la direcion d Anhony Réveillac 13 sepembre

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail