Jean-Louis CAYATTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean-Louis CAYATTE"

Transcription

1 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ Chapire 4 La durée du chômage Quand on parle de la durée du chômage, si l on n y prend pas garde, on confond facilemen la durée moyenne du chômage (réponse à la quesion : quand on devien chômeur, pendan combien de emps le rese--on en moyenne?) e l ancienneé moyenne au chômage (réponse à la quesion : depuis combien de emps les chômeurs acuels son-ils au chômage, en moyenne?). Or, on le verra, l ancienneé moyenne es neemen supérieure à la durée moyenne. Pour bien comprendre cela, nous commençons, dans ce chapire, par formaliser la durée du chômage. Nous revenons d abord sur sa naure aléaoire (secion ). Puis nous inroduisons la noion de probabilié insananée de sorir du chômage (secion 2) e celle de foncion de survie (secion 3). Nous appliquons ensuie ces noions à nore modèle du chapire 2 (secion 4). Secion. Naure aléaoire de la durée du chômage Revenons à la définiion du chômeur donnée au chapire. Un chômeur es défini par deux propriéés : a) il n a pas d emploi ; b) il en cherche un. La deuxième propriéé fai du chômeur un individu don l acivié es la recherche d emploi. Or une acivié de recherche a deux caracérisiques : a) elle prend du emps ; b) le emps qu elle prend es aléaoire : quand on cherche, on ne sai pas quand on va rouver. La durée du chômage se présene donc comme une variable aléaoire. Dans ce chapire, nous ne nous demandons pas (encore) quels son les faceurs qui déerminen cee durée (a priori, ils son nombreux, les uns enan à la personne du chômeur, les aures à l éa de l économie). Nous nous conenons pour l insan d êre précis sur les différenes probabiliés qu on peu avoir en êe lorsqu on parle de la durée aléaoire du chômage. Commençons par définir la probabilié insananée de sorir du chômage. Secion 2. La probabilié insananée de sorir du chômage Inuiivemen, si une nouvelle enreprise annonce qu elle s insalle dans elle région, on voudrai dire quelque du genre : la siuaion des chômeurs de cee région s améliore, ou mieux : les perspecives des chômeurs de cee région deviennen meilleures, ou plus echniquemen : leur probabilié de sorir du chômage s accroî. Mais il fau écrire cee probabilié propremen. C es ce que nous faisons dans cee secion.. Le processus de sorie du chômage Commençons avec une hypohèse rès arificielle, mais rès provisoire : supposons qu on ne puisse devenir chômeur ou sorir du chômage que le er jour de chaque mois. Raisonnons ensuie sur une personne qui devien chômeur le er janvier. En veru de nore hypohèse arificielle, elle ne pourra pas en sorir avan le er février. A cee dae, soi elle en sorira, soi elle y resera pour un mois supplémenaire au moins. Nous exprimons cela en disan que cee personne a une ceraine probabilié h de sorir du chômage le er février (e donc une probabilié h d y reser). Comme on vien de le dire, dans ce chapire, nous n essayons pas de préciser les déerminans de h. Nous admeons simplemen que cee probabilié exise. Pour fixer les idées, posons, par exemple, h = %. Le er février donc, de deux choses l une : soi cee personne sor du chômage, e cesse donc d êre chômeur ; soi elle n en sor pas. Alors, a) elle y rese alors au moins jusqu au er mars ; b) le er mars, elle a, à nouveau, une ceraine probabilié d en sorir. Il n y a aucune raison que cee probabilié soi la même que celle du er février. Supposons, par exemple, h 2 = 6%. Alors, le er mars donc, de deux choses l une : soi elle sor du chômage, e cesse donc d êre chômeur ; soi elle n en sor pas, e y rese alors au moins jusqu au er avril. Le er avril, elle a une ceraine probabilié d en sorir, par exemple h 3 = 5%. Ec. La suie de ces probabiliés 2 ( h, h,..., h,...) caracérise complèemen le processus de sorie du chômage. Il n y a aucune resricion sur ces probabiliés, sinon, par définiion d une probabilié, probabilié de la durée du chômage. h. Voyons commen on dédui de ces probabiliés la loi de Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ --

2 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ 2. Loi de probabilié de la durée du chômage Noons D la variable aléaoire durée du chômage. Sous nore hypohèse arificielle, cee durée es un nombre enier de mois :, 2 Calculons la probabilié de chacune de ces durées possibles. La probabilié que la durée du chômage soi de mois (exacemen) es : { } { } p = Pr D = = Pr sorir à la dae = h soi % dans nore exemple numérique. La probabilié que le chômage dure 2 mois (exacemen) es égale à : p 2 Pr{ D 2} Pr{ ne pas sorir à la dae } Pr{ sorir à la dae 2} ( h ) h = = = = 2 soi,9, 6 =,54 ou 54% dans nore exemple numérique. La probabilié que le chômage dure 3 mois (exacemen) es égale à : p = Pr D = 3 3 { } Pr{ ne pas sorir à la dae } Pr{ ne pas sorir à la dae 2} Pr{ sorir à la dae 3} ( h )( h ) h = = 2 3 soi,9, 4,5 =,8 ou 8% dans nore exemple numérique. Plus généralemen, la suie des probabiliés ( h, h2,..., h,...) perme de calculer la disribuion de probabilié ( p, p2,..., p,...) de D : D = h ( h ) h2 ( h )( h2 ) h3... ( hi ) h... i= D = où p p p p... p Inversemen, si nous nous éions donné la disribuion de probabilié (, 2, 3,... ) ( %, 54%,8%,... ) iré la suie (,,...,,...) ( %, 6%, 5%,... ) 2 n= n = p p p = nous en aurions h h h =. Vous pouvez facilemen le vérifier. Il es donc équivalen de se donner l une ou l aure. L expression «probabilié se sorir du chômage à la dae» es donc ambiguë, car elle n indique pas si vous parler de p. la probabilié chômage à la dae, condiionnelle au fai d êre encore chômeur à cee dae. h ou de h es la probabilié de sorir du chômage à la dae si on y es encore à cee dae. C es la probabilié de sorir du p es la probabilié de sorir du chômage à la dae, au momen où on y enre. la probabilié Avan d aller plus loin, voyons mainenan commen nous débarrasser de l hypohèse arificielle selon laquelle on ne peu enrer e sorir du chômage qu à des daes données. 3. Le passage au emps coninu On peu remplacer le mois de nore hypohèse précédene par une unié de emps plus coure : la semaine, la journée, l heure ou la seconde. Cela ne modifierai pas la naure de nore modèle. Cela ne ferai que modifier les probabiliés h e p : celles-ci deviendraien d auan plus peies que la durée pendan laquelle on ne peu pas sorir du chômage serai coure. Mais an que la période reenue a une ceraine durée, le défau de nore hypohèse arificielle subsise : cee durée, si peie soielle, a l inconvénien d êre arbiraire. Il fau donc passer à la limie, en faisan endre cee durée vers, de manière à définir une probabilié de sorir du chômage à l insan, quel qu il soi. Malheureusemen, en oue rigueur, la probabilié de sorir du chômage à l insan exacemen, donc au cours d une période de durée nulle, ne peu êre égale qu à. On défini donc, à la place de la suie de probabiliés h, don les valeurs son, non pas des masses h, une foncion coninue ( ) de probabilié comme avec nore hypohèse arificielle, mais des densiés de probabilié, condiionnelles au fai d êre encore chômeur Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -2-

3 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ à cee dae. h( ) s inerprèe de la manière suivane : si es une durée rès coure, la probabilié qu une personne encore au chômage à la dae en sore enre les daes e + es sensiblemen égale à h( ), courammen appelé probabilié insananée de sorir du chômage. h( ) s appelle foncion de risque (hazard funcion) e sa valeur, aux de risque (hazard rae). C es en effe un aux (par unié de emps) : par exemple h( ) = % par mois (à la dae ) signifie que la probabilié de sorir du chômage au cours de la journée qui commence à la dae, soi une durée d un renième de mois, es de l ordre de N.B. Pour vous persuader que ( ) h( ) =,, 33% 3 h n es pas une probabilié, mais un aux, vérifions qu il peu êre supérieur à. Pour cela, changeons d unié de emps, passons du mois à l année. La probabilié de sorir du chômage au cours de la journée ne saurai êre modifiée par ce changemen d unié. En revanche, la durée devien, ou, si on raisonne sur des mois égaux, elle es divisée par 2, an- 365 dis que le aux de risque es muliplié par 2, donc égal à,2. Comme sous nore hypohèse arificielle, à parir de la foncion de risque, on sai calculer la loi de probabilié de la durée. La variable aléaoire durée du chômage D peu désormais prendre n impore quelle valeur réelle non négaive. D cesse donc d êre une variable discrèe e devien une variable coninue. Chaque durée possible a alors une densié de probabilié p( ). Il rese vrai qu inversemen, à parir d une foncion de densié p( ) donnée, on sai calculer la foncion de risque h( ) correspondane. La densié p( ) e le aux de risque h( ) son donc deux manières équivalenes de caracériser la durée du chômage. 4. Exemple numérique Reenons le mois comme unié de emps. Donnons-nous une foncion de risque, par exemple h( ), 2 =. C es une foncion croissane : la probabilié insananée de sorir du chômage augmene au fur e à mesure que le emps passe. Nous aurions pu, ou aussi bien, reenir une foncion décroissane, ou une foncion plus compliquée, non monoone (la suie des h de nore exemple numérique précéden n éai pas monoone). Des calculs (qui ne nous inéressen pas ici) permeen d en déduire la foncion de densié correspondane : ( ) p 2, =,2e. La seule chose qui nous inéresse ici, c es que ces deux foncions, don les graphes son représenés sur les figures e 2, on des allures rès différenes, mais représenen une même réalié Figure La foncion de risque h( ),2 =. Figure 2 La densié de la durée du chômage correspondane. 5. La durée moyenne du chômage Connaissan la loi de probabilié de la durée du chômage, on en dédui son espérance mahémaique : ( ) ( ) E D = p d Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -3-

4 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ Dans nore exemple numérique, on calcule E ( D ) = 8,9 mois, ce qui s inerprèe de la manière suivane : si un grand nombre de personnes enren au chômage avec la même foncion de risque ( ),2 mois. h =, elles reseron au chômage, en moyenne, pendan 8,9 Oure la foncion de risque e la foncion densié, il exise une roisième e dernière foncion caracérisique de la durée du chômage : la foncion de survie. Secion 3. La foncion de survie On es souven inéressés par la probabilié qu une personne au chômage aujourd hui y soi encore x mois plus ard. Pour écrire cee probabilié, commençons par nous inéresser à une caégorie de chômeurs souven mise en avan dans les commenaires des publicaions saisiques : les chômeurs de longue durée.. Le chômage de longue durée La définiion inernaionale du chômeur de longue durée es : personne au chômage depuis 2 mois ou plus. Il es équivalen de dire : chômeur don l ancienneé (au chômage) es supérieure ou égale à 2 mois. Quelle es la probabilié, pour une personne qui enre au chômage, de devenir chômeur de longue durée? C es la probabilié que la durée de son chômage aeigne ou dépasse 2 mois : { D } ( ) Pr 2 = 2 p d Cee probabilié es donc représenée par la surface comprise enre la courbe de la densié e l axe horizonal, à droie de l abscisse Figure 3 La probabilié d êre chômeur de longue durée. Dans nore exemple numérique, on calcule que cee probabilié es de 24%. Ce qui s inerprèe de la manière suivane : une personne qui enre au chômage avec la foncion de risque h( ) =,2 a 24% de chances d y êre encore 2 mois plus ard ; si un grand nombre de personnes enren au chômage avec la même foncion de risque h( ),2 =, 24% d enre elles deviendron chômeurs de longue durée ; si un grand nombre de personnes enren au chômage avec la même foncion de risque h( ), 2 l ancienneé a = 2 mois. 2. Généralisaion =, 24% d enre elles aeindron Mais la quesion que nous nous sommes posée pour le chômage de longue durée peu êre posée pour n impore quelle durée du chômage. De manière générale, on appelle foncion de survie la foncion S ( ) qui donne la probabilié que la durée du chômage aeigne : ( ) Pr{ } ( ) S = D = p x dx Comme vous le voyez, la foncion de survie se dédui de la foncion de densié de manière unique, e inversemen. Foncion de survie, foncion de densié e foncion de risque son rois manières équivalenes de caracériser une durée du chômage. La figure 4 représene la foncion de survie S ( ) de la durée D don la foncion de risque es représenée sur la figure e la foncion de densié sur la figure 2 : Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -4-

5 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ Figure 4 La foncion de survie S ( ) correspondan à la foncion de risque h( ),2 Une foncion de survie a 3 propriéés remarquables : S = p d =. a) la première es évidene : ( ) ( ) b) la deuxième aussi : ( ) S es une foncion décroissane de.. Sur la figure 4, l espérance mahémaique de la durée du chô- b) la roisième se démonre. Nous l admerons : S ( ) d = E ( D ) mage se présene donc comme la surface comprise enre le graphe de ( ) a : =. S e l axe horizonal. Si nous noons a l ancienneé d un chômeur, S ( a ) se li : probabilié que la personne qui enre au chômage aeigne l ancienneé ( ) Pr{ } ( ) S a = D a = p x dx a Ainsi, si un grand nombre de personnes deviennen chômeurs à la dae avec la même foncion de risque, donc de survie, la proporion d enre elles qui seron encore au chômage à la dae es S ( ). Nous serons égalemen amenés à le dire dans l aure sens : à la dae, il rese une proporion ( ) S a des personnes enrées au chômage à la dae a. Secion 4. Applicaion Déerminons les foncions de risque, de densié e de survie des chômeurs de nore modèle du chapire 2. Dans ce chapire, nous avons présené un marché du ravail sur lequel la durée qui sépare 2 appariemens sui une loi exponenielle de paramère k = fu ( ) où ( ) U es le nombre des chômeurs à la dae. Ce paramère k rese consan an que le nombre de chômeurs rese consan. On démonre que la foncion de risque d une loi exponenielle de paramère k es jusemen ce paramère k, c es-à-dire une foncion consane. En d aures ermes, la probabilié insananée que l un quelconque des U ( ) chômeurs de la dae sore du chômage es donc égale à k. Sous nore hypohèse d homogénéié (cf. chapire 2), ous les chômeurs on la même probabilié de sorir du chômage. Alors la probabilié insananée de sorir du chômage, pour un chômeur donné, es le produi de la probabilié k que quelqu un sore, par la probabilié /U ( ) que ce soi lui, soi k fu ( ) f U = U = ( ) Dans nore modèle donc, un chômeur a une foncion de risque consane, indépendane donc du nombre des chômeurs e de la dae. La seule loi de probabilié qui présene une foncion de risque consane h( ) ( ) = f es la loi exponenielle de paramère f. La durée f D du chômage sui donc une loi exponenielle, avec pour foncion de densié : p( ) = fe f, pour foncion de survie : S ( ) = e e pour espérance mahémaique : Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -5-

6 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ E ( D) = f Si un grand nombre de chômeurs on la même foncion de risque, f = 2% par mois, ils resen donc au chômage en moyenne 5 mois. Représenons les rois foncions h( ), p( ) e S ( ) de nore exemple numérique où f = 2% Figure 5 La foncion de risque consane h( ) f 2% = =. De oues les foncions de risque, la foncion consane es inconesablemen la plus simple p = fe =, 2e. f,2 Figure 6 La foncion de densié correspondane ( ) La densié es régulièremen décroissane, conrairemen à celle qu on avai représenée à la figure 2, qui n éai pas monoone S e e = =. f,2 Figure 7 La foncion de survie correspondane ( ) La foncion de survie a la même forme que la foncion de densié : c es la foncion de densié divisée par f, ou mulipliée par E ( D ). La foncion exponenielle es la seule à présener une elle paricularié. En d aures ermes, les hypohèses que nous avons posées au chapire 2 déerminen complèemen la durée du chômage. Cee durée es simple à formaliser, en pariculier sa foncion de risque, e donc la probabilié insananée de sorir du chômage. En revanche, Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -6-

7 Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ elle es un peu pariculière : la foncion de densié es parou décroissane, e la foncion de survie a la même forme que la foncion de densié. Ce ne son pas là des nécessiés logiques, mais des implicaions de nos hypohèses. Nous aurons à nous demander si ces hypohèses son jusifiées. Mais pour l insan, conenons-nous de les comprendre. * * * Dans ce chapire, nous avons monré que la foncion de risque h( ), la foncion de densié p( ) e la foncion de survie S ( ) son rois manières équivalenes de caracériser la durée D du chômage. Déerminer l une quelconque de ces rois foncions, c es déerminer les deux aures e la durée moyenne du chômage E ( D ). Dans nore modèle, la durée du chômage sui une loi exponenielle de paramère f, donc d espérance E ( D) / = f e la probabilié insananée de sorir du chômage es f, quelle que soi la dae, quel que soi le nombre des chômeurs, qu il soi donc sur sa rajecoire d équilibre ou sur une rajecoire d ajusemen. Il n y a pas lieu de disinguer une durée du chômage d ajusemen e une durée d équilibre, une probabilié insananée de sorir du chômage d ajusemen e une d équilibre. Avec les idées désormais claires sur la durée du chômage, nous pouvons à présen aborder la formalisaion de l ancienneé moyenne. Mais auparavan, nous allons monrer un rappor inéressan enre aux de chômage e durée moyenne du chômage. Tel es l obje du chapire 5. Jean-Louis CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ -7-

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Fiabilité BTS Mécanique e Auomaismes Indusriels Fiabilié Lcée Louis Armand, Poiiers, Année scolaire 23 24 . Premières noions de fiabilié Fiabilié Dans ou ce paragraphe, nous nous inéressons à un disposiif choisi

Plus en détail

Formalisme des processus aléatoires

Formalisme des processus aléatoires HAPITRE Formalisme des processus aléaoires. - Signal déerminise e signal aléaoire.. - Signal déerminise Les signaux déerminises son connus par leur représenaion emporelle e specrale. Dans le domaine emporel,

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité

PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proportionnalité PROPORTIONNALITES ET POURCENTAGES I-La proporionnalié -Acivié préparaoire n : Suies de nombres proporionnelles -l indicaion «0,88 /L» perme de calculer les pri manquans dans le ableau ci-dessous. Indiquer

Plus en détail

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1.

TD 4 : correction. L3 Intégration Exercice 1. Fonctions presque nulles. On considère la suite d ensembles mesurables A n = x R f(x) 1. L3 Inégraion 1 212-213 TD 4 : correcion Eercice 1. Foncions presque nulles } On considère la suie d ensembles mesurables A n = Rf( 1. n Par hypohèse, ils son ous de mesure nulle : = f dλ 1 A n n µ(a n.

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1

KF.book Page 29 Vendredi, 1. août :21 12 Chapitre 1 Mécanique 1 Chapire Mécanique Exercice 0 0 Risque de collision au freinage. Une voiure roule à une viesse consane en ligne droie. Au emps = 0, le conduceur aperçoi un obsacle, mais il ne commence à freiner (avec une

Plus en détail

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages

Première E.S. Lycée Desfontaines Melle. Pourcentages Première E.S. Lycée Desfonaines Melle I. Inroducion Pourcenages Définiion : On considère deux quaniés Q e Q de même naure, exprimées dans la même unié. Dire que Q es égale à % de Q revien à dire que Q

Plus en détail

MOUVEMENT UNIFORME ET UNIFORMEMENT VARIE

MOUVEMENT UNIFORME ET UNIFORMEMENT VARIE TERMINALE S.T.I. MOUVEMENT UNIFORME ET / hp://perso.orange.fr/herve.jardin-nicolas/ MOUVEMENT UNIFORME ET mv uniforme e uniformemen I. Domaine d applicaion de ce cours Ce chapire sera relaif d une par

Plus en détail

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ;

MATHÉMATIQUES II. et x désigne alors la matrice à 1 ligne et n colonnes : x = [ x 1 x 2 x n ] ; MATHÉMATIQUES II Dans ce problème, nous éudions les propriéés de ceraines classes de marices carrées à coefficiens réels e cerains sysèmes linéaires de la forme Ax = b d inconnue x IR n, A éan une marice

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE

Jean-Louis CAYATTE Jean-oui CAYATTE hp://jlcayae.free.fr/ jlcayae@free.fr Chapire 3 Taux de chômage d équilibre Nou avon déormai écrire commen varie le nombre de chômeur. Nou allon mainenan monrer que ce nombre end ver une

Plus en détail

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages

Chapitre 3. Pourcentages. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. relier évolutions et pourcentages Chapire 3 Pourcenages Objecifs du chapire : iem références auo évaluaion relier évoluions e pourcenages éudier des évoluions successives calculer le aux d évoluion réciproque 19 I lien enre une évoluion

Plus en détail

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait

La définition naturelle de la transformée de Fourier d une distribution T, devrait Chapire 12 Transformée de Fourier des disribuions 12.1 Inroducion La définiion naurelle de la ransformée de Fourier d une disribuion T, devrai êre ϕ D, < F(T ), ϕ >= < T, F(ϕ) > Mais il y a un problème

Plus en détail

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC

Petit dictionnaire physique-chimie/maths des équations différentielles. Tension aux bornes du condensateur dans un circuit RC Pei dicionnaire physique-chimie/mahs des équaions différenielles On compare les différenes manières de présener la résoluion d une équaion différenielle dans les différenes disciplines. Le bu de cee fiche

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Équations différentielles.

Équations différentielles. IS BTP, 2 année NNÉE UNIVERSITIRE 205-206 CONTRÔLE CONTINU Équaions différenielles. Durée : h30 Les calcularices son auorisées. Tous les exercices son indépendans. Il sera enu compe de la rédacion e de

Plus en détail

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage

2nde FICHE n 8 Utiliser les différents types de pourcentage 2nde FICHE n 8 Uiliser les différens ypes de pourcenage Lorsque l on éudie un problème avec des pourcenages, il convien d abord de se poser la quesion du ype de pourcenage uilisé dans ce problème : le

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé ψ 2015-2016 Devoir n 6 CNVERSIN DE PUISSANCE L obje de ce problème consise à éudier la producion d énergie élecrique à parir d une éolienne. Le disposiif pore alors le nom d «aérogénéraeur» e es consiué

Plus en détail

Fiche d exercices 12 : Lois normales

Fiche d exercices 12 : Lois normales Fiche d exercices 1 : Lois normales Exercice 1 Loi normale cenrée e réduie N (0,1) Une variable aléaoire Z sui la loi N (0,1). On donne P ( Z 1,8 ) 0, 964 e P ( Z,3) 0, 989. Calculer les probabiliés suivanes

Plus en détail

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation»

Exercice 1 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligation» Exercice du cours Managemen Bancaire : «Calcul de la VaR d une obligaion» L une des préoccupaions des gesionnaires des risques dans les banques es de prendre en compe les caracérisiques des porefeuilles

Plus en détail

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure

Modélisation et optimisation de la maintenance préventive et corrective d un matériel soumis à usure TP SdF N 25 Modélisaion e opimisaion de la mainenance prévenive e correcive d un maériel soumis à usure Ce TP complèe le TP N 22 sur la modélisaion e l opimisaion de la mainenance d un maériel réparable

Plus en détail

Équations différentielles du premier ordre

Équations différentielles du premier ordre Équaions différenielles du premier ordre Vous rouverez ici de brefs résumés e exemples sur les applicaions concrèes des équaions différenielles du premier ordre : variaion de empéraure désinégraion radioacive

Plus en détail

Exercice 7. Soitf : R R + croissante telle que. Montrer que. Exercice 8. b. lim(f(x 0 +h) f(x 0 h)) = 0. lim. Exercice 3.

Exercice 7. Soitf : R R + croissante telle que. Montrer que. Exercice 8. b. lim(f(x 0 +h) f(x 0 h)) = 0. lim. Exercice 3. Mahémaiques 05-06 Colle n o 5 Limies Lcée Charlemagne PCSI Eercice Eercice 5 Soi(u n) n 0 R N elle que les suies (u n) n 0, (u n+) n 0 e (u 3n) n 0 convergen Prouver que(u n) n 0 converge Eercice On considère

Plus en détail

VIII Les gaz, partie F

VIII Les gaz, partie F VIII Les gaz, parie F Exercices de niveau A Le premier exercice de niveau A s appuie sur une analyse dimensionnelle vue dans le cours pour esimer une durée de diffusion. Le deuxième aide à apprendre l

Plus en détail

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire.

Echantillonnage d un signal : principe et conditions à satisfaire. Page 1 Echanillonnage d un signal : principe e condiions à saisfaire. I. Inroducion. L acquisiion d une grandeur analogique par l inermédiaire d une care d acquisiion possédan plusieurs enrées analogiques

Plus en détail

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps.

2. Repère de temps. Le système de référence est tout simplement l addition d un solide de référence et d un repère de temps. Modélisaion des sysèmes mécaniques LA CINÉMATIQUE DU POINT Dae : Inroducion : La cinémaique es la parie de la mécanique qui éudie le mouvemen des corps, indépendammen des effors qui les produisen. Les

Plus en détail

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes

Modèles stochastiques. Chaînes de Markov discrètes odèles sochasiques Chaînes de arkov discrèes 1. Processus sochasique discre { } Suie de variables aléaoires X, T T es un ensemble d'eniers non-négaifs e X représene une mesure d'une caracérisique au emps

Plus en détail

CORRECTION des EXERCICES de RADIOACTIVITE

CORRECTION des EXERCICES de RADIOACTIVITE CORRECTIO des EXERCICES de RDIOCTIVITE.1. Désinégraion du carbone 14. On donne Les numéros aomiques suivans : Z 6 pour le carbone (C) e Z 7 pour l azoe (). Pourquoi les noyaux de symboles 1 6 C e 13 6

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS

CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Universié de Savoie DEUG STPI Unié U32 Sysèmes linéaires - Auomaique CHAPITRE 3 INTRODUCTION A LA PERFORMANCE D'UN SYSTÈME REPRÉSENTATIONS Le sysème es mainenan mis en équaion, il es donc beaucoup plus

Plus en détail

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre

Cinétique de l oxydation du sulfite de cuivre Cinéique de l oxydaion du sulfie de cuivre Grégory Vial 11 avril 2006 Résumé On s inéresse à l oxydaion du sulfie de cuivre : il s agi d une réacion d auocaalyse don l éude cinéique condui à un problème

Plus en détail

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS

CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS CHAP. 5 : LES CONDENSATEURS I. Descripion e symboles Un condensaeur es un composan consiué par, appelés séparés sur oue l'éendue de leur surface par un milieu nommé. Le es de faible épaisseur e il s exprime

Plus en détail

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant :

L bien comment traduire cette définition informelle dans le cas d une variable aléatoire discrète X en posant : Chapire 7 Espérance 7. Inroducion espérance d une variable aléaoire es, lorsqu elle exise, la moyenne des valeurs de cee variable, pondérées par leurs probabiliés de réalisaion. On voi L bien commen raduire

Plus en détail

Arrêt optimal et application à la valorisation des options américaines

Arrêt optimal et application à la valorisation des options américaines Mémoire de magisère du DMA 12 Ocobre 211 Arrê opimal e applicaion à la valorisaion des opions américaines Gary oger Encadré par Gérard biau FIMFA gary oger 211 Table des maières 1 Inroducion e moivaion

Plus en détail

LA THEORIE DE L'ECHANTILLONNAGE : LE THEOREME DE SHANNON

LA THEORIE DE L'ECHANTILLONNAGE : LE THEOREME DE SHANNON LA HEORIE DE L'ECHANILLONNAGE : LE HEOREME DE SHANNON 5 0 5 0 5 oue communicaion se fai par l inermédiaire de signaux, qui peuven êre acousiques (parole, e sons en général), élecromagnéiques (radio), élecriques

Plus en détail

Evolution de la valeur de l'entreprise

Evolution de la valeur de l'entreprise Correcion de l exercice 4 du cours Managemen Bancaire : «Eude du modèle de Meron» I) Valeur de l enreprise Quesion : dans quel cas (pariculier) es il possible d observer la valeur de l enreprise? Si l

Plus en détail

Chapitre 2 Les outils mathématiques pour le traitement du signal

Chapitre 2 Les outils mathématiques pour le traitement du signal Chapire Les ouils mahémaiques pour le raiemen du signal 1. specre des signau sinusoïdau: Les signau sinusoïdau (ou harmoniques) son des signau périodiques rès imporans. Ce son les signau de la orme : ()

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE LA FIABILITE DES SYSTEMES DE PRODUCTION

STRATEGIES DE MAINTENANCE LA FIABILITE DES SYSTEMES DE PRODUCTION I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

CCP PSI Math (t) = t sin(t) 0 sur R + cos(t) t t > 0; 0 1 Z +1. t 2 dt converge. Z. 1 cos(t) t 2 e xt 1 cos(t) t 2 e xt

CCP PSI Math (t) = t sin(t) 0 sur R + cos(t) t t > 0; 0 1 Z +1. t 2 dt converge. Z. 1 cos(t) t 2 e xt 1 cos(t) t 2 e xt CCP PSI Mah 9. Eude de la foncion '... Pour > on a cos() e > donc cos(). d es C sur R e d () = sin(). d es donc croissane sur R on a donc pour : d() d() = Soi cos(). On divise par > 8 > ; cos() Remarque

Plus en détail

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION

FIABILITE. Eléments de cours CONCEPTION - RÉALISATION FIABILITÉ DE CONDUITE FIABILITÉ PRÉVISIONNELLE FIABILITÉ FIABILITÉ D'EXPLOITATION Ce chapire es le premier, d une série de rois, consacré à ce que l on appelle en mainenance le concep «FMD» ; c es à dire, MAINTENABILITE e DISPONIBILITE. Les objecifs de ce chapire seron de déerminer

Plus en détail

Temporisation par bascules monostables

Temporisation par bascules monostables Temporisaion par bascules Monosables TSTI 00-0 Chrisian Loverde Temporisaion par bascules monosables Rappels :. Charge d un condensaeur à ension consane i R C Débu de la charge u C (0)= 0 V u C A la fin

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peu êre reprodui, représené, adapé ou radui

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 2 : Théorie des ensembles

Mathématiques discrètes Chapitre 2 : Théorie des ensembles U.P.S. I.U.T., Déparemen d Informaique nnée 9- Mahémaiques discrèes Chapire : Théorie des ensembles. Définiions Définiion On appelle ensemble oue collecion d objes caracérisés par une propriéé commune.

Plus en détail

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7

Leçon 15 Les formes des signaux électriques Page 1/7 Leçon 15 Les formes des signaux élecriques Page 1/7 1. Les différenes formes de ension ou de couran élecriques 1.1 Signal unidirecionnel C es un signal qui circule oujours dans le même sens Couran unidirecionnel

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mahémaiques Financières ------------------------------------------------------- 4 ème parie - Marchés financiers en emps coninu & modélisaion des acions Universié de Picardie Jules Verne Amiens Jean-Paul

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

2 Compléter un tableau de proportionnalité

2 Compléter un tableau de proportionnalité 1 Reconnaire un ableau de proporionnalié OJECTIF 1 DÉFINITION Il y a proporionnalié dans un ableau de nombres à deux lignes lorsque les nombres de la deuxième ligne s obiennen en muliplian ceux de la première

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale

Facteur d accélération associé à une loi normale ou lognormale TP N 39 Faceur d accéléraion associé à une loi normale ou lognormale Uilisés pour diminuer la durée e le coû des essais, les faceurs d accéléraion (Arrhenius, Peck, Basquin, Norris-Landzberg ) son ous

Plus en détail

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que

PROPORTIONNALITE. Quatre nombres a, b, c et d étant non nuls, on dit que PROPORTIONNALITE a) Définiion d une proporion a Quare nombres a, b, c e d éan non nuls, on di que c l une des condiions suivanes (équivalenes) es vérifiée : b d es une proporion lorsque Condiion 1 : Les

Plus en détail

Détermination de la primitive d une fonction trigonométrique à l aide de la V200

Détermination de la primitive d une fonction trigonométrique à l aide de la V200 Déerminaion de la primiive d une foncion rigonomérique à l aide de la V00. Formules élémenaires Dans les formules suivanes, u u ( ) es une foncion de. sin cos k u'sinu cosu cos sin k u'cosu sinu k k sin

Plus en détail

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n

Première STG Chapitre 4 : taux d'évolution. page n Première STG Chapire 4 : aux d'évoluion. page n 1 On peu lire dans un journal : " Le prix de la able basse, qui es passé de 500 à 502, n'a praiquemen pas bougé. " e plus loin : " Hausse impressionnane

Plus en détail

3.1 La définition des tâches

3.1 La définition des tâches TÂCHES Projec 2016 3.1 La définiion des âches A- Saisir les âches d'un proje Les âches représenen le ravail à accomplir pour aeindre l objecif du proje. Elles représenen, de ce fai, les élémens de base

Plus en détail

Triangularisation, jordanisation, exponentielle de matrices

Triangularisation, jordanisation, exponentielle de matrices Triangularisaion, jordanisaion, exponenielle de marices 1 Triangularisaion Soien E un espace vecoriel de dimension n e ϕ un endomorphisme de E de marice A dans une base donnée. On suppose que le polynôme

Plus en détail

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0

Balistique. Nous étudions dans ce qui suit, le mouvement d'un projectile lancé à une vitesse initiale de norme v 0 Balisique Inroducion La balisique es l'éude du mouvemen des mobiles soumis à la force raviaionnelle. Galilée (1564-164) a éé le premier à décrire de façon adéquae le mouvemen des projeciles e à démonrer

Plus en détail

Exercices : Série 1 Corrigés

Exercices : Série 1 Corrigés Exercices : Série 1 Corrigés 1 Durée nécessaire pour doubler le PIB par habian Déniions : y 0 : PIB par ravailleur au débu y T : PIB par ravailleur après T années g : aux de croissance [%] r : aux de croissance

Plus en détail

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E Chapire B.3. Conversion coninu-coninu : hacheur série C'es un converisseur coninu-coninu, qui perme d'alimener une charge sous ension réglable à parir d'une ension coninue consane. Son rendemen es généralemen

Plus en détail

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE -

SECONDE PARTIE - ELECTRONIQUE - ENS de Cachan Concours d enrée en 3 ème année pour la préparaion à l agrégaion de Génie Elecrique Session 2001 SECONDE PARTIE - ELECTRONIUE - Ce problème se propose d éudier le foncionnemen de l élecronique

Plus en détail

Exercice n HA Corrigé

Exercice n HA Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Appliquée / Thémaique : Processus & Réponse Hydrologiques Exercice n HA 0101 - Corrigé Logo opimisé par J.-D.Bonour,

Plus en détail

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E

( V 1 -E )/ R. v 2 V 1 E Chapire B.3.2 Conversion coninu-coninu : hacheur série C'es un converisseur coninu-coninu, qui perme d'alimener une charge sous ension réglable à parir d'une ension coninue consane. Son rendemen es généralemen

Plus en détail

Cours de Mathématiques. Chapitre 1 : Produit de convolution Distribution et peigne de Dirac. Distribution et peigne de Dirac

Cours de Mathématiques. Chapitre 1 : Produit de convolution Distribution et peigne de Dirac. Distribution et peigne de Dirac Chapire : Produi de convoluion Disribuion e peigne de Dirac UNVERSTE DE TULN UT DE TULN DEPARTEMENT GE Cours de Mahémaiques Chapire : Produi de convoluion Disribuion e peigne de Dirac Enseignane : Sylvia

Plus en détail

1 ère L Les pourcentages

1 ère L Les pourcentages 1 ère L Les pourcenages Ce chapire se place dans le cadre de l informaion chiffrée. III. Calculer une valeur après un pourcenage d augmenaion e de diminuion (opéraeur associé à un pourcenage d évoluion)

Plus en détail

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION

REPONSE DES CIRCUITS A UN ECHELON DE TENSION LTOINTIQU Duperray Lycée FBUISSON PTSI PONS DS IUITS A UN HLON D TNSION Dans les circuis élecriques, les régimes on oujours un débu Nous allons éudier commen à parir des condiions iniiales, les courans

Plus en détail

CINEMATIQUE : MOUVEMENTS PARTICULIERS

CINEMATIQUE : MOUVEMENTS PARTICULIERS Cinémaique Analyique CINEMATIQUE : MUVEMENTS PARTICULIERS 1. Mouvemen de ranslaion : Définiions 1.1. Translaion d un solide Tous les poins d'un solide en ranslaion on : - Des rajecoires ideniques - La

Plus en détail

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5

Textures. François Faure. 2 Coordonnées de texture Modes de répétition Le problème des surfaces courbes... 5 Texures François Faure Résumé Table des maières 1 Inroducion 2 2 Coordonnées de exure 3 2.1 Modes de répéiion............................... 3 2.2 Le problème des surfaces courbes.......................

Plus en détail

CHAPITRE II Oscillations libres amorties : Systèmes à un degré de liberté

CHAPITRE II Oscillations libres amorties : Systèmes à un degré de liberté CHAPITRE II Oscillaions libres amories Sysème à un degré de liberé 011-01 CHAPITRE II Oscillaions libres amories : Sysèmes à un degré de liberé Inroducion : Le pendule élasique comme le pendule pesan,

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES II

MATHEMATIQUES FINANCIERES II Formaion Ouvere e A Disance LIVRET 52 BIS : MATHEMATIQUES FINANCIERES II LES ANNUITES Page 1 INTRODUCTION : FOAD mahémaiques financières II Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000

Plus en détail

COMPARATEURS ANALOGIQUES

COMPARATEURS ANALOGIQUES I/ RAPPEL COMPARATEURS ANALOGIQUES Page 1 Signal logique e signal On di qu'un signal élecrique es logique lorsqu'il. analogique V On di qu'un signal es analogique lorsque son évoluion (en général en foncion

Plus en détail

I - Variation et suites

I - Variation et suites I - Variaion e suies Résulas d apprenissage généraux décrire e effecuer des opéraions sur des ableaux pour résoudre des problèmes, en uilisan des ouils echnologiques, si nécessaire produire e analyser

Plus en détail

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire

EC 4 Circuits linéaires du second ordre en régime transitoire 4 ircuis linéaires du second ordre en régime ransioire PSI 016 017 I Réponse d un circui RL série à un échelon de ension 1. ircui R L i() u G () +q ¹ 1 u R () u L () u () On ferme l inerrupeur K à = 0,

Plus en détail

Redressement commandé

Redressement commandé Redressemen commandé Exercice 1 On donne ci-dessous le chronogramme de la ension aux bornes de la charge u C.( 1 V / div ) La fréquence du signal u issue du ransformaeur es de 5 Hz. De plus, on donne E

Plus en détail

Réglage valeur moyenne

Réglage valeur moyenne P Cours : l insrumenaion élecrique A- Le généraeur de basses fréquences ou G.B.F - Présenaion uilisé : Réglage fréquence Réglage ampliude Réglage valeur moyenne Sweep : Possibilié de créer un signal de

Plus en détail

LOIS DE PROBABILITÉS CONTINUES

LOIS DE PROBABILITÉS CONTINUES LOIS DE PROBABILITÉS CONTINUES Probabiliés Sujes de Bac Eercice (Cenre éranger Groupe, juin 23) Une enreprise desser une région monagneuse. En chemin, les véhicules peuven êre bloqués par des incidens

Plus en détail

Les principaux comportements macro-économiques

Les principaux comportements macro-économiques Les principaux comporemens macro-économiques Universié de Rennes Faculé de Droi e de Science Poliique Anenne de Sain-Brieuc Consommaion e épargne L analyse keynésienne e ses développemens DEUX CONCEPTS

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =.

deux valeurs pour v 2 : v 2 = ou v 2 = donc v 2moy =, B or il nous faut v 2moy =. Chapire.3.3 Conversion coninu alernaif 1 ) Principe 1.1) Généraliés C es un converisseur saique, qui perme des échanges d énergie enre une enrée coninue e une sorie alernaive. Symbole: Si la source coninue

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

avec Pour illustrer cette note, je joint des extraits de la documentation technique du constructeur.

avec Pour illustrer cette note, je joint des extraits de la documentation technique du constructeur. Les disjonceurs basse ension son en règle générale équipés de déclencheurs du ype magnéo-hermique. La courbe de déclenchemen d un disjonceur NT8H équipé d un déclencheur Micrologic.A es donnée dans le

Plus en détail

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC

LES ONDULEURS Convertisseurs DC/AC Chapire VI - Les onduleurs - LES ONDULEURS Converisseurs DC/AC I- Inroducion : L éude va porer sur les onduleurs : monophasés, de ension :Source d enrée (DC) = Source de Tension Source de sorie (AC) =

Plus en détail

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES :

LES COMPTEURS 3. COMPTEURS ET DECOMPTEURS ASYNCHRONES : ISET de Nabeul ours de Sysème logique (2) hapire 3. OBJETIFS LES OMPTEURS Eudier les différens ypes de compeurs. omprendre le principe de foncionnemen de chaque ype. Mairiser les éapes de synhèse d un

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI

UNIVERSITE PARIS OUEST, NANTERRE LA DEFENSE UFR SEGMI UNIVERSIE PARIS OUES, NANERRE LA DEFENSE UFR SEGMI Année universiaire 202 203 Cours d économérie L3 Economie Cours de Valérie MIGNON D de Benoî CHEZE e David GUERREIRO Exercice : Données en coupe D Inroducion

Plus en détail

Le Principe de PASCAL

Le Principe de PASCAL Hydraulique LES LOIS D HYDROSTATIQUE N 1/8 LA FORCE. On appelle FORCE oue acion qui end à modifier l éa d un corps. Elle s exprime en NEWTON (symbole N). La force es définie par son sens, son inensié,

Plus en détail

Cas du circuit RL. I. Un exemple d application d un circuit RL : un composant du système d alimentation en gazole d une Logan.

Cas du circuit RL. I. Un exemple d application d un circuit RL : un composant du système d alimentation en gazole d une Logan. Cas du circui I. Un exemple d applicaion d un circui : un composan du sysème d alimenaion en gazole d une ogan. xrai du suje IBAN 2006 a Dacia ogan, conçue par le consruceur français enaul es produie au

Plus en détail

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores

Figure 1. Enregistrements et spectres fréquentiels des deux émetteurs sonores Classe de Terminale S Physique Thème abordé : Ondes sonores Poin Cours Exercice Pour ou l exercice, on considère la célérié v du son dans l air, à 2 C, égale à 34 m.s. Les rois paries de l exercice son

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2

CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... 2 CHAPITRE 4 LA VAR MONTE CARLO... I. PRINCIPE... A. Quel modèle uiliser?... B. Algorihme de simulaion... 3 II. EXEMPLE D APPLICATION... 4 A. Travail préliminaire... 4 B. Simulaion des rajecoires... 6 Algorihme...

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Catherine Bruneau. Année Produit scalaire, orthogonalité et projection orthogonale. y! hx; yi est linéaire

Catherine Bruneau. Année Produit scalaire, orthogonalité et projection orthogonale. y! hx; yi est linéaire Cours de mahémaiques appliquées à la nance Produi scalaire, orhogonalié Séparaion des convexes e lemme de Farkas Applicaion: évaluaion par arbirage en déerminise Caherine Bruneau Année 2009-2010 1 Produi

Plus en détail

Réponse d un dipôle RC à un échelon de tension

Réponse d un dipôle RC à un échelon de tension 1- Le dipôle C es une associaion en série d un condensaeur e d un conduceur ohmique ( ou résisor) : I- Inroducion 2- L échelon de ension : es le passage insanané d une ension de la valeur à une valeur

Plus en détail

Chapitre 2- Les cycles endogènes. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou

Chapitre 2- Les cycles endogènes. Université d Auvergne- L Christopher Grigoriou Chapire 2- Les cycles endogènes Universié d Auvergne- L3 2008-2009 Chrisopher Grigoriou Les cycles endogènes Explicaion réelle e endogène: les cycles peuven êre expliqués par le foncionnemen même de l

Plus en détail

INTÉGRALES DÉPENDANT DE

INTÉGRALES DÉPENDANT DE 7 décembre 8 7 décembre 8 INTÉGRALES DÉPENDANT DE PARAMÈTRES Table des maières JPB 7 décembre 8 I Rappels e noaions Noaions 3 Rappels 3. Sur les foncions d une variable................. 3 II Inerversion

Plus en détail

Exercices d intégration et d analyse fonctionnelle

Exercices d intégration et d analyse fonctionnelle Exercices d inégraion e d analyse foncionnelle Agrégaion 29-2 Exercice : Monrez que si f : IR + IR es uniformémen coninue e que f() d converge alors f a pour limie en +. Donnez un exemple de foncion g

Plus en détail

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1)

Probabilités 5 : Loi normale centée réduite N (0 ; 1) «I» : Théorème définiion / Théorème admis Probabiliés 5 : Loi normale cenée réduie N ( ; ) La foncion f définie sur R par f ()= π e es une densié de probabilié sur R Il es clair que f es coninue e posiive

Plus en détail

Chapitre 0 : Ondes. Equations d onde. Solutions.

Chapitre 0 : Ondes. Equations d onde. Solutions. Spéciale PSI - Cours "Physique des ondes" Complémens Chapire : Ondes. Equaions d onde. Soluions. Conens Qu es-ce qu une onde?. Le concep d onde.... Ondes planes....3 Ondes planes progressives... 3. Ondes

Plus en détail

Exercices sur les équations diérentielles : corrigé

Exercices sur les équations diérentielles : corrigé Eercices sur les équaions diérenielles : corrigé PCSI Lycée Paseur ocobre 7 Eercice. On résou l'équaion sur R. L'équaion homogène associée y y = a pour soluions les foncions de le forme y h () = Ke, avec

Plus en détail

Logique séquentielle Fonction Mémoire

Logique séquentielle Fonction Mémoire ciences de l Ingénieur Page 96 1 Inroducion Logique combinaoire : Logique séquenielle Foncion Mémoire Logique séquenielle : Exemple : Télérupeur, commande TO de machine ouil, GAFCET 2 Foncion mémoire élecromécanique

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque?

d) e) f) Exercice 2. [6 points] Soit la fonction f (x)=2 x 3. a) Cette fonction est-elle linéaire, affine ou quelconque? Nom : Prénom : Conrôle de mahémaiques, Le mercredi 30 mai 2012 Exercice 1. [3 poins] 1) Parmi les cinq premières figures numéroées de a) à e) recopie sur a copie le numéro de celles qui son des polygones

Plus en détail

TD N 5 : Systèmes linéaires Les outils mathématiques

TD N 5 : Systèmes linéaires Les outils mathématiques Sysèmes Elecronique DUT APP 06 / 07 TD N 5 : Sysèmes linéaires Les ouils mahémaiques Chap. : Inroducion aux SA S.POUJOULY @poujouly hp://poujouly.ne Elémens de correcion Exercice n 3 : Modélisaion d'un

Plus en détail